Navigation – Plan du site
Articles

Remarques sur le « style linéaire figuré » dans les céramiques du Levant à la fin de l’Âge du Bronze

Marguerite Yon
p. 259-278

Résumés

Des découvertes récentes en Syrie (Ougarit, Tell Kazel...) amènent à s’interroger de nouveau sur les décors figurés qui ornent certaines productions céramiques dans les derniers siècles du IIe millénaire au Levant, et sur leur descendance à partir du xie s. L’étude des modes de composition, de la technique de dessin, des motifs choisis, donne l’occasion de s’intéresser aux sources d’inspiration des potiers, au fonctionnement des ateliers syriens, aux origines et à la circulation des motifs. Encore une fois est mis en évidence le caractère culturel très cosmopolite du Levant et de Méditerranée orientale, qui éclaire l’élaboration et les procédés des répertoires décoratifs et leur héritage en Syrie du Nord ou à Chypre à la fin du IIe millénaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Yon 1971 (cf. Yon 1970).
  • 3 Sur les productions du Bronze récent II A-B de Palestine, voir par exemple Amiran 1969, p. 161-165, (...)

1La décoration figurée qui fait intervenir des animaux – chèvres, cerfs, gazelles, oiseaux –, et plus rarement des êtres humains, souvent tracés d’un trait de pinceau en silhouette sombre, dans ce qu’on pourrait désigner comme « style linéaire figuré  », est caractéristique de certains ateliers céramiques du Levant à la fin du IIe millénaire av. J.-C. Il y a plusieurs décennies, la découverte en 1965 à Salamine de Chypre d’un calathos (vase en forme de corbeille) du xie s. décoré d’un bouquetin de ce type m’avait amenée à m’interroger sur les antécédents de ces motifs, apparentés à certains décors minoens, mais fortement dépendant aussi de la céramique proche-orientale 2. Il est bien établi en effet que la céramique chypriote dite Proto-White Painted et White Painted I, à l’origine des traditions qui dominent pendant plusieurs siècles dans l’île à partir du xie s. av. J.-C. (fig. 3, nos 13, 14), dérive essentiellement de la technique et des traditions occidentales (mycéniennes, minoennes) qui ont fourni la plus grande partie du répertoire des formes et de nombreux éléments du décor  ; mais nous y avions également constaté la part importante qu’y occupe l’héritage levantin, à la fois dans la morphologie (formes de jarres ou de gourdes par exemple) et dans le décor  : technique bichrome et motifs figurés, comme en témoignait la comparaison avec des productions de la fin du Bronze récent trouvées à Hama, Alalakh, Ougarit, ainsi qu’à Megiddo, Hazor, Lachish, etc. 3

  • 4 L’analyse de ce motif m’a donné l’occasion de m’intéresser de nouveau à ce style de décor et à des (...)
  • 5 Voir plus loin notes 20 (Tell Kazel) et 21 (Tell Afis).

2Depuis cette étude, de nouveaux documents à décor figuratif découverts en Syrie enrichissent le corpus  : on évoquera par exemple à Ougarit une frise (assez maladroitement dessinée) ornant une sorte de cruche à large col (fig. 2, no 9), ou un col de jarre (fig. 2, no 10) décoré, d’une manière plus maîtrisée, d’une silhouette de cervidé tenu par un homme armé d’un poignard à la ceinture 4, à Tell Kazel un curieux cratère orné d’une frise de cervidés (fig. 3, no 11), ou à Tell Afis un support (fragmentaire) qui portait aussi un cervidé 5. Ils devraient aider à mieux identifier les ateliers de Syrie par rapport aux traditions céramiques des régions voisines, à expliquer l’élaboration des répertoires décoratifs et leur évolution dans les derniers siècles du IIe millénaire av. J.-C. C’est ce que je voudrais essayer de faire ici de façon un peu plus large, en m’appuyant sur des exemples d’Ougarit, de Tell Kazel, de Syrie intérieure, de Chypre.

Quelques documents significatifs

3Les documents que nous prendrons ici en compte au Levant Nord sont généralement considérés par leurs éditeurs comme des productions d’ateliers locaux. Certains, provenant des fouilles anciennes d’Ougarit (fouilles Schaeffer 1929-1970), sont connus depuis longtemps  : vases complets, mais surtout tessons qui avaient été conservés parce qu’ils portaient des décors interprétables  ; d’autres ont été mis au jour plus récemment (fouilles 1975, 1988, 1990...). À Tell Kazel – probablement ancienne Simyra, alors capitale du royaume d’Amurru –, il s’agit d’un cratère (fig. 3, no 11) trouvé en 1995.

  • 6 Voir Leonard 1994.

4Certes, la céramique à décor figuré qu’on trouve à Ougarit à la fin de l’âge du Bronze est majoritairement la céramique figurée «  mycénienne  », la plus répandue à cette époque sur les sites de Méditerranée orientale 6. Mais, dans une région où les céramiques de la production locale sont le plus souvent sans décor, ou portent seulement des lignes, des bandes ou des motifs géométriques simples, la multiplication de tels documents montre que ce style d’imagerie céramique propre aux artisans et aux ateliers locaux est plus répandu que l’on ne pensait  : c’est ce que met en évidence une rapide évocation de documents à décor figuratif de fabrique syrienne particulièrement significatifs.

  • 7 RS 8.237 : Corpus I, p. 192-193, fig. 78 A et 78, pl. XXVI.

5C’est Ougarit qui a fourni le plus grand nombre d’exemples. Dans le premier Corpus céramique publié en 1949, Cl. Schaeffer présente un curieux objet 7, fait de deux vases biconiques jumeaux fixés sur une même base conique évasée (fig. 1, no 1). Si le type de vase biconique est bien connu à Ougarit, la combinaison de deux vases accolés est en revanche une rareté (même si cet objet n’est pas unique). Ceux-ci sont soudés l’un à l’autre par la panse au niveau du diamètre maximum, et reliés en haut par une sorte de pont  ; une seule anse verticale est placée entre les deux. Un décor bichrome rouge et noir associe à des éléments géométriques des animaux en simple silhouette (sans œil réservé)  ; entre la bande rayée qui longe le haut du vase sous la lèvre et la bande de larges triangles pendants qui marque le diamètre maximum, des bandes verticales divisent la zone de l’épaule en métopes trapézoïdales, décorées d’un côté d’une scène où deux cervidés assez schématiques sont symétriques de part et d’autre d’un arbre lui aussi très schématisé, et de l’autre, d’oiseaux debout à côté d’un arbre  ; les pattes de tous ces animaux sont posées sur la ligne inférieure de la zone à décorer.

  • 8 On ignore où se trouvent la plupart de ces tessons, découverts il y a un peu plus de 70 ans, et con (...)
  • 9 Corpus I, p. 136-137, fig. 50.10+25 ; cf. aussi ibid., fig. 50.8, 18 (chèvres), 13, 14 (oiseaux)...
  • 10 Louvre 81 AO 2072 (Ras Shamra 1939, tombe LXXXVI) : Le Monde de la Bible, no 120, 1999, figure p. 3 (...)

6Sans prétendre en faire un recensement exhaustif, on peut évoquer encore, pour les découvertes des années 1930 8, d’autres fragments de vases à décor bichrome, malheureusement trop incomplets pour qu’on reconnaisse toujours la forme des vases, mais qui ont en commun des décors portant des chèvres en silhouette, souvent combinées sur un même vase avec des oiseaux  : on signalera par exemple deux fragments d’un même vase 9 trouvés sur l’acropole de Ras Shamra en 1935 (fig. 1, no 2). Sur un tesson conservé au Louvre (fig. 1, no 3), qui provient apparemment d’un vase caréné en céramique locale, est dessinée en silhouette une chèvre aux longues cornes, regardant vers la gauche 10, aux pattes bien posées sur la bande au décor géométrique figurant le sol  ; elle devait faire partie d’une scène complexe mettant en scène d’autres chèvres, dont on constate la présence au-dessus et devant elle.

  • 11 RS 29.305-306 [non reproduit ici], H. 14,5, diam. 16,5 : Corpus II, p. 232-233, fig. 10.2.
  • 12 RS 29.143 : Corpus II, p. 232, fig. 10.4. Voir aussi des motifs (incomplets) de ce genre : par exem (...)

7Les fouilles menées après la seconde guerre mondiale ont à leur tour apporté des documents, que J.-Cl. Courtois présente dans le Corpus II publié en 1978 dans Ugaritica VII. Là encore, il s’agit de fragments, mais plusieurs semblent bien appartenir aussi à des vases biconiques carénés à décor bichrome, et se rattacher à cette technique de décor animalier où dominent, avec les oiseaux, les chèvres ou bouquetins aux cornes recourbées  ; on signalera en particulier des fragments de vase de 1954 avec une chèvre 11, et ceux d’un même vase biconique 12 de 1960 portant une silhouette de chèvre et la partie antérieure d’un oiseau à tête ronde (fig. 1, no 4).

  • 13 RS 29.309 : Corpus II, p. 232, fig. 10.1.

8On évoquera par contraste un autre vase biconique bichrome 13 trouvé en 1966 (fig. 1, no 5), dont les restes malheureusement très fragmentaires laissent reconnaître une scène de la nature sauvage, avec cerf, lions, poissons, disposés comme en désordre dans la zone délimitée par des bandes géométriques, pour donner une impression de profondeur  ; nous reviendrons plus loin sur la composition.

  • 14 RS 24.440 : Schaeffer 1966, pl. I ; Courtois 1969, p. 111 (fig. 13 : photo), 112 ; Courtois 1979, c (...)

9Une scène complexe, interprétée comme une scène de culte (fig. 2, no 6) décore un vase exceptionnel 14, découvert en 1961 dans un milieu qui évoque des réalités religieuses (la «  maison du prêtre-magicien  », dans la «  tranchée Sud-Acropole  »). C’est une chope carénée, où l’on reconnaît généralement le roi faisant hommage au dieu El, en présence de trois animaux à valeur symbolique : cheval, oiseau, poisson.

  • 15 RS 75.151 : Margueron 1977, p. 181-182, fig. 15 [inversée] ; Monchambert 1983, p. 45 ; Monchambert (...)
  • 16 Monchambert 2004, p. 221 ; pour Megiddo : Guy 1938, pl. 48.7, 49.6, 51.7-9 (LB I) ; pour Hazor : Ya (...)

10Dans une grande résidence située sur le bord nord-ouest du tell ont été trouvés, en 1975, des fragments d’une petite jarre 15 à panse globulaire et col cylindrique (fig. 2, no 7), ce qui est une forme rare à Ougarit, qui rappelle de petites amphores peintes de Palestine (Megiddo, Hazor...) 16. Les deux anses verticales sont placées au niveau du diamètre maximum, ce qui libère sur l’épaule une zone ininterrompue permettant une frise continue  : malheureusement, la frise est incomplète, ce qui interdit toute interprétation faute de comprendre les vraies relations des animaux entre eux. C’est une frise d’animaux passant à droite, d’une grande finesse de trait, peinte en brun-rouge  ; il reste trois chèvres aux fines cornes et à pattes filiformes, et un oiseau assez schématique, séparés par des motifs vaguement géométriques  : deux des chèvres séparées par un oiseau regardent devant elles tandis que la troisième, au-delà d’un motif floral ( ?) stylisé, retourne la tête vers les autres animaux, ce qui brise la monotonie d’une file allant dans le même sens. Dans ce décor, l’oiseau est dessiné selon un contour linéaire, mais les chèvres ne sont pas de simples silhouettes  : la tête est tracée d’un trait circulaire, et la forme du corps suggère un vrai volume.

  • 17 RS 79.034 : Yon, Lombard & Renisio 1987, p. 107, fig. 87 ; Yon 1997, p. 150, 151 (fig.), no 29.
  • 18 RS 88.5146 : Yon et alii 1990, p. 17, fig. 12 ; Mallet & Matoïan 2001, p. 112-113, 138, fig. 20.

11Les maisons du «  Centre de la ville  » fouillées à partir de 1978 ont fourni, elles aussi, des céramiques à décor figuré de fabrication syrienne. Une petite cruche 17 à fond pointu (fig. 2, no 8) trouvée en 1979 est décorée sur la panse d’une série de métopes, avec des oiseaux au corps noir et au bec retroussé, marchant sur des pattes courtes. Trouvée en 1988 au sud du temple aux rhytons, une cruche 18 à large col et panse carénée (fig. 2, no 9), forme typique du Bronze récent à Ougarit, porte un décor de frises horizontales sur le col et la panse. Le dessin au trait épais (ce qui contraste avec le vase précédent) est assez maladroit et peu soigné, voire caricatural, même s’il fait preuve d’une inventivité qui rend le décor original et vivant. La plus large frise, en haut, porte une file de trois caprins aux longues cornes (bouquetins  ?), marchant dans un paysage très schématisé où apparaissent aussi d’autres êtres  : un être humain ( ?) qui paraît assis en amazone sur un des grands bouquetins dont il tient le cou et les cornes  ; plus étonnant, un petit quadrupède qu’on voit au deuxième plan, et dont la tête ronde évoque une tête humaine (un centaure  ?)  ; un arbre stylisé symbolise peut-être un paysage, ce qui permettrait de voir aussi dans le remplissage de points l’obscurité et le caractère fermé d’un milieu forestier  ; une ligne ondulée pourrait signifier aussi la présence de l’eau (ruisseau  ?). L’épaule porte une frise du même genre aux motifs bizarres, où se reconnaissent au moins des caprins à longues cornes  ; les autres motifs sont difficiles à identifier. La frise qui orne la panse sous le carénage est composée de triangles pendants et d’une ligne ondulée qu’on se refusera à interpréter.

  • 19 RS 90.5312+5367 : Yon 1994, p. 193-194, fig. 4 ; Mallet & Matoïan 2001, p. 113-114, fig. 19-20 ; Ma (...)

12Au contraire, une certaine maîtrise du dessin caractérise un fragment de large col de jarre 19 trouvé en 1990 (fig. 2, no 10)  ; il est orné d’un motif figuré dans une métope, délimitée en haut par le bord du vase, en bas par la bande de triangles bichromes de l’épaule, et de chaque côté par deux bandes verticales à quadrillage oblique. Ce cadre est occupé par une scène à deux acteurs  : à droite, un homme est debout face à un cerf dont il tient un andouiller, tandis qu’une corde fixée à sa taille part du cou de l’animal. L’homme, dont le corps est schématisé par deux triangles en forme de sablier, porte une jupe courte à frange  ; à la ceinture en oblique est fixé un poignard dont le pommeau conique dépasse à sa droite.

  • 20 TK 95.186 : Capet 2003, p. 79, fig. 21 m ; Badre, dans Catalogue 2004, p. 114, no 89. Je remercie L (...)

13Le vase aux cerfs 20 de Tell Kazel (fig. 3, no 11) découvert en 1995, daté du xiie s. par ses inventeurs, est étonnant d’abord par sa forme, comme l’a souligné L. Badre («  vase unique tant par sa forme que par son décor  »). C’est un cratère dont la panse évoque celle du cratère en cloche mycénien, à cette différence près que, au lieu des deux anses habituelles, l’unique moyen de préhension est une anse-tunnel horizontale placée juste sous la lèvre à l’extérieur et percée longitudinalement. Le décor est composé d’une file de cinq cervidés passant à droite, posés sur la ligne du bas de la zone à décorer, mais le style de dessin est particulier (voir plus loin, sur le style de dessin).

14À l’extrême fin du IIe millénaire, il n’est pas sans intérêt d’observer comment, aux xiie-xie siècles, se présentent des céramiques à décor figuratif découvertes dans deux régions proches de l’aire nord-levantine, c’est-à-dire en Syrie intérieure et Syrie du Nord, et à Chypre.

  • 21 Venturi 1994, fig. 4,7 ; Venturi 2000, p. 513-519, fig. 7:15 (animal désigné à tort comme ibex).
  • 22 Riis 1948, p. 97, fig. 130 B (motifs 103 et 104), notamment jarre G VIII 490 ; cf. Yon 1970, p. 315 (...)
  • 23 Woolley 1955, pl. XCV, XCVI.

15Un support de vase du milieu du xie s. av. J.-C., malheureusement très fragmentaire, trouvé à Tell Afis (près de Idlib, en Syrie), montre, à côté d’un arbre, la tête d’un cervidé 21  ; ce décor évoque les motifs animaliers («  ibex et palmier  ») qui ornent des jarres de la nécropole de Hama de la période I (xiie-xie s.) 22, ou ceux que l’on trouvait déjà dans les niveaux V-IV d’Alalakh au début du Bronze récent 23.

  • 24 Louvre AO 7196 (achat 1914, « Région d’Alep ») : Salles 1983 (sur la forme, voir p. 207).
  • 25 Laboratoire de recherche des Musées de France, no Labo. L 11424, 1983 (Salles 1983, p. 209).

16Et on citera surtout une sorte de jarre sans anse conservée au Louvre (fig. 3, no 12) et restée longtemps inédite. Le lieu exact de sa découverte n’est pas connu, mais elle a très probablement été fabriquée dans un atelier de Syrie du Nord, selon J.-F. Salles 24  ; celui-ci suggère que la forme, également attestée à Hama ou à Qatna, évoque un peu certaines jarres égyptiennes du Nouvel Empire (époque d’Amarna), sans être tout à fait identique. Une large zone continue occupe presque toute la hauteur  ; elle porte une scène très élaborée d’arrosage (ou de libation) à deux personnages à côté d’un chadouf (voir plus loin), dans un paysage gorgé d’eau, où des poissons, une grenouille, mais aussi un bœuf à bosse suggèrent un environnement d’eau courante, de marécage et de prairie, le tout sous la clarté de la lune (en croissant). Une date au xie s. est confirmée par les analyses en laboratoire 25.

  • 26 De Lapithos à Kourion, de Salamine à Paphos. Voir par exemple les motifs rassemblés par Karageorghi (...)
  • 27 Furumark 1941, p. 635, fig. 15 : forme 82 type 291.
  • 28 Inventaire Sal. 1387 (White Painted I) : Yon 1970 ; 1971, p. 58-60, fig. 10, pl. 35.
  • 29 Cyprus Museum, Palaipaphos T. 9.7 (Proto-White Painted) : Karageorghis 1967, p. 5, 17-18, pl. I.
  • 30 Sur ce rapprochement avec des « hommes-grenouilles », voir Karageorghis & des Gagniers 1974, p. 5 n (...)

17Quant à la céramique à décor figuré de Chypre, où des exemples du xie s. beaucoup plus nombreux ont été découverts dans toutes les régions de l’île, du nord au sud et de l’est à l’ouest 26, nous nous contenterons d’évoquer ici deux vases du type calathos, pour choisir une forme de vase typiquement issue du répertoire morphologique mycénien 27. L’un d’eux 28 (fig. 3, no 14), trouvé en 1965 à Salamine, porte dans une métope une silhouette de bouquetin, dont nous avions souligné la ressemblance non seulement avec des figurations occidentales (Crète), mais aussi avec des motifs orientaux (céramique trouvée à Hama par exemple). L’autre 29 (fig. 3, no 13), trouvé en 1966 à Palaipaphos, porte des motifs figurés variés, dessinés selon plusieurs techniques de dessin  : à l’intérieur, bouquetin en silhouette, oiseaux, musicien tenant une lyre mais armé d’une épée  ; à l’extérieur, des figures humaines ( ?) un peu caricaturales, bras et jambes écartés, dont le corps rond et le tracé linéaire évoquent un peu la grenouille de la jarre contemporaine de Syrie du Nord30  ; quant aux motifs géométriques qu’il porte, leur parenté avec les motifs levantins (par exemple le motif d’Union Jack si fréquent dans la céramique palestinienne) a été soulignée à juste titre par le premier éditeur.

Supports, composition, motifs

Supports

18Les vases ougaritiens qui supportent ces décors relèvent d’un répertoire de formes relativement étroit. Comme dans la céramique mycénienne, dont l’impact est évident sur les procédés des ateliers locaux, les formes qui portent des décors de ce style privilégient celles qui offrent une surface libre à décorer relativement importante. À Ougarit, il s’agit principalement de vases à panse biconique – jarre, chope, cruche –, dont l’épaule au-dessus de la rupture de profil offre une belle surface. On trouve plus rarement de petites cruches ou des jarres, et le vase unique de Tell Kazel est une sorte de cratère qui trahit une parenté avec le cratère en cloche de la céramique mycénienne.

  • 31 Voir par exemple Leonard 1994, p. 123-125 ; Yon, Karageorghis & Hirschfeld 2000, p. 151-152, cat. n(...)

19Dans l’état actuel des découvertes, il est notable que les potiers syriens paraissent réserver de tels décors aux formes fermées, voire semi-fermées comme les cratères, alors que les nombreuses céramiques mycéniennes à décor figuré qu’on a découvertes au Levant comprennent aussi bien des formes ouvertes  : ainsi, les bols très ouverts ornés de protomes de taureaux, d’oiseaux, de dauphins, de motifs floraux, sont aussi répandus à Ougarit et à Chypre 31 que les cratères, et donc bien connus du public syrien ou chypriote  ; ils n’ont pourtant pas incité les potiers locaux à décorer ainsi leurs innombrables coupes et bols.

20Mais par la suite, au xie s., si la jarre « syrienne  » no 12 (fig. 3) est un vase fermé comme à Ougarit, les potiers de Chypre sauront avec aisance adapter leurs motifs aussi bien aux formes fermées (amphores, pyxides, etc.) qu’aux vases ouverts, comme le sont les deux calathos évoqués ici (fig. 3, nos 13, 14), façonnés et ornés selon une esthétique et des modes de décors d’ascendance mycénienne.

Emplacement

21Qu’il s’agisse d’une frise continue ou de motifs placés dans un cadre (métope), les représentations occupent toute la surface disponible pour que le sujet se déploie à son aise  ; c’est pourquoi les emplacements varient selon les formes à décorer  : chaque décor figuré se trouve dans un cadre bien délimité, dont les proportions font un «  tableau  », et non un simple remplissage. La zone de l’épaule est privilégiée dans le cas des vases syriens carénés (ex. fig. 1, nos 1, 4, 5  ; fig. 2, nos 6, 9), dont le diamètre maximum placé assez bas réserve une surface importante pour un décor. Sur la grande jarre d’Ougarit au chasseur de cerf (fig. 2, no 10), le décor figuré est placé sur le col (ce qui n’est pas fréquent), le col étant assez large pour offrir un espace bien visible (mais le vase est incomplet  : on ignore si la panse portait plus qu’un décor géométrique). Les profils arrondis supportent volontiers la présence d’un décor sur la zone de l’épaule (fig. 2, no 7  ; fig. 3, no 11) ou en bas de la panse (fig. 2, no 8).

Composition

22La zone décorée peut être divisée en métopes par des motifs verticaux géométriques plus ou moins élaborés  : des quadrillages obliques, des losanges, des zigzags, etc. Les motifs figurés prennent place dans ces métopes. Lorsque l’emplacement des anses le permet, c’est une frise continue qui entoure le vase. Mais, frise continue ou métope, le plus souvent ces décors sont des scènes composées, plus ou moins lisibles dans leur extrême schématisation, ou à cause de la qualité médiocre du dessin parfois très négligé et maladroit.

23Les zones décorées sont en général délimitées par des bandes peintes horizontales – simples ou composées de motifs géométriques – le long du bord et à hauteur du diamètre maximum  ; mais parfois, c’est la structure même du vase et ses éléments qui constituent ces limites  : bord du vase, rupture de profil, anses interrompant la zone horizontale. Sur le no 6 (fig. 2) où la zone en question atteint le bord du vase, la petite anse verticale placée très haut derrière la tête du dieu n’interrompt pas vraiment la continuité de la scène, et le poisson qui suit le cheval est placé presque contre le fauteuil du dieu. Sur le col de jarre no 10 (fig. 2), les bois du cerf et la tête du chasseur sont au ras du bord qui constitue la limite supérieure. Ce qui fait l’originalité de la petite jarre no 7 (fig. 2) aux anses placées assez bas, c’est que la place des moyens de préhension fait de la zone de l’épaule un espace horizontal sans limite  ; les animaux tournent autour du vase et se suivent sans fin en marchant dans le même sens.

  • 32 Voir Karageorghis & Vermeule 1982 (voir par exemple les cratères V.1, V.2, et bien d’autres).
  • 33 Corpus II, p. 338-341, fig. 49-51.

24Pour la plupart, les animaux ou personnages, individuels ou en file l’un derrière l’autre, sont bien posés sur la limite inférieure qui figure le sol, selon une convention assez universelle  ; et même, parfois, les pattes des animaux (e.g. vases nos 7 ou 9  : fig. 2) dépassent la limite inférieure, débordant sur la bande qui limite la zone décorée, comme c’est le cas assez souvent pour les chevaux des chars de la céramique mycénienne 32, ou même sur certains cratères de «  style rude  » (taureau du cratère no 18  : fig. 4). Mais il arrive que les motifs qui composent une scène soient placés à des hauteurs différentes, comme les cervidés en silhouette et les lions sur les fragments no 5 (fig. 1), ce qui contribue à donner une impression de profondeur  ; le meilleur parallèle à Ougarit est, comme on l’a dit, un cratère «  mycénien  » où se mêlent dans un désordre évocateur toutes sortes d’animaux sauvages (fig. 4, no 16) 33.

25Peut-être doit-on constater sur le col de jarre no 10 (fig. 2) (fragmentaire, mais métope complète) une tentative pour exprimer la profondeur d’une scène composée  ; les quatre pattes du cerf (premier plan) sont solidement fixées sur la ligne qui délimite le sol, tandis que le chasseur, aux pieds également bien stables sur une autre ligne, fictive celle-là, paraît se trouver un peu en arrière au 2e plan. Bien qu’on n’y voie pas d’autre élément que les deux protagonistes (l’homme et l’animal), il s’agit bien d’une scène, non d’un simple motif décoratif  ; mais on n’y constate pas la présence de végétaux dont la présence, souvent très stylisée, suffit généralement à évoquer l’environnement naturel dans lequel se passe l’action.

26D’autres exemples de cette composition «  en profondeur  » sont sans doute à reconnaître sur d’autres fragments d’Ougarit, tels le décor du tesson no 3 (fig. 1), malheureusement réduit à un seul animal complet posé sur la ligne du bas, mais où des restes de cornes recourbées et de corps d’animaux appartiennent à d’autres bêtes réparties plus haut dans le champ.

  • 34 Nous avons eu déjà l’occasion d’en parler à plusieurs reprises : e.g. Yon 1991, p. 306-307, 336, fi (...)
  • 35 Sur le « style rude » (dont la fabrication à Chypre, suggérée par la typologie et la stylistique, a (...)

27La chope no 6 (fig. 2) porte une représentation complexe 34, où un personnage assis et un personnage debout suivi de plusieurs animaux sont face à face, dans une scène élaborée placée dans une zone à peine interrompue par la petite anse placée en haut  ; si l’on considère comme axe central le guéridon placé entre les deux personnages, on observe par rapport à l’anse une certaine dissymétrie entre la partie droite occupée par le dieu assis, et la partie gauche occupée par le roi et les animaux qui le suivent. Mais pour un droitier qui tient la chope, c’est le dieu qu’il voit. Quant au cratère de Tell Kazel (fig. 3, no 11), la zone décorée sur l’épaule (malheureusement incomplète) paraît être une frise ininterrompue, car le vase est muni d’une anse-tunnel horizontale sous la lèvre, alors que dans les modèles de cratères en cloche mycéniens, de «  style rude  » par exemple 35, les deux anses coupent la zone de l’épaule en deux parties nettement distinctes, et sont écartées de la composition décorative.

  • 36 Voir description et interprétation : Salles 1983, p. 202-207.
  • 37 Sceaux : Amiet 1992, passim. Coupe en or RS 5.031 : Schaeffer 1949, p. 1-23, pl. I ; cf. Yon 1997, (...)
  • 38 Selon l’interprétation proposée par Salles 1983, p. 204-206.

28Par la suite, le vase «  syrien  » du Louvre (fig. 3, no 12) donne l’exemple de la scène la plus élaborée 36, dont les divers éléments fournissent des clés d’interprétation (voir ci-dessous  : «  Motifs  »). Personnages, animaux, végétaux, chadouf sont reliés entre eux par des motifs de remplissage. On a vu que l’organisation du décor en faisait une scène ininterrompue – dont le principe rappelle assez bien le déroulement de décors semblable sur des sceaux-cylindres, voire sur la coupe en or «  de la chasse  » de l’acropole d’Ougarit 37 ; c’est le sens que l’on donne à la représentation elle-même qui suggère une composition centrée. De même que sur la coupe de la chasse le roi sur son char est le personnage central, au milieu d’une scène «  continue  » qui se referme sur elle-même, il semble qu’on puisse voir ici une scène centrale 38 organisée autour d’un élément végétal que deux personnages encadrent  : plus précisément, le motif central est composé du personnage versant une libation (le prêtre  ?) et de la plante vigoureuse qui en est l’objet, ce que confirme la place du croissant de lune au-dessus du bras tenant la coupe  ; l’autre personnage (l’opérateur faisant fonctionner l’appareil  ?) est encadré par les éléments du chadouf qui sert à puiser de l’eau. La composition, appuyée par la présence des autres éléments végétaux et animaux, donne au cadre son caractère à la fois agraire et aquatique, destiné à évoquer et à obtenir la fertilité de la nature.

Motifs

  • 39 Mon propos n’est pas ici d’identifier dans le détail les différentes variétés animales (ce qui est (...)

29Dans ce type de décor sont privilégiés des motifs animaux 39 dont les caractères les plus évidents se prêtent bien à une stylisation, en particulier ceux dont les cornes ou les bois attirent immédiatement le regard et permettent l’identification – cervidés, bouquetins ou chèvres –, ou encore les oiseaux dont il est facile de schématiser le corps par un jeu de courbes. Cornes et bois occupent une place importante dans la représentation de l’animal, ce qui n’en fait nullement une reproduction de la réalité, mais un signe utilisé à la fois pour sa valeur esthétique et comme critère d’identification  : ils sont le signe qui représente les cerfs, les bouquetins, les chèvres sauvages.

30Les plus fréquents de ces motifs animaliers sont généralement des caprins (désignés dans les publications comme chèvre, bouquetin ou ibex). Comme c’est le cas dans tout le Proche-Orient, les chèvres – sauvages ou domestiques – sont universellement répandues, et depuis bien longtemps, comme élément de décor céramique. Elles se caractérisent par des cornes plus ou moins longues et fines, presque droites ou, au contraire, très incurvées, parfois développées en longues courbes qui équilibrent la silhouette de l’animal.

  • 40 Il doit s’agir généralement de dama mesopotamica.
  • 41 Furumark 1941, p. 247, mot. 5.
  • 42 Gachet 2001 (cf. Yon 1997, p. 146-147, no 21).

31Encore plus que ces caprins, les cervidés 40 sont le signe de la forêt sauvage dans laquelle se déroulent les scènes de chasse. Sans entrer dans le détail de la représentation du cerf au Levant au Bronze récent, on observera au moins qu’il appartient au répertoire décoratif de diverses techniques  : outre la céramique, on citera la glyptique ou l’art de l’ivoire. Animal présent depuis longtemps dans les figurations d’Anatolie, il apparaît aussi à l’occasion dans la céramique mycénienne 41. Quant à la signification de telles scènes, la représentation que porte le col de jarre no 10 (fig. 2) – où une corde relie le cou de l’animal à la ceinture du chasseur, qui tient de la main droite un des andouillers – est assez bien superposable à celle d’une des plaquettes du lit d’ivoire (face b) du palais royal 42, où le cou du petit cervidé qui marche à côté du personnage est entouré d’une corde (sa dimension et la corde au cou expriment un rapport de domination)  : mais on ignore malheureusement à quel récit mythique ou romanesque se réfère cette représentation de cerf tenu en laisse. Sur le cratère de Tell Kazel (fig. 3, no 11), le corps mince des cerfs aux pattes et au cou filiformes et l’étirement un peu excessif des andouillers, presque parallèlement au bord du vase, accentuent le côté décoratif de la file d’animaux. Les cerfs du vase double no 1 (fig. 1), symétriques de chaque côté d’un arbre, sont dessinés en silhouette assez soigneusement, mais de manière simpliste et schématique, assez naïve, tout comme l’arbre qui les sépare, et l’on retrouve un peu ces caractères sur le fragment de Tell Afis déjà évoqué (où les andouillers semblent un peu moins raides). Quant au cerf qui figure dans la scène où les animaux sont attaqués par des lions (fig. 1, no 5), il est réduit à un fragment (une partie des bois) isolé du reste, ce qui ne permet pas de lui rendre sa place dans l’action.

  • 43 Karageorghis & Vermeule 1982, passim ; cf. Leonard 1994, p. 143-144 (FM 2).

32Le cheval, animal royal par excellence, n’apparaît ici, et sous une forme exceptionnelle, que sur la chope no 6 (fig. 2). Fréquent à Ougarit dans la glyptique ou l’art du métal (coupe en or RS 5.031 par exemple) et sur des cratères amphoroïdes mycéniens 43 trouvés dans des tombes d’Ougarit, le motif du cheval y est généralement envisagé plutôt comme élément d’attelage du char du roi ou des classes aristocratiques. Ici, libre de toute entrave ou harnachement, le cheval n’a rien à voir avec ces attelages de chars, ni par son aspect, ni dans sa fonction et sa signification, et sa présence revêt une signification symbolique particulière. Associé à l’oiseau et au poisson, il symbolise probablement un des trois éléments (terre, air, eau)  ; le fait que la terre ne soit pas ici représentée par un taureau (symbole habituel de la fécondité et de la vie), mais par l’animal royal suggère que l’on est dans un registre cosmique, non dans une symbolique utilitaire de la fertilité agricole.

  • 44 Ougarit : cf. par exemple Corpus II, p. 330-331, fig. 45. Sur le « style rude », voir plus haut not (...)

33On notera du reste l’absence totale de bovidés dans cette céramique peinte locale, alors que la mythologie d’Ougarit lui accorde une grande place (les textes parlent du «  taureau Baal  », de la «  génisse Anat  »...). Les céramiques mycéniennes (dont on a trouvé des exemples dans les fouilles d’Ougarit) sont volontiers décorées de taureaux, notamment les cratères de «  style rude  » 44. Leur technique de dessin plus réaliste, au contour dessiné, aux motifs de remplissage, a peut-être inspiré au xie s. le bœuf à bosse du vase de Syrie du Nord (fig. 3, no 12), que l’on comparera par exemple avec le taureau qui orne un cratère d’Enkomi (fig. 4, no 18 face B)  : le premier est plus schématique et maladroit certes (et suggérant une autre variété de bovin), mais il montre la même structure rectangulaire du corps, rempli selon le même principe, soulignant même d’un petit trait courbe l’attache des pattes sur le corps (épaule et hanche).

  • 45 Yon sous presse ; cf. chopes philistines en tête de lion : Dothan 1982, p. 229-234, pl. 13-17, fig. (...)
  • 46 Corpus II, p. 338, fig. 49, 51. Trouvé dans la tranchée Sud-Acropole.
  • 47 Naturellement, je ne dis pas que ce vase précisément a servi de modèle ; mais le potier syrien conn (...)

34La représentation du lion dans ces catégories syriennes du Bronze récent est exceptionnelle, même si le motif est attesté à Ougarit dans d’autres techniques (terre cuite, ivoire, métal)  : c’est ainsi que, dans la céramique locale sans décor peint, on citera par exemple les chopes en tête de lion, apparentées à des objets semblables dans la céramique philistine (mais en céramique peinte de décors géométriques) 45. Dans la céramique syrienne figurée, les fragments du vase biconique no 5 (fig. 1) portent une scène complexe où des lions chassent des cerfs et d’autres quadrupèdes. À la fois par son sujet et par l’aspect du lion aux petites oreilles rondes, au museau allongé ouvert, aux pattes courtes tendues en avant, il rappelle un cratère «  mycénien  » (fig. 4, no 16) 46 sur lequel huit ou neuf félins (lions) attaquent des cerfs  : une telle représentation aurait pu inspirer le potier syrien 47.

  • 48 Epstein 1966 ; Amiran 1969, p. 152-157. Importations à Ougarit, par exemple : cruche RS 11.257, Cor (...)

35Tout comme le poisson, le motif de l’oiseau est un élément très habituel dans la céramique peinte syrienne. Il relève d’une longue tradition du Levant Sud dans la céramique bichrome palestinienne dont c’est un des motifs préférés  : on en trouve du reste des importations à Ougarit au début du Bronze récent (fig. 4, no 15) 48. Dans les productions ougaritiennes, la présence des oiseaux répond à des principes de composition variables  : indépendamment de la technique de dessin (sur laquelle on va revenir), ils se trouvent parfois en motifs individuels dans des métopes juxtaposées autour de la panse, comme on le voit sur la petite cruche à fond pointu no 8 (fig. 2), ou en alternance sur un même vase avec des motifs de cerfs (fig. 1, no 1) ou de caprin (fig. 1, nos 2, 4). Là encore, la signification de cette fréquente combinaison quadrupède/oiseau nous échappe, faute de connaître suffisamment le support idéologique ou mythologique qui sous-tend cette imagerie. Mais en tout cas, sa présence sur la chope no 6 (fig. 2) ne répond pas aux mêmes principes que dans le cas des autres oiseaux cités plus haut  : comme on l’a dit, associés au cheval qui représenterait la terre, oiseau et poisson pourraient y symboliser les deux autres éléments que sont l’air et l’eau.

36La présence humaine est exceptionnelle à côté des animaux  : c’est ce qui fait l’intérêt du fragment de jarre no 10 (fig. 2). Le chasseur de cerfs porte la jupe courte à frange des activités guerrières ou sportives, et une arme à la ceinture. Il est représenté les épaules de face, ce qui donne de l’ampleur au geste des bras dont l’un est levé coude à angle droit (allusion à l’attitude habituelle du «  dieu combattant  »  ?), tandis que le droit tient la ramure  ; la tête est de profil vers l’animal qu’il maîtrise  ; les jambes verticales un peu écartées et les pieds nettement dessinés donnent une impression de stabilité et de solidité  : le personnage humain est nettement en position dominante par rapport à l’animal qui est lié à lui par une corde (voir supra et note 42).

  • 49 Voir ici notre fig. 2 ; sur les restitutions graphiques publiées (en premier lieu Courtois 1979, co (...)

37La chope «  du dieu El  » (fig. 2, no 6) marque une étape supplémentaire dans la complexité, puisqu’elle porte non seulement des personnages accompagnés d’animaux, mais aussi du mobilier et des objets, fauteuil et tabouret 49, guéridon, vases, etc. Ces éléments évoquent des activités humaines et contribuent à en faire une représentation très composée, que l’on interprète comme une scène de culte, d’hommage au dieu (personnage assis identifié comme le dieu El).

  • 50 Voir description de l’installation et du fonctionnement : Salles 1983, p. 204.

38Sur le vase no 12 (fig. 3), les personnages sont associés à une installation technique élaborée  : un chadouf, aménagement construit fait d’une fourche verticale supportant un long balancier, d’où pend la corde soutenant le godet  ; destiné à puiser de l’eau 50, il appartient au registre des activités agricoles que confirme la présence du bœuf à bosse. Personnages, animaux, végétaux, chadouf portent une valeur symbolique, puisqu’ils représentent diverses catégories d’êtres vivants et une activité humaine, dans un milieu de nature bien défini par les éléments de remplissage  : on est dans un monde d’eau, de marécages, de prairies, que le chadouf incite à considérer comme soumis à l’homme.

  • 51 Epstein 1966.

39Les arbres ou les feuillages, généralement très stylisés, viennent replacer certaines scènes dans un environnement de nature. Là encore, ce n’est pas un caractère réservé à la céramique nord-levantine  ; on rappellera par exemple les compositions de certains décors de vases palestiniens, avec des bouquetins en silhouette au milieu d’arbres stylisés 51, ou les éléments végétaux ornant les catégories de céramique «  mycénienne  » qui ont influencé les potiers levantins, surtout les productions chypriotes de «  style rude  ».

Remplissage

40Le plus souvent, les motifs se détachent sur un fond clair, uniforme  ; c’est pourquoi la technique et la fonction du remplissage, lorsqu’il existe, nécessitent une attention particulière. Car les motifs «  de remplissage  » qui caractérisent certaines de ces représentations jouent un rôle important, et contribuent à expliciter la signification du décor. Sur plusieurs vases d’Ougarit, le champ est rempli de points, souvent posés d’un pinceau rapide et peu soigneux  ; les mêmes points servent à l’occasion de remplissage aux motifs géométriques (par exemple triangle du no 3  : fig. 1). Certes, le remplissage que porte la chope de l’hommage no 6 (fig. 2) relève peut-être simplement de l’horreur du vide  ; mais sur la cruche biconique no 9 (fig. 2), le caractère du paysage est nettement accentué par des points serrés, qui donnent une impression d’obscurité évoquant une forêt sauvage, et non l’espace ouvert des prairies côtières ou de la steppe. Au xie s., sur le vase syrien no 12 (fig. 3), chaque espace disponible est comblé par des traits ondulés et des petits crochets en forme de C, qui gardent le souvenir d’une représentation réaliste. Selon une symbolique banale et universelle, les traits ondulés y signifient la présence de l’eau, confirmée par la présence de poissons et le chadouf  ; mais ils sont aussi parfois réduits à de petits crochets, peut-être par une simplification symbolique du motif pour représenter la zone marécageuse qu’évoque la grenouille.

Technique de dessin

41Dans ces céramiques, produites vraisemblablement dans des ateliers locaux, les artisans mettent en œuvre plusieurs techniques de dessin.

42Dans la technique «  linéaire  » en silhouette, le peintre trace directement son motif d’un ou plusieurs traits de pinceau, plus ou moins épais, sans commencer nécessairement par tracer un contour  ; et même si parfois le corps animal présente un réel volume – tel le cerf d’Ougarit (fig. 2, no 10) au corps rectangulaire –, il est fait d’une reprise de plusieurs traits parallèles qui épaissit le trait. Généralement, un seul coup de pinceau schématise la silhouette de l’animal  ; les variations dans l’épaisseur sont obtenues en étalant plus ou moins le pinceau (du trait fin qui signale les andouillers au trait épais qui figure la tête)  ; exceptionnellement, le peintre trace à main levée un contour qu’il remplit, par exemple pour le corps du cervidé ou les triangles exprimant le corps du chasseur. Une telle technique nécessite une grande maîtrise du dessin, pour obtenir d’un coup l’évocation indiscutable de l’objet représenté, qu’il s’agisse d’un arbre ou d’une chèvre. C’est en silhouette linéaire que sont tracés le plus souvent les cerfs et les chèvres  ; le procédé est plus rare dans le cas des oiseaux, mais ceux que portent les deux récipients du vase double no 1 (fig. 1) relèvent de cette technique. La schématisation extrême que suppose ce procédé réduit souvent à leur plus simple expression le corps et les pattes des cerfs ou des chèvres, et les attributs qui les désignent  : courbes des cornes, arête centrale d’où partent des rameaux symétriques pour les bois de cerfs. Dans les exemples que nous avons présentés, l’œil des quadrupèdes (ou celui du chasseur) n’est généralement pas représenté.

  • 52 Voir note 48.
  • 53 Dothan 1982, p. 198-203, et fig. 61-63 : répertoire des motifs d’oiseaux philistins et mycéniens (F (...)

43Ces tracés en silhouette contrastent avec la manière «  dessinée  », mais elle aussi fortement schématisée, dont est le plus souvent interprété le motif de l’oiseau  : le contour du corps allongé est tracé par une courbe qui se referme en pointe, la tête par un cercle où l’œil est marqué par un point  ; des lignes simples figurent le cou et les pattes. Un bon exemple de cette autre technique de dessin est donné par la petite cruche à fond pointu no 8 (fig. 2). Ce type de dessin dérive clairement du bichrome de Palestine dont c’est un motif favori (fig. 4, no 15) 52  : il semble que les potiers qui décoraient ces céramiques à la fin du Bronze moyen et au début du Bronze récent aient imposé pour longtemps leur schéma de l’oiseau. Il est notable pourtant que par la suite, dans la même région, la céramique philistine du xiie s., dans laquelle le motif d’oiseau est là encore le motif préféré (fig. 4, no 17), pratique une technique de dessin et une esthétique différentes, à la fois plus réalistes et très stylisées, qui se rattachent nettement à la céramique mycénienne 53  ; et c’est plutôt de ce type d’oiseau – long col souple, aile déployée, corps rempli de motifs décoratifs –, que dérivera au Ier millénaire l’oiseau caractéristique de l’archaïsme chypriote.

44Une technique de dessin indiquant d’abord le contour qui donne de l’épaisseur et une forme aux personnages est utilisée à Ougarit pour représenter, sur la chope no 6 (fig. 2), le dieu El et le personnage qui lui fait face, de même que les trois animaux (poisson, cheval, oiseau) qui les accompagnent  ; la surface ainsi délimitée est ensuite remplie uniformément en à-plat, à l’exception du visage. Il est difficile de parler de réalisme tant les formes sont simplifiées et schématisées, mais on ne peut exclure la référence à des modèles qui seraient plus près de la réalité  : même s’il ne reste rien à Ougarit des autres expressions artistiques de dessin, telles que sont par exemple les peintures murales attestées dans des régions voisines (tombes d’Égypte, fresques de Santorin, de Mari...), on peut penser que le type de dessin qu’elles portent était connu des habitants des régions levantines.

45Naturellement, il n’est pas question de considérer les différences de ces techniques céramiques de dessin comme un moyen d’identifier des ateliers ou des peintres différents, car on les trouve sur les mêmes vases (par exemple no 2, 4  : fig. 1). C’est le motif qui entraîne le procédé, et dans un même atelier le même artisan peut manier indifféremment l’un et l’autre.

46En revanche, il est clair que les exemples que nous avons évoqués relèvent d’ateliers et de peintres différents, témoignant de savoir-faire variables et de l’inspiration d’artisans plus ou moins inspirés et habiles. Ainsi on ne peut confondre le style de dessin fin et nerveux de la petite jarrre no 7 (fig. 2) avec le trait épais et négligé de décors comme ceux de la cruche no 9 (fig. 2), même si les sujets sont apparentés puisqu’ils correspondent aux attentes et aux goûts d’une même clientèle. Et la forme comme le style de dessin (cerfs aux andouillers étalés) du cratère de Tell Kazel (fig. 3, no 12) sont tout à fait particuliers. Même si la céramique décorée (et en particulier le décor figuratif) est loin d’être majoritaire dans la production des ateliers de potiers syriens, qui fabriquent surtout de grandes quantités d’objets sans décor (bols ou coupes à pied, jarres), elle fait cependant partie du répertoire habituel offert à la clientèle locale. Mais cette variété témoigne plutôt de la vitalité et de la diversité d’une production céramique encore mal connue.

L’observation de ces quelques exemples inspire plusieurs séries de remarques

471 - La première concerne les ateliers de production du Levant, que l’on n’envisagera ici que sous l’angle de la production de vases à décor figuratif. Rien ne s’oppose à ce que l’on situe à Ougarit une grande partie des ateliers qui, au cours de la dernière phase du Bronze récent, ont produit ces céramiques figurées. La céramique décorée des ateliers syriens, jusqu’à ces dernières années, a été sous-évaluée, alors qu’on voit bien qu’elle appartient au répertoire et aux techniques non seulement des ateliers de Syrie intérieure (céramiques trouvées à Hama ou à Tell Afis), mais aussi des ateliers de la côte levantine. Plusieurs étaient certainement établis à Ougarit ou dans son voisinage immédiat, et ils ont travaillé ensemble ou successivement au cours du Bronze récent  : des styles variés et des mains très diverses y sont attestés. Quant au cratère exceptionnel de Tell Kazel, à la fois proche et différent des productions trouvées à Ougarit, il doit provenir encore d’un autre atelier levantin qu’il faudra localiser.

  • 54 À Ougarit : voir par exemple Corpus I, p. 280-281 (chypriote), 150-161, 214-227, fig. 57-62, 89-95 (...)

482 - Tous ces artisans baignent dans la même atmosphère culturelle  ; ils connaissent sans doute bien les productions céramiques des régions voisines, et ils exploitent les mêmes motifs tout en conservant leur manière personnelle de les interpréter selon leurs propres choix esthétiques. La production du Levant Nord est loin d’être un phénomène isolé, car elle est indissociable des expressions artistiques des pays voisins dont on retrouve la marque au cours du Bronze récent  : on se tourne au premier chef vers la Syrie intérieure, la Palestine, le monde mycénien, Chypre.
Les interactions entre toutes ces régions sont attestées dans tous les domaines, des textes aux transferts de techniques ou aux exportations de matériel (il n’est pas utile d’y revenir ici), et la céramique n’y échappe pas. Les potiers du Levant Nord et leur clientèle étaient familiarisés avec les productions importées, qu’ils avaient facilement sous les yeux, comme le montrent les découvertes archéologiques faites à Ougarit ou à Tell Kazel 54. Une indéniable parenté les relie dès le début du Bronze récent aux céramiques palestiniennes  : bichromie, motifs de chèvres et d’oiseaux, même manière de tracer des silhouettes ou de cerner des corps et des têtes d’oiseau. L’influence des céramiques «  mycéniennes  », qu’elles soient fabriquées en Grèce, en Carie ou à Rhodes, à Chypre… – composition, formes de cratères, interprétation de certains motifs (lions), etc. – est tout à fait assurée également.

  • 55 Voir Yon 1994 (et références).

493 - Les dernières remarques concernent l’héritage que les potiers qui travaillaient au Levant Nord aux xive-xiie s. ont pu laisser après eux, une fois disparue la civilisation ougaritique. Les exemples du xie s. que nous avons évoqués suggèrent une postérité variée qui privilégie des caractères différents de ces productions. Ces productions décorées ont sans doute exercé une influence non négligeable sur les productions qui leur ont succédé.
Certes, vers l’est et la Syrie continentale, les exemples sont rares. La parenté du fragment de Tell Afis avec Hama a déjà été soulignée. La jarre no 12 (fig. 3), que les analyses en laboratoire situent bien au milieu du xie s. (voir plus haut), montre l’exemple d’une composition élaborée, caractérisée par une horreur du vide comme sur la cruche no 9 (fig. 2) au remplissage serré  ; en revanche, la technique de dessin s’en éloigne, avec des motifs humains et animaux dessinés en contour, trahissant plutôt une esthétique et des pratiques influencées par le dessin de tradition mycénienne.
Vers l’Occident, l’héritage est évident, dans la céramique chypriote telle qu’on la connaît bien dès le xie s. avec les techniques dites Proto-White Painted, puis White Painted I évoquées en commençant cet article. Certes, il est bien admis que la technique de fabrication au tour, qui se généralise seulement à cette époque dans l’île, et le répertoire des formes, à quelques exceptions près, dérivent essentiellement des traditions égéennes, et que les procédés décoratifs sont en grande partie une stylisation géométrique du répertoire mycénien, notamment de Crète (mais ce n’était pas notre sujet ici). Mais les décors chypriotes figuratifs de la fin du IIe millénaire (dont nous avons déjà eu l’occasion de parler) 55 correspondent assez bien, tant par leur type de composition, en métopes ou en frise, que par les motifs les plus fréquents – surtout caprins, oiseaux, poissons, mais aussi cervidés, êtres humains – et par la technique de dessin, aux critères des ateliers du Levant au xiie s., qui les précèdent immédiatement dans le temps. Les documents d’Ougarit évoqués plus haut, qui témoignaient de liens avec les céramiques des régions voisines, relèvent d’une esthétique et de procédés caractéristiques du Levant, qui influent d’une manière définitive sur le développement des productions des artisans potiers de Chypre.

Planche 1 : Ougarit, nos 1-5.

Planche 1 : Ougarit, nos 1-5.

1 : Ougarit RS 8.237. Vase biconique double. H. 17,5 cm.
2 : Ougarit (sans numéro d’inventaire RS ; trouvé en 1935). Tessons de vase.
3 : Ougarit (Louvre 81 AO 2072, sans numéro d’inventaire RS ; trouvé en 1939). Fragment de vase biconique. H. 13 cm.
4 : Ougarit RS 29.143 (trouvé en 1960). Fragment de vase biconique. H. cons. 14,5 cm.
5 : Ougarit RS 29.309. Fragments de vase biconique. H. conservée restituée 22, diam. max. 23,7 cm.

Figure 2. Ougarit, nos 6-10.

Figure 2. Ougarit, nos 6-10.

6 : Ougarit RS 24.440. Chope. H. 21,5 cm.
7 : Ougarit RS 75.151. Petite jarre. H. cons. 25 cm.
8 : Ougarit RS 79.034. Cruche à fond pointu. H. 28,7 cm.
9 : Ougarit RS 88.5146. Jarre. H. 21,5 cm.
10 : Ougarit RS 90.5312+5367. Col de jarre. H. cons. 14 cm.

Figure 3. Tell Kazel, nos 11 ; Syrie du Nord, no 12 ; Chypre, nos 13-14.

Figure 3. Tell Kazel, nos 11 ; Syrie du Nord, no 12 ; Chypre, nos 13-14.

11: Tell Kazel TK 95.186. Cratère. H. 21,6; diam. 24,8 cm.
12 : Syrie du Nord ( ?) Louvre AO 7196. Jarre. H. 34 cm.
13 : Chypre, Palaipaphos, t. 9, 7. Calathos. H. 15, diam. 27 cm.
14 : Chypre, Salamine T.I, 137. Calathos. H. 8, diam. 19,5 cm.

Figure 4. Ougarit nos 15-16; Gezer no 17; Chypre, no 18.

Figure 4. Ougarit nos 15-16; Gezer no 17; Chypre, no 18.

15 : Ougarit RS 11.257. Cruche Palestinian Bichrome. H. 24,8 cm.
16 : Ougarit RS [1964, point top 4460]. Cratère amphoroïde mycénien. Diam. bord (restitué) 32 cm.
17 : Gezer [DOTHAN 1982, fig. 7.1]. Cratère philistin.
18 : Chypre, Enkomi, t. 19/66. Cratère mycénien de Style Rude. H. 26,2 cm.

J’ai plaisir à offrir ces quelques remarques à H. de Contenson, que ses activités archéologiques ont amené à Chypre aussi bien qu’au Levant ; ses travaux ont apporté les éléments essentiels à la connaissance des origines et de la longue histoire du tell de Ras Shamra depuis le Néolithique. Je remercie Annie Caubet et Jean-Louis Huot d’avoir bien voulu relire cet article.

Haut de page

Bibliographie

Amiet (P.) 1992 RSO IX, Sceaux-cylindres en hématite et pierres diverses, Paris.

Amiran (R.) 1969 Ancient Pottery of the Holy Land, Jérusalem.

Anson (D.) 1980 «  The Rude Style Late Cypriote II C-III Pottery. An Analytical Typology  », Opuscula Atheniensia, 13, p. 1-18.

Badre (L.) 2004 «  Tell Kazel et le royaume d’Amourrou  », dans Catalogue 2004, p. 113-115.

Capet (E.) 2003 «  Tell Kazel. Chantier II. Rapport préliminaire sur les 9e-17e campagnes de fouilles (1993‑2001) du musée de l’Université américaine de Beyrouth, chantier II  », Berytus, 47, p. 63-121.

Catalogue 2004 Y.  Calvet & G.  Galliano éd., Aux origines de l’alphabet. Le royaume d’Ougarit. Catalogue d’exposition Lyon 2004, Paris-Lyon.

Caubet (A.) & M. Yon 1990 «  Les céramiques importées de l’ouest  », dans L.  Badre éd., «  Tell Kazel  », Appendix II, Berytus, 38, p. 98-124.

Courtois (J.-Cl.) 1969 «  La maison du prêtre aux modèles de poumon et de foies d’Ugarit  », dans Ugaritica VI, p. 91‑137.

Courtois (J.-Cl.) 1978 «  Corpus céramique de Ras Shamra-Ugarit. Niveaux historiques d’Ugarit. II  », dans Ugaritica VII, p. 191-370.

Courtois (J.-Cl.) 1979 «  Ras Shamra  : archéologie  », dans Supplément au Dictionnaire de la Bible, Letouzey et Ané, Paris, col. 1126-1295.

Dothan (T.) 1982 The Philistines and their Material Culture, Jérusalem.

Epstein (C.) 1966 Palestinian Bichrome Ware, Leyde.

Furumark (A.) 1941 The Mycenaean Pottery, Analysis and classification, Stockholm.

Gachet (J.) 2001 «  Le panneau de lit en ivoire de la cour III du palais royal d’Ougarit  », Syria, 78, p. 19-82.

Guy (P.L.O.) 1938 Megiddo Tombs, Oriental Institute Publications, Chicago.

Karageorghis (V.) 1965 Nouveaux documents pour l’étude du Bronze Récent à Chypre, Paris.

Karageorghis (V.) 1967 «  An early xith cent. bc Tomb from Palaipaphos  », RDAC, p. 1-24.

Karageorghis (V.) & J. Des Gagniers 1974 La céramique chypriote de style figuré, Rome (avec un Supplément 1979).

Karageorghis (V.) & E. Vermeule 1982 Mycenaean Pictorial Vase Painting, Cambridge (Mass.), Londres.

Leonard (A. Jr.) 1994 An Index of the Late Bronze Age Aegean Pottery from Syria-Palestine, Studies in Mediterranean Archaeology 94, Jonsered (Suède).

Mallet (J.) & V. Matoïan 2001 «  Une maison au sud du “temple aux rhytons” (fouilles 1979-1990)  », dans RSO XIV, p. 83-190.

Margueron (J.-Cl) 1977 «  Ras Shamra 1975 et 1976. Rapport préliminaire sur les campagnes d’automne  », Syria, 54, p. 151-188.

Monchambert (J.-Y.) 1983 «  La céramique de fabrication locale à la fin du Bronze Récent  : quelques exemples  », Syria, 60, p. 25-45.

Monchambert (J.-Y.) 2004 RSO XV, La céramique d’Ougarit (campagnes de fouilles 1975 et 1976).

Monchambert (J.-Y.) sous presse «  La céramique du Bronze Récent à Ougarit. Résultats récents et perspectives  », dans Y.  Calvet & M.  Yon éd., Ras Shamra-Ougarit au IIe Millénaire, Bronze Moyen et Bronze Récent, Travaux de la Maison de l’Orient, Lyon.

Riis (P. J.) 1948 Hama, Fouilles et recherches 1931-1938, II.3, Les cimetières à crémation, Copenhague.

RSO III 1987 M.  Yon éd., Le Centre de la ville, 38e-44e campagnes (19781984), Paris.

RSO VI 1991 M.  Yon éd., Arts et industries de la pierre, 1991.

RSO XIV 2001 M.  Yon & D. Arnaud éd., Études ougaritiques I, Travaux 1985-1995, Paris.

Salles (J.-F.) 1983 «  Un vase syrien à décor figuré  », RDAC, p. 201-209, pl. XXXII-XXXIII.

Schaeffer (C. F. A.) 1948 Stratigraphie comparée et chronologie de l’Asie occidentale, IIIe et IIe millénaires. I. Syrie, Palestine, Asie mineure, Chypre, Perse et Caucase, Oxford.

Schaeffer (C. F. A.) 1949 «  Corpus céramique de Ras Shamra  », dans Ugaritica II, p. 131-301.

Schaeffer (C. F. A.) 1966 «  Nouveaux témoignages du culte de El et Baal à Ras Shamra-Ugarit et ailleurs en Syrie-Palestine  », Syria, 43, p. 1-19.

Ugaritica II 1949 Schaeffer (C. F. A.) éd., Paris.

Ugaritica VI 1969 Schaeffer (C. F. A.) éd., Paris.

Ugaritica VII 1978 Schaeffer (C. F. A.) éd., Paris.

Venturi (F.) 1994 «  Late Bronze II and Early Iron Age I Levels  », dans S.  Cecchini & S. Mazzoni éd., Tell Afis (Siria). Scavi sull’acropoli 1988-1992, Pise.

Venturi (F.) 2000 «  Le premier âge du Fer à Tell Afis et en Syrie septentrionale  », dans G.  Bunnens éd., Essays on Syria in the Iron Age, Ancient Near Eastern Studies, suppl. 7, Louvain-Paris, p. 503-536.

Woolley (L. F. A.) 1955 Alalakh: An Account of the Excavations at Tell Atchana in the Hatay. 1937-1949, Londres.

Yadin (Y.) 1958 Hazor I, An Account of the First Season of Excavations, 1955, Jérusalem.

Yon (M.) 1970 «  Sur une représentation figurée chypriote  », BCH, 94, p. 311-317.

Yon (M.) 1971 La tombe T.I du xie s. av. J.-C., Salamine de Chypre II, Paris.

Yon (M.) 1982 «  Remarques sur le Style Pastoral  », RDAC, p. 109-114.

Yon (M.) 1991 «  Stèles  », dans RSO VI, p. 273-344.

Yon (M.) 1994 «  Animaux symboliques dans la céramique chypriote du xie s.  », Proceedings of the International Symposium Cyprus in the 11th century BC, Nicosia 1993, Nicosie, p. 189-200.

Yon (M.) 1997 La Cité d’Ougarit sur le tell de Ras Shamra, ERC, Paris.

Yon (M.) 2004 «  Remarques sur les ateliers “mycéniens” hors de Grèce  ; l’exemple du Style rude de Chypre  », dans J.  Balensi, J.-Y.  Monchambert & S.  Müller éd., La Céramique mycénienne de l’Égée au Levant, Travaux de la Maison de l’Orient 41, Lyon, p. 59-68.

Yon (M.) sous presse «  Le lion de Rashap  », Mélanges Pierre Bordreuil.

Yon (M.) et alii 1990 «  Fouilles de la 48e campagne (1988) à Ras Shamra-Ougarit  », Syria, 67, p. 1-29.

Yon (M.), V. Karageorghis & M. Hirschfeld 2000 RSO XIII, Céramiques mycéniennes d’Ougarit, Paris.

Yon (M.), P.  Lombard & M. Renisio 1987 «  L’organisation de l’habitat  : les maisons A, B et E  », dans RSO III, p. 11-128.

Haut de page

Annexe

Abréviations

Corpus I voir Schaeffer (C. F. A.), 1949.

Corpus II voir Courtois (J.-Cl.), 1978.

RDAC Report of the Department of Antiquities Cyprus.

RSO Ras Shamra-Ougarit, ERC-ADPF, Paris.

Haut de page

Notes

2 Yon 1971 (cf. Yon 1970).

3 Sur les productions du Bronze récent II A-B de Palestine, voir par exemple Amiran 1969, p. 161-165, fig. 163-166, pl. 50.

4 L’analyse de ce motif m’a donné l’occasion de m’intéresser de nouveau à ce style de décor et à des techniques de dessin déjà connues à Ougarit : Yon 1994.

5 Voir plus loin notes 20 (Tell Kazel) et 21 (Tell Afis).

6 Voir Leonard 1994.

7 RS 8.237 : Corpus I, p. 192-193, fig. 78 A et 78, pl. XXVI.

8 On ignore où se trouvent la plupart de ces tessons, découverts il y a un peu plus de 70 ans, et connus par le Corpus I de Cl. Schaeffer.

9 Corpus I, p. 136-137, fig. 50.10+25 ; cf. aussi ibid., fig. 50.8, 18 (chèvres), 13, 14 (oiseaux)...

10 Louvre 81 AO 2072 (Ras Shamra 1939, tombe LXXXVI) : Le Monde de la Bible, no 120, 1999, figure p. 37 (avec photo inversée et erreur de dimension).

11 RS 29.305-306 [non reproduit ici], H. 14,5, diam. 16,5 : Corpus II, p. 232-233, fig. 10.2.

12 RS 29.143 : Corpus II, p. 232, fig. 10.4. Voir aussi des motifs (incomplets) de ce genre : par exemple ibid., p. 240-241, fig. 14.1 (oiseaux), 2 (cervidé), 3 (chèvres ?), 8 (arbre), etc.

13 RS 29.309 : Corpus II, p. 232, fig. 10.1.

14 RS 24.440 : Schaeffer 1966, pl. I ; Courtois 1969, p. 111 (fig. 13 : photo), 112 ; Courtois 1979, col. 1171-1172, fig. 907 (premier dessin publié) ; Yon 1997, p. 156, figure p. 157 (dessin restitué, sans remplissage de points), no 35.

15 RS 75.151 : Margueron 1977, p. 181-182, fig. 15 [inversée] ; Monchambert 1983, p. 45 ; Monchambert 2004, p. 220-223, 227, no 1300, fig. 96, 97. J.-Y. Monchambert attribue sa fabrication à un céramiste de cette ville [Ougarit] (Monchambert, sous presse).

16 Monchambert 2004, p. 221 ; pour Megiddo : Guy 1938, pl. 48.7, 49.6, 51.7-9 (LB I) ; pour Hazor : Yadin 1958, pl. LXXVIII.1, CXLIII.12 (LB I).

17 RS 79.034 : Yon, Lombard & Renisio 1987, p. 107, fig. 87 ; Yon 1997, p. 150, 151 (fig.), no 29.

18 RS 88.5146 : Yon et alii 1990, p. 17, fig. 12 ; Mallet & Matoïan 2001, p. 112-113, 138, fig. 20.

19 RS 90.5312+5367 : Yon 1994, p. 193-194, fig. 4 ; Mallet & Matoïan 2001, p. 113-114, fig. 19-20 ; Matoïan, dans Catalogue 2004, p. 234, no 251.

20 TK 95.186 : Capet 2003, p. 79, fig. 21 m ; Badre, dans Catalogue 2004, p. 114, no 89. Je remercie L. Badre et E. Capet de leurs informations.

21 Venturi 1994, fig. 4,7 ; Venturi 2000, p. 513-519, fig. 7:15 (animal désigné à tort comme ibex).

22 Riis 1948, p. 97, fig. 130 B (motifs 103 et 104), notamment jarre G VIII 490 ; cf. Yon 1970, p. 315-316, fig. 3 ; Capet 2003, p. 79, n. 42.

23 Woolley 1955, pl. XCV, XCVI.

24 Louvre AO 7196 (achat 1914, « Région d’Alep ») : Salles 1983 (sur la forme, voir p. 207).

25 Laboratoire de recherche des Musées de France, no Labo. L 11424, 1983 (Salles 1983, p. 209).

26 De Lapithos à Kourion, de Salamine à Paphos. Voir par exemple les motifs rassemblés par Karageorghis & des Gagniers 1974, p. 1-15, 170, etc.

27 Furumark 1941, p. 635, fig. 15 : forme 82 type 291.

28 Inventaire Sal. 1387 (White Painted I) : Yon 1970 ; 1971, p. 58-60, fig. 10, pl. 35.

29 Cyprus Museum, Palaipaphos T. 9.7 (Proto-White Painted) : Karageorghis 1967, p. 5, 17-18, pl. I.

30 Sur ce rapprochement avec des « hommes-grenouilles », voir Karageorghis & des Gagniers 1974, p. 5 note 22 ; Salles 1983, p. 207.

31 Voir par exemple Leonard 1994, p. 123-125 ; Yon, Karageorghis & Hirschfeld 2000, p. 151-152, cat. nos 441-446, fig. 28 (p. 238).

32 Voir Karageorghis & Vermeule 1982 (voir par exemple les cratères V.1, V.2, et bien d’autres).

33 Corpus II, p. 338-341, fig. 49-51.

34 Nous avons eu déjà l’occasion d’en parler à plusieurs reprises : e.g. Yon 1991, p. 306-307, 336, fig. 16 b ; 1997, p. 157-158, no 35.

35 Sur le « style rude » (dont la fabrication à Chypre, suggérée par la typologie et la stylistique, a été confirmée par l’archéométrie), voir Karageorghis 1965 ; Anson 1980 ; Yon 1982 ; Yon 2004.

36 Voir description et interprétation : Salles 1983, p. 202-207.

37 Sceaux : Amiet 1992, passim. Coupe en or RS 5.031 : Schaeffer 1949, p. 1-23, pl. I ; cf. Yon 1997, p. 175, no 57.

38 Selon l’interprétation proposée par Salles 1983, p. 204-206.

39 Mon propos n’est pas ici d’identifier dans le détail les différentes variétés animales (ce qui est un autre sujet), et je m’en tiendrai le plus souvent à des désignations générales (cervidés, chèvres, oiseaux...).

40 Il doit s’agir généralement de dama mesopotamica.

41 Furumark 1941, p. 247, mot. 5.

42 Gachet 2001 (cf. Yon 1997, p. 146-147, no 21).

43 Karageorghis & Vermeule 1982, passim ; cf. Leonard 1994, p. 143-144 (FM 2).

44 Ougarit : cf. par exemple Corpus II, p. 330-331, fig. 45. Sur le « style rude », voir plus haut note 35.

45 Yon sous presse ; cf. chopes philistines en tête de lion : Dothan 1982, p. 229-234, pl. 13-17, fig. 6-7.

46 Corpus II, p. 338, fig. 49, 51. Trouvé dans la tranchée Sud-Acropole.

47 Naturellement, je ne dis pas que ce vase précisément a servi de modèle ; mais le potier syrien connaissait des représentations de ce style.

48 Epstein 1966 ; Amiran 1969, p. 152-157. Importations à Ougarit, par exemple : cruche RS 11.257, Corpus II, p. 224, fig. 9.8 : deux oiseaux et un poisson dans des zones triangulaires sur l’épaule ; cratère RS 6.065, Yon, dans Catalogue 2004, p. 49, no 40 (dessin du décor dans Schaeffer 1948, p. 11, 77, fig. 307) : oiseaux et poisson (mort ?) sur une face, bouquetin, poisson et ruisseau sur l’autre.

49 Voir ici notre fig. 2 ; sur les restitutions graphiques publiées (en premier lieu Courtois 1979, col. 1171-1172, fig. 907 ; cf. Yon 1997, figure p. 157), le tabouret, pourtant visible sous les pieds du dieu, ne figurait pas.

50 Voir description de l’installation et du fonctionnement : Salles 1983, p. 204.

51 Epstein 1966.

52 Voir note 48.

53 Dothan 1982, p. 198-203, et fig. 61-63 : répertoire des motifs d’oiseaux philistins et mycéniens (Furumark 1941, p. 250-255, fig. 30-31, mot. 7).

54 À Ougarit : voir par exemple Corpus I, p. 280-281 (chypriote), 150-161, 214-227, fig. 57-62, 89-95 (mycénien) ; Corpus II, p. 224-225, fig. 9 (bichrome palestinien) ; p. 250- 251, fig. 32 (chypriote) ; 292-363, fig. 33-59 (mycénien) ; Yon, Karageorghis & Hirschfeld 2000. À Tell Kazel : Caubet & Yon 1990 ; Capet 2003.

55 Voir Yon 1994 (et références).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Planche 1 : Ougarit, nos 1-5.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-1.png
Fichier image/png, 576k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-2.png
Fichier image/png, 26k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-3.png
Fichier image/png, 49k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-4.png
Fichier image/png, 21k
Légende 1 : Ougarit RS 8.237. Vase biconique double. H. 17,5 cm.2 : Ougarit (sans numéro d’inventaire RS ; trouvé en 1935). Tessons de vase.3 : Ougarit (Louvre 81 AO 2072, sans numéro d’inventaire RS ; trouvé en 1939). Fragment de vase biconique. H. 13 cm.4 : Ougarit RS 29.143 (trouvé en 1960). Fragment de vase biconique. H. cons. 14,5 cm.5 : Ougarit RS 29.309. Fragments de vase biconique. H. conservée restituée 22, diam. max. 23,7 cm.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-5.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 2. Ougarit, nos 6-10.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-6.png
Fichier image/png, 653k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-7.png
Fichier image/png, 427k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-8.png
Fichier image/png, 40k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-9.png
Fichier image/png, 25k
Légende 6 : Ougarit RS 24.440. Chope. H. 21,5 cm.7 : Ougarit RS 75.151. Petite jarre. H. cons. 25 cm.8 : Ougarit RS 79.034. Cruche à fond pointu. H. 28,7 cm.9 : Ougarit RS 88.5146. Jarre. H. 21,5 cm.10 : Ougarit RS 90.5312+5367. Col de jarre. H. cons. 14 cm.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-10.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 3. Tell Kazel, nos 11 ; Syrie du Nord, no 12 ; Chypre, nos 13-14.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-11.png
Fichier image/png, 26k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-12.png
Fichier image/png, 602k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-13.png
Fichier image/png, 57k
Légende 11: Tell Kazel TK 95.186. Cratère. H. 21,6; diam. 24,8 cm.12 : Syrie du Nord ( ?) Louvre AO 7196. Jarre. H. 34 cm.13 : Chypre, Palaipaphos, t. 9, 7. Calathos. H. 15, diam. 27 cm.14 : Chypre, Salamine T.I, 137. Calathos. H. 8, diam. 19,5 cm.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-14.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 4. Ougarit nos 15-16; Gezer no 17; Chypre, no 18.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-15.png
Fichier image/png, 27k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-16.png
Fichier image/png, 174k
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-17.png
Fichier image/png, 32k
Légende 15 : Ougarit RS 11.257. Cruche Palestinian Bichrome. H. 24,8 cm.16 : Ougarit RS [1964, point top 4460]. Cratère amphoroïde mycénien. Diam. bord (restitué) 32 cm.17 : Gezer [DOTHAN 1982, fig. 7.1]. Cratère philistin.18 : Chypre, Enkomi, t. 19/66. Cratère mycénien de Style Rude. H. 26,2 cm.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/245/img-18.png
Fichier image/png, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marguerite Yon, « Remarques sur le « style linéaire figuré » dans les céramiques du Levant à la fin de l’Âge du Bronze », Syria, 83 | 2006, 259-278.

Référence électronique

Marguerite Yon, « Remarques sur le « style linéaire figuré » dans les céramiques du Levant à la fin de l’Âge du Bronze », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.245

Haut de page

Auteur

Marguerite Yon

Maison de l’Orient et de la Méditerranée - Jean Pouilloux
HiSoMA - UMR 5189 (CNRS, université Lyon-II), Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals