Navigation – Plan du site
Variété

Bibliographie numismatique de la Syrie - II. Périodes romaine et byzantine (1995-2000)

Frédérique Duyrat
p. 283-300

Texte intégral

  • 2 Syria, 80 (2003), p. 237-266.
  • 3 Une version mise à jour est disponible sur CD-Rom pour la période 1990-1999.

1La précédente livraison de cette chronique bibliographique indiquait les instruments de recherche les plus courants pour entamer une étude numismatique sur la Syrie achéménide et hellénistique 2. Ils sont aussi valables pour les époques romaine et byzantine. Il faut y ajouter les articles de Gitler, Chaves Tristan & Hollstein, Metcalf, Peter, Cepeda Ocampo et surtout Heuchert (monnayage provincial romain) parus dans le Survey of Numismatic Research publié à l’occasion du Congrès international de numismatique de Madrid, en septembre 2003  : ceux-ci couvrent la bibliographie des années 1996-2001. Dans le même recueil, Morrisson donne un aperçu très complet des dernières avancées de la numismatique byzantine tout en soulignant le développement des études sur les émissions de Syrie-Palestine, actuellement en plein essor. En outre, depuis 1990, une bibliographie critique paraît deux fois par an dans la Byzantinische Zeitschrift 3. L’interprétation des monnaies byzantines syriennes est facilitée par cet ensemble d’instruments de travail aisément accessibles  ; les références retenues ici ne sont donc qu’indicatives. Par ailleurs, Martini 1997b présente un vaste projet de recension bibliographique consacré au monnayage provincial romain associé à la publication de la Sylloge nummorum graecorum (SNG) qui a ordinairement le défaut d’être assortie d’un appareil critique minimal.

2Parmi les outils de travail, rappelons pour mémoire le précieux ouvrage de Kienast 1996 qui permet de retrouver facilement la datation des monnaies impériales par la titulature de l’empereur mentionnée dans la légende. Cet ouvrage très complet consacre les pages 239-242 à la dynastie palmyrénienne. La somme signée par Vagi 1999, originellement destinée aux collectionneurs, présente un premier volume historique composé d’une fiche biographique, d’une «  note numismatique  » et d’un portrait monétaire par personnage de la famille impériale ayant une émission à son nom. Le second volume est une épaisse synthèse sur les droits et revers (types et inscriptions), les dénominations, dates, ateliers, production et usages de la monnaie. Les quelque 440 pages suivantes sont faites de tableaux dévolus à la valeur marchande de ces pièces. L’ouvrage est une utile introduction méthodologique à la monnaie impériale romaine. Beaucoup plus pointu, l’article de Demougin 1997 révise les fastes des procuratores monetae.

Catalogues

  • 4 Antioche, Commagène, Damas, Édesse, Émèse, Laodicée sur Mer, Samosate, Tripolis.

3Plusieurs publications générales consacrées aux monnaies impériales contiennent des exemplaires frappés en Orient, principalement à Antioche  : la SNG Poland I (Mielczarek 1998) contient des monnaies des Séleucides et des villes de Syrie (nos 13-62) ainsi que quelques dizaines d’exemplaires frappés de la Phénicie à l’Inde (nos 63-183) illustrés d’assez mauvaises photographies. Schmidt-Dick 1995 propose un épais catalogue d’une collection de Vérone, austère et difficile d’utilisation pour le non-spécialiste, sans index des ateliers 4. Althoff 1997 souffre aussi de ce dernier défaut, mais donne une présentation très claire des monnaies romaines de la vaste collection Köhler-Osbahr qui compte 2 147 exemplaires, de la République à 491 de notre ère, classés par règne et par atelier et presque tous illustrés. Martini 1997a, qui se veut un addendum de M. Crawford, Roman Republican Coinage, I-II, Cambridge, 1974, est accompagné de plusieurs indices qui assurent une recherche facile, mais le nombre de monnaies des ateliers orientaux est très restreint. Giard 1998, dans son catalogue des monnaies de l’Empire romain consacré à la fin du ier s. de notre ère, fait connaître quelques aurei et deniers d’ateliers orientaux indéterminés (p. 129-138) ainsi que des bronzes de Judée (p. 316). De même, une petite collection de Locarno contient quelques exemplaires orientaux, d’Auguste aux Sévères, ainsi qu’une monnaie de Lysanias et une autre d’Arétas IV (Vismara 1996). Signalons enfin l’exceptionnelle qualité des exemplaires de la collection Du Chastel conservée à Bruxelles (Callataÿ & Van Heesch 1999).

  • 5 Quelques compléments et corrections mineurs : Kent 1995 ; 1996 ; 1997.

4Des catalogues décisifs pour l’étude des monnayages de Syrie ont paru. Burnett, Amandry, Carradice 1999 livrent le tome 2 du Roman Provincial Coinage (69-96 après J.-C.), toujours aussi bien documenté et désormais référence obligée pour toute étude des monnaies syriennes de la période flavienne (compte rendu détaillé dans ce même volume de Syria). Le supplément du RPC 1 publié par Burnett, Amandry & Ripollès 1998 présente quelques nouveaux types des ateliers syriens et surtout des variantes (nouvelles années sur les shekels et demi-shekels de Tyr notamment). Kent 1994 est l’auteur du volume X du Roman Imperial Coinage consacré aux années 395-491 ap. J.-C. La longue introduction rappelle le fonctionnement du monnayage impérial romain et la localisation à Antioche du seul atelier impérial syrien. La symbolique des attributs impériaux et des légendes est longuement détaillée. Elle est suivie d’une présentation numismatique et historique brève, règne par règne. Enfin, une liste de trésors permet de faire le point sur les trouvailles levantines (p. lxxxi-clxxvii). Le vaste catalogue – 3 818 variétés recensées –, indispensable à l’étude des bronzes bien connus des archéologues dits «  AE3  » et «  AE4  » (définition p. 17), reste malgré tout d’un maniement complexe 5. Enfin, Prieur & Prieur 2000 est un corpus très exhaustif des tétradrachmes syro-phéniciens frappés entre 57 avant notre ère et 253 de notre ère, fort utile pour se retrouver dans ce monnayage répétitif et complexe (compte rendu dans Syria, 81, 2004, p. 314-315).

5Meshorer 1998 présente une collection entièrement consacrée aux monnaies juives. Elle comprend un ensemble de frappes de la dynastie hérodienne, des procurateurs de Judée, des guerres juives ainsi que des monnaies de cités, y compris des frappes de Bérytos, Sidon et Tyr. Cinq trésors sont aussi publiés en fin de volume. Vismara 1996 fait connaître quelques monnaies des guerres juives, de la révolte de Bar Kochba et d’Agrippa. Samuels, Rynearson & Meshorer 2000 se fondent sur une petite collection privée constituée de 228 monnaies pour illustrer toutes les étapes de l’histoire du peuple juif et de son environnement, de l’époque achéménide au premier tiers du iie siècle de notre ère.

6Monnaies byzantines. La parution des deux derniers volumes du catalogue de la Dumbarton Oaks Collection (1081-1453) donne l’occasion à Morrisson 1999 de faire un rapide rappel sur les précédentes publications de cette collection de référence. Althoff 1998a et Althoff 1998b présentent la riche section byzantine de la collection Köhler-Osbahr selon les mêmes critères que le volume réservé aux monnaies romaines, avec cependant une illustration noir et blanc décevante.

Aspects techniques

7La nature du métal utilisé pour la fabrication des monnaies est déterminante dans l’organisation d’un monnayage. La multiplication des analyses métallurgiques permet de mieux comprendre le système monétaire romain, comme le rappelle l’article de Amandry 1999 qui rassemble 62 études, dont deux consacrées à la Syrie (monnaies d’Antioche et de Commagène) et une à la Judée (monnaies de procurateurs). La métallurgie de la monnaie est l’objet du livre de Moesta & Franke 1995. Les auteurs privilégient les monnayages grecs pour présenter les techniques de traitement des métaux (électrum, or, argent, bronze) et de frappe  ; le dernier chapitre consacré à la monnaie romaine souligne quelques caractéristiques propres à ces monnayages, notamment les problèmes de dévaluation et de variabilité des alliages à base de cuivre.

8Butcher & Ponting 1997 comparent 27 deniers d’argent frappés à Rome et Laodicée sur Mer par Septime Sévère à 10 deniers de l’usurpateur Clodius Albinus à Lyon. Ils en tirent des conclusions quant au poids, à l’origine du métal et à son utilisation. Butcher & Ponting 1998 dressent un bilan des analyses de monnaies d’argent romaines (p. 315, exemple syrien entre 98 et 117 ap. J.-C.), pour l’essentiel en contradiction avec l’étude de D. Walker qui faisait antérieurement autorité. Ils montrent que les proportions argent/cuivre sont généralement bien respectées et que les analyses permettent de repérer des changements d’approvisionnement en métal, par exemple dans l’atelier de Rome en 107. La proportion d’argent contenue dans les monnaies peut aussi expliquer pourquoi des pièces de poids différents circulent ensemble (cas des monnaies de Syrie et d’Arabie p. 319-320). Gitler & Ponting 2000 présentent un ensemble de deniers sévériens moulés accompagnés de scories et d’un canal de coulée, l’ensemble étant probablement d’origine orientale. L’analyse du métal montre l’existence d’un groupe de bonne qualité et d’un autre à base de cuivre et de plomb. Il pourrait s’agir de moulages officiels produits dans une période de crise – les guerres parthiques – précédant de quelques décennies une pratique qui se répand pendant la crise du iiie s.

9L’analyse de 241 monnaies de bronze frappées à Rome sous Auguste, Tibère, Caligula et Claude a permis à Klein & von Kaenel 2000 de montrer que le cuivre utilisé est de plus en plus pur et de proposer de nouvelles datations pour certaines séries.

10La frappe régulière de monnaies suppose un approvisionnement en métal. Les mines byzantines anatoliennes ont fait l’objet d’une très intéressante étude de Pitarakis 1998 qui répertorie et date 54 sites dont les productions sont détaillées.

11Cancio 1998 s’intéresse à deux exemples de monnaies frappées avec des coins réparés. Un tétradrachme de Vespasien émis en Asie Mineure porte clairement des marques laissées par les minuscules chevilles qui maintenaient l’assemblage destiné à colmater une fissure. Barag & Qedar 1994-1999 s’intéressent à des contremarques de la légion Quinta Scythica sur des bronzes de Césarée. Or, durant la guerre de Judée, c’est la légion Quinta Macedonica qui combat, commandée par Vespasien. Elle prend ses quartiers d’hiver à Césarée fin 67 ap. J.-C. Les auteurs en concluent que, sous les Julio-Claudiens encore, le nom des légions n’est pas parfaitement fixé. Winsemann Falghera 1998 signale une contremarque de Néron sur un bronze d’Auguste frappé à Antioche et suppose qu’elle a été apposée à Alexandrie. Explorant des niveaux plus tardifs, les fouilles de Césarée ont livré un grand nombre de bronzes byzantins contremarqués, principalement avec des monogrammes. La plupart sont datés par Lampinen 1999 de la fin du règne d’Héraclius, vers 630-641. L’une de ces monnaies portait une nouvelle contremarque au type de Saint Georges.

12Schlösser 2000 propose une présentation synthétique de la métrologie des tétradrachmes frappés à Antioche entre la réforme de P. Quinctilius Varus (6 av. J.-C.) et le règne de Trébonien Galle (253 ap. J.‑C.), rappelant la baisse modérée du poids et l’altération du titre qui caractérisent la période.

  • 6 Ces imitations circulent rarement en Syrie ; voir Noeske 2000b.

13Gitler, Peter & Ponting 1999 présentent un groupe de 16 coins monétaires qui sont des faux modernes. King 1996 propose une synthèse sur les imitations à grande échelle de monnaies romaines sous la République et l’Empire  : avant le ive s., elles sont limitées à l’Occident, surtout dans les zones frontalières  ; à partir du ive s., on trouve aussi des imitations moulées en Égypte 6. L’auteur s’interroge ensuite sur les motivations de cette production (manque de numéraire, guerres) et leur statut légal (théoriquement combattues, ces monnaies sont en fait tolérées).

Iconographie impériale

14La variété architecturale des représentations monétaires romaines est bien rendue par Stoll 2000  : temples, autels, murs de ville, caserne prétorienne, bâtiments de Rome, ponts, navires, port d’Ostie, etc. Burnett 1999 propose une réflexion d’ensemble sur les représentations monétaires de monuments  : statues, temples, etc. Il montre que chaque représentation doit être analysée individuellement, toutes n’étant pas nécessairement fidèles à la réalité. Le nombre de représentations de monuments augmente au Haut Empire, encouragé par l’activité édilitaire  ; leur qualité et leur nombre décroissent après les Sévères. Les portes fortifiées représentées sur les monnaies des ive et ve siècles ont fait l’objet d’un article de Moreaux 1996 (non vidi). Meissonnier 1999-2000 a consacré une étude aux fleuves sur les monnaies romaines (non vidi).

  • 7 Un bref paragraphe est consacré à Dea Syria, p. 112.
  • 8 Spaer 1999 parvient à des conclusions proches pour le monnayage d’Ascalon au type de Cléopâtre.

15La thèse d’habilitation de Mikocki 1995 concerne l’ensemble des représentations d’impératrices et de princesses romaines assimilées à des déesses du ier au ive s. ap. J.-C. Les portraits monétaires y figurent en bonne place. Un chapitre concernant la fonction de ces représentations dans la propagande dynastique et impériale est tout particulièrement utile à la compréhension des types monétaires 7. Quant à Stoll 1996, il publie une galerie de portraits monétaires féminins, essentiellement de la famille impériale, du ier s. av. J.-C. au ve s. ap. Quelques bustes viennent en contrepoint, chaque représentation étant assortie d’un bref commentaire historique. Cléopâtre et Zénobie figurent aussi dans ce catalogue. Fleischer 1996 revient sur les portraits monétaires égyptiens et syriens bien connus de Cléopâtre VII en les situant dans le contexte historique de l’alliance avec Antoine 8. Dans un autre registre, Krumeich 1998 (non vidi) et 2000-2001 (non vidi) s’intéresse aux représentations de «  prêtre syrien  », notamment celles représentant Élagabal dans cette fonction.

16Quelques études portent sur les divinités  : Stoll 1999 propose un catalogue des représentations monétaires romaines d’Héraclès, assorti de représentations grecques (peintures sur vases, reliefs…). La Concorde fait l’objet d’un long article de Salamone 1997 qui replace ce type dans le discours militaire de la propagande impériale entre 69 ap. J.-C. et Constantin Ier.

17La fin de la guerre de Judée amène le développement d’une iconographie particulière célébrant la conquête de la Judée par Vespasien et Titus. Ostrowski 1999 inventorie les nombreuses représentations monétaires que l’atelier de Rome a livrées de cet événement, cas unique dans l’histoire romaine.

études de monnayages

Empereurs et rois clients

  • 9 Une nouvelle monnaie de Ponce Pilate est signalée par Saddington & Vogel 1997 (non vidi).

18Brenner 2000 estime que le type d’Hérode usuellement identifié comme un casque surmonté d’une étoile est en fait un casque à cimier. Parmi les travaux portant sur la dynastie hérodienne, Ciecielag 1997 consacre un article au tétrarque Hérode Philippe qui, de 4 av. J.-C. à 34 ap., frappa des bronzes au type d’Auguste, ce qui violait la loi juive interdisant les représentations humaines et animales. Le temple figuré au revers est lui aussi inhabituel, qu’on y voie celui d’Auguste à Paneas ou le temple de Jérusalem. L’article met en parallèle les types monétaires de Philippe et du procurateur Ponce Pilate  : la rivalité des deux hommes est sensible dans les types comme dans le choix des dénominations 9. J. Ciecielag se livre à une étude détaillée des poids, des diamètres, des légendes et s’interroge sur la localisation de l’atelier de Philippe  : à Césarée ou à Bethsaida/Julias  ? De quelques années postérieures, les monnaies de l’an 6 d’un «  roi Agrippa  » étaient traditionnellement attribuées à Hérode Agrippa (41-44 ap. J.-C.). Elles forment l’une des émissions de bronze les plus abondantes de l’atelier de Jérusalem. Lönnqvist 1997, prenant en considération le système de dénominations, les légendes, l’iconographie, les fouilles, l’ère et l’atelier, préfère les dater d’Agrippa II (56-100 ap. J.-C.). Cette réattribution est importante, ces bronzes, nombreux dans les fouilles, étant fréquemment utilisés pour dater une stratigraphie.

19McAlee 1995-1996 présente une synthèse sur le monnayage syrien de Vespasien qui se répartit en tétradrachmes, aurei, deniers et bronzes SC à légende latine émis par Antioche et quatre autres ateliers (Tripolis  ?, Arados  ?, Judaea Capta, Tyr). S’y ajoute une monnaie d’orichalque frappée à Rome pour la Syrie. Chacun de ces monnayages fait l’objet d’une introduction  ; un catalogue de tétradrachmes, de bronzes d’Antioche et de Tyr et enfin d’orichalque de Rome complète l’article.

20La délicate identification des ateliers levantins frappant des deniers et des aurei sous Septime Sévère est méthodiquement revisitée par Bickford-Smith 1994-1995, catalogue des types et légendes à l’appui. Les émissions des ateliers d’Alexandrie, Émèse et Laodicée sont détaillées et replacées dans le contexte des campagnes militaires de Septime Sévère dans la région. L’auteur rappelle combien l’attribution aux deux ateliers syriens reste conjecturale.

Ateliers

  • 10 L’illustration de cet article présente l’un des revers à l’envers.

21Vismara 1997 publie un catalogue de 87 bronzes (et 3 faux) frappés au nom de Diaduménien dans les ateliers phéniciens de Bérytos, Tyr, Byblos et Tripolis. L’objectif est de vérifier s’ils sont le produit d’un atelier itinérant, leur style étant très proche. Une étude soigneuse fait pencher l’auteur en faveur d’une production à Antioche, ensuite distribuée aux cités destinataires. Levy 2000 publie un catalogue de 172 tétradrachmes et didrachmes de Sidon frappés entre 106 av. J.-C. et 44 ap. Elle met en rapport les augmentations de production des années 30 av. J.-C. avec les guerres civiles romaines qui se répercutent dans la région. Un type très original de Tyr représente Pygmalion. Il a été identifié par Robinson 1997a grâce à la lecture de l’étonnante légende phénicienne que porte l’un des exemplaires. M. Robinson reconnaît en ce personnage le roi de Tyr, frère de Didon. Ce type est attesté sur des bronzes d’Élagabal et Gordien III. Bijovsky 2000a répond à cet article en rappelant que le bronze de Gordien provient du trésor de Gush Halav, que le type mentionné est connu par d’autres exemplaires sous Volusien et Gallien et qu’il existe une variante. Elle propose de reconnaître en Pygmalion non le roi mythique, personnage négatif, mais un héros chasseur local, proche d’Adonis à Byblos et Eshmun à Bérytos et Sidon. Ces réminiscences de l’héritage culturel de Tyr auraient été encouragées sous le règne de Gordien. Cette dernière remarque semble confirmée par Robinson 1999 qui fait connaître une autre monnaie tyrienne de Gordien III portant en phénicien le nom d’Elissar, i.e. Didon, sœur de Pygmalion. Sous le même règne, d’autres types tyriens faisant référence au mythe de la fondation de Carthage par Didon sont publiés par Robinson 1997b 10.

22Sawaya 1998 répartit le monnayage d’Héliopolis (Baalbek) sous Septime Sévère en six émissions dont les types et légendes reflètent les grands événements du règne, la titulature impériale et les changements de statut d’Héliopolis (colonie, ius italicum). Raphanée, ville de garnison à l’époque romaine, a eu un bref monnayage sous Caracalla, Élagabal et Sévère Alexandre, avec pour type de revers un dieu au taureau que Augé 2000b interprète comme un génie de légion ou de camp. McAlee 1997 signale un rare bronze d’Antioche daté de 145/6 ap. J.-C. représentant la légende de la nymphe Daphné au moment de sa transformation en laurier, référence implicite à l’important faubourg de cette ville. Metcalf 2000 propose une brève et commode introduction aux émissions grecques et romaines de l’atelier d’Antioche.

23Certaines émissions des cités d’Abila et Gadara, dans la Décapole, se signalent par la légende ΙΑΑΓ. La cité voisine de Capitolias emploie aussi la formule ΙΑΑ ordinairement développée en Ι(ΕΡΑΣ) Α(ΣϒΛΟϒ) Α(ϒΤΟΝΟΜΟϒ), le Γ restant inexpliqué. Cohen 1998 rappelle les différentes propositions d’interprétations données à cette lettre et opte pour un développement en Γ(ΝΩΡΙΜΟϒ). Augé 1999 présente les types monétaires de Canatha. Donceel & Sartre 1997 montrent que le principal temple de Canatha est dédié à Théandrios, bien que ce dieu ne semble pas figurer sur les monnaies de la cité. Les fouilles de Gérasa ont livré un trésor de 155 pièces. Parmi elles, Augé 1998 souligne la présence de bronzes de l’atelier local à l’effigie de Julia Domna inconnus jusque-là. Amitai-Preiss, Berman & Qedar 1994-1999 proposent un catalogue de 66 monnaies arabo-byzantines des ateliers de Gérasa et Scythopolis-Baysan entre la fin du viie et le début du viiie s. ap. J.-C. Ils proposent un classement de l’ensemble et soulignent les points communs aux deux ateliers. Barkay 1994-1999 présente une liste de bronzes de Scythopolis plus anciens, puisqu’ils portent de rares portraits de gouverneurs de Syrie – Gabinius principalement – et des légendes faisant des habitants les «  Gabinéens de Nysa  » entre 57 et 45 av. J.-C. D’autres cités ont pris le nom de gouverneurs romains ou de Pompée en Judée et dans la Décapole, mais généralement beaucoup plus tardivement.

24Le Levant Sud a fait l’objet de plusieurs études  : Augé 2000a donne un rapide aperçu du monnayage de Gaza romaine  ; Kindler 1999 (non vidi) et Strickert 1999 (non vidi) s’intéressent aux monnayages de Bethsaida  ; Galst 1998 signale un nouveau type de revers de Neapolis frappé sous Caracalla. L’épaisse synthèse de Stern 2000 sur Dor à travers l’histoire exploite essentiellement la documentation archéologique, la monnaie venant en complément. Meshorer complète cette vue générale en présentant un catalogue des émissions de Dor (1995b) et 116 monnaies découvertes dans les fouilles d’un secteur de la ville (1995c).

25Plusieurs auteurs se sont intéressés aux représentations architecturales sur les monnaies de Palestine. Le sanctuaire de Césarée Philippe-Paneas est reconstitué par Ma‘oz 1994-1999 grâce à une étude comparative des vestiges archéologiques et des types monétaires. Les hypothèses de Y. Meshorer en 1984/1985 sont largement révisées et le site est présenté très méthodiquement en commençant par son plan général et l’organisation du culte de Pan qui donne lieu à l’élevage de boucs sacrés. Puis les différents espaces reconnaissables sur les monnaies sont reconstitués un à un  : colonnade semi-circulaire, piscine sacrée, grotte et cérémonies. De rares bronzes d’Antipatris frappés sous Élagabal sont présentés par Meshorer 1994-1999. Les revers de deux de ces monnaies représentent les sources du Yarkon et les sanctuaires où elles sont vénérées. La colline d’Antipatris flanquée de deux temples d’où descendent des escaliers qui conduisent à une arche centrale est un exemple assez élaboré de représentation architecturale sur une monnaie. Ascalon a fait l’objet de deux articles  : Spaer 1999 propose d’identifier le portrait masculin des monnaies d’Ascalon entre 53/2 et 48/7 comme une réminiscence du monnayage séleucide. Le portrait de Cléopâtre aurait été apposé en hommage à ses relations avec César puis Antoine, pour plaire aux nouveaux maîtres de l’Orient. Richter 1994-1999 fait connaître un gros bronze inédit d’Ascalon (33 mm, 33,4 g), probablement frappé vers 178/9 ap. J.-C. et qui serait la plus grosse dénomination de Phénicie-Palestine dans ce métal. Metlich 1994-1999 publie un follis d’Héraclius frappé à Jérusalem dont seulement trois autres exemplaires sont connus.

  • 11 Papyri grecs, araméens, hébraïques.

26Weiser & Cotton 1996 étudient le système monétaire nabatéen sous domination romaine dans un contexte élargi. L’article, qui compte 51 pages, dépouille les mentions de monnaie (mélainai, lepta, etc.) dans les papyri d’Arabie et de Judée 11 ainsi que dans les sources rabbiniques. Il rappelle aussi l’organisation monétaire de la Syrie avant de détailler le système monétaire nabatéen et la politique romaine appliquée à un État annexé. L’ensemble, très argumenté, est désormais une référence nécessaire pour comprendre la situation économique et politique de la Nabatène dès le ier s. ap. J.-C., l’article prenant en compte la situation antérieure à l’annexion. Il faut cependant regretter l’absence de toute introduction ou conclusion. Plus modestement, dans un ouvrage collectif sur Pétra, Schmitt-Korte & Wenning 1997 répertorient les émissions des différents souverains nabatéens indépendants, puis, à partir de 106, celles sous domination romaine avec la création de la province d’Arabie. Une description des monnayages d’Arétas IV, roi de Nabatène (9 av. J.-C. - 40 ap. J.-C.), est publiée par Ciecielag 1999 qui se fonde sur le catalogue de Y. Meshorer, Nabataean Coins, Jérusalem, 1975. Certaines de ses émissions de bronze datées de 9 av. J.‑C. se substituent à l’argent et portent la légende ma’ah garantissant l’équivalence avec ce métal  ; elles sont les seules à être contremarquées parmi les monnaies de Nabatène. En 15 ap. J.-C. circulent des bronzes qui reprennent complètement les types de l’argent. L’ensemble de l’article emprunte largement à Y. Meshorer. Butcher 1995-1996 suppose que les chameaux sur les drachmes d’argent de la province d’Arabie frappées sous Trajan sont une erreur typologique  : les analyses métalliques prouvent qu’elles ont été fabriquées à Rome où la distinction entre chameau et dromadaire ne devait pas avoir d’importance. Les conclusions politiques tirées de ce type (désir de conquête de l’Iran) sont donc trop hâtives.

27Les imitations arabes de monnaies byzantines font l’objet d’une présentation synthétique dans Goodwin 2000  : types répertoriés, problèmes de datation et de localisation des ateliers, contremarques. Goodwin 1995 présente un catalogue de quatorze d’entre elles, certaines copiant soigneusement les types originaux, d’autres s’en éloignant très nettement. La frappe de ce monnayage s’étendrait de la fin des années 650 aux environs de 680. Certaines sont contremarquées  ; T. Goodwin en prépare le catalogue. Oddy 1995 rappelle l’origine syrienne probable de ces imitations et en présente sept exemplaires. Karukstis 2000 a étudié les coins de quinze exemplaires provenant de Syrie et du nord d’Israël. Treadwell 2000 s’intéresse au monnayage arabe de bronze frappé en Syrie avant la réforme d’Abd el-Malik (non vidi).

Circulation monétaire

Monnaies isolées, monnaies de fouilles

28Les fouilles du centre-ville de Beyrouth ont livré des milliers de monnaies. Celles du secteur des souks (BEY 006) sont datées des époques hellénistique et romaine (monnaies de la colonia Berytus et bronzes des ive-ve s. majoritairement) jusqu’à la période moderne selon Butcher 1996b. Ces résultats sont comparés à ceux d’autres sites orientaux occupés au vie s. ap. J.-C. dans Butcher 1997-1998  ; l’auteur montre que BEY 006 est caractérisé par la présence majoritaire de bronzes antérieurs à la réforme de 512, ce qui n’est le cas dans aucune des autres fouilles présentées. Cette particularité pourrait être expliquée par le séisme de 551 qui a fortement endommagé ce quartier dont les maisons n’ont pas été reconstruites. L’article se clôt sur des remarques générales, K. Butcher estimant que les autorités impériales n’ont pas cherché à contrôler la circulation monétaire. Le matériel monétaire d’un autre chantier, situé au nord-est de la place des Martyrs (BEY 020), livre une chronologie différente  : de l’époque achéménide à l’Empire byzantin (Sawaya 1997).

  • 12 Moins de 1 % des trouvailles sont antérieures à Auguste ; les monnaies axoumites et vandales représ (...)

29En Syrie du Sud, Augé & Kalos 2000 signalent la découverte dans les fouilles de Sahr d’un bronze de Philippe l’Arabe avec un type de revers rare  : une femme émergeant d’un calice de feuilles. Metcalf & Fulco 1995-1996 présentent les découvertes monétaires faites à Tel Nimrin (Jordanie). Il s’agit principalement d’un trésor de 34 solidi enfoui vers le tout début du vie s. ap. J.-C. Le site a aussi fourni une poignée de bronzes entre le ier s. av. J.-C. et l’époque omeyyade. Le macellum de Gérasa est un vaste bâtiment octogonal utilisé du iie au viiie s. ap. J.-C. Marot 1998 a étudié très en détail les 1 617 monnaies – majoritairement romaines (71  %) 12 – qui y ont été trouvées. Surtout, chaque trouvaille est située dans son contexte archéologique, l’auteur essayant de caractériser la circulation monétaire, niveau par niveau. 113 bronzes nabatéens découverts dans les fouilles de Pétra sont publiés par Peter 1996. S’y ajoutent trois trésors dont les contenus s’échelonnent du ier au ve s. ap. J.-C., illustrés par des planches très complètes. 195 bronzes et une monnaie d’argent mis au jour dans le grand temple de cette même cité ont été identifiés par Chr. Augé et sont publiés par Barrett 1998. Quelques-unes sont illustrées, mais le reste est présenté sur un CD-Rom.

  • 13 Notamment : Al Midya ar-Ras : Janai 1994-1999 (découvertes de surface) ; Antipatris : Kindler 2000b (...)

30Pour les nombreuses fouilles israéliennes, je renvoie à la liste détaillée et commentée donnée par Gitler 2003, p. 173-175 13. Un épais article de Gitler 1996 compare les trouvailles monétaires de huit sites fouillés à Jérusalem ainsi que des monnaies trouvées à Massada entre le iiie s. av. J.-C. et la conquête arabe en 640. L’article est entièrement constitué de graphiques et de tableaux sans conclusion historique. Il est suivi d’un catalogue de 577 monnaies trouvées lors des fouilles de certaines aires du quartier juif de la vieille ville de Jérusalem (pl. 21-30). Signalons par ailleurs la fouille de la source d’Ein Tzur, près de Césarée Maritime, fréquentée pour ses vertus fertilisantes. Les fouilles ont mis au jour 2 100 monnaies accumulées dans le conduit par lequel s’écoule la source. Barkay 2000b en a identifié 803, majoritairement du vie s., le site ayant été fréquenté du ive s. à son abandon au viie s. Ces trouvailles renvoient à une pratique bien attestée par ailleurs, les pèlerins appuyant leur vœu de l’abandon d’une piécette dans le bassin de la source. De manière plus classique, Meir 2000 montre que les monnaies de fouilles de Jaffa jalonnent étroitement l’histoire de la ville, du comptoir sidonien à la période franque.

31Bar 1996 décrit des monnaies de l’Orient romain trouvées en Belgique (Bérytos 2, Samosate 1, Antioche 2, Parthes 1)  ; Bodzek & Madyda-Legutko 1999, signalant une monnaie d’Ascalon datée entre 37 et 117 ap. J.-C. en Pologne, présentent aussi un rapide tour d’horizon des monnaies grecques de l’Empire romain trouvées en Europe centrale.

Trésors

32L’énorme recueil en trois volumes de Noeske 2000a peut paraître aride au premier abord  : il répertorie les trésors d’Égypte et de Syrie datant du ive au viiie s. ap. J.-C. Ceux des diocèses d’Orient sont détaillés dans le volume 2, p. 426-713  ; le lecteur y trouvera les lieux et conditions d’invention, la description du contenu et la bibliographie que chaque lot a suscitée. Les cartes et graphiques du volume 3 complètent l’interprétation par période et par région donnée dans le volume 1. Cet ensemble forme un remarquable outil de comparaison pour un matériel très abondant dans la région et ordinairement considéré comme ingrat à étudier. Noeske 1996 anticipait sur cette publication en donnant quelques conclusions préliminaires sur les trésors de monnaies d’or trouvés dans ces mêmes provinces. Ceux-ci sont étudiés par zones géographiques et par périodes de manière à montrer l’influence des grands événements historiques – campagnes perses et conquête arabe notamment – sur leur répartition et leur contenu  ; la réforme d’Abd el-Malik (696/7) met un terme à la circulation de l’or byzantin. Du même auteur (Noeske 2000b), un dernier article s’attache aux monnaies coulées retrouvées en abondance en Égypte du ve au viie s. Au contraire, peu d’entre elles sont parvenues en Palestine et en Syrie.

  • 14 Rappelons qu’il est préférable de se fier au mode plutôt qu’à la moyenne des poids dans une étude s (...)

33Syrie-Liban. McAlee 1999 publie un trésor de 677 tétradrachmes posthumes de Philippe Philadelphe, dont 312 portant des dates lisibles (une est inconnue du Roman Provincial Coinage 1). L’article ne comporte pas de catalogue mais un tableau de synthèse des années connues, l’ensemble étant daté entre 47/6 et 14/3 av. J.-C. Une étude des coins, des poids moyens 14, des variantes typologiques mineures et des émissions absentes de cette trouvaille complète l’ensemble. Dans la chronique annuelle de Coin Hoards publiée dans le Numismatic Chronicle, Sawaya 2000 donne la liste de trois trésors syriens aujourd’hui partiellement conservés dans une collection privée libanaise (les exemplaires de cette collection sont photographiés pl. 46-50). Les deux premiers (nos 40 et 41) sont composés de deniers et auraient été enfouis respectivement après 78 et après 124 ap. J.-C. Le no 42 comportait 100 à 150 antoniniani thésaurisés vers 258-260. Kruszyński 1999 a acquis un groupe de 44 bronzes à Cambridge en 1991. Ils proviendraient du Liban ou peut-être de Syrie. L’ensemble se divise en deux groupes  : le premier constitué de monnaies byzantines datées des années 491-631/2  ; le second, plus disparate, contenant des folles du xie s. et des monnaies islamiques de la deuxième moitié du xiiie s. On peut douter qu’il s’agisse d’un trésor, les monnaies s’étalant sur plus de huit siècles avec des interruptions.

  • 15 Accompagnées d’imitations égyptiennes de monnaies axoumites.

34Israël. Meshorer 1995a (non vidi) signale un trésor de l’époque des guerres juives. Un lot de 1 953 bronzes a été découvert dans les fouilles d’un groupe de synagogues de Gush Halav, au nord de la Galilée, en 1977-1978. Ces petites monnaies sont usées et de faible valeur. En outre, leur datation s’étale du iie s. av. au vie s. ap. J.-C. Bijovsky 1998 en propose le premier catalogue complet et y distingue un groupe de monnaies vandales, ostrogoths, axoumites 15 et carthaginoises. Elle souligne que la présence de ces petites monnaies, atypiques et de mauvaise qualité, a sans doute généralement été ignorée sur les sites levantins, à tort. Les axoumites venues d’Éthiopie durant la première moitié du ve s. ap. J.-C. semblent avoir particulièrement circulé au Levant, mais pas à Carthage. Le contenu étonnant de ce trésor le rangerait dans les donations charitables. G. Bijovsky dresse d’ailleurs une liste des lots qui lui sont comparables, à Capharnaüm ou dans la région, mais aussi dans le reste de l’Empire byzantin.

35Un premier trésor de 3 058 bronzes provenant de la synagogue de Capharnaüm a été découvert durant les fouilles engagées au début des années 1970. Les monnaies sont datées de la fin de l’époque hellénistique à 476 ap. J.-C. Arslan 1997 en dresse le catalogue et en fait une étude détaillée. Un deuxième trésor a été mis au jour durant les mêmes fouilles  : il était composé de cinq solidi et peut-être deux bronzes du viie s. (Callegher 1997). À Qazrin, 84 folles et demi-folles ont été découverts dans les fouilles de l’ancienne synagogue entre 1978 et 1984. Ariel 1996 note qu’ils sont tous antérieurs à 607/8, sauf un, marquant la profonde rupture causée par la conquête perse entre 611 et 614.

36Une nouvelle publication du trésor de La Venèra (plus de 43 000 monnaies trouvées dans la plaine du Pô au xixe s.) est actuellement en cours sous la direction de J.-B. Giard. La première partie (Giard 1995) concerne les émissions de Gordien III à Quintilien (11 077 exemplaires)  ; quelques productions orientales y figurent. Le second volume publié par Estiot 1995 est d’un intérêt majeur pour le monnayage de Valentinien. Il est précédé d’une grosse introduction et rassemble 10 843, exemplaires dont seulement 17 antoniniani d’Antioche et 4 de Tripolis. Malgré cette faible représentation, une réflexion fondée sur une documentation élargie est consacrée à ces deux ateliers (p. 94-107). Des indices facilitent la consultation de cette riche étude.

Circulation générale

37Barrett 1999 revient sur le retrait de la circulation de l’as de bronze de Caligula, décrété en 43 par le Sénat selon Dion Cassius. Cette affirmation doit être considérée avec prudence, ces monnaies apparaissant en assez grand nombre, notamment sur les sites occidentaux. Dion écrivant après les faits aurait pu sur-interpréter ses sources, essentiellement poétiques.

  • 16 R. Duncan-Jones, Structure and Scale in the Roman Economy, Cambridge, 1990, chap. 2 : « Trade, taxe (...)

38Grâce à l’étude de 419 trésors des ive et ve s. (Israël  : 6  ; Jordanie  : 1), Bland 1997 met en lumière les fluctuations de la valeur d’échange de la monnaie d’or. Amandry 1997 cherche à établir quels modèles ont prévalu dans l’organisation monétaire de l’Empire romain en s’interrogeant sur le rôle des colonies romaines. Le monnayage de huit colonies frappé entre la mort de César et 69 ap. J.-C. est présenté dans une perspective comparatiste, Bérytus représentant la Syrie. En Occident, il apparaît clairement que le système augustéen de dénominations s’est rapidement imposé  ; en Orient, en revanche, aucune équivalence claire n’est discernable. Howgego 1996 s’oppose à une thèse de R. Duncan-Jones 16 dans un article consacré à la circulation de l’argent romain dans deux régions éloignées  : l’Angleterre, la Belgique et la France d’une part, la Turquie, la Syrie et Israël d’autre part. Les monnayages orientaux qui ont afflué en Europe ont été frappés essentiellement durant quatre périodes  : sous Septime Sévère, Gordien III, Trébonien Galle-Volusien et Valérien-Gallien. Chr. Howgego observe la présence de nombreuses émissions d’Antioche en Occident sous Septime Sévère et Gordien III, fruit d’un flux général d’est en ouest qui semble interrompu sous les règnes suivants. Sous Gordien III déjà, la séparation est sensible  : le monnayage d’Antioche fournit presque 100  % des trésors syriens mais moins de 14  % de ceux d’Europe du Nord-Ouest. Les émissions orientales ont massivement servi à payer les dépenses militaires de l’Empire et se sont ensuite répandues vers l’ouest avec le déplacement des troupes après les campagnes, dans une proportion variable d’un règne à l’autre.

39Rebuffat 1999, à partir de l’étude des collections d’Antakya, suppose une entente monétaire entre villes voisines (Antioche et Séleucie principalement) dont les bronzes circulaient sur les deux territoires. Antioche recevait aussi des bronzes de régions voisines – Cilicie, Phénicie, Haute Mésopotamie – dont le module était similaire à celui des grandes dénominations romaines  : as, dupondius et sesterce. Mais presque aucune trouvaille de bronze ne provient de régions plus lointaines  : Fr. Rebuffat ne signale que quelques exemplaires de Césarée de Cappadoce, atelier prolifique, et d’autres de provenances diverses toutes datées du règne de Caracalla et probablement de son passage à Antioche. Ceci confirme que les bronzes circulaient peu en dehors de leur région d’émission. Butcher 1996a présente les monnayages utilisés en Syrie entre l’annexion par Rome (64 av. J.-C.) et le iiie s. ap. J.-C. La situation administrative est faite d’une mosaïque de statuts jusqu’au iie s. ap. J.-C. Il en va de même des monnayages utilisés, héritage croisé des Séleucides et des traditions des cités auquel s’ajoutent des productions extérieures (deniers, autres émissions civiques). Deniers et aurei ne commencent à circuler un peu que dans la seconde moitié du ier s. ap. J.-C.  ; les bronzes impériaux sont rares et parfois confondus avec des frappes locales les imitant. Les tétradrachmes d’Antioche et les émissions de Tyr alimentent deux zones monétaires distinctes jusque sous le règne de Néron, prolongeant sous l’Empire les frontières monétaires de l’époque séleucide. Plus tard, Antioche assure les deux types de production et la circulation monétaire finit par réunir les deux zones au iie s. ap. J.-C. Antioche reste l’atelier principal pour l’argent jusqu’à sa fermeture au iiie s.  ; l’atelier produit aussi un abondant monnayage de bronze marqué des lettres SC, entre Auguste et Élagabal principalement. L’auteur rappelle aussi l’existence d’autres monnayages d’argent et de bronze qui ont circulé localement. Toutes ces émissions syriennes cessent brutalement durant les années 250. Désormais, Antioche seule produit en grandes quantités des monnaies impériales présentant le portrait radié de l’empereur  ; la Syrie possède alors un monnayage utilisable dans tout l’Empire. Il semble cependant que les anciennes frappes aient continué à circuler assez longtemps après l’arrêt de la production, peut-être jusqu’à la réforme de Dioclétien.

40Le système monétaire fondé par Constantin en 310 donne une place prépondérante au solidus. Banaji 1996 s’est intéressé aux voyages de cette monnaie d’or, notamment en Méditerranée orientale où elle a beaucoup circulé, y compris dans les zones rurales. Les trésors sont fréquemment composés de monnaies anciennes, mises en circulation plus de trente ans avant la thésaurisation. Par ailleurs, l’étude de 330 trésors montre que la Méditerranée centrale et orientale se distingue de l’Occident par le nombre de grands trésors (plus de cent solidi)  ; au Levant, 60  % de ceux-ci ont été enfouis au viie s. Enfin, le frai est parfois important.

41Foss 1994-1999 essaie de reconstituer la circulation monétaire en Syrie au viie s. d’après les trouvailles archéologiques. Six sites dont les monnaies sont publiées ont été comparés  : Antioche, Apamée, Épiphanéia/Hama, Déhès, Gérasa et Pella (Décapole). L’exercice est ardu car la présentation est différente d’une publication à l’autre et ne permet pas de tirer les conclusions espérées. Il a ainsi fallu renoncer à dater les monnaies arabo-byzantines d’après des critères archéologiques. Quelques conclusions générales s’imposent cependant  : les monnaies byzantines ont continué de circuler partout après la conquête arabe  ; des monnaies des Sassanides avant 629 témoignent de leur présence  ; des spécificités régionales existent (monnayage particulier de Scythopolis par exemple)  ; des monnaies arabo-byzantines à légendes bilingues frappées sous gouvernement arabe circulent pendant plusieurs décennies  ; enfin, la réforme d’Abd el-Malik en 697 met un terme à ce foisonnement  : les bronzes frappés de la shahada s’imposent en grandes quantités sur tous les sites archéologiques après cette date. Heidemann 1998 fait le point sur les usages et la forme des monnaies d’or, d’argent et de bronze employées en Syrie et en Mésopotamie du Nord durant les premières décennies de la domination arabe, avant et après la réforme d’Abd el-Malik.

économie

  • 17 Ainsi les Romains auraient-ils créé en Égypte la première monnaie fiduciaire au monde qui ait renco (...)

42Foraboschi 1999 fait la synthèse de nos connaissances sur les évolutions monétaires et économiques du Bas Empire. Cette période est en effet marquée par un changement fondamental  : le passage d’une économie où domine une abondante monnaie de bronze très dévaluée à un système fondé sur l’or. La structure économique du Bas Empire est mise en parallèle avec cette évolution (concentration foncière, richesse de l’Église, mutations urbaines et rurales, commerce) pour montrer comment les réformes des empereurs parviennent à stabiliser le système monétaire ainsi que l’économie à la fin du ive s. La synthèse de Harl 1996 répond à un dessein plus ambitieux encore  : montrer la place de la monnaie dans l’économie romaine, notamment comme «  instrument fiscal  » et moyen d’échange, quand la plupart des travaux de numismatique se consacrent à la monnaie comme objet. L’auteur brosse un portrait chronologique en sept parties des pratiques monétaires depuis les années 500-200 av. J.-C. (Italie seulement) jusqu’en 700 ap. J.-C. Suivent quatre chapitres sur les besoins du gouvernement romain  ; les usages provinciaux  ; les prix et les salaires et enfin la monnaie romaine hors des frontières de l’Empire. Il faut regretter l’absence de conclusion de cet ouvrage qui brasse énormément d’informations, au prix d’approximations et d’inexactitudes 17. L’article de Harl 1997 est une synthèse sur la place de la monnaie dans l’économie romaine reprenant le précédent ouvrage. Elle montre Auguste plaçant le denier au cœur d’un système permettant les conversions des monnayages traditionnels des différentes parties de l’Empire en aurei et bronzes impériaux. La fiscalité impériale aurait contraint les systèmes locaux à s’adapter aux variations du denier (exemples syriens durant les années 98-100 et 107-120 ap. J.-C.), surtout à partir du iiie s. Les monnayages civiques orientaux se perpétuent avec bonheur et sans direction centrale jusqu’au iiie s. Ils forment un outil économique difficile à évaluer mais abondant, surtout après le milieu du iie s. K. W. Harl développe l’exemple de l’Égypte, mieux documenté, pour montrer comment s’articule l’usage des monnayages impériaux et provinciaux à travers le système de taxation impérial. Il souligne aussi le rôle des décurions (dépenses de prestige, panégyries, concours) et des marchés locaux qui attirent les populations rurales de manière saisonnière. Dans ces deux publications, K. W. Harl fait des propositions stimulantes fondées sur des exemples développés. Les limites de la démonstration viennent de l’extension de ces exemples à l’ensemble de l’Empire, raisonnement dont la pertinence est difficilement vérifiable là où nous ne possédons pas de moyens de comparaison.

43Mildenberg s’est intéressé à la route des épices  : en 1995, il propose une carte de cette route aboutissant à Gaza, mais sans passer par Pétra, puis il corrige cet article un peu trop rapide en 1996.

Histoire

44Mildenberg 1998 réunit une collection d’articles de cet auteur dont huit portent sur les guerres juives contre Rome (p. 161-249)  ; ils ont été rédigés entre 1948 et 1990. Dans le même contexte, la date de fondation d’Aelia Capitolina reste sujette à débat. Eshel 2000, se fondant sur des découvertes monétaires dans une grotte proche de Jérusalem, argumente en faveur de la datation haute, avant 135. Kushnir-Stein 2000 utilise les sources écrites comme les monnaies pour déterminer le statut des cités de Samarie après la victoire de Septime Sévère sur Pescennius Niger.

45Selon Casey 1996, les découvertes monétaires dans le sud de la Palestine semblent confirmer la suppression de la solde des limitanei par Justinien, comme le signalait Procope, mais son affirmation générale ne se vérifie pas en dehors de cette région dont il était originaire. La transition de la Syrie de l’Empire byzantin à la domination arabe fait l’objet d’une longue synthèse historique de Foss 1997. Toutes les sources disponibles sont mises à contribution, y compris, dans une moindre mesure, les monnaies.

La recherche est arrêtée au viie s. de notre ère, la réforme monétaire d’Abd el-Malik (696/7) ouvrant sur une autre période. Je dois des remerciements particuliers aux conservateurs du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France : M. Amandry (directeur), D. Gerin et D. Hollard, ainsi qu’à F. de Callataÿ (directeur du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Royale de Belgique) pour l’aide qu’ils m’ont apportée dans mes recherches.

Haut de page

Bibliographie

Althoff (R.) 1997 Sammlung Köhler-Osbahr, Band IV, Römische Münzen, Duisbourg.

Althoff (R.) 1998a Sammlung Köhler-Osbahr, Band V/1, Byzantinische Münzen und ihr Umfeld. Anastasius I. (491-518) bis Phocas (602-610), Duisbourg.

Althoff (R.) 1998b Sammlung Köhler-Osbahr, Band V/2, Byzantinische Münzen und ihr Umfeld. Interregnum (Sommer 608-Ende 610) und Heraclius (610-641) bis Alexios IV (14171447), Duisbourg.

Amandry (M.) 1997 «  Les colonies romaines ont-elles été le vecteur de l’introduction des dénominations romaines au pourtour de la Méditerranée  ?  », Topoi, 7/1, p. 137-148.

Amandry (M.) 1999 «  Bibliographie commentée des analyses de laboratoire appliquées aux monnaies grecques et romaines de bronze (1972-1998)  », Revue belge de numismatique, 145, p. 173-183.

Amitai-Preiss (N.), A.  Berman & S.  Qedar 1994-1999 «  The coinage of Scythopolis-Baysan and Gerasa-Jerash  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 133-151.

Ariel (D. T.) 1996 «  A hoard of Byzantine folles from Qazrin  », ‘Atiqot, 29, p. 69-76.

Arslan (E.) 1997 «  Il deposito monetale della trincea XII nel cortile della sinagoga di Cafarnao  », Liber Annuus, 47, p. 245-328.

Augé (Chr.) 1998 «  De nouvelles monnaies de Gérasa (Jérash, Jordanie)  », Bulletin de la Société française de numismatique, 53/9 (novembre), p. 242-245.

Augé (Chr.) 1999 «  Sur des types monétaires de Canatha  », dans M.  Amandry & S. Hurter éd., Travaux de numismatique grecque offerts à G. Le Rider, Londres, p. 25-35.

Augé (Chr.) 2000a «  Les monnaies antiques de Gaza  », Gaza méditerranéenne. Histoire et archéologie en Palestine, Paris, p. 70-72.

Augé (Chr.) 2000b «  Un type monétaire romain de Raphanée (Syrie)  », Bulletin de la Société française de numismatique, 55/7 (septembre), p. 165-167.

Augé (Chr.) & M. Kalos 2000 «  Quelques monnaies trouvées à Sahr (Syrie du Sud)  », Bulletin de la Société française de numismatique, 55/1 (janvier), p. 1-4.

Banaji (J.) 1996 «  The Circulation of Gold as an Index of Prosperity in the Central and Eastern Mediterranean in Late Antiquity  », dans C. E. King & D. G. Wigg éd., Coin Finds and Coin Use in the Roman World. The Thirteenth Oxford Symposium on Coinage and Monetary History, 25-27/3/1993, Berlin, p. 41-53.

Bar (M.)1996 «  Monnaies grecques et assimilées trouvées en Belgique  », Cercle d’études numismatiques. Bulletin, 33/1 (janvier-mars), p. 1-20.

Barag (D.) 1996 «  The legal and administrative status of the port of Sebastos during the early Roman period  », dans A.  Raban & K. G.  Holum éd., Caesarea Maritima. A Retrospective after two Millenia, Leyde, p. 609-614.

Barag (D.) & S.  Qedar 1994-1999 «  A countermark of the Legio Quinta Scythica from the Jewish War  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 66-69.

Barkay (R.) 1994-1999 «  Coins of Roman Governors Issued by Nysa-Scythopolis in the Late Republican Period  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 54-62.

Barkay (R.) 1997 «  Roman and Byzantine Coins  », dans Y.  Hirschfeld et alii dir., The Roman Baths of Hammat Gader. Final Report, Jérusalem, p. 279-300.

Barkay (R.) 2000a «  The Coins of Horvat ‘Eleq  », dans Y.  Hirschfeld éd., Ramat Hanadiv Excava-tions, Jérusalem, p. 377-419.

Barkay (R.) 2000b «  The Byzantine Period Wishing Spring of Ein Tzur in the Holy Land  », dans B.  Kluge & B.  Weisser éd., XII. internationaler numismatischer Kongress, Berlin 1997. Akten II, Berlin, p. 855-858.

Barrett (A. A.) 1999 «  The Invalidation of Currency in the Roman Empire: the Claudian Demonetization of Caligula’s aes  », dans G. M.  Paul & M.  Ierardi éd., Roman Coins and Public Life under the Empire, Ann Arbor, p. 83-93.

Barrett (D. G.) 1998 «  The Coins  », dans M. S.  Joukowsky éd., Petra Great Temple. vol. I. Brown Univer-sity Excavations, 1993-1997, Providence, p. 317‑324.

Bickford-Smith (R. A.) 1994-1995 «  The Imperial Mints in the East for Septimius Severus: it is time to begin a thorough reconsideration  », Rivista italiana di numismatica, 96, p. 53-71.

Bijovsky (G.) 1998 «  The Gush Halav Hoard Reconsidered  », ‘Atiqot, 35, p. 77-106.

Bijovsky (G.) 2000a «  More about Pygmalion from Tyre  », Numismatica e antichità classiche, 29, p. 319‑332.

Bijovsky (G.) 2000b «  The Coins from Horbat Zalit  », ‘Atiqot, 39, p. 155-169.

Bland (R.) 1997 «  The Changing Patterns of Hoards of precious-metal Coins in the Late Empire  », Antiquité tardive, 5, p. 29-55.

Bodzek (J.) & R.  Madyda-Legutko 1999 «  The Ascalon Coins found at Zarzece, Przemysl Voivodship  », Notae Numismaticae-Zapiski Numizmatyczne, 3/4, p. 141-151.

Brenner (S.) 2000 «  Coins of Herod the Great: Star or Crest?  », The Celator, 14/10, p. 40-41, 47.

Burnett (A.) 1999 «  Buildings and Monuments on Roman Coins  », dans G. M. Paul & M. Ierardi éd., Roman Coins and Public Life under the Empire, Ann Arbor, p. 137-164.

Burnett (A.), M.  Amandry & I.  Carradice 1999 Roman Provincial Coinage. II. From Vespasian to Domitian (AD 69-96), 2 vol. , Londres/Paris.

Burnett (A.), M.  Amandry & P. P.  Ripollès 1998 Roman Provincial Coinage. Supplement I, Londres/Paris.

Butcher (K.) 1995-1996 «  Bactrian Camels in Roman Arabia  », Berytus, 42, p. 113-116.

Butcher (K.) 1996a «  Coinage and Currency in Syria and Palestine to the Reign of Gallienus  », dans C. E.  King & D. G.  Wigg éd., Coin Finds and Coin Use in the Roman World. The Thirteenth Oxford Symposium on Coinage and Monetary History, 25-27/3/1993, Berlin, p. 101-112.

Butcher (K.) 1996b «  Bey 006. The Coins – Preliminary Report  », BAAL. Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises, 1, p. 207-211.

Butcher (K.) 1997-1998 «  Coinage in Sixth Century Beirut. Prelimi-nary Observations  », Berytus, 43, p. 173-180.

Butcher (K.) & M.  Ponting 1997 «  A Study of the Chemical Composition of Roman Silver Coinage, ad 196-197  », American Journal of Numismatics, 9, p. 17-36.

Butcher (K.) & M.  Ponting 1998 «  Atomic Absorption Spectrometry and Roman Silver Coins  », dans W. A.  Oddy & M. R.  Cowell éd., Metallurgy in Numismatics, 4, Londres, p. 308-334.

Callataÿ (Fr. de) & J.  Van Heesch 1999 Greek and Roman Coins from the Du Chastel Collection, Coin Cabinet of the Royal Library of Belgium, Londres.

Callegher (B.) 1997 «  Un ripostiglio di monete d’oro bizantine dalla sinagoga di Cafarnao  », Liber Annuus, 47, p. 329-338.

Cancio (L.) 1998 «  Repaired Ancient Coin Dies  », Numismatic Circular, 106/7 (septembre), p. 313.

Carradice (I. A.) 1994 «  The Coins  », Die Ausgrabungen unter der Erlöserkirche im Muristan, Jerusalem (1970-1974), Wiesbaden, p. 311-330.

Casey (P. J.) 1996 «  Justinian, the limitanei and Arab-Byzantine Relations in the 6th Century  », Journal of Roman Archaeology, 9, p. 214-222.

Cepeda Ocampo (J. J.) 2003 «  Los siglos IV y V  », dans C.  Alfaro & A.  Burnett éd., A Survey of Numismatic Research 1996-2001, Madrid, p. 305-311.

Chaves Tristan (F.) & W.  Hollstein 2003 «  Die römische Republik / La repubblica romana  », dans C. Alfaro & A. Burnett éd., A Survey of Numismatic Research 1996-2001, Madrid, p. 237-269

Ciecielag (J.) 1997 «  Some Remarks on the Coinage of Herod Philip  », Notae Numismaticae-Zapiski Numiz-matyczne, 2, p. 66-82.

Ciecielag (J.) 1998 «  Coins from the so-called Essene Settlements on the Dead Sea Shores  », dans Z. J.  Kapera éd., Mogilany 1995, Papers on the Dead Sea Scrolls offered in Memory of Aleksy Klawek, Cracovie, p. 105-115.

Ciecielag (J.) 1999 «  Coins of Aretas IV, King of Nabateans (9 bc-ad 40)  », Notae Numismaticae-Zapiski Numizmatyczne, 3/4, p. 103-128.

Cohen (G. M.) 1998 «  The Letters IAAΓ on some Coins of Abila and Gadara  », American Journal of Numismatics, 10, p. 95-102.

Demougin (S.) 1997 «  Procuratores monetae  », Revue numisma-tique, 152, p. 41-45.

Donceel (R.) & M.  Sartre 1997 «  Théandrios, dieu de Canatha  », Electrum, 1, p. 21-34.

Eshel (H.) 2000 «  The Date of the Founding of Aelia Capitolina  », dans L. H.  Schiffmann, E.  Tov & J. C.  Vanderkam éd., The Dead Sea Scrolls Fifty Years after their Discovery. Proceedings of the Jerusalem Congress, July 20-25, 1997, Leyde/Boston/Cologne, p. 637-643.

Eshel (H.) & D.  Amit 1998 Refuge Caves of the Bar Kochba Revolt, Tel Aviv.

Eshel (H.) & B.  Zissu 1994-1999 «  Roman Coins from the ‘Cave of the Sandal’ West of Jericho  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 70-77.

Estiot (S.) 1995 Ripostiglio della Venèra. Nuovo catalogo illustrato. vol. II. 1. Aureliano, Rome.

Evans (J. De Rose) 1995 «  Ancient Coins from the Drew Institute Archaeological Research Excavations of Caesarea Maritima 1971-1984  », Biblical Archaeologist, 58/3 (septembre), p. 156-166.

Fleischer (R.) 1996 «  Kleopatra Philantonios  », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Istanbuler Abteilung, 46, p. 237-240.

Foraboschi (D.) 1999 «  Moneta ed economia nel tardo-antico  », Rivista italiana di numismatica, 100, p. 173‑199.

Foss (Cl.) 1997 «  Syria in Transition, ad 550-750: An Archaeo-logical Approach  », Dumbarton Oaks Papers, 51, p. 189-269.

Foss (Cl.) 1994-1999 «  The Coinage of Syria in the Seventh Century: the Evidence of Excavations  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 119-132.

Galst (J. M.) 1998 «  A new variety of a Roman provincial tetradrachm from Neapolis  », American Journal of Numismatics, 10, p. 103-104.

Giard (J.-B.) 1995 Ripostiglio della Venèra. Nuovo catalogo illustrato. vol. 1. Gordiano III-Quintilio, Rome.

Giard (J.-B.) 1998 Catalogue des monnaies de l’empire romain. III. Du soulèvement de 68 après J.-C. à Nerva, Paris.

Gitler (H.) 1996 «  A Comparative Study of Numismatic Evidence from Excavations in Jerusalem  », Liber Annuus, 46, p. 317-362.

Gitler (H.) 1998 «  The Coins  », dans M.  Piccirillo & E.  Alliata éd., Mount Nebo. New Archaeological Exca-vations, 1967-1997, Jérusalem, p. 550‑567.

Gitler (H.) 2003 «  The Levant  », dans C.  Alfaro & A.  Burnett éd., A Survey of Numismatic Research 1996-2001, Madrid, p. 151-175.

Gitler (H.), M.  Peter & M.  Ponting 1999 «  A Group of false Roman Coins Dies  », Schweizerische Numismatische Rundschau - Revue suisse de numismatique, 78, p. 101-115.

Gitler (H.) & M.  Ponting 2000 «  An Assemblage of “official” cast Severan denarii from the Levant  », dans B.  Kluge & B.  Weisser éd., XII. internationaler numismatischer Kongress, Berlin 1997. Akten I, Berlin, p. 531-539.

Goodwin (T.) 1995 «  7th Century Arab Imitations of Byzantine Folles  », Numismatic Circular, 103/9 (novembre), p. 336-337.

Goodwin (T.) 2000 «  Pseudo-Byzantine Coinage from Seventh-century Syria  », The Celator, 14/9 (septembre), p. 18-27.

Harl (K. W.) 1996 Coinage in the Roman Economy, 300 bc to ad 700, Baltimore/Londres.

Harl (K. W.) 1997 «  Greek Imperial Coins in the Economic Life of the Roman East  », dans J.  Nollé, B.  Overbeck & P.  Weiss éd., Internationales Kolloquium zur kaiserzeitlichen Münzprägung Kleinasiens, 27.-30. April 1994 in der staatlichen Münzsammlung, München, Milan, p. 223-229.

Heidemann (S.) 1998 «  The Merger of two Currency Zones in Early Islam. The Byzantine and Sasanian impact on the circulation in former Byzantine Syria and Northern Mesopotamia  », Iran, 36, p. 95-112.

Heuchert (V.) 2003 «  Roman Provincial Coinage  », dans C.  Alfaro & A.  Burnett éd., A Survey of Numismatic Research 1996-2001, Madrid, p. 313-343.

Howgego (Chr.) 1996 «  The Circulation of Silver Coins, models of the Roman economy, and crisis in the third century ad: some numismatic evidence  », dans C. E.  King & D. G.  Wigg éd., Coin Finds and Coin Use in the Roman World. The Thirteenth Oxford Symposium on Coinage and Monetary History, 25-27/3/1993, Berlin, p. 219-236.

Janai (J.) 1994-1999 «  A find of Bar Kokhba Coins from the Al-Midya Ar-Ras area  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 78-82.

Karukstis (Ch. P.) 2000 «  A Note on the Localisation of pseudo-Byzantine Coinage in Syria  », Numismatic Circular, 108, p. 158.

Kent (J. P. C.) 1994 The Roman Imperial Coinage. vol. 10. The Divided Empire and the Fall of the Western Parts ad 395-491, Londres.

Kent (J. P. C.) 1995 «  Roman Imperial Coinage Volume X. Addenda and corrigenda 1: to 31 December 1994  », Numismatic Circular, 103, p. 47-48.

Kent (J. P. C.) 1996 «  Roman Imperial Coinage Volume X. Addenda and corrigenda 2: to 31 December 1995  », Numismatic Circular, 104, p. 42.

Kent (J. P. C.) 1997 «  Roman Imperial Coinage Volume X. Addenda and corrigenda 3: to 31 December 1996  », Numismatic Circular, 105, p. 39-41.

Kienast (D.) 1996 Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt.

Kindler (A.) 1999 «  The Coins of the Tetrarch Philip and Bethsaida  », dans R.  Arav & R. A.  Freund éd., Bethsaida: a City in the North Shore of the Galilee, Kirksville, p. 245-249.

Kindler (A.) 2000a «  Coins  », dans M.  Fischer, M.  Gichon & O. Tal éd., ‘En-Boqeq, Excavations in an Oasis on the Dead Sea, II, Officina, an Early Roman Building on the Dead Sea Shore, Mayence, p. 85-92.

Kindler (A.) 2000b «  Coins of the City of Antipatris  », dans M.  Kochavi éd., Aphek-Antipatris I. Excava-tions of Areas A and B. The 1972-1976 Seasons, Tel Aviv, p. 47-55.

King (C. E.) 1996 «  Roman Copies  », dans C. E.  King & D. G.  Wigg éd., Coin Finds and Coin Use in the Roman World. The Thirteenth Oxford Symposium on Coinage and Monetary History, 25-27/3/1993, Berlin, p. 237-263.

Klein (S.) & H.-M.  von Kaenel 2000 «  The Early Roman Imperial Aes Coinage: Metal Analysis and Numismatic Studies  », Schweizerische Numismatische Rundschau- Revue suisse de numismatique, 79, p. 53-106.

Kloner (A.) 2000 Survey of Jerusalem. The Southern Sector, Jérusalem.

Krumeich (R.) 1998 «  Darstellungen syrischer Priester an den kaiserzeitlischen Tempeln von Niha und Chehim im Libanon  », Mitteilungen des deutschen Archäologischen Instituts (D), 10, p. 171-200.

Krumeich (R.) 2000-2001 «  Der Kaiser als syrischer Priester: zur Repräsentation Elagabals als sacerdos dei Solis Elagabali  », Boreas, 23/24, p. 107-112.

Kruszyński (M.) 1999 «  A Group of Byzantine Coins from Lebanon  », Notae Numismaticae-Zapiski Numizmatyczne, 3/4, p. 221-242.

Kushnir-Stein (A.) 2000 «  Septimus Severus and Cities in Samaria: Rewards and Punishments  », Scripta Classica Israelica, 19, p. 149-154.

Lampinen (P.) 1999 «  Countermarked Byzantine folles and the identification of a new imperial family member  », dans K. G.  Holum, A.  Raban & J.  Patrich éd., Caesarea Papers, 2, Portsmouth (Rhode Island), p. 399-404.

Levy (B. E.) 2000 «  The Autonomous Silver of Sidon (107/6 bc-ad 43/44)  », dans B.  Kluge & B.  Weisser éd., XII. internationaler numismatischer Kongress, Berlin 1997. Akten I, Berlin, p. 324-332.

Loffreda (S.) 1997 «  Coins from the Synagogue of Capharnaum  », Liber Annuus, 47, p. 223-244.

Lönnqvist (K.) 1997 «  A re-attribution of the King Herod Agrippa I “year 6” issue  », Liber Annuus, 47, p. 429-440.

Magness (J.) 1998 «  Two Notes on the Archaeology of Qumran  », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 312, p. 41-44.

Ma‘oz (Z. U.) 1994-1999 «  Coin and Temple – The case of Caesarea Philippi-Paneas  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 90-102.

Marot (T.) 1998 Las monedas del Macellum de Gerasa (≠araš, Jordania). Aproximación a la circulación monetaria en la provincia de Arabia, Madrid.

Martini (R.) 1997a Sylloge Nummorum Romanorum. Italia. Milano Civiche Raccolte Numismatiche. Res Publica. Parte V. CRA, 480/3-546/3 – Addenda (nn. 3311-3772), Milan.

Martini (R.) 1997b «  Monetazione provinciale romana. Note per una bibliografia generale  », dans J.  Nollé, B.  Overbeck & P. Weiss éd., Internationales Kolloquium zur kaiserzeitlichen Münzprägung Kleinasiens, 27.-30. April 1994 in der staatlichen Münzsammlung, München, Milan, p. 37-42.

McAlee (R. G.) 1995-1996 «  Vespasian’s Syrian Provincial Coinage  », American Journal of Numismatics, 7-8, p. 113‑143.

McAlee (R. G.) 1997 «  An Unpublished Coin of Antioch depicting Daphne  », Celator, 11/7 (juillet), p. 30-31.

McAlee (R. G.) 1999 «  The Livia Hoard of pseudo-Philip Tetradrachms  », American Journal of Numismatics, 11, p. 1-12.

Meir (C.) 2000 «  The Historical Evidence of the Ancient City of Jaffa  », dans B.  Kluge & B. Weisser éd., XII. internationaler numismatischer Kongress, Berlin 1997. Akten I, Berlin, p. 123-130.

Meissonnier (J.) 1999-2000 «  La représentation des fleuves sur les monnaies romaines  », Caesarodunum, 23-24, p. 515-545.

Meshorer (Y.) 1994-1999 «  Two New Coin Types of Antipatris  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 86-89.

Meshorer (Y.) 1995a «  A Hoard of Coins from the time of the Jewish war against Rome  », Michmanim, 2 (décembre), p. 43-45.

Meshorer (Y.) 1995b «  The Coins of the Mint of Dora  », Excavations at Dor, Final Report, vol 1A. Qedem Reports, Jérusalem, p. 355-365.

Meshorer (Y.) 1995c «  Coins from Areas A and C  », Excavations at Dor, Final Report, vol 1B. Qedem Reports, Jérusalem, p. 461-471.

Meshorer (Y.) 1998 Ancient Means of Exchange, Weights and Coins, Haïfa.

Metcalf (W. E.) 2000 «  The Mint of Antioch  », dans C.  Kondoleon éd., Antioch. The Lost Ancient City, Princeton, p. 105-129.

Metcalf (W. E.) 2003 «  From the Death of Caesar to the Death of Commodus  », dans C.  Alfaro & A.  Burnett éd., A Survey of Numismatic Research 1996-2001, Madrid, p. 271-283.

Metcalf (W. E.) & W. J.  Fulco 1995-1996 «  Coins from the Excavations at Tell Nimrin  », American Journal of Numismatics, 7-8, p. 145‑154.

Metcalf (W. E.), R.  Kool & A.  Berman 1999 «  Coins from the Excavations at ‘Atlit (Pilgrims’ castle and its faubourg)  », ‘Atiqot, 37, p. 89‑164.

Metlich (M. A.) 1994-1999 «  Another Heraclius follis from Jerusalem  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 118.

Mielczarek (M.) 1998 Sylloge Nummorum Graecorum. Poland I. The Archaeological and Ethnographical Museum in Łódź, Part 4, Galatia-Zeugitana, Cracovie.

Mikocki (T.) 1995 Sub specie deae. Les impératrices et princesses romaines assimilées à des déesses. Étude iconologique, Rivista di archeologia, Suppl. 14, Rome.

Mildenberg (L.) 1995 «  Petra on the Frankincese Road?  », Trans-euphratène, 10, p. 69-72.

Mildenberg (L.) 1996 «  Petra on the Frankincese road? Again  », Aram, 8, p. 55-65.

Mildenberg (L.) 1998 Vestigia Leonis. Studien zur antiken Numismatik Israels, Palästinas und der östlichen Mittelmeerwelt, U.  Hübner & E. A.  Knauf éd., Fribourg/Göttingen.

Moesta (H.) & P. R.  Franke 1995 Antike Metallurgie und Münzprägung. Ein Beitrag zur Technikgeschichte, Bâle.

Morawiecki (L.) 1997 «  The coins of Masada  », Qumran Chronicle, 7/1-2, p. 65-89.

Moreaux (M.) 1996 «  Les portes fortifiées sur les monnaies romaines du ive et du ve siècles  », Vienum, 46, p. 256-272.

Morrisson (C.) 1999 «  L’achèvement du catalogue des monnaies byzantines de Dumbarton Oaks et de la collection Whittemore (DOC)  », Bulletin de la Société française de numismatique, 54/8, p. 175-176.

Morrisson (C.) 2003 «  Byzance  », dans C.  Alfaro & A.  Burnett éd., A Survey of Numismatic Research 1996-2001, Madrid, p. 347-374.

Noeske (H.) 1996 «  Bemerkungen zur Struktur von Goldschatzfunden der Spätantike in den Dioecesen Aegyptus und Oriens  », dans C. E.  King & D. G.  Wigg éd., Coin Finds and Coin Use in the Roman World. The Thirteenth Oxford Symposium on Coinage and Monetary History, 25-27/3/1993, Berlin, p. 289-307.

Noeske (H.) 2000a Münzfunde aus Ägypten I. Die Münzfunde des ägyptischen Pilgerzentrums Abu Mina und die Vergleichsfunde aus den Dioecesen Aegyptus und Oriens vom 4.-8. Jh. n. Chr. Prolegomena zu einer Geschichte des spätrömischen Münzumlaufs in Ägypten und Syrien, 3 vol. , Mayence.

Noeske (H.) 2000b «  Bemerkungen zum Münzumlauf vom 5. bis zum 7. Jahrhundert n. Chr. in Ägypten und Syrien  », dans B.  Kluge & B.  Weisser éd., XII. internationaler numismatischer Kongress, Berlin 1997. Akten II, Berlin, p. 812-820.

Oddy (A.) 1995 «  Imitations of Constans II folles of Class 1 or 4 Struck in Syria  », Numismatic Circular, 103/4, p. 142-143.

Ostrowski (J. A.) 1999 «  Personifications of Judea on Flavian Coins  », Notae Numismaticae-Zapiski Numizmatyczne, 3-4, p. 153-165.

Peter (M.) 1996 «  Die Fundmünzen  », dans A.  Bignasca et alii éd., Petra. Ez-Zantur I. Ergebnisse der schweizerisch-liechtensteinischen Aus-grabungen 1988-1992, Mayence, p. 91‑127.

Peter (M.) 2003 «  Von Pertinax bis zur diocletianischen Reform  », dans C.  Alfaro & A.  Burnett éd., A Survey of Numismatic Research 1996-2001, Madrid, p. 285-304.

Pitarakis (B.) 1998 «  Mines anatoliennes exploitées par les Byzantins  : recherches récentes  », Revue numismatique, p. 141-185.

Prieur (M.) & K.  Prieur 2000 A Type Corpus of the Syro-Phoenician Tetradrachms and their Fractions from 57 bc to ad 253, Lancaster/Londres.

Rebuffat (Fr.) 1999 «  Peut-on parler d’une circulation des monnaies impériales grecques  ? De quelques constatations effectuées à Antioche sur l’Oronte  », dans M.  Amandry & S.  Hurter éd., Travaux de numismatique grecque offerts à G. Le Rider, Londres, p. 337-346.

Richter (T. S.) 1994-1999 «  A Hitherto Unknown Coin of Ascalon  », Israel Numismatic Journal, 13, p. 83-85.

Robinson (M.) 1997a «  Phoenician Inscriptions on the Late Roman Bronze Coinage of Tyre. Part 1 – A Coin Depicting Pygmalion  », Numismatic Circular, 105/6, p. 199-201.

Robinson (M.) 1997b «  Phoenician Inscriptions on the Late Roman Bronze Coinage of Tyre. Part 2 – Coins with Elissa/Dido Reverse  », Numismatic Circular, 105/7, p. 234-236.

Robinson (M.) 1999 «  Gordian’s III Bronze Coinage of Tyre. A further specimen with Phoenician letters  », Numismatic Circular, 107/2, p. 43.

Saddington (D. B.) & U. R. D.  Vogel. 1997 «  An Unpublished Coin of Pontius Pilate – and Some Speculations About his Career  », Akroterion, 42/1, p. 23-29.

Salamone (G.) 1997 «  La Concordia militare nelle monete romano-imperiali  », Rivista italiana di numismatica, 98, p. 159-188.

Samuels (C. W.), P.  Rynearson & Y.  Meshorer 2000 The Numismatic Legacy of the Jews as Depic-ted by a Distinguished American Collection, New York.

Sawaya (Z.) 1997 «  BEY 020: the Coins  », dans U.  Finkbeiner & H.  Sader, «  Bey 020. Preliminary Report of the Excavations 1995  », BAAL. Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises 2, p. 150-156.

Sawaya (Z.) 1998 «  Septime Sévère et Héliopolis de Phénicie  », Le prince et la cité. Reflets du pouvoir impérial sur les monnayages provinciaux de l’Orient romain. Bulletin de la Société française de numismatique, 53/4, p. 68-73.

Sawaya (Z.) 2000 «  Three Roman Silver Coin Hoards from Syria  », Numismatic Chronicle, 160, p. 319‑322.

Schlösser (E.) 2000 «  Weights of the Tetradrachms of Antioch from Augustus to Trebonianus Gallus  », dans B.  Kluge & B.  Weisser éd., XII. internationaler numismatischer Kongress, Berlin 1997. Akten I, Berlin, p. 724-727.

Schmidt-Dick (F.) 1995 Die römischen Münzen des Medagliere im Castelvecchio zu Verona. Le monete romane nel Medagliere di Castelvecchio a Verona, Vienne.

Schmitt-Korte (K.) & R.  Wenning 1997 «  Das Münzsystem der Nabatäer  », dans Th. Weber & R. Wenning éd., Petra. Antike Felsstadt zwischen arabischer Tradition und griechischer Norm, Mayence, p. 101-104.

Spaer (A.) 1999 «  The Royal Male Head and Cleopatra at Ascalon  », dans M.  Amandry & S.  Hurter éd., Travaux de numismatique grecque offerts à G. Le Rider, Londres, p. 347-350.

Stern (E.) 2000 Dor, Ruler of the Seas. Nineteen Years of Excavations at the Israelite-Phoenician Harbor Town of the Carmel Coast, Jérusalem (réédition révisée).

Stoll (R.) 1996 Frauen auf römischen Münzen, Trèves.

Stoll (R.) 1999 Herakles auf römischen Münzen, Trèves.

Stoll (R.) 2000 Architektur auf römischen Münzen. Kultur Geschichtliches im Spiegel der antiken Numismatik, Trèves.

Strickert (F.) 1999 «  The Coins of Philip  », dans R. Arav & R. A.  Freund éd., Bethsaida: a City in the North Shore of the Galilee, Kirksville, p. 165-189.

Treadwell (W. L.) 2000 The Chronology of the Pre-Reform Copper Coinage of Early Islamic Syria. Supplement to Oriental Numismatic Society Newsletter, 162 (hiver).

Vagi (D.) 1999 Coinage and History of the Roman Empire c. 82 bc-ad 480. vol.  I : History ; vol.  II : Coinage, Sidney (Ohio).

Vismara (N.) 1996 Il lascito numismatico Carlo Rossi del Gabinetto Numismatico di Locarno. Volume I. Monete greche, puniche e provinciali romane (nn. 1-411), Milan.

Vismara (N.) 1997 «  Emissioni bronzee di Diadumenianus per la Phoenicia : appunti per una discussione  », dans J.  Nollé, B.  Overbeck & P.  Weiss éd., Internationales Kolloquium zur kaiserzeitlichen Münzprägung Kleinasiens, 27.-30. April 1994 in der staatlichen Münzsammlung, München, Milan, p. 183-204.

Weiser (W.) & H. M.  Cotton 1996 «  “Gebt dem Kaiser, was der Kaisers ist…”. Die Geldwährungen der Griechen, Juden, Nabatäer und Römer im syrisch-nabatäischen Raum unter besonderer Berücksichtigung des Kurses von Sela‘/Melaina und Lepton nach der Annexion des Königreiches der Nabatäer durch Rom  », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 114, p. 237-287.

Winsemann Falghera (E.) 1998 «  Una contromarca inedita di Nerone su un dupondio ( ?) di Augusto della zecca di Antiochia all’Oronte  », Annotazioni Numismatiche, 29 (mars), p. 671-672.

Haut de page

Notes

2 Syria, 80 (2003), p. 237-266.

3 Une version mise à jour est disponible sur CD-Rom pour la période 1990-1999.

4 Antioche, Commagène, Damas, Édesse, Émèse, Laodicée sur Mer, Samosate, Tripolis.

5 Quelques compléments et corrections mineurs : Kent 1995 ; 1996 ; 1997.

6 Ces imitations circulent rarement en Syrie ; voir Noeske 2000b.

7 Un bref paragraphe est consacré à Dea Syria, p. 112.

8 Spaer 1999 parvient à des conclusions proches pour le monnayage d’Ascalon au type de Cléopâtre.

9 Une nouvelle monnaie de Ponce Pilate est signalée par Saddington & Vogel 1997 (non vidi).

10 L’illustration de cet article présente l’un des revers à l’envers.

11 Papyri grecs, araméens, hébraïques.

12 Moins de 1 % des trouvailles sont antérieures à Auguste ; les monnaies axoumites et vandales représentent aussi moins de 1 % du total.

13 Notamment : Al Midya ar-Ras : Janai 1994-1999 (découvertes de surface) ; Antipatris : Kindler 2000b ; ‘Atlit : Metcalf, Kool & Berman 1999 ; Bar Kochba, grottes : Eshel & Amit 1998 ; Eshel & Zissu 1994-1999 ; Capharnaüm : Loffreda 1997 qui, s’appuyant sur la découverte de milliers de monnaies, abaisse sensiblement la datation de cette synagogue majeure, ce qui a entraîné un vif débat ; Césarée Maritime : Barag 1996 ; Evans 1995 ; ‘En-Boqeq : Kindler 2000a ; Hamat Gader : Barkay 1997 ; Horbat Zalit : Bijovsky 2000b ; Horvat ‘Eleq : Barkay 2000a ; Jérusalem : Carradice 1994 ; Kloner 2000 ; Massada : Morawiecki 1997 ; Mont Nébo : Gitler 1998 ; Sites esséniens/Qumran : Ciecielag 1998 ; Magness 1998.

14 Rappelons qu’il est préférable de se fier au mode plutôt qu’à la moyenne des poids dans une étude statistique.

15 Accompagnées d’imitations égyptiennes de monnaies axoumites.

16 R. Duncan-Jones, Structure and Scale in the Roman Economy, Cambridge, 1990, chap. 2 : « Trade, taxes and money », p. 30-47.

17 Ainsi les Romains auraient-ils créé en Égypte la première monnaie fiduciaire au monde qui ait rencontré le succès, p. 2 !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Duyrat, « Bibliographie numismatique de la Syrie - II. Périodes romaine et byzantine (1995-2000) », Syria, 83 | 2006, 283-300.

Référence électronique

Frédérique Duyrat, « Bibliographie numismatique de la Syrie - II. Périodes romaine et byzantine (1995-2000) », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.258

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals