Navigation – Plan du site
Articles

Les objets en terre du Levant néolithique avant l’invention de la céramique : cuisson intentionnelle ou accidentelle ?

Rania Ayobi
p. 7-34

Résumés

Des objets en terre ont été trouvés sur plusieurs sites néolithiques du Proche-Orient. Les plus anciens datent du PPNA. Leur production devient courante, sur la majorité des sites, au PPNB moyen. Grâce à de nouvelles fouilles comme celle de Tell Aswad, sous la direction de D. Stordeur et B. Jammous entre 2001 et 2006, qui a livré plus de 2 000 objets en terre de formes différentes, nous avons pu avancer les recherches dans le domaine de la technique de fabrication et particulièrement la cuisson de ces objets en terre. C’est à partir de ces nouveaux éléments et en les confrontant avec des données plus anciennes que nous tenterons de répondre aux questions posées à propos de la cuisson.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kenyon 1957.

1Le PPNA (9500-8700 bc) a été défini à Jéricho par K. Kenyon 1, étonnée qu’on puisse trouver des traces de cultures établies en villages sans qu’elles aient produit de la céramique. En réalité, la présence d’objets en terre est assez courante sur les sites néolithiques précéramiques du Levant. Ces objets sont souvent cuits. La question se pose de savoir s’ils sont cuits volontairement ou accidentellement. Les premiers exemplaires d’objets en terre (crue ou cuite) viennent de cette période. Mais ce n’est qu’au PPNB moyen (8200-7500 bc) que ceux-ci deviennent courants. Les sites qui ont livré des objets en terre se répartissent à cette période sur tout le Proche-Orient (fig. 1). Parmi ces sites, plusieurs ont livré une quantité importante d’objets en terre comme le site d’Aswad et celui de ʿAïn Ghazal.

Figure 1.

Figure 1.

Carte des sites de découverte d’objets en terre.

© E. Régagnon

2La cuisson de ces objets est un sujet de controverse au sein de la communauté scientifique, car s’ils sont un témoignage direct de la connaissance du modelage, la démonstration d’une cuisson intentionnelle en ferait les « ancêtres » directs de la céramique. Afin de mieux comprendre ce sujet, nous avons essayé d’identifier tous les détails liés à la cuisson. La technique de cuisson a-t-elle été appliquée de la même manière sur tous les sites de la région ? Les objets cuits ont-il subi une cuisson intentionnelle ou une cuisson accidentelle ? S’agit-il d’une cuisson systématique pour tous les objets de toutes les catégories ? La cuisson concerne-t-elle une catégorie ou un type particulier d’objets ?

  • 2 Ayobi 2013a.
  • 3 Le nombre des objets en terre trouvés sur le site de Halula se réduit à 45, il s’agit souvent de fo (...)
  • 4 Les objets en terre de ʿAïn Ghazal ont été étudiés par E. McAdam, D. Schmandt-Besserat et G. Rollef (...)

3Dans le cadre d’une thèse de doctorat 2, nous avons étudié les objets en terre trouvés sur les sites d’Aswad, de Halula3 et de ʿAïn Ghazal 4, afin d’en connaître les évolutions stylistiques et techniques, en particulier concernant la cuisson. C’est à partir de ces nouveaux éléments et en les confrontant avec des données plus anciennes que nous tenterons de mieux comprendre le développement de la production de ces objets.

4Nous commencerons par présenter les sites d’Aswad et de ʿAïn Ghazal, qui ont fourni les collections les plus riches en termes de quantité. Nous aborderons ensuite les objets, classés d’abord selon leur type de représentation (représentations humaines, représentations animales, objets géométriques et récipients), puis par période (PPNA, PPNB ancien, PPNB moyen). Il est important de noter ici qu’au début de notre recherche, nous avons utilisé un système de classification établi par H. de Contenson. C’est une classification simple, fondée sur des critères uniquement typologiques. Certains objets n’ont cependant pas trouvé leur place dans cette grille, nous amenant à créer notre propre système de classification, basé sur le type de représentation.

Sites de découverte

Tell Aswad

  • 5 Stordeur et al. 2010, p. 3.

5Tell Aswad se trouve à 30 km à l’est de Damas, à l’extrémité orientale du village de Jdeidet el-Khâss. Il été découvert par H. de Contenson en 1967 et a fait l’objet de deux campagnes de sondage (1971 et 1972) sous sa direction. Puis, en 2001, la fouille a été reprise par une mission franco-syrienne sous la direction de D. Stordeur et B. Jammous ; elle s’est achevée en 2006. Les restes de faune et les données botaniques ont montré que le site se trouvait près d’un lac et que les habitants du site en ont exploité les ressources. La stratigraphie établie par D. Stordeur a par ailleurs établi une occupation continue sur plus d’un millénaire, de 8600 à 7400 bc. Les niveaux sont regroupés en trois phases : la phase ancienne correspond à la fin de l’horizon PPNB ancien, la phase moyenne couvre le PPNB moyen et la phase récente pourrait se situer à la jonction entre PPNB moyen et récent 5.

6Les objets en terre sont très nombreux sur le site, puisqu’on en dénombre plus de 2 000, regroupés dans plusieurs catégories selon leur type (fig. 2).

Figure 2.

Figure 2.

Les objets en terre par catégorie et par période, Tell Aswad.

7La majorité de ces figurines a été trouvée dans des cuvettes ou des fosses et, plus rarement, sur les sols extérieurs ou intérieurs de certaines maisons et dans un contexte funéraire.

‘Ain Ghazal

  • 6 Kafafi et al. 2009.

8Le site de ‘Ain Ghazal se trouve sur la rive ouest du wadi Zarqa, actuellement à sec, mais alimenté depuis le Pléistocène jusqu’en 1950. Le site, découvert en 1970, a fait l’objet d’une seule prospection et plusieurs saisons de fouilles ont été réalisées à partir de 1982 sous la direction de G. O. Rollefson. La proximité du wadi et de la source de ‘Ain Ghazal explique en partie l’occupation du site pendant plus de 2 500 ans, correspondant aux périodes suivantes : PPNB moyen 7250-6500 bc, PPNB récent (late PPNB) 6500-6000 bc, PPNC 6000-5500 bc et Yarmoukien 5500-?5000 bc 6.

  • 7 McAdam 1997.
  • 8 Schmandt-Besserat 1997.
  • 9 Rollefson 1983.
  • 10 McAdam 1997, p. 136.

9Le nombre total des objets en terre trouvés sur ce site est de 276. Toute la collection est datée du PPNB moyen, à l’exception de quelques objets, étudiés principalement par E. McAdam 7, D. Schmandt-Besserat 8 et G. O. Rollefson 9. Le contexte de découverte est souvent secondaire et les objets sont mêlés aux déchets 10.

Les représentations humaines

PPNA

10Cette période nous fournit les premiers exemplaires de figurines fabriquées en terre et considérées comme des représentations humaines. Leur fréquence sur chaque site est faible. Il faut signaler ici qu’à côté de ces exemplaires en terre, il y avait également d’autres figurines fabriquées en pierre.

11Les sites du PPNA qui ont fourni ce type d’objets en terre sont Tell Mureybet, au Levant Nord, et Dhra’, Jéricho et Netiv Hagdud, au Levant Sud.

Représentations humaines en terre : formes et classification

12Neuf exemplaires sont considérés comme des représentations humaines en terre. Nous avons choisi de regrouper ces figurines dans plusieurs catégories selon le sexe, puis selon la position de l’individu représenté. Sur tous les sites concernés, il y a au moins une représentation féminine. En revanche aucune représentation masculine n’a pu être identifiée.

Représentations humaines féminines

13Les figurines féminines sont représentées en position debout ou en position assise. Pour certaines d’entre elles la position n’a pu être identifiée.

  • 11 Cauvin 1978, fig. 25.4.

14Un seul exemplaire, trouvé sur le site de Mureybet au Levant Nord, est en position debout 11. Cette figurine est aussi remarquable par la position des bras, ramenés sous la poitrine (fig. 3.1), une position qui est représentée pendant une très longue période au Proche-Orient. La figurine est réaliste puisqu’il s’agit d’une femme nue, dont tous les organes féminins sont indiqués : sexe, seins et fesses hypertrophiés.

Figure 3.

Figure 3.

Des représentations humaines du PPNA : 3.1 à 3.4. Mureybet ; 3.5. Dhra’; 3.6. Netiv Hagdud ; 3.7. Jéricho.

3.1 à 3.4 : d’après Cauvin 1978 ; 3.5 : d’après Kuijt & Finlayson 2001, fig. 2 ; 3.6 : d’après Bar-Yosef & Gopher 1997, fig. 6.2 ; 3.7 : d’après Holland 1982, fig. 223.1

  • 12 Bar-Yosef & Gopher 1997, fig. 6.2.
  • 13 Cauvin 1978, fig. 25.1.
  • 14 Kuijt & Finlayson 2001, fig. 2.

15Trois exemplaires sont des représentations féminines assises dont un, provenant de Netiv Hagdud 12 (fig. 3.2), est clairement féminin et deux, provenant de Mureybet 13 et Dhra’ 14, sont probablement féminins (fig. 3.3-4).

  • 15 Kozlowski & Aurenche 2005, p. 28.

16Au niveau de la forme générale, nous remarquons que les figurines du Levant Sud, comme à Netiv Hagdud et à Dhra’, ont un profil en forme de L, un type qui sera largement présent dans la région par la suite 15. D’autre part, la figurine du Levant Nord venant de Mureybet s’inscrit dans un volume conique qui nous évoque un type très présent dans les périodes suivantes, celui des « figurines pions ».

  • 16 Cauvin 1978, fig. 25.2.
  • 17 Bar-Yosef & Gopher 1997, fig. 6.1.
  • 18 Holland 1982, fig. 223.1.

17Trois fragments dont les seins sont indiqués, provenant de Mureybet 16, Netiv Hagdud 17 et Jéricho 18, sont considérés comme des représentations féminines mais leur position est inconnue (fig. 3.5-6).

Représentations humaines de sexe indéterminé

  • 19 Cauvin 1978, fig. 25.5.
  • 20 Holland 1982, fig. 224.1.

18Deux exemplaires sont à regrouper dans cette catégorie. Le premier, provenant de Mureybet, est une figurine entière en position assise 19 et le second, de Jéricho 20, est un fragment de torse humain. Les deux exemplaires sont schématiques (fig. 3.7).

Techniques de fabrication

19Les informations sur les techniques de fabrication de ces figurines sont très rares. Les figurines sont composites, comme à Mureybet et à Jéricho, et parfois modelées d’une seule pièce pour les exemplaires les plus schématiques, comme à Mureybet.

  • 21 Cauvin 1974.
  • 22 Le Mière & Picon 1998, p. 7.

20D’après J. Cauvin 21 les figurines en terre de Mureybet ont été cuites mais cette proposition a été discutée car elles ont en effet été trouvées dans un contexte d’incendie (dans un foyer) 22. Les figurines de Jéricho sont crues. L’opinion que nous pouvons avoir en ce qui concerne la cuisson au PPNA est donc très vague en raison du manque d’information.

PPNB ancien

  • 23 Schmidt 1988.
  • 24 Coqueugniot 1998.
  • 25 Braemeret al. 2011.
  • 26 Stordeur et al. 2010.

21Les sites qui représentent cette phase initiale du PPNB sont peu nombreux et les objets modelés en terre sont encore plus rares. Les sites du PPNB ancien qui ont fourni des objets en terre, considérés comme des représentations humaines, sont Nevali Çori en Anatolie 23, Dja’de sur le moyen Euphrate 24, Tell Qarassa dans la région du Leja au sud de la Syrie 25 et Tell Aswad au Levant Sud 26.

Représentations humaines en terre : formes et classification

  • 27 Ayobi 2013a.

22Les formes représentées sont limitées à deux types : des figurines humaines pions et des figurines humaines assises. Les figurines pions sont d’une forme simple, conique dans la plupart des cas et retrouvées uniquement sur le site de Tell Aswad 27.

Figure 4.

Figure 4.

Représentations humaine du PPNB ancien : 4.1. Figurine féminine, Dja’de ; 4.2. Figurine masculine, Qarassa ; 4.3. Représentation féminine/animale de la phase ancienne, Tell Aswad.

4.1 : d’après Abdelrahman 2006 ; 4.2 : http://antiquity.ac.uk/​projgall/​ibanez325/​ ; 4.3 : d’après Ayobi 2013a, fig. 61-1

  • 28 Ibáñez et al. 2010.

23Les figurines assises ont été trouvées à Dja’de et à Qarassa. Parmi les exemplaires publiés et classés dans cette catégorie, nous distinguons deux groupes selon le sexe : représentations féminines et représentations masculines. La figurine féminine a été trouvée sur le site de Dja’de (fig. 4.1). Colorée en rouge, elle est assise, avec des jambes coniques. La figurine masculine a quant à elle été trouvée sur le site de Qarassa 28 ; elle est marquée par des jambes horizontales petites et schématiques et, surtout, par l’allongement de la partie supérieure (fig. 4.2). La tête est cassée et le sexe masculin se prolonge horizontalement entre les deux jambes.

  • 29 Ayobi 2013b.

24En plus de ces figurines nettement humaines, une autre, particulière, a été trouvée sur le site de Tell Aswad. C’est une représentation à la fois féminine (elle possède des seins), à la fois animale (elle est quadrupède ; fig. 4.3). Cette figurine est la seule de son genre dans toute la région 29.

25En conclusion, les formes des figurines humaines du PPNB ancien sont moins variées et plus schématiques que celles du PPNA.

Technique de fabrication

26Les informations à propos de la technique de fabrication des objets modelés en terre au PPNB ancien sont très limitées. Les figurines sont globalement de formes et de techniques simples ; elles sont modelées d’une seule pièce et nous pensons qu’elles sont cuites. La figurine féminine/animale se distingue des autres au niveau de la technique car elle est composite, autrement dit faite de plusieurs pièces.

PPNB moyen

27Au PPNB moyen, le nombre de sites ayant livré des représentations humaines en terre se multiplie dans toute la région du Proche-Orient, au nord comme au sud. C’est à cette période du néolithique que nous trouvons les collections de figurines humaines les plus larges et les plus riches.

  • 30 Cauvin 1989.
  • 31 Morsch 2002.
  • 32 Ayobi 2013a.
  • 33 Contenson 1985.
  • 34 Rollefson 1983 et McAdam 1997.
  • 35 Perrot 1966 et Garfinkel 1995.
  • 36 Holland 1982.

28Une partie de ces sites se trouve en Anatolie et au Levant Nord (Cafer Höyük 30, Çayönü, Nevali Çori 31 et Halula 32), mais la plupart se trouve au Levant Sud : Aswad, Ghoraifé 33, ‘Ain Ghazal 34, Munhata 35 et Jéricho 36.

29Au niveau de la quantité d’objets en terre en général, et des représentations humaines en particulier, soulignons que les sites de Nevali Çori et de Tell Aswad (PPNB moyen) en réunissent le plus grand nombre. Nous comptons sur le site de Tell Aswad seul 92 figurines humaines, distribuées entre la phase moyenne (51 figurines) et la phase récente (41 figurines).

Représentations humaines en terre : formes et classification

30Les figurines considérées comme des représentations humaines sont regroupées dans trois groupes majeurs : les figurines pions, les figurines assises et les figurines debout. Chacun de ces groupes comprend parfois plusieurs types et sous-types (tabl. 1).

Tableau 1.

Tableau 1.

Les types et les variations des figurines humaines en terre.

  • 37 Ayobi 2013b.
  • 38 Le côté féminin de cette figurine est représenté par des fesses volumineuses et le côté animal est (...)

31À coté de ces figurines bien distinguées typologiquement, nous notons la présence exceptionnelle d’une figurine féminine/animale sur le site d’Aswad 37 (fig. 5). La forme du cou et de la tête nous conduit à proposer qu’il s’agit probablement d’une représentation féminine d’oiseau 38.

Figure 5.

Figure 5.

Représentation féminine/animale de la phase moyenne, Tell Aswad.

© D’après Ayobi 2013a, fig. 62

Les figurines pions

32Une figurine pion humaine est une forme schématique avec une tête, un corps et une base bien marqués. Elle peut avoir une tête simple ou surmontée d’un nez pincé, un cou, des moignons en guise de bras, une base soit simple soit étranglée ou bien encore évasée.

33Les figurines pions sont attestées sur plusieurs sites de la région. Sur certains d’entre eux, comme Munhata, les figurines pions sont le seul type représenté. Sur le site d’Aswad, c’est le type dominant pendant toute la durée de l’occupation. Les pions sont également courants sur les sites de ‘Ain Ghazal et Nevali Çori, rares sur les sites de Jéricho et Halula et absents sur le site de Cafer Höyük.

34Cette grande catégorie de figuration, schématique, est divisée en deux groupes au PPNB moyen. Nous avons regroupé dans le premier toutes les figurines pions typiques avec une base normale et dans le second les figurines pions avec une base en forme de pieds ou de jambes horizontales, donnant l’impression d’une position assise.

35Les figurines pions typiques sont attestées sur les sites de Nevali Çori, Halula, Ghoraifé, Aswad, ‘Ain Ghazal, Jéricho et Munhata. Elles varient entre des formes simples, coniques, cylindriques ou fusiformes (fig. 6.1-2), et la forme la plus compliquée : figurine pion avec un nez pincé et des bras en ailes de papillon.

Figure 6.

Figure 6.

Figurines pions du PPNB moyen : 6.1. Pion fusiforme, Tell Aswad ; 6.2. Pion conique, Halula ; 6.3. Figurine pion avec un nez pincé et des bras en ailes de papillon, Tell Aswad ; 6.4 et 6.5. Figurines pions à base en pied, ‘Ain Ghazal ; 6.6. et 6.7. Figurines pions, Munhata

6.1 : d’après Ayobi 2013a, fig. 21-1 ; 6.2 : d’après Ayobi 2013a, fig. 64 ; 6.3 : d’après Ayobi 2013a, fig. 53-6 ; 6.4 et 6.5 : d’après Ayobi 2013a, fig. 68-1 et 68-3 ; 6.6. et 6.7 : http://www.antiquities.org.il/​t/​ item_en.aspx?indicator=64&CurrentPageKey=15 et http://www.antiquities.org.il/​t/​item_en.aspx?CurrentPageKey=14&ind icator=64.

36Un des exemplaires les plus parfaits, représentatif de ce type complexe des pions, a été trouvé sur le site d’Aswad à la fin de la phase récente (PPNB moyen-PPNB récent). Cette figurine est entière et ses dimensions sont les suivantes : 43 mm de hauteur, 20 mm de largeur et 19 mm d’épaisseur (fig. 6.3). La tête est arrondie, très schématique. Le nez en bec d’oiseau est conique et redressé. Le cou est conique et en continuité avec la tête (c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’étranglement), suivi d’épaules larges. Les bras sont coniques, ronds et larges. Vu de profil, le dos est légèrement penché vers l’avant près de la tête et du cou, puis droit. Le ventre est bombé, le bas du torse est étranglé pour former la base. La figurine est modelée avec une technique composite et nous constatons que les bras en ailes de papillon sont collés au corps. Elle est cuite.

37Le second groupe de pions, à base en pied, n’est attesté que sur le site de ‘Ain Ghazal. Ce type représente les figurines pions les plus explicites et présente les mêmes variations que les pions typiques mais s’en démarquent par leur base en forme de jambes (fig. 6.4-5).

38Sur les 8 exemplaires trouvés à ‘Ain Ghazal, un seul est entier. Il s’agit d’une figurine pion humaine à base en pied avec bras en ailes de papillon et nez pincé. Les dimensions sont les suivantes : 34 mm de hauteur, 25 mm de largeur et 18 mm d’épaisseur (fig. 6.4). Vue de profil, la tête est anguleuse ; de face, nous voyons au centre de la tête une sorte de cône, pincé avec deux doigts. Les deux côtés sont renflés, il s’agit probablement des oreilles. Le nez est également pincé et conique. Le cou est large, légèrement étranglé. Il est suivi des épaules, puis de deux bras en ailes de papillon. Le torse au-dessous des bras est légèrement étranglé puis la base est évasée. Le dos est fortement bombé et légèrement pincé ; en revanche le ventre est légèrement concave. La base est soigneusement modelée, de forme semi-circulaire avec deux jambes, concave et proéminente. Les deux jambes (ou pieds) sont coniques pointues, écartées, en position horizontale. La figurine est très probablement cuite.

  • 39 Garfinkel 1995, p. 17. Les figurines pions sont également appelées « pillar figurines » par E. Loho (...)

39Contrairement à l’idée générale des figurines pions qui sont des représentations humaines schématiques asexuées, le sexe est clairement indiqué sur les figurines pions du site de Munhata 39. La majorité de ces pions sont des représentations féminines, dont les seins sont indiqués, et un exemplaire au moins est une représentation masculine (fig. 6.6-7).

Les figurines assises

  • 40 Cauvin 1989.
  • 41 Morsch 2002, p. 147.

40Ce type de figuration connu depuis le PPNA est également représenté au PPNB moyen, mais reste limité à certains sites. Les exemplaires trouvés au Levant Nord sont peu nombreux. Il s’agit de deux exemplaires féminins à Cafer Höyük 40 et quelques exemplaires fragmentaires sur le site de Nevali Çori 41.

41Au Levant Sud, les exemplaires ont été attestés sur le site d’Aswad. Ces figurines sont de volume triédrique et nous pensons qu’il s’agit de représentations humaines féminines car les fesses et les jambes ont souvent été modelées d’une façon exagérée. Elles sont toujours schématiques et composées principalement de deux parties : une partie supérieure verticale qui représente souvent une tête schématique, un cou et un torse, parfois penché vers l’arrière, et une partie inférieure horizontale qui représente des fesses arrondies, des jambes coniques ou fusiformes horizontales. Parmi les variations, nous avons des figurines féminines assises avec un nez pincé ou avec des bras en ailes de papillon (fig. 7.1).

42Une des figurines assises d’Aswad est une figurine masculine, mais il faut préciser que cette figurine ne rentre pas dans le groupe des figurines de volume triédrique malgré sa position assise (fig. 7.2).

Figure 7.

Figure 7.

Des figurines humaines assises et debout : 7.1. Figurine féminine assise, Tell Aswad ; 7.2. Figurine masculine assise, Tell Aswad ; 7.3. Figurine féminine de type ‘Ain Ghazal, Tell Aswad ; 7.4. Figurine féminine de type ‘Ain Ghazal, ‘Ain Ghazal ; 7.5 et 7.6. Figurines pions décorées, Tell Aswad.

7.1 : d’après Ayobi 2013a, fig. 58-1 ; 7.2 : d’après Stordeur et al. 2002, fig. 16 ; 7.3 : d’après Stordeur et al. 2005, fig. 20 ; 7.4 : d’après McAdam 1997, fig. 2 ; 7.5 et 7.6 : d’après Ayobi 2013a, fig. 33-4 et 53-5

Les figurines debout

43Ce type de représentation est attesté depuis le PPNA sur le site de Mureybet par deux figurines féminines explicites. Au PPNB moyen, nous avons davantage d’exemplaires ; parmi eux, nous comptons des figurines uniques et d’autres qui forment une série.

  • 42 Cauvin 1989.
  • 43 Morsch 2002, p. 148.
  • 44 Ayobi 2013a.
  • 45 Rollefson 1983 et McAdam 1997.

44Au Levant Nord, les exemplaires sont attestés sur les sites de Cafer Höyük 42, Nevali Çori 43 et Halula 44. Au Levant Sud, nous trouvons ces figurines sur les sites de ‘Ain Ghazal et Aswad. Le nombre d’exemplaires trouvés au Levant Sud est plus élevé qu’au Levant Nord ; elles sont, à une exception près, toutes du même type appelé figurine humaine féminine de type ‘Ain Ghazal. Il s’agit d’une représentation féminine avec des bras en ailes de papillon, des seins, une taille marquée, des jambes fusiformes et des fesses bien développées. Toutes ces figurines sont composites, soigneusement modelées et décorées avec des impressions de cordelette dans le cas de ‘Ain Ghazal 45 (fig. 7.4).

  • 46 Stordeuret al. s.p.

45La figurine d’Aswad a été trouvée dans une sépulture, déposée avec des restes animaux 46. Il lui manque la tête et la jambe droite mais toutes les fractures sont anciennes (fig. 7.3). Elle est d’une grande dimension : 82 mm de hauteur, 59 mm de largeur et 47 mm d’épaisseur. La tête est coupée au niveau du cou, de section ronde. Suivent de larges épaules, puis deux bras schématiques qui ressemblent au bras connus dans le type de pion à bras en ailes de papillon. Coniques et repliés, ils semblent revenir vers l’avant sous d’éventuels seins à peine formés par un très léger relief. La taille est fine avec en son centre un nombril. Les fesses sont composées de deux grosses masses qui ont été aplanies, parallèlement au dos qui est lui aussi aplani et lissé. Les jambes sont parallèles, les cuisses sont fusiformes, bien séparées par une incision profonde qui remonte jusqu’à la taille. La figurine est modelée dans une terre fine comprenant des fragments de quartz. Elle est composite, mais ne porte pas d’impressions de cordelette comme la figurine célèbre de ‘Ain Ghazal.

  • 47 Holland 1982, Pl. VI.A.

46En plus de ces figurines trouvées sur les sites d’Aswad et de ‘Ain Ghazal, regroupées dans le même type, nous citons une représentation féminine debout, avec les bras ramenés sous la poitrine, sur le site de Jéricho 47.

Technique de fabrication

47Afin de mieux comprendre la technique de fabrication des objets en terre, y compris les figurines humaines, plusieurs études expérimentales ont été faites, y compris par l’auteur. Pour fabriquer un objet en terre, plusieurs opérations sont indispensables et d’autres sont facultatives. On compte quatre étapes de fabrication : la préparation, le modelage, la finition et le durcissement.

Phase de préparation

  • 48 Lebreton 2003, p. 122.

48Pour préparer la terre, il faut tout d’abord l’hydrater puis y ajouter un dégraissant afin d’assurer une meilleure cohésion de la pâte à modeler et limiter son retrait lors du séchage 48.

  • 49 Ayobi 2013a.

49Les figurines de Tell Aswad ont été modelées avec une terre qui contient des dégraissants minéraux constitués de petits et gros cailloux. Grâce aux observations faites d’après nos expérimentations, nous pensons que la terre a été tamisée — elle ne contient pas de gros cailloux — et probablement toujours soigneusement collectée dans le village même. L’utilisation de l’argile du lac n’est attestée que dans les niveaux avec céramique 49. Peut-être est-ce l’expérience de l’usage des dégraissants dans la production des figurines qui a conduit à l’adopter « officiellement » dans la production de la céramique. Les productions de figurines précédant celles de la poterie, cette hypothèse est à envisager.

Phase de modelage

50Pendant cette phase, l’objet est mis en forme. À ce niveau de fabrication, les figurines humaines ont été modelées soit d’une seule pièce d’argile, soit de plusieurs pièces, ce qu’on appelle figurine composite. Généralement, seules les mains ont été utilisées pour la mise en forme des objets. Les outils ont été parfois utilisés pour le décor.

  • 50 Garfinkel 1995, p. 17.

51La majorité des figurines humaines ont été modelées selon une technique simple et les figurines pions sont davantage concernées que les figurines assises, à l’exception des figurines pions du site de Munhata 50. Ces dernières ont été souvent composées de plusieurs pièces. Les figurines assises ou les figurines des types les plus compliqués sont composites pour la plupart.

  • 51 McAdam 1997, p. 120.

52Les éléments modelés avec le corps ou ajoutés sont le nez, les bras, les jambes et les fesses. Les yeux composites sont rares sur les sites d’Aswad et de ‘Ain Ghazal, mais systématiques sur le site de Munhata. Les seins et les sexes masculins ont toujours été ajoutés (Aswad, ‘Ain Ghazal, Cafer Höyük et Munhata). Après le collage de ces éléments, nous remarquons souvent des tentatives pour faire disparaître les traces de collage comme à ‘Ain Ghazal 51.

Phase de finition

53Cette phase n’est pas indispensable pour tous les objets ; elle peut être effectuée avant ou après le séchage. Plusieurs formes de finitions sont attestées sur les sites du PPNB moyen ; nous avons des exemplaires d’objets lissés ou des objets décorés ou enduits d’une seconde couche d’argile.

54Les figurines lissées sont très rares sur les sites du PPNB. Elles ont été trouvées sur les sites d’Aswad et de ‘Ain Ghazal ; il s’agit des figurines féminines de type ‘Ain Ghazal (fig. 7.4).

55Les figurines décorées sont également rares. Plusieurs types de décorations sont attestés, parfois liés à un type particulier de figuration. Sur le site d’Aswad, nous comptons une seule figurine assise décorée avec des impressions disposées verticalement sur les fesses. En ce qui concerne les figurines pions, nous trouvons des exemplaires décorés avec des impressions rondes (fig. 7.6), d’autres avec des impressions d’ongles couvrant la totalité de la surface (fig. 7.5) et d’autres encore avec des incisions faites avec un outil. Les figurines féminines du type ‘Ain Ghazal, sur le site de ‘Ain Ghazal, ont toutes été décorées par des impressions de cordelettes. Celles-ci couvrent la partie inférieure du dos, les seins, le ventre, les fesses et les jambes ; elles sont disposées en lignes verticales légèrement inclinées vers l’intérieur (du haut vers le bas, fig. 7.4). Ce type régulier d’impressions a été obtenu, selon E. McAdam, par deux cordelettes tordues l’une sur l’autre. Ces figurines sont marquées également par l’application d’une seconde couche fine d’argile afin de cacher les zones de jonction.

Phase de durcissement

  • 52 Lebreton 2003, p. 123.

56Cette dernière phase regroupe deux étapes du traitement : le séchage d’une part, la cuisson d’autre part. D’après les expérimentations qui ont été faites, seule la première étape est indispensable. La cuisson est donc facultative, même si elle améliore la qualité de la terre 52.

57En ce qui concerne le mode de cuisson, deux atmosphères sont reconnues : oxydante et réductrice. Ces différents modes de cuisson peuvent être pratiqués dans des fours comme dans des foyers ouverts.

  • 53 Picon 1973.

58La couleur des objets cuits dépend de l’atmosphère mais il ne s’agit pas tant de l’atmosphère de cuisson que de l’atmosphère au moment du refroidissement. Celle-ci peut en effet changer au cours du processus de cuisson et la couleur dépend plus particulièrement de l’atmosphère à la fin du processus 53.

59Sur les sites archéologiques, les figurines en terre sont décrites par les auteurs comme complètement crues sur certains sites comme Jéricho et Halula. Elles n’ont subi que la première étape du durcissement, c’est-à-dire le séchage. Les figurines des autres sites sont globalement cuites. Les observations faites après plusieurs expérimentations démontrent que ces figurines ont subi une cuisson faible. Elles sont considérés comme cuites, en raison de leur dureté et parfois de leurs couleurs.

60La grande question concerne le caractère volontaire de la cuisson : il est impossible de donner une réponse simple à cette question parce qu’une partie de ces objets a été trouvée dans des couches d’incendie, ce qui suggère une cuisson accidentelle. Nous pensons quand même qu’une cuisson volontaire doit être envisagée pour le site d’Aswad. Nous allons revenir à cette question après l’étude des autres catégories d’objets en terre.

Conclusion sur les représentations humaines

61La catégorie des représentations humaines est présente sur tous les sites ayant livré des objets en terre ; c’est celle qui montre le plus de types et de variations : au niveau de la position (debout ou assise), du sexe (féminines, masculines et asexuées) et de la schématisation (explicites, schématiques à des degrés divers). Les figurines humaines sont considérées en général comme des représentations d’adultes. Globalement, le sexe n’a souvent pas été indiqué. Les exemplaires masculins sont absents au PPNA et très rares au PPNB moyen, à l’exception du site de Nevali Çori. La féminité a été quant à elle représentée dès le début de la fabrication de ces objets et elle a toujours continué à l’être, même en faible quantité. Si le sexe féminin est très rarement indiqué, la féminité est souvent soulignée par des signes sexuels secondaires : en premier lieu les fesses et les jambes galbées, puis les seins relativement petits et parfois même à peine indiqués.

  • 54 Contenson 1993, p. 181.
  • 55 Lesure 2011, p. 82.

62Les représentations humaines en forme de pions sont courantes et souvent prédominantes pendant toutes les phases du néolithique, particulièrement au Levant Sud. Pour certains chercheurs, la base évasée des figurines pions représente de probables jambes 54. D’autres sont allés plus loin en interprétant les pions avec des bases évasées comme une forme schématique des figurines assises 55. Selon nous, cette éventualité est à prendre en compte et nous pouvons citer par exemple les figurines pions relativement explicites trouvées à ‘Ain Ghazal et appelées « figurine pion avec base en pied » et, d’autre part, un certain nombre de pions venant de Tell Aswad, aux bases évasées sur un seul côté. Mais il faut noter que les pions ont été fabriqués bien avant les figurines assises, il ne s’agirait donc pas d’une dégradation mais de formes plus ou moins schématisées d’une même représentation.

Les représentations animales

PPNA

  • 56 Stordeur 2003, p. 22.

63Aucune figurine en terre considérée comme une représentation animale n’a été trouvée au PPNA, alors que nous avons vu que cette phase du néolithique avait fourni les premiers exemplaires des figurines humaines en terre. En revanche le bestiaire fantastique était riche et fréquemment utilisé pendant cette période, sur d’autres supports. Selon D. Stordeur, les animaux représentés entre 9200 et 8200 bc ont en général un caractère en commun, ils sont « effrayants » ou au moins « impressionnants » 56.

PPNB ancien

  • 57 Özdogan 2011, p. 223.
  • 58 Coqueugniot 2003.

64Cette période nous fournit les premiers exemplaires de figurines fabriquées en terre considérées comme des représentations animales, à côté d’autres exemplaires fabriqués en pierre. Elles sont attestés sur les sites de Çayönü 57, Dja’de au Levant Nord 58 et le site d’Aswad au Levant Sud.

Représentations animales en terre : formes et classification

  • 59 Les fragments « corniformes » sont très probablement des cornes cassées des figurines animales quad (...)
  • 60 Helmer dans Stordeuret al. 2005, rapport de mission.
  • 61 Peters et al. 1999.

65Sur le site d’Aswad, les figurines animales sont connues sous deux formes : des quadrupèdes et des fragments corniformes 59. Grâce aux indications fournies par D. Helmer 60, nous avons pu identifier plus de la moitié de ces figurines à trois types d’animaux, en raison de la forme des cornes ou de la queue : il s’agit de figurines animales de type bovin, caprin ou renard. Ce dernier type est représenté par un seul exemplaire, tandis que les autres types sont dominants sur le site. Ces figurations animalières (bovin et caprin) représentent des animaux domestiqués, ce qui signifie un changement radical au niveau du thème animalier représenté, qui correspond aux changements dans le mode de subsistance : au PPNB ancien, la domestication des animaux a commencé avec moutons, chèvres, cochons et bœufs 61.

Technique de fabrication

66Les informations disponibles concernant la technique de fabrication de ces objets en terre proviennent de notre étude des objets d’Aswad. Il s’agit, dans la plupart des cas, de figurines presque entières ou de fragments. Les formes sont en général simples et la plupart des exemplaires ont été modelés d’une seule pièce. La dureté de ces figurines, et parfois leur couleur grise, nous ont conduit à les considérer toutes comme cuites.

PPNB moyen

  • 62 Molist 1996, p. 129.
  • 63 Perrot 1966 et Garfinkel 1995.

67Des figurines animales en terre ont été trouvées sur plusieurs sites représentant cette période. Ils sont attestés en Anatolie et au Levant Nord comme à Çayönü, Nevali Çori et Halula 62. Mais la plupart des sites se trouvait au Levant Sud : Aswad, Ghoraifé, ‘Ain Ghazal, Munhata 63 et Jéricho.

  • 64 Le nombre des fragments considérés comme des corniformes, à cette période, est de 137 fragments.
  • 65 Schmandt-Besserat 1999.

68Sur le site d’Aswad, le nombre des figurines animales (sans compter les fragments de corniformes 64) est de 232 figurines, soit 20 % de la totalité des objets en terre trouvés sur le site. À ‘Ain Ghazal, le nombre de ces figurines est également élevé : 151 figurines 65.

Représentations animales en terre : formes et classification

69Les figurines quadrupèdes sont la catégorie dominante parmi toutes les représentations animales et sur tous les sites. Sur la majorité des sites, les figurines quadrupèdes sont la seule forme de représentation animale. Nous trouvons d’autres types sur le site d’Aswad qui a fourni la collection la plus riche au niveau de la quantité et des formes (tabl. 2).

Tableau 2.

Tableau 2.

Les types et les variations des figurines animales en terre.

Les quadrupèdes

  • 66 Schmandt-Besserat 1997, p. 49.

70Cette forme de figuration animale est la forme dominante au PPNB moyen. Elle est schématique et assez semblable sur tous les sites (fig. 8.1-3). Globalement, le corps d’un quadrupède est cylindrique. La tête est la partie la plus réaliste, du moins relativement. La taille moyenne de ces figurines varie d’un site à l’autre. À Tell Aswad, la longueur des figurines varie de 2 à 6 cm, pour une moyenne de 4,5 cm. Elles sont plus grandes à ‘Ain Ghazal : de 3 à 15 cm, avec une moyenne de 7 cm 66.

71Un des exemples les plus complets, sur le site d’Aswad, est identifié comme un bovin (fig. 8.1). Il a le museau conique et pendant. Les cornes sont subhorizontales ; au-dessous se trouvent deux petites oreilles proéminentes de forme triangulaire. Le cou est redressé, de section ronde. Le dos est courbe et légèrement pincé près du cou. La queue est cassée mais elle semble schématique. Les pattes de l’avant-train sont coniques, penchées vers l’avant et modelées d’une seule masse de terre divisée en deux pour donner la forme finale des pattes. En revanche, les pattes de l’arrière-train sont droites, coniques, pointues et bien séparées. La figurine est soigneusement modelée et elle est composite : les parties collées sont les oreilles et les pattes de l’avant-train. Elle est cuite, de couleur marron homogène.

Figure 8.

Figure 8.

Des représentations animales du PPNB moyen : 8.1 à 8.3. Figurines quadrupèdes du Tell Aswad, ‘Ain Ghazal et Halula ; 8.4. Pion animal quadrupède, Tell Aswad ; 8.5. Pion animal en forme d’oiseau, Tell Aswad ; 8.6 et 8.7. Figurines animales sans cornes, Tell Aswad ; 8.8. Buste d’animal, Tell Aswad ; 8.9. Bucrane, Tell Aswad.

8.1 : d’après Stordeuret al. 2005, fig. 21-2 ; 8.2 et 8.3 : d’après Ayobi 2013a, fig. 103-5 et 102-2 ; 8.4 : d’après Ayobi 2013a, fig. 92 ; 8.5 : d’après Ayobi 2013a, fig. 94 ; 8.6 et 8.7 : d’après Ayobi 2013a, fig. 86-1 et 77 ; 8.8 : d’après Ayobi 2013a, fig. 78-1 ; 8.9 : d’après Ayobi 2013a, fig. 88-1

  • 67 Stordeuret al. 2005, rapport de mission.
  • 68 Ayobi 2013a.

72La forme schématique des quadrupèdes rend l’identification de ces figurines difficile et parfois impossible. Citons ici plusieurs tentatives d’identification, notamment celles de D. Helmer 67 et que nous avons adoptées dans notre thèse 68. Elles sont basées en premier lieu sur la position des cornes et de la queue. Selon lui, les chèvres se reconnaissent à leurs cornes de section sublosangique, implantées subverticalement, et par leur queue petite et redressée. Les cornes torsadées indiquent peut-être une volonté de montrer ce qui distingue une chèvre domestique de l’animal sauvage. Les bovins ont des cornes rondes, subhorizontales, souvent coudées et une queue pendante.

73Les types identifiés sur les sites sont les suivants : bovins, caprins, renards, sangliers, chiens, équidés et gazelles. Les deux premiers types sont les plus fréquents.

Les pions animaux

  • 69 Holland 1982, fig. 224.9.

74Les figurines animales en forme de pions sont très rares ; elles sont attestées sur les sites d’Aswad et de Jéricho 69. Ces pions représentent des quadrupèdes et des oiseaux.

75Les pions quadrupèdes sont attestés sur les deux sites et s’intègre dans un volume conique avec des bases en forme de petites pattes et une queue (fig. 8.4).

76Les pions en forme d’oiseau ne sont attestés que sur le site d’Aswad. Il s’agit d’une figurine pion de volume conique aplati, avec une tête arrondie et un bec d’oiseau (fig. 8.5). Le bec et la forme générale de ces figurines pions évoquent un oiseau de proie perché.

Les figurines animales sans cornes

77Il s’agit de deux exemplaires attestés sur le site d’Aswad. Le premier a un long cou et un museau (ou bec) relativement petit, tandis que le second a un cou court et un museau (ou bec) large (fig. 8.6-7). Il semble que ces deux figurines représentent de gros oiseaux (oiseaux d’eau ?), bien différents des pions en forme d’oiseau.

Les bustes d’animaux

  • 70 Stordeur & Abbès 2002, fig. 17.2.

78Ces bustes animaliers sont attestés uniquement sur le site d’Aswad. La forme générale de ce type de figuration ressemble à une tête arrondie avec un bec relativement large et un long cou cylindrique à base ronde, plate ou légèrement concave (fig. 8.8). Il s’agit très probablement d’une tête de rapace diurne, rappelant la tête en pierre de Jerf el-Ahmar (PPNA) 70. Il faut rappeler que ces figurines ne tiennent pas debout.

Les bucranes

79Il s’agit d’une forme schématique qui représente un bucrane de bovin. Ce type de figuration n’est attesté que sur le site d’Aswad et en un seul exemplaire (fig. 8.9).

Technique de fabrication

80La même chaîne opératoire utilisée pour fabriquer les figurines humaines a été utilisée pour les figurines animales. Nous remarquons que, sur le site d’Aswad, la même terre a été employée pour modeler toutes les catégories d’objets.

81Un grand nombre des représentations animales sur tous les sites concernés sont composites (50 % des figurines entières classées comme quadrupèdes à Tell Aswad). Pour modeler une figurine animale quadrupède, on commence par préparer un boudin d’argile, puis on façonne le cou, la tête, le museau et parfois les pattes par pression et pincement des doigts. Certains membres sont souvent modelés séparément et collés ensuite sur la forme initiale comme les cornes. D’autres membres ont été modelés de deux façons : soit directement sur le corps par pincement ou pression, soit séparément puis collés sur le corps. Ces organes sont la barbiche, les oreilles, la queue, les pattes de l’avant-train ou les pattes de l’arrière-train.

82Les représentations animales décorées sont quasiment absentes sur la plupart des sites. Seul Aswad a livré quelques exemplaires de quadrupèdes avec des incisions sur le corps. Ces incisions sont interprétées comme une sorte d’harnachement par D. Helmer. Sur le même site, nous trouvons également deux figurines de quadrupèdes perforées au centre.

  • 71 McAdam 1997, p. 135.

83Les représentations animales en terre ont été majoritairement cuites sur certains sites comme à Aswad (selon nous), Ghoraifé (selon Contenson) et Munhata (selon Garfinkel). Sur le site de ‘Ain Ghazal et selon l’auteur, 90 % des aurochs sont en terre crue, ainsi que 74 % des autres figurines animales 71.

Conclusion sur les représentations animales

84La période du PPNB moyen est marquée par une production intense et homogène de figurines animales en terre, dans toute la région. Homogène au niveau de la forme dominante (quadrupède) et au niveau de la schématisation : nous trouvons sur chaque site des figurines plus schématiques que d’autres, sans pouvoir identifier une concentration plus importante dans un site en particulier. En résumé, la production des figurines animales est caractérisée par une standardisation que nous ne trouvons pas parmi les figurines humaines.

85La production de ces objets est homogène au niveau de la forme, mais pas au niveau de la quantité : le nombre de représentations animales quadrupèdes en Anatolie et au Levant Nord est bien moindre qu’au Levant Sud.

86Cette forme de figuration, qui représente en général les animaux domestiqués (bœufs, chèvres, moutons et porcs) est totalement différente de celle du PPNA, marquée par des représentations animalières sauvages et puissantes. Le site d’Aswad a livré, en plus des figurines quadrupèdes trouvées partout ailleurs, deux thèmes animaliers différents, réservés généralement au PPNA et PPNB ancien du Levant Nord : les représentations d’oiseaux et le bucrane. Ces derniers, peu nombreux, revêtent plusieurs formes : figurines animales sans corne, bustes d’animaux et pions animaux en forme d’oiseau. Nous proposons que les figurines sans corne représentent des oiseaux aquatiques (canard ?), que les bustes animaux représentent des têtes de rapace diurne et que les pions animaux en forme d’oiseau représentent des oiseaux de proie perchés.

Les objets de formes géométriques et les récipients

PPNA

  • 72 Stordeur & Lebreton 2008.
  • 73 Stordeur & Abbès 2002, p. 583.
  • 74 Stordeur & Lebreton 2008, p. 640, fig. 14.2.

87La quantité et les formes des objets géométriques sont limitées à cette période. Nous trouvons des exemplaires sur les sites de Mureybet 72 et Jerf el-Ahmar 73. Il s’agit d’un disque simple, d’une perle, de rondelles et d’un objet interprété comme un possible bouchon 74.

  • 75 Rosenberg 2011, p. 82.
  • 76 Lebreton 2003.
  • 77 Holland 1983, fig. 367.1.
  • 78 Le Mière &Picon 1998, p. 7.

88Les récipients en terre ont été attestés au PPNA sur plusieurs sites comme à Demirköy 75, Mureybet, Jerf el-Ahmar 76 et Jéricho 77. Ils sont tous de très petite taille, leur diamètre et leur hauteur ne dépassant pas 10 cm 78.

  • 79 Cauvin 1974.
  • 80 Le Mière & Picon 1998, p. 8.

89Les récipients en terre de Mureybet sont cuits, ils sont décrits par J. Cauvin comme de véritables céramiques 79. M. Le Mière et M. Picon ont émis des doutes à propos de la cuisson intentionnelle de ces objets. Ils signalent que tous ces objets ont été trouvés dans des contextes brûlés. Ils expliquent que les couleurs des pâtes qui varient entre le gris et le beige clair sont des couleurs qui caractérisent habituellement les objets en terre cuits des niveaux d’incendie 80.

  • 81 Rosenberg 2011 p. 82.

90Le récipient trouvé sur le site de Demirköy, fragmentaire, est décrit comme légèrement cuit 81. M. Rosenberg affirme que ce récipient a été intentionnellement cuit alors que ceux qui proviennent du site de Jéricho sont considérés comme crus.

PPNB ancien

  • 82 Ayobi 2013a.

91Une quantité relativement importante d’objets géométriques a été trouvée sur le site d’Aswad. Ils représentent 35 % de la totalité des objets en terre trouvés durant la première phase. Ce sont majoritairement des objets sphéroïdes auquel on ajoutera un objet discoïde. Les formes et la technique de fabrication de ces objets sont simples. Ils ont été modelés uniquement avec les paumes des mains et ils sont cuits 82.

  • 83 Çambel & Braidwood 1980.

92Le nombre des récipients datés de cette période se réduit à deux, trouvés sur le site de Çayönü 83 ; ils sont relativement petits.

PPNB moyen

  • 84 Ces objets sont appelés parfois « pièces de jeu » (Tobler 1950), jetons « tokens » (Schmandt-Besser (...)

93Les objets géométriques et les récipients ont été trouvés sur plusieurs sites de cette période. Ils sont attestés en Anatolie sur le site de Nevali Çori, au Levant Nord à Halula, au Levant Sud à Aswad, Ghoraifé, ‘Ain Ghazal et Munhata 84.

94Sur le site d’Aswad, les objets divers, dont les objets géométriques, et les récipients, ont été trouvés dans un contexte comparable à celui des autres objets en terre. Dans les niveaux d’architecture, les objets géométriques ont été découverts parfois regroupés, dans des couches de démolition ou dans des contextes domestiques (sols extérieurs ou intérieurs). La plupart ont été trouvés dans des cuvettes, souvent en concentration, particulièrement les objets sphéroïdes. Dans certains cas le nombre de boules retrouvées ensemble dépasse 75.

Objets géométriques : formes et classification

95La collection la plus riche en quantité et en formes est celle du site d’Aswad. Environ 820 objets de formes diverses ont été trouvés sur ce site ; ils ont majoritairement des formes géométriques (tabl. 3).

Tableau 3.

Tableau 3.

Les types des objets géométriques en terre, Tell Aswad.

Les objets sphéroïdes

  • 85 Ayobi 2013a.

96La forme de ces objets est simple : ils sont plus ou moins régulièrement arrondis, mais parfois certaines boules ont tendance à être ovoïdes, comme à Aswad. Sur ce site, qui a livré une quantité exceptionnelle de ces objets (environ 715 boules), le diamètre varie pour la plupart d’entre elles de 1 à 2 cm 85.

Les objets sphéroïdes aplatis

97La forme de ces objets a été obtenue par la pression de deux doigts sur des objets de forme sphéroïde.

Les objets discoïdes, simples et perforés

98Nous trouvons sur le site d’Ain Ghazal les deux catégories (simple et perforé) ; ailleurs, en revanche, nous ne trouvons que des objets discoïdes simples. Sur le site d’Aswad, le diamètre moyen est de 3 cm.

Les objets coniques

99Leur forme est très simple avec des bases plates ou concaves. Ce type d’objets est dominant parmi les objets géométriques du site de Munhata.

Les objets rectangulaires, les objets fusiformes, les objets biconiques perforés, les objets ovoïdes, les anneaux

100Ces types d’objets géométriques en terre sont très rares et leur quantité est limitée.

Les objets cylindriques

101Tout comme les objets coniques, ils tiennent debout, ce qui les distingue des autres objets géométriques.

Récipients : formes et classification

  • 86 Morsch 2002, p. 150.

102Les récipients en terre datés de cette période sont attestés uniquement à Nevali Çori 86 et Tell Aswad.

103Le premier site a livré 37 exemplaires, fragmentés dans la plupart des cas. La quantité est moins élevée sur le site d’Aswad, où on a trouvé 15 exemplaires. Les formes de ces récipients sont variées. Les dimensions sont globalement réduites sauf quelques exceptions à Aswad.

104Les récipients de Nevali Çori sont regroupés en deux catégories. Ceux de la première ont une base plate : ils auraient été modelés sur une surface plate. Les récipients de la seconde catégorie ont une base arrondie (convexe) : ils auraient été modelés dans la paume de la main. Sur le site d’Aswad nous trouvons également les deux catégories. Leurs formes varient entre des plats, des bols, des micros-bols et des coupelles (fig. 9.1-5).

Figure 9.

Figure 9.

Des récipients en terre de Tell Aswad : 9.1, 9.3 et 9.4. Coupelles ; 2. Micro-bol ; 9.5. Bol ?

9.1 : d’après Ayobi 2013a, fig. 126 ; 9.2 : d’après Ayobi 2013a, fig. 119-1 ; 9.3 : d’après Stordeuret al. 2005, fig. 19-3 ; 9.4 : Ayobi 2013a, fig. 121-1 ; 9.5 : d’après Ayobi 2013a, fig. 111-2

Technique de fabrication

105La chaîne opératoire utilisée pour fabriquer les objets géométriques et les récipients est identique à celle suivie pour les figurines humaines et animales. Nous remarquons que la deuxième phase de cette chaîne opératoire (le modelage) est plus simple ici. Tous les petits objets divers de formes géométriques ou autres, et ce sur tous les sites, sont fabriqués avec une technique simple qui n’emploie que les mains nues, à l’exception de quelques objets perforés. Les objets géométriques sont quasiment tous modelés d’une seule pièce, et cela concerne également les récipients.

106En ce qui concerne la phase de finition nous notons que la plupart des objets géométriques ont été faits rapidement, ils sont très rarement lissés ou décorés. En revanche, plusieurs récipients sur le site d’Aswad portent des traces de décoration. Parmi eux, un fragment a été recouvert d’un enduit jaune. C’est le seul exemplaire sur le site (fig. 9.5).

107La dernière phase, le durcissement, varie d’un site à l’autre. Les objets géométriques sont globalement cuits sur les sites d’Aswad et de Munhata et ils sont majoritairement crus sur le site de ‘Ain Ghazal et tous sur le site de Halula. Nous notons que le nombre d’objets en terre considérés comme crus à Tell Aswad est relativement plus élevé parmi les objets géométriques, particulièrement parmi les boules. Et quand ils sont cuits, nous pouvons les considérer comme seulement « légèrement cuits ». Ce phénomène est probablement lié à leur fonction, qui ne demande pas qu’ils durent très longtemps, ou à leur forme simple, qui ne comporte pas de point de fragilité.

108En ce qui concerne la cuisson des récipients à Nevali Çori, nous n’avons malheureusement pas assez d’informations. À Aswad, les récipients cuits représentent 72 % de la totalité des récipients.

Conclusion sur les objets géométriques et les récipients

109La production des objets géométriques en terre a commencé au PPNA et s’est poursuivie au PPNB moyen en se diversifiant et en se développant. Nous remarquons que cette catégorie est fortement représentée sur certains sites, comme Tell Aswad, et absente ou limitée à quelques exemplaires sur d’autres. Les formes sont variées et se retrouvent sur la totalité des sites considérés.

110En revanche la production des récipients en terre au PPNB moyen est restée limitée sur certains sites. La quantité d’objets est réduite, les formes, les dimensions et les fonctions sont variées au sein d’un même site, et d’un site à l’autre. Il nous semble que la production de récipients en terre au PPNB moyen ne s’est pas vraiment développée depuis les périodes précédentes, contrairement aux autres catégories.

Les objets en terre, cuisson intentionnelle ou accidentelle ?

111La quantité réduite des objets en terre trouvés pendant les périodes du PPNA et PPNB ancien, d’une part, et, d’autre part, le contexte de trouvaille « brûlé » qui crée un doute, ne permettent pas d’examiner profondément tous les aspects liés à l’opération de cuisson et de répondre aux questions posées à ce propos. Les avantages de la technique de cuisson ont sans doute été repérés et reconnus, mais ils n’étaient sans doute pas encore maîtrisés, ni volontairement exécutés pour produire de la céramique.

112Au PPNB moyen, les objets en terre n’ont pas été cuits sur tous les sites de la région. Ces objets sont globalement crus sur les sites de Halula et Jéricho, globalement cuits sur les sites de Cafer Höyük, Aswad et Munhata et crus ou cuits sur les autres sites considérés. Il faut rappeler que les informations publiées concernant la cuisson, pour la majorité des sites, sont très limitées : elles se résument souvent à indiquer s’ils sont crus ou cuits.

113En regardant la distribution des sites qui ont livré des objets cuits, nous remarquons tout d’abord que cette technique n’était pas réservée à une région spécifique : nous trouvons des objets cuits au Levant Nord comme au Levant Sud, de même que des objets crus.

114En ce qui concerne le caractère volontaire de la cuisson, il est impossible de donner une réponse simple à cette question. Nous exposerons ici le cas d’Aswad car ce site a livré une quantité importante d’objets en terre et que nous avons pu examiner ces objets en détail. Nous pensons qu’une cuisson volontaire doit être envisagée pour les objets de ce site.

11578 % des objets modelés en terre à Aswad sont considérés comme cuits. Seulement un petit nombre de ces objets a été trouvé dans des couches brûlées. Vu la quantité importante d’objets cuits, distribués sur dix-huit niveaux d’occupation, nous écartons la possibilité d’une cuisson accidentelle, qui se serait répétée pendant toute la durée d’occupation du site.

116D’autre part, nous avons déjà signalé que le nombre d’objets en terre considérés comme crus ou légèrement cuits à Tell Aswad est relativement plus élevé parmi les objets géométriques, particulièrement parmi les boules. Et nous avons proposé que cela soit lié à leur fonction, qui ne supposerait pas un usage sur une longue durée, ou à leur forme simple, qui ne comporte pas de point de fragilité. Pour nous, dans les deux cas, non-cuisson et cuisson légère relèvent d’un choix.

117Si cette hypothèse est vérifiée, la technique de cuisson aurait été déjà bien connue au PPNB moyen et aurait été utilisée systématiquement pour cuire les objets en terre au moins à Tell Aswad.

  • 87 McAdam 1997, p. 135.

118Sur le site de ‘Ain Ghazal, nous notons qu’une grande partie des figurines humaines sont cuites. Selon E. McAdam, 56 % des figurines humaines ont été cuites. En ce qui concerne les représentations animales, 90 % des aurochs sont en terre crue, ainsi que 74 % des autres figurines animales 87. En outre, la plupart des objets divers sont crus. Il semble donc bien que la technique de cuisson était connue sur ce site, mais qu’elle n’a pas été appliquée systématiquement à tous les objets.

119En résumé, et en considérant l’image générale des objets en terre cuits ou crus sur l’ensemble des sites, nous proposons que la cuisson des objets en terre ait été bien maîtrisée sur certains sites au PPNB moyen mais que ce n’était pas une nécessité ou une étape indispensable.

120Cette proposition est renforcée par la présence des objets en terre crue sur certains sites, comme Jéricho, géographiquement proches des autres sites où nous avons trouvé des objets en terre cuite, comme le site de ‘Ain Ghazal.

121Ainsi, même si la cuisson des objets en terre est affirmée à cette période, les habitants sont encore loin d’une maîtrise véritable de cette opération complexe. La cuisson des objets en terre au PPNB moyen a été utilisée pour améliorer la qualité des objets déjà connus dans les périodes précédentes, mais pas encore pour créer de nouveaux objets plus utilitaires comme la poterie.

Haut de page

Bibliographie

Abdelrahman (A.) 2006, Les figurines néolithiques en Syrie, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Damas (en arabe).

Ayobi (R.) 2013a, Objets en terre du Néolithique précéramique au Proche-Orient : terre crue ou cuite ? Les objets en terre cuite avant l’invention de la poterie, thèse de doctorat soutenue à l’Université Lumière Lyon 2.

Ayobi (R.) 2013b, « Humaines ou animales ? Des figurines ambiguës à Tell Aswad », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 4 oct. 2013, http://archeorient.hypotheses.org/1727

Bar-yosef (O.) & Gopher (A.) 1997, « Miscellaneous finds: the human figurines from Netiv Hagdud », O. Bar-yosef & A. Gopher (éd.), An Early Neolithic Village in the Jordan Valley, I, The Archaeology of Netiv Hagdud (American School of Prehistoric Research Bulletins 43), Cambridge (Ma), HUP, p. 177-180.

Braemer (F.), Ibañez (J.) & Shaarani (W.) 2011, « Qarassa (Mohafazat de Suweida) : campagne 2009 », Chronique archéologique en Syrie 4, p. 31-42.

Çambel (H.) & Braidwood (R. J.) 1980, « The joint Istanbul-Chicago Universities’ prehistoric research project in Southeastern Anatolia comprehensive view: the work to date, 1963-1972 », H. Çambel & R. J. Braidwood (éd.), The Joint Istanbul-Chicago Universities’ Prehistoric Research Project in Southeastern Anatolia 1, Istanbul, Faculté des Lettres, p. 33-64.

Cauvin (J.) 1974, « Les débuts de la céramique sur le Moyen-Euphrate, nouveaux documents », Paléorient 2/1, p. 199-205.

Cauvin (J.) 1977, « Les fouilles de Mureybet (1971-1974) et leur signification pour les origines de la sédentarisation au Proche-Orient », AASOR 44, p. 19-47.

Cauvin (J.) 1978, Les premiers villages de Syrie-Palestine du IXe au VIIe millénaire avant Jésus-Christ (TMO 4, Série archéologique 3), Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen.

Cauvin (J.) 1989, « La stratigraphie de Cafer Höyük-Est (Turquie) et les origines du PPNB du Taurus », Paléorient 15/1, p. 75-86.

Contenson (H. de) 1985, « La région de Damas au Néolithique », AAAS 35, p. 9-29.

Contenson (H. de) 1993, « Ramad dans le Néolithique du Levant », Paléorient 19/1, p. 29-31.

Coqueugniot (É.) 1998, « Dja’de el-Mughara (Moyen-Euphrate), un village néolithique dans son environnement naturel à la veille de la domestication », M. Fortin & O. Aurenche (éd.), Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (Xe-IIe millénaires av. J.-C.), Toronto/Lyon, Canadian Society for Mesopotamian Studies (Bull. 33) / Maison de l’Orient Méditerranéen (TMO 28), p. 109-114.

Coqueugniot (É.) 2003, « Figurines et représentations animales dans les villages néolithiques du Proche-Orient », B. Gratien, A. Müller & D. Parayre (éd.), Figurines animales dans les mondes anciens. Journée d’étude de Lille, 8 juin 2002 (Anthropozoologica 38), p. 35-48.

Garfinkel (Y.) 1995, Human and Animal Figurines of Munhata (Israel) (Cahiers des Missions archéologiques françaises en Israël 8), Paris, Association Paléorient.

Holland (T. A.) 1982, « Figurines and miscellaneous objetcts », K. M. Kenyon & T. A. Holland (éd.), Excavation at Jericho, 4. The Pottery Type Series and Other Finds, Londres, British School of Archaeology in Jerusalem, p. 551-562.

Holland (T. A.) 1983, « Miscellaneous small finds from Jericho », K. M. Kenyon & T. A. Holland (éd.), Excavations at Jericho, 5. The Pottery Phases of the Tell and Other Finds, Londres, British School of Archaeology in Jerusalem, p. 814-818.

Ibáñez (J. J.), Balbo (A.), Braemer (F.) et al. 2010, The early PPNB levels of Tell Qarassa North (Sweida, southern Syria), Antiquity, project gallery, 084, 325, http://antiquity.ac.uk/projgall/ibanez325/

Kafafi (Z.), Lucke (B.) & R. Baumler 2009, « Change at the Neolithic site of ‘Ain Ghazal »,

Neo-Lithics 09/1, p. 24-32.

Kenyon (K. M.) 1957, Digging Up Jericho, Londres, Ernest Benn.

Kozlowski (S. K.) & Aurenche (O.) 2005, Territories, Boundaries and Cultures in the Neolithic Near East (BAR IS 1362), Oxford/Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Kuijt (I.) & Finlayson (B.) 2001, « The 2001 Excavation season at the Pre-Pottery Neolithic A period settlement of Dhra’, Jordan: preliminary results » Neo-Lithics 01/1, p. 12-15.

Lebreton (M.) 2003, Le récipient et les premiers « Arts du feu » au Proche-Orient durant le Néolithique précéramique (Xe-VIIe millénaires av. J.-C. cal.), thèse de doctorat de l’Université de Paris I.

Le Mière (M.) & Picon (M.) 1998, « Les débuts de la céramique au Proche-Orient », Paléorient 24/2, p. 5-26.

Lesure (R. G.) 2011, Interpreting Ancient Figurines. Context, Comparison, and Prehistoric Art, Cambridge, CUP.

Lohof (E.) 1989, « A lesser known figurine from the Near Eastern Neolithic ». O. M. C. Haexet al. (éd.), To the Euphrates and Beyond: Archaeological Studies in Honour of Maurits van Loon, Rotterdam/Brookfield, A. A. Balkema, p. 65-74.

McAdam (E.) 1997, « The figurines from the 1982-5 seasons of excavation at Ain Ghazal », Levant 29, p. 115-145.

Molist (M.) (éd.) 1996, Tell Halula (Siria). Un yacimiento neolítico del valle medio del Éufrates. Campañas de 1991 y 1992, Madrid, Ministerio de Educacion y Cultura.

Morsch (M. G. F.) 2002, « Magic figurines? Some remarks about the clay objects of Nevalı Çori », H. G. Gebel, B. D. Hermansen & C. Hoffmann Jensen (éd.), Magic Practices and Ritual in the Near Eastern Neolithic. Proceedings of a Workshop Held at the 2nd ICAANE in Copenhagen 2000 (Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment 8) Berlin, ex oriente, p. 145-162.

Özdogan (M.), Basgelen (N.) & Kuniholm (P.) (éd.) 2011, The Neolithic in Turkey: New Excavations and New Research 1, the Tigris Basin, Istanbul, Archaeology and Art Publication.

Özdogan (A.) 2011, « Çayönü », Özdogan, Basgelen & Kuniholm 2011, p. 185-269.

Peters (J.), Helmer (D.), Driesch (A. von den) & Sana Segui (M.) 1999, « Early animal husbandry in the Northern Levant », Paléorient 25/2, p. 27-47.

Perrot (J.) 1966, « La troisième campagne de fouilles à Munhata », Syria 43, 1/2, p. 49-63.

Picon (M.) 1973, Introduction à l’étude technique des céramiques sigillées de Lezoux, thèse de doctorat de l’Université de Dijon.

Rollefson (G. O.) 1983, « Ritual and ceremony at Neolithic Ain Ghazal (Jordan) », Paléorient 9/2, p. 29-38.

Rollefson (G.), Banning (E.), Byrd (В.) et al. 1984, « Excavations at the PPNB village of ‘Ain Ghazal (Jordan) 1982 », MDOG 116, p. 139-183.

Rosenberg (M.) 2011, « Demirköy », Özdogan, Basgelen & Kuniholm 2011, p. 79-87.

Schmandt-Besserat (D.) 1992, Before Writing: From Counting to Cuneiform, Austin, UTP.

Schmandt-Besserat (D.) 1997, « Animal symbols at ‘Ain Ghazal », Expedition 39/1, p. 48-58.

Schmandt-Besserat (D.) 1999, « Animal figurines », G. O. Rollefson, Z. Kafafi & D. Schmandt-Besserat (éd.) (1997-1999), Symbols at ‘Ain Ghazal. ‘Ain Ghazal Excavation Reports 1, http://menic.utexas.edu/ghazal.

Schmidt (K.) 1988, « Nevalı Çori. Zum Typenspektrum der Silexindustrie und der uebrigen Kleinfunde », Anatolica 15, p. 161-202.

Stordeur (D.) 2003, « Symboles et imaginaire des premières cultures néolithiques du Proche-Orient (haute et moyenne vallée de l’Euphrate) », J. Guilaine (éd.), Arts et symboles du Néolithique à la Protohistoire, Paris, Errance, p. 15-37.

Stordeur (D.) & Abbes (F.) 2002, « Du PPNA au PPNB : mise en lumière d’une phase de transition à Jerf el-Ahmar (Syrie) », BSPF 99/3, p. 563-595.

Stordeur (D.) & Lebreton (M.) 2008, « Figurines, pierres à rainures, “petits objets divers” et manches de Mureybet », J. Ibáñez (éd.), Le site néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord). En hommage à Jacques Cauvin (BAR IS 1843), Oxford/Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, p. 619-643.

Stordeur (D.) et al. 2002, Tell Aswad. 2e campagne de fouille : 15 sept.-30 oct. 2002, Paris, Mission Permanente El-Kowm Mureybet, ministère des Affaires étrangères.

Stordeur (D.) et al. 2005, Tell Aswad. 5e campagne de fouille : 20 août-15 oct. 2005, Paris, Mission Permanente El-Kowm Mureybet, ministère des Affaires étrangères.

Stordeur (D.), Helmer (D.), Jammous (B.) et al. 2010, « Le PPNB de Syrie du Sud à travers les découvertes récentes à Tell Aswad », M. Al-Maqdissi, F. Braemer & J.-M. Dentzer (dir.), Hauran V. La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive (BAH 191), Beyrouth, Ifpo, p. 41-67.

Stordeur (D.), Abbes (F.), Helmer (D.) et al. Sous presse « Reprise des fouilles à Tell Aswad de Damascène. Résultats préliminaires », 3rd ICAANE in Paris, avril 2002.

Tobler (A. J.) 1950, Excavations at Tepe Gawra: Joint Expedition of the Baghdad School and the University Museum to Mesopotamia, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Haut de page

Notes

1 Kenyon 1957.

2 Ayobi 2013a.

3 Le nombre des objets en terre trouvés sur le site de Halula se réduit à 45, il s’agit souvent de formes schématiques. C’est pourquoi nous allons les utiliser ici uniquement pour les statistiques.

4 Les objets en terre de ʿAïn Ghazal ont été étudiés par E. McAdam, D. Schmandt-Besserat et G. Rollefson.

5 Stordeur et al. 2010, p. 3.

6 Kafafi et al. 2009.

7 McAdam 1997.

8 Schmandt-Besserat 1997.

9 Rollefson 1983.

10 McAdam 1997, p. 136.

11 Cauvin 1978, fig. 25.4.

12 Bar-Yosef & Gopher 1997, fig. 6.2.

13 Cauvin 1978, fig. 25.1.

14 Kuijt & Finlayson 2001, fig. 2.

15 Kozlowski & Aurenche 2005, p. 28.

16 Cauvin 1978, fig. 25.2.

17 Bar-Yosef & Gopher 1997, fig. 6.1.

18 Holland 1982, fig. 223.1.

19 Cauvin 1978, fig. 25.5.

20 Holland 1982, fig. 224.1.

21 Cauvin 1974.

22 Le Mière & Picon 1998, p. 7.

23 Schmidt 1988.

24 Coqueugniot 1998.

25 Braemeret al. 2011.

26 Stordeur et al. 2010.

27 Ayobi 2013a.

28 Ibáñez et al. 2010.

29 Ayobi 2013b.

30 Cauvin 1989.

31 Morsch 2002.

32 Ayobi 2013a.

33 Contenson 1985.

34 Rollefson 1983 et McAdam 1997.

35 Perrot 1966 et Garfinkel 1995.

36 Holland 1982.

37 Ayobi 2013b.

38 Le côté féminin de cette figurine est représenté par des fesses volumineuses et le côté animal est représenté par un long cou, un museau et des cornes (ou des oreilles) schématiques.

39 Garfinkel 1995, p. 17. Les figurines pions sont également appelées « pillar figurines » par E. Lohof (Lohof 1989).

40 Cauvin 1989.

41 Morsch 2002, p. 147.

42 Cauvin 1989.

43 Morsch 2002, p. 148.

44 Ayobi 2013a.

45 Rollefson 1983 et McAdam 1997.

46 Stordeuret al. s.p.

47 Holland 1982, Pl. VI.A.

48 Lebreton 2003, p. 122.

49 Ayobi 2013a.

50 Garfinkel 1995, p. 17.

51 McAdam 1997, p. 120.

52 Lebreton 2003, p. 123.

53 Picon 1973.

54 Contenson 1993, p. 181.

55 Lesure 2011, p. 82.

56 Stordeur 2003, p. 22.

57 Özdogan 2011, p. 223.

58 Coqueugniot 2003.

59 Les fragments « corniformes » sont très probablement des cornes cassées des figurines animales quadrupèdes. La taille de ces fragments affirme cette hypothèse, elle correspond à la taille générale des figurines quadrupèdes trouvées sur les sites et qui ont souvent les cornes cassées.

60 Helmer dans Stordeuret al. 2005, rapport de mission.

61 Peters et al. 1999.

62 Molist 1996, p. 129.

63 Perrot 1966 et Garfinkel 1995.

64 Le nombre des fragments considérés comme des corniformes, à cette période, est de 137 fragments.

65 Schmandt-Besserat 1999.

66 Schmandt-Besserat 1997, p. 49.

67 Stordeuret al. 2005, rapport de mission.

68 Ayobi 2013a.

69 Holland 1982, fig. 224.9.

70 Stordeur & Abbès 2002, fig. 17.2.

71 McAdam 1997, p. 135.

72 Stordeur & Lebreton 2008.

73 Stordeur & Abbès 2002, p. 583.

74 Stordeur & Lebreton 2008, p. 640, fig. 14.2.

75 Rosenberg 2011, p. 82.

76 Lebreton 2003.

77 Holland 1983, fig. 367.1.

78 Le Mière &Picon 1998, p. 7.

79 Cauvin 1974.

80 Le Mière & Picon 1998, p. 8.

81 Rosenberg 2011 p. 82.

82 Ayobi 2013a.

83 Çambel & Braidwood 1980.

84 Ces objets sont appelés parfois « pièces de jeu » (Tobler 1950), jetons « tokens » (Schmandt-Besserat 1992) ou « objets géométriques » (Rollefsonet al. 1984).

85 Ayobi 2013a.

86 Morsch 2002, p. 150.

87 McAdam 1997, p. 135.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte des sites de découverte d’objets en terre.
Crédits © E. Régagnon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure 2.
Légende Les objets en terre par catégorie et par période, Tell Aswad.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 3.
Légende Des représentations humaines du PPNA : 3.1 à 3.4. Mureybet ; 3.5. Dhra’; 3.6. Netiv Hagdud ; 3.7. Jéricho.
Crédits 3.1 à 3.4 : d’après Cauvin 1978 ; 3.5 : d’après Kuijt & Finlayson 2001, fig. 2 ; 3.6 : d’après Bar-Yosef & Gopher 1997, fig. 6.2 ; 3.7 : d’après Holland 1982, fig. 223.1
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Figure 4.
Légende Représentations humaine du PPNB ancien : 4.1. Figurine féminine, Dja’de ; 4.2. Figurine masculine, Qarassa ; 4.3. Représentation féminine/animale de la phase ancienne, Tell Aswad.
Crédits 4.1 : d’après Abdelrahman 2006 ; 4.2 : http://antiquity.ac.uk/​projgall/​ibanez325/​ ; 4.3 : d’après Ayobi 2013a, fig. 61-1
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Tableau 1.
Légende Les types et les variations des figurines humaines en terre.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Figure 5.
Légende Représentation féminine/animale de la phase moyenne, Tell Aswad.
Crédits © D’après Ayobi 2013a, fig. 62
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 6.
Légende Figurines pions du PPNB moyen : 6.1. Pion fusiforme, Tell Aswad ; 6.2. Pion conique, Halula ; 6.3. Figurine pion avec un nez pincé et des bras en ailes de papillon, Tell Aswad ; 6.4 et 6.5. Figurines pions à base en pied, ‘Ain Ghazal ; 6.6. et 6.7. Figurines pions, Munhata
Crédits 6.1 : d’après Ayobi 2013a, fig. 21-1 ; 6.2 : d’après Ayobi 2013a, fig. 64 ; 6.3 : d’après Ayobi 2013a, fig. 53-6 ; 6.4 et 6.5 : d’après Ayobi 2013a, fig. 68-1 et 68-3 ; 6.6. et 6.7 : http://www.antiquities.org.il/​t/​ item_en.aspx?indicator=64&CurrentPageKey=15 et http://www.antiquities.org.il/​t/​item_en.aspx?CurrentPageKey=14&ind icator=64.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 7.
Légende Des figurines humaines assises et debout : 7.1. Figurine féminine assise, Tell Aswad ; 7.2. Figurine masculine assise, Tell Aswad ; 7.3. Figurine féminine de type ‘Ain Ghazal, Tell Aswad ; 7.4. Figurine féminine de type ‘Ain Ghazal, ‘Ain Ghazal ; 7.5 et 7.6. Figurines pions décorées, Tell Aswad.
Crédits 7.1 : d’après Ayobi 2013a, fig. 58-1 ; 7.2 : d’après Stordeur et al. 2002, fig. 16 ; 7.3 : d’après Stordeur et al. 2005, fig. 20 ; 7.4 : d’après McAdam 1997, fig. 2 ; 7.5 et 7.6 : d’après Ayobi 2013a, fig. 33-4 et 53-5
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Tableau 2.
Légende Les types et les variations des figurines animales en terre.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure 8.
Légende Des représentations animales du PPNB moyen : 8.1 à 8.3. Figurines quadrupèdes du Tell Aswad, ‘Ain Ghazal et Halula ; 8.4. Pion animal quadrupède, Tell Aswad ; 8.5. Pion animal en forme d’oiseau, Tell Aswad ; 8.6 et 8.7. Figurines animales sans cornes, Tell Aswad ; 8.8. Buste d’animal, Tell Aswad ; 8.9. Bucrane, Tell Aswad.
Crédits 8.1 : d’après Stordeuret al. 2005, fig. 21-2 ; 8.2 et 8.3 : d’après Ayobi 2013a, fig. 103-5 et 102-2 ; 8.4 : d’après Ayobi 2013a, fig. 92 ; 8.5 : d’après Ayobi 2013a, fig. 94 ; 8.6 et 8.7 : d’après Ayobi 2013a, fig. 86-1 et 77 ; 8.8 : d’après Ayobi 2013a, fig. 78-1 ; 8.9 : d’après Ayobi 2013a, fig. 88-1
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Tableau 3.
Légende Les types des objets géométriques en terre, Tell Aswad.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Figure 9.
Légende Des récipients en terre de Tell Aswad : 9.1, 9.3 et 9.4. Coupelles ; 2. Micro-bol ; 9.5. Bol ?
Crédits 9.1 : d’après Ayobi 2013a, fig. 126 ; 9.2 : d’après Ayobi 2013a, fig. 119-1 ; 9.3 : d’après Stordeuret al. 2005, fig. 19-3 ; 9.4 : Ayobi 2013a, fig. 121-1 ; 9.5 : d’après Ayobi 2013a, fig. 111-2
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2608/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rania Ayobi, « Les objets en terre du Levant néolithique avant l’invention de la céramique : cuisson intentionnelle ou accidentelle ? », Syria, 91 | 2014, 7-34.

Référence électronique

Rania Ayobi, « Les objets en terre du Levant néolithique avant l’invention de la céramique : cuisson intentionnelle ou accidentelle ? », Syria [En ligne], 91 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/2608 ; DOI : 10.4000/syria.2608

Haut de page

Auteur

Rania Ayobi

Ancienne doctorante du laboratoire Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals