Navigation – Plan du site
Bibliographie

Andrew Burnett, Michel Amandry & Ian Carradice, Roman Provincial Coinage. vol. II. From Vespasian to Domitian (ad 69-96). Part I. Introduction and Catalogue. Part II. Indexes and Plates

Frédérique Duyrat
p. 314-316
Référence(s) :

Andrew Burnett, Michel Amandry & Ian Carradice, Roman Provincial Coinage. vol. II. From Vespasian to Domitian (AD 69-96). Part I. Introduction and Catalogue. Part II. Indexes and Plates, British Museum Press/Bibliothèque nationale de France, Londres/Paris, 1999, 386 pages, 120 planches. Prix : 150£/228,67€.-ISBN : 0714108987 et 2717720863.

Texte intégral

1Ce second volume du Roman Provincial Coinage (usuellement abrégé RPC) reprend la forme initiée en 1992 avec le catalogue consacré à la période julio-claudienne  : la première partie (introduction et catalogue) est suivie d’un volume d’indices et de planches qui permettent une consultation en parallèle des notices des 2 817 types monétaires répertoriés et de leur illustration. Cette première partie est riche d’une introduction générale en cinq chapitres consacrés à l’organisation de la production monétaire provinciale sous les Flaviens  : autorités responsables des émissions, production et circulation, dénominations, types et légendes, place de l’empereur et de sa famille sur ce monnayage. Le catalogue est ensuite présenté selon un ordre géographique, de la Crète à Alexandrie, l’Occident étant exclusivement alimenté par la production d’argent et de bronze de Rome sous les Flaviens (p. 9 et 12-13). La seconde partie ne contient pas moins de sept indices qui dotent le lecteur d’un remarquable outil de recherche  : cités, noms de personnes (famille impériale, rois et dynastes, administrateurs romains, etc., mais aussi titres des magistrats non romains, p. 375), légendes, titres officiels, types et contremarques, etc. Identifier une monnaie romaine d’époque flavienne, même très endommagée, devient possible grâce aux multiples entrées proposées par ces indices. Ceux-ci sont suivis de 120 planches d’excellente qualité, composées pour l’essentiel de moulages du meilleur exemplaire connu de chaque monnaie.

2Les quelque quarante pages de l’introduction contiennent des observations essentielles, notamment sur les conditions légales de la frappe. Les monnaies des cités d’Asie Mineure portent en effet certaines mentions en grec qui renseignent sur le nom du responsable des émissions. L’administration de la monnaie évoluerait vers un rétrécissement du système des liturgies au profit d’un nombre plus restreint de personnes, phénomène qui peut être associé au nombre croissant d’occurrences de la fonction de stratègos à laquelle la frappe monétaire serait plus fréquemment attachée (p. 5). L’épigraphie et les monnayages syriens ne permettent malheureusement pas de telles observations.

3Au Levant, seules Antioche et la Judée émettent des aurei généralement plus lourds que ceux de Rome, mais dans des proportions modestes (p. 20). La frappe de l’argent aurait, quant à elle, été partiellement centralisée à Rome, ce qui expliquerait la coordination des productions d’Asie et de Syrie ainsi que certaines parentés stylistiques et de fabrique (tétradrachmes de style alexandrin à l’atelier d’Antioche par exemple, p. 5 et 11). De façon générale, il semble que la production provinciale d’argent ait été réduite sous les Flaviens par rapport à la période précédente, notamment en Syrie et en Égypte. L’Asie, la Cappadoce, l’Égypte ont des circulations monétaires fermées  ; la Syrie, au contraire, produit en même temps des deniers et surtout des tétradrachmes (p. 12). Les auteurs du RPC proposent d’intéressants tableaux sur les poids et le degré de fin de ces monnaies ainsi qu’un rappel des différentes équivalences possibles entre le tétradrachme syrien et la monnaie romaine, une drachme syrienne contenant autant d’argent qu’un denier romain (p. 21-22).

4Les tentatives – très spéculatives – d’évaluation de la production des monnaies de bronze indiqueraient une hausse par rapport à la période julio-claudienne, en même temps qu’une augmentation des diamètres et une certaine «  romanisation  » des types (p. 16). Dans cet ensemble, la Syrie fait figure d’exception  : le nombre d’ateliers actifs a baissé, la province étant amputée de la Cilicie Pedias et de la Judée qui deviennent des provinces autonomes (p. 18 et 267). Des tableaux, p. 27-28, tentent d’établir des équivalences entre les différentes dénominations de bronze frappées en Syrie et en Judée et l’assarion romain. Cet exercice périlleux n’est pas toujours très convaincant, mais il a le mérite de souligner la complexité des systèmes monétaires locaux qui pérennisent des pratiques antérieures à la conquête romaine et ne semblent pas en voie de régression sous les Flaviens  : le nombre de dénominations augmente durant cette période (p. 29). Une autre caractéristique, déjà observée pour l’argent, est la frappe probable d’un certain nombre de séries de bronze provinciales à Rome. Cette hypothèse est proposée pour Chypre, Antioche et même Agrippa II (p. 13 et 309, entre autres).

5L’étude des types monétaires puise surtout ses exemples en Asie Mineure. Le Levant n’y est présent que pour l’influence des guerres juives, l’un des deux épisodes historiques qui se reflètent sur les monnaies mais de manière très locale (monnayages de Judée) ou sur les frappes officielles de Rome (p. 36), contrairement à la victoire de Domitien sur les Germains dont on trouve des échos sur de nombreux monnayages provinciaux.

6La Syrie, comme toutes les provinces représentées dans le catalogue, bénéficie d’une introduction particulière (p. 267-299) qui rappelle son évolution géographique et administrative durant la période, les fastes de ses gouverneurs et les particularités de sa production monétaire. Antioche y joue bien sûr un rôle central  : émissions d’aurei, de deniers et de tétradrachmes, de monnaies d’orichalque (laiton) sous Vespasien, de bronzes frappés des lettres SC ou d’autres types de revers (p. 270-289). Par comparaison, les frappes des autres ateliers de Syrie sont très limitées et circulent fort peu (p. 289-299). Les monnaies du royaume de Nabatène ne sont pas traitées, puisque celui-ci n’est annexé à la province d’Arabie qu’en 106 (p. 300). C’est donc la Judée qui fournit le second volet levantin de ce catalogue. Son monnayage subit de profondes transformations sous les Flaviens  : l’écrasement de la révolte en 70 conduit aussi à la disparition de la prutah qui était la dénomination la plus courante depuis plus de 150 ans. Désormais, les besoins en numéraire sont alimentés par la production d’Antioche, par celle, substantielle, d’Agrippa II (principalement frappée à Paneas – p. 308-315) et par le monnayage officiel à la légende Iudaea Capta ou au nom de Domitien frappé à Césarée Maritime (p. 315-318). C’est une rupture complète avec les habitudes antérieures, les procurateurs romains de l’époque julio-claudienne ayant maintenu la tradition monétaire juive (p. 301-303). Quelques cités de la région continuent néanmoins leurs frappes de manière sporadique (p. 303-308).

7Dans l’ensemble, le RPC 2 montre les même qua-lités que le premier volume de la collection  : maniabilité, exhaustivité, remarquable qualité de la documentation, de la bibliographie et de la réflexion. Les aspects du sujet qui ne peuvent être développés en détail, faute de place, bénéficient d’utiles références bibliographiques (voir les Nabatéens, p. 300  ; les problèmes de calendrier pour le monnayage d’Agrippa II, p. 309) qui aident le lecteur à approfondir efficacement ses recherches. Les renvois au RPC 1 sont fréquents et permettent de suivre facilement les continuités d’une période à l’autre. Malgré l’ampleur du travail, les coquilles sont rares (la monnaie d’Amasea mentionnée p. 33 porte en fait le n°  1631). Le caractère très synthétique des informations données pose parfois quelques problèmes  : par exemple, quelles sont la nature et les sources des informations délivrées par le tableau de l’évolution des poids de la p. 12  ? Moyenne  ? Médiane  ? Fondées sur quel échantillon  ? Enfin, une carte des ateliers aurait été utile, notamment pour illustrer efficacement les propos des auteurs au sujet des ouvertures et fermetures d’ateliers dans chaque province, des Julio-Claudiens aux Flaviens.

8Archéologues et historiens trouveront dans ce catalogue un instrument de travail extrêmement commode et dont l’utilisation ne saurait être limitée aux seuls spécialistes de la monnaie. La complexité des monnayage provinciaux fait attendre avec impatience les huit autres volumes prévus, de Nerva à Dioclétien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Duyrat, « Andrew Burnett, Michel Amandry & Ian Carradice, Roman Provincial Coinage. vol. II. From Vespasian to Domitian (ad 69-96). Part I. Introduction and Catalogue. Part II. Indexes and Plates », Syria, 83 | 2006, 314-316.

Référence électronique

Frédérique Duyrat, « Andrew Burnett, Michel Amandry & Ian Carradice, Roman Provincial Coinage. vol. II. From Vespasian to Domitian (ad 69-96). Part I. Introduction and Catalogue. Part II. Indexes and Plates », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.285

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals