Navigation – Plan du site
Bibliographie

Evelyn Klengel-Brandt, Sabina Kulemann-Ossen & Lutz Martin, Tall Knediğ. Die Ergebnisse der Ausgrabungen des Vorderasiatischen Museums Berlin in Nordost-Syrien von 1993 bis 1998

Bertille Lyonnet
p. 304-308
Référence(s) :

Evelyn Klengel-Brandt, Sabina Kulemann-Ossen & Lutz Martin, Tall Knediğ. Die Ergebnisse der Ausgrabungen des Vorderasiatischen Museums Berlin in Nordost-Syrien von 1993 bis 1998, Saarländische Druckerei & Verlag, Saarwellingen, 2005, avec des contributions de dix autres personnes. Prix : 88 €.-ISBN : 978-3-447-05569-7.

Texte intégral

1L’ouvrage, in 8o, comporte 397 pages, un résumé en arabe de 7 pages, et 217 planches d’illustrations. À ceci s’ajoutent, en tête d’ouvrage, 20 pages de table des matières, légendes des illustrations et légendes des tableaux ainsi que 15 pages de bibliographie. Les auteurs de chaque partie sont à chaque fois mentionnés.

  • 1 On ne sait pas pourquoi le complexe P, mentionné auparavant et qui figure plus loin dans le texte, (...)
  • 2 M. Lebeau, « Stratified Archaeological Evidence and Compared Periodizations in the Syrian Jezirah (...)

2Une courte introduction (chap. i, p. 1-4) donne les informations générales sur l’équipe du Vorderasiatische Museum de Berlin qui a dirigé ces fouilles au cours de cinq campagnes de deux mois environ, ainsi que sur le site, à 20 km au sud de Hassaké en Syrie, lequel allait être ennoyé par la construction d’un barrage sur le Khabour. Formé d’un tell principal et d’une ville basse (au total environ 3 ha, dont 0,4 ha ont été fouillés), il avait été mis en évidence par le Tübinger Atlas des Vorderen Orients, et était considéré au départ comme datant surtout du IIe millénaire. Ce n’est qu’à partir de la 3e campagne que les fouilles se sont consacrées au IIIe millénaire, qui s’est avéré représenter, en fait, l’occupation principale. Les fouilles ont tenté de couvrir les diverses parties du site (haut du tell, pente du tell, ville basse) et ont été couplées à des sondages transversaux. Le chap. ii (p. 5-8) est consacré à des remarques générales sur les données historiques pouvant concerner le site, depuis la fin du IVe millénaire jusqu’à la fin de la période néo-assyrienne  ; son nom ancien n’est pas connu. Le chap. iii (p. 917) concerne la stratigraphie  : seize niveaux ont été mis au jour, rassemblés en quatre périodes. La plus importante est la plus ancienne (période 4, niveaux XVI à VII-VII’), datée du IIIe millénaire (Bronze ancien). Un long hiatus lui succède, qui couvre tout le IIe millénaire. La période 3 (niveaux VI-VI’ à III) date de la première moitié du Ier millénaire (âge du Fer). Suivent quelques vestiges des périodes hellénistique et romano-parthe (période 2, niveaux II-II’), puis islamique (période 1, niveau I). Au sein de la période 4, les niveaux sont regroupés en cinq phases et mis en correspondance avec la périodisation établie pour la Djéziré. Ainsi, les niveaux XVI à XIV correspondraient à Early Jezirah (EJ) 0/1  : ils comportent des murs en brique posés directement sur le sol vierge (peut-être un mur d’enceinte), mais les fouilles sont trop étroites pour y lire des structures. Le niveau XIII (EJ I/II) est l’un des rares dans lequel de l’architecture a pu être mise au jour. Les niveaux XII-XI a, b (EJ II/IIIa) et XVIII (EJ IIIa) n’ont livré aucune structure spécifique. Au sein des niveaux VII a, b et VII’ (EJ IIIb), le complexe architectural P a été mis en évidence. En ce qui concerne la période 3, les niveaux sont regroupés en trois phases (VI a, b  ; VI’ 3, VI’ 2 et VI’ 1 – ce dernier reposant directement sur le niveau XIII et ayant occasionné des destructions  ; V à III). Pour la période 2, des tombes découvertes en II’ ont été creusées jusque dans les niveaux du Bronze ancien. La période 1, quant à elle, a livré le complexe architectural Z. Le chap. iv (p. 18-47) concerne l’architecture mise au jour pour les quatre périodes (soit un total de 25 1 complexes de A à Z). Le niveau XIII du Bronze Ancien en a fourni l’essentiel (quinze complexes, A à O + le mur d’enceinte), tandis que l’âge du Fer en a donné huit (Q à X), et les périodes 2 et 1 n’en ont livré qu’un chacune (respectivement Y et Z). Chaque complexe est décrit séparément, avec le matériel associé. Des tableaux récapitulent ces informations, sauf la céramique. Le niveau XIII est caractérisé par la présence d’habitat, de greniers multicellulaires, de silos circulaires, et d’un mur d’enceinte. Certains des bâtiments ont connu plusieurs phases de reconstruction (jusqu’à quatre), d’autres ont été détruits par des fosses récentes, d’autres enfin présentent des traces d’abandon planifié (bouchage de porte ne permettant aucun accès au bâtiment alors que du matériel reste en place), laissant supposer une occupation saisonnière. Le niveau XIII a été essentiellement fouillé sur la ville basse, mais des sondages sur les pentes du tell principal témoignent d’une occupation de la même époque, ce qui permet de supposer un établissement réparti sur environ 3 ha. La phase la plus récente du Bronze ancien est représentée à la fois par le complexe P (niveau VII, au nord du tell principal), dans lequel on note l’existence d’une bergerie, et par la présence d’un puits (niveau VII sur la périphérie nord de la ville basse). En ce qui concerne les complexes architecturaux de la période 3 (âge du Fer), le plus important en taille est aussi le plus ancien (complexe Q, sur le tell principal)  ; sur la ville basse, le complexe U s’est enfoncé dans le niveau XIII du Bronze ancien et comporterait peut-être un mur de fortification. Les constructions de la période 2 se réduisent à des murs sur le tell principal et à un petit complexe (Y) sur la ville basse. Enfin, la période 1 se manifeste, sur le tell principal, par un complexe architectural (Z) divisé en quatre zones d’après leurs fonctions supposées. Le chap. v (p. 48-97) traite des 115 tombes trouvées lors des fouilles. Vingt datent du Bronze ancien et sont majoritairement des tombes d’enfants  : elles sont toutes creusées dans les constructions, mais le matériel associé permet de les dater, dans la ville basse, de la première moitié du IIIe millénaire (EJ 0/I à II) et, sur le tell, de la deuxième moitié de ce millénaire (EJ III a, b). Trois types ont été observés  : tombes en fosse (adultes et adolescents), en jarres (fœtus) ou en cistes de briques crues (enfants, sauf un cas avec un adulte). Chaque tombe est décrite séparément et datée, le matériel est mentionné par un numéro d’inventaire, mais aucune référence n’est faite ici aux planches où pourtant il est représenté et qu’il faut trouver soi-même dans les chapitres suivants (VI et VIII). Les tombes de l’âge du Fer sont au nombre de 37 et contenaient 56 individus, adultes et enfants. On les trouve à la fois sur le tell et sur la ville basse et elles se répartissent en deux groupes chronologiques, l’un associé au niveau VIb, l’autre creusé dans ce niveau et donc plus récent (VI a), mais l’écart entre les deux est assez bref et leur date se situe à partir du milieu du viie  s. av. n. è, voire après le viie  s. pour quelques-unes. Le cimetière VIa était probablement en relation avec un autre village situé dans les environs. Les squelettes sont souvent très mal conservés. Un seul cas de tombe en fosse a été relevé, deux en sarcophages, dix en jarres simples (enfants et nourrissons), et tout le reste en double jarres. On notera dans deux tombes la réutilisation de jarres de l’âge du Bronze. Quelques sceaux, mais surtout des bijoux et des fibules en bronze ou en fer étaient associés. Le système de présentation est le même que pour le Bronze ancien, avec la même difficulté à chercher soi-même sur quelles planches est représenté le matériel associé à chaque tombe. Les 23 tombes romano-parthes se trouvent sur la ville basse et ont partiellement détruit les couches d’occupation antérieures. La majorité est en fosse, mais on trouve aussi des tombes à couverture de brique, en récipient(s), en sarcophage, etc. Seules treize d’entre elles contenaient du matériel associé, en particulier la tombe 77 particulièrement riche. Les tombes islamiques (35) seraient très récentes (surtout première moitié du xxe s.) et ont été découvertes sur la ville basse. Des recherches anthropologiques ont été entreprises sur 88 individus, mais sont rendues difficiles par le mauvais état des ossements. Des tableaux donnent les résultats concernant la répartition des âges et des sexes par période  ; un autre tableau donne les diagnostics des paléo-pathologies  ; figure aussi une liste descriptive des squelettes étudiés par période et par tombe  ; enfin, une suite de tableaux reprend tout le détail sous la forme d’une base de données. Le chap. vi (p. 98-184) est consacré à la céramique et à la chronologie. Seul le matériel provenant de contextes stratigraphiques sûrs a été pris en compte. Les critères de définition de la taille du dégraissant, de dureté, de couleur, de finition et de technique de fabrication sont expliqués au départ. Le matériel est étudié par périodes. La céramique de la période 4 (Bronze ancien) provient essentiellement du niveau XIII, un peu du niveau VIIb et VII, très peu des niveaux XVI à XIV ou XII à VIII. Quinze catégories de vaisselle (ware) ont été identifiées sur des critères très hétérogènes (dégraissant, couleur, décor, fonction, techniques de fabrication, etc.). On trouve ainsi les catégories «  métallique  », «  métallique côtelée  », «  ninivite incisée  », «  céramique peinte  », «  céramique grise  », «  céramique à dégraissant végétal majoritaire  », «  céramique à dégraissant minéral fin  », «  céramique de cuisine  », etc.). Les pourcentages de chacune sont donnés par niveau. Suit une description typologique codifiée du matériel pour chaque niveau (et, le cas échéant, pour chaque ensemble architectural), donnant aussi le nombre total de tessons concernés. Des tableaux résument à chaque fois ces données. Les intrusions de tombes sont mentionnées et, en s’appuyant sur la stratigraphie, une chronologie relative en quatre phases est proposée pour les différents ensembles architecturaux du niveau XIII et, par conséquent, aussi pour les catégories (ware) observées dans chacun. Une conclusion sur la céramique et la chronologie de la période 4 fait état, dans un premier temps, des principales recherches récentes sur le sujet en Djéziré 2  et des sept phases typo-chronologiques identifiées, ce qui permet de placer Tell Knedi ª entre EJ 0/1 et EJ IIIb. Dans un deuxième temps, les niveaux de la période 4 sont regroupés dans chacune des phases EJ et les types céramiques caractéristiques y sont soulignés  ; de rares comparaisons avec du matériel de sites voisins sont alors évoquées. Enfin, la céramique trouvée dans 15 des 20 tombes du Bronze ancien (les autres n’ayant pas de matériel) est reprise selon les précédents critères de catégorie, typologie et datation. La céramique de la période 3 (y compris celle des tombes) est répartie en onze catégories (ware) en fonction du dégraissant, de l’engobe, de la glaçure, etc. Seuls cinq des huit complexes architecturaux ont fourni du matériel en place (seulement niveaux VI et V) et il n’est pas possible de les corréler directement d’un point de vue stratigraphique étant donné leur localisation dans trois zones différentes du site. Une typologie (formes et décors) est établie, et la provenance de chaque type est indiquée. Puis la céramique est reprise pour chaque niveau et chaque complexe, du plus ancien au plus récent, et quantifiée. Une comparaison entre le matériel des niveaux VI et V montre fort peu de différences, laissant supposer que l’occupation fut de courte durée, mais on notera qu’aucune mention n’est faite des niveaux IV et III. Une nouvelle typologie est proposée pour la céramique des 36 tombes, puis cataloguée par tombe. Une corrélation entre les types de conteneurs (en céramique) et les vases déposés est proposée, avec tableaux récapitulatifs. La datation de la céramique de la période 3 est faite par comparaison avec des sites tant proches (Rad Shaqra, Sheyh Hamad) que lointains (en Iraq, Turquie, etc.), ce qui place les complexes architecturaux à partir du milieu du viie s. (VIb) et au cours de la seconde moitié du viie s., voire un peu au-delà (VIa, V). La céramique des tombes n’est pas facile à dater et était peut-être fabriquée spécifiquement, car elle présente peu de corrélations avec celle de l’habitat. C’est donc surtout leur position stratigraphique qui permet de les dater et quelques-uns des objets associés confirmeraient ces dates  : elles seraient, pour la plupart, contemporaines des niveaux VIb et VIa. La céramique de la période 2 provient de la ville basse, autour du complexe Y, et des tombes trouvées à proximité dont trois contenaient de la céramique glaçurée «  romano-parthe  ». Mis à part celle de ces tombes, la céramique ne provient pas de couches bien stratifiées. On y note aussi de la céramique importée à engobe noir de type hellénistique. Le matériel est réparti en catégories (ware) et par types, puis mis en relation avec l’architecture et avec les tombes. Toutefois, un certain nombre de types (surtout des décors) trouvés hors contexte sont également décrits. D’assez nombreuses comparaisons sont données qui permettent de dater les niveaux IIII’ du iiie-ier s. av. n. è., et les tombes entre le ier s. av. n. è. et le iie s. de n. è. La céramique de la période 1 est très limitée et provient du complexe Z  ; en fait, il a été très difficile de la distinguer de celle des niveaux 3 et surtout 4. Trois catégories ont été distinguées (glaçurée, non glaçurée et peignée) et sont datées entre le viiie et le xiiie s. Des comparaisons sont faites pour la céramique glaçurée et peignée avec le matériel du Balikh, de Raqqa et Qal‘at ­abar. Le chap.  vii (p.  185204) est consacré à la faune. Les ossements proviennent surtout de l’habitat du Bronze ancien et très peu de l’âge du Fer (on notera néanmoins la présence d’os de cochon dans une tombe) ou de la période hellénistique/romano-parthe. La faune sauvage est celle de la steppe-savane environnante (gazelles, onagres, lions, etc.), et on note aussi la présence de daims, rarement attestés dans cette région. Les animaux domestiques sont très majoritairement des moutons et des chèvres, ce qui confirmerait l’économie pastorale de la population malgré la présence d’un petit nombre d’ossements de cochons (nécessitant beaucoup d’eau). Toutefois, des os de gros bétail sont également présents, en particulier dans le puits de la fin de la période 4, ce qui est nouveau par rapport à la plupart des sites du Moyen Khabour. Chaque espèce est décrite et des tableaux donnent la corrélation avec la provenance, ainsi que toutes les mensurations. Le chap. viii (p. 205-393) concerne les petits objets de toute nature (ustensiles, armes, parures, vaisselle de métal, pierre ou verre, figurines, industrie lithique, etc.). Ils proviennent un peu du niveau XIII du Bronze ancien, et surtout des tombes néo-assyriennes et romano-parthes. Ils sont donnés par ordre alphabétique puis, le cas échéant, par période, avec un numéro de catalogue  ; quelques comparaisons et/ou des références à des publications antérieures accompagnent la description. On notera la présence de neuf sceaux-cylindres et de scarabées de l’âge du Fer, et celle de quelques monnaies dont une de Gadara (Décapole) du ier s. av. n. è. Un sommaire, présenté d’une part par type d’objets (ordre alphabétique), d’autre part par matériau, donne le numéro de catalogue et le numéro d’inventaire, et est suivi par une table de concordance entre ces deux numéros, ce qui devrait faciliter les recherches. Le chap. ix (p. 394-397), histoire et fonction du site, sert de conclusion et donne, en trois pages, les commentaires des auteurs  : ils concernent surtout le Bronze ancien. Il est rappelé tout d’abord que les nombreuses fouilles de sauvetage de la région ont mis au jour une série de greniers pour le stockage des céréales et que deux interprétations opposées en ont découlé, l’une considérant ces sites comme dépendant de centres urbains (Brak, Leilan, Chuera, etc.) au sein d’un système supra-régional, l’autre les voyant comme autonomes dans un contexte de nomadisme-pastoralisme local. L’histoire du site pourrait avoir débuté avant le IIIe millénaire en raison de la présence de quelques tessons du Chalcolithique final (type «  pot de fleur  », ou tessons à engobe rouge). La période la plus ancienne fouillée (niveaux XVI à XIII) est aussi celle où le site a atteint son extension maximum (3  ha)  ; dès le niveau XII, la surface diminue de moitié. À partir du dernier tiers du IIIe millénaire, le site connaît un très long abandon, jusqu’au viie s. av. n. è, puis de petites occupations ultérieures (hellénistique/romano-parthe et islamique). En ce qui concerne la fonction du site au IIIe millénaire, aucune proposition claire n’est donnée, si ce n’est une énumération d’observations sans argumentaire précis, souvent contradictoires. Ainsi, le mur d’enceinte de 2,4  m d’épaisseur ne serait concevable comme protection que dans le cas d’une société dimorphique. Les nombreux bâtiments du niveau XIII n’auraient pas tous été occupés simultanément et la majeure partie sont des greniers, de formes et de tailles différentes, inclus ou non dans l’habitat, laissant supposer qu’une partie pouvait servir pour une production excédentaire, mais laissant aussi entrevoir des différences sociales. L’abandon du site semble soudain et serait dû à une «  attaque  » ou à un tremblement de terre, mais une occupation saisonnière du site est également avancée en raison du mode d’abandon méthodique et du bouchage des portes de certains complexes. L’abondance de la céramique trouvée, quant à elle, serait plutôt une marque de sédentarité. Parmi celle-ci, on remarque la rareté de la Ninivite incisée par rapport à la céramique peinte reliée au monde de l’Anatolie du Sud-Est. D’autres contacts supra-régionaux se repèrent par la présence d’outils en silex qui n’étaient pas produits sur place et, semble-t-il, par la présence de nombreux scellements de vases à l’aide de tissu recouvert de gypse. Aucun bâtiment public n’a été retrouvé, mais les figurines et roues de chariot témoigneraient de cultes domestiques. Il semblerait que Tell Knedi ª, second site en taille après Tell Bderi, ait joué un rôle particulier parmi les sites du Moyen Khabour, comme en témoignerait le nombre de ses greniers. Peu de tombes d’adultes ont été découvertes car la nécropole devait se trouver à l’extérieur  : on mentionne à ce sujet les nombreux cimetières sans village associé trouvés le long de l’Euphrate. L’abandon général des sites du Khabour à la fin du IIIe millénaire serait probablement du à une aridification du climat. Vue la fragilité de l’environnement, les auteurs proposent donc, pour le Bronze ancien, de voir dans Knedi ª les marques d’une société qui passerait rapidement de l’état sédentaire à l’état nomade au gré des fluctuations climatiques. En ce qui concerne le village de l’âge du Fer (entre le milieu du viie s. et la chute du royaume assyrien), les fouilles n’ont pas permis de connaître le détail des structures. Il s’agissait peut-être d’un kaprum comme ceux que mentionnent les textes paléo-babyloniens, où vivaient les bergers et leurs troupeaux. En revanche, le cimetière est le plus grand fouillé à ce jour après celui d’Assur et le matériel trouvé témoigne de commerce ou de troc et est tout à fait similaire à celui de l’Assyrie. Les rares vestiges datés de la période hellénistique/romano-parthe ne permettent pas de savoir si l’on a affaire à un poste militaire ou à une ferme isolée. La monnaie provenant de la Décapole pourrait être associée au déplacement de troupes vers la Mésopotamie du Nord. Enfin, l’établissement islamique eut une assez longue durée de vie (du viiie au xiiie s. d’après les monnaies trouvées), mais on n’en connaît que peu de choses et les tombes mises au jour sont, elles, beaucoup plus tardives.

3Ainsi qu’on peut s’en rendre compte à la lecture de ce compte rendu, l’ouvrage représente donc un travail très sérieux de présentation des données mises au jour lors des fouilles et on ne peut qu’en remercier les auteurs. Notre principal regret est que la synthèse finale ne soit pas mieux développée par des interprétations argumentées et des comparaisons, lesquelles font presque totalement défaut pour le IIIe millénaire. Certes, il est fait souvent référence à des articles des mêmes auteurs qui peut-être font état de ces interprétations et comparaisons, mais il aurait été important de les retrouver dans ce rapport final. Comme souvent dans un ouvrage à auteurs multiples, certaines informations sont répétées (architecture/stratigraphie dans les chapitres III, IV et VI) quand d’autres manquent parfois (références à des illustrations, voire les illustrations elles-mêmes). On regrettera, en particulier, que les légendes des très nombreuses illustrations de céramiques soient réduites au minimum et obligent le lecteur à retrouver par lui-même la page où est décrit le matériel pour connaître sa périodisation précise, sa couleur et son dégraissant  : ceci d’autant plus que le poids et le format de l’ouvrage le rendent difficile à manipuler.

Haut de page

Notes

1 On ne sait pas pourquoi le complexe P, mentionné auparavant et qui figure plus loin dans le texte, n’est pas mentionné dans la présentation du chapitre (p.18), et les auteurs parlent donc de 25 et non de 26 complexes architecturaux.

2 M. Lebeau, « Stratified Archaeological Evidence and Compared Periodizations in the Syrian Jezirah during the Third Millennium bc   », dans C.Marro & H.Hauptmann éd., Chronologies des Pays du Caucase et de l’Euphrate aux IVe-IIIe millénaires, Paris, IFEA, de Boccard, 2000, p167-192 ; M. Pfälzner, « Eine Modifikation der Periodisierung Nordmesopotamiens im 3. Jtsd. v. Chr. », MDOG, 130, 1998, p.69-71 ; Id., Haus und Haushalt, Wohnformen des dritten Jahrtausends vor Christus in Nordmesopotamien, Damaszener Forschungen 9, Mayence, Ph. von Zabern, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertille Lyonnet, « Evelyn Klengel-Brandt, Sabina Kulemann-Ossen & Lutz Martin, Tall Knediğ. Die Ergebnisse der Ausgrabungen des Vorderasiatischen Museums Berlin in Nordost-Syrien von 1993 bis 1998 », Syria, 83 | 2006, 304-308.

Référence électronique

Bertille Lyonnet, « Evelyn Klengel-Brandt, Sabina Kulemann-Ossen & Lutz Martin, Tall Knediğ. Die Ergebnisse der Ausgrabungen des Vorderasiatischen Museums Berlin in Nordost-Syrien von 1993 bis 1998 », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 27 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.289

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals