Navigation – Plan du site
Bibliographie

Olivier Callot, Salamine de Chypre XVI. Les monnaies. Fouilles de la ville 1964-1974

Frédérique Duyrat
p. 316-317
Référence(s) :

Olivier Callot, Salamine de Chypre XVI. Les monnaies. Fouilles de la ville 1964-1974, Paris, De Boccard, Lyon, Mission archéologique de Salamine de Chypre, 2004, 218 p., 44 fig. Prix : 45€.- ISBN : 2-903264-953.

Texte intégral

  • 1 Il y a une erreur dans le décompte de la p.10 qui mentionne 172 romaines et 810 byzantines.

1Le seizième volume des fouilles françaises de Salamine de Chypre rassemble 1 813 monnaies, principalement en bronze, présentées de manière classique. Aux 87 monnaies grecques succèdent 170 exemplaires romains, impériaux et provinciaux, puis le gros des trouvailles est formé de 811 bronzes byzantins1, d’Anastase (491-518) à Basile II (976-1025). 24 monnaies d’époque omeyyade s’ajoutent à cette collection qui se clôt par un lot de 18 monnaies féodales françaises. Les 703 exemplaires restants, bien qu’illisibles, sont attribués à chacune de ces périodes sur des critères physiques (forme du flan, diamètre, etc.) quand cela est possible. Les attributions les plus difficiles sont discutées, bibliographie à l’appui, comme c’est par exemple le cas des bronzes lagides. O. Callot fait le point sur la question des bronzes de Paphos (n°  24-31) ou ceux attribués à un souverain lagide incertain (n°  78-79). Les noummia du Bas Empire, aussi appelés minimi, sont toujours très abondants sur les chantiers de fouilles. Ils bénéficient d’une introduction claire à destination des non-numismates et d’une bibliographie. Enfin, l’abondance des byzantines justifie la production de tableaux synthétiques des types et légendes qui permettent au lecteur de se repérer dans ce monnayage (p. 55-56 et 77-78). P. 125, un tableau des marques et monogrammes précède le commentaire du catalogue et les 32 planches de photographies directes, généralement difficilement lisibles du fait de l’état dégradé des monnaies.

2La seconde partie (p. 127-152) est consacrée au commentaire du catalogue et très largement appuyée sur les résultats des fouilles de la zone. O. Callot prend le parti de présenter son commentaire en deux sections. La première est une approche strictement chronologique, la seconde est topographique. Dans les deux cas, le raisonnement est appuyé sur des tableaux qui rappellent de manière synthétique combien de monnaies les fouilles ont livrées par période et par zone. Pour la partie chronologique, l’auteur présente aussi une étude comparative des monnaies des fouilles de Kourion (2 500 exemplaires identifiables) dont les trouvailles sont proches de celles de Salamine en volume. Les résultats des deux sites sont comparables pour les premiers siècles  : peu de monnaies classiques et hellénistiques (ces niveaux ont été peu fouillés), peu de monnaies des premiers siècles de l’Empire romain, ce qui est habituel. Le nombre des trouvailles augmente substantiellement au ive s. avec la frappe en grandes quantités des noummia du Bas Empire. C’est aussi l’époque où Salamine prend le nom de Constantia en l’honneur de Constance II qui finance la reconstruction de la ville après les deux séismes de 332 et 342 (p. 141). La ville est prospère, particulièrement au vie s., avant que les troubles du viie s. ne la dépeuplent. Ces niveaux archéologiques bien fouillés ont livré la majorité des monnaies (notamment sous Héraclius et Constant II), contrairement à Kourion qui décline dès le règne de Phocas. Les monnaies de Constant II sont fréquemment contremarquées sous Constantin IV. L’île ne possède pas d’atelier et doit être approvisionnée en numéraire par Constantinople. O. Callot explique l’application de cette contremarque par la pénurie de monnaies nouvelles durant cette période du fait des tensions avec les Arabes (p. 92-94). Ces contremarques permettent parfois de suivre les voyages d’une monnaie comme les deux aller et retour du n°  937 entre Constantinople et Salamine. Les tableaux des p. 135 et 150 sont contestables car les monnaies contremarquées sont attribuées à Constantin IV au nom duquel a été faite la contremarque, non à Héraclius et Constant II qui ont frappé ces pièces. La volonté de signaler le maintien de ces monnaies en circulation sous une nouvelle autorité est louable, mais elle fausse les chiffres de trouvailles pour les émetteurs originels.

3La partie topographique présente les fouilles en quatre grands secteurs  : la région du temple de Zeus construit à l’époque hellénistique et dont l’occupation cesse au début du viie s. (p. 140-143)  ; l’huilerie qui est en fait une luxueuse résidence du début du ve s. subdivisée en unités plus petites au début du viie s., dont un pressoir à huile (p. 144145)  ; la région sud-est essentiellement occupée à l’époque archaïque, totalement abandonnée au ive s. de notre ère (p. 146-148)  ; enfin la basilique de la Campanopétra (ve-xiie s.) qui a livré plus de la moitié des monnaies de la fouille (p. 148-152). Les monnaies sont réintégrées dans le récit historique et archéologique, témoignant de l’occupation plus ou moins intensive d’un site selon les époques, montrant aussi leurs limites puisqu’elles deviennent assez rares après 680 et disparaissent complètement au début du viiie s. (p. 138). Elles peuvent aussi réserver des surprises avec la réutilisation, à l’époque byzantine, de monnaies classiques et hellénistiques (p. 149)  !

4De manière générale, l’ensemble des fouilles de Chypre a permis de nets progrès dans le classement des bronzes d’époque hellénistique et romaine trouvées dans l’île, comme en témoignent les travaux de M. Amandry (Chypre), O. Callot (Kition), D. H. Cox (Kourion), B. Helly (nécropole de Salamine) et I. Nicolaou (Paphos). Le volume de O. Callot s’ajoute à cette liste et montre à quel point les monnaies de fouilles, malgré leur apparence ingrate et la difficulté de leur traitement, sont un apport indispensable à la compréhension d’un site.

Haut de page

Notes

1 Il y a une erreur dans le décompte de la p.10 qui mentionne 172 romaines et 810 byzantines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Duyrat, « Olivier Callot, Salamine de Chypre XVI. Les monnaies. Fouilles de la ville 1964-1974 », Syria, 83 | 2006, 316-317.

Référence électronique

Frédérique Duyrat, « Olivier Callot, Salamine de Chypre XVI. Les monnaies. Fouilles de la ville 1964-1974 », Syria [En ligne], 83 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.296

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals