Navigation – Plan du site
Dossier : Bains de Jordanie, actualité des études thermales

Les thermes de Birketein à Gerasa (Jérash, Jordanie) et le rôle du bain dans la vie religieuse du Proche-Orient romain

Clarisse Lachat, Thomas Lepaon, Mohamed Abu Abeyleh et Musa Malkawi
p. 45-65

Résumés

Résumé – Birketein, au nord de Gerasa, possède des aménagements des iie et iiie s. apr. J.-C. : un vaste bassin à ciel ouvert (birkeh), un théâtre et des tombes. Les récentes campagnes de fouilles ont mis au jour un édifice thermal à quelques mètres au sud du théâtre, dont l’étude architecturale a permis de mettre en évidence deux phases majeures de construction : la mise en place d’un édifice composé d’une salle froide et de quatre espaces chauffés puis la construction d’une grande salle longitudinale ayant bénéficié d’un programme décoratif particulier. La proximité des différentes constructions de ce site avec un lieu de culte est attestée par deux inscriptions. L’une commémore l’édification d’un temple et l’autre révèle que la fête du maïouma y était célébrée. La présence d’un édifice balnéaire au sein d’un complexe architectural à vocation visiblement religieuse invite à s’interroger sur l’utilisation des thermes situés à proximité de sanctuaires. En l’absence de synthèse sur ce thème, la présente étude vise à faire un premier état des lieux de nos connaissances.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Schumacher 1902.
  • 2 McCown 1938.

1Le lieu-dit Birketein est situé à environ 2 km au nord de la cité antique de Gerasa. Ce site a été visité par divers voyageurs au cours du xixe s., en particulier par W. J. Bankes ; G. Schumacher a publié la première description générale des vestiges en 1902 1. Cependant, l’étude la plus importante, qui fait toujours référence, est celle qui a été réalisée par la mission anglo-américaine dont les résultats furent publiés par C. H. Kraeling en 1938 2.

  • 3 Seigne 2004, p. 176.
  • 4 Sur cet édifice, voir Schumacher 1902, p. 163-165 et Seigne 2006, p. 142.

2Le site de Birketein est implanté dans la vallée du Wadi Jerash, de part et d’autre de la voie antique qui reliait Gerasa à Adraa (fig. 1). Il possède d’importantes constructions, jusqu’à présent datées des iie et iiie s. apr. J.-C. Le fond de la vallée est occupé par un vaste bassin à ciel ouvert d’environ 3 850 m2 (fig. 2). Il est séparé en deux parties inégales par un mur, ce qui lui a valu le nom de birketein (double réservoir). Cette birkeh permettait de capter et de stocker l’eau d’une source. Elle aurait ensuite été utilisée pour irriguer les jardins situés au nord de la ville 3. Sur la pente de la colline qui surplombe le bassin, un théâtre a été construit ; de taille modeste, il pouvait accueillir environ 1 000 personnes. Des tombes ont été retrouvées près du site, le long de la voie antique. La plus remarquable est celle de Germanus, mausolée en forme d’édifice à cella prostyle, daté de la seconde moitié du iie s. apr. J.-C. 4. Entre 2005 et 2007, le Département des Antiquités de Jordanie a entrepris des campagnes de fouilles sur le site, sous la direction de M. Malkawi. Ces fouilles ont notamment mis au jour un édifice balnéaire, à seulement quelques mètres au sud du théâtre.

Figure 1.

Figure 1.

Plan général du site de Birketein. Courbes de niveaux et structures modernes : plan du DoA ; tombes au sud-est de la route moderne et mausolée de Germanus (d’après McCown 1938, p. 161)

© Cl. Lachat, 2008

Figure 2.

Figure 2.

Vue générale du site de Birketein, depuis le nord-est

© Cl. Lachat

Les thermes de Birketein 5

  • 5 Par Thomas Lepaon.
  • 6 Lepaon 2008, p. 68.
  • 7 Les vestiges dégagés sous le contrôle du Département des Antiquités de Jordanie ont malheureusemen (...)
  • 8 Portant sur l’ensemble des huit édifices thermaux actuellement connus à Jérash (« Thermes de l’Oue (...)

3Contrairement à la majorité des édifices balnéaires de l’ancienne Gerasa, l’établissement thermal de Birketein est demeuré longtemps inconnu en raison de son complet enfouissement. Il fut redécouvert en 2005 grâce aux fouilles menées par une équipe jordanienne. Parallèlement à ces travaux, l’étude de ce bain fut amorcée par Clarisse Lachat qui proposa en 2005 le premier plan des vestiges, alors en cours de fouille 6. Depuis 2006, en collaboration avec les autorités jordaniennes, une étude architecturale est menée sur l’ensemble de l’édifice parfois préservé sur plus de 3 m en élévation. Les campagnes de fouilles sont aujourd’hui interrompues et un programme de protection des vestiges est actuellement en cours de réalisation 7. À la suite des découvertes liées à la poursuite des opérations de terrain, une nouvelle analyse architecturale et fonctionnelle de cet édifice peut être proposée 8.

Présentation du bâtiment

4Situés à environ 630 m d’altitude sur la roche naturelle d’une colline en pente douce vers l’est, les vestiges actuellement découverts occupent une superficie d’environ 670 m² (fig. 3). Bâtis sur le flanc d’une colline (fig. 2), les thermes sont construits sur une terrasse artificielle retenue au moyen de larges murs de soutènement (1,80 m) en grand appareil à joint vif. L’ensemble des salles ouvertes aux usagers des bains a été fouillé entièrement, soit jusqu’aux fondations pour les salles froides, soit jusqu’au sol de l’hypocauste pour les salles chaudes. En revanche, les espaces de service sont quasiment inconnus. Par ailleurs, l’état de conservation de cet édifice est très inégal : si l’ensemble des vestiges du circuit strictement balnéaire, localisé à l’ouest, est parfois conservé sur plus de 3 m en élévation, les espaces aménagés à l’est, correspondant aux premières salles empruntées par les usagers des thermes, ne sont plus connus que par leurs fondations.

Figure 3.

Figure 3.

Thermes de Birketein : plan général des vestiges en place

© Th. Lepaon

État 1 (fig. 4)

Les espaces publics

5Les remaniements postérieurs opérés sur le secteur est des bains ont considérablement bouleversé la construction originale, masquant les aménagements orientaux mis en place lors du premier état de l’édifice. Cependant, la présence de rupture de chaînage dans les murs de fondations ainsi que l’arrachement de deux murs à l’est de la salle 4 permettent de restituer au moins deux salles (1 et 2). Ces espaces, ouvrant sur les salles du circuit hygiénique, pourraient avoir été utilisés comme vestibule d’entrée (1) et vestiaire (2).

Figure 4.

Figure 4.

Proposition de restitution du premier état de l’édifice

© T. Lepaon

6Ensuite, les baigneurs suivaient un itinéraire circulaire composé d’une salle froide et de quatre espaces chauffés. Empruntée au début et à la fin du parcours thermal, la pièce 3, d’une superficie d’environ 45 m² et agrémentée d’un bassin froid au nord d’environ 25 m², remplissait la fonction de salle froide de ces bains. Aujourd’hui détruite, une mosaïque monochrome blanchâtre constituait le sol de circulation. Simplement traversée au début du parcours balnéaire, cette salle froide ouvrait au sud sur l’espace 4 qui constituait la véritable première étape de l’itinéraire thermal.

  • 9 Dans l’ensemble du bain, aucun aménagement ou vestige ne permet de restituer avec certitude une év (...)

7De plan quadrangulaire et d’une superficie d’environ 32 m², cet espace est remarquablement conservé sur plus de 3 m au-dessus du sol de l’hypocauste composé de carreaux de terre cuite parfois marqués, avant cuisson, et agencés sur l’ensemble de la surface de la salle. Ce sol porte de classiques pilettes circulaires encadrées de petits piliers construits le long des murs. De nombreuses cheminées encastrées dans les parois septentrionale (2), orientale (4) et méridionale (2) assuraient le tirage nécessaire au bon fonctionnement de l’hypocauste 9. Bien que le sol de circulation des baigneurs ait disparu, le niveau de celui-ci peut être restitué. Ainsi, au sud-est, deux ouvertures, créées par un décalage d’assise d’environ 0,28 m, interprétées comme drains d’évacuation des eaux de nettoyage, indiquent que le niveau supérieur du sol de circulation se trouvait environ 0,95 m au-dessus du radier de l’hypocauste (fig. 5). Cette hypothèse est renforcée par la présence des vestiges de l’aménagement mural de terre cuite, parfaitement préservé contre la paroi ouest de cet espace, permettant de créer un débord en saillie du mur, probable support du mortier composant la suspensura (fig. 6 et 7). À l’image de l’ensemble du bâtiment, la présence de mortier sur les parois liée à l’absence de vestiges de placage et de trous de scellement, semble indiquer qu’un simple enduit pariétal, peut-être peint, fut réalisé. Enfin, les nombreux blocs issus de la fouille n’ont pas fourni d’argument matériel permettant d’assurer une restitution du couvrement. Alimentée indirectement en air chaud depuis le foyer situé à l’ouest, cette première salle du parcours des usagers des bains faisait office de vaste salle tiède permettant d’amorcer la sudation.

Figure 5.

Figure 5.

Ouverture pratiquée dans le mur est de la salle 4 et aménagement en terre cuite en saillie du mur (à droite)

© Th. Lepaon

Figure 6.

Figure 6.

Hypocauste de la salle 4 et foyer de la salle 5 en arrière-plan

© Th. Lepaon

Figure 7.

Figure 7.

Relevé et proposition de restitution du mur sud de l’espace 4

© Th. Lepaon

8Accessible depuis l’ouest, la salle 5 correspondrait au deuxième espace chauffé rencontré par les baigneurs. Comparable à la pièce précédente en raison d’une qualité de conservation équivalente, d’une superficie voisine et présentant un système de chauffage en sous-sol, la salle 4 s’en distingue toutefois par la présence d’un chauffage direct depuis le foyer à l’est (fig. 8 et 9). L’évacuation des fumées se faisait par l’intermédiaire de huit cheminées encastrées. Un passage au nord-ouest permettait aux baigneurs de rejoindre la salle des bains chauds (6).

9Bien que détruit, le sol de circulation de cet espace peut raisonnablement être restitué à un niveau similaire à celui de la pièce 4. Aucun vestige archéologique du couvrement n’est aujourd’hui conservé, mais on est en droit de restituer un couvrement voûté pour cet espace ainsi que pour la salle 4, au regard des pratiques architecturales habituelles en contexte balnéaire à Jérash. Succédant à la salle tiède et dépourvu de vestige de bassin, cet espace fut probablement utilisé comme salle chaude et/ou salle de nettoyage afin de permettre aux baigneurs d’effectuer leur toilette indispensable avant de rejoindre la salle 6 par l’intermédiaire d’une ouverture au nord-ouest.

10La salle 6 constitue l’espace le plus vaste (environ 55 m²) et le mieux préservé (structures conservées sur plus de 3,5 m en élévation) de ce premier ensemble thermal (fig. 9). À l’ouest et au nord, deux vastes exèdres quadrangulaires de plus de 10 m² sont aménagées. À l’image des salles précédentes, le sol de l’hypocauste, fait de carreaux de terre cuite, parfois marqués, est doté de pilettes réparties sur l’ensemble de la surface et de petits piliers en terre cuite aménagés contre les façades. Cassant cette organisation, quatre imposants piliers (0,80 m de long et entre 0,35 et 0,55 m de large) sont installés au sud de la niche septentrionale. À l’ouest est aménagé un dispositif similaire composé de piliers plus modestes, encadrant l’imposant canal de chauffe maçonné. La modification des soubassements au sein de ces renfoncements semble indiquer l’aménagement de spacieux bassins, lesquels nécessitaient probablement, en raison du poids de l’eau qu’ils contenaient, un renforcement des structures porteuses en sous-sol. Cet espace était chauffé par l’intermédiaire d’un foyer spécifique installé à l’ouest et pas moins de onze cheminées scandaient ses façades internes. Le niveau du sol de circulation des baigneurs n’est malheureusement pas conservé, mais il peut être restitué à un niveau similaire à celui proposé pour les salles chauffées précédentes. En ce qui concerne le couvrement de cet espace, là encore, aucune information fiable n’a pu être obtenue lors de la fouille. Toutefois, au regard des vestiges et des pratiques architecturales usuelles pour les établissements thermaux, il ne semble pas aberrant de supposer la mise en place de voûtes couvrant les exèdres quadrangulaires et d’une coupole couronnant l’ensemble de cet espace. Par ses caractéristiques, l’espace 6 constitue la pièce des bains chauds, espace ultime du parcours chauffé suivi par les baigneurs.

Figure 8.

Figure 8.

Foyer de la salle 5 vu depuis le sud-est

© Th. Lepaon

Figure 9.

Figure 9.

Plan des vestiges en place des espaces 5 et 6

© Th. Lepaon

11Empruntant le passage à l’est, les baigneurs accédaient à la salle chauffée 7 d’une superficie d’environ 20 m², soit l’espace le plus modeste de ces bains. Dotée d’un double système de conduite d’air chaud en sous-sol composé d’un classique hypocauste à pilettes au sud et d’un large canal taillé dans la roche naturelle au nord (fig. 10 et 11), cette pièce recevait la chaleur depuis le foyer situé à l’ouest de la salle 6 et probablement aussi depuis un foyer spécifique installé au sein de l’espace 9 au nord. Conformément au système mis en place au sein de l’ensemble des salles chauffées, l’air chaud était évacué par l’intermédiaire de deux cheminées encastrées dans les façades méridionale et orientale de cet espace. Comme précédemment, le couvrement de cette salle demeure inconnu mais, en l’état de nos connaissances actuelles, on peut avancer l’hypothèse d’une protection voûtée. Fréquentée plus ou moins longuement selon le goût des baigneurs, cette salle tiède assurait la transition de ces derniers vers la salle 3 accessible par le passage au nord-est. Simplement traversée au début du parcours balnéaire, la salle froide 3 constitue l’étape ultime du parcours hygiénique durant laquelle les baigneurs les plus téméraires profitaient de la vaste piscine froide au nord. À l’issue de ce parcours dextrogyre, les usagers du bain gagnaient la salle 2 à l’est, probable vestiaire, puis quittaient l’établissement.

Figure 10.

Figure 10.

Vestiges de l’hypocauste au sud de la salle 7

© Th. Lepaon

Figure 11.

Figure 11.

Vestiges du canal de chauffe au nord de la salle 7

© Th. Lepaon

Les espaces de service (8-9)

  • 10 À ce sujet, voir Broise & Scheid 1987 et plus particulièrement l’annexe 3 (p. 97-103) qui constitu (...)

12Si la majorité des salles publiques ont été fouillées, les espaces de service restent quasiment tous encore enfouis et seuls deux secteurs ont bénéficié de dégagements. Localisée à l’ouest du bloc thermal, la salle de chauffe 8, approvisionnant principalement la salle 6 et dans une moindre mesure la salle tiède 7, a été partiellement dégagée, mettant au jour la plateforme installée au-dessus de la sole du foyer. Cet aménagement surélevé est interprété comme un support permettant d’installer la chaudière alimentant les piscines en eau, caractéristique de l’époque romaine 10.

13L’espace 9, localisé au nord de la salle tiède, bien que complètement dégagé, demeure difficile à interpréter. Accessible depuis le nord, cet espace se caractérise par la présence de l’extrémité septentrionale du large canal taillé dans la roche — aujourd’hui partagé en deux ensembles distincts par la construction d’une structure transversale — communiquant avec la chambre de chaleur sur pilettes, plus classique, au sud de la salle tiède 7. Colorant aussi bien l’extrémité du canal que la surface de la roche autour de cet aménagement, d’importantes traces de rubéfactions noirâtres, antérieures au mur transversal postérieur, indiquent qu’une forte activité de combustion eut lieu au sein de cet espace 9 dès le premier état de l’édifice. Les vestiges permettent de supposer la mise en place d’un foyer apportant une source de chaleur supplémentaire à la salle 7. Si l’on retient cette hypothèse, le foyer se limiterait donc à une simple fosse abritant un foyer, à partir de laquelle serait produite la chaleur. Un tel dispositif n’est pas inédit mais se trouve généralement dans les structures privées ; il devait être associé à une superstructure, laquelle fut probablement détruite lors du dernier réaménagement de l’édifice et la condamnation de cet espace.

État 2 (fig. 12)

Description générale

14Les principaux réaménagements attribués à ce second état furent opérés à l’est du bloc balnéaire. Les structures des salles orientales 1 et 2 de l’édifice primitif furent alors arasées pour permettre la construction d’une seule grande salle prolongeant l’établissement vers le sud. Toutefois, le circuit hygiénique du premier état ne fut pas modifié lors de cette seconde phase.

Figure 12.

Figure 12.

Proposition de restitution du second état de l’édifice

© Th. Lepaon

Les espaces publics

15Indéterminé pour l’établissement primitif, l’accès à l’édifice est, en revanche, bien connu dans cette seconde phase. Précédée d’un sol de pierres compactées (espace 10), l’entrée dans le bain se faisait depuis l’ouest par un modeste accès, large de 0,90 m, donnant sur la grande salle 13. Avant d’entamer leur cheminement, les baigneurs rejoignaient l’espace 11. Partiellement dégagé (environ 16 m²), cet espace quadrangulaire, dont le sol de circulation n’est préservé qu’au niveau de son radier, disposait d’une banquette enduite (fig. 13). Ce dernier aménagement ainsi que l’emplacement de cet espace à proximité de l’entrée des bains semblent indiquer que cette salle fut très probablement utilisée comme vestiaire.

Figure 13.

Figure 13.

Banquette enduite de la salle 11 vue depuis l’est

© Cl. Lachat

16À l’est de la salle 11, les fondations de l’espace 12 furent également en partie dégagées. Le sol de circulation de cette salle de plan quadrangulaire est réalisé au moyen de carreaux de terre cuite, parfois marqués, noyés dans un mortier hydraulique (fig. 14). Longeant son côté nord, une profonde canalisation située au débouché de l’égout principal des bains permettait d’assurer l’évacuation des eaux usées vers l’est à l’extérieur du bloc thermal (fig. 15). Entre ces deux aménagements, une marche cintrée, dont la contremarche a préservé les vestiges d’un enduit hydraulique, occupe l’angle nord-est de la salle. L’entrée à cet espace n’a pas été dégagée ; toutefois, en l’absence de tout vestige d’escalier, il faut probablement exclure que l’accès ait pu se faire depuis la salle 13 dont le sol de circulation surplombe d’environ 0,90 m celui repéré au sein de la salle 12. Éloigné du secteur balnéaire, situé au débouché de l’égout principal, et probablement accessible seulement depuis le vestiaire 11, cet espace correspondrait, dans l’hypothèse actuelle, aux latrines de ces bains.

Figure 14.

Figure 14.

Vestiges de la salle 12 vus depuis le sud-est

© Cl. Lachat

Figure 15.

Figure 15.

Canal d’évacuation de la salle 12 vu depuis l’ouest

© Cl. Lachat

  • 11 L’emploi du terme « basilique » pour désigner la grande salle souvent observée au sein des complex (...)
  • 12 Sur ce point, voir Seigne, Agusta-Boularot, Gatier & Lepaon à paraître.
  • 13 L’interprétation de ces salles comme des gymnases ne paraît pas pouvoir être retenue ici : une tel (...)

17Assurant la jonction entre les salles précédentes et le secteur balnéaire au nord, la salle longitudinale 13, qui occupe une superficie restituée d’environ 150 m², soit l’équivalent de l’ensemble des espaces thermaux, constitue l’aménagement principal de cet état. Parfaitement préservé au sud-ouest, le sol de circulation mosaïqué de couleur blanche se distingue de celui observé au sein de la salle 3, marqué de décors géométriques polychromes (rouge et noir) (fig. 16). Renforçant le soin décoratif apporté à cet espace, un ensemble de pilastres rythmant la façade occidentale fut également mis en place. Ces vastes salles ne sont pas inédites en contexte thermal et sont souvent appelées, de manière impropre, basilicae thermarum 11 ; souvent caractérisées par un soin particulier porté à l’architecture et au décor, beaucoup plus soigné que dans les autres espaces des bains, elles demeurent énigmatiques quant à leur(s) fonction(s) 12. L’exemple de Birketein ne permet pas de préciser nos connaissances sur ce sujet ; toutefois, plusieurs remarques peuvent être formulées. Si l’espace 13 ne se substitue à aucune salle essentielle à la pratique hygiénique du bain (vestiaires, espace froid et salles chaudes), il occupe néanmoins une place privilégiée au sein de l’itinéraire suivi par les baigneurs puisque ces derniers doivent nécessairement l’emprunter au début et à la fin de leur parcours thermal. En d’autres termes, le choix des bâtisseurs est particulièrement remarquable puisque ces derniers ont volontairement inséré une salle, a priori inutile à la pratique thermale 13, au cœur du circuit emprunté par les baigneurs. D’autre part, même si les bâtisseurs cherchèrent à enrichir l’établissement d’équipements vraisemblablement absents dans l’ensemble primitif — dont les probables latrines —, ce remaniement fut surtout marqué par la mise en place de cette grande salle qui, à l’instar des « Grands Thermes de l’Est » situés au cœur de Gerasa, n’augmentait en rien la capacité d’accueil de l’établissement. Cette importante transformation architecturale ne paraît répondre à aucune pression démographique qui aurait contraint les bâtisseurs à réaménager l’édifice antérieur. Il semble donc que ce soit l’importance accrue des activités « non balnéaires » qui ait principalement motivé la réalisation de ce coûteux réaménagement. Cette observation conduit légitimement à s’interroger sur la nature exacte de la pratique thermale dès l’époque romaine et plus particulièrement sur l’importance des actes non-hygiéniques, mal connus car peu producteurs de vestiges matériels comme peuvent l’être les dispositifs techniques de chauffage et les conduites hydrauliques.

Figure 16.

Figure 16.

Décor polychrome de la mosaïque de la salle 13 vu depuis le nord

© Cl. Lachat

Les espaces de service

18Les espaces de service actuellement connus ne paraissent pas avoir fait l’objet de bouleversement durant ce réaménagement, à l’exception de la seule salle 9. Cet espace semble avoir perdu sa fonction de salle de chauffe primitive, par la mise en place, lors de cette seconde phase, d’un mur transversal obstruant le canal de chauffe. La fonction de cette nouvelle salle (14) demeure inconnue. Malgré ces réaménagements, la pratique thermale des baigneurs ne fut probablement pas perturbée puisque, profitant toujours de la chaleur produite par le foyer 8, la salle 7 demeurait tiède.

19À l’est du bloc thermal, on a mis au jour les vestiges de structures en grand appareil liées au mortier, associées à une entaille de fondation dans la roche en place, et les restes d’un aménagement de mortier au sein du canal taillé dans le rocher au nord, qui semblent indiquer la réalisation d’un aménagement construit (fig. 17). L’association de ces maigres indices permet cependant de restituer une construction de plan quadrangulaire, installée sur la roche naturelle et dont la surface approcherait 20 m². L’interprétation fonctionnelle de cet aménagement demeure particulièrement délicate. Toutefois, si l’on tient compte de la position de cette construction au sein, d’une part, de l’établissement thermal et, d’autre part, du site de Birketein, on peut avancer l’hypothèse d’une utilisation de cette installation comme bassin de décantation. En effet, la mise en place d’un tel dispositif au débouché de l’égout principal des thermes, en surplomb d’une zone de circulation (voie Gerasa–Adraa), aurait permis d’épurer les eaux souillées par leur triple utilisation (eau d’agrément au sein des bassins, eau de nettoyage pour les sols des salles thermales et probablement eau de drainage des latrines) avant qu’elles ne soient évacuées vers le nord par les canaux taillés dans le rocher. La faiblesse des vestiges préservés pour cet aménagement invite cependant à ne pas dépasser le cadre de l’hypothèse.

Figure 17.

Figure 17.

Entaille de fondation dans la roche en place servant de base à l’aménagement construit (15)

© Th. Lepaon

Datation, typologie et comparaison

  • 14 À ce sujet, voir Charpentier 1994, p. 113-142 et Charpentier 1995, p. 219-247.
  • 15 Cette évolution, amorcée dès l’époque byzantine, est particulièrement bien illustrée par l’édifice (...)

20Aucun témoin archéologique ou architectural ne permet aujourd’hui de proposer une datation précise des phases de ce monument. Cependant, divers indices tels que le trajet circulaire emprunté par les usagers, le nombre et la taille des salles chaudes, la présence d’une grande salle froide accompagnée de son bassin froid ancrent cet établissement au sein des complexes de tradition romaine. Toutefois, en raison de l’apparition et de la mise en place de la grande salle 13, les thermes de Birketein semblent constituer le parfait exemple de bains « de transition » : ils préfigurent l’évolution majeure qui s’opérera à l’époque byzantine durant laquelle la grande salle, d’une part, accompagnera presque systématiquement toute nouvelle construction balnéaire, à la ville comme à la campagne, et, d’autre part, deviendra l’espace principal des bains en se substituant progressivement à certaines pièces essentielles au circuit thermal (vestiaire, salle froide) 14. Cette évolution s’accentuera encore à l’époque omeyyade où l’importance des aménagements nécessaires à la pratique du bain se réduira encore au profit de la grande salle 15.

  • 16 Fournet 2004-2005, p. 159-178. Nous remercions ici Th. Fournet de nous avoir fait part des frappant (...)

21Une première étude comparative à l’échelle du Proche-Orient permet de rapprocher notre exemple des bains de Shāʿra, considérés comme un modèle de transition entre les grands thermes d’époque romaine et les petits édifices byzantins 16 (fig. 18). Ces deux édifices, morphologiquement et typologiquement similaires, montrent que l’exemple de Birketein n’est pas un cas isolé au sein de l’évolution architecturale thermale. La mise en évidence de deux phases distinctes de construction, illustrées par la mise en place de la grande salle, pourrait indiquer pour l’exemple jordanien, sinon son antériorité, au moins sa contemporanéité avec l’établissement syrien.

Figure 18.

Figure 18.

Planche comparative des thermes de Birketein et de Shāʿra

© Th. Lepaon

22Les bains de Birketein constituent donc un exemple particulièrement ordinaire de l’architecture et de l’évolution thermale au Proche-Orient. En dépit de leur insertion au sein d’un contexte urbain particulier, aucune relation avec tout autre bâtiment n’a aujourd’hui été mise en évidence et seule la fonction hygiénique paraît avoir présidé à leur construction. L’ajout progressif d’une grande salle sociale à un établissement thermal, tout en préservant le dispositif strictement balnéaire inchangé, constitue le principal apport de cette étude. Seule la réalisation de sondages archéologiques permettra d’affiner cette première étude et notamment de préciser la chronologie des différentes phases de l’édifice.

Birketein : un sanctuaire extra muros 17

  • 17 Par Clarisse Lachat.
  • 18 Welles 1938, inscription 42, p. 393 : ἐπέκ̣τ̣ι̣σεν να[ὸ]ν Διὸς Ἐπικαρπ̣ίου.
  • 19 Il faut aussi signaler que des autels ont été réemployés dans le mur de soutènement de la route mo (...)
  • 20 Sur la fête du maïouma, voir Belayche 2004.

23La proximité des différentes constructions du site de Birketein avec un lieu de culte est attestée par une inscription. Elle commémore la construction d’un temple dédié à Zeus Ἐπικάρπιος (Producteur de fruits) 18. Malheureusement, hormis cette dédicace et quelques fragments architecturaux, aucun vestige n’a encore pu être attribué à ce temple. Au vu de la topographie du site, on pourrait supposer qu’il se trouvait au sommet de la colline, dominant ainsi l’ensemble des vestiges 19. Le caractère religieux du site est confirmé par une inscription du vie s. apr. J.-C. qui indique que la fête du maïouma a été célébrée à Birketein. Cette fête, d’origine sémitique, peut se définir comme une réjouissance de l’eau. La célébration donnait lieu à des processions, à des représentations théâtrales, ainsi qu’à des bains ou à des jeux aquatiques. Elle n’était pas donnée en l’honneur d’une divinité en particulier 20.

24Par conséquent, l’ensemble des vestiges du site de Birketein est actuellement interprété comme un sanctuaire extra muros. La présence de thermes de type classique au sein d’un complexe à vocation religieuse pose la question de l’utilisation des thermes qui se trouvent à proximité de sanctuaires. Dans ces édifices, quel est le rôle du bain ? Pour le Proche-Orient antique, ce thème n’a jamais été traité de manière synthétique. Nous allons donc présenter un premier inventaire des installations balnéaires en lien avec un sanctuaire, puis tenter d’interpréter ce corpus.

Les thermes associés à des sanctuaires au Proche-Orient

  • 21 Ce ne sont pas les sanctuaires en eux-mêmes qui vont être mis en parallèle car leur vocation peut (...)
  • 22 Le problème de l’alimentation en eau de ces bains n’a pas encore été résolu. Sur cet édifice balné (...)

25Le cas de Birketein n’est pas isolé. Plusieurs édifices thermaux ont été retrouvés à proximité de lieux de culte 21. Le premier exemple se trouve sur le site de Khirbet edh-Dharih, à une centaine de kilomètres au nord de Pétra. Cette petite agglomération rurale s’est développée autour d’un important sanctuaire régional où se déroulaient des pèlerinages. Des bains ont été découverts le long de la voie principale qui mène à l’entrée du sanctuaire. Ils sont situés en face d’un bâtiment qui a été interprété comme un caravansérail. Édifié à la fin du ier s. ou au début du iie s. apr. J.-C., cet édifice balnéaire est de taille modeste (environ 200 m²). L’entrée, située au nord, donnait accès au vestiaire. De là, on pouvait rejoindre le frigidarium puis, par un couloir en baïonnette, le tepidarium et le caldarium. Pour sortir, le baigneur devait revenir sur ses pas. Il empruntait donc un itinéraire rétrograde en ligne. Le tepidarium et le caldarium étaient chauffés par un système d’hypocauste et possédaient apparemment chacun un foyer 22.

  • 23 Butler 1919, p. 399 et fig. 345.
  • 24 Concernant ce sanctuaire, il faut signaler la récente découverte d’une salle chauffée par hypocaus (...)

26Dans le Hauran, à 3 km au sud-est de la cité de Canatha (Qanawat), le site de Sīʿ présente des similitudes avec celui de Dharih. Il s’agit aussi d’un vaste sanctuaire dans lequel les populations de la région faisaient des pèlerinages. Ce n’est pas un lieu de culte isolé : des villages sont présents aux alentours. Le sanctuaire, construit sur un promontoire, était accessible par une voie pavée. Au sud de cette voie, à environ 150 m de l’entrée, des thermes ont été retrouvés (fig. 19). La documentation relative à cet édifice, qui n’a jamais été fouillé et qui n’est plus visible aujourd’hui, est très succincte. La brève description et le plan publiés par H. C. Butler au début du xxe s. n’en permettent pas une connaissance précise 23. D’après le plan, on peut remarquer qu’ils étaient de taille modeste et calculer que leur surface était d’environ 400 m² 24.

Figure 19.

Figure 19.

Plan du sanctuaire de Baalshamin à Sīʿ (d’après Butler 1919, p. 464)

  • 25 Fournet 2010, p. 331.
  • 26 Waddington 1870, inscription 2378, p. 543.
  • 27 Fournet 2008e, p. 7.
  • 28 Sur ces bains, voir Fournet 2008e et Fournet 2010.

27Dans la même région, à 8 km au nord-ouest de Canatha, il faut signaler le site de Sleim. La nature exacte de ce lieu n’est pas encore déterminée avec précision, mais il mérite d’être mentionné. En effet, dans le courant du ier s. apr. J.-C., la première phase d’aménagement du site a consisté en l’érection d’un temple et de bains 25. Ces deux monuments, strictement parallèles, sont situés à seulement 80 m l’un de l’autre (fig. 20). Pour cette période, ce sont les seuls édifices retrouvés à ce jour sur le site. Au iiie s., on sait par une inscription que Sleim est un village 26 et des vestiges d’habitat romano-byzantins ont été observés au sud-ouest des thermes 27. Avec ces quelques données, on pourrait, sous toute réserve, émettre l’hypothèse qu’au ier s. Sleim devait être un sanctuaire extra-urbain, lié à la cité de Canatha, puis qu’à partir du iiie s. un village s’est développé près de ce lieu de culte. Quoi qu’il en soit, la grande proximité du temple et des bains ainsi que leur appartenance probable au même programme édilitaire permettent de penser que ces deux édifices avaient un lien fonctionnel. Les bains, de taille modeste (environ 250 m²), se composent de cinq salles alignées selon un axe est-ouest. L’entrée de l’édifice devait se situer au nord ou à l’ouest du vestiaire. Ce dernier donnait accès au frigidarium puis, de là, le baigneur rejoignait le tepidarium, puis le destrictarium/laconicum et ensuite le caldarium. Enfin, il revenait sur ses pas. Comme à Dharih, le plan est donc rétrograde en ligne. Les deux dernières salles chaudes possédaient chacune un foyer et une chaudière alimentait en eau chaude la piscine du caldarium. Au sud des bains, il y avait peut-être une cour ou une palestre 28.

Figure 20.

Figure 20.

Plan du site de Sleim. 1 : vestiaire ; 2 : frigidarium ; 3 : tepidarium ; 4 : laconicum ; 5 : caldarium (d’après Fournet 2010, fig. 3)

  • 29 Ingholt 1936, no 11, p. 109 : εἰς οἰκοδομὴν βαλανείου Αγλιβωλου καί Μαλαχιβηλου θεῶν.
  • 30 Yon 2002, p. 158.
  • 31 Ingholt 1936, p. 111.
  • 32 Gawlikowski 1970, no 5, p. 320.
  • 33 Yon 2002, p. 164, n. 223.

28Pour terminer cet inventaire, on doit évoquer le sanctuaire d’Aglibôl et Malakbel à Palmyre. Une inscription du iie s. apr. J.-C. nous apprend qu’une bienfaitrice a participé à la construction des bains des dieux 29. Le sanctuaire et ses bains sont connus uniquement par l’épigraphie. Cependant, certains indices montrent que le sanctuaire, nommé « Bois sacré », devait se trouver en dehors du rempart, à l’est du sanctuaire de Bel 30. Les bains, qui devaient être proches du téménos, appartenaient au sanctuaire, qui en assurait la gestion 31. Une deuxième inscription ferait référence à ces bains ou, plus précisément, au personnel qui lui était attaché. Elle mentionne un mḥm myʾ, un « chauffeur d’eau » 32. Le terme araméen correspondrait à la charge d’ὑποκαύστης, de responsable du chauffage des bains, connue ailleurs dans l’Empire 33.

La signification du bain : essai d’interprétation

29Les exemples de thermes en marge de lieux de culte sont donc peu nombreux. L’analyse architecturale ne fait ressortir aucune particularité pour ces installations balnéaires. Ce sont des thermes hygiéniques traditionnels et l’on peut d’emblée écarter une vocation thérapeutique de ces édifices. En revanche, leur localisation est beaucoup plus significative. À Dharih et à Sīʿ, les bains ont été édifiés le long de la voie qui mène au sanctuaire, à quelque distance de l’entrée principale. À Sleim, il n’y a pas de voie connue, mais la proximité des thermes et du temple ainsi que l’absence de vestiges entre les deux suggèrent que l’on pouvait se rendre facilement de l’un à l’autre. À Birketein, on ne peut pas réellement appréhender la relation topographique entre les thermes et le temple puisque l’emplacement de ce dernier n’est pas connu.

  • 34 Sur ce thème, voir Lachat 2005.
  • 35 Sur le sanctuaire d’Apollon Hylatès, voir Scranton 1967 ; sur l’Héraion d’Argos, voir Waldstein 19 (...)
  • 36 Scheid 1991.
  • 37 Plaute, Aulularia, 612.
  • 38 Le bain pris dans ces mikvaot serait une « extra-purification ». Selon les textes, la purification (...)

30La présence de l’eau dans les sanctuaires proche-orientaux est très bien attestée, par exemple sous forme de puits et de citernes, mais aussi de constructions plus somptueuses, comme le nymphée du sanctuaire de Bel à Palmyre, ou les deux bassins monumentaux devant le temple de Jupiter héliopolitain à Baalbek. Cette eau était utilisée par les prêtres et les fidèles pour effectuer des lustrations à certains moments du culte, par exemple avant un sacrifice ou un banquet 34. Les thermes en marge de sanctuaires pourraient indiquer que des ablutions beaucoup plus importantes pouvaient être faites avant d’entrer dans le téménos. Cette pratique est bien attestée dans d’autres régions de l’Empire romain, où les installations balnéaires en lien avec un sanctuaire sont plus nombreuses. Sans faire une liste exhaustive, on peut citer quelques exemples, à titre comparatif. À Chypre, on connaît le sanctuaire d’Apollon Hylatès près de Kourion ; en Grèce, l’Héraion d’Argos ; en Italie, le bois sacré de Dea Dia à la Magliana ; dans les Gaules, le sanctuaire de Lenus Mars à Trèves, du Vieil-Évreux, d’Aubigné-Racan, ou encore de la Barbinière à Mauléon 35. Comme dans les exemples orientaux, les édifices thermaux qui ont été trouvés près de ces sanctuaires sont tout à fait « classiques ». J. Scheid a bien démontré que, dans ces lieux sub- ou extra-urbains, des thermes ont été construits à proximité des sanctuaires afin que les officiants puissent se purifier avant d’entrer dans l’espace sacré, et avant d’accomplir certains rites 36. Cet usage est attesté, entre autre, dans l’Aulularia de Plaute, où un personnage déclare : « Maintenant je vais me baigner, pour célébrer le culte » 37. La purification par le bain est attestée dans d’autres religions, comme par exemple dans le christianisme ou le judaïsme. Un nombre important de mikvaot, datés de la période hérodienne, ont été retrouvés près du Temple de Jérusalem. Leur utilisation a été mise en rapport avec les textes bibliques et halakhiques qui préconisent un lavage du corps afin de se purifier de toute souillure 38.

  • 39 Pour cette notion d’impureté rituelle après un trajet, en Occident, voir Scheid 1991, p. 212.

31Bien qu’aucun texte ne confirme pour l’Orient romain ce que suggèrent les vestiges, il est probable que des bains pouvaient être pris en vue d’une purification préliminaire. Comme cela a été rappelé précédemment, au Proche-Orient, la pratique de la purification par l’eau était nécessaire avant les moments importants du culte. Les fidèles qui se rendaient dans les sanctuaires étudiés ici devaient parcourir une distance plus ou moins longue selon les cas, ce qui les mettait dans un état d’impureté rituelle 39. Sur ces sites, les fidèles pouvaient y remédier en se rendant dans les thermes afin d’effectuer une ablution complète, avant de participer aux cérémonies qui se déroulaient dans ces sanctuaires.

  • 40 Al-Muheisen & Villeneuve 2000, p. 1528-1531. Aucune arrivée ou évacuation d’eau n’a pour le moment (...)
  • 41 Il n’est pas question de nier la fonction purement hygiénique des deux bains de Dharih. L’un fait (...)
  • 42 Scheid 1991, p. 213.
  • 43 Dentzer-Feydy et al. 2009e, p. 13-14.
  • 44 Je remercie F. Villeneuve de m’avoir signalé cette découverte.
  • 45 Cette citerne a été vue par des voyageurs au xixe s., comme U. J. Seetzen, J. L. Burckhardt, ou en (...)

32Si l’on retient cette hypothèse, une question mérite d’être soulevée. Ces différents sanctuaires étaient des lieux de rassemblement et devaient accueillir un nombre relativement important de personnes. Il faut donc se pencher sur la taille des thermes retrouvés sur ces sites et, par conséquent, sur leur capacité d’accueil. La surface de ces édifices thermaux est modeste. Les thermes de Birketein, qui sont les plus grands du corpus (environ 670 m²), pouvaient accueillir à peu près une cinquantaine de personnes. Si l’on s’appuie sur le fait que le théâtre pouvait contenir environ 1 000 personnes pour estimer le nombre d’individus qui étaient susceptibles d’assister aux cérémonies se déroulant à Birketein, on est amené à en déduire que ces derniers ne pouvaient avoir accès aux thermes en même temps. La surface des bains de Dharih (environ 200 m²) est encore moins suffisante pour permettre à beaucoup de monde de se baigner au même moment. Mais, apparemment, sur ce site, tout le monde ne se baignait pas au même endroit. La grande maison (V1) qui se trouve à l’est du sanctuaire a été interprétée comme étant la résidence des prêtres. L’aile ouest de cette demeure comporte une installation thermale (fig. 1940. Ainsi, les prêtres pouvaient se baigner dans leurs bains, avant d’entrer dans le sanctuaire par la porte est, tandis que les pèlerins, en tout cas ceux qui étaient accueillis dans le caravansérail, fréquentaient les bains se trouvant le long de la voie 41. Mais si l’on pousse plus loin le raisonnement, on remarque que même à Dharih, dont la forte fréquentation du sanctuaire est perceptible par l’importance de ses cours, et où il y a pourtant deux bains, tous ne pouvaient pas se baigner. Que doit-on en déduire pour l’ensemble de ces sanctuaires ? En Occident, J. Scheid a observé la même modestie des édifices thermaux liés à un sanctuaire. Il en a conclu que ces thermes étaient sans doute réservés aux prêtres et aux magistrats 42. Il en était peut-être de même au Proche-Orient. Les personnages importants pouvaient se rendre dans les thermes en vue d’une purification préliminaire, tandis que le peuple se contentait de faire une ablution plus ou moins sommaire. Il était en effet possible d’effectuer des lustrations dans ces sanctuaires car ils possédaient divers aménagements hydrauliques. On trouve une fontaine dans la cour orientale du sanctuaire de Sīʿ 43, un grand bassin monolithe à l’entrée de la deuxième cour de celui de Dharih 44 et une grande citerne devant le temple de Sleim 45.

33Cet examen des thermes en marge des sanctuaires proche-orientaux permet d’avancer l’hypothèse que des bains pouvaient être pris par les fidèles avant de pénétrer dans le téménos et d’effectuer certains rites dans un état de pureté rituelle. L’analyse des vestiges ne permet pas de déceler une spécificité proche-orientale. Comme en Occident, les édifices retrouvés en marge des sanctuaires sont des thermes hygiéniques traditionnels. Leur taille ne permettait sans doute qu’à certains d’avoir la possibilité de se baigner mais, pour les autres, des aménagements hydrauliques leur permettaient d’accomplir des ablutions plus sommaires. Cette constatation met l’accent sur le fait que la purification par l’eau ne nécessitait pas forcément un lavage complet du corps. Doit-on en déduire que ces thermes étaient simplement un privilège offert à une certaine catégorie de la population ?

34Pour conclure, il faut rappeler que les thermes de Birketein et les bains de Dharih ont été découverts il y a seulement quelques années. On peut donc espérer que d’autres découvertes de ce type viendront un jour confirmer les hypothèses qui viennent d’être émises.

Haut de page

Bibliographie

Al-Muheisen (Z.) & Villeneuve (F.) 2000 « Nouvelles recherches à Khirbet edh-Dharih (Jordanie du Sud), 1996-1999 », CRAI 144, p. 1525-1563.

Belayche (N.) 2004 « Une panégyrie antiochéenne : le maïouma », Topoi Suppl. 5, p. 401-415.

Broise (H.) & Scheid (J.) 1987 Recherches archéologiques à la Magliana : le balneum des frères arvales, Rome.

Butler (H. C.) 1919 Syria. Publication of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria in 1904-1905 and 1909. Division II, Architecture: section A, Southern Syria, Leyde.

Charpentier (G.) 1994 « Les bains de Sergilla », Syria 71, p. 113-142.

Charpentier (G.) 1995 « Les petits bains proto-byzantins de la Syrie du Nord », Topoi 5, p. 219-247.

De Haan (N.) 2007 « Luxus Wasser. Privatbäder in der Vesuvregion », R. Hasskamp et al. (éd.), Luxus und Dekadenz, Römisches leben am Golf von Neapel, Munich, p. 122-137.

Dentzer-Feydy (J.) et al. 2009e « Mission archéologique syro-française à Sīʿ. Mohafazat de Soueida. 17 mai-16 juin 2009. Rapport », [halshs-00402007], version 1, p. 1-18.

Fournet (Th.) 2004-2005 « Les bains romains de Shāʿra (Syrie du Sud) : interprétations et hypothèses », AAAS 47-48, p. 159-178.

Fournet (Th.) 2008e « Les bains romains de Sleim », [halshs-00289113], p. 1-9.

Fournet (Th.) 2010 « Les bains romains de Sleim (Selæma), analyse architecturale et proposition de chronologie », M. Al-Maqdissi, F. Braemer & J.-M. Dentzer (dir.), Hauran V. La Syrie du Sud du néolithique à l’Antiquité tardive. Recherches récentes. Actes du colloque de Damas 2007 (BAH 191), Beyrouth, p. 315-334.

Garbrecht (G.) & Manderscheid (H.) 1994 Die Wasserbewirtschaftung römischer Thermen. Archäologische und hydrotechnische Untersuchungen (Mitteilungen des Leichtweiß-Instituts für Wasserbau der TU Braunschweig 118 A-C), Braunschweig.

Gawlikowski (M.) 1970 « Nouvelles inscriptions du camp de Dioclétien », Syria 47, p. 314-325.

Gose (E.) 1955 Der Tempelbezirk des Lenus Mars in Trier, Berlin.

Guyard (L.) 2005 « Gisacum : l’originalité d’un grand sanctuaire gallo-romain », RA 39, p. 218-221.

Hiernard (J.) & Simon-Hiernard (D.) 1997 « La Barbinière », Carte archéologique de la Gaule 79, Les Deux-Sèvres, Paris, p. 136-140.

Ingholt (H.) 1936 « Inscriptions and Sculptures from Palmyra », Berytus 3, p. 83-125.

Kraeling (C. H.) (éd.) 1938 Gerasa, City of the Decapolis, New Haven.

Lachat (C.) 2005 L’eau dans les sanctuaires du Proche-Orient antique, mémoire de Master 2, J.-C. Moretti dir., Université Lumière Lyon 2.

Lambert (C.) 2001 « Aubigné-Racan », J.-Ph. Bouvet (éd.), Carte archéologique de la Gaule 72, La Sarthe, Paris, p. 140-164.

Lepaon (Th.) 2008 « Les édifices balnéaires de Gerasa de la Décapole : premières observations », Syria 85, p. 51-70.

Lepaon (Th.) 2012 Les édifices balnéaires publics de Gérasa de la Décapole (Jerash, Jordanie) et la pratique du bain collectif dans l’Antiquité par les sociétés proche-orientales, thèse de doctorat présentée à l’Université François-Rabelais (Tours), non publiée.

McCown (C. C.) 1938 « The Festival Theatre at the Birketein », Kraeling 1938, p. 159-167.

Regev (E.) 2005 « The Ritual Baths Near the Temple Mount and Extra-Purification Before Entering the Temple Courts », IEJ 55, p. 194-204.

Sartre-Fauriat (A.) 2004 Les voyages dans le Hawran (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816 et 1818), BAH 169, Beyrouth.

Scheid (J.) 1991 « Sanctuaires et thermes sous l’Empire », Les thermes romains. Actes de la table ronde organisée par l'École française de Rome, Rome, 11-12 novembre 1988 (coll. ÉFR 142), Rome, p. 205-216.

Schumacher (G.) 1902 « Dscherasch », ZDPV 25, p. 163-170.

Scranton (R.) 1967 The Architecture of the Sanctuary of Apollo Hylates at Kourion, Philadelphie.

Seigne (J.) 2004 « Remarques préliminaires à une étude sur l’eau dans la Gerasa antique », H.-D. Bienert & J. Häser (éd.), Men of Dikes and Canals. The Archaeology of Water in the Middle East, International Symposium held at Petra, Wadi Musa (H. K. of Jordan), 15-20 June 1999, Rahden, p. 175-178.

Seigne (J.) 2006 « Les monuments funéraires de Gerasa de la Décapole (Jordanie) », J.-C. Moretti & D. Tardy (éd.), L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain. Actes du colloque organisé par l’IRAA du CNRS et le musée archéologique Henri-Prades, Lattes, 11-13 octobre 2001, Paris, p. 141-158.

Seigne (J.), Agusta-Boularot (S.), Gatier (P.-L.) & Lepaon (Th.) à paraître « Le “North-Hall” des Grands Thermes de l’Est à Gerasa », Topoi.

Waddington (W. H.) 1870 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris.

Waldstein (C.) 1902 The Argive Heraeum, 1, Boston.

Welles (C. B.) 1938 « The Inscriptions », Kraeling 1938, p. 355-494.

Yon (J.-B.) 2002 Les notables de Palmyre (BAH 163), Beyrouth.

Haut de page

Notes

1 Schumacher 1902.

2 McCown 1938.

3 Seigne 2004, p. 176.

4 Sur cet édifice, voir Schumacher 1902, p. 163-165 et Seigne 2006, p. 142.

5 Par Thomas Lepaon.

6 Lepaon 2008, p. 68.

7 Les vestiges dégagés sous le contrôle du Département des Antiquités de Jordanie ont malheureusement été l’objet de destructions. Ainsi, l’ensemble des sols d’hypocaustes et leurs pilettes, remontées en cours de fouilles, offrent un terrain de jeu particulièrement apprécié des enfants. Les autorités jordaniennes prirent alors l’initiative de clore le site archéologique au moyen d’un grillage et d’en assurer une surveillance permanente. Constatant l’inefficacité de ces mesures et un désintérêt général pour un site qui présente pourtant d’indéniables atouts scientifiques et touristiques, les autorités locales ont adopté une solution de remblaiement afin de protéger les vestiges.

8 Portant sur l’ensemble des huit édifices thermaux actuellement connus à Jérash (« Thermes de l’Ouest », « Grands Thermes de l’Est », « Petits Thermes de l’Est », « Thermes de Placcus », « Thermes du Centre », « Thermes de la Glass Court », « Thermes de la Zarka » et « Thermes de Birketein »), cette étude s’insère dans un travail de thèse entrepris en 2005 et soutenu le 15 juin 2012 à l’Université François-Rabelais de Tours (Lepaon 2012).

9 Dans l’ensemble du bain, aucun aménagement ou vestige ne permet de restituer avec certitude une éventuelle double cloison contre les murs des salles chauffées. L’étude à l’échelle de la ville a montré que la mise en place de cet aménagement ne semble pas antérieure à l’époque byzantine.

10 À ce sujet, voir Broise & Scheid 1987 et plus particulièrement l’annexe 3 (p. 97-103) qui constitue encore aujourd’hui l’une des études les plus utiles concernant les chaudières. On pourra compléter cette description par Garbrecht & Manderscheid 1994 et par de Haan 2007, p. 122-137. Je tiens à remercier ici Gemma Janssen qui m’a fait part de ces deux dernières références.

11 L’emploi du terme « basilique » pour désigner la grande salle souvent observée au sein des complexes thermaux d’époque romaine doit être effectué avec précaution car l’une des seules mentions connues de « basilica thermarum » se trouve dans le Code Théodosien (X, 2), recueil de l’ensemble la législation impériale depuis Constantin promulgué par l’empereur Théodose II en 438.

12 Sur ce point, voir Seigne, Agusta-Boularot, Gatier & Lepaon à paraître.

13 L’interprétation de ces salles comme des gymnases ne paraît pas pouvoir être retenue ici : une telle hypothèse nécessite d’imaginer le délicat croisement, au sein de ce même espace, des sportifs s’échauffant et des baigneurs débutant ou achevant leur parcours thermal.

14 À ce sujet, voir Charpentier 1994, p. 113-142 et Charpentier 1995, p. 219-247.

15 Cette évolution, amorcée dès l’époque byzantine, est particulièrement bien illustrée par l’édifice de Khirbet al-Mafjar, où la surface des bains occupe moins du quart de la surface totale de l’établissement thermal.

16 Fournet 2004-2005, p. 159-178. Nous remercions ici Th. Fournet de nous avoir fait part des frappantes similitudes entre les exemples de Shāʿra et de Gerasa.

17 Par Clarisse Lachat.

18 Welles 1938, inscription 42, p. 393 : ἐπέκ̣τ̣ι̣σεν να[ὸ]ν Διὸς Ἐπικαρπ̣ίου.

19 Il faut aussi signaler que des autels ont été réemployés dans le mur de soutènement de la route moderne qui mène au sommet de la colline.

20 Sur la fête du maïouma, voir Belayche 2004.

21 Ce ne sont pas les sanctuaires en eux-mêmes qui vont être mis en parallèle car leur vocation peut varier d’un site à l’autre. Les comparaisons qui vont suivre se fondent sur la proximité d’édifices balnéaires avec un lieu de culte.

22 Le problème de l’alimentation en eau de ces bains n’a pas encore été résolu. Sur cet édifice balnéaire, voir la contribution de C. Durand dans ce volume.

23 Butler 1919, p. 399 et fig. 345.

24 Concernant ce sanctuaire, il faut signaler la récente découverte d’une salle chauffée par hypocauste, immédiatement à l’ouest de l’escalier qui mène à la terrasse du temple dit « sud ». Cette pièce comportait peut-être un bassin dans sa partie nord. À l’est, la salle annexe qui lui était associée était peut-être un réservoir d’eau (Dentzer-Feydy et al. 2009e, p. 4-5). La poursuite des fouilles permettra de comprendre la fonction de cette pièce.

25 Fournet 2010, p. 331.

26 Waddington 1870, inscription 2378, p. 543.

27 Fournet 2008e, p. 7.

28 Sur ces bains, voir Fournet 2008e et Fournet 2010.

29 Ingholt 1936, no 11, p. 109 : εἰς οἰκοδομὴν βαλανείου Αγλιβωλου καί Μαλαχιβηλου θεῶν.

30 Yon 2002, p. 158.

31 Ingholt 1936, p. 111.

32 Gawlikowski 1970, no 5, p. 320.

33 Yon 2002, p. 164, n. 223.

34 Sur ce thème, voir Lachat 2005.

35 Sur le sanctuaire d’Apollon Hylatès, voir Scranton 1967 ; sur l’Héraion d’Argos, voir Waldstein 1902 ; sur le sanctuaire de Dea Dia, voir Broise & Scheid 1987 ; sur Trèves, voir Gose 1955 ; sur le Vieil-Évreux, voir Guyard 2005, donnant la bibliographie antérieure ; sur Aubigné-Racan, voir Lambert 2001 ; sur la Barbinière, voir Hiernard & Simon-Hiernard 1997.

36 Scheid 1991.

37 Plaute, Aulularia, 612.

38 Le bain pris dans ces mikvaot serait une « extra-purification ». Selon les textes, la purification par le bain n’est pas immédiate, il n’était donc pas possible d’entrer dans le Temple juste après s’être lavé. Les personnes qui fréquentaient ces mikvaot étaient donc déjà pures au vu des règles religieuses. Sur ce sujet, voir Regev 2005.

39 Pour cette notion d’impureté rituelle après un trajet, en Occident, voir Scheid 1991, p. 212.

40 Al-Muheisen & Villeneuve 2000, p. 1528-1531. Aucune arrivée ou évacuation d’eau n’a pour le moment été observée dans ces bains (com. pers. de F. Villeneuve). Cependant, le caractère isolé de cette aile de la maison et la proximité avec les latrines suggèrent qu’il s’agissait très probablement de bains et non d’une pièce chauffée de la demeure.

41 Il n’est pas question de nier la fonction purement hygiénique des deux bains de Dharih. L’un fait partie d’une demeure privée, l’autre est une commodité pour les personnes qui logeaient dans le caravansérail. Mais dans le contexte d’un important lieu de pèlerinage, il est tout à fait raisonnable de penser que les deux fonctions du bain, celle qui purifie et celle qui nettoie, cohabitent dans la même installation balnéaire. En milieu urbain, J. Scheid a démontré que les fidèles devaient se baigner soit chez eux, soit dans les thermes publics, avant de pénétrer dans l’enceinte sacrée (Scheid 1991, p. 213-214).

42 Scheid 1991, p. 213.

43 Dentzer-Feydy et al. 2009e, p. 13-14.

44 Je remercie F. Villeneuve de m’avoir signalé cette découverte.

45 Cette citerne a été vue par des voyageurs au xixe s., comme U. J. Seetzen, J. L. Burckhardt, ou encore L. de Laborde, mais a totalement disparu aujourd’hui (Sartre-Fauriat 2004, p. 263).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Plan général du site de Birketein. Courbes de niveaux et structures modernes : plan du DoA ; tombes au sud-est de la route moderne et mausolée de Germanus (d’après McCown 1938, p. 161)
Crédits © Cl. Lachat, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-1.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 2.
Légende Vue générale du site de Birketein, depuis le nord-est
Crédits © Cl. Lachat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Figure 3.
Légende Thermes de Birketein : plan général des vestiges en place
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Figure 4.
Légende Proposition de restitution du premier état de l’édifice
Crédits © T. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 5.
Légende Ouverture pratiquée dans le mur est de la salle 4 et aménagement en terre cuite en saillie du mur (à droite)
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Figure 6.
Légende Hypocauste de la salle 4 et foyer de la salle 5 en arrière-plan
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Figure 7.
Légende Relevé et proposition de restitution du mur sud de l’espace 4
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Figure 8.
Légende Foyer de la salle 5 vu depuis le sud-est
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Figure 9.
Légende Plan des vestiges en place des espaces 5 et 6
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Figure 10.
Légende Vestiges de l’hypocauste au sud de la salle 7
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Figure 11.
Légende Vestiges du canal de chauffe au nord de la salle 7
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Figure 12.
Légende Proposition de restitution du second état de l’édifice
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-12.png
Fichier image/png, 249k
Titre Figure 13.
Légende Banquette enduite de la salle 11 vue depuis l’est
Crédits © Cl. Lachat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Figure 14.
Légende Vestiges de la salle 12 vus depuis le sud-est
Crédits © Cl. Lachat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Figure 15.
Légende Canal d’évacuation de la salle 12 vu depuis l’ouest
Crédits © Cl. Lachat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Figure 16.
Légende Décor polychrome de la mosaïque de la salle 13 vu depuis le nord
Crédits © Cl. Lachat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Figure 17.
Légende Entaille de fondation dans la roche en place servant de base à l’aménagement construit (15)
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
Titre Figure 18.
Légende Planche comparative des thermes de Birketein et de Shāʿra
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-18.png
Fichier image/png, 177k
Titre Figure 19.
Légende Plan du sanctuaire de Baalshamin à Sīʿ (d’après Butler 1919, p. 464)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Figure 20.
Légende Plan du site de Sleim. 1 : vestiaire ; 2 : frigidarium ; 3 : tepidarium ; 4 : laconicum ; 5 : caldarium (d’après Fournet 2010, fig. 3)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/2966/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clarisse Lachat, Thomas Lepaon, Mohamed Abu Abeyleh et Musa Malkawi, « Les thermes de Birketein à Gerasa (Jérash, Jordanie) et le rôle du bain dans la vie religieuse du Proche-Orient romain », Syria, 92 | 2015, 45-65.

Référence électronique

Clarisse Lachat, Thomas Lepaon, Mohamed Abu Abeyleh et Musa Malkawi, « Les thermes de Birketein à Gerasa (Jérash, Jordanie) et le rôle du bain dans la vie religieuse du Proche-Orient romain », Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/2966 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.2966

Haut de page

Auteurs

Clarisse Lachat

Université Lumière Lyon 2 / USR 3155 – IRAA

Thomas Lepaon

Université François-Rabelais, Tours / UMR 6173 – CITERES

Articles du même auteur

Mohamed Abu Abeyleh

Représentant du Département des Antiquités de Jordanie (DoA) à Jérash

Musa Malkawi

Responsable des fouilles du site de Birketein (DoA)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals