Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Dossier : Bains de Jordanie, actu...Les bains de Placcus de Gérasa de...

Dossier : Bains de Jordanie, actualité des études thermales

Les bains de Placcus de Gérasa de la Décapole

Thomas Lepaon
p. 105-121

Résumés

Résumé – Découverts en 1928, les bains de Placcus constituent l’un des rares édifices thermaux presque intégralement fouillés de l’ancienne Gérasa de la Décapole. Situé au sein du « quartier épiscopal » de la ville byzantine, ce petit complexe balnéaire a connu une riche histoire qui a été mise en évidence dans le cadre de nouvelles recherches de terrain amorcées en 2009. Bâtis sur les vestiges d’un édifice thermal antique, les bains de Placcus ont connu quatre phases d’occupation avant leur fermeture, leur réutilisation domestique et enfin leur destruction en 749 apr. J.-C. Cet article pose également la question du statut de cet établissement qui, par sa morphologie, son utilisation et son emplacement, se présente comme un balnéaire public alors qu’il ne comporte que des aménagements thermaux de taille modeste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sept autres établissements thermaux sont actuellement connus sur le site de Jerash : les thermes « (...)
  • 2 Lassus 1944, p. 236.

1Aux nombreux touristes visitant aujourd’hui le site archéologique de Jérash, les bains de Placcus, contrairement aux autres édifices balnéaires de l’antique Gérasa 1, apparaissent comme un simple « ensemble de salles de dimensions assez modestes, irrégulièrement arrangées » 2. Implantés au cœur de la ville byzantine (fig. 1), les bains de Placcus n’occupent qu’une surface d’environ 830 m² et restent donc généralement méconnus.

Figure 1.

Figure 1.

Localisation des bains de Placcus au sein des vestiges archéologiques

© Th. Lepaon, octobre 2010

  • 3 Fisher 1931, p. 131 : « […] the small “island” of debris left between the St. Theodore church and t (...)
  • 4 Fisher 1931, p. 131-169 et 1932, p. 13-19.
  • 5 Welles 1938, inscr. 296.
  • 6 Welles 1938, inscr. 297. Pour les détails architecturaux de ces inscriptions, voir Seigne et al. à (...)
  • 7 Fisher 1938, p. 265-269 et plan XIV.
  • 8 Nielsen 1993, p. 42 ; Yegül 1992, p. 320.

2Enfouis sous plusieurs mètres de décombres, les vestiges échappèrent à l’attention des nombreux voyageurs qui visitèrent le site aux xixe et xxe s. Il fallut attendre les missions anglo-américaines et les fouilles menées entre 1928 et 1934 pour que ce petit complexe balnéaire revoie le jour. Décrite comme un « îlot » de débris préservé entre « l’église Saint-Théodore » et la colonnade sud du complexe d’Artémis 3, la zone des bains de Placcus fut complètement dégagée en 1931 sous la direction de Clarence S. Fisher qui publia ses observations de terrain dès l’issue des travaux 4. De plus, la découverte de deux inscriptions particulièrement précises permit au fouilleur de proposer les premières hypothèses de datation de cet établissement par ailleurs explicitement désigné comme un balnéaire : d’une part, sa construction, « depuis ses fondations », fut réalisée au temps de l’évêque Placcus, en 454-455 5 et, d’autre part, une opération de restauration du monument fut effectuée en 584 6. Toutefois, la première synthèse ne parut qu’en 1938 7. Le fouilleur y formulait les premières hypothèses relatives au fonctionnement et à l’utilisation de ce bâtiment, accompagnées d’un plan. Laissé à l’abandon depuis l’arrêt des campagnes de fouilles anglo-américaines, l’édifice retomba dans un relatif oubli. Seuls quelques chercheurs, reprenant les rares documents établis en 1938, mentionnèrent ce petit complexe balnéaire au sein de vastes ouvrages d’inventaire 8.

  • 9 Une version actualisée et augmentée de ce travail fut publiée en 2008 dans Syria (Lepaon 2008, p.  (...)
  • 10 Par exemple, les aménagements liés à l’alimentation et à l’évacuation de l’eau de cet établissemen (...)
  • 11 Cette recherche menée dans le cadre d’un doctorat débuté en 2006 et portant sur l’ensemble des com (...)
  • 12 Voir Seigne 2014.

3Amorcée en 2004 dans le cadre d’un travail universitaire 9, la reprise des recherches sur les « bains de Placcus » montra les incohérences de l’étude publiée en 1938, en particulier sur les différentes phases d’utilisation et de fonctionnement de l’édifice 10. À la suite de ces observations, une étude plus précise fut engagée à partir de 2006 dans le cadre d’une recherche plus générale menée à l’échelle de la ville 11. Ainsi, entrepris dès juillet 2007 grâce au soutien des autorités jordaniennes (DoA), du programme Balnéorient et de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), un programme triannuel de nettoyage de certains espaces de cet établissement balnéaire aboutit à la réalisation d’un nouveau plan de masse du bâtiment (fig. 2). Ces opérations avaient pour objectif une étude architecturale fiable des vestiges, lesquels, dépourvus de toute protection depuis 1931, avaient subi de graves dégradations (éboulement de certaines structures, importants dépôts éoliens, etc.). Un second volet de ce travail consistait à reprendre l’ensemble de la documentation disponible dont une partie, issue de la mission anglo-américaine, était déposée à la « Art Gallery » de l’Université américaine de Yale. Grâce à un financement alloué par le programme Balnéorient, l’étude de ces archives a révélé de nombreux documents photographiques et manuscrits totalement inédits. En parallèle de ces travaux, J. Seigne finalisa l’étude des nombreux éléments architecturaux, provenant du sanctuaire de Zeus et utilisés en remploi dans ces bains 12.

Figure 2.

Figure 2.

Plan des bains de Placcus

© Th. Lepaon, août 2009

4Ces recherches enrichissent considérablement la connaissance de ce bâtiment et nous autorise à proposer aujourd’hui une première synthèse architecturale et fonctionnelle diachronique des « bains de Placcus ».

Description diachronique des vestiges

Les structures antérieures aux « bains de Placcus » (fig. 3)

  • 13 Fisher 1932, p. 16.
  • 14 Voir Seigne 2014.

5Dès 1931, C. Fisher mentionnait la réutilisation, au sein du balnéaire byzantin, de constructions antérieures récupérées d’un possible petit temple 13. Évoquant probablement, en partie, les blocs des portiques mis en place lors de la construction des bains 14, le fouilleur indiqua également, sur le plan paru en 1938, la présence d’un mur qu’il qualifia de « romain ». Percée d’un large accès (embrasure de 1,15 m), cette structure est construite au moyen d’imposants blocs de calcaire tendre équarris, parfois dotés d’un cadre périmétral ciselé entourant un léger bossage, régulièrement assisés (hauteur d’assise : environ 0,60 m). La reprise des recherches a permis d’en rapprocher un ensemble de maçonneries, structurellement similaires, au sud et à l’est, ainsi que la citerne (B 43/47) associée à un large canal d’adduction au sud-est, détruit en partie par l’aménagement des bains byzantins. Les fortes similitudes de ces vestiges avec les maçonneries composant les « Thermes de la Glass Court » et dont une salle chaude est parfaitement préservée quelques mètres plus à l’est, conduisent à les regrouper et à les attribuer à une installation thermale antérieure, d’époque romaine.

Figure 3.

Figure 3.

Proposition de restitution des structures antérieures à la construction des bains de Placcus (ant. 454-455)

© Th. Lepaon, octobre 2010

État 1 : construction des bains en 454-455 (fig. 4)

  • 15 Pour le détail de ces portiques, voir Seigne 2014.

6L’édifice balnéaire primitif, construit au temps de l’évêque Placcus, était relativement modeste, environ 400 m². L’accès unique à cet ensemble se faisait depuis le nord par l’intermédiaire d’un large porche d’entrée (B 32/34/37) précédé d’un portique composé de six colonnes en façade. Au sud de cette entrée monumentale, un petit vestibule central (B 33), accompagné de latrines à l’ouest (B 35), assurait la transition vers le cœur de l’établissement. De plan carré (environ 190 m²), ce dernier comprenait un espace central (A 52b) vraisemblablement découvert, desservant deux nefs latérales, de même longueur et couvertes. La première, à l’est (A 51), était divisée en trois salles, chacune ouvrant sur la cour. La nef occidentale (A 52a), disposant de deux piscines froides, permettait d’accéder à la porte d’entrée de la partie proprement thermale. Placés en vis-à-vis sur les côtés est et ouest de la cour centrale et réalisés au moyen de blocs récupérés du naos de Zeus, deux portiques marquaient, dès cette époque, les accès aux salles latérales. L’inscription rappelant la construction des bains en 454-455 fut gravée sur les architraves de la salle occidentale, révélant par là que les bains proprement dits étaient limités aux salles établies sur le côté ouest de la cour 15.

Figure 4.

Figure 4.

Proposition de restitution de l’établissement au milieu du ve s. (post. 454-455)

© Th. Lepaon, octobre 2010

7L’espace occidental donnait accès à deux modestes salles quadrangulaires exclusivement dédiées à la pratique du bain. La première, au nord (B 40), d’une superficie d’environ 20 m², disposait d’un sol de dalles de calcaire dur. Plusieurs banquettes et un petit pédiluve (au nord-est) s’appuyaient contre ses murs. La seconde, au sud (B 36), légèrement plus vaste (environ 21,20 m²), était agrémentée d’un bassin large de 1,50 m environ et en partie intégré dans son mur méridional. Les restes de ce bassin sont insuffisamment conservés pour connaître sa surface totale et savoir s’il s’agissait d’une piscine collective ou bien d’une baignoire individuelle. Aucun vestige correspondant au sol de circulation de cet espace ne fut retrouvé lors de la fouille. Toutefois, la présence d’un sol en terre cuite sur lequel reposaient les restes de nombreuses pilettes permet de restituer ici un classique système d’hypocauste. Le couloir de chauffe, visible à la base du mur méridional, constitue le seul vestige conservé d’une chambre de chauffe aménagée au sud et aujourd’hui disparue.

État 2 : réorganisation et agrandissement des bains après 496 (fig. 5)

  • 16 Welles 1938, p. 477-478 (inscr. 300).

8La construction de l’église Saint-Théodore, achevée en 496 16, entraîna la destruction de la chambre de chauffe installée au sud de l’édifice primitif et la réorganisation architecturale complète de la partie occidentale du bâtiment. Une nouvelle salle de 25,70 m² fut aménagée au sud-ouest (B 41). Celle-ci était pourvue de deux bassins quadrangulaires exigus. Accessible par les baigneurs depuis l’est, cet espace fut doté d’un sol construit sur hypocauste communiquant avec celui de l’ancienne salle orientale dont le bassin primitif fut abandonné lors de cette réorganisation. Dernier aménagement apporté aux salles balnéaires, la capacité d’accueil de la salle (B 40) fut augmentée par la mise en place de nouvelles banquettes au sud et un accès de service fut percé dans son mur occidental. À l’ouest de l’ensemble balnéaire, plusieurs aménagements, fermés au public, furent mis en place autour d’une cour ouverte (B 44), elle-même accessible depuis l’ouest par un large escalier. Au sud, une nouvelle salle de chauffe (B 42) approvisionnait en air chaud les deux salles sur hypocaustes. À côté du foyer, les vestiges d’une plateforme surélevée accessible par un petit escalier, et à laquelle aboutissait une canalisation d’eau provenant de la citerne, supportaient probablement une chaudière, vraisemblablement destinée à l’alimentation en eau chaude des bassins de la salle orientale. Enfin, au sud-ouest de la cour de service, deux espaces quadrangulaires (B 45 et B 48), dont l’un disposait d’une banquette, complétaient l’ensemble.

Figure 5.

Figure 5.

Proposition de restitution de l’établissement à la fin du ve s. (post. 494)

© Th. Lepaon, octobre 2010

État 3 : restauration des bains et réaménagement de la salle orientale en 584 (fig. 6)

  • 17 Cf.Welles 1938, inscr. 297.
  • 18 Seigne 2014.

9L’inscription mosaïquée découverte en 1931 dans la salle A 51 17 nous apprend que des opérations de restauration du monument et d’embellissement du bain furent effectuées en 584. Malgré le peu de détails livrés par cette inscription, il semble que les travaux les plus importants furent effectués au sein de la grande salle (A 51) située à l’est de la cour centrale (A 52b). Les trois petites salles primitives furent remplacées par un seul grand espace d’une surface d’environ 60 m². Une nouvelle entrée, ménagée à travers le mur sud, permettait d’y accéder directement depuis la plateforme de l’église Saint-Théodore. De même, si l’on en croit l’inscription gravée sur le portique d’entrée de cette nouvelle salle 18, les travaux concernèrent également la réfection et la mise en place d’une toiture, peut-être en incluant la cour centrale dans une nouvelle et vaste structure tripartite entièrement couverte.

Figure 6.

Figure 6.

Proposition de restitution de l’établissement à la fin du vie s.

© Th. Lepaon, octobre 2010

État 4 : réduction des bains durant le viie s.

10Après une croissance morphologique continue depuis l’édifice inauguré en 454-455, la surface offerte aux baigneurs dans les « bains de Placcus » fut réduite. Ainsi, initialement accessibles depuis le portique d’entrée, deux espaces au nord semblent abandonnés à la suite de la construction d’un mur condamnant leur accès. De même, le bassin septentrional de la grande salle froide fut réduit par un bouchage mis en place contre sa paroi nord. Probablement effectués durant le viie s., ces aménagements ne bouleversèrent toutefois ni l’organisation architecturale du bâtiment antérieur, ni son utilisation par les baigneurs.

Fermeture et réutilisation domestique des bains avant sa destruction en 749 ? (fig. 7)

  • 19 « The door when found was blocked up with re-used stones and a deep wide groove had been cut acros (...)
  • 20 Aucun élément chronologique ne permet de définir précisément la période à laquelle ce bouchage fut (...)
  • 21 Fisher 1938, p. 266.

11Lors des fouilles anglo-américaines menées en 1931, C. Fisher mentionne que l’ouverture à l’ouest de la grande salle froide, seul accès à la partie thermale, fut retrouvée bouchée au moyen de blocs en position de remploi 19. La fermeture de l’unique accès offrant aux usagers de rejoindre les salles balnéaires semble donc, par voie de conséquence, indiquer la fin de l’utilisation comme bains 20. Cet abandon ne concerna pas le reste de l’édifice, l’ensemble des structures septentrionales et orientales étant alors réaménagées. Ainsi, le large porche d’entrée fut fractionné en trois espaces (B 32, B 34 et B 37), les entrecolonnements occidentaux, et probablement orientaux, de l’ancien portique d’entrée furent bouchés et une banquette accompagnée d’un « laver » 21 furent mis en place contre le mur de façade. Au sein de la grande salle froide, le portique est, dont les blocs semblent avoir été récupérés, fut réduit et le passage latéral nord bouché. De même, au sud-ouest de ce même espace, on trouve trace de quelques aménagements.

Figure 7.

Figure 7.

Proposition de restitution de l’établissement à la période omeyyade (ant. 749)

© Th. Lepaon, octobre 2010

  • 22 Ce matériel fait actuellement l’objet d’une étude dont les résultats seront prochainement publiés.
  • 23 Ce mobilier céramique n’a jamais été publié par les fouilleurs des années 1930, seules quelques ph (...)

12Toutefois, les équipements hydrauliques semblent être restés en fonctionnement lors de cette phase. En premier lieu, le dispositif aménagé au sud de la citerne qui alimente les bassins ne fut jamais détruit comme en témoigne sa découverte in situ lors des fouilles. De même, insérée dans le bouchage de l’ouverture occidentale et la paroi orientale du mur ouest de la salle froide, une canalisation de terre cuite, mise en place à cette époque, alimentait le bassin méridional. Enfin, en 2009, le nettoyage du canal de vidange des latrines a livré un riche mobilier céramique caractéristique des périodes byzantine et omeyyade 22 indiquant la pérennité du système hydraulique de l’édifice. Cette découverte complète celle du mobilier culinaire orné de peintures vraisemblablement omeyyade mis au jour lors de la fouille de 1931 23. Tous ces éléments semblent attester une réutilisation domestique du bâtiment durant le viiie s.

  • 24 Crowfoot 1938, p. 224.
  • 25 Russel 1985, p. 47-49.

13Les conditions de l’abandon définitif de l’établissement ne sont pas précisément connues et C. Fisher ne livre aucune information ou hypothèse à ce sujet dans ses différentes publications. Toutefois, l’étude anglo-américaine menée en 1932 sur l’église Saint-Théodore et son atrium montra que tous les blocs constituant leurs colonnades furent retrouvés effondrés au pied de leur base, demeurée in situ. La position caractéristique de ces effondrements engagea J. W. Crowfoot à avancer l’hypothèse d’un événement sismique pour expliquer la destruction de la basilique et de l’atrium, lesquels auraient été réoccupés postérieurement par des squatters 24. Connu pour avoir sévèrement touché l’ensemble de la ville de Gérasa, le séisme de 749 25 pourrait être celui supposé par le chercheur.

La place des thermes de Placcus dans l’évolution de la pratique balnéaire orientale

Conception architecturale

  • 26 Lepaon 2008, p. 65-67.
  • 27 Pour la bibliographie, voir n. 1.

14Par leurs caractéristiques architecturales, les « bains de Placcus » se distinguent, à toute époque, des autres édifices contemporains connus sur le site de Jérash. En effet, qu’il s’agisse des « Petits Thermes de l’Est » 26 ou des « Thermes du Centre » 27, les complexes balnéaires datables de l’époque byzantine présentent des agencements classiques, semblables à ceux des grands thermes impériaux : un grand nombre de salles chaudes (trois pour les premiers, quatre pour les seconds) et des bassins chauds ou froids collectifs. Ces installations sont absentes des « bains de Placcus » où le nombre de salles chaudes est limité à deux et où les baignoires chauffées n’offrent plus qu’un usage individuel. Enfin, le bassin froid ne pouvait accueillir simultanément plus de trois personnes. Ainsi, contrairement aux autres édifices de bains byzantins aujourd’hui connus à Jérash, ceux de Placcus n’abritaient apparemment que des aménagements destinés au seul nettoyage du corps.

  • 28 Lepaon 2012, Pl. CLXXIII.
  • 29 Contrairement à la Gaule (Bouet 2003a et b), à l’Afrique du Nord (Thébert 2004) et à l’Asie Mineur (...)
  • 30 Maisler, Stekelis & Avi-Yonah 1952 et Hoss 2005.
  • 31 Negev 1988.
  • 32 Elter & Hassoune 2008, p. 129-144.
  • 33 Almagro 1992, fig. 3, p. 355.

15À l’échelle régionale, les « bains de Placcus » ne présentent pas de similitude morphologique évidente avec les établissements byzantins caractérisés par la présence de trois salles chaudes en enfilade qui rappellent plutôt les « Petits Thermes de l’Est » de Gérasa 28. En l’état de la documentation disponible 29, l’édifice de Placcus semble morphologiquement plus proche des établissements balnéaires byzantins de Beth Yerah 30, de Mampsis 31, du complexe byzantino-omeyyade de Saint-Hilarion à Umm al-ʿAmr dans son dernier état 32 et des édifices omeyyades de Qusayr ʿAmra, de Qasr al-Hallabat (Hammam as-Sarakh), du Jebel Says et de ʿAnjar, réunis par A. Almagro 33 (fig. 8). Les bains de Placcus s’intègrent bien dans ce corpus d’établissements byzantino-omeyyades qui se développent dans la région entre le ive et le viiie s. apr. J.-C. articulant une salle froide de plus en plus spacieuse, généralement tripartite, couverte, parfois agrémentée d’un ou deux bassins froids symétriques à un circuit de salles chauffées plus modeste. Ce corpus se trouve aujourd’hui géographiquement limité au Proche-Orient, mais il n’est probablement pas exhaustif.

Figure 8.

Figure 8.

Planche typologique des édifices proche-orientaux morphologiquement comparables aux bains de Placcus

© Th. Lepaon

Le parcours des baigneurs

  • 34 Dépourvue de trottoir, cette rue se caractérise néanmoins par la présence d’un dallage, daté de l’ (...)
  • 35 Dans l’état primitif, la salle à banquettes bénéficiait d’une atmosphère tiède en raison de sa pro (...)

16Imposé par l’architecture du monument, le parcours suivi par les baigneurs fut sensiblement identique tout au long de l’occupation des « bains de Placcus ». L’accès des usagers se faisait au nord depuis l’entrée précédée du portique de six colonnes accessible depuis la rue secondaire perpendiculaire à la voie principale — cardo — de la ville 34. Les usagers gagnaient ensuite le petit vestibule au sud, fréquentaient éventuellement les latrines à l’ouest puis rejoignaient la grande salle froide méridionale depuis laquelle ils pouvaient véritablement amorcer leur circuit balnéaire. En effet, suivant un parcours en ligne de type rétrograde, les usagers pénétraient dans les salles balnéaires à l’ouest composées d’une salle tiède à banquettes et d’une salle chaude où ils profitaient du bassin chaud. Conformément au circuit classique, le parcours s’achevait par la fréquentation des bains froids à l’ouest de la grande salle. À partir de 494, à la suite de la réorganisation de l’édifice, seul le parcours strictement balnéaire fut modifié par la mise en place d’une nouvelle salle et le remplacement de la salle de chauffe primitive par un nouvel aménagement à l’ouest. En effet, observant le même circuit d’accès jusqu’à la grande salle froide, les baigneurs suivaient ensuite un parcours en baïonnette de type rétrograde en empruntant successivement la salle à banquettes désormais à température ambiante, puis une salle tiède au sud et enfin la nouvelle salle chaude à l’ouest, qui disposait de deux bassins chauds, avant de retourner dans la grande salle des bains froids 35.

  • 36 Cette difficulté d’interprétation est particulièrement perceptible au regard de la dénomination ch (...)
  • 37 Poccardi 2006, p. 62.
  • 38 Ginouvès 1959, p. 46.
  • 39 Thermes de Neptune (salle 11), voir Poccardi 2006, p. 62-63.
  • 40 Bouet 2003b, p. 710.
  • 41 Thébert 2004, p. 427.

17La réorganisation architecturale du bâtiment imposa donc une modification des fonctions des salles primitives : l’ancienne salle chaude, désormais tiède, reçut les fonctions initialement dévolues à la salle à banquettes primitive, laquelle fut transformée en simple espace intermédiaire entre les ensembles froid et chaud d’un édifice balnéaire. Non inédite en contexte balnéaire, la fonction de ce dernier espace demeure, aujourd’hui encore, mal comprise 36. On peut cependant faire deux observations : d’une part, la présence continue, tout au long de l’histoire de l’établissement, des banquettes au sein de ce petit espace est inattendue si l’on tient compte de l’évolution du parcours des baigneurs. En effet, si la mise en place de ces aménagements se justifiait pleinement au sein du premier état des bains, lorsque l’espace jouait le rôle de salle tiède, leur permanence et même leur extension semblent plus incompréhensibles lors de la seconde phase : l’espace ne paraît plus alors tenir de rôle majeur dans le circuit des usagers. Quoi qu’il en soit, la présence des banquettes semble indiquer que la fonction de cet espace fut confirmée lors de la seconde phase du bâtiment. D’autre part, à l’image de nombreux édifices contemporains, le ou les déshabilloirs permettant aux usagers de se dévêtir avant d’amorcer leur parcours balnéaire ne sont pas identifiés de façon sûre : les aménagements qui composaient ces espaces ont généralement disparu (dispositifs mobiles et/ou réalisés en matériaux périssables). De fait, c’est souvent par leur emplacement au sein du monument que la fonction de ces espaces est supposée : G. Poccardi indique que les déshabilloirs de l’époque classique sont « situés près de l’entrée, mais rarement en contact direct avec elle […], et communiquent directement avec les espaces balnéaires, généralement le frigidarium » 37. À l’époque byzantine, en l’absence de salle dédiée indépendante, c’est la grande salle froide qui, disposant de banquettes, remplit le plus souvent cette fonction, comme l’illustrent parfaitement les exemples du bain byzantin de Sergilla et du hammam omeyyade de ʿAnjar (édifice ouest). En ce qui concerne les « bains de Placcus », non seulement la morphologie de la grande salle froide durant les deux premiers états de l’édifice ne favorise pas son utilisation comme déshabilloir en raison de la présence de la cour centrale découverte mais, surtout, aucun argument archéologique ne plaide en faveur de cette interprétation fonctionnelle. On peut toujours supposer que les modifications apportées en 584 apr. J.-C. comportaient la mise en place d’un déshabilloir au sein du nouvel espace oriental, mais rien ne vient appuyer cette hypothèse. À l’issue de ces observations, une conclusion s’impose : seule la petite salle à banquettes située à l’ouest de la grande salle froide pourrait avoir rempli la fonction de déshabilloir. Son caractère chauffé lors du premier état de l’établissement ne s’oppose pas à cette hypothèse : il suffit de citer, entre autres, les vestiges des édifices grecs de Gortys d’Arcadie 38 et romain d’Ostie 39, de Tossenberg à Mamer et de Bliesbruck 40. N’oublions pas non plus, comme le rappelle Y. Thébert, « [qu’]il est usuel qu’une partie des baigneurs attendent la première sudation avant de se déshabiller » 41.

  • 42 « […] ce problème de déshabillage se pose pour nous d’une fausse façon pour deux raisons : la prem (...)
  • 43 Nous reprenons ici la proposition faite par Y. Thébert qui indiquait qu’en présence d’établissemen (...)

18La relative modestie de cet espace au regard des vastes déshabilloirs connus par ailleurs ne peut jouer contre cette hypothèse : d’une part, un vestiaire indépendant, permettant le dépôt des vêtements des baigneurs, pourrait avoir été mis en place en parallèle d’un déshabilloir uniquement destiné à se dévêtir. De plus, dès 1969, J. Lassus remarquait à juste titre, et non sans humour, que le passage par le vestiaire précédant et suivant la pratique balnéaire devait être relativement rapide et ainsi ne nécessitait pas une fréquentation prolongée 42. D’autre part, les « bains de Placcus » furent structurellement conçus pour le seul entretien de l’hygiène corporelle (réduction au strict minimum des espaces balnéaires, absence de palestre et de tout aménagement pour la pratique du bain de délassement), ce qui limitait considérablement la capacité d’accueil des baigneurs et ne nécessitait pas la mise en place d’un vaste déshabilloir. Si l’on accepte cette dernière hypothèse, le parcours des baigneurs se comprendrait : dans le premier état du bain, ils passaient dans une salle tiède faisant office de déshabilloir et probablement d’espace dédié au décrassage 43, puis entraient dans la salle du bain chaud. Lors de la seconde phase, la salle à banquettes aurait préservé uniquement la fonction de déshabilloir, le nettoyage corporel s’effectuant désormais au sein de la nouvelle salle tiède précédant l’entrée dans la salle des bains chauds au sud.

  • 44 Ces observations ne concernent que les petits établissements de bains car les grands édifices para (...)

19Malgré ces dernières interrogations, l’expérience balnéaire au sein de l’édifice de Gérasa, quasiment similaire tout au long de l’histoire du monument, s’insère parfaitement au sein de l’évolution byzantino-omeyyade de la pratique balnéaire proche-orientale dans les petits bains. Celle-ci semble principalement marquée par l’abandon complet de la cour extérieure (palestre), le remplacement de l’ancienne salle des bains froids, héritage de la période romaine, par la mise en place d’une grande salle froide polyfonctionnelle (cf. infra) et par le renoncement définitif de la pratique du bain de délassement collectif au profit d’un acte individuel 44.

La question du statut des bains

  • 45 Nous reprenons ici le terme employé par A. Michel (Michel 2001, p. 229) car de nombreux doutes sub (...)
  • 46 Ce complexe baptismal est probablement tardif : ses aménagements sont intégrés au sein d’une petit (...)
  • 47 L’espace situé à l’ouest des bains de Placcus est communément appelé « clergy house ». Toutefois, (...)
  • 48 Déploré par N. Duval dès 1972 ; notre faible connaissance archéologique des dépendances des basili (...)
  • 49 À titre d’exemples et de manière non exhaustive, on peut citer les « bains de la cathédrale » d’Ap (...)
  • 50 C’est probablement le cas des édifices d’Apamée, de Tipasa, de Thamugadi, de Djémila/Cuicul, de Lo (...)

20Les « bains de Placcus » se situent dans un secteur urbain traditionnellement appelé « quartier épiscopal » en raison de la présence de deux édifices de plan basilical — la « cathédrale présumée » 45 et « l’église Saint-Théodore » — précédés de leur atria respectif, d’un baptistère 46, de deux chapelles et d’un ensemble de structures indéterminées au nord-est, interprété par les fouilleurs américains, sans grande conviction, comme la « maison du clergé » 47. Cette position topographique de l’édifice balnéaire au sein d’un ensemble monumental à vocation religieuse influence fortement l’appréciation générale de son statut. En effet, s’insérant parfaitement au sein du corpus, assez restreint 48, de complexes thermaux construits au contact de constructions religieuses 49, l’établissement de Placcus constitue-il une simple annexe aux installations ecclésiastiques 50 ou bien s’agit-il d’un établissement balnéaire totalement indépendant de l’ensemble religieux ?

  • 51 Nous reprenons ici une interrogation formulée par J. Lassus à propos des inscriptions gravées sur (...)
  • 52 C’est peut-être le cas au sein de l’espace compris entre le portique occidental et la porte d’accè (...)
  • 53 Gatier 2009, p. 278.
  • 54 Voir Seigne 2014.

21Le caractère public de l’édifice de Placcus semble assuré, dès sa construction, par la mise en place d’un vaste portique d’entrée ouvert sur la voie et non sur le complexe religieux. Toutefois, plusieurs indices laissent penser que, dès l’origine, le statut de l’établissement, voulu par son (ses ?) concepteur(s), dépassait le simple cadre de bain public de quartier. En premier lieu, cet édifice fut construit en plein cœur de la ville byzantine, c’est-à-dire à un emplacement urbain majeur et donc très vraisemblablement onéreux. Ensuite, le soin apporté au décor, marqué par le remploi d’éléments d’architecture de très bonne facture récupérés d’un ancien temple païen, souligne non seulement la volonté d’offrir un édifice de qualité, mais surtout la puissance financière et politique de son (ses ?) concepteur(s). Bien que ne précisant pas ce contexte constructif général, l’inscription de dédicace des bains mentionne l’évêque Placcus, acteur politique majeur de la cité byzantine. Cette mention demeure toutefois ambiguë car l’inscription ne précise pas quelle fut la réelle implication du prélat dans la construction de l’établissement : prit-il une part directe à l’ouvrage ou bien la mention de son nom sert-elle à marquer le respect dû au prélat ou même, simplement, à préciser la date de la dédicace 51 ? Si la mention unique de l’évêque laisse supposer qu’il assura, seul, l’ensemble de l’entreprise (conception, financement, etc.), la présence de commanditaires supplémentaires ne peut être totalement exclue 52. Quoi qu’il en soit, l’implication de l’évêque Placcus dans la conception du bain semble évidente. Dans un article récent, P.-L. Gatier suggérait que la construction des bains pourrait avoir été le résultat d’une évergésie épiscopale visant à offrir un bâtiment pour un usage qualifié de « civique ou charitable » 53. Cette hypothèse a été confirmée depuis par J. Seigne qui propose, dans les conclusions auxquelles il aboutit à l’échelle du quartier, d’attribuer la maîtrise d’œuvre de l’ensemble du projet urbain à l’évêque Placcus 54. La construction des « bains de Placcus », véritable édifice public, semble donc avoir été, dès l’origine, étroitement liée à la mise en place de l’ensemble religieux sans pour autant constituer une dépendance de celui-ci.

22La réorganisation architecturale de l’édifice, effectuée lors de la construction de « l’église Saint-Théodore » à partir de 494, ne modifia pas ce statut. En effet, d’une part, l’accès public au nord demeura inchangé par rapport à la construction initiale et, d’autre part, aucune modification architecturale marquant une éventuelle évolution dans l’usage du bâtiment ne fut mise au jour lors des fouilles. Bien entendu, on ne peut pas totalement exclure l’hypothèse d’une dédicace qui aurait aujourd’hui disparu (pavement de mosaïque, élément mobilier, etc.), mais rien pour l’instant ne l’indique. De plus, à supposer même qu’elle ait existé, elle n’aurait pas été gravée sur les supports habituels pour ce genre de pratique : les portiques sont soit anépigraphes (portique d’entrée) soit ils portent des inscriptions antérieures ou postérieures aux travaux faits dans les dernières années du ve s. En l’état de la documentation disponible, il semble donc que le statut des bains de Placcus n’ait pas évolué durant cette période.

  • 55 Welles 1938, inscr. 297. Cette inscription peut être traduite ainsi : « Sous quel personnage (ont (...)
  • 56 Seigne 2014.

23En 584, l’édifice bénéficia de restaurations architecturales et décoratives vraisemblablement concentrées sur la grande salle à l’est (A 51). Cette dernière, auparavant fractionnée en trois ensembles, fut alors transformée en une seule salle répondant à celle en place à l’ouest qui marquait l’entrée des espaces balnéaires. Un soin particulier fut apporté à ce nouvel espace, non balnéaire, par le maître d’œuvre. D’une part, le sol de la salle fut recouvert d’une nouvelle mosaïque, ornée en son centre d’un large médaillon circulaire enserrant une inscription 55. D’autre part, un nouvel accès fut aménagé au travers du mur sud. Malgré son exiguïté (1 m d’embrasure), cette nouvelle ouverture ne peut être interprétée comme un simple accès pour le personnel de service car le « sens » de la salle fut organisée en fonction de cette entrée. En effet, l’inscription ornant le centre de la nouvelle mosaïque fut disposée de manière à être lue, non pas depuis le grand portique à quatre colonnes marquant l’entrée principale, à l’ouest, mais depuis cette modeste entrée. Offrant un accès direct depuis la plateforme de « l’église Saint-Théodore », ce nouvel accès permettait aux usagers de rejoindre la nouvelle salle orientale tout en s’affranchissant de l’entrée monumentale. Il offrait, pour la première fois, une connexion directe entre cet espace, bénéficiant visiblement d’un traitement particulier par rapport au reste de l’édifice, et le complexe religieux au sud. Enfin, le caractère privilégié de la salle fut renforcé par la gravure d’une inscription rappelant les travaux réalisés sur l’architrave du portique marquant l’entrée occidentale 56. La taille, le riche décor architectural, la présence de mosaïque, celle d’inscriptions dédicatoires décrivant les travaux accomplis, etc., tout confirme le statut particulier de cette nouvelle salle située en dehors du circuit du bain.

24Une seconde opération, effectuée à cette époque, fut le possible couvrement de la cour centrale (A 52b). Si cette hypothèse est exacte, cette restructuration architecturale aurait abouti à la création d’un grand espace à trois nefs totalement couvert pour lequel deux remarques peuvent être faites. D’une part, depuis son origine, seul le tiers occidental de cet ensemble (A 52a) fut occupé par des aménagements liés à la pratique du bain. Les nefs restantes (A 51 et A 52b) demeurèrent le lieu d’activités qui n’ont pas laissé de traces archéologiques et sont donc aujourd’hui inconnues.

  • 57 Charpentier 1994, p. 137-141.
  • 58 Vibert-Guigue & Bisheh 2007, p. 42.
  • 59 Voir Seigne et al. à paraître.

25D’autre part, contrairement à l’usage le plus répandu dans l’Antiquité, les inscriptions célébrant aussi bien la construction du bain que sa rénovation ne furent pas gravées sur le portique d’entrée du bâtiment donnant sur la rue, mais sur les architraves des portiques intérieurs d’entrée des deux espaces A 51 et A 52a. Le fait n’est pas isolé, même si sa ou ses fonctions demeure(nt) obscure(s) faute de vestiges archéologiques significatifs. Dans certains cas, quelques indices laissent supposer une utilisation communautaire (grande salle à « tribune » de Sergilla en Syrie du Nord 57) et/ou symbolique (« espace du trône » de Qusayr ʿAmra 58) de ces pièces à l’image de ce qu’indiquent les textes pour les périodes précédentes 59. À Gérasa, où, dès son origine, le plan tripartite ne fait pas de doute (même si la « salle » centrale » est alors à ciel ouvert), on attribuerait volontiers une dimension politique à cet ensemble, les inscriptions de dédicaces mentionnant, par deux fois, l’évêque participant à la mise en scène du pouvoir politique local. Ces observations confirment le caractère « polyfonctionnel » de l’espace tripartite qui fut assurément employé dans le cadre de la pratique du bain, non seulement comme salle froide — grâce aux bassins disposés à l’ouest (A 52a) —, mais aussi comme lieu aménagé de sociabilité (A 51). Malgré sa proximité avec les bains, ce vaste ensemble fut probablement utilisé en dehors du cadre balnéaire. En effet, sa configuration morphologique polyvalente (vaste surface disponible aisément aménageable avec des équipements mobiles) et son accessibilité (possibilité de réserver l’entrée de cette pièce en condamnant l’entrée publique du monument au profit d’un accès particulier) laissent supposer qu’il fut utilisé aussi comme lieu de rassemblement dans un cadre réservé à un public choisi.

26Plus complexe que lors des phases antérieures, le statut des « bains de Placcus » pourrait avoir été sensiblement modifié dans cet état. En effet, si le caractère public du monument paraît préservé par le maintien d’une large ouverture sur la voie, les réaménagements opérés au sein de la grande salle froide tripartite laissent entrevoir un emploi « communautaire » ou « semi-public », non systématiquement balnéaire, du bâtiment jusqu’à sa réutilisation domestique et donc totalement privée.

Conclusion

27Comme le laissaient supposer les vestiges visibles et les inscriptions découvertes dès 1931, les « bains de Placcus », réutilisant les structures d’un bâtiment thermal romain, connurent une histoire complexe, marquée d’au moins cinq phases d’aménagement dont certaines sont datées par des inscriptions. Une première étude comparative semble indiquer que la morphologie de l’édifice de Placcus s’insère dans une série de monuments d’époques byzantine et omeyyade actuellement connus dans l’ensemble du Proche-Orient. En ce qui concerne la pratique du bain, le circuit suivi par les baigneurs s’inscrit pleinement dans les habitudes de l’époque byzantine. Enfin, implanté dans un contexte monumental particulier, les « bains de Placcus », d’abord pleinement « publics » puis « semi-publics », sont également révélateurs des utilisations non balnéaires des bains.

  • 60 Sur cette question, voir Gatier 2009, p. 275-277.
  • 61 Sartre 2006, p. 417-425.

28Les bains de Placcus illustrent assez nettement la survivance de la pratique balnéaire face à l’essor du christianisme et le fait que l’église fut obligée de prendre en compte la force de la tradition du bain malgré l’attitude assez réticente du monachisme oriental 60. Évoquant cette problématique en conclusion du colloque Balnéorient tenu à Damas en 2009, M. Sartre indiquait que cette nécessaire adaptation ne se limita pas à la seule religion chrétienne, comme l’illustre, entre autre, la fameuse discussion entre le rabbin Gamaliel et Proclos ben Philosophos aux bains d’Aphrodite à Akko 61.

29La poursuite des recherches aura pour objectif de préciser le ou les rôle(s) de ce monument dans la Gérasa des époques byzantine et omeyyade, périodes dont l’étude est aujourd’hui, à l’exception des travaux menés autour de la mosquée dans le cadre de l’Islamic Jerash Project, encore trop souvent limitée au simple inventaire des 23 églises présentes au sein de la cité.

La présente recherche est issue de travaux menés en collaboration avec les autorités jordaniennes. Je souhaite remercier Fawwaz Al-Kraysheh, directeur du Département des Antiquités de Jordanie (DoA), Mohammed Abu Abeyleh, représentant du Département des Antiquités sur le site de Jérash, et Khalid Hamdan qui nous ont apporté une aide tant financière que matérielle. Le présent article constitue une version considérablement actualisée par rapport à la présentation faite lors du colloque Balnéorient qui s’est tenu à Amman en mai 2008. Je tiens à remercier ici Marie-Françoise Boussac, Gérard Charpentier et Thibaud Fournet, co-directeurs du programme Balnéorient ainsi que Jean-François Salles (alors responsable de l’Ifpo-Amman) de leur patience et de leur soutien constant apporté à cette étude. Je remercie enfin M.-F. Boussac, Th. Fournet, Pierre-Louis Gatier et Jacques Seigne d’avoir bien voulu relire ce travail.

Haut de page

Bibliographie

Almagro (A.) 1992 « Building patterns in Umayyad architecture in Jordan », SHAJ IV, Amman, p. 351-356.

Balty (J.) éd. 1969 Colloque d’Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1965-1968. Actes du colloque tenu à Bruxelles les 29 et 30 Avril 1969, Bruxelles.

Balty (J.) & Balty (J.-C.) éd. 1972 Colloque d’Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1969-1971. Actes du colloque tenu à Bruxelles les 15, 17 et 18 Avril 1972, Bruxelles.

Balty (J.-C.) 1969 « L’édifice dit “au triclinios” », Balty J. 1969, p. 105-116.

Barnes (H.),Blanke (L.), Damgaard (K.) et al. 2006 « From “Guard House” to Congregational Mosque: The Danish-Jordanian Islamic Jarash Project”, ADAJ 50, p. 285-314.

Benoit (F.) 1977Cimiez la ville antique : monument, histoire, Paris.

Blanke (L.), Damgaard (K.), Simpson (I.) & Walmsley (A.) 2007 « From Bathhouse to Congregational Mosque: further discoveries on the urban history of Islamic Jarash », ADAJ 51, p. 177-197.

Boucher (J.-P.) 1954 « Nouvelles recherches à Tébessa Khalia », Mélanges d’archéologie et d’histoire 66, p. 165-187.

Boucher (J.-P.) 1956 « Le temple rond de Tébessa Khalia », Libyca 4, p. 7-32.

Bouet (A.) 2003a Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise, Rome.

Bouet (A.) 2003b Thermae Gallicae. Les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Bordeaux.

Boussac (M.-Fr.), Denoix (S.), Fournet (Th.) & Redon (B.) éd. 2014 25 siècles de bain collectif en Orient, Proche-Orient, Égypte et péninsule Arabique. Actes du 3e colloque international Balnéorient bain collectif en Égypte (Études urbaines 9), Le Caire.

Boussac (M.-Fr.), Fournet (Th.) & Redon (B.) éd. 2009 Le bain collectif en Égypte, Le Caire.

Charpentier (G.) 1994 « Les bains de Sergilla », Syria 71, p. 113-142.

Creswell (K. A. C.) 1969 Early muslim architecture, Oxford.

Crowfoot (J. W.) 1938 « The Christian church », Kraeling 1938, p. 171-262.

Duval (N.), Février (P. A.) & Lassus (J.) 1972 « Groupes épiscopaux de Syrie et d’Afrique du Nord », Balty J. & J.-C. 1972, p. 215-251.

Elter (R.) & Hassoune (A.) 2008 « Le complexe du bain du monastère de Saint-Hilarion à Umm el-ʿAmr, première synthèse architecturale », Syria 85, p. 129-144.

Farrington (A.) 1995 The Roman baths of Lycia. An architectural study, Exeter.

Finser (B.) 2003 « Research in ʿAnjar », BAAL 7, p. 227-229.

Fisher (C. S.) 1931 « The Campaign at Jerash in September and October 1931 », ASOR 11, p. 131-169.

Fisher (C. S.) 1932 « Excavation at Jerash (1931) », BASOR 45, p. 13-19.

Fisher (C. S.) 1938 « Buildings of the Christian period », Kraeling 1938, p. 265-294.

Fournet (Th.) 2012 « Thermes impériaux et monumentaux de Syrie du Sud et du Proche-Orient », Cahiers de la Villa Kérylos 23, p. 185-246.

Gatier (P.-L.) 1987 « Une lettre du pape Grégoire le Grand à Marianus évêque de Gerasa », Syria 64, p. 131-135.

Gatier (P.-L.) 2009 « Bains, monastères et pèlerinage au Proche-Orient et en Égypte à l’époque protobyzantine (ive-viie s. apr. J.-C.) », Boussac, Fournet & Redon 2009, p. 275-286.

Ginouvès (R.) 1959 L’établissement thermal de Gortys d’Arcadie, Paris.

Hoss (S.) 2005 Baths and Bathing: The culture of bathing and the baths and thermae in Palestine from the Hasmoneans to the Moslem Conquest with an Appendix on Jewish Ritual baths (miqvaʾot),BAR IS 1346, Oxford.

Kraeling (C. H.) éd. 1938 Gerasa city of the Decapolis, New Haven.

Lassus (J.) 1944 Sanctuaires chrétiens de Syrie, essai sur la genèse, la forme et l’usage liturgique des édifices du culte chrétien, en Syrie, du iiie siècle à la conquête musulmane, Paris.

Lassus (J.) 1965 « Les édifices de culte autour de la basilique », Actes du VIe congrès international d'archéologie chrétienne, Rome, p. 581-610.

Lepaon (Th.) 2008 « Les édifices balnéaires de Gerasa de la Décapole : premières observations », Syria 85, p. 51-70.

Lepaon (Th.) 2012 Les édifices balnéaires publics de Gérasa de la Décapole (Jerash, Jordanie) et la pratique du bain collectif dans l’Antiquité par les sociétés proche-orientales, thèse de doctorat présentée à l’Université François-Rabelais (Tours), non publiée.

Maisler (B.), Stekelis (M.) & Avi-Yonah (M.) 1952 « The Excavations at Beth Yerah (Khirbet el-Kerak) 1944-1946 », IEJ 2/4, p. 218-229.

Michel (A.) 2001 Les églises d’époque byzantine et umayyade de la Jordanie, veviiie siècle, Turnhout.

Negev (A.) 1988 The Architecture of Mampsis: Final Report, Qedem 26-27, Jérusalem.

Nielsen (I.) 1993 Thermae et Balnea I-II, Aarhus.

Poccardi (G.) 2006 Les édifices balnéaires de la ville d’Ostie à l’époque impériale (milieu du ier siècle - début du vie siècle) : études typologiques, techniques et urbaines, thèse de doctorat présentée à l’Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, non publiée.

Reeves (M.B.) 1996 The Roman Bath-house at Humeima in its Architectural and Social Context, thèse de doctorat présentée à l’Université de Victoria (USA), non publiée.

Roux (G.) 1998 La basilique de la Campanopetra, Salamine de Chypre XV, Lyon/Paris.

Russel (K. W.) 1985 « The Earthquake Chronology of Palestine and Northwest Arabia from 2nd throught the mid 8th century ad », BASOR 260, p. 37-59.

Sartre (M.) 2006 Histoires grecques, Paris.

Seigne (J.) 2008 « Quelques remarques sur les rues de l’antique Gerasa de la Décapole (Jerash. Jordanie) », P. Ballet, N. Dieudonné-Glad & C. Saliou (dir.), La rue dans l’Antiquité. Définition, aménagement, devenir. Actes du colloques de Poitiers, 7-9 septembre 2006, Rennes, p. 169-184.

Seigne (J.) 2014 « Des portiques du naos de Zeus Olympien aux entrées des thermes de l’évêque Placcus », Topoi 19/2, p. 595-627.

Seigne (J.), Agusta-Boularot (S.), Gatier (P.-L.) & Lepaon (Th.) à paraître « Le ‘North-Hall’ des Grands Thermes de l’Est à Gerasa », Topoi.

Thébert (Y.) 2004 Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen, Rome.

Vibert-Guigue (C.) & Bisheh (G.) 2007 Les peintures de Qusayr ʿAmra. Un bain omeyyade dans la bâdiya jordanienne, Beyrouth.

Walmsley (A.), Bessard (F.), Blanke (L.) et al. 2008 « A mosque, Shops and Bath in Central Jarash: the 2007 Season of the Islamic Jarash Project », ADAJ 52, p. 109-138.

Welles (C. B.) 1938 « The inscriptions », Kraeling 1938, p. 355-494.

Yegül (F.) 1992 Baths and Bathing in Classical Antiquity, Cambridge (MA).

Yegül (F.) 2010 Bathing in the Roman World, New York / Cambridge (MA).

Haut de page

Notes

1 Sept autres établissements thermaux sont actuellement connus sur le site de Jerash : les thermes « de l’Ouest », les thermes de la « Glass Court », les « Grands » et les « Petits » thermes « de l’Est », les thermes de Birketein, les thermes « du Centre » récemment fouillés par une équipe danoise et les thermes des sources chaudes de la Zarqa. Nous avons publié une première présentation des cinq premiers édifices (Lepaon 2008) ; les thermes « du Centre », fouillés depuis 2006 dans le cadre de l’Islamic Jerash Project dirigé par Alan Walmlsey, ont fait l’objet de plusieurs chroniques et études (Barnes et al. 2006, p. 300-305, Blanke et al. 2007, p. 177-184, Walmsleyet al. 2008 ; voir aussi la contribution de L. Blanke dans ce volume). L’installation thermale de la vallée de la Zarqa a été entièrement détruite au bulldozer vers 1980 pour aménager des serres, sans contrôle ni étude préalable. Elle est aujourd’hui réduite au bassin de captage de la source chaude. Soutenue en 2012, une thèse fait le point sur les connaissances concernant l’ensemble de ces monuments (Lepaon 2012).

2 Lassus 1944, p. 236.

3 Fisher 1931, p. 131 : « […] the small “island” of debris left between the St. Theodore church and the south colonnade at the Artemis complex ».

4 Fisher 1931, p. 131-169 et 1932, p. 13-19.

5 Welles 1938, inscr. 296.

6 Welles 1938, inscr. 297. Pour les détails architecturaux de ces inscriptions, voir Seigne et al. à paraître.

7 Fisher 1938, p. 265-269 et plan XIV.

8 Nielsen 1993, p. 42 ; Yegül 1992, p. 320.

9 Une version actualisée et augmentée de ce travail fut publiée en 2008 dans Syria (Lepaon 2008, p. 51-70).

10 Par exemple, les aménagements liés à l’alimentation et à l’évacuation de l’eau de cet établissement balnéaire présentent, dans le plan publié en 1938, diverses contradictions qui rendaient incompréhensibles l’organisation et le fonctionnement des circuits hydrauliques mis en place au sein de ce complexe.

11 Cette recherche menée dans le cadre d’un doctorat débuté en 2006 et portant sur l’ensemble des complexes balnéaires publics connus à Jérash/Gérasa a été soutenue en juin 2012 (Lepaon 2012).

12 Voir Seigne 2014.

13 Fisher 1932, p. 16.

14 Voir Seigne 2014.

15 Pour le détail de ces portiques, voir Seigne 2014.

16 Welles 1938, p. 477-478 (inscr. 300).

17 Cf.Welles 1938, inscr. 297.

18 Seigne 2014.

19 « The door when found was blocked up with re-used stones and a deep wide groove had been cut across this, across the niche and partway down the wall south of the door » (Fisher 1931, p. 135).

20 Aucun élément chronologique ne permet de définir précisément la période à laquelle ce bouchage fut effectué ; toutefois, plusieurs indices laissent supposer qu’il fut effectué antérieurement au tremblement de terre de 749 qui détruisit vraisemblablement l’édifice balnéaire. En effet, ce réaménagement fut accompagné de la mise en place d’un réseau d’adduction d’eau, ce qui contraste avec la nature de l’occupation de ce secteur de la ville après le séisme — laquelle se limite à la réutilisation des structures démolies sans remise en état.

21 Fisher 1938, p. 266.

22 Ce matériel fait actuellement l’objet d’une étude dont les résultats seront prochainement publiés.

23 Ce mobilier céramique n’a jamais été publié par les fouilleurs des années 1930, seules quelques photographies sont actuellement disponibles dans les archives de la « Art Gallery » de l’Université américaine de Yale. Un inventaire de ces découvertes à néanmoins pu être établi d’après les carnets de fouilles de C. Fisher (voir Lepaon 2012, annexe 4.3).

24 Crowfoot 1938, p. 224.

25 Russel 1985, p. 47-49.

26 Lepaon 2008, p. 65-67.

27 Pour la bibliographie, voir n. 1.

28 Lepaon 2012, Pl. CLXXIII.

29 Contrairement à la Gaule (Bouet 2003a et b), à l’Afrique du Nord (Thébert 2004) et à l’Asie Mineure (Farrington 1995), le Proche-Orient n’a pas bénéficié de travaux synthétiques sur la pratique balnéaire et son évolution. Les rares synthèses consacrées à cette zone géographique (Nielsen 1993, Yegül 1992, Reeves 1996, Yegül 2010), se heurtant au faible nombre d’études de cas récemment étudiées et publiées, se fondent sur des travaux anciens dépassés. Toutefois, depuis quelques années, parallèlement aux travaux de Balnéorient (Boussac, Fournet & Redon 2009 ; Boussac, Denoix, Fournet & Redon 2014), plusieurs études monographiques renouvellent nos connaissances et permettront la réalisation de synthèses actualisées.

30 Maisler, Stekelis & Avi-Yonah 1952 et Hoss 2005.

31 Negev 1988.

32 Elter & Hassoune 2008, p. 129-144.

33 Almagro 1992, fig. 3, p. 355.

34 Dépourvue de trottoir, cette rue se caractérise néanmoins par la présence d’un dallage, daté de l’époque byzantine par les nombreux remplois dont il est pourvu, ce qui constitue un aménagement remarquable au regard des « autres rues secondaires actuellement connues [qui] ne semblent avoir reçu qu’un revêtement en grave compactée » (Seigne 2008, p. 171).

35 Dans l’état primitif, la salle à banquettes bénéficiait d’une atmosphère tiède en raison de sa proximité avec la salle chaude disposant de son foyer propre au sud. Dans cette seconde phase, à la suite de l’abandon du foyer méridional, la salle chaude primitive, désormais chauffée de manière secondaire par le foyer à l’ouest, devint tiède. En ce qui concerne la salle à banquettes, son éloignement de la source de chaleur unique de ces bains (désormais à l’ouest) ainsi que l’absence de tout dispositif de chauffage interdisent de restituer une ambiance tiède au sein de cet espace. Néanmoins, la température au sein de la salle à banquettes ne peut être considérée comme froide car l’ouverture de ce petit espace sur une salle tiède permettait de maintenir une température légèrement supérieure à celle de la salle froide.

36 Cette difficulté d’interprétation est particulièrement perceptible au regard de la dénomination choisie par les chercheurs confrontés à une réalité archéologique similaire. Ainsi, on rencontre les termes de « sas thermique », « salle de transition », « pièce à banquettes », « tepidarium froid », etc.

37 Poccardi 2006, p. 62.

38 Ginouvès 1959, p. 46.

39 Thermes de Neptune (salle 11), voir Poccardi 2006, p. 62-63.

40 Bouet 2003b, p. 710.

41 Thébert 2004, p. 427.

42 « […] ce problème de déshabillage se pose pour nous d’une fausse façon pour deux raisons : la première c’est que nous n’avons pas l’habitude de vivre dans des thermes et d’être nus en compagnie ; la seconde raison, c’est un problème de pratique. De nos jours, s’habiller est une opération longue, avec des boutons, des chaussures, des lacets, etc. Nous sommes très loin du problème tel qu’il se posait aux anciens qui arrivaient avec une tunique et des sandales et par conséquent : une/deux — on était nu ; une/deux — on était rhabillé. Il faut essayer de faire de l’archéologie vestimentaire ! » (Duval, Février & Lassus 1969, p. 243).

43 Nous reprenons ici la proposition faite par Y. Thébert qui indiquait qu’en présence d’établissement balnéaire ne disposant que de deux salles chauffées, « la présence d’un tepidarium n’est pas, en soi, indispensable, et il faut, bien plutôt, penser que le premier local sert avant tout au décrassage », Thébert 2004, p. 427.

44 Ces observations ne concernent que les petits établissements de bains car les grands édifices paraissent ne pas connaître une évolution similaire (voir Fournet 2012, p. 215).

45 Nous reprenons ici le terme employé par A. Michel (Michel 2001, p. 229) car de nombreux doutes subsistent sur la réelle destination de cet édifice (à ce sujet, voir Seigne 2014).

46 Ce complexe baptismal est probablement tardif : ses aménagements sont intégrés au sein d’une petite chapelle (Crowfoot 1938, p. 224) construite postérieurement à la basilique « Saint-Théodore ».

47 L’espace situé à l’ouest des bains de Placcus est communément appelé « clergy house ». Toutefois, ni les vestiges, ni les textes ne permettent aujourd’hui d’affirmer, d’une part, que l’ensemble fut utilisé comme demeure et, d’autre part, qu’un membre du clergé l’ait occupé. En effet, en l’absence de vestiges déterminants à l’issue de la fouille de 1930, l’hypothèse repose uniquement sur la proximité topographique du bâtiment avec l’atrium de la basilique Saint-Théodore, position faisant écho aux recommandations théoriques du testamentum Domini Nostri pour l’implantation des ensembles épiscopaux (Fisher 1938, p. 271).

48 Déploré par N. Duval dès 1972 ; notre faible connaissance archéologique des dépendances des basiliques (dont les édifices de bains) s’explique en partie par la nature des programmes de fouille qui se limitent le plus souvent à l’église principale (Duval, Février & Lassus 1972, p. 215).

49 À titre d’exemples et de manière non exhaustive, on peut citer les « bains de la cathédrale » d’Apamée (Balty 1969, p. 113) et les « bains de la cathédrale » de Salamine de Chypre (Roux 1998). C’est en Afrique du Nord que le corpus est le plus riche. Thébert 2004, p. 421, signale les exemples de Sufetula (« thermes de la basilique II »), Cuicul (« thermes du baptistère »), Tipasa (« thermes de la cathédrale »), Thamugadi (« thermes de la cathédrale donatiste »), auxquels il faut ajouter les « thermes du groupe épiscopal » de Djémila (Lassus 1965, p. 598) et les « thermes du baptistère » de Tebessa Khalia, ancienne Theveste, en Algérie (Boucher 1954 et 1956). En Gaule, on relève les bains de « Sainte-Cécile » de Loupian (Bouet 2003a, p. 145-146), les « thermes de l’Ouest » de Cimiez (Benoit 1977, p. 89-94) et probablement également l’édifice du « cloître Saint-Sauveur » d’Aix-en-Provence (Bouet 2003a, p. 10-12)

50 C’est probablement le cas des édifices d’Apamée, de Tipasa, de Thamugadi, de Djémila/Cuicul, de Loupian, de Cimiez et d’Aix-en-Provence.

51 Nous reprenons ici une interrogation formulée par J. Lassus à propos des inscriptions gravées sur les églises en l’honneur de leurs donateurs et sur lesquelles le nom du personnage était précédé par ἐπί (Lassus 1944, p. 250).

52 C’est peut-être le cas au sein de l’espace compris entre le portique occidental et la porte d’accès aux salles balnéaires où C. S. Fisher mis au jour, en 1931, un sol dallé au centre duquel se trouvait un mince encastrement permettant, selon le fouilleur, la mise en place d’un piédestal ou d’une statue (Fisher 1931, p. 136).

53 Gatier 2009, p. 278.

54 Voir Seigne 2014.

55 Welles 1938, inscr. 297. Cette inscription peut être traduite ainsi : « Sous quel personnage (ont été faites) la restauration et la décoration du bain ? L’époque de cet ami des constructions est claire : en l’an 646, au mois de Péritios, dans la deuxième indiction ». P.-L. Gatier, auteur de cette traduction et que je remercie ici, indique que l’initiateur/donateur de la construction, qui est quelqu’un qui aime construire, donc qui se vante d’avoir fait d’autres bâtiments, fait semblant de garder l’anonymat, par une coquetterie qu’on rencontre dans de nombreux autres textes. Mais en signalant que les travaux du bain datent de 646 de l’ère de Gérasa (584), il fait comprendre au lecteur que c’est le responsable, donc l’évêque de cette époque, qu’il faut identifier. Dès 1987, P.-L. Gatier avait indiqué que cet évêque ne pouvait être que Marianos (Gatier 1987, p. 135).

56 Seigne 2014.

57 Charpentier 1994, p. 137-141.

58 Vibert-Guigue & Bisheh 2007, p. 42.

59 Voir Seigne et al. à paraître.

60 Sur cette question, voir Gatier 2009, p. 275-277.

61 Sartre 2006, p. 417-425.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Localisation des bains de Placcus au sein des vestiges archéologiques
Crédits © Th. Lepaon, octobre 2010
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Figure 2.
Légende Plan des bains de Placcus
Crédits © Th. Lepaon, août 2009
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3094/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 3.
Légende Proposition de restitution des structures antérieures à la construction des bains de Placcus (ant. 454-455)
Crédits © Th. Lepaon, octobre 2010
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3094/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 4.
Légende Proposition de restitution de l’établissement au milieu du ve s. (post. 454-455)
Crédits © Th. Lepaon, octobre 2010
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3094/img-4.png
Fichier image/png, 207k
Titre Figure 5.
Légende Proposition de restitution de l’établissement à la fin du ve s. (post. 494)
Crédits © Th. Lepaon, octobre 2010
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3094/img-5.png
Fichier image/png, 276k
Titre Figure 6.
Légende Proposition de restitution de l’établissement à la fin du vie s.
Crédits © Th. Lepaon, octobre 2010
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3094/img-6.png
Fichier image/png, 249k
Titre Figure 7.
Légende Proposition de restitution de l’établissement à la période omeyyade (ant. 749)
Crédits © Th. Lepaon, octobre 2010
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3094/img-7.png
Fichier image/png, 164k
Titre Figure 8.
Légende Planche typologique des édifices proche-orientaux morphologiquement comparables aux bains de Placcus
Crédits © Th. Lepaon
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3094/img-8.png
Fichier image/png, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Lepaon, « Les bains de Placcus de Gérasa de la Décapole »Syria, 92 | 2015, 105-121.

Référence électronique

Thomas Lepaon, « Les bains de Placcus de Gérasa de la Décapole »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3094 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3094

Haut de page

Auteur

Thomas Lepaon

Université François-Rabelais (Tours). Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search