Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Variétés« Reconstruire » Babylone ?

Variétés

« Reconstruire » Babylone ?

Frederick Mario Fales
p. 399-402
Référence(s) :

Mario Liverani, Immaginare Babele: due secoli di studi sulla città orientale antica, Rome/Bari, 2013, 538 p., ISBN : 9788858106518

Texte intégral

1Par ses monographies et nombre d’articles publiés dans des revues spécialisées, Mario Liverani a habitué pendant des décennies la communauté des historiens à une vision personnelle de l’Orient ancien, marquée tant par l’amplitude des informations recueillies que par l’acuité de son regard critique. Dans ses travaux, la relecture qu’il propose de l’histoire du Proche-Orient pré-hellénistique, et en particulier de l’ancienne Mésopotamie et du Levant, vise à mettre en valeur les nombreux résultats obtenus par les spécialistes, mais aussi à mettre en garde contre les erreurs d’interprétation les plus manifestes. Et il faut bien admettre que cette double démarche ne lui a pas toujours attiré la gratitude ou la reconnaissance, qui lui furent cependant majoritairement accordées par le grand public comme par les spécialistes.

2D’un côté, le succès et la renommée de son manuel Vicino Oriente (1988) sont incontestables, au point que cette œuvre importante a maintenant acquis le statut de traité d’histoire du Proche-Orient ancien « par excellence ». Et il a même fini, après une très longue attente, par être traduit en anglais (2013). Il est vrai que l’on dispose aujourd’hui d’une alternative avec le manuel édité par Lucio Milano (Il Vicino Oriente antico, 2012), beaucoup plus réduit en raison des malheureuses restrictions du programme italien du premier cycle d’études, mais que cet argument même peut amener à préférer parfois à l’ouvrage de Liverani. Ce dernier reste, malgré tout, un must pour tout étudiant italien de master ou de doctorat. « Apprends-le par cœur et médite ensuite à fond ses principaux développements ! » est le conseil régulier que je donne aux étudiants — mais le ton à moitié sérieux de cette recommandation… ne trompe aucun d’eux !

3D’un autre côté, d’autres travaux de Liverani, par exemple sa traduction italienne des Lettres d’el-Amarna (Le lettere di el-Amarna, 1999) et surtout La Bible et l’invention de l’histoire (Oltre la Bibbia. Storia antica di Israele, 2012) — une interprétation de l’Ancien Testament à la lumière des sources historiques — ont suscité des réserves ou critiques, notamment parmi les groupes et écoles les plus traditionalistes. Pour un tel public — celui qui s’accroche régulièrement à une pratique de l’archéologie en Terre sainte destinée à prouver l’existence historique du Temple de Salomon —, la distinction très nette qu’établit Liverani, dans le texte biblique, entre « une histoire vraie » et « une histoire inventée », sonne comme un blasphème, ou pire comme la fin d’un monde, la fin de leur monde, déjà menacé par les découvertes archéologiques et les conclusions d’I. Finkelstein et de son école.

4Dans cette perspective, le travail le plus récent de Liverani, Immaginare Babele… (« Imaginer Babylone : deux siècles d’études sur la ville orientale ancienne »), est certainement moins polémique sur le fond, au moins pour un public de non-spécialistes. Il représente en outre une source d’informations factuelles et de perspectives historiographiques extrêmement riches qui fascineront les amateurs d’histoire ancienne et d’archéologie, à tous les niveaux. À condition, cependant, d’accepter de faire face à un livre qui n’est ni court (513 pages), ni facile, bien que rédigée comme d’habitude de façon particulièrement claire.

5Ici, Liverani place au centre de son enquête un thème historiographique majeur : la « reconstruction » de la ville mésopotamienne antique par la civilisation moderne et il fait graviter autour d’elle une réinterprétation complète des théories et des pratiques mises en œuvre depuis le siècle des lumières jusqu’à nos jours.

6Pourquoi avoir choisi le thème de la ville ? On pourrait répondre à cette question en renvoyant à celle, bien plus célèbre, posée par le comte Volney dans la première moitié du xixe s. : « Où sont-elles, ces ruines de Ninive ? ».

7Volney voulait signaler de façon polémique une contradiction de son temps : de cet ancien Orient, tant magnifié par la Bible et — non sans quelque ironie parfois — par certains auteurs classiques, comme siège de villes riches et puissantes, rien ne semblait avoir subsisté sur le terrain. Comme l’explique Liverani dans la première partie de son livre, contrairement aux poleis de l’Ouest, avec leurs vestiges encore bien visibles et devenues l’une des destinations régulières du Grand Tour, les prétendues « ruines de Ninive » étaient totalement invisibles dans les plaines arides de Mésopotamie. Et en effet, dans un monde où les sermons de prédicateurs rappelaient aux masses comment la fureur du Seigneur avait complètement rasé les arrogantes Ninive et Babylone, ce ne fut que par leur fascination pour les Belles-Lettres de l’Antiquité que deux jeunes aventuriers, le Français (d’origine piémontaise) Paul-Émile Botta et l’Anglais d’origine huguenote Austen Henry Layard, commencèrent les premières fouilles en Assyrie dans la décennie 1840-1850 ; fouilles qui, comme on le sait, devaient aboutir à de grandes découvertes architecturales, artistiques et textuelles pour le plus grand profit de deux grands musées nationaux : le British Museum et le Louvre.

8De Layard à nos jours, Liverani trace ensuite, en six sections assez denses, l’histoire de la façon dont on a pu « imaginer Babylone ». Il le fait en suivant deux axes parallèles mais distincts, soutenus par une bibliographie monumentale de presque 90 pages, particulièrement précieuse pour le lecteur intéressé. Le premier suit l’histoire des fouilles archéologiques au Proche-Orient. L’auteur y analyse l’évolution des méthodes de fouilles sur les tells de la région : depuis les premières excavations très destructrices, dont les méthodes n’étaient autres que celles de l’exploitation minière, jusqu’à l’intérêt grandissant, à partir du début du xxe s., pour l’architecture, lié à la naissance de l’analyse stratigraphique moderne. Parallèlement, depuis l’indifférence totale à l’égard de la poterie ramassée au sol jusqu’à l’élévation de la céramique au rang d’une véritable « grammaire » de l’archéologie, Liverani décrit le développement des méthodes archéologiques — en particulier dans les deux premières parties du livre —, avec un regard critique et à la lumière de certaines tendances selon lui très marquées, comme la précision technique des architectes-archéologues allemands contrastant avec une certaine approximation de l’archéologie française.

9Ce que l’on observe, concernant ces villes anciennes, c’est un glissement progressif du regard des archéologues : captivés d’abord par les seuls bâtiments publics, pourvoyeurs de nombreuses et spectaculaires découvertes, ils se sont ensuite intéressés aux quartiers d’habitation et aux typologies des maisons privées, importants du point de vue de la topographie et de l’utilisation des espaces, pour en arriver aujourd’hui à porter leur attention à la situation de la ville dans son contexte régional, impliquant l’étude de l’arrière-pays rural, des réseaux routiers établis à des fins militaires ou commerciales, ou des systèmes et techniques d’alimentation hydraulique.

10Mais les informations en marge, liées notamment au contexte dans lequel se sont développées ces recherches, sont nombreuses. Elles touchent par exemple aux législations sur les antiquités ou même à l’histoire politique contemporaine : ainsi les lois ottomanes concernant le patrimoine archéologique ; la cartographie détaillée des sites archéologiques syriens à partir des photographies aériennes d’Antoine Poidebard dans les années trente ; l’introduction des paléo-sciences à l’appui des fouilles par Robert Braidwood au tournant de la Seconde Guerre mondiale ; ou l’accent mis aujourd’hui sur les hollow ways, ces voies de transit territorial détectables seulement par satellite. En ce sens, on ne peut qu’espérer que la future édition anglaise du livre soit accompagnée d’un index, ce qui manque ici — comme souvent dans les livres italiens —, pour permettre au lecteur de retrouver des données thématiques spécifiques dans la vaste discussion archéologique ouverte par l’auteur.

11Le second axe de l’enquête, qui croise à plusieurs reprises le premier mais qui domine surtout la partie centrale du livre (sections 3 à 5), concerne les modèles théoriques développés au fil du temps sur la ville, sur la société et sur l’économie de l’ancien Orient, au fur et à mesure de l’accroissement des connaissances archéologiques et textuelles. Liverani examine ainsi successivement la théorie fondamentale d’inspiration marxiste de l’Anglais Gordon Childe sur la « révolution urbaine » et l’urbanisation primaire puis secondaire dans tout le monde ancien ; les thèses de l’assyriologue américain d’origine danoise Thorkild Jacobsen sur la possible existence d’une « démocratie primitive », et même d’un « communisme primitif » à l’époque mésopotamienne archaïque ; l’attention portée au prétendu « mode de production asiatique » par les historiens soviétiques après 1953 quand, sortant de l’obscurité du stalinisme, fut publiée la version complète des Grundrisse de Karl Marx, avec ses conséquences pour l’étude du Proche-Orient ancien ; la théorie des « États hydrauliques » de Karl Wittfogel, devenue finalement impopulaire auprès des marxistes comme des anti-marxistes ; les idées de Karl Polanyi sur la réciprocité et la redistribution comme clefs pour interpréter l’économie ancienne ; et enfin le saut qualitatif effectué en 1966 avec The Evolution of Urban Society de Robert Adams, œuvre dans laquelle la conjonction des contributions archéologiques et des résultats paléo-environnementaux et ethnographiques ont permis d’élaborer une vision d’ensemble qui allait marquer les études anthropologiques et les activités de reconnaissance archéologique au Proche-Orient jusqu’à ces dernières années.

12Cette partie est particulièrement intéressante, car Liverani a testé ces modèles de façon directe et personnelle dans plusieurs de ses études antérieures, qu’elles soient générales ou détaillées, et il en a tiré des résultats historiques novateurs. Si, dans le présent ouvrage, Childe et Adams semblent avoir sa préférence, il consacre aussi à Wittfogel une intéressante réévaluation et considère Polanyi, malgré ses limites, comme une source d’inspiration théorique qui demeure de première importance.

13Il convient cependant de souligner aussi quelques éléments qui parcourent l’ouvrage mais demeurent parfois un peu plus estompés au milieu de cette longue et foisonnante démonstration. Le premier concerne l’orientalisme tel que l’a défini Edward Saïd en 1978, c’est-à-dire l’attention particulière des Européens à l’égard de l’Orient (et en particulier du Proche-Orient islamique), condescendante et teintée d’un sentiment de supériorité. Elle a marqué tout au long du xixe s. les études et les œuvres artistiques, depuis la littérature romanesque, la musique, et jusqu’aux arts plastiques, avec l’école des peintres orientalistes et leurs représentations bien connues de scènes de harem pour ne citer que cet exemple. Cet « orientalisme » a mené, dans les premières décennies du xxe s., à des politiques impérialistes délibérées, dont l’ensemble du Proche-Orient est encore en train aujourd’hui, juste un siècle plus tard, de payer le prix.

14Immaginare Babele peut donc aussi être lu comme une critique de l’orientalisme qui a caractérisé les deux siècles allant de la campagne d’Égypte de Bonaparte jusqu’à nos jours : les visions successives de la ville dans l’Orient ancien ont ainsi souvent été influencées par des préjugés explicites ou à peine voilés, menant à des évocations récurrentes du despotisme, de l’immobilisme social, du caractère primitif des mœurs de ces populations. Le cas d’Ernest Renan, qui croyait que la Syrie était restée pendant des milliers d’années le siège des hommes des cavernes, est à cet égard emblématique.

15Un deuxième élément plus ou moins caché concerne la critique de plusieurs figures emblématiques de la science européenne, qui ont élaboré des théories sur les villes de l’Orient sans disposer des instruments scientifiques nécessaires à cette entreprise. Dans cette « fosse » critique tombe le grand Max Weber, dont les généralisations sur l’Orient semblent tout à fait insuffisantes à Liverani, bien qu’il prenne soin de célébrer ses principaux apports théoriques, dont certains (de la théorisation de l’oikos à celle du patrimonialisme ou paternalisme) jouissent d’une fortune considérable dans le domaine des sciences sociales et historiques encore — ou à nouveau — aujourd’hui. Un grand respect, au contraire, est voué à l’historienne de l’économie Anna Schneider à qui l’on doit, en 1931, une théorie très détaillée concernant la « cité-temple » sumérienne, sur la base des rares données textuelles qui existaient en son temps. Bien que son modèle soit désormais considéré comme caduc, l’effort de cette élève de l’évolutionniste social Karl Bücher représente pour Liverani une étape importante dans la discussion théorique générale.

16Le troisième et dernier point que l’on peut évoquer concerne les conclusions de ce volume riche et fascinant. Sans doute influencé par la situation politique, militaire et sécuritaire actuelle et par la fermeture presque totale de l’Orient à l’activité archéologique — ce qui contraint désormais la plupart des spécialistes de la ville dans l’Antiquité à se limiter à des exercices sur photos-satellites et à des reconstructions virtuelles —, Liverani conclut sa discussion de façon très pessimiste. Les débuts héroïques et l’audace des premières fouilles sont maintenant bien loin, tout comme l’heureuse période des grands modèles théoriques (marxiste, libéral, ou diversement mélangé). Il voit aussi se dégrader inexorablement les conditions de la recherche et ses ressources économiques, qui furent particulièrement favorables à l’époque des études pionnières de l’immédiat après-guerre. L’auteur voit donc la période actuelle comme la courbe inexorablement descendante d’une parabole de l’« imagination » historiographique et il conclut son volume sur un sentiment d’inquiétude exprimé sans réserve.

17Il ne peut cependant s’empêcher de remarquer en même temps — non sans une certaine surprise — qu’il y a encore des légions de jeunes passionnés par l’archéologie qui, indifférents aux tristes statistiques du chômage publiées quotidiennement dans les journaux, ont décidé de se consacrer à la recherche sur l’Orient ancien et rêvent de pratiquer des recherches sur le terrain alors que, pour se préparer à cette tâche, ils ne disposent plus pour l’heure que de leur ordinateur. Que vont faire demain ces jeunes gens si, comme le soutient Liverani, le temps d’« imaginer Babylone » est bel et bien achevé ? Sans vouloir donner trop libre cours à l’imagination, mais en n’étant certainement pas moins amer que l’auteur, gageons que… l’avenir puisse peut-être ouvrir, après la grande lutte contre le Califat, de nouvelles perspectives professionnelles pour tous ces jeunes gens : reconstruire Babylone, et avec elle Alep, Damas, Bagdad, aujourd’hui dévastées par les bombes ou au moins délabrées. Bref, un nouveau défi pour l’ancienne ville orientale pourrait bientôt s’ouvrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frederick Mario Fales, « « Reconstruire » Babylone ? »Syria, 92 | 2015, 399-402.

Référence électronique

Frederick Mario Fales, « « Reconstruire » Babylone ? »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3132 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3132

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search