Navigation – Plan du site
Dossier : Bains de Jordanie, actualité des études thermales

Les bains nabatéo-romains de Dharih (Jordanie)

Caroline Durand
p. 13-21

Résumés

Résumé – Le sanctuaire régional nabatéo-romain de Dharih est fouillé depuis 1984 par une équipe franco-jordanienne co-dirigée par Zeidoun Al-Muheisen (Université du Yarmouk, Irbid) et par François Villeneuve (Université Paris 1). Les fouilles entreprises en 2001 dans le secteur situé au sud du sanctuaire, à l’extérieur de l’espace sacré, ont révélé l’existence d’un édifice de bains publics construit le long de la voie d’accès au sanctuaire, à proximité immédiate d’un grand bâtiment carré à cour centrale interprété comme un caravansérail. Ce petit édifice de bains mesure 8 x 20 m, et présente une série de cinq pièces en enfilade, dont deux salles chauffées par un système d’hypocaustes et de tubuli. Cette découverte soulève de nouvelles interrogations sur l’organisation et le fonctionnement du sanctuaire, ainsi que sur l’apport des techniques et des mœurs romaines en Nabatène dans les premiers siècles de notre ère.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les fouilles de Dharih ont fait l’objet de nombreux articles, rapports préliminaires et finaux (en (...)
  • 2 Les « bains tardifs », présentés dans ce volume par Nicolas Sartori, appartiennent à cet ensemble.

1Le site de Dharih, situé à proximité de la ville de Tafila, à une centaine de kilomètres au nord de Pétra, en bordure du Wadi Laʿaban, affluent du Wadi el-Hasa, est fouillé depuis 1984 par une équipe franco-jordanienne co-dirigée par François Villeneuve, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et par Zeidoun Al-Muheisen, professeur à la faculté d’archéologie et d’anthropologie de l’Université du Yarmouk (Irbid) 1. Ce site a connu une période d’occupation très longue, de la période édomite (âge du Fer, viie-vie s. av. J.-C.) jusqu’à la fin du Moyen Âge (début de l’époque ottomane, xvie s.), mais c’est surtout à l’époque nabatéenne et à l’époque romaine qu’il a connu sa phase de développement la plus importante. Les Nabatéens se sont installés à Dharih dans le courant du ier s. av. J.-C. et une petite agglomération rurale s’est développée autour d’un important sanctuaire régional (fig. 1). Les vestiges du sanctuaire visibles aujourd’hui remontent au iie s. apr. J.-C. et correspondent à un second état du sanctuaire : un premier état, aujourd’hui totalement ennoyé sous les vestiges postérieurs, a été repéré en sondage sous la cella du temple et daté du ier s. apr. J.-C., voire de la fin du ier s. av. J.-C. Après une période d’abandon intervenue au plus tard après le tremblement de terre de 363, un village est venu s’installer à l’époque byzantine (vie s.) à l’intérieur de l’enceinte du sanctuaire, juste devant la façade de l’ancien temple, qui a été alors transformé en église 2. Durant la première moitié du iie s., soit immédiatement après l’annexion du royaume nabatéen par l’empereur romain Trajan en 106 apr. J.-C., le site de Dharih connut une phase de construction majeure. Parallèlement à la reconstruction, à l’agrandissement et à l’embellissement du sanctuaire existant, c’est également de cette époque que sont datées les infrastructures d’accueil en lien avec le sanctuaire : à proximité immédiate, une probable hôtellerie et, au sud du site, un caravansérail et des bains publics.

Figure 1.

Figure 1.

Plan général du site de Dharih

© J. Humbert, 2004

Situation des bains A2 sur le site

  • 3 La première version de cet article, rédigée en 2008 suite au colloque Balnéorient d’Amman, a été c (...)
  • 4 Le secteur A — comme « accès » — est ainsi désigné car c’est par le sud du site qu’arrivaient les (...)
  • 5 S’agissant d’un édifice rural, aux dimensions modestes (environ 20 x 8 m), et en aucun cas d’un édi (...)

2Amorcées en 2001 et poursuivies en 2004 puis en 2013 3, les fouilles du secteur A 4, qui correspond à une petite butte située au sud du sanctuaire, au-delà des limites méridionales de l’espace sacré, ont permis de mettre au jour différentes structures (fig. 2). Celles-ci s’articulent autour d’un axe nord-sud, considéré comme la principale voie d’accès au sanctuaire. Les fouilles ont porté sur deux ensembles distincts, situés chacun d’un côté de la voie : à l’est, un grand bâtiment rectangulaire à cour centrale, probable caravansérail, auquel sont accolées quelques boutiques ouvrant sur la rue ; à l’ouest, dans la pente, un bâtiment aux dimensions plus modestes (A2), que ses vestiges — bien qu’extrêmement arasés — ont permis d’identifier comme un édifice de bains public 5. La construction de cet ensemble est datée par le matériel archéologique (monnaies et céramique) de la fin du ier s. ou du début du iie s., ce qui correspond à la grande phase de reconstruction/embellissement du sanctuaire. L’occupation du secteur semble durer jusqu’au iiie s., le tremblement de terre de 363 permettant de fixer un terminus ante quem à son abandon au plus tard dans le dernier tiers du ive s. À l’époque byzantine, vers le vie s., l’édifice balnéaire est presque entièrement démonté pour récupération des matériaux de construction.

Figure 2.

Figure 2.

Dharih, plan du quartier A

© J. Humbert, 2004

Organisation intérieure des bains A2 (fig. 3)

  • 6 Phase 3b, selon la typologie établie par S. Schmid (par ex. Schmid 2003, p. 80, fig. 63).
  • 7 Je remercie Thibaud Fournet pour cette suggestion, à laquelle je me range sans réserve.
  • 8 Ces plaquages de tubuli ne pouvaient toutefois pas couvrir la totalité des parois, en raison de la (...)
  • 9 Un fragment de tubulus présentant le même type d’ouverture latérale provient des fouilles de la zon (...)
  • 10 Fournet 2007, p. 253.
  • 11 Des prélèvements ont été effectués en 2013 dans le niveau de cendres de la pièce H et dans le praef (...)
  • 12 Pour une bonne synthèse sur ces questions d’identification des pièces, voir Rebuffat 1991.

3L’entrée du bâtiment se faisait par le nord, par une petite pièce rectangulaire (4 x 3 m), dont le sol était dallé (pièce A). À l’exception des deux rangées de dalles situées contre le mur est, l’ensemble du dallage de la pièce a été arraché et l’on n’en a retrouvé que la trace, sur le radier de mortier. Cette pièce, que l’on peut probablement restituer comme un vestibule/vestiaire (apodyterium), débouchait sur une seconde pièce plus grande, de forme carrée (pièce B, 5 x 5 m), dont le dallage a lui aussi été arraché. Quelques dalles ont même été trouvées en position verticale, posées contre le mur est, en attente de réutilisation par les occupants byzantins du sanctuaire. Cette pièce se caractérise par ailleurs par la présence, en son centre, d’une cavité de forme carrée, délimitée par quatre blocs de pierre incorporés dans le radier de pose du dallage. Cette cavité était pleine, avant la fouille, d’une terre noire très fine et très meuble, dans laquelle on a trouvé un grand fragment d’assiette nabatéenne peinte datée du dernier quart du ier s.  6, ainsi que ceux d’un petit récipient en verre de type unguentarium. La présence de ce matériel particulier peut suggérer un éventuel dépôt rituel, sans aucune certitude. On a également, dans un premier temps, avancé l’hypothèse d’une citerne souterraine, dont les quatre blocs de pierre auraient pu marquer l’ouverture, mais une fouille profonde de la cavité a démontré qu’il n’en était rien. La possibilité d’y voir la trace de l’implantation d’un bassin sur pied, de type labrum, a également été évoquée. Cette hypothèse est à écarter étant donné l’absence d’adduction d’eau et la nature de la pièce — qui est une pièce froide (frigidarium) —, puisque ce type de vasque était généralement placé dans les pièces chauffées des bains romains. Enfin, il est possible que cette cavité marque l’ancien emplacement d’un pilier central de soutènement en bois. Par ailleurs, il n’a été possible de déterminer ni le niveau de sol, ni les limites exactes de la petite pièce située au nord-ouest de cette pièce froide (pièce C), tant les vestiges étaient arasés. De même, la fouille du petit retour situé au sud-ouest de cette dernière n’a pas permis de déterminer s’il s’agissait d’une petite pièce fermée ou d’une sorte d’alcôve. On a, en revanche, procédé à deux sondages afin d’atteindre les fondations des murs : le matériel archéologique a livré des tessons remontant à l’âge du Bronze ancien final. Du matériel similaire a également été trouvé de l’autre côté de la rue, sous le caravansérail, attestant une occupation humaine dans l’ensemble du secteur à la fin du IIIe millénaire av. J.-C. La grande pièce carrée ouvrait, au sud, sur un petit réduit (pièce D, 1 x 3 m), qu’il est possible d’interpréter comme un tepidarium réduit à sa plus simple expression, constituant une sorte de sas thermique entre la salle froide et les pièces chaudes, et indirectement chauffé par elles 7. Cette petite pièce débouchait sur une pièce chauffée par un système d’hypocauste, mesurant environ 2 x 4 m (pièce E, fig. 4). Cet hypocauste était chauffé par l’ouest grâce à un praefurnium de briques qui alimentait la pièce en air chaud par le sol. Cet air chaud remontait dans les murs grâce à la présence de tubuli verticaux, latéralement jointifs, plaqués sur les parois de la pièce 8. En témoignent d’une part les énormes quantités de fragments de tubuli mises au jour durant la fouille et, d’autre part, le fait que ces derniers étaient tous munis d’ouvertures latérales qui permettaient la circulation horizontale de l’air chaud, en plus de la circulation verticale (fig. 59. L’évacuation de l’air chaud se faisait en toiture à l’aide de cheminées encastrées : des saignées verticales ménagées dans les murs et dans lesquelles étaient placés des tubuli en terre cuite sont encore bien visibles dans le mur sud de la pièce (fig. 3). Ce dispositif de cheminées encastrées associé aux parois de tubulures est relativement fréquent en Orient. On le retrouve en Syrie du iie au ive s. au moins, notamment dans les thermes de Bosra 10. Par ailleurs, l’aspect très irrégulier de certaines pilettes de l’hypocauste laisse supposer une réfection de la pièce et du système de chauffe à un moment donné. Immédiatement dans le prolongement de cette pièce, une seconde pièce chaude possédant le même système d’hypocauste a été partiellement fouillée en 2013 (pièce F). Elle est légèrement plus grande que la pièce E (environ 3 x 4 m), avec un léger rétrécissement dans sa partie ouest. Les murs nord, sud et est présentent à intervalles réguliers de petits ressauts rectangulaires qui encadraient les panneaux de tubulures. Dans l’angle sud-est de la pièce, deux rainures semi-circulaires ménagées dans le mur correspondent à des emplacements de cheminées. Enfin, dans la partie occidentale de la pièce, l’élargissement des murs nord et sud indique probablement l’emplacement d’une large baignoire (environ 2 x 1 m) placée contre le mur ouest. Un canal de chauffe encadré de piles de briques est visible dans le centre de ce mur. Il est encastré, à l’ouest, dans une structure rectangulaire d’environ 2 x 0,7 m qui pourrait être la trace de l’emplacement d’une citerne chauffée, placée de l’autre côté du mur (pièce H) et directement liée à la baignoire. La pièce H a été partiellement fouillée dans sa partie sud. Il s’agit d’un long corridor qui permettait d’alimenter les chaudières des pièces E et F (praefurnia 1 et 2), comme l’atteste l’épais niveau de cendre (environ 30 cm) retrouvé immédiatement sous la surface. Le mur fermant le bâtiment à l’ouest a presque totalement disparu dans la pente de la colline et l’emplacement de la porte d’accès à ce corridor de service depuis l’extérieur demeure indéterminé. Ce corridor desservait une troisième pièce située au sud de la pièce F (pièce G), elle aussi partiellement fouillée en 2004 et en 2013, et supposée marquer la limite méridionale de notre bâtiment. Il s’agit vraisemblablement d’une chambre de chauffe simple, avec un praefurnium au centre de son mur nord alimentant la pièce F 11. Si l’on se réfère au plan traditionnel des bains romains, la première pièce à hypocauste était sans doute une salle de nettoyage et/ou une étuve (destrictarium-laconicum), tandis que la seconde était celle du bain chaud (caldarium12.

Figure 3.

Figure 3.

Dharih, plan des bains A2

© J. Humbert, 2004, C. Durand, 2014 et compléments Th. Fournet, 2015

Figure 4.

Figure 4.

Dharih, bains A2, vue de la pièce tiède, vers l’ouest

© Mission archéologique de Khirbet edh-Dharih

Figure 5.

Figure 5.

Tubulus complet, prov. Dharih, bains A2

© Mission archéologique de Khirbet edh-Dharih

L’approvisionnement en eau

  • 13 Ruben 2003, p. 56-59. Il est également possible que certains de ces tuyaux proviennent de cheminées

4Au-delà des structures d’hypocauste, qui témoignent uniquement du système de chauffage des pièces, la nature hydraulique de ce bâtiment ne fait aucun doute. En effet, de nombreux fragments de tuyaux cylindriques en terre cuite, dont un exemplaire complet a pu être remonté (fig. 6), ont été trouvés pendant la fouille partielle de la pièce sud. Ces tuyaux, qui se distinguent aisément des tubuli par leur section circulaire, présentent à chaque extrémité une épaule et un col semblables à ceux d’une bouteille, mais de diamètres différents, afin de s’emboîter les uns dans les autres. On observe ce même principe à Pétra, où des tuyaux légèrement plus anciens (fin du ier s. av. J.-C.) qui servaient à l’acheminement de l’eau sont encore en place dans certaines canalisations du Siq 13. Signalons également que les murs des pièces étaient revêtus — sans doute dans un souci d’étanchéité — d’épaisses couches d’enduit mural blanc, trouvé en place en divers endroits. Toutefois, le problème de l’approvisionnement en eau de ce bâtiment est loin d’être résolu. Dans le caravansérail, un tronçon de canalisation a été fouillé, mais il était destiné à l’évacuation vers la rue des eaux usées liées à ce bâtiment. On suppose que les bains étaient alimentés par l’eau du Wadi Laʿaban, qui passe fort en contrebas, ce qui impliquerait un captage de cette eau très en amont du site. Toutefois, aucune trace d’une telle installation n’a à ce jour été reconnue. Par ailleurs, on ne peut totalement exclure l’hypothèse d’une autre origine pour l’alimentation en eau des bains A2. En tout état de cause se pose le problème du stockage de cette eau, très probablement au-dessus du complexe caravansérail/bains. Un grand quadrilatère en creux, non fouillé à ce jour et repéré un peu plus haut dans le village, pourrait être un réservoir (fig. 1). Si cette hypothèse était avérée, il faudrait restituer une canalisation qui descendait le long de la pente depuis ce dernier jusqu’au secteur A. Les prospections géophysiques effectuées dans ce secteur n’ont malheureusement permis de tirer aucune conclusion assurée.

Figure 6.

Figure 6.

Tuyau cylindrique utilisé pour l’acheminement de l’eau ou l'évacuation des fumées, prov. Dharih, bains A2

© Mission archéologique de Khirbet edh-Dharih

Conclusion

  • 14 Les pièces sont construites en enfilade et le baigneur doit revenir sur ses pas pour sortir de l’éd (...)
  • 15 Fournet 2010.
  • 16 Plusieurs édifices privés équipés de système d’hypocauste sont connus en Nabatène : à Ramm (Dudley (...)
  • 17 Erickson-Gini 2010, p. 22.
  • 18 Cohen 1994, p. 205.
  • 19 Negev 1988.
  • 20 Oleson 1993 ; Reeves & Oleson 1997.
  • 21 Darby & Darby 2010e ; 2012e ; Keller et al. 2012.
  • 22 Smith II 2005, p. 58 ; 2010, p. 39.
  • 23 Sur la question des bains et ablutions de purification à l’entrée des sanctuaires dans l’Empire rom (...)

5La découverte de cet édifice de bains publics sur le site de Dharih appelle quelques commentaires. Nous pouvons constater, tout d’abord, l’apport d’un modèle architectural typiquement romain, que ce soit au niveau des techniques de construction — chauffage par hypocauste et par tubuli encastrés dans les murs puis tapissant les murs —, ou du plan de l’édifice. Ce dernier est organisé selon un circuit dit « rétrograde en ligne » 14, s’inspirant directement du modèle campanien qui se diffuse à travers tout l’Empire romain durant le ier s. On le reconnaît notamment en Syrie dans les bains de Sleim (Hauran), qui pourraient être contemporains de notre édifice et avoir été construits dans le courant du ier s.  15. Bien que la technique du chauffage par hypocauste puisse avoir été connue et utilisée en Nabatène dès la première moitié du ier s. dans des constructions d’ordre palatial 16 et relever plutôt d’une influence hérodienne, on peut se demander dans quelle mesure la construction de ces bains publics est liée à l’annexion du royaume nabatéen par Rome en 106 apr. J.-C. Il est intéressant de constater que, sur l’ensemble du territoire nabatéen, la plupart des édifices de bains publics connus à ce jour et datés de la fin de l’époque nabatéenne ou de l’époque romaine sont associés à des fortins ou caravansérails. C’est notamment le cas à Moʾa, Shaʿar Ramon 17, à En Hatzeva 18, à Mampsis 19, à Humeima 20, à Gharandal 21 et à Bir Madhkur 22. C’est également probablement le cas à Dharih. On peut voir dans le caravansérail voisin un lieu d’accueil pour les pèlerins qui fréquentaient le sanctuaire régional de Dharih et qui pouvaient alors, grâce aux bains, pratiquer certains rituels de purification avant de pénétrer dans l’espace sacré 23. Outre sa fonction d’hospitalité, un tel ensemble possédait sans doute une dimension économique, avec la possibilité d’un espace de marché, en marge de l’espace sacré. Enfin, il est également possible que la construction de cet ensemble bains/caravansérail soit directement liée à la mise en place, immédiatement après l’annexion, d’une petite présence romaine sur le site, dans le cadre de la sécurisation de la région.

Haut de page

Bibliographie

Al-Muheisen (Z.) & Piraud-Fournet (P.) 2013 « A large Nabataean-Roman-period house at adh-Dharih », SHAJ XI, p. 833-846.

Al-Muheisen (Z.) & Villeneuve (F.) 1988 « Fouilles à Khirbet edh-Dharih (Jordanie), 1984-1987 : un village, son sanctuaire et sa nécropole aux époques nabatéenne et romaine (ier-ive siècles ap. J.-C.) », CRAI 132, p. 458-479.

Al-Muheisen (Z.) & Villeneuve (F.) 1994 « Découvertes nouvelles à Khirbet edh-Dharih (Jordanie), 1991-1994. Autour du sanctuaire nabatéen et romain », CRAI 138, p. 735-757.

Al-Muheisen (Z.) & Villeneuve (F.) 2000 « Nouvelles recherches à Khirbet edh-Dharih (Jordanie du Sud), 1996-1999 », CRAI 144, p. 1525-1563.

ʿAmr (K.) & Al-Momani (A.) 1999 « The Discovery of Two Additional Pottery Kilns at az-Zurraba/ Wadi Musa », ADAJ 43, p. 175-194.

Bikai (P. P.), Kanellopoulos (C.) & Saunders (S. L.) 2008 « Beidha in Jordan: A Dionysian Hall in a Nabataean Landscape », AJA 112, p. 465-507.

Bouchaud (C.) 2014 « Gestion et utilisation des combustibles végétaux dans les structures thermales. Études carpologiques et anthracologiques de cinq thermes d’époque byzantine et omeyyade au Proche-Orient », M.-F. Boussac et al. (éd.), 25 siècles de bain collectif en Orient. Proche-Orient, Égypte et péninsule Arabique, actes du colloque de Damas (2009), Études urbaines 9 / PIFD 208, Le Caire / Beyrouth, Ifao/Ifpo, p. 595-610.

Cohen (R.) 1994 « The Fortresses at ʿEn Haseva », Biblical Archaeologist 57-4, p. 203-214.

Darby (R.) & Darby (E.) 2010e « A Newly Identified Roman Military Bath at ʿAyn Gharandal (Jordan) », Carnet de recherches Balnéorient, [http://balneorient.hypotheses.org/1983].

Darby (R.) & Darby (E.) 2012e « A Roman Fort Amidst the Dunes: The ʿAyn Gharandal Archaeological Project » [http://asorblog.org/?p=2992].

Dudley (D.) & Reeves (M. B.) 1997a « The Wadi Ramm Recovery Project: Preliminary Report of the 1996 Season », Échos du Monde Classique/Classical Views 41, p. 81-106.

Dudley (D.) & Reeves (M. B.) 1997b « Archaeology in Jordan: Wadi Ramm Recovery Project », AJA 101, p. 517-518.

Durand (C.) 2011 « Les lampes nabatéennes et romaines de Khirbet edh-Dharih (Jordanie). ier-ive siècles ap. J.-C. », D. Frangié, J.-F. Salles (éd.), Ancient Lamps of the Bilad esh-Sham, Paris, p. 43-73.

Durand (C.) & Piraud-Fournet (P.) 2013 « Une huilerie des époques byzantine et omeyyade à Dharih. Matériel céramique. Fouilles de Dharih, V, 2 », Syria 90, p. 409-436.

Durand (C.), Al-Muheisen (Z.), Piraud-Fournet (P.) & Tholbecq (L.) 2014 « Khirbet edh-Dharih », dans « Archaeology in Jordan, 2012-2013 Seasons », AJA 118, p. 655-657.

Durand (C.), Al-Muheisen (Z.), Piraud-Fournet (P.) &Tholbecq (L.) à paraître « A public bath-house, a caravanserai and a luxurious villa in Khirbet edh-Dharih (Tafileh, Jordan). Preliminary report on the 2013 excavation season », ADAJ.

Erickson-Gini (T.) 2010 Nabataean Settlement and Self-Organized Economy in the Central Negev. Crisis and Renewal (BAR IS 2054), Oxford.

Fournet (Th.) 2007 « Les thermes du Centre (« Khān ed-Dibs ») », J. Dentzer-Feydy et al. (éd.), Bosra, aux portes de l’Arabie (Guides archéologiques de l’Ifpo 5), Beyrouth, p. 243-253.

Fournet (Th.) 2010 « Les bains romains de Sleim (Selæma), analyse architecturale et proposition de chronologie », M. Al-Maqdissi, F. Braemer & J.-M. Dentzer (dir.), Hauran V. La Syrie du Sud du néolithique à l’Antiquité tardive. Recherches récentes. Actes du colloque de Damas 2007 (BAH 191), Beyrouth, p. 315-334.

Keller (D. R.), Porter (B. A.) &Tuttle (C. A.) 2012 « Archaeology in Jordan, 2010 and 2011 Seasons », AJA 116, p. 693-750.

Lenoble (P.), Al-Muheisen (Z.) & Villeneuve (F.) 2001 « Fouilles de Khirbet edh-Dharih (Jordanie), I : Le cimetière au sud du Wadi Sharheh », Syria 78, p. 89-151.

Negev (A.) 1988 The Architecture of Mampsis: Final Report, Qedem 26-27, Jérusalem.

Oleson (J. P.) 1993 « Humeima Hydraulic Survey, 1989 », Syria 70, p. 248-254.

Piraud-Fournet (P.) & Sédouy (A. de) 2012 « Une huilerie des époques byzantine et omeyyade à Dharih (Jordanie). Description et fonctionnement. Fouilles de Dharih, V, 1 », Syria 89, p. 7-30.

Rebuffat (R.) 1991 « Vocabulaire thermal. Documents sur le bain romain », Thébert 1991, p. 1-34.

Reeves (M. B.) & Oleson (J. P.) 1997 « Baths of the Hisma Desert », Balnearia 5, p. 2-4.

Ruben (I.) 2003 The Petra Siq. Nabataean Hydrology Uncovered, Amman.

Scheid (J.) 1991 « Sanctuaires et thermes sous l’Empire », Thébert 1991, p. 205-214.

Schmid (S. G.) 2003 « Nabataean Pottery », G. Markoe (éd.), Petra Rediscovered. Lost City of the Nabataeans, Londres/Cincinnati, p. 75-81.

Schmid (S. G.) 2008 « Les aménagements hydrauliques du Wadi Farasa à Pétra (Jordanie) », A.-M. Guimier-Sorbets (éd.), L’eau : enjeux, usages et représentations, 4e colloque de la Maison René-Ginouvès, Nanterre, 6-8 juin 2007, Paris, p. 89-102.

Schmid (S.), Bienkowski (P.), Fiema (Z. T.) & Kolb (B.) 2012 « The palaces of the Nabataean kings at Petra », L. Nehmé & L. Wadeson (éd.), The Nabataean in Focus: Current Archaeological Research at Petra (Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Suppl. 42), Oxford, p. 73-98.

Smith II (A. M.) 2005 « Bir Madhkur Project: A Preliminary Report on Recent Fieldwork », BASOR 340, p. 57-75.

Smith II (A. M.) 2010 Wadi Araba in Classical and Late Antiquity: An Historical Geography, Oxford.

Thébert (Y.) éd. 1991 Les thermes romains : actes de la table ronde (Rome, 11-12 nov. 1988), Coll. ÉfR 142, Rome.

Villeneuve (F.) & Al-Muheisen (Z.) 2008 « Le sanctuaire nabatéo-romain de Dharih (Jordanie) : nouvelles découvertes, 2001-2008 », CRAI 152/4, p. 1495-1520.

Haut de page

Notes

1 Les fouilles de Dharih ont fait l’objet de nombreux articles, rapports préliminaires et finaux (entre autres, Al-Muheisen & Villeneuve 1988 ; 1994 ; 2000 ; Villeneuve & Muheisen 2008 ; Lenoble et al. 2001 ; Al-Muheisen & Piraud-Fournet 2013 ; Durand 2011 ; Piraud-Fournet & Sédouy 2012 ; Durand & Piraud-Fournet 2013).

2 Les « bains tardifs », présentés dans ce volume par Nicolas Sartori, appartiennent à cet ensemble.

3 La première version de cet article, rédigée en 2008 suite au colloque Balnéorient d’Amman, a été complétée afin d’intégrer les résultats de la dernière campagne de fouille à Dharih, effectuée en mai 2013. Pour un rapport complet sur celle-ci, voir Durand et al. à paraître ; voir également Durand et al. 2014.

4 Le secteur A — comme « accès » — est ainsi désigné car c’est par le sud du site qu’arrivaient les groupes qui fréquentaient le sanctuaire. La fouille des bains A2, placée sous la responsabilité de l’auteur, a eu lieu en 2001, 2004 et 2013. L’auteur tient à remercier François Villeneuve et Zeidoun Al-Muheisen de lui avoir confié l’étude et la publication de cet édifice.

5 S’agissant d’un édifice rural, aux dimensions modestes (environ 20 x 8 m), et en aucun cas d’un édifice monumental, le vocable de « bains » (balnea) nous semble plus approprié que celui de « thermes » (thermae) (Rebuffat 1991, p. 23).

6 Phase 3b, selon la typologie établie par S. Schmid (par ex. Schmid 2003, p. 80, fig. 63).

7 Je remercie Thibaud Fournet pour cette suggestion, à laquelle je me range sans réserve.

8 Ces plaquages de tubuli ne pouvaient toutefois pas couvrir la totalité des parois, en raison de la présence de massifs de brique linéaires le long des murs. Ces derniers semblent confirmer la position des portes : elles ne pouvaient se trouver qu’au niveau où ces massifs s’interrompent en petits piliers.

9 Un fragment de tubulus présentant le même type d’ouverture latérale provient des fouilles de la zone artisanale d’Az-Zurraba, près de Pétra. Il est daté du milieu du iie s. (ʾAmr & Al-Momani 1999, fig. 29).

10 Fournet 2007, p. 253.

11 Des prélèvements ont été effectués en 2013 dans le niveau de cendres de la pièce H et dans le praefurnium 3 afin d’être analysés par l’archéobotaniste Charlène Bouchaud (Muséum d’Histoire naturelle, Paris). Les premiers résultats montrent la présence, en grande quantité, de noyaux d’olives, utilisés comme combustible, comme cela a déjà pu être observé dans les rejets cendreux des bains tardifs de Dharih (voir la contribution de N. Sartori dans ce volume et Bouchaud 2014, p. 601).

12 Pour une bonne synthèse sur ces questions d’identification des pièces, voir Rebuffat 1991.

13 Ruben 2003, p. 56-59. Il est également possible que certains de ces tuyaux proviennent de cheminées.

14 Les pièces sont construites en enfilade et le baigneur doit revenir sur ses pas pour sortir de l’édifice.

15 Fournet 2010.

16 Plusieurs édifices privés équipés de système d’hypocauste sont connus en Nabatène : à Ramm (Dudley & Reeves 1997a et 1997b, hypocauste en grès daté du ier s. av. J.-C.-ier s. apr. J.-C.) ; à Pétra (Wadi Farasa : Schmid 2008, p. 94 ; Umm al-Biyara : Schmidet al. 2012, p. 79-81) ; à Beidha (Bikai et al. 2008) ou encore à Dharih (maison V1 : Al-Muheisen & Villeneuve 1988, p. 465-466 ; 1994, p. 750 sq. ; 2000, p. 1528). Dans certains cas, il pourrait s’agir de simples salles chauffées et non de bains.

17 Erickson-Gini 2010, p. 22.

18 Cohen 1994, p. 205.

19 Negev 1988.

20 Oleson 1993 ; Reeves & Oleson 1997.

21 Darby & Darby 2010e ; 2012e ; Keller et al. 2012.

22 Smith II 2005, p. 58 ; 2010, p. 39.

23 Sur la question des bains et ablutions de purification à l’entrée des sanctuaires dans l’Empire romain, voir Scheid 1991.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Plan général du site de Dharih
Crédits © J. Humbert, 2004
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Figure 2.
Légende Dharih, plan du quartier A
Crédits © J. Humbert, 2004
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 3.
Légende Dharih, plan des bains A2
Crédits © J. Humbert, 2004, C. Durand, 2014 et compléments Th. Fournet, 2015
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3134/img-3.png
Fichier image/png, 190k
Titre Figure 4.
Légende Dharih, bains A2, vue de la pièce tiède, vers l’ouest
Crédits © Mission archéologique de Khirbet edh-Dharih
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 5.
Légende Tubulus complet, prov. Dharih, bains A2
Crédits © Mission archéologique de Khirbet edh-Dharih
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Figure 6.
Légende Tuyau cylindrique utilisé pour l’acheminement de l’eau ou l'évacuation des fumées, prov. Dharih, bains A2
Crédits © Mission archéologique de Khirbet edh-Dharih
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Durand, « Les bains nabatéo-romains de Dharih (Jordanie) », Syria, 92 | 2015, 13-21.

Référence électronique

Caroline Durand, « Les bains nabatéo-romains de Dharih (Jordanie) », Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/3134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3134

Haut de page

Auteur

Caroline Durand

Institut français du Proche-Orient, Amman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals