Navigation – Plan du site
Dossier : Bains de Jordanie, actualité des études thermales

Le complexe médiéval de Khirbat al-Dūsaq (Shawbak)

II. Résultats de la première campagne de fouilles (2009)
Élodie Vigouroux, René Elter, Jean-Paul Pascual et Chrystelle March
p. 189-209

Résumés

Résumé – Le site de Khirbat al-Dūsaq, près de Shawbak, a fait l’objet en 2008 d’une mission d’étude permettant d’y confirmer la présence d’un hammam et d’un īwān doté d’un bassin (birka). Elle fut suivie en 2009 d’une première campagne de fouille centrée sur le bassin et sur la salle chaude du bain. Cette opération avait pour objectifs, d’une part, d’établir le plan de la birka qui alimentait le bain et, d’autre part, d’appréhender le fonctionnement du système de chauffe de ce dernier. L’analyse des éléments de décor mis au jour et de la typologie du bâti, mise en perspective avec le contexte historique, a alors permis de cerner la datation de cet ensemble médiéval (entre la fin du xiie et le milieu du xive s.). Elle a également permis d’entamer une réflexion relative à la fois à l’identité du commanditaire et des constructeurs, ainsi qu’à la raison d’être de ce luxueux complexe, construit à proximité de la forteresse de Shawbak.

Haut de page

Dédicace

Les auteurs tiennent à saluer la mémoire de leur collègue et ami Jean-Paul Pascual, homme de savoir et tisseur de liens, fondateur de la mission archéologique de Khirbat al-Dūsaq.

Texte intégral

Fonction du site de Khirbat al-Dūsaq

  • 1 Hill 1897, p. 142.
  • 2 Vailhé 1898, p. 107 ; Meistermann 1909, p. 39 ; Brunnow & Domaszewski 1904, p. 98.
  • 3 Meistermann 1909, p. 39 ; Musil 1907, p. 35-37 ; Gh. Bisheh, description du site présentée en annex (...)
  • 4 Meistermann 1909, p. 39 ; Hill 1897, p. 142.
  • 5 Musil 1907, p. 35-37 ; Meistermann 1909, p. 239.

1À la fin du xixe s. et dans le courant du xxe s., voyageurs et savants ont proposé de reconnaître à Khirbat al-Dūsaq aussi bien une église byzantine 1 qu’un caravansérail 2, un palais 3, un fort 4 ou encore une mosquée 5. La première campagne de fouille que nous avons menée en 2009 a confirmé la présence d’un hammam. Grâce aux éléments nouveaux apportés par cette mission, nous pouvons aujourd’hui réexaminer les hypothèses avancées par nos prédécesseurs.

2Tout d’abord, la coexistence d’une église byzantine, supposée être le bâtiment B, et d’un tel hammam nous paraît improbable. Ensuite, le relevé des structures montre à l’évidence qu’il ne s’agit pas non plus d’un caravansérail puisque le complexe ne comporte aucune des caractéristiques habituelles de ce type d’édifice. En effet, il ne s’agit pas d’un édifice massif de plan centré, doté d’éléments défensifs propres à la protection des voyageurs et des marchandises ; de plus, il comporte un bain. De la même manière, l’organisation éclatée du complexe et l’absence d’un système d’enceinte visible ou même de mur entre les différentes parties excluent l’hypothèse d’un véritable fort. Enfin, seule l’extension de la fouille nous permettrait de savoir si le bâtiment B peut s’apparenter à une mosquée.

3Une fois ces hypothèses écartées, reste la possibilité d’y voir un palais. Cet ensemble peut-il être considéré comme un lieu de résidence ? En replaçant, grâce aux nouvelles données fournies par la fouille, les bâtiments A et C dans une typologie, nous pourrions tenter d’identifier la fonction de ce complexe.

Bâtiment A

Résultats de la fouille

  • 6 Le site a fait l’objet d’un relevé complet en 2008 (voir la contribution de C. March et J.-P. Pascu (...)
  • 7 Voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume, fig. 3.
  • 8 Sur la définition, l’origine et la fonction de l’īwān, voir Grabar 1997, p. 299-301.

4D’après les relevés effectués en 2008 6, il apparaît que le bâtiment A, situé au sud du complexe, comportait une pièce unique (7 x 6,50 m) dont le mur nord était percé d’une baie. Les clichés de R. E. Brünnow et A. von Domaszewski (1897) 7, d’une part, et de R. Savignac (1935) (fig. 1), d’autre part, montrent sur la façade est les vestiges de la retombée d’un arc d’une portée estimée à près de 7 m, présentant un décor raffiné. Il est aussi possible de reconnaître sur ces images anciennes les restes de la voûte qui couvrait le bâtiment A. Dans le prolongement de la façade sud, le tracé d’un mur arasé est reconnaissable, il a déjà été relevé par B. & D. et l’on peut l’identifier comme étant l’emplacement d’un bassin ou birka. Le bâtiment A était donc constitué d’une pièce unique ouverte à l’est sur un bassin par un arc monumental décoré. La définition communément admise de l’īwān 8, c’est-à-dire une pièce voûtée fermée sur trois côtés et ouverte par un arc sur le quatrième, s’applique donc à cette structure.

Figure 1.

Figure 1.

Détail des moulures de l’arc de l’īwān. [fig. 1 à 3 sur 1 page]

© R. Savignac, 1935, fonds de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem

  • 9 La brièveté de cette mission ne nous permettant pas de dégager toute la birka, nous avons opté pou (...)
  • 10 L’analyse de ces éléments a été confiée à J.-M. Mechling (Institut Jean-Lamour, Université de Lorra (...)

5Lors de la fouille, nous avons ouvert un sondage 9 (M16-N16) de 10 x 3 m, à l’angle sud-est du bâtiment A (fig. 2). Nous avons vu apparaître la limite est de la pièce donnant sur le bassin mais aussi la maçonnerie du mur de ce bassin, recouverte dans sa partie interne d’un mortier hydraulique de très bonne qualité 10 consolidé par de grands tessons. La similarité des maçonneries mises au jour ainsi que le chaînage entre le piédroit de la baie du bâtiment A et le mur sud du bassin démontrent la contemporanéité de ces deux structures (fig. 3).

Figure 2.

Figure 2.

Plan général des vestiges du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2009

© Topographie C. March, N. Neveu ; relevés, DAO C. March, R. Elter, Ifpo, Balnéorient, 2008-2009

Figure 3.

Figure 3.

L’angle sud-ouest du sondage M16, bâtiment A, Khirbat al-Dūsaq, vers le sud

© C. March

6Le remplissage du bassin était constitué d’un chaos de blocs architecturaux, de blocage, de nombreux fragments de moulures et éclats de taille : des blocs provenant de l’arc effondré ont sans doute été récupérés et taillés sur place. Le site semble avoir servi de carrière car, en comparant les clichés de 1897 et 1935, on peut noter que l’élévation conservée est différente et que plusieurs assises ont disparu.

7En dégageant l’angle sud-est du bassin nous avons pu corriger les erreurs ou imprécisions du plan de B. & D. La birka, dans ses limites internes, est de plan carré de 7,20 m de côté ; elle est entourée d’un mur plateforme de 1,70 m de largeur au sud et de 1,40 m de largeur à l’est, sa profondeur était de 1,20 m. Le complexe comprenait donc un īwān associé à un bassin relativement profond.

Analyse des formes architecturales

  • 11 Sur l’origine et la fonction de l’īwān, voir Grabar 1997, p. 299-301.
  • 12 Herzfeld 1946, vol. III, p. 1-38.
  • 13 Tabbaa 1997, fig. 31.
  • 14 Tabbaa 1997, p. 129-142.
  • 15 Sur l’évolution des īwān-s domestiques voir notamment David & Rousset 2008, p. 64-67.

8L’īwān est un élément architectural polyvalent dans l’Orient médiéval 11. S’il est très fréquent dans les madrasa-s des xiie-xiiie s., notamment à Alep et à Damas 12, on le retrouve également dans l’architecture palatiale ayyoubide. Ainsi à Alep dans la citadelle datant de la première moitié du xiiie s. 13, ou encore à Qalʿat Nağm (vers 610 H./1208), les parties résidentielles comprennent un īwān faisant face à un bassin polygonal. Cependant, la configuration de ces édifices suit un modèle qui va se développer dans l’architecture religieuse ayyoubide puis mamelouke, celle du plan à quatre īwān-s 14. Même si l’association īwān/birka et les proportions de ces īwān-s rappellent celles de Khirbat al-Dūsaq, il ne s’agit pas là d’īwān-s indépendants comme celui du bâtiment A. L’īwān peut avoir une vocation domestique, sans être intégré dans un complexe palatial ou un édifice religieux 15.

  • 16 Mortensen 2005, p. 235.
  • 17 Mortensen 2005, p. 235.
  • 18 Nous tenons à remercier J.-C. David pour les informations relatives aux īwān-s alépins qu’il a bien (...)
  • 19 David & Said 1982, p. 36.

9À Damas, Bayt al-ʿAqqad présente un īwān datant de l’époque mamelouke, plus précisément de la fin du xve s. 16. L’arc de la baie ouvrant sur la cour possède, comme à Khirbat al-Dūsaq, une portée d’environ 7 m. L’īwān comporte une pièce ouverte de 7 m de large pour près de 6,5 m de profondeur, ce qui en fait un espace comparable à celui de l’īwān du bâtiment A. Cependant, comme habituellement dans l’architecture domestique damascène, il est ici orienté vers le nord, afin d’assurer un peu de fraîcheur aux habitants. La comparaison de la cour de cette maison avec d’autres édifices a permis d’y supposer l’existence d’un bassin rectangulaire de grande dimension face à l’īwān, ce qui est rare à Damas mais plus répandu à Alep 17. L’architecture domestique alépine d’époque mamelouke nous offre ainsi plusieurs exemples d’īwān-s monumentaux associés à des birka-s rectangulaires. Jean-Claude David a notamment étudié l’īwān Tšāleq dans la campagne alépine 18. Il s’agissait sans doute d’un lieu de villégiature polyvalent, datant des xve et xvie s. L’état de conservation de cet édifice, aujourd’hui disparu, en avait permis une étude poussée et des relevés complets. L’īwān proprement dit, c’est-à-dire la partie ouverte de la structure, présentait une largeur de 5,75 m et une profondeur de 5,13 m ; il était orienté vers le nord et flanqué de petites pièces voûtées 19. À Khirbat al-Dūsaq, l’īwān pavillonnaire est plus spacieux et constitué d’une seule pièce aménagée face au bassin, ouvert vers l’est à l’abri des vents dominants ; peut-être que le bâtiment B, non fouillé, abritait les autres pièces d’habitation ou de service.

  • 20 Beyazit 2008, p. 148-149.
  • 21 Beyazit 2008, p. 149-150.

10Nous ne connaissons pas à l’heure actuelle dans la région de complexe īwān/birka comparable. Les īwān-s que nous avons mentionnés sont soit des constructions urbaines intégrées dans des bâtiments plus importants, soit des structures plus complexes associant īwān et petites pièces contiguës. Cependant, en Turquie, dans la campagne de Mardin, à Bāghānī, des structures similaires ont été identifiées par Deniz Beyazit et Stefan Weber en 2007 20. Il s’agit de quatre groupes de bâtiments, comportant un īwān et un bassin dans un agencement proche de celui de Khirbat al-Dūsaq. Les īwān-s y sont orientés au sud ; leur disposition obéit au relief et au climat de la région et, comme il s’agit d’édifices d’agrément, la vue et le confort ont bien évidemment été pris en compte dans leur conception. Ils ont été datés, d’après leurs éléments de décor, des xive-xve s. 21. L’un de ces édifices comporte un īwān (6,43 x 5,21 m) immédiatement accolé à la large margelle d’un bassin (9 x 7,70 m), ses proportions sont donc très semblables à celles du bâtiment A. Ces éléments pourraient nous conduire à attribuer la construction de l’īwān de Khirbat al-Dūsaq à l’époque médiévale.

Analyse du décor

  • 22 Nos remerciements s’adressent à J.-C. Bessac pour les précisions qu’il nous a apportées concernant (...)

11Dans le sondage du bassin, nous avons découvert des blocs de calcaire ferme à grain fin, ornés de très belles moulures, ainsi que de nombreux fragments de moulures à section semi-circulaire. Ils proviennent probablement de l’effondrement de la baie située au-dessus. Un des blocs (0,50 x 0,59 x 0,28 m) présente à l’angle une moulure caractéristique d’un piédroit de baie (fig. 4). L’équarrissement du bloc a été réalisé à l’aide d’un outil à dents fines, la shāhūtā, utilisé en taille oblique. Les moulures concaves ont été ébauchées à la broche dont les impacts transparaissent encore. La taille finale de la modénature a été pratiquée à la gradine à dents trapézoïdales, enfin les arêtes ont été précisées au ciseau droit par une ciselure fonctionnelle oblique 22.

Figure 4.

Figure 4.

Le bloc mouluré du sondage M16 du bâtiment A, Khirbat al-Dūsaq

© É. Vigouroux

  • 23 Pringle 1993, p. 174, fig. 52.

12Ce type de moulure d’angle et son emplacement sont inhabituels dans le décor ayyoubide ou mamelouk. Les portails y présentent en général des piédroits lisses et les moulures de ce type sont cantonnées à l’encadrement du décor des baies. Il semble que ce bloc soit à rapprocher de l’architecture gothique et donc, dans le contexte qui est celui de Khirbat al-Dūsaq, de l’architecture croisée. En effet, le pilier gauche de la chapelle est de l’église Saint-Pierre de Césarée, érigée avant la prise de la ville par le sultan Baybars en 665 H./1265, présente une moulure d’un profil presque semblable 23.

  • 24 Photothèque de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem. Nous adressons nos remerci (...)
  • 25 Ce détail de décor expliquerait peut-être le fait que Hill pensait qu’il s’agissait d’une église by (...)
  • 26 Callot 2009.
  • 27 Nous remercions O. Callot pour nous avoir indiqué cet exemple.
  • 28 Cette moulure, bien que terminée en volute saillante, est différente car elle se développe horizon (...)
  • 29 Burgoyne 1987, p. 469, pl. 45.9.

13Le cliché de R. Savignac, daté de 1935 24, représente l’extrémité est du mur sud de l’īwān et les vestiges de la retombée de l’arc monumental (fig. 5). Il présente deux types de décor. On identifie tout d’abord une moulure terminée en volute. Ce type d’ornement est fréquent dans l’architecture chrétienne de Syrie du Nord 25. En effet, les bandeaux de moulures plus ou moins saillantes encadrant les baies et se terminant en volutes sont présents à Qalʿat Samʿān, à Qalb Luza dans le Massif Calcaire et dans bon nombre d’édifices byzantins du vie s. de cette région. Nous en connaissons un exemple sur le chevet de l’église nord de Bashmishli 26. Nous savons qu’il existe des moulures terminées en volute encadrant des baies dans l’architecture croisée, notamment dans le portail de la Grand Salle du Crac des Chevaliers 27, datée du milieu du xiiie s. Toutefois, un exemple daté de la période ayyoubide, à la citadelle de Damas 28 (610 H./1213) (fig. 6), est d’un type particulièrement proche de celui ornant l’arc de l’īwān de Khirbat al-Dūsaq. En effet la volute du cliché semble avoir possédé un médaillon central. Nous ne connaissons que deux exemples de volutes de ce type : le premier étant celui de Damas, portant un médaillon à motif de rosace (fig. 6) et le second, dans la Turba al-Ṭashtimuriyya (784 H./1382) à Jérusalem, qui présente un motif étoilé 29.

Figure 5.

Figure 5.

Détail des moulures de l’arc de l’īwān

© R. Savignac, 1935, fonds de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem

Figure 6.

Figure 6.

Référence à la figure de la volute de la porte est de la citadelle de Damas, d’après Sauvaget 1930a, p. 84, fig. 17a

  • 30 Salam-Liebich 1983, p. 115.
  • 31 Ce motif aurait existé au ixe s. au Caire avant de devenir un décor très répandu en Sicile à l’époq (...)
  • 32 Écochard & Le Cœur 1943, p. 77-80.

14Le deuxième type de décor figurant sur le cliché de R. Savignac est une frise en dents-de-scie dont on devine un vestige (fig. 5). La fouille du bassin a mis au jour de nombreux fragments de moulure en calcaire fin, taillés grâce à un outil à dents fines, qui pourraient constituer les morceaux d’un tel décor. La présence dans la région d’un décor en dents-de-scie de ce type s’expliquerait par l’entremise de l’architecture croisée. En effet, il s’agirait d’un motif d’origine normande 30 qui se serait épanoui en Sicile 31 et transmis très tôt dans les possessions croisées. Le baptistère Saint-Jean de Byblos, construit vers 565 H./1170, présente ce type de décoration. Plus tard, au cours de l’époque mamelouke, ce décor va notamment être appliqué à Tripoli à la madrasa al-Qarṭāwiyya (716-726 H./1313-1326) et à la madrasa al-Nūriyya (790 H./1388), à Alep, sur le sabīl al-Sakakīnī daté vers 770 H./1370, et encore à Damas, sur le portail du hammam al-Ǧisr 32 construit avant 853 H./1449.

Bâtiment C

Analyse des formes architecturales du hammam - Première investigation

  • 33 Cf. la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.
  • 34 Le site étant le centre de nombreuses fouilles clandestines, le plancher suspendu a été localisé à (...)

15Les repérages menés au printemps 2008 33 avaient révélé dans la partie nord-ouest du bâtiment C, conservé sous un épais niveau de remblai 34, un plancher suspendu lié au système de chauffe d’une pièce située au-dessus, peut-être l’une des pièces d’un hammam. Une fouille archéologique devait donc y être menée afin de le vérifier.

16Au début du mois de mai 2009, un sondage d’une cinquantaine de mètres carrés (M09-M10) fut effectué à l’aplomb des infrastructures repérées un an plus tôt. L’intervention fut menée en respectant la stratigraphie chaotique du lieu. Dans un premier temps, sous une épaisseur comprise entre 0,30 et 0,50 m, apparurent au nord, au sud et à l’ouest les murs périphériques des installations. Suivant ces limites, la fouille devait se poursuivre couche par couche avant d’atteindre, 2 m plus bas, le sol de la salle. La première lecture des vestiges dégagés (citernes, bassin et mortiers hydrauliques) dans le sondage mené dans le bâtiment C a confirmé qu’il s’agissait bien d’un complexe balnéaire.

  • 35 La présence de nombreuses douilles portant la date de 1331 H./1913 suggère que le site, de par sa p (...)

17Les matériaux de comblement accumulés sur plus de 2 m d’épaisseur sur le sol de la salle étaient constitués de mortiers, d’enduits et de blocs architecturaux provenant sûrement de la destruction et des restes du pillage de l’édifice. Cette épaisse couche stratifiée était scellée en partie supérieure par un sol aménagé au mortier de chaux, indice de la continuité de l’occupation du site dans le temps. L’utilisation des lieux a pris par la suite la forme sans aucun doute d’un habitat plus précaire, voire épisodique et lié à d’autres activités, au moins jusque dans les premières décennies du xxe s., comme le montre le mobilier archéologique mis au jour dans les niveaux supérieurs 35. La situation du bâtiment C, à flanc de coteau, et la disposition semi-enterrée des salles du bain sont vraisemblablement à l’origine de la conservation du complexe balnéaire sur plus de 2,10 m, jusqu’à la naissance des voûtes qui le couvraient.

La salle chaude

18Cette salle de plan rectangulaire n’a été que partiellement reconnue lors de la fouille (fig. 7-8). Elle a une largeur de 4,55 m pour une longueur estimée à environ 2,65 m. Le plancher suspendu et le canal d’air chaud installé sous la pièce et observés en 2008 permettent d’affirmer qu’elle était chauffée. Le sol de la pièce est couvert de dalles quadrangulaires de calcaire blanc fin d’environ 0,06 m d’épaisseur ; les parois verticales sont enduites avec un mélange de mortier hydraulique. Ponctuellement, les parements présentent des réfections, traces de l’utilisation de l’édifice dans le temps. Le mur ouest, partiellement pillé mais le seul à avoir été dégagé sur sa longueur, renseigne sur l’architecture de la pièce (fig. 9-10). Là, au centre de la paroi, était aménagée une niche couverte par un arc. La niche aux parois orthogonales a pour dimensions 1 m de largeur par 0,30 m de profondeur ; sa hauteur sous l’intrados de l’arc atteignait au moins 2 m. De l’arc n’est conservé qu’un claveau formant le sommier et l’imposte sur laquelle il repose. Réalisés en calcaire blanc fin, ils présentent l’un et l’autre une taille soignée et des moulures. Dans le bas de la niche, à même les dalles de la pièce, une vasque — ou bassin quadrangulaire — a été installée. Plus large que la profondeur de la niche, elle déborde dans la salle de 0,30 m. Monolithique, elle a été taillée dans un bloc de calcaire dur, blanc ocre dont les dimensions sont de 1 m de longueur par 0,65 m de largeur et de 0,40 m de hauteur. L’évidement correspondant au bassin est de 0,90 m de longueur par 0,50 m de largeur par 0,25 m de profondeur.

Figure 7.

Figure 7.

Plan de la salle chaude du bain et de son alimentation en eau

© Relevés et dessin R. Elter

Figure 8.

Figure 8.

Vue générale du bain depuis le sud-est

© R. Elter

Figure 9.

Figure 9.

Vue générale du bain depuis le sud

© R. Elter

Figure 10.

Figure 10.

Élévation et coupe nord-sud de la salle chaude

© Relevés et dessin R. Elter

  • 36 De Vries 1986, p. 223-234. Le site de Tell Hesban se trouve à 150 km au nord de Khirbat al-Dūsaq.

19La forme quadrangulaire de la vasque n’est pas commune, les formes douces et circulaires étant les plus courantes. Cependant, un exemplaire mis au jour dans un autre bain ayyoubide-mamelouk, à Tell Hesban 36, dans la région de Madaba, présente cette volumétrie.

20Les bords supérieurs de la vasque ont été taillés avec un léger dévers afin de faire refluer l’eau en excédent vers l’intérieur. Le fond du bassin est aménagé en pente, permettant une vidange totale. L’eau s’évacuait directement sur le sol de la salle par un petit orifice percé dans sa paroi est. À l’extérieur, les faces apparentes de la vasque sont décorées de motifs sculptés en épargne, végétaux sur les latérales et entrelacs sur la principale (fig. 11). En avant du bassin, le dallage suit une trame oblique en opposition au reste du pavement posé suivant l’orthogonalité de la pièce, de part et d’autre de la niche. Ici, la niche et sa vasque sont les éléments remarquables de la pièce, les constructeurs ont tenu à les mettre en scène. Cette mise en valeur était également marquée dans le couvrement de la pièce, au droit de la niche, à l’intersection que faisait l’arc avec la voûte. Le bassin était à l’origine alimenté en eau chaude, peut-être en eau froide, à partir de conduits installés dans le fond de la niche et aujourd’hui disparus. L’eau provenait du réservoir et de la cuve situés derrière le mur occidental de la pièce. La vapeur pouvait provenir depuis le dessus de la cuve par une bouche aménagée dans la partie supérieure de la niche (fig. 12). La salle était couverte par une voûte dont subsiste encore dans l’angle nord-ouest une naissance.

Figure 11.

Figure 11.

Décors de la vasque de la salle chaude du bain

© R. Elter

Figure 12.

Figure 12.

Élévation et coupe est-ouest du réservoir et de la salle chaude

© Relevés et dessin R. Elter

Les parois et la voûte

21La partie dégagée de la pièce montre que l’élévation des parois était sans modénature apparente. Seule une plinthe au mortier de chaux courait à la jonction entre le sol et les parois verticales (fig. 13). Les élévations étaient enduites. Leurs parties inférieures, sur environ 0,70 m de hauteur, étaient couvertes d’un mortier hydraulique. Les parties supérieures présentent une finition fine, à l’origine sûrement lisse, à la façon des stucs de l’Antiquité et étaient vraisemblablement colorées. Les fragments d’enduits et les éléments architecturaux conservés dans les remblais de comblement de la pièce révèlent que la voûte était décorée de motifs incisés, formant des entrelacs et rinceaux. La coloration de cette voûte est attestée par la présence d’une couche picturale ocre. Ponctuellement, l’enduit était rehaussé d’éléments architecturaux sculptés dans du calcaire blanc fin et positionnés à la naissance des voûtes ou en couvrement d’éventuelles niches.

Figure 13.

Figure 13.

Détail sur la plinthe de la salle chaude

© R. Elter

Le plancher suspendu

  • 37 Cette excavation a d’ailleurs emporté le sud de la salle chaude.
  • 38 0,90 m de hauteur reconnue.
  • 39 La chaleur arrivait dans l’espace situé sous le plancher suspendu, depuis la chaufferie, à partir (...)

22Situé sous la salle chaude, le plancher suspendu est presque intact. Il a été perturbé au sud par une excavation sauvage menée il y a quelques années par des pilleurs 37. Structurellement, le plancher est supporté par une dizaine de pilettes et constitué par un dispositif d’épaisses dalles calcaires savamment agencées en tas de charge (fig. 14). Par leurs dimensions, en moyenne de 0,25 m de largeur par 0,45 m de longueur, les pilettes forment de véritables piliers. Réalisés en pierre calcaire, certains blocs qui les constituent présentent des moulures, traces d’une utilisation antérieure. L’organisation de l’hypocauste se fait suivant une trame nord-sud de deux alignements de cinq pilettes. Conservées sur la totalité de leur hauteur 38, elles sont encore en partie enfouies sur une partie de leur élévation sous des remblais provenant des destructions liées au pillage de la salle chaude. La structure du plancher se complète par de grandes « traverses », installées entre les murs est et ouest et posées sur les pilettes. Ce dispositif, constitué de dalles de calcaire de 0,06 m d’épaisseur posées à plat, subdivise l’espace de la salle en six parties et facilite la pose du plancher suspendu en réduisant la portée à franchir à moins d’un mètre de longueur. Enfin, une dernière couche complète le tas de charge. Il s’agit de celle du plancher suspendu, constituée de dalles d’environ 0,30 m d’épaisseur. Une couche de béton de 0,06 m les couvre, sur laquelle repose le pavement de la salle chaude. Ainsi les pieds des baigneurs n’étaient séparés que de 0,17 m de la chaleur produite en dessous 39.

Figure 14.

Figure 14.

Le plancher suspendu et l’une des pilettes qui le supportent

© R. Elter

23Tout comme l’observation des mortiers et des enduits, l’étude du plancher suspendu révèle une grande maîtrise des techniques constructives par une appropriation et une optimisation des capacités et possibilités des matériaux (fig. 15).

Figure 15.

Figure 15.

Les structures du support du plancher suspendu

© R. Elter

Le système d’alimentation en eau du bain, le réservoir, la cuve

24Le bain est alimenté en eau par un réservoir et une cuve logés et installés côte à côte à l’arrière du mur occidental de la salle chaude (fig. 12 et 16). L’espace resté non fouillé au nord de la cuve accueillait un second réservoir. Le réservoir et la cuve mis au jour sont de plan rectangulaire et de profil oblong ; leur fond est concave curviligne et chacun était couvert d’une voûte maçonnée. Leurs parois intérieures, y compris la voûte, étaient couvertes d’une succession de plusieurs couches d’enduits à caractère hydraulique. Afin d’augmenter la pression de circulation de l’eau, réservoir et cuve ont été installés en cascade et en hauteur par rapport au sol du bain. Ils étaient alimentés en eau par une canalisation en terre cuite de 0,08 m de diamètre provenant du grand bassin situé à 23 m au sud, dans la grande cour, en avant de l’īwān du bâtiment A (fig. 16). Avant de se déverser dans les citernes, l’eau transitait par un petit bassin situé à l’arrière, à l’ouest de la citerne sud (no 1), où elle était décantée.

25Le réservoir a pour dimensions 1,18 m de largeur par 1,70 m de longueur par 0,75 m de hauteur conservée, après disparition de sa couverture par voûte. Son fond est légèrement incliné de 0,02 m par mètre vers l’est, donc vers le bain. De plus, il est disposé 1,05 m plus haut que le sol du bain. Le réservoir avait pour fonction l’alimentation de la cuve et du bain en eau froide. L’eau y arrivait à partir d’une courte canalisation, aujourd’hui disparue, depuis le bassin de décantation qui le jouxte à l’ouest (fig. 12 et 17). Une première canalisation en terre cuite de 0,08 m de diamètre permettait l’alimentation de la cuve. Une seconde canalisation, constituée de tuyaux en terre cuite de 0,24 m de longueur et d’un diamètre de 0,08 m, emboîtés et assemblés au mortier de chaux, est installée dans l’épaisseur de la maçonnerie du mur sud de la pièce chaude. Elle alimentait en eau froide les salles du bain.

Figure 16.

Figure 16.

Le système d’alimentation en eau du bain, la grande birka, le réservoir et la cuve

© R. Elter

  • 40 Soit 0,25 m au-dessus du fond de la vasque de la pièce chaude.

26La cuve a été partiellement dégagée. Sa nature et sa forme sont semblables du réservoir ; son fond est cependant plus bas de 0,65 m 40, elle était ainsi alimentée en eau en continu. Mieux conservée, sa voûte maçonnée est pour partie en place. Elle est, de par sa position centrale, installée sur le canal de chauffe de la salle chaude du bain. Ce positionnement et son installation à l’arrière de la niche de la salle chaude suggèrent qu’elle assurait vraisemblablement l’alimentation en eau chaude et en vapeur du bain.

Analyse comparative des formes architecturales du bain

27Dans la configuration dessinée par le relevé topographique qui fait suite à la prospection sur le site, le bâtiment C se serait étendu d’ouest en est sur une surface de près de 300 m2 (6,70 m de largeur par 45 m de longueur extérieure). Dans l’état actuel des connaissances, il est impossible d’affirmer que le bain occupait toute cette superficie. La salle de déshabillage, située à l’est de la salle chaude, jouxtait vraisemblablement d’autres pièces ou alcôves destinées à d’autres activités. De plus, les salles du hammam étant situées en contrebas de la cour et des autres bâtiments, nous pouvons supposer l’existence d’un escalier reliant ces deux niveaux.

  • 41 4,55 m en largeur intérieure.

28Par sa physionomie allongée et son étroitesse 41, le plan du bain est vraisemblablement rectiligne avec des salles en enfilade. Le baigneur y pratiquait un circuit rétrograde, c’est-à-dire qu’il revenait sur ses pas pour en sortir. Le nombre de salles nous est inconnu, salle de déshabillage, tiède ou intermédiaire à la salle chaude, alcôve sont encore à découvrir.

  • 42 De Vries 1994, p. 151-166.
  • 43 Dans le fond de la niche, le positionnement de l’alimentation en eau chaude et en eau froide de la (...)
  • 44 Le bassin ne présente aucun décor sur ses parois.

29Un autre site de Jordanie nous offre des éléments de comparaison, il s’agit du bain mis au jour au début des années 1970 à Tell Hesban 42. Ce hammam, daté des périodes ayyoubide et mamelouke, est en de nombreux points similaire à celui de Khirbat al-Dūsaq : il ne s’agit pas d’un établissement urbain et il n’est pas associé à un grand palais. De faible largeur et de petites dimensions, il a une organisation rectiligne et ses salles successives entraînent le baigneur dans un circuit rétrograde. De même, sa salle chaude est dotée d’une niche 43, couverte d’un arc, dans laquelle a été disposée une vasque ou bassin monolithique de forme quadrangulaire 44. Son réservoir et sa cuve sont dans une configuration proche de celle de Khirbat al-Dūsaq c’est-à-dire à l’arrière de la salle chaude. La cuve d’eau chaude est par ailleurs posée à même le canal de chauffe, à l’arrière de la niche. La connaissance de cet établissement est donc précieuse à la compréhension du bain de Khirbat al-Dūsaq et aux choix des futures investigations sur le site.

  • 45 Mouton 2010, p. 79-96.

30Enfin, nous serions tentés de rapprocher le hammam de Khirbat al-Dūsaq de celui de la forteresse ayyoubide de Ṣadr dans le Sinaï, fouillée sous la direction de Jean-Michel Mouton en 2003-2005. En effet, la configuration de la salle chaude de ces bains est proche. De plus, le système de chauffe, l’hypocauste, la capacité de la citerne, la forme de la vasque et l’aspect des enduits sont comparables 45.

31Tous ces éléments viennent encore renforcer l’hypothèse d’une datation médiévale du site. Ne pouvant pour l’instant replacer le complexe de Khirbat al-Dūsaq dans une typologie plus précise et le dater plus finement, nous nous pencherons sur le décor, qui pourrait venir préciser la datation.

Analyse du décor du hammam

32Révélée par l’étude archéologique des vestiges, la nature prestigieuse du bain est visible à travers les aménagements, l’architecture et les décors de rinceaux et d’entrelacs des enduits des voûtes. Ce constat est renforcé par l’analyse des modénatures architecturales observées sur les blocs mis au jour dans les remblais de comblement du bain. En effet, la fouille de la salle chaude a fait apparaître plusieurs blocs architecturaux en calcaire blanc ferme à grain fin, dont l’un porte un motif de conque stylisée à cinq branches de 0, 49 x 0,23 m (fig. 18).

Figure 17.

Figure 17.

Le réservoir et le bassin de décantation

© R. Elter

  • 46 Nous tenons à remercier J.-C. Bessac pour les précisions qu’il nous a apportées concernant les tech (...)

33L’équarrissement de ce bloc a été pratiqué à la broche et la face a été régularisée à l’aide d’un outil à dents fines, la shāhūtā, utilisée en taille oblique. Le tracé de la coquille a été effectué en divisant le parement selon un axe gravé à la pointe à tracer pour faciliter l’implantation du motif et pour pouvoir le diviser en cinq branches égales sur la base géométrique d’un demi-décagone. L’ébauche de la coquille a été réalisée à l’aide d’un ciseau grain-d’orge à dents fines et la finition de sa surface avec un ciseau droit 46. Ce bloc présente des caractéristiques techniques très proches de celles des blocs et fragments mis au jour dans le sondage du bassin de l’īwān.

  • 47 Sauvaget 1930b, p. 377.
  • 48 Si tel avait été le cas à Khirbat al-Dūsaq, nous aurions retrouvé des restes de stucs sur ce décor (...)
  • 49 Écochard & Le Cœur 1943, p. 25 fig. XVI, p. 42 fig. XXXIX.
  • 50 Sauvaget 1930b, p. 371.
  • 51 Il existe un bloc très similaire dans la madrasa al-Lūʾlūʾiyya à Jérusalem (775 H./1373), mais selo (...)

34Des niches en forme de conque ornent l’extérieur des tambours des coupoles de plusieurs mausolées damascains, construits entre la fin du xiie s. et 627 H./1230 47. Les conques constituent également le décor privilégié des trompes des zones de transition des coupoles couvrant les hammams de Damas à l’époque ayyoubide. Elles peuvent porter un décor de stuc dessinant des arêtes plus ou moins saillantes 48. Le hammam Sitt ʿAdhrā, et le hammam al-ʿUmarī, situés à Damas et datables de la fin du xiie ou du début du xiiie s. 49, présentaient ce type de décor (fig. 19). Cependant, la conque du bain de Khirbat al-Dūsaq ne comporte que cinq branches. Il s’agit d’une forme rare que nous n’avons identifiée que dans la salle tiède du hammam al-Sāma 50 à Damas (datant lui aussi de la fin du xiie ou du début du xiiie s. [fig. 20]). Toutefois, la conque du bloc découvert à Khirbat al-Dūsaq nous semble moins concave et plus simplifiée que ces niches 51.

Figure 18.

Figure 18.

La conque de la salle chaude du hammam, Khirbat al-Dūsaq

© É. Vigouroux

Figure 19.

Figure 19.

Une niche de la salle tiède du hammam al-ʿUmarī, Damas

© É. Vigouroux

Figure 20.

Figure 20.

Référence à la coupe du hammam al-Sāma, Damas, d’après Sauvaget 1930b, p. 377, fig. 5

  • 52 Behrens-Abouseif 1993, p. 501-506.

35Le sondage de la salle chaude a révélé un autre bloc de calcaire ferme à grain fin de 0,50 m de hauteur, de forme allongée, brisé par endroits, qui présentait dans son angle trois petites alvéoles ou muqarnas. Il présente les mêmes caractéristiques techniques que le bloc précédent. Les muqarnas, omniprésents dans l’Orient médiéval 52, appartiennent aussi au vocabulaire architectural ayyoubide et mamelouk. Possédant une valeur architectonique ou décorative, ils servent souvent à ménager la transition entre la coupole et les angles d’une pièce. Cependant, ceux qui ornent ce bloc semblent peu concaves et très stylisés.

36Un troisième bloc (0,31 x 0,18 x 0,20 m) de calcaire ferme, mis au jour dans la même salle, présentait en son centre un décor d’alvéoles exécuté grâce à la même technique de taille que le précédent. Ce type de bloc aurait pu surmonter une niche aménagée dans le mur de la salle chaude.

37D’après nos observations, la conque et les muqarnas semblent avoir été exécutés avec la même technique. La conque serait donc contemporaine des muqarnas. Nous ignorons pour quelles raisons ces motifs semblent aussi stylisés et simplifiés alors que les artisans qui ont décoré ce bain ont su réaliser le décor de la vasque monolithique, bien plus fin, avec une grande dextérité.

  • 53 La présence de ce bassin non pillé et de nombreux blocs architecturaux s’explique par l’effondremen (...)

38Enfin, la vasque ou bassin rectangulaire monolithique trouvée en place est, elle aussi, d’une rare finesse. Réalisée en calcaire à grain fin, elle présente deux types de décor : sur sa face la plus longue, à l’est, elle offre un décor d’entrelacs géométriques, taillés en épargne, et, sur le côté le plus court, au nord, un motif d’inspiration végétale, très peu saillant. Nous ne connaissons pas de bassin orné de ce type de décor dans les hammams médiévaux de la région. Peut-être ne nous sont-ils pas parvenus ? Les bassins des bains sont souvent circulaires et ne présentent pas ce type de décor 53. Dans la salle chaude, certains des motifs de la vasque sont donc assortis à ceux de la voûte, couverte de rinceaux et d’entrelacs réalisés en enduit peint : nous sommes bien dans une logique décorative des hammams ayyoubides et mamelouks ; toutefois, le décor de la façade de la vasque est d’un type tout a fait original.

  • 54 Le matériel céramique ramassé en surface en 2008 était majoritairement constitué de tessons databl (...)
  • 55 Le site de Khirbat al-Dūsaq fait désormais l’objet d’un programme d’étude de l’Institut français d (...)

39Ainsi les données fournies par la fouille partielle du hammam viennent confirmer l’hypothèse formulée plus haut, attribuant le site de Khirbat al-Dūsaq à l’époque ayyoubide ou au début de l’époque mamelouke. Sans plus d’information et de mobilier en contexte provenant de la fouille 54, il est difficile, d’après les seuls éléments architecturaux, d’être plus précis. Le dossier reste ouvert à de nouvelles fouilles 55 qui apporteront sans aucun doute des réponses à la question de la datation.

Datation du site

Fonction du complexe

40Le site de Khirbat al-Dūsaq comprend un īwān décoré, une importante birka (A) et un hammam (C). Il est donc possible de l’identifier à un complexe d’agrément car il est édifié dans un lieu isolé, très venté donc plus frais en été. Sa conception tient compte du terrain et des conditions climatiques, il apparaît qu’il tourne le dos aux vents dominants. Le bassin apporte de la fraîcheur et alimente le hammam très richement aménagé qui constitue un luxe dans ces contrées arides. Il s’agit donc d’un complexe médiéval prestigieux. Qui pourrait être le commanditaire d’un tel ensemble ?

  • 56 Voir la présentation et la description du site dans l’article de C. March et J.-P. Pascual dans ce (...)

41À Khirbat al-Dūsaq, le caractère de villégiature de l’ensemble est indéniable. Le complexe, même si nous sommes certains aujourd’hui qu’il ne s’agit pas d’un caravansérail, a pu être érigé à une période où la route commerciale qui passe à proximité était sûre et florissante et l’environnement propice à l’édification d’une architecture d’agrément dans la région. Cependant, sa situation stratégique sur une éminence, la position du bâtiment C sur une corniche, la massivité de la maçonnerie, la présence de blocs comportant un bossage, la technique de construction similaire à celle du château de Shawbak 56 et, enfin, la proximité avec ce dernier (6 km) nous suggèrent de reconnaître également un caractère militaire à cet ensemble. Sans qu’il puisse s’agir d’une véritable place forte — pour l’instant nous n’avons pas mis au jour d’enceinte au sud —, nous ne pouvons nier les indices qui rendent probable la contemporanéité du site avec la période d’activité du château de Shawbak.

Shawbak et sa région

  • 57 Devais 2008, p. 22.
  • 58 Humphreys 1993, p. 275-276.
  • 59 Voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.
  • 60 Sur le contexte historique, voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.
  • 61 Deschamps 1939, p. 78.
  • 62 Un ancien gouverneur de la région décède en 674 H./1276, un autre gouverneur sera arrêté par des en (...)

42Le château de Shawbak/Montréal, construit à l’origine par les Croisés à partir de 508 H./1115 57, sur décision du roi de Jérusalem Baudoin Ier, tombe sous les coups des armées de Saladin en 582 H./1187 et l’année suivante, il échoit à son frère, le prince ayyoubide al-ʿĀdil. En 594 H./1198, al-Muʿaẓẓam ʿĪsā, fils d’al-ʿĀdil, devient prince de Damas et règne sur un territoire incluant Karak et Shawbak 58 et ce jusqu’à sa mort en 624 H./1227. Comme cela a déjà été présenté 59, ce prince concentre son activité édilitaire essentiellement hors de sa capitale, Damas. Il souhaite doter les étapes du pèlerinage de hammams et consolider les forteresses, dont Shawbak, mais aussi revaloriser les campagnes au sud de la province, dévastées par les combats 60. Shawbak reste une possession ayyoubide jusqu’en 661 H./1263, date à laquelle un des émirs d’al-Ẓāhir Baybars, le nouveau souverain du Caire, s’en empare 61. Il est alors intégré au sultanat mamelouk. Nous trouvons dans les sources de nombreuses mentions de Shawbak à l’époque mamelouke, plusieurs personnages de haut rang y ayant vécu sont notamment mentionnés dans le Taʾrīḫ d’al-Birzālī 62.

43Au début du xive s., résultat de la politique de valorisation des terres agricoles de la région, il semblerait que le sud du Bilād al-Šām devienne le lieu propice à l’investissement des élites mameloukes. Détenteurs d’iqṭāʿ-s ou dotations foncières dans la région, les émirs mamelouks favorisent le développement agricole, augmentant ainsi leurs revenus pour financer leurs fondations pieuses par le système du waqf. De nouveaux centres administratifs se développent, les routes sont sécurisées et les communications facilitées.

  • 63 Voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.
  • 64 Walker 2003, p. 245.
  • 65 Voir dans ce même volume l’article de C. March et J.-P. Pascual : « Un recensement ottoman de la fi (...)

44Dans le courant du xive s., la région subit des calamités, inondations, séisme, Grande Peste (747 H./1347) qui, à moyen terme, mettent en péril son économie et engendrent une décrue démographique 63. La baisse des précipitations au xve s., attestée par les données palynologiques 64, ne permettant plus de culture intensive, entraîne la baisse de la production et par conséquent celle des revenus. L’investissement des émirs mamelouks dans la région diminue, les intérêts des élites militaires se concentrent dans les villes et surtout dans la capitale, Le Caire. À la fin de la période mamelouke, le pouvoir affaibli ne contrôle plus ces contrées et les populations nomades sèment le trouble jusqu’à l’avènement des Ottomans (922 H./1516). À la fin du xvie s., la région apparaît comme ruinée 65.

45La construction du complexe de Khirbat al-Dūsaq doit être intervenue à une période florissante du château de Shawbak car il est évident que les deux édifices sont liés. Il a dû être érigé également à une époque durant laquelle la région était prospère et sûre, ce qui élimine la fin de la période mamelouke. Il est à exclure qu’il s’agisse d’un complexe croisé, le hammam et l’īwān étant incontestablement des attributs appartenant à la culture islamique. Il nous faut donc bien songer aux Ayyoubides ou aux Mamelouks. La typologie de l’īwān, la présence d’un très beau hammam nous amènent à penser qu’il s’agit d’un lieu résidentiel de prestige. La proximité du château de Shawbak, ainsi que la mention d’une végétation importante couvrant la région à l’époque médiévale nous orientent vers l’hypothèse d’un relai de chasse destiné à un prince ayyoubide ou à un émir mamelouk. D’après nos observations, les trois bâtiments sont d’une facture homogène, les techniques de construction et les appareils sont très similaires, nous sommes donc face à trois édifices construits, sinon simultanément, au moins dans un intervalle de temps assez court.

  • 66 Khirbat al-Dūsaq est une appellation moderne du site, peut-être une déformation du terme arabe d’o (...)

46Faute de sources historiques mentionnant le site 66, faute de matériel céramique suffisant et en contexte, l’analyse des éléments de décor, combinée à celle du cadre historique, peut nous permettre de proposer une datation pour cet ensemble.

Hypothèses de datation

47Nous savons que le fondateur de cet ensemble unique par la richesse de son décor ne peut être qu’un personnage très important : pour l’époque ayyoubide, un prince, ou un gouverneur de Shawbak et, pour l’époque mamelouke, sans doute un émir possédant des intérêts dans la région ou même le gouverneur de la citadelle. La seconde mission, si elle ne nous a pas permis de dater le complexe avec précision, nous a apporté de nouveaux éléments qui rendent vraisemblables certaines des hypothèses avancées en 2008.

Période ayyoubide

  • 67 Voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.

48L’instauration de la paix, le développement agricole et les reconstructions intervenues à Shawbak au cours du règne de Muʿaẓẓam ʿĪsā 67 (585 H./1190-624 H./1227) sont autant de facteurs plaidant pour une possible construction du complexe au début du xiiie s.

49Le plan allongé du hammam, ou du moins la configuration du bâtiment C, nous semble pourtant assez proche des modèles mamelouks du xive s. Toutefois, l’installation le long de la corniche a pu guider la configuration du bain lui-même, qui ne suivrait alors pas une mode mais s’adapterait simplement au relief naturel.

  • 68 Régnier-Bohler 1997, p. 949 : « Dans les faubourgs [de Shawbak] vivent des Sarrasins et des Chrétie (...)

50La conque et les muqarnas du bain semblent avoir été réalisés par des artisans ne maîtrisant pas ce type de décor, pourtant bien connu dans la capitale du prince al-Muʿaẓẓam ʿĪsā. Par ailleurs, le décor du petit bassin monolithique est inconnu dans la région pour les époques ayyoubide et mamelouke. Peut-être le décor du hammam a-t-il été exécuté par des artisans connaissant davantage ce type d’entrelacs géométriques que les muqarnas ? Cette question nous amène à envisager la participation d’équipes d’ouvriers chrétiens ou formés par des chrétiens sur le chantier du hammam. S’agirait-il d’une imitation des décors de la capitale Damas ? Peut-être ces mêmes ouvriers chrétiens ont-ils participé à la réalisation du décor des piédroits de la baie de l’īwān du bâtiment A ? Cette hypothèse, qui pourrait expliquer la qualité de moulure d’angle de forme très similaire à celle de la cathédrale Saint-Pierre de Césarée, est envisageable en raison de la présence de chrétiens dans le faubourg de Shawbak, attestée en 613 H./1217 par le récit d’un pèlerin allemand, Thiètmar 68.

  • 69 Cette princesse a fondé une madrasa à Damas dans le quartier d’al-Ṣāliḥiyya : voir Ibn Ṭūlūn 1980, (...)

51Enfin, nous avons vu que ce type de complexe était répandu dans la région de Mardin en Turquie, en tout cas pour les xive et xve s. Peut-être est-ce un type de construction existant déjà à une époque antérieure dans cette région ? Or nous savons que Muʿaẓẓam ʿĪsā avait épousé une princesse artuqide, ʿAzīza al-Dīn Aḫšā Ḫātūn 69, fille du ṣāḥib de la région de Mardin, al-Malik Quṭb al-Dīn Ilġāzī. Serait-il possible que son influence soit à l’origine de l’introduction de ce type de structure dans la région ou même de la construction du complexe de Khirbat al-Dūsaq au début du xiiie s. ?

Période mamelouke

  • 70 Deschamps 1939, p. 74, n. 3.

52La période durant laquelle les élites mameloukes investissent dans le sud du Bilād al-Šām (fin xiiie-xive s.) pourrait également être celle de l’édification de ce complexe. En effet, la typologie de l’īwān A est très proche de celui de Bāghānī daté du xive et du xve s. Ensuite, le décor de l’arc monumental associe deux types de décor dont un, les dents-de-scie, non avéré dans les constructions ayyoubides, devient courant à la période mamelouke à partir de la chute des possessions croisées. De plus, il est difficile de dater le décor dont la conque et les muqarnas, bien que similaires aux modèles ayyoubides, présentent une exécution bien différente. L’hypothèse incluant la participation d’ouvriers chrétiens ou formés par les Croisés est encore envisageable pour l’époque mamelouke car, au milieu du xive s., un voyageur allemand, Ludolf de Sudheim, signale que le faubourg de Shawbak est encore habité par 7 000 chrétiens [sic70.

Conclusion

53Après examen des différents éléments, il nous semble difficile à l’heure actuelle de préciser davantage la datation. On peut estimer que le site de Khirbat al-Dūsaq date probablement du xiiie ou du xive s. et qu’il est possible que des ouvriers chrétiens ou formés par les Croisés aient pris part au chantier, ce qui expliquerait la difficulté de datation du décor. L’étude poussée de la technique de taille de la pierre pourrait nous éclairer sur ce point. Poursuivre la fouille dans le reste du hammam, notamment la salle de déshabillage, et étendre les sondages au bâtiment B mais aussi à des parties du site dont la stratigraphie est conservée, nous permettraient de préciser la datation du site.

54Enfin Khirbat al-Dūsaq, unique par sa fonction — un complexe d’agrément dans une campagne sans doute alors très prospère —, par son état de conservation et par la richesse de son décor, est aujourd’hui excessivement menacé et nécessite une protection immédiate et une étude complète.

Haut de page

Bibliographie

Al-Baḫīt (M. A.) 1992 Al-marāfiq al-ʿāmma fī minṭaqat šarqī al-Urdun, al-yanābīʿ wa al-birak wa al-ṭawāḥīn wa al-maʿāṣir, communication présentée au Ve ICHAJ, Université jordanienne des sciences et de la technologie, 12/4/1992-17/4/1992.

Behrens-Abouseif (D.) 1993 « Mukarnas », EI2, Leyde, p. 501-506.

Behrens-Abouseif (D.) 1995 « Sicily, the Missing Link in the Evolution of Cairene Architecture », U. Vermeulen & D. De Smet (éd.), Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk eras, Louvain, p. 275-301.

Beyazit (D.) 2008 « The Baghānī Complex: Medieval Pavilions in the Mardin Hinterland, Southern Turkey », Artibus Asiae 68/1, p. 145-153.

Birzālī 2006 Birzālī al-, ʿAlā al-Dīn Abū Muhammad al-Qāsim b. Muhammad b. Yūsuf al-Birzālī al-Ishbīlī al-Dimashqī, al-Muqtafī ʿalā kitāb al-Rawḍatayn al-maʿrūf bi Taʾrīḫ al-Birzālī, 4 vol., ʿU. ʿA. S. Tadmurī (éd.), Sayda/Beyrouth.

Brünnow (R. E.) & Domaszewski (A. von) 1904 Die Provincia Arabia, I, Strasbourg.

Burgoyne (M.) 1987 Mamluk Jerusalem: An Architectural Study, Londres.

Callot (O.) 2009 « L’église nord de Bashmishli, chronique d’une mort annoncée », Syria 86, p. 307-326.

David (J.-C.) & Rousset (M.-O.) 2008 « La qāʿa de la maison Wakil à Alep : origine d’un nouveau modèle d’espace domestique », J. Gonnella & J. Kröger (éd.), Angels, Peonies and Fabulous creatures: the Aleppo room in Berlin, Berlin, p. 55-69.

David (J.-C.) & Said (J.-P.) 1982 « L’Iwān Tshāleq à Alep, Un pavillon d’habitation dans les jardins suburbains d’Alep (xve-xvie siècles) », BEO 34, p. 33-58.

Deschamps (P.) 1939 La défense du royaume de Jérusalem, Paris.

Devais (C.) 2008 « L’expression du pouvoir aux frontières du royaume de Jérusalem : terre de Suète et Oultre-Jourdain au xiie siècle », BEO, Suppl. 57, Damas, p. 19-30.

De Vries (B.) 1986 « The Islamic Bath at Tell Hesban », L. T. Geraty & L. Herr (éd.), The Archaeology of Jordan and Other Studies, Berrien Springs (MI), p. 223-234.

De Vries (B.) 1994 « Hesban in the Ayyubid and Mamluk Periods », D. Merling & L. T. Geraty (éd.), Hesban After 25 Years, Berrien Springs (MI), p. 151-166.

Écochard (M.) & Le Cœur (C.) 1943 Les bains de Damas, Damas.

Ġawānma (Y. D.) 1982a Imārat al-Karak fī ʿaṣr al-Ayyūbiyyīn, Amman, 2e éd.

Ġawānma (Y. D.) 1982b Al-taʾrīḫ al-siyāsī li šarqī al-Urdun fī al-ʿaṣr al-mamlūkī, al-mamālīk al-baḥriyya, Amman, p. 258 sq.

Grabar (O.) 1997 « īwān », EI2, Leyde, p. 287-289.

Herzfeld (E.) 1946 « Damascus: Studies in Architecture, III », Ars Islamica 11-12, p. 1-71.

Hill (G.) 1897 « A Journey to Petra », Quarterly Statement of the Palestine Exploration Fund, p. 34-44, 135-144.

Humphreys (S.) 1993 « Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā », EI2, VII, Leyde, p. 275-276.

Ibn Ṭūlūn (M.) 1980 Al-Qalāʾid al-ğawhariyya fī taʾrīḫ al-Ṣāliḥiyya, M. Daḥmān (éd.), Damas.

Meistermann (B.) 1909 Guide du Nil au Jourdain par le Sinaï et Pétra sur les traces d’Israël, Paris.

Mortensen (P.) éd. 2005 Bayt al-ʿAqqad. The History and Restoration of a House in Old Damascus (Proceedings of the Danish Institute in Damascus IV), Aarhus.

Mouton (J.-M.) dir. 2010 Ṣadr, une forteresse de Saladin au Sinaï (Mémoires de l’Académie des Incriptions et Belles-Lettres, 43), Paris.

Musil (A.) 1907 Arabia Petraea II Edom, Vienne.

Pringle (D.) 1993 The Churches of the Crusader Kingdom of Jerusalem: A Corpus, 1, Cambridge.

Régnier-Bohler (D.) 1997 « Le Pèlerinage de Maître Thiètmar », D. Régnier-Bohler (dir.), Croisades et Pélerinages, Récits, chroniques et voyages en Terre Sainte, XIIe-XVIe siècle (Bouquins), Paris, p. 928-958.

Salam-Liebich (H.) 1983 The Architecture of the Mamluk City of Tripoli, Cambridge (MA).

Sauvaget (J.) 1930a « La Citadelle de Damas », Syria 11, p. 59-90.

Sauvaget (J.) 1930b « Un bain damasquin du xiiie siècle », Syria 11, p. 370-380.

Tabbaa (Y.) 1997 Constructions of Power and Piety in Medieval Aleppo, University Park (PA).

Vailhé (J. S.) 1898 « Voyage à Pétra », Échos d’Orient, Revue bimestrielle d’histoire, de géographie et de liturgie orientales, Paris, I, oct. 1897 - oct. 1898, p. 3-11, 39-51, 70-79, 100-112.

Walker (B.) 2003 « Mamluk investment in southern Bilad Al-Sham in the 8th/14th century: The case of Hisban », JNES 62/4, p. 241-261.

Haut de page

Notes

1 Hill 1897, p. 142.

2 Vailhé 1898, p. 107 ; Meistermann 1909, p. 39 ; Brunnow & Domaszewski 1904, p. 98.

3 Meistermann 1909, p. 39 ; Musil 1907, p. 35-37 ; Gh. Bisheh, description du site présentée en annexe dans l’article de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.

4 Meistermann 1909, p. 39 ; Hill 1897, p. 142.

5 Musil 1907, p. 35-37 ; Meistermann 1909, p. 239.

6 Le site a fait l’objet d’un relevé complet en 2008 (voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume).

7 Voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume, fig. 3.

8 Sur la définition, l’origine et la fonction de l’īwān, voir Grabar 1997, p. 299-301.

9 La brièveté de cette mission ne nous permettant pas de dégager toute la birka, nous avons opté pour la moitié sud, déjà en partie excavée par les pillards.

10 L’analyse de ces éléments a été confiée à J.-M. Mechling (Institut Jean-Lamour, Université de Lorraine [UHP, UPVM], UMR 7198) ; les résultats feront l’objet d’une publication ultérieure.

11 Sur l’origine et la fonction de l’īwān, voir Grabar 1997, p. 299-301.

12 Herzfeld 1946, vol. III, p. 1-38.

13 Tabbaa 1997, fig. 31.

14 Tabbaa 1997, p. 129-142.

15 Sur l’évolution des īwān-s domestiques voir notamment David & Rousset 2008, p. 64-67.

16 Mortensen 2005, p. 235.

17 Mortensen 2005, p. 235.

18 Nous tenons à remercier J.-C. David pour les informations relatives aux īwān-s alépins qu’il a bien voulu nous fournir. Cet īwān, étudié à la fin des années 1970, est aujourd’hui disparu.

19 David & Said 1982, p. 36.

20 Beyazit 2008, p. 148-149.

21 Beyazit 2008, p. 149-150.

22 Nos remerciements s’adressent à J.-C. Bessac pour les précisions qu’il nous a apportées concernant les techniques utilisées lors de la taille de ce bloc.

23 Pringle 1993, p. 174, fig. 52.

24 Photothèque de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem. Nous adressons nos remerciements à J.-M. de Tarragon.

25 Ce détail de décor expliquerait peut-être le fait que Hill pensait qu’il s’agissait d’une église byzantine (Hill 1897, p. 142).

26 Callot 2009.

27 Nous remercions O. Callot pour nous avoir indiqué cet exemple.

28 Cette moulure, bien que terminée en volute saillante, est différente car elle se développe horizontalement sur les parois du portail est de la citadelle de Damas (Sauvaget 1930a, p. 84, fig. 17a).

29 Burgoyne 1987, p. 469, pl. 45.9.

30 Salam-Liebich 1983, p. 115.

31 Ce motif aurait existé au ixe s. au Caire avant de devenir un décor très répandu en Sicile à l’époque musulmane puis chrétienne (Behrens-Abouseif 1995, p. 297).

32 Écochard & Le Cœur 1943, p. 77-80.

33 Cf. la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.

34 Le site étant le centre de nombreuses fouilles clandestines, le plancher suspendu a été localisé à partir d’un trou réalisé par des pilleurs dans le bas de la paroi nord du bâtiment C.

35 La présence de nombreuses douilles portant la date de 1331 H./1913 suggère que le site, de par sa position stratégique en surplomb de la route et sa proximité avec la voie de chemin de fer, aurait pu jouer un rôle de point d’observation, notamment lors de la Révolte arabe (1916-1918).

36 De Vries 1986, p. 223-234. Le site de Tell Hesban se trouve à 150 km au nord de Khirbat al-Dūsaq.

37 Cette excavation a d’ailleurs emporté le sud de la salle chaude.

38 0,90 m de hauteur reconnue.

39 La chaleur arrivait dans l’espace situé sous le plancher suspendu, depuis la chaufferie, à partir d’un canal de chauffe couvert par une voûte réalisée en briques de terre cuite posées sur chant.

40 Soit 0,25 m au-dessus du fond de la vasque de la pièce chaude.

41 4,55 m en largeur intérieure.

42 De Vries 1994, p. 151-166.

43 Dans le fond de la niche, le positionnement de l’alimentation en eau chaude et en eau froide de la vasque et la bouche permettant l’alimentation en vapeur de la salle chaude ont d’ailleurs été conservés par les arrachements.

44 Le bassin ne présente aucun décor sur ses parois.

45 Mouton 2010, p. 79-96.

46 Nous tenons à remercier J.-C. Bessac pour les précisions qu’il nous a apportées concernant les techniques utilisées lors de la taille de ce bloc.

47 Sauvaget 1930b, p. 377.

48 Si tel avait été le cas à Khirbat al-Dūsaq, nous aurions retrouvé des restes de stucs sur ce décor, puisque les stucs et les enduits peints nous sont parvenus.

49 Écochard & Le Cœur 1943, p. 25 fig. XVI, p. 42 fig. XXXIX.

50 Sauvaget 1930b, p. 371.

51 Il existe un bloc très similaire dans la madrasa al-Lūʾlūʾiyya à Jérusalem (775 H./1373), mais selon M. Burgoyne, il s’agirait d’un remploi dont il ne précise pas l’origine (Burgoyne 1987, p. 432, fig. 40.18).

52 Behrens-Abouseif 1993, p. 501-506.

53 La présence de ce bassin non pillé et de nombreux blocs architecturaux s’explique par l’effondrement vraisemblablement soudain de la voûte qui couvrait la salle et l’abandon des lieux. Le sol en marbre, plus facile à déposer, a lui cependant disparu.

54 Le matériel céramique ramassé en surface en 2008 était majoritairement constitué de tessons datables de la période ottomane. Nous remercions M.-O. Rousset de nous avoir communiqué cette information).

55 Le site de Khirbat al-Dūsaq fait désormais l’objet d’un programme d’étude de l’Institut français du Proche-Orient, sous la direction conjointe de R. Elter et É. Vigouroux ; une opération de fouille a été menée au printemps 2015.

56 Voir la présentation et la description du site dans l’article de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.

57 Devais 2008, p. 22.

58 Humphreys 1993, p. 275-276.

59 Voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.

60 Sur le contexte historique, voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.

61 Deschamps 1939, p. 78.

62 Un ancien gouverneur de la région décède en 674 H./1276, un autre gouverneur sera arrêté par des envoyés du sultan d’Égypte après le siège sans combat de la citadelle en 679 H./1280 ; le cadi de la ville y décède en 697 H./1297. Un émir, Salār, est nommé à Shawbak en 709 H./1309-1310 et, en 713 H./1313, Birzālī rapporte le décès d’un shaykh qui avait été membre du dīwān du même Salār. L’auteur signale également, en octobre 718 H./1318, une inondation dévastatrice à Shawbak qui emporte des maisons et des effets personnels (Taʾrīḫ al-Birzālī, I, p. 353, 453, 471, II, p. 526, III, p. 443 et IV, p. 105, 333).

63 Voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.

64 Walker 2003, p. 245.

65 Voir dans ce même volume l’article de C. March et J.-P. Pascual : « Un recensement ottoman de la fin du xvie s. témoigne ainsi d’une prospérité passée que l’on ne peut toutefois dater : sur treize moulins enregistrés pour Shawbak, onze sont notés “en ruine” [Al-Baḫīt 1992, p. 18] ».

66 Khirbat al-Dūsaq est une appellation moderne du site, peut-être une déformation du terme arabe d’origine persane ğawsaq signifiant « palais ». Il n’est évidemment pas mentionné sous ce nom dans les sources, il est donc difficile d’en retrouver la trace. De plus, l’échelle modeste de l’ensemble par rapport au château de Shawbak tout proche n’en fait pas un lieu digne d’intérêt dans les récits de voyageurs médiévaux.

67 Voir la contribution de C. March et J.-P. Pascual dans ce volume.

68 Régnier-Bohler 1997, p. 949 : « Dans les faubourgs [de Shawbak] vivent des Sarrasins et des Chrétiens. J’ai été hébergé par une veuve franque qui m’a renseigné sur l’itinéraire et les moyens de traverser le désert jusqu’au mont Sinaï. Elle m’a procuré des provisions de voyage : du biscuit, des fromages, des raisins secs, des figues, du vin. Elle a recruté pour moi des Bédouins, avec leurs chameaux [...] ».

69 Cette princesse a fondé une madrasa à Damas dans le quartier d’al-Ṣāliḥiyya : voir Ibn Ṭūlūn 1980, p. 111.

70 Deschamps 1939, p. 74, n. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Détail des moulures de l’arc de l’īwān. [fig. 1 à 3 sur 1 page]
Crédits © R. Savignac, 1935, fonds de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Titre Figure 2.
Légende Plan général des vestiges du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2009
Crédits © Topographie C. March, N. Neveu ; relevés, DAO C. March, R. Elter, Ifpo, Balnéorient, 2008-2009
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 3.
Légende L’angle sud-ouest du sondage M16, bâtiment A, Khirbat al-Dūsaq, vers le sud
Crédits © C. March
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Figure 4.
Légende Le bloc mouluré du sondage M16 du bâtiment A, Khirbat al-Dūsaq
Crédits © É. Vigouroux
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Figure 5.
Légende Détail des moulures de l’arc de l’īwān
Crédits © R. Savignac, 1935, fonds de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 6.
Légende Référence à la figure de la volute de la porte est de la citadelle de Damas, d’après Sauvaget 1930a, p. 84, fig. 17a
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 7.
Légende Plan de la salle chaude du bain et de son alimentation en eau
Crédits © Relevés et dessin R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 8.
Légende Vue générale du bain depuis le sud-est
Crédits © R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 9.
Légende Vue générale du bain depuis le sud
Crédits © R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Figure 10.
Légende Élévation et coupe nord-sud de la salle chaude
Crédits © Relevés et dessin R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 11.
Légende Décors de la vasque de la salle chaude du bain
Crédits © R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 12.
Légende Élévation et coupe est-ouest du réservoir et de la salle chaude
Crédits © Relevés et dessin R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 13.
Légende Détail sur la plinthe de la salle chaude
Crédits © R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Figure 14.
Légende Le plancher suspendu et l’une des pilettes qui le supportent
Crédits © R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 15.
Légende Les structures du support du plancher suspendu
Crédits © R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 16.
Légende Le système d’alimentation en eau du bain, la grande birka, le réservoir et la cuve
Crédits © R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 17.
Légende Le réservoir et le bassin de décantation
Crédits © R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Figure 18.
Légende La conque de la salle chaude du hammam, Khirbat al-Dūsaq
Crédits © É. Vigouroux
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Figure 19.
Légende Une niche de la salle tiède du hammam al-ʿUmarī, Damas
Crédits © É. Vigouroux
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Figure 20.
Légende Référence à la coupe du hammam al-Sāma, Damas, d’après Sauvaget 1930b, p. 377, fig. 5
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3177/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Vigouroux, René Elter, Jean-Paul Pascual et Chrystelle March, « Le complexe médiéval de Khirbat al-Dūsaq (Shawbak) », Syria, 92 | 2015, 189-209.

Référence électronique

Élodie Vigouroux, René Elter, Jean-Paul Pascual et Chrystelle March, « Le complexe médiéval de Khirbat al-Dūsaq (Shawbak) », Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/3177 ; DOI : 10.4000/syria.3177

Haut de page

Auteurs

Élodie Vigouroux

Chercheur, Institut français du Proche-Orient, département des Études arabes, médiévales et modernes, Beyrouth

Articles du même auteur

René Elter

Architecte, archéologue, EA 1132 HISCANT-MA, Université de Lorraine

Articles du même auteur

Jean-Paul Pascual

Historien, Institut français du Proche-Orient, Amman

Articles du même auteur

Chrystelle March

Architecte, archéologue, Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals