Navigation – Plan du site
Dossier : Bains de Jordanie, actualité des études thermales

Les bains de Sabrā : un nouvel édifice thermal aux portes de Pétra

Thibaud Fournet et Laurent Tholbecq
p. 33-43

Résumés

Résumé – Une opération de relevé au 1/50 des ruines de Sabrā, situées à 6,5 km au sud-ouest de Pétra, a permis de décrire les vestiges visibles d’un petit ensemble thermal. L’édifice, en partie révélé par l’érosion du wādī, se compose d’une vaste cour à portique et d’un bloc thermal, dont une salle froide et une salle chaude sont particulièrement bien conservées. Il est construit à proximité d’un sanctuaire et paraît pouvoir être rapproché de plusieurs bains proche-orientaux des ier et iie s. de n. ère.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laborde 1830, p. 61, pl. 33 ; Augé & Linant de Bellefonds 1994, p. 196-197.
  • 2 Brünnow & Domaszewski 1904, p. 425-427 ; Lindner 1982 ; Lindner 1992.
  • 3 Zeitler 1992 ; Lindner & Zeitler 1997-1998 ; Lindner 2005.
  • 4 La campagne, mise en œuvre par la Mission archéologique française de Pétra et la Mission archéolog (...)

1Le site de Sabrā se trouve à environ 6,5 km à vol d’oiseau au sud-ouest du centre de Pétra. Ses ruines s’étendent sur une vingtaine d’hectares (ca. 600 x 300 m), de part et d’autre du Wādī Sabrā, une étroite vallée reliant la banlieue méridionale de Pétra au Wādī ʿArabah et qui constitue, par conséquent, l’un des accès majeurs à la capitale nabatéenne. Le site présente plusieurs complexes construits en maçonnerie d’appareil et des installations rupestres, en particulier un théâtre associé à des installations hydrauliques aménagées au pied du Jabal al-Jathūm. Il fut redécouvert en 1828 par Louis Maurice Adolphe Linant de Bellefonds (1798-1883) et par Léon de Laborde (1807-1869), de retour d’une visite à Pétra 1. Plusieurs voyageurs le signalent à la fin du xixe s. et dans le courant du xxe s. mais il faut attendre les années 1970 et l’initiative de Manfred Lindner pour qu’en débute l’exploration archéologique, sous les auspices de la Naturhistorische Gesellschaft Nürnberg (NHG) 2. Diverses prospections ont ainsi été menées aux alentours du site, entre 1969 et 2006, parfois accompagnées de sondages 3. En dépit de ces travaux, aucun plan du site n’a été dressé depuis le croquis général publié en 1830 par Léon de Laborde (fig. 1). Il nous a donc paru utile de mettre en place une petite opération visant à cartographier les vestiges visibles du site 4.

Figure 1.

Figure 1.

Plan du site de Sabrā publié par Léon de Laborde, localisation du sanctuaire et des bains (Laborde 1830, pl. 33)

  • 5 Zeitler 1992.

2C’est à cette occasion que le petit complexe balnéaire inédit brièvement présenté ici a pu être documenté. Il est construit au sud d’un petit torrent découpant la rive droite du Wādī Sabrā (fig. 1). Immédiatement au nord de ce petit affluent prend place un téménos quadrangulaire de ca. 35 x 40 m (alt. 826 m). Limité par des portiques, il encadre un temple barlong de ca. 10 x 8 m, partiellement dégagé par John P. Zeitler en 1990 5. À l’ouest, un habitat occupe les pentes d’une « acropole » qui domine le sanctuaire. D’autres vestiges, largement érodés par les crues du wādī, sont visibles au nord et au sud-est du téménos, de même que sur la rive gauche du Wādī Sabrā, dans le secteur du théâtre rupestre. Les fouilles anciennes et les ramassages de surface signalent une occupation qui s’étend entre la fin ier s. av. n. ère et l’époque romaine tardive.

Description des vestiges

  • 6 Par convention le nord utilisé pour la description correspond au nord-est géographique (voir fig.  (...)

3Les vestiges des bains de Sabrā occupent une zone pentue en bordure de wādī, d’environ 42 m du nord au sud, sur environ 18 m d’est en ouest 6. Les eaux saisonnières de ce dernier ont, au fil des crues, emporté la majeure partie de la façade orientale du bâtiment, tandis que la partie ouest est masquée par des colluvions. La perception actuelle de l’édifice est donc celle d’un « écorché » le long d’un axe nord-sud, qui permet d’observer la totalité de sa structure et, en particulier, la nature de ses installations hydrauliques et de son système de chauffage. Le plan reste très incomplet dans la partie ouest de l’édifice, qui est pourtant assurément conservée sur une élévation estimée de plus de 2,50 m par rapport au niveau de circulation. Ce niveau est lui-même relativement élevé par rapport au fond actuel du wādī, situé près de 3 m plus bas.

4Le monument s’organise en deux secteurs (fig. 2 et 3) : au nord une vaste cour à portique (1), au sud le bloc thermal proprement dit. Ce dernier est composé d’une salle froide (2), accessible depuis la cour, et d’au moins une salle chaude (3), munie d’un bassin et d’un dispositif d’hypocaustes. Une salle de service (4) destinée à alimenter le foyer est également discernable au sud de la salle chaude. D’autres pièces intermédiaires (5, 6), probablement chauffées, devaient, à l’ouest et au sud-ouest de la salle (3), compléter le parcours du baigneur.

Figure 2.

Figure 2.

Vue d’ensemble du Wādī Sabrā vers le sud-ouest, localisation du sanctuaire et des bains

© W. Abu Azizeh

Figure 3.

Figure 3.

Plan d’ensemble des bains du Wādī Sabrā

© Relevé Th. Fournet, topographie N. Paridaens

5Toutes les salles visibles sont bâties en maçonnerie de grès à double parement, aux assises comprises entre 23 et 46 cm, pour une épaisseur totale variable selon les pièces (principalement 65 et 90 cm). La salle (2) conserve ponctuellement (partie est de la façade nord), les vestiges d’un enduit de mortier très altéré, constitué de plusieurs passes. D’autre fragments, peints cette fois, ont également été trouvés dans la salle (3) (registres rouge et blanc) et dans la cour (1) (fond blanc, courbes rouges ca. 1,30 cm de large appliquées au pinceau). Plusieurs conservent les traces d’une ou deux couches blanches supplémentaires masquant les motifs. Un fragment de marbre blanc trouvé en surface (ép. 1,70 cm, mortaise pour crampon de fixation et traces de mortier gris au verso) signale également l’utilisation de placages.

La cour (1)

6Le vaste espace situé au nord du bloc thermal ne conserve que peu d’éléments in situ visibles sans fouille. Sa limite sud (fig. 4 et 5), la mieux conservée, constitue la façade nord de la salle froide (2). Elle est percée d’une large porte (ca. 1,30 m) encadrée de pilastres (36 cm). Les limites est (emportée par les eaux) et ouest (masquée dans la pente) de cette façade nous sont en revanche inconnues. À l’est, c’est l’ensemble de la cour qui a disparu, laissant entrevoir, en bordure du wādī principal et du wādī secondaire, l’arrachement d’un dallage bâti sur un remblai. Au nord-est, en fond de wādī (ca. 2,20 m sous le niveau du dallage), est conservé un tronçon de mur qui nous donne une indication sur l’extension de la cour, qui était plus large que le bloc thermal et s’avançait d’au moins 4 m dans le cours actuel du Wādī Sabrā.

Figure 4.

Figure 4.

Coupe est-ouest vers le sud au niveau de la cour (1), vers la salle froide (2)

© Th. Fournet

Figure 5.

Figure 5.

Vue d’ensemble vers le sud-ouest de la façade est des bains, emportée par le wādī. Au premier plan le mur nord de la salle froide (2) et le dallage de la cour (1)

© Th. Fournet

7Au nord-ouest, l’angle de la cour a été repéré au milieu des éboulis (fig. 3). Son retour nord, à environ 2,50 m de l’angle, est en partie taillé dans le rocher qui affleure dans ce secteur ca. 2 m au-dessus des lambeaux de dallage repérés dans la coupe, et 4 m au-dessus des assises les plus basses, repérées au nord-est. La limite ouest de la cour ne nous est connue que par cet angle et par deux blocs, un peu plus au sud, mis au jour par le ravinement des eaux de ruissellement. L’espace délimité par ces tronçons de mur occupe un large rectangle légèrement trapézoïdal de 18 m nord-sud sur au moins 16,50 m est-ouest (soit environ 300 m2).

  • 7 Notons seulement qu’en suivant le rythme donné par les colonnes en place et en s’appuyant sur la p (...)

8L’intérieur de la cour est jonché d’une trentaine de tambours de colonne, presque tous d’un diamètre compris entre 52 et 55 cm. Quatre autres blocs semblent, malgré l’érosion, pouvoir être assimilés à trois chapiteaux et à une base, de même diamètre. Un tambour et un élément de chapiteau (échine d’un chapiteau « nabatéen » à cornes ?) appartiennent cependant à un ordre différent (diam. 45 cm). Si la majorité de ces blocs est en position de chute, ou a versé dans la pente vers le wādī, d’autres en revanche sont posés verticalement et laissent entrevoir un second élément en place sous le premier. Trois tambours en particulier semblent avoir conservé leur position initiale et permettent de restituer — de manière très hypothétique à ce stade — le rythme des portiques qui devaient exister au moins au nord et à l’ouest de la cour. Il est impossible, en l’absence de fouilles, de savoir si les côtés est et sud de la cour étaient également pourvus de portiques 7.

9Les autres éléments de colonne en place, en particulier au centre de la cour, appartiennent probablement à une réoccupation de l’espace après l’abandon et la ruine des portiques d’origine. Cette réoccupation est également visible au nord-est de la cour, où le ruissellement a mis au jour un niveau de sol, constitué d’éléments de destruction (fragments de dalle, petites pierres, éléments d’enduits peints), bâti environ 40 cm au-dessus du dallage initial et visible en contrebas.

Salle froide (2)

10La porte percée au sud de la cour donne accès à une salle profonde de 6,30 m. De part et d’autre de la porte et en vis-à-vis sur le mur sud sont conservés quatre piliers qui recevaient les arcs de la couverture (portée de 5,25 m ; quelques claveaux de l’arc ouest sont conservés au niveau du sol actuel). L’espacement des arcs entre eux, 2,05 m, incite à restituer une couverture mettant en œuvre des solives de bois plutôt que des dalles de pierre.

11L’arrachement de la partie est de la salle par les eaux du wādī révèle sur toute la largeur un dallage ainsi que, sous celui-ci, une canalisation légèrement oblique (largeur 38 cm), très certainement destinée à évacuer les eaux usées de l’édifice vers le wādī. La présence de cet égout peut indiquer l’existence d’un bassin froid dans la partie ouest de la pièce, actuellement masquée.

12Le rythme des arcs de couverture nous donne une indication permettant de restituer la limite ouest de la pièce, selon qu’elle ait comporté trois, quatre ou cinq travées. L’hypothèse d’une pièce à trois travées (largeur 7,45 m) placerait la porte nord au centre du mur nord, et permettrait l’accès aux salles chaudes par l’ouest (mais ne laisserait que peu de place à un bassin froid) ; celle d’une salle à cinq travées (largeur 12,80 m) placerait la façade ouest exactement dans le prolongement du mur ouest de la cour. Seule la fouille permettra de trancher entre ces hypothèses de restitution.

Salle chaude (3)

13Directement au sud de la salle froide, mais sans communication directe avec elle, se trouve une salle carrée (3,90 m de côté) pourvue au nord et au sud de deux exèdres rectangulaires (3,30 x 1,65 m au nord, 3,30 x 1,45 m au sud). Cet espace était sans doute couvert, à l’origine, par un système de voûte (pour les exèdres) et d’une voûte ou d’une coupole pour l’espace central.

14Là encore, l’action du wādī nous livre un écorché de la pièce, qui révèle un système d’hypocaustes très bien conservé. Le fond de ce dispositif est constitué de briques de terre cuite carrées (26 x 26 cm, ép. 3,50 cm) directement posées sur un puissant remblai qui semble, en partie au moins, être le rocher en place. Au nord, juste en avant de l’exèdre nord, deux pilettes de briques circulaires (diam. 22 cm, ép. ca. 7 cm) sont visibles ; elles étaient destinées à porter la suspensura, détruite à cet endroit.

15L’exèdre sud était occupée par un bassin dont la partie basse est entièrement conservée (fig. 6). Les pilettes qui le portent sont carrées, constituées des mêmes briques que celles du fond de l’hypocauste (26 x 26 x 3,50 cm), ainsi que de demi-briques (13 x 26 x 3,50 cm). La hauteur totale des piles, et donc du vide sous la suspensura du bassin, atteint ca. 95 cm. La suspensura, conservée et visible uniquement au niveau du bassin, est constituée de grandes briques franchissant l’espace entre pilettes, d’une couche de mortier de chaux et de cendre, d’éléments de calage et, enfin, de dalles de grès formant le fond. L’épaisseur totale de cette suspensura est de 16 cm.

Figure 6.

Figure 6.

Piscine chaude de la salle (4), vers l’ouest

© Th. Fournet

  • 8 Les dix fragments collectés sont malheureusement très incomplets et ne permettent pas de restituer (...)

16Les parois du bassin sont constituées, au sud et à l’ouest, d’un muret de demi-briques et d’orthostates de grès similaires aux dalles du fond. Le bassin, tel que nous pouvons le restituer, mesurait ca. 2,50 x 1,10 m (dimensions intérieures) et était profond d’au moins 50 cm. Dans sa partie ouest, la mieux conservée, un espace semble ménagé entre les murs et les parois du bassin ; il était sans doute destiné à accueillir des cheminées ou un dispositif de tubulures aujourd’hui détruit ou masqué. Un ramassage de surface, en contrebas de la partie ruinée, a en effet livré quelques fragments de tubulures, attestant l’utilisation de parois chauffantes dans cette pièce 8. Au nord, le bassin est limité par une marche/banquette profonde de 26 cm et par une margelle constituée de briques, en grande partie détruite. Le niveau de circulation dans la salle, hors du bassin, n’est pas visible. Dans l’axe de la pièce, sous le bassin, au sud, s’ouvre le foyer associé à l’hypocauste. Le passage, large de 85 cm dans la maçonnerie, est réduit à 35 cm par deux parois de briques. Ce conduit, probablement voûté à l’origine, avance de 35 cm sous la baignoire et se prolonge au sud sur au moins 50 cm au-delà du mur sud de la salle chaude.

Salle de service (4)

17Le foyer était alimenté depuis une salle rectangulaire (ca. 3,50 x 3,80 m) en partie visible au sud du bloc thermal. Le prolongement du canal de chauffe à l’intérieur de cette pièce et la présence — apparemment en place — d’un bloc à 70 cm au sud du mur nord incitent à restituer au-dessus du foyer un dispositif de chaudière destiné à alimenter l’édifice en eau chaude, et plus particulièrement le bassin de la salle 4 situé juste au nord. Les ruissellements et l’érosion de la partie orientale de cette salle de service ont révélé, dans la pente, d’importantes poches cendreuses, logiquement issues du fonctionnement et des nettoyages du foyer (zones hachurées sur la fig. 3).

Autres vestiges (5, 6, 7, 8)

18La salle chaude (4) ne pouvait être accessible que par l’ouest, à hauteur d’une lacune dans le mur, dans l’axe du carré central. Il faut donc restituer au moins une autre salle intermédiaire chaude ou tiède (5), juste à l’ouest, qui faisait le lien avec la salle froide (1). Plus au sud, à l’ouest de la salle de service (4), émerge un massif de maçonnerie très érodé, dont le parement nord semble courbe (6). La présence de ce massif est sans doute à mettre en relation avec une seconde salle de service (7) discernable plus au sud encore, qui indiquerait en (6) une autre salle chauffée. Au nord-ouest des bains enfin, en direction du sanctuaire, a été repérée une canalisation creusée dans le rocher (8), semblant se diriger vers l’édifice thermal. Rien ne permet d’associer avec certitude cette canalisation aux bains mais il est tentant d’y voir les vestiges d’un aqueduc destiné à alimenter l’édifice.

Interprétation de l’édifice

19Il est exceptionnel de pouvoir décrire un édifice thermal tel que celui du Wādī Sabrā sans donner un seul coup de truelle. L’interprétation de ce monument, son insertion dans le paysage thermal du Proche-Orient et, bien sûr, l’estimation de sa période de construction et de sa durée d’utilisation se heurtent toutefois à de très nombreuses inconnues. Le plan reste lacunaire, en dépit de la qualité des informations disponibles. Le « bloc thermal », qui permettrait d’insérer l’édifice dans les typologies connues, n’est visible que dans sa partie orientale, le long d’une coupe nord-sud, tandis que les technologies mises en œuvre (hypocaustes, tubulures), qui apparaissent au Proche-Orient en contexte hérodien et perdurent jusqu’à la fin de l’Antiquité, ne permettent pas de déterminer la date de construction du bâtiment. Le décor est absent, les chapiteaux, mal conservés, sont d’un type très standard et la céramique collectée lors du relevé architectural se réduit à quelques briques, pilettes et tubulures. Il est cependant possible, afin de préparer l’éventuelle fouille de l’édifice, de proposer quelques hypothèses de travail.

Accès aux bains

20L’accès à la cour est pour l’instant impossible à localiser. À l’est comme à l’ouest, les niveaux extérieurs sont situés à plus de 2,50 m au-dessous ou au-dessus du niveau de circulation intérieur. Un accès par le nord, du côté du sanctuaire, aurait au contraire permis de ménager un accès axial et de plain-pied à la cour. Le rocher qui borde l’édifice de ce côté, creusé par le wādī secondaire, est cependant escarpé et implique l’installation d’un franchissement quelconque, dont rien n’est conservé, au moins côté bains. Léon de Laborde indique pourtant un pont à cet endroit (fig. 1), ce qu’il faudra vérifier côté sanctuaire.

21Une autre solution pourrait être de restituer un escalier à l’ouest de la salle (2), permettant depuis la pente d’accéder au portique ouest de la cour. Les circulations antiques restent inconnues mais le chemin actuel qui, depuis le sud longe le wādī pour rejoindre le sanctuaire, passe directement à l’ouest des bains, au niveau de la rupture de pente ; si l’arrivée se faisait historiquement par ce passage (ce que l’aménagement du rocher au niveau du torrent et la présence de l’aqueduc qui le longe pourraient suggérer), l’hypothèse d’une entrée par l’angle sud-ouest semble la plus logique.

Restitution du circuit et datation

  • 9 Dudley & Reeves 2007.
  • 10 Joukowsky 2007. La présence, à Pétra comme à Sabrā, d’une vaste cour à portique associée aux bains (...)
  • 11 Butler 1919, p. 464. Voir également la contribution de C. Durand dans ce volume et celle de Th. Lep (...)
  • 12 Voir la contribution de C. Durand dans ce volume.
  • 13 Fournet 2010.
  • 14 Voir la contribution de C. Durand dans ce volume.
  • 15 Voir la contribution de L. Tholbecq, S. Delcros et N. Paridaens dans ce volume.
  • 16 Small 1987 ; Netzer 1999.
  • 17 Fournet 2012.

22Les bains de Sabrā semblent suivre un plan à itinéraire rétrograde : les baigneurs traversent au retour les salles empruntées à l’aller et passent successivement de la cour (1) à la salle froide (2), puis à une ou deux salles chaudes intermédiaires (5), avant d’atteindre la salle chaude principale (3), pourvue d’un bassin chaud. Ils retraversent ensuite ces mêmes salles pour profiter d’un bain froid dans la salle (1). Sans engager ici une véritable étude comparative, un regard vers quelques autres édifices balnéaires de la région permet de préciser ce schéma de base. La proximité topographique de bains et d’un sanctuaire permet en effet de rattacher, de manière certes encore hypothétique, l’édifice de Sabrā à quelques autres bains de Jordanie et de Syrie du Sud, également situés à proximité directe d’un sanctuaire. La salle (6) en particulier peut bénéficier de cette étude comparative : les bains du Wādī Ramm 9, tout comme ceux du « Great Temple » de Pétra dans leur premier état 10 ou ceux de Sīʿ en Syrie du Sud 11, possèdent une salle circulaire interprétée comme une étuve (laconicum). La position de la salle (6) dans les bains de Sabrā, le tracé de son mur sud et la présence probable d’un chauffage spécifique permettent, de manière hypothétique, d’y restituer là aussi une étuve circulaire, accessible par la salle (5). Les circulations seraient dans ce cas comparables à celles des bains du Wādī Ramm et ceux de Pétra : la salle chaude intermédiaire permettrait d’accéder d’une part au caldarium principal et, d’autre part, au laconicum. Si cette hypothèse devait s’avérer, la présence d’une telle étuve, absente de la majorité des édifices proche-orientaux, rattacherait les bains de Sabrā au groupe des petits bains « nabatéo-romains » habituellement datés de la fin du ier s. ou du début du iie s. de n. ère. Par ailleurs, la proximité entre nos bains et le sanctuaire de Sabrā permet de proposer un second rapprochement, avec cette fois les exemples de Khirbet edh-Dharih 12 et de Sleim 13. La comparaison des plans, qui n’est à ce stade de l’étude guère éclairante, semble toutefois suggérer un lien de parenté entre ces édifices, très classiques par rapport au corpus très fourni des « petits bains » plus tardifs. Cette hypothèse d’une datation de l’édifice au tournant des ier et iie s. et d’un lien direct entre bain et sanctuaire doit bien entendu être testée par la fouille. Enfin, la présence, dans les bains, d’indices d’une réoccupation postérieure à l’abandon de la fonction thermale (ou au moins de la cour [1]) doit également être confrontée à l’occupation des autres secteurs de Sabrā où une occupation « tardive » est également décelable. Seule une fouille permettra de répondre à ces questions. Le niveau de conservation de l’édifice, en grande partie masqué mais assurément conservé sur plus de 2,50 m d’élévation (ou plus de 5,10 m avec soubassement), laisse présager d’importants résultats. Associés aux travaux en cours sur les bains de Khirbet edh-Dharih 14 et sur ceux du Jabal Khubthah (Pétra) 15, ils permettraient le cas échéant de mieux comprendre le rôle du bain dans les premiers siècles de la province d’Arabie, son éventuelle association aux sanctuaires — rôle qu’il perd par la suite —, et peut-être de saisir enfin les modes de diffusion et d’appropriation des pratiques thermales dans cette région où les deux siècles qui séparent les bains palatiaux hérodiens 16 des constructions monumentales d’époque sévérienne puis byzantine 17 restent en effet mal représentés.

  • 18 Shiyyab 2008. Cet édifice monumental, visible sur la rive droite du Wādī Mūsā au niveau de la rue à (...)
  • 19 Schmid et al. 2012.

23Quoi qu’il en soit, cette exploration préliminaire des bains de Sabrā permet déjà de confirmer l’importance et le rôle majeur des monuments thermaux dans la ville de Pétra. L’étude, menée ces dernières années, des bains du « Great Temple », des bains monumentaux du centre-ville 18, de ceux d’Umm el-Biyarah 19 et enfin de ceux du Jabal Khubthah, dans une ville que l’on pensait jusque-là dépourvue de telles infrastructures, confirme également l’importance du phénomène balnéaire dans la sphère nabatéenne et dans la province d’Arabie. Nous connaissions l’omniprésence et la sophistication à Pétra des dispositifs hydrauliques, aqueduc et citernes, et le goût de ses habitants pour l’ostentation dans cette maîtrise de l’eau (fontaines, nymphées, lac artificiels, jardins, etc.). Il n’est finalement pas surprenant que cette tendance à « montrer l’eau », dans une région où elle peut se révéler si rare, trouve à l’époque romaine et dans le domaine thermal un terrain idéal où se développer.

Nous remercions Laila Nehmé qui nous a transmis un dossier documentaire sur le site de Sabrā. Nous tenons également à remercier chaleureusement l’équipe éditoriale de Syria d’avoir accepté d’ajouter cet article au dossier « Bains de Jordanie », malgré les délais très serrés imposés par l’édition du volume. Cette courte présentation du dossier Sabrā, dès à présent et en dépit de l’aspect préliminaire des résultats, permet de compléter le « paysage thermal » jordanien.

Haut de page

Bibliographie

Augé (C.) & Linant de Bellefonds (P.) 1994 L. de Laborde et L. M. A. Linant de Bellefonds, Pétra retrouvée. Voyage de l’Arabie Pétrée, 1828, Paris.

Brünnow (R. E.) & Domaszewski (A. von) 1904-1909 Die Provincia Arabia. Auf Grund zweier in den Jahren 1897 und 1898 unternommenen Reisen und der Berichte früherer Reisender. Unter Mitwirkung von Julius Euting, Strasbourg.

Butler (H. C.) 1919 Syria. Publication of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria in 1904-1905 and 1909. Division II, Architecture: section A, Southern Syria, Leyde.

Dudley (D.) & Reeves (M. B.) 2007 « Luxury in the desert: A Nabataean Palatial Residence at Wadi Ramm », Th. E. Levy et al. (éd.), Crossing Jordan. North American Contributions to the Archaeology of Jordan, Londres, p. 401-407.

Fournet (Th.) 2010 « Les bains romains de Sleim (Selæma), analyse architecturale et proposition de chronologie », M. Al-Maqdissi, F. Braemer et J.-M. Dentzer (dir.), Hauran V. La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive, recherches récentes (BAH 191), vol. 1, p. 315-333.

Fournet (Th.) 2012 « Thermes impériaux et monumentaux de Syrie du Sud et du Proche-Orient », Cahiers de la Villa Kérylos, 11, p. 185-246.

Joukowsky (M. S.) 2007 Petra Great Temple, II: Archaeological Contexts of the Remains and Excavations, Brown University Excavations in Jordan at the Petra Great Temple, 1993-2007, Providence.

Laborde (L. de) 1830 Voyage de l’Arabie Pétrée par Léon de Laborde et Linant, Paris.

Lindner (M.) 1982 « An Archaeological Survey of the Theater Mount and Catchwater Regulation System at Sabra, South of Petra, 1980 », ADAJ 26, p. 231-242.

Lindner (M.) 1992 « Survey of Sabra (Jordan) 1990. Preliminary Report », ADAJ 36, p. 193-204, 205-216.

Lindner (M.) 2005 « Water Supply and Water Management at ancient Sabra (Jordan) », PEQ 137/1, p. 33-52.

Lindner (M.) & Zeitler (J. P.) 1997-1998 « Sabra - Entdeckung, Erforschung und Siedlungsgeschichte einer antiken Oasenstadt bei Petra (Jordanien) », AfO 45, p. 535-565.

Netzer (E.) 1999 « Herodian Bath-Houses », J. DeLaine & D. E. Johnson (éd.), Roman Baths and Bathing (JRA Suppl. 37), Portsmouth, p. 45-55.

Schmid (S. G.), Bienkowski (P.), Fiema (Z. T.) & Kolb (B.) 2012 « The palaces of the Nabataean kings at Petra », L. Nehmé & L. Wadeson (éd.), The Nabataeans in Focus: Current Archaeological Research at Petra (Supplement to the Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 42), Oxford, p. 73-98.

Shiyyab (A.) 2008 « Preliminary Report on the First Season of Central Petra Excavations », ADAJ, 52, p. 105-108.

Small (D. B.) 1987 « Late Hellenistic baths in Palestine », BASOR 266, p. 59-74.

Zeitler (J. P.) 1992 « Ein nabatäisches Heiligtum des 1. Jahrhunderts aus Sabra, Südjordanien », Jahresmitteilungen Natur und Mensch, Naturhistorische Gesellschaft Nürnberg, p. 53-92.

Haut de page

Notes

1 Laborde 1830, p. 61, pl. 33 ; Augé & Linant de Bellefonds 1994, p. 196-197.

2 Brünnow & Domaszewski 1904, p. 425-427 ; Lindner 1982 ; Lindner 1992.

3 Zeitler 1992 ; Lindner & Zeitler 1997-1998 ; Lindner 2005.

4 La campagne, mise en œuvre par la Mission archéologique française de Pétra et la Mission archéologique belge de l’Université libre de Bruxelles, s’est déroulée du 6 au 30 octobre 2014. Un réseau topographique a été implanté (L. Vallières et P. Rieth) ; couplé à une couverture en photographie aérienne de la zone (W. Abu Azizeh), il a permis de créer un modèle numérique de terrain, outil particulièrement adapté aux reliefs escarpés du site. Le relevé des vestiges a été réalisé au 1/50 par S. Delcros, G. Dumont, Th. Fournet, N. Paridaens et L. Tholbecq, les structures décrites par Th. Fournet, N. Paridaens et L. Tholbecq et un premier phasage chronologique a été proposé sur la base d’un ramassage de la céramique de surface par C. Durand.

5 Zeitler 1992.

6 Par convention le nord utilisé pour la description correspond au nord-est géographique (voir fig. 3).

7 Notons seulement qu’en suivant le rythme donné par les colonnes en place et en s’appuyant sur la présence des fondations du mur périphérique au nord-est, il est tentant de restituer à l’est un portique qui placerait la porte d’accès à la salle (2) dans l’axe de la cour.

8 Les dix fragments collectés sont malheureusement très incomplets et ne permettent pas de restituer les dimensions de ces tubulures. Elles étaient pourvues, sur le côté, d’ouvertures ovoïdes découpées grossièrement avant cuisson et destinées au passage des gaz chauds d’un conduit vertical à l’autre. Les fragments sont par ailleurs d’une finition très approximative : les parois, d’épaisseur très variable (de 0,40 à 1,10 cm), sont souvent gauches et les angles tantôt presque droits, tantôt très arrondis.

9 Dudley & Reeves 2007.

10 Joukowsky 2007. La présence, à Pétra comme à Sabrā, d’une vaste cour à portique associée aux bains ainsi bien entendu que leur proximité géographique, font de ce dernier bâtiment le meilleur parallèle à notre édifice.

11 Butler 1919, p. 464. Voir également la contribution de C. Durand dans ce volume et celle de Th. Lepaon et C. Lachat (fig. 19). L’édifice, aujourd’hui disparu, n’est connu que par un plan sommaire.

12 Voir la contribution de C. Durand dans ce volume.

13 Fournet 2010.

14 Voir la contribution de C. Durand dans ce volume.

15 Voir la contribution de L. Tholbecq, S. Delcros et N. Paridaens dans ce volume.

16 Small 1987 ; Netzer 1999.

17 Fournet 2012.

18 Shiyyab 2008. Cet édifice monumental, visible sur la rive droite du Wādī Mūsā au niveau de la rue à portique, se rattache aux modèles dits « impériaux ». Voir également Fournet 2012.

19 Schmid et al. 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Plan du site de Sabrā publié par Léon de Laborde, localisation du sanctuaire et des bains (Laborde 1830, pl. 33)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 886k
Titre Figure 2.
Légende Vue d’ensemble du Wādī Sabrā vers le sud-ouest, localisation du sanctuaire et des bains
Crédits © W. Abu Azizeh
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Titre Figure 3.
Légende Plan d’ensemble des bains du Wādī Sabrā
Crédits © Relevé Th. Fournet, topographie N. Paridaens
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 4.
Légende Coupe est-ouest vers le sud au niveau de la cour (1), vers la salle froide (2)
Crédits © Th. Fournet
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Figure 5.
Légende Vue d’ensemble vers le sud-ouest de la façade est des bains, emportée par le wādī. Au premier plan le mur nord de la salle froide (2) et le dallage de la cour (1)
Crédits © Th. Fournet
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3216/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 6.
Légende Piscine chaude de la salle (4), vers l’ouest
Crédits © Th. Fournet
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3216/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibaud Fournet et Laurent Tholbecq, « Les bains de Sabrā : un nouvel édifice thermal aux portes de Pétra », Syria, 92 | 2015, 33-43.

Référence électronique

Thibaud Fournet et Laurent Tholbecq, « Les bains de Sabrā : un nouvel édifice thermal aux portes de Pétra », Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/3216 ; DOI : 10.4000/syria.3216

Haut de page

Auteurs

Thibaud Fournet

Architecte CNRS, Institut français du Proche-Orient, Amman

Articles du même auteur

Laurent Tholbecq

Professeur à l’Université libre de Bruxelles, directeur de la Mission archéologique française de Pétra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals