Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsMaurice Sartre, L’historien et se...

Recensions

Maurice Sartre, L’historien et ses territoires. Choix d’articles (Scripta Antiqua 70)

Corinne Bonnet
p. 464-466
Référence(s) :

Maurice Sartre, L’historien et ses territoires. Choix d’articles (Scripta Antiqua 70), textes réunis par P. Brun, Bordeaux, Ausonius, 2014, 740 p., ISBN 978-2-35613-125-6.

Texte intégral

1C’est un jeune Maurice Sartre, barbu, fumant la pipe, l’œil pétillant, que l’on découvre avec plaisir parmi les premières pages du volume. Il scrute ses « territoires », ceux d’un historien qui, comme le note judicieusement Patrice Brun dans son « Avant-propos » (p. 11-12), a su rompre avec les frontières et a inlassablement œuvré à désenclaver l’histoire ancienne (que l’on songe à son rôle dans les « Rendez-vous de l’Histoire » à Blois). Ce recueil, qui est un hommage à sa carrière, donne donc à voir des cheminements, des défrichements, des paysages à la fois cohérents et amples, variés et complexes, sur un empan chronologique qui va, en gros, de l’époque hellénistique à l’Antiquité tardive (pas loin de dix siècles !). Lorsque l’on a terminé la lecture de ce fort volume, on reste admiratif face à un travail qui combine si harmonieusement et si fructueusement histoire, épigraphie, archéologie, sans oublier la numismatique, l’histoire de l’art, la géographie historique, et une sensibilité historiographique rare, bref une approche complète des données historiques, adossée à une remarquable érudition au service de l’intelligibilité du passé. Cet hommage à Maurice Sartre, qui rassemble 49 essais et une précieuse bibliographie de ses travaux (p. 733-740, avec 142 références), dessine aussi en filigrane le portrait d’un grand enseignant qui a largement transmis ses savoirs et essaimé en France et bien au-delà. On n’oubliera pas de souligner aussi la collaboration constante avec son épouse Annie Sartre-Fauriat, qui fut de bien des voyages en ces territoires, à l’interface de ce que nous appelons communément la Grèce et l’Orient : Bostra, Palmyre, Pétra, Canatha, Antioche… de l’Arabie à l’Asie Mineure, d’Alexandre à Zénobie.

2Lire aujourd’hui ces belles (et nombreuses : 740 !) pages acquiert une signification particulière. Combien, en effet, de ces territoires sont encore accessibles ou intacts ? Plus que jamais, ce que Maurice Sartre nous livre, c’est un ktèma es aei, qu’il est important de préserver, de méditer, de prolonger par nos études, afin que ce domaine survive aux terribles épreuves qu’il traverse. Les mots « religion », « domination », « mémoire », « identité », fréquents sous la plume de Maurice Sartre, prennent un sens particulier dans le contexte actuel ; il est vrai que, de tout temps, ces régions ont constitué un enjeu en termes de circulation et d’échanges, un espace où les empires se sont succédés, complexifiant les langages, les cultures, les pratiques. Hellénisation, romanisation, culte impérial, découpages territoriaux ou chronologiques, bref « chances et risques de la métamorphose », comme le dit joliment un des articles proposés : telles sont les questions majeures des pages qui nous sont proposées et qui composent une mosaïque historique à la fois belle et riche de sens.

3Il serait vain, et il est même franchement impossible, dans le cadre contraint d’un compte rendu, de rendre justice à chacun des 49 articles. En fournir la liste n’a pas davantage de sens. Signalons simplement qu’ils sont regroupés en trois section : 1. Épigraphie, 2. Syrie et Arabie, 3. Histoire. Le découpage se tient mais il est, inévitablement, quelque peu artificiel, puisque les trois thématiques sont présentes partout. La première donne à voir, volontiers en collaboration avec tel ou tel collègue, l’épigraphiste, éditeur des IGLJ et IGLS, maîtrisant parfaitement ces supports et les problèmes techniques qu’ils soulèvent, et capable de les faire parler de langue, de religion, d’institutions, de toponymie, de relations familiales ou commerciales… Exemplaire, à cet égard, est le travail sur le dieu Théandrios de Canatha (p. 27-38), qui repose sur un dossier de onze inscriptions. Concernant cette divinité arabe au nom grec, Maurice Sartre discute diverses hypothèses interprétatives, hiérarchisant les informations et remettant, si je puis dire, l’église au milieu du village, prudemment, solidement. C’est une leçon de méthode que cet article, comme bien d’autres dans le recueil du reste.

4La deuxième section balade le lecteur dans de vastes territoires, certains familiers comme Antioche, Pétra, Bostra, Jérusalem ou Palmyre, d’autres moins connus, comme ces innombrables localités où culture grecque et traditions indigènes se rencontrent, ainsi que le rappelle l’article analysant cette dynamique dans l’Arabie romaine (p. 383-391). « Rien n’est plus délicat à interpréter que la trace d’un emprunt culturel ou artistique », écrit M. Sartre (p. 383), une sentence que l’on devrait graver au fronton de bien des édifices historiographiques, avec la même portée gnomique que le « Gnôthi seauton » delphique. « La seule manière de procéder consiste sans doute à faire l’inventaire systématique des signes de toute nature, à tenter de les classer et à en comprendre la portée », poursuit-il, donnant à voir sa méthode toujours empirique, solidement ancrée dans les données et les terrains, et en même temps la modestie qu’il manifeste naturellement, en dépit de son extraordinaire maîtrise des territoires qu’il fréquente. Ce dernier aspect donne à l’homme et à l’œuvre un charme tout particulier. Qu’il s’agisse de l’hellénisation ou de la romanisation du Proche-Orient, on relira en tout cas avec grand profit les pages que contient ce recueil, où les phénomènes sont nuancés, déconstruits, appréciés à l’aune de la variété géographique, politique et sociale. On est impressionné par l’article (p. 369-381) sur les progrès de la citoyenneté romaine dans les provinces romaines de Syrie et d’Arabie sous le Haut-Empire qui prend en compte tous les paramètres d’une société dont la stratification s’avère d’une grande complexité et qui illustre bien les « chances » et les « risques » qu’impliquent les changements de statut.

5Enfin, dans la section intitulée « Histoire », les questions religieuses, culturelles, sociales, politiques, économiques, territoriales contribuent à brosser un tableau vivant, dynamique, toujours nuancé, sans cesse attentif aux pièges de la terminologie moderne. De même que pour « hellénisation » et « romanisation », Maurice Sartre s’interroge sur la pertinence de la catégorie moderne (et monothéiste) de « religion » pour les polythéismes antiques et il livre, dans la foulée (p. 509-530), une analyse à la fois solide et fine de la manière dont les Séleucides se sont emparés des cultes locaux avec la complicité des communautés (surtout des élites) locales. Qu’il s’agisse des légendes de fondation en tant que récits identitaires ou de l’évergétisme comme comportement social et/ou moyen de gouvernement, M. Sartre a la capacité d’aller au-delà des discours convenus que recèlent souvent les inscriptions pour sonder le jeu des intentions souvent multiples, parfois contradictoires. Avec clarté, avec érudition, avec le sens de la synthèse (voir notamment « Les colonies romaines dans le monde grec : essai de synthèse », p. 563-602, essai particulièrement réussi !), avec art (cf. « L’Histoire : un art du récit ? », p. 651-657), il restitue aux lecteurs des territoires éclairés de sens mais encore riches de questions qu’il conviendra d’approfondir. « La capacité de l’historien à construire un récit mettant en œuvre la totalité de ses sources pose nécessairement une limite à chacune de ses entreprises » (p. 655) : on ne peut que souscrire à cette sage affirmation. Pourtant, au terme de la lecture du volume, l’impression dominante n’est pas celle de « limites », mais au contraire celle de l’ampleur. Tel un « nomade » (cf. l’essai intitulé « Les nomades dans l’Empire romain », p. 659-688), M. Sartre échappe à toute autorité extérieure, si ce n’est celle des sources qu’il connaît et interprète si magistralement. S’il nous apprend (p. 665) que les nomades jouissent d’une réputation détestable, tout à l’inverse l’historien nomade qu’est Maurice Sartre est très estimé de la communauté scientifique. Il nous reste donc à remercier les collègues bordelais et les éditions Ausonius d’avoir publié un volume si bienvenu, qui fait très justement ressortir l’importance et la portée de l’œuvre de M. Sartre, et à l’encourager à poursuivre son nomadisme scientifique, avec l’espoir que les territoires qu’il affectionne retrouvent aussi vite que possible quiétude et respect.

6Pour prolonger la lecture de ce volume très stimulant, qu’il me soit permis de conseiller au lecteur de lire l’entretien avec Maurice Sartre sur le métier d’historien, paru dans la revue toulousaine Anabases. Traditions et réceptions de l’Antiquité, et disponible en ligne (Maurice Sartre, « Entretien : Maurice Sartre et le métier d’historien », Anabases [En ligne], 13 | 2011, consulté le 11 juillet 2015. URL : http://anabases.revues.org/​1886).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Maurice Sartre, L’historien et ses territoires. Choix d’articles (Scripta Antiqua 70) »Syria, 92 | 2015, 464-466.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Maurice Sartre, L’historien et ses territoires. Choix d’articles (Scripta Antiqua 70) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 29 février 2016, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3244 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3244

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search