Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsHarriet Crawford (dir.), The Sume...

Recensions

Harriet Crawford (dir.), The Sumerian World

Bertrand Lafont
p. 446-448
Référence(s) :

Harriet Crawford (dir.), The Sumerian World, Londres / New York, Routledge, 2013, 688 p., ISBN 978-0-415-56967-5.

Texte intégral

1La série des « Routledge Worlds », ouvrages de synthèse historique publiés pour le public anglo-saxon, compte aujourd’hui une vingtaine de titres qui couvrent des domaines allant de Rome ou de l’Égypte pharaonique, jusqu’à l’Empire ottoman ou à l’Angleterre victorienne. Dans ce cadre, le présent volume consacré au « monde de Sumer » devrait susciter l’intérêt, tant il existe finalement peu de synthèses sur cet ensemble chrono-géographique qui concerne l’histoire du sud de l’Irak et le IIIe millénaire av. n. è. (en français, au cours de ce dernier quart de siècle, on ne peut guère citer que l’ouvrage Les Sumériens de J.-L. Huot, paru en 1989 [aux éditions Errance], ou la synthèse par une douzaine d’auteurs pour l’article « Sumer » du Supplément au Dictionnaire de la Bible en 1999 [aux éditions Letouzey & Ané]).

2Cet ouvrage explore donc l’archéologie, l’histoire et les productions culturelles et artistiques de la Mésopotamie du Sud ainsi que les relations qu’a entretenues cette région avec ses voisins entre 3000 et 2000 av. n. è. Pour sa mise en œuvre, Harriet Crawford, déjà auteur elle-même d’un ouvrage largement diffusé consacré à Sumer and the Sumerians et réédité à Cambridge en 2004, a réuni autour d’elle une trentaine de spécialistes, tous bien connus pour leurs travaux sur l’histoire et l’archéologie du Proche-Orient à l’âge du Bronze ancien.

3Le livre est réparti en six sections thématiques de cinq ou six chapitres chacun, soit une trentaine de contributions au total.

4La première section (« The Background ») dresse la scène et le contexte environnemental et historique, avec des chapitres sur la géographie physique et les systèmes d’irrigation et d’agriculture de la Mésopotamie du Sud (J. Pournelle, T. Wilkinson, M. Widell) ; sur « l’entrée dans l’Histoire » à la fin de la période d’Uruk (G. Algaze) ; sur la langue sumérienne (G. Cunningham) ; et sur l’établissement de la chronologie (N. Brisch, à compléter désormais avec le tout récent volume de W. Sallaberger & I. Schrakamp [éd.], History & Philology [ARCANE 3], Turnhout, Brepols, 2015).

5La section II (« Sumerian Society ») traite du peuplement et des types d’organisation urbaine (J. Ur, E. Stone, M. Heinz) et de divers aspects de l’organisation sociale et religieuse à travers les textes et les images (C. Suter, K. McCaffrey, J. Goodnick Westenholz).

6La section III (« Systems of Government ») évoque l’organisation politique et administrative du Sud mésopotamien (M. Van De Mieroop, J. Taylor, T. Sharlach, H. Pittman).

7La section IV (« Life and Death ») est relative à la vie quotidienne (P. Collins, J. Asher Grave, L. Al Gailani) ; aux réalités du travail dans les ateliers textiles (R. Wright) ; et aux croyances et rituels funéraires ainsi qu’à la mythologie (H. Vogel, B. Foster).

8La section V (« The Neighbours ») élargit la scène vers la Mésopotamie du Nord et le domaine syro-anatolien, en s’intéressant aux voisins de Sumer (H. Crawford, A. McMahon, L. Cooper, C. Bachhuber), et notamment à Mari et Ebla (J.-C. Margueron, F. Pinnock).

9La section VI (« The Ends of the Sumerian World ») élargit encore plus l’espace géographique en traitant des situations de l’Iran, des régions du Golfe, de la vallée de l’Indus (Meluhha) et de l’Égypte, contemporaines du temps des Sumériens, jusqu’à la disparition de ces derniers.

10La lecture de l’ouvrage est stimulante et plusieurs contributions offrent un panorama particulièrement complet et à jour des tendances actuelles de la recherche, autour de certaines questions abordées parfois de façon inédite et novatrice par quelques-uns des meilleurs spécialistes du moment. On observera par exemple la façon dont la quatrième section du livre sait tirer parti de l’actuelle vague porteuse des Gender Studies.

11On peut se demander pourtant si le danger d’une telle entreprise (et du titre même de l’ouvrage) n’est pas d’« essentialiser » un concept — Sumer — pour reconstruire une identité qui n’a sans doute jamais existé en tant que telle au IIIe millénaire. En réalité, la seule certitude sur laquelle on puisse s’appuyer pour caractériser une éventuelle identité sumérienne est d’ordre linguistique. Or c’est un fait qu’une bonne part de la production des textes en sumérien sur lesquels on s’appuie pour évoquer le « monde de Sumer » provient d’un temps où cette langue était devenue morte, dans le premier tiers du IIe millénaire. Et s’il y eut jamais tentative de construction d’une « identité sumérienne », elle a surtout été le fait des élites du sud de la Mésopotamie qui, à cette époque, ont souhaité pour des raisons idéologiques récupérer à leur profit le riche et vieil héritage des siècles précédents en montrant la force de leur « sumérité ». Dans un contexte multiculturel et multi-ethnique, les historiens ont donc raison de préférer continuer à parler, faute de mieux, de « civilisation suméro-akkadienne » pour évoquer l’histoire de l’Irak du Sud et de ses voisins immédiats au IIIe millénaire av. n.  è.

12Il faut reconnaître cependant que, dans le présent ouvrage, ce danger d’essentialisme est en partie écarté grâce aux regards croisés de spécialistes de multiples disciplines archéologiques ou historiques et à l’intérêt porté aux régions voisines de Sumer ainsi qu’à l’étude des relations qu’elles ont entretenues entre elles.

13Quelques regrets en refermant ce livre : on n’y trouve quasiment rien sur l’histoire ancienne de Kiš, à l’époque du Dynastique archaïque, ni aucune allusion aux importants débats qu’a occasionnés l’idée — même si elle a été très critiquée — de l’existence d’une « Kish civilization », lancée dans les années 1980 par I. J. Gelb (son nom ne figure même pas dans l’index final ; voir en dernier lieu sur cette question l’article de P. Steinkeller dans RAAO 107, 2013, p. 131-157, notamment 145-151).

14L’index final, particulièrement utile pour ce genre de recueil, est bienvenu, mais on y déplore certains manques : ainsi par exemple n’y trouve-t-on aucun mot comme « war », « army », « soldier » ou « weapon », alors que la guerre fut une réalité majeure dans la Mésopotamie du IIIe millénaire et qu’elle est bien documentée. Idem pour des termes ou notions comme « boat » / « shipping » / « navigation », ou pour « equid » / « donkey » / « horse ».

15D’autre part, une seule bibliographie unifiée en fin d’ouvrage aurait sans doute été préférable, plutôt qu’une trentaine de bibliographies individuelles, afin d’éviter les doublons et de pouvoir s’orienter rapidement vers des recherches complémentaires.

16Enfin, la cartographie, pourtant si importante dans ce type de production, est tout au long du livre malheureusement très déficiente, sinon indigente (au moins sur l’exemplaire que j’ai entre les mains) : on ne voit ni Tigre ni Euphrate sur les cartes des p. 133, 142, 144 ; les supposées « interaction spheres » de la carte de la p. 574 ne sont pas visibles. Et l’ouvrage souffre de plusieurs autres défauts de fabrication : les illustrations (toutes en noir et blanc) sont souvent de piètre qualité, telles ces reproductions des p. 306-308 qui sont floues et en très basse définition. Quant aux signes diacritiques spécifiques pour noter le sumérien et l’akkadien, ils ont tous disparu dans l’article de M. Van De Mieroop, rendant pénible la lecture matérielle de cette contribution. Au total, ce sont là des défauts difficilement pardonnables dans un livre aussi onéreux, le prix annoncé (250 USD) étant particulièrement déconcertant pour ce qui devrait être un « manuel » de large diffusion.

17Ces quelques réserves ne doivent cependant pas cacher l’intérêt de cet ouvrage de synthèse particulièrement complet et bien informé, qui arrive bien sûr à un moment très opportun pour un état des lieux détaillé sur nos connaissances de l’archéologie et de l’histoire de l’Irak aux premiers temps de l’Histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Lafont, « Harriet Crawford (dir.), The Sumerian World »Syria, 92 | 2015, 446-448.

Référence électronique

Bertrand Lafont, « Harriet Crawford (dir.), The Sumerian World »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 15 février 2016, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3245

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search