Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsWerner Eck, Judäa – Syria Palästi...

Recensions

Werner Eck, Judäa – Syria Palästina. Die Auseinandersetzung einer Provinz mit römischer Politik und Kultur (Texts and Studies in Ancient Judaism 157)

Gilbert Labbé
p. 462-464
Référence(s) :

Werner Eck, Judäa – Syria Palästina. Die Auseinandersetzung einer Provinz mit römischer Politik und Kultur (Texts and Studies in Ancient Judaism 157), Tübingen, Mohr Siebeck, 2014, 307 p., ISBN 978-3-16-153026-5.

Texte intégral

1Avec ce livre soigné, publié en avril 2014, Werner Eck nous apporte un concentré d’érudition historique sur un thème qui lui est cher depuis longtemps : Rome et la Judée. Il s’agit en fait d’un recueil de 24 articles ou encore de contributions à des ouvrages collectifs déjà publiés. Une étude remonte à 1992 ; toutes les autres sont plus récentes, parues entre 1998 et 2012 ; quatre textes sont en anglais, vingt en allemand, dont l’un pour la première fois, sa publication ayant été faite initialement en hébreu (2011). Les observations du savant allemand, en ces textes parfois réalisés en collaboration — ainsi, avec Andreas Pangerl, pour certains diplômes militaires, ou Hannah M. Cotton, plutôt pour la papyrologie —, portent surtout sur la Judée, mais s’étendent aussi à l’Arabie romaine et à des cités comme Gaza et Ascalon ; une minorité de chapitres, plus synthétiques, englobent même tout l’empire. Les deux premiers siècles de notre ère, surtout, sont concernés. Un seul point est à regretter à l’occasion de cette publication groupée : la perte, parfois, des illustrations, un fait mineur qui n’empêche nullement de suivre les raisonnements scientifiques et d’évaluer le poids des démonstrations. Ainsi, no 20 : « Sex. Iulius Severus, Statthalter der Provinz Iudaea/Syria Palaestina, und seine Militärdiplome » (= ZPE 175, 2010, de titre légèrement différent, au texte presque identique, avec six clichés).

2Les thèmes abordés, bien que divers, viennent se recouper et se compléter. Les représentants et acteurs de la puissance romaine en Palestine y tiennent la première place, notamment les légats, d’autres officiers et administrateurs, ainsi que les troupes. Les aspects culturels ne sont pas oubliés non plus. En fonction des sujets précis, les sources utilisées varient ou se renforcent les unes les autres, mais l’on constate que l’épigraphie tient la première place, ce qui n’est pas pour surprendre, puisqu’il s’agit ici le plus souvent d’études nouvelles, ou de réinterprétations, réalisées à partir de documents archéologiques.

3Le livre offre trois index : noms de personnes, lieux, matières. Le texte principal est soutenu par de nombreuses notes infrapaginales, signalétiques et érudites, parfois critiques, toujours précieuses. C’est dire déjà l’immense intérêt du recueil et de l’œuvre accomplie.

4Les trois premiers chapitres, les plus synthétiques, montrent à quel point Rome a développé une culture épigraphique impressionnante, à la fois moyen de communication et de pouvoir. La publication des édits des proconsuls et des empereurs, sur différents supports, est illustrée de nombreux exemples, et de même la diffusion de documents comme les S. C., avec le cas remarquable du S. C. de Cn. Pisone patre. La datation usuelle, dans les provinces, Égypte mise à part, se fait toujours par les noms des consuls, y compris des suffecti. Il en est ainsi pour l’Arabie, dès 106, y compris pour les documents de droit privé rédigés en grec, en araméen ou en nabatéen. Plusieurs inscriptions monumentales sont abordées, notamment celle de Tel Shalem. Le nom d’Hadrien, sur l’aqueduc de Césarée, est assurément à lire à l’ablatif, et non au datif. Il n’existe pas dans le monde romain de texte épigraphique purement honorifique : les inscriptions dont l’objet est d’honorer un personnage font toujours partie d’un monument figuratif. Un point très important, souvent encore négligé ou incompris, c’est que, dès avant le remplacement d’Archélaos par les préfets, en 6 n. è., la région faisait déjà partie intégrante de l’empire, étant soumise à l’autorité supérieure du légat de Syrie — voir, particulièrement, p. 49-54 et, tout à fait dans le même sens, G. Labbé, L’affirmation de la puissance romaine en Judée (63 a.C.-136 p.C.), Paris, Les Belles-Lettres, 2012. Les représentants de Rome en Judée n’ont pas été, fondamentalement, des agents provocateurs, comme le donnent à penser bien des récits de Josèphe, mais les représentants de la puissance romaine. L’intervention des légats de Syrie a été constante et ne s’est pas limitée aux aspects guerriers (chap. xv, p. 166-185).

5Les questions militaires, précisément, ne sont pas négligées dans ce recueil aux multiples facettes. De nouveaux diplômes relatifs à la Judée ont été découverts. Avec 3 ailes de cavalerie et 12 cohortes auxiliaires, dont deux étaient milliaires, et l’arrivée d’une seconde légion, l’armée romaine, en cette province, a dû compter environ 20 000 hommes, au plus tard à la fin du règne de Trajan (p. 52). La guerre contre Bar Kokhba est évoquée à plusieurs reprises, étant fortement éclairée par les données épigraphiques, soit directement, s’agissant surtout des principaux généraux et des distinctions qu’ils ont alors reçues, soit indirectement, par le biais des diplômes militaires plus tardifs qui viennent souligner l’importance des recrutements opérés vers 133-134. La venue d’Hadrien auprès des troupes est déjà attestée par Dion Cassius ; elle est à situer au second semestre 132, ou même en 133. Les lourdes conséquences du conflit sont indiquées et analysées.

6Les archives de Babatha livrent de précieuses informations sur l’exercice de la juridiction civile par les légats d’Arabie et, indirectement, de Judée, avec exemples, notamment, de délégation à un iudex datus.

7Bien des aspects culturels sont abordés ou traités en liaison avec les textes épigraphiques et juridiques : les langues employées en ces documents sont toujours révélatrices d’une situation spécifique aux plans démographique, juridique et institutionnel. Ainsi, Caesarea Maritima a dû recevoir, à l’époque flavienne, de nombreux vétérans ; la forte imprégnation latine de la colonie romaine se laisse maintenant bien discerner et ne doit pas être sous-estimée : il y eut remplacement de population.

8L’intérêt du recueil, en ses nombreux aspects, est patent. Informations nouvelles, réinterprétations et conclusions importantes sont bien là ; et le plus notable peut-être, ce sont toujours les qualités méthodologiques de l’auteur, qui unit la rigueur scientifique et la clarté d’exposition, dans l’analyse comme dans la synthèse. L’on a beau y être habitué, c’est un plaisir sans cesse renouvelé. Un livre à avoir sous la main.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Labbé, « Werner Eck, Judäa – Syria Palästina. Die Auseinandersetzung einer Provinz mit römischer Politik und Kultur (Texts and Studies in Ancient Judaism 157) »Syria, 92 | 2015, 462-464.

Référence électronique

Gilbert Labbé, « Werner Eck, Judäa – Syria Palästina. Die Auseinandersetzung einer Provinz mit römischer Politik und Kultur (Texts and Studies in Ancient Judaism 157) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 29 février 2016, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3264

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search