Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsLucinda Dirven (éd.), Hatra. Poli...

Recensions

Lucinda Dirven (éd.), Hatra. Politics, Culture, and Religion between Parthia and Rome (Oriens et Occidens 21)

Maurice Sartre
p. 478-480
Référence(s) :

Lucinda Dirven (éd.), Hatra. Politics, Culture, and Religion between Parthia and Rome (Oriens et Occidens 21), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2013, 364 p., ISBN 978-3-515-10412-8.

Texte intégral

1Hatra, l’un des sites les mieux conservés du désert syro-mésopotamien, et sans doute l’un des plus menacés par l’occupation de la région par les djihadistes de Daesh, a fait l’objet en 2009 d’un passionnant colloque à Amsterdam, essayant de faire le point sur la ville après la reprise des travaux à la fois par le Département des Antiquités d’Iraq et deux missions étrangères, l’Italienne de Roberta Venco Ricciardi et Alexandra Peruzzetto d’une part, la Polonaise de Michel Gawlikowski d’autre part. Faire le point, mais certainement pas tenter une synthèse des positions, tant les opinions divergent sur à peu près tous les sujets. Mais les actes du colloque permettent précisément de les mettre en évidence, de souligner les problèmes majeurs en espérant qu’un jour on pourra reprendre les travaux sur le terrain et tester les hypothèses des uns et des autres. Dans les circonstances actuelles on comprend que ce volume prend un relief particulier et que ses 18 communications (toutes en anglais) importent au plus haut point.

2Des divergences donc, mais toujours argumentées, et ce sont donc plutôt les lacunes de la documentation qui justifient des prises de position opposées. Il en va ainsi sur un point aussi crucial que la place de Hatra dans la politique des empires : est-ce une ville indépendante soumise à l’influence de Rome, est-ce au contraire un point d’appui des Parthes puis des Perses ? Sur ce point essentiel, les avis divergent. Benjamin Isaac plaide en faveur d’une relative indépendance qui pousse les Hatréens à résister d’abord aux Romains au temps des Parthes, puis aux Perses lorsque la présence romaine fut inévitable, mais on est loin de disposer d’une documentation aussi riche qu’à Palmyre pour évaluer le rôle réel de Hatra en temps de paix. Est-elle une étape caravanière (une inscription trouvée à une vingtaine de kilomètres de la ville semble l’indiquer) ? Elle est surtout une étape sur la route entre Nisibe et Ctésiphon. Michael Sommer voit la ville plus dépendante des Parthes qu’Isaac, soulignant que ce sont les souverains parthes qui accordent aux chefs locaux de Hatra le titre royal, sans doute au lendemain de l’expédition de Lucius Verus où le roi des rois avait dû abandonner beaucoup de terrain à Rome. Pour les Hatréens, le pouvoir peu contraignant des Parthes semblait une meilleure option que de devenir clients de Rome, c’est-à-dire susceptibles d’être annexés à tout moment. Seule l’arrivée des Perses sassanides, partisans d’une politique plus autoritaire sur leurs sujets des marges, poussa Hatra à accepter l’alliance de Rome. Présence éphémère puisque la ville disparaît dès 240. Leonardo Gregoratti soutient que la ville, qui se développe surtout après 117, bénéficie alors du soutien puissant des Parthes, mais souligne aussi les différences avec Palmyre, dont il ne semble pas mesurer que le statut politique, polis de la province de Syrie puis colonie romaine, n’a guère à voir avec Hatra, gouvernée par une dynastie indigène jouissant d’une certaine autonomie face au gouvernement central des Parthes. On peut rattacher à cette section le grand article où Stephan Hauser étudie en détail les traces du siège de 240 qui devait conduire Hatra, alliée des Romains, à être prise par Ardashir et abandonnée ; sa capture marquait pour les Perses l’achèvement de la conquête du royaume parthe mais son abandon repoussait vers le nord la zone de contact où Rome et les Perses allaient s’affronter.

3La question se pose aussi de la chronologie et des raisons du développement de la ville. Traditionnellement, les archéologues irakiens ont défendu l’idée que Hatra était un village à l’époque assyrienne, qui s’était développé à l’époque hellénistique avant de briller comme cité jusqu’en 240. Les missions étrangères qui y ont travaillé dans les années 2000 récusent cette chronologie longue et plaident pour un développement tardif. Il a pu y avoir une occupation épisodique durant l’époque hellénistique, mais ce n’est pas avant la fin du ier s. av. J.-C. ou le début du ier s. apr. J.-C. que le site prend de l’importance, son développement monumental n’étant guère antérieur à la guerre parthique de Trajan en 117. Mais sur quelles bases se fait ce développement ? Ted Kaizer soulève nombre de questions pertinentes à ce sujet (ville sanctuaire ? ville caravanière ? forteresse ?) et récuse à juste titre la traditionnelle identification de Hatra avec la ville mentionnée par Jérémie, et qu’aurait prise Nabuchodonosor en 599 : décidément rien de concret n’est perceptible avant le ier s. apr. J.-C. On est frappé par l’importance des sanctuaires, principaux ou secondaires, et les découvertes récentes signalées par Krzysztof Jakubiak d’une part, par Hikmat Basheer Al-Aswad d’autre part, ne font que renforcer ce constat établi de longue date. Mais le désaccord entre les résultats de la mission italienne et ceux de la mission polonaise introduit un doute sur l’étendue réelle de la ville. En effet si M. Gawlikowski a tendance à réduire la superficie de la ville à l’espace protégé par le rempart qu’il a mis au jour, proche des temples principaux, ses collègues italiennes récusent que le mur découvert soit un rempart et le considèrent seulement comme le mur d’enceinte du téménos ; le vrai rempart se trouverait 300 m plus à l’ouest ! Ce qui, de fait, change les perspectives. Néanmoins l’accord se fait sur la datation du développement de la ville qui prend son essor après la campagne de Trajan, comme si Hatra avait été favorisée par les rois parthes, conscients de son rôle comme poste avancé.

4Une ville donc, grande ou petite, mais pour quoi faire ? Là encore les divergences s’expriment, mais peuvent davantage se concilier car les raisons du développement ne sont jamais exclusives l’une de l’autre et peuvent aussi changer avec le temps. Que la ville soit d’abord un lieu de grands sanctuaires (avec une présence marquée d’Héraclès) n’est pas niable, mais son développement après 117 semble s’appuyer à la fois sur des fonctions économiques, politiques et militaires. Après l’entrée d’Édesse dans l’orbite romaine et plus encore après l’établissement de Rome sur le moyen Euphrate en 165, Hatra devenait le poste avancé des Parthes vers l’ouest. Mais si on comprend que les Perses sassanides aient voulu la reprendre à Rome, sous la coupe de qui elle avait fini par tomber, rien n’explique que les vainqueurs aient choisi de laisser la ville à l’abandon après leur victoire, comme si ce poste avancé perdait tout intérêt dans le cadre d’une conquête plus occidentale qui semblait assurée.

5Carrefour entre deux empires, Hatra peut-elle au moins être définie par sa culture, ses dieux ? Les points de vue ne sont pas moins variés, mais sans doute plus proches les uns des autres. Ainsi, on ne doute pas que Hatra appartienne à la culture parthe pour l’essentiel — comme le montre l’étude des armes représentées dans la sculpture hatréenne (Sylvia Winckelmann), même si telle pièce particulière peut être une adaptation d’un équipement romain (Simon James) —, mais le développement parallèle de Palmyre et de Hatra incite à considérer qu’il existe en premier lieu une communauté des villes du désert syro-mésopotamien, même si elles sont situées dans deux empires différents et possèdent nombre de traits divergents comme l’organisation politique ou leur rapport à la culture gréco-romaine : leur développement repose néanmoins sur des bases communes (Jean-Baptiste Yon). La difficulté vient parfois de l’emploi de notions mal définies ou ambiguës, comme le montre Albert de Jong qui tente de définir le sens même de « culture parthe », s’écartant ainsi des tentatives récurrentes pour rattacher Hatra soit à une culture classique (c’est-à-dire gréco-romaine), soit « locale » ou « indigène », échappatoire factice. Témoin de la culture parthe dans ce monde composite qu’est le « Parthian Commonwealth », Hatra peut néanmoins emprunter à l’est comme à l’ouest, quitte à adapter ses emprunts à ses besoins. Andreas Kropp le montre sans peine avec une statue de l’Apollon de Hiérapolis utilisée en relation avec le culte de Nabu le Mésopotamien, alors qu’un buste solaire ajouté sur la poitrine renvoie au culte local de Shamash. La Gorgone dont Klaas Dijkstra tente de cerner la fonction maléfique dans l’inscription H106A en donne un autre exemple. Mais on trouve aussi bien à Hatra des dieux que l’on peut nommer indigènes, même si Jürgen Tubach voit dans la triade Maren, Marten et Barmaren un emprunt babylonien hérité d’une lointaine période à travers les époques achéménide et hellénistique, en dépit du manque de consistance d’une telle filiation si l’on accepte le verdict des fouilles quant à la date d’occupation du site.

6En dépit des questions non résolues, ou peut-être à cause d’elles, Hatra prend à travers ce volume une consistance nouvelle. Ce qui ressort le mieux est sans doute l’existence de relations régulières, sinon étroites, entre les cités de l’espace désertique et steppique syro-mésopotamien, espace certes partagé politiquement, mais relativement homogène sur le plan culturel. La remise en cause de la chronologie acceptée sans preuve depuis trop longtemps, les interrogations sur les fonctions d’une ville établie dans un milieu plutôt hostile (et qui est loin de posséder les ressources d’une oasis semblable à Palmyre), et ses relations avec le pouvoir parthe, autant de points essentiels que les participants à ce colloque ont abordés sans idées préconçues, quitte à davantage poser de questions qu’à apporter des réponses, que seule la reprise de l’exploration permettra peut-être. S’il reste quelque chose à explorer quand les barbares obscurantistes qui dominent cette région en seront enfin chassés !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Sartre, « Lucinda Dirven (éd.), Hatra. Politics, Culture, and Religion between Parthia and Rome (Oriens et Occidens 21) »Syria, 92 | 2015, 478-480.

Référence électronique

Maurice Sartre, « Lucinda Dirven (éd.), Hatra. Politics, Culture, and Religion between Parthia and Rome (Oriens et Occidens 21) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 29 février 2016, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3277

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search