Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsNils P. Heessel, Divinatorische T...

Recensions

Nils P. Heessel, Divinatorische Texte II. Opferschau-Omina (Keilschrifttexte aus Assur literarischen Inhalts 5, WVDOG 139)

Antoine Cavigneaux
Référence(s) :

Nils P. Heessel, Divinatorische Texte II. Opferschau-Omina (Keilschrifttexte aus Assur literarischen Inhalts 5, WVDOG 139), Wiesbaden, Harrassowitz, 2012, xii + 446 p., ISBN 978-3-447-06742-3.

Texte intégral

1Cet énorme travail est une édition systématique des textes hépatoscopiques provenant de la ville d’Assur. Une partie de ces textes avait été copiée par Ebeling dans ses Keilschrifttexte aus Assur religiösen Inhalts (KAR), mais jamais étudiée systématiquement. L’auteur reprend tous les textes de KAR, les copie parfois à neuf (l’édition des foies inscrits est particulièrement réussie) et ajoute un grand nombre de textes nouveaux provenant surtout du musée de Berlin, mais aussi d’Istanbul ou d’ailleurs. Tous les textes sont systématiquement transcrits, traduits et commentés en détail. Une partie des textes conservés à Istanbul reste inédite, ce qui est dommage pour l’exhaustivité, mais notre livre offre déjà une matière très riche.

2L’introduction donne une vue d’ensemble très claire de la divination mésopotamienne, de ses techniques, et particulièrement de la bārûtu, le grand traité d’extispicine comprenant une bonne centaine de tablettes, sans compter les commentaires.

3Le commentaire de l’auteur, qui suit chaque édition de texte, recèle des renvois aux parallèles, des recherches originales, avec de nombreuses études de vocabulaire très poussées et de nouvelles interprétations.

4Le livre étant déjà très épais, on aurait dû éviter les répétitions entre les indications du catalogue et celles de l’édition. Les index sont très bien conçus, très complets, et rendent de grands services.

5L’auteur a classé les textes dans l’ordre de la bārûtu, comme l’aurait fait un scribe mésopotamien, progressant de l’observation d’ensemble de l’animal à l’étude détaillée de divers organes pour terminer par la multābiltu et les traités permettant de faire la synthèse des observations et d’établir le diagnostic final. Le no 1 est donc le grand texte KAR 423, une sorte d’épitomé du traité, qui donne un aperçu du contenu des textes suivants et constitue presque un résumé du livre entier ; la nouvelle copie et l’édition de cette énorme tablette sont une sorte de chef-d’œuvre où l’auteur étale sa maîtrise. Comme le livre a pour but l’édition des textes provenant d’Assur, on aurait pu imaginer un ordre différent, par exemple en fonction du contexte archéologique ou archival, mais un tel classement s’avère impossible car ce qui subsiste de la documentation archéologique est insuffisant (pour beaucoup de textes le locus d’origine manque), d’autre part parce que le contexte archival, même après les travaux d’O. Pedersén, (Archives and Libraries in the city of Assur, I, Uppsala, 1985 ; II, Uppsala, 1986), est en partie flou et incertain. Seulement trois tablettes hépatoscopiques proviennent de la « maison de l’exorciste » (archive N4 selon la classification de Pedersén) : no 30 (copié d’un original babylonien ancien), 19 et 71.

6On aurait pu aussi envisager un classement chronologique, fondé sur des critères paléographiques et codicologiques. L’édition donne pour chaque texte une indication chronologique (avec un aperçu synthétique dans un index p. 316), selon les rubriques suivantes : médio-assyrien (mA), néo-assyrien (nA), médio-babylonien (mB), et les sous-catégories spätmittelassyrisch, frühmittelbabylonisch (très faiblement représentées) et frühneuassyrisch (un peu plus de la moitié du groupe nA). Statistiquement, en simplifiant un peu, le groupe le plus large comprend les textes mA (ca 58 %) ; suivent les textes mB (ca 22 %), et les textes nA (ca 20 %). Il ne faut certes pas exagérer la validité de ce classement, qui garde quelque chose d’arbitraire tant que les critères ne sont pas explicités : les textes catégorisés mB pourraient, à mon œil peu exercé, tout aussi bien être qualifiés d’ancien babylonien (aB) ou, si on veut, d'aB récent. Il y a aussi quelques détails troublants : le no 2 est qualifié de frühmB, cependant il présente (face, l. 20 sq.), parmi des graphies massivement babyloniennes, une forme du signe KIŠ où les oreilles sont simplifiées en une seule tête de clou, très proche de la forme assyrienne. Le no 87, qualifié de mB, a pour GÌRI (rev. 1 sq.) une forme typiquement assyrienne (dans la copie d’Ebeling). On pourrait imaginer que des scribes babyloniens vivant à Assur s’adaptaient peu à peu aux habitudes graphiques du milieu environnant. Inversement — l’auteur le souligne — on rencontre sporadiquement des formes aB dans un texte mA (no 89), ce qui s’explique aisément si les scribes avaient sous les yeux des modèles babyloniens. C’est peut-être à des phénomènes de ce genre que faisait allusion la remarque de Weidner, balayée peut-être trop rapidement p. 11, n. 134.

7Il n’en reste pas moins que l’importance des textes mB est frappante. On ne peut tout expliquer par les rapines de Tukulti-Ninurta ; cette forte proportion pourrait fort bien s’expliquer aussi par la présence de scribes babyloniens, attestée dès Assur-uballit, à la fin du xive s. (voir n. 134), et montre en tous cas que l’hépatoscopie est avant tout une science babylonienne. Comparons avec les omina oblatifs non provoqués (publiés par le même Heessel dans KAL 1) : sur les 65 textes d’Assur on a 24 mA (37 %), 41 nA + 15 frühnA (en tout 63 % nA), mais aucun texte babylonien ; l’origine babylonienne de ces omina aussi ne fait aucun doute, mais on attachait peut-être moins d’importance en ces domaines à la veritas babyloniaca. Aux p. 10 à 15, l’auteur discute de la spécificité du corpus d’Assur et de sa place dans l’histoire de la littérature divinatoire mésopotamienne. Il ne parvient pas à des résultats définitifs sur l’existence d’une école assyrienne d’hépatoscopie mais met bien en lumière la complexité de l’histoire des compilations qui précédèrent la série bārûtu telle que nous la connaissons au Ier millénaire et l’ancienneté de la multābiltu, la partie la plus spéculative de la série. L’histoire de la diffusion de l’extispicine, déjà délicate pour la seule ville d’Assur, devrait aussi s’étendre aux centres urbains plus lointains (Hattusa, Emar, Ougarit…), une ligne de recherche à peine ébauchée (p. 10).

8N’étant pas spécialiste, je n’oserais mettre en question les traductions dont je ne comprends pas toujours la justification ; il me semble cependant que l’expression « Luftröhre der Leber » (no 69, l. 1, p. 225) mériterait au moins des guillemets. Ci-dessous quelques observations et propositions alternatives :

9P. 3, n. 26 : dans YOS 11 iii 16 sq. imtaqtam « tombe sur » ne doit pas être pris au sens littéral, mais signifie « s’applique à (au propriétaire du mouton, et non au pays) ».

10P. 7, 1 et passim (avec discussion p. 52) : le thème du premier chapitre de la bārûtu est peut-être « Knochengerüst », mais ce n’est pas le sens littéral du mot iSru/eSru. On rencontre ce mot au pluriel dans les recettes culinaires, où il est associé à šisurru « gésier ». J. Bottéro (Textes culinaires mésopotamiens, Winona Lake, 1995), p. 61, traduisait « entrailles » ; c’est une partie de l’animal qu’on cuit à part de la viande. Dans le Rituel du devin YOS 11, 23, l. 136, il est associé à kursinnu « jarret », suggérant à Y. Starr (SAAB 6/1, 1992, p. 46) qu’iSru/eSru pourrait être proche des cuisses. Si l’intuition de Bottéro est juste, iSru/eSru pourrait correspondre à la fressure, l’ensemble des viscères, mais encore en place, ce qui pourrait expliquer l’emploi singulier aussi bien que pluriel ; J.-M. Durand (Archives épistolaires de Mari I/1, 1988), p. 283, propose « partie comprimée », de la racine ʾsr « lier », ce qui me semble plausible, malgré les réserves de J.-J. Glassner (ZA 95, 2005), p. 287. Le texte K 3978+, souvent cité (déjà A. Boissier, Choix de textes, 1905, p. 106 ; Y. Starr, loc. cit.), mais — autant que je sache — jamais édité, devrait nous apporter de précieux indices.

11No 2, l. 7-10 (p. 67) : restaurer [ú-šu]-ul-tam peṣītam « un dépôt blanchâtre » ? Ibid. l. 11 (p. 68) : « Je laisserai entrer l’ennemi » ; ibid. l. 15 « [la ville] sera sauvée grâce à sa richesse ».

12No 19, l. 23 (p. 99) : ÉRIN-ni KASKAL-šá ŠUB IGI. Ce passage, qui a embarrassé l’auteur, livre peut-être un indice intéressant : IGI/ši est inexplicable dans ce contexte, il pourrait provenir de la fin de la ligne précédente (qu’il faudrait lire ikallû-ši), ou de l’initiale de *ŠI-ib-sa-ti (l’apodose suivante). Il est surtout remarquable que la même graphie apparaisse dans no 1 ii 8. On peut en déduire que le no 19 est une des sources de la compilation no 1.

13No 22 (p. 109 sq.), l. 8’ : ka-sú!!-tum « des prisonniers » ; ibid. 19’ peut-être DIGIR URU KI.MAḪ? eriš « le dieu de la cité réclame un tombeau ». Le signe MAḪ semble avoir été méconnu par le scribe sur un texte copié de visu !

14No 37, rev. 41-42 et p. 149 : il est bien question de BIR5 « criquet » et non BURU5 « moineau ».

15No 51, 62’ et commentaire p. 181 : les signes mystérieux (qu’on pourrait transcrire ILIMMU.AŠ, ILIMMU.U = 9.1 ou 9.10) qui séparent le texte proprement dit du colophon remontent à une notation babylonienne. On les trouve encore dans les textes édités par M. Rutz (ZA 101, 2011, p. 303, l. 14 et p. 306, l. 9’). Leur présence au no 73 est à mon sens un indice d’origine babylonienne (voir la discussion p. 14 et 15), même si, d’après le colophon, ce texte fut copié d’un original d’Assur.

16No 70, rev. 65 sq. (p. 233 et 241) : la formule magique (ÉN) sur laquelle l’auteur attire l’attention est vraiment inattendue à cet endroit. Je risquerais l’interprétation suivante pour le début : « Elle a abondamment fourni à l’oiseleur (les moyens de) renverser (l’interprétation des données), la main des dieux de l’oiseleur, la main des dieux de l’oiseleur ». Comme nous l’enseigne le commentaire à la Théodicée 202, « oiseleur » est une désignation métaphorique du scribe, qui fige sur l’argile les mots ailés, comme l’oiseleur immobilise les oiseaux sur la poix ; les empreintes cunéiformes peuvent aussi évoquer celles des pattes d’oiseaux. La ligne suivante est tout aussi obscure, avec peut-être une formule de « mathématique divinatoire ».

17No 80-82 (p. 254 sq.) : un rare exemple de texte en trois copies ! « Gegenteil » (l. 6 et passim) pour rendre GABA.RI paraît bizarre ; plutôt « entsprechend, vice versa, mutatis mutandis » ? C’est la même interprétation, mais appliquée à la partie adverse.

18Au no 93 (p. 286), on peut tirer plus de la copie : aux l. 3 et 4 : u4-ma-am « aujourd’hui » ; l. 12 : [… mar-ṣ]ú a-na u4-um a-da!-nim i-[ma-a]t « [le mala]de mourra (?) pour le jour fixé », apodose qui se poursuit à la l. 13 [… re-m]a iraššiakkum « [mais si tu pries (?) le dieu,] il prendra pitié de toi » ; ibid. rev. 1’ : ši-i-ši-tam ṣú-u[l-lu]-lu rubâm kišp[ū ṣabtū] « (si les …) sont couverts d’une membrane, le prince est sous l’emprise de sorcelleries » ; la membrane est associée à la sorcellerie, comme dans la sentence YOS 10, 24, 4. La ligne suivante semble contenir un petit rituel destiné à annihiler le maléfice : [… i-na šu-ta]-ás-suk kirbāni (LAG!) a-si-ir-šu in-né!-se!-er « [il jettera (à l’eau ?) une motte de terre] ; ainsi celui qui le lie sera lié » ; ibid. rev. 4’ : il doit s’agir de la « position » (manzāzu) de [Lum]-ma et Ḫadaniš, les deux génies gardiens (udug) de l’Ekur ; ibid. rev. 5’ [… šar-ra]-am (?) i-du-ku « ils tueront le roi (?) » ; ibid. rev. 7’ : [… nakrum m]āt (KALAM) rubê a-na dan!-na-tim! ú-še-re-eb « [l’ennemi] contraindra le pays du prince à entrer dans une ville forte ».

19En résumé on retiendra que ce travail méthodique, exhaustif et approfondi apporte un enrichissement important à notre connaissance de l’extispicine mésopotamienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Cavigneaux, « Nils P. Heessel, Divinatorische Texte II. Opferschau-Omina (Keilschrifttexte aus Assur literarischen Inhalts 5, WVDOG 139) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3282

Haut de page

Auteur

Antoine Cavigneaux

Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search