Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsPolish Archaeology in the Mediter...

Recensions

Polish Archaeology in the Mediterranean, XXI, Research 2009

Maurice Sartre
p. 445-446
Référence(s) :

Polish Archaeology in the Mediterranean, XXI, Research 2009, Varsovie, University of Warsaw Press, 2012, 718 p., ISBN 978-83-235-1144-1.

Texte intégral

1Le très utile volume annuel des comptes rendus des travaux polonais en Méditerranée orientale apporte comme à chaque fois son lot de nouveautés. Nous avons choisi de ne signaler ici que ce qui concerne l’espace syro-libanais auquel est vouée notre revue.

2Pour le Liban, le rapport de Tomasz Waliszewski et al. sur les fouilles de Jiyeh (Porphyreon) apporte quelques précisions sur les édifices identifiés, un quartier résidentiel et une basilique byzantine, mais surtout sur la chronologie de l’occupation du site. Il s’avère que la première occupation remonte aux viiie-viie s. et se poursuit jusqu’à l’époque romano-byzantine, avec de brèves interruptions entre le Fer II et l’époque achéménido-hellénistique, et entre la fin du iie s. av. J.-C. et l’époque romano-byzantine. On signalera surtout deux points qui ont fait l’objet d’un appendice spécial. D’une part, de nombreuses pièces du complexe résidentiel tardif possèdent une poterie enterrée dans le sol. Marius Gwiazda suggère plusieurs hypothèses (piège à scorpions ou vipères, crachoirs, lave-pieds, pots pour plantes repoussoir de reptiles comme l’absinthe, etc.) et n’en écarte aucune, même l’idée qu’il puisse s’agir d’un humidificateur d’air (ce qui nous paraît exclu compte tenu du degré d’hygrométrie de l’air ambiant sur la côte libanaise). D’autre part, Ursula Wicenciak met en évidence un type d’amphore locale d’époque hellénistique dont Porphyreon dut être l’un des centres de production.

3En Syrie, la mission syro-polonaise de Palmyre a continué en 2008-2009 la fouille de la basilique IV, la plus vaste des églises de Palmyre, située à l’ouest du temple de Baalshamin. Cet édifice à abside unique polygonale à l’extérieur et à trois nefs a pris la place d’un édifice antérieur non identifiable mais dont l’église a pu réutiliser l’un des murs comme mur nord. Il se distingue entre autres par l’aménagement d’un martyrion flanquant l’abside au sud. La nef centrale abrite un bêma rectangulaire qui se différencie donc des bêma semi-circulaires fréquents en Syrie du Nord. Face à lui, un aménagement inhabituel est identifié par Grzegorz Majcherejk comme un solea, un vestibule muni d’un plancher reliant le bêma à l’entrée de l’abside. Après l’abandon de l’église, l’espace fut réoccupé aux ixe-xe s. (date fournie notamment par les trouvailles de céramiques vernissées dites « Samarra horizon ») par un vaste édifice qui peut être soit un caravansérail, soit un bâtiment administratif. En tout cas, son abandon au xe s. confirme que désormais toute la ville se situe dans le temple de Bel.

4La poursuite des travaux autour du mithraeum de Huarté par l’équipe de M. Gawlikowski a permis de découvrir une seconde grotte naturelle prolongeant celle du mithraeum, où une nouvelle peinture (deux démons noirs) a été découverte. Cette partie fut visiblement comblée tardivement lors de l’édification de l’église située au-dessus, grâce notamment aux débris d’une maison dont les murs étaient recouverts de stucs peints. Par ailleurs, le baptistère de l’évêque Alexandros, daté de 421 par une inscription sur mosaïque, a été dégagé entièrement et une chronologie précise est donnée des transformations qui l’affectent peu après son achèvement. En effet, la construction d’un autre baptistère à l’autre extrémité de l’église rendait celui-ci superflu et il fut transformé en une petite chapelle abritant quelques beaux objets en marbre. On consultera aussi l’étude particulière des verres donnée par K. Gawlikowska (avec en particulier de belles lampes en verre et les vestiges métalliques d’une suspension portant à l’origine des lampes en verre).

5Pour les périodes anciennes, deux sites retiennent l’attention. Ryszard Mazurowski poursuit le compte rendu des fouilles de Tell Qaramel dont furent étudiés en 2009 les niveaux les plus profonds datés du Protonéolithique et dont l’importance pour comprendre la néolithisation de la région se confirme. À Tell Arbid, durant les saisons 2008 et 2009, souligne Piotr Bielinski, les fouilles du secteur S confirment l'importance du site pour la seconde moitié du IIIe millénaire, en même temps qu’apparaissent clairement de grandes différences de conception entre le quartier sud et les quartiers est et nord-est de la ville du IIIe millénaire. Pour la partie plus récente (IIe millénaire), Rafal Kolinski rapporte qu’un grand nombre de tombes de la période dite « du Khabur Ware » ont été fouillées livrant une abondante céramique et quelques pièces métalliques (haches, épées), tandis que la fouille d’un édifice d’époque post-akkadienne se poursuivait. Par ailleurs le volume rassemble quelques études particulières, l’une de Dariusz Szelag sur des tombes d’époque « ninivite 5 », une autre sur des fragments de chariots en céramique par Mattia Raccidi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Sartre, « Polish Archaeology in the Mediterranean, XXI, Research 2009 »Syria, 92 | 2015, 445-446.

Référence électronique

Maurice Sartre, « Polish Archaeology in the Mediterranean, XXI, Research 2009 »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 13 février 2016, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3287 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3287

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search