Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsPierre Leriche (dir.), Arts et ci...

Recensions

Pierre Leriche (dir.), Arts et civilisations de l’Orient hellénisé. Rencontres et échanges culturels d’Alexandre aux Sassanides. Hommage à Daniel Schlumberger

Laurianne Martinez-Sève
p. 466-471
Référence(s) :

Pierre Leriche (dir.), Arts et civilisations de l’Orient hellénisé. Rencontres et échanges culturels d’Alexandre aux Sassanides. Hommage à Daniel Schlumberger, Paris, Picard, 2014, 328 p., ISBN 978-2-7084-0983-5.

Texte intégral

1Cette publication constitue les actes d’un colloque, organisé à Paris en 2009 par Pierre Leriche, à l’initiative de son Excellence G. Anastasopoulos qui présidait alors l’Assemblée permanente de l’Unesco. L’objectif était de réunir les spécialistes de l’Orient hellénisé pour dresser un bilan des travaux accomplis depuis la parution de l’article de Daniel Schlumberger « Descendants non méditerranéens de l’art grec » (Syria 37 [1960], p. 131-166. Cf. aussi du même auteur, L’Orient hellénisé, Paris, 1970), article fondamental qui orienta toute la recherche ultérieure. Le livre qui est issu de ce colloque est donc conçu comme un hommage à cet immense savant. On regrettera toutefois l’absence de Paul Bernard, qui a marqué ce champ disciplinaire par ses nombreux travaux et fut le successeur de Daniel Schlumberger en Afghanistan.

2L’ouvrage commence par une introduction de Pierre Leriche (p. 11-16) qui pose les bases de la réflexion : le renouvellement de la documentation nous amène à envisager autrement que Daniel Schlumberger ne le faisait les phénomènes des contacts culturels et leurs conséquences sur le long terme pour les populations. C’est la documentation archéologique qui est ici prise en compte, mais il aurait été possible d’élargir l’investigation à d’autres types de sources ou à d’autres champs disciplinaires. Le livre présente des découvertes récentes et se divise en deux parties chronologiques, la première consacrée à l'époque où le Proche- et Moyen-Orient étaient sous domination grecque, la seconde aux époques postérieures. L’ouvrage se termine par deux contributions, qui auraient pu être intégrées à cette seconde partie, l’une consacrée aux routes maritimes à travers l’Océan Indien et l’autre à la postérité d’Alexandre en terre d’Islam.

3La première partie s’ouvre par deux articles introductifs qui exposent le contexte historique dans lequel s’est développée la présence grecque au Proche-Orient. On doit la première à Amelie Kuhrt (« The Persian empire, c. 550-330 bc », p. 51-60), qui décrit de manière synthétique les modes d’organisation et de fonctionnement de l’empire achéménide dont ne purent s’affranchir entièrement les pouvoirs grecs qui lui succédèrent. Dans le second, Pierre Leriche reprend et systématise un ensemble de réflexions qu’il a déjà publiées sur la politique de fondation séleucide (« L’hellénisation de l’Orient : urbanisation ou colonisation », p. 61-74). Il conteste l’idée autrefois répandue que les rois gréco-macédoniens eurent une politique d’urbanisation et qu’ils fondèrent des villes pour promouvoir la culture grecque. Reprenant la liste des fondations séleucides connues par l’archéologie, il montre que beaucoup d’entre elles ne furent que des postes de garde ou des colonies militaires dont le développement fut progressif.

4Les autres contributions de cette première partie se partagent en trois catégories : certaines font connaître les résultats de travaux récemment conduits sur un ensemble de sites archéologiques importants ; d’autres présentent des bilans régionaux ; plusieurs enfin traitent de diverses catégories de matériel, archéologique ou littéraire, qui éclairent notre compréhension des transferts et contacts culturels.

5Les sites nabatéens d’Hégra (Arabie) et Pétra (Jordanie) sont d’abord examinés par François Villeneuve (« Chez les Nabatéens : Hégra l’Arabe et Pétra l’Alexandrine », p. 91-95). On avait tendance à considérer de manière trop simpliste que Pétra avait été marquée par les traditions hellénistiques, Hégra par les traditions arabes et Bosra par l’influence romaine, ce que nuance l’auteur. Il met aussi en évidence la diversité avec laquelle les populations parvenaient à affirmer leur identité culturelle au sein d’un même espace géographique et politique. De leur côté, Graeme Clarke et Heather Jackson présentent le site de Jebel Khalid, fondation séleucide localisée dans la boucle de l’Euphrate et fouillée à partir de 1984, qui constitue l’une des découvertes importantes de ces dernières décennies (« Evaluating cultural and ethnic identities from archaeological remains: the case of Hellenistic Jebel Khalid », p. 97-110). Cet exemple est particulièrement intéressant, car nous ne connaissons au Proche-Orient que très peu de villes contemporaines de Jebel Khalid, qui exista entre le début du iiie s. et 70 av. J.-C. environ. Ils examinent ce que l’archéologie nous en apprend (graffiti, urbanisme et architecture des bâtiments publics, habitat privé, coutumes funéraires, céramique, figurines de terre cuite, sceaux et empreintes). Les auteurs concluent néanmoins, à raison, qu’il n’est guère possible d’en tirer des éléments significatifs pour caractériser les identités culturelles et ethniques des populations, car celles-ci mettent en jeu des dynamiques spécifiques qui relèvent de la psychologie et de la sensibilité des individus, qui nous sont ici totalement inaccessibles par manque de sources. Poursuivant le tour d’horizon, Roberta Menegazzi nous conduit à Séleucie du Tigre (« Seleucia on the Tigris, A Greek city in Mesopotamia », p. 117-122), immense ville qui s’étendait au moment de son développement maximal sur près de 550 ha et que l’on connaît très peu. Bien qu’elle ait constitué l’une des principales résidences du pouvoir séleucide, comme le révèle la présence de plusieurs bâtiments publics monumentaux, et que de nombreux Grecs y aient vécu, elle ne s’est pas développée en rupture avec son environnement local. C’est ce que montre l’auteur, qui synthétise de manière très utile le résultat des travaux archéologiques et donne un aperçu des publications les plus récentes dont celles du théâtre, des sceaux et archives et des figurines de terre cuite — voir à cet égard A. Bollati, V. Messina & P. Mollo, Seleucia al Tigri. Le impronte di sigillo dagli Archivi, Alexandrie, 2004 ; V. Messina, Seleucia al Tigri. L’edificio degli archivi. Lo scavo et le fasi architettoniche, Florence, 2006 ; V. Messina, Seleucia al Tigri. Il monumento di Tell’Umar. Lo scavo et le fasi architettoniche, Florence, 2010 ; R. Menegazzi, Seleucia al Tigri. Le terrecotte figurate dagli scavi italiani e americani, Florence, 2014). Aï Khanoum constitue un autre site célèbre de l’Orient hellénisé. Grâce aux travaux menés au début des années 2000 par une équipe franco-japonaise pour réaliser un documentaire télévisé qui lui était consacré, une reconstitution 3D de la ville a été faite. L’article de Noriaki Hashimoto, Guy Lecuyot et Futuba Ueki présente l’entreprise et ses étapes, ainsi que la méthode adoptée (« Une grande cité grecque d’Asie centrale restituée en 3D : Aï Khanoum », p. 145-148). Quelques illustrations donnent une idée du résultat et montrent l’intérêt à disposer pour la première fois d’une image de la ville qui, même si elle doit être utilisée avec prudence, nous la restitue dans une forme proche de celle qu’elle dut avoir.

6Changeant d’échelle, Francis Joannès s’intéresse à la Babylonie hellénistique (« La Mésopotamie à l’époque séleucide », p. 111-116). Il montre qu’elle occupa une place centrale au sein de l’espace séleucide, en raison notamment de sa richesse agricole et de ses densités humaines, et que les traditions religieuses et culturelles y conservèrent leur dynamisme, même si la confrontation avec le monde grec favorisa des transferts culturels. Cet article doit néanmoins être désormais complété par les travaux des élèves de Francis Joannès, Philippe Clancier et Julien Monerie, qui ont depuis approfondi ces différents aspects : Ph. Clancier, Les bibliothèques en Babylonie dans la deuxième moitié du Ier millénaire av. J.-C., Münster, 2009 ; Ph. Clancier, « “Le šatammu, l’assemblée de l’Esagil et les Babyloniens”, les notables de Babylone : du relais local à la marginalisation », L. Graslin-Thomé et al. (éd.), Communautés locales et pouvoir central dans l’Orient hellénistique et romain, Nancy, 2012, p. 297-325. J. Monerie, « Les communautés grecques en Babylonie (viie-iiie s. av. J.-C.) », L. Martinez-Sève (éd.), Les diasporas grecques du viiie au iiie siècle av. J.-C. (Pallas 89), 2012, p. 345-365 ; J. Monerie, « Notabilité urbaine et administration locale en Babylonie du Sud aux époques séleucide et parthe », L. Graslin-Thomé et al. (éd.), Communautés locales et pouvoir central dans l’Orient hellénistique et romain, Nancy, 2012, p. 327-352 ; J. Monerie, D’Alexandre à Zoilos, Stuttgart, 2014 ; Ph. Clancier & J. Monerie, « Les sanctuaires babyloniens à l’époque hellénistique : évolution d’un relais de pouvoir », Ph. Clancier & J. Monerie (éd.), « Les sanctuaires autochtones et le roi dans le Proche-Orient hellénistique : entre autonomie et soumission », Topoi 19 (2015), p. 181-237 ; J. Monerie, Aspects de l’économie de la Babylonie à l’époque hellénistique, à paraître. L’Iran constitue un autre ensemble régional, étudié ici par Rémy Boucharlat dans une remarquable synthèse (« L’Iran à l’époque hellénistique et parthe : un état des données archéologiques », p. 123-138). Cet article prend en compte la totalité des sites identifiés, en traitant des vestiges architecturaux comme du mobilier, et s’intéresse aussi aux nécropoles. Il rend accessibles des travaux conduits par des équipes iraniennes et publiés en persan et met en évidence la complexité des influences culturelles qui se manifestèrent en Iran, différemment selon les régions et selon les périodes. Celles qui provenaient du monde méditerranéen ne s’affaiblirent pas après la disparition du royaume séleucide et connurent des réinterprétations locales. On observe aussi que l’époque parthe fut un moment de densification des espaces. Les régions du Caucase furent en revanche bien moins profondément touchées par l’hellénisme, comme le montre Florian S. Knauss qui leur consacre sa contribution (« Caucasus and hellenism. Not the common practice », p. 139-144). Il étudie l’Arménie, la Colchide, l’Ibérie, la Médie Atropatène et le royaume d’Albanie, où ce n’est qu’à partir du ier s. que devinrent visibles ces influences méditerranéennes, conséquence du développement du royaume du Pont de Mithridate VI et de l’action des Romains en Anatolie.

7En bien d’autres endroits du Proche- et Moyen-Orient, des transferts culturels se produisirent dès le début de l’époque hellénistique et contribuèrent à façonner la culture matérielle des territoires de l’Orient hellénisé. À Alexandrie, les rois lagides commanditèrent des portraits sculptés qui, dès les premiers temps de la dynastie, mélangeaient des éléments d’origine égyptienne et d’origine grecque. Mona Haggag en conclut que ces rois voulurent apparaître comme les souverains d’un monde à la fois nouveau et enraciné en terre égyptienne (« Duality and the fusion in the royal portraits of Ptolemaic Alexandria », p. 75-81). Elle envisage aussi la possibilité que leurs portraits colossaux de style égyptien érigés à l’entrée des ports d’Alexandrie et d’Hérakleion-Thonis les représentaient comme les dieux protecteurs de ces deux cités, de leurs ports et de la navigation. Alexandrie constitue aussi le sujet de Joan B. Connelly qui nous propose une réflexion fort intéressante sur l’alexandrinisme, un style qui serait pour certains propre à la capitale lagide (« Alexandrianism: a twenty-first century perspective », p. 173-182). L’auteur examine la question à la lumière des découvertes récemment faites à Alexandrie, mais également à Chypre dont les productions culturelles et artistiques reflétaient au moins partiellement les tendances artistiques de la capitale. Une fois éliminée de la discussion une série d’œuvres attribuées à tort aux artistes alexandrins, il apparaît que cet art fut fortement marqué par les traditions égyptiennes. Nous devons le concevoir de manière dynamique, en évolution constante, et marqué par la recherche du monumental et du spectaculaire. Ehud Netzer (†) examine quant à lui des exemples de bâtiments qui témoignent de l’impact des traditions et des modes de vie grecs sur les rois hasmonéens et sur Hérode le Grand (« The Near East: Judea and Hellenism », p. 83-89). Sont pris en compte les palais d’hiver qu’ils construisirent à Jéricho ainsi que plusieurs autres monuments d’Hérode dont le temple de Jérusalem et son mausolée d’Hérodium. Élargissant la réflexion à l’ensemble de l’Orient hellénistique, Susan B. Downey revient sur l’architecture religieuse, un thème qui lui est cher (S. B. Downey, Mesopotamian Religious Architecture, Princeton, 1988) et qu’elle reprend à l’aune des nouvelles découvertes qui confirment ses premières conclusions. Elle étudie successivement un temple de Jebel Khalid, deux temples d’Aï Khanoum, deux autres de Séleucie du Tigre et pour finir les temples d’Artémis et de Zeus Megistos de Doura Europos, en s’appuyant pour ces derniers sur les résultats de ses propres fouilles. Ces bâtiments présentaient un ensemble de caractéristiques typiques de l’architecture sacrée mésopotamienne ou iranienne, alors qu’ils constituaient les principaux édifices religieux de ces établissements, qui étaient tous des fondations séleucides. On notera néanmoins que, pour Aï Khanoum, l’article doit être complété par les publications récemment parues sur ce site et sa vie religieuse : L. Martinez-Sève, « À propos du temple aux niches indentées d’Aï Khanoum : quelques observations », P. Carlier & C. Lerouge (dir.), Paysage et religion en Grèce antique, Paris, 2010, p. 195-207 ; « Les cultes dans le sanctuaire principal d’Aï Khanoum (Afghanistan) : remarques sur la vie religieuse des Grecs de Bactriane », M.-C. Ferriès, M. P. Castiglioni & F. Létoublon (éd.), Forgerons, élites et voyageurs, Mélanges à la mémoire d’Isabelle Ratinaud, Grenoble, 2013, p. 483-504 ; H.-P. Francfort, « Ai Khanoum ‘temple with indented niches’ and Takht-i Sangin ‘Oxus temple’ in historical cultural perspective : outline of a hypothesis about the cults », Parthica 14 (2012), p. 109-136 ; voir aussi désormais M. P. Canepa, « Seleukid Sacred Architecture, Royal Cult and the Transformation of Iranian Culture in the Middle Iranian Period », Iranian Studies (1/2015), p. 71-97 et « Dynastic Sanctuaries and the Transformation of Iranian Kingship between Alexander and Islam », S. Babaie & T. Grigor, Persian Kingship and Architecture, Londres/New York, 2015, p. 65-117, articles que l’auteur ne pouvait connaître en raison de leur date de parution.

8La céramique est un autre indicateur des échanges qui se produisirent au Proche-Orient durant l’époque hellénistique. C’est l’objet de l’analyse de Lise Hannestad qui étudie plus précisément les assemblages de Faïlaka et d’Uruk (« Hellenistic and local pottery in Southern Mesopotamia and the Persian Gulf: change and continuity », p. 157-161). Sur ces deux sites, les formes dérivent à la fois de la céramique grecque et de la céramique produite en Mésopotamie et dans le sud-ouest de l’Iran avant l’arrivée des Grecs, même si le faciès d’Uruk est un peu plus marqué par les traditions locales que celui de Faïlaka. Ce n’est pas étonnant puisque les deux établissements n’avaient pas le même statut : Faïlaka fut surtout une colonie militaire ; Uruk devint la principale ville de Babylonie du Sud et le centre d’un renouveau de la culture akkadienne. Le propos d’Osmund Bopearachchi est de présenter quatre importants trésors monétaires récemment découverts en Afghanistan et au Pakistan et dont certaines pièces ont été analysées chimiquement (« Le monnayage des successeurs grecs et kouchans d’Alexandre le Grand », p. 163-166). Le premier, trouvé à Shaikhan Dehri (Pushkalavati), atteste que les techniques de la fonte et de la purification de l’argent étaient connues en Inde dès le ve s. av. J.-C. Les deuxième et troisième contiennent des monnaies mauryas et indo-grecques et proviennent de la région de Bir Kot pour l’un, et du village de Chakval (dans le Salt Range) pour l’autre. Ils font connaître de nouveaux monogrammes et confirment certains classements proposés antérieurement. Le dernier trésor, découvert à Bégram, était constitué de monnaies kouchanes et romaines. Les analyses ont permis d’infirmer l’hypothèse, parfois avancée, que les rois kouchans ont utilisé les seuls aurei romains comme source d’approvisionnement pour leurs monnaies d’or. Enfin O. Boeparachchi fait état de la découverte d’une pièce d’or provenant du Cachemire, frappée au nom d’Héliodote, un roi indo-grec encore inconnu. Christina Scherrer-Schaub s’intéresse enfin aux royaumes indo-grecs en décrivant le contexte historique et culturel dans lequel ils se sont développés (« Le roi indo-grec Ménandre discuta-t-il avec les philosophes bouddhistes ? », p. 167-171). Elle part des Questions de Milinda, célèbre texte bouddhique qui met en scène le roi Ménandre, et s’interroge sur l’éventualité d’une présence du bouddhisme dans le nord-ouest du Pakistan pendant le iie s. av. J.-C.

9Parmi les analyses les plus marquantes de Daniel Schlumberger figure la réflexion qu’il avait consacrée à l’art parthe, question sur laquelle reviennent plusieurs des contributions de la seconde partie du volume. Vito Messina traite en premier lieu des réalisations artistiques de la Mésopotamie parthe (« Parthian Mesopotamia », p. 191-199). Fortement marquées par le passé babylonien de la région, elles révèlent aussi clairement l’impact de l’hellénisme. Le mélange de ces diverses traditions favorisa le développement d’une culture et d’un art propres à la Mésopotamie, qui restèrent vivants pendant une grande partie de l’époque parthe, comme en témoignent la décoration architecturale, la sculpture ou encore la coroplathie. Les œuvres de la fin de l’époque parthe, marquées par la frontalité et de plus en plus déconnectées de leur environnement, s’en affranchirent néanmoins. Prudemment, l’auteur se demande si ces représentations, malgré leur manque de réalisme, ne furent pas les derniers avatars de l’art hellénistique et non le produit d’un art que l’on a qualifié de parthe. C’était en fait la position défendue en son temps par Ernest Will (« Art parthe et art grec », Annales de l’Est 22 [1959], p. 125-135 [= De l’Euphrate au Rhin, Aspects de l’hellénisation et de la romanisation du Proche-Orient, Beyrouth, 1995, p. 783-795]) et sur laquelle revient aussi Michal Gawlikowski, en prenant appui sur l’art de Palmyre (« Palmyre entre l’Orient et l’Occident », p. 201-207). Il estime que si les Parthes ont introduit en Orient certains éléments iconographiques (costume, armement), ils ne furent pas les créateurs de la convention de frontalité, omniprésente dans l’art figuré de leur époque. L’auteur préfère y reconnaître une influence des traditions artistiques romaines et le résultat de contraintes économiques : les populations du désert syro-mésopotamien préférèrent représenter leurs divinités sous la forme de reliefs, donc en deux dimensions, plutôt que sous la forme de statues, trop coûteuses et complexes à exécuter. Françoise Alabe reprend elle aussi la question, mais à propos de l’art de Doura Europos (« Y a-t-il un art parthe à Europos-Doura ? », p. 209-216). Son objectif est surtout de présenter plusieurs découvertes récentes de la Mission franco-syrienne d’Europos Doura et de préciser le contexte historique et artistique dans lequel ces œuvres ont été produites. Elle montre que des tendances artistiques d’origine diverse se manifestaient dans la ville. Ces tendances coexistaient, mais elles pouvaient aussi parfois se mélanger, ce qui impose une approche prudente et nuancée lorsqu’on cherche à qualifier les réalisations artistiques qui y furent produites. Hatra constitue un autre centre important de la région. Roberta Venco Ricciardi et Alessandra Peruzzetto décrivent plusieurs de ses temples (« Hatra, ville arabe entre monde hellénistico-romain et monde parthe », p. 217-222). Ils furent les produits d’une école architecturale marquée à la fois par le monde syrien romanisé, où l’héritage hellénistique se combina aux nouvelles tendances de l’art romain, mais également par les innovations mises au point dans le monde parthe. Carlo Lippolis propose enfin une synthèse actualisée des connaissances sur Nisa, la première grande capitale des Arsacides, probablement fondée par Mithridate Ier sous le nom de Mithradatkert (« Parthian Nisa: art and architecture in the homeland of the Arsacids », p. 223-230). Le plan de ses monuments est représentatif de l’architecture centrasiatique, mais de nombreuses trouvailles montrent que travaillaient aussi à Nisa des artistes grecs ou formés aux techniques grecques, capables d’adapter les modèles grecs au goût des élites et de la cour royale. Nisa fut donc l’un des grands centres artistiques du iie s. av. J.-C.

10À l’exception de la contribution de Nevzat Çevik consacrée au Hierothesion du Nemrud Dağ, sanctuaire fondé par Antiochos Ier de Commagène qui symbolise pour l’auteur les relations entre les mondes orientaux et occidentaux (« Nemrud Dağ of Commagene: dexiosis of East and West », p. 185-190), les autres articles de la seconde partie portent sur l’Asie centrale. Pierre Leriche, Eduard V. Rtveladze et Ségolène de Pontbriand donnent un aperçu de l’histoire de la Bactriane hellénistique et kouchane (« La Bactriane du Nord hellénisée », p. 231-238). Selon eux, c’est principalement après la chute du royaume gréco-bactrien que la région s’urbanisa et fut le centre d’une culture profondément marquée par l’hellénisme. De son côté, Pierre Cambon réexamine les problèmes soulevés par le trésor de Bégram, qu’il présente en détail et date de l’époque des rois indo-parthes ou de l’époque de transition entre ces derniers et les premiers Kouchans (« Bégram entre l’Inde, l’Asie centrale et le monde méditerranéen », p. 239-244). Ce trésor est un bon révélateur de l’intensification des échanges commerciaux à longue distance entre le monde méditerranéen, l’Inde et la Chine. Les deux contributions suivantes débordent un peu de la thématique générale sur l’Orient hellénisé. Christian Luczanits étudie l’impact de l’art du Gandhara sur les régions voisines et conclut qu’il fut assez limité (« The diffusion of Gandharan and Indian models in South Asia », p. 245-250). De son côté, Michel Tardieu évoque la figure de Mani, fondateur du manichéisme, et montre l’importance du livre et de la tradition littéraire pour les tenants de cette religion (« Les signes manichéens de la nouveauté religieuse », p. 251-255).

11Avant une brève note de Pierre Leriche sur le pillage des sites du Proche- et Moyen-Orient et la destruction du matériel archéologique, l’ouvrage se clôt par deux communications d’Ariane de Saxcé et de Maria Kampouri-Vamvoukou. Dans la première, l’auteur étudie la façon dont les différentes routes maritimes qui joignaient la péninsule indienne à l’Égypte et au Proche-Orient se sont constituées et ont évolué, accordant une attention spéciale au phénomène de la mousson et à l’exploitation qui en était faite par les navigateurs. Elle montre ensuite que ces routes maritimes n’étaient que les segments de réseaux complexes, qui empruntaient aussi des routes terrestres et fluviales (« Routes maritimes et contacts culturels entre la Méditerranée et l’Asie », p. 271-283). La seconde nous transporte quelques siècles après la période considérée dans le volume et s’intéresse à la postérité du personnage d’Alexandre en terre d’Islam à travers la littérature arabe et persane (« Le parcours littéraire du Roman d’Alexandre en Orient : son impact sur l’art de l’Islam », p. 285-298).

12Le très intéressant article de Antonio Invernizzi constitue la véritable conclusion de l’ouvrage et aurait mérité à ce titre d’être placé à la fin pour gagner en visibilité (« Réflexions sur les rencontres interculturelles dans l’Orient hellénisé », p. 257-267). Son propos est d’expliquer les raisons du succès et de la durabilité de l’hellénisme dans les mondes orientaux, tout en donnant des exemples de ces deux phénomènes. Il considère que l’hellénisme a fourni aux divers peuples habitant ces territoires un langage commun, qui leur permettait d’interagir sans perdre leur personnalité. L’art grec offrait une grande richesse et une grande variété de modèles figuratifs, susceptibles d’être adaptés aux goûts locaux et d’être réinterprétés en fonction des traditions locales. C’est la raison pour laquelle ces traditions purent reprendre de la vigueur et se perpétuer.

13Au total, nous disposons donc d’un ouvrage intéressant, qui permet de réactualiser nombre de connaissances, à un moment où le patrimoine archéologique et culturel des pays qui constituent l’Orient hellénisé est en grand danger de disparaître. Le livre est en outre une belle réussite éditoriale et l’on ne peut qu’en conseiller la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurianne Martinez-Sève, « Pierre Leriche (dir.), Arts et civilisations de l’Orient hellénisé. Rencontres et échanges culturels d’Alexandre aux Sassanides. Hommage à Daniel Schlumberger »Syria, 92 | 2015, 466-471.

Référence électronique

Laurianne Martinez-Sève, « Pierre Leriche (dir.), Arts et civilisations de l’Orient hellénisé. Rencontres et échanges culturels d’Alexandre aux Sassanides. Hommage à Daniel Schlumberger »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 29 février 2016, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3325

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search