Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsPeter Alpass, The Religious Life ...

Recensions

Peter Alpass, The Religious Life of Nabataea (Religions in the Graeco-Roman World 175)

Maurice Sartre
Référence(s) :

Peter Alpass, The Religious Life of Nabataea (Religions in the Graeco-Roman World 175), Leyde/Boston, Brill, 2013, 256 p., ISBN 9789004190511.

Texte intégral

1Le même éditeur avait publié dans la même collection (vol. 136) douze ans auparavant (2001) l’étude de John F. Healey, The Religion of the Nabataeans. A Conspectus, et l’on ne voit pas, à première vue, que les découvertes aient été d’une telle ampleur qu’il ait été nécessaire de publier un travail qui, certes, fait honneur à son auteur, mais n’apporte guère de nouveautés réelles. Certes, le sous-titre du livre de Healey soulignait que l’auteur esquissait un point de vue, une approche personnelle, de la question, mais n’est-ce pas le cas de tout livre scientifique qui n’est pas le simple exposé des faits matériellement établis ? Peut-être est-ce plutôt dans le titre lui-même qu’il faut chercher la différence entre les deux conceptions que se font Healey et Alpass des cultes des Nabatéens. Healey avait une approche globale de la religion des Nabatéens, regroupant dans un même chapitre ce qui relevait des sanctuaires, dans un autre les dieux principaux (ou jugés tels), c’est-à-dire Dushara, Allat et al-ʿUzza, dans un autre encore les divinités qualifiées de mineures mais qui ne le sont peut-être que faute de documentation. Healey était bien conscient de la diversité de cet immense royaume mais ne tenait guère compte des nuances régionales et tentait donc une description d’ensemble de ce qu’il considérait en somme comme un système organisé, la religion d’un peuple qu’il ne définissait d’ailleurs pas réellement, les Nabatéens, dont il semblait sous-entendu qu’ils étaient les habitants du royaume.

2La démarche de Peter Alpass en diffère radicalement sur plusieurs points. D’abord, il a une approche strictement régionale de la vie religieuse, considérant comme des ensembles séparés Pétra et ses environs, Hégra et le nord du Hédjaz, le Néguev, le Hauran et enfin ce qu’il nomme la région centrale de la Nabatène avec les trois sanctuaires de Khirbet Tannur, Khirbet Dharih et Dhat Ras. Plutôt que de parler d’une religion des Nabatéens, il examine la vie religieuse de la Nabatène, sans préjuger de l’appartenance culturelle, ethnique ou tribale des populations considérées. Et l’on ne peut guère lui donner tort tant il apparaît que les populations du nord du royaume (en gros celles du Hauran) ne semblent pas radicalement différentes de chaque côté de la frontière qui sépare le royaume nabatéen du royaume séleucide puis des États hérodiens et enfin de la province de Syrie. Le seul critère pour faire entrer un site dans son enquête est donc qu’il ait appartenu au royaume nabatéen de manière significative. Sia constitue la seule exception car il fallait bien revenir sur toute une tradition, démontée depuis longtemps par Jacqueline Dentzer-Feydy, attribuant à Dushara — considéré alors comme une sorte de dieu national ou dynastique des Nabatéens — l’un des sanctuaires du lieu. Surtout, il lui fallait redire ce que d’autres ont déjà exprimé, à savoir que toute la tradition historiographique qui attribue les monuments de Sia, Canatha et leur région aux « Nabatéens » est fondée sur une lourde erreur d’appréciation des savants américains des expéditions de Princeton, qui nommèrent indistinctement « nabatéen » tout ce qui était antérieur d’un ou deux siècles à l’annexion romaine, sans s’inquiéter de savoir si la région avait été réellement sous le contrôle des Nabatéens. On sait le succès qu’a connu cette appellation, aussi bien chez les savants qui voient cela de Sirius que chez les militants nationalistes trop heureux d’attribuer à un peuple qualifié d’arabe toutes les réalisations prestigieuses de Qanawat et des environs. La désignation d’époque « pré-provinciale » qu’a proposée Jean-Marie Dentzer (Hauran I, 1985-1986) a l’avantage de ne pas préjuger de la domination politique ni culturelle de la région aux ier s. av. - ier s. n. è., sans écarter la possibilité que les Nabatéens aient pu jouer, ici ou là, un rôle qui n’est manifeste, jusqu’à maintenant, que dans les limites connues de leur royaume. Suivant cette ligne, Peter Alpass ne prend donc en considération ni Suweida, ni Canatha, pas même Adraa, leur appartenance aux maîtres de Pétra étant soit trop brève (pour les deux premières), soit, pour la dernière, jugée douteuse ou, en tout cas, pas réellement assurée (ce qui nous semble très excessif : son appartenance à la première province d’Arabie semble suffire à en attribuer la tutelle aux rois nabatéens). De plus, comme pour compliquer encore sa tâche, Alpass refuse d’utiliser la documentation d’époque impériale, jugeant qu’elle était trop susceptible de s’écarter du culte d’origine sous l’influence gréco-romaine. Il ne consent avec réticence qu’à quelques exceptions point trop lointaines dans le temps (par exemple l’autel bilingue d’Umm al-Jimal IGLJordanie V/1, 98, que Littmann datait autour de 100, ce qui le rend acceptable). Cela explique qu’il puisse se passer facilement de la documentation (maigre) livrée par Adraa puisqu’elle est tout entière d’époque romaine. Sa quête est donc bien un tableau de la vie religieuse au sein du royaume nabatéen, des populations quelles qu’elles soient, en s’en tenant strictement à l’époque royale.

3On devine sans peine qu’il n’est guère possible de résumer un livre riche, très au courant de la bibliographie récente, et où chacun trouvera quelques vues originales sur des questions particulières et beaucoup de démonstrations reprises sans grand bénéfice de questions qu’on pouvait déjà considérer comme réglées, comme l’absence d’un temple de Dushara à Sia (p. 183) qu’Alpass préfère attribuer à une déesse Sia. En revanche, il valait la peine de reprendre la documentation qui met en évidence l’importance d’Allat à Salkhad et à Hébran. Il se dégage de l’ensemble quelques idées force qu’il sera difficile de ne pas accepter. D’abord que la vie religieuse dans le royaume repose sur des traditions locales variées, ce qui rend très imprudente toute prétention de reconstituer une « religion des Nabatéens » puisque ceux qui méritent cette appellation ne sont sans doute pas très nombreux, et difficiles à identifier. Mais on ne peut pas non plus considérer comme édomites ou moabites des sanctuaires de Nabatène centrale qui empruntent sans doute à des traditions locales anciennes mais aussi à l’extérieur de la région, sans que l’on sache dater ces emprunts, ni même toujours les identifier avec certitude. Certes, on peut isoler quelques traits à peu près établis, comme le refus des images (refus qui néanmoins cède peu à peu face à la « modernité gréco-romaine » avant même l’époque provinciale). De même, la présence des salles de banquets à Pétra et à Hégra plaide en faveur d’un rôle majeur de cette manifestation lors des célébrations religieuses, mais ce n’est pas propre aux Nabatéens et aux populations du royaume puisqu’on en trouve aussi bien à Palmyre, par exemple. Parmi les dieux, Dushara semble fortement lié au royaume, sans qu’on puisse en faire un dieu dynastique ou même national : les rois l’honorent tout particulièrement, mais aussi bien les Nabatéens établis au loin (Pouzzoles) et même des populations hors du royaume (Suweida). Comme le suggère Alpass, « it seems that Dushara was the first deity to turn to, suggesting that he was perhaps thought of as representative of the kingdom and its inhabitants and acted as an expression of some kind of common Nabataean identity ». Aucun dieu ne tient une place aussi éminente et n’est plus répandu dans toutes les régions du royaume que lui. L’associer à une identité des habitants du royaume est peut-être excessif, mais il doit bien y avoir quelque chose de ce type. Pour ce qui est d’une « religion nabatéenne », Alpass se montre plus réservé et estime que la communauté de certaines pratiques et le caractère central de Dushara n’autorisent pas à parler d’un système organisé et commun à l’ensemble du royaume. Cela tient peut-être en partie au caractère disparate et dispersé de la documentation mais, comme il le souligne avec justesse, gardons-nous de reconstruire un système religieux cohérent à nos yeux mais qu’aucun Nabatéen ne reconnaîtrait pour être le sien. Utile appel à la prudence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Sartre, « Peter Alpass, The Religious Life of Nabataea (Religions in the Graeco-Roman World 175) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3334

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search