Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsAron A. Dornauer, Das Archiv des ...

Recensions

Aron A. Dornauer, Das Archiv des assyrischen Statthalters Mannu-kī-Aššūr von Gūzāna/Tall Ḥalaf (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 3, III)

Francis Joannès
p. 257-258
Référence(s) :

Aron A. Dornauer, Das Archiv des assyrischen Statthalters Mannu-kī-Aššūr von Gūzāna/Tall Ḥalaf (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 3, III), Wiesbaden, Harrassowitz, 2014, 116 p., ISBN 978-3-447-10111-0.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une édition d’un ensemble particulièrement intéressant de documents cunéiformes découverts en décembre 1912 lors des fouilles de Max Freiherr von Oppenheim à Tell Halaf, l’ancienne Guzana/Gozan. Ces documents appartenaient aux archives du gouverneur Mannu-kī-Aššūr, installé dans la citadelle de Guzana au début du viiie s. av. J.-C. pour y représenter le pouvoir central assyrien.

2L’intérêt de ce livre tient autant au contenu des tablettes qu’à l’histoire de la collection. On sait qu’une partie des textes et des documents découverts par Oppenheim à Tell Halaf fut transportée à Berlin et présentée dans un musée spécialement aménagé dans le quartier de Charlottenburg, le reste étant conservé au Musée d’Alep. Le musée berlinois fut victime d’un bombardement en 1943 et une grande partie de ses collections très sérieusement endommagée. Il ne subsiste, en particulier, presque plus rien des tablettes cunéiformes. Dès la Première Guerre mondiale, d’autre part, les trouvailles d’Oppenheim avaient également connu des vicissitudes, puisqu’une partie du matériel laissé sur le site fut détruit, et qu’une autre finit par parvenir au British Museum de Londres où elle fut intégrée dans les collections du musée. Les archives de Mannu-kī-Aššūr donnèrent lieu à une première publication en 1940 (J. Friedrich, G. R. Meyer, A. Ungnad & E. F. Weidner, Die Inschriften von Tell Halaf. Keilschrifttexte und aramäische Urkunden aus einer assyrischen Provinzhauptstadt [Archiv für Orientforschung 6], Berlin, 1940), mais une partie des tablettes ne put être copiée que d’après les photos de fouilles. Une première série de collations fut effectuée par F. M. Fales dans sa reprise des textes en 1979 (« Studies in neo-assyrien Texts I: Joins and collations to the Tell Halaf documents », Zeitschrift für Assyriologie und Vorderasiatische Archäologie 69, p. 192-216). Le travail d’A. Dornauer a donc été de reprendre les textes conservés à Berlin et à Londres, de collationner systématiquement l’ensemble des originaux encore accessibles et de les comparer aux photos de fouilles qui en présentent parfois un meilleur état, voire, comme dans le cas des tablettes de Berlin, la seule ressource désormais disponible. Tous les textes sont donc présentés avec une nouvelle copie, accompagnée pour certaines d’une photo (nos 5, 7, 12, 21, 22 et 70). Les nos 82 et 93, fragmentaires, n’ont pas été copiés. Le no 97 est présenté en copie sous la mention TH 96 (corriger en TH 97, p. 99). Le no 98 est un scellement non inscrit.

3Les 81 textes catalogués comme « archives de Mannu-kī-Aššūr » se répartissent, du point de vue du contenu entre 7 lettres royales (TH 1 et 3-8), 4 lettres officielles (TH 9-12), 4 lettres de Mannu-kī-Aššūr lui-même (TH 13-16), 61 documents administratifs, essentiellement des listes de comptabilité (TH 2 et 17-91) et 5 documents non identifiables (TH 93-98). Plusieurs documents font joint : TH 10+88, TH 17+80, TH 31+47, TH 37+71, TH 43+44+45, TH 53+58, TH 54+84+86, TH 59+79, TH 60+87, TH 73+77+85+89, TH 76+81, TH 91+92+94, ce qui explique la différence entre le nombre de textes (81) et le nombre de numéros d’inventaire (98).

4L’ouvrage comporte un commentaire introductif de 30 p. présentant les « archives de Mannu-kī-Aššūr », les particularités de format selon les types de textes et de paléographie (tableau exhaustif des signes p. 6-14) et des éléments synthétiques sur l’histoire et l’environnement géographique de Guzana, attestée aux xe et ixe s. comme capitale de la principauté araméenne du Bēt-Baḫiāni, puis comme capitale du māt Palê sous le règne du roi Kapara. Après la conquête assyrienne de la Haute-Mésopotamie, la province de Guzana, pourvue d’un gouverneur autonome, Mannu-kī-Aššūr, fut intégrée à la grande zone d’influence du général en chef (turtānu) Samsi-ilu, puis à celle de son successeur Nergal-ēreš. Elle devait fournir au turtānu des ressources militaires, objets de nombre des textes de l’archive publiée ici. Cette situation illustre le passage d’une Assyrie dont le pouvoir résidait initialement sur le contrôle d’un réseau d’États vassaux à un véritable empire territorial ayant vocation à contrôler tout le Proche-Orient. Dans sa propre zone territoriale, Guzana jouait un rôle clé puisque la ville contrôlait à la fois les flux nord-sud par la vallée du Habur, et les relations entre l’Assyrie historique des bords du Tigre et son extension occidentale du moyen Euphrate, sur laquelle régnait le turtānu.

5L’étude des textes permet de préciser des points importants sur le système administratif provincial assyrien du début du viiie s. et sur les modalités de recrutement et d’entretien des troupes, destinées tant aux besoins de l’armée royale qu’au contrôle du territoire de la province de Guzana, avec une attention particulière portée aux équidés et aux disponibilités en armement. Cette nouvelle édition, soignée et complète, pourvue de nombreux index, fournit un état à jour de l’un des lots de documentation les plus intéressants pour comprendre le fonctionnement de l’empire assyrien du viiie s. av. J.-C. et constitue donc un ouvrage de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Joannès, « Aron A. Dornauer, Das Archiv des assyrischen Statthalters Mannu-kī-Aššūr von Gūzāna/Tall Ḥalaf (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 3, III) »Syria, 92 | 2015, 257-258.

Référence électronique

Francis Joannès, « Aron A. Dornauer, Das Archiv des assyrischen Statthalters Mannu-kī-Aššūr von Gūzāna/Tall Ḥalaf (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 3, III) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 15 février 2016, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3341 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3341

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search