Navigation – Plan du site
Autres articles

Un poids antique de Laodicée-sur-Mer (Syrie)

Pierre-Louis Gatier et Julien Olivier
p. 255-261

Résumés

Résumé – Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France a récemment acquis un poids de plomb de Laodicée de Syrie. Il est semblable à un poids du Musée de Damas déjà publié. C’est le très rare témoignage de deux poids antiques proche-orientaux issus d’un même moule. Leur iconographie et leur date sont réexaminées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En particulier Babelon & Blanchet 1895 ; voir Gatier 2014, p. 131-132 et n. 20. P.-L. Gatier prépa (...)

1Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France a récemment fait l’acquisition d’un poids de plomb qui vient s’ajouter à sa riche collection d’instruments pondéraux du Proche-Orient hellénistique et romain 1.

  • 2 Seyrig 1949 (= Scripta Varia. Mélanges d’archéologie et d’histoire, Paris, 1985, p. 367-415) ; voir (...)
  • 3 Vente CGB, Live Auction 1, 3 décembre 2014, no bgr-339570. Nous remercions vivement Georges Lanque (...)

2L’objet, inventaire no 2014.83 (fig. 1-3), de forme triangulaire, se range dans la série fournie des poids de Laodicée-sur-Mer, l’une des quatre cités grecques de la Tétrapole de la Syrie du Nord. Il s’agit du second exemplaire d’un poids qui avait été publié jadis par Henri Seyrig, dans l’article fondateur de l’étude de ces objets 2. L’intérêt de cette acquisition est renforcé par les informations dont nous disposons quant à sa provenance. Bien que le lieu exact de sa découverte demeure inconnu, nous savons que ce poids fut acquis à Lattaquié (ancienne Laodicée-sur-Mer) par un soldat des troupes françaises du Levant à la fin de l’année 1919. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la veuve de ce militaire le remit au dernier propriétaire connu, alors enfant. Ce dernier le céda finalement en décembre 2014 au profit de la collection nationale 3.

Figure 1.

Figure 1.

Poids de Laodicée à la BnF, no 2014.83, avers

© J. Olivier

Figure 2.

Figure 2.

Poids de Laodicée à la BnF, no 2014.83, revers

© J. Olivier

Figure 3.

Figure 3.

Poids de Laodicée à la BnF, no 2014.83, tranche

© J. Olivier

Description

3Poids triangulaire en plomb. Dimensions : h. 112 x l. 123 x ép. 11,7 mm ; 785,62 g. À l’avers, un cadre saillant entoure la zone inscrite, selon un usage bien établi dans les poids proche-orientaux aux époques hellénistique et romaine. L’espace inscrit est surmonté par une tête ou masque masculin imberbe en relief, les lettres grecques étant elles-mêmes en relief plus atténué. On remarque les sigma à quatre barres, l’oméga en pont, les alpha à barre brisée et d’assez nombreux empattements. Les lettres sont de taille uniforme, sauf à la dernière ligne où elles sont légèrement plus hautes. L’inscription de sept lignes est bien lisible :

Ἔτους
θκʹ,
Λαοδικέων
4 τῆς ἱερᾶς
καὶ ἀσύλου
καὶ αὐτονόμου μνᾶ.

« L’an 29, mine de Laodicée, (cité) sainte, asyle et autonome. »

4Le revers, qui n’a pas de cadre, est réticulé ou quadrillé, comme bien souvent au Proche-Orient à ces époques, pour éviter le rognage. Mais ici, du moins dans la partie inférieure de l’objet, le quadrillage en relief ressemble plus à un réseau d’écailles arrondies qu’à une série de losanges. Au milieu, avec un léger décalage vers le haut, un monogramme figure entre deux palmes en relief.

Commentaire

  • 4 Cet objet est exposé dans une vitrine du Musée, où nous l’avons examiné à la fin des années 1990, (...)

5L’objet acquis par la BnF est très semblable à celui qui était connu de Seyrig (no 3 de sa série de Laodicée) et qui appartient au Musée de Damas 4, inventaire no 8863, acheté à Alep (fig. 4-5). Notre description, ci-dessus, ne se distingue guère de celle de ce savant et notre lecture de l’inscription est strictement la même. Ce constat va d’ailleurs au-delà d’une simple similitude typologique : un relevé précis de divers détails des motifs et de l’inscription permet d’affirmer que ces deux poids proviennent du même moule bivalve. Les différences entre les deux objets sont toutefois suffisantes pour qu’on soit certain qu’il ne s’agit pas du même poids qui aurait disparu du Musée de Damas pour réapparaître à Paris. On pourrait classer ces différences en deux catégories : d’une part, les manques du poids de la BnF par rapport à celui du Musée de Damas, d’autre part, les excès ou suppléments.

Figure 4.

Figure 4.

Poids de Laodicée au Musée de Damas, no 8863, avers

© J. Aliquot

Figure 5.

Figure 5.

Poids de Laodicée au Musée de Damas, no 8863, revers

© J. Aliquot

  • 5 Seyrig 1949, p. 53 (= 1985, p. 383).

6Dans le premier groupe, il faut ranger l’état de la pointe supérieure du triangle du poids du Musée de Damas, dont Seyrig écrivait qu’elle était « coiffée d’un disque orné d’une palmette (aujourd’hui déformé) » 5. Et, de fait, la photo de la publication d’alors montre, à la place de ce disque, une sorte de protubérance écrasée dépassant à droite. Le poids de la BnF, quant à lui, a le sommet légèrement aplati, sans cette protubérance, mais avec un léger renflement en bordure, plus marqué à gauche. Il semble difficile d’attribuer cette différence à l’usure ou à une destruction récente. Par ailleurs, un bourrelet apparaît au revers du poids du Musée de Damas, sur le bord droit, vers le bas ; il n’est pas présent sur le poids de la BnF. Enfin, le buste ou masque qui occupe l’angle supérieur de l’avers paraît beaucoup plus net sur le poids de Damas que sur celui de Paris, en particulier vers les yeux et le nez. De la sorte, on pourrait se demander si le poids qui a été publié par Seyrig n’aurait pas abouti à la BnF, après avoir simplement subi une corrosion qui aurait dégradé certaines portions de son métal. Mais, en réalité, l’examen des emplacements éventuels de cette dégradation, notamment à la pointe du triangle, ne plaide pas en faveur de cette hypothèse.

  • 6 Seyrig 1949, p. 53 (= 1985, p. 383).

7Dans le second groupe, on peut placer l’encoche faite dans le métal, à l’avers, à partir de la bordure inférieure, bien visible sur l’objet publié par Seyrig et absente de celui de la BnF ; il s’agit peut-être de la trace de la vérification moderne, par le découvreur ou le marchand, de la nature du métal. Deux autres dommages moins importants subis par le revers du poids de Damas ne se retrouvent pas sur celui de Paris : une petite destruction de surface au milieu de la palme gauche et une légère encoche entre la palme droite et le rebord voisin. En examinant le poids de la BnF, il est bien clair qu’on ne voit pas de traces de bouchage de ces petits dégâts. De plus, sur les photos les plus récentes du poids de Damas, les dommages qu’il a subis au revers paraissent un peu plus marqués que sur les photos d’Henri Seyrig. Par ailleurs, Seyrig décrivait le rebord comme une « bordure en arête, avec décor de triangles sur le biseau extérieur » 6, observation inexacte qui, plutôt qu’une simple erreur, est peut-être due au mauvais état de l’objet qu’il observait. En tout cas, la tranche biseautée du poids de Paris est clairement ornée, là encore pour éviter le rognage, d’une série continue de demi-cercles plutôt que de triangles et sa bordure supérieure est aplatie plutôt qu’en arête. Ajoutons que la sixième ligne de l’inscription au droit comporte en son centre quelques lettres qui paraissent effacées sur le poids de Damas — s’il ne s’agit pas d’un effet de photographie — et qui sont nettes sur celui de la BnF.

  • 7 Seyrig 1949, p. 73-76 (= 1985, p. 403-406), où Seyrig rappelait que si un objet de plomb, en vieill (...)
  • 8 Nous ne nous occuperons pas ici des questions de métrologie, en nous contentant de noter, avec Sey (...)

8Un argument supplémentaire est celui de la masse. Le poids vu par Seyrig pesait « 784 g avant nettoyage ; 745 g après nettoyage ». Celui de la BnF fait 785,62 g. Même si les variations pondérales des objets de plomb sont parfois aléatoires 7, il n’en demeure pas moins que les objets perdent le plus souvent une petite partie de leur masse en vieillissant. Il n’est donc pas possible qu’un poids réduit à 745 g après nettoyage ait pu en quelques décennies à la fois perdre quelques fragments de métal (la protubérance et le bourrelet que nous avons signalés ci-dessus) et gagner une quarantaine de grammes 8.

  • 9 Une série de poids semblables, mais de masse différente, pose des questions sur leur authenticité. (...)

9Tous ces éléments se conjuguent pour démontrer que l’objet conservé à la BnF est le second exemplaire d’un poids issu de la cité de Laodicée-sur-Mer, sorti du même moule que celui du Musée de Damas publié autrefois par Henri Seyrig. L’information est en soi importante parce qu’il s’agit d’un cas très rare, voire unique pour le Proche-Orient 9.

  • 10 Seyrig 1949, p. 57 (= 1985, p. 387).

10Revenons sur quelques-uns des caractères de l’objet et tout d’abord sa forme, son décor et son iconographie. L’une des particularités des poids de Laodicée-sur-Mer, exceptionnelle pour la Syrie, réside dans les formes très variées que certains d’entre eux affectent : hexagonale, triangulaire, rhomboïdale, etc. Les poids triangulaires notamment, connus dans certaines cités d’Asie Mineure ou de la mer Noire, ne se rencontrent pas au Proche-Orient ailleurs qu’à Laodicée. Seyrig remarquait que les poids triangulaires de cette cité étaient « coiffé(s) d’une sorte de disque orné d’une étoile ou d’une palmette grossièrement exécutée » 10. C’est vraisemblablement pour cette raison qu’il pensait que, sur le poids du Musée de Damas, cet appendice placé à la pointe du triangle avait été endommagé, ce qui aurait expliqué sa disparition. Toutefois, à bien examiner sa photo et le poids de la BnF, on peut douter que ce disque ait jamais été présent.

  • 11 Après vérification, on peut constater que ces traces ne sont pas celles de lettres.
  • 12 Gatier 1986, p. 375-378 (SEG 36, 1292).
  • 13 Seyrig 1949, p. 72 (= 1985, p. 402).

11La représentation d’une tête, en apparence masculine, sur laquelle Seyrig ne se prononçait pas, ne peut pas, selon nous, renvoyer à un agoranome précis, parce qu’aucun poids civique, dans le Proche-Orient gréco-romain comme dans les autres régions, ne montre jamais de portrait de magistrat. Il doit s’agir d’un emblème civique, figure de fondateur, de héros ou de dieu. La photo de Seyrig fait voir les traces, mieux conservées sur le poids du Musée de Damas que sur celui de la BnF, d’une sorte de couvre-chef sur le sommet du crâne 11. On peut proposer, avec prudence, qu’il s’agisse d’un pétase ailé, très simplifié. On aurait alors une image d’Hermès agoraios, dieu des marchés, fréquemment représenté sur les poids civiques, soit en effigie, comme sur un autre poids de Laodicée 12, soit symboliquement par son caducée. En ce qui concerne le revers, l’usage du quadrillage ne se rencontrerait plus, selon Seyrig, après le début de notre ère, mais le même savant remarquait aussi que les palmes deviennent courantes du milieu du iie s. apr. J.-C. jusqu’au iiie s. 13. Si la question de la palme est accessoire, il n’est pas certain que la datation de l’abandon du quadrillage doive être aussi précise et ne puisse pas être descendue dans le temps.

  • 14 En particulier Seyrig 1963 (= Antiquités Syriennes, 6, Paris, 1966, p. 132-134) ; voir aussi ci-de (...)
  • 15 Seyrig 1963, article qui complète un travail précédent : Seyrig 1950 (= Antiquités Syriennes, 4, Pa (...)
  • 16 Seyrig 1949, p. 55 (= 1985, p. 385).
  • 17 Seyrig 1949, p. 72 (= 1985, p. 402). De même, le poids de Laodicée, no 6 de Seyrig, ibid., p. 54 (= (...)

12En effet, le problème principal est celui de la date des deux exemplaires du poids qui nous intéresse. Henri Seyrig a établi, à partir d’un nombre relativement peu abondant d’objets, des séries chronologiques complexes qui lient entre eux les poids d’Antioche, de Séleucie de Piérie et de Laodicée-sur-Mer, trois des cités grecques de la Syrie du Nord. Pour Laodicée, il disposait de 38 poids dont 21 portaient des dates. Leur nombre s’est légèrement accru depuis 14, sans que l’on puisse proposer un nouveau classement que celui de Seyrig, qui se révèle néanmoins problématique. La principale difficulté est posée par les différentes ères qu’a utilisées la cité de Laodicée : ère séleucide (312 av. J.-C.), ère de la liberté (81 av. J.-C.), ère césarienne (48 av. J.-C.), ère d’Actium (31 av. J.-C.), ère régnale de tel ou tel empereur (dont Tibère et Caligula), ères dites « de la métropole » (194 apr. J.-C.) ou « de la colonie » (198 apr. J.-C.) 15. Seyrig interprétait la date, « an 29 », mentionnée sur le poids du Musée de Damas, en fonction de l’ère de la liberté de Laodicée. C’est la mention de l’autonomie dans la titulature de la cité, à la sixième ligne de l’inscription, qui le poussait à ce choix 16, lequel était soutenu par la paléographie. Ainsi, le poids daterait de 53/52 av. J.-C. Par ailleurs, le monogramme du revers se retrouve sur quatre autres des poids de Laodicée-sur-Mer, nos 5, 7, 9 et 11 de sa liste, dont les trois premiers comportent des dates : « an 8 », « an 37 », « an 10, également 54, également 71 ». Seyrig a montré brillamment que cette triple datation sur le poids no 9 doit être calculée à partir de l’ère régnale de Tibère, de l’ère actienne et enfin de l’ère césarienne et que cela correspond à 23/24 apr. J.-C. Quant aux dates des poids nos 5 et 7, il les calculait selon l’ère césarienne et obtenait ainsi 41/40 et 12/11 av. J.-C. En conséquence du considérable écart chronologique entre les poids qui portent ce monogramme constitué des trois lettres, ΔΗΜ (delta, èta, mu), Seyrig y voyait l’abréviation du mot dèmosion, « public » (δημόσιον), plutôt que les initiales d’un même agoranome, dont la durée d’exercice aurait été exceptionnelle 17.

  • 18 Exemples datés, à Éphèse, I.Ephesos, 614, Ἰου[λι]έων τῶν καὶ Λαοδικέων τῶν πρὸς θαλάσσῃ τῆς ἱερᾶς (...)
  • 19 Seyrig a montré que les datations par les années régnales et par l’ère d’Actium avaient été, à Lao (...)

13Il est cependant possible de discuter le choix de l’ère appliquée au poids qui nous concerne. En effet, quelques inscriptions montrent clairement que, dans la titulature officielle de la cité de Laodicée, la mention de l’autonomie se prolonge longtemps, associée avec la sainteté et l’asylie au moins jusqu’au premier tiers du iie s. apr. J.-C. 18, et qu’elle n’est pas incompatible avec l’ère césarienne en usage à cette époque. Il nous apparaît donc que « l’an 29 » qui figure sur les deux exemplaires du poids a beaucoup de chances d’appartenir à l’ère césarienne 19, ce qui daterait le poids de 20/19 av. J.-C, au lieu de 53/52. Le déplacement chronologique que nous opérons ainsi est trop léger pour être confirmé ou démenti par la paléographie ; il permet toutefois de resserrer la datation de tous les poids marqués du monogramme ΔΗΜ, entre les années 41/40 et 12/11 av. J.-C.

14L’examen du nouveau poids de la BnF montre qu’on peut rencontrer des poids de plomb semblables, issus d’un même moule et authentiques. Deux hypothèses nouvelles ont également été présentées : l’identification du visage d’Hermès et la révision de la datation du poids étudié.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

Bull. ép. « Bulletin épigraphique », Revue des études grecques

SEG Supplementum epigraphicum graecum

Références bibliographiques

Babelon (E.) & Blanchet (J. A.) 1895 Catalogue des bronzes antiques de la Bibliothèque Nationale, Paris.

Gatier (P.-L.) 1986 « Deux poids syriens de la Fondation Piéridès », Syria 63, p. 375-378.

Gatier (P.-L.) 1991 « Poids inscrits de la Syrie hellénistique et romaine », Syria 68, p. 433-443.

Gatier (P.-L.) 2014 « Poids et vie civique du Proche-Orient hellénistique et romain », C. Saliou (éd.), La mesure et ses usages dans l’Antiquité : la documentation archéologique (Dialogues d’histoire ancienne, Suppl. 12), Besançon, p. 125-162.

Meyer (E.) 1987-1988 « Die Bronzeprägung von Laodikeia in Syrien 194-217 », JNG 37-38, p. 57-92, pl. 7-18.

Rigsby (K. J.) 1996 Asylia: Territorial Inviolability in the Hellenistic World, Berkeley/Los Angeles/Londres.

Seyrig (H.) 1949 « Poids antiques de la Syrie et de la Phénicie sous la domination grecque et romaine », BMBeyr 8, p. 37-79 (= Scripta Varia. Mélanges d’archéologie et d’histoire [BAH 125]), Paris, 1985, p. 367-415).

Seyrig (H.) 1950 « Sur les ères de quelques villes de Syrie », Syria, 27, p. 5-50 (= Antiquités Syriennes, 4, Paris, 1953, p. 72-117).

Seyrig (H.) 1963 « Un poids de Laodicée », Syria 40, p. 30-32 (= Antiquités Syriennes, 6, Paris, 1966, p. 132-134).

Haut de page

Notes

1 En particulier Babelon & Blanchet 1895 ; voir Gatier 2014, p. 131-132 et n. 20. P.-L. Gatier prépare le corpus des poids de la Syrie antique dans la série des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS). Certains des objets qui figurent déjà dans les volumes précédents des IGLS (en particulier les t. II-IV), où ils étaient répartis selon des classements géographiques, y prendront place.

2 Seyrig 1949 (= Scripta Varia. Mélanges d’archéologie et d’histoire, Paris, 1985, p. 367-415) ; voir no 3 de Laodicée, p. 53 et pl. V (= p. 383 et 414). C’est le poids IGLS IV, 1271, c.

3 Vente CGB, Live Auction 1, 3 décembre 2014, no bgr-339570. Nous remercions vivement Georges Lanquetin qui nous a fourni ces informations.

4 Cet objet est exposé dans une vitrine du Musée, où nous l’avons examiné à la fin des années 1990, sans pouvoir vérifier sa masse. Nous remercions Julien Aliquot des photos qu’il a prises plus récemment et qu’il nous a généreusement autorisés à publier.

5 Seyrig 1949, p. 53 (= 1985, p. 383).

6 Seyrig 1949, p. 53 (= 1985, p. 383).

7 Seyrig 1949, p. 73-76 (= 1985, p. 403-406), où Seyrig rappelait que si un objet de plomb, en vieillissant, se transforme en hydrocarbonate, il s’alourdit.

8 Nous ne nous occuperons pas ici des questions de métrologie, en nous contentant de noter, avec Seyrig 1949, p. 76 (= 1985, p. 406), les difficultés pour établir l’étalon de Laodicée, différent de celui de ses voisines, Antioche et Séleucie, et « sans doute plus proche de 800 que de 600 g ».

9 Une série de poids semblables, mais de masse différente, pose des questions sur leur authenticité. Voir Gatier 1991, p. 434-440 ; Bull. ép., 2006, 448 (P.-L. Gatier). L’objet présenté ici met fin aux doutes exprimés récemment, voir Gatier 2014, p. 129 et n. 11, sur la possibilité de retrouver des poids authentiques issus d’un même moule. Par ailleurs, il n’est pas exclu que certains des poids (authentiques) en plomb d’Arados ou de Marathos, inscrits en phénicien, soient produits par un même moule, même si la démonstration en reste à faire.

10 Seyrig 1949, p. 57 (= 1985, p. 387).

11 Après vérification, on peut constater que ces traces ne sont pas celles de lettres.

12 Gatier 1986, p. 375-378 (SEG 36, 1292).

13 Seyrig 1949, p. 72 (= 1985, p. 402).

14 En particulier Seyrig 1963 (= Antiquités Syriennes, 6, Paris, 1966, p. 132-134) ; voir aussi ci-dessus, n. 12. Le poids IGLS IV, 1273, attribué à tort à Laodicée, appartient à une série suspecte ; voir Gatier 1991, p. 434-440 ; Bull. ép., 2006, 448 (P.-L. Gatier).

15 Seyrig 1963, article qui complète un travail précédent : Seyrig 1950 (= Antiquités Syriennes, 4, Paris, 1953, p. 72-117) ; voir p. 26-32 (= p. 92-98). Pour les titulatures de la cité à l’époque sévérienne et les ères de la métropole et de la colonie, voir aussi Meyer 1987-1988, p. 57-92, pl. 7-18.

16 Seyrig 1949, p. 55 (= 1985, p. 385).

17 Seyrig 1949, p. 72 (= 1985, p. 402). De même, le poids de Laodicée, no 6 de Seyrig, ibid., p. 54 (= p. 384), daté « an 13 », porte sur son revers les deux lettres ΔΗ, comprises comme l’abréviation du même mot. Cependant, d’autres groupes de deux lettres, au revers de poids qui ne portent pas le monogramme ΔΗΜ, sont considérés par Seyrig comme des initiales d’agoranomes.

18 Exemples datés, à Éphèse, I.Ephesos, 614, Ἰου[λι]έων τῶν καὶ Λαοδικέων τῶν πρὸς θαλάσσῃ τῆς ἱερᾶς καὶ ἀσύλου καὶ αὐτονόμου ἡ πόλις, en 102-106 apr. J.-C. ; à Athènes, IG II2, 3299, en 132 apr. J.-C. Sur la titulature de Laodicée, voir Rigsby 1996, p. 500-502.

19 Seyrig a montré que les datations par les années régnales et par l’ère d’Actium avaient été, à Laodicée, rares et éphémères, utilisées en accompagnement d’autres systèmes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Poids de Laodicée à la BnF, no 2014.83, avers
Crédits © J. Olivier
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Figure 2.
Légende Poids de Laodicée à la BnF, no 2014.83, revers
Crédits © J. Olivier
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 3.
Légende Poids de Laodicée à la BnF, no 2014.83, tranche
Crédits © J. Olivier
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3406/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 4.
Légende Poids de Laodicée au Musée de Damas, no 8863, avers
Crédits © J. Aliquot
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3406/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Figure 5.
Légende Poids de Laodicée au Musée de Damas, no 8863, revers
Crédits © J. Aliquot
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3406/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Louis Gatier et Julien Olivier, « Un poids antique de Laodicée-sur-Mer (Syrie) », Syria, 92 | 2015, 255-261.

Référence électronique

Pierre-Louis Gatier et Julien Olivier, « Un poids antique de Laodicée-sur-Mer (Syrie) », Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/3406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3406

Haut de page

Auteurs

Pierre-Louis Gatier

CNRS, Université Lumière Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Articles du même auteur

Julien Olivier

BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals