Navigation – Plan du site

Huit tombes hellénistiques et romaines à Jablé

Massoud Badawi
p. 185-204

Résumés

La fouille de la nécropole de Jbeibat en 2001, à 500 mètres au nord-ouest du théâtre romain de Jablé, par une équipe syrienne, a permis la découverte de huit tombes. Trois types de sépultures (collectives ou individuelles) ont pu être définis  : tombe à entrée en puits, tombe à entrée en escalier et tombe à inhumation simple. Les tombes ont été creusées dans la roche tendre locale. Aucune n’est décorée, et à ce jour aucune inscription n’indique le nom des défunts ou de leur famille. Leur niveau social est difficile à cerner, contrairement aux tombeaux de Palmyre ou aux tombes de Syrie du Sud de même époque. Malgré le pillage de ces tombes, un important matériel funéraire a pu être récupéré  : céramiques, verres, fusaïoles, perles en pierre ou pâte de verre et pièces en métal. À partir de ces objets, il est possible de proposer une datation de ces tombes depuis l’époque hellénistique jusqu’à la période romaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Frézouls 1952, p. 54-58.
  • 2 Équipe dirigée par l’auteur, Abdesatar Sabagh, archéologue, et Wael al-Kinjraoui, topographe  ; les (...)

1Lors de travaux de terrassement à 500 m au nord-ouest du théâtre romain 1 de la ville côtière de Jablé (antique Gabala), au lieu-dit appelé Jbeibat, une équipe archéologique syrienne 2 a pu dégager huit tombes, dont la datation s’échelonne de la période hellénistique à l’époque romaine. Le toponyme du site provient d’une tradition locale qui affirme que de nombreux puits (jub en arabe) constellent les environs. L’ensemble des tombes s’étend sur 1 600 m et sur une largeur de 200 m environ.

2L’endroit était connu de longue date comme nécropole antique  ; certaines sépultures avaient en effet été entamées par le rivage. C’est à partir du bord de l’eau qu’une première vue d’ensemble des tombes est possible. La découverte du premier hypogée (A) date du mois de décembre 2000, à la suite de l’élargissement de la route côtière  ; les autres découvertes ont été réalisées en fonction de l’avancement du projet de construction. Huit tombes creusées dans la roche («  ramlé ») tendre (A, B, C, D, E, F, G et H, fig.1) ont été dégagées dans leur totalité. Le groupe d’hypogées E, F, G et H est situé à 360 m au nord de la tombe A.

Figure 1

Figure 1

Localisation des sépultures.

Les tombes  : typologie, description et commentaires généraux sur leur datation

3On a pu définir, jusqu’à présent, trois types de sépultures à Jbeibat  :

  • I.Tombe à entrée en puits  : A ;

  • II.Tombe à entrée en escalier  : C, D, E, F, G et H ;

  • III.Tombe à inhumation simple  : tombe B et fosses I à VII au-dessus de la tombe G.

  • 3 Bounni & Saliby 1957, p. 25.

4Les tombes ont été creusées et aménagées comme des hypogées, hormis l’inhumation B, et quelques sépultures d’adultes et d’enfants, entourant le dromos de la tombe G, taillées en fosse depuis la surface. Aucune d’entre elles n’est décorée, et à ce jour aucune inscription n’est venue indiquer le nom des défunts ou de leur famille, contrairement aux tombeaux de Palmyre, de même époque, qui s’illustrent par des différences de style et de décor 3.

  • 4 Tweir 1970, p. 61-66.

5Les tombes de Jbeibat ont été endommagées à la fois durant l’Antiquité et à l’époque moderne et pas un seul des loculi n’a été retrouvé inviolé. Des restes d’un sarcophage en terre cuite proviennent du loculus 3 de la sépulture A et un autre presque complet a été découvert dans la fosse 1 de ce même hypogée. La seconde phase d’inhumation du tombeau B a été réalisée dans une grande jarre. On connaît également le type de fermeture de ces sépultures. Il est donc possible de reconstituer, dans de nombreux cas, le mode d’inhumation des anciens habitants de Jbeibat. En outre, il existe un certain nombre de parallèles en Syrie, en particulier à Damas sur le site de Bab Srijeh 4.

6Les dromoi, les antichambres ainsi que les loculi des tombes étaient plus ou moins remplis de terre  ; les loculi étaient ainsi partiellement ou totalement (comme dans le cas de la tombe C) remplis de terre d’infiltration. Cette dernière était humide, parfois argileuse, en particulier dans les hypogées A, D et H ainsi que la tombe B, caractéristique due à l’atmosphère créée par la proximité du rivage maritime.

  • 5 Saadé 1985, p. 346-348.
  • 6 Saadé 1976, p. 269-274.
  • 7 Tweir 1970, p. 62-63.

7On ne peut fixer avec certitude le nombre de corps inhumés dans chaque hypogée. Il est le plus souvent difficile de savoir si les tombes ont été réutilisées de manière secondaire, les ossements ayant été retrouvés brisés et dispersés. On peut tout juste affirmer que l’inhumation 1 de la tombe A et la sépulture B ont servi plus d’une fois. Les objets et restes de dépôts étaient peu nombreux et pour l’essentiel concernaient l’antichambre de l’hypogée A et la tombe B. La destruction à l’intérieur des tombes a été le plus souvent complète, en particulier pour les objets en verre  ; elle est due à la chute des pierres de fermeture des loculi, ainsi qu’au pillage des sarcophages. Une situation parallèle a été mise en évidence lors de la fouille d’un ensemble de tombes à Jablé entre 1980 et 1981 5, mais également pour la tombe de Mar Taqla à Lattaquié 6 et pendant le dégagement de l’ensemble funéraire de Bab Srijeh à Damas 7.

8On essaiera ci-dessous de décrire chacune des sépultures de Jbeibat, de la plus ancienne à la plus récente.

La tombe A (fig. 2)

9Située à 700 m au nord-ouest du théâtre romain de Jablé, elle appartient au premier type de sépultures défini (tombe à puits). L’entrée, l’antichambre et les loculi étaient plus ou moins remplis de terre. L’entrée était peut-être recouverte de dalles  ; sa forme est rectangulaire, avec un côté long de 2,27 m dans le sens est-ouest et une largeur de 73 cm, mais le puits s’élargit près du passage vers l’antichambre et atteint 1 m. Le sol de l’hypogée lui-même était situé à une profondeur de 4,40 m sous la surface. Sur son côté ouest se trouvait une ouverture récente de 44 x 70 cm probablement réalisée par des pilleurs. Celle-ci a permis la découverte de l’hypogée.

Figure 2

Figure 2

Tombe A.

  • 8 Cette tombe ne sera pas étudiée ici.

10On accédait à l’antichambre, salle orientée nord-sud de 3,49 x 2,25 m et de 1,10 m de hauteur, par le biais d’une porte de 1,10 m de hauteur et 89 cm de large. Une autre ouverture de pillage a été creusée dans le mur sud de l’antichambre de 66 x 64 cm  : elle permettait d’accéder à une autre sépulture 8, découverte également en 2000. Autour de cette salle étaient disposés cinq loculi et deux chambres funéraires. En outre, deux inhumations en fosse ont été fouillées dans l’antichambre elle-même. Un des loculi (no 1) a pu être mesuré  : sa hauteur est de 1,10 m, sa largeur de 70 cm et sa longueur de 2,15 m  ; la petite pièce (no 1), située au sud-est de l’antichambre, accessible par une porte de 1,10 m de haut par 73 cm de large, avait une surface de 2,20 m par 2,15 m et la même hauteur que la porte  ; la seconde pièce est de la même taille. La fosse (no 1) située au sud de l’antichambre mesure 2,25 m de long, 87 cm de large pour une profondeur de 84 cm. L’autre, au centre de l’antichambre et à 1,08 m de la première, possède les mesures suivantes  : 2,10 m (longueur), 70 cm (largeur) et 1,07 m (profondeur).

11Trois types de sépultures sont attestés dans l’hypogée A  :

  • dans le loculus 3, on a découvert des restes d’un sarcophage en terre cuite. Des blocs de pierre («  ramlé ») ont été trouvés devant les loculi 1, 4 et 5  ; maçonnés à la terre, ils avaient dû servir à en obstruer l’ouverture  ;

    • 9 Saliby 1976, p. 128.

    dans la fosse no 1 a été mis au jour un sarcophage en terre cuite contenant les vestiges d’un squelette. Sous le sarcophage, un autre corps a été découvert associé à un matériel varié plus ancien. Le remplissage de cette fosse montre qu’elle a été réutilisée. Sa couverture devait être assurée au moyen de dalles de pierre, dont quelques-unes ont été découvertes à proximité de la tombe. Un cas de figure similaire est attesté sur le site de ‘Azar, au sud de Tartous 9  ;

    • 10 Tweir 1970, p. 61-66.

    le troisième type d’inhumation (collective) est attesté dans les deux petites chambres funéraires. Les défunts étaient disposés côte à côte, dans un linceul ou dans un sarcophage, tout comme à Bab Srijeh à Damas 10.

  • 11 En ce qui concerne les découvertes de Jbeibat, on se reportera notamment aux publications suivantes (...)
  • 12 Follin-Jones 1950, p. 89-90, lampe no 46 dans le groupe VI.
  • 13 Russell 1973, p. 93, pl. XXVIII.A, lampe no 6.

12Le matériel archéologique, malgré sa rareté, était de grande qualité, et comprenait notamment différentes lampes, appartenant à plusieurs périodes de l’Antiquité classique. Les lampes sont des découvertes fréquentes, en particulier en contexte funéraire  ; elles ont motivé tant d’études, en raison de leur esthétique et leur intérêt historique, qu’il nous est impossible de les citer intégralement ici 11. Les lampes de la fosse 1 trouvées sous le sarcophage sont datables de l’époque hellénistique (fig.3), et l’une d’entre elles (fig.3 : 3) a des parallèles à Tarse 12. Par ailleurs, pour la lampe no 6 (fig.3 : 6), on trouve le même type à Chypre 13.

Figure 3

Figure 3

Lampes (tombe A).

  • 14 Follin-Jones 1950, p. 171-172, photo 135, pièces 244 et 245.
  • 15 Christensen & Johansen 1971, p. 48-49, fig. 23-24.
  • 16 À 37 km au nord de Lattaquié, fouillé par P. Courbin, directeur de la mission française.
  • 17 Site majeur du Bronze récent à 7 km au nord de Lattaquié, mais où la mission syro-française a égale (...)
  • 18 Site phénicien à 6 km au sud de la ville de Jablé, où les travaux de la mission danoise de P. J. Ri (...)
  • 19 À 6 km au sud de Tartous, site phénicien majeur de la côte syrienne.
  • 20 Christensen & Johansen 1971, p. 53, fig. 25.

13Des unguentaria ont également été découvertes dans l’hypogée A  ; il s’agit d’un fossile directeur bien connu de la période hellénistique (fig.4) et les parallèles sont fréquents à Tarse 14 et Hama 15. Des fragments d’amphores rhodiennes timbrées sur les anses forment une partie du matériel céramique  : elles sont très nombreuses sur la côte syrienne, en particulier à Ras el-Bassit 16, Ras Ibn Hani 17, Tell Sukas 18 et Amrit 19, mais également en Syrie intérieure, notamment à Tarse et à Hama 20.

Figure 4

Figure 4

Unguentaria (tombe A).

  • 21 Smith 1973, p. 182-195.
  • 22 Dussart 1998, p. 292, pl. 52, groupe BXIII-1211b.
  • 23 Inventaire no AO 10839, vitrine 23, Arweiller-Dulong & Nenna 2005, p227, no 663.

14Le reste du mobilier comporte des perles en pâte de verre, en stéatite (fig.5), aux parallèles bien attestés sur le site de Pella en Jordanie 21. Du dégagement de l’hypogée A proviennent des balsamaires et un flacon d’époque romaine (fig.6), semblables à ceux conservés dans les musées d’Umm Qeis, de Jérash et d’Amman en Jordanie 22. Un petit flacon moulé en forme de datte séchée (fig.7) possède un parallèle conservé dans la salle des Antiquités orientales du Musée du Louvre provenant des fouilles d’Amrit 23.

Figure 5

Figure 5

Perles (tombe A).

Figure 6

Figure 6

Balsamaires et flacon (tombe A).

Figure 7

Figure 7

Flacon moulé en forme de datte (tombe A).

15Nous avons également trouvé quelques exemplaires de lampes moulées d’époque romaine ainsi que quelques clous en fer et en alliage cuivreux (ou bronze) appartenant au décor de coffres en bois ou de cercueils. Il faut noter également la présence d’un bracelet et d’une monnaie en argent ainsi que de fragments d’épingles en os et en ivoire.

16En se basant sur ce matériel et une observation rapide des corps, on peut proposer comme hypothèse un usage familial pour cet hypogée. Une datation précise est difficile en l’absence de vestiges épigraphiques, d’autant plus que ce tombeau a été utilisé plusieurs fois et à différentes époques. Il a certainement été creusé vers le iie siècle avant J.‑C. et en usage dès cette époque (2 fosses), puis agrandi à l’époque romaine, et il a servi jusqu’au iiie siècle de l’ère chrétienne au moins.

La tombe B (fig. 8)

  • 24 Saliby 1976, p. 128.

17Elle est située à 24 m au sud de l’hypogée A, et il s’agit d’une sépulture individuelle creusée dans le rocher. Elle était couverte de dalles en pierre grossièrement taillées. L’inhumation est rectangulaire et elle est orientée dans le sens est-ouest. D’une longueur de 2,11 m, d’une largeur de 58 cm pour une profondeur de 1,27 m, la sépulture est semblable à certaines tombes de ‘Azar au sud de Tartous 24. Elle était très endommagée, remplie de terre d’infiltration très humide passée entre les dalles de couverture. À l’intérieur avait été placée une grande jarre abritant le squelette très fragmentaire d’un sujet adolescent, peut-être une jeune fille. La jarre contenait en effet quelques perles en pâte de verre, des boucles d’oreille en bronze plaqué d’argent et incrustées de pâte de verre de couleur verte et bleue.

Figure 8

Figure 8

Tombe B.

  • 25 Follin-Jones 1950, p. 179, cruche D, pl. 170, exposée au Metropolitan Museum de New York.
  • 26 Follin-Jones 1950, p. 137, bol 293.
  • 27 Russell 1973, p. 94, pl. XXVIII B, no 7.
  • 28 Rey-Coquais 1964, p. 150, pl. III, no 10r.
  • 29 Hayes 1989, p. 196, pl. 38 ; p. 77, lampe 308.
  • 30 Zouhdi 1974, p. 179, tableau no 4, lampe no 20.

18C’est lors de l’enlèvement de la jarre qu’est apparu le squelette très mal conservé d’un adulte très âgé. Le reste du matériel comprend des unguentaria (fig.9), une cruche en céramique à engobe rouge (fig.10) aux parallèles attestés à Tarse 25. Ces deux types d’objets sont caractéristiques des périodes hellénistique et romaine au Levant. C’est également à Tarse que l’on trouve un bol moulé en céramique à engobe rouge foncé 26 de facture identique à notre exemplaire complet (fig.11). Une figurine fragmentaire en terre cuite représente un couple enlacé. Une lampe de même matière était décorée d’un lion (fig.12)  : il s’agit vraisemblablement d’une production chypriote du ier siècle après J.‑C. 27. Ce type est également attesté à Amrit 28 et un parallèle au niveau de la forme est conservé au Musée Royal de l’Ontario au Canada 29  ; dans le musée de Damas, on trouve une lampe de même type et décorée d’un lion, mais dans une posture différente 30. Par ailleurs, un flacon à deux anses et un petit bol en verre soufflé (fig.13) ont été recueillis.

Figure 9

Figure 9

Unguentaria (tombe B).

Figure 10

Figure 10

Cruche, céramique à engobe rouge (tombe B).

Figure 11

Figure 11

Bol, céramique à engobe rouge foncé (tombe B).

Figure 12

Figure 12

Lampe (tombe B).

Figure 13

Figure 13

Flacon à deux anses et bol en verre soufflé (tombe B).

19À partir de ces objets et de la stratigraphie, il est possible d’affirmer que cette tombe a été utilisée au moins à deux reprises, au ier siècle avant notre ère puis au ier siècle après J.‑C.

La tombe C (fig. 14)

20Celle-ci se trouve à 36 mètres au sud de la tombe B. Il s’agit d’un hypogée creusé dans le rocher. On n’a pu ni mettre en évidence son mode de fermeture, ni définir avec exactitude l’emplacement de l’entrée. En outre, les loculi étaient fortement endommagés. La tombe était remplie de terre d’épaisseur variable, les loculi étant complètement pleins et l’antichambre uniquement sur la moitié de sa hauteur. Cela pourrait indiquer un pillage ancien.

Figure 14

Figure 14

Tombe C.

21Les loculi ont pu être complètement dégagés et se sont avérés vides de tout sarcophage  ; seuls quelques fragments d’ossements ont pu être recueillis. Un sarcophage brisé et incomplet a été dégagé dans la partie est de l’antichambre.

22On pénétrait au sein de la tombe au moyen d’un escalier de seize marches de hauteur variable. La porte de l’hypogée, située au nord, était décorée d’une double arcade taillée dans le rocher  ; sa hauteur est de 1,82 m et sa largeur de 84 cm. Cet accès permettait, par le biais d’une marche de 20 x 23 cm, d’entrer dans l’antichambre. Cette dernière était une grande salle de forme presque carrée mesurant 2,30 x 2,42 m, à partir de laquelle on accédait à cinq loculi. Dans l’angle nord-ouest a été fouillée une fosse rectangulaire de 1,25 m de long, 75 cm de large et 25 cm de profondeur  : il a été impossible de savoir si cette structure creusée était une véritable inhumation ou une sorte d’ossuaire, un endroit où les ossements étaient déposés de façon secondaire afin de faire place à d’autres défunts dans les loculi. Sur le côté nord de l’antichambre, une ouverture récente de 87 x 63 cm permettait d’accéder à une autre tombe. Celle-ci n’a pu malheureusement être explorée en raison du danger d’écroulement que présentait sa fouille.

  • 31 Seuls les loculi nos 1 et 4 ont été mesurés.

23Dans la tombe C, deux manières de creuser les loculi31 ont été mises en évidence  : ceux qui sont creusés dans le sens de la longueur font 2,08 m de long, 80 cm de large et 84 cm de hauteur (loculi 1 et 2), et ceux qui sont creusés en profondeur (loculi 3 à 5) étaient orientés vers l’ouest et leurs entrées respectives montraient un plafond légèrement concave. La taille approximative de ces trois loculi est de 97 cm de hauteur, 69 cm de largeur pour 2,19 m de longueur.

  • 32 Le même type est représenté par quelques pièces dans la salle des Antiquités classiques du Musée de (...)
  • 33 Bailey 1988, pl. 65, lampe no Q2441.
  • 34 Publié dans le corpus de Hayes 1980, p. 77, pl. 38, lampe no 309.
  • 35 Hanoune 1970, p. 241, pl. 3, lampe no 12.

24Le matériel de la tombe C était peu abondant et la plus grande partie des objets provient de l’antichambre. Certaines lampes ne montraient pas de traces d’utilisation et avaient donc fait partie du dépôt funéraire d’origine  ; d’autres avaient des traces de combustion. Une moitié inférieure de lanterne en terre cuite 32 (fig.15) a été trouvée dans une terre plus récente de l’antichambre. Une lampe moulée en céramique est décorée d’un oiseau (fig.16 : 5). Il s’agit d’un modèle courant à Chypre et des parallèles existent parmi un groupe conservé au British Museum 33, ainsi que sur le site palestinien de Tubas 34. Un autre parallèle formel, mais au décor distinct, a été publié dans les travaux de R. Hanoune 35. Ces comparaisons ont permis d’attribuer à notre exemplaire une tranche chronologique allant de 50 à 100 ap. J.‑C. Les cinq autres lampes seraient datables du iie ou iiie siècle. Cette tombe, très endommagée, appartient à un type d’hypogée nouveau, en raison de ses loculi creusés dans le sens de la longueur. Ce type de tombe apparaîtrait vers le milieu du ier siècle après J.‑C. et serait encore en usage au iiie siècle.

Figure 15

Figure 15

Lanterne (tombe C).

Figure 16

Figure 16

Lampes (tombe C).

La tombe D (fig. 17)

25Elle est localisée à 6 m au sud de la tombe C, et il s’agit également d’un hypogée creusé dans le rocher. Celui-ci a été entièrement pillé et détruit durant l’Antiquité. La dalle de couverture de l’entrée a été dérobée, ce qui a provoqué son remplissage de terre meuble. L’antichambre et les loculi contenaient une couche de terre d’épaisseur variable. Cette salle est de forme rectangulaire et suit une orientation nord-sud (avec l’entrée au nord). Treize marches de tailles différentes permettaient d’accéder à la sépulture collective. Le sommet de la porte (celle-ci mesurant 1,70 m de hauteur et 80 cm de large) au bas de l’escalier est arrondi. Une marche de 20 cm de hauteur et de 37 cm de large délimitait le passage entre l’antichambre et l’escalier d’accès. L’antichambre, de 2,50 x 2,12 m, était entourée de six loculi. Au sud-ouest avait été creusée une fosse rectangulaire de 1,22 m x 63 cm et de 15 cm de profondeur : cette particularité est également observable dans l’hypogée C.

Figure 17

Figure 17

Tombe D.

26Les loculi étaient de dimensions variables répartis en trois types. Le loculus 1 est creusé sur le côté nord, sa longueur était de 1,06 m, sa largeur de 60 cm et sa hauteur de 97 cm. Ces dimensions réduites font qu’on a douté de sa fonction de réceptacle pour les défunts et on a envisagé un dépôt pour des offrandes funéraires (à moins qu’il ne s’agisse d’une sépulture d’enfant ou d’un loculus inachevé). Les loculi 2 à 4 étaient de taille quasi identique au loculus 3  : 95 cm de hauteur à l’entrée, 64 cm de largeur et 2,06 m de longueur. Le loculus 2 est situé sur le côté nord, les loculi 3 et 4 sont creusés dans la face occidentale de l’antichambre. Le loculus 5 était situé à gauche de la porte (hauteur  : 76 cm  ; largeur  : 64 cm et longueur  : 2,20 m). Au fond de ce même loculus, une ouverture de 48 x 32 cm donnait sur un autre hypogée. C’est cette ouverture récente qui a permis, en 2000, la découverte de l’hypogée D. Enfin, le loculus 6, creusé dans la face orientale de l’antichambre sur sa largeur, était semblable aux loculi 1 et 2 de la tombe C. La hauteur de l’entrée est de 76 cm, sa longueur de 2,20 m et sa largeur de 64 cm.

27Cette tombe contenait peu d’objets, recueillis pour l’essentiel dans l’antichambre. On citera six fusaïoles coniques en stéatite et en terre cuite utilisée pour le filage, neuf lampes en terre cuite moulées (fig.18-19), dont huit datables de l’époque romaine (nos 1 à 8) et une de la période byzantine ou omeyyade (fig.18-19 : 9). Cette dernière provenait d’une couche de terre supérieure et était donc attribuable à une phase postérieure. On peut s’interroger sur les raisons de la présence de cet objet  : faut-il y voir une réutilisation de l’hypogée à l’époque byzantine ou omeyyade, ou simplement le résultat de son transport par écoulement des terres à partir d’un autre contexte archéologique, ou encore une trace du pillage de la tombe D  ?

Figure 18

Figure 18

Lampes (tombe D).

Figure 19

Figure 19

Lampes (tombe D).

  • 36 Dobbins 1977, p. 221, lampe no 97, photo p. 356.
  • 37 Hayes 1989, p. 200, pl. 42, lampe no 358.
  • 38 Dobbins 1977, lampe no 42, photo p. 349.

28Divers motifs ornaient les huit lampes romaines  : un chameau de Bactriane, un décor géométrique et des scènes mythologiques (notamment l’enlèvement d’Europe  : fig.18 : 6) ou érotique (fig.18 : 7). Des décors montrant des scènes érotiques existent sur des exemples de Doura Europos, toutefois sur des lampes d’un type différent 36. Le motif est fréquent aux iie et iiie siècles, et J. W. Hayes a pu dater plus précisément certains exemples iconographiques de la fin du iie siècle ou du début du iiie. Une autre lampe de Jbeibat appartient à un type attesté uniquement en Syrie 37. Un exemplaire semblable à celui orné de l’enlèvement d’Europe provient d’Antioche 38.

29Eu égard aux découvertes au sein de la tombe D, la construction de celle-ci est à dater d’une période comprise entre le début du iie et celui du iiie siècle.

La tombe E (fig. 20)

30Située à environ 360 m au nord-ouest de la tombe A, elle a été gravement endommagée lors de l’élargissement de la route qui a enlevé plusieurs dalles appartenant à l’escalier d’accès. Le tombeau était pillé et recouvert d’une fine couche de terre. On y a découvert, à l’intérieur de l’antichambre, des fragments de sarcophages en terre cuite. Seuls quelques fragments d’objets épars figurent dans l’inventaire du matériel funéraire.

Figure 20

Figure 20

Tombe E

31La tombe E est un hypogée creusé dans le rocher. On y pénètre par un escalier de six marches de dimensions inégales. La porte d’entrée, d’une hauteur de 2 m et d’une largeur de 80 cm, est orientée vers l’est et son sommet est arrondi.

  • 39 Dussart 1998, pl. 20, groupe BII.273, pièce no 9, photo p. 260.

32Trois loculi étaient disposés autour d’une antichambre de 2,38 x 2,26 m (hauteur  : 1,89 m). Ceux-ci ont été creusés en longueur, de 60 à 70 cm au-dessus du sol de l’antichambre de façon identique aux loculi 1 et 2 de la tombe C et au loculus 6 de la tombe D (fig.14 et 17). Le loculus 1 mesure 1,83 m de longueur, 75 cm de largeur et 63 cm de hauteur  ; les autres (2 et 3) font 2 m de long et 64 cm de large pour 81 cm de haut. Seul a été recueilli un fragment de pot en verre dont la forme est semblable à un exemple d’époque romaine conservé dans le musée de Bosra 39.

33L’état de la tombe E est très bouleversé. La datation s’appuie sur des parallèles établis grâce aux fragments de sarcophage en terre cuite mentionnés précédemment et qui présentent des similitudes avec ceux des tombeaux C et D (datables du ier au iiie siècle ap. J.‑C.).

La tombe F (fig. 21)

34Située à 38 m au nord-est de la tombe E, elle a été gravement endommagée également lors de l’élargissement de la route qui a arraché plusieurs dalles appartenant à l’escalier d’accès. La tombe était pillée, et son plafond partiellement ouvert par une fosse récente de 1,20 x 1,12 m  ; l’antichambre de la tombe est recouverte d’une fine couche de terre, mais l’entrée possède un remplissage de terre meuble.

Figure 21

Figure 21

Tombe F.

35La tombe F est un hypogée creusé dans le rocher  ; on y pénètre par un escalier dont subsistent quatre marches de dimensions variables. Précédée d’un palier, la porte d’entrée, d’une hauteur de 1,32 m et d’une largeur de 91 cm, est orientée vers l’est et son sommet est arrondi. Une marche de 23 cm de hauteur et d’un giron de 28 cm permettait de descendre dans une antichambre mesurant 2,87 x 2,20 m et de 1,76 m de hauteur. Celle-ci est bordée d’une sorte de banquette large de 30 cm et d’une hauteur variant de 44 à 57 cm. La pièce desservait trois inhumations et deux niches percées dans le côté oriental.

36On y a découvert très peu de fragments de sarcophages en terre cuite, par rapport aux tombes déjà mentionnées. Les quelques dalles en pierre retrouvées devaient fermer les inhumations. Des squelettes très fragmentaires ont été trouvés dans celles-ci et l’antichambre. Leur état ne permet pas de fixer avec certitude le nombre de corps inhumés dans cette tombe.

  • 40 Un « coussin », marqué par un creusement moins profond au nord, pourrait indiquer l’emplacement rés (...)

37Les inhumations en cuve 1 et 3 ont des mesures identiques. L’inhumation 1 située au sud de l’antichambre possède une hauteur du passage vers la fosse de 70 cm sur une longueur de 2,24 m  ; dimensions de la fosse  : longueur 2,26 m, largeur 54 cm et profondeur 50 cm, tandis qu’une paroi d’environ 30 cm est ménagée entre la banquette et la cuve. Le fond de cette dernière se situe alors environ 30 cm au-dessus du sol de l’antichambre. L’inhumation 2 située dans la paroi est se trouve légèrement décalée vers le nord  : longueur de la cuve 2,15 m, largeur 66 cm et profondeur 53 cm 40. Deux niches sont creusées de ce même côté  : la niche 1, située au sud, mesure 89 cm de hauteur, 78 cm de largeur et 58 cm de profondeur  ; la niche 2, creusée au nord, mesure 82 cm de haut, est large de 75 cm et profonde de 78 cm. Ces niches ont peut-être été utilisées pour le mobilier funéraire. On observe parmi les particularités de la tombe F les niches creusées dans le rocher de part et d’autre d’une inhumation.

  • 41 Bailey 1980, p. 178, pl. 18, lampe Q935.

38Le matériel de la tombe F était peu abondant, constitué de quelques fragments de flacons en verre et d’une lampe moulée incomplète (fig.22). Cette lampe au décor érotique recouverte d’un engobe rouge possède un parallèle de même type 41. On propose, pour le plan de la tombe F, une datation de la fin de la période hellénistique, parce que ce type de disposition n’existait pas au iie ou iiie siècle ap. J.‑C.

Figure 22

Figure 22

Lampe à décor érotique (tombe F).

39Il est possible d’affirmer que cette tombe a été utilisée plus d’une fois, de l’époque hellénistique jusqu’au ier siècle après J.‑C.

La tombe G (fig. 23)

40Située à 27 m au sud-ouest de la tombe F, elle a été gravement endommagée et la partie nord-ouest de la tombe a été coupée par les travaux. En surface, on observe la présence de quelques tombes individuelles, près de son accès et qui seront étudiées plus bas.

Figure 23

Figure 23

Tombe G.

41La tombe G est un hypogée creusé dans le rocher  ; pillés, l’antichambre et les loculi étaient plus ou moins remplis de terre. L’escalier était rempli de terre très récente. On y pénètre par un escalier de 17 marches de hauteur variable aboutissant à un palier  ; la porte d’entrée, d’une hauteur de 1,34 m et d’une largeur de 96 cm, est située à l’est et son sommet est arrondi. Par le biais d’une marche haute de 35 cm et large de 28 cm, on descend dans une antichambre mesurant 2,92 x 3,40 m et d’une hauteur de 2,02 m, à partir de laquelle on accédait à huit loculi, trois vers le nord, trois vers le sud et deux loculi vers l’est. En outre, on trouve deux inhumations à l’ouest, proches des cuves de la tombe F.

42Les loculi ont des mesures semblables  : le loculus no 8, situé à droite de la porte, mesure 1,03 m en hauteur (sommet de son plafond concave), pour une largeur de 70 cm et une longueur de 2,30 m. Les inhumations situées à l’ouest de l’antichambre ont des mesures identiques. L’inhumation 1, située au nord-ouest, possède une ouverture d’entrée longue de 1,60 m et d’une hauteur inconnue  ; la cuve est longue de 2,15 m, large de 53 cm et profonde de 25 cm seulement.

43Le matériel de la tombe G était peu abondant  : deux perles en pâte de verre bleu, une assiette en verre et un couvercle de flacon en os tourné en forme de disque.

44Cette tombe est très abîmée et il est, de fait, impossible d’attribuer une datation à ces matériels, mais il est probablement possible de dater sa construction entre le début du ier et le début du iiie siècle après J.‑C.

Les tombes individuelles

45Trois tombes individuelles d’adultes et celles de quatre d’enfants ont été trouvées au-dessus de la tombe G (fig.24). De forme rectangulaire, elles sont aussi creusées en fosse dans le rocher et elles devaient être couvertes de dalles de pierre, comme la tombe B (fig.8). Elles ont été pillées, sans doute depuis longtemps, car elles étaient remplies de terre, mais sans squelette ni objet.

Figure 24

Figure 24

Les tombes individuelles.

46En voici les dimensions et la localisation  :

  • la tombe I est située à l’est de l’escalier de la tombe G, longueur 2,15 m, largeur 52 cm et 1,08 m de profondeur  ;

  • la tombe II est située au nord de l’escalier de la tombe G, longueur 2,21 m, largeur 63 cm et profondeur inconnue à cause de la présence d’un figuier  ;

  • la tombe III est située au-dessus du palier devant l’entrée de la tombe G, longueur 2,04 m, largeur 63 cm et profondeur 1,15 m  ;

  • la tombe IV est située au nord de la tombe III, longueur 1,81 m, largeur 41 cm et seulement 0,63 m de profondeur  ;

  • la tombe V est située au nord de la partie est de la tombe IV, longueur 74 cm, largeur 32 cm et profondeur inconnue  ;

  • la tombe VI est située au nord de la partie ouest de la tombe IV, longueur 1 m, largeur 32 cm et profondeur inconnue  ;

  • la tombe VII est située au nord de la tombe VI, longueur 92 cm, largeur 31 cm et profondeur inconnue.

47Il existe peut-être une relation entre ces sépultures individuelles, en particulier celles d’enfants, avec l’hypogée. Il y aurait ainsi une ségrégation liée à l’âge du défunt. Mais il est difficile de préciser cette question à cause du mauvais état de conservation des squelettes dans l’hypogée, voire de leur absence dans ces fosses.

48La datation proposée reprend celle de la tombe G  : les plus grandes fosses (I et II) semblent postérieures au creusement de l’hypogée et ont donc pu avoir un usage complémentaire. Le groupe formé par les tombes III à VII, d’une orientation homogène, mais légèrement oblique, pourrait avoir une datation différente.

La tombe H (fig. 25)

49Située à 33 m au nord-ouest de la tombe F, elle a été fortement abîmée de même que les tombes E, F et G. Les travaux ont enlevé plusieurs dalles appartenant à l’escalier d’accès ainsi qu’une partie du sommet de la porte (de 1,12 x 1,20 m).

Figure 25

Figure 25

Tombe H.

50La tombe H est un hypogée creusé dans le rocher  ; le dromos et l’antichambre ainsi que les loculi étaient plus ou moins remplis de terre argileuse. On y pénètre par un escalier de six marches (en moyenne  : hauteur 28 cm et largeur 26 cm), la porte d’entrée placée sur le côté ouest possède une hauteur de 1,50 m et une largeur de 84 cm. Le sommet de cette porte est en arrondi  ; celle-ci ouvre sur l’antichambre mesurant 2,18 x 2,06 m et d’une hauteur de 1,62 m qui desservait quatre loculi, un vers le nord, un autre vers le sud et deux loculi à l’est.

51Les loculi 1 et 4, creusés latéralement, occupent les côtés nord et sud de l’antichambre. Ils sont semblables aux loculi 1 et 2 de la tombe C, et au loculus 6 de la tombe D. Le loculus 1 mesure 2,15 m de longueur, 58 cm de largeur pour une hauteur de 80 cm, l’autre lui est symétrique. Les deux loculi creusés dans la paroi est montraient un plafond légèrement concave  ; leur taille approximative, d’après les mesures du loculus 2, est de 96 cm de hauteur sur une largeur de 83 cm et pour une longueur de 2,04 m.

  • 42 Exposée dans la salle d’Ougarit, no 83, AO 876.
  • 43 Dussart 1998, p. 292, pl. 52, groupe B XIII.1211a.
  • 44 Dussart 1998, p. 278, pl. 38, groupe B X.213, pièce no 8.

52Le matériel de la tombe H était peu abondant. Il comprend huit perles de différents matériaux, une fusaïole en stéatite, une lampe en terre cuite moulée incomplète et une cruche cannelée en céramique avec une anse (fig.26) qui possède un parallèle exposé dans la salle B des Antiquités orientales du Louvre 42, provenant de la fouille de Cl. Schaeffer en 1939 et daté de la période hellénistique. Nous avons également trouvé deux balsamaires en verre 43 (fig.27 : 1-2) et un flacon en verre soufflé 44 d’époque romaine (fig.27 : 3) semblables à certains du même type conservés au musée de Bosra.

Figure 26

Figure 26

Cruche cannelée (tombe H).

Figure 27

Figure 27

1, 2 - Balsamaires  ; 3 - Flacon en verre soufflé (tombe H).

53La datation de cette tombe semble difficile à partir de ces seuls éléments. En effet, la datation de la cruche à l’époque hellénistique est contestable, et il serait préférable de la dater du début de la période romaine correspondant au creusement et à la première utilisation de la tombe. Le matériel de verre appartient sans doute au fonctionnement de la tombe entre le début du ier siècle et le début du ive siècle ap. J.‑C.

Conclusion

  • 45 Bounni & Saliby 1956, p. 8-24.

54Les résultats de cette étude sur les tombes hellénistiques et romaines de Jablé-Jbeibat montrent que celles-ci obéissent généralement au modèle des hypogées creusés dans le substrat rocheux. L’accès était soit en puits, soit en escalier. Chaque tombe devait appartenir spécifiquement à une famille, à l’exception de la tombe B, inhumation individuelle, et des fosses I-VII. Les inhumations/sépultures ont eu lieu à plusieurs reprises (en particulier pour A et B). L’ensemble de ces hypogées était vierge de tout décor et anépigraphe. On se trouve donc dans l’incapacité de donner des détails sur le nom du défunt, celui de sa famille ou sur sa situation sociale. Les tombes ont été pillées plus d’une fois et les trouvailles archéologiques ont été hétérogènes et en petite quantité, correspondant aux offrandes qui accompagnaient les corps ainsi qu’à des objets personnels ou de service. Un certain de nombre de parallèles relatifs au mobilier funéraire et à son contexte archéologique existent dans le Hauran à l’époque romaine 45.

55Malgré les perturbations subies par le site, on a pu reconstituer l’architecture des tombes, ainsi qu’une partie des rites qui s’y déroulaient et préciser leur chronologie. On peut ainsi affirmer avec certitude qu’elles ont été creusées à partir de l’époque hellénistique et ont servi pendant la période romaine (au moins jusqu’au ive s.).

  • 46 Safadi & Christian 1957, p. 73.
  • 47 Linant de Bellefonds 1985, p. 108-111, pl. 39-40 et 41, no 52.
  • 48 Conservés dans les réserves des musées de Tartous (pour ‘Azar) et de Lattaquié.
  • 49 Saadé 1985, p. 347, caveau no 4, et p. 347-348, no 6.

56Les corps des défunts sont majoritairement enveloppés d’un linceul et déposés dans un cercueil de bois ou un sarcophage en terre cuite et, jusqu’à maintenant, on n’a pas découvert de sarcophage en pierre comme à Lattaquié 46, en marbre comme à Rastan 47 ou en plomb comme à ‘Azar et à Lattaquié 48. La provenance des sarcophages de terre cuite n’est pas encore assurée, mais des parallèles existent à Tunis, à Rome, à Chypre et sur la côte levantine, à Jablé 49 et à Tyr en particulier. Il semble s’agir d’un type méditerranéen courant à l’époque romaine. Les différentes pâtes observées à Jbeibat pourraient, pour certaines, provenir des argiles locales  ; d’autres seraient importées peut-être principalement de Chypre, voire de Rome.

  • 50 L’identification récente, par l’auteur, du rempart nord de la ville, permet de ramener cette mesure (...)
  • 51 En particulier des études anthropologiques des squelettes afin de vérifier l’hypothèse de regroupem (...)
  • 52 Saadé 1985, p. 347, caveau no 1, « Zénon, fils de Boéthos ».

57Le cimetière de Jbeibat accueillait vraisemblablement des familles des couches populaires de la société. Les personnages les plus riches étaient peut-être inhumés ailleurs. Grâce aux vestiges de cette nécropole, on peut dire que les limites de la ville de Jablé à l’époque romaine étaient situées, au maximum 50, à 500 m environ au nord-ouest du théâtre romain. Des travaux ultérieurs 51 viendront éclairer et compléter les découvertes archéologiques présentées ici, car ce qui a été exposé est tout compte fait peu parlant, en l’absence de nouveaux documents écrits 52 ou de sculptures.

Haut de page

Bibliographie

Arweiller-Dulong (V.) & M.-D.  Nenna 2005 Les verres antiques du Musée du Louvre, II. Vaisselle et contenants du ier siècle au début du viie siècle après J.C., Paris.

Bailey (D. M.) 1963 Greek and Roman Pottery Lamps, Londres.

Bailey (D. M.) 1980 A Catalogue of the Lamps of the British Museum, II. Roman Lamps Made in Italy, Londres.

Bailey (D. M.) 1988 A Catalogue of the Lamps in the British Museum, III. Roman Provincial Lamps, Londres.

Bounni (A.) & N.  Saliby 1956 «  Étude préliminaire de cimetières du Hauran », Annales archéologiques arabes syriennes, 6, p. 8-24.

Bounni (A.) & N.  Saliby 1957 «  La Tombe de Shallemalat de Palmyre », Annales archéologiques arabes syriennes, 7, p. 25-52.

Christensen (A. P.) & C. F. Johansen 1971 Hama : fouilles et recherches 1931-1938. III. 2  : Les poteries hellénistiques et les terres sigillées orientales, Copenhague.

Dobbins (J. J.) 1977 Terracotta Lamps of the Roman Province of Syria, Ann Arbor.

Dussart (O.) 1998 Le verre en Jordanie et en Syrie du Sud, BAH 152, IFAPO, Beyrouth.

Follin-Jones (F.) 1950 Excavations at Gözlükule. Tarsus, vol. I : The Hellenistic and Roman Periods, Princeton.

Frézouls (E.) 1952 «  Les théâtres romains de Syrie », Annales archéologiques arabes syriennes, 2, p. 54-58.

Haken (R.) 1958 Roman Lamps in the Prague National Museum, Prague.

Hanoune (R.) 1970 «  Lampes de Graviscae », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquités, 82, p. 237-262.

Hayes (J. W.) 1980 Ancient Lamps in the Royal Ontario Museum. 1, Greek and Roman Clay Lamps : a Catalogue, Toronto.

Kennedy (C. A.) 1963 «  The Development of the Lamp in Palestine », Berytus, 14/2, p. 67-115.

Lerat (L.) 1954 «  Les lampes antiques », Annales littéraires de l’Université de Besançon, 2e s., t. I, 1.

Linant de Bellefonds (P.) 1985 Sarcophages attiques de la nécropole de Tyr : étude iconographique, ERC no 52, Paris.

Rey-Coquais (J.-P.) 1964 «  Lampes antiques de Syrie et du Liban », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 39/2, p. 147-165.

Russell (J.) 1973 «  Ancient Lamps in Vancouver », Levant, 5, p. 91-101.

Saadé (G.) 1976 «  Les fouilles archéologiques de Lattaquié », Annales archéologiques arabes syriennes, 26, p. 269-274.

Saadé (G.) 1985 «  Découverte de caveaux funéraires à Jablé », Syria, 62, p. 346-348.

Safadi (H.) & H.  Christian 1957 «  Les sarcophages de Lattaquié », Annales archéologiques arabes syriennes, 7, p. 73-94 (en arabe).

Saliby (N.) 1976 «  Les tombes de ‘Azar au sud de Tartous », Annales archéologiques arabes syriennes, 26, p. 128.

Smith (R. H.) 1973 Pella of the Decapolis, I, Wooster, p. 182-195.

Tweir (Q.) 1970 «  Résultats préliminaires des fouilles de dix tombes de la période romaine à Damas », Annales archéologiques arabes syriennes, 20, p. 61-66 (en arabe).

Zouhdi (B.) 1974 «  Les lampes anciennes  : exemples du Musée National de Damas », Annales archéologiques arabes syriennes, 24, p. 161-187.

Haut de page

Notes

1 Frézouls 1952, p. 54-58.

2 Équipe dirigée par l’auteur, Abdesatar Sabagh, archéologue, et Wael al-Kinjraoui, topographe  ; les photographies sont de l’auteur ainsi que les dessins des tombes F, G et H  ; ceux des tombes A à E sont dus à Linda al-Maghrebi, architecte  ; Fayez Ayache a réalisé la mise en pages des dessins. Je tiens à remercier les personnes ayant soutenu la publication de cet article, les professeurs Jean-Marie Dentzer et Maurice Sartre, les collègues et amis de la Bibliothèque d’assyriologie du Collège de France, de Nanterre, de l’IFPO de Damas, dont Bertrand Lafont.

3 Bounni & Saliby 1957, p. 25.

4 Tweir 1970, p. 61-66.

5 Saadé 1985, p. 346-348.

6 Saadé 1976, p. 269-274.

7 Tweir 1970, p. 62-63.

8 Cette tombe ne sera pas étudiée ici.

9 Saliby 1976, p. 128.

10 Tweir 1970, p. 61-66.

11 En ce qui concerne les découvertes de Jbeibat, on se reportera notamment aux publications suivantes : Lerat 1954 ; Haken 1958 ; Bailey 1963 ; Kennedy 1963 ; Rey-Coquais 1964 ; Zouhdi 1974.

12 Follin-Jones 1950, p. 89-90, lampe no 46 dans le groupe VI.

13 Russell 1973, p. 93, pl. XXVIII.A, lampe no 6.

14 Follin-Jones 1950, p. 171-172, photo 135, pièces 244 et 245.

15 Christensen & Johansen 1971, p. 48-49, fig. 23-24.

16 À 37 km au nord de Lattaquié, fouillé par P. Courbin, directeur de la mission française.

17 Site majeur du Bronze récent à 7 km au nord de Lattaquié, mais où la mission syro-française a également fouillé depuis 1975 des niveaux de la période hellénistique.

18 Site phénicien à 6 km au sud de la ville de Jablé, où les travaux de la mission danoise de P. J. Riis a exploré d’importants niveaux d’habitat du viiie au iiie siècle avant J.-C. Deux lieux de mouillage de bateaux sont attestés sur l’un des ports les plus importants de la côte syrienne.

19 À 6 km au sud de Tartous, site phénicien majeur de la côte syrienne.

20 Christensen & Johansen 1971, p. 53, fig. 25.

21 Smith 1973, p. 182-195.

22 Dussart 1998, p. 292, pl. 52, groupe BXIII-1211b.

23 Inventaire no AO 10839, vitrine 23, Arweiller-Dulong & Nenna 2005, p227, no 663.

24 Saliby 1976, p. 128.

25 Follin-Jones 1950, p. 179, cruche D, pl. 170, exposée au Metropolitan Museum de New York.

26 Follin-Jones 1950, p. 137, bol 293.

27 Russell 1973, p. 94, pl. XXVIII B, no 7.

28 Rey-Coquais 1964, p. 150, pl. III, no 10r.

29 Hayes 1989, p. 196, pl. 38 ; p. 77, lampe 308.

30 Zouhdi 1974, p. 179, tableau no 4, lampe no 20.

31 Seuls les loculi nos 1 et 4 ont été mesurés.

32 Le même type est représenté par quelques pièces dans la salle des Antiquités classiques du Musée de Damas : cf. Zouhdi 1974, p. 184, tableau no 9, photographie 64.

33 Bailey 1988, pl. 65, lampe no Q2441.

34 Publié dans le corpus de Hayes 1980, p. 77, pl. 38, lampe no 309.

35 Hanoune 1970, p. 241, pl. 3, lampe no 12.

36 Dobbins 1977, p. 221, lampe no 97, photo p. 356.

37 Hayes 1989, p. 200, pl. 42, lampe no 358.

38 Dobbins 1977, lampe no 42, photo p. 349.

39 Dussart 1998, pl. 20, groupe BII.273, pièce no 9, photo p. 260.

40 Un « coussin », marqué par un creusement moins profond au nord, pourrait indiquer l’emplacement réservé à la tête du défunt.

41 Bailey 1980, p. 178, pl. 18, lampe Q935.

42 Exposée dans la salle d’Ougarit, no 83, AO 876.

43 Dussart 1998, p. 292, pl. 52, groupe B XIII.1211a.

44 Dussart 1998, p. 278, pl. 38, groupe B X.213, pièce no 8.

45 Bounni & Saliby 1956, p. 8-24.

46 Safadi & Christian 1957, p. 73.

47 Linant de Bellefonds 1985, p. 108-111, pl. 39-40 et 41, no 52.

48 Conservés dans les réserves des musées de Tartous (pour ‘Azar) et de Lattaquié.

49 Saadé 1985, p. 347, caveau no 4, et p. 347-348, no 6.

50 L’identification récente, par l’auteur, du rempart nord de la ville, permet de ramener cette mesure à 300 m, dans l’axe du théâtre.

51 En particulier des études anthropologiques des squelettes afin de vérifier l’hypothèse de regroupements familiaux, de mettre en lumière des pathologies, de fixer le sexe et d’estimer l’âge des défunts.

52 Saadé 1985, p. 347, caveau no 1, « Zénon, fils de Boéthos ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Localisation des sépultures.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-1.png
Fichier image/png, 957k
Titre Figure 2
Légende Tombe A.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-2.png
Fichier image/png, 174k
Titre Figure 3
Légende Lampes (tombe A).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-3.png
Fichier image/png, 554k
Titre Figure 4
Légende Unguentaria (tombe A).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 5
Légende Perles (tombe A).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-5.png
Fichier image/png, 177k
Titre Figure 6
Légende Balsamaires et flacon (tombe A).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-6.png
Fichier image/png, 302k
Titre Figure 7
Légende Flacon moulé en forme de datte (tombe A).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-7.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 8
Légende Tombe B.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-8.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 9
Légende Unguentaria (tombe B).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-9.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 10
Légende Cruche, céramique à engobe rouge (tombe B).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-10.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 11
Légende Bol, céramique à engobe rouge foncé (tombe B).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-11.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 12
Légende Lampe (tombe B).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-12.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 13
Légende Flacon à deux anses et bol en verre soufflé (tombe B).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-13.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 14
Légende Tombe C.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-14.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 15
Légende Lanterne (tombe C).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-15.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 16
Légende Lampes (tombe C).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-16.png
Fichier image/png, 619k
Titre Figure 17
Légende Tombe D.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-17.png
Fichier image/png, 141k
Titre Figure 18
Légende Lampes (tombe D).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-18.png
Fichier image/png, 408k
Titre Figure 19
Légende Lampes (tombe D).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-19.png
Fichier image/png, 459k
Titre Figure 20
Légende Tombe E
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-20.png
Fichier image/png, 169k
Titre Figure 21
Légende Tombe F.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-21.png
Fichier image/png, 202k
Titre Figure 22
Légende Lampe à décor érotique (tombe F).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-22.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 23
Légende Tombe G.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-23.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 24
Légende Les tombes individuelles.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-24.png
Fichier image/png, 289k
Titre Figure 25
Légende Tombe H.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-25.png
Fichier image/png, 146k
Titre Figure 26
Légende Cruche cannelée (tombe H).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-26.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 27
Légende 1, 2 - Balsamaires  ; 3 - Flacon en verre soufflé (tombe H).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/346/img-27.png
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Massoud Badawi, « Huit tombes hellénistiques et romaines à Jablé », Syria, 84 | 2007, 185-204.

Référence électronique

Massoud Badawi, « Huit tombes hellénistiques et romaines à Jablé », Syria [En ligne], 84 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.346

Haut de page

Auteur

Massoud Badawi

Direction générale des Antiquités et des Musées, Jablé, Syrie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals