Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Dossier : Bains de Jordanie, actu...Le complexe médiéval de Khirbat a...

Dossier : Bains de Jordanie, actualité des études thermales

Le complexe médiéval de Khirbat al-Dūsaq (Shawbak)

I. Mission préliminaire (2008)
Jean-Paul Pascual et Chrystelle March
p. 169-188

Résumés

Résumé – Khirbat Al-Dūsaq est un petit site médiéval islamique situé à environ 6 km à l’est de la citadelle de Shawbak, sur une éminence surplombant la route menant à la ville de Maʿān en Jordanie du Sud. C’est un complexe composé de trois bâtiments en pierre : une demeure, un īwān domestique ouvert vers l’est, un bain au nord et une citerne qui l’alimentait. Ce complexe a probablement été construit à une période florissante au xiiie s., peut-être sous le règne du prince ayyoubide de Damas, Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā (1198-1227), qui a fortement investi dans le développement économique de la zone de Kerak et de Shawbak, avant même son établissement à Damas en tant que gouverneur. Les fouilles qui suivront ce premier état des lieux du site devraient permettre de dégager en priorité des éléments variés du bain d’une résidence princière à la campagne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 JADIS, « Khirbet al-Dosaq », 2099.024, p. 2.21.

1Le site de Khirbat al-Dūsaq ou Dūšaq (prononciation locale), d’époque médiévale, est localisé à environ 6 km à l’est du château de Shawbak, le Montréal des Croisés, au sud de la route nationale conduisant à Maʿān, un peu plus de 100 m après l’intersection de la voie menant au nord vers Al-Qādisiyya et le village de Dana (fig. 1). Établi à une altitude de 1 278 m (35°36’58’’), sur une éminence dominant d’une cinquantaine de mètres la route actuelle qui suit une partie du cours du Wādī al-Nijil, il est situé à quelque 15 km au nord du camp romain d’Odruh. Du site, la vue est bien dégagée vers le nord, l’est et le sud. La base de données archéologique JADIS 1 indique, pour ce site de période indéterminée, ne posséder aucune information et bibliographie, mentionnant des structures de murs.

Figure 1.

Figure 1.

Localisation du complexe de Khirbat al-Dūsaq dans les environs de Shawbak

© Fond de carte : extrait et réduction de la carte topographique au 1/50 000, feuille Shaubak, 1968, US Army

  • 2 Brünnow & Domaszewski 1904, p. 92, 94, 96-99, 112-113, 433.
  • 3 Mauss & Sauvaire 1864-1866, 2, p. 83-178, p. 154, cité par Brünnow & Domaszewski 1904.
  • 4 Hill 1897, p. 35-44, 134-144, cité par Brünnow & Domaszewski 1904.
  • 5 Vailhé 1898, p. 107, cité par Brünnow & Domaszewski 1904.
  • 6 Musil 1907, p. 35-37. A. Musil rapporte la légende telle que son guide la lui a contée : ce bâtimen (...)
  • 7 Meistermann1909, p. 239.
  • 8 Les reproductions de ces plaques de verre ont été gracieusement communiquées à N. Neveu par le Père (...)
  • 9 Voir, en annexe, la traduction de la partie du rapport qui concerne le site.
  • 10 La majeure partie de ces sources n’ayant été découverte que très récemment et notre recherche bibli (...)
  • 11 L’existence potentielle de cette installation balnéaire nous a été signalée par des membres la miss (...)

2En réalité, Khirbat al-Dūsaq a été visité en 1898 par R. E. Brünnow et A. von Domaszewski 2 qui en ont établi un plan général, présenté une photographie et fait une étude sommaire (fig. 2-3), complétée du récit des passages de C. Mauss en mai 1866 3, G. Hill en avril 1896 4 et S. Vailhé en 1898 5. Le site est ensuite mentionné en 1907 par A. Musil qui en a donné une rapide description, proposé une photographie et rapporté la légende de fondation 6 (fig. 4), puis par B. Meistermann en 1909 7. Deux photographies de R. Savignac témoignent également de son passage en 1935 8. En 1968, Ghazi Bisheh en propose enfin une description dans le rapport d’une prospection dans la région de Shawbak 9. Toutefois le site n’a pas, à notre connaissance, fait l’objet de recherches plus approfondies 10. La mission menée début mai 2008 par les membres de l’Ifpo Amman, C. March (architecte), N. Neveu (historienne) et J.-P. Pascual (historien) a consisté à effectuer le relevé du complexe et plus particulièrement de son bain supposé 11.

Figure 2.

Figure 2.

Plan général du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 1898. D’après Brünnow & Domaszewski 1904, p. 99, fig. 90

Figure 3.

Figure 3.

Photographie d’ensemble du complexe de Khirbat al-Dūsaq, depuis le sud, en 1898. D’après Brünnow & Domaszewski 1904, p. 97, fig. 89

Figure 4.

Figure 4.

Photographie d’ensemble du complexe de Khirbat al-Dūsaq, depuis le sud, en 1907. D’après Musil 1907 p. 35-37, fig. 3

Observations architecturales (état 2008)

  • 12 Notons que si la description des vestiges effectuée par Gh. Bisheh témoigne en 1968 d’un meilleur é (...)

3Les documents anciens montrent un site en excellent état de conservation, de l’extrême fin du xixe s. à 1935 12, contrastant tristement avec ce que nous pouvons observer aujourd’hui (fig. 5). Il semble évident, au vu des photographies, que la majeure partie des destructions survenues depuis soit de nature anthropique, comme le suggère le pillage manifeste des éléments d’architecture décorés et/ou les mieux calibrés. L’étude de ces données révèle que les principaux bâtiments étaient conservés sur la quasi-totalité de leur élévation et montre la présence de constructions aujourd’hui disparues. Elle apporte aussi des indices concernant la fonction et la datation des édifices. Cette source de renseignements considérable sera donc associée à l’étude architecturale des vestiges visibles.

Figure 5.

Figure 5.

Photographie d’ensemble du complexe de Khirbat al-Dūsaq, depuis le sud, en 2009

© R. Elter, Ifpo, Balnéorient

Description des vestiges

4Khirbat al-Dūsaq est un complexe approximativement orienté est-ouest et composé de trois corps de bâtiments (A, B, C) (fig. 6). Les deux premiers (A et B, au sud-ouest) sont des édifices indépendants, distants d’environ 11,50 m. Aujourd’hui conservés sur la moitié de leur élévation, ils étaient dotés d’une couverture voûtée. Le troisième (C au nord), mitoyen à l’extrémité septentrionale du bâtiment B, se retourne vers le sud, à son extrémité orientale. Construit dans la pente d’un escarpement rocheux, il comporte deux niveaux, dont seuls les murs arasés subsistent en partie supérieure.

Figure 6.

Figure 6.

Plan d’ensemble du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2008

© Topographie C. March, N. Neveu ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient

  • 13 Comme nous pouvons l’observer sur d’autres sites, les relevés réalisés par ces auteurs sont en réal (...)
  • 14 Sur le terrain, ces traces à peine perceptibles correspondent en effet à des levées de terre limita (...)

5L’ensemble des vestiges visibles aujourd’hui occupe une surface d’environ 45 x 60 m. L’observation de l’image satellite (fig. 7) semblait révéler l’existence de murs de limite dans le prolongement de l’enceinte formée par le retour du bâtiment C à l’est, puis au sud et à l’ouest. Leur existence supposée conférerait à cette limite un plan trapézoïdal et porterait la surface totale du complexe à près de 60 x 60 m. L’étude du plan schématique 13 dressé par Brünnow et Domaszewski (par la suite B. & D.) étaye cette hypothèse, puisqu’une enceinte similaire y est représentée, bien que son retour occidental semble être positionné plus à l’est que celui que nous restituons. En l’état actuel des connaissances, rien ne permet cependant d’affirmer que ces murs — s’ils existent 14 — soient contemporains du complexe. Notons, à titre d’exemple, que les photographies publiées par Musil en 1907 et prises par R. Savignac en 1935 montrent la présence d’un mur de clôture de facture grossière reliant les bâtiments A et B et se développant vers le sud. En réalité, son absence sur la photographie prise par B. & D. en 1897 révèle qu’il s’agit d’un mur tardif, probablement de construction bédouine.

Figure 7.

Figure 7.

Vue aérienne du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2007

© Topographie C. March, N. Neveu ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient ; fond photographique extrait de Google Earth 2007

  • 15 La description de Gh. Bisheh donnée dans son rapport montre que ce décor et une partie de l’arc mon (...)

6Le bâtiment A est un édifice de plan rectangulaire, de 8,50 x 10,50 m, limitant un espace intérieur d’environ 7 x 6,50 m (fig. 8). Il était couvert d’une voûte construite en tas de charge, encore partiellement en place, reposant sur deux puissants murs latéraux. Ses façades, aujourd’hui conservées sur seulement onze assises visibles, en comportaient au moins vingt en 1898, portant leur hauteur à près de 6 m. À l’extrémité orientale du mur nord, la baie aménagée (fig. 9) était dotée d’un encadrement en pierres de taille, comme le confirment les photographies anciennes. Sur la façade à l’est, on peut observer les vestiges d’une seconde baie, ouvrant sur la largeur totale du bâtiment. Celle-ci était encore ornée au début du xxe s. d’un arc monumental (probablement brisé), décoré d’une frise à chevrons, surmontée d’une moulure à deux fasces et couronnée d’une corniche à une fasce et une doucine se retournant en volute au-dessus des piédroits de la baie. Ce décor reposait sur une fine corniche se retournant légèrement sur les façades latérales du bâtiment 15. À son extrémité en façade sud, on peut observer un bloc présentant des caractéristiques remarquables : outre sa forme particulière en « L », son parement porte des tracés rectilignes verticaux et horizontaux. N’ayant pas de fonction structurelle apparente, il semble que ce bloc ait pu porter (ou qu’il ait été conçu pour porter) le retour en volute du décor de corniche (fig. 10).

Figure 8.

Figure 8.

Plan du bâtiment A du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2008

© Topographie C. March, N. Neveu ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient

Figure 9.

Figure 9.

Bâtiment A du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de la baie inscrite dans la façade nord

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 10.

Figure 10.

Bâtiment A du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue du bloc portant des tracés rectilignes, inscrit dans la façade sud

© J.-P. Pascual, Ifpo, Balnéorient, 2008

7La construction de cet édifice est très soignée. Les parements externes de ses façades sud, ouest et nord sont constitués d’un appareil de moellons de calcaire froid, aux faces grossièrement équarries et posés au mortier de chaux, délimitant un blocage interne de tout-venant. Les parements externes du chaînage de son angle sud-est sont, en revanche, dotés d’un appareil différent : composés de pierres de taille en calcaire dur, majoritairement à bossage, disposés en carreaux et boutisses. Ils délimitent aussi un blocage interne de tout-venant. En réalité, il semble que ce dispositif s’étendait à l’intégralité de la façade est, aujourd’hui disparue, comme on peut l’observer sur les photographies anciennes. Ces documents montrent également que la façade sud de l’édifice présentait une caractéristique remarquable : comme ses murs sud, ouest et nord, dotés d’un très léger fruit, elle comportait au moins trois petits ressauts, aménagés toutes les cinq assises.

  • 16 Voir Brünnow & Domaszewski 1904, p. 98 : « Südlich des Haupteingangs liegt an einer reichverzierten (...)

8Dans le prolongement de l’extrémité orientale du mur sud, on peut observer les vestiges arasés d’une maçonnerie (fig. 11). Le plan de B. & D. révèle son appartenance à une construction de plan carré, accolée à la façade principale du bâtiment et identifiée comme un grand bassin ou réservoir d’eau 16. La photographie associée montre, au nord, que le niveau supérieur de son mur de limite était aménagé en gradin vers l’intérieur de la dépression et, au sud, qu’il était ceint de blocs de margelle.

Figure 11.

Figure 11.

Bâtiment A du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue des vestiges arasés de la maçonnerie du bassin supposé, au pied de la façade est

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

  • 17 Son encadrement semble être de facture plus grossière que celui des autres baies du complexe.

9Le bâtiment B est un édifice de plan rectangulaire, de 16,50 x 10,50 m, limitant un espace intérieur d’environ 13,50 x 6 m (fig. 12). Sa construction est très similaire à celle du bâtiment A : il était couvert d’une voûte en tas de charge (fig. 13), partiellement conservée, reposant sur deux puissants murs latéraux, au nord et au sud. Ce dernier était en réalité constitué de deux petits murs parallèles délimitant un couloir (fig. 14). Accessible depuis l’intérieur, au nord, par une petite porte, il était desservi depuis l’extérieur, au sud, par une baie, plus importante, dotée d’un encadrement en pierre de taille, comme le montrent les photographies anciennes 17. La forme de cet espace de circulation suggérait la présence d’un escalier et par conséquent d’un étage, comme le confirme le plan de B. & D. Les façades de l’édifice, aujourd’hui conservées sur seulement quatorze assises visibles, en comportaient au moins seize en 1897, portant leur hauteur à près de 5 m. Au centre du mur est, on peut observer les vestiges d’une porte, dotée d’un encadrement en pierre de taille et surmontée d’une petite baie, peut-être une niche, comme le montrent les photographies anciennes. Sur ces documents, on aperçoit aussi une ouverture en forme de meurtrière au centre de la façade sud, se développant au-delà de la 12e assise. Le plan de B. & D. montre qu’elle servait à éclairer l’escalier occupant le couloir sud. Une seconde ouverture de même type est signalée au centre de la façade ouest, aujourd’hui arasée au niveau de sa 11e assise. Son couronnement devait atteindre le sommet de la voûte couvrant l’espace du rez-de-chaussée, auquel elle devait apporter de la lumière.

Figure 12.

Figure 12.

Plan du bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2008

© Topographie C. March, N. Neveu ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 13.

Figure 13.

Bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de la voûte en tas de charge, partiellement conservée, en façade sud

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 14.

Figure 14.

Bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue du couloir accolé à la façade sud, probablement doté d’un escalier

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

  • 18 En façade ouest, le second ressaut n’est pas marqué.

10La construction de cet édifice est identique à celle du bâtiment A : constituée sur ses façades sud, ouest et nord d’un appareil de moellons, elle comporte également un dispositif particulier de chaînage sur son angle nord-est. Les photographies anciennes ne permettent pas de savoir si ce dispositif s’étendait à l’intégralité de la façade est. L’édifice présente la même caractéristique remarquable que le bâtiment A : ses murs sud, ouest et nord, dotés d’un très léger fruit, comportent également des ressauts d’une largeur de 0,05 m sur leur élévation (fig. 15), ici régulièrement aménagés toutes les quatre assises 18.

Figure 15.

Figure 15.

Bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue du fruit et des ressauts, en façade sud

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

  • 19 Il pourrait alors constituer en réalité un plan masse des éléments conservés.

11À l’extrémité orientale de la façade nord du bâtiment B est accolé un petit édifice en forme de tour, de plan approximativement carré de 4,50 m de côté (fig. 16). Ses murs sont seulement conservés sur trois assises au nord et une assise visible à l’est et à l’ouest. Il est possible que l’espace qu’ils limitaient ait été accessible, depuis l’extérieur, par une petite porte aménagée dans son mur ouest. La construction de cet édifice est similaire à celle des autres bâtiments du complexe : constitué d’un appareil de moellons sur ses façades nord, est et ouest, il était doté sur son angle nord-est d’un chaînage de pierres de taille à bossage. Ce bâtiment était, par ailleurs, totalement dépourvu de chaînage avec le mur nord du bâtiment B. La représentation de cet édifice sur le plan de B. & D. est contradictoire avec nos observations de terrain : on y accède par une baie, depuis l’intérieur du bâtiment B, auquel sa structure est chaînée ; deux ouvertures, de type meurtrières, sont aménagées dans ses murs latéraux. Ce constat révèle soit que le plan est faux, soit qu’il représente à la fois le niveau inférieur du bâtiment B et le niveau supérieur de la tour 19. La baie figurée aurait alors été accessible depuis l’étage. Les photographies anciennes montrent en effet que la tour était alors conservée sur au moins huit assises.

Figure 16.

Figure 16.

Bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de l’édifice de plan carré accolé à la façade nord

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

12Le bâtiment C est une construction de plan longitudinal d’une profondeur moyenne de 6,75 m, orientée est-ouest (fig. 17). Se développant sur plus de 40 m, elle se retourne vers le sud à son extrémité orientale, sur une distance d’au moins 20 m. Au niveau inférieur, seul le mur nord de ce bâtiment, construit dans la pente, est visible et conservé sur douze assises. À son extrémité occidentale, deux percements aux limites irrégulières perforent sa maçonnerie, correspondant très probablement à des ouvertures d’origine, agrandies par des pillards. La plus à l’ouest d’entre elles donne accès à une salle hypocauste, portant des traces de combustion (fig. 18). Encombrée de remblais, sa hauteur sous plafond visible n’excède pas 1,50 m. Sa couverture, supportée par des piles rectangulaires maçonnées en pierre, de 0,25 x 0,45 m en moyenne, est composée de dalles en pierre. Dans le mur ouest de cette salle souterraine, une petite ouverture, couronnée d’un arc brisé appareillé en briquettes, mène à une pièce inaccessible, car encombrée de débris (fig. 19). Dans son mur est, une réservation rectangulaire donne accès à un conduit vertical se développant vers le niveau supérieur, sur une hauteur d’au moins 1,50 m (fig. 20). La seconde ouverture visible en façade extérieure permet d’apercevoir une canalisation horizontale recouverte d’enduit hydraulique, d’une profondeur visible d’au moins 2 m (fig. 21). Au niveau supérieur, le mur sud du bâtiment, conservé sur trois assises visibles, limite un espace intérieur d’environ 5 m de large, régulièrement recoupé par des murs perpendiculaires, parfois conservés sur cinq assises (fig. 22). Le bâtiment ainsi formé est composé d’une succession d’au moins sept pièces, de plan successivement rectangulaire ou carré. Au-dessus de la salle hypocauste, on observe les vestiges d’une pièce aux parois enduites de mortier hydraulique, jonchée de briquettes portant parfois des traces de combustion. Au nord de cet espace, deux murs, orientés est-ouest et couronnés d’une voûte en tas de charge, délimitent un espace d’une hauteur sous plafond très faible.

13La construction de l’édifice est également similaire à celle des autres bâtiments du complexe. Elle est composée d’un appareil de moellons au nord et au sud et son angle nord-est est doté d’un chaînage de pierres de taille. Sa façade nord, accrochée à l’escarpement rocheux, est dotée du même dispositif que les autres bâtiments : son très léger fruit comportait au moins deux ressauts de 0,05 m de large, ici régulièrement aménagés toutes les sept assises (fig. 23).

Figure 17.

Figure 17.

Plan du bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2008

© Topographie C. March, N. Neveu, 2008 ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 18.

Figure 18.

Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue des piles de la salle hypocauste portant des traces de combustion, au niveau inférieur

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 19.

Figure 19.

Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de l’ouverture appareillée en briquettes, inscrite dans le mur ouest de la salle hypocauste

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 20.

Figure 20.

Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de l’intérieur du conduit vertical, inscrit dans le mur est de la salle hypocauste

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 21.

Figure 21.

Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue des deux percements de la façade nord, donnant accès à droite à la salle hypocauste et montrant la canalisation couverte d’enduit à gauche

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 22.

Figure 22.

Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de la succession des pièces composant le niveau supérieur

© W. Abou Azizeh, Ifpo, Balnéorient, 2008

Figure 23.

Figure 23.

Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue du fruit et des ressauts, en façade nord

© C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008

Datation et fonction : éléments d’interprétation

14Le complexe de Khirbat al-Dūsaq est un ensemble homogène sur le plan architectural, ce qui permet de supposer que la datation de ses éléments constitutifs est contemporaine, exception faite, peut-être, de la tour accolée au bâtiment C.

  • 20 Voir Brünnow & Domaszewski 1904, p. 433 : « Wahrscheinlich wurden auch die Burg von es-Shöbak und d (...)
  • 21 Voir Gh. Bisheh, en annexe.

15Ses édifices recèlent des caractéristiques communes, sur le plan constructif, dont l’étude croisée permet d’émettre une première hypothèse de datation générale. Le type de construction des bâtiments (modénature générale, appareil des murs et des voûtes) est proche de celui des constructions réalisées à la période médiévale dans le château voisin de Shawbak. La qualité de la pierre, quant à elle, est certainement peu révélatrice, puisqu’on ne peut s’abstenir de supposer, après B. & D. 20 et Gh. Bisheh 21, que les blocs constitutifs de cette architecture soient des remplois, provenant du camp romain voisin de Odruh et/ou de la citadelle de Shawbak.

  • 22 Elles sont principalement dues à J.-C. Bessac, P.-M. Blanc, O. Callot, Th. Fournet et É. Vigouroux (...)

16Le décor de l’arc monumental du bâtiment A comporte aussi des caractéristiques stylistiques remarquables. Son étude — toujours en cours — propose différentes interprétations 22. Elle reste cependant cohérente avec la première hypothèse de datation formulée. En effet, si la composition de son ordre supérieur est commune, son développement et ses enroulements sont caractéristiques d’un type de décor apparaissant semble-t-il dans la région du début de la période byzantine à la période islamique. Notons cependant que l’utilisation de ce type de décor à la période byzantine ne paraît pas être associée aux deux autres ordres du décor de l’arc du bâtiment B. En effet, ici, la présence associée des chevrons sur l’ordre inférieur paraît être plutôt caractéristique de l’architecture médiévale islamique.

  • 23 Voir Gh. Bisheh, en annexe.

17Dans l’état actuel des connaissances, nous aurions donc tendance à proposer, après Gh. Bisheh 23, une datation médiévale, pour le complexe de Khirbat al-Dūsaq.

  • 24 Seul Hill 1897, émet, p. 142, une hypothèse concernant la fonction de cet édifice : « I […] found r (...)
  • 25 David & Said 1982, p. 33-58.

18La composition architecturale des trois corps de bâtiments et du complexe en général permet aussi de proposer une interprétation de leur fonction. Celle-ci renseigne également l’hypothèse de datation générale 24. Ainsi, le plan très particulier du bâtiment A, composé d’une grande pièce unique, accessible par une baie monumentale couronnée d’un arc brisé, nous incite à lui attribuer la fonction d’un īwān. Il est alors tentant de lui associer la référence de l’īwān Tšāleq d’Alep, pavillon d’habitation mamelouk de campagne (fig. 24) 25. Notons que si cet édifice est doté de pièces d’habitation à l’étage, contrairement au bâtiment A, il est placé au cœur d’un complexe enceint d’un simple mur et il fait face à un grand bassin réservoir, comme c’est le cas pour le bâtiment A.

Figure 24.

Figure 24.

Référence au plan de l’īwān Tšāleq d’Alep. D’après David & Said 1982, p. 33-58, Pl. X

  • 26 Voir Musil 1907, p. 35-37 : « […] une mosquée flanquée de pièces adjacentes ».
  • 27 Voir Meisterman 1909, p. 239 : « Dans la cour, vers l’occident, subsistent encore les vestiges d’un (...)
  • 28 Korn 2007a.
  • 29 Voir Brünnow & Domaszewski 1904, p. 98 : « […] Westlich vom Eingang liegt ein Wachtzimmer […] ».

19L’organisation en plan du bâtiment B est moins caractéristique. La présence de la tour accolée à sa façade nord nous autorise cependant à proposer, après A. Musil 26 et B. Meisterman 27, l’hypothèse de son identification comme mosquée. Reste que, d’une part, la présence de l’étage et, d’autre part, l’orientation du plan rectangulaire du bâtiment B pourraient constituer des éléments atypiques pour cette interprétation. La petite mosquée médiévale de Yāqūt à Bosra 28 constituerait alors un parallèle intéressant, bien qu’une partie de son espace rectangulaire soit en réalité occupée par une pièce indépendante abritant un tombeau. Mais nous pouvons aussi proposer pour l’identification du bâtiment B une fonction de résidence à étage. La construction de la tour nord pourrait alors avoir fait partie d’un programme indépendant — peut-être plus tardif — et, pourquoi pas, comme le suggèrent B. & D. 29, dans un but défensif.

  • 30 Horn 1974, p. 151-156.
  • 31 Korn 2007b, p. 290-292.
  • 32 Écochard & Le Cœur 1943, 2, p. 71-76.
  • 33 Notons que, comme nous l’a très aimablement signalé S. Atassi, la référence du hammam Ammoûné de Da (...)

20Quant au bâtiment C, si sa fonction générale n’est pas déterminée, l’ensemble des aménagements visibles à son extrémité occidentale révèle sans conteste sa fonction thermale partielle. En effet, de multiples éléments permettent de l’affirmer : la présence de la salle hypocauste, de son ouverture latérale encadrée de briquettes et de son conduit vertical servant de cheminée, comme la profusion de fragments de briques et les traces d’enduit hydraulique. Si l’organisation en plan de ces bains occupe une forme longitudinale, la répartition de ses différentes salles est plus hypothétique, à ce stade de l’étude. Au niveau inférieur, nous pouvons supposer que les installations techniques (salle de stockage du combustible, dispositif de chauffage) se trouvaient à l’ouest, au-delà de la petite baie. La situation de la salle hypocauste et la présence du conduit vertical localisent sans équivoque une salle de bains au niveau supérieur. La canalisation horizontale pourrait, quant à elle, constituer une évacuation d’eaux usées depuis une autre salle, adjacente à la première, à l’est. Ainsi, au niveau supérieur, l’installation balnéaire pourrait être accessible depuis l’est et n’être dotée que d’une salle de bains, au-delà de la salle de déshabillage. Cependant, rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que d’autres salles hypocaustes ne se développent pas à l’est au-delà de celle déjà identifiée. Cette organisation en plan longitudinal permet de rapprocher les bains du bâtiment C d’installations telles que le hammam de Tell Hesbān 30, le hammam Manjak à Bosra 31 ou encore le hammam Al-Tawrīzī à Damas (fig. 25) 32, tous d’époque mamelouke 33.

Figure 25.

Figure 25.

Références aux plans des hammams Manjak et Al-Tawrīzī. D’après Korn 2007b, p. 290-292, fig. p. 291 et Écochard & Le Cœur 1943, 2, p. 71-76, fig. LXXII

  • 34 Voir Meistermann 1909, p. 239 : « […] les ruines du Qasr ed Dōsaq, château fort, ou plutôt un carav (...)
  • 35 Voir Hill 1897, p. 142 : « I […] found ruins of […] a fort with remains of a rampart […], perhaps a (...)
  • 36 Comme nous en ont très amicalement informés B. Michaudel et C. Devais.

21Enfin, l’organisation générale du complexe regroupant tous ces bâtiments permet aussi d’étudier les hypothèses d’identification de sa fonction d’ensemble et d’en proposer de nouvelles. L’idée, avancée par B. Meistermann 34 puis Gray Hill 35, d’y voir un ensemble fortifié est séduisante. Elle est étayée d’une part par l’implantation du complexe au sommet d’un plateau, visible de toutes parts et exposé aux vents dominants et, d’autre part, par le mode constructif de la majeure partie de ses murs, dotés d’un fruit et de ressauts, pouvant lui conférer un caractère défensif. Notons à ce sujet que la technique des ressauts superposés apparaît sur les murailles et tours de quelques citadelles ayyoubides construites au début du xiiie s. dans la région (Qalʿat Naǧm au nord-est d’Alep, Qalʿat al-Muḍīq à Apamée, citadelle d’Alep) tout en n’étant pas exclusivement orientale, comme on peut l’observer aussi sur des constructions similaires et contemporaines en Europe 36. En réalité, cette hypothèse est à considérer avec prudence. En effet, comme nous le verrons plus loin, l’aridité de la région n’est que très récente et il semble que le paysage dans lequel le complexe est aujourd’hui inscrit était autrefois recouvert d’une végétation abondante, ayant pu dissimuler et abriter quelque peu l’ensemble. Par ailleurs, cette interprétation serait plus facilement envisageable si cette particularité était associée à une enceinte solide et hermétique du complexe. Or nos observations, comme celles de B. & D., montrent que la seule clôture semblant relier des bâtiments (C et A) est probablement un mur de faible épaisseur, non chaîné à la façade sud du bâtiment A. La présence du fruit et des ressauts pourrait donc aussi n’avoir eu qu’une fonction structurelle logique dans la construction du mur nord du bâtiment C — accroché à un escarpement rocheux — et avoir été reproduite dans l’architecture des bâtiments A et B, soit pour les mêmes raisons, soit parce qu’ils comportaient un étage, soit enfin dans un souci d’harmonisation architecturale de l’ensemble.

  • 37 Voir Vailhé 1898, p. 107 : « Le Khan-es-Zebib (sic), … C’est un caravansérail arabe à demi démoli »
  • 38 Voir supra, n. 34.
  • 39 Voir Brünnow & Domaszewski 1904, p. 98 : « Der Bau ist ein Karawanserai aus sarazenischer Zeit ».

22Par ailleurs, l’idée proposée par S. Vaihlé 37, B. Meistermann 38 puis B. & D. 39, d’y voir un caravansérail d’origine arabe, est aussi à reconsidérer. Cette hypothèse, également étayée par l’implantation dominante du complexe, est surtout due à la forme du bâtiment C, d’une épaisseur constante formant un angle vers le sud. Cependant, le fait que ce corps de bâtiment ne se développe semble-t-il pas sur tout le pourtour du complexe, comme l’implantation des bâtiments A et B, pourrait s’y opposer.

  • 40 Voir Meistermann 1909 ; Musil 1907, p. 35-37 : « Qasr » et Gh. Bisheh, en annexe, « Palais/Qasr ».
  • 41 Voir supra, n. 35.

23Dans l’état actuel des connaissances, nous aurions donc tendance à identifier l’ensemble de ce complexe comme un lieu de résidence de campagne, pourquoi pas un palais, comme le suggèrent B. Meistermann, A. Musil ou encore Gh. Bisheh 40. Le parallèle effectué avec l’īwān Tšāleq d’Alep semble alors très pertinent. Toujours dans cette idée, l’hypothèse de G. Hill d’y voir un fort, lieu de refuge probable construit par les Croisés subordonnés à Shawbak 41, l’est tout autant, même si nous conservons nos réserves concernant le caractère réellement fortifié de l’ensemble.

Contexte historique : des hypothèses

24L’examen rapide de l’environnement immédiat du site dévoile une occupation ancienne (découvertes de fragments de silex et de sépultures). Compte tenu de sa localisation, le site a sans nul doute une très longue histoire. Mais la destination et la datation de ce complexe soulèvent de nombreuses interrogations. Aucune inscription ou fragment d’inscription n’a été découvert lors de cette mission de relevés topographiques. Les sources médiévales (littéraires) arabes et occidentales (rares récits de pèlerins) consultées jusqu’à aujourd’hui ne mentionnent pas ce toponyme.

25La conception architecturale assez élaborée du complexe, doté probablement d’un bain à proximité du château de Shawbak, laisse donc penser qu’il s’agit — plutôt qu’un poste de défense avancé ou un caravansérail/relais de poste, comme le notent certains voyageurs mentionnés — d’une résidence médiévale fortifiée faisant peut-être également fonction de poste d’observation, en raison de sa situation favorable sur une hauteur comme cela a été évoqué.

26S’agit-il d’un complexe élevé par les Croisés, contemporain de la construction du château de Shawbak en 508 H./1115 ? Ou d’un bâtiment édifié après la prise de Shawbak par Saladin en 582H./1187, résidence de villégiature des émirs ayyoubides puis mamelouks, gouverneurs de la place et de la région aux xiiie et xive s. ?

Un complexe ayyoubide ?

  • 42 EI2, Leyde, Brill, 1993, p. 275-276, article « Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā », de R. S. Humphrey. Voir, pour la (...)

27Ne doit-on pas placer la date de fondation de ces bâtiments au début du xiiie s., lors de l’expansion économique qu’a connue cette région sous l’impulsion d’un prince ayyoubide, Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā, détenteur de la principauté de Damas, qui s’étendait de Homs au nord à Al-ʿArīsh au sud, incluant Kerak et Shawbak 42 ? En effet, Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā est désigné prince de Damas en 594 H./1198 et le reste jusqu’à sa mort en 624 H./1227 après avoir été gouverneur de Kerak et Shawbak. Il ne s’agit pas ici d’exposer l’histoire politique détaillée de son règne mais de présenter quelques informations apportées par les sources évoquant les actions entreprises par ce souverain dans la région à l’est du Jourdain.

28Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā demeure une vingtaine d’années sous la tutelle étroite de son père Al-ʿĀdil, frère de Saladin. Toutefois, il ne reste pas inactif. Il achève ses études et il est présenté comme un homme cultivé et un protecteur engagé des lettres, des sciences islamiques mais également de l’architecture. Son patronage architectural à Damas, le siège de sa capitale, demeure relativement modeste. Mais hors de Damas, ses constructions sont nombreuses. Il engage, alors qu’il est sous la tutelle de son père, un ambitieux programme d’interventions à Jérusalem (nombreuses restaurations au Ḥaram al-Sharīf, des additions importantes aux fortifications de la ville) et y fonde, vers la fin de sa vie, une madrasa. Il avait été également chargé par son père d’achever la forteresse du Mont Tabor et, vers la fin de son règne, il ordonne la construction de l’imposante citadelle de Subayba qui domine Banyas.

29Jérusalem demeure certes au centre des attentions de ce prince. Toutefois, il entreprend également — sans pouvoir mener son projet à terme — d’équiper de bains, de puits, de caravansérails chaque station de la route du pèlerinage de Damas. Il dote ainsi l’étape de Maʿān, proche de Shawbak et de Khirbat al-Dūsaq, de deux hammams, destinés l’un aux femmes, l’autre aux hommes et dont l’accès est gratuit. Il porte un intérêt certain à la région méridionale de sa principauté, notamment à Kerak, Shawbak et leurs territoires qu’il avait gouvernés avant son accession à la tête de la principauté de Damas.

30Les villages et les terroirs de ces deux forteresses avaient été dévastés par les combats incessants qui avaient opposé Croisés et Musulmans à la fin du siècle précédent. Il va donc s’attacher à la reconstruction de l’économie locale tant à Kerak qu’à Shawbak. À Kerak, il envoie des artisans pour reconstruire la citadelle et encourage la plantation d’arbres fruitiers et l’agriculture d’une manière générale, forant des puits, aménageant des citernes.

31À Shawbak, il applique la même politique, avec grand succès, si l’on en croit les sources médiévales. Il renforce, bien entendu, les défenses de la citadelle et « l’embellit ». Et il s’attache à encourager et développer, comme à Kerak, l’agriculture sur son territoire. Il introduit ainsi, rapportent les sources, des arbres fruitiers, les plus « étranges » ajoutent certaines, provenant de différentes régions et les fait planter. Shawbak connaît alors une prospérité certaine, à tel point que les auteurs médiévaux arabes louent la ville, l’abondance et la qualité de son eau, ses jardins et ses vergers qu’ils comparent à ceux de Damas.

Ou d’époque mamelouke ?

32On est relativement bien documenté sur l’histoire de Shawbak dans la politique ayyoubide mais bien peu sur l’évolution de l’économie de la région après le règne d’Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā. La place est l’objet d’un conflit de pouvoir — pour des raisons stratégiques — entre le successeur d’Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā et le sultan en titre en Égypte, Al-Kāmil, qui finalement l’intégrera dans ses possessions. Ce sultan, qui renforce les défenses de la citadelle, l’utilise à l’occasion comme refuge et y conserve son trésor. Son successeur Al-Sāliḥ semble également avoir porté intérêt à la place ; un de ses gouverneurs, l’émir ʿIzz al-Dīn Aybak apporte quelques ajouts comme en témoigne une inscription datée de 640 H./1242 ; une dizaine d’années plus tard, une autre inscription (651 H./1253) atteste également l’intervention d’un autre émir, gouverneur de la forteresse.

33Sous les successeurs mamelouks des Ayyoubides, la citadelle de Shawbak est prise sans combat par un émir du nouveau sultan d’Égypte, Baybars. Baybars passe par Shawbak en 666 H./1268 et 672 H./1274 et prête attention à la citadelle comme en témoigne une inscription incomplète.

34En 692 H./1293, Al-Ashraf Khalīl donna l’ordre de « démanteler » la citadelle. Ce n’est que quelques années plus tard sous le sultan Lājīn que la « citadelle » est reconstruite et restaurée. Une des inscriptions datée de 698 H./1297-8 témoigne que la réalisation fut l’œuvre d’un « architecte ». A-t-il été également le constructeur du complexe de Khirbat al-Dūsaq ?

35Même si l’on ne peut écarter totalement l’hypothèse d’une construction croisée ou celle d’un complexe érigé au début de l’époque mamelouke, ce sont les activités d’Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā au xiiie s. dans le domaine de l’architecture militaire, mais également son souci de bâtir des équipements collectifs et de développer l’économie de la région méridionale qui retiennent l’attention : elles sont appréciées de manière fort élogieuse par les auteurs arabes médiévaux. Ils reflètent probablement certaines des actions concrètes menées par le prince. Dans le contexte ainsi brossé, il pourrait être le personnage, avec des motivations et dans des circonstances qui demeurent obscures, qui a patronné dans une période d’expansion et de prospérité la construction du complexe de Khirbat al-Dūsaq, une demeure « seigneuriale », dotée de toutes les commodités, semblable au « palais du gouverneur » mamelouk découvert à Tell Hesban.

Quand ce complexe aurait-il été abandonné ?

  • 43 Ġawānma 1982b, p. 258 sq. Douze autres épidémies sévères sont relevées au cours du dernier siècle d (...)
  • 44 Ġawānma 1982b, p. 260-261.
  • 45 Baḫīt 1992, p. 18.

36On sait que la région a été touchée par de grandes inondations et par le séisme de 718 H./1318, puis par la grave épidémie de peste, la « Grande Peste », de 748 H./1347 43 qui, d’Alep, se propage à toute la région méridionale ; ces calamités vont profondément affecter la démographie et l’économie de la région comme cela a été le cas pour les autres régions du sultanat, qui connaît alors un déclin économique et militaire. En effet, en Égypte et en Syrie, l’affaiblissement de l’administration et la diminution de la population sédentaire entraînent une pression croissante des nomades sur les zones agricoles : ils pillent les campagnes et coupent les routes dans la région de Kerak, la Balqāʾ et en Palestine 44. Un recensement ottoman de la fin du xvie s. témoigne ainsi d’une prospérité passée que l’on ne peut toutefois dater : sur treize moulins enregistrés pour Shawbak, onze sont notés « en ruine » 45 ! Khirbat al-Dūsaq a-t-il été construit avant ces calamités et, ruiné, abandonné par la suite ? ou bien a-t-il été édifié plus tard ? Des recherches ultérieures permettront sans doute d’apporter quelques éléments de réponse.

Cette mission a pu avoir lieu grâce au financement de l’Ifpo-Amman et du programme Balnéorient. Elle a reçu, sur le terrain, le soutien du DoA au travers de son représentant Mohamed Al-Marahleh que nous remercions très chaleureusement. L’étude de ses résultats ont aussi bénéficié de l’aide polymorphe de M. Ababsa, W. Abu Azizeh, S. Atassi, C. Augé, J.-C. Bessac, Gh. Bisheh, L. Borel, P.-M. Blanc, J. Brunet, S. Boulogne, O. Callot, C. Devais, Th. Fournet, M.-F. Boussac, R. Elter, M. Gillet, N. Neveu, B. Michaudel, J.-F. Salles, le Père J.-M. de Tarragon et É. Vigouroux, à qui nous souhaitons exprimer nos sincères remerciements.

Haut de page

Bibliographie

Al-Baḫīt (M. A.) 1992 Al-marāfiq al-ʿāmma fī minṭaqat šarqī al-Urdun, al-yanābīʿ wa al-birak wa al-ṭawāḥīn wa al-maʿāṣir, communication présentée au Ve ICHAJ, Université jordanienne des sciences et de la technologie, 12/4/1992-17/4/1992.

Brünnow (R. E.) & Domaszewski (A. von) 1904 Die Provincia Arabia, I, Strasbourg.

David (J.-C.) & Said (J.-P.) 1982 « L’Iwan Tshāleq à Alep, Un pavillon d’habitation dans les jardins suburbains d’Alep (xve-xvie siècles) », BEO 34, p. 33-58.

Dentzer-Feydy (J.), Vallerin (M.), Fournet (Th.) et al. 2007 Bosra aux portes de l’Arabie (Guides archéologiques de l’Ifpo 5), Beyrouth.

Écochard (M.) & Le Cœur (C.) 1943 Les bains de Damas, Damas.

Ġawānma (Y. D.) 1982b Al-taʾrīḫ al-siyāsī li-šarqī al-Urdun fī al-ʿaṣr al-mamlūkī, al-mamālīk al-baḥriyya, Amman.

Hill (G.) 1897 « A Journey to Petra », Quarterly Statement of the Palestine Exploration Fund, p. 34-44, 135-144.

Horn (S. H.) 1974 « The 1973 Season of Excavations at Tell Hesbān », ADAJ 19, p. 151-156.

JADIS G. Palumbo (éd.), Jordan Antiquities Database and Information System, Amman, 1994.

Korn (L.) 2007a « La mosquée de Yāqūt », Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 170-171.

Korn (L.) 2007b « Le hammam Manjak », Dentzer-Feydy et al. 2007, p. 290-294.

Mauss (C.) & Sauvaire (H.) 1864-1866 « Voyage de Jérusalem à Kérak et Chaubak », Duc de Luynes, Voyages d’exploration à la Mer Morte, à Pétra et sur la rive gauche du Jourdain, Paris, vol. 2, p. 83-178.

Meistermann (B.) 1909 Guide du Nil au Jourdain par le Sinaï et Pétra sur les traces d’Israël, Paris.

Musil (A.) 1907 Arabia Petraea II Edom, Vienne.

Vailhé (J. S.) 1898 « Voyage à Pétra », Échos d’Orient, Revue bimestrielle d’histoire, de géographie et de liturgie orientales, Paris, I, oct. 1897 - oct. 1898, p. 3-11, 39-51, 70-79, 100-112.

Haut de page

Notes

1 JADIS, « Khirbet al-Dosaq », 2099.024, p. 2.21.

2 Brünnow & Domaszewski 1904, p. 92, 94, 96-99, 112-113, 433.

3 Mauss & Sauvaire 1864-1866, 2, p. 83-178, p. 154, cité par Brünnow & Domaszewski 1904.

4 Hill 1897, p. 35-44, 134-144, cité par Brünnow & Domaszewski 1904.

5 Vailhé 1898, p. 107, cité par Brünnow & Domaszewski 1904.

6 Musil 1907, p. 35-37. A. Musil rapporte la légende telle que son guide la lui a contée : ce bâtiment aurait été construit par un puissant shaykh de Shawbak à la demande de sa fille, dénommée Dawshak, qui s’y installa en compagnie de ses amies.

7 Meistermann1909, p. 239.

8 Les reproductions de ces plaques de verre ont été gracieusement communiquées à N. Neveu par le Père J.-M. de Tarragon, pour notre étude. Nous tenons à l’en remercier très chaleureusement.

9 Voir, en annexe, la traduction de la partie du rapport qui concerne le site.

10 La majeure partie de ces sources n’ayant été découverte que très récemment et notre recherche bibliographique étant toujours en cours, il est possible que d’autres études aient été menées entretemps.

11 L’existence potentielle de cette installation balnéaire nous a été signalée par des membres la mission italienne de Shawbak, G. Vannini et M. Nucciotti, et par C. Devais, à qui nous tenons à exprimer toute notre gratitude.

12 Notons que si la description des vestiges effectuée par Gh. Bisheh témoigne en 1968 d’un meilleur état de conservation que celui que nous pouvons observer aujourd’hui, il atteste cependant déjà des dégradations avancées.

13 Comme nous pouvons l’observer sur d’autres sites, les relevés réalisés par ces auteurs sont en réalité très schématiques et leur interprétation peut parfois s’avérer audacieuse. Ce document, s’il constitue un témoignage d’une importance majeure, est donc à considérer avec prudence.

14 Sur le terrain, ces traces à peine perceptibles correspondent en effet à des levées de terre limitant l’espace cultivable des champs mitoyens et/ou permettant de canaliser l’eau pour leur irrigation. S’il est fort probable qu’elles aient été aménagées au sommet de constructions arasées, rien ne permet aujourd’hui de le confirmer.

15 La description de Gh. Bisheh donnée dans son rapport montre que ce décor et une partie de l’arc monumental étaient encore visibles en 1968. Voir en annexe.

16 Voir Brünnow & Domaszewski 1904, p. 98 : « Südlich des Haupteingangs liegt an einer reichverzierten grossen Nische (B) ein jetzt verschüttetes Wasserreservoir ».

17 Son encadrement semble être de facture plus grossière que celui des autres baies du complexe.

18 En façade ouest, le second ressaut n’est pas marqué.

19 Il pourrait alors constituer en réalité un plan masse des éléments conservés.

20 Voir Brünnow & Domaszewski 1904, p. 433 : « Wahrscheinlich wurden auch die Burg von es-Shöbak und die Karawanserai von ed-Dôsaq aus Steinen des Lagers von Odruh errichtet ».

21 Voir Gh. Bisheh, en annexe.

22 Elles sont principalement dues à J.-C. Bessac, P.-M. Blanc, O. Callot, Th. Fournet et É. Vigouroux que nous remercions très sincèrement pour leurs recherches de références fructueuses.

23 Voir Gh. Bisheh, en annexe.

24 Seul Hill 1897, émet, p. 142, une hypothèse concernant la fonction de cet édifice : « I […] found ruins of what I supposed to be an early Christian church, […], but the style of the church seemed Byzantine ». Cette hypothèse, bien entendu réfutée au vu de l’organisation en plan de la construction, illustre la problématique exposée supra concernant la datation du décor de son arc monumental.

25 David & Said 1982, p. 33-58.

26 Voir Musil 1907, p. 35-37 : « […] une mosquée flanquée de pièces adjacentes ».

27 Voir Meisterman 1909, p. 239 : « Dans la cour, vers l’occident, subsistent encore les vestiges d’une petite mosquée ».

28 Korn 2007a.

29 Voir Brünnow & Domaszewski 1904, p. 98 : « […] Westlich vom Eingang liegt ein Wachtzimmer […] ».

30 Horn 1974, p. 151-156.

31 Korn 2007b, p. 290-292.

32 Écochard & Le Cœur 1943, 2, p. 71-76.

33 Notons que, comme nous l’a très aimablement signalé S. Atassi, la référence du hammam Ammoûné de Damas, de plan similaire et d’époque ayyoubide, est à considérer avec prudence puisque son dispositif souterrain de diffusion de la chaleur est assuré par un canal de chauffe central et non par une salle hypocauste. Voir Écochard & Le Cœur 1943, 2, p. 36-40.

34 Voir Meistermann 1909, p. 239 : « […] les ruines du Qasr ed Dōsaq, château fort, ou plutôt un caravansérail d’origine arabe ».

35 Voir Hill 1897, p. 142 : « I […] found ruins of […] a fort with remains of a rampart […], perhaps a place of refuge built by the crusaders subordinate to Shobek ».

36 Comme nous en ont très amicalement informés B. Michaudel et C. Devais.

37 Voir Vailhé 1898, p. 107 : « Le Khan-es-Zebib (sic), … C’est un caravansérail arabe à demi démoli ».

38 Voir supra, n. 34.

39 Voir Brünnow & Domaszewski 1904, p. 98 : « Der Bau ist ein Karawanserai aus sarazenischer Zeit ».

40 Voir Meistermann 1909 ; Musil 1907, p. 35-37 : « Qasr » et Gh. Bisheh, en annexe, « Palais/Qasr ».

41 Voir supra, n. 35.

42 EI2, Leyde, Brill, 1993, p. 275-276, article « Al-Muʿaẓẓam ʿĪsā », de R. S. Humphrey. Voir, pour la région à l’est du Jourdain, l’étude fort documentée de Ġawānma 1982b, 2e éd.

43 Ġawānma 1982b, p. 258 sq. Douze autres épidémies sévères sont relevées au cours du dernier siècle du sultanat.

44 Ġawānma 1982b, p. 260-261.

45 Baḫīt 1992, p. 18.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Localisation du complexe de Khirbat al-Dūsaq dans les environs de Shawbak
Crédits © Fond de carte : extrait et réduction de la carte topographique au 1/50 000, feuille Shaubak, 1968, US Army
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Figure 2.
Légende Plan général du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 1898. D’après Brünnow & Domaszewski 1904, p. 99, fig. 90
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 3.
Légende Photographie d’ensemble du complexe de Khirbat al-Dūsaq, depuis le sud, en 1898. D’après Brünnow & Domaszewski 1904, p. 97, fig. 89
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Figure 4.
Légende Photographie d’ensemble du complexe de Khirbat al-Dūsaq, depuis le sud, en 1907. D’après Musil 1907 p. 35-37, fig. 3
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 5.
Légende Photographie d’ensemble du complexe de Khirbat al-Dūsaq, depuis le sud, en 2009
Crédits © R. Elter, Ifpo, Balnéorient
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 6.
Légende Plan d’ensemble du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2008
Crédits © Topographie C. March, N. Neveu ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 7.
Légende Vue aérienne du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2007
Crédits © Topographie C. March, N. Neveu ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient ; fond photographique extrait de Google Earth 2007
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Figure 8.
Légende Plan du bâtiment A du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2008
Crédits © Topographie C. March, N. Neveu ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 9.
Légende Bâtiment A du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de la baie inscrite dans la façade nord
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Figure 10.
Légende Bâtiment A du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue du bloc portant des tracés rectilignes, inscrit dans la façade sud
Crédits © J.-P. Pascual, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Figure 11.
Légende Bâtiment A du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue des vestiges arasés de la maçonnerie du bassin supposé, au pied de la façade est
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 12.
Légende Plan du bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2008
Crédits © Topographie C. March, N. Neveu ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 13.
Légende Bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de la voûte en tas de charge, partiellement conservée, en façade sud
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Figure 14.
Légende Bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue du couloir accolé à la façade sud, probablement doté d’un escalier
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Figure 15.
Légende Bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue du fruit et des ressauts, en façade sud
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Figure 16.
Légende Bâtiment B du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de l’édifice de plan carré accolé à la façade nord
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Figure 17.
Légende Plan du bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq, en 2008
Crédits © Topographie C. March, N. Neveu, 2008 ; relevé, DAO C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 18.
Légende Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue des piles de la salle hypocauste portant des traces de combustion, au niveau inférieur
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Figure 19.
Légende Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de l’ouverture appareillée en briquettes, inscrite dans le mur ouest de la salle hypocauste
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Figure 20.
Légende Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de l’intérieur du conduit vertical, inscrit dans le mur est de la salle hypocauste
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 21.
Légende Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue des deux percements de la façade nord, donnant accès à droite à la salle hypocauste et montrant la canalisation couverte d’enduit à gauche
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Figure 22.
Légende Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue de la succession des pièces composant le niveau supérieur
Crédits © W. Abou Azizeh, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Figure 23.
Légende Bâtiment C du complexe de Khirbat al-Dūsaq. Vue du fruit et des ressauts, en façade nord
Crédits © C. March, Ifpo, Balnéorient, 2008
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Figure 24.
Légende Référence au plan de l’īwān Tšāleq d’Alep. D’après David & Said 1982, p. 33-58, Pl. X
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 25.
Légende Références aux plans des hammams Manjak et Al-Tawrīzī. D’après Korn 2007b, p. 290-292, fig. p. 291 et Écochard & Le Cœur 1943, 2, p. 71-76, fig. LXXII
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3507/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Pascual et Chrystelle March, « Le complexe médiéval de Khirbat al-Dūsaq (Shawbak) »Syria, 92 | 2015, 169-188.

Référence électronique

Jean-Paul Pascual et Chrystelle March, « Le complexe médiéval de Khirbat al-Dūsaq (Shawbak) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3507

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Pascual

Historien, Institut français du Proche-Orient, Amman

Articles du même auteur

Chrystelle March

Architecte, archéologue, Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search