Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Autres articlesʿAïn Jawal (cuvette d’El-Kowm, Sy...

Autres articles

ʿAïn Jawal (cuvette d’El-Kowm, Syrie Centrale)

Amjad Al-Qadi, Nazir Awad, Diaa Eddin Albukaai, Waleed Al-Asʿad, Rana Khawam et Hassan Ali
p. 225-238

Résumés

Résumé – Le site archéologique de ʿAïn Jawal, localisé dans la région d’El-Kowm en Syrie centrale, s’organise autour d’un puits artésien situé au fond d’une doline. Depuis l’abandon de son exploitation, la doline a été comblée par des apports éoliens. En 2010 et 2011, des fouilles archéologiques ont été menées sur ce site. Des occupations du Paléolithique inférieur au Néolithique, ainsi que des vestiges appartenant aux périodes romaine et islamique ont été mis au jour. Des occupations néolithiques PPNB ont été identifiées dans les trois secteurs A, B et D du site. Une structure de combustion témoigne d’activités domestiques à cette période, soit entre 8500-5500 av. J.-C. Les industries lithiques du PPNB sont composées en majorité de produits laminaires. Les fouilles ont également livré un bouchon en travertin et des restes fauniques dominés par les équidés dont un amas d’ossements identifié dans le secteur D. L’étude du site de ʿAïn Jawal s’intègre pleinement aux problématiques actuelles sur la nature des zones arides et les modes de leur occupation.

Haut de page

Dédicace

Cet article est dédié à la mémoire du très regretté Khaled Al-Asʿad qui a consacré sa vie à la région de Palmyre et à son patrimoine et qui vient d'être lâchement assassiné par des barbares. Homme d’exception, resté jusqu'au bout fidèle à Palmyre et à ses vestiges, il soutenait moralement et intellectuellement notre projet. Sa disparition si cruelle nous bouleverse très profondément.

نهدي هذا المقال إلى روح الشهيد الكبير الأستاذ خالد الأسعد الذي كرس حياته لخدمة تدمر وحضارتها وإرثها، والذي قتل على يد الإرهابيين القتلة أعداء الحضارة وأعداء الإنسانية. خالد الأسعد رجل استثنائي، بقي حتى آخر لحظة من حياته وفياً لتدمر وآثارها وتاريخها وحجارتها وقدم مثالاً نبيلاً وعظيماَ في التفاني في سبيل الحضارة والإنسانية. لقد ساند الشهيد خالد الأسعد وعائلته مشروع تنقيباتنا الأثرية هذا علمياً وإنسانياً وكان دائماً مرجعاً ومنهلاً عن المنطقة التدمرية. للشهيد العظيم السمو والمجد وكل الخزي والعار لقاتليه.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Stordeur, Maréchal & Molist 1991 ; Le Tensorer & Muhesen 1997 ; Boëda, Griggo & Noël-Soriano 2001 ; (...)

1Le bassin steppique à tendance désertique de la région d’El-Kowm, en Syrie centrale, est bordé par les chaînons nord des Palmyrénides qui, avec le Jabal Bishri, sépare la vallée de l’Euphrate de la région palmyrénienne (carte 1). Il est connu par ses nombreux sites archéologiques et particulièrement par ceux, très riches, datés du Paléolithique et du Néolithique 1 (fig. 1).

Carte 1.

Carte 1.

La situation de la région d’El-Kowm en Syrie

© A. Al Qadi, E. Gutscher

Figure 1.

Figure 1.

© A. Al Qadi

2Le site archéologique de ʿAïn Jawal s’organise autour d’un puits artésien situé au fond d’une doline, puits exploité de 1956 à 1969 par Jawal bin Wayel, habitant d’El Kowm, qui lui a donné son nom. Dès l’abandon de son exploitation, la doline a été comblée par des apports éoliens. Ce type d’installation autour d’un puits est, à notre connaissance, sans parallèle parmi les sites néolithiques de la région.

  • 2 Besançon et al. 1981 et Cauvin 1978.

3Les occupations préhistoriques du site de ʿAïn Jawal ont été découvertes lors de prospections menées par J. Cauvin et son équipe en 1978 2. Elles s’échelonnent du Paléolithique inférieur, l’Acheuléen, jusqu’aux périodes islamiques.

  • 3 L’équipe est composée des personnes suivantes : N. Awad, W. Al-Asʿad, H. Ali, A. Daas, Gh. Ghanem, (...)

4En 2010 et 2011, une équipe syrienne 3, mandatée par la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie et dirigée par Nazir Awad, a mené une prospection et une fouille sur le site.

5Le nettoyage systématique du site a permis de recueillir des outils du Paléolithique, notamment des bifaces, des industries yabroudiennes et du débitage levalloiso-moustérien.

6La fouille de trois secteurs (A, B et C, fig. 4), a révélé des niveaux archéologiques du PPNB, dont un amas de restes fauniques.

Le milieu naturel

  • 4 Le Tensorer & Muhesen 1997.

7La région d’El Kowm est située dans une zone steppique aride qui comporte un nombre important de sources d’eau, aux écoulements endoréiques fortement soumis aux facteurs climatiques. L’activité de ces sources artésiennes, au débit très variable, est temporaire avec une alternance de périodes d’activité et de périodes d’assèchement. Ainsi, un puits artésien peut s’ouvrir ou se combler au même endroit à plusieurs reprises. Par ailleurs, les sources permanentes résultent d’écoulements d’origine différente générés par un même système karstique 4.

  • 5 Le Tensorer, Jagher & Muhesen 2001.

8Les eaux thermales remontent d’une faible profondeur (30 à 40 m). Ces remontées sont liées à la présence de deux phénomènes géologiques : des accidents tectoniques, qui favorisent l’ascension d’eaux profondes, ou l’existence d’un réservoir magmatique de faible profondeur, comme le suggèrent les phénomènes de volcanisme du Pléistocène au nord-est du Jabal Bishri 5.

  • 6 Al Qadi 2010.

9Il est important de noter par ailleurs que le bassin d’El Kowm dispose de gisements de matières premières, de silex notamment, utilisés par les hommes préhistoriques pour la fabrication d’outils 6.

Données sur le Paléolithique, les périodes romaine et islamique

  • 7 Le Tensorer 2005.
  • 8 Boëda, Griggo & Noël-Soriano 2001.

10Sur le site de ʿAïn Jawal, une centaine de pièces datant du Paléolithique ont été trouvées lors des décapages de la zone centrale et l’ouverture des secteurs de fouille A, B et C. Il s’agit de plusieurs bifaces pouvant appartenir au Paléolithique inférieur ou moyen (pièces bifaciales), de racloirs du Yabroudien (Paléolithique moyen précoce) (fig. 2), d’une industrie laminaire « hummalienne » et d’éclats, de pointes et de nucléus Levallois (fig. 3). Des industries du Paléolithique supérieur ont également été mises au jour. Elles sont comparables à celles connues sur plusieurs sites de la région d’El Kowm, comme Hummal 7, et Umm el-Tlel 8.

Figure 2.

Figure 2.

1-3 : Bifaces /pièces bifaciales ; 4 : racloir yabroudien double ; 5 : racloir yabroudien transversal ; 6 : racloir yabroudien simple

© A. Al Qadi

Figure 3.

Figure 3.

Pointes : 1-3, pointes « hummaliennes » ; 4-6, pointes Levallois

© A. Al Qadi

11Les périodes romaine et islamique sont attestées par un ensemble de céramiques, dont des tessons de sigillée rouge. On relève la présence d’un tesson de céramique romaine de couleur verdâtre, portant sur sa face supérieure des décorations géométriques en forme de palme : il s’agit d’une tessère, objet courant de cette période et utilisé pour participer aux banquets.

Des occupations domestiques du Néolithique PPNB

12Une fouille fine a été entreprise à l’intérieur de la doline sur une surface alors divisée en trois secteurs : A et B définis en 2010 et D en 2011 (fig. 4). La doline mesure 22 m dans son axe nord-sud, et 26 m d’est en ouest.

Figure 4.

Figure 4.

Plan du site de ʿAïn Jawal

© A. Daas, A. Al Qadi, E. Gutscher

13Le secteur A, situé dans la partie nord, mesure 11,10 m de longueur et 1,60 m de large au maximum. Le secteur B, au sud, s’étend sur 7,95 m de longueur et 80 cm de largeur.

14Dans la partie ouest du site, le secteur D est le plus grand avec 15,40 m de long et 2,25 m de large. À ce jour, le point le plus profond se trouve au centre de la doline, à 6 m par rapport au sol actuel.

15Sur l’ensemble des trois secteurs (A, B, D), la stratigraphie présente quatre couches.

16La plus récente (couche 0) est composée d’une part d’apports éoliens de sable fin et, d’autre part, de graviers pouvant atteindre 2 cm de diamètre. Elle se développe sur 20 cm d’épaisseur, ne renferme aucun matériel archéologique et scelle les niveaux anthropiques.

17La couche sous-jacente (couche I), constituée de sable fin et de limon, présente à certains endroits des poches de sable plus grossier et de graviers. Le degré de dureté et de compacité du sédiment est extrêmement variable. Sa coloration varie du beige clair au beige foncé ou marron en fonction de l’humidité et de la concentration des matières organiques. L’épaisseur maximale de cette couche a été observée sur 60 cm dans le secteur A. Un niveau charbonneux apparaît dans cette unité sédimentaire. Des artefacts en silex et des ossements ont été mis au jour. Le matériel lithique peut être attribué principalement au PPNB.

18Un troisième niveau (couche II) est formé de limon sableux compact et homogène. Quelques poches de sable sont présentes. L’épaisseur maximale a été observée dans le secteur B sur 30 cm. Cette couche contient un foyer, des épandages de cendres liés à des activités de combustion, des ossements d’animaux et une industrie lithique attribuable au PPNB.

19Le quatrième niveau (couche III) est composé de limon compact de couleur beige grisâtre. Son épaisseur maximale est de 97 cm dans le secteur A. Cette couche ressemble à la couche II par sa consistance, en plus homogène et plus compacte. Les poches de sable et de gravier sont moins fréquentes. Cette couche paraît très épaisse, et sa limite inférieure n’a pas été encore atteinte.

Un foyer (couche II), témoin d’activités humaines

  • 9 Molist 1986.
  • 10 Molist 2008 et Albukaai 2012.

20Les fouilles réalisées dans la couche II du secteur B ont révélé un petit creusement dans lequel l’utilisation du feu a été mise en évidence. Sur le plan morphologique, cette structure de combustion est ouverte et présente un plan arrondi de 30 cm de longueur par 28 cm de largeur ; elle est légèrement creusée et présente un profil concave de 8 cm de profondeur. Selon les critères typologiques des structures de combustion du Néolithique levantin, ces éléments permettent de la classer dans le groupe « foyer creusé » 9. Ce type de structure, caractérisé par sa simplicité de réalisation, est fréquemment retrouvé dans les sites néolithiques 10 (fig. 5).

Figure 5.

Figure 5.

Foyer localisé dans la couche II du secteur B. On remarque la cendre au fond et les couleurs blanches et grises, produites par le feu autour du foyer

© A. Al Qadi

  • 11 Albukaai 2006.

21Au niveau technique, le creusement du foyer est simple, il ne contient aucun indice de construction supplémentaire, tels que des murets (ajoutés parfois aux parois du creusement), des pierres (disposées autour ou dans la structure permettant de créer un support), ou une couche d’enduit (appliquée sur les parois intérieures afin de les protéger des effets du feu 11). L’absence d’aménagement ainsi que les petites dimensions de cette structure peuvent être interprétées comme témoins d’une utilisation de courte durée.

  • 12 March 1995.

22L’intérieur du foyer offre un sédiment cendreux d’une texture meuble, mêlé à une quantité importante de charbon. Les surfaces intérieures de la structure présentent des tâches de deux colorations différentes : la couleur blanche sur le fond du creusement témoigne de la combustion de la calcite contenue dans la terre, tandis que les légères traces de rubéfaction observées sur la paroi est sont les résultats de l’oxydation de la terre 12. La dureté de la couche environnante a sans doute pour origine l’intensité thermique produite durant le fonctionnement de la structure.

23À l’ouest du foyer et dans la couche II, une grande tache contenant des restes de combustion a été dégagée. Elle est caractérisée par sa couleur noire, par la présence de formations de calcite de couleur blanche et d’une texture pulvérulente dues à la combustion de la calcite contenue dans la terre. Dans cette même couche, nous avons observé la présence de restes végétaux identifiés par des empreintes de tiges brûlées.

24La proximité de cette zone par rapport au foyer nous amène à penser que des activités humaines ont été pratiquées dans cet espace. Il s’agirait d’activités domestiques liées à des utilisations successives du foyer, suivies probablement d’un nettoyage lors duquel les déchets auraient été éparpillés autour de la structure.

25Plusieurs autres taches noires liées à des activités de combustion (présence de formations de couleur blanche, à la texture pulvérulente) ont également été identifiées dans le secteur A.

  • 13 Albukaai 2012.
  • 14 Molist 1986.
  • 15 Leroi-Gourhan 1945.

26En général, trois grands champs d’application des structures de combustion sont reconnus : le chauffage et la cuisson alimentaire, les applications techniques et les aspects rituels ou sociaux. Dans le cas de ce foyer, l’absence d’éléments permettant de proposer des applications liées aux deux dernières fonctions (techniques et rituelles) suggère, par défaut, une utilisation domestique (chauffage, cuisson). En outre, l’absence de caractère morphologique spécifique permettant de proposer la fonction de chauffage rend difficile son identification précise 13. Cependant, nous suggérons les deux fonctions complémentaires étant donné l’absence de foyers uniquement spécialisés pour le chauffage 14. De plus, Leroi-Gourhan a établi en 1945 une typologie des modes de cuisson fondée sur l’opposition cuisson directe / cuisson indirecte : « à la première (cuisson directe) appartiennent des procédés par lesquels l’aliment est soumis à l’action immédiate de la flamme ; à la seconde (cuisson indirecte) un corps quelconque est interposé pour tempérer ou répartir les effets du foyer » 15. Les caractères morphotechniques relevés pour le foyer mis au jour à ʿAïn Jawal permettent de le rapprocher plutôt d’un mode de cuisson directe.

Le mobilier archéologique

Le matériel lithique : une industrie du PPNB

27L’industrie lithique taillée se compose d’une centaine d’artefacts, dominés par les lames, trouvées en grande partie dans les couches II et III du secteur B.

28Cet ensemble est homogène et se compose essentiellement de produits laminaires bipolaires. Rappelons que le débitage bipolaire est pratiqué depuis le Kébarien et qu’il se développe surtout à partir du PPNA et durant tout le PPNB. Il est cependant possible de distinguer ces débitages entre eux en fonction des rythmes de taille et des intentions laminaires (le choix des lames avant leur extraction). Les éléments de cet assemblage sont des pièces issues d’une préparation de surface de débitage de nucléus bipolaire et de lame de réaménagement de surface de débitage. Des fragments de lame débordante sont également présents dans cet assemblage (fig. 6). Il s’agit donc de la phase de pleine production de ces nucléus. Notons que les produits principaux sont absents.

  • 16 Stordeur 2000 et Abbès 2003.

29Il faut noter aussi l’absence de lames en upsilon. Comme ces dernières témoignent de la production de pointes de projectile, leur absence peut donc signifier que la production laminaire n’est pas orientée en ce sens. C’est le cas notamment dans certains faciès de la fin du PPNB, comme dans les niveaux supérieurs du site d’El Kowm 2 16.

Figure 6.

Figure 6.

Débitage bipolaire : lames bipolaires et fragments de lame prédéterminée

© A. Al Qadi

30Un débitage laminaire unipolaire à la percussion directe est aussi attesté sous la forme de plusieurs lames et d’un nucléus (fig. 7). Ce type de débitage est connu dès le Kébarien pour disparaître au PPNB moyen. De ce fait, nous restons prudents sur une attribution de ces pièces au PPNB.

Figure 7.

Figure 7.

Débitage unipolaire : lames et nucléus unipolaire

© A. Al Qadi

  • 17 Stordeur, Maréchal & Molist 1991 et Abbès 2003.
  • 18 Suzuki & Kobori 1970.
  • 19 Nishiaki 2000, « méthode de Douara », p. 241.

31L’ensemble mis au jour à ʿAïn Jawal peut être comparé à celui des niveaux supérieurs d’El Kowm 2 (niveau I-78) du PPNB 17 final, si l’absence de pointes de flèches se confirme ultérieurement. Une autre hypothèse serait de rattacher ʿAïn Jawal aux stations PPNB du bassin de Douara 18. En effet, ces ensembles ont montré des débitages bipolaires ne nécessitant pas la production de déchets de type « lame en upsilon » 19. Cependant, l’absence de lames torses ou à bulbe absent, typique de la méthode de Douara, affaiblit cette dernière hypothèse.

La matière première

  • 20 Al Qadi 2010.

32La matière première utilisée pour la fabrication du matériel lithique est principalement du silex de très bonne qualité, ondulé, de couleur variant entre noir et marron. Ce silex se trouve en grande quantité, en gisement, sur les collines qui entourent la région d’El Kowm à une quinzaine de kilomètres de ʿAïn Jawal et au pied du Jabal Bishri localisé à une trentaine de kilomètres du site. D’autres affleurements calcaires qui contiennent des couches de silex de cette même qualité se situent au sud de la région d’El Kowm à une vingtaine de kilomètres du site archéologique 20.

33Dans les artefacts de ʿAïn Jawal, on note également la présence du calcaire et du travertin.

La faune

34Nous avons récolté 136 ossements sur l’ensemble des couches des trois secteurs fouillés A, B et D. On a pu identifier la présence majoritaire d’équidés, suivis de grands herbivores, de petits ruminants (des caprinés), des gazelles, des léporidés et des oiseaux.

35Des restes de microfaune sont présents dans presque toutes les couches des secteurs A et B. l’analyse de ces restes devrait faire l’objet d’une étude complète afin d’obtenir des données sur les paléo-environnements.

36L’état de conservation de l’ensemble des ossements est relativement bon.

37L’une des découvertes la plus importante est la mise au jour d’un amas d’ossements appartenant à un équidé (fig. 8). Il a été trouvé dans la couche III dans le secteur D. Seuls quelques os des autopodes antérieures, droite et gauche, et la plupart des os du membre postérieur droit ont été retrouvés. Le squelette axial et le crâne sont absents (fig. 9). Bien que le membre postérieur droit soit pratiquement complet, aucune connexion anatomique n’est observée, ce qui indique vraisemblablement que ces ossements se trouvent en position secondaire. Ceci est probablement dû à l’action de la sédimentation (pression du sédiment, écoulement de l’eau vers le centre de la doline) qui a légèrement déplacé les os, sans doute déposés en connexion anatomique.

Figure 8.

Figure 8.

Un amas d’ossements appartenant à un équidé, situé dans la couche III dans le secteur C

© R. Khawam

Figure 9.

Figure 9.

Éléments du squelette d’un individu (en gris) présent dans l’amas d’ossements

© R. Khawam

38On note la présence de petites traces d’enlèvement de matière corticale sur la partie distale du métatarse droit (fig. 10) et de stries sur la phalange dont l’origine reste difficile à établir. Ces ossements ne sont probablement pas issus de la consommation alimentaire par l’homme, car ces éléments anatomiques sont dépourvus de viande et aucune strie liée à une autre opération de boucherie, telle que le dépouillement, le prélèvement de tendon, n’a pu être examinée.

Figure 10.

Figure 10.

Traces d’enlèvement de matière corticale sur la partie distale du métatarse droit

© R. Khawam

39Les stigmates sur le métatarse pourraient cependant correspondre à des traces de morsures, ce qui laisserait suggérer l’existence d’une action des carnivores sur cet amas d’os.

40Concernant toujours les restes osseux des équidés, nous avons recueilli un métacarpe localisé dans une zone de cendres à côté du foyer mis au jour dans la couche II dans le secteur B. Il est légèrement rougi et pourrait avoir subi une forte température, probablement causée par le foyer situé à côté sur un sol d’activité.

41La présence des métapodes dans des zones d’habitat et d’activités humaines signale souvent une zone de déchets. Les métapodes sont dépourvus de viande, ils peuvent cependant être fracturés pour leur moelle, ce qui n’est pas le cas à ʿAïn Jawal. Des traces d’arrachement ont été examinées sur cet os et un bout de charbon y est collé. De légères traces d’incision demeurent incertaines sur sa surface. Un os long a été retrouvé fissuré et ses extrémités sont dissoutes, ce qui indique une importante érosion.

42À la fin de la saison de 2011, une mandibule de dromadaire a été mise au jour dans une fosse qui traverse la couche III du secteur B. Située à la jonction entre la structure et la couche III, son attribution à l’un ou l’autre de ces ensembles demandait à être clarifiée. De ce fait, une date radiocarbone a été réalisée au Centre de Datation par le Radiocarbone à Lyon. Le résultat est Ly-10659 (OxA) : 620 +/- 25 BP, ce qui correspond à un âge calibré de 1293 à 1399 apr. J.-C. La mandibule peut donc être attribuée à la fosse et non à la couche III.

Un bouchon en travertin

43Un objet complet en travertin de forme tubulaire, de 5 cm de long et de 3 cm de diamètre, a été découvert dans la couche II du secteur A, attribuée au PPNB. La forme générale a été obtenue par raclage et rainurage au silex. Un rainurage transversal profond dessine une gorge sur le milieu de la longueur de l’objet (fig. 11), sur laquelle on observe des traces de frottement bien distinctes (fig. 12), qui résultent probablement du mouvement de la corde.

Figure 11.

Figure 11.

Bouchon en travertin pouvant correspondre à un bouchon d’une gourde en peau

© Gh. Ghanem, K. Abdo

Figure 12.

Figure 12.

Traces de frottements bien distincts sur la gorge du bouchon

© A. Al Qadi

  • 21 Collectif 2013.

44Ce type d’objet évoque très fortement les bouchons en bois connus dans les périodes historiques 21. Enserrés par une cordelette, ils sont reliés à une gourde ou à une outre en peau (fig. 13). Nous sommes donc en mesure d’imaginer l’existence de ce type de récipients également au Néolithique. On pourrait à ce titre y trouver un indice sur les modes d’approvisionnement en eau de source.

Figure 13.

Figure 13.

Dessin hypothétique de l’utilisation du bouchon

© A. Al Qadi, E. Gutscher

  • 22 Stordeur 2004.

45On connaît des exemplaires en calcaire de ce type de bouchon sur le site de Jerf el-Ahmar, sur le moyen-Euphrate en Syrie 22.

46Remarquons que la pierre tendre peut être travaillée comme du bois pour obtenir des objets utilitaires (manches d’outils, poids), des éléments de parure (perles, pendeloque) ou encore des figurines.

Conclusions

47Les deux campagnes de fouilles archéologiques réalisées à ʿAïn Jawal en 2010 et 2011 ont mis au jour une séquence stratigraphique s’échelonnant du Paléolithique inférieur aux périodes romaine et islamique. Toutes ces occupations sont très vraisemblablement liées à la source d’eau. Les secteurs A, B et C sont des zones d’occupation qui se localisent autour de la doline, indiquant que les hommes s’installaient au bord de la source pour pratiquer des activités comme la chasse, la découpe et la cuisson des animaux. Le site ressemble, dans sa morphologie et sa nature, à ceux de Hummal, de Nadaouiyeh ʿAïn Askar et de ʿAïn al-Fil, pour ne citer que les plus connus de la région d’El Kowm (fig. 14).

Figure 14.

Figure 14.

Le site de ʿAïn Jawal après la deuxième saison de fouille

© R. Khawam, K. Abdo

48En ce qui concerne les occupations néolithiques (couches I et II), la structure de combustion mise au jour est particulièrement intéressante, elle témoigne en effet d’activités domestiques au PPNB, soit entre 8500-5500 av. J.-C. L’industrie lithique, le bouchon en travertin et les restes fauniques complètent ces données. Il s’agit donc bien d’un niveau d’occupation qui doit être distingué des témoins de simple fréquentation occasionnelle du puits aux périodes romaine et islamique.

49Cette période, le PPNB, où se côtoient paysans, nomades, pasteurs et chasseurs, est le moment où le paysage actuel de la steppe syrienne se met en place.

  • 23 Problématiques développées entre autres par le Laboratoire Archéorient de Lyon, au sein de la miss (...)

50La fouille archéologique et l’étude du site de ʿAïn Jawal s’intègre pleinement aux problématiques actuelles, lesquelles portent d’une part sur l’occupation des zones arides et, d’autre part, sur les interactions entre les sites PPNB de la cuvette d’El Kowm pendant la néolithisation du Levant 23. Les fouilles futures sur le site de ʿAïn Jawal apporteront des données supplémentaires qui pourront être comparées avec d’autres sites régionaux et levantins.

Nous tenons à remercier la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie (DGAMS) et le musée de Palmyre pour leur aide logistique, en particulier le topographe Azam Daas. Nous remercions également la mission permanente El Kowm-Mureybet, représentée par Frédéric Abbès et Danielle Stordeur, ainsi que le laboratoire d’archéologie préhistorique et anthropologie de l’Université de Genève représenté par Marie Besse, Jean-Christophe Castel, Jacqueline Studer, Eva Gutscher et Jean-François Buard pour leurs appuis matériel et scientifique. Nous n’oublions pas de remercier les habitants de la région d’El- Kowm pour leur accueil et leur aide logistique.

Haut de page

Bibliographie

Abbès (F.) 2003 Les outillages néolithiques en Syrie du Nord, méthode de débitage et gestion laminaire durant le PPNB (BAR IS 1150), Oxford.

Albukaai (D. E.) 2006 Les structures de combustion à Tell Aswad, construction et localisation, PPNB ancien et moyen, mémoire de Master 2, Lyon, Université Lumière - Lyon 2.

Albukaai (D. E.) 2012 « Les foyers de Tell Aswad et leurs modes de cuisson possibles. Essai de reconstitution des pratiques domestiques et sociales », F. Borrell, M. Bouso, A. Gómezet al., Broadening Horizons 3, Conference of Young Researchers Working in the Ancient Near East, Barcelone, p. 101-112.

Al Qadi (A.) 2010 « Exploitation du milieu naturel au Paléolithique dans la région d’El Kowm en Syrie centrale », H. Alarashi, M.-L. Chambrade, S. Gondet et al. (éd.), Regards croisés sur l’étude archéologique des paysages anciens. Nouvelles recherches dans le Bassin méditerranéen, en Asie centrale et au Proche et au Moyen-Orient (TMO 56), Lyon, p. 107-115.

Al Qadi (A.) 2011 « Le Yabroudien en Syrie : état de la question et enjeux de la recherche », Le Tensorer, Jagher & Otte 2001, p. 77-84.

Besançon (J.), Copeland (L.), Hours (F.) et al. 1981 « Le Paléolithique d’El Kowm, rapport préliminaire », Paléorient 7/1, p. 33-35.

Boëda (E.), Griggo (C.) & Noël-Soriano (S.) 2001 « Différents modes d’occupation du site d’Umm El-Tlel au cours du Paléolithique moyen (El Kowm, Syrie centrale) », Paléorient, 27/2, p. 13-28.

Cauvin (J.) 1978 Les premiers villages de Syrie-Palestine du IXe au VIIe millénaire avant J.-C. (CMO, Série archéologique 4), Lyon.

Collectif 2013 Arts d’Orient et de l’Islam, cat. vente Arcurial, Paris, 11 avril 2013, p. 126.

Jagher (R.) 2011 « Nadaouiyeh Aïn Askar – Acheulean variability in the Central Syrian desert », Le Tensorer, Jagher & Otte 2011, p. 209-224.

Le Tensorer (J.-M.) 2005 « Le Yabroudien et la transition du Paléolithique ancien au Paléolithique moyen en Syrie : l’exemple d’El Kowm, Munibe », Antropologia-Arkeologia 57, p. 71-82.

Le Tensorer (J.-M.), Jagher (R.) & Muhesen (S.) 2001 « Paleolithic settlement dynamics in the El Kowm Basin (central Syria) », N. Conard (éd.), Settlement Dynamics of the Middle Paleolithic and Middle Stone Age, Tübingen, p. 101.

Le Tensorer (J.-M.), Jagher (R.) & Otte (R.) éd. 2011 The Lower and Middle Palaeolithic in the Middle East and neighbouring regions (Études et recherches archéologiques de l’Université de Liège, 999), Liège.

Le Tensorer (J.-M.) & Muhesen (S.) dir. 1997 Les premiers hommes du désert syrien - Fouille syro-suisse à Nadaouiyeh Aïn Askar, cat. exposition « Les premiers hommes du désert syrien », Musée de l’Homme, 18 févr.-1er sept. 1997, Paris.

Leroi-Gourhan (A.) 1945 Evolution et Techniques II, Paris.

March (R. J.) 1995 Méthodes physiques et chimiques appliquées à l’étude des structures de combustion préhistoriques : l’approche par la chimie organique, thèse de doctorat, Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne.

Molist (M.) 1986 Les structures de combustion au Proche-0rient néolithique, thèse de doctorat, Université de Lyon.

Molist (M.) 2008 « Foyers et fours du site de Mureybet », J. J. Ibanez (éd.), Le site néolithique du Tell Mureybet (Syrie du Nord), hommage à Jacques Cauvin (BAR IS 1843), Oxford, p. 95-102.

Nishiaki (Y.) 2000 Lithic technology of Neolithic Syria (BAR IS 840), Oxford.

Stordeur (D.) éd. 2000 El Kowm 2. Une île dans le désert. La fin du Néolithique précéramique dans la steppe syrienne, Paris.

Stordeur (D.) 2004 « “Small finds and poor babies”. Quelques objets “divers” du Mureybétien de Jerf el-Ahmar », O. Aurenche, M. Le Mière & P. Sanlaville (éd.), From the River to the Sea: The Palaeolithic and the Neolithic on the Euphrates and in the Northern Levant: Studies in Honour of Lorraine Copeland (BAR IS 1263), Oxford/Lyon, p. 309-322.

Stordeur (D.), Maréchal (C.) & Molist (M.) 1991 « Stratigraphie générale du tell néolithique d’El Kowm 2 - Caracol (Syria) », Cahiers de l’Euphrate 5-6, p. 33-46.

Suzuki (H.) & Kobori (I.) 1970 Report of the reconnaissance survey on Palaeolithic sites in Lebanon and Syria (University Museum, University of Tokyo, Bull. 1), Tokyo.

Haut de page

Notes

1 Stordeur, Maréchal & Molist 1991 ; Le Tensorer & Muhesen 1997 ; Boëda, Griggo & Noël-Soriano 2001 ; Jagher 2011 ; Al Qadi 2011.

2 Besançon et al. 1981 et Cauvin 1978.

3 L’équipe est composée des personnes suivantes : N. Awad, W. Al-Asʿad, H. Ali, A. Daas, Gh. Ghanem, K. Abdo, A. Al Kassem, A. Katlabi, DGAM de Syrie ; A. Al Qadi, Université de Genève ; D. E. Albukaai, Université Lumière - Lyon 2 ; R. Khawam, Muséum national d’histoire naturelle (Paris) ; A. Kharobi, Université de Bordeaux 1.

4 Le Tensorer & Muhesen 1997.

5 Le Tensorer, Jagher & Muhesen 2001.

6 Al Qadi 2010.

7 Le Tensorer 2005.

8 Boëda, Griggo & Noël-Soriano 2001.

9 Molist 1986.

10 Molist 2008 et Albukaai 2012.

11 Albukaai 2006.

12 March 1995.

13 Albukaai 2012.

14 Molist 1986.

15 Leroi-Gourhan 1945.

16 Stordeur 2000 et Abbès 2003.

17 Stordeur, Maréchal & Molist 1991 et Abbès 2003.

18 Suzuki & Kobori 1970.

19 Nishiaki 2000, « méthode de Douara », p. 241.

20 Al Qadi 2010.

21 Collectif 2013.

22 Stordeur 2004.

23 Problématiques développées entre autres par le Laboratoire Archéorient de Lyon, au sein de la mission El Kowm-Mureybet (ministère des Affaires étrangères) dirigée par Danielle Stordeur (1993-2010) puis Frédéric Abbès.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1.
Légende La situation de la région d’El-Kowm en Syrie
Crédits © A. Al Qadi, E. Gutscher
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 1.
Crédits © A. Al Qadi
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Figure 2.
Légende 1-3 : Bifaces /pièces bifaciales ; 4 : racloir yabroudien double ; 5 : racloir yabroudien transversal ; 6 : racloir yabroudien simple
Crédits © A. Al Qadi
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 3.
Légende Pointes : 1-3, pointes « hummaliennes » ; 4-6, pointes Levallois
Crédits © A. Al Qadi
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Figure 4.
Légende Plan du site de ʿAïn Jawal
Crédits © A. Daas, A. Al Qadi, E. Gutscher
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 5.
Légende Foyer localisé dans la couche II du secteur B. On remarque la cendre au fond et les couleurs blanches et grises, produites par le feu autour du foyer
Crédits © A. Al Qadi
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Figure 6.
Légende Débitage bipolaire : lames bipolaires et fragments de lame prédéterminée
Crédits © A. Al Qadi
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Figure 7.
Légende Débitage unipolaire : lames et nucléus unipolaire
Crédits © A. Al Qadi
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 8.
Légende Un amas d’ossements appartenant à un équidé, situé dans la couche III dans le secteur C
Crédits © R. Khawam
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Figure 9.
Légende Éléments du squelette d’un individu (en gris) présent dans l’amas d’ossements
Crédits © R. Khawam
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Figure 10.
Légende Traces d’enlèvement de matière corticale sur la partie distale du métatarse droit
Crédits © R. Khawam
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Figure 11.
Légende Bouchon en travertin pouvant correspondre à un bouchon d’une gourde en peau
Crédits © Gh. Ghanem, K. Abdo
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 12.
Légende Traces de frottements bien distincts sur la gorge du bouchon
Crédits © A. Al Qadi
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 13.
Légende Dessin hypothétique de l’utilisation du bouchon
Crédits © A. Al Qadi, E. Gutscher
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 14.
Légende Le site de ʿAïn Jawal après la deuxième saison de fouille
Crédits © R. Khawam, K. Abdo
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/3668/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amjad Al-Qadi, Nazir Awad, Diaa Eddin Albukaai, Waleed Al-Asʿad, Rana Khawam et Hassan Ali, « ʿAïn Jawal (cuvette d’El-Kowm, Syrie Centrale) »Syria, 92 | 2015, 225-238.

Référence électronique

Amjad Al-Qadi, Nazir Awad, Diaa Eddin Albukaai, Waleed Al-Asʿad, Rana Khawam et Hassan Ali, « ʿAïn Jawal (cuvette d’El-Kowm, Syrie Centrale) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3668 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3668

Haut de page

Auteurs

Amjad Al-Qadi

Université de Genève, laboratoire d’archéologie préhistorique et anthropologie, Institut Forel, sciences de la Terre et de l’environnement

Nazir Awad

Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie

Diaa Eddin Albukaai

Université Lumière - Lyon 2

Waleed Al-Asʿad

Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie

Rana Khawam

Muséum national d’histoire naturelle (Paris)

Hassan Ali

Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search