Navigation – Plan du site

Le développement du moulin hydraulique à roue horizontale à l’époque omeyyade : à propos d’un moulin sur l’aqueduc de Bosra (Syrie du Sud)

Pierre-Marie Blanc et Denis Genequand
p. 295-306

Résumés

En 2005 et 2006, en marge de l’étude de l’aqueduc de Bosra par la Mission archéologique française en Syrie du Sud, un moulin hydraulique a été fouillé et daté de l’époque omeyyade. Il s’agit d’un moulin hydraulique double placé en aval d’un réservoir situé sur l’aqueduc. Deux chutes d’eau obliques permettaient de faire tourner deux roues horizontales qui actionnaient les meules par un système de transmission directe. Ce moulin hydraulique s’inscrit dans une petite série de moulins récemment étudiés et bien datés au Proche-Orient. Ils tendent à démontrer que la roue horizontale, bien que plus simple à mettre en œuvre que la roue verticale, n’a pas été utilisée au Proche-Orient avant le début de l’époque islamique. Dans l’état actuel de la recherche, on peut dire que la roue horizontale a été introduite à l’époque omeyyade et utilisée d’abord avec des chutes d’eau obliques, avant l’introduction du système de la chute d’eau verticale et conduite forcée qui s’est généralisé à l’époque médiévale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mission initiée par Jean-Marie Dentzer et actuellement dirigée par Frank Braemer ; à Bosra, il s’ag (...)
  • 2 Ces programmes sont développés en accord avec la Direction générale des Antiquités et des Musées de (...)
  • 3 Le chantier est situé sur le territoire de l’actuel muhafazat de Suweida’.

1Les travaux de la mission archéologique française en Syrie du Sud1 s’inscrivent dans une perspective scientifique centrée sur l’étude des modes de peuplement et de mise en valeur du Sud syrien dans des contextes ruraux ou urbains2. C’est une zone géologiquement homogène et dotée d’une riche histoire depuis le Chalcolithique jusqu’à l’avènement de l’Islam. Au sein de cette zone basaltique, la ville de Bosra permet d’étudier le développement de son urbanisme en rapport avec le vaste territoire qu’elle contrôle et dont elle capte les productions. Les ressources en eau nécessaires à l’alimentation de la ville ont été l’objet de soins particuliers dès lors que la capacité de la source pérenne locale n’a plus été en mesure d’assurer les besoins grandissants. Dérivations des wadis encadrant le site et stockage dans de grands réservoirs à ciel ouvert, puis captages de sources et transfert à longue distance par aqueducs ont été les solutions successives, mais aussi concomitantes, développées pour garantir un approvisionnement en eau de qualité aux fontaines et aux bains. Des inscriptions attestent certains de ces épisodes, mais seule l’investigation archéologique a permis de retrouver la trace de ces installations sophistiquées montrant l’ingéniosité des différentes solutions techniques mises en œuvre pour transporter ou utiliser la force motrice de cette eau. Grâce à l’étude des cartes et à des prospections pédestres menées par Jacques Leblanc, un site à 6 km à l’est de Bosra, à proximité du wadi al-Zaydi, a été choisi en 2004 pour des investigations plus poussées3. Il s’agit du site de Khirbet al-Khawam, qui comprend un tronçon de l’aqueduc de Bosra, trois moulins hydrauliques médiévaux, ainsi qu’un réservoir et un moulin hydraulique double omeyyades (fig. 1). Il est situé dans la plaine qui s’étend avec un léger pendage naturel entre le Jabal al-‘Arab et la ville de Bosra.

Figure 1

Figure 1

Vue aérienne du site. De haut en bas : le moulin double omeyyade, les trois moulins médiévaux, le réservoir et l’aqueduc (le nord est à droite).

Yves Guichard, cerf-volant

L’aqueduc de Bosra

2La campagne de 2005 a mis en évidence la présence d’une canalisation maçonnée enterrée provenant de la direction du village d’al-Afina, sur les piémonts sud-ouest du Jabal al-‘Arab, et se dirigeant par tronçons réguliers vers Bosra selon un tracé est-ouest (fig. 2). Des sondages ont été effectués en plusieurs points de son tracé. La largeur moyenne du cuvelage de l’aqueduc est de 0,45 m pour une hauteur variant de 0,90 à 1,10 m. Celui-ci est soit maçonné, soit taillé au travers de la roche basaltique en place. Un enduit de mortier pauvre en tuileaux recouvre la surface interne. La couverture est assurée par des dalles soigneusement jointoyées avant d’être recouvertes d’une épaisseur de terre variant avec la topographie du terrain. La pente calculée à partir des éléments mis au jour est d’environ 3 %. La datation proposée se situe à la période byzantine, entre la fin du ve et le début du vie siècle, sur la base des tessons récoltés dans les mortiers ou les remplissages des tranchées.

Figure 2

Figure 2

Carte de l’aqueduc d’al-Afina à Bosra.

D. Gazagne et L. Baqué

Les moulins médiévaux de khirbet al-khawam

3De puissants massifs maçonnés enserrant un puits vertical cylindrique soigneusement construit sont répartis le long de l’aqueduc. Ils ont été interprétés d’abord comme de possibles dispositifs destinés à freiner le courant de l’eau en créant des ruptures, mais se sont révélés être des moulins hydrauliques. L’enquête orale a permis de préciser que certains d’entre eux, situés à l’est du village d’al-Qrayya, fonctionnèrent jusqu’au milieu du xxe siècle. Sur le site même de Khirbet al-Khawam, trois puits verticaux conservés au sud-ouest du réservoir attestent la succession de plusieurs moulins et leur fonctionnement depuis la période ayyoubide jusqu’à la période mamelouke. Un quatrième moulin, détruit et réemployé, a été identifié dans la construction du dernier moulin. Les éléments de meule présents dans les niveaux de destruction, ainsi que le dégagement de la crapaudine d’un arbre vertical ont définitivement assuré l’interprétation de ces vestiges comme moulins hydrauliques à roue horizontale. Ces constructions reposaient sur et réutilisaient partiellement un état antérieur constitué, pour sa partie visible, d’un vaste réservoir carré au fond recouvert d’un mortier de chaux lissé.

Le réservoir et ses installations annexes

4Le réservoir forme un carré de 25 m de côté dans l’œuvre. Son mur périphérique, identifié sur plus des trois quarts de son tracé, se présente sous la forme d’un massif épais de 2,65 m. Le cœur de l’ouvrage est constitué de blocs arrondis de basalte ainsi que de quelques éléments en remploi noyés dans un mortier assez maigre d’une couleur variant du gris au beige banché entre deux parements dressés en assises régulières. La paroi interne est enduite d’un mortier fin recouvrant une couche d’accrochage caractérisée par sa rugosité et par des traces de truelle en chevrons. Un enduit de forte épaisseur noyant un rudus d’éclats et de petits blocs arrondis de basalte forme le fond de ce bassin. Les joints du parement externe sont soulignés par un mortier jaunâtre dur à texture végétale. La paroi ouest est constituée de deux tronçons formant un dièdre qui doit indiquer le point de sortie de l’eau. La hauteur conservée du parement interne est de 1,20 m et permet de restituer un volume minimal d’environ 750 m3, mais une capacité double est sans doute possible au vu de la puissance des murs du bassin. Un mur perpendiculaire de même technique, greffé sur sa partie est, devait soutenir le conduit apportant l’eau depuis les sources situées en amont vers al-Afina. L’eau tombait dans le réservoir en chutant sur un brise-jet constitué par un énorme bloc de basalte brut incorporé au mortier du fond.

5Une série de cuves maçonnées constituées de blocs de basalte est appuyée contre le parement de la partie nord de la façade ouest du réservoir. Du mortier recouvre les blocs et noie leur base. Il forme un sol vers le côté occidental. Une quinzaine de ces cuves ont été reconnues ou sont restituables jusqu’à l’extrémité du mur. L’hypothèse d’abreuvoirs semble devoir être écartée au profit d’un dispositif destiné au lavage des grains avant les opérations de mouture ou de broyage. Cette opération se nomme maswal en arabe. Il s’agit d’un nettoyage par lévigation des impuretés surtout pondéreuses, puis du séchage des grains. Nous serions ainsi en présence d’une zone de préparation du grain avant sa transformation dans le moulin situé en aval du réservoir. Ces installations devaient être associées à des espaces de stockage qui n’ont pas été identifiés.

Le moulin hydraulique omeyyade

6Le moulin hydraulique se trouve à 8 m en contrebas du réservoir carré (fig. 3). Il présente deux états distincts : un état principal qui comprend un double système de mouture et un état secondaire qui témoigne de l’installation d’un nouveau moulin d’un type tout à fait différent dans et par-dessus le premier. À ceci s’ajoute un état antérieur, principalement matérialisé par l’aqueduc byzantin préexistant, mais dans lequel on ne peut exclure l’existence d’un premier moulin entièrement détruit. C’est surtout la dénivellation rapide de l’aqueduc préexistant qui laisse penser à une première installation de ce type à la place du moulin encore conservé. Trop peu d’éléments permettent de confirmer cette hypothèse et nous n’y reviendrons pas dans les lignes qui suivent.

Figure 3

Figure 3

Plan et coupe du moulin hydraulique omeyyade.

Relevés : L.Baqué, P. Dubœuf et P-M. Blanc ; compléments et DAO : P.Dubœuf.

État principal

7L’état principal du moulin est composé de deux parties. Il y a, en amont, l’arrivée d’eau et les chutes pour créer la force motrice nécessaire à son fonctionnement. En aval, se trouve la chambre des roues, à laquelle était superposée la chambre de mouture (fig. 4).

Figure 4

Figure 4

Vue générale du moulin hydraulique omeyyade depuis l’aval (ouest) ; au premier plan, la chambre des roues, puis les chutes obliques et le moulin secondaire.

Les chutes obliques

  • 4 Les travaux nécessaires à la construction des moulins médiévaux ont arraché la majorité des matéria (...)

8L’arrivée d’eau du moulin se fait depuis le réservoir carré situé en amont. On peut restituer une prise d’eau au fond ou près du fond du réservoir, probablement par un canal unique et de faible pente sur quelques mètres. À un endroit indéterminé4, le canal se sépare en deux et amorce une pente oblique marquée, de manière à former deux chutes d’eau longues d’au moins 6 m, pour une hauteur de 2,2 m (soit une pente de 33 %). Ces dernières sont caractérisées par un resserrement progressif de leurs parois afin de donner un maximum de force à l’eau. Les deux chutes obliques reposent sur de longues dalles posées transversalement et calées elles-mêmes sur un blocage comblant un espace délimité par trois ou quatre murs. Les parois des chutes sont faites de murets de petits blocs liés avec un abondant mortier de chaux grisâtre contenant de la cendre et du sable basaltique ; elles étaient ensuite enduites par un mortier blanc lissé. C’est par d’étroites ouvertures verticales, renforcées par des boudins de mortier, que les deux chutes se déversent dans la chambre des roues (fig. 5 : 1 et 2).

Figure 5.1

Figure 5.1

Détails de la chute oblique nord du moulin hydraulique omeyyade.

Figure 5.2

Figure 5.2

Détails de la chute oblique nord du moulin hydraulique omeyyade.

La chambre des roues

9La chambre des roues est de forme oblongue (7,60 x 3,60 m hors œuvre) ; elle est délimitée par des murs à double parement de moyen appareil en basalte (blocs taillés en coin, bruts de taille ou équarris, ainsi que quelques remplois). Le mur occidental (en aval) est beaucoup plus épais que les autres (1,2 m au lieu de 0,75 m), peut-être en raison de la pression exercée par l’eau arrivant des chutes. Les murs n’étaient pas enduits, mais tous les joints entre les blocs et les assises ont été remplis avec un mortier de chaux blanc légèrement débordant (fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Vue latérale de la chambre des roues du moulin hydraulique omeyyade depuis le nord.

10Deux dallages de basalte successifs et plutôt irréguliers ont été mis en évidence à l’intérieur de la pièce, mais aucun d’entre eux ne présente un quelconque élément lié à l’ancrage des roues. Un bloc isolé issu des couches de démolition présente en revanche trois crapaudines sur deux de ses faces. Les traces d’usure à l’intérieur des crapaudines sont très marquées et permettent de supposer que c’est dans ce bloc qu’était fiché l’arbre vertical de l’une des roues. Le bloc n’était visiblement pas ancré dans le sol et sa masse était suffisante pour assurer sa stabilité, renforcée par quelques blocs de calage de part et d’autre.

11Avec les données issues de la fouille et de l’architecture, il est aisé de comprendre comment a fonctionné le système de force motrice du moulin. L’eau se déversait sur les pales de deux roues motrices horizontales placées directement sous les chutes et entraînait leur rotation. La force développée dépendait donc uniquement de la vitesse de l’eau. Les roues horizontales avaient un petit diamètre et étaient probablement en bois (de nombreux clous et éléments métalliques ont été retrouvés à la base du niveau de démolition). Elles tournaient sur un arbre vertical qui servait aussi à la transmission directe de la force motrice vers les meules. Après avoir frappé les pales des roues, l’eau s’écoulait hors de la chambre par deux ouvertures ménagées dans le mur occidental. Les deux ouvertures étaient suivies par des canaux en partie construits et en partie taillés dans le socle rocheux. En aval du moulin, les deux canaux devaient se rejoindre et retrouver l’aqueduc préexistant, dont le tracé est à peu près dans l’axe de l’ouverture sud.

Restitution de la chambre de mouture

12Rien ne subsiste de la chambre de  mouture qui se trouvait directement au-dessus de la chambre des roues. On peut cependant lui restituer le même plan oblong et la hauteur conservée des élévations de la chambre de mouture nous donne une indication du niveau minimum où se trouvaient les corbeaux supportant son plancher. Ce dernier devait nécessairement être percé de deux ouvertures laissant passer les arbres verticaux pour la transmission de la force motrice aux meules. De nombreux fragments d’un épais mortier de chaux à la surface bien lissée — certains possèdent une légère inflexion vers le haut indiquant la proximité de la paroi — ont été retrouvés dans la couche de destruction. Ils devaient former un niveau de sol qui était apte à recevoir la farine dans la chambre de mouture et qui reposait sur les poutres de basalte transversales.

13La rotation des meules était assurée par un système de transmission directe, l’arbre vertical des roues servant aussi à entraîner les meules par l’intermédiaire d’une anille ou de crampons. On remarquera que, de manière générale, les moulins à roue horizontale ont toujours recours à la transmission directe.

Les meules

14Plusieurs fragments de meules ont été retrouvés au cours de la fouille, mais aucun ne peut être attribué pour le moment avec certitude à l’état principal ou à l’état secondaire. Tous se rapportent néanmoins à des meules de basalte dormantes ou volantes, relativement plates, circulaires, avec un grand diamètre (80 à 120 cm) et une épaisseur variant de 2,5 à plus de 12 cm, assurant ainsi leur destination à des moulins hydrauliques.

  • 5 Aurenche, Bazin & Sadler 1997, p. 254-256.
  • 6 Genequand, observations personnelles et publication en préparation.

15Les deux dispositifs de mouture ont pu être semblables et destinés à produire de la farine. Mais le fait que le moulin soit double offre aussi la possibilité de deux dispositifs distincts, par exemple un moulin pour la farine et un broyeur pour le blé concassé et la séparation du blé de son enveloppe, selon un schéma que l’on trouve dans certains moulins hydrauliques traditionnels5 ou dans la boulangerie omeyyade d’Umm al-Rasas (Jordanie)6. Aucun vestige de broyeur n’a toutefois été retrouvé durant la fouille.

État secondaire

16L’état secondaire voit l’implantation d’un nouveau moulin à l’intérieur du moulin de l’état principal. Il n’est cependant pas possible de savoir si cela s’est fait après un temps d’abandon du premier moulin ou si c’est la nouvelle construction qui a causé l’abandon de la première. Il s’agit d’un moulin d’un type différent, dont la chute d’eau n’est plus oblique mais verticale et à conduite forcée (« arubah » penstock mill).

17Le choix de l’emplacement de ce nouveau moulin implique que le réservoir devait encore être en fonction. Un nouveau canal reliait aussi les deux structures. La chute et le moulin à proprement parler sont implantés dans l’espace comblé de blocage qui supportait les chutes obliques de l’état précédent et viennent se poser sur les derniers vestiges de l’aqueduc byzantin.

18La chute est constituée d’un puits cylindrique vertical construit avec de petits blocs. Il a un diamètre de 48 cm pour une hauteur conservée d’au moins 1,4 m. À sa base, une conduite horizontale, longue de 1,1 m et dont l’orifice de sortie est très réduit (carré de 9,5 cm) (fig. 7), permettait d’évacuer l’eau et surtout de lui donner la force nécessaire pour actionner les pales d’une petite roue qui était aussi horizontale. Des éléments métalliques de renforcement de l’arbre vertical ont été trouvés autour de l’une des crapaudines dans le sol. L’eau s’écoulait ensuite par une ouverture pratiquée dans le mur oriental du moulin de l’état principal, puis elle rejoignait les mêmes ouvertures et canaux. La chute et le massif de maçonnerie qui l’entoure sont aménagés pour l’essentiel dans le sol et dans des maçonneries antérieures et n’ont été que grossièrement parementés sur leurs façades visibles.

Figure 7

Figure 7

Vue de la base et de l’orifice de sortie de l’eau du moulin hydraulique secondaire à chute verticale.

19Comme pour l’état principal, la chambre de mouture n’est pas conservée, mais peut être en partie restituée sur la base des élévations de la chambre de la roue. La présence de très nombreux fragments de pouzzolane, dont certains sont enrobés de mortier gris, atteste un mode de couverture faisant certainement appel à une voûte en berceau pour la chambre de la roue ou la chambre de mouture.

Datation

  • 7 Gawlikowski 1995, p. 669-670 ; Watson 2004, p. 104-105 (no LNS 796 C).

20Plusieurs éléments concordent pour fournir les datations des différentes composantes de l’ensemble formé par l’aqueduc, le réservoir et les moulins. La datation à l’époque byzantine de l’aqueduc préexistant au réservoir et aux moulins est proposée sur la base des tessons pris dans le mortier qui lie ses parois, ainsi que dans le remplissage de leurs tranchées d’implantation. La datation du réservoir et du moulin double de l’état principal est suggérée, d’une part, par quelques caractères techniques, comme le recours à des chutes obliques qui trouvent de bons parallèles sur plusieurs moulins omeyyades ou les enduits d’accrochage marqués par des lignes verticales de chevrons, assez typiques des viie et viiie siècles après J.‑C. en Syrie du Sud et dans le nord et le centre de la Jordanie. D’autre part, le mobilier retrouvé en fouille atteste de manière indiscutable que le moulin double a été construit à l’époque omeyyade et plus précisément dans la première moitié du viiie siècle après J.‑C. Cinq fulûs omeyyades postérieurs à la réforme monétaire de ‘Abd al-Malik ont été trouvés entre les deux dallages du moulin (fig. 8 : 1 et 2). De plus, un fragment de lampe inscrite provient du même contexte : ces lampes signées en caractères arabes et parfois datées ont été produites à Jerash à la fin de l’époque omeyyade et au tout début de l’époque abbasside. Celle-ci est signée par Ibn Hudaij/Ibn Khurayj (fig. 8 : 3), potier déjà attesté par plusieurs lampes trouvées à Jerash et ailleurs, mais dont aucune n’est datée7.

Figure 8.1

Figure 8.1

Fals omeyyade (droit).

Figure 8.2

Figure 8.2

Fals omeyyade (revers).

Figure 8.3

Figure 8.3

Lampe inscrite de Jerash.

21La datation de l’état secondaire du moulin est plus délicate. D’un point de vue technique, ce nouveau moulin appartient pleinement à la série des moulins médiévaux qui ont été construits plus au sud. Cependant, l’épaisse couche de démolition qui est venue combler les chambres des roues des deux états successifs ne contient pas de mobilier médiéval, mais un mobilier que l’on datera provisoirement du viiie et du début du ixe siècle après J.-C. Évidemment, il ne s’agit pas d’un niveau scellé fournissant un terminus sûr et les tessons ont pu avoir été apportés d’ailleurs au cours du processus de démolition et de comblement. Deux éléments laissent cependant penser à une date de construction plutôt haute : le remploi du même emplacement et des mêmes niveaux, mais surtout l’utilisation vraisemblable du réservoir. Tout cela va dans le sens d’une construction qui intervient rapidement après l’abandon du moulin double omeyyade, voire qui lui succède immédiatement. On retiendra, avec toutes les précautions nécessaires, une datation possible au ixe siècle après J.‑C., peut‑être même dans sa première moitié.

Conclusion

22Bien conservé, bien fouillé et bien daté, le moulin hydraulique omeyyade — ou plus exactement la succession de moulins hydrauliques — de l’aqueduc de Bosra s’inscrit dans une recherche renouvelée sur l’usage de la force hydraulique, sa diffusion et ses changements technologiques entre Antiquité tardive, haut Islam et époque médiévale.

  • 8 Wikander 2000, p. 394-397 ; les opinions divergent quant à un lieu et une date exacte : Égypte ptol (...)

23Longtemps, l’expansion et l’usage massif du moulin hydraulique ont été considérés comme un développement technologique médiéval, bien que son origine antique soit reconnue. Récemment, cette vision des choses a été remise en cause et les études archéologiques ont montré que les provinces occidentales de l’Empire romain avaient, dès le ier siècle après J.‑C., abondamment recouru à cette technologie, vraisemblablement mise au point en Méditerranée orientale entre le iiie et le ier siècle avant J.-C.8.

  • 9 McQuitty 1995.

24Si la diffusion du moulin hydraulique est maintenant connue de manière satisfaisante dans la partie occidentale de l’Empire romain, il n’en est pas de même dans la zone proche‑orientale. En effet, de très nombreux moulins hydrauliques y sont connus, mais la plupart, lorsqu’ils sont correctement datés, remontent aux époques médiévale et ottomane. Les moulins hydrauliques bien datés de l’époque romaine au Proche-Orient sont très rares, pour ne pas dire inexistants, et c’est durant l’Antiquité tardive et surtout le haut Islam que les recherches archéologiques récentes tendent à placer l’essor de leur diffusion. Aux époques médiévale et ottomane, les moulins hydrauliques sont extrêmement fréquents dans tout le Proche-Orient9. Cet état des connaissances est évidemment susceptible d’être modifié grâce à la poursuite des recherches et à de nouvelles découvertes.

  • 10 Schlumberger 1986, p. 4. D’autres exemples, comme les moulins de Lajjun en Jordanie, qui ont longte (...)
  • 11 Ad, Sa‘id & Frankel 2005.
  • 12 Seigne 2002.
  • 13 Genequand, Kühn & de Reynier 2006, p. 175-179 ; Genequand, Hull & Studer 2007, p. 131-135.
  • 14 Genequand 2003, p. 28.
  • 15 Wikander 2000, p. 373-378 ; cf. aussi Wikander 1984.
  • 16 Wilson 1995, p. 499-504.

25Depuis peu, un petit groupe de structures bien datées est venu compléter un maigre dossier archéologique qui ne comptait guère que le moulin hydraulique omeyyade de Qasr al-Hayr al‑Gharbi (Palmyrène)10. Il s’agit d’un groupe de six moulins hydrauliques datés de l’époque byzantine près de Césarée de Palestine11, d’un moulin-scie hydraulique également daté de l’époque byzantine découvert à Jerash (Jordanie)12 et de deux moulins hydrauliques omeyyades respectivement fouillé à Qasr al-Hayr al-Sharqi (Palmyrène)13 et étudié en prospection à Ma‘an (sud de la Jordanie)14. Les moulins de Césarée, situés sur une rivière, ont des roues verticales et des meules biconiques. La roue verticale les rattache pleinement, tout comme celui de Jerash, à la série des moulins hydrauliques datés de l’époque romaine et de l’Antiquité tardive dans le reste du bassin méditerranéen, série qui semble ignorer la roue horizontale pourtant plus simple à mettre en œuvre15. Seuls les moulins hydrauliques de Chemtou et peut-être Testour en Tunisie, datés de la fin du iiie-début du ive siècle après J.‑C., ont recours à la roue horizontale, mais dans un système beaucoup plus développé et complexe puisqu’il s’agit de turbines16. En revanche, tous les moulins proche-orientaux d’époque omeyyade ont de petites roues horizontales sous des chutes d’eau obliques et des meules circulaires plates ou légèrement coniques. Tous sont aussi placés sur des aqueducs ou des dérivations d’aqueducs ; en amont d’un réservoir si l’aqueduc arrive de sources pérennes (Qasr al-Hayr al-Sharqi et Ma‘an) ; en aval d’un réservoir si celui-ci est nécessaire à l’approvisionnement en eau du moulin (Qasr al-Hayr al-Gharbi). Il s’agit évidemment de s’adapter aux conditions locales et de maximiser les possibilités de fonctionnement du moulin.

  • 17 McQuitty 1995, p. 749 ; al-Maqdissi & Trak al-Maqdissi 2006.

26C’est dans cette série qu’il faut replacer les moulins successifs de l’aqueduc de Bosra. Ces derniers présentent non seulement un état bien documenté d’un moulin double à chute oblique d’époque omeyyade, mais aussi la possibilité d’un moulin byzantin plus ancien et celle, unique, d’illustrer le passage technologique de la chute oblique à la chute verticale durant la haute époque islamique. L’époque omeyyade verrait donc l’adoption et la généralisation de l’usage de la roue horizontale au Proche-Orient, en lien avec des chutes d’eau obliques. L’étape suivante sera l’adoption de la chute d’eau verticale et conduite forcée (« arubah » penstock mill), tout en maintenant l’usage de la roue horizontale. Cette technologie transforme le poids de l’eau compressée en vitesse. Elle est plus adaptée à des régions pauvres en ressources hydriques et a de meilleurs rendements. Elle s’est généralisée à l’époque médiévale, a été très utilisée à l’époque ottomane et s’est maintenue jusqu’au xxe siècle17. Mais, comme tendrait à le montrer le moulin de Bosra, il est possible qu’elle ait commencé à être utilisée dès l’époque abbasside. On retiendra en définitive, pour le Proche-Orient et avec la documentation actuellement disponible, que c’est à l’époque islamique et plus précisément à l’époque omeyyade que l’on doit le véritable développement du moulin hydraulique à roue horizontale.

27Les moulins de Bosra s’inscrivent donc dans une double problématique de diffusion puis de modification technologique entre l’Antiquité et le Moyen Âge, problématique importante pour la compréhension et l’étude de l’économie rurale. À cela s’ajoute aussi le problème du développement de Bosra à l’époque omeyyade, et celui du rattachement de ce moulin double à son contexte socio-économique. En effet, dans l’état actuel des connaissances, tous les autres moulins hydrauliques contemporains de la zone syro-jordanienne se rattachent à des implantations aristocratiques liées à un palais ou à une importante résidence. Ce ne semble pas être le cas à Bosra, où le moulin paraît plutôt être lié à la cité et se trouve sur l’aqueduc principal d’approvisionnement de l’un des grands réservoirs de la ville. S’agit-il dès lors d’une initiative d’une collectivité ? Est-on en présence d’une modification des structures économiques, qui verrait les activités de mouture passer d’un cadre domestique — que l’archéologie atteste dans une écrasante majorité de cas — à un cadre public et collectif du ressort de la communauté ou d’un entrepreneur individuel ? La poursuite de l’étude du moulin de Bosra et de son contexte devrait permettre de répondre en partie à ces questions.

Haut de page

Bibliographie

Ad (A.), A.S.  Sa‘id & R.  Frankel 2005 : « Water-Mills with Pompeian-Type Millstones at Nahal Tanninim », Israel Exploration Journal, 55/2, p. 156-171.

Aurenche (O.), M.  Bazin & S.  Sadler 1997 : Villages engloutis. Enquête ethnoarchéologique à Cafer Höyük, Lyon.

De Vries (B.) 2006 : « The Water-Mills in Wadi Lejjun », dans S. T.  Parker éd., The Roman Frontier in Central Jordan. Final Report on the Limes Arabicus Project, 19801989, Washington, Vol. 1, p. 271‑272.

Gawlikowski (M.) 1995 : « Arab Lamp-Makers in Jarash, Christian and Muslim », Studies in the History and Archaeology of Jordan, V, Amman, p. 669‑672.

Genequand (D.) 2003 : « Ma‘an, an Early Islamic Settlement in Southern Jordan: Preliminary Report on a Survey in 2002 », Annual of the Department of Antiquities of Jordan, 47, p. 25-35.

Genequand (D.), M.  Kühn & C.  de Reynier 2006 : « Rapport préliminaire des travaux de la mission archéologique syro-suisse à Qasr al-Hayr al-Sharqi (Syrie) en 2005 », Schweizerisch-Liechtensteinische Stiftung für Archäologische Forschungen im Ausland (SLSA/FSLA/SLFA) – Jahresbericht 2005, Zürich, p. 161-203.

Genequand (D.), D.  Hull & J.  Studer 2007 : « Rapport préliminaire des travaux de la mission archéologique syro-suisse à Qasr al-Hayr al-Sharqi (Syrie) en 2006 », Schweizerisch-Liechtensteinische Stiftung für Archäologische Forschungen im Ausland (SLSA/FSLA/SLFA) – Jahresbericht 2006, Zürich, p. 123-156.

Al-Maqdissi (M.) & J.  Trak al-Maqdissi 2006 : « Une mission ethnoarchéologique dans le Qalamoun : le moulin à eau M2 de Yabroud », dans P.  Canivet & J.-P.  Rey-Coquais éd., Mémorial Monseigneur Joseph Nasrallah, IFPO, Damas, p. 23-36.

McQuitty (A.) 1995 : « Water-Mills in Jordan: Technology, Typology, Dating and Development », Studies in the History and Archaeology of Jordan, V, Amman, p. 745-751.

Schlumberger (D.) 1986 : Qasr el-Heir el-Gharbi, Paris.

Seigne (J.) 2002 : « A Sixth Century Water-Powered Sawmill at Jarash », Annual of the Department of Antiquities of Jordan, 46, p. 205-213.

Watson (O.) 2004 : Ceramics from Islamic Lands, Londres.

Wikander (Ö.) 1984 : Exploitation of Water-Power or Technological Stagnation? A Reappraisal of the Productive Forces in the Roman Empire, Lund.

Wikander (Ö.) 2000 : « The Water-Mill », dans Ö.  Wikander éd., Handbook of Ancient Water Technology, Leyde, p. 371-400.

Wilson (A.) 1995 : « Water-Power in North Africa and the Development of the horizontal Water‑Wheel », Journal of Roman Studies, 85, p. 499-510.

Haut de page

Notes

1 Mission initiée par Jean-Marie Dentzer et actuellement dirigée par Frank Braemer ; à Bosra, il s’agit d’une mission conjointe avec Mme Waffa al-Hawdah puis M. Faez ed-Doss, à Suweida’ avec M. Wassim Shaarani. La mission est soutenue par le ministère français des Affaires étrangères et l’ACI « Eau » du CNRS. Son programme de recherche est intégré à celui de l’équipe Histoire et Archéologie du Proche-Orient Hellénistique et Romain (Jacqueline Dentzer-Feydy) de l’UMR 7041 à Nanterre dirigée par Anne-Marie Guimier-Sorbets.

2 Ces programmes sont développés en accord avec la Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie et avec les directions régionales de Deraa, Bosra et Suweida’. Il nous est agréable de souligner ici la qualité des relations avec Messieurs les docteurs Bassam Jamous et Michel Al-Maqdissi ainsi que leur constant soutien. Ces lignes sont également le fruit d’un travail collectif de terrain auquel ont participé, outre les signataires : Jacques Leblanc, Arnaud Chevalier, Cécile Dumond-Maridat, Damien Gazagne, Pierre Wech, Odile Dussart (verre), Paul Courbon (topographie), Laurent Baqué (architecte et topographe), Pierre Dubœuf (dessin, IFPO), Yves Guichard (photographies au cerf-volant), ‘Alaa Salah, Yasser Sha‘ar, ‘Alaa al-Maaz, Salma al-Basat, Uissama Kiwan et Hanadi Shami. Pour les transcriptions de noms et mots arabes, on utilisera dans cet article le système de l’Encyclopédie de l’Islam (2nde édition) simplifié, sauf pour quelques noms qui ont déjà une transcription bien établie en français, comme Bosra, ou habituelle dans la revue Syria, comme Suweida’.

3 Le chantier est situé sur le territoire de l’actuel muhafazat de Suweida’.

4 Les travaux nécessaires à la construction des moulins médiévaux ont arraché la majorité des matériaux de construction récupérables à cet endroit.

5 Aurenche, Bazin & Sadler 1997, p. 254-256.

6 Genequand, observations personnelles et publication en préparation.

7 Gawlikowski 1995, p. 669-670 ; Watson 2004, p. 104-105 (no LNS 796 C).

8 Wikander 2000, p. 394-397 ; les opinions divergent quant à un lieu et une date exacte : Égypte ptolémaïque au iiie siècle avant J.-C. pour certains, Méditerranée orientale à la fin du iie-début du ier siècle avant J.-C. pour d’autres.

9 McQuitty 1995.

10 Schlumberger 1986, p. 4. D’autres exemples, comme les moulins de Lajjun en Jordanie, qui ont longtemps été considérés comme romains, sont maintenant datés sans ambiguïté de l’époque ottomane tardive (De Vries 2006). La discussion qui suit est basée uniquement sur des moulins hydrauliques qui ont été datés de manière fiable.

11 Ad, Sa‘id & Frankel 2005.

12 Seigne 2002.

13 Genequand, Kühn & de Reynier 2006, p. 175-179 ; Genequand, Hull & Studer 2007, p. 131-135.

14 Genequand 2003, p. 28.

15 Wikander 2000, p. 373-378 ; cf. aussi Wikander 1984.

16 Wilson 1995, p. 499-504.

17 McQuitty 1995, p. 749 ; al-Maqdissi & Trak al-Maqdissi 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue aérienne du site. De haut en bas : le moulin double omeyyade, les trois moulins médiévaux, le réservoir et l’aqueduc (le nord est à droite).
Crédits Yves Guichard, cerf-volant
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-1.png
Fichier image/png, 549k
Titre Figure 2
Légende Carte de l’aqueduc d’al-Afina à Bosra.
Crédits D. Gazagne et L. Baqué
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-2.png
Fichier image/png, 583k
Titre Figure 3
Légende Plan et coupe du moulin hydraulique omeyyade.
Crédits Relevés : L.Baqué, P. Dubœuf et P-M. Blanc ; compléments et DAO : P.Dubœuf.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-3.png
Fichier image/png, 331k
Titre Figure 4
Légende Vue générale du moulin hydraulique omeyyade depuis l’aval (ouest) ; au premier plan, la chambre des roues, puis les chutes obliques et le moulin secondaire.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 5.1
Légende Détails de la chute oblique nord du moulin hydraulique omeyyade.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-5.png
Fichier image/png, 761k
Titre Figure 5.2
Légende Détails de la chute oblique nord du moulin hydraulique omeyyade.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 6
Légende Vue latérale de la chambre des roues du moulin hydraulique omeyyade depuis le nord.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-7.png
Fichier image/png, 466k
Titre Figure 7
Légende Vue de la base et de l’orifice de sortie de l’eau du moulin hydraulique secondaire à chute verticale.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-8.png
Fichier image/png, 601k
Titre Figure 8.1
Légende Fals omeyyade (droit).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-9.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 8.2
Légende Fals omeyyade (revers).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-10.png
Fichier image/png, 67k
Titre Figure 8.3
Légende Lampe inscrite de Jerash.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/372/img-11.png
Fichier image/png, 786k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Blanc et Denis Genequand, « Le développement du moulin hydraulique à roue horizontale à l’époque omeyyade : à propos d’un moulin sur l’aqueduc de Bosra (Syrie du Sud) », Syria, 84 | 2007, 295-306.

Référence électronique

Pierre-Marie Blanc et Denis Genequand, « Le développement du moulin hydraulique à roue horizontale à l’époque omeyyade : à propos d’un moulin sur l’aqueduc de Bosra (Syrie du Sud) », Syria [En ligne], 84 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/372 ; DOI : 10.4000/syria.372

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals