Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92RecensionsDaniel Schwemer, Rituale und Besc...

Recensions

Daniel Schwemer, Rituale und Beschwörungen gegen Schadenzauber (Keilschrifttexte aus Assur literarischen Inhalts 2, WVDOG 117)

Francis Joannès
p. 453-454
Référence(s) :

Daniel Schwemer, Rituale und Beschwörungen gegen Schadenzauber (Keilschrifttexte aus Assur literarischen Inhalts 2, WVDOG 117), Harrassowitz, Wiesbaden, 2007, 199 p., ISBN 978-3-447-05592-5.

Texte intégral

1Le recueil publié ici présente 66 autographies de textes cunéiformes en rapport avec la magie noire, qualifiée communément en langue akkadienne de « sortilège » ou d’« œuvre de sorcellerie » (kišpu) et qui ont été identifiés dans la collection des textes cunéiformes découverts lors des fouilles d’Aššur, au début du xxe s. Cet ouvrage est le second tome de la série des textes cunéiformes « littéraires » (au sens large) d’Aššur (Keilschrifttexte aus Assur literarischen Inhalts), dont la publication est en cours sous la direction de S. Maul, à Heidelberg.

2Une introduction détaillée (p. 1-8) présente ce que l’on appelle « magie noire » dans le contexte mésopotamien, puis les thérapies à l’œuvre contre les ensorcellements, les types de textes composant le corpus des conjurations contre la magie noire et les particularités du groupe des textes d’Aššur par rapport aux recueils provenant d’autres sites assyriens. Comme dans le reste de la littérature exorcistique, on distingue, entre le « faire » et le « dire » et, parmi les textes reconstitués, ceux qui détaillent les recettes pratiques (bulṭu) et ceux qui fournissent l’ensemble des rituels conjuratoires (nēpešu) destinés à combattre la sorcellerie, sachant que les deux méthodes sont régulièrement associées. Parmi les manipulations, on relève le recours fréquent à des figurines, substituts du sorcier ou de la sorcière qui sont traités comme des adversaires judiciaires contre lesquels on demande l’aide des dieux.

3L’introduction est suivie d’un catalogue détaillé (p. 9-19) puis les textes font l’objet d’une édition en transcription et traduction (p. 21-126), abondamment annotée et mise en rapport avec les séries canoniques auxquelles le document se rapporte. Les principales séries de textes de conjuration sont ici représentées et les textes sont regroupés par un intitulé significatif, à commencer par la série Maqlu, illustrée par sept extraits de plusieurs de ses tablettes (I à V et VII). Viennent ensuite des textes de rituels conjuratoires comportant la rubrique sumérienne uš11-búr-ru-da, « (rituel) pour neutraliser les sorcelleries », (nos 8-20), des rituels de conjuration effectués devant le dieu Šamaš ou d’autres divinités pour protéger les personnes ensorcelés (no 21-41), des rituels de conjuration caractérisés par la formule ana pišerti kišpi, « pour délivrer d’un ensorcellement » ou šumma amēlu kašip, « si un homme est ensorcelé » (nos 2-47). Les nos 48 et 49 énumèrent des ingrédients et des préparations magiques. Les nos 50 à 66 sont, enfin, des fragments dont le rattachement à une série précise n’est pas possible. La majorité de ces textes sont d’époque néo-assyrienne (première moitié du Ier millénaire), quelques-uns (nos 22, 35, 42 [?], 45, 47, 48 [?], 50-52) sont mentionnés comme médio-assyriens (fin du IIe millénaire).

4D. Schwemer considère que la plupart de ces documents, y compris les plus anciens, relèvent de la bibliothèque personnelle de l’exorciste Kiṣir-Aššur, qui fut en activité au viie s. à Aššur. Sa bibliothèque fut probablement détruite lors de la prise de la ville en 614 par les Mèdes. On relève des différences formelles et de contenu entre les textes de cette bibliothèque d’Aššur et leurs correspondants de la bibliothèque royale de Ninive contemporaine, tant dans le classement interne de certaines séries que dans certaines versions de rituels spécifiques à Aššur. On note également que la paléographie montre une pratique du cunéiforme proprement locale, sans influence scripturale babylonienne (à la différence de ce que l’on trouve à Ninive). Outre son intérêt pour la connaissance de la littérature exorcistique néo-assyrienne, cet ouvrage documente donc l’état des bibliothèques savantes de la ville d’Aššur du Ier millénaire et présente de ce fait un grand intérêt pour l’histoire de la transmission des éléments propres à la culture assyrienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Joannès, « Daniel Schwemer, Rituale und Beschwörungen gegen Schadenzauber (Keilschrifttexte aus Assur literarischen Inhalts 2, WVDOG 117) »Syria, 92 | 2015, 453-454.

Référence électronique

Francis Joannès, « Daniel Schwemer, Rituale und Beschwörungen gegen Schadenzauber (Keilschrifttexte aus Assur literarischen Inhalts 2, WVDOG 117) »Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/3808 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.3808

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search