Navigation – Plan du site
Nécrologie

Patrice Lenoble (1942-2007)

Vincent Rondot et François Villeneuve
p. 315-319

Texte intégral

1Patrice Lenoble est mort à Nantes dans la nuit du 25 au 26 février 2007, d’un cancer qui s’était déclaré peu avant sa dernière mission de terrain, au Soudan, pour la 5e campagne de fouille à el-Hassa à l’automne 2005.

2Il arriva à Amman, venant des fouilles d’Isenya au Kenya, par un soir d’octobre 1984, pour son premier contact avec le Proche-Orient. Il venait de passer huit ans à fouiller au Soudan et se déclarait modestement dessinateur, sa fonction officielle en effet – de fait, il dessinait admirablement. Des difficultés d’ordres divers avaient conduit à son éviction temporaire du Soudan. Ph. Guillemin, alors sous-directeur de l’archéologie au Quai d’Orsay, qui n’abandonnait pas ses brebis sous l’orage et connaissait la valeur de ses ouailles, le mettait pour quelque temps à la disposition de missions de terrain dans d’autres pays africains et au Proche-Orient. Ceux qui accueillirent alors P. Lenoble en Jordanie, responsables d’opérations archéologiques de l’IFAPO ou de l’École Biblique, comme F. Larché, J.-B. Humbert ou Fr. Villeneuve, furent d’abord sidérés par cet homme aux épaisses lunettes qui ne pouvait marcher qu’en sandales, tantôt taciturne, tantôt prolixe, mais toujours étonnamment attentif, qui se présentait comme un simple exécutant (« archéographe », disait-il), mais lisait Sénèque ou Procope. Ils ne tardèrent pas à reconnaître, avec bien d’autres, Arabes et Européens, surdiplômés ou étudiants débutants, un ami fidèle, un technicien hors pair capable de s’adapter à tous les objectifs et toutes les situations, un spécialiste prudent de l’archéologie funéraire, un érudit de l’Antiquité classique et de ses marges, qui sut éclairer Méroé par la Nabatène et inversement – et, quand besoin était, un conseiller ou un patron rassurant. Une décennie plus tard, la même reconnaissance eut lieu à Beyrouth. Si le Proche-Orient n’a occupé que les 23 dernières années de la vie de P. Lenoble, et de façon discontinue, alors que le Soudan, son domaine de prédilection, l’accapara plus de 30 ans – sans oublier ses contributions à l’archéologie de la Suisse et des Pays de Loire –, il a paru certain que Syria se devait de lui consacrer une notice d’hommage : son œuvre publiée sur le Proche-Orient est trop mince – conséquence de sa modestie, de sa générosité (tant de travaux signés de ses collègues et amis portent sa marque et exploitent son travail de terrain), de sa concision et de son indifférence à la « carrière » – pour rendre compte à elle seule de sa fécondité et de son influence. Comme de juste, le présent hommage est l’œuvre conjointe d’un familier de la Nubie et d’un familier du Proche-Orient.

3L’homme était sans concession, le savant d’une générosité sans faille. Ce rare mélange fit de lui pour tous ses collègues, en France et à l’étranger comme sur le terrain, un précieux compagnon – ou, pour les moins lucides, un adversaire – et pour de nombreux débutants, un maître. Archéologue, il était du genre qui aime empoigner la tourieh et la mastarîne, qui éprouve le besoin de sentir le terrain. Classicisant, il avait une culture et un savoir qui lui permettaient de transmuer ces contacts physiques avec la matière en une description raisonnée de l’homo meroiticus ou nabataeus. Il faisait partie en effet de ceux qui savent intimement que, depuis les géographes hellénistiques, le royaume de Méroé ou le royaume nabatéen, comme bien sûr la côte levantine, font partie d’un monde connu comme d’un vaste héritage.

4P. Lenoble était né en Touraine le 6 octobre 1942. Ses années d’apprentissage lui firent étudier les mathématiques, commencer des études d’ingénieur, et devenir instituteur, en fils d’une famille tout entière dévouée à l’école laïque de la République. Puis, progressivement (a posteriori on serait tenté de dire « naturellement »), advint Mai 68, moment pour lequel il était à l’évidence prêt à jouer un rôle important et dont il ne cessa jamais de revendiquer l’esprit. Durant cette phase d’effervescence, il occupa, de 1968 à 1972, des fonctions de bibliothécaire à l’Institut d’art et d’archéologie de la rue Michelet à Paris. Il se tourna alors vers l’archéologie grecque et romaine (1970, licence d’archéologie à l’Université de Paris IV). Sa maîtrise d’archéologie (1978, Université de Besançon) porta en revanche sur la préhistoire helvétique : nouveau champ de recherche qui trouve son explication si l’on sait que de 1973 à 1975, il pratiquait l’archéologie préventive sur le parcours de l’autoroute N5 en Suisse.

5Ainsi, archéologie classique théorique et préhistoire sur le terrain furent les outils en ses mains lorsqu’il arriva pour la première fois en 1976 au Soudan, le pays où l’on peut trouver, dans le sanctuaire d’un temple méroïtique du ive siècle apr. J.-C., des haches polies néolithiques. Son premier séjour allait durer huit ans (1976-1984) durant lesquels il occupa le poste de dessinateur à la Section française de la Direction des Antiquités du Soudan (SFDAS). 1976 est l’année même de la découverte des cimetières néolithiques et méroïtiques d’el-Kadada. Il y fouille alors les tombes méroïtiques, Jacques Reinold les tombes néolithiques, sous la supervision de Francis Geus, directeur de cette mission et alors directeur de la SFDAS.

6Après le bref intermède de 1984-1985 (Kenya et Jordanie), il est de retour dès 1985 à la SFDAS à Khartoum, cette fois sur un poste d’archéologue, pour un nouveau séjour de huit années jusqu’en 1993. La fouille d’el-Hobagi est ouverte l’année de son retour, avec ses collègues et amis Mahmoud el-Sheikh el-Tayeb et Oussama Abdelrahman el-Nour. Ce sera son grand-œuvre. Les circonstances lui permettent alors de longs séjours hors de Khartoum. Les mois les plus chauds le voient sur la fouille, se nourrissant de sardines en boîte avec leur huile, achetant par douzaines des pamplemousses pour fournir les vitamines qui leur manquent à ses ouvriers, dormant sous un seyal. Ces années sont également celles de la toute première prospection dans la quatrième cataracte (1989), le projet d’un barrage ayant été annoncé, qui est maintenant en cours d’achèvement avec la prochaine mise en eau du réservoir.

7En 1994, il soutient à l’Université de Paris IV sa monumentale thèse de doctorat : Du Méroïtique au Postméroïtique dans la région méridionale du Royaume de Méroé. Recherches sur la période de transition, dirigée par J. Leclant. La suite de sa carrière ne lui a pas laissé le loisir d’en mener à terme la publication, Les fouilles d’el-Hobagi et les tombes méroïtiques d’el-Kadada, désormais reprise à titre posthume par quelques-uns de ses collègues et amis.

8P. Lenoble a transformé tous les lieux soudanais où il a travaillé en matériaux pour la compréhension de ce qu’il cherchait : la description de la fin de Méroé. Il suffit de parcourir son œuvre publiée pour comprendre qu’il a toujours questionné, sans parti pris, la validité de nos outils pour décrire les fondamentaux indigènes en les distinguant des influences et des acculturations hellénistiques.

9Au sein de cette abondante œuvre soudanaise, internationalement reconnue, nous retenons ici quelques contributions majeures : « Quatre tumulus sur mille du Djebel Makbor, A.M.S. NE-36-O/3-O‑1 », Archéologie du Nil Moyen, 2, 1987, p. 207-250 ; « Chiens de païens. Une tombe postpyramidale à double descenderie hors de Méroé », Archéologie du Nil Moyen, 5, 1991, p. 167-183 ; « Documentation tumulaire et céramique entre 5e et 6e cataractes. Un exemple de “prospection orientée” visant à renseigner la “Fin de Méroé” dans la Région de Méroé », dans Ch. Bonnet éd., Études Nubiennes, Actes de la 7e Conférence internationale des Études nubiennes, Genève, 1992, p. 79-97 ; « Une monture pour mon royaume. Sacrifices triomphaux de chevaux et de méhara, d’el Kurru à Ballana », Archéologie du Nil Moyen, 6, 1994, p. 107-130 ; « Les “sacrifices humains” de Méroé, Qustul et Ballana. I, Le massacre de nombreux prisonniers », Beiträge zur Sudanforschung, 6, 1996, p. 39-67 ; « From Pyramids at Meroë to Tumulus at el Hobagi: Imperial Graves of the Late Meroitic Culture (Franco-Sudanese surveys and excavations between 1983 and 1990) », Kush, Journal of the Sudan National Board for Antiquities and Museums, 17, 1997, p. 289-308 ; « Enterrer les flèches, enterrer l’Empire. II, Les archers d’el-Kadada et l’administration de l’imperium méroïtique », Cahiers de recherche de l’Institut de Papyrologie et d’Égyptologie de Lille, 20, 1999, p. 125-144 ; « L’arsenal de Méroé et le monopole royal du fer dans l’Empire méroïtique », dans J.-P. Descœuvres, E. Huysecom, V. Serneels & J.-L. Zimmermann éd., The Origins of the Iron Metallurgy, Proceedings of the First International Colloquium on the Archaeology of Africa and the Mediterranean Basin, held at the Museum of Natural History in Geneva, 4-7 June, 1999, Mediterranean Archaeology, 14, Université de Sydney, 2001, p. 209-217 ; « Mystérieux récipients de l’allaitement divin dans les tombes de Ballana ? », dans T. A. Bacs éd., A Tribute to Excellence, Studies offered to Ernö Gaal, Ulrich Luft and Laszlo Török, Studia Aegyptiaca, 17, Budapest, 2002, p. 331‑338.

10La terre soudanaise a été généreuse à son égard et a récompensé les choix audacieux qu’il a faits avec la découverte de deux tumuli post-méroïtiques de rang impérial à el-Hobagi. Les armes triomphales et les bronzes liturgiques découverts dans les tombes, mais également sa compréhension de leur rôle réel et symbolique, ont fait le tour du monde avec les récentes expositions sur l’archéologie soudanaise et sont devenus des jalons marquants dans ce que nous savons de la fin de Méroé.

11Son contrat au Soudan prit fin en 1993, date à laquelle il partit prendre un poste de chercheur à l’IFAPO à Beyrouth. L’administration française, cependant, choisit dès 1994 de le recruter comme expert au Service régional d’archéologie de Nantes, poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 2002. L’administration et la protection du patrimoine de sa région d’adoption ne l’empêchaient pourtant pas de penser au Soudan, à la Jordanie et au Liban, et de travailler scientifiquement sur ces zones. Il put revenir en mission en Jordanie dès 1996, et au Soudan dès 2000, à Sedeinga avec Catherine Berger et à el-Hassa pour l’ouverture de la nouvelle fouille de la SFDAS.

12Il avait prévu de revenir au Soudan au printemps 2006 pour reprendre sa prospection des champs tumulaires de l’Île de Méroé. La maladie l’en a empêché. Son dernier article, portant sur ce sujet même, sera publié dans le prochain numéro de Kush, avec pour titre : «  Une carte des derniers siècles de Méroé. Sites préchrétiens autour de l’ancienne capitale, entre Wad ben Naga et Gabati ». Ce survey, riche de tant de potentiel, ferme une carrière nubienne inspirée qui a toujours su, malgré les circonstances ou grâce à elles, revenir à son sujet de prédilection : la description de l’empire méroïtique et de sa chute.

13En Jordanie, le hasard le fit arriver pour l’ouverture même (automne 1984) des fouilles franco-jordaniennes de Dharih, au nord de Pétra. Heureux hasard : une relative similitude de contexte géographique entre Sud jordanien et Nord soudanais, une curieuse homophonie entre Napatéens de Nubie et Nabatéens d’Arabie – qu’il ne cessa de scruter – furent des stimuli féconds pour lui et pour ses collègues. De cette fouille de longue durée, achevée seulement à l’été 2007 quelques mois après son décès, il devint instantanément une des poutres maîtresses, et il participa à huit des treize campagnes. Son expérience en archéologie funéraire lui fit tout naturellement assumer d’abord l’exploration de la nécropole. En dépit de fouilles clandestines anciennes et incessantes, il y mit en évidence un tombeau monumental de notables locaux bâti vers 110 apr. J.-C., le premier tombeau nabatéen construit à être correctement fouillé et publié, puis les tombes ordinaires des phases nabatéo-romaines et tardo-antiques. Sa maîtrise des techniques de pointe (auxquelles il n’accordait que la valeur d’outils) lui permit ici de suggérer des voies d’approche qui s’avérèrent fécondes deux décennies plus tard, comme le dosage du strontium dans les ossements animaux et humains. L’ensemble de ce chantier fut remarquablement publié par P. Lenoble, au terme d’un travail d’équipe associant anthropologue et épigraphistes : « Fouilles de Dharih, I : Le cimetière au sud du Wadi Sharheh », Syria, 78, 2001, p. 89-151 (avec la collaboration de R. Boyer, A. Desreumaux, F. Le Mort, D. al-Muheisen-Tarrier et L. Nehmé), enquête plus récemment encore poursuivie : N. Delhopital & P. Lenoble, «The Monumental Tomb at Khirbet edh-Dharih: archaeo-anthropological Study », Studies in the History and Archaeology of Jordan, 10, Amman, 2008 (sous presse). Après la nécropole, P. Lenoble se mit au service des autres besoins de la fouille, sans se soucier d’inscrire son nom sur les publications : il fut ainsi celui qui entama les fouilles de la cour principale du sanctuaire nabatéo-romain de Dharih, étudiant patiemment le fumier des étables proto-islamiques et découvrant les égouts antiques. Ou aussi celui qui, en 2004 encore, vint piloter le délicat enlèvement au bulldozer de plusieurs mètres d’épaisseur de déblais de fouilles épandus et compactés sur de précieux niveaux anciens, ouvrant la voie à ceux qui découvriraient, dessous, un bain byzantin bien conservé, puis une admirable citerne souterraine du début du iie siècle. Plus encore, celui vers qui chacun se tournait, chefs des fouilles ou étudiants, pour avoir suggestions ou interprétations : adepte de la maïeutique, P. Lenoble répondait par questions et onomatopées et mettait son disciple sur quelque bonne voie.

14À Beyrouth, il eut à assumer plus ouvertement un rôle dirigeant. En 1993, la Direction générale des Antiquités du Liban pressait l’IFAPO de s’engager dans les fouilles du centre de la ville, dévasté par la guerre civile. Pour prendre la tête de ce chantier techniquement difficile dans un contexte compliqué, seul un homme de grande prudence et d’écoute, doublé d’un archéologue hors pair, pouvait convenir. Y. Saint-Geours, alors Sous-Directeur des sciences sociales et humaines au Quai d’Orsay, et J. Reinold, alors Directeur de la SFDAS, accédèrent à la demande du directeur de l’IFAPO : arracher un P. Lenoble consentant à son Soudan et à la SFDAS pour l’affecter à l’IFAPO et le placer à la tête de ce programme beyrouthin. Après un examen méticuleux de l’ensemble du centre-ville, le choix de P. Lenoble se fixa sur un emplacement symbolique et scientifiquement prometteur : l’emplacement du « Petit Sérail » depuis longtemps détruit, sur la Place des Martyrs, au cœur de Beyrouth. La suite des fouilles, jusqu’en 1996, allait démontrer la valeur de ce choix : fondations du « Petit Sérail » ottoman, vestiges paléochrétiens avec mosaïques, et quartier d’habitation de la Béryte hellénistique et romaine, masse de matériel dont l’étude occupe encore à présent une grosse équipe que dirige D. Piéri. Durant l’année que dura sa direction de ce chantier, P. Lenoble fut tout à la fois un interlocuteur respecté des autorités et des institutions libanaises et internationales, un technicien hors pair de la fouille urbaine, un patron admiré d’une cohorte de jeunes fouilleurs libanais et français qui apprirent tout de lui en matière d’archéologie de terrain et en bien d’autres domaines.

15En 1994, cette expérience prit fin prématurément quand P. Lenoble dut rejoindre son poste à Nantes. Avec son désintéressement habituel, il passa la main et transmit les clés d’un chantier beyrouthin impeccablement conduit, sans jamais demander sa part d’une publication qu’il aurait pu diriger et sans qu’on lui proposât de la prendre – mais sans jamais refuser une aide discrète à l’IFAPO quand il s’agit, vers l’an 2000, de relancer le programme de cette publication, alors en panne.

16Plus que jamais, en effet, pendant ces dernières années, son expérience était constamment sollicitée par ses collègues du monde entier ou du pays nantais et par les étudiants. La règle personnelle de générosité scientifique qu’il s’était faite donnait ses fruits. À Khartoum comme à Beyrouth ou Amman, la date de sa prochaine venue était attendue et l’on s’en informait longtemps à l’avance, les responsables éminents comme les sans-grade de l’archéologie. Avec P. Lenoble, l’archéologie soudanaise en général et les études méroïtiques en particulier ont perdu l’une de leurs pierres angulaires ; et les archéologies libanaise et jordanienne l’un de leurs experts les plus discrets et les plus savants.

17Des Mélanges à la mémoire de Patrice Lenoble sont en préparation, sous la direction de Fr. Alpi, V. Rondot et Fr. Villeneuve et sous les auspices de la SFDAS et de l’IFPO.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Rondot et François Villeneuve, « Patrice Lenoble (1942-2007) », Syria, 84 | 2007, 315-319.

Référence électronique

Vincent Rondot et François Villeneuve, « Patrice Lenoble (1942-2007) », Syria [En ligne], 84 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/383

Haut de page

Auteurs

Vincent Rondot

Directeur de la Section française du Département des Antiquités du Soudan

François Villeneuve

Université de Paris I, Directeur des fouilles de Dharih

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals