Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Dossier : L’épigraphie grecque e...Namāra du Ṣafā

Dossier : L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient (Jordanie, Liban, Syrie)

Namāra du Ṣafā

Maurice Sartre
p. 45-66

Résumés

La butte de Némara, poste militaire romain le plus à l’est du Ḥaurān, a livré une grande quantité de graffiti grecs et latins gravés sur des rochers à l’époque impériale. Pourtant, aucune installation défensive manifeste n’y a été trouvée jusqu’à maintenant. On s’interroge ici sur la nature exacte du site et sur le rôle des villageois, originaires du Jebel al-ʿArab voisin, dont les noms figurent dans les inscriptions du lieu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le site n’est pas visible de la route actuelle, mais il se distingue facilement dans le paysage qua (...)

1À environ 50 km à l’est de la bordure orientale du Jebel Druze (Jebel al-ʿArab), le site exceptionnel de Némara (fig. 1) a été repéré depuis longtemps. Il s’agit d’une butte isolée au milieu du Wādī Shām, lui-même constitué par la réunion de divers wādī descendus de la montagne, et qui se poursuit en direction du nord-est jusqu’à se perdre dans la dépression que l’on nomme la Ruhbeh. Un peu à l’est de la butte, le wādī forme généralement au printemps des lacs plus ou moins étendus selon la quantité des précipitations d’hiver, formant un paysage assez inattendu. De l’eau subsiste pratiquement toute l’année, au moins en quelques points, puisque des poissons y survivent, que des oiseaux et des bédouins y pêchent volontiers. Le site s’étend au sud de la route (aujourd’hui goudronnée). Une piste y conduit en quelques centaines de mètres à droite de la route principale, cinq ou six kilomètres avant d’arriver à Zélaf 1.

Figure 1.

Figure 1.

Les sites militaires du Ḥaurān

© A. Sartre

2L’essentiel du site — du moins la partie qui nous intéresse ici et où se trouvent les graffiti grecs et latins — est constitué d’une petite colline basaltique qui se dresse au milieu du wādī à 616 m d’altitude (fig. 2). De forme allongée, approximativement orientée sud-ouest/nord-est, elle présente des faces assez abruptes de tous les côtés, bien qu’elle se laisse plus facilement gravir sur le flanc nord. Le sommet est relativement plat, assez en tout cas pour autoriser un campement ou même des constructions. Vers l’est, on observe un replat à mi-hauteur.

Figure 2.

Figure 2.

La butte de Némara vue du nord-ouest

© A. et M. Sartre (2011)

  • 2 Graham 1858, p. 240. On donne ici en gras les numéros des inscriptions reprises dans l’article (ave (...)
  • 3 Wetzstein 1860, p. 18-21 ; Wetzstein 1863, p. 265-266, nos 2-8.
  • 4 Chabot 1939, p. 364-366.
  • 5 Waddington 1870, p. 522-524, nos 2264-2285.
  • 6 Oppenheim 1899, p. 370 ; on pourrait songer à une simple coquille, mais le même mot figure sur ses (...)
  • 7 Sur ce texte important, aujourd’hui au Louvre, voir en dernier lieu Macdonald 2008, p. 321 ; Fisher(...)
  • 8 Dussaud & Macler 1903, p. 428-429.

3Le site a été visité depuis longtemps et, malgré son accès plutôt difficile en raison de son éloignement vers l’est, nombre de visiteurs y ont séjourné depuis le milieu du xixe s. Le premier fut Cyril C. Graham, qui trouva en 1857 qu’il ressemblait aux autres sites du Bashan, ce qui veut sans doute dire qu’il était construit, comme eux, en basalte : car c’est bien la seule similitude entre ce site presque désert et les villages antiques magnifiquement conservés qu’observait Graham. Ce dernier ne semble pas avoir reconnu qu’il s’agissait d’un poste militaire, car il parle seulement d’une maison que les Arabes attribuaient à une femme du nom de « Nimreh bint en-Nimur », avec une inscription dans des caractères indéchiffrables au-dessus de la porte (182. C’est la bâtisse, sans doute assez récente, qui se dresse au milieu du plateau supérieur, ouverte vers l’est, et qui porte en effet une inscription grecque incomplète (mais nullement illisible) sur le linteau principal (fig. 3). J. G. Wetzstein, en 1858, comprend qu’il est sur un site militaire romain « que seules les relèves devaient rendre supportable » ; selon lui, le poste était destiné à assurer la sécurité des villages du Ḥaurān à l’ouest, dont la prospérité pouvait tenter les brigands. Il recopie plusieurs inscriptions en grec et en latin sur des rochers, témoignant de la présence, entre autres, de soldats de la légion III Cyrenaica 3. Les voyageurs suivants, W. H. Waddington et M. de Vogüé, atteignent ce qu’ils considèrent comme un petit fort le 12 avril 1862, « mauvais réduit en pierres sèches au sommet d’un petit mamelon et des tombeaux arabes au milieu » ; ils trouvent là un puits approvisionné en eau toute l’année 4. Ils voient à leur tour de nombreux graffiti sur les rochers contenant « essentiellement les noms des soldats » 5. M. von Oppenheim, qui nomme le site Vemara 6, en décrit l’organisation générale au milieu du wādī et signale le tombeau situé à proximité, un mausolée carré sans toit, qui serait celui d’un ancien cheikh bédouin. Les relevés de Waddington le dispensent de noter lui-même les inscriptions grecques du lieu. R. Dussaud et F. Macler séjournent à leur tour à Némara au début du mois d’avril 1901 et découvrent à quelque distance, dans le Wādī Saut, le tombeau d’Imrulqays (Marʾ al-Qays), « roi de tous les Arabes » mort en novembre-décembre 332 apr. J.-C. 7 : l’édifice (3,30 x 4,40 m) était alors entièrement ruiné, mais conservait des éléments de décor de type gréco-romain, dont des chapiteaux carrés, très maladroitement exécutés 8 ; la porte ouvrait vers l’est et tout autour étaient édifiées des tombes que les savants jugèrent modernes.

Figure 3.

Figure 3.

Le sommet de la butte et le bâtiment central tardif vu de l’ouest

© A. et M. Sartre (2011)

  • 9 Macdonald 2008.
  • 10 Cf. en dernier lieu Fisher 2011.

4M. C. A. Macdonald, après un réexamen des ruines de Némara, a dressé un nouveau bilan 9. Beaucoup d’éléments sont impossibles à dater. La céramique ramassée sur le site est presque exclusivement datable des iiie et ive s., ce qui correspond bien aux données de l’épigraphie. Mais M. Macdonald exclut que le fort, qui n’a pu abriter plus d’une cinquantaine d’hommes (p. 319), ait pu être construit pour protéger les sédentaires de la montagne ou du Ḥaurān ; il était facile de le contourner, et les troupes stationnées là n’auraient pas résisté à un groupe bien décidé. Il se serait seulement agi, comme l’a fait Glubb Pacha dans les années 1930 et 1940, de contrôler les points d’eau (maḥāḍir, sing. maḥḍar) qui subsistent en fin de saison sèche et où les bédouins et leurs troupeaux viennent s’abreuver (p. 319-320) et à cette occasion d’entretenir des relations avec eux. M. Macdonald donne de bonnes photos du site, examine de près le tombeau de Marʾ al-Qays et ses chapiteaux et fournit des photos des inscriptions 1, 11, 18 et IGLS XVI, 1402. On notera qu’il formule, avec prudence, une hypothèse nouvelle et intéressante en ce qui concerne le tombeau de Marʾ al-Qays. M. Macdonald s’étonne en effet que ce chef ait choisi cet endroit désolé, à un kilomètre environ du poste romain, pour faire dresser son tombeau. Il suggère que Marʾ al-Qays a été tué au cours d’une bataille livrée à cet endroit même, où il aurait combattu du côté des Romains (ce qui explique qu’on ait autorisé la construction du tombeau) ; d’ailleurs, le tombeau, une construction carrée surmontée très vraisemblablement d’une toiture pyramidale, est d’inspiration provinciale, « not a manifestation of desert society » (p. 322). Cela expliquerait aussi les centaines de pierres tombales, toutes anépigraphes, situées au nord de l’île où se dresse le site, qui, selon M. Macdonald, « give the very strong impression of a grave-yard for a large number of people who had died at the same time, as, for instance, for those killed in a battle » (p. 318). Ce n’est pas le lieu de reprendre ici cette difficile question des rapports entre Rome, les Perses et les Arabes de la péninsule, mais la suggestion de M. Macdonald explique au mieux la présence de ce tombeau en ce lieu, et conforte la vision d’ensemble que l’on se fait aujourd’hui de ces relations complexes 10.

5Ce qui nous intéresse ici est uniquement la butte centrale, dressée au milieu du wādī divisé dans ce secteur en de multiples bras. Un simple coup d’œil aux inscriptions grecques et latines suffit à attester la présence d’un poste militaire, mais cela reste une notion vague. S’agit-il d’un vrai poste de garnison, occupé en permanence ? D’un simple relais pour les patrouilles ? D’un poste temporaire, saisonnier en quelque sorte, lié aux mouvements des pasteurs nomades ? Les vestiges, très pauvres, ne permettent guère de le préciser. Peut-être faut-il néanmoins ajouter que le poste est situé sur une route qui permet d’aller directement du Jebel al-ʿArab à Palmyre en passant par le Jebel Says. Mais on ne doit pas en déduire je ne sais quel rôle primordial dans les communications, car en définitive, entre deux points du désert, il y a presque toujours plus d’une route possible. J’attache plus d’importance à la présence des lacs temporaires mentionnés plus haut.

  • 11 Nöldeke 1875, p. 437.
  • 12 Lammens 1903, p. 480-481.

6On a donné à ce poste le nom antique de Némara, puisque les bédouins mettaient en relation le site avec une femme nommée Nimreh. De plus, une inscription du site même (22) nomme des Ναμαρήσιοι, ce qui a semblé aux premiers éditeurs la confirmation du nom du poste. C’est une déduction abusive car cela renvoie plutôt à un village qu’à un simple poste de garnison, et plusieurs toponymes modernes de la région, Namr, Namer, Nimreh, pourraient dériver du nom antique de Ναμαρα. En définitive, seule la désignation actuelle milite en faveur d’une appellation antique de Nemara/Namara. T. Nöldeke excluait de situer là le couvent de nmr donné par la Lettre des archimandrites vers 570, probablement parce qu’il estimait que tous les monastères cités se trouvaient dans les parages de l’Hermon et aux limites de la Damascène 11 ; on sait qu’il n’en est rien puisque sont mentionnés des couvents de Mothana et du Jebel al-ʿArab (Ataô). Au contraire, H. Lammens estimait que l’isolement de l’endroit et le fait qu’il y ait eu auparavant un poste militaire romain rendaient parfaitement possible la présence d’un couvent 12. Rien dans les vestiges encore visibles n’incite à suivre l’opinion de H. Lammens, dans la mesure où il n’existe pratiquement aucun signe chrétien, ni sur le monument central, ni autour, et sur aucun des textes. La seule exception possible figure sur un rocher portant quelques lettres précédées sans doute d’une croix (19), si ce n’est pas l’enchevêtrement des signes gravés qui crée l’illusion d’une croix.

7La plupart des graffiti sont gravés sur les rochers placés sur la partie haute de la pente nord-ouest de la colline où s’élève actuellement un petit bâtiment sans doute sans rapport avec l’occupation antique. Quelques autres se trouvent vers la pointe nord-est, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’enceinte. Mais nous n’avons rien trouvé sur le côté sud, plus abrupt, et qui n’était sans doute pas une voie d’accès. Les graffiti seraient donc pour la plupart placés à l’extérieur de l’enceinte proprement dite, du côté par où devait se faire l’entrée dans la place fortifiée : les montants d’une porte sont encore bien visibles au nord-ouest de l’enceinte. L’inscription 18, gravée sur le linteau de la porte du bâtiment central, se trouve visiblement en remploi. La gravure varie beaucoup d’un graffito à l’autre : tantôt il s’agit de grandes lettres plus (17) ou moins (20) profondément gravées, tantôt de grandes lettres obtenues par un simple grattage de la surface (10, 16), tantôt encore de petites lettres gravées avec une pointe fine, à peine visibles sur la pierre (25). Comme pour ajouter à la difficulté de la lecture, beaucoup de textes ont été grattés récemment, ce qui donne aux lettres l’allure de gros pâtés plus ou moins informes. En revanche, il est assez facile de distinguer les uns des autres les textes gravés sur un même rocher, en raison de la graphie et de la nature de la gravure. En dehors du 18, qui figure sur un linteau, tous les autres textes sont gravés sur des rochers sans aucun aménagement spécifique pour la gravure. Ajoutons que la lumière joue un rôle essentiel dans le repérage des graffiti : lors de deux séjours de plusieurs heures, à des moments différents de la journée, nous avons trouvé ou retrouvé des textes qui avaient échappé à l’un ou l’autre de nos devanciers. Malgré nos efforts, qui ont conduit à la publication de douze documents nouveaux, nous ne prétendons nullement les avoir tous vus, et il n’est pas toujours aisé d’assurer l’identification des textes avec les copies de nos prédécesseurs.

Un site militaire

8L’ensemble du site se présente comme une colline plate, situé au milieu du wādī, fort large à cet endroit, avec de multiples bras ; la colline ovale s’allonge dans le sens grossièrement sud-ouest/nord-est. Une enceinte court autour des parties hautes, avec une porte, dont il reste le soubassement des montants, sur le long côté nord-nord-ouest. Au centre de l’espace ainsi délimité, une petite construction à peu près carrée s’ouvre vers l’est par une porte en pierre à double battant encore en place, mais ce n’est pas un monument antique. Le site dans son ensemble est assez restreint, et il est peu vraisemblable qu’y ait résidé plus qu’un petit groupe d’hommes, une cinquantaine peut-être, guère davantage. On ne devine rien, aujourd’hui, qui rappelle les fortins romains, avec tours et murailles. Les petits murs de pierre sèche délimitent de multiples enclos qui semblent tous récents ; mais leur mode de construction, simple empilement de pierres sèches de calibres variés, peut appartenir à pratiquement n’importe quelle époque. Sans la présence des graffiti et de céramique, rien ne permettrait de deviner l’occupation du lieu à l’époque romaine. Nombre de ces graffiti attestent la présence de militaires romains. Il suffira ici de rappeler les plus explicites en essayant d’en faire un inventaire raisonné.

9En premier lieu, il faut citer les inscriptions mentionnant une légion, qu’elle soit associée ou non à un membre de ladite légion. Trois inscriptions semblent être des proclamations en l’honneur de la légion III Cyrenaica, ce qui ne peut surprendre puisqu’il s’agit de la légion qui stationne au camp de Bostra.

101. IGLS XVI, 1388. « Sur une éminence rocheuse à l’intérieur de la forteresse », d’après Wetzstein. Nous l’avons sans doute retrouvée.

11Wetzstein 1863, p. 266, no 5 ; Waddington 1870, no 2281 (copie de Vogüé non reprise dans les planches, dont la numérotation est fausse) ; Macdonald 2008, p. 330, fig. 13b.

Leg(io) III Cyr(enaica)
felic[iter inuicta].

122. IGLS XVI, 1388a. À « Tell Némara… sur le roc même… sous l’emblème d’un lion », Mascle. Non revu. Ce peut être la même que la précédente, à condition que la fin ait été masquée lors du passage de Waddington ; mais M. Macdonald ne l’a pas vue non plus, ce qui jette le doute et plaide en faveur de deux textes différents.

13Mascle 1944, p. 154.

Legio III Cyrenaica
feliciter inui(c)ta.

« La légion III Cyrenaica, heureusement invaincue ! ».

143. IGLS XVI, 1389. « Sur la pente de la colline et à l’extérieur du mur d’enceinte », Wetzstein, sur le flanc nord-ouest, dans la partie ouest. Vu et photographié (2011).

15Wetzstein 1863, p. 266, no 7.

16Cf. Waddington 1870, sous le no 2281.

Leg(io) III Cy[r(enaica)].

17Wetzstein avait lu ΕΣ après le chiffre, puis un Y à la ligne suivante ; malgré les tentatives d’effacement, on lit d’abord un C, puis un grand Y basculé, débordant vers le bas, puis une lettre non identifiable.

18En plus de ces trois textes pour la légion III Cyrenaica, on a relevé un texte plus ambigu où il semble cependant bien être question de la légion II Parthica :

194. IGLS XVI, 1390. « Non loin du no 7 (ici 3) », Wetzstein ; « auprès du fort », Waddington ; le graffito se trouve en fait sur un rocher situé sur la pente nord-ouest de l’éperon, hors de l’enceinte. Sur la face nord d’un rocher peu élevé ; le texte a été gratté en partie. Vu et photographié (2011).

20Wetzstein 1863, p. 266, no 8 ; Waddington 1870, no 2279 (copies de Waddington et de Vogüé).

Leg(io) II
[Parthica] Ae(terna) P(ia) F(idelis),
(centurio) coh(ortis) I (ou co(hors) III).

L. 2. AEP, Wetzstein, Waddington et Vogüé. Il est vrai que l’on peut lire un P ou un T (à cause de la barre supérieure qui dépasse à gauche).
L. 3. OCOIII, Wetzstein et Waddington (ce qu’on transcrit ici comme un O ressemble à un carré). Il est difficile de débrouiller la lecture car, après le CO on peut lire aussi bien un H que deux barres surmontées d’un trait. On ne sait comment interpréter le V du début de la ligne ; ne serait-ce pas simplement une abréviation de centurio ? Le martelage a pu créer la confusion.

« Légion II Parthica, éternelle, pieuse, fidèle, (centurion) de la Ire (ou IIIe) cohorte ».

21On a prétendu que cette légion apparaissait aussi au 7, mais c’est très douteux. Bien que l’épithète Parthica ne se lise pas, les autres épithètes renvoient à cette légion. Stationnée près de Rome, venue en Syrie lors de la campagne de Macrin contre les Parthes, la légion II Parthica stationna ensuite à Apamée (on connaît de nombreuses stèles funéraires de ses membres), où elle se rallia à Élagabal (elle participa à la défaite de Macrin lors de la bataille d’Antioche, ce qui lui valut ses épithètes). Elle fit encore campagne en Mésopotamie avec Sévère Alexandre en 231. Elle peut avoir combattu avec Valérien à Édesse, mais ce n’est pas assuré. Au milieu du ive s., on la trouve sur le Tigre, elle participe — sans succès — à la défense de Bezabdé (Cizre) face à Shapur II en 360, et se trouve placée sous les ordres du dux de Mésopotamie selon la Notitia, vers 400. À Némara, plutôt que la mention d’un centurion ou d’un autre officier de cette unité, il s’agit probablement d’une acclamation en faveur de la légion entière, comme dans les inscriptions pour la légion III Cyrenaica.

22Signalons encore une inscription énigmatique, difficile à interpréter :

235. IGLS XVI, 1387. Sur un rocher du flanc nord. Longue inscription sur une ligne très effacée ; il ne reste guère que la fin qui permette une probable identification avec le texte de Waddington. Vu et photographié.

24Waddington 1870, no 2285, dans les planches seulement et non repris dans le texte (copie de Vogüé ?).

ALA>IIIIVLEG

25En dehors du signe d’abréviation de centurio ou centuria, et de legio, on ne sait comment interpréter ces lettres. Nous ne devinons plus guère aujourd’hui que la fin, le LEG qui est assuré.

26Un graffito inédit semble également porter la mention d’une légion :

276. IGLS XVI, 1387a. Près de l’extrémité nord-est de l’esplanade, près du texte 24. Lettres épaisses mais peu profondes, sur le côté d’un gros rocher. Vu et photographié (2011).

PELEG[- - -]

28Il semble bien que ce soit du latin. Le centre est à peu près sûr, et on isole les lettres leg(ionis). Mais on ne sait s’il faut lire auparavant seulement deux hastes ou, comme la photo le confirme, PE. Après le G, soit un petit O, soit le bas d’une lettre comme un B ou un E.

29En dehors de ces acclamations et mentions de légions, on trouve quelques inscriptions diverses où semble apparaître le nom d’une unité auxiliaire. Il en va peut-être ainsi d’une dédicace à Jupiter Héliopolitain en latin :

307. IGLS XVI, 1385. Sur le côté nord de l’esplanade, sur un rocher assez plat. Vu et photographié.

31Waddington 1870, no 2280 (copie de Vogüé).

I(oui) O(ptimo) H(eliopolitano) M(aximo) Maximus
Gaianus [- - -]
[a]lae

L. 1. IOVI, Vogüé ; nous lisons autrement, comme on peut le vérifier sur la photographie. L’ordre des initiales dans la titulature du dieu, d’ordinaire désigné par le sigle IOMH, peut surprendre et l’on pourrait songer à une erreur de lecture, car il est facile de confondre H et M dans un graffito ; ici le H pourrait de fait être lu M, mais le M qui suit est assuré, avec deux jambes légèrement obliques formant un angle marqué avec les deux petites barres obliques centrales.
L. 3. Lettre non identifiable avant le I, selon la copie de Vogüé, comme un petit L haut sur la ligne, mais que Waddington interprète seulement comme une haste droite en écrivant II ; il nous semble que la l. 3 est un peu plus longue que ce que donne Vogüé et que l’on doit plutôt lire alae, mais pas assez longue pour y placer tout ce que Waddington propose avec prudence de restituer : [legionis ?] II Ae(ternae) ? [- - -].

« À Jupiter Très Bon Héliopolitain Très Grand, Maximus, Gaianus … de l’aile… ».

32La restitution du nom de la légion, pour autant qu’il y en ait un, poserait problème car il n’y a guère de place pour cela. Il nous semble plus conforme aux traces de se contenter de la mention d’une aile.

33D’autres inscriptions mentionnent des officiers, sous-officiers ou soldats d’unités militaires non précisées, mais qui peuvent être des détachements de l’une ou l’autre des légions. On trouve ainsi un centurion, probablement :

348. IGLS XVI, 1386. Ni localisation, ni description. Non revu.

35Waddington 1870, no 2282 (copie de Vogüé : no 2281 dans les planches).

Gaianos
Maximus ou Maxim(us) (centurio) l(egionis).

36La copie de Vogüé porte à la fin de la seconde ligne d’abord un demi O ouvert à gauche, puis une sorte de L légèrement basculé. On peut se demander si, plutôt que Maximus, en entier, donné par Waddington, on ne devrait pas écrire Maxim(us) (centurio) l(egionis). Cependant, il s’agit sans doute du même dédicant qu’au 7, où les V se présentent comme des O ouverts ; dans ce cas, on lira peut-être Gaianus à la première ligne. Si notre proposition de lecture des derniers signes est correcte, la proposition de Waddington de lire le nom d’une légion à l’inscription précédente s’en trouverait renforcée. Mais il est difficile de se prononcer sans avoir revu le texte.

37Parfois, il s’agit d’un simple soldat :

389. IGLS XVI, 1401. « Sur une pierre tombale, au pied de la montagne, à l’est », Waddington. Non revu.

39Waddington 1870, no 2276 (copie de Vogüé) (IGR III, 1258).

Εὔνομο|ς | μίλης.

40Eunomos, derrière son allure bien grecque, peut transcrire les noms d’origine sémitique Anémos et Anamos, tous les deux très fréquents dans la région. S’il s’agit vraiment d’une stèle comme le dit Waddington, c’est le seul monument funéraire de soldat retrouvé à Némara.

41Un autre texte, connu depuis longtemps et longtemps mal compris, mentionne un cavalier légionnaire :

4210. IGLS XVI, 1405. Grand rocher sur la bordure nord de l’enceinte, un peu en contrebas, la face inscrite regardant vers l’ouest. Le graffito est très fruste, mais celui-ci a été volontairement martelé en plusieurs points. Dimensions : 45 x 60 cm ; h. l. : 7-8 cm. Vu et photographié (2011, fig. 4).

43Waddington 1870, no 2271 (copie de Vogüé) (IGR III, 1257 ; Speidel 1977, p. 720 ; Macadam 1986, p. 111 ; Hackl, Jenni & Schneider 2003, D.001.01).

44Cf. Bowersock 1983, p. 108 ; Mann 1983, p. 146 ; Knauf 1989, p. 56-61 (Nabas comme Nabatéen) ; Macdonald 1991, p. 106, n. 38 (le mot Nabas) ; Macdonald 1998, p. 189 (Bull. ép. 2000, 677).

Figure 4.

Figure 4.

Inscription 10 (IGLS XVI, 1405)

© A. et M. Sartre (2011)

Μεσαμ-
αρος, ἱπ-
πεὺς Κυρ(ηναικῆς)
4 γένο[ς . . .]
Νάβας.

45Notre lecture directe confirme celle de Vogüé, bien que plusieurs lettres soient fortement endommagées, notamment à la l. 4 ; il semble y avoir eu quelques lettres de plus que le sigma final manquant.

« Mésamaros, cavalier de la Cyrenaica, du groupe … de Naba ».

  • 13 Macdonald, al-Muʾazzin & Nehmé 1996, p. 448, n. 32 ; Macdonald 1998, p. 177-190, notamment p. 189.
  • 14 Macadam 1986, p. 111 (génitif singulier de Naba) et 145, no 48 ; cf. aussi p. 182, no 1 ; Macdonald(...)
  • 15 Stark 1971, p. 39 et 99.
  • 16 Suggestion de Julien Aliquot que nous remercions.

46M. Macdonald observe avec raison que le nom final peut difficilement désigner un « Nabatéen » car le grec désigne toujours ceux-ci en conservant le t final : Ναβαταῖος 13. Ce pourrait n’être qu’une petite tribu ou une sous-tribu portant un nom du type nʾbʾ, comme suggéré déjà par H. I. Macadam 14, mais γένος peut aussi désigner, de manière assez vague, la parenté. Cette réfutation n’a pas été connue par les auteurs du catalogue des sources relatives aux Nabatéens. Le nom est sans autre exemple en grec, mais il est attesté à Palmyre, nʿbʾ, « corbeau » 15. De plus, ce peut être la fin d’un nom composé, e.g. Βαρναβας 16.

47Il s’agit donc d’un cavalier légionnaire. Mais on n’en déduira pas que Rome a recruté des troupes légionnaires parmi les Nabatéens (Mann). Certes le personnage porte un nom sémitique, sans doute dérivé du verbe samara, « veiller ». Macadam l’associe à l’arabe mismār, « ongle, clou », mismarīyā, nom de l’écriture cunéiforme (littéralement « écrite avec l’ongle »), ou encore Musāmir, « celui qui discute de façon vivante », mais qui signifie aussi « confident ». Si on conserve le nom tel quel, il a de bonnes chances d’être originaire de la région. Mais J. Aliquot nous suggère la possibilité de couper Μέσ(ιος) Αμ|αρος, bien que le gentilice soit assez peu répandu.

48On trouve aussi un méhariste :

4911. IGLS XVI, 1397. « Auprès du fort », Waddington ; en fait, sur un gros rocher situé vers l’extrémité ouest de la bordure nord de l’enceinte, en contrebas du mur d’enceinte. La face inscrite du rocher est tournée vers l’ouest. Graffiti sur deux lignes en demi-cercle qui remontent fortement à droite ; la fin du second mot se place au-dessus du début du mot en question. Dimensions : 60 x 22 cm ; h. l. : 6-9 cm. Revu et photographié (fig. 5).

50Hogg 1859, p. 293, no 20 (l. 2) (copie de Graham) ; Waddington 1870, no 2267 ; Dussaud & Macler 1901, p. 96, no 264 (sans le texte), pl. XIII (IGR III, 1259) ; PAES III A, 747 ; Macdonald 2008, p. 330, fig. 13c (photo seule) (Hackl, Jenni & Schneider 2003, D.001.02).

51Cf. Macadam 1986, p. 185, no 3.

Figure 5.

Figure 5.

Inscription 11 (IGLS XVI, 1397)

© A. et M. Sartre (2011)

Γαδδ|ος δρομε|δάρις.

  • 17 Cf. Sartre 1982, p. 29-35.

52La mention explicite de méharistes n’est pas aussi fréquente qu’on pourrait le croire dans cette région où les troupes au service de Rome devaient compter d’assez nombreuses unités de dromadaires. Le terme apparaît néanmoins quelquefois : un vétéran d’une ala de méharistes apparaît à Rimea, sur le Leja (XV, 392) ; à Bostra, une dédicace en l’honneur d’un gouverneur d’Arabie est dressée par les equites singulares et les dromedarii (XIII/1, 9071). Mais c’est surtout à Hégra que stationnaient une unité de Gétules et une aile de méharistes sans que l’on sache si les seconds sont incorporés à la première unité ou en diffèrent 17. Gaddos est un nom typique des milieux arabes, faisant référence au dieu Gad, la Fortune, qui est masculin dans les langues sémitiques. Le même homme a gravé son nom sur un autre rocher :

5312. IGLS XVI, 1398.

54Dussaud & Macler 1901, p. 96, no 261, pl. XII ; PAES III A, 749 (copie de Buṭrus). Le delta central est encadré par deux petits deltas hauts sur la ligne. C’est sans doute ce que veut dire Dussaud en parlant de Γαδδος « bizarrement écrit » et en donnant exactement la même copie.

Γαδδ{δ}ος.

55Peut-être faut-il ajouter un autre méhariste dans une inscription inédite copiée par nos soins en 2011 :

5613. IGLS XVI, 1397a. Sur un rocher près de l’angle nord-ouest de la colline, un peu plus haut que le rocher qui porte le texte 11. Cinq lignes de grandes lettres, dont beaucoup ont été griffonnées ; le texte est peu lisible à droite. Dimensions : 120 x 70 cm ; h. l. : 5-6 cm. Vu et photographié (2011, fig. 6).

57Inédit.

Figure 6.

Figure 6.

Inscription 13 (IGLS XVI, 1397a)

© A. et M. Sartre (2011)

Σαλεμος Ἀλε[ξί]-
ωνος δρο[με]-
δάρις [- - -]
4 Σοαδ[ος - - ἱ]-
ππ[εύς].

58Le texte est difficile à établir et il faudrait pouvoir rester longtemps pour profiter des variations de lumière. On ne sait s’il y a quelques lettres tout en haut de la pierre, ou les restes d’un décor.

L. 1. Au début, on croit voir un petit Ο combiné avec un C ou un Γ. La suite nous semble assurée, mais il doit y avoir une lettre grattée à la fin : Ἀλε[ξί]|ωνος, avec un très large oméga au début de la l. 2, suggère J. Aliquot, qui a sans doute raison au moins pour la fin de la l. 1.
L. 2. Au début de la ligne, un Ο avec une croix à l’intérieur : un Θ, mais ce peut être un signe sans rapport avec le texte. Ce que nous avons lu comme un Χ serait peut-être un oméga avec des barres adventices résultant de surcharges. Après ΝΟC, bien assuré, les lettres sont très effacées ; nous avons lu ΑΛΟ, mais J. Aliquot propose de lire sur la photo ΔΡΟ, ce qui est en effet possible. De fait on n’attend pas ici un nom propre, mais la fonction du soldat.
L. 3. ΔΑΡΙC, puis la ligne est effacée.
L. 4. Après les quatre premières lettres, bien visibles, on voit quelque chose qui ressemble à un petit Π ou au bas d’un Η, puis un peu plus loin une lettre triangulaire ; la suite est effacée.
L. 5. Il y a peut-être deux Π mais rien d’autre n’est visible. On peut hésiter entre la fin d’une fonction, [ἱ]|ππ[εύς], ou d’un patronyme, [Φιλί]|ππ[ου].

59Je propose un texte en partie hypothétique, mais les noms propres sont sans doute assurés, ainsi que la mention d’un dromedarius.

60D’autres textes sont plus difficiles à interpréter mais appartiennent sans doute au même contexte militaire. Plusieurs sont en latin, ce qui confirme leur origine militaire. Ainsi on trouve gravé sur un gros rocher à l’angle nord-ouest de la colline, près du rocher qui porte le 11 :

6114. IGLS XVI, 1391. Écrit en travers sur le rocher, le long d’une fissure, près d’un chameau monté. Vu et photographié en 2011.

62Waddington 1870, no 2283 (copie de Vogüé : no 2282 dans les planches).

Maxime.

63Sur un rocher, un texte un peu plus complexe avait été vu par Waddington, que nous n’avons pas retrouvé :

6415. IGLS XVI, 1392.

65Waddington 1870, no 2284 (copie de Vogüé : no 2283 dans les planches).

T(itus) Ael(ius) Mag|nus Fel(ix).

66L’usage du latin et le port des tria nomina désignent sûrement un soldat. Je rattache volontiers à ce petit groupe deux textes mentionnant deux porteurs du gentilice impérial Flauius :

6716. IGLS XVI, 1410. Dans un mur de soutènement, à gauche de la porte de l’enceinte. Graffiti sur une pierre à peu près carrée regardant vers le nord ; belle écriture appuyée et bien lisible. Dimensions : 68 x 58 cm ; h. l. : 17-19 cm. Vu et photographié (2011).

68Hogg 1859, p. 293, no 19 (copie de Graham) et p. 320 ; Wetzstein 1863, p. 265, no 2 ; Waddington 1870, no 2273 ; Dussaud & Macler 1901, p. 96, no 266 (sans le texte), pl. XIII ; PAES III A, 745.

Φλάις | Ἁδριαν|ός.

6917. IGLS XVI, 1411. Sur un rocher devant la porte du bâtiment central. Le bloc est cassé en deux parties jointives. Graffito profondément gravé ; la partie gauche est martelée à la l. 2, mais la taille du martelage montre qu’il s’agissait de lettres beaucoup plus petites. Dimensions : 95 x 32 cm ; h. l. : 8-9 cm. Vu et photographié (2011).

70Hogg 1859, p. 293, no 17 (copie de Graham) et p. 320 (observations de C. Babington et J. S. Wood) ; Wetzstein 1863, p. 266, no 6 ; Waddington 1870, no 2274 (copie de Vogüé) ; Dussaud & Macler 1901, pl. XIII, no 260.

Φλάιος Μαυνος | Δωσίθεος [[- - -]].

71Le martelage pouvait contenir le nom de la légion III Gallica ; mais on peut se demander si le texte martelé allait avec ce qui est préservé car il s’agit de lettres au moins deux fois moins grandes ; de plus, la place du sigma final de Dosithéos montre que le martelage était déjà là quand il a été gravé, puisque le graveur a été obligé de lui trouver une place à la ligne du dessus. Peut-être faut-il lire deux textes différents, ou en tout cas deux colonnes comme le proposait Waddington : Φλάιος Δωσίθεος sur la pierre à gauche, Μαυνος [[- - -]] à droite. Μαυνος, dont la lecture est sûre, est un hapax.

72Il y a encore beaucoup d’autres graffiti portant des noms, tous en grec, mais qui sont inutilisables pour notre propos. S’agit-il de soldats ? De fournisseurs apportant des provisions ? De caravaniers ? Il est impossible de le dire.

73Au vu des textes rassemblés ci-dessus, il me semble que l’on peut tout de même tirer quelques indications utiles. En premier lieu, le poste semble avoir été établi assez tôt, sans doute au plus tard au iiie s. : l’emploi du latin et la dédicace à Jupiter Héliopolitain plaident en ce sens. Il faut ajouter à cela un texte que nous n’avons pas encore mentionné car il n’a pas de rapport direct avec l’armée, mais qui n’est sans doute pas étranger à la présence de soldats à Némara. Il s’agit d’une dédicace inachevée (?) qui figure sur le linteau de la porte du bâtiment construit au centre de l’enceinte. Le bâtiment n’est pas en soi un fortin, et il est peut-être tardif, si ce n’est récent. Mais le texte renvoie à un empereur du iie ou du début du iiie s. :

7418. IGLS XVI, 1393. Linteau au-dessus d’une porte en pierre à deux vantaux ; l’inscription est restée inachevée selon Waddington et Macdonald. C’est possible, mais notons qu’il n’y a guère de place libre pour d’autres lettres. Dimensions : environ 175 x 30 cm ; h. l. : 9-10 cm. Vu et photographié (2011).

75Hogg 1859, p. 293, no 18 (copie de Graham) et p. 320 ; Waddington 1870, no 2264 (copie de Vogüé) (IGR III, 1255) ; Macdonald 2008, p. 330, fig. 13a (photo seule).

Ἐπὶ Α(ὐτοκράτορος) Κ(αίσαρος) Μ(άρκου) Αὐρ(ηλίου) Ἀντωνεί-
νου ΚΟΚΩC[- - -]

76Le texte paraît incomplet et ne va pas sans difficulté. La fin est énigmatique. Waddington écrivait simplement α(ὐτοκράτορος), négligeant ainsi le K. Si l’on a voulu dater le texte par un empereur — c’est le sens de ἐπί —, on aurait dû donner un chiffre que l’on retrouve difficilement dans AK. Faudrait-il plutôt lire Ἔτ(ους) ια´ Κ(αίσαρος) κτλ., ce qui exclurait de fait Élagabal et probablement Caracalla. Cependant, la datation par année de règne s’accompagne en général d’une formule très raccourcie du nom impérial, ce qui n’est pas le cas ici. Il s’agit peut-être en réalité de Commode, dont le nom aurait été martelé : Κο[[μμόδου]], d’autant que la titulature de cet empereur est parfois formulée dans l’ordre de notre inscription, comme nous le signale J. Aliquot (ainsi CIL XIV, 2308, à Albano).

77En sens inverse, la présence de deux Flauii nous renvoie sans doute au ive s. Cela conforte la thèse de Macdonald qui explique la présence du tombeau de Marʾ al-Qays (Imrulqays) par la proximité du poste romain, dont il serait un allié. La quasi-absence de symboles chrétiens n’autorise pas à prolonger trop l’utilisation du poste de Némara dans le cours du siècle : nous avons relevé une seule croix probable sur un texte inédit, sans être assurés que la croix n’ait pas été ajoutée après coup.

7819. IGLS XVI, 1387b. À l’extrémité nord-est de l’esplanade, sur la pente. Vu et photographié (2011).

79Inédit.

† ΠΕΟΥC.

80On ne sait que proposer.

81On note aussi le recrutement mélangé. Certes, les noms « romains » peuvent aussi bien être portés par des soldats recrutés localement : on sait que Maximus est fréquent chez les soldats, et il n’y a pas grand-chose à déduire de Flavius Hadrianus. Mais il y a aussi des indigènes indiscutables : le cavalier, les deux dromedarii, ce qui paraît inévitable.

82Que le poste soit temporaire, ou occupé par des troupes relevées régulièrement, apparaît aussi par le fait qu’aucune nécropole ne lui est associée. Une seule inscription pourrait être une épitaphe.

Tribus et villageois

83Mais les textes strictement militaires ne sont pas les seuls à Némara. Plusieurs autres textes permettent peut-être de mieux comprendre la fonction du poste de Namara, en plaçant ce poste avancé vers l’est en rapport avec des villages bien connus du Jebel al-ʿArab. La difficulté réside dans l’établissement d’un lien entre ces textes et la garnison. Mentionnons d’abord les textes, souvent incomplets, mais où figurent néanmoins des éléments utilisables. Comme ils ne sont pas datables, on les donne ici dans un ordre aléatoire, d’abord ceux qui sont connus depuis plus ou moins longtemps, ensuite les inédits.

8420. IGLS XVI, 1394. « À l’extérieur du mur d’enceinte sur un bloc de rocher », Wetzstein ; « auprès du fort », Waddington. Grand bloc pris dans le mur d’enceinte, sur le côté nord-ouest de la colline. Grand bloc placé perpendiculairement au mur dans lequel il est partiellement engagé ; il est par endroits recouvert de lichen. Dimensions : env. 75 x 85 cm ; h. l. : 7-8 cm. Vu et photographié (2011, fig. 7).

85Wetzstein 1863, p. 266, no 4 ; Waddington 1870, no 2265.

86Cf. Dussaud & Macler 1901, p. 96, no 263, pl. XIII ; Macadam 1986, p. 130, no 21.

Figure 7.

Figure 7.

Inscription 20 (IGLS XVI, 1394)

© A. et M. Sartre (2011)

[Μ]άζιμος
Βορδου
κώμης
4 Σοδαλα Ι
ΗCΟ[- - -]
φυλῆς Χα[υ]-
χαβηνῶν.

L. 1. ΑΧΩΟC, Wetzstein ; ΑΖΩΟC, Waddington. Mais il y a visiblement une lettre auparavant, que nous ne parvenons pas à identifier. De plus, nos deux devanciers ont pris pour un Ω ce qui est apparemment un Ι suivi d’un Μ très écrasé dont la jambe gauche vient se coller au bas du Ι. D’où notre lecture.
L. 4. CΟΛΑΛΑΕ, Wetzstein qui place au-dessous ΟΕ en petites lettres ; à la fin C, Waddington et Dussaud, mais il nous semble voir plutôt une haste droite ; le lichen a cependant pu progresser depuis le passage de nos devanciers.
L. 5. Aucun de nos prédécesseurs ne donne cette ligne, qui n’existe que sur la fin, mais qui est parfaitement visible. Le lichen oblitère la fin.
L. 6-7. ΧΑ|Α[.]ΗΝC, Wetzstein, qui n’adopte pas la même disposition que Waddington ; d’où Χαα[ρ]ην[ῶν ?], Kirchhoff. Mais Dussaud signale que sa copie, donnée pl. XIII, « au lieu de ΧΑΒΗΝΩΝ porte ΧΑΧΑΒΗΝ… à lire évidemment Χαυχαβηνῶν », en renvoyant à Burton-Drake no 127 (IGLS XVI, 827a). Notre lecture, confirmée par la photographie, montre clairement le ΧΑ final l. 6, mais le lichen empêche sans doute de lire le Υ.

« Maximos, fils de Bordos, du village de Sodala, … tribu des Chauchabènoi ».

87Le nom Azôos serait un hapax mais il était difficile de le corriger sans avoir revu la pierre car les deux copies anciennes portent un Ω là où l’on serait tenté de lire un Μ très écrasé. Notre lecture directe autorise cette correction et semble inciter à lire une lettre auparavant ; il est probable qu’il faut donc lire simplement Μάζιμος pour Μάξιμος, avec des Μ très écrasés.

  • 18 Sur ce nom, cf. Feissel 1983, p. 612-614, et notre commentaire à venir sous IGLS XVI, 827a.

88Le village de Sodala- n’est pas formellement identifié, même si Wetzstein voulait en faire le nom antique de Némara. Nous pensons que ce doit être le village actuel de Rāmeh où nous avons trouvé mention d’une construction financée par le trésor public des Sodalathioi (XVI, 807). Il ne serait pas étonnant de trouver ce village mentionné ici alors que d’autres graffiti portent les noms de Egla et de Tharba, deux villages très proches de Rāmeh. La tribu des Chauchabènoi apparaît dans une inscription de Mushennef (XVI, 827a), autre village voisin de Rāmeh 18.

8921. IGLS XVI, 1400. « Auprès du fort », Waddington, ce qui est faux si Waddington nomme « fort » l’édifice situé au centre de l’esplanade. Le graffito est gravé sur un rocher situé sur le flanc nord de la colline, du côté du nord-ouest. « Lettres grossières », Waddington. Le texte est gravé verticalement par rapport au texte 37, qui partage le même rocher éclaté en plusieurs morceaux. Dimensions : 61 x 20 cm ; h. l. : 8-9 cm. Vu et photographié (2011).

90Waddington 1870, no 2266 ; PAES III A, 742.

Κώμη[ς]
Εγιλω[ν].

91Les lettres finales des deux lignes ne sont plus visibles, alors que nos prédécesseurs les ont vues.

« Du village d’Egila ».

92La copie de Littmann porte un iota que n’a pas vu Waddington et que nous confirmons. Les deux leçons pourraient se prévaloir de parallèles : d’une part, deux inscriptions du village même (IGLS XVI, 793-793a) donnent le nom de la κώμη Εγλων ; d’autre part, le nom actuel du village, al-ʿAjeilāt, n’exclut pas un iota intermédiaire.

9322. IGLS XVI, 1407. « Sur un rocher devant la porte de l’enceinte », Waddington. Non revu.

94Waddington 1870, no 2270 (copie de Vogüé) (IGR III, 1256).

Μνησθῇ
Ουρ̣ος ΟCΥΝ
ΝΕΤ
4 δεκάδαρχον
Ναμα[ρησίων]
Πα<σ>ι[φί]λ<ο>[υ]
τοῦ καὶ Σ
8 [- -]την

L. 4-5. δεκάδαρχο[ς], Waddington, suivi par Cagnat qui commente « decurio praesidis ».
L. 5. Les précédents éditeurs complètent Ναμά[ρας], ce qui n’est pas impossible, mais l’ethnique de Namara du nord du Jebel al-ʿArab est attesté comme Ναμαρήσιοι (IGLS XVI, 751 et sans doute ci-dessous 29).

« Qu’on se souvienne d’Ouros … décadarque des Namarèsioi, fils de Pasiphilos surnommé… ».

95Il est difficile de compléter le texte à partir de la copie de Vogüé sans avoir retrouvé la pierre, mais la fréquence de Πασίφιλος dans le Ḥaurān invite à compléter ainsi les traces copiées par Vogüé, traces qui s’y prêtent bien. On comprend mal cependant pourquoi le patronyme serait rejeté à la fin. De même, il y aurait des incohérences de déclinaison qui posent problème. Ne pourrait-on pas avoir Μνησθῇ Ουρ̣ος ὁ συν(δικὸς) (καὶ) δεκάδαρχο<ς> ?

96Cet officier de cavalerie devait commander un contingent fourni par les gens d’un village du nom de Namara. Il s’agit difficilement du lieu où il est en garnison, car il n’y a pas de village à proprement parler, mais on sait qu’au moins trois villages de la région se nomment ainsi. Celui qui fournirait le meilleur candidat, en raison de son importance et de sa localisation, est celui de Nimreh, au nord du Jebel. Cela serait cohérent avec la présence d’hommes originaires des villages voisins de Tharba, Egla et peut-être Rāmeh (Sodala). Il faut donc restituer dans ce cas l’ethnique Ναμαρήσιοι comme nous l’apprend une inscription du village même (IGLS XVI, 751).

9723. IGLS XVI, 1408. Près de la porte nord de l’enceinte. Graffito assez bien écrit, en grandes lettres. Dimensions : 58 x 24 cm ; h. l. : 6 à 9 cm. Vu et photographié (fig. 8).

98Hogg 1859, p. 293, no 20 (copie de Graham, avec le 11) et p. 320 (observations de C. Babington et J. S. Wood) ; Wetzstein 1863, p. 265, no 3 ; Waddington 1870, no 2268 ; PAES III A, 744.

Figure 8.

Figure 8.

Inscription 23 (IGLS XVI, 1408)

© A. et M. Sartre (2011)

Σαβεῖνος
Βανιου
κώμης Αυ-
4 ανω(ν) (?)

L. 1. CΑΒΕΙΝΟC ΒΑΝΙΟΥ, Graham ; C[.]Α[.]ΒΕΙΝΟC, Wetzstein.
L. 2. ΒΑ[.]ΝΙΟΥ ·ΑΥ, Wetzstein ; ΒΑΝΙΟΥ ·ΑΥΡ, Waddington ; ΑΥΝ, Littmann .
L. 3. [.]ΩΜΗC, Wetzstein et Waddington.
L. 4. Seul Waddington donne ΑΝΩ, d’où αὐρ [κ]ώμης Ανω (?). Littmann élimine peut-être un peu vite ces lettres sous prétexte qu’elles ne figurent ni dans la copie de Wetzstein, ni dans la sienne.

« Sabinus fils de Banios, du village d’Auana (?) ».

99Le nom du village semble réparti entre la l. 2 et la l. 4, peut-être parce que le graveur, maladroit et peu familier du grec, s’est rendu compte après coup qu’il avait sauté le début du nom ou alors en raison des irrégularités de la pierre. Tout ceci est donc difficile à débrouiller ; il en reste la mention d’un personnage (dont le nom se retrouve sur un autre rocher), qui mentionne son origine villageoise comme le font plusieurs des auteurs des graffiti (20, 21, 25). Si tel est bien le nom du village, on ne sait l’identifier. Nous croyons lire le nom du même personnage sur un texte inédit :

10024. IGLS XVI, 1408a. Près de l’extrémité nord-est de l’esplanade, sur un rocher bas regardant vers le nord pour la face gravée ; gravure très effacée, à la limite de la lisibilité. La surface de la pierre est emportée dans la partie basse du bloc, sans que l’on sache si le texte devait se poursuivre. Pas de mesures. Vu et photographié (2011).

101Inédit.

Σαβῖνος
Β̣α̣νιου.

10225. IGLS XVI, 1409. « Auprès du fort », Waddington ; en réalité, le texte est au même endroit que les 21 et 37. Graffito disposé en partie horizontalement, en partie verticalement (l. 3) ; petite écriture très fine, gravée à la pointe sèche de façon superficielle. À la l. 3, le début des mots est dans un sens et la fin placée au-dessous perpendiculairement. Dimensions (Littmann) de la partie horizontale : 27,5 cm ; espace entre le texte horizontal et le texte vertical : 8,5 cm ; hauteur de la partie verticale : 22 cm ; longueur des quatre dernières lettres : 10,5 cm ; h. l. : 1-4,5 cm. Vu et photographié (2011).

103Waddington 1870, no 2269 ; PAES III A, 741.

Σαυαρος Αλεσου
Βανιο̣ς Α̣νεου
κώμης Θαρβαιων.

L. 2. Γανιος, Waddington.
L. 3. ΚΩ sur la ligne, ΜΗC en travers ; puis ΘΑΡΒ, sur la ligne, ΑΙΩΝ en travers au-dessus en remontant.

« Sauaros fils d’Alésos. Banios fils d’Anéos, du village de Tharba ».

104Tharba est un village de la montagne bien connu qui porte encore le même nom. Les deux auteurs du graffito en étaient originaires. Sauaros se trouve une seule autre fois à Umm al-Ḥaratein sur la bordure est du Trachôn (XV, 519) ; Alésos est très fréquent (au moins douze attestations) ; Banios s’est trouvé plusieurs fois, toujours dans le Jebel al-ʿArab, dont deux autres fois à Némara ; Anéos se trouve plusieurs fois, dont une fois dans une inscription de Tharba (XVI, 780).

10526. IGLS XVI, 1414. « Entre en-Nemâra (Wâdî ech-Cham) et Ghadîr ed-derb », Dussaud. « Graffite très fin sur pierre de basalte », Dussaud. Non revu.

106DussaudMacler 1903, p. 665, no 71.

107Cf. Lidzbarski 1908, p. 330.

Αυμο<ς> Μου-
αχχος Ζαβουδος
Ο<σ>νος φυλῆς Αυτο[- - -]
4 κούμη<ς> Απαηνο͂ν καὶ Δ
ΠΙC[.]ΝΑ̣ΡΑΒ̣Β̣ΑΝΠΓ̣Η̣ΛΟC
ΕΞΙ̣ΛΘΕ̣ΛΙ̣Ν̣ΑΛ̣ΕΡΛ̣Α̣C

L. 3. Plutôt Ο<σ>νος que [Μ]ογνος car il n’y a pas de lettre manquante au début de la ligne. Φυλῆς Αυτου (?), Dussaud.
L. 4. κούμη pour κώμη ? La lecture devient « fort douteuse » après ΑΥΤΟ de l’aveu de Dussaud.
L. 5. On peut sans doute isoler Ραββανης attesté à Ghāriyyeh (IGLS XVI, 1272).

« Aumos, Mouachchos, Zaboudos, Osnos, de la tribu des Auto…, du village des Apaènoi, et … ».

108Il est regrettable que la lecture devienne quasi impossible à partir de la l. 4, car on pourrait y trouver quelque nouveau toponyme et un nom de tribu. On gagne néanmoins un nom, Μουαχχος, dont Dussaud observait qu’il appartenait à la même racine que Αχχος (IGLS XVI, 707), porté par un grand chef de tribu préislamique, ʿAkk ibn ʿAdnān. Lidzbarski le rapproche de l’arabe muʿākk, « batailleur » ; l’arabe actuel use du prénom Muhawwak.

109L’ethnique du village paraît être Απαηνός, découlant d’un village Απαος, ce qui est surprenant dans la mesure où les langues sémitiques ignore le /p/. Ne faudrait-il pas plutôt lire Αταηνῶν ? Ce qui pourrait renvoyer au toponyme, localisé dans la région de Kafr, connu sous le nom de Αταω, syriaque Atô (IGLS XVI, 431-431a), mais il ne semble guère être un village. On peut suggérer une erreur du copiste pour Αραηνον, comme cela arrive quelquefois. On serait en terrain plus sûr avec le village de Arra, attesté par l’épigraphie, à proximité de Suweida.

110À ces textes déjà publiés s'ajoutent deux textes inédits :

11127. IGLS XVI, 1404a. Sur un rocher vertical, sur le rebord nord de l’enceinte. Graffiti avec large écriture assez bien conservée. Pas de mesures. Vu et photographié (fig. 9).

112Inédit.

Figure 9.

Figure 9.

Inscription 27 (IGLS XVI, 1404a)

© A. et M. Sartre (2011)

Ῥοῦ[φ]-
ος μν-
ησθῇ
4 Βοστρηνὸς
Δ[.]ΡΩC[. . .]
ε̣λο
ς.

« Qu’on se souvienne de Rufus, Bostrénien, … ».

113Ce Bostrénien s’ajoute à la liste des individus pourvus d’un ethnique qui ont laissé leur nom sur les rochers de Namāra. Il pouvait y avoir aussi une fonction ou un grade, mais on ne peut plus guère les lire.

11428. IGLS XVI, 1410a. Sur un rocher en partie caché par le mur de soutènement de l’enceinte, sur le flanc nord-ouest de la colline. Le bloc est caché en grande partie par un mur ; on ne lit que la fin des lignes ; les lettres sont bien formées ; on devine au moins cinq ou six lignes. Dimensions : hauteur : 50 cm ; h. l. : 7 cm. Vu et photographié (2011).

115Inédit.

[- - -]ΜΟ
[- - -]
[- - -]Η
4 [- - -]ΥΦΥΛ
[- - -]ΑΛΗ
[- - -]ΝΩ

116Il y a probablement la mention d’une tribu, mais le nom n’est pas lisible sans une démolition du mur qui cache le texte.

117Si l’on fait le bilan, la butte de Némara conserve la trace du passage de gens de Sodala, Egila, Tharba, Namara (autre que la butte même), Bostra, peut-être Arra, plus un village inconnu, Auana (lecture incertaine). Les quatre premiers sont proches les uns des autres, et les villages situés exactement à l’ouest de Némara sur la bordure est du Jebel al-ʿArab. On les atteint en remontant le cours du Wādī Gharz et, là où se réunissent divers wādī descendant de la bordure orientale, en remontant le cours du Wādī Mushennef. Pour ces quatre villages, le lien avec le poste militaire, même s’il n’est attesté que par une seule inscription pour chacun, ne peut relever du hasard. Le lien privilégié avec des villages situés dans la partie nord de l’Auranitide signifie-t-il que Némara dépendait à l’origine de la province de Syrie ? On ne peut l’affirmer car peu de choses milite en faveur de l’existence du poste avant que l’ensemble de la région ne soit englobé dans la province d’Arabie.

  • 19 Cuvigny 2003.

118Il faut prendre conscience que le poste, situé dans le désert, ne dispose d’aucune ressource propre, sauf après les pluies, où l’on peut cultiver quelques légumes dans les zones inondées. Il est vraisemblable que les villages du Jebel pouvaient seuls apporter les nourritures fraîches dont avaient besoin les soldats, car ils devaient trouver sur place, au moins pendant une partie de l’année, la viande dont ils avaient besoin. Les ostraca de Krokodilô publiés par Hélène Cuvigny, bien plus explicites, permettent de comprendre comment ces postes militaires romains, temporaires ou permanents, ne peuvent survivre sans l’apport de produits frais. La demande de légumes verts, de salades, est récurrente à Krokodilô 19.

119Les inscriptions présentées ici ne sont qu’une partie du corpus de Némara. Il en est en effet plusieurs autres qui ne nous donnent aucun renseignement sur la fonction et l’origine des personnages mentionnés. On peut néanmoins faire trois remarques à leur sujet.

120En premier lieu figurent quelques inscriptions invitant au souvenir sous la forme « Μνησθῇ Untel ». C’est un usage bien connu dans les graffiti safaïtiques de la région, et il ne faut pas y reconnaître un caractère funéraire particulier. C’est plutôt une invitation, pour ceux qui passeront là plus tard, à se souvenir du graveur, qu’il soit encore vivant ou non. Ainsi :

12129. IGLS XVI, 1404. « Sur le mur, à droite de la porte », Waddington ; il s’agit d’un bloc placé verticalement dans le mur de soutènement, à droite de la porte nord de l’enceinte. Grandes lettres sur trois lignes. Dimensions : 75 x 25 cm ; h. l. : 5 cm. Vu et photographié (2011).

122Waddington 1870, no 2277 (copie de Vogüé).

Μνησθῇ Μάγ-
νος Χείλων(ος)
ὁ Ναμ̣α̣ρ̣ήσ[ιος]

123Notre lecture directe confirme celle de Vogüé, sauf à la l. 3 : Vogüé donnait ΟΝΑ[.]ΤΗC, que Waddington complétait en Ονα[ι]της. La lacune centrale est plus longue et il y a encore quelques lettres à la fin, bien que ce ne soit pas très lisible ; nous avons lu sur la pierre ΟΝΑΜΑΤΗΣ, en pointant les lettres du milieu. Julien Aliquot nous suggère la lecture proposée ici, qui est sans doute meilleure et donne un sens au texte. Pour la seconde ligne, Waddington, sans tenir compte de la copie qu’il utilise, propose Χειλωναίτης (?) ce qui ne s’appuie sur rien.

« Qu’on se souvienne de Magnos fils de Cheilôn, le Namarésien… ».

124Si la restitution finale est exacte, nous aurions une seconde mention du village de Namara, déjà mentionné au texte 22.

12530. IGLS XVI, 1407a. À l’extrémité nord-est de l’esplanade du sommet de la colline, à l’intérieur de l’enceinte, sur un rocher concave regardant vers le sud-ouest. Gros rocher cassé en deux ; le texte est gravé en belles lettres régulières sur la partie haute, sauf la dernière ligne, qui appartient peut-être à un autre texte. Les lignes se poursuivent sur le côté de la pierre à droite. Dimensions : 75 x 60 cm ; h. l. : 10 cm. Vu et photographié.

126Inédit.

Μνησθῇ
Μᾶρκος
Σακνηι[- - -].

127La dernière ligne, très confuse, est peu sûre ; on croit lire un Υ sur la photo alors que la lecture directe indique un Κ. On peut penser à un patronyme commençant par Σακ- (e.g. Σακέρδωτος).

« Qu’on se souvienne de Marcus Sak… (ou fils de Sak… ?) ».

12831. IGLS XVI, 1412. Pas de localisation. Ni description, ni mesures. Pas de mesures. Non revu.

129Waddington 1870, no 2278 (copie de Vogüé).

Μνησ-
θῇ Μ[- - -].

« Qu’on se souvienne de M… ».

130En second lieu, tout en restant dans la même catégorie, on relève sans doute un seul nom de femme :

13132. IGLS XVI, 1403a. Près de l’enceinte, sur le bord de la pente, près de l’inscription 16. Une seule ligne sur la partie haute d’un bloc regardant vers le nord-ouest. Lecture très difficile. Pas de mesures. Vu et photographié (2011).

132Inédit.

Μνησθῇς Β̣αβαθα.

« Aie le souvenir de Babatha ».

133Il est tentant de lire le nom Babatha, rendu célèbre par les archives de Nahal Hever. On croit la lecture assurée.

134Enfin, il reste le groupe des inscriptions portant un nom seul ou avec un patronyme, sans autre indication. Un seul de ces textes ajoute un verbe prouvant que le personnage dont le nom figure sur la pierre est bien vivant :

13533. IGLS XVI, 1396. Sur le flanc nord de la colline, près du sommet ; rocher bas, devant le grand texte 10. « Sur un bloc de pierre », Waddington ; sur un rocher, gravé à la pointe fine, écriture à peine incisée. Dimensions : env. 40 x 12 cm. Vu et photographié (2011).

136Waddington 1870, no 2272 (copie de Vogüé).

Αουειδηνος
Μαλχου
ἔγραψα.

« Aoueidènos fils de Malchos, j’ai écrit ».

137Les autres ne portent que les noms :

13834. IGLS XVI, 1394a. Un peu au-dessus de l’endroit où se trouve le 20, sur un rocher au ras du sol formant un léger dôme, le 34 occupe la face regardant vers le nord (extérieur), le 35 le côté sud (regardant le mur d’enceinte). Le bloc est cassé en deux parties inégales. Gravure peu profonde en une seule ligne. Dimensions : 90 x 10 cm. Vu et photographié (2011).

139Inédit.

Σαβῖνος Μα[- - -].

140La fin n’a peut-être jamais été gravée car il ne reste guère de place ; il n’y a rien à gauche, au-delà de la cassure du bloc.

14135. IGLS XVI, 1394b. Voir la localisation au 34. Le texte est sur une seule ligne de part et d’autre de la cassure, mais la partie droite est difficilement lisible. Dimensions : 140 x 8-10 cm. Vu et photographié (2011).

142Inédit.

Μαρρινος Μι[- - -]θ̣ο̣υ̣.

« Marrinos fils de Mi… ».

14336. IGLS XVI, 1395. Sur le même rocher que le 7, à gauche de celui-ci. Graffiti sur une ligne. Pas de mesures. Vu et photographié.

144Dussaud & Macler 1901, p. 96, no 265, pl. XIII ; PAES III A, 750 (copie de Buṭrus).

Ανηλος Μαρ[- - -].

« Anèlos fils de Mar… ».

145Le nom Anèlos est bien connu (le plus souvent avec deux nu). Le patronyme peut se restituer de diverses manières car il y a de nombreux noms qui commencent ainsi, soit qu’ils proviennent de la racine sémitique mr, soit qu’ils viennent du latin ou du grec.

14637. IGLS XVI, 1399. Tout contre les inscriptions 21 et 25. « Lettres grossières », Waddington ; un éclat ancien a emporté une partie de la pierre, mais le texte semble complet de la sorte ; la dernière lettre est gravée sur le bloc d’à côté, partie détachée du bloc principal. Dimensions : 50 x 15 cm ; h. l. : 5 cm. Vu et photographié (2011).

147Waddington 1870, no 2266 ; PAES III A, 743.

Δαδος
Αναμου.

L. 2. ΑΝΑ vac. ΜΟΥ. La pierre porte ΑΝΑΩΟΥ selon Littmann, mais on confond facilement un Μ écrasé avec un Ω lunaire. Waddington donne ce texte avec le 21 ce que Littmann récuse en raison de la trop grande différence de taille des lettres. On ne peut que constater cette différence de taille, mais les auteurs de ces graffiti n’étaient pas des professionnels de la gravure et rien ne les obligeait à respecter un module. Le contenu du 21 invite à associer les deux textes, d’une manière ou d’une autre.

« Dados fils d’Anamos ».

148Anamos est banal, et Dados bien attesté en plusieurs points du Ḥaurān, y compris le féminin Δαδη à Bostra (IGLS XIII/1, 9218).

14938. IGLS XVI, 1402. « Auprès du fort », Waddington ; en fait, sur le même rocher que le 11, dans l’angle supérieur droit de cette dernière inscription. Graffiti sur deux lignes. Dimensions : 29 x 9 cm ; h. l. : 4 cm. Vu et photographié (2011).

150Waddington 1870, no 2267 (dont l’indication d’une copie de C. C. Graham n’est exacte que pour le 11) (IGR III, 1259) ; PAES III A, 746 ; Macdonald 2008, p. 330, fig. 13c (photo seule, qui ne signale pas en légende la référence à E. Littmann) (Hackl, Jenni & Schneider 2003, D.001.02).

Θαιμος Ματαου.

L. 2. CΙΔ ΜΟΥ, Waddington, d’où Σιδμου. La photographie de Macdonald autorisait une tout autre lecture de la l. 2 : ΒΑΤΑΟΥ, ce que notre copie sur la pierre confirme partiellement, sauf pour la première lettre.

« Thaimos fils de Mataos ».

  • 20 Mouterde 1957, p. 234, no 1.

151Waddington associe cette inscription au 11, mais Littmann estime que les deux textes sont étrangers l’un à l’autre, ce en quoi il a sans doute raison car ce n’est pas la même écriture et les textes sont visiblement disposés de façon étrangère l’un à l’autre. Le patronyme tel que le lisait Littmann, Μαναου, est sans exemple, mais pourrait dériver de Manos, bien connu. Cependant, la photographie très claire de Macdonald permet de lire Βαταος, qu’on trouvera peut-être étrange (il désigne en général les Bataves), mais qu’on rapprochera de Βαταων, attesté à Kafr (IGLS XVI, 397). Notre propre copie diffère légèrement puisque nous lisons un Μ au début. Peut-être faut-il le rapprocher de Ματα (génitif) à Abila de Lysanias 20.

15239. IGLS XVI, 1403. « À côté du no 2273 (ici 16) », Waddington, c’est-à-dire sur un rocher proche de la porte nord de l’enceinte. Bloc grossièrement allongé, pris dans le mur de soutènement de l’enceinte. Grandes lettres peu profondément gravées. Dimensions : env. 60 x 30 cm ; h. l. : 12 cm. Vu et photographié.

153Waddington 1870, no 2275 (copie de Vogüé).

Λουκια-
νός.

154Notre copie confirme celle de Vogüé, quoique l’on puisse hésiter pour la dernière lettre, que Vogüé lit comme un S latin alors qu’on peut aussi y voir un simple sigma lunaire. La fin est de toutes façons confuse car il semble y avoir de petites lettres gravées entre les deux lignes.

« Loukianos ».

15540. IGLS XVI, 1406. Pas de localisation. Graffito. Dimensions : longueur : 33 cm ; h. l. : 4-6 cm. Non revu.

156PAES III A, 748.

Ουαελο|ς.

« Ouaélos »

157Je laisse de côté des textes illisibles ou dont nous ne savons rien tirer et que l’on trouvera dans le corpus.

158Les inscriptions relevées sur ce site exceptionnel attestent bien la présence, au moins occasionnelle, de soldats romains, légionnaires dans quelques cas, membres d’unités auxiliaires dans d’autres ; les mentions explicites de leur appartenance et l’usage du latin dans quelques cas garantissent la qualité des dédicants. Mais d’autres visiteurs ou résidents des lieux ont aussi laissé leur marque, car il est en effet peu probable que les individus qui indiquent un ethnique appartiennent à l’armée. Il s’agit plutôt de villageois qui viennent apporter du ravitaillement ou qui fréquentent les lieux pour faire paître leurs troupeaux au printemps, lorsque la steppe offre un peu d’herbe. On est frappé par la concentration de ces ethniques — du moins de ceux qui sont identifiables — dans un secteur très délimité du nord-est de la montagne, Egla, Tharba, sans doute Rāmeh (Sodala) et Namara. La nature des inscriptions rappelle de très près les graffiti safaïtiques que l’on relève dans la même région, des appels au souvenir de ceux qui les ont gravés. Quant à la date, elle ne peut être fixée. On a vu que la seule mention d’un empereur n’était pas exactement datée, entre Marc Aurèle et Élagabal, ce qui donne cependant une indication sur l’occupation du site au plus tard sous les Sévères. Par ailleurs, la mention de plusieurs Flauii permet de descendre jusque dans le courant du ive s.

159La question de la nature de l’installation demeure entière. En dehors de la porte nord-ouest, dont les vestiges sont bien visibles, il ne subsiste rien que l’on puisse vraiment rapporter à un aménagement militaire antique. Le « fortin » placé au centre de l’enceinte par les anciens voyageurs n’est sans doute qu’une construction assez récente, et sans nature militaire. Seule une fouille permettrait donc de retrouver des traces plus explicites.

160Compte tenu de la localisation du site, il semble en tout cas improbable que le poste ait été occupé en permanence par une unité de quelque importance. Au mieux c’est un relais saisonnier ou provisoire utilisé lors de tournées en bordure de la steppe. Les relations avec les villages de la montagne peuvent s’expliquer par le besoin d’être approvisionné : les quatre villages mentionnés sont précisément parmi les plus proches de Némara.

161Pour conclure provisoirement, il faut se garder de placer le poste de Némara au nombre des forts militaires romains qui jalonnent la lisière de l’Empire face au désert, car il ne présente aucun des caractères que l’on relève, par exemple, le long de la Strata Diocletiana, ou entre l’oasis d’Azraq et la mer Rouge. Némara, jusqu’à preuve du contraire, n’a pas même l’aspect monumental que possèdent des forts secondaires comme Diyatheh ou Saʿneh, pour rester dans la même région. Point de rencontre et de surveillance, à coup sûr, la butte de Némara conserve la trace du passage de soldats romains et de villageois des environs, mais il ne faut pas exagérer son importance militaire. Avant-poste d’observation, il s’agit bien davantage d’un moyen de contrôler les nomades du harra que de renforcer la défense de l’Empire du côté des Perses. Cela n’enlève rien à l’intérêt qu’il y aurait à y pousser plus avant la recherche, non seulement pour retrouver davantage encore de textes, mais surtout avoir une idée des bâtiments qui y furent éventuellement édifiés. Dans les circonstances actuelles, on devine que cette perspective paraît lointaine. Cela nous a semblé une raison supplémentaire pour présenter cette synthèse provisoire, conscients d’être les derniers à avoir pu visiter le site et y travailler.

Haut de page

Bibliographie

Bowersock (G. W.) 1983 Roman Arabia, Cambridge (MA).

Chabot (J.-B.) 1939 « Le voyage en Syrie de W. R. Waddington », Mélanges syriens offerts à Monsieur René Dussaud, I (BAH 30), Paris, p. 351-366.

Cuvigny (H.) et al. 2003 La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte, I, Praesidia du désert de Bérénice (FIFAO 48), Le Caire.

Dussaud (R.) & Macler (F.) 1901 Voyage archéologique au Ṣafā et dans le Djebel ed-Drūz, Paris.

Dussaud (R.) & Macler (F.) 1903 Rapport sur une mission scientifique dans les régions désertiques de la Syrie moyenne, Paris.

Feissel (D.) 1983 « Notes d’épigraphie chrétienne. XVIII. Inscriptions de Ravenne », BCH 107, p. 612-615.

Fisher (G.) 2011 Between Empires. Arabs, Romans, and Sasanians in Late Antiquity, Oxford.

Graham (C. C.) 1858 « Explorations in the Desert East of the Hauran and the Ancient Land of Bashan », Journal of the Royal Geographical Society, p. 226-263.

Hackl (U.), Jenni (H.) & Schneider (C.) 2003 Quellen zur Geschichte der Nabatäer. Textsammlung mit Übersetzung und Kommentar, Fribourg/Göttingen.

Hogg (J.) 1859 « Additional inscriptions from the Hauran and the Eastern Desert of Syria, communicated by Cyril C. Graham, esq., F. R. G and edited with a preface and notes by John Hogg, esq., M. A., F. R. S. », Transactions of the Royal Society of Literature 6, p. 243-274.

Knauf (E. A.) 1989 « Nabataean Origins », M. M. Ibrahim, Arabian Studies in honour of Mahmoud Ghul, Wiesbaden, p. 56-61.

Lammens (H.) 1903 « Couvents de l’Auranitide », Revue de l’Orient chrétien, p. 480-481.

Lidzbarski (M.) 1908 Ephemeris für semitische Epigraphik, II, Giessen.

Macadam (H. I.) 1986 Studies in the History of the Roman Province of Arabia. The Northern Sector (BAR IS 295), Oxford.

Macdonald (M. C. A.) 1991 « Was the Nabataean Kingdom a “Bedouin State”? », ZDPV 107, p. 102-119 (= Macdonald 2009, VII).

Macdonald (M. C. A.) 1998 « Some reflections on epigraphy and ethnicity in the Roman Near East », Mediterranean Archaeology 11, p. 177-190 (= Macdonald 2009, IV).

Macdonald (M. C. A.) 2008 « Transformation and continuity at al-Namāra: Camps, settlements, forts, and tombs », K. Bartl & A. Moaz (éd.), Residences, Castles, Settlements. Transformation Processes from Late Antiquity to Early Islam in Bilad al-Sham (Orient-Archäologie 24), Rahden, p. 317-332.

Macdonald (M. C. A.) 2009 Literacy and Identity in Pre-Islamic Arabia (Variorum CS 906), Farnham.

Macdonald (M. C. A.), Al-Muʾazzin (M.) & Nehmé (L.) 1996 « Les inscriptions safaïtiques de Syrie, cent quarante ans après leur découverte », CRAI 140/1, p. 435-494.

Mann (J. C.) 1983 Legionary Recruitment and Veteran Settlement during the Principate, Londres.

Mascle (J.) 1944 Le Djebel Druze, Beyrouth, 3e éd.

Mouterde (R.) 1957 « Reliefs et inscriptions de la Syrie et du Liban », MUSJ 34, p. 203-238.

Nöldeke (Th.) 1875 « Zur Topographie und Geschichte des Damascenischen Gebietes und Haurângegend », ZDMG 29, p. 419-444.

Oppenheim (M. von) 1899 « Voyage en Syrie et en Mésopotamie (de Damas à Bagdad) par M. le baron Max d’Oppenheim, traduit de l’allemand et résumé par M. Henri Jacottet », Le Tour du Monde, p. 349-384.

Robin (C.), Al-Ghabban (A. I.) & Al-Saʿid (S. F.) 2014 Inscriptions antiques de la région de Najran (Arabie Séoudite méridionale) : nouveaux jalons pour l’histoire de l’écriture, de la langue et du calendrier arabes », CRAI 2014/3, p. 1033-1128

Sartre (M.) 1982 Trois études sur l’Arabie romaine et byzantine (Collection Latomus 178), Bruxelles.

Speidel (M. P.) 1977 « The Roman Army in Arabia », ANRW II 8, Berlin/New York, p. 687-730.

Stark (J. K.) 1971 Personal Names in Palmyrene Inscriptions, Oxford.

Waddington (W. H.) 1870 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris.

Wetzstein (J. G.) 1860 Reisebericht über Hauran und die Trachonen, Berlin.

Wetzstein (J. G.) 1863 « Ausgewählte griechische und lateinische Inschriften, gesammelt auf Reisen in den Trachonen und um das Haurângebirge », Philologische und historische Abhandlungen der Königlichen Akademie der Wissenschaften zu Berlin aus dem Jahre 1863 [1864], p. 255-368.

Haut de page

Notes

1 Le site n’est pas visible de la route actuelle, mais il se distingue facilement dans le paysage quand on revient de Zélaf en direction du Jebel al-ʿArab.

2 Graham 1858, p. 240. On donne ici en gras les numéros des inscriptions reprises dans l’article (avec la correspondance avec le numéro définitif des textes dans le volume à paraître des IGLS XVI). Ceci n’a aucunement la prétention de remplacer le corpus en voie d’achèvement ; il y a d’autres textes que nous n’avons pas utilisés parce qu’ils n’entraient pas dans le champ de notre discussion, ou s’avéraient incompréhensibles. Les relevés et les photographies ont été faits par Annie Sartre-Fauriat et moi-même lors de deux séjours en avril-mai 2011.

3 Wetzstein 1860, p. 18-21 ; Wetzstein 1863, p. 265-266, nos 2-8.

4 Chabot 1939, p. 364-366.

5 Waddington 1870, p. 522-524, nos 2264-2285.

6 Oppenheim 1899, p. 370 ; on pourrait songer à une simple coquille, mais le même mot figure sur ses cartes p. 352. C’est d’autant plus étrange qu’il nomme le saint enterré là Nemar !

7 Sur ce texte important, aujourd’hui au Louvre, voir en dernier lieu Macdonald 2008, p. 321 ; Fisher 2011, p. 140-144, avec la bibliographie principale. Le texte importe autant aux philologues pour l’histoire de la langue et de l’écriture arabes qu’aux historiens pour l’histoire de la péninsule Arabique et de ses rapports avec Rome au début du ive s. La date traditionnelle de 328 est corrigée par Robin, Al-Ghabban & Al-Saʿid 2014, p. 1045-1046.

8 Dussaud & Macler 1903, p. 428-429.

9 Macdonald 2008.

10 Cf. en dernier lieu Fisher 2011.

11 Nöldeke 1875, p. 437.

12 Lammens 1903, p. 480-481.

13 Macdonald, al-Muʾazzin & Nehmé 1996, p. 448, n. 32 ; Macdonald 1998, p. 177-190, notamment p. 189.

14 Macadam 1986, p. 111 (génitif singulier de Naba) et 145, no 48 ; cf. aussi p. 182, no 1 ; Macdonald 1991, p. 106, n. 38.

15 Stark 1971, p. 39 et 99.

16 Suggestion de Julien Aliquot que nous remercions.

17 Cf. Sartre 1982, p. 29-35.

18 Sur ce nom, cf. Feissel 1983, p. 612-614, et notre commentaire à venir sous IGLS XVI, 827a.

19 Cuvigny 2003.

20 Mouterde 1957, p. 234, no 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Les sites militaires du Ḥaurān
Crédits © A. Sartre
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Figure 2.
Légende La butte de Némara vue du nord-ouest
Crédits © A. et M. Sartre (2011)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 3.
Légende Le sommet de la butte et le bâtiment central tardif vu de l’ouest
Crédits © A. et M. Sartre (2011)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 4.
Légende Inscription 10 (IGLS XVI, 1405)
Crédits © A. et M. Sartre (2011)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Figure 5.
Légende Inscription 11 (IGLS XVI, 1397)
Crédits © A. et M. Sartre (2011)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 6.
Légende Inscription 13 (IGLS XVI, 1397a)
Crédits © A. et M. Sartre (2011)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 7.
Légende Inscription 20 (IGLS XVI, 1394)
Crédits © A. et M. Sartre (2011)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Figure 8.
Légende Inscription 23 (IGLS XVI, 1408)
Crédits © A. et M. Sartre (2011)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 9.
Légende Inscription 27 (IGLS XVI, 1404a)
Crédits © A. et M. Sartre (2011)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4322/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Sartre, « Namāra du Ṣafā »Syria, 93 | 2016, 45-66.

Référence électronique

Maurice Sartre, « Namāra du Ṣafā »Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/4322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.4322

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search