Navigation – Plan du site
2016

Győző Vörös, Machaerus II. The Hungarian Archaeological Mission in the Light of the American-Baptist and Italian-Franciscan Excavations and Surveys. Final Reports 1968-2015 (Studium Biblicum Franciscanum, Collectio maior 55)

Maurice Sartre
Référence(s) :

Győző Vörös, Machaerus II. The Hungarian Archaeological Mission in the Light of the American-Baptist and Italian-Franciscan Excavations and Surveys. Final Reports 1968-2015 (Studium Biblicum Franciscanum, Collectio maior 55), Milano, Edizioni Terra Santa, 2015, 1 vol. 24,5 x 27,5 cm, 560 p., fig. coul. ds t. ISBN : 978-88-6240-333-7.

Texte intégral

1Aussi somptueux que le volume I (paru en 2013, voir notre recension dans Syria 91, 2014, p. 497-498) et peut-être, pour certains aspects, plus inutile que son prédécesseur, ce second volume consacré au site jordanien de Machéronte ne mériterait sans doute pas un tel luxe si le souvenir évangélique de Jean le Baptiste ne s’y rattachait. Comme le rappelle G. Vörös dans un bref chapitre consacré à la cour pavée où Hérode Antipas pouvait recevoir ses invités, la mission hongroise fut heureuse d’offrir aux mélomanes qui fêtaient le 150e anniversaire de la naissance de Richard Strauss en 2014 une reconstitution précise du site de la danse de Salomé, en lieu et place du cadre imaginé par Oscar Wilde. L’art y a-t-il gagné quelque chose ? On en doute, mais du moins le directeur de la mission archéologique hongroise qui y œuvre depuis 2009 ne manque pas une occasion de mettre en évidence cet aspect biblique du site. Les missions à court d’argent pour poursuivre leurs travaux ou pour les publier enrageront devant la débauche de moyens engagés pour la publication d’un site somme toute mineur sur le plan des découvertes scientifiques, une fois que celles-ci sont dépouillées de leur dimension mémorielle.

2Le premier chapitre, sur l’anastylose de deux colonnes d’époque hérodienne donne le ton. Certes, la restauration antérieure avait fait fi des réalités et redressé avec excès d’improbables colonnes, mais fallait-il consacrer 52 pages et 75 images, souvent en pleine page, pour une opération aussi banale ? De même, les quelques pages consacrées à la construction d’une nouvelle route revêtue suscitent les mêmes remarques. L’impression domine que l’équipe, dotée d’un excellent photographe et d’un stock inépuisable d’images spectaculaires — le site s’y prête à merveille — tient absolument à les publier toutes, quitte à transformer ce qui est a priori un ouvrage scientifique en un « beau livre » à offrir au moment de Noël !

3Mais laissons de côté cet aspect un peu irritant des choses pour aller à l’essentiel. Car, si les découvertes ne bouleversent sans doute pas notre vision des palais hérodiens et de la culture grecque en Judée et Arabie entre les années 90 av. J.-C. et 71 apr. J.-C., dates entre lesquelles fonctionne le palais-forteresse, le volume piloté par G. Vörös contient des informations de premier ordre sur les missions qui avaient tenté l’exploration du site et n’en avaient à peu près rien publié. En effet, en plus des résultats propres à la mission hongroise des années 2013-2015 (des hypogées aux attributions douteuses, p. 101-110), le volume contient deux grosses contributions venues d’ailleurs. D’une part une mission américaine baptiste, mandatée par le Southern Baptist Theological Seminary de Louisville (Kentucky), y a fouillé en 1968 sous la direction de Jerry Vardaman ; d’autre part les Franciscains italiens de Jérusalem y œuvrèrent en 1978-1981 puis en 1992-1993, sans que les résultats de leurs travaux ne dépassent le stade du pré-rapport. Effectuant un très important travail dans les archives du Cobb Institute of Archaology (Université d’État du Mississippi) à Starkville, qui abrite l’essentiel des archives et du matériel de la mission de 1968, puis à Jérusalem, les archéologues hongrois ont non seulement utilisé les observations de leurs prédécesseurs, mais révélé des trésors cachés puisque Starkville abrite 4 973 « Machaeriaca », des objets divers tirés des fouilles de Machéronte dont ce volume présente l’essentiel. Car J. Vardaman ne fit qu’une campagne et ne publia jamais rien, ce qui intrigue. En interrogeant ceux qui avait connu J. Vardaman (mort en 2000) et en explorant diverses archives, il apparaît qu’il avait en fait remis au DoA toute la documentation pour être publiée mais que celle-ci brûla en 1971, avec plans et dessins originaux. Réduit à ses seuls carnets, J. Vardaman n’avait plus le moyen d’exploiter ses trouvailles de 1968. Seuls restaient deux manuscrits qu’il avait déposés à la bibliothèque de l’Université Hébraïque de Jérusalem, l’un de 8 p. faisant une synthèse des travaux, l’autre de 24 p. en forme de rapport préliminaire. D’autres documents qui soit précédèrent la fouille, soit émanent de collaborateurs de la fouille de 1968, complètent la documentation. Laissons de côté les aspects anecdotiques qui pullulent et occupent des dizaines de pages ; sur le plan scientifique on retiendra la mise en évidence d’un système d’adduction d’eau par aqueduc, une fouille comportant plusieurs sondages sur l’acropole (avec publications des carnets de fouille dont on se demande s’il valait la peine de donner à la fois le fac simile parfaitement lisible et la transcription) et un survey qui avait mis en évidence la circonvallation romaine du siège de 71.

4La troisième grande partie du volume (p. 275-373) consiste en une publication du matériel contenu dans les cartons conservés à Starkville. Sans entrer dans tous les détails, notons la présence d’ostraca en grec, hébreu, araméen et latin, de monnaies à la fois hasmonéennes et hérodiennes, puis tardo-romaines, de céramique (y compris de la nabatéenne peinte), de la vaisselle de pierre, de la verrerie (dont un fragment de gobelet inscrit en grec), des objets en métal, des « ballistic missiles » liés au siège de 71, des tesselles de mosaïques et d’incrustations, des moulures, le tout abondamment illustré.

5La quatrième partie (p. 375-514) est sans doute la plus complexe puisqu’il s’agit d’un essai d’interprétation mettant en œuvre à la fois la fouille de 1968, les travaux ultérieurs des Franciscains et les découvertes de la mission hongroise depuis 2009. Non seulement l’aqueduc se trouve désormais bien identifié et dégagé, mais les travaux de la citadelle s’enrichissent d’une abondante iconographie des fouilles italiennes, à partir de laquelle de nombreuses reconstitutions sont proposées. Le parallèle entre Machéronte et les autres sites hérodiens de Judée (notamment l’Hérodion) en sort renforcé. La partie se termine par un catalogue des types de découvertes constituant en quelque sorte un résumé de chaque catégorie : 47 ostraca inscrits, 96 monnaies identifiables, et ainsi de suite, avec la bibliographie le cas échéant.

6Enfin, l’ouvrage se conclut par un survey aérien réalisé en octobre 2014 se bornant à quelques photos très spectaculaires scandant la traduction anglaise du texte de Flaubert sur Machéronte dans Hérodias. On le voit, rien n’est laissé dans l’ombre et, de l’archéologie matérielle aux mythes littéraires, rien n’est négligé. Il est vrai que les moyens financiers sont là, qui facilitent grandement cette vision large du site, non sans quelque redondance. Mais pourquoi bouder son plaisir devant un aussi beau volume ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Sartre, « Győző Vörös, Machaerus II. The Hungarian Archaeological Mission in the Light of the American-Baptist and Italian-Franciscan Excavations and Surveys. Final Reports 1968-2015 (Studium Biblicum Franciscanum, Collectio maior 55) », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/4404

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals