Navigation – Plan du site
2016

Laïla Nehmé, Les tombeaux nabatéens de Hégra (Épigraphie et archéologie 2)

Maurice Sartre
Référence(s) :

Laïla Nehmé, Les tombeaux nabatéens de Hégra (Épigraphie et archéologie 2), Paris, AIBL/De Boccard, 2015, 2 vol. 24,7 x 32,5 cm, vol. 1 texte (433 p.), vol. 2, catalogue et planches (232 p. de 249 pl.), ISBN : 978-2-87754-328-6.

Texte intégral

1On croyait définitivement révolu le temps des publications luxueuses, celui où des chercheurs pouvaient faire connaître intégralement les résultats de travaux coûteux et conduits dans des conditions difficiles, sans lésiner ni sur les illustrations (dont on mesure mieux aujourd’hui en Syrie ou en Irak l’importance face aux risques imprévisibles de destructions), ni sur la quantité d’informations et d’analyses. Il est heureux que la mission française de Hégra puisse aujourd’hui célébrer de manière brillante le siècle qui la sépare de ses vaillants prédécesseurs de l’École Biblique, ceux qui, au début du xxe s., ont laissé cette œuvre irremplaçable que constitue la Mission en Arabie des Pères A. Jaussen et R. Savignac. Nul doute que ces précurseurs seraient fiers de voir aujourd’hui le flambeau repris avec autant d’autorité et de talent.

2Car c’est bien un ouvrage majeur, destiné à former le socle de toute étude ultérieure que livrent ici Laïla Nehmé et trois collaborateurs, Jean-Claude Bessac, Jean-Pierre Braun et Jacqueline Dentzer-Feydy. Les deux forts volumes publiés sous le patronage des l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres réunissent une documentation sans égale sur les tombeaux de Hégra, seconde nécropole nabatéenne par ordre d’importance après celle de Pétra. Le premier volume (434 p.), après une présentation rapide mais essentielle du site, avec sa zone agricole, son espace urbain, son secteur cultuel, procède à une description sommaire des autres nécropoles nabatéennes connues en dehors de ces deux capitales que constituent Pétra et Hégra, à savoir ad-Dīsah et surtout al-Badʿ au sud d’Aqaba. L. Nehmé fournit alors une analyse du vocabulaire et esquisse une typologie des monuments funéraires nabatéens. On retiendra en particulier, au titre des nouveautés, d’une part une étude précise des procédés de fermeture (que ce soit pour les loculi, les caissons ou plus simplement les portes de la tombe), d’autre part une étude des rites funéraires à partir des vestiges d’étoffes, de cuirs et de dattes en collier trouvés dans la fouille de la tombe IGN 117 datée de 60/61.

3Les inscriptions associées aux tombeaux, largement copiées par A. Jaussen et R. Savignac, puis systématiquement reprises par J. F. Healey dans son recueil, font l’objet d’une étude synthétique de L. Nehmé, non pas d’une publication nouvelle des textes (on les trouve dans le vol. 2), mais d’une analyse synthétique sur, notamment, le vocabulaire du tombeau, les interdits, les dates (avec le mystère relatif qui entoure la date de 75 à laquelle cesse la construction de tombeaux à Hégra, du moins celle des tombeaux datés), les métiers, les tailleurs de pierre (qui sont nombreux à être connus et constituent des familles de spécialistes dont L. Nehmé reconstitue avec patience les liens). Il y a là un trait qui distingue radicalement Hégra de Pétra puisque, à Pétra, les tombeaux sont désespérément anonymes (à l’exception de celui de Sextius Florentinus) alors que ceux de Hégra sont accompagnés d’une longue inscription dédicatoire dans un tiers des cas. Le parallèle établi entre Hégra et Palmyre paraît donc justifié, alors qu’on sera plus réservé sur le parallèle avec la Lycie quant aux formules de protection ; celles-ci sont répandues un peu partout dans le monde gréco-romain, et on trouverait d’autres parallèles aussi bien en Syrie du Sud que dans l’ensemble de l’Asie Mineure.

4Jean-Claude Bessac, dont la compétence en ce qui concerne la taille de la pierre est bien connue, livre un beau chapitre sur « Artisans, techniques et économie des chantiers rupestres de Hégra », chapitre conduit dans la perspective d’une confrontation permanente avec les données fournies par Pétra. Avec la compétence du technicien et l’œil incomparable de celui qui travaille lui-même la pierre, il fait le tour des difficultés posées par le grès de Hégra (plus homogène cependant que celui de Pétra) et des solutions trouvées par les artisans pour les contourner ou les surmonter. De même, il établit avec soin la liste des outils utilisés, aussi bien pour tailler que pour contrôler l’aplomb ou dessiner les motifs sculptés. Grâce aux chantiers abandonnés à la suite de la découverte, par les tailleurs de pierre de conditions techniques insurmontables et imprévisibles, il décrit avec soin les procédés d’accès et d’échafaudage, l’évolution du chantier du haut vers le bas, identifie des mains de tailleurs différents et repère même une proportion inhabituelle de gauchers ! Le vocabulaire technique peut quelquefois dérouter le lecteur (un glossaire final aide à s’y retrouver), mais nous fait plonger au cœur du métier et permet d’en suivre le déroulement infiniment complexe : on mesure mieux quelle aventure technique (et donc économique) constitue le creusement d’un grand tombeau de Hégra. Malgré la relative simplicité technique et esthétique des tombeaux de Hégra, les artisans locaux ont à cœur de manifester leur savoir-faire et ajoutent ici et là des détails sculptés, souvent peu visibles, qui en témoignent.

5Jean-Pierre Braun esquisse ensuite des « Éléments pour une analyse architecturale des tombeaux ». Sans vouloir établir à son tour une typologie qui, rappelle-t-il avec raison, s’accompagne souvent d’une chronologie implicite au moins relative en fonction de la complexité des édifices — il rappelle les diverses typologies établies depuis R. E. Brünnow et A. von Domaszewski —, il préfère établir la liste des divers éléments constitutifs des façades et regrouper les tombes en fonction des éléments retrouvés sur chacune. Il y a certes beaucoup à retenir de ces analyses, mais on notera en particulier le lien entre tombeaux à rangées de merlons et inhumations féminines, que les inscriptions semblent imposer. De même, les tombeaux des éparques appartiennent tous à la catégorie de ceux qui portent une frise dorique, comme s’il y avait là un critère de distinction sociale. En fait, J.-P. Braun a raison de souligner que la courte durée de réalisation de ces tombeaux ne justifie guère une évolution typo-chronologique, alors que d’autres critères, sociaux et économiques, justifient le choix de tel ou tel type, de tel ou tel motif décoratif de façade.

6Le premier volume s’achève sur une étude de plus de 150 p. de Jacqueline Dentzer-Feydy sur « Le décor architectural ». Sans chercher à remettre en cause a priori les trois approches — chrono-typologique, sociale et historique — proposée jusqu’ici, l’auteur se fonde d’abord sur l’analyse d’une documentation exhaustive et replacée dans le contexte topographique de la nécropole de Hégra. Tout le décor est donc passé en revue, aussi bien les éléments architecturaux que les motifs géométriques ou les éléments figurés. Cet inventaire commenté et raisonné sera évidemment un point de référence irremplaçable pour quiconque étudie l’architecture dans le vaste espace nabatéen, y compris dans le lointain Hauran syrien. L’inventaire des rosettes et des cartouches ne sera pas sans utilité pour les épigraphistes qui retrouvent sans cesse ces motifs sur des linteaux funéraires mal datés. Il y a là un travail de fond qu’on ne peut résumer, mais qui constitue un véritable lexique du décor architectural dont on ne pourra se passer. Comme le souligne l’auteur dans sa synthèse finale, comme un tiers des façades est daté par une inscription et qu’un sixième porte le nom d’un tailleur de pierre, on peut parvenir non seulement à une chronologie relativement précise de l’ensemble mais à l’individualisation des ateliers. Cela conduit à un exposé passionnant sur l’occupation de l’espace, sur les liens entre Pétra et Hégra par l’intermédiaire des tailleurs de pierre eux-mêmes, sur l’évolution des formes. Là encore, la publication des tombeaux de Hégra permet d’aller bien au-delà d’une simple présentation du site et invite à une mise en relation des découvertes de l’ensemble du domaine nabatéen.

7Le second volume, composé de 231 p. et 249 planches constitue le catalogue exhaustif des tombeaux. Tous les tombeaux sont présentés et illustrés (en couleurs) en suivant le classement IGN adopté depuis les débuts de la mission française, et c’est là que l’on pourra trouver les textes gravés sur les tombeaux, avec leur traduction (y compris des inédits). Les intérieurs sont soigneusement décrits, le matériel retrouvé illustré et analysé, fournissant une fois encore aux chercheurs un ensemble documentaire d’une incomparable qualité. La première partie descriptive, accompagnée de photographies, doit être consultée en parallèle avec la seconde, les planches, où l’on trouvera des dessins, coupes et relevés divers de chaque tombeau publié.

8La mission française de Hégra donne à la communauté scientifique, avec ces deux volumes, une splendide illustration de l’importance du site et des travaux qui y sont conduits depuis plus de dix ans. On ne doute pas que le reste du site sera l’objet à son tour le moment venu d’une publication aussi soignée et complète, scientifiquement irréprochable et esthétiquement pleinement réussie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Sartre, « Laïla Nehmé, Les tombeaux nabatéens de Hégra (Épigraphie et archéologie 2) », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/4415

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals