Navigation – Plan du site
Dossier : L'eau dans la ville antique

Les Nabatéens et l’eau  : technologie et culture. La conduite d’eau du Jebel Ithlib à Medaïn Saleh (Arabie Saoudite)

Jean-Marie Dentzer
p. 5-17

Résumés

Des travaux sur l’aménagement hydraulique de Pétra ont mis en relief la compétence particulière acquise par les Arabes Nabatéens dans ces techniques comme le soulignait déjà Diodore (XIX, 94, 2-9). Il est intéressant de comparer cette activité aux pratiques du même groupe à Medaïn Saleh dans un contexte plus aride où la ressource majeure est fournie par l’inféroflux d’un wadi qui alimentait plus d’une centaine de puits. On a cependant identifié, dans un petit massif de grès situé au nord-est de la ville, une conduite d’eau taillée dans la paroi rocheuse et amenant l’eau des très rares pluies, recueillie derrière un barrage fermant une petite gorge, à une citerne-chambre située à proximité d’installations cultuelles. On peut conclure que les Nabatéens appliquaient une technique mise au point à Pétra dès que le contexte géologique le permettait. On peut se demander aussi s’ils n’attribuaient pas une valeur particulière à l’eau de pluie ainsi prélevée pour un usage cultuel. L’ensemble du massif d’Ithlib, en périphérie de l’agglomération urbaine, semble, en effet, avoir été dédié au culte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduction F. Bizière, Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Livre XIX, Collection des Univer (...)
  • 2 Idem, p. 128.

1La notice sur les Nabatéens qui précède chez Diodore de Sicile (XIX, 94, 2-9) le récit de l’expédition ordonnée par Antigone contre leur territoire souligne la compétence acquise par ce peuple dans la gestion de l’eau qui est pour eux non seulement un moyen de subsistance vital dans ce contexte naturel, mais un instrument utilisé pour maintenir leur indépendance et leur pouvoir sur ces régions «  qui n’ont ni rivières ni sources abondantes pouvant ravitailler en eau une armée ennemie » 1. En effet, les Nabatéens se réfugient, en cas d’attaque, dans le désert «  qui leur sert de forteresse  : le manque d’eau le rend inaccessible aux autres, mais, pour eux seuls, qui ont creusé dans la terre des réservoirs revêtus d’un enduit de chaux, il est un asile sûr » 2. Ces citernes destinées à recueillir l’eau de pluie ne sont accessibles que par un orifice minuscule qui échappe aux autres. Dans la même perspective, ils habituent leur petit bétail à ne boire que tous les trois jours. Ce témoignage peut être à présent confronté au terrain. Les recherches qui se sont multipliées au cours des dernières années, tant à Pétra que sur des sites moins connus de la région comme Humeima, ont mis en évidence les techniques d’acquisition de l’eau utilisées par les Nabatéens.

L’alimentation en eau de Pétra

  • 3 Muheisen 1990a, 1990b, 1992 ; Schweder 1992 ; cf. Oleson 1995, 1997, 2001 ; Lindner dans Weber & We (...)

2Les études les plus complètes qui portent sur Pétra et son environnement montrent la diversité des procédés mis en œuvre pour exploiter jusqu’à leur limite les différentes ressources disponibles. Ils se classent en deux grandes catégories, d’un côté la collecte des eaux des pluies d’hiver, rares et souvent violentes, de l’autre le captage de quelques sources, dont la plus importante est Aïn Musa. Celles-ci sont situées entre le nord-est et le sud-est de Pétra, et collectent, pour l’essentiel, la circulation souterraine du plateau calcaire du Shara, au niveau d’un contact avec une couche imperméable 3.

  • 4 Augé & Dentzer 1999, p. 60-62.

3L’espace urbain est placé dans un site inhabituel pour une ville classique, au centre d’une cuvette dominée par des reliefs vigoureux, qui réunit et concentre la pluie tombée sur une vaste zone. Le ruissellement n’est que peu absorbé ou freiné par un sol à dominante rocheuse et peu perméable 4. Cette première ressource est disponible sur la plus grande partie du site, très accidenté et sculpté par l’érosion. La collecte de ces eaux tire partie, d’une part, de l’organisation d’ensemble de ce relief, de l’autre, de l’aménagement de parties réduites de ce paysage. Le ruissellement des versants peut être drainé par un canal entaillé dans la pente rocheuse vers une ou plusieurs citernes, parfois disposées en chapelet, à ciel ouvert ou couvertes, ce qui permet d’assurer une ou plusieurs décantations et de conserver des eaux de qualités différentes. Dans d’autres configurations du terrain, des gorges fermées par des barrages de dimensions variées peuvent servir à la fois au captage et au stockage d’une partie de l’eau. On connaît des exemples de ce type d’installation à des échelles différentes selon la surface exploitée. De petits groupes humains sont suffisants pour réaliser les aménagements les plus modestes de caractère local. D’autres peuvent gérer des volumes d’eau plus importants et impliquent la mise en œuvre de techniques plus complexes. Dans tous les cas l’exécution bénéficie du caractère de la roche, grès relativement facile à tailler.

  • 5 Ortloff 2005 ; Bellwald 2006.
  • 6 Bowersock 1983 et 2003 ; Dentzer & Zayadine 1992 ; Zayadine 1995 ; Stucky 1996 ; Wenning, Kolb & Ne (...)
  • 7 Parr 1965 et 2007 ; Zeitler 1992 ; Augé & Dentzer 1999, p. 69-96 ; Dentzer & Saupin 2000 ; Fiema 20 (...)

4Avant tout aménagement, le wadi Musa, qui servait d’émissaire à la source du même nom, traversait le site urbain, et donnait aux occupants l’occasion d’y puiser. La véritable exploitation des sources lointaines par des canalisations à longue distance, pour amener l’eau au centre du site et alimenter des quartiers situés à des altitudes différentes, a exigé un ensemble de compétences techniques d’un autre ordre que les collectes d’eau pluviale, à commencer par la maîtrise de la topographie pour implanter le tracé, de l’architecture des ouvrages d’art, même modestes, pour franchir les wadis et les gorges, de la standardisation du matériel (tuyaux en terre cuite) 5. Il fallait disposer d’une main-d’œuvre formée pour la construction et l’entretien de ces systèmes. La réalisation des projets dépendait finalement d’une autorité de décision et de régulation qui supposait une organisation politique structurée. Le réseau complexe de conduites à longue distance a été mis en place dans la phase d’urbanisation véritable du site qui, auparavant, restait sans doute un simple refuge de nomades caravaniers 6. Les conduites à longue distance dépassaient l’expérience d’un groupe de nomades et ont naturellement fait appel à des techniques développées dans le Proche‑Orient urbanisé et dans la Méditerranée sur laquelle débouchait le commerce nabatéen. Le modèle urbain lui-même, implanté au centre de l’agglomération, et son décor sont marqués par les mêmes influences 7. En revanche, le premier type de collecte des eaux de pluie peut être considéré comme une technique maîtrisée de longue date par les Nabatéens, même si elle a pu être perfectionnée progressivement, et liée à leur identité ou du moins à leur mode de vie courant, comme l’affirme clairement le passage de Diodore de Sicile.

Pétra et Hégra

  • 8 Bibliographie sur Hégra : Doughty 1888 ; Doughty 2002, p. 147-208, 241-264 ; Jaussen & Savignac 190 (...)
  • 9 Wenning 1996 ; indications brèves sur l’environnement dans Al-Talhi, Al-Ibrahim & Mursi, 1988 ; Hea (...)
  • 10 J.-B. Rigot dans Nehmé et alii 2006, p. 73.
  • 11 Nehmé et alii 2005, p. 18-28.
  • 12 Nehmé et alii 2005, p. 28 ; J.-B. Rigot dans Nehmé et alii 2006, p. 68.

5À la base de ce système d’alimentation en eau de Pétra se trouve, avant l’application habile de telle ou telle technique, un sens aigu de l’observation du paysage, à la recherche de toutes ses ressources. Il s’est formé avec l’expérience élémentaire nécessaire à la survie d’un groupe de nomades éleveurs dans ses migrations. C’est dans cette perspective qu’il faut examiner la recherche de l’eau sur le site de Medaïn Saleh, l’ancienne Hégra nabatéenne 8. Elle est située à environ 460 km à vol d’oiseau au sud de Pétra, dans une large vallée du Héjaz, parallèle à la côte de la mer Rouge, sur un des itinéraires suivis par les caravanes reliant l’Arabie Heureuse et la capitale nabatéenne (fig. 1). L’environnement global des deux sites est fondamentalement différent 9. Medaïn Saleh est dans une large vallée alluviale, assez plane, très différente du paysage abrupt et fragmenté de Pétra (fig. 2). Mais cette vallée inclut des zones rocheuses limitées, de taille variable, allant de blocs isolés de quelques mètres ou dizaines de mètres à de véritables petits massifs montagneux situés à la périphérie du site. L’inclusion la plus importante est, au nord-est du site, le Jebel Ithlib dont le sommet dépasse de 85 m l’altitude de la plaine environnante. Les mêmes formations géologiques de grès, rouge ou blanchâtre, accentuent les ressemblances entre cette partie du paysage et Pétra. À l’ouest, la plaine est dominée par un vaste massif tabulaire, découpé par l’érosion, le Jebel Uwairid, dont les grès sont surmontés par une coulée basaltique. Il alimente un réseau d’écoulements souterrains en direction du site, collectés en surface par un wadi temporaire d’orientation nord-sud, facile à identifier par des restes de végétation arborée, en partie naturelle. L’inféroflux suit la même orientation. Cette ressource précieuse dans une zone climatique très aride, où les pluies se limitent à 50-100 mm par an, a permis le développement d’une oasis d’une ampleur insoupçonnée jusqu’aux récentes prospections de la mission archéologique française10. La nappe phréatique, plus proche de la surface et plus abondante à l’époque nabatéenne qu’à l’époque actuelle, suite aux pompages subis depuis le siècle dernier, était accessible par des puits de grand diamètre atteignant parfois une quinzaine de mètres de profondeur. En 2004, 129 de ces puits étaient identifiés par J.-B. Rigot et Th. Arnoux11. Un grand nombre d’entre eux est incontestablement antique. La plupart avaient pour fonction d’irriguer des jardins, par l’intermédiaire de petits canaux, au sud et surtout au nord du site. D’autres, plus rares, à proximité ou à l’intérieur de l’espace urbain, pouvaient servir à la consommation de la population. La disponibilité de cette eau, sans doute relativement abondante et apparemment permanente, a conduit au développement d’un système d’exploitation dont la base est très différente de celui de la collecte d’eaux de pluie décrit à Pétra. J.‑B. Rigot a cependant noté que certains des puits pouvaient également faire office de citernes en recueillant des quantités complémentaires d’eau de pluie au moment des rares précipitations12.

Figure 1

Figure 1

L’espace urbain et périurbain de Hégra  : répartition de l’habitat, de l’espace cultuel et funéraire. Cartographie sur fonds d’image satellite.

Th.  Arnoux et L.  Nehmé (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

Figure 2

Figure 2

Hégra, végétation arborée sur le cours du wadi.

J.-M.  Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

La conduite du Jebel Ithlib

  • 13 Nehmé et alii 2006, p. 95-96.
  • 14 On peut se demander si l’amorce d’un creusement visible au même niveau dans la face externe de la r (...)

6On est donc surpris de découvrir au cœur du Jebel Ithlib une installation qui correspond parfaitement au modèle nabatéen de Pétra13. Dans ce massif de grès situé au nord-est de l’espace urbain, une faille de direction nord-ouest/sud-est est à l’origine d’une vallée intérieure (fig. 3a et 3b) qui s’élargit à son extrémité nord. De part et d’autre de cet axe, sur les deux flancs de la montagne, sont conservés les vestiges de monuments rupestres. Du nord-ouest on accède à cette vallée par un étroit “siq” qui s’ouvre sur un espace triangulaire étendu. Puis les deux flancs de la montagne se rapprochent jusqu’à l’intersection avec une autre faille transversale, orientée à une soixantaine de degrés par rapport à la vallée principale. Cette faille transversale a ouvert au nord de la vallée une profonde gorge qui draine les eaux de pluie tombées sur toute cette partie du massif. Sur sa paroi nord, on trouve des traces d’aménagement (fig. 4) : à 80 m environ de son débouché sur la vallée, on distingue à la base de la paroi nord la trace de creusement d’un bassin. Puis, à une soixantaine de mètres du débouché, apparaît taillé dans la même paroi un petit canal, qui descend en pente douce le long du flanc (fig. 5). On n’a pas retaillé la face externe du rocher pour rectifier le tracé, mais seulement dégagé l’espace nécessaire au canal en entaillant grossièrement la partie de la paroi située immédiatement au-dessus, selon un profil concave irrégulier. Avant d’arriver à l’arrondi du flanc rocheux qui marque l’ouverture de la gorge, le canal (Ith50) subit un brusque changement de pente, sur une dénivellation d’environ 2 m et descend en formant un angle de 35° environ, avant de reprendre une pente proche de l’horizontale. Ce dispositif de rupture de pente doit servir à ralentir le courant de l’eau (fig. 6). Au bas de la descente ainsi créée un bassin semble avoir été creusé dans le canal et la paroi de fond pour régulariser le flux : d’autre part, au même emplacement, mais en façade, on reconnaît les restes d’une niche‑bassin ébréchée14. La taille de cette partie de la conduite semble avoir été effectuée d’une façon plus soigneuse, à la pointe, par coups obliques.

Figure 3a

Figure 3a

Hégra  : Jebel Ithlib, vallée intérieure 

2007 DigitalGlobe (Google).

Figure 3b

Figure 3b

Hégra  : Jebel Ithlib, vallée intérieure  : relevé

Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih.

Figure 4

Figure 4

Hégra départ du canal dans la gorge.

L.  Nehmé (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

Figure 5

Figure 5

Hégra  : canal dans la gorge.

L.  Nehmé (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

Figure 6

Figure 6

Hégra Ith50  : chute du canal à la sortie de la gorge.

J.-M.  Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

  • 15 Laïla Nehmé suggère que cette retaille avait pour fonction de supprimer un surplomb pour canaliser (...)

7Le canal contourne l’arrondi du rocher pour suivre la paroi nord-est de la vallée sur environ 160 m. Son tracé suit le contour irrégulier de la paroi rocheuse avec des retailles concaves, de taille variable, au‑dessus du canal. Dans la partie sud du parcours, le canal passe sous deux ébauches d’aménagements rupestres taillés dans la paroi15. Ils ont servi à éliminer des surplombs au-dessus du canal. Celui du sud (Ith50,1), large de 5 m et haut de 3 m environ, forme une sorte de large gouttière au bord de laquelle trois cavités ont été creusées (fig. 7). Elles semblent avoir servi de déversoirs pour diriger dans le canal l’écoulement d’eau de la paroi. L’eau pouvait ainsi être canalisée à plusieurs emplacements du tracé. Aucun reste de tuyau en terre-cuite n’a par ailleurs été retrouvé. Le conduit semble être resté découvert sur tout le parcours, contrairement aux grandes canalisations de Pétra qui transportaient de l’eau de source et étaient couvertes par des dalles ou contenaient des conduits en terre-cuite. La technique utilisée à Hégra, à canaux ouverts, directement taillés dans le grès, de tracé irrégulier, sans enduit d’étanchéité, est cependant bien attestée à Pétra dans les installations les plus rudimentaires, celles réservées à la collecte superficielle de l’eau de pluie, dont le ruissellement sur les parois rocheuses. Aucune trace de conduit en terre-cuite n’a été trouvée à Hégra. Des tuyaux de ce genre auraient d’ailleurs été difficiles à poser sur un tracé assez sinueux.

Figure 7

Figure 7

Hégra Ith50,1  : le canal dans la vallée aménagements de paroi.

J.‑M. Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

8Dans la suite du tracé, le canal passe au‑dessus des sanctuaires rupestres Ith41-47 (niches à bétyles, autel à cornes, cupules, reste d’un soubassement ou d’une base) où la paroi rocheuse a été dressée avec un grand soin (fig. 8). À cet emplacement, le canal, après avoir franchi en amont par un tracé en baïonnette la fissure qui limite le sanctuaire Ith46 au sud, passe sur un ressaut étroit ménagé sur la paroi. Il y mesure 16 cm de large et 10 cm de profondeur.

Figure 8

Figure 8

Hégra  : le canal au passage du sanctuaire Ith41-47.

J.‑M.  Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

  • 16 Le sol est recouvert de sable. Dans la partie inférieure, le volume a été élargi de 1,50 m vers de (...)
  • 17 Le sol est couvert de sable.
  • 18 Nehmé et alii 2006, p. 95.

9Le canal termine son parcours dans la zone élargie triangulaire que forme l’extrémité nord de la vallée. Après un trajet irrégulier, au plus près de la pente, le conduit passe d’abord par un bassin de décantation (Ith29,1) de 1,90 sur 1,75 m de profondeur, pour aboutir finalement à une chambre rupestre (Ith29) mesurant environ 5 x 5 m (fig. 9), qui a fait fonction de citerne16. La hauteur de la pièce était d’au moins 4,20 m17. La partie inférieure de la chambre était couverte, jusqu’au niveau du seuil, d’un enduit d’étanchéité qui indique le niveau de remplissage18. Le frottement de cordes a laissé des traces d’usure caractéristiques sur l’arête interne de la surface du seuil, indiquant des puisages. Cette citerne était aussi alimentée d’en haut par un deuxième canal qui suivait le contour du rocher à un niveau supérieur, avec un tracé en S, pour déboucher au-dessus de la petite plateforme qui précède la porte de la chambre. Ce canal supérieur, qui semble assez large et plat, sert manifestement à collecter le ruissellement de la paroi. Cette zone à l’extrémité nord de la vallée constitue un cirque, ou convergent les pentes et plusieurs gorges ou fissures drainant l’eau qui tombe sur la partie nord du massif. Un bassin (Ith28), de 2,10 sur 2,40 m, creusé à 7 m au nord de la citerne-chambre, contribuait à la recueillir. Ces aménagements rustiques concentrent sur ce secteur l’eau du Jebel Ithlib. Même si, d’après les capacités de stockage, les quantités recueillies restent réduites, ils semblent répondre à un programme cohérent.

Figure 9

Figure 9

 Hégra  : arrivée du canal à la citerne Ith29.

J.‑M.  Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

Pourquoi cette conduite ?

10Par contraste avec la ressource majeure en eau que fournissaient les puits branchés sur l’inféroflux de la plaine, ces installations ne pouvaient avoir qu’un rendement très faible et aléatoire, dans une zone nettement plus aride que Pétra, avec des pluies très rares. Comment se justifie alors un équipement de ce genre, certainement moins rentable que le système local, qui tire parti au mieux des conditions géologiques et climatiques de la région ? Il est vrai que le secteur d’Ithlib se trouve particulièrement éloigné de la zone des puits. Cependant, en créant la nouvelle ville d’Hégra, les Nabatéens semblent avoir simplement continué à appliquer la technique d’acquisition de l’eau qui leur était familière, dans une des rares parties du site où ils retrouvaient un environnement géologique et un relief comparable à ceux de Pétra.

  • 19 Jaussen & Savignac 1909, p. 126-129, 404-441 ; 1914-1922, p. 103-105 ; Healey 1993, Wenning 1996, p (...)
  • 20 Jaussen & Savignac 1909, p. 126 ; Wenning 1996, p. 260 : Nehmé et alii 2006, p. 103-104.
  • 21 Healey 1993, p. 35-36.
  • 22 Healey 2001, p. 48.
  • 23 Wenning 2001 ; IGN 131 : Nehmé et alii 2006, p. 91.
  • 24 Dalman 1908, n° 191, p. 65 sq., Wenning 1987, p. 217-219.

11Il faut tenir compte, par ailleurs, de la fonction particulière du Jebel Ithlib dans la périphérie immédiate d’Hégra19. Les explorations de Jaussen et Savignac, complétées par l’inventaire minutieux et systématique mené récemment sous la direction de L. Nehmé, ont montré que tous les vestiges et aménagements qui ont pu être identifiés d’une façon plus précise dans cette zone se rapportaient à des activités cultuelles, d’une façon directe, en ce qui concerne les inscriptions, niches à bétyles, autels ou supports d’objets sacrés, installations de banquet, ou indirecte, quand il s’agit des accès à ces aménagements comme les escaliers taillés dans le rocher. On peut considérer que l’espace interne de la partie nord-ouest du Jebel Ithlib constituait dans son ensemble un sanctuaire20. Les aménagements de l’accès par le nord-ouest font penser à un propylée marqué par une concentration d’inscriptions cultuelles, de bétyles et de niches, avec un vestibule externe dominé par le Dîwân et le passage étroit du Siq. Le fidèle débouchait ensuite sur un espace vaste en forme de cirque que constitue l’extrémité nord de la vallée intérieure. Dans l’angle nord-ouest de cet espace, en face précisément de la citerne-chambre, on reconnaît une installation cultuelle dans le regroupement de deux niches à bétyles, avec une petite plateforme aménagée en position dominante devant la faille qui marque l’angle (fig. 10). Un peu plus au sud se voyaient encore les traces d’un mur (de soutènement ?). Cet emplacement devait constituer une première étape pour des fidèles isolés ou pour une procession qui venait de franchir le passage étroit du Siq. Des cérémonies comme des banquets pouvaient y prendre place sans constructions architecturales, sur des nattes ou des matelas21. L’approvisionnement en eau prenait alors son sens. L’eau semble avoir occupé, en effet, dans les rites nabatéens, une place de premier plan22. Ses usages ne peuvent être déterminés clairement en l’absence de textes. On peut les supposer multiples, entre les purifications rituelles des personnes, des libations aux dieux, la consommation au moment des banquets, le nettoyage après des sacrifices ou des banquets. Dans la paroi contiguë du sanctuaire, une niche-bassin a été soigneusement taillée pour fournir une petite réserve d’eau. Elle est comparable à celle qui, au centre de l’espace urbain d’Hégra, a été creusée dans un des flancs du rocher qui est le centre d’un autre petit sanctuaire rupestre avec des bétyles et une niche monumentale 23. Parmi les nombreuses installations de ce type associées à des sanctuaires rupestres de Pétra on peut se limiter à citer le bassin dans l’espace sacrificiel du haut-lieu de Madbah 24. Il est donc certain que le choix de ce mode de collecte d’eau à Hégra répond à une pratique nabatéenne non seulement technique, mais encore rituelle. On peut se demander en plus si, dans les rituels pratiqués à Hégra comme à Pétra, on n’attribuait pas une valeur particulière à l’eau tombée du ciel par opposition à celle tirée du fond de la terre par les puits.

Figure 10

Figure 10

Hégra  : sanctuaire à l’entrée du site Ith23-25  : niches à bétyle escalier, niche-bassin.

(Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).

  • 25 Healey 2001, p. 48-50, 53-56.
  • 26 Wenning 2001, 2002 ; Dentzer & Saupin 2000 ; Healey 2001, p. 45-47.
  • 27 Voir récemment : Healey 1993 ; Nehmé 2004, 645-656 ; Nehmé et alii 2006, p. 74-89 ; Dentzer à paraî (...)

12À Hégra comme à Pétra tous les aménagements cultuels rupestres, qui ont servi à créer des petits monuments ou des installations plus ou moins complexes, souvent mieux conservés et plus lisibles que les bâtiments construits, ont également modelé leur environnement et réorganisé le paysage. On a l’impression que ce dernier et plus particulièrement certaines de ses composantes jouaient un rôle particulier dans le culte nabatéen (hauts-lieux, gorges…)25. En particulier, les accès sous la forme de sentiers ou d’escaliers font partie des aménagements et servaient sans doute de support au rituel des processions, comme le confirme la multiplication des inscriptions et des bétyles le long des itinéraires26. Cette remarque vaut également pour l’intégration des tombeaux à façade dans des grandes nécropoles, elles aussi indissociables des reliefs de grès27. C’est donc bien le paysage de Pétra qui sert de référence et c’est sur ce site que s’est construit le modèle culturel nabatéen qui a inspiré des types de monuments, mais aussi l’exploitation et l’organisation des espaces dans les nouveaux centres urbains comme Hégra, qui ont été créés par les Nabatéens. Le choix, dans cette vaste vallée alluviale, d’un environnement particulier, à proximité de formations gréseuses, pour fonder la ville nouvelle montre l’importance accordée au paysage. On peut en conclure que Pétra a constitué, pour les Nabatéens, l’étape décisive où l’identité culturelle de ce “peuple” a pris sa forme matérielle définitive.

Haut de page

Bibliographie

Abu al-Hassan (H.), J.-M.  Dentzer, A.  Kermorvant, L.  Nehmé & L.  Tholbecq 2003 « Report on the 2002, Second Season, of the Saudi-French Archaeological Project at Medâ‘in Sâlih », Atlal, 18.

Al-Ansary (A. R.) & H. Abu al-Hassan 2001 The civilisation of two cities: Al Ula & Mada‘in Salih, Prominent Cities on the Frankincense Route Series (1), Riyadh.

Al-Ibrahim (M.) & D.  Al-Talhi 1989 « A Preliminary Report on the Excavation at Al-Hijr (Second Season) », Atlal, t. 12, p. 21-28, pl. 11-22.

Al-Muheisen (Z.) 1990a « Maîtrise de l’eau et agriculture en Nabatène : l’exemple de Pétra », Aram, 1990 (2), p. 205-220.

Al-Muheisen (Z.) 1990b « Exemples d’irrigation dans le domaine nabatéen (Pétra Jordanie méridionale) », dans B. Geyer éd., Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué : approche pluridisciplinaire des modes de culture avant la motorisation en Syrie, actes du colloque de Damas, 27 juin - 1er juillet 1987, Paris, BAH 136, p. 507-511.

Al-Muheisen (Z.) 1992 « Modes d’installation agricoles nabatéennes dans la région de Pétra et dans le Wadi ‘Araba », Studies in the History and Archaeology of Jordan, t. 4, p. 215-219.

Al-Talhi (D.) 1996 « Preliminary Report on the Excavation at al-Hijr (Madain Saleh) (Fourth Season 1411 A.H./1990 A.D.) », Atlal, 14, p. 25-42, pl. 16-17.

Al-Talhi (D.), M. Al-Ibrahim & J. M.  Mursi 1988  « Preliminary Report on Al-Hijr Excavations during the First Season 1406/1986 », Atlal, 11, p. 47-57, pl. 43-52.

Arnoux (Th.), J.-M.  Dentzer, L.  Nehmé, J.- B.  Rigot & I.  Sachet 2004 « Report on the 2003, Third Season, of the Saudi-French Archaeological Project at Medâ‘in Sâlih », Atlal, 19.

Augé (Chr.) & J.-M.  Dentzer 1999 Pétra : la cité des caravanes, Paris, Découvertes Gallimard.

Augé (Chr.), V.  Bernard, P.  Dal-Prà, Y.  Gerber, L.  Nehmé, I.  Sachet 2005 « Report on the 2004, Fourth Season, of the Saudi-French Archaeological Project at Madâ‘in Sâlih », Atlal, 20.

Bellwald (U.) 2004a « An wilden Wassern – Die Wasserversorgung Petras in der Antike », dans Salje, Riedl & Shauerte 2004, p. 153-160.

Bellwald (U.) 2004b  « Streets and Hydraulics. The Petra National Trusts Siq Project in Petra 1996-1999. The Archaeological Results », dans Bienert & Häser 2004b, p. 73-94.

Bellwald (U.) 2006 « The Hydraulic Infrastructure of Petra. A Model for Water Strategies in Arid Land », dans Wiplinger éd. 2006, p. 225-235.

Bellwald (U.) et alii 2003 The Petra Siq. Nabataean Hydrology Uncovered, Petra National Trust, Amman.

Bienert (H. D.) & J.  Häser 2004a  « Jeder von euch baue sich eine Zisterne in seinem Haus-Wasserwirtschaft in Jordanien im Laufe der Jahrttausende », dans Salje, Riedl & Shauerte 2004, p. 17-28.

Bienert (H. D.) & J.  Häser 2004b Men of Dikes and Canals. The Archaeology of Water in the Middle East, International Symposium held at Petra, 15-20 June 1999, Deutsches Archäologisches Institut, Orient Abteilung, Orient-Archäologie Bd. 13, Rahden (Westf.).

Bignasca (A.) et alii 1996 Petra. Ez Zantur 1: Ergebnisse der Schweizerisch-Liechtensteinischen Ausgrabungen 1988-1992, Terra Archaeologica II, Monographien der Schweizerisch-Liechtensteinischen Stiftung für Archäologiesche Forschungen im Ausland (SLSA/FSLA), Mayence.

Bowsher (J. M. C.) 1986 « The Frontier Post of Medain Saleh », dans Ph.  Freemann & D.  Kennedy éd., The Defense of the Roman and Byzantine East, Oxford, p. 19-30.

Bowersock (G. W.) 1983 Roman Arabia, Cambridge (Mass.)-Londres.

2003 « The Nabataeans in Historical Context », dans Markoe 2003, p. 19-25.

Dalman (G.) 1908 Petra und Seine Felsheiligtümer, Leipzig.

Dentzer (J.-M) à paraître « Espace urbain et environnement dans les villes nabatéennes de Pétra, Hégra et Bosra », dans F.  Dumasy & F.  Queyrel éd., Archéologie et environnement, Paris.

Dentzer (J.-M.) & F.  Zayadine 1992 « L’espace urbain à Petra », Studies in the History and Archaeology of Jordan, IV, p. 233-251.

Dentzer (J.-M) & R.  Saupin 2000 « Les circulations internes et l’emprise urbaine sur l’espace à Pétra », Studies in the History and Archaeology of Jordan, VI, (1997), p. 289-302.

Dentzer (J.-M.), J.-Cl.  Bessac, J.-P.  Braun, L.  Nehmé & H.  Abu al-Hassan 2002 « Report on the 2001 Season, of the Saudi-French Archaeological Project at Mada‘in Salih, Ancient Hegra », Atlal, 17, p. 101-126, pl. 10.1-10.9.

Dentzer (J.-M.), J.-P.  Braun, J.  Dentzer-Feydy, A.  Hussein & H.  Abu al-Hassan à paraître « Le tombeau n° 20 de Hégra (Medaïn Saleh-Arabie Saoudite) », Mélanges Fawzi Zayadine.

Doughty (Ch. M.) 1888 Travels in Arabia Deserta, Cambridge.

Doughty (Ch. M.) 2002 Voyages dans l’Arabie déserte, traduits, présentés et annotés par J.‑Cl. Reverdy, Paris, p. 147-264.

Fiema (Z. T.) 2001 « Die Entdeckung der antiken Innenstadt: neue Forschungen im Bereich der Säulenstrasse in Petra Jordanien », Antike Welt 32, n° 1, p. 47-52.

Gentelle (P.) 2003 Traces d’eau : un géographe chez les archéologues, Paris.

Grewe (G.) 2004 « Tunnelbau für Flussumleitungen. Der Flusstunnel von Petra (Jordanien). Der Titus-Tunnel von Çevlik (Türkei). Der Flusstunnel im Rio Sil bei Montefurado (Spanien). Bibliographie », dans Bienert & Häser 2004b, p. 95-108.

Healey (J. F.) 1986 « The Nabataeans and Madâ‘in Salih », Atlal, 10, p. 108-116, pl. 107-109.

Healey (J. F.) 1993 The Nabataean Tomb Inscriptions of Meda‘in Salih, Journal of Semitic Studies Supplement 1, Oxford.

Healey (J. F.) 2001 The Religion of the Nabataeans. A Conspectus, (Religions in the Graeco-Roman World 136), Leyde/Boston/Cologne.

Hübner (U.) 2004 « Cura aquarum. Die Nabatäer und das Wasser », dans U. Hübner & A. Richter éd., Wasser. Lebensmittel, Kultur, politische Waffe, Asien und Afrika 9, p. 77-105.

Jaussen (A.) & R.  Savignac 1909 Mission archéologique en Arabie (mars-mai 1907). De Jérusalem au Hedjaz, Medain-Saleh, Paris, réédit. IFAO, Le Caire, 1997.

Jaussen (A.) & R.  Savignac 1914-1922 Mission archéologique en Arabie. II. El-‘Ela, d’Hégra à Teima, Harrah de Tebouk, Publications de la societé des Fouilles archéologiques, Paris, réédit. IFAO, Le Caire, 1997.

Kanellopoulos (Chr.) 2001 « The Architecture of the Shops and Colonnaded Street in Petra », Bulletin of the American School for Oriental Research, 324, p. 9-22.

Kolb (B.) 2003 « Petra – From Tent to Mansion: Living on the Terraces of Ez-Zantur », dans Markoe 2003, p. 230-237.

Lindner (M.) 2003 « Hydraulic Engineering and its significance in Nabataean-Roman Southern Jordan: Ba‘ja, as-Sâdah, Sabrâ, Umm Ratâm», Annual of the Department of Antiquities of Jordan, 47, p. 183194.

Lindner (M.) 2004 « Hydraulic Engineering and Site Planning in Nabataean-Roman Southern Jordan », dans Bienert & Häser 2004b, p. 65-72.

Lindner (M.) 2005 « Water Supply and Water Management at Ancient Sabra (Jordan) », Palestine Exploration Quarterly, 137, 1, p. 33-52.

Lindner (M.) & J. P.  Zeitler 1992 Petra: Königin der Weihrauchstrasse, Naturhistorische Gesellschaft Nürnberg, Archäologie des Auslandes, Fürth.

Markoe (G.) éd. 2003 Petra rediscovered: lost City of the Nabataeans, New York, Cincinnati.

Negev (A.) 1976 Archaeology in the land of the Bible, Tel Aviv.

Nehmé (L.) 1997 « L’habitat rupestre dans le bassin de Pétra à l’époque nabatéenne », Studies in the History and Archaeology of Jordan, VI, p. 281-288.

Nehmé (L.) 2004 « Explorations récentes et nouvelles pistes de recherches dans l’ancienne Hégra des Nabatéens. Moderne al-Hijr/Madâ‘in Sâlih (Arabie du Nord-ouest) », Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, p. 631-682.

Nehmé (L.) 2005a « Madâ‘in Sâlih, ancienne Hégra, aux confins méridionaux de la Nabatène », dans Archéologies. 20 ans de recherche française dans le monde, Paris, p. 534-536.

Nehmé (L.) 2005b « Towards an Understanding of the Urban Space of Madâin Sãlih, ancient Hegrâ, through Epigraphic Evidence », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 35, p. 155-175.

Nehmé (L.) 2005-2006  « Inscriptions nabatéennes vues et revues à Medâ‘in Salih », Arabia, 3, 2005-2006, p. 179‑225, fig. 117-155, p. 345-356*.

Nehmé (L.) et alii 2005 « Mission archéologique de Madâ‘in Salih, Arabie Saoudite. Rapport sur la campagne 2004 », manuscrit inédit.

Nehmé (L.) 2006 « Mission archéologique de Madâ‘in Salih (Arabie saoudite) : Recherches menées de 2001 à 2003 dans l’ancienne Hijrâ des Nabatéens (1) », Arabian Archaeology and Epigraphy, 17, p. 41-124.

Nehmé (L.) & F.  Villeneuve 1999 Pétra : Métropole de l’Arabie antique, Paris.

Oleson (J. P.) 1995 « The origins and Design of Nabataean Water Supply Systems », Studies in the History and Archaeology of Jordan, V, p. 707-719.

Oleson (J. P.) 1997 « The Water-Supply Systems of Nabataean and Roman Humayma », Bulletin of the American School for Oriental Research, 262, p. 49-76.

Oleson (J. P.) 2001 « Water Supply in Jordan through the Ages » dans B.  MacDonald, R.  Adams & P.  Bienkowski éd., The Archaeology of Jordan, Levantine Archaeology 1, Sheffield, p. 603-614.

Ortloff (Ch. R.) 2005 « The Water Supply and Distribution System of the Nabataean City of Petra (Jordan), 300 BC – AD 300 », Cambridge Archaeological Journal 15.1, 93-109.

Parr (P. J.) 1965 « The Beginnings of Hellenization at Petra » dans Le rayonnement des civilisations grecque et romaine sur les cultures périphériques, VIIIe Congrès International d’Archéologie Classique, Paris, 1963, Paris, p. 527-533.

Parr (P. J.) 1997 « Meda‘in Saleh », dans E. M. Meyers éd., Oxford Encyclopedia of Archaeology Near East, 3, p. 446-447.

Parr (P. J.) 2003 « The Origins and Emergence of the Nabataeans », dans Markoe 2003, p. 27-36.

Parr (P. J.) 2007 « The Urban Development of Petra », dans K. D.  Politis éd., The World of the Nabataeans, vol. 2 of the International Conference “The World of the Herods and the Nabataeans” held at the British Museum, 17-19 April 2001, Stuttgart, p. 273-300.

Parr (P. J.) 2008 « Dating Hydraulic installations in the Siq at Pétra », Palestine Exploration Quarterly, 140.2, p. 81-86.

Ruben (I.) éd. 2003 The Petra Siq. Nabatean Hydrology Uncovered, Petra National Trust, 2003.

Salje (B.), N.  Riedl & G.  Shauerte éd. 2004 Gesichter des Orients: 10000 Jahre Kunst und Kultur aus Jordaniens, Austellung der Kunst und Austellungshalle der Bundesrepublik Deutschland in Bonn, Mayence.

Sartre (M.) 2001 D’Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique : ive siècle avant J.C. – iiie siècle après J.C., Paris, Fayard.

Schmid (St. G.) 2001  « The Impact of Pottery Production on the Sedentarisation of the Nabataeans », dans J. R.  Brandt & L.  Karlsson éd., From Huts to Houses. Transformations of Ancient Societies, Proceedings of an International Seminar Organized by the Norwegian and Swedish Institutes in Rome, 21-24 Sept. 1997, Stockholm, p. 427-436.

Schmid (St. G.) à paraître « The Hellenistic Period and the Nabataeans » dans R.  Adams éd., The Archaeology of Jordan (reprise modifiée de St. G.  Schmid, « The Nabataeans. Travellers between Lifestyles », dans B.  MacDonald, R.  Adams & P.  Bienkowski éd., The Archaeology of Jordan, Sheffield, 2001, p. 367-426).

Schweder (M.) 1992  « Die Wasserversorgung Petras », dans Lindner & Zeitler éd. 1992, p. 69-70.

Stucky (R. A.) 1996 « II. Die Nabatäischen Bauten », dans Bignasca et alii 1996, p. 13-50.

Vidal (F. S.) 1971 « Medain Saleh », The Encyclopaedia of Islam, III, p. 365.

Weber (Th.) & R.  Wenning 1997 Petra. Antike Felsstadt zwischen arabischer Tradition und griechischer Norm, Zaberns Bildbände zur Archäologie, Mayence.

Wenning (R.) 1987 Die Nabatäer-Denkmäler und Geschichte, Novum Testamentum et Orbis Antiquus, 3, Fribourg.

Wenning (R.) 1996 « Hegra and Petra: Some Differences », ARAM, 8, p. 253-267.

Wenning (R.) 2001 « The Betyls of Petra », Bulletin of the American School for Oriental Research, 324, p. 79-95.

Wenning (R.) 2002 « Petra in Jordanien, Zentrum der Nabatäer: Eine Stadt als “religiöse” Landschaft », dans J.  Hahn & C.  Ronning, Religiöse Landschaften, Alter Orient und Altes Testament, Bd 301, p. 49-67.

Wenning (R.), B.  Kolb, B. & L.  Nehmé 1997 « Vom Zeltlager zur Stadt. Profane Architektur in Petra » dans Weber & Wenning 1997, p. 56-70.

Winnett (F. V.) & W. L.  Reed 1970 Ancient Records from North Arabia, Toronto, (Near and Middle East Series, 6), p. 42-53.

Wiplinger (G.) éd. 2006 Cura aquarum in Ephesos. Proceedings of the Twelfth International Congress on the History of Water Management and Hydraulic Engineering in the Mediterranean Region. Ephesus Seçuk, Turkey, October 2-10, 2004, dans Bulletin Antieke Beschaving. Annual Papers on Mediterranean Archaeology. Supplement 12, et Österreichisches Archäologisches Institut: Sonderschriften, Band 42, Stichting Bulletin Antieke Beschaving, Louvain-Paris, Dudley, MA.

Zayadine (F.) 1995 « L’urbanisation des cités du désert : Pétra, Palmyre et Doura-Europos », Actes du XIVe Congrès d’Archéologie Classique à Tarragone, p. 235-241.

Zeitler (J.-P.) 1992 « Das antike Petra: Stadtplanung und Aufbau der Hauptstadt der Nabatäer », dans M.  Lindner & J.-P.  Zeitler éd., Petra: Königin der Weihrauchstrasse, Naturhistorische Gesellschaft Nürnberg, Archäologie des Auslandes, Fürth, p. 37-47.

Haut de page

Notes

1 Traduction F. Bizière, Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Livre XIX, Collection des Universités de France, Paris, 1975, p. 127.

2 Idem, p. 128.

3 Muheisen 1990a, 1990b, 1992 ; Schweder 1992 ; cf. Oleson 1995, 1997, 2001 ; Lindner dans Weber & Wenning 1997, p. 35-37 ; Gentelle 2003 ; Bellwald et alii 2003 ; Ruben 2003 ; Bellwald 2004a, 2004b, 2006 ; Bienert & Häser 2004a, 2004b ; Grewe 2004 ; Hübner 2004 ; Lindner 2003, 2004, 2005 ; Ortloff 2005 ; Parr 2008.

4 Augé & Dentzer 1999, p. 60-62.

5 Ortloff 2005 ; Bellwald 2006.

6 Bowersock 1983 et 2003 ; Dentzer & Zayadine 1992 ; Zayadine 1995 ; Stucky 1996 ; Wenning, Kolb & Nehmé dans Weber & Wenning 1997, p. 56-70 ; Nehmé 1997 ; Augé & Dentzer 1999, p. 51-68 ; Nehmé & Villeneuve 1999 ; Schmid 2001, Schmid à paraître ; Kolb 2003 ; Parr 2003 ; Sartre 2001, p. 411-424 ; Dentzer à paraître.

7 Parr 1965 et 2007 ; Zeitler 1992 ; Augé & Dentzer 1999, p. 69-96 ; Dentzer & Saupin 2000 ; Fiema 2001 ; Kanellopoulos 2001.

8 Bibliographie sur Hégra : Doughty 1888 ; Doughty 2002, p. 147-208, 241-264 ; Jaussen & Savignac 1909, 1914-1922 ; Winnett & Reed 1970 ; Vidal 1971 ; Negev 1976 ; Bowsher 1986 ; Wenning 1987, p. 119-122 ; Healey 1986, 1993 ; Wenning 1996 ; Parr 1997 ; Al-Ansary & Abu al-Hasan 2001. Sur les fouilles saoudiennes : Al-Talhi, Al-Ibrahim & Mursi, 1988 ; Al-Ibrahim & Al-Talhi 1989 ; Al-Talhi 1996. Sur les travaux de la mission française : Dentzer et alii 2002 ; Abu al-Hassan et alii 2003 ; Nehmé 2004 ; Arnoux et alii 2004 ; Nehmé 2005a ; Nehmé 2005b ; Nehmé et alii 2005 ; Augé et alii 2005 à paraître ; Dentzer à paraître.

9 Wenning 1996 ; indications brèves sur l’environnement dans Al-Talhi, Al-Ibrahim & Mursi, 1988 ; Healey 1986 et 1993. Cet environnement est actuellement en cours d’étude par J.-B. Rigot : voir sa contribution dans Nehmé et alii 2006, p. 54-73.

10 J.-B. Rigot dans Nehmé et alii 2006, p. 73.

11 Nehmé et alii 2005, p. 18-28.

12 Nehmé et alii 2005, p. 28 ; J.-B. Rigot dans Nehmé et alii 2006, p. 68.

13 Nehmé et alii 2006, p. 95-96.

14 On peut se demander si l’amorce d’un creusement visible au même niveau dans la face externe de la roche était en rapport avec ce projet de réservoir.

15 Laïla Nehmé suggère que cette retaille avait pour fonction de supprimer un surplomb pour canaliser l’eau de ruissellement de la paroi rocheuse dans la conduite qui passe plus bas.

16 Le sol est recouvert de sable. Dans la partie inférieure, le volume a été élargi de 1,50 m vers de fond de la pièce pour augmenter la capacité de stockage.

17 Le sol est couvert de sable.

18 Nehmé et alii 2006, p. 95.

19 Jaussen & Savignac 1909, p. 126-129, 404-441 ; 1914-1922, p. 103-105 ; Healey 1993, Wenning 1996, p. 253-267 ; Healey 2001, p. 54-55 ; Nehmé 2004, p. 656-667 ; Nehmé et alii 2006, p. 91-96 ; Nehmé 2005-2006, passim ; Dentzer à paraître.

20 Jaussen & Savignac 1909, p. 126 ; Wenning 1996, p. 260 : Nehmé et alii 2006, p. 103-104.

21 Healey 1993, p. 35-36.

22 Healey 2001, p. 48.

23 Wenning 2001 ; IGN 131 : Nehmé et alii 2006, p. 91.

24 Dalman 1908, n° 191, p. 65 sq., Wenning 1987, p. 217-219.

25 Healey 2001, p. 48-50, 53-56.

26 Wenning 2001, 2002 ; Dentzer & Saupin 2000 ; Healey 2001, p. 45-47.

27 Voir récemment : Healey 1993 ; Nehmé 2004, 645-656 ; Nehmé et alii 2006, p. 74-89 ; Dentzer à paraître ; Dentzer et alii à paraître.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende L’espace urbain et périurbain de Hégra  : répartition de l’habitat, de l’espace cultuel et funéraire. Cartographie sur fonds d’image satellite.
Crédits Th.  Arnoux et L.  Nehmé (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-1.png
Fichier image/png, 867k
Titre Figure 2
Légende Hégra, végétation arborée sur le cours du wadi.
Crédits J.-M.  Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-2.png
Fichier image/png, 522k
Titre Figure 3a
Légende Hégra  : Jebel Ithlib, vallée intérieure 
Crédits 2007 DigitalGlobe (Google).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-3.png
Fichier image/png, 725k
Titre Figure 3b
Légende Hégra  : Jebel Ithlib, vallée intérieure  : relevé
Crédits Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-4.png
Fichier image/png, 263k
Titre Figure 4
Légende Hégra départ du canal dans la gorge.
Crédits L.  Nehmé (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-5.png
Fichier image/png, 464k
Titre Figure 5
Légende Hégra  : canal dans la gorge.
Crédits L.  Nehmé (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-6.png
Fichier image/png, 492k
Titre Figure 6
Légende Hégra Ith50  : chute du canal à la sortie de la gorge.
Crédits J.-M.  Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 7
Légende Hégra Ith50,1  : le canal dans la vallée aménagements de paroi.
Crédits J.‑M. Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-8.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 8
Légende Hégra  : le canal au passage du sanctuaire Ith41-47.
Crédits J.‑M.  Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 9
Légende  Hégra  : arrivée du canal à la citerne Ith29.
Crédits J.‑M.  Dentzer (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-10.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 10
Légende Hégra  : sanctuaire à l’entrée du site Ith23-25  : niches à bétyle escalier, niche-bassin.
Crédits (Mission archéologique française de Madâ‘in Sâlih).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/442/img-11.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Dentzer, « Les Nabatéens et l’eau  : technologie et culture. La conduite d’eau du Jebel Ithlib à Medaïn Saleh (Arabie Saoudite) », Syria, 85 | 2008, 5-17.

Référence électronique

Jean-Marie Dentzer, « Les Nabatéens et l’eau  : technologie et culture. La conduite d’eau du Jebel Ithlib à Medaïn Saleh (Arabie Saoudite) », Syria [En ligne], 85 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/442 ; DOI : 10.4000/syria.442

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Dentzer

Université de Paris-I Panthéon Sorbonne
Membre de l’Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals