Navigation – Plan du site
Dossier : L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient (Jordanie, Liban, Syrie)

Safety first? CIL III, 128 et la rhétorique de la securitas

Rudolf Haensch
p. 29-44

Résumés

Le slogan de la securitas a été diffusé par la littérature depuis l’époque d’Auguste et par le monnayage impérial depuis le règne de Néron. Dans les inscriptions officielles et monumentales, on ne le retrouve qu’à partir du règne de Commode, notamment dans une inscription latine des environs de Damas vue (et imparfaitement déchiffrée) par Monsieur André de Monceaux, un voyageur mandaté par Colbert. Dans les épitaphes, en revanche, l’invocation de la securitas est plus précoce, puisqu’elle apparaît au plus tard sous les Flaviens, mais elle n’est pas répandue dans tout l’empire, ce qui attire l’attention sur la variété des habitudes épigraphiques dans l’espace et dans le temps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les sources citées par Mommsen sont Bernard de Montfaucon, L’antiquité expliquée et représentée en (...)
  • 2 Monceaux n’était pas un voyageur quelconque. En décembre 1667, il fut mandaté par Colbert pour ach (...)

1Dans le Corpus inscriptionum latinarum, vol. III, on trouve sous le no 128 une inscription connue uniquement par un manuscrit probablement perdu du xviie s., qui fut cité dans deux livres du xviiie s. 1. L’éditeur du volume en question du CIL, Theodor Mommsen, a considéré qu’il ne fallait pas la restituer. Un voyageur de la fin du xviie s., Monsieur André de Monceaux (ca 1640-1674), l’a vue un peu au nord-est de Damas, là où « on entre dans les Montagnes, & l’on passe un très-dangereux défilé […] Il est de cinq cents pas, taillé dans la Roche vive, au-dessus duquel étoit un Château des Romains » 2. À son avis, ces ruines étaient celles d’un fortin romain. D’après ce que je sais, et comme les éditeurs en charge des Inscriptions grecques et latines de la Syrie me l’ont confirmé, il n’y a aucune autre information ou d’autres témoignages sur cette inscription découverte dans un secteur placé depuis longtemps en zone militaire.

2On trouve dans les livres du xviiie s. deux textes différents. Montfaucon donne :

IMPP. CAESS.
P. SEPTIMIO ETP.PERTINACI
SEMPER AUGUSTIS
L · CALPHURNIUS PR · CAELOSYRIAE. P
HOC PRAESIDIUM EXSTRUXIT
IN SECURITATEM PUBLICAM
ET
ARABUM SCAENICORUM TERROREM

3Chez De Bruyn on trouve :

IMP. CAESARIBUS.
LUCIO. SEPTIMO. ET PIO. PERTINACI.
SEMPER AUGUSTO.
LIVIUS CALPHURNIUS. PROVIN.
COELES URIAE. P. HOC. PROESIDIUM. CONS
TRUXIT IN SECURITATEM PUBLICAM ET
SCAENITARUM. ARABUM. TERROREM.

4Mommsen a imprimé le texte donné par De Bruyn, il a cité les variantes de Montfaucon dans le commentaire et en a fait une reconstitution :

In lapide fuerit
IMP · CAES
L · SEPTIMIO · SEVERO · PIO · PERTINACI
AUG
L · CALPVRNIVS…………………………….
………………………………………………….

5La raison en est que, comme Mommsen remarque :

  • 3 « Il est très clair que l’inscription a été interpolée par un homme sans grandes connaissances, et (...)

« Interpolatum titulum esse ab homine imperito facile apparet neque ex lapide quidquam exceptum crediderim praeter ea quae adscripsi ; reliqua mihi videntur esse temere adiecta » 3.

6Pour cette raison Mommsen a retenu seulement les quatre premières lignes du texte transmis par les manuscrits.

  • 4 Voir toutefois Sartre 2007a, p. 316, en particulier n. 15.

7Le verdict de Mommsen fut décisif pour une longue période. L’inscription n’est presque jamais citée quand on discute des gouverneurs de Syrie 4 et on ne la trouve pas dans les prosopographies. Mais, si on utilise la base de données de Manfred Clauss et Wolfgang Slaby, on tombe sur le texte que Mommsen a condamné :

Imp(eratoribus) Caesaribus / Lucio Septim(i)o (!) et Pio Pertinaci / semper Augusto / Livius Calp{h}urnius provin(ciae) Coelos<y=U>uria(e) p(raeses) / hoc pr<a=O>esidium construxit / in securitatem publicam / et / scaenitarum Arabum terrorem.

  • 5 Voir également Sartre 2007a, p. 316 n. 15 : « Cette inscription pose d’insurmontables problèmes ».

8Il s’agit probablement d’une erreur de celui qui a copié le texte pour Manfred Clauss et qui n’a pas compris la méthode de Mommsen. De toute façon, on observe qu’on a essayé de corriger le latin pour le rendre plus classique, c’est-à-dire qu’on ne l’a pas seulement copié d’une façon mécanique, mais que quelqu’un — peut-être Manfred Clauss lui-même — l’a regardé aussi d’un peu plus près. Cette reprise m’a incité à me pencher encore une fois sur la question, pour vérifier si l’avis de Mommsen était justifié dans sa rigueur 5 et pour discuter le terme le plus important et le plus intéressant de cette inscription, la securitas.

  • 6 L’expression semper Augustus pour Septime Sévère n’a pas de parallèle. Il faut probablement penser (...)

9Comme Mommsen l’accepte, l’inscription était dédiée à un membre de la dynastie sévérienne. On peut se demander si c’était seulement Septime Sévère ou plutôt Septime avec un ou deux fils. Les difficultés de lecture des premières lignes pourraient être le résultat d’un martelage, comme c’est le cas pour un grand nombre des inscriptions de la corégence de Septime Sévère avec ses fils 6.

  • 7 Pline, Histoire naturelle VI, 32, 143 : Scenitae, ut diximus, cludunt, et ipsi vagi, sed a taberna (...)
  • 8 Le nom d’une unité militaire, qui aurait construit le praesidium, a peut-être été mal lu.

10Mommsen a sans aucun doute aussi raison de refuser la lecture des quatre derniers mots. Plus de cent ans plus tard, alors que plus de 360 000 inscriptions sont connues, aucune inscription antérieure au ve s. apr. J.-C. qui utilise le terme terror n’a été publiée. Cela vaut encore plus pour l’expression Arabes scaenitae. Sc(a)enitae est un emprunt au grec σκηνίτης, « vivant dans des tentes ». On ne le trouve pas dans les inscriptions, mais seulement dans les sources littéraires. Le premier exemple est, à ma connaissance, Pline dans son Histoire naturelle, qui explique même le terme, un indice qu’il n’est pas bien connu de son auditoire 7. Ces faits appuient la décision de Mommsen de ne pas retenir les quatre derniers mots 8.

  • 9 CIL III, 205, 1-5 ; IGLS VI, 2918 ; XV/2, p. 621-629 ; AE 1930, 141.
  • 10 Voir Thomasson 1984, p. 318 s., et 2009, p. 131.
  • 11 Eck 1973, en particulier p. 391 s.
  • 12 Voir par ex. la citation d’E. Renan dans IGLS VI, 2918.

11Pourtant, tous les autres éléments de l’inscription n’ont rien d’improbable. Que l’auteur de cette dédicace soit le gouverneur est très plausible, parce qu’elle fut rédigée en latin dans un pays hellénophone et qu’elle concerne une personne qui honorait apparemment elle seule un empereur, par un monument. Évidemment, si l’inscription a été érigée par un gouverneur, à cet endroit, ce doit être un gouverneur de Syria Phoenice et non de Syria Coele. On ne doit pas oublier que les noms des deux provinces se ressemblent beaucoup, au moins lorsqu’ils sont abrégés, comme cela était la règle dans les inscriptions latines : Syria Phoen(ice) et Syria Coele avaient les mêmes voyelles. Le fait qu’on nomme la province du gouverneur même si l’inscription est érigée dans cette même province ne fait pas difficulté. On ne le faisait pas normalement dans la province elle-même, mais nous connaissons plusieurs inscriptions qui le font justement dans les provinces syriennes sous les Sévères. Au moins douze inscriptions de Syrie Phénicie à cette époque, pour la plupart des milliaires, se réfèrent au gouverneur avec les mots (abrégés normalement) per… legatum Augusti pro praetore praesidem Syriae Phoenices 9. Malheureusement, aucun des trois gouverneurs nommés dans ces inscriptions, Q. Venidius Rufus, D. Pius Cassius — un nom également étrange — et Manilius Fuscus, n’a un nom qui se rapproche de celui de notre inscription. Certes, nous connaissons seulement un petit nombre des gouverneurs de la Syrie Phénicie à cette époque 10 et les gouverneurs de rang prétorien sont généralement beaucoup plus mal documentés que ceux de rang consulaire 11. Calpurnius, si c’était vraiment le nom à lire, est malheureusement trop répandu pour offrir la possibilité d’une identification. On doit souligner dans ce contexte que les inscriptions latines de cette période et de cette région utilisent souvent des caractères très difficiles à lire 12.

  • 13 En Arabie, AE 2001, 1978 (201 apr. J.-C.) : Castellum et s(uum) / praesidium Severianum vexillatio (...)
  • 14 Pour l’usage d’exstruxit, voir Saastamoinen 2010, p. 244 s.
  • 15 La première attestation dans des inscriptions de la construction sous des autorités romaines est o (...)

12C’est également de l’époque des Sévères que nous connaissons au moins trois inscriptions qui se réfèrent à la construction ou à la reconstruction d’un praesidium par un gouverneur. Elles proviennent de différentes provinces de l’empire : Arabie (201), Numidie (197), Pannonie inférieure (197/8) 13. C’est justement l’inscription de Qasr al-Uweinid dans la provincia Arabia avoisinante qui offre, avec l’expression ex(s)truxit, une parallèle très proche pour le verbe donné par Montfaucon 14 (construxit / -erunt sont seulement attestés de façon sûre à l’époque de Constantin dans les inscriptions 15).

  • 16 Sur la question du maintien de l’ordre dans la région, voir Gatier 1999 et Sartre 2007b.
  • 17 Haensch & Weiß 2012, en particulier p. 445 s.
  • 18 CIL III, 199-201, cf. p. 1228 = ILS 5864. Très belles photos de ces inscriptions et de la vallée d (...)
  • 19 Aujourd’hui rien n’en subsiste, voir Yon & Gatier 2009, p. 125.

13Qu’on ait construit un praesidium en un lieu si important et dangereux pour les voyageurs, ainsi que de Monceaux l’a décrit, est bien imaginable, encore plus après une guerre civile qui a laissé des partisans fugitifs de Pescennius Niger. On connaît d’autres exemples d’inscriptions qui mentionnent des travaux faits pour la sécurité des voyageurs 16 et qui sont gravées sur les rochers à des endroits de passage dangereux 17. Pour la région dont il est question, on doit mentionner de plus trois inscriptions du règne de Marc Aurèle et L. Verus « in angustiis fluminis Wady Barada ad vicum Suk Barada e regione montis q. d. Nabi Habil, ubi fuit Abila Lysaniae » (CIL), c’est-à-dire à environ 20 km au nord-ouest de Damas 18. Les empereurs viam fluminis vi abruptam interciso monte restituerunt per Iul. Verum leg. pr. pr. provinc. Syriae et amicum suum inpendiis Abilenorum. Un des premiers témoins de cette inscription a ajouté : « Oben am Berge findet sich ein durch den Fels gehauener Canal, der das Wasser ableitet und einem ferneren Bergsturz an dieser Strasse für immer gesteuert hat » 19.

14Bien sûr, il n’est pas possible de reconstituer l’inscription dans le détail, bien qu’aucun élément ne soit sans parallèle (pour la securitas, voir infra). On a l’impression que de Monceaux a déchiffré de grandes parties d’une inscription difficile, mais qu’au lieu de marquer les endroits illisibles, il a essayé de combiner ce qu’il pouvait lire pour obtenir un texte complet. Il est bien possible que l’inscription se soit perdue pour toujours lors d’une chute de pierres dans les années qui suivirent sa visite. Peut-être un hasard heureux nous apportera-t-il des parties identifiables de l’inscription ou au moins — par une autre inscription — le nom du gouverneur en question.

  • 20 Voir en particulier Schrimm-Heins 1991, particulièrement p. 133-140.
  • 21 CIL VIII, 20816, cf. ILS 396 ; AE 1902, 220 ; cf. Saldern 2003, p. 111 s. Les exemples dans les co (...)

15Il reste à discuter le terme le plus intéressant : securitas. Ce terme 20 a une histoire très instructive dans l’épigraphie latine. On le trouve dans environ 240 inscriptions et c’est justement sous Commode et Septime Sévère qu’il fait son entrée dans l’épigraphie monumentale publique et officielle. Ce sont apparemment deux inscriptions de Maurétanie Césarienne, des environs d’Auzia, qui rapportent que Commode en 184 securitati provincialium suorum c(o)nsulens turres novas instituit et veteres refecit oper(a ?/-ibus) militum suorum, c’est-à-dire que Commode, « en tenant compte de la sécurité de ses sujets qui vivent dans les provinces, a laissé construire de nouvelles tours et reconstruire les plus anciennes grâce aux efforts de ses soldats » 21. Cela correspond à la vision traditionnelle (mais pas nécessairement fausse) de la « crise de l’empire » d’après les guerres contre les Marcomans, vision qui voulait que la sécurité était invoquée au moment où il y avait des menaces extérieures et des troubles intérieurs.

  • 22 Schrimm-Heins 1991, p. 137 : « Securitas als politischer Begriff ist ein “Schlagwort aus der Zeitb (...)
  • 23 Velleius Paterculus, II, 89.
  • 24 Velleius Paterculus, II, 103, 4 ; cf. également 98, 2.
  • 25 Luc. 73, 2 ; cf. Clem. I, 1, 8 s. ; 19, 5. Voir également OGIS 669 = IGR I, 1263, 10.
  • 26 Pline le Jeune, Ep. X, 58, 7.
  • 27 Pour Pline, voir Roche 2011, p. 1-28, en particulier p. 8, cf. 7 s.
  • 28 CFA 8, l. 10, 30 gh, l. 2 (?) et 40, l. 30 s. ; voir Scheid 1990, p. 312 s.
  • 29 Voir Gottschall 1997.

16De toute façon, c’est seulement dans ces années que les inscriptions officielles et la population de l’empire commencèrent à reprendre un slogan qui était propagé depuis longtemps par la monnaie impériale et par la littérature 22. Velleius Paterculus en parle déjà et il le fait plusieurs fois, ainsi à propos des conséquences de la victoire de futur Auguste sur Marc Antoine et Cléopatre : Prisca illa et antiqua rei publicae forma revocata, redit cultus agris, sacris honos, securitas hominibus 23. L’adoption de Tibère offrait d’après lui spemque conceptam perpetuae securitatis aeternitatisque Romani imperii, c’est-à-dire « l’espoir de la sécurité perpétuelle et de l’éternité de l’empire romain » 24. Senèque la mentionne plusieurs fois, entre autre ad propositum bene vivendi confert securitas publica 25. Nerva se réfère, dans un édit des premiers temps de son règne, à la securitas omnium qui est pour lui plus importante que sa tranquillité personnelle (quieti meae26. Dans les éloges de Trajan par Tacite et Pline, la securitas est mentionnée plusieurs fois 27. D’après Tacite, sous Trajan, la securitas publica n’est pas seulement l’objet de l’espoir et des vœux, mais presque la réalité (Agr. 3, 1). Des sacrifices des frères Arvales — et sans doute des autres collegia sacerdotaux — à la securitas sont connus sous Tibère, peut-être Néron, et Galba 28. Un grand nombre d’émissions monétaires impériales, de Néron jusqu’à la fin du ive s., se réfèrent à la securitas Augusti, la securitas publica (sous Antonin le Pieux, Marc Aurèle et Septime Sévère), la securitas rei publicae, la securitas populi Romani, la securitas imperii, la securitas orbis, la securitas temporum et la securitas perpetua 29.

  • 30 CIL XIV, 2899 = ILS 3788 ; cf. CIL XIV, 2898 = ILS 3787.

17Il n’y a pourtant presque pas d’écho de ces émissions dans l’épigraphie monumentale et officielle jusqu’à Commode. Seul un autel dédié Securit(ati) Aug(ustorum), avec un autre dédié Paci August(orum ?), par les decurion(es) populusque coloniae Praenestin(ae), est daté pour des raisons archéologiques dans les dernières années d’Auguste ou les premières de Tibère 30.

  • 31 CIL XI, 5631 = ILS 432.
  • 32 ILAlg. II, 1, 675-678.

18La situation change, comme je l’ai expliqué, dans les dernières décennies du iie s. J’ai déjà cité les deux inscriptions de Commode. Camerinum honore Septime Sévère en 210 en raison de sa décision de confirmer le traité du iiie s. av. J.-C. entre Rome et Camerinum : caelesti eius indulgentia in aeternam securitatem adque gloriam iure aequo foederis sibi confirmato Camerte[s], « qui, dans son indulgence céleste apportant la sécurité éternelle et la gloire, a de lui-même confirmé le traité sur un pied d’égalité aux Camertes » 31. Sous Caracalla, un notable de la confédération de Cirta en Afrique du Nord a payé à l’occasion de ses magistratures deux statues, une statua aerea Secu[ri]tatis Saeculi et une statua aerea Indulgentiae domini nostri. Il a également offert un arc de triomphe avec une statua aerea Virtutis domini nostri Antonini Aug(usti32.

  • 33 Maximien : AE 1934, 7. Constantin : CIL VI, 1140, cf. p. 3778, 4328 = ILS 692 ; CIL VIII, 7005, cf(...)
  • 34 CIL III, 12483 = ILS 724, cf. III/2, p. CLXXII.
  • 35 Constance II : CIL III, 4180, cf. p. 1751 = ILS 727 = RIU I, 48. Valentinien et Valens : CIL VIII, (...)
  • 36 CIL VI, 41389.

19Mais après ces exemples des environs de 200 apr. J.-C., c’est en particulier au ive s. que le terme est utilisé dans l’épigraphie monumentale officielle. On désigne Maximien Hercule comme publicae securitatis conservator, des termes comparables sont utilisés pendant les règnes de Constance, Constantin (fundator etiam securitatis aeternae et perpetuae securitatis ac libertatis auctor), Constantin et Licinius (fundator publicae securitatis et Romanae securitatis libertatisq(ue) vindices) ; Valentinien, Théodose et Arcadius sont également qualifiés de publicae securitati(s) auctor par un praefectus urbis iterum 33. Au cours du même siècle, on a souligné plusieurs fois qu’un acte officiel voulait procurer de la securitas. Sous Constantin II et Constance II, à Troesmis, les empereurs locum in parte limitis positum gentilium Gotho[ru]m temeritati semper aptissimum ad confirmandam provincialium [s]uorum [ae]ternam securitatem erecta istius fabri[c]ae munitione clauserunt latru[nc]ulorumque impetum perennis mun[imi]nis dispositione tenuerunt 34. Sous Constance II, un préfet de prétoire a construit des horrea à Savaria in securitatem perpetem rei annonariae. Une formule presque identique est employée à Rusicade en Numidie sous Valentinien et Valens (ad securitatem populi Romani pariter ac provincialium35. À l’époque de Valentinien III et de Théodose II, on pourrait même mentionner, dans l’éloge d’un politicien très éminent, Flavius Aetius, ses efforts pour procurer la securitas : huic [s]enatus populusq(ue) Romanus ob Italiae securitatem quam procul domitis gentib(us) peremptisque [B]urgundionib(us) et Gotis oppressis vincendo praestit[it] 36.

  • 37 CIL VI, 639 ; cf. 638. La proposition de lire en CIL III, 10423 = Tit. Aq. I, 110, in sec[uritate](...)

20À ce manque d’inscriptions officielles qui utilisent le terme de securitas pour caractériser l’empereur avant le ive s. correspond l’absence presque totale de témoignages pour un culte de la securitas. On peut citer seulement un donum fait par un certain poète Glitius Felix Vergilianus à la securitas Caelestis à Rome 37.

  • 38 Il est souvent très difficile de déterminer si l’on considérait la securitas comme une déesse ou c (...)
  • 39 Bien sûr, des épitaphes de soldats présentent une telle formule. Mais — contrairement à ce qu’on p (...)

21Il semble impossible de déterminer dans quelle mesure cette diffusion de la securitas dans les inscriptions monumentales a influencé la diffusion de la securitas dans les inscriptions de loin les mieux attestées, c’est-à-dire les inscriptions funéraires. Environ 165 épitaphes mentionnent la securitas 38, avec trois grands types de formules (et des sous-types). Ou bien l’on se réfère seulement à la securitas (environ 35 témoignages), ou l’on s’adresse aux Dii Manes et à la securitas perpetua (environ 105 témoignages) ou bien encore aux Dii Manes et à la securitas aeterna (plus de 20 témoignages ; voir plus généralement l’appendice). Sans aucun doute, l’usage de ces formules résulte avant tout des habitudes épigraphiques et non d’un développement dans le temps ou de l’appartenance à certains milieux sociaux 39 : Dis manibus et perpetuae securitati (ou des formules similaires) est la formule la plus répandue, mais elle n’est pas du tout diffusée dans l’ensemble de l’empire. Cette formule ne se trouve pas ou presque pas dans les provinces hispaniques, en Bretagne, dans les îles de la mer Méditerranée, en Afrique proconsulaire, dans les colonies romaines d’Achaïe et de Macédoine, en Thrace, en Mésie inférieure et dans les Daciae. Dis manibus et aeternae securitati est particulièrement typique des trois Gaules et de l’Espagne (mais dans le cas des provinces hispaniques, il n’y a presque pas de témoignages). À Rome, en Italie, en Narbonnaise, en Lyonnaise et en Afrique proconsulaire, on se réfère plutôt uniquement à la securitas ou l’on parle de domus securitatis, de consepta securitatis, des Dii securitatis, etc. Parmi les inscriptions de Rome, on trouve les témoignages les plus anciens de l’usage d’une formule avec securitas — un affranchi du divus Vespasianus et un Tiberius Claudius Augusti libertus, difficile à dater précisement. Dans les provinces danubiennes, une grande partie des inscriptions est à dater très tardivement, de la fin du iiie ou du début du ive s.

22Pour conclure : Safety first? La réponse est non, car je ne pense pas qu’on doive appliquer ce principe à l’inscription de Syrie. La critique de Mommsen a été trop vigoureuse. Et la réponse est aussi négative si l’on considère la population de l’empire : le slogan de la securitas, propagé par le monnayage impérial et par la littérature, n’a pas été important dans l’épigraphie publique pendant de longues périodes. C’est seulement à fin du iie s. que la securitas est devenue importante dans ce domaine. L’épigraphie privée et funéraire s’est apparemment longtemps développée d’après des règles spécifiques, en particulier celles des habitudes épigraphiques régionales. Mais la dédicace aux Dis Manibus et perpetuae securitatis est peut-être également une conséquence des crises des dernières décennies du iie s. et du iiie s. avancé dans certaines régions de l’empire.

Haut de page

Bibliographie

Eck (W.) 1973 « Sozialstruktur des römischen Senatorenstandes und statistische Methode », Chiron 3, p. 375-394.

Dussaud (R.) 1927 Topographie historique de la Syrie antique et médiévale (BAH 4), Paris.

Gatier (P.-L.) 1999 « Romains et Saracènes : deux forteresses de l’Antiquité tardive dans des documents méconnus », Topoi 9/1, p. 209-218.

Gottschall (U. W.) 1997 « Securitas », LIMC VIII/1, p. 1090-1093.

Haensch (R.) & Weiß (P.) 2012 « Ein schwieriger Weg. Die Straßenbauinschrift des M. Valerius Lollianus aus Byllis », MDAI(R) 118, p. 435-454.

Hartmann (R.) 1921 « Securitas », RE II, A 1, col. 1000-1003.

Hild (F.) 1968 Supplementum epigraphicum zu CIL III. Das pannonische Niederösterreich, Burgenland und Wien 1902-1968, Vienne, 1968.

Instinsky (H. U.) 1952 Sicherheit als politisches Problem des römischen Kaisertums, Baden-Baden.

Kajanto (I.) 1974 « The Idea of Eternity in Latin Epitaphs », Arctos 8, p. 59-69.

Kayser (Fr.) 1994 Recueil des inscriptions grecques et latines (non funéraires) d’Alexandrie impériale (BiEtud IFAO 108), Le Caire.

Mayr (A.) 1909 Die Insel Malta im Altertum, Munich, 1909.

Meynell (G.) 1993 « André de Monceaux, F.R.S. 1670 », Notes and Records of the Royal Society of London 47/1, p. 11-15.

Nesselhauf (H.) 1937 « Neue Inschriften aus dem römischen Germanien und den angrenzenden Gebieten », BRGK 27, p. 51-134.

Pais (E.) 1884 Corporis inscriptionum Latinarum supplementa Italica, Rome, 1884.

Roche (P.) 2011 « Pliny’s thanksgiving: an introduction to the Panegyricus », P. Roche (éd.), Pliny’s Praise, Cambridge, p. 1-28.

Saastamoinen (A.) 2010 The Phraseology of Latin Building Inscriptions in Roman North Africa, Helsinki.

Saldern (F. von) 2003 Studien zur Politik des Commodus, Rahden.

Sanders (G.) 1994 « Securus », Y. Le Bohec (éd.), L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay (Collection Latomus 226), Bruxelles, p. 841-862.

Sartre (M.) 2007a « Un nouveau dux d’Arabie », J.-B. Yon & P.-L. Gatier (éd.), Mélanges en l’honneur de Jean-Paul Rey-Coquais (MUSJ 60), Beyrouth, p. 313-318.

Sartre (M.) 2007b « L’armée romaine et la défense de la Syrie du Sud. Questions de méthode et nouveau document », A. S. Lewin & P. Pellegrini (éd.), The Late Roman Army in the Near East from Diocletian to the Arab Conquest. Proceedings of a colloquium held at Potenza, Acerenza and Matera, Italy (May 2005), BAR IS 1717, Oxford, p. 263-275.

Sayar (M. H.) 1998 Perinthos-Herakleia (Marmara Ereğlisi) und Umgebung. Geschichte, Testimonien, griechische und lateinische Inschriften (Denkschriften der philosophisch-historischen Klasse 269, Veröffentlichungen der Kleinasiatischen Kommission 9), Vienne.

Scheid (J.) 1990 Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte public dans la Rome des empereurs (BÉFAR 275), Rome.

Schillinger-Häfele (U.) 1977 « Vierter Nachtrag zu CIL XIII und zweiter Nachtrag zu Fr. Vollmer, Inscriptiones Baivariae Romanae. Inschriften aus dem deutschen Anteil der germanischen Provinzen und des Treverergebiets sowie Raetiens und Noricums », BRGK 58, p. 452-603.

Schrimm-Heins (A.) 1991 « Gewissheit und Sicherheit. Geschichte und Bedeutungswandel der Begriffe certitudo und securitas », Archiv für Begriffsgeschichte 34, p. 123-213.

Thomasson (B. E.) 1984 Laterculi praesidum, I, Göteborg.

Thomasson (B. E.) 2009 Laterculi praesidum, I, Ex parte retractatum, Göteborg.

Wagner (F.) 1956-1957 « Neue Inschriften aus Raetien », BRGK 37-38, p. 215-264.

Yon (J.-B.) & Gatier (P.-L.) éd. 2009 Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Beyrouth.

Haut de page

Annexe

Annexe

Securitas dans les épitaphes

Lieu Référence Passage concerné Indices de datation, statut (soldat ou marchand)
Roma CIL VI, 1887, cf. p. 3229, 3820 = ILS 1944 Securitati cognationis suae accensus patron(o) divo Aug(usto) Vespasiano
Roma CIL VI, 2268, cf. p. 3307 = ILS 8026 Dis Securitatis
Roma CIL VI, 4877 D(is) M(anibus) s(acrum) et pe(rpe)tu(a)e securitati T(itus) Flavius Elpideforus Ulpi(a)e Hilaritati
Roma CIL VI, 5164 Securitati sacrum
Roma CIL VI, 7102 [Aeter]nam domum Secur[itatis (?)]
Roma CIL VI, 9016 Securitati sacr(um) Iulia Phoebe sibi et Ti(berio) Claudio Nardo et Arphocrae Aug(usti) libertis procurator(i)
Roma CIL VI, 11171 Securitati
Roma CIL VI, 12922 D(is) M(anibus) securitati pientissimae
Roma CIL VI, 13366 S(ecuritati ?) s(acrum ?) Aureliae Optatae
Roma CIL VI, 16061, cf. p. 3518 D(is) M(anibus) quieti et securitati
Roma CIL VI, 18378, cf. p. 3522, 3914 = ILS 8022 D(is) M(anibus) et somno aeternali securitati memoriaeq(ue) perpetuae 13.8.165
Roma CIL VI, 22259 Securitati fidelissimi
Roma CIL VI, 22337 [- - -] quieti [- - -] securitati
Roma CIL VI, 24856 Memoriae et securitati perpetuae qui vixit an(nos) XXXVII m(enses) VI, d(ies) XXI Postumia Agathemer(i)s marito incomparabili
Roma CIL VI, 25607, cf. p. 3918 = ILS 8027 Securitati perpetuae in memoriam
Roma CIL VI, 26227 D(is) M(anibus) (…) fecerunt sibi post securitate(m)
Roma CIL VI, 28047, cf. p. 3535 = CLE 1128 Securitati sacr(um) infelicissimo
Roma CIL VI, 39476 = ILCV 1632 = ICUR VI, 15810 In (a)eterno securitas
Roma ICUR III, 9181 antecessu(m) pro humana securitate vivus fecit
Roma ICUR VIII, 21056 se vi[va fecit - - -] hoc fui cod <es> hoc (h)abis esse (!) cod [sum cogitan]ti de futura se{d}curitade sepu[lcri ne quan]do (e)beniat corpus patiatur iniu[riam]
Roma ICUR X, 26336 = ILCV 3701a se viva fecit (a)eterna securitate com pace
Roma AE 1994, 296 Conssepti (!) Securitatis iie siècle, au plus tard (AE)
Roma AE 1997, 152 [Se]curitati aeternae
Regio I : Capua CIL X, 8220 D(is) M(anibus) [s(acrum?)] aetern(a)e dom[us(?) et per]petu(a)e secur[itatis(?) - - -] soldat d’une legio Adiutrix (?)
Regio I : Ostia CIL XIV, 949 Securitati aeternae
Regio VIII, : Ravenna CIL XI, 168 D(is) M(anibus) Securitati Perpetuae
Regio VIII, : Ravenna AE 1998, 510 D(is) M(anibus) Securitati pientissimae
Regio X : Aquileia CIL V, 1113 = IAquil. I 885 D(is) M(anibus) et perpetuae se[curit]ati Aurelii ; infelicissimo
Regio X : Aquileia ? CIL V, 1119 = IAquil. I 893 [- - - securit]ati pudicissimae
Regio X : Aquileia IAquil. I, 1064 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati piissim(o)
Regio X : Aquileia IAquil. II, 1722 D(is) [M(anibus)] et per[petuae] secu[ritati]
Regio X : Aquileia IAquil. II, 2858 = AE 1974, 342 D(is) M(anibus) et in perpetuo securitate{m} ex(archus) n(umeri) eq(uitum) Stabl(e)s(ianorum) natus in Nor(ico) Ragand(one)
Regio X : Aquileia IAquil. III, 2980 [- - -] Quietis L[- - - do]mus aete[rnae(?) - - -securi]tatis pi(i)ssimo
Regio X : Patavium CIL V, 2896 D(is) M(anibus) Aprilia Priscilla viva posuit securitati per[pe]tua
Regio X : Anauni CIL V, 5078 Bon(a)e memori(a)e et perpetu(a)e securitati bene quiescant reliquias Maximini
Regio X : Altinum CIL V, 2232 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati karissimo
Regio XI : Laus Pompeia CIL V, 6377 D(is) M(anibus) et perpetu(a)e securitatis âge en années et mois, durée de mariage en années et jours
Regio XI : Mediolanum CIL V, 5929 = ILS 7579 D(is) M(anibus) perpetuae securitati negotiatori sagario civi Mediomatrico
Regio XI : Mediolanum CIL V, 6244 = ICI XII, 63 D(is) M(anibus) bonae memoriae et dom(u)i Martinian(i) ex protectoribus iternam sequritatem ex protectoribus, début du ive siècle (ICI)
Regio XI : Novaria CIL V, 6556 = AE 1998, 633 (…) uxori bene merenti perpetuae securitati urne
Narbonensis : Arles CIL XII, 747 D(is) M(anibus) et securitati carissimae ; âge en années, mois et jours
Narbonensis : Dea Augusta Vocontiorum CIL XII, 1679 = ILNarb. VII, 135 D(is) M(anibus) et securitati
Narbonensis : Massilia CIL XII, 409 D(is) M(anibus) et securitati aeternae pientiss(imo)
Narbonensis : Nemausus CIL XII, 3601 S[e]curitati karissim(ae)
Narbonensis : Valentia CIL XII, 1774 = ILNarb. VIII, 42 D(is)] M(anibus) [memoriae] aeternae [et secu]ritati [per]petuae
Narbonensis : Vienna CIL XII, 1968 = ILNarb. V/1, 159 Securitati perpetuae piis(imae)
Narbonensis : Vienna (Sainte-Colombe) CIL XII, 1971 = ILNarb. V/1, 161 D(is) M(anibus) securitati aeternae karissimae
Narbonensis : Vienna (Sainte-Colombe) ILNarb. 278 = ILNarb. V/1, 213 D(is) M(anibus) quieti aeternae perpetuaeque securitati rarissim(o)
Narbonensis : Vienna (Sainte-Colombe) ILNarb. 290 = ILNarb. V/1, 260 [D(is) M(anibus) et perpetuae ?] securitati
Lugdunensis : Ambarri CIL XIII, 2534 = ILAin 99 Securitat(i) perpetu[ae et] aeter[nae memoriae(?)]
Lugdunensis : Aquae Bormonis ? CIL XIII, 2811 Securitati suae M(arcus) Fabius Aug(ustis?) Lar(ibus?) s(ua) p(ecunia) p(osuit) doutes sur l’authenticité de cette inscription dans le commentaire du CIL
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 1958 D(is) M(anibus) et securitati aeternae
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 1962 [D(is) M(anibus) et securi]tat(i) [aeter]nae [et mem]oriae(?) [negotiat(or ?) ar]t(is) alicar(iae)
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 2094 = ILS 8029 D(is) M(anibus) et aeternae securitati sanctissimae
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 2102 Perpetuae securitati et D(is) M(anibus) dulcissime
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 2116 Securitati
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 2120 = ILTG 246 D(is) M(anibus) memoriae quieti securita[ti a]eternae rarissimae
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 2163 [- - - per]petuae securitat[i]
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 2169 D(is) M(anibus) et securitati aeternae
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 2248 [D(is) M(anibus)] et per[petuae securitati]
Lugdunensis : Lugdunum CIL XIII, 2302 = ILS 8030 D(is) M(anibus) et memoriae (a)eter[nae] perpetuae securitat[i]
Lugdunensis : Lugdunum ILTG 225 D(is) M(anibus) [et] securitat[i a]eternae
Lugdunensis : Lugdunum AE 1973, 335 D(is) M(anibus) Iul(i) Maxim(i) et securitati aeternae
Aquitania : Mediolanum Santonum CIL XIII, 1057, cf. IV p. 10 = ILA Sant. 71 [- - - perpetuae (?) sec]uritati
Belgica : Divodurum CIL XIII, 4379 D(is) M(anibus) perpet(uae) secur(itati)
Belgica : Divodurum CIL XIII, 4442 Perpetuae securitati
Belgica (oder Germ. Inf.) : Tungri AE 2004, 939 D(is) M(anibus) e[t] p(erpetuae) s(ecuritati)
Germania superior : Argentorate CIL XIII, 11632 [D(is) M(anibus)] a(eternae) m(emoriae) [perpet]u(a)e securita[ti] [c]arissim(a)e
Germania superior : Argentorate CIL XIII, 11637 [D(is)] M(anibus) [- - -] perpetua[e securitati]
Germania superior : Bingium Nesselhauf 1937, no 123 = CSIR(D) II/14, 39 D(is) M(anibus) [p]erpetuae secu[ri]tati
Germania superior : Mogontiacum ? CIL XIII, 7294 [- - - Securi]tati [- - - X]XII Pr(imigeniae) P(iae) F(idelis) b(ene)f(iciarius) trib(uni)
Germania superior : Mogontiacum CIL XIII, 7298 Quieti et perpetu(a)e securitati circ(itor) n(umeri) Cattharensum
Germania superior : Mogontiacum Nesselhauf 1937, no 118 D(is) M(anibus) et perpetuae securitat[i - - -]
Germania superior : Noviomagus CIL XIII, 6108 [D(is) M(anibus)] perpetuae securitati
Germania superior : Tres Tabernae CIL XIII, 6000 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati
Germania superior : Tres Tabernae CIL XIII, 11650 D(is) M(anibus) perpetuae securitati
Germania superior : Tres Tabernae CIL XIII, 11665 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati
Germania superior : Walsheim CIL XIII, 11690 D(is) M(anibus) (a)etern(a)e quieti [(a)et]ern(a)e securitatis d(ecurio) c(ivitatis) N(emetum) ; carissimo
Germania inferior : Bonna Schillinger-Häfele 1977, no 164 = AE 1978, 570 D(is) M(anibus) et secur[itati] aetern(a)e
Germania inferior : CCAA CIL XIII, 8356 = IKöln 438 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati sc(h)olas[ti]tico sanct[o]
Germania inferior : CCAA CIL XIII, 8364 = IKöln 453 D(is) M(anibus) bon(a)e memoriae perpetu(a)e securitati pientissimi
Germania inferior : CCAA CIL XIII, 8392 = IKöln 496 D(is) M(anibus) et perpetu(a)e securitati
Germania inferior : Noviomagus Batavorum ? CIL XIII, 8746 [- - - se]curitat[i]
Germania inferior : Stockum CIL XIII, 8568 D(is) M(anibus) per(petuae) sec(uritati) [n]egotiatori vest(iario) [i]mportatori
Britannia : Overborough RIB I, 612 D(is) M(anibus) s(acrum) et perpetu(a)e securitati Aurelii ; civ[is - - - vix(it)] an(nos) LIIII, mili[tavit an(nos)] XXXVI
Sicilia : Melita Mayr 1909, II, p. 147 D(is) M(anibus) et somno aeternali securitati memoriaeq(ue) perpet(uae) de l’année 165 ; sarcophage ; sanctissimae, etc. ; âge en années, mois et jours, durée de mariage en années
Sardinia : Carales CIL X, 7719, cf. AE 1992, 871 T(itus) Vinius Beryllus se v[i]vo templum Se[cu]ritati suae sibi fecit posterisque suis
Baetica : Corduba CIL II/7, 418 D(is) M(anibus) s(acrum) aeternae securitati
Baetica : Corduba CIL II/7, 508 Securitati aeternae piissimae indulgentissimae omnium suorum
Mauretania Caesariensis : Aquae Calidae CIL VIII, 21461 = ILCV 3493 optima femina manet aeterno s[ae]culo fruitur perpetuam securitatem âge en années, mois et jours ; chrétienne
Numidia : Cuicul ILAlg. II/3, 8019a D(is) M(anibus) et perpetu(a)e securitate civis Ana{a}unus provitus an(n)oro(m) viginti militavit annos dece(m)
Numidia : Diana Veteranorum CIL VIII, 4615 D(is) M(anibus) s(acrum) et perpetuae securitati
Numidia : Diana Veteranorum BCTH 1932/1933, p. 471 D(is) M(anibus) s(acrum) et perpetu(a)e securitati
Numidia : Lambaesis CIL VIII, 3763 D(is) M(anibus) s(acrum) (…) securitati (a)etern(a)e maritus coniugi bene merenti fecit
Numidia : Lambaesis CIL VIII, 3873 D(is) M(anibus) s(acrum) (…) securitati perpetuae fili(i) pii fecerunt
Numidia : Lamiggiga AE 1969/70, 714 D(is) M(anibus) s(acrum) et in perpetu[o secu]ritati piissimo, etc.
Numidia : Thamugadi AE 2003, 2018 Aeternae securitati
Africa Proconsularis : Carthago ILAfr. 357 [- - -]LL[- - -] templum securit[atis] ex voto se viv[o fecit
Africa Proconsularis : ? Carthago ILTun. 1715 D(is) [M(anibus)] s(acrum) (…) temp(lum) secur(itatis) sibi post(eris)q(ue) suis vivi fece(runt)
Syria : Doliche AE 2011, 1467 D(is) M(anibus) et secur(itati) (a)e(t)e(rnae ?) et [qui]eti (probablement soldat) ex provincia Dacia sup(eriore) ter(r)i(torio) Bassiana(e)
Asia : Nacolea AE 1977, 806 In perpetuo s(a)equ{o}lo sequritate post omnia de l’année 356 ; duc(enario) e numero {eq}(uitum) corn(utorum) sen(iorum) (…) natus in Dacia civitate Fla(via) Singedonum
Thracia : Perinthus CIL III, 14207, 7, cf. p. 2328, 86 = Sayar 1998, no 77 [D(is)] M(anibus) e(t) perpetu(a)e securitati milis leg(ionis) IIXX (!) mil(i)tavit an/nis XII duplic{i}arius
Moesia inferior : Tomis IScythMin II, 383 D(is) M(anibus) / et perpetuae securitati{s} veteranus quidem leg(ionis) XI Cl(audiae) (…) [n]unc opto ut hic lapes aeterna[m] sedem quiescat et me salvum [pi]us et heres Hermes patrono titulum posuit honorandum sepulcro
Moesia superior : Romuliana ILJug. II, 574 = AE 1980, 789 = IMesSup. III/2, 112 D(is) M(anibus) Secu[r(itati)] perp(etuae) le défunt est un Aurelius ; fin du iiie ou du début du ive s. (IMesSup.)
Moesia superior : Singidunum AE 1976, 600 = IMesSup. I, 30 [D(is) M(anibus) pe]rpe[tuae] securita[ti] la femme est une Aelia ; vet(erano) leg(ionis) IIII, Fl(aviae) ex b(ene)f(iciario) trib(uni)
Moesia superior : Viminacium CIL III, 8138 = 14504 = IMesSup. II, 165 [D(is) M(anibus)] e[t p]er[p]e[tuae] secur[i]ta[ti]
Pannonia inferior : Aquincum CIL III, 6463 = 10391 = Tit. Aq. II, 777 D(is) M(anibus) domo aeternae et perpetuae securitati permittente patrono Alfius Vitalis libertus eius viv(u)s sibi fecit ; première partie du iiie s. (Tit. Aq.)
Pannonia inferior : Aquincum CIL III, 13382 = ILS 8028 = Tit. Aq. II, 947 Domo securitati la défunte est une chrétienne ; nata Ulmo ; le mari est un Aurelius ; carissim(a)e ; mil(es) leg(ionis) II Ad(iutricis) P(iae) F(idelis) ; fin du iiie ou début du ive s. (Tit. Aq.)
Pannonia inferior : Aquincum Tit. Aq. II, 563 = AE 2010, 1289 D(is) M(anibus) et perpetu(a)e securitate{m} âge en années, mois et jours ; dulcissim(a)e ; au milieu du iiie s. (Tit. Aq.)
Pannonia inferior : Aquincum ? Tit. Aq. II, 822 = AE 2010, 1334 [D(is) M(anibus)] et per[petuae securitati - - -] [- - -pi]issi[m- - -] ; début du iiie s. (Tit. Aq.)
Pannonia inferior : Taurunum AE 1964, 256 = ILJug. II, 1049 D(is) M(anibus) perpetuae securitati Aur(elia) Bittelliana(?) ex provin(cia) Ital(ia) (…) pr[o]t(ector) duc[en(arius)] coniu[g]i
Pannonia superior : Brigetio (Kornye) CIL III, 4275 = RIU III, 696 D(is) M(anibus) aeternae quieti et{i} perpetuae securitati la défunte est une Aurelia ; rarissimae etc.
Pannonia superior : Brigetio (Kornye) CIL III, 4277 = 10965 = RIU III, 679 [- - -] et perpetua[e] securitati la femme est une Aurelia ; quondam immag(iniferi !) leg(ionis) I Adi(utricis)
Pannonia superior : Brigetio (Komorn) CIL III, 4315 = RIU III, 636 D(is) M(anibus) aeternae quieti et perpetuae securitati plusieurs Aurelii ; pientissimo ; M(arco) Aur(elio) q(uondam) Valenti leg(ionis) I A(diutricis)
Pannonia superior : Brigetio (Komorn) CIL III, 4345 = 11055 = RIU II 569 Perpetuae securitati
Pannonia superior : Brigetio (Komorn) CIL III, 11017 = RIU II 508 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati le défunt est un Aelius ; pecuari(i) leg(ionis) I Ad(iutricis)
Pannonia superior : Brigetio (Kelamantia) RIU II 629 = AE 1969/70, 464 D(is) M(anibus) et perp(etuae) securitati âge en années, mois, jours et heures ; pientissimo ; [q]u[i e]git actum Ant(oni) Agrippini p(rimi) p(ili)
Pannonia superior : Brigetio (Komorn) RIU Suppl. 97 = AE 2000, 1196 D(is) M(anibus) aeternae quieti perpetuae securitatl ob memoriam Aurelii ; tess(erarius)
Pannonia superior : Brigetio (Tokod) RIU III, 763 D(is) M(anibus) et perpetu(a)e securitati la défunte est une Aelia ; le mari : dec(urio) m(unicipii) M( ) quatt(u)orvirus (!)
Pannonia superior : Carnuntum Hild 1968, no 141 [D(is)] M(anibus) [p]erpetu(a)e securitatis (…) (me)moria(m) posu[e]runt la défunte est une Aurelia ; dulcissim(a)e
Pannonia superior : Crumerum CIL III, 3660, cf. p. 1715 = ILS 2308 = RIU III, 759 [- - -] et perpetuae sec[uritati] Aurelii ; mil(iti) leg(ionis) I Adi(utricis)
Pannonia superior : Crumerum RIU Suppl. 101 = AE 2003, 1374 D(is) M(anibus) et perpetu(a)e securitati le défunt est un Aurelius ; centenarius
Pannonia superior : Poetovio CIL III, 4087 = AIJ 391 [D(is) M(anibus)] et perpet[uae s]ecuritati
Pannonia superior : Poetovio AIJ 401 [D(is) M(anibus) et perpe]tuae securitati le mari est un dec( ) ex provincia [- - -]
Pannonia superior : Siscia CIL III, 3985 = AE 1999, 1245 Domu(i) (a)etern(a)e et perpe[t]u(a)e securitati deuxième quart du iiie s. (AE)
Pannonia superior : Siscia CIL III, 3989 D(is) M(anibus) {et} Maximianae Aemiliae et securitati eius perpetuae kariss(imae), etc. ; les hommes sont des Fl(avii) (du ive s. ?)
Pannonia superior : Solva CIL III, 3654 = RIU III, 784 D(is) M(anibus) perpetu(a)e securitati Pientissimo ; le « frère » est strator co(n)s(ularis)
Pannonia superior : Solva RIU III, 792 [- - - aeter]nae securitat[i - - -] le fils est [l]ib(rarius) co(n)s(ularis)
Dalmatia : Prijedor ILJug. I 163 = AE 1958, 66 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati plusieurs Aurelii ; vet(eranus) leg(ionis) X G(eminae) ex b(ene)f(iciario)
Dalmatia : Salona CIL III, 2194, cf. p. 1031 D(is) M(anibus) et securitati locus concessus par une femme, qui ne fait pas partie de la famille
Dalmatia : Salona CIL III, 9497 Dis M(a)n(ibus) et per[p(etuae) se]curit[ati - - -]
Noricum : Bedaium CIL III, 5577 = IBR 22 D(is) M(anibus) et perpetu(a)e s[ecuritati] le défunt a été (centurio) leg(ionis) XX mil[es in] pr(a)etorio
Noricum : Ivenna CIL III, 5078, cf. p. 1825 D(is) M(anibus) [et] perpetu{t}(ae) sec(u)rita(ti)
Noricum : Landschach CIL III, 5472, cf. p. 2286 D(is) M(anibus) perpetu(a)e securitati le défunt Aur(elius) Saturio vet(eranus) co(ho)r(tis) V Breucorum
Noricum : Maribor ? CIL III, 11714 [D(is) M(anibus) et securitati perp]etuae il y a un membre de la [- - - leg(io) III A]ug(ustae) P(iae) V(indicis)
Noricum : Piregg ILLPRON 1308 D(is) M(anibus) p(erpetuae) s(ecuritati)
Noricum : Solva CIL III, 5362 = 11723 D(is) M(anibus) securitati perpetu(a)e parmi les personnes un Aurelius
Noricum : Virunum (St. Donat) CIL III, 4999 Perpetuae securitati
Raetia : Abodiacum CIL III, 5779 = IBR 89 D(is) M(anibus) et perpe(tuae) se(curitati) âge en années et jours ; secundi ordinis (= ?)
Raetia : Abodiacum CIL III, 5780 = 11887 = IBR 90 [D(is)] M(anibus) [et perpetu]ae securi(tati)
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5813, cf. p. 1853 = 5836 = IBR 124 = 148 D(is) M(anibus) perpetuae securitati veteraIV(o) = vetera<n>(o) ?
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5821 = IBR 132 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati le défunt a été exar(chus) Dal(matarum ?) ; âge en années, mois et jours
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5824 = ILS 7598 = IBR 135 Perpetuae me(moriae) et securit(ati) plusieurs Tiberii Claudii ; negotiat(or) artis purpurariae
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5825 = IBR 136 Perpetuae securitati carissimae, etc.
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5830 = IBR 141, cf. p. V = CSIR(D) I/1, 142 Memoriae et perpetuae securitati âge en années, mois et jours ; pientisimo ; negot(iatori)
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5833 = IBR 144 D(is) M(anibus) et perpetuae se[cu]ritati [ne]gotiatori a[rti]s cretaria[e et fla]turariae
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5834 = IBR 145 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati âge en années, mois et jours ; pientissima
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5839, cf. 2328, 201 = 11888 = IBR 151 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati pientissimo
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5842, cf. p. 1050 = IBR 154 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati dulcissimo
Raetia : Augusta Vindelicum CIL III, 5846 = IBR 158 = CSIR(D) I/1, 3 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati ob memoriae dulcissimae
Raetia : Augusta Vindelicum IBR 172 a, cf. p. V D(is) M(anibus) et per(petuae) s[ecuritati (?) - - -]
Raetia : Augusta Vindelicum Wagner 1956-1957, no 33 = CSIR(D) I/1, 26 D(is) M(anibus) [e]t perpetuae securitati plusieurs Aurelii ; rarissimae
Raetia : Augusta Vindelicum Schillinger-Häfele 1977, no 229 = AE 1978, 577 [D(is)] M(anibus) et [p]erpetuae [s]ecuritati carissimae
Raetia : Augusta Vindelicum AE 2011, 850 [[D(is) M(anibus) et perpet(uae) securit(ati)]] [[piissimae]]
Raetia : Augusta Vindelicum AE 2012, 1051 D(is) M(anibus) et pe[erpetuae sec]uritati carissimo
Raetia : Augusta Vindelicum KJ 1988, p. 291 [[D(is) M(anibus) et perpetuae securitati]] [[mancipi ferrariar(um) - - - provinciae Raetiae itemque Daciarum trium (…) carissimo]]
Raetia : Castra Regina CIL III, 5948 = IBR 380 [D(is)] M(anibus) perp(etuae) sec(uritati) [- - - e]x eq(uite) m(isso) h(onesta) m(issione) ex [- - -]
Raetia : Castra Regina CIL III, 5950 = IBR 394 = CSIR(D) I/1, 418 Perpetu(a)e securitati mil(es) leg(ionis) III Ital(icae)
Raetia : Castra Regina CIL III, 5953 = IBR 386 D(is) M(anibus) et perpetuae securit[a]ti libr[ar(io)] leg(ionis) III Ital(icae)
Raetia : Castra Regina CIL III, 5934, cf. p. 1861 = IBR 376 D(is) M(anibus) et perpetuae securitatis
Raetia : Castra Regina CIL III, 5955 = IBR 391 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati
Raetia : Castra Regina CIL III, 5960, cf. p. 1050 s. = ILS 8027 a = IBR 367 = CSIR(D) I/1, 422 D(is) M(anibus) perpetuae securitati et memoriae la défunte est une Aurelia
Raetia : Castra Regina CIL III, 5965, cf. p. 1050 s. = IBR 407 D(is) M(anibus) et perpetuae secur(itati)
Raetia : Castra Regina CIL III, 6571 = 11964 = IBR 369 = CSIR(D) I/1, 37 D(is) M(anibus) et perpetuae securitati Aurelii ; mil(es) leg(ionis) III Ital(icae)
Raetia : Castra Regina CIL III, 15210, 1 = IBR 371 D(is) M(anibus) et per(p)etu(a)e securitat(i) L. Aurelius et autres Aurelii
Raetia : Neuburg an der Donau CIL III, 5890, cf. p. 2328, 201 = 11904 = IBR 233 = CSIR(D) I/1, 210 D(is) M(anibus) (…) perpetua[e] securitat[- - -] dulcissimo, etc.
Raetia : Turkheim Wagner 1956-1957, no 17 [D(is) M(anibus) et perpetuae (?) s]ecurit[ati]
Haut de page

Notes

1 Les sources citées par Mommsen sont Bernard de Montfaucon, L’antiquité expliquée et représentée en figures / Antiquitas explenatiore et schematibus illustrata, IV, 1, La guerre, les voitures, les grands chemins, les ponts, les aqueducs, la navigation : Les levées des gens de guerre, les habits, les magazins, Paris, 1722, p. 133 ; Cornelis De Bruyn, Voyage au Levant : C’est-à-dire, dans les principaux endroits de l’Asie Mineure, dans les Isles de Chio, Rhodes, & Chypre &c. ; de même que dans les plus considérables villes d’Égypte, de Syrie et de la Terre Sainte, La Haye, 1732, V, p. 420.

2 Monceaux n’était pas un voyageur quelconque. En décembre 1667, il fut mandaté par Colbert pour acheter des manuscrits anciens, des médailles et des gemmes pour la Bibliothèque royale. Voir Meynell 1993, qui rappelle, p. 12, qu’une partie de ses papiers s’est malheureusement perdue. De Bruyn, p. 419-420, reproduit les indications suivantes à propos du lieu de la découverte de notre inscription : « Il partit de Damas pour Alep, avec la Caravane. Il trouva, à quatre lieuës de la Ville, le Kan Kasseir, qui est peu éloigné de quatre petits Villages [pour le lieu voir Dussaud 1927, carte IV, carré A 1, “ Khan el-Qoseir ”]. Il y passe un bras d’une des petites Rivieres, qui arrosent cette Plaine, très-fertile & remplie de Villages. A quelque distance de ce Kan, on entre dans les Montagnes, & l’on passe un très-dangereux défilé, ou les Arabes s’embuchent ordinairement. […] Une lieuë au-dessus du Kan, il quitta la Caravane, pour aller au Monastere des Religieuses Basilienes, qui est à la gauche, nommé Sidnaya (aujourd’hui Saidnaya, R. H.), d’où il revint, par un chemin de traverse, à Kotaïffe, Village où il rejoignit la Caravane. »

3 « Il est très clair que l’inscription a été interpolée par un homme sans grandes connaissances, et, pour cette raison, je ne crois pas qu’il ait vu plus sur la pierre que ce que, moi (i.e. Theodor Mommsen, R. H.), j’ai écrit (dans la version à droite, R. H.). Toutes les autres parties me semblent des additions arbitraires et sans fondement ».

4 Voir toutefois Sartre 2007a, p. 316, en particulier n. 15.

5 Voir également Sartre 2007a, p. 316 n. 15 : « Cette inscription pose d’insurmontables problèmes ».

6 L’expression semper Augustus pour Septime Sévère n’a pas de parallèle. Il faut probablement penser à une forme d’imper(ator).

7 Pline, Histoire naturelle VI, 32, 143 : Scenitae, ut diximus, cludunt, et ipsi vagi, sed a tabernaculis cognominati, quae ciliciis metantur ubi libuit.

8 Le nom d’une unité militaire, qui aurait construit le praesidium, a peut-être été mal lu.

9 CIL III, 205, 1-5 ; IGLS VI, 2918 ; XV/2, p. 621-629 ; AE 1930, 141.

10 Voir Thomasson 1984, p. 318 s., et 2009, p. 131.

11 Eck 1973, en particulier p. 391 s.

12 Voir par ex. la citation d’E. Renan dans IGLS VI, 2918.

13 En Arabie, AE 2001, 1978 (201 apr. J.-C.) : Castellum et s(uum) / praesidium Severianum vexillatio / leg(ionis) III Cyren(a)ic(ae) baln(eum) / Mucia[no] et Fab[ian]o [co(n)]s(ulibus) ex(s)truxit. En Numidie, ILAfr. 9, cf. ILTun. 1 (197 apr. J.-C.) : Pro salute Impp(eratorum) nn(ostrorum) / L(uci) Septimi Severi Pertinac(is) / et M(arci) Aureli Antonini Augg(ustorum) / et L(uci) Septimi [[Getae]] Caesaris / Q(uintus) Anicius Faustus co(n)s(ul) de(signatus) / praesidium poni iussit sub / cura Aemili Emeriti dec(urionis) al(ae) / praepositi coh(ortis) II Fl(aviae) Afr(orum) et n(umeri) col(lati). En Pannonie inférieure, CIL III 3387 = RIU VI, 1353 (197/198 apr. J.-C.) : Pro sal(ute) Imp(eratoris) Caesaris L(uci) / {P(ublii)} Septimi Severi Pertina/cis Aug(usti) Pii co(n)s(ulis) II p(atris) p(atriae) et M(arci) Aur(eli) / Antonini Caesa(ris) Tib(erius) Cl(audius) / Claudianus leg(atus) Aug(usti) pr(o) pr(aetore) / praesidium vetustate / coll(apsum) mutato loco manu / milit(um) restitui iussit. Voir également AE 2012, 1022, une dédicace geniis praesidi(or ?)um trouvée à Obernburg am Main (15 juillet 213 apr. J.-C.) : In h(onorem) d(omus) d(ivinae) I(ovi) O(ptimo) M(aximo) / Iun(oni) Reginae Mine(rvae) / Marti Vict(oriae) Genio / loci et Geniis prae/sidium M(arcus) A(urelius) Iul(ius) Su/per b(ene)f(iciarius) co(n)s(ularis) pro se / et suis v(otum) s(olvit) l(ibens) l(aetus) m(erito) Id(ibus) / Iul(iis) Imp(eratore) d(omino) n(ostro) Antoni(no) IIII et Balb(ino) / co(n)s(ulibus). Enfin, on peut mentionner une inscription d’Égypte, CIL III, 12048, cf. p. 2219 ; 13573 = Kayser 1994, no 104 (174 apr. J.-C.) : Imp(eratore) Caesar(e) M(arco) Aureli(o) / Antonin(o) Aug(usto) praesidi/um vetustate dilapsum renova/vit (!) sub C(aium) Calvisium Statianum / praef(ectum) Aeg(ypti) per Valerium Maximum (centurionem) / leg(ionis) II Tr(aianae) Fort(is) VII Kal(endas) Nov(embres) Flacco / et Gallo co(n)s(ulibus) anno XV.

14 Pour l’usage d’exstruxit, voir Saastamoinen 2010, p. 244 s.

15 La première attestation dans des inscriptions de la construction sous des autorités romaines est offerte par CIL VIII, 8713, cf. p. 1934 (Constantin et Licinius) ; nombreux exemples sous Valentinien Ier et Valens : CIL III, 3653 = ILS 775 ; CIL VIII, 2242 et 14728 ; ILAlg. II, 3, 7876 (cf. 7877) ; RIU III, 804 ; RIU Suppl. 128 = AE 2000, 1223. Pour un exemple peut-être déjà sous Dioclétien et Maximien, voir CIL VIII, 16457.

16 Sur la question du maintien de l’ordre dans la région, voir Gatier 1999 et Sartre 2007b.

17 Haensch & Weiß 2012, en particulier p. 445 s.

18 CIL III, 199-201, cf. p. 1228 = ILS 5864. Très belles photos de ces inscriptions et de la vallée du Barada dans Yon & Gatier 2009, p. 119, 122-125.

19 Aujourd’hui rien n’en subsiste, voir Yon & Gatier 2009, p. 125.

20 Voir en particulier Schrimm-Heins 1991, particulièrement p. 133-140.

21 CIL VIII, 20816, cf. ILS 396 ; AE 1902, 220 ; cf. Saldern 2003, p. 111 s. Les exemples dans les contextes municipaux ne sont pas bien datables : CIL IX, 6087, 1 (Telesia, « forma nummaria ex lapide » : inter alia securit. et municip.) ; CIL VIII 23880, cf. ILTun. 666 (Bisica, dans le contexte de l’éloge d’un évergète : et plateae splendorem securitate munivit) ; cf. également CIL V, 1874 = ILS 1118 (dans l’éloge d’un sénateur du temps de Marc Aurèle et L. Verus : qui providentia maximor(um) Imperat(orum) missus urgentis annonae difficul{i}tates iuvit et co(n)suluit securitati fundatis rei p(ublicae) opibus) ; AE 1993, 468 (Misène, dans un décret municipal de 102 apr. J.-C. : petente Tullio Eutycho curatore perpetuo de confirman(da) voluntate pollicitationis suae (…) idque perpetua securitate confirmaretur placuit (...)). Dans le cas de Pais 1884, no 672, on trouve securitas sur un élément architectural.

22 Schrimm-Heins 1991, p. 137 : « Securitas als politischer Begriff ist ein “Schlagwort aus der Zeitbestimmung des 1. Nachchristlichen Jahrhunderts”, ein Zentralbegriff der Kaiserzeit überhaupt. Er drückt die auf Dauer angelegte Pax Romana aus ». Pour une discussion plus large, voir Instinsky 1952.

23 Velleius Paterculus, II, 89.

24 Velleius Paterculus, II, 103, 4 ; cf. également 98, 2.

25 Luc. 73, 2 ; cf. Clem. I, 1, 8 s. ; 19, 5. Voir également OGIS 669 = IGR I, 1263, 10.

26 Pline le Jeune, Ep. X, 58, 7.

27 Pour Pline, voir Roche 2011, p. 1-28, en particulier p. 8, cf. 7 s.

28 CFA 8, l. 10, 30 gh, l. 2 (?) et 40, l. 30 s. ; voir Scheid 1990, p. 312 s.

29 Voir Gottschall 1997.

30 CIL XIV, 2899 = ILS 3788 ; cf. CIL XIV, 2898 = ILS 3787.

31 CIL XI, 5631 = ILS 432.

32 ILAlg. II, 1, 675-678.

33 Maximien : AE 1934, 7. Constantin : CIL VI, 1140, cf. p. 3778, 4328 = ILS 692 ; CIL VIII, 7005, cf. p. 1847 = ILAlg. II, 1, 584. Constantin et Licinius : AE 1966, 166, et CIL X, 7284, cf. p. 993 = ILS 677 ; CIL III, 13734 = ILS 8938. Valentinien : CIL VI, 3791a, cf. p. 3072, 4338, 4346 = 31413. Arcadius : CIL VI, 3791b, cf. p. 3072, 3778, 4338, 4346 = 31414. Théodose : CIL VI, 36959, cf. p. 4355. Cf. également CIL III, 7384 = I. Sestos 51.

34 CIL III, 12483 = ILS 724, cf. III/2, p. CLXXII.

35 Constance II : CIL III, 4180, cf. p. 1751 = ILS 727 = RIU I, 48. Valentinien et Valens : CIL VIII, 7975 = 19852 = ILAlg. II, 1, 379.

36 CIL VI, 41389.

37 CIL VI, 639 ; cf. 638. La proposition de lire en CIL III, 10423 = Tit. Aq. I, 110, in sec[uritate] est très problématique, parce que sans parallèle. Le plus probable est que le tesserarius legionis II Adiutricis Piae Fidelis s’est adressé à Jupiter pour le salut de quelqu’un. Dans le cas de l’inscription mentionnée dans CAG 12, L’Aveyron, Paris, 2011, p. 409, une autopsie est nécessaire avant qu’une interprétation soit possible.

38 Il est souvent très difficile de déterminer si l’on considérait la securitas comme une déesse ou comme un concept abstrait. Je ne suis pas convaincu (contra, par exemple Hartmann 1921, col. 1003 ; Schrimm-Heins 1991, p. 140) que le terme securitas, dans les inscriptions funéraires, se réfère toujours à l’idéal épicurien de l’insouciance. À mon avis, au moins dans le cas des inscriptions du iiie s., on l’utilisait souvent en pensant à la protection de la tombe. Cf. également dans ce contexte TAM II, 122.

39 Bien sûr, des épitaphes de soldats présentent une telle formule. Mais — contrairement à ce qu’on peut lire souvent (par exemple Kajanto 1974, p. 59-69, en particulier p. 61 [avec des doutes] ; Sanders 1994, p. 841-862, en particulier p. 843) — leur nombre n’est pas grand et on trouve des provinces militaires sans témoignage de ce type : les provinces germaniques et daces, la Mésie inférieure et la Thrace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rudolf Haensch, « Safety first? CIL III, 128 et la rhétorique de la securitas », Syria, 93 | 2016, 29-44.

Référence électronique

Rudolf Haensch, « Safety first? CIL III, 128 et la rhétorique de la securitas », Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/4426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.4426

Haut de page

Auteur

Rudolf Haensch

Kommission für Alte Geschichte und EpigraphikDeutsches Archäologisches Institut

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals