Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Dossier : L’épigraphie grecque e...Mothana-Imtān : un village de gar...

Dossier : L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient (Jordanie, Liban, Syrie)

Mothana-Imtān : un village de garnison en Arabie

Annie Sartre-Fauriat
p. 67-82

Résumés

Imtān en Syrie du Sud (Mothana dans l’Antiquité) a livré un corpus de plus de trente inscriptions dont la particularité est d’être en partie rédigées en latin. L’usage de cette langue, rare dans la région où le grec domine, allié à la présence de nombreux textes où il est question de militaires, indique que le village fut le siège de plusieurs troupes auxiliaires romaines entre le iie et le vie s. apr. J.-C. Situé en bordure de la steppe, le village constituait un poste de surveillance, sans que l’on sache à quel danger il devait faire face. Mais la construction également par les habitants de tours défensives accolées aux maisons, ainsi que les camps situés sur la bordure est du Jebel laissent supposer que des menaces bien réelles pesaient sur la région que Rome entendait protéger. Plus que des armées étrangères, il est probable que ce sont des tribus nomadisant dans les étendues steppiques et, au-delà, dans le désert, qui apparaissaient être le principal danger.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wetzstein 1863, p. 281-285.
  • 2 Waddington 1870, p. 480-481.
  • 3 Dussaud & Macler 1901, p. 167-175 ; 1903, p. 430 (simple mention avec renvoi à la publication précé (...)
  • 4 Butler 1907-1949, p. 143, qui, dans une courte notice, se contente de renvoyer à Dussaud pour dire (...)
  • 5 Dunand 1933, p. 246-248.
  • 6 Dussaud & Macler 1901, p. 167-173, no 36.
  • 7 Notitia Dignitatum, Or. XXXVII, 2 (Motha).
  • 8 Chabot 1952, p. 150, l. 11-12.
  • 9 Dussaud 1927, p. 355 (Imtān).
  • 10 Dussaud & Macler 1901, p. 174, no 40 = IGLS XVI, 1340.
  • 11 Dunand 1933, p. 246-247, no 198 (SEG 7, 1186) = IGLS XVI, 1339.

1Le village d’Imtān est situé en territoire syrien, dans le sud du Jebel Druze, à quelques kilomètres au nord de la frontière syro-jordanienne. C’est un village caractéristique de cette région à la limite de la steppe, à plus de 1 250 m d’altitude, ce que ne laisse pas soupçonner le caractère relativement plat du paysage de hautes terres qui l’environnent. Le site ne conserve rien de sa parure monumentale antique, détruite sans doute depuis longtemps, si ce n’est quelques décors en remploi çà et là dans des maisons. Cela explique probablement que peu de voyageurs et de savants s’y soient intéressés. Seuls J. G. Wetzstein (en 1858 1), W. H. Waddington (en 1861 2), R. Dussaud et F. Macler (en 1899 et 1901 3), H. C. Butler (en 1909 4) et M. Dunand (en 1929 5) s’y sont rendus. Le village peut pourtant se prévaloir d’une certaine ancienneté, puisque on y a retrouvé deux inscriptions en nabatéen qui viennent prouver qu’il était déjà occupé à la fin du ier s. apr. J.-C. au moins (l’une est datée de l’an 23 du roi Rabbel II) et qu’il possédait un sanctuaire des dieux Dousarès et Ara 6. On sait par ailleurs quel était son nom dans l’Antiquité, Mothana, car il est donné à la fois par des inscriptions (voir ci-dessous), par la Notitia Dignitatum, au début du ve s. 7, et par la Lettre des archimandrites d’Arabie, vers 570 8. Toutefois, contrairement à ce que croyait Dussaud 9, d’après une inscription où il est question d’un évêque 10, le village n’est pas devenu une polis et il ne figure dans aucune liste épiscopale. L’évêque qui y est mentionné 11 se trouve être l’archevêque de Bostra, Jean, bien connu par ailleurs autour de 540. Comme tout le sud du Jebel, ce village appartenait donc au territoire de Bostra et son histoire est documentée jusqu’à la fin du vie s.

2Le corpus épigraphique de Mothana est constitué à ce jour de trente-trois inscriptions, ce qui est assez remarquable pour un petit village, auxquelles s’ajoutent deux inscriptions de villages proches où il est cité. Si la majorité de ces inscriptions sont en grec comme partout dans cette région, on en relève néanmoins plusieurs en latin (4), ou bilingues (2) mêlant grec et latin. Ce phénomène, plutôt rare dans les villages du Hauran, est à signaler car le latin est présent exclusivement sur des sites où se trouvent des fonctionnaires impériaux et surtout des militaires (Aere-Sanamein, Bostra, Soada-Suweida, Némara, etc.). Or, outre cette caractéristique, le corpus de Mothana se révèle d’une allure très différente de celui des autres villages de la région, puisque s’y manifeste une société cosmopolite dans laquelle l’armée tient une place si importante que l’on est fondé à y voir un lieu choisi par Rome pour y installer des garnisons. Et à Mothana précisément, les inscriptions latines sont complétées par une série d’inscriptions rédigées en grec qui révèlent la présence de corps de troupes ou d’individus liés à l’armée et cantonnés sur le site jusqu’au vie s. au moins.

  • 12 Dunand 1933, p. 247, no 204 (SEG 7, 1191) = IGLS XVI, 1325.

3Un premier indice de la présence de soldats est donné par l’examen de plusieurs consécrations aux dieux sur une série d’autels. Le premier est un autel à cornes, caractéristique du Hauran, qui porte une dédicace en grec 12 :

Δὶ μεγίσ|τῳ Ἡλιο|[π]ο̣λ̣ε̣ι̣τ̣α̣ν̣|ῷ | [- - -].

« À Zeus Très Grand Héliopolitain. »

  • 13 IGLS XIII/1, 9012 (à Bostra en grec) ; IGLS XV, 411 (à Philippopolis-Shahba en latin) ; Waddington (...)

4Alors qu’il est rarement honoré dans le Hauran 13, Jupiter Héliopolitain ne l’est pas moins de trois fois à Mothana.

  • 14 Sartre-Fauriat 2015, p. 301 n. 35 = IGLS XVI, 1326.

5Une seconde dédicace, elle aussi gravée sur un autel à cornes, est venue s’ajouter à la précédente (fig. 114 :

Figure 1.

Figure 1.

Autel à cornes dédié à Jupiter Optimus Maximus (IGLS XVI, 1326)

© A. Sartre-Fauriat

Οδ(ε)ινα(θος) | I(ovi) O(ptimo) M(aximo) | Odaen|athus.

« Odeinathos. À Jupiter Très Bon Très Grand. Odaenathus. »

6Sans que l’on puisse parler réellement d’une bilingue, le texte affiche à la fois un nom en grec, et une dédicace en latin ensuite. Au début, la pierre porte seulement les lettres grecques ΟΔΙΝΑ, ce qui pourrait être un féminin possible d’Οδεινος, mais il est inconnu par ailleurs. La mention cependant d’un Odaenathus comme dédicant à la fin incite à penser qu’il faut lire le même nom au début, incomplet et en grec Οδ(ε)ινα(θος). En tout cas, cette dédicace à Jupiter Optimus Maximus émane probablement d’un soldat, comme l’indique aussi bien le choix du dieu que celui de la langue, mais d’un soldat indigène d’après son nom.

  • 15 Dunand 1933, p. 247, no 205 (SEG 7, 1192) = IGLS XVI, 1327. La copie de Desmaires porte OM au début (...)

7Le bilinguisme prêté aux soldats, du moins dans les actes de la vie privée, est encore illustré par une troisième dédicace au même Jupiter Héliopolitain gravée sur un autel dont il ne reste que la partie inférieure, mais qui avait de bonnes chances de ressembler aux deux précédents 15 :

I(ovi) O(ptimo) M(aximo) He/liopolitan[o] | Διὶ Ἡλιω̣|πολείτῃ.

« À Jupiter Très Bon Très Grand Héliopolitain. À Zeus Héliopolitain. »

  • 16 IGLS XVI, 1328.

8Toutes ces dédicaces à Zeus ou Jupiter Héliopolitain témoignent ici moins de « l’extension du culte héliopolitain jusqu’aux confins du désert de Syrie », comme le pensait Dunand, que de sa popularité chez les soldats. Car ce sont, sans aucun doute, certains d’entre eux qui en sont responsables. Tout comme il n’est pas douteux qu’un soldat soit aussi le commanditaire de l’inscription latine inédite dont il subsiste suffisamment de mots à la fin pour s’assurer qu’il s’agit encore une fois d’une consécration à un dieu 16 :

[- - -]AMEE | <M>oschi M|DIO So(a)di fe|cit de suo.

« … de Moschus … fils de Soadus a fait à ses frais. »

9Si l’on doutait cependant que la présence du latin ne soit liée exclusivement à celle des soldats, trois inscriptions latines supplémentaires en apporteraient la preuve. Deux d’entre elles sont gravées dans des cartouches. Très semblables, mais néanmoins distinctes l’une de l’autre, elles donnent le nom d’une cohorte, sans doute stationnée dans le village.

  • 17 Wetzstein 1863, p. 285, no 69 = IGLS XVI, 1330.
  • 18 Wetzstein 1863, p. 285, no 70 = IGLS XVI, 1331.
  • 19 Mellor & Harris 1975.
  • 20 AE 1967, 530 = AE 1969-1970, 632.
  • 21 I. Jordanie 5/1, 742.
  • 22 Speidel 1977, p. 711.

10Sur la première on lit : Coh(ors) I Aug(usta), sans l’ethnique du corps 17. Sur la seconde, plus complète 18 : Coh(ors) I Aug(usta) Thr(acum) eq(uitata). La dernière, unité auxiliaire de l’armée romaine, servait en Syrie en 88 19, et elle est attestée en Arabie par deux inscriptions, l’une de Kurnub-Mampsis 20, au début du iie s., et l’autre d’Umm al-Quttein 21. Elle est peut-être identique à la cohors I Thracum d’une inscription de Qasr al-Hallabat et de la Notitia 22. N’a-t-elle fait que passer à Mothana ou bien a-t-elle au contraire tenu garnison pendant un temps ? Le caractère soigné des textes laisse envisager plutôt la seconde hypothèse, mais on manque de points de repère datés. On ne sait donc pas si les unités coexistent ou se succèdent sur place.

  • 23 Dussaud & Macler 1901, p. 174, no 41 = IGLS XVI, 1332.

11C’est également le cas d’une autre cohorte de Mothana, dont des soldats et des cavaliers dressent ensemble une dédicace 23 :

[- - -] / mil(ites) et | equ<i>tes | coh(ortis) I | Aug(ustae) | Canathen(orum) e(t) T<r>ach[i]o<ni>t(arum) / fece[runt].

« … les soldats et les cavaliers de la Ire cohorte Augusta des Canathéniens et des Trachônites ont fait faire (ceci). »

  • 24 Roxan & Holder 2003, p. 453-454, no 229.
  • 25 CIL III, 3668 (Holder 2000, p. 213-214, no 92 ; AE 2000, 1210 ; Lőrincz 2001, p. 33, qui est le pre (...)
  • 26 Flavius Josèphe, Guerre II, 421.

12Le nom de la première unité est assuré, mais elle n’est attestée nulle part ailleurs, car il ne faut pas la confondre avec la I Flavia Canathenorum, qui est en Rhétie en 116 au plus tard 24. Pour cela, il faudrait que l’inscription soit exactement datée entre 106 et 116, ce qui paraît improbable. Il s’agit donc d’une autre unité de Canathéniens, soldats originaires de Canatha, la cité du Jebel située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Mothana. Les lettres énigmatiques de la fin doivent quant à elles recouvrir le nom d’une autre unité à laquelle appartiennent une partie des dédicants. M. P. Speidel avait suggéré qu’il s’agissait de la cohors I Augusta Thracum attestée par l’inscription citée ci-dessus (IGLS XVI, 1331), qui pouvait faire pendant à celle mentionnant une cohors I Aug(usta) sans épithète (IGLS XVI, 1330) et qui était peut-être de ce fait Canathenorum. Mais les traces fournies par la copie de Dussaud ne permettent pas une telle restitution. C’est sans doute une inscription retrouvée à Salkhad (IGLS XVI, 1099) à quelques kilomètres de Mothana qui donne une solution. Il y est en effet question d’une cohorte quingénaire, la cohors Canat(henorum) et Tr[achon(itarum)], que l’on est tenté de rapprocher de la cohors (quinquagenaria) Can(athenorum) et Trac(honitarum) mentionnée par une inscription de Pannonie 25. Ainsi, les textes de Pannonie, de Salkhad et de Mothana se compléteraient pour assurer l’existence de cette cohors Canathenorum et Trachonitarum, même si le nom des seconds est régulièrement abrégé. Il est par ailleurs possible que cette cohorte ait été recrutée, au moins à l’origine, par transfert d’une unité hérodienne dans l’armée romaine ; on sait en effet qu’Agrippa II avait recruté un nombre important de Trachonites au moment de la guerre en Judée 26. Le fait qu’il y ait deux cohortes, de fantassins et de cavaliers, soit au moins 1 000 hommes, montre l’intérêt stratégique que Rome accordait à l’endroit.

  • 27 Dussaud & Macler 1901, no 46 = IGLS XVI, 1368.

13Depuis quand ces garnisons sont-elles là et combien de temps y restèrent-elles ? Nous l’ignorons, faute de dates encore une fois. Car, si les indices chronologiques ne manquent pas à Mothana même, ils sont pour la plupart tardifs. La plus ancienne inscription datée à signaler les troupes de Mothana vient d’un village voisin, un peu plus au sud, celui de Anat/Inak 27 :

Μνημεῖον Γουθθα υἱοῦ | Ἑρμιναρίου, πραιποσίτου | γεντιλίων ἐν Μοθανοις ἀνα|φερομένων, ἀπογενο<μένο>υ ἐτῶν ιδʹ, | ἔτι ρϙβʹ, Περιτίου καʹ.

« Tombeau de Gouththas, fils d’Herminarius, préposé aux troupes indigènes enrôlées à Mothana, mort à l’âge de 14 ans, l’an 192, le 21 Péritios. »

  • 28 CIL XIII, 6592.
  • 29 Fiebiger 1943, cf. Bull. ép. 1943, 76 ; Reichert 1987-1990, I, p. 388.
  • 30 Speidel 1977, p. 712-716.

14L’épitaphe de ce fils de militaire est exactement datée de février 298 apr. J.-C. Le père était à la tête d’un numerus stationné à Mothana plutôt que recruté là. La mention de gentiles signifie qu’il s’agit de troupes étrangères plutôt qu’indigènes, non pas étrangères à la région, mais étrangères à l’Empire 28. Ces deux hommes sont peut-être originaires de Germanie où les deux noms sont attestés 29, car Gouththas n’a aucune parenté avec le nom arabe bien connu Γαυτος ; il est plutôt à rapprocher du nom des Goths. De fait, selon Speidel, ces troupes commandées par Herminarius seraient des Gothi Gentiles installés à Mothana depuis les guerres parthiques de Septime Sévère en 197-199 30. Il est possible que l’on ait procédé à des enrôlements de père en fils dans les mêmes unités, et que certains soldats soient des descendants de ces premières troupes, ce qui expliquerait, cent ans plus tard, l’absence d’ethnique et la construction d’un tombeau selon des formes locales.

  • 31 Dunand 1933, p. 248, no 207 (SEG 7, 1194) = IGLS XVI, 1342.

15Un autre exemple est donné par une inscription gravée sur un linteau dans un cartouche à queues d’aronde 31 :

Τοῦτο τὸ μνῆμα | Λαιτίλα δουκην(άριος) | πριμάκηρος, ἐτῶν | νζʹ, ἔτι σαʹ.

« Ce tombeau, Laitila, ducénaire primicier (l’a construit), 57 ans. L’an 201. »

  • 32 Son nom est attesté à Mayence : AE 1897, 114k ; CIL XIII, 10010, 1110. Selon Reichert 1987-1990, I, (...)
  • 33 Dès le ive s. en effet, les officiers — centurions ordinaires et ducénaires, qui semblent en fait é (...)

16Laitila qui, lui aussi, doit être d’origine germanique 32, fait édifier un tombeau à Mothana en 306/307 apr. J.-C. si l’on admet qu’il s’agit bien de la date à la fin du texte, comme on l’attendrait après l’âge du défunt. Une incertitude subsiste toutefois car, si le mot final détaché du reste de l’inscription peut se comprendre ainsi, il pourrait aussi s’agir d’une mauvaise graphie pour ἔκτισα, « j’ai construit », dans la mesure où, de fait, le verbe manque dans ce texte. Quoi qu’il en soit, Laitila, en tant que ducénaire primicier, était un soldat, centurion ordinarius le plus élevé en grade dans le collège des priores de son unité stationnée à Mothana 33.

  • 34 Dussaud & Macler 1901, p. 173, no 37 = IGLS XVI, 1333.

17Dans une autre inscription, plusieurs individus, dont trois appartiennent à l’armée, font construire dans le village un édifice de nature inconnue 34 :

Ἔτ̣<ου>ς σιβʹ, Ἀρτεμισίω̣̣ [- - - ἐπὶ - - - φρ]|ουμεντ(αρίου) στ(ρατιώτου) Μ(άρκου) Ἰου(λίου) κ(αὶ) Α[- - -] | προνοητῶν κ(αὶ) Σιλουά[νοῦ] κ(αὶ)] | Ἀμριλιου ἀπὸ (δεκαδάρχων) ἐκτί[σθη - - -].

« L’an 212, le … Artémisios, … soldat frumentaire, Marcus Iulius et A…, pronoètai, et Silvanus et Amrilios, anciens décadarques, a été construit (ce monument). »

  • 35 Les premiers éditeurs ont restitué le titre comme [φρ]ουμεντ(άριου) στ(ρατιῶν), que l’on peut compr (...)
  • 36 MAMA X, 114.
  • 37 Sheldon 2009, p. 323-333.

18Le premier constructeur, dont le nom manque, était [φρ]ουμεντ(άριος) στ(ρατιώτης) 35. Cette fonction, que l’on retrouve à l’identique dans la lettre de l’empereur Philippe l’Arabe au proconsul d’Asie au sujet des paysans d’Arangoué en Phrygie 36, consistait à la fois à assurer la police secrète et à servir comme agent de renseignements de l’empereur 37. Le corps ayant été remplacé à l’époque de Dioclétien par celui des agentes in rebus, on pourrait douter de la date de l’inscription telle que la copie incline pourtant à la lire, 317/318 apr. J.-C. Si la date est exacte, soit le nom de la fonction s’est maintenu au-delà de la date de la réforme, soit le frumentaire, comme les décadarques, est à la retraite et porte son ancien titre ; Marcus et Iulius sont aussi les prénom et gentilice de Philippe l'Arabe, ce qui tire à nouveau vers le Bas-Empire. En tout état de cause, la construction a bien été réalisée conjointement par un frumentaire et d’anciens militaires, les décadarques associés à des responsables villageois (les pronoètai). Les décadarques, qui désignent des décurions en grec, sont des officiers de cavalerie, et Mothana compte donc parmi sa population des hommes en relation avec une garnison.

  • 38 Waddington 1870, p. 481, no 2036 ; Sartre 2009a = IGLS XVI, 1343.

19Deux autres épitaphes nous font progresser avec une chronologie sûre dans ce milieu de militaires d’origines diverses. En 342/343 apr. J.-C., un personnage du nom de Flavius Gessicas fait construire à Mothana un tombeau pour son épouse, Stercoria (fig. 238 :

Figure 2.

Figure 2.

Épitaphe de Stercoria, femme de Flavius Gessicas (IGLS XVI, 1343)

© A. Sartre-Fauriat

Τεσσερακοντούτης Στερκορία | Γάλλιξ ἐνθάδε κῖτε πόλ(εως) Ρατομαγου | μονῶν ρπεʹ, ἧς καὶ τὸ μνῆμα τοῦθ’ ως | ὁρᾷς ἐκ θεμελίων μέχρις ὕψους Φλ(άουιος) | Γεσσικας ἀνήρ π<ο>τ’ ἐξ ἰδίων ἐξετέλεσε[ν] | ἀναλώσας (δηνάρια) μύ(ρια) (πεντακισχίλια), ἐν ἔτι σλζʹ.

« À quarante ans, Stercoria la Gauloise repose ici, de la cité de Ratomagus, à 185 étapes, dont Flavius Gessicas, alors son mari, a achevé le tombeau tel que tu le vois à ses frais, des fondations jusqu’au sommet, ayant dépensé 50 millions de deniers, en l’an 237. »

  • 39 Voir l’inventaire pour l’Arabie dans Sartre-Fauriat 2001, p. 193-197.

20Certes, rien ne vient ici renseigner sur les fonctions de Gessicas, mais son nom indique une origine étrangère à la région et, mis à part une fonction militaire, on ne voit pas ce qu’il ferait à Mothana au milieu du ive s. Son gentilice Flavius, commun aux soldats et fonctionnaires depuis Constantin, va assez bien dans ce sens. Par ailleurs, il est l’époux d’une Gauloise, Stercoria, qui elle vient de loin, puisqu’elle était originaire de Rouen en Lyonnaise Seconde et on imagine bien qu’elle ait suivi ou rejoint son militaire de mari dans cette contrée de l’Orient à une distance de 185 jours de sa Normandie. On notera que son tombeau, qui a coûté 50 millions de deniers au milieu du ive s., appartient au petit nombre de monuments d’Arabie, publics ou privés, dont le prix extraordinaire témoigne d’une hyper-inflation attestée également en Égypte et en Palestine à la même époque, mais restée pour l’instant inexpliquée 39.

  • 40 Waddington 1870, p. 481, no 2037 ; Sartre 2009b = IGLS XVI, 1344.

21Huit années plus tard, en 350 apr. J.-C., est gravée, aussi sur un tombeau, une autre épitaphe mettant en scène des soldats avec également le prix payé pour la construction (fig. 340 :

Figure 3.

Figure 3.

Inscription sur le tombeau de Flavius Oursos (IGLS XVI, 1344)

© A. Sartre-Fauriat

Φλ(άουιος) Οὖρσος, ἀκτουάρις οὐ|ιξιλλατιο͂νος Μοθανῶν τὼ μ|νῆμα οἰκοδομήσας ἐκ θημελίω|ν ἔτους σμεʹ, μηνὶ Ἰουνίου κγʹ. | Ἐνθάδη κῖτε Οὖρσος βίορχος πατὴρ | τοῦ ὑποτεταγμένου Οὔρσου, διὰ τῆς ἐπι<μ>η|λίης [Τ]ι(βερίου) Κλ(αυδίου). Αὐξίτω οἰκεῖα τῆς ἀναπαύση[ω]ς οἰ<χ>ομέ[νου]. Και|αμο|ς οἰκ|οδό|μος. Μ̣(υρίας) χιλ|ίας | Σύρα[ς] | ἐγὸ ὡ | ῏Ορσος | ἐξ ἰδ[ί]|ων. CΟC

« Flavius Oursos, actuarius de la vexillatio de Mothana, ayant fait construire ce tombeau depuis les fondations, l’an 245, le 23 juin. Ci-gît Oursos, biarchos, père du ci-nommé Oursos, par les soins de Tiberius Claudius. Que prospère la maison de repos du défunt. Kaiamos constructeur. Moi Oursos, j’ai dépensé sur mes propres biens mille myriades de drachmes syriennes. »

  • 41 Voir CJ XII, 20, 3 ; Jean Lydus, Mag. I, 48 ; BGU 316, 4. Sheldon 2009, p. 335-338. On serait tenté (...)

22On reste avec cette inscription dans le milieu des militaires puisque l’auteur de la dépense est l’actuarius de la vexillatio de Mothana, c’est-à-dire le responsable des acta, des archives et des livres de compte d’une unité de cavalerie auxiliaire, qui porte le nom de vexillatio depuis la réforme de Dioclétien. Le père de Flavius Oursos était lui-même militaire, βίαρχος, c’est-à-dire agens in rebus, officier d’état-major et chargé de la police politique 41.

  • 42 IGLS XVI, 1345.

23Peut-être faut-il rattacher aussi à la garnison de Mothana un médecin chrétien, qui fait construire un tombeau à la mémoire de son fils, sans précision de date 42 :

Εἷς Θεὸς Χρ(ιστός). Ἐκ | προνοίᾳ καὶ σ|πουδῇ τοῦτο | τὸ μνῆμα {ο} ἔκτ|ισε Αυειδαλ|λος ἱατρὸς ἐκ τ|ῶν αὐτοῦ καμά|των. Kαὶ Αναμος | υἱός μου μνήσθῃ.

« Un seul Dieu, Christ. Par prévoyance et par zèle, ce tombeau l’a construit Aouidallos le médecin sur ses revenus. Et qu’on se souvienne d’Anamos mon fils. »

  • 43 IGLS XIII/1, 9114.

24On peut en effet s’étonner de trouver un médecin dans un village dont la présence ne peut guère être justifiée que par l’existence d’une garnison. Naturellement, il peut aussi exercer ailleurs, à Bostra par exemple (on y connaît un archi-médecin 43, sans doute lié à la légion qui y cantonne), et être propriétaire foncier à Mothana. L’allusion à ses revenus ne permet pas de savoir s’il parle de ses honoraires de médecin ou de ses revenus fonciers.

  • 44 IGLS XVI, 1345a : Ἀλέξα|νδρο[ς] | ἱππεὺς | ἐτ(ῶν) μγʹ.
  • 45 Annélos fils d’Anamos (IGLS XVI, 1346), Iatouros fils de Ladéphos (Dunand 1933, p. 247, no 203 = IG (...)

25Comme il est habituel, les officiers et administrateurs apparaissent mieux que les simples soldats, y compris dans les épitaphes. À la différence de Bostra où la présence de la légion a suscité un assez grand nombre d’épitaphes simples sur des stèles ou des autels, on n’a trouvé qu’une seule inscription funéraire pour un soldat à Mothana : il s’agit d’un cavalier mort alors qu’il était encore en activité 44. Mais, dans la région du Jebel, on utilise beaucoup moins fréquemment les stèles individuelles que dans la plaine et cela est vrai même pour les civils, dont le corpus du village ne comporte que cinq monuments de ce type. Cela nous amène à constater que, parallèlement à ces différents corps de troupes, cohabitent dans ce village des civils, qui sont des autochtones si l’on en juge par leur onomastique 45.

  • 46 Dunand 1933, p. 246-247, no 198 (SEG 7, 1187) = IGLS XVI, 1339. Jean occupe le siège métropolitain (...)

26Par ailleurs, trois inscriptions viennent témoigner que le village s’est christianisé dans l’Antiquité tardive et qu’une église y a été bâtie, autour des années 539-553, puisque c’est l’archevêque Jean, bien connu par une série d’inscriptions de Bostra, qui a été l’initiateur de cette construction 46 :

† Αὕτη ἡ πύλη τοῦ Κ(υρίο)υ, δίκαιοι εἰσελεύσον | τε ἠν αὐτῇ. Ἐπὶ τοῦ θεοφιλεστ(άτου) ὁσιω(τάτου) Ἰωάννο[υ] | ἀρχιεπισκ(όπου) ἐκτίσθη καὶ ἐτελιώθ<η> ἡ ἁγιωτ[άτη] | ἐκλησία σπουδ<ῇ> Ουαδδου ἀρχιμανδρίτ(ου), ἐν ἔτ[ει - - -].

« Voici la porte du Seigneur, les Justes entreront par elle (Psaume 117, 20). Sous le très aimé de Dieu et très saint archevêque Jean a été construite et achevée la très sainte église, par le zèle de Ouaddos, archimandrite, en l’an … »

  • 47 Dussaud & Macler 1901, p. 167, no 35 = IGLS XVI, 1341. Le premier mot reste sujet à caution.

27La présence d’une église dans le village est d’ailleurs confirmée par une autre inscription 47 :

† <Ὑ>ψοῖτ<ο> ἡ ἁγιοτάτη ἐκλησ(ία).

« Élève-toi, très sainte église. »

  • 48 Lettre des archimandrites d’Arabie, Chabot 1952, p. 150, l. 11-12.
  • 49 Dussaud & Macler 1901, p. 174, no 40 = IGLS XVI, 1340.

28Les travaux étant placés sous la surveillance d’un archimandrite, l’église devait être celle d’un couvent. On sait qu’il en existait au moins un à Mothana, tenu par des monophysites vers 570 48, et une inscription en mentionne peut-être la construction 49 :

[Ἐπὶ τοῦ] θεοσε[β(εστάτου) | καὶ ὁ]σιωτ(άτου) [- - - | - - -]ου ἐπι[- - - | - - -] καὶ ἀρ[χι̣|μα] | νδρίτ(ου) [ἐκ|τίσ]θη τ[ὸ - - -].

« Sous le très pieux et très saint …, et archimandrite, a été construit le monastère (?) … »

  • 50 Notitia Dignitatum, Or. XXXVII, 2 (Motha).
  • 51 Waddington 1870, p. 480, no 2033 (fragments a-e) ; Wetzstein 1863, p. 284, no 68 (fragment f) ; Dus (...)

29Pour en revenir aux soldats, on voit que toutes les inscriptions qui mentionnent explicitement ou indirectement l’armée à Mothana sont antérieures au milieu du ive s. Cela pourrait faire penser que les garnisons avaient déserté le lieu après cette période. Pourtant, la Notitia Dignitatum, au début du ve s., cantonne à Motha les equites scutarii Illyriciani, que les inscriptions ignorent 50. Nous n’avons aucune raison de douter de l’information car, de fait, la garnison se maintint au moins jusqu’à la fin du ve s. ou le début du vie s. En effet, la découverte à Mothana de dix fragments d’un long texte qui n’est autre qu’une copie de la célèbre constitution de l’empereur Anastase destinée à réorganiser l’empire d’Orient à la fin du ve s. 51 ne se justifie que par la présence de soldats : la constitution fut d’ailleurs affichée dans plusieurs postes de garnison de la province (Bostra, Qasr al-Hallabat, Salkhad, Umm al-Jimal), ainsi qu’à Jérusalem. On constate donc qu’en 492 ou en 507, dates retenues pour sa promulgation, il existait encore une garnison romaine suffisamment importante dans ce poste isolé.

  • 52 IGLS XVI, 1284a.

30Une confirmation indirecte en est apportée par une inscription trouvée en 2006 dans le village de Umm al-Rumman, mais censée venir du site de Kharayeb à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Mothana (fig. 452. Le texte, commencé à l’intérieur du cartouche, déborde de tous côtés dans les queues et hors du cadre, la fin se situant à la partie supérieure. Par ailleurs, le bloc semble avoir été raboté à droite où des lettres sont gravées en dehors de la moulure du cartouche.

Figure 4.

Figure 4.

Inscription d’Umm al-Rumman évoquant le castrum de Mothana et la construction de tours (IGLS XVI, 1284a)

© A. Sartre-Fauriat

Ὑπατίᾳ Φλ(αουίου) Κέλερος καὶ Βη|ναντίου το͂ν λαμπρ(οτάτων) ἔτους υδʹ | τῆς | ὐπαρχίας μηνὸς Ξανθίκ(ου) χρόνον π̣[ρώ]|τις ? ἰνδικ(τιῶνος), Φλ(άουιος) Οβεδας ΤΙΕΒOY | στρατ̣η̣(γὸς) | κάστρου Μουθανον ὐκαδάμισα | τὼν βοῦργων καὶ τ̣ὴ̣ν αὐλὴν ε̃ξελθεν χρύ(σινα) ντʹ.

« Sous le consulat des clarissimes Flavius Celer et Venantius, l’an 404 de la province, au mois de Xanthicos, la première indiction ?, Flavius Obedas ΤΙΕΒΟU, stratège du castrum de Mothana, j’ai fait construire la tour et il a achevé la résidence pour 350 pièces d’or. »

  • 53 Pour les différentes hypothèses, on se reportera à la publication de l’inscription dans IGLS XVI. N (...)

31L’inscription est datée à la fois par les consulats de Flavius Celer et de Decius Marius Basilius Venantius Junior, par l’ère provinciale et par l’indiction. La difficulté est de faire concorder toutes ces indications, mais on se contentera ici de dire que l’inscription date sans doute d’avril 508. Le texte pose néanmoins un autre problème non résolu : les lettres ΤΙΕΒOY qui suivent le nom de Flavius Obedas, que l’on ne sait expliquer 53 et qui précèdent sa fonction militaire, stratège du κάστρον Μουθανον. Le site n’est donc plus appelé seulement Mothana, comme on a à la même époque κάστρον Μεφαα (Umm al-Rsas), en Jordanie dans le territoire de Madaba. À cette date, on notera que le prix de la construction est exprimé en pièces d’or.

  • 54 IGLS XVI, 1332, supra, n. 23.

32L’ensemble de la documentation permet donc bien de conclure que des garnisons de fantassins et de cavaliers ont stationné dans le village entre le iie et le vie s. On peut se demander combien ces soldats étaient et quelles tâches ils y effectuaient. De même, la question reste entière de savoir où se situait le camp et pourquoi on avait stationné là des unités face à la steppe et au désert. Il est difficile d’évaluer les effectifs faute de traces matérielles, mais il semble y avoir eu au moins un millier d’hommes quand deux unités y stationnaient ensemble 54. Toutefois, tous n’étaient pas forcément sur place en même temps. Il est vraisemblable que des détachements devaient être envoyés régulièrement en patrouille dans la steppe ou le désert, bien qu’aucune inscription ne fasse état de ces déplacements militaires.

  • 55 Jérôme, Chron., Ol. 281, 5e année de Constance II. Peut-être le même séisme enregistré en 341 à Ant (...)
  • 56 Waddington 1870, p. 480-481, no 2034 = IGLS XVI, 1334.

33Il est en revanche probable que l’armée locale pouvait être utilisée à d’autres services en cas de nécessité. On sait en effet qu’elle pouvait être employée à des tâches diverses de construction ou d’entretien (routes, ponts, canalisations, etc.). Or il est attesté que deux séismes ont frappé l’Orient : l’un en 341, qui affecte Antioche, et l’autre en 342, qui concerne cette fois « tout l’Orient » 55, au cours desquels les destructions durent être importantes. Ce n’est sans doute pas le hasard si, à Mothana, on a fait référence, dans deux textes gravés sur chacune des faces d’une grande base, au dégagement de décombres par les soins du gouverneur 56 :

Ἐπὶ τῆς ἁγ̣νίας | τοῦ κυρίου μ(ου) τοῦ | δ(ιασημοτάτου) ἡ(γέμονος) ἡ(μῶν) Φλ(αουίου) Ἱεροκλέου[ς] | προνοίας Λ<ε>ῶνος | βουλ(ευτοῦ) ἐγδίκου καὶ | Ρουαιου καὶ Αεδου | καὶ Αυσου πιστῶν | τὸ χῶμα ἐκαθαρίσθη | καὶ ἡ πλάτιος ἱερατικὴ | οἰκοδομήθη καὶ ἐκτίσ|θη ἐπ’ ἀγαθῷ πόλ<εω>ς.

« Conformément à l’intégrité de mon seigneur notre perfectissime gouverneur Flavius Hiéroclès, par la prévoyance de Léon (?), bouleute, ekdikos (= defensor civitatis), et de Rouaios, Aédos et Ausos, pistoi, les décombres ont été nettoyés, l’avenue sacrée bâtie et édifiée pour le bien de la cité. »

34Certes, on note qu’il n’est pas fait explicitement mention de soldats, et seuls apparaissent un bouleute et des pistoi (responsables villageois). Cependant, l’opération devait être d’une certaine ampleur pour que les autorités de la cité de Bostra, dont dépendait Mothana, déléguent un des leurs dans le village pour présider aux opérations. Ce dernier agit avec le concours de trois responsables villageois, des pistoi. C’est l’un des rares cas où l’on voit une cité intervenir dans les affaires d’un village, mais l’intérêt porté à cette bourgade du territoire de Bostra ne s’explique sans doute que par la présence de la garnison.

  • 57 Waddington 1870, p. 481, no 2035 = IGLS XVI, 1335.

35La seconde inscription, sur l’autre face du bloc, moins explicite encore, mais liée aux mêmes événements, paraît conforter cette analyse (fig. 557 :

Figure 5.

Figure 5.

Commémoration de l’ornementation de l’avenue sacrée de Mothana en 343/344 apr. J.-C. (IGLS XVI, 1335)

© A. Sartre-Fauriat

Ὑπὲρ σωτηρίας | καὶ νείκης τῶν | δεσποτῶν ἡμῶν | Κωνσταντίου καὶ | Κώνσταντος Αὐ|γούστων ἐκοσμή|θη ἡ πλάτιος ἱερα|τικὴ τῇ ἱ<ε>ρᾷ ἡμέρᾳ, | ἔτι σληʹ.

« Pour le salut et la victoire de nos maîtres Constance et Constant Augustes a été ornée l’avenue sacrée, le jour sacré, l’an 238. »

  • 58 PLRE I, p. 431-432.

36On hésitera d’autant moins à mettre ces textes en relation avec les séismes de 341-342 que la date est ici clairement mentionnée et que cette face du bloc commémore la dernière phase des travaux (l’ornementation) en 343/344, soit un ou deux ans à peine après le sinistre. On imagine assez bien que le gouverneur chargé de superviser l’opération a dû faire appel aux soldats pour que les choses aient été aussi rapidement accomplies. Flavius Antonius Hiéroclès arriva en effet en Arabie au printemps 343 58 et on sait qu’il est intervenu aussi dans la plaine de la Batanée, à Tafas, un peu au nord d’Adraa, pour faire reconstruire un pont « depuis les fondations » (IGLS XIV, 264) et à Inkhil (IGLS XIV, 362-363) où il est question aussi de reconstructions.

  • 59 Cf. supra, n. 6.

37Ces deux inscriptions de Mothana, gravées sans doute en même temps ou à peu d’intervalle, commémorent donc à la fois le nettoyage, la reconstruction et l’ornementation d’une voie processionnelle dans le village même. Cette « avenue sacrée » devait se présenter comme une rue à colonnades avec ses portiques, ses boutiques et son ornementation qui comportait peut-être aussi des statues. Elle conduisait vraisemblablement à quelque sanctuaire important, mais on ne saurait dire lequel car on ne sait rien des dieux de Mothana, en dehors du sanctuaire de Dusarès et Ara au ier s. apr. J.-C. 59 et des offrandes de militaires signalées ci-dessus en l’honneur de Jupiter Héliopolitain. La grande base sur laquelle furent gravées les inscriptions commémorait les travaux et leur inauguration le « jour sacré », jour de la fête du dieu ou d’un anniversaire impérial.

  • 60 Dunand 1933, p. 246, no 196 (SEG 7, 1184) = IGLS XVI, 1336.

38La disparition des inscriptions militaires après le milieu du ive s. est-elle le reflet cependant d’une baisse des effectifs sur place ou d’activités de terrain qui laissent le village sans défense la plupart du temps face à des dangers particuliers ? L’inscription IGLS XVI, 1284a, qui fait état de construction d’une tour (τὼν βοῦργων), apparemment liée à une résidence privée (τὴν αὐλήν) pour la somme de 350 pièces d’or en ces années 508/509, en est-elle l’indice ? Déjà, en 485/486, un autre propriétaire de Mothana avait fait construire une tour payée elle aussi en monnaie d’or 60 :

Ἀγαθ῀ιε Τύχιε. <Ἠ>λίας Ἐλπιδί|ου πύργον βέβαιον ἐξ ἰδίων | καμάτων μετὰ Μαρτυρί|ο[υ] ἀδελφοῦ. Ἀνελώθη χρ(υσίνα) | ηξʹ, ἔτι τπʹ, | Ἰουλιανὸς οἰκο(δόμος), | Μαρκελλῖνος.

« À la Bonne Fortune. Élias, fils d’Elpidios, (a fait construire) cette tour sûre à ses frais, avec Martyrios son frère. Il a été dépensé 68 pièces d’or, l’an 380. Ioulianos constructeur. Marcellinos. »

  • 61 Dunand 1933, p. 247-248, no 206 (SEG 7, 1193) = IGLS XVI, 1337. On notera que le lapicide utilise i (...)

39Une autre inscription de la même année évoque une construction dont on ignore la nature, mais qui, compte tenu du montant de la dépense (300 pièces d’or), pourrait bien être elle aussi le témoignage d’une de ces maisons fortifiées 61 :

Ἀγαθε Τύχε · Ἤκτισον | Αζιζος καὶ Γαδουος καὶ | Μοχεσος τέκνα Αυσου | ἐκ το͂ν εἰδίον καμάτον, | ἀνέλωσον χρυσοῦ νομίσ|ματα τριουκάσια ΟΥΑΝΤ|ΕΤΩCΤΙΖΝΑ ἐν ἤτους τπʹ.

« À la Bonne Fortune. Ont construit (ce monument) Azizos, Gadouos et Mochésos, les enfants d’Ausos, sur leurs propres ressources, et ont dépensé 300 pièces d’or …, en l’an 380. »

  • 62 Photographies de tours dans Butler 1907-1949, fig. 93 (Sabhah), 101-102 (Buraq), 122-123 (Umm al-Qu (...)
  • 63 Dunand 1932, p. 578, nos 131-130 (SEG 7, 1083-1084) = IGLS XVI, 808-809 : Ἱέρων Μαλχου συνήγορος κα (...)
  • 64 Cyrille de Scythopolis, Vie d'Abraamios de Krateia, éd. Schwartz 1939, p. 244.
  • 65 Sartre 1982, p. 155-162.

40Ces tours, liées à de grandes maisons byzantines, appartiennent à un modèle bien attesté dans cette région, où il en subsiste encore certaines, notamment dans les villages d’Orman et Mellah 62, tout proches de Mothana-Imtān, et dont d’autres constructions sont attestées par l’épigraphie de la région dès le milieu du ive s., par exemple à Rameh, à 2 km de Mushennef 63. Mais faut-il conclure à un regain d’insécurité dans les années 485 ? Est-ce en rapport avec les incursions de nomades jusqu’à Émèse en 490/491 64, peut-être favorisées par la disparition effective du phylarchat salīḥite 65? Ces grosses fermes fortifiées peuvent aussi correspondre à une tradition plus ancienne. En réalité, ce qui étonne c’est de voir construire de tels moyens de protection dans un village qui abrite en principe une garnison. Or, Élias dans l’inscription IGLS XVI, 1136, citée supra, fait explicitement référence à la sécurité (πύργον βέβαιον) !

  • 66 Villeneuve 1985, p. 68, fig. 1.
  • 67 Poidebard 1934, pl. 48-49 ; Nordiguian & Salles 2000 ; Lenoir 2003.
  • 68 Butler 1907-1949, p. 340-342, fig. 307 ; Villeneuve 1989a, p. 119-140 ; 1986, p. 697-715 ; 1989b, p (...)

41La permanence du kastron de Mothana depuis les iie-iiie s. jusqu’au début du vie s. au moins a donc laissé d’évidentes traces épigraphiques, qui s’ajoutent à la brève mention de la Notitia. Mais il reste à découvrir les traces archéologiques, dont celles du camp que François Villeneuve localisait prudemment, avec un point d’interrogation, au sud du village 66. La croissance rapide des villages du Hauran depuis vingt ou trente ans rend difficile le repérage des vestiges, d’autant que l’on ne sait trop de quoi était constitué le castrum : sans doute un enclos avec quelques constructions appuyées sur le mur à l’intérieur. À Mothana, où l’on peut estimer à plusieurs centaines d’hommes les effectifs de la garnison, cohorte et cavaliers, il faut non seulement une caserne, mais aussi des écuries pour les chevaux ou les dromadaires, car l’hiver peut être glacial. Il ne peut s’agir d’un de ces petits fortins sur le modèle de ceux qui bordent la voie du Leja à intervalles réguliers, car ceux-ci n’abritent pas de garnisons permanentes. Le camp devait donc plutôt s’apparenter à ceux qui jalonnent la bordure est du Jebel (fig. 6) et dont les traces ont été révélées par les prospections aériennes et des vestiges au sol, comme ceux de Saʿneh 67 ou de Diyateh 68.

Figure 6.

Figure 6.

Les défenses du Hauran

© A. Sartre-Fauriat

  • 69 Waddington 1870, p. 481, no 2038 = IGLS XVI, 1324.

42Le choix de cantonner là des soldats, outre les capacités d’accueil et de nourriture des hommes et des bêtes dans cette région agricole, paraît avoir été dicté par les possibilités stratégiques du lieu et notamment la présence du tell Khodr au nord du village à partir duquel devait s’effectuer la surveillance des alentours. Depuis le tell, la vue porte loin et les communications sont faciles avec Salkhad, dont le piton était lui aussi vraisemblablement occupé par une garnison, et au-delà avec le camp de la IIIe légion Cyrénaïque à Bostra auquel il était relié par une voie. Le tell Khodr est surmonté aujourd’hui d’un sanctuaire druze, comme souvent dans la région, mais il a fourni plusieurs éléments d’architecture antique : une belle porte en pierre, conservée au musée de Suweida, et trois fragments de corniche sculptée avec des entrelacs et des godrons plats remployés dans une terrasse à l’est du sanctuaire. Sur place, une unique inscription confirme la présence d’un couvent 69 :

Ἐπὶ τ|οῦ θε|οφι|λιστάτ̣|(ου) ἀβᾶ | Ἠλίο|υ τοῦ | ΚΥΟΝ | ΙΡΕΓΗ | CΠΙΤΑΓ|Ο[.]ΙΔ | ΤΗC | ΘΕ|ΟCΟΙCΟC | [οἰκ]όνομο[- - -]Υ.

« Par l’abbé très aimé de Dieu Élias … économe (?) … »

43S’agit-il du monastère déjà signalé par les deux inscriptions mentionnées plus haut ou d’un autre ? On ne saurait le dire. Notons seulement que la présence de moines exclut celle de soldats au même moment. On sait aussi que les postes militaires abandonnés à une époque tardive fournirent souvent refuges aux moines et aux ermites en mal de solitude. En l’absence de sondages, il est difficile d’aller plus loin. Cependant, l’épigraphie fournit suffisamment d’indices invitant à poursuivre la recherche et, peut-être un jour, à ouvrir le sol pour y trouver enfin les traces concrètes de ce poste isolé aux limites de la steppe, sorte de « désert des Tartares » avant l’heure.

Haut de page

Bibliographie

Butler (H. C.) 1907-1949 Publications of the Princeton University Archaeological Expedition to Syria in 1904-1905 and 1909, II. Ancient Architecture in Syria, Leyde.

Chabot (J.-B.) 1952 Documenta ad origines monophysitarum illustrandas (CSCO 52), Louvain/Washington.

Dunand (M.) 1932 « Nouvelles inscriptions du Djebel Druze et du Hauran », RBi 41, p. 397-416 et 561-580.

Dunand (M.) 1933 « Nouvelles inscriptions du Djebel Druze et du Hauran », RBi 42, p. 235-254.

Dussaud (R.) 1927 Topographie historique de la Syrie antique et médiévale (BAH 4), Paris.

Dussaud (R.) & Macler (F.) 1901 Voyage archéologique au Ṣafā et dans le Djebel ed-Drūz, Paris.

Dussaud (R.) & Macler (F.) 1903 Rapport sur une mission scientifique dans les régions désertiques de la Syrie moyenne, Paris.

Fiebiger (O.) 1943 « Herminarius », ZDPV 66, p. 69-71.

Grumel (V.) 1958 Traité d’études byzantines, I. La chronologie, Paris.

Guidoboni (E.) 1989 I terremoti prima del Mille in Italia e nell’area Mediterranea, Bologne.

Holder (P. A.) 2000 « Auxiliaria », ZPE 131, p. 213-218.

Janniard (S.) 2007 « Centuriones ordinarii et ducenarii dans l’armée romaine tardive (iiie-vie s. apr. J.-C.) », A. S. Lewin & P. Pellegrini (éd.), The Late Roman Army in the Near East from Diocletian to the Arab Conquest. Proceedings of a colloquium held at Potenza, Acerenza and Matera, Italy (May 2005), BAR IS 1717, Oxford, p. 383-393.

Lenoir (M.) 2003 « Saʿneh ou le désert des Tartares : un camp oublié du Limes arabicus », Syria 80, p. 139-150.

Lőrincz (B.) 2001 Die römischen Hilfstrupppen in Pannonien während der Prinzipatszeit, I. Die Inschriften, Vienne.

Mellor (R.) & Harris (E.) 1975 « A New Roman Military Diploma », ZPE 16, p. 121-124.

Nordiguian (L.) & Salles (J.-F.) 2000 Aux origines de l’archéologie aérienne : A. Poidebard (1878-1955), Beyrouth.

Poidebard (A.) 1934 La trace de Rome dans le désert de Syrie. Le limes de Trajan à la conquête arabe. Recherches aériennes (1925-1932), BAH 18, Paris.

Reichert (H.) 1987-1990 Lexikon der altgermanischen Namen, Vienne.

Roxan (M.) & Holder (P.) 2003 Roman Military Diplomas, IV (BICS Suppl. 82), Londres.

Sadler (S.) 1990 « Un village du piémont oriental du Jebel el-Arab et son terroir agricole. L’irrigation comme condition d’existence de ce terroir », L’irrigation traditionelle en Syrie (Damas, juin 1987), Paris, s.p.

Sartre (M.) 1982 Trois Études sur l’Arabie romaine et byzantine (Collection Latomus 178), Bruxelles.

Sartre (M.) 1985 Bostra des origines à l’Islam (BAH 117), Paris.

Sartre (M.) 2009a « 61. L’épitaphe d’une Gauloise chrétienne : Stercoria », Yon & Gatier 2009, p. 206-207.

Sartre (M.) 2009b « 13. Une garnison à la frontière du Hauran », Yon & Gatier 2009, p. 72-73.

Sartre-Fauriat (A.) 2001 Des tombeaux et des morts. Monuments funéraires, société et culture en Syrie du Sud du ier siècle av. J.-C. au viie siècle apr. J.-C. (BAH 158), Beyrouth.

Sartre-Fauriat (A.) 2015 « Nouveaux dieux et dieux nouveaux dans le Hauran (Syrie du Sud) à l’époque romaine », M. Blömer, A. Lichtenberger & R. Raja (éd.), Religious Identities in the Levant from Alexander to Muhammed. Continuity and Change, Turnhout, p. 297-311.

Schwartz (E.) 1939 Kyrillos von Scythopolis (BHG 12), Leipzig.

Sheldon (R. M.) 2009 Renseignement et espionnage dans la Rome antique, Paris.

Speidel (M. P.) 1977 « The Roman Army in Arabia », ANRW II. 8, p. 687-730.

Ţentea (O.) 2010 Ex Oriente ad Danubium. The Syrian Units on the Danube Frontier of the Roman Empire, Bucarest.

Villeneuve (F.) 1985 « L’économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran antique (ier s. av. J.-C.-viie s. apr. J.-C.). Une approche », Hauran I Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine. Première partie (BAH 124), Paris, p. 63-136.

Villeneuve (F.) 1986 « Ad-Diyatheh, village et castellum romains et byzantins à l’est du Jebel Druze (Syrie) », Ph. Freeman & D. L. Kennedy (éd.), The Defence of the Roman and Byzantine East II (BAR IS 297), Oxford, p. 697-715.

Villeneuve (F.) 1989a « Citadins, villageois, nomades : le cas de la Provincia Arabia (iie-ive siècles apr. J.-C.) », Dialogues d’Histoire Ancienne 15, p. 119-140.

Villeneuve (F.) 1989b « Prospections archéologiques dans le Hauran (époques romaine et byzantine) », Contribution française à l’archéologie syrienne (1969-1989), Damas, p. 151-158.

Waddington (W. H.) 1870 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris.

Wetzstein (J. G.) 1863 « Ausgewählte griechische und lateinische Inschriften, gesammelt auf Reisen in den Trachonen und um das Haurângebirge », Philologische und historische Abhandlungen der Königlichen Akademie der Wissenschaften zu Berlin aus dem Jahre 1863 [1864], p. 255-368.

Yon (J.-B.) & Gatier (P.-L.) éd. 2009 Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Beyrouth.

Haut de page

Notes

1 Wetzstein 1863, p. 281-285.

2 Waddington 1870, p. 480-481.

3 Dussaud & Macler 1901, p. 167-175 ; 1903, p. 430 (simple mention avec renvoi à la publication précédente).

4 Butler 1907-1949, p. 143, qui, dans une courte notice, se contente de renvoyer à Dussaud pour dire qu’il y a de nombreux vestiges anciens, mais rien qui soit in situ.

5 Dunand 1933, p. 246-248.

6 Dussaud & Macler 1901, p. 167-173, no 36.

7 Notitia Dignitatum, Or. XXXVII, 2 (Motha).

8 Chabot 1952, p. 150, l. 11-12.

9 Dussaud 1927, p. 355 (Imtān).

10 Dussaud & Macler 1901, p. 174, no 40 = IGLS XVI, 1340.

11 Dunand 1933, p. 246-247, no 198 (SEG 7, 1186) = IGLS XVI, 1339.

12 Dunand 1933, p. 247, no 204 (SEG 7, 1191) = IGLS XVI, 1325.

13 IGLS XIII/1, 9012 (à Bostra en grec) ; IGLS XV, 411 (à Philippopolis-Shahba en latin) ; Waddington 1870, p. 524, no 2280 = IGLS XVI, 1385 (à Namara en latin) ; IGLS XVI, 1099 (à Salkhad en latin) ; Sartre-Fauriat 2015, p. 300, n. 30 = IGLS XIV, 613 (provenant probablement de Batanée, en grec).

14 Sartre-Fauriat 2015, p. 301 n. 35 = IGLS XVI, 1326.

15 Dunand 1933, p. 247, no 205 (SEG 7, 1192) = IGLS XVI, 1327. La copie de Desmaires porte OM au début, mauvaise lecture pour OVI, vraisemblablement.

16 IGLS XVI, 1328.

17 Wetzstein 1863, p. 285, no 69 = IGLS XVI, 1330.

18 Wetzstein 1863, p. 285, no 70 = IGLS XVI, 1331.

19 Mellor & Harris 1975.

20 AE 1967, 530 = AE 1969-1970, 632.

21 I. Jordanie 5/1, 742.

22 Speidel 1977, p. 711.

23 Dussaud & Macler 1901, p. 174, no 41 = IGLS XVI, 1332.

24 Roxan & Holder 2003, p. 453-454, no 229.

25 CIL III, 3668 (Holder 2000, p. 213-214, no 92 ; AE 2000, 1210 ; Lőrincz 2001, p. 33, qui est le premier à faire cette proposition de lecture, que nous avions formulée indépendamment de lui en préparant le corpus). D’après Ţentea 2010, p. 39, l’inscription ne viendrait pas de Carnuntum, mais du poste Ad Flexum situé en aval sur le Danube.

26 Flavius Josèphe, Guerre II, 421.

27 Dussaud & Macler 1901, no 46 = IGLS XVI, 1368.

28 CIL XIII, 6592.

29 Fiebiger 1943, cf. Bull. ép. 1943, 76 ; Reichert 1987-1990, I, p. 388.

30 Speidel 1977, p. 712-716.

31 Dunand 1933, p. 248, no 207 (SEG 7, 1194) = IGLS XVI, 1342.

32 Son nom est attesté à Mayence : AE 1897, 114k ; CIL XIII, 10010, 1110. Selon Reichert 1987-1990, I, p. 450, le nom est plutôt celte.

33 Dès le ive s. en effet, les officiers — centurions ordinaires et ducénaires, qui semblent en fait équivalents selon Janniard 2007 — sont regroupés en un collège (κοινὸς τῶν πρωτευόντων).

34 Dussaud & Macler 1901, p. 173, no 37 = IGLS XVI, 1333.

35 Les premiers éditeurs ont restitué le titre comme [φρ]ουμεντ(άριου) στ(ρατιῶν), que l’on peut comprendre comme l’équivalent de frumentarius legionis.

36 MAMA X, 114.

37 Sheldon 2009, p. 323-333.

38 Waddington 1870, p. 481, no 2036 ; Sartre 2009a = IGLS XVI, 1343.

39 Voir l’inventaire pour l’Arabie dans Sartre-Fauriat 2001, p. 193-197.

40 Waddington 1870, p. 481, no 2037 ; Sartre 2009b = IGLS XVI, 1344.

41 Voir CJ XII, 20, 3 ; Jean Lydus, Mag. I, 48 ; BGU 316, 4. Sheldon 2009, p. 335-338. On serait tenté de lire βίορχος pour βίαρχος (l’orthographe est souvent fantaisiste et l’on emploie fréquemment dans la région Ω pour Ο, Η pour Ε, Ο pour Α), mais il semble qu’une barre a été ajoutée à l’intérieur du premier omicron pour le corriger en alpha.

42 IGLS XVI, 1345.

43 IGLS XIII/1, 9114.

44 IGLS XVI, 1345a : Ἀλέξα|νδρο[ς] | ἱππεὺς | ἐτ(ῶν) μγʹ.

45 Annélos fils d’Anamos (IGLS XVI, 1346), Iatouros fils de Ladéphos (Dunand 1933, p. 247, no 203 = IGLS XVI, 1348), Sados fils de Maléchos (Dunand 1933, p. 246, no 197 = IGLS XVI, 1349), Mataras (Dunand 1933, p. 247, no 200 = IGLS XVI, 1350).

46 Dunand 1933, p. 246-247, no 198 (SEG 7, 1187) = IGLS XVI, 1339. Jean occupe le siège métropolitain d’Arabie en 539 au plus tard ; il est encore en place en 553, mais il est remplacé au plus tard en 559 par Thomas. Voir Sartre 1985, p. 114.

47 Dussaud & Macler 1901, p. 167, no 35 = IGLS XVI, 1341. Le premier mot reste sujet à caution.

48 Lettre des archimandrites d’Arabie, Chabot 1952, p. 150, l. 11-12.

49 Dussaud & Macler 1901, p. 174, no 40 = IGLS XVI, 1340.

50 Notitia Dignitatum, Or. XXXVII, 2 (Motha).

51 Waddington 1870, p. 480, no 2033 (fragments a-e) ; Wetzstein 1863, p. 284, no 68 (fragment f) ; Dussaud & Macler 1901, p. 173, no 39 (fragment g) ; Dunand 1933, p. 247, no 201, pl. 18 (fragment h) = IGLS XVI, 1329. Les fragments j et k sont inédits (il n’y a pas de fragment numéroté i en raison d’une possible confusion avec le chiffre 1).

52 IGLS XVI, 1284a.

53 Pour les différentes hypothèses, on se reportera à la publication de l’inscription dans IGLS XVI. Nous remercions Julien Aliquot de ses suggestions pour la date et la fonction du personnage.

54 IGLS XVI, 1332, supra, n. 23.

55 Jérôme, Chron., Ol. 281, 5e année de Constance II. Peut-être le même séisme enregistré en 341 à Antioche par Théophane dans sa Chronographie, s.a. 5833. Cf. Grumel 1958, p. 477 ; Guidoboni 1989, p. 674, no 126.

56 Waddington 1870, p. 480-481, no 2034 = IGLS XVI, 1334.

57 Waddington 1870, p. 481, no 2035 = IGLS XVI, 1335.

58 PLRE I, p. 431-432.

59 Cf. supra, n. 6.

60 Dunand 1933, p. 246, no 196 (SEG 7, 1184) = IGLS XVI, 1336.

61 Dunand 1933, p. 247-248, no 206 (SEG 7, 1193) = IGLS XVI, 1337. On notera que le lapicide utilise indistinctement E pour H, Ο pour Ω et remplace des A par des O. Οn pourrait suggérer de lire τὼ <κ>τίζ<μ>α à la fin du passage resté en majuscules, et cela orienterait vers une construction funéraire car ce mot, bien que non exclusivement utilisé dans ce cas, semble désigner assez souvent un tombeau à partir de la seconde moitié du ive s. apr. J.-C. Cf. Sartre-Fauriat 2001, p. 27.

62 Photographies de tours dans Butler 1907-1949, fig. 93 (Sabhah), 101-102 (Buraq), 122-123 (Umm al-Quttein).

63 Dunand 1932, p. 578, nos 131-130 (SEG 7, 1083-1084) = IGLS XVI, 808-809 : Ἱέρων Μαλχου συνήγορος καὶ Βασιλισκὸς βενεφικ<ι>άριος ὑπατικοῦ καὶ Ἰοῦστος ἀδελφοὶ τὸν πύργον ᾠκοδόμησαν.

64 Cyrille de Scythopolis, Vie d'Abraamios de Krateia, éd. Schwartz 1939, p. 244.

65 Sartre 1982, p. 155-162.

66 Villeneuve 1985, p. 68, fig. 1.

67 Poidebard 1934, pl. 48-49 ; Nordiguian & Salles 2000 ; Lenoir 2003.

68 Butler 1907-1949, p. 340-342, fig. 307 ; Villeneuve 1989a, p. 119-140 ; 1986, p. 697-715 ; 1989b, p. 151-158 ; Sadler 1990.

69 Waddington 1870, p. 481, no 2038 = IGLS XVI, 1324.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Autel à cornes dédié à Jupiter Optimus Maximus (IGLS XVI, 1326)
Crédits © A. Sartre-Fauriat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Figure 2.
Légende Épitaphe de Stercoria, femme de Flavius Gessicas (IGLS XVI, 1343)
Crédits © A. Sartre-Fauriat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 3.
Légende Inscription sur le tombeau de Flavius Oursos (IGLS XVI, 1344)
Crédits © A. Sartre-Fauriat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 4.
Légende Inscription d’Umm al-Rumman évoquant le castrum de Mothana et la construction de tours (IGLS XVI, 1284a)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4450/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Titre Figure 5.
Légende Commémoration de l’ornementation de l’avenue sacrée de Mothana en 343/344 apr. J.-C. (IGLS XVI, 1335)
Crédits © A. Sartre-Fauriat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4450/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Figure 6.
Légende Les défenses du Hauran
Crédits © A. Sartre-Fauriat
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4450/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Sartre-Fauriat, « Mothana-Imtān : un village de garnison en Arabie »Syria, 93 | 2016, 67-82.

Référence électronique

Annie Sartre-Fauriat, « Mothana-Imtān : un village de garnison en Arabie »Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/4450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.4450

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search