Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Dossier : L’épigraphie grecque e...Verinius Marinus, un soldat lyonn...

Dossier : L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient (Jordanie, Liban, Syrie)

Verinius Marinus, un soldat lyonnais mort à Apamée de Syrie

Wilfried Van Rengen
p. 97-106

Résumés

Quelques aspects d’une inscription funéraire d’un militaire, trouvée à Apamée de Syrie, posent des problèmes. Le défunt, Verinius Marinus, est un comptable dans le bureau du légat de la legio II Parthica. La discussion porte sur la datation du monument d’après les épithètes impériales de la légion, sur la mention d’un légat, au lieu d’un préfet, à la tête de la légion et sur l’identité du défunt et de son frère Aeternus, qui érige le monument. Une inscription militaire de Lyon fait connaître la famille entière de Marinus : le père, un vétéran de la legio XXX Ulpia Victrix, dont un détachement faisait partie de la garnison de Lugdunum après 197 ; sa mère, une affranchie de son père, devenue son épouse ; ses deux frères, dont Aeternus, et une sœur. La datation probable de l’inscription d’Apamée en 232/3 implique, pour l’inscription de Lyon, une date vers le début du règne de Sévère Alexandre (entre 222 et 228).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les fouilles du rempart d’Apamée et en particulier de la tour XV, voir Balty 1987 ; pour un pr (...)

1Parmi les inscriptions militaires de la legio II Parthica découvertes lors du démontage de la célèbre tour XV du rempart d’Apamée 1, il y en a une qui sort de l’ordinaire par sa qualité d’exécution, sa typologie et son texte en comparaison des autres épitaphes des soldats de la légion, plutôt stéréotypées, mais en général plus détaillées. C’est le monument funéraire pour Verinius Marinus, librarius (comptable) du bureau du légat de la legio II Parthica, érigé par son frère, Verinius Aeternus. Le texte se lit sans problème, mais il pose des questions sur la date du monument, sur l’origine des deux frères et sur l’existence d’un légat de la IIe légion parthique, dont on sait qu’elle était commandée par un préfet.

Le monument

2Il s’agit d’un grand cippe (fig. 1), découvert en 1987, dont le couronnement est endommagé. Au-dessus de la moulure soignée, l’avant-train très abîmé de deux lions couchés, dont il ne reste que les pattes, est conservé. Le bas du cippe est retaillé : de la dernière ligne, sur le plan oblique de la moulure, il reste la partie supérieure de quelques lettres, qu’on peut facilement restituer.

3Dans une niche se trouve la figure du défunt, aujourd’hui malheureusement acéphale, vêtu d’une tunique courte à longues manches, serrée à la taille par le ceinturon à grosse boucle ronde caractéristique de la première moitié du iiie s., et d’un ample manteau, le bras droit le long du corps. L’homme porte dans la main gauche, ramenée vers la poitrine, une capsa haute, la cassette portative dans laquelle on pouvait transporter ou garder des documents, un objet caractéristique de sa fonction de librarius. De la main droite, il tient le bout pendant du cingulum.

Figure 1.

Figure 1.

Monument funéraire pour Verinius Marinus à Apamée de Syrie

© W. Van Rengen

4Hauteur max. conservée 151 cm ; largeur max. (au sommet) 64,5 cm ; largeur du fût 53 cm ; épaisseur max. (au sommet) 62 cm ; épaisseur du fût 56 cm.

5Qalʿat el-Mudiq. Musée d’Apamée, inv. 109.19.

6Bibliographie : Balty & Van Rengen 1993, p. 40-41, no 17, photo (AE 1993, 1587) ; Stauner 2004, p. 411-412, no 390 (AE 2008, 1523).

7Cf. Balty 1988, p. 99, pl. XIV, 3 ; Holder & Sumner 1992, fig. p. 19 ; Pollard 2000, p. 119-120 ; James 2004, p. 45, fig. D.

Le texte

D(is) M(anibus)
vac Verini Marini
librari(i) off(icii) leg(ati)
4 leg(ionis) II Parth(icae) P(iae) F(idelis) F(elicis) A<e>t(ernae)
qui vix(it) ann(is) XXII
m(ensibus) X d(iebus) XIII mil(itavit) · ann(is) IIII
Verin(ius) · Aeternus vac
8 [fr]atri du[l]ci[ssimo].

« Aux dieux Mânes de Verinius Marinus, librarius du bureau du légat de la legio II Parthica P. F. F. Aeterna, qui vécut 22 ans, 10 mois et 13 jours et servit 4 ans. Verinius Aeternus, pour son frère adoré. »

La date

8À Apamée, l’épigraphiste bénéficie d’une situation privilégiée : une grande partie des inscriptions militaires de la legio II Parthica peut être datée avec précision même à quelques mois près, grâce aux épithètes impériales honorifiques insérées dans la titulature de la légion à la suite d’une faveur particulière de l’empereur. À la différence des autres éléments de la titulature, ces épithètes sont supprimées après la mort d’un empereur. Nous possédons ainsi à Apamée dix-huit inscriptions dans lesquelles la légion est appelée legio II Parthica Antoniniana Pia Fidelis Felix Aeterna ; dans quarante-six documents figure l’épithète Severiana ou Severiana Alexandriana, dans trois l’épithète Gordiana. Dans six inscriptions, la titulature est endommagée, de sorte qu’on ne saurait dire quelle épithète complétait la titulature ou même s’il y en avait une, parce que dans vingt-neuf autres textes, qui sont intacts, la légion apparaît sans épithète impériale (legio II Parthica Pia Fidelis Felix Aeterna) ou même sans aucune titulature (legio II Parthica).

9Notre inscription appartient à la catégorie « titulature habituelle sans épithète impériale », ce qui implique qu’il faudra prendre en compte d’autres critères pour pouvoir assigner ce monument à l’une des périodes pendant lesquelles la légion était présente à Apamée.

  • 2 Sur les déplacements de Caracalla, voir Halfmann 1986, p. 223-230.

10Sans vouloir entrer dans le détail de la chronologie des déplacements de la IIe légion parthique, qui accompagnait chaque fois l’empereur dans ses campagnes (exception faite de l’expédition parthique de Septime Sévère), on peut dire qu’au moins une partie des inscriptions d’Apamée où figure l’épithète Antoniniana peut dater de l’expédition parthique de Caracalla, qui débuta en 214 2. Pendant l’été 215, l’empereur résida à Antioche, la legio II Parthica sans doute à Apamée ; de décembre 215 à mars/avril 216, Caracalla séjourna à Alexandrie, accompagné d’au moins une partie de la légion ; il fut de nouveau à Antioche à la fin du printemps, pendant les préparations de la campagne, et il se peut que la legio II Parthica ait passé ces quelques mois à Apamée. De toute façon, de la fin 216 jusqu’au début du mois d’avril 217 (mort de Caracalla sur la route de Carrhes), la légion était en campagne et elle ne retourna à Apamée que sous Macrin, le successeur de Caracalla. Macrin rentra et resta à Antioche et il est certain que la II Parthica occupait ses quartiers d’hiver à Apamée pendant l’hiver 217 jusqu’à la bataille d’Imma, où Macrin fut vaincu par Élagabal (8 juin 218). Avec la mort de Caracalla, l’épithète Antoniniana disparut de la titulature de la légion. Macrin n’accorda pas d’épithètes honorifiques, mais le mot Antoniniana réapparaît dans la titulature de la légion dans une inscription bien datée entre la bataille d’Imma, qui est mentionnée dans le texte (cecidit in bello Imma), et le départ d’Élagabal pour Rome au début de l’automne 218, sans doute en compagnie de la II Parthica. La plupart (une quinzaine) des inscriptions de la légion où figure Antoniniana doivent dater du début du règne d’Élagabal, et plus précisément de cette courte période de quelques mois entre le mois de juin et le début de l’automne 218.

  • 3 Pour l’itinéraire de Sévère Alexandre, voir Halfmann 1986, p. 231-232.

11L’autre période à laquelle on pourrait attribuer notre inscription est l’hiver 232/3, c’est-à-dire à la fin de la campagne extrêmement épuisante de Sévère Alexandre contre les Perses (231-233), quand la II Parthica, qui porte à ce moment dans sa titulature l’épithète Severiana (Alexandriana), occupa de nouveau ses quartiers d’hiver à Apamée 3. La masse des inscriptions funéraires de soldats de la II Parthica qui datent sans aucun doute de cet hiver est le résultat des pertes considérables infligées par l’ennemi, mais surtout occasionnées par des maladies à cause des circonstances climatologiques épouvantables, qui affectèrent toute l’armée (Hérodien, 6, 5, 1-6 : τοῦ τε στρατοῦ παντὸς νοσοῦντος).

  • 4 Nous faisons abstraction des monuments de l’époque de Gordien : les trois exemplaires conservés on (...)

12Si l’on ne veut pas attacher de l’importance à l’absence d’une épithète impériale, notre inscription doit remonter à l’une de ces deux périodes : été 218 (Élagabal) ou hiver 232/3 (Sévère Alexandre) 4. Si en revanche on estime que cette absence est significative, le monument est à dater de la période comprise entre l’hiver 217 et le mois de juin 218, sous Macrin.

Legatus legionis II Parthicae

  • 5 Ritterling 1925, col. 1478 ; Ensslin 1954, col. 1324-1325.

13Verinius Marinus fut librarius officii legati legionis II Parthicae, comptable dans le bureau du légat de la légion. Cette expression est surprenante, car on sait depuis longtemps que, depuis la création de la légion par Septime Sévère vers 195, celle-ci était commandée par un praefectus appartenant à l’ordre équestre 5. Or, parmi les inscriptions de la II Parthica d’Apamée, il y en a encore deux dans lesquelles un legatus legionis II Parthicae est mentionné.

  • 6 AE 1971, 469 ; Balty & Van Rengen 1993, p. 39, pl. 16.

14La première, gravée sur une stèle à acrotères découverte dans le rempart méridional près de la porte sud, est l’épitaphe d’Aurelius Tato, strator (écuyer) legati legionis II Parthicae 6. La légion ne porte aucune épithète honorifique et la stèle peut dater de 218 (Macrin-Élagabal) ou de 232/3.

  • 7 Encore inédit. Musée d’Apamée, Qalʿat el-Mudiq, sans no d’inventaire.

15La seconde est un cippe à pyramidion provenant de la tour XV. Son texte est très intéressant : le défunt Aurelius Hermodorus, exact(us), lib(rarius) leg(ati) leg(ionis) II Part(hicae) Anton(inianae) P(iae) F(idelis) F(elicis) A(eternae) (centuria) VI has(tati) pr(ioris), a vécu 18 ans, 8 mois, 11 jours et a servi seulement 6 mois 7. Comme Verinius, Hermodorus était comptable dans le bureau du légat de la légion. Comme celle-ci est Antoniniana, il est hautement probable que l’inscription date d’après la bataille d’Imma, grosso modo de l’été 218, et que Hermodorus a été enrôlé dans l’armée début 218, encore sous Macrin, quand la II Parthica hivernait à Apamée.

16Ainsi, sous Macrin, il existait un officium legati legionis dans notre légion, tandis que précisément pour la période entière de la campagne parthique de Caracalla/Macrin et leurs successeurs, un préfet est attesté de façon explicite à la tête de la II Parthica :

  • En 217, encore sous Caracalla, son préfet était Aelius Decius Triccianus, qui praefectus legionis secundae Parthicae militabat et qui equitibus extraordinariis praeerat (Histoire Auguste, Caracalla 6, 7). Celui-ci continua à exercer ce commandement après le meurtre de Caracalla, sous Macrin, jusqu’au moment où il fut nommé gouverneur de la Pannonie inférieure 8, après avoir été admis dans l’ordre sénatorial par adlectio impériale 9. Les premiers milliaires de Pannonie sur lesquels Triccianus figure en tant que gouverneur datent du mois d’août 217, aussi a-t-il dû abandonner le commandement de la légion parthique entre le mois d’avril (après le 11, dies imperii de Macrin) et le mois d’août, si on veut lui ménager un peu de temps pour s’installer en Pannonie 10.
  • Triccianus fut remplacé à la tête de la légion selon toute probabilité par P. Valerius Comazon qui, au printemps de 218, fut l’instigateur de la défection de la II Parthica contre Macrin, ce qui explique sa carrière fulgurante sous Élagabal 11. Il est impensable que le titre de legatus legionis lui ait été décerné par Macrin : Comazon n’appartenait pas à l’ordre sénatorial.
  • Son successeur à la tête de la légion, encore sous Élagabal, en 221, fut T. Licinius Hierocles qui, dans une inscription de Césarée de Maurétanie (CIL VIII, 20996 = ILS 1356), sous Sévère Alexandre, est qualifié de praefectus legionis secunde Parthicae Severianae [[Alexandrianae]] vice legati 12.
  • 13 Sur l’officium praefecti (castrorum) legionis : Stauner 2004, p. 167-170. À partir de Septime Sévè (...)
  • 14 Pflaum 1960-1961, p. 810.

17La conclusion est inévitable : la legio II Parthica n’a jamais été commandée par un legatus legionis et la mention d’un librarius legati, au lieu de librarius praefecti, dans deux inscriptions de cette légion s’explique peut-être par un souci de conformité avec la structure des autres légions, afin d’éviter une confusion avec le titre de librarius praefecti, qui existe effectivement dans les autres légions 13 et dans lequel le praefectus (castrorum) n’est que le troisième en rang des officiers. Dans le même ordre d’idées, selon Pflaum, l’adjonction des mots vice legati dans la titulature très précise de T. Licinius Hierocles, préfet de la II Parthica (voir supra), avait pour but de distinguer ce dernier d’un simple préfet de camp 14.

18Il est clair que ni l’absence d’une épithète impériale dans la titulature de la légion, ni la mention d’un légat à la tête de la II Parthica ne constituent un critère décisif pour dater précisément le monument de Verinius Marinus. On est tenté de regarder le monument d’Aurelius Heliodorus, témoin de l’existence en 218 d’un bureau du légat de la II Parthica sous Macrin et Élagabal, comme un parallèle, et de considérer par conséquent l’inscription de Verinius comme contemporaine (été 218), mais il existe des différences formelles considérables entre les deux monuments : dans celui d’Heliodorus, le mot officium ne figure pas dans la dénomination du bureau, la légion porte une épithète impériale et l’identification administrative du soldat est complète (cohorte, centurie). De plus, mais ce n’est pas un argument décisif, le style du monument de Verinius est plus proche de celui des grands monuments funéraires d’Apamée de l’époque de Sévère Alexandre. Pour sa date, nous penchons donc pour 232/3.

L’onomastique

  • 15 Une dizaine d’exemples dans Dean 1916, p. 223-224.
  • 16 Solin 1983, p. 668-669.
  • 17 Pollard 2000, p. 119-120.
  • 18 Huit attestations sur quinze chez Kajanto 1965, p. 274.
  • 19 Epigraphik-Datenbank Clauss/Slaby (http://www.manfredclauss.de/).

19Concentrons-nous sur Verinius Marinus. Son cognomen est assez fréquent, aussi chez des militaires 15. Tandis que Marinus est un nom parfaitement latin, il a été reconnu de tout temps comme une latinisation, un équivalent phonétique, d’un nom sémitique 16. C’est la raison pour laquelle Nigel Pollard envisage la possibilité que Verinius Marinus ait été un Syrien recruté localement 17. Évidemment, Pollard ne tient pas compte du fait que Marinus était mort après un service de quatre ans et que, par conséquent, il n’a certainement pas pu être recruté à Apamée, voire en Syrie, quelle que soit la date choisie parmi les trois possibilités signalées plus haut pour l’inscription. En ce qui concerne le cognomen de son frère, qui a érigé le monument, Aeternus est un nom qui est surtout répandu en Gaule et en Germanie 18, mais il est extrêmement rare chez les militaires. Une rapide recherche des deux noms combinés dans la base de données Clauss-Slaby (EDCS 19) produit un résultat immédiat : une inscription funéraire de Lyon nous fait connaître la famille complète des deux frères, dont le père, Verinius Ursio, est un militaire à la retraite, un vétéran de la legio XXX Ulpia Victrix.

Une famille lyonnaise

  • 20 Renier 1865.

20Le monument relatif à la famille de Verinius Marinus (fig. 2) fait partie d’un ensemble de 35 blocs qui furent retirés du Rhône en 1864-1865, en aval du pont de l’Hôtel-Dieu (actuel Pont Wilson), et dont quelques-uns appartiennent à des monuments funéraires. Son inscription a été présentée pour la première fois dans une séance de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 20. Elle est conservée au Musée gallo-romain à Lyon (inv. AD 75).

Figure 2.

Figure 2.

Monument funéraire pour Verinius Ursio à Lyon

© W. Van Rengen

21Bibliographie : Allmer & Dissard 1888, p. 389-391, no 75 (CIL XIII, 1901) ; Reuter 2012, p. 166, Kat.-Nr. 142, photo (Bérard 2015, p. 541-542, no 72).

D(is) M(anibus)
et memoriae aeternae
M(arci) Verini Ursionis vet(erani)
4 missi honesta missio-
ne ex leg(ione) XXX U(lpia) V(ictrice)
Verinia Marina do-
mino patrono et con-
8 [i]ugi karissimo sibique
viva fecit et Verini
Ursa Aeternus Mari-
nus Victor fili(i) patri
12 pientissimo ponend(um)
curaverunt et sub
ascia dedicaverunt.

« Aux dieux Mânes et à la mémoire éternelle de Marcus Verinius Ursio, vétéran libéré honorablement de la legio XXX Ulpia Victrix. Verinia Marina à fait construire (ce tombeau) pour son maître, son patron et son très cher époux, et pour elle-même de son vivant, et les quatre Verinii Ursa, Aeternus, Marinus, Victor se sont chargés de l’élever pour leur père très dévoué et l’ont dédié sous l’ascia. »

  • 21 Voir l’article de base de Bérard 1992. Sur les vétérans de la legio XXX Ulpia Victrix en général : (...)
  • 22 Sur le gentilice Verinius : Kakoschke 2006, p. 426-427, GN 1397.
  • 23 Sur les noms de personnes formés sur le nom de l’ours : Forier 2001, p. 486-491, avec le tableau 9, (...)

22Le père, Marcus Verinius Ursio, un des nombreux vétérans dont on a trouvé les épitaphes à Lyon 21, faisait partie du détachement de la legio XXX Ulpia Victrix qui, avec les détachements prélevés sur les trois autres légions rhénanes (I Minervia, VIII Augusta, XXII Primigenia) constitua sous Septime Sévère la garnison de Lugdunum après la défaite de Clodius Albinus en 197. Son gentilice Verinius — et le cognomen Verinus — sont bien attestés en Gaule et en Germanie, en particulier dans le Bas-Rhin, la région de Cologne 22. En ce qui concerne son cognomen Ursio, on peut rappeler que les noms thériophores formés sur urs- sont populaires dans le milieu militaire 23, mais aussi parmi les femmes : rien qu’à Lyon, pour des personnages qui ont un lien avec la legio XXX, on peut citer la fille (aînée ?) de Verinius Ursio, Verinia Ursa, dont le cognomen évoque celui de son père, puis Estivia Ursa, épouse du vétéran Rusticinius Erennus (CIL XIII, 1884), Satria Ursa, épouse de Verecundinius Senilis, également un vétéran (CIL XIII, 1888), Victoria Ursula, originaire de Cologne et femme du soldat Titiconius Verinus (CIL XIII, 1904).

  • 24 D(is) M(anibus). L(ucio) Mettio Fortu/nato Mettia Suc(c)essa domino et patrono et co(n)iugi cum quo (...)
  • 25 Mócsy 1959, p. 180.
  • 26 RIU 5, 1244.
  • 27 Cf. Dean 1916, p. 300-301, pour quelques cognomina de militaires formés sur urs-.
  • 28 CIL XIII, 1890 ; Reuter 2012, p. 88-89, no 39, photo. Cf. Richier 2004, p. 429-430, no 400. L’inscr (...)

23La femme de notre vétéran, Verinia Marina, qualifie son mari de dominus, patronus et coniunx : elle a voulu exprimer ainsi son statut successif d’esclave, d’affranchie et finalement d’épouse. La formule patrono et coniugi figure fréquemment dans les inscriptions funéraires, mais la mention supplémentaire de domino dans ce contexte est superflue et par conséquent extrêmement rare : seule l’inscription CIL IX, 1884 (p. 671), provenant de Bénévent, présente la même séquence 24. Le cognomen Marina fut sans aucun doute l’ancien nom d’esclave de l’épouse d’Ursio. Aussi, nous ne pouvons exclure la possibilité que Marina fut une esclave d’origine orientale et que son nom soit la forme latinisée d’un nom sémitique (cf. supra). En effet, Marinus/a est un nom très répandu parmi les Orientaux 25. Ainsi, par exemple, dans une famille dans la communauté orientale, syrienne, d’Intercisa, le père s’appelle M. Aur. Marius Marinus, la mère Annia Marina et leur fils M. Marius Marinianus 26. On pourrait multiplier les exemples. Cette persistance du nom Marinus/a (et de ses dérivés) dans des familles orientales n’explique pas pourquoi notre Marinus a repris le cognomen de sa mère au lieu d’un nom dérivé du cognomen de son père, Ursus, Ursinus ou Ursulus par exemple 27, comme dans une autre famille de Lyon, assez semblable à celle de Verinius Ursio, dont le père, un centurion, également de la legio XXX Ulpia Victrix, en détachement à Lyon, s’appelle L. Septimius Marcellinus, et dont les héritiers, sa femme et ses enfants, s’appellent Marcellus, Marcellianus et Marcella 28.

24Le nom du frère de Marinus, Aeternus, est difficile à expliquer. C’est un nom latin normal, qui n’a certainement pas été choisi par une connotation éventuelle avec les titres honorifiques d’une légion — l’épithète Aeterna ne figure dans la titulature d’aucune des quatre légions rhénanes — à la différence du nom de l’autre frère de Marinus, Victor, qui peut rappeler l’un des éléments présents dans la titulature de la légion de son père, la legio XXX Ulpia Victrix.

  • 29 Une exception : l’épitaphe du vétéran Rusticinius Erennius (CIL XIII, 184 ; Reuter 2012, p. 159, no(...)

25Si l’inscription de Lyon était bien datée, on pourrait définitivement choisir entre 218 (Macrin/Élagabal) et 232/3 (Sévère Alexandre) pour la date de l’inscription d’Apamée. Cependant, on ne dispose à Lyon que d’un terminus post quem : certainement 197, mais on peut accorder à Ursio quelques années de service actif avant la retraite. Malheureusement, l’épitaphe d’Ursio omet quelques éléments nécessaires, qui sont également absents dans d’autres inscriptions lyonnaises de vétérans de cette légion, comme l’âge du défunt et la durée du mariage, sans aucun doute harmonieux, avec Marina 29. Nous ne savons pas non plus quand, ni à quel intervalle les quatre enfants du couple sont nés. Ce qui est sûr, c’est l’âge de Marinus au moment de sa mort à Apamée : 22 ans, dix mois et quelques jours, soit presque 23 ans. Si son épitaphe apaméenne date de l’été 218 (Élagabal), Marinus naquit vers 195, encore à Vetera (Xanten) sur le Rhin, où la legio XXX Ulpia Victrix était cantonnée. Selon l’autre datation possible de l’inscription, au cours de l’hiver 232/3, qui a notre préférence, sa date de naissance se situe vers 210, à Lyon, et son entrée dans l’armée et dans la II Parthica en 228, sous Sévère Alexandre, à Rome, à l’âge de 18 ans.

  • 30 Voir supra, n. 28.

26Notre choix pour la date la plus récente nous permet d’assigner une date plus précise au monument lyonnais du père de Marinus : théoriquement, entre 210, naissance à Lyon, et 228, enrôlement à Rome de Marinus ; mais comme celui-ci ne figure certainement pas en tant que nourrisson dans l’épitaphe d’Ursio, on propose une date vers le début du règne de Sévère Alexandre (à partir de 222, mais certainement quelques années avant 228). L’épitaphe, assez semblable, de Lucius Septimius Marcellinus, centurion de la legio XXX Ulpia Victrix, est également datée de l’époque de Sévère Alexandre 30.

  • 31 Bérard 1992, p. 186.
  • 32 Balty & Van Rengen 1993, p. 28-29, pl. 7 (AE 1993, 1577).

27Dans son article sur les vétérans de Lyon, F. Bérard a insisté sur le fait qu’aucun des fils de ces nombreux vétérans n’est connu comme soldat 31. Cette affirmation est maintenant démentie par l’inscription apaméenne, mais il est possible que le cas de Marinus soit une exception. Bérard a certainement raison quand il formule des doutes sur la possibilité de s’engager à Lyon, « où on ne sait pas si les détachements légionnaires incorporaient directement des recrues ». Apparemment, Marinus et son frère Aeternus ont pris la peine de se déplacer à Rome pour se faire enrôler dans la prestigieuse legio II Parthica et Marinus, à 18 ans, a eu la chance d’avoir été accepté d’emblée en tant que librarius dans le bureau du commandant de la légion. C’est qu’il était lettré, sachant lire et écrire au moins le latin. Rappelons que l’autre librarius du bureau du légat de la legio II Parthica à Apamée, Aurelius Hermodorus, avait également 18 ans quand il débuta dans la légion comme exactus, puis librarius. C’est le même cursus que celui d’Aelius Verecundinus, mort à Apamée, centurio hastatus prior de la legio IV Scythica, qui commença également sa carrière en tant qu’exactus, puis librarius, et qui vécut 36 ans, avec 21 ans de service, après être entré à l’armée à l’âge de 15 ans 32.

28Les jeunes talentueux avaient un bel avenir dans l’armée et un cursus comme celui de Verecundinus montre ce qu’un jeune comptable débutant pouvait espérer, s’il ne mourait pas prématurément comme notre Marinus et certainement comme le pauvre Hermodorus. On ne sait ce qu’est devenu Aeternus, il reste un personnage énigmatique : il n’est même pas sûr qu’il fut soldat dans la même légion que son frère ou s’il l’accompagna seulement.

29Finalement, il y avait au moins deux Lyonnais à Apamée qui ont laissé des traces de leur existence. On connaît maintenant en détail la composition de leur famille, leur résidence quand ils étaient jeunes, mais leur sort et celui de leurs proches, leurs déplacements entre la mort de leur père et la campagne parthique à laquelle ils participaient et pendant laquelle l’un des deux a trouvé la mort, font encore l’objet de spéculations.

Haut de page

Bibliographie

Allmer (A.) & Dissard (P.) 1888 Les inscriptions antiques du musée de Lyon, I, Lyon.

Balty (J.-C.) 1987 « Apamée (1986) : nouvelles données sur l’armée romaine d’Orient et les raids sassanides du milieu du iiie siècle », CRAI 131/1, p. 213-241.

Balty (J.-C.) 1988 « Apamea in Syria in the Second and Third Centuries ad », JRS 78, p. 91-104.

Balty (J.-C.) & Van Rengen (W.) 1993 Apamée de Syrie. Quartiers d’hiver de la IIe Légion Parthique. Monuments funéraires de la nécropole militaire, Bruxelles.

Balty (J.-C.) & Van Rengen (W.) 2008 « Corpus des inscriptions militaires », D. Viviers & A. Vokaer (éd.), « Travaux de la Mission archéologique belge à Apamée de Syrie. XLIe campagne (2007) », Revue belge de philologie et d’histoire 86, p. 146-148.

Bérard (F.) 1992 « Vie, mort et culture des vétérans d’après les inscriptions de Lyon », REL 70, p. 166-192.

Bérard (F.) 2015 L’armée romaine à Lyon (BÉFAR 370), Rome.

Dean (L. R.) 1916 A Study of the Cognomina of Soldiers in the Roman Legions, Princeton.

Dobson (B.) 1978 Die Primipilares, Cologne.

Ensslin (W.) 1954 « Praefectus », RE XXII, col. 1258-1347.

Faure (P.) 2013 « Avec ou sans les proches : la IIe légion Parthique et l’entourage des soldats durant les expéditions de la première moitié du iiie siècle », Cahiers du Centre Gustave-Glotz 24, p. 241-266.

Fitz (J.) 1978 « Die Laufbahn des Aelius Triccianus », Acta antiqua Academiae Scientarum Hungaricae 26, p. 21-27.

Forier (S.) 2001 « Les anthroponymes formés sur des noms d’animaux en Gaule Narbonnaise », M. Dondin-Payre & M.-Th. Raepsaet-Charlier (éd.), Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, Bruxelles, p. 473-535.

Halfmann (H.) 1986 Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im römischen Reich, Stuttgart.

Holder (P. A.) & Sumner (G.) 1992 « Legio II Parthica : A Third Century Legion », Military Illustrated Past & Present 48, p. 18-23.

James (S.) 2004 The Arms and Armour and Other Military Equipment (The Excavations at Dura-Europos, Final Report 7), Londres.

Kajanto (I.) 1965 The Latin Cognomina, Helsinki.

Kakoschke (A.) 2006 Die Personennamen in den zwei germanischen Provinzen, 1, Gentilnomina Abilius-Volusius, Rahden.

Mócsy (A.) 1959 Die Bevölkerung von Pannonien bis zu den Markomannenkriegen, Budapest.

Pflaum (H.-G.) 1960-1961 Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, I-IV (BAH 57), Paris.

Pollard (N.) 2000 Soldiers, Cities, and Civilians in Roman Syria, Ann Arbor.

Renier (L.) 1865 « Lettre de M. Martin-Daussigny sur une inscription découverte dans le lit du Rhône », CRAI 9/1, p. 110-113.

Reuter (M.) 2012 Legio XXX Ulpia Victrix. Ihre Geschichte, ihre Soldaten, ihre Denkmäler (Xantener Berichte 23), Darmstadt/Mayence.

Richier (O.) 2004 Centuriones ad Rhenum. Les centurions légionnaires des armées romaines du Rhin, Paris.

Ritterling (E.) 1925 « Legio », RE XII, col. 1211-1829.

Solin (H.) 1983 « Juden und Syrer im westlichen Teil der römischen Welt. Eine ethnisch-demographische Studie mit besonderer Berücksichtigung der sprachlichen Zustände », ANRW II 29 (2), p. 587-789 et 1222-1249.

Stauner (K.) 2004 Das offizielle Schriftwesen des römischen Heeres von Augustus bis Gallienus (27 v.Chr.-268 n.Chr.), Bonn.

Haut de page

Notes

1 Sur les fouilles du rempart d’Apamée et en particulier de la tour XV, voir Balty 1987 ; pour un premier aperçu des inscriptions militaires d’Apamée, Balty 1988, p. 97-104, et Balty & Van Rengen 1993 (petit guide d’exposition avec un choix limité d’inscriptions, sans prétentions scientifiques) ; une mise au point récente dans Balty & Van Rengen 2008 et, en dernier lieu, Faure 2013, p. 243-245.

2 Sur les déplacements de Caracalla, voir Halfmann 1986, p. 223-230.

3 Pour l’itinéraire de Sévère Alexandre, voir Halfmann 1986, p. 231-232.

4 Nous faisons abstraction des monuments de l’époque de Gordien : les trois exemplaires conservés ont un style très différent.

5 Ritterling 1925, col. 1478 ; Ensslin 1954, col. 1324-1325.

6 AE 1971, 469 ; Balty & Van Rengen 1993, p. 39, pl. 16.

7 Encore inédit. Musée d’Apamée, Qalʿat el-Mudiq, sans no d’inventaire.

8 Dion, 79, 13, 3-4 : (Macrin) … τόν τε οὖν Ἀγρίππαν ἐς τὴν Δακίαν καὶ Δέκκιον Τρικκιανὸν ἐς τὴν Παννονίαν ἔστειλεν … τὸν δὲ δὴ Τρικκιανὸν … τότε τοῦ Ἀλβανίου στρατοπέδου ἄρχοντα. Plus loin dans son récit (90, 4, 3), Dion attribue l’exécution de Triccianus par Élagabal aux soldats de la II Parthica, qu’il commanda avec fermeté sous Macrin (Ὁ μὲν οὖν Ἄτταλος δι᾿ ἐκεῖνον ἀπέθανεν, ὁ δὲ δὴ Τρικκιανὸς διὰ τοὺς Ἀλβανίους ὧν ἐγκρατῶς ἐπὶ τοῦ Μακρίνου ἡγεῖτο).

9 Dion, 79, 13, 1 : « parce qu’il faisait entrer quelques-uns au rang des anciens consuls et les désigna immédiatement comme gouverneur d’une province » (ὅτι ἔς τε τοὺς ὑπατευκότας τινὰς ἐνέγραψε καὶ εὐθὺς ἀρχαῖς ἐθνῶν προσέταξεν).

10 Sur la carrière de Triccianus : Fitz 1978 ; Dobson 1978, p. 291-292 ; AE 1980, 705.

11 Pour la carrière de Comazon : Pflaum 1960-1961, p. 752-756, no 290, en particulier p. 754-755, avec les remarques de Dobson 1978, p. 292-293, sur sa préfecture de la II Parthica et son rôle dans la défection de la légion.

12 Sur la carrière de Hierocles : Pflaum 1960-1961, p. 808-810, no 316. Pour la date de sa préfecture à la tête de la II Parthica et le problème de CIL VI, 3410, une inscription très lacunaire de Rome qui mentionne un commandant (dont le nom et le titre sont perdus dans une lacune) de la leg. II Parthica Antoniniana, voir également Dobson 1978, p. 293-295.

13 Sur l’officium praefecti (castrorum) legionis : Stauner 2004, p. 167-170. À partir de Septime Sévère, on trouve le titre abrégé praefectus legionis : ibid., p. 167.

14 Pflaum 1960-1961, p. 810.

15 Une dizaine d’exemples dans Dean 1916, p. 223-224.

16 Solin 1983, p. 668-669.

17 Pollard 2000, p. 119-120.

18 Huit attestations sur quinze chez Kajanto 1965, p. 274.

19 Epigraphik-Datenbank Clauss/Slaby (http://www.manfredclauss.de/).

20 Renier 1865.

21 Voir l’article de base de Bérard 1992. Sur les vétérans de la legio XXX Ulpia Victrix en général : Reuter 2012, p. 42-44. À Lyon, pas moins de douze vétérans de cette légion sont attestés, cf. la liste dans Bérard 1992, p. 191.

22 Sur le gentilice Verinius : Kakoschke 2006, p. 426-427, GN 1397.

23 Sur les noms de personnes formés sur le nom de l’ours : Forier 2001, p. 486-491, avec le tableau 9, p. 526-527. Rappelons qu’il y avait des ursarii, gardiens/chasseurs d’ours, dans les légions, cf. la dédicace de Xanten d’un ursarius précisément de la legio XXX Ulpia Victrix (CIL XIII, 8639), et l’inscription de Cologne où un centurion de la legio I Minervia se vante d’avoir attrapé 50 ours en six mois (CIL XIII, 12048).

24 D(is) M(anibus). L(ucio) Mettio Fortu/nato Mettia Suc(c)essa domino et patrono et co(n)iugi cum quo vix(it) / ann(os) XX b(ene) m(erenti) f(ecit)

25 Mócsy 1959, p. 180.

26 RIU 5, 1244.

27 Cf. Dean 1916, p. 300-301, pour quelques cognomina de militaires formés sur urs-.

28 CIL XIII, 1890 ; Reuter 2012, p. 88-89, no 39, photo. Cf. Richier 2004, p. 429-430, no 400. L’inscription date de l’époque de Sévère Alexandre d’après les épithètes de la légion.

29 Une exception : l’épitaphe du vétéran Rusticinius Erennius (CIL XIII, 184 ; Reuter 2012, p. 159, no 133), qui avait 90 ans et qui vécut avec son épouse pendant 42 ans sine ula macula, des faits bien dignes de mention.

30 Voir supra, n. 28.

31 Bérard 1992, p. 186.

32 Balty & Van Rengen 1993, p. 28-29, pl. 7 (AE 1993, 1577).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Monument funéraire pour Verinius Marinus à Apamée de Syrie
Crédits © W. Van Rengen
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 2.
Légende Monument funéraire pour Verinius Ursio à Lyon
Crédits © W. Van Rengen
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wilfried Van Rengen, « Verinius Marinus, un soldat lyonnais mort à Apamée de Syrie »Syria, 93 | 2016, 97-106.

Référence électronique

Wilfried Van Rengen, « Verinius Marinus, un soldat lyonnais mort à Apamée de Syrie »Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/4459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.4459

Haut de page

Auteur

Wilfried Van Rengen

Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search