Navigation – Plan du site
Dossier : L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient (Jordanie, Liban, Syrie)

Pierres en errance : Syrie et Liban

Jean-Paul Rey-Coquais
p. 129-136

Résumés

Sont présentées ici trois inscriptions grecques du Proche-Orient encore inédites, d’origine imprécise ou inconnue, de périodes et de genres différents : la dédicace d’une statue, une inscription funéraire, une mosaïque d’époque paléochrétienne.

Haut de page

Texte intégral

1Devant cette assemblée, que je qualifierai d’extraordinaire et solennelle, de toutes les personnes qui ont des responsabilités ou des tâches dans la sauvegarde, la recherche et la publication des anciennes inscriptions grecques et latines de la Jordanie, du Liban et de la Syrie, il m’a paru opportun de présenter quelques inscriptions qui dormaient dans mes dossiers. Elles rappelleront quelques-uns des maîtres que j’ai connus et aimés, à qui je dois beaucoup, qui restent des figures inoubliables pour tous ceux qui s’intéressent à l’épigraphie classique du Proche-Orient : Henri Seyrig, Louis Robert, l’Émir Maurice Chéhab, le P. René Mouterde, s.j. J’ai donc choisi trois textes, d’origine imprécise ou inconnue, de périodes et de genres différents : la dédicace d’une statue, une inscription funéraire, une mosaïque d’époque paléochrétienne. J’y mettrai peu de notes et de références, car chaque mot presque en mériterait ; ces inscriptions n’ont en effet rien d’insolite, et nombre des questions qu’elles soulèvent ont déjà été abondamment et clairement traitées.

Dédicace d’une statue

2En 1939, R. Mouterde avait envoyé le texte de cette inscription à L. Robert. Dans les papiers de R. Mouterde, nous avons retrouvé la réponse de L. Robert, datée du 7 avril 1939 (L. Robert venait alors d’être nommé professeur au Collège de France). C’est le texte établi par L. Robert que nous présentons ci-dessous. Selon R. Mouterde, le monument est entré dans les collections du Musée de Damas à l’automne 1939. En 1964, j’ai revu cette pierre dans un dépôt du musée. Elle n’avait pas de numéro d’inventaire. Base de calcaire, plus ou moins cubique. Dim. : 38 x 36 x 22 cm ; hauteur des lettres : 3 cm ; interlignes : 2 cm. Sept lignes, incomplètes à droite. Provenance exacte inconnue (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

Dédicace d’une statue au Musée de Damas

© J.-P. Rey-Coquais (1964)

Τὸν ὑπὸ τῆς βου[λῆς]
καὶ τοῦ δήμου ψη[φισ]-
θέντα ἀνδρίαντ[α]
4 Ζηνοδώρου τοῦ [Μη]-
νοδώρου Μηνόδ[ω]-
ρος Νεικοστράτ[ου]
ὁ πατὴρ ἐκ τῶν [ἰδίων]
[- - -]

« La statue, votée par le conseil et le peuple, de Zénodôros, fils de Mènodôros, Mènodôros, fils de Neikostratos, son père, à ses [frais en a fait la dédicace]. »

3Texte d’une composition brève et claire, présentant successivement l’objet de la dédicace, le personnage honoré, le donateur. La description de l’objet dédié est construite selon les normes les plus classiques, avec une enclave d’une forte densité de contenu. Le nom du personnage représenté par la statue est mis en valeur au début d’une ligne, seul à bénéficier de ce traitement de « mise en page ». Même attention pour la mention du donateur : ὁ πατήρ en tête de ligne. Ce n’est pas son nom propre qui importe, c’est le fait qu’il est le père du personnage honoré, avec cette mention, apparemment toute simple, qu’il a pris les frais à sa charge.

4Quelques lignes suffisent ici à faire revivre une cité grecque (ou hellénisée, pour notre propos, c’est tout un), ses institutions fondamentales, la mentalité et le comportement de ses citoyens. La cité est régie par des lois. On n’y fait pas ce que l’on veut. Élever une statue dans l’espace public suppose l’autorisation des autorités ; c’est toute la cité qui accorde cet honneur, le peuple et ses dirigeants, ou plutôt, c’est le peuple sur la proposition que lui présentent ceux qui sont à sa tête, le conseil en son entier. C’est une cité à constitution hellénique, qualifiée de « pérégrine » en langage administratif romain. On y voit un échange de dons et de louanges, une véritable noria de générosités et de remerciements.

5En remerciement de l’honneur fait à son fils, donc à sa famille — la cohésion familiale est forte dans l’Antiquité —, le père prend à sa charge les frais de la statue, de sa base, de l’inscription — graver les lettres coûte cher —, de l’inauguration. Cette cérémonie était généralement l’occasion d’inviter tous les gens du peuple à ce que, pour faire bref — et anachronique — nous appellerions un « vin d’honneur », et parfois, elle comportait même des jeux et des spectacles. Un mot caractérise habituellement toutes ces manifestations de générosité, φιλοτειμία, ou le participe φιλοτειμησάμενος, de traduction difficile : « après avoir recherché les honneurs » exprime de façon trop abrupte une vérité possible, « ayant eu à cœur de se montrer généreux » est plus flatteur, et peut-être plus indulgent.

6Les institutions sont des institutions grecques. Les noms de personnes sont des noms grecs, ce qui signifie que ces notables ne sont pas citoyens romains — et que rares sont dans cette cité les citoyens bénéficiant du droit de cité romain. Ne sachant pas la provenance de l’inscription, nous chercherions en vain de quelle cité elle émane. Nous perdons aussi peut-être une occasion de la dater quelque peu car, sous les Sévères, les plus importantes des cités pérégrines de Syrie, notamment Damas et Laodicée, ont reçu le statut de colonie, et leurs citoyens ont pris les tria nomina de citoyens romains. Cependant, la rareté des citoyens romains dans cette dernière ville, l’élégance classique de la dédicace et de sa « mise en page », le fonds onomastique que laissent supposer les noms Mènodôros, Neikostratos, Zénodôros, inclinent à penser à la région de Laodicée et de la Syrie côtière du Nord-Ouest, la plus profondément hellénisée aux premiers siècles de l’ère chrétienne. La petite taille des lettres invite également à dater le texte de la fin de l’époque hellénistique ou des premiers temps de l’époque romaine.

  • 1 Voir Gauthier 1996, p. 1-27.
  • 2 Bull. ép. 1962, 203, avec les références utiles. Sur les statues et la cité, voir en dernier lieu M (...)

7Il nous faut revenir sur la statue de Zénodôros. Le terme ἀνδρίας désigne une statue honorifique. La statue de culte se dit ἄγαλμα. Cette statue est certainement en pierre locale. Le marbre serait signalé, car c’est, dans toute la Syrie, une importation qui coûte cher. Elle n’est pas non plus en bronze, très coûteux aussi ; si c’était le cas, l’inscription l’indiquerait, comme on en a de nombreux exemples dans les diverses régions du monde grec. Ainsi dans un décret de Xanthos, il est précisé que la statue votée en l’honneur du gymnasiarque à la demande pressante des néoi devait être en bronze 1. Ces inscriptions mentionnent souvent d’autres honneurs, couronne d’or ou de feuillage, portraits peints. Ces portraits sont généralement peints sur un fond circulaire qui évoque un bouclier, εἰκόνες γραπταὶ ἐν ἀσπιδείοις, εἰκόνες ἔνοπλοι. Il importe toutefois de prendre garde au fait que, selon le contexte, εἰκών peut désigner non seulement un portrait, mais aussi une statue. Ainsi à Apollonia sur la mer Noire, où la cité récompense par une εἰκόνι χαλκῆι ἐν ὅπλοις ἐπ’ ἐμβόλου un navarque d’Istros venu à son secours : un simple disque de bronze paraît insuffisant pour représenter dignement le navarque sauveur ; les circonstances laissent penser qu’il a été jugé beaucoup plus élogieux de le figurer en pied — par une statue — avec armes et armure. Même honneur, dans des termes semblables, εἰκόνα χαλκέαν ἔνοπλον, en Chersonèse, pour un général de Mithridate : ici, aucun doute n’est permis, on voit des traces de pieds sur la base qui portait la statue. Comme l’ont bien noté Jeanne et Louis Robert il y a déjà plus d’un demi-siècle, le mot εἰκών pose parfois un problème plus complexe qu’on ne l’a pensé 2.

Épitaphe d’Héliopolis du Liban ou de sa région

  • 3 Première mention du texte : Rey-Coquais 2000, p. 801.

8Plaque funéraire vue en octobre 1970 chez un antiquaire de Beyrouth, aujourd’hui conservée au Musée national de Beyrouth (inv. 57343). Provient de la région de Baalbek (Héliopolis du Liban). Calcaire blanc. Dim. : 29,5 x 44 x 17 cm ; hauteur des lettres : 2,3 cm. Inscription de sept lignes, dans un cadre à queues d’aronde ; la dernière ligne est gravée sur le cadre. Lettres rubriquées (fig. 2) 3.

Figure 2.

Figure 2.

Épitaphe d’Héliopolis du Liban ou de sa région au Musée national de Beyrouth

© Photothèque de l’Ifpo

Θεοῖς καταχθονί-
οῖς, Ἑρμογένης Ῥο-
γάτου υἱός, Ἰουλίᾳ
4 Αθθαιᾳ συνβίῳ καὶ
φιλάνδρῳ, μνήμης
χάριν, ἔτους γqυʹ,
Ἀρτεμισίου, ἀφιερώθη.

« Aux Dieux Mânes, Hermogénès, fils de Rogatos, à la mémoire de Ioulia Aththaia, son épouse aimante ; l’an 493, (au mois d’)Artémisios, (ceci) a été consacré. »

9Le premier problème que pose cette belle inscription est celui de la date. En Syrie, de la fin de l’époque hellénistique jusqu’aux premiers siècles de Byzance, les dates sont exprimées, selon les régions ou les cités, selon des ères et des calendriers différents. L’onomastique du dédicant fournit un repère évident. Hermogénès, fils de Rogatos, n’est pas citoyen romain. Il est dénommé à la grecque, par son nom et par celui de son père. L’inscription est donc antérieure à la Constitution antoninienne qui, au début du iiie s., leur accordant la citoyenneté romaine, amena tous les gens libres de l’Empire à adopter la nomenclature romaine.

10Si l’inscription a bien la provenance indiquée par l’antiquaire, toutes les ères locales connues en Syrie pour l’époque romaine donneraient à l’inscription une date trop tardive. Il serait d’ailleurs curieux que l’une ou l’autre ait été employée dans la région de Baalbek. Seuls conviennent l’ère et le calendrier de la Syrie centrale, l’ère des Séleucides, qui commence à l’automne 312 av. J.-C., effectivement utilisée dans quelques inscriptions de Baalbek et de la région. L’an 493 de l’ère séleucide se situe en 181-182 du calendrier julien.

  • 4 Rey-Coquais 1973.

11L’inscription indique aussi le mois de la consécration du monument funéraire, Artémisios. Le calendrier utilisé là où est employée l’ère des Séleucides n’est pas exactement connu 4. Il n’est pas assuré qu’il soit le même que celui d’Antioche sur l’Oronte, où le premier jour de chaque mois s’est aligné sur celui du calendrier julien, et c’est sous toute réserve que nous admettrons ici qu’Artémisios est un mois de printemps correspondant au mois de mai julien.

12Un plus grand intérêt de cette inscription est de montrer, ou de laisser entrevoir, le processus de romanisation et quelques-uns de ses effets. L’invocation — ou plutôt la dédicace aux dieux infernaux — est le calque de le formule latine Diis Manibus. Ce serait sans doute une méprise de ne voir là qu’un emprunt de vocabulaire. Il traduit sans doute quelque changement dans la mentalité religieuse et l’atmosphère entourant la mort.

13Le dédicant a un nom grec, mais son père porte un nom romain. Au lieu d’être simplement apposé, selon l’usage grec, le patronyme est indiqué à la romaine, par la mention « fils de ». L’épouse défunte, quant à elle, est fille de citoyen romain. Elle porte le gentilice Iulius, fréquent. Ce gentilice est-il un héritage des premiers temps romains dans la Békaa, le père d’Aththaia, un descendant des premiers colons ? Il y a tant de façons d’avoir un gentilice : filiation, affranchissement, service militaire, faveur impériale due à quelque haut personnage. Le nom sémitique Aththaia dénote-t-il une famille, entièrement ou partiellement d’origine indigène, et à quel degré d’ascendance, car les traditions perdurent, surtout du côté des femmes ? Deux siècles de présence romaine dans un pays déjà plus ou moins hellénisé avaient créé une culture commune plus ou moins prégnante. Le temps était proche où la distinction juridique entre citoyens et non-citoyens devrait s’abolir. Mais, en attendant, il restait quelques graves disparités. Quel avantage un non-citoyen pouvait-il trouver à épouser une fille de citoyen romain ? Quel avantage, en contrepartie, un citoyen romain pouvait-il avoir de donner sa fille en mariage à un pérégrin ? Le pérégrin pouvait sans doute attendre de son beau-père une efficace protection juridique, le citoyen avait peut-être des raisons matérielles et financières, et cela se voit de tout temps dans des sociétés où les clivages sociaux sont fortement marqués.

Mosaïque d’église paléochrétienne

14Lettre de l’Émir Maurice Chéhab à Henri Seyrig, datée du 10 avril 1952 :

« Un député du Liban Sud m’a apporté une inscription funéraire, que les paysans croient d’après les chiromanciens être celle d’un roi. Je l’ai convaincu qu’il n’en était pas question et que cette inscription est byzantine, même datée, et que les noms sont plutôt ceux d’une filiation. Mais je n’ai pas de dictionnaire sous la main et ne veux pas lui donner une traduction qui ne soit pas absolue. Ces gens attendent la réponse dans les 24 heures. Je préfère ne pas les faire traîner. Pouvez-vous me rendre ce service. Voici le texte, qui me semble mutilé à son début et puis-je avoir un essai de restitution ».

15Suit la copie.

16Le 15 avril, le P. René Mouterde reçut de l’Émir Maurice Chéhab une autre copie, présentant quelques variantes, notamment, au début des trois premières lignes, incomplètes, des « lettres entre parenthèses, ajoutées par une “voyante”, et donc postiches ».

[Ἐτελιώθ]αι
[ἡ ψήφ]ωσις
[τοῦ ἐ]μβολίου ἐπὶ
4 [τ]οῦ ἐλαχίστου Μαιν-
ᾶ δούλου ἁγίου Κώνονω-
ς ὑπὲρ σωτερίας καὶ ἀντιλ-
έμψαιως τῶν ὡ Κύριος τὸ ὄ-
8 νομα γινόκι μηνὶ
Δυστροῦ ηʹ τοῦ
χπε ʹ ἔτους.

Notes critiques. Nombreuses confusions de voyelles et de diphtongues : αι pour η ([- - -]αι, Μαινᾶ) ; αι pour ε (ἀντιλέμψαιως) ; ε pour η (σωτερίας, ἀντιλέμψαιως) ; ο pour ω (Κώνονως) ; ω pour ο (Κώνονως, ὡ). L. 2. Autre restitution possible proposée par H. Seyrig : [ἡ ἀνανέ]ωσις ; [ἡ μαρμάρ]ωσις est également envisageable. L. 4-5. Saint Ménas, célèbre saint d’Égypte, était l’objet d’un pèlerinage, d’où étaient rapportées en souvenir des eulogies (des « ampoules ») répandues jusqu’en Occident. L. 5. Le terme δοῦλος, dans les inscriptions chrétiennes de cette époque, n’a pas d’autre signification que « serviteur » ou mieux « dévôt ». La théologie chrétienne appelle précisément dulie le culte rendu aux saints, hyperdulie celui qui concerne la Théotokos, l’adoration étant réservée à Dieu. L. 6-7. La formule ὑπὲρ σωτηρίας καὶ ἀντιλήμψεως est fréquente. Le second terme a une résonance biblique (Psaumes, Épître de Paul, etc.). L. 7-8. τῶν ὁ Κύριος τὸ ὄνομα γιγνώσκει : formule fréquente dans les inscriptions chrétiennes. L. 9-10. La copie d’origine est fautive. Le mot ἔτους est placé entre le nom du mois et la lettre à valeur numérique : Δυστροῦ ἔτους ηʹ τοῦ χπεʹ.

« Fut achevée la mosaïque de la nef sous le très humble Mènas, serviteur de saint Conon, pour le salut et la rédemption de ceux dont le Seigneur connaît le nom, au mois de Dystros, le 8 de l’an 685. »

17L’inscription se présente dans un tondo. Cette forme est fréquente pour les mosaïques, très rare pour les inscriptions sur pierre.

18Le texte est daté de l’an 685, mais quelle est l’ère utilisée ? Au Liban Sud, aux époques romaine et byzantine, deux ères au moins sont utilisées : l’ère de Sidon et l’ère de Tyr, remontant toutes deux à l’époque hellénistique. L’ère de Sidon a vu, sans doute vers l’époque d’Auguste, son début porté au 1er janvier 110 av. J.-C. ; selon cette ère, la mosaïque serait datée de 585 apr. J.-C. L’an 685 de l’ère de Tyr « tombe » dans les années juliennes 559-560, car il n’y a pas de raison dirimante de penser que son point de départ ait jamais cessé d’être fixé au 18 octobre 126 av. J.-C.

  • 5 Rey-Coquais 2005, p. 85-86, fig. 1 (SEG 55, 1694), cf. Rey-Coquais 2012, p. 30.

19L’indication du mois et de son quantième, le 8 Dystros, permet de connaître l’ère utilisée. Dans le calendrier de Sidon, le mois de Dystros coïncide avec le mois de mai julien. Dans le calendrier de Tyr, Dystros commence au 18 mars. Le 8 Dystros serait le 25 mars, pour les chrétiens jour de la fête de l’Annonciation à la Vierge Marie de sa maternité divine et de la conception en son sein de Jésus, donc l’anniversaire de l’incarnation du Verbe Fils de Dieu. Une grande fête chrétienne convient tout à fait à l’inauguration d’une construction ou d’un décor d’église ; on en a plus d’un exemple. Cette coïncidence d’une grande fête avec la date indiquée est un argument sérieux pour voir dans la date inscrite le 25 mars 560. Il n’y avait évidemment pas besoin de rappeler que ce jour était celui de l’Annonciation ; tous les chrétiens le savaient parfaitement. L’inscription provient donc du pays de Tyr. L’Église de Tyr couvrait un vaste territoire. L’inscription de la belle mosaïque de Saddiqin mentionne, avec une solennité inaugurale, aux côtés de l’archevêque de Tyr, la présence de trois chôrévêques, vicaires épiscopaux pour les régions rurales 5.

  • 6 Rey-Coquais 1982, p. 408.

20Qu’il s’agisse d’une restauration, comme H. Seyrig en signale la possibilité, du dévoilement de nouvelles mosaïques, ou peut-être même de la pose d’un rare et coûteux décor de marbre, les travaux se sont limités à une nef latérale de l’église. C’est en effet le sens le plus fréquent du mot ἐμβόλιον (ou ἔμβολον). Il se peut aussi que le mot désigne un portique extérieur, généralement accolé au flanc sud de l’église 6. Si, dans notre mosaïque, le mot désigne bien une nef latérale, l’église Saint-Conon était vraisemblablement une basilique à trois nefs. Cet édifice marquait le paysage rural, qu’il soit sanctuaire de pèlerinage, église de monastère ou église de ce que nous appellerions un embryon de paroisse. Il est dommage que nous n’ayons pas plus de précisions sur le lieu où a été découverte la mosaïque.

Haut de page

Bibliographie

Gauthier (Ph.) 1996 « Bienfaiteurs au gymnase du Létôon de Xanthos », REG 109, p. 1-34.

Ma (J.) 2013 Statues and Cities. Honorific Portraits and Civic Identity in the Hellenistic World, Oxford.

Rey-Coquais (J.-P.) 1973 « Calendriers de la Syrie gréco-romaine d’après des inscriptions inédites », Akten des VI. Internationalen Kongresses für Griechische und Lateinische Epigraphik, München 1972, Munich, p. 564-566.

Rey-Coquais (J.-P.) 1982 « Inscriptions grecques inédites découvertes par Roger Saidah », Archéologie au Levant. Recueil R. Saidah (CMO 12), Lyon/Paris, p. 395-408.

Rey-Coquais (J.-P.) 2000 « Inscriptions inédites de Sidon », G. Paci (éd.), Ἐπιγραφαί. Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Tivoli, p. 799-832.

Rey-Coquais (J.-P.) 2005 « Dix ans d’épigraphie libanaise, inscriptions antiques grecques ou latines », Archaeology and History in the Lebanon 21, p. 80-98.

Rey-Coquais (J.-P.) 2012 « Tyr, Temps et Espace. Point de vue d’épigraphiste », L’histoire de Tyr au témoignage de l’archéologie (BAAL, H.-S. VIII), Beyrouth, p. 29-42.

Haut de page

Notes

1 Voir Gauthier 1996, p. 1-27.

2 Bull. ép. 1962, 203, avec les références utiles. Sur les statues et la cité, voir en dernier lieu Ma 2013.

3 Première mention du texte : Rey-Coquais 2000, p. 801.

4 Rey-Coquais 1973.

5 Rey-Coquais 2005, p. 85-86, fig. 1 (SEG 55, 1694), cf. Rey-Coquais 2012, p. 30.

6 Rey-Coquais 1982, p. 408.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Dédicace d’une statue au Musée de Damas
Crédits © J.-P. Rey-Coquais (1964)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2.
Légende Épitaphe d’Héliopolis du Liban ou de sa région au Musée national de Beyrouth
Crédits © Photothèque de l’Ifpo
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Rey-Coquais, « Pierres en errance : Syrie et Liban », Syria, 93 | 2016, 129-136.

Référence électronique

Jean-Paul Rey-Coquais, « Pierres en errance : Syrie et Liban », Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/4508 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.4508

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Rey-Coquais

Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals