Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Dossier : L’épigraphie grecque e...De quelques inscriptions de Liftā...

Dossier : L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient (Jordanie, Liban, Syrie)

De quelques inscriptions de Liftāyā, Émésène

Jean-Claude Decourt
p. 137-156

Résumés

Dans cette contribution, on présente une synthèse sur l’épigraphie grecque du village de Liftāyā, au sud-ouest de Homs, en Syrie, et quelques remarques sur son onomastique. L’article est accompagné de l’édition d’une série de textes inédits découverts ces dernières années sur le territoire du village.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jalabert & Mouterde 1959.
  • 2 Decourt 2003.

1Dans le cadre de la refonte du volume V des IGLS sur l’Émésène 1, entreprise en 2000 2, j’ai été conduit à mener plusieurs campagnes de prospection, en particulier dans le secteur dit « de la Trouée de Homs », secteur dans lequel les habitats antiques signalés sont relativement nombreux — et donc la moisson épigraphique potentiellement intéressante, même si, comme je l’ai indiqué naguère en présentant le projet, pour ce secteur comme pour bien d’autres, ce volume compte une grande majorité de documents d’un intérêt mineur, au moins si on les envisage individuellement, sans les mettre en séries : les inscriptions nouvelles, relativement nombreuses, n’ont pas modifié cette analyse faite après la première mission.

2Liftāyā est un gros village situé à environ 25 km au sud-ouest de Homs, l’antique Émèse, à proximité immédiate de la rive occidentale du lac de Qattiné, dans une région aujourd’hui densément peuplée (fig. 1). L’attention que j’ai été amené à lui porter spécifiquement résulte d’un faisceau de circonstances. D’abord parce que (toutes choses égales par ailleurs), les inscriptions attribuées à ce village, dans les IGLS V, sont nombreuses ; une première prospection m’avait permis d’en retrouver une proportion importante, ce qui est loin d’être le cas ailleurs dans la région, et de mettre au jour un nombre conséquent d’inédits. Ensuite parce que j’ai pu bénéficier sur place des informations fournies par un médecin installé au village, lequel avait fait ses études en France et, surtout, était lui-même collectionneur d’antiquités. De surcroît, à l’intérieur de ce gros bourg, les vestiges de bâtiments antiques sont nombreux et bien visibles, certains d’entre eux ayant été soumis à des remplois à partir des murs porteurs et donc sans que les linteaux, parfois inscrits, aient été déplacés. Enfin une doctorante, Patricia Ghanimé-Marion, a mené en 2008-2010 des prospections, des relevés de bâtiments, des sondages et des fouilles sur ce village et ses environs, dans le cadre d’une thèse dirigée par Pierre Leriche auquel j’ai été un temps associé comme co-directeur. Son chantier a évidemment dû s’interrompre sans être terminé, compte tenu des événements, mais on ne peut que souhaiter la publication, sous une forme ou une autre, de ces recherches, même non achevées, parce qu’elles n’ont pas à ce jour d’équivalent dans le secteur. P. Ghanimé-Marion a en particulier pu fouiller deux monuments funéraires collectifs sur les trois connus sur le territoire du village et a comptabilisé une centaine de maisons encore visibles, qu’elle date de « l’époque romano-byzantine ». C’est d’ailleurs elle qui m’a signalé un petit nombre d’inscriptions qui m’avaient échappé lors de mon premier passage.

Figure 1.

Figure 1.

Carte de situation (d’après la carte topographique de la région de Homs établie par les Forces françaises du Levant)

  • 3 Decourt 2010.

3Dans le présent exposé, je ferai d’abord un bilan général du corpus de Liftāyā — l’un des rares actuellement identifiables avec ceux de Homs et de Salamias 3 — et je présenterai ensuite plus précisément quelques-uns des documents inédits découverts depuis la parution du volume de Jalabert et Mouterde. Je soulignerai d’emblée que ce corpus n’apporte pas de document majeur, une seule inscription, la dédicace à Gennéas, sortant véritablement du lot.

  • 4 Sur l’histoire et la géomorphologie de ce lac, voir Calvet & Geyer 1992, p. 27-40.

4Les recherches archéologiques au sud et à l’ouest du lac de Qattiné ou lac de Homs, comme on voudra le nommer 4, ont longtemps été très limitées, du moins pour les périodes historiques, ce qui explique, pour partie, l’intérêt qu’avait manifesté P. Ghanimé-Marion pour ce secteur. Pour ce qui est de la préhistoire, en revanche, comme des études de géomorphologie suscitées par la présence du lac et son histoire, la documentation est nettement plus riche, mais elle ne nous concerne pas directement ici. Je rappellerai simplement que les conditions climatiques, le relief plutôt paisible de cette région, la fertilité des terres et l’existence d’un axe de circulation majeur entre la Syrie intérieure, la vallée de l’Oronte et la côte, ont facilité les implantations humaines et expliquent l’importance de l’occupation en particulier aux périodes romaine et byzantine.

  • 5 Van Kasteren 1893. Celui-ci donne, outre le texte de plusieurs inscriptions, une description rapide (...)
  • 6 Dussaud 1897.
  • 7 Lammens 1902, p. 52-53. Dans « Le pays des Nosairis » (Lammens 1900, p. 305), le même déclare qu’il (...)
  • 8 IGLS V, p. 271. Lammens ne dit rien de l’état du village, mais il note (Lammens 1900, p. 306), à pr (...)
  • 9 Moussli & Ebert 1990.
  • 10 Decourt 2003 et 2009.

5Le volume V des IGLS a paru en 1959. Le corpus de Liftāyā y compte alors 21 inscriptions (nos 2629-2649). Un seul des auteurs, R. Mouterde, fut actif sur le terrain, mais ne put en examiner personnellement que six (nos 2631-2634, 2638, 2649). L’essentiel de l’information provenait en effet de visites faites dans le région, mais à des dates nettement plus anciennes, par J.-P. van Kasteren en 1890 5 et par R. Dussaud en 1896 6. De surcroît, dans le corpus d’alors, seules deux inscriptions étaient encore inédites (nos 2640 et 2648) : toutes deux furent publiées à partir de copies manuscrites faites par d’autres, Deyrolle en 1924, Gobril avant 1928 et Chehab en 1933, et donc sans autopsie : apparemment il n’y eut même pas de photographie. H. Lammens 7, qui a beaucoup circulé dans le secteur un peu plus tard que van Kasteren et Dussaud, n’a fait que passer à Liftāyā, où il ne signale qu’une pierre (no 2647), qu’il publia en 1902. Jalabert et Mouterde rappellent très brièvement, dans leur introduction, que le moderne Liftāyā, qui avait été un temps identifié à tort à Laodicée du Liban par van Kasteren, semble avoir eu une histoire chaotique. Encore habité lors du passage de van Kasteren, qui le qualifie pourtant de « ruine intéressante », le village était « presque abandonné » du temps de Dussaud, peu d’années plus tard, et pour Jalabert, qui ne fit que le traverser en 1931, « c’était un désert de pierres basaltiques » 8. On peut émettre cependant quelques doutes sur ce point : le père du médecin en poste en 2010 à Liftāyā, ainsi que son grand-père, sont nés au village. Quoi qu’il en soit, tout ce secteur (et pas seulement Liftāyā bien entendu), quelque peu à l’écart de l’actuelle route Tripoli-Homs, paraît bien être resté très largement à l’écart, aussi, de la recherche, et ce pendant pratiquement un siècle. En effet, une seule inscription inédite a été publiée depuis, par Moussli et Ebert en 1990 9, dédicace à Gennéas que j’ai reprise naguère 10. Si, dans leurs deux contributions de 1983 (par le seul Moussli) et de 1990, ces deux auteurs ne disent rien d’autres inscriptions du même village, c’est, selon toute vraisemblance, qu’ils sont passés très rapidement dans tout le secteur et n’ont pas mené une véritable prospection.

  • 11 IGLS V, 2631-2635, 2637-2638, 2648.
  • 12 No 3, fig. 2.
  • 13 No 2, fig. 3.

6Le corpus grec actuel compte 57 numéros — une mission était prévue en 2011 pour tenter de l’enrichir encore — auxquels on ajoutera une inscription syriaque qui m’a été signalée par P. Ghanimé-Marion. De la série IGLS V, j’ai retrouvé, entièrement ou partiellement conservées, huit inscriptions 11 et une autre dont l’identification n’est pas absolument assurée. IGLS V, 2647 porte en effet l’acclamation Τοῦτο νικᾷ, mais Lammens, s’il signale vaguement son emplacement, « au fond d’une étable », lequel convient à une pierre que j’ai vue, ne dit rien de sa nature (est-ce un linteau, une plaque ?) ni d’un éventuel décor — l’inscription que j’ai vue est inscrite dans une tabula ansata et porte une croix pattée avec l’alpha et l’oméga 12. Par ailleurs, une plaque de chancel 13 trouvée au village voisin de Al-Khansa (le Qizz el-Aḫer d’IGLS) présente l’acclamation Τοῦτα νικᾷ, selon une variante graphique fréquente : les témoignages locaux affirment tous qu’elle vient de Liftāyā, ce qui est bien possible, puisqu’on sait qu’il y avait une église et qu’on n’en connaît aucune à Al-Khansa. L’inscription est gravée au-dessus des bras d’une croix dressée sur un socle semi-circulaire. Il est aujourd’hui impossible de savoir si l’une des deux pierres que j’ai découvertes correspond à celle publiée par Lammens et reprise par les IGLS et il n’est pas exclu qu’il s’agisse, en réalité et dans les deux cas, d’inédits, le no 2647 ayant disparu : que trois pierres du même village portent le même texte n’a rien qui puisse étonner, la formule étant banale. Par cet exemple, et par un autre sur lequel je reviens plus loin, on voit bien les limites d’un corpus largement fait de seconde main, sans illustrations ou si peu, avec des descriptions plus que succinctes et qui, surtout, ne s’intéresse que de très loin voire pas du tout à l’objet archéologique qu’est aussi une inscription. À Liftāyā, le taux de redécouverte est cependant plus important que la moyenne de la région, ce qui permettra d’illustrer enfin le corpus, dont on sait qu’il ne contient aucune photo, mais aussi de corriger quelques lectures. Cette situation relativement favorable tient peut-être à l’abandon au moins partiel et provisoire du village signalé plus haut, lequel aurait contribué à la préservation des vestiges architecturaux et donc des inscriptions. Quoi qu’il en soit, on compte désormais 34 ou 35 inscriptions inédites, si l’on y inclut bien entendu tous les fragments.

  • 14 Nos 4-7 et fig. 4-7.
  • 15 IGLS V, 2641 et 2649, toutes deux perdues ; nos 1 et 8, fig. 8-9.

7La typologie des monuments est significative. Une quarantaine au moins de ces pierres sont des linteaux, complets ou fragmentaires, dont les textes sont réduits le plus souvent au strict minimum (l’année seule ou en combinaison avec le mois et/ou l’indiction) et dont seuls quatre paraissent encore en place. On compte aussi quatre stèles portant des épitaphes 14. Deux ont été trouvées en remploi dans des murs, deux autres sont des pierres errantes : aucune ne donne donc un indice sur la localisation de la nécropole et ne peut être directement mise en rapport avec les deux tombeaux collectifs dont l’étude a été entreprise par P. Ghanimé-Marion. On possède aussi quatre chapiteaux ou consoles en forme de chapiteaux 15, le reste appartenant à des monuments trop mutilés ou trop incomplètement visibles pour être identifiés.

  • 16 IGLS V, 2633, fig. 10.
  • 17 IGLS V, 2635, fig. 11 ; no 3, fig. 2.
  • 18 No 10, fig. 12.
  • 19 IGLS V, 2648, fig. 13.

8Les linteaux, dans leur immense majorité, ne portent, quand ils en ont un, qu’un décor très sommaire, soit une ou plusieurs croix. Quelques rares exemplaires présentent un travail un peu plus soigné. L’inscription est alors gravée à l’intérieur d’un cadre (un cas 16) ou d’une tabula ansata (deux exemplaires 17). Trois, enfin, offrent un décor plus élaboré. D’abord la dédicace à Gennéas, avec son buste radié central, entouré d’aigles, lions, bucranes et rosaces. Ensuite un linteau daté, encore en place sur ses montants, qui porte une frise de triangles accostés 18. Enfin le linteau d’Eusébios : l’inscription est encadrée par deux arcs sur colonne à base et chapiteau, comporte un grand nombre de croix, sans doute gravées en plusieurs étapes, ainsi que des palmes stylisées 19. L’ensemble du matériel de Liftāyā reste malgré tout très austère voire pauvre, finalement très représentatif d’une épigraphie villageoise économe.

9La chronologie offre des indices également intéressants si l’on met de côté plusieurs inscriptions fragmentaires qui portaient une date, mais sur lesquelles l’année n’est pas conservée.

Tableau 1.

Linteaux et chapiteaux Funéraires Dédicace Total
100-150 1 1 2
150-200
200-250
250-300
300-350
350-400
400-450 4 2 6
450-500 6 1 7
500-550 8 8
550-600 6 6
600-650 1 1

Tableau chronologique simplifié des inscriptions de Liftāyā

  • 20 No 9, fig. 18.
  • 21 Est-il nécessaire de préciser qu’il ne faut pas attribuer une valeur statistique à ce tableau, vu l (...)
  • 22 No 6, fig. 6.
  • 23 Le caractère hors normes de la dédicace à Gennéas, du point de vue de la typologie — c’est la seule (...)
  • 24 On relève différentes formes d’invocation, au Seigneur, à la Trinité ou à la Vierge, la mention d’u (...)
  • 25 Trombley 1994, en particulier, pour Liftāyā, II, p. 153.
  • 26 IGLS V, 2630, 2644, 2646, 2649, toutes perdues. Un fragment rectangulaire inédit, no 17, fig. 14, e (...)
  • 27 IGLS V, 2649 : « copie Mouterde ».
  • 28 Van Kasteren 1893, p. 175.
  • 29 C’est la seule inscription, sur les quatorze qui conservent un nom de mois, à utiliser un mois du c (...)
  • 30 IGLS V, 2648, fig. 13 : déplacement identique, on l’a vu supra, pour la plaque de chancel IGLS V, 2 (...)

10Les vingt-six linteaux et les quatre funéraires qui sont précisément datés vont du début du ve au tout début du viie s. — avec, pour de ce dernier, un seul exemple, de 609, qui est donc l’inscription la plus récente 20. Comme on le voit par le tableau 1, les inscriptions se répartissent en réalité équitablement entre la première décennie du ve et la dernière du vie s. avec un maximum pour la première moitié du vie s. 21. À cela trois exceptions : l’épitaphe inédite de Thréptos, de 142, ce qui en fait la plus ancienne de la série 22 ; la dédicace à Gennéas, datable de 185/186, et le linteau de 609 déjà cité. Les trois autres funéraires qui nous sont parvenues sont à placer entre 409 et 463, et on remarquera qu’aucune des quatre n’offre de traits spécifiquement chrétiens. Quoi qu’il en soit des deux inscriptions nettement plus anciennes 23, il est clair que la concentration chronologique des inscriptions sur deux siècles permet de situer au moins approximativement le floruit du village antique, avec des périodes de délaissement, sinon d’abandon total, selon un mouvement analogue à ce qui a été suggéré plus haut pour le début du xxe s., marqué par des phases d’abandon puis de réoccupation du site. En outre, on relève une très forte proportion d’inscriptions explicitement chrétiennes (39 sur un total de 57, je le rappelle), soit par le seul décor, soit par leur texte 24, et leur regroupement sur les ve et vie s., ce qui conduit à battre en brèche la thèse avancée par F. Trombley 25 d’une christianisation tardive (encore faudrait-il s’entendre sur le mot) des campagnes de l’Émésène. En réalité, à la lumière des découvertes nouvelles qui ont notablement accru le corpus, le christianisme paraît déjà implanté à Liftāyā dans la première partie du ve s. et non, comme l’écrit Trombley, au cours de la première décennie du siècle suivant. Cette christianisation, du moins pour le début de la séquence chronologique considérée, est néanmoins incomplète, comme le suggère l’existence des quatre épitaphes sans signe apparent de christianisme (nos 4-7) et l’absence, en l’état actuel de notre documentation, de tout monument clairement chrétien. Rien, en tous cas, ne permet d’avancer, comme le fait Trombley, que cette christianisation fut le fait du prêtre Jean mentionné sur un chapiteau perdu, IGLS V, 2649, qui y aurait construit une église. La fréquence, toute relative d’ailleurs, du nom Ἰωάννης ou Ἰωάνης, dont on connaît quatre occurrences à Liftāyā, nom courant sinon banal, ne vaut évidemment pas preuve 26. Du reste le premier éditeur, Dussaud, avait lu cette inscription, dont il faut souligner qu’elle ne porte pas de date, à Ḥadīdé et elle était uniquement réputée venir de Liftāyā ; Mouterde l’avait revue dans le même village lors de son passage dans la région 27. Sans doute van Kasteren signalait-il déjà à Liftāyā un bâtiment qu’il identifiait, avec prudence, à une église 28, et les travaux de P. Ghanimé-Marion ont confirmé l’existence, au sein même du village, d’une église à plan basilical, mais rien ne dit, ni n’interdit bien sûr, que les chapiteaux en proviennent. Cette église a fait l’objet d’un relevé par P. Ghanimé-Marion, qui la date du début du vie s. et qui a par ailleurs relevé divers éléments architecturaux dispersés dans le village qu’elle attribue, parfois sans arguments déterminants, à un ou des bâtiments religieux. Quoi qu’il en soit, rien ne vient étayer l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’une église dédiée au protomartyr Étienne mentionné, à la date de novembre 573 29, sur le linteau IGLS V, 2648. Cette inscription avait été vue par Gobril « à 400 m à l’ouest de Liftāyā » 30. Je l’ai retrouvée en 2010 au village d’Al-Khansa (naguère Qizz el-Aḫer), quelques kilomètres au nord-ouest de Liftāyā, abandonnée dans une cour. Mouterde, plus prudent, suggérait de voir dans cette inscription une simple invocation, ou à la rigueur la mention d’une chapelle.

11Le plus intéressant, finalement, dans ce petit ensemble, relève de l’onomastique dont le tableau 2 dresse le relevé. On s’arrêtera sur un certain nombre des noms de cette liste.

Tableau 2.

Βαραδαδος Decourt 2009
Γερμ[ανός] 11
Εὐσέβιος 9
Ζο- 5
Ζοή IGLS V, 2641
Θρέπτος 6
Θρόνιος 12
[Ἰω]άννης, Ἰωάνης IGLS V, 2630 et 2646
Μαρκελῆνος 4
Κονσταντῖνος 19
Λεόντις IGLS V, 2638
Μάρδονος 7
Ναηστ̣αβος, Ναασταβος 13, Decourt 2009
Νάσιος 9
Παίσιδος IGLS V, 2638
Παλλάδις IGLS V, 2641
Παῦλος 5
Σαυβο[ς] 7
Σέργις IGLS V, 2647
Φέδρων 14
[- - -]ΝΑΣΕΙΣ ou [- - -]ΝΑΣΕΙΟ[- - -] 18

Relevé des noms de personnes dans les inscriptions de Liftāyā

  • 31 No 11, fig. 15.
  • 32 No 4, fig. 4.
  • 33 IGLS V, 2304, 2486 (Émèse), 2505 (Qatna), 2554 (région de Ḫirbet Bilʿās).
  • 34 Sartre 2007, p. 211.
  • 35 Yon 2002, annexe IX, p. 259.

12— Germanos, Γερμ[ανός], apparaît sur un linteau dont on ne peut voir que la partie gauche 31. C’est avec Markelènos, Μαρκελῆ[ν]ος 32, le seul nom d’origine latine de la série et c’est un anthroponyme répandu à travers tout l’Empire (55 occurrences relevées pour l’Arabie et la Syrie par M. Sartre). En Émésène, il est attesté par plusieurs autres exemples, à Homs, Qatna et dans la région de Ḫirbet Bilʿās 33. M. Sartre 34 l’a relevé comme un possible exemple de croisement, de « cross contamination », entre le latin Germanus et une racine sémitique jrm translittérée en garam- ou garm-. On pourra se rapporter également au tableau dressé par J.-B. Yon 35, qui donne, pour Palmyre où le nom est également bien connu, les transcriptions araméennes. Quant à Μαρκελῆ[ν]ος, le nom est courant (latin Marcellinus), si la graphie avec êta paraît nouvelle.

  • 36 No 6, fig. 6. Sur la formule finale, dont il soulignera la particulière fréquence dans la Syrie de (...)
  • 37 Cameron 1939.
  • 38 Marinescu, Cox & Wachter 2005, p. 1276-1277 ; Marinescu, Cox & Wachter 2007, en particulier fig. 5. (...)

13— Θρέπτος figure sur la plus ancienne inscription de Liftāyā, une épitaphe de 142 36. C’est un nom commun, puis un sobriquet devenu nom personnel fréquent et dont le sens est clair : il désigne à l’origine l’esclave né et élevé à la maison, anthroponyme très bien représenté en Asie Mineure, par exemple 37, mais qui paraît pratiquement absent au Proche-Orient. On n’en connaît apparemment qu’un seul exemple, sur une mosaïque dispersée entre plusieurs musées et dont la provenance exacte est inconnue 38. Dans ce dernier cas, comme plusieurs autres noms sur cette mosaïque figurée ont à l’évidence une valeur symbolique, il est probable qu’il en est de même pour Thréptos, qui représenterait donc non un personnage réel, mais bien un type : y figure aussi le portrait de Διαελευθερία, « Affranchissement », qui ne peut être un nom personnel et Thréptos se trouve à côté de Φιλία, « Amitié ». À Liftāyā, en revanche, il s’agit sans conteste d’un nom personnel.

  • 39 No 14, fig. 16.

14— Le nom Φέδρων apparaît isolé, simplement précédé d’une croix, sur une pierre errante, documentée en 2008, mais qui a depuis disparu 39. Cette forme en epsilon paraît nouvelle, mais le nom appartient à une famille ancienne et bien connue, ne serait-ce que grâce au dialogue de Platon, et les variantes en sont nombreuses, si l’on se reporte, par exemple, au LGPN : Φαῖδρος, Φαῖδρον, Φαῖδρων, Φαιδρέας, Φαιδρίας.

  • 40 IGLS V, 2641 : je ne l’ai pas retrouvée. Ζωή n’est pas lui même un nom très répandu : le LGPN en ci (...)
  • 41 Héron de Villefosse 1909 = Jordan 1991 : Zoè est mère d’Alexandra sur une feuille d’or magique d’in (...)

15— On notera de même que le nom Ζοή, avec omicron, sur une console vue par Dussaud, mais déjà disparue du temps de Mouterde 40, est une variante peu répandue de Ζωή avec oméga : on n’en connaît que trois autres exemples, à Bérytos au Liban, à Alexandrie près d’Issos en Cilicie, dans un village du Hauran en Syrie du Sud 41. Du reste la graphie ζοή pour le nom commun, fréquent dans les acclamations chrétiennes, tend à supplanter la forme ζωή.

  • 42 Cela n’est pas absolument sûr, mais on peut supposer qu’il s’agit d’un mari et de sa femme, « les p (...)
  • 43 Ferrua 1977-1978, p. 302-303 ; SEG 29, 1005 : Παλλάδις ζήσας ἔτη κε´. Palladius apparaît également (...)
  • 44 P. Nessana 37 (560-580) ; PSI 9, 1082, pour une femme (ive s. apr. J.-C. ?).

16— On remarquera aussi que, sur la même console, l’autre nom, vraisemblablement celui d’un homme 42, Παλλάδις, variante du plus fréquent Παλλάδιος, n’est attesté que par un seul autre exemple épigraphique, à Rome, sur une épitaphe d’époque impériale 43. Les papyrus ne nous en fournissent que deux autres exemples, l’un pour une femme, l’autre pour un homme, l’un en Palestine, l’autre à Oxyrhynchos 44. Παλλάδις se rattache à un groupe d’anthroponymes peu répandu, qui n’est attesté qu’à partir du milieu du iiie s. apr. J.-C. : outre Παλλάδιoς (14 exemples dans le LGPN), Παλλάδιoν (2), Παλλαδία (2), Παλλάς étant quant à lui plus ancien mais guère plus fréquent (11).

  • 45 No 13, fig. 17.
  • 46 Masson 1971.
  • 47 Stark 1971, p. 99.
  • 48 Rey-Coquais 1977, no 24, avec la bibliographie antérieure.

17— La dédicace à Gennéas est le fait de Naèstabos, Ναησταβος, fils de Baradados, φροντιστής, c’est-à-dire chargé du fonctionnement pratique du sanctuaire, une sorte d’intendant. On retrouve le nom du dédicant, dans une graphie légèrement différente, Ναασταβος, isolé sur un linteau de Liftāyā orné d’une croix et sans date conservée, nouvelle preuve s’il en était besoin de la permanence de l’onomastique païenne à l’époque byzantine 45. Ce vieux « nom de bon augure » (c’est le sens de nḥšṭb) a fait naguère l’objet d’une note d’O. Masson, qui le qualifie de « fort rare » et de « palmyrénien » et qui en liste les exemples alors attestés dans le monde gréco-romain (avec sa transcription latine Nahestabus46. Que ce nom ait un caractère préférentiellement palmyrénien est peu fondé : J. K. Stark le considère au contraire comme pansémitique 47, et l’affirmation de sa rareté ne tient guère. Il apparaît à Palmyre ainsi que dans la nécropole de Tyr sous la graphie Neestabos 48.

  • 49 Évagre le Scolastique, Histoire ecclésiastique 2, 9, 61.
  • 50 IGLS V, 2031.
  • 51 IGLS III/1, 738.
  • 52 Wagner 1976, p. 218, no 78 (SEG 26, 156).
  • 53 Mitchell 2007, p. 157-159.

18— Sur la même dédicace, le nom du père du dédicant, Βαραδαδης ou Βαραδαδος, qui signifie « fils de Hadad », est sensiblement plus répandu. Il est connu lui aussi sous d’autres graphies, en épigraphie et dans la littérature : Βαραδατος est un ermite qualifié de « Syrien » par Évagre le Scholastique, entre autres, dans son Histoire ecclésiastique 49. On retrouve cette graphie dans les inscriptions, par exemple sur un plat d’argent de Hama explicitement chrétien, daté du vie s. par les éditeurs, une fois encore malgré les noms du dédicant et de son père (Héliodoros), d’inspiration païenne 50, dans l’Amanus 51 et à Séleucie sur l’Euphrate 52. À Doura Europos, où ce nom est relativement bien représenté, à côté de Βαραδαδος et Βαραδαδης, on connaît aussi Βαραδαδας. En revanche, S. Mitchell 53, à propos d’une dédicace de Sardes à Zeus de Baradatès (Βαραδατέω Διί), suivant sur ce point P. Briant, fait l’hypothèse que cette inscription, résultant d’une regravure d’un document beaucoup plus ancien (iie s. apr. J.-C., pour une inscription de la fin du ve ou du début du ive s. av. J.-C.), contient un certain nombre de coquilles ou de véritables mécompréhensions du texte et qu’il faut lire plutôt ΒΑΓΑΔΑΤΕΩ, pour le nom perse Bagadatès.

  • 54 No 9, fig. 18. Cf. Ghadban 1985, p. 298-302 (SEG 37, 1448), inscription datée par l’éditeur du débu (...)
  • 55 Piccirillo & Al-Qudah 2003 (SEG 53, 1880).
  • 56 IGLS V, 2580.
  • 57 Wuthnow 1930, p. 82.

19— Sur un linteau décoré daté de 459-460 figure le nom d’Eusébios fils de Nasios, Νασιος. Le premier nom est banal. Le second est rarissime. On en connaît un seul autre exemple sûr, la signature d’un Nasios sur un tombeau collectif au village d’Hammara dans la Békaa 54. L’autre exemple invoqué, celui d’un dédicant de ce nom sur une mosaïque de Wadi Rajib, au nord de la Jordanie 55, est beaucoup plus douteux, dans la mesure où il s’agit d’un fragment et que l’on pourrait parfaitement restituer [Ἀθα]νάσιος. À Liftāyā, en revanche, le nom est à l’évidence complet. On pourrait peut-être le rapprocher du Nassaios/Νασσαιος connu par une épitaphe de Zaïdal datée de 143 56, et qui est signalé comme un hapax par Wuthnow 57.

  • 58 No 12, fig. 19.
  • 59 Étienne de Byzance, s.v. Θρόνιον, πόλις Λοκρῶν. Ὅμηρος “Τάρφην τε Θρόνιόν τε Βοαγρίου ἀμφὶ ῥέεθρα”. (...)
  • 60 Nonnos de Panopolis, Dionysiaques 32, 128 : Κρίασος Ἀργασίδης, Τελέβης καὶ Λύκτιος Ἀνθεὺς / καὶ Θρό (...)
  • 61 Strabon, 1, 2, 34 (Merkelbach & West 1967, fr. 9) : Θρονίη κούρη Βήλοιο ἄνακτος, οὕτω δὲ καὶ Στησίχ (...)

20— La lecture du thêta de Θρόνιος n’est pas certaine et ce nom ne paraît pas attesté en épigraphie. Ce n’est pourtant pas un hapax 58. Il s’agit d’abord d’une des formes de l’ethnique de la cité de Thronion en Locride, si l’on en croit Étienne de Byzance 59. On connaît aussi sous ce nom un fils de Ménélas par les auteurs tardifs et un héros des Dionysiaques de Nonnos de Panopolis 60. On peut cependant faire un rapprochement plus pertinent avec un fragment du Catalogue des femmes d’Hésiode cité par Strabon dans son évocation de l’Arabie 61. Hésiode appelle en effet Throniè, Θρονίη, la fille de roi Bêlos, laquelle Throniè aurait été, avec Hermès, la mère d’Arabos, éponyme des Arabes. Aux dires de Strabon, le poète du vie s. Stésichore avait transmis la même information, mais le passage en est perdu.

  • 62 No 13, fig. 17, no 7, fig. 7 [vérifier si deux renvois].
  • 63 P. Fay. 123 (Euhemeria, Qasr al-Banat).
  • 64 Hérodien, Περὶ κλίσεως ὀνομάτων, éd. Lentz 1867-1870, vol. 2, p. 729, l. 33 : Σαρδών Σαρδόνος, σινδ (...)
  • 65 Souda, M 189.

21— Enfin une stèle funéraire récemment découverte, légèrement détériorée dans sa partie supérieure à droite, mais où le texte, de 463-464, soit la plus récente des funéraires, paraît complet 62 contient un nom rare, Μάρδονος. Ce dernier n’est d’ailleurs pas relevé dans les volumes parus du LGPN, mais il en existe un exemple papyrologique, daté de 110 apr. J.-C. 63, comme génitif d’un nominatif Μάρδων, lequel est aussi attesté chez le grammairien Hérodien 64. Dans la Souda 65, la forme Μάρδονος apparaît au nominatif, sans aucune glose, entre les entrées Μαρδόνιος et Μαρδοχαῖος, glosées « nom d’homme », ὄνομα κύριον. Il s’agit de la transcription d’un nom perse Marduniya, que l’on connaît beaucoup mieux sous la forme Mardonios, popularisée par le nom du général de Darius et pour laquelle on possède en revanche bon nombre d’attestations épigraphiques et littéraires : cependant, dans notre inscription, le iota manque. Le nom du père, Σαυβος ou Σαυβης, paraît nouveau et ne se rapproche de rien de connu.

22Le corpus épigraphique de Liftāyā est ainsi un ensemble modeste, mais cohérent, qui se distingue quelque peu de ceux des villages environnant par sa relative importance numérique, par l’originalité relative de son onomastique, en particulier pour les périodes les plus hautes.

Figure 2.

Figure 2.

Inscription no 3

© J.-C. Decourt

Figure 3.

Figure 3.

Inscription no 2

© J.-C. Decourt

Figure 4.

Figure 4.

Inscription no 4

© J.-C. Decourt

Figure 5.

Figure 5.

Inscription no 5

© J.-C. Decourt

Figure 6.

Figure 6.

Inscription no 6

© J.-C. Decourt

Figure 7.

Figure 7.

Inscription no 7

© J.-C. Decourt

Figure 8.

Figure 8.

Inscription no 1

© J.-C. Decourt

Figure 9.

Figure 9.

Inscription no 8

© J.-C. Decourt

Figure 10.

Figure 10.

IGLS V, 2633

© J.-C. Decourt

Figure 11.

Figure 11.

IGLS V, 2635

© J.-C. Decourt

Figure 12.

Figure 12.

Inscription no 10

© J.-C. Decourt

Figure 13.

Figure 13.

IGLS V, 2648

© J.-C. Decourt

Figure 14.

Figure 14.

Inscription no 17

© J.-C. Decourt

Figure 15.

Figure 15.

Inscription no 11

© J.-C. Decourt

Figure 16.

Figure 16.

Inscription no 14

© P. Ghanimé-Marion

Figure 17.

Figure 17.

Inscription no 13

© J.-C. Decourt

Figure 18.

Figure 18.

Inscription no 9

© J.-C. Decourt

Figure 19.

Figure 19.

Inscription no 12

© P. Ghanimé-Marion

Figure 20.

Figure 20.

Inscription no 15

© J.-C. Decourt

Figure 21.

Figure 21.

Inscription no 16

© J.-C. Decourt

Figure 22.

Figure 22.

Inscription no 18

© J.-C. Decourt

Figure 23.

Figure 23.

Inscription no 19

© J.-C. Decourt

Annexe. Nouvelles inscriptions de Liftāyā, Émésène

1. Dédicace d’un bâtiment ?

23Console supportant les poutres d’un plafond, en remploi dans une maison antique remaniée et abandonnée. L’inscription est gravée très irrégulièrement.

24Dim. : 173 x 42 x 13 cm ; h. l. : 4-10 cm. Estampage. Photo, fig. 8.

25Inédit.

[- - -] οἰκοδομὶν ΜΕΕΙΞΙΝ[- - -]
[- - -]σ̣θεσαν τῶν στ[ύ]-
λων

L. 1. Le premier mot, sans doute un accusatif οἰκοδομήν pour « bâtisse, construction ». À droite, la lecture des dernières lettres est délicate : à la place du xi, on pourrait lire un sigma, mais celui-ci est ailleurs de forme carrée bien identifiable. L. 2. Un composé sur τίθημι, mais le génitif qui suit ne s’explique pas : comprendre l’emploi d’oméga pour omicron ?

26On pense à une dédicace, avec le mot nommant la construction et le dernier désignant la colonne, mais le texte ne se déchiffre pas entièrement.

2. Acclamation chrétienne

27Élément de chancel remployé au-dessus du linteau d’une fenêtre de maison récente d’Al-Khansa (naguère Qizz el-Aḫer). Si ce genre de plaque n’est pas particulièrement rare, des témoignages concordants conduisent à penser que ce document a été apporté de Liftāyā.

28Haute croix à branches parallèles, dressée sur un socle semi-circulaire. L’inscription est gravée au-dessus des deux bras horizontaux.

29Dim. : ca 60 x 100 cm ; h. l. : 7-8 cm. Photo, fig. 3.

30Lammens 1902, p. 53 (IGLS V, 2647) ?

31Cf. Trombley 1994, p. 153 ; Decourt 2006, p. 69, photo.

Τοῦτα νικᾷ.

« Ceci emporte la victoire. »

32L’inscription porte τοῦτα pour τοῦτο, avec une équivalence alpha pour omicron qui est fréquente en Syrie et que l’on retrouve à Liftāyā même (IGLS V, 2634).

33L’identification de cette inscription à IGLS V, 2647 n’est pas assurée, puisque Mouterde ne dit rien des dimensions ni d’un décor, que l’emplacement était tout autre (la localisation « au fond d’une étable » convient bien mieux pour l’inscription suivante) et que la formule est très courante. Pour Trombley, cette « formule constantinienne » est, comme Εἷς Θεός, la marque d’un nouveau converti.

3. Acclamation chrétienne

34Linteau antique sans doute encore en place. La porte de l’étable a été obturée et un pilier installé postérieurement dans son axe, devant l’inscription, malgré tout visible en entier. Celle-ci est gravée dans une tabula ansata à queue d’aronde. Au centre, grande croix pattée à alpha et oméga.

35Dim. : 166 x 68 cm ; cadre : 157 x 58 cm ; h. l. : 13-18 cm. Photo, fig. 2.

36Inédit.

Τοῦτω ✛ νικᾷ.

Ligature omicron-upsilon.

« Ceci emporte la victoire. »

37L’identification à IGLS V, 2647, n’est pas assurée, bien que la localisation convienne : les éditeurs ne disent en effet rien de l’existence de la croix ni de la tabula ansata.

4. Épitaphe

38Bloc rectangulaire erratique en basalte, en dépôt dans le jardin d’une maison. La pierre, très grossièrement taillée, paraît entière.

39Dim. : 76 x 18 x 25 cm ; h. l. : 5-8 cm. Photo, fig. 4.

40Inédit.

41Date : 409-410.

Ἔτου-
ς α
κψʹ
4 Μ-
αρ-
κ-
ελ-
8 ῆ[ν]-
ος.

L. 4. Dans le mu, un trait parasite qui pourrait faire penser à une ligature. L. 8. On ne lit rien à droite de l’êta.

« L’an 721, Marcellinus. »

5. Épitaphe

42Fragment de stèle funéraire en basalte en remploi dans la toiture d’une maison ; les extrémités ne sont pas visibles.

43Dim. : 76 x 35 cm ; h. l. : 5-11 cm. Photo, fig. 5.

44Inédit.

45Date : 413-414.

Παῦλος Ζο[- - -]
ἔτους εκψʹ.

« Paulos, fils de Zo… L’an 725. »

46On pourrait restituer e.g. Ζο[σίμου], mais bien d’autres hypothèses sont possibles.

6. Épitaphe

47Stèle funéraire de basalte encastrée en remploi dans le mur de jardin d’une maison moderne, 1 km environ au sud-est du centre ancien de Liftāyā, sur la rue.

48Dim. : 65 x 37 cm ; h. l. : 5-10 cm. Photo, fig. 6.

49Inédit.

50Date : janvier 142.

῎Ε̣τους
δνυ΄ μη-
[ν]ὸς Αἰδ-
4 [υ]νέου
ηι΄, Θρέ-
πτε, ἄλ-
υ̣πε χε͂ -
8 [ρε].

L. 3 et 5. Nombres surlignés. Le chiffre des dizaines pourrait être un mu. L. 5-6. Le Θ ressemble à un bêta.

« L’an 454, le 18 du mois d’Audynaios, Thréptos, regretté, salut. »

7. Épitaphe

51Stèle funéraire de basalte en forme de fuseau tronqué en haut et en bas, en partie recouverte d’un ciment blanc qui n’a pu être totalement enlevé. Trouvaille fortuite déposée en 2010 chez un ferronnier au centre du village, lors de travaux édilitaires. La pierre est détériorée en haut à droite pour les trois premières lignes du texte.

52Dim. : 83 x 28 (max.) x 24 cm ; h. l. : 5-7 cm. Estampage. Photo, fig. 7.

53Inédit.

54Date : 463-464.

Μάρδ-
ονος
Σαυβο[υ]
4 ἔτους
εοψʹ.

L. 1. La dernière lettre est incomplète et peu lisible.

« Mardonos fils de Saubos, l’an 775. »

8. Chapiteau daté

55Chapiteau support de toit en basalte, en remploi dans une maison antique remaniée, aujourd’hui inaccessible.

56Dim. : impossibles à prendre. Photo, fig. 9.

57Inédit.

58Date : 426-427.

Ἔτους ηλψʹ.

« L’an 738. »

9. Linteau daté

59Linteau de basalte en remploi dans la cour d’une maison antique remaniée, au-dessus de la porte d’une remise. Le bloc est incomplet à droite. La pierre porte un décor complexe. À chaque extrémité, arc sur colonnes à base et chapiteau ; trois grandes croix grecques de factures différentes et deux petites palmes (décor en arêtes de poisson) rythment le champ, qui porte aussi deux petites croix sous la grande croix centrale.

60Dim. : ca 220 x 30 cm. Photo, fig. 18.

61Inédit. Cf. Decourt 2006, p. 68.

62Date : 459-460.

Εὐσε-
Ἔτους βίου
Νασι-
4 αοψʹ ου̣.

La date est gravée à l’intérieur du cercle à gauche, le reste de l’inscription entre ce dernier et la première croix.

« L’an 771. D’Eusébios, fils de Nasios. »

10. Linteau daté

63Linteau de basalte encore en place dans le mur d’une maison en ruines, sur la rue. Les montants portent le même décor de frise de triangles soulignée par un trait gravé que la partie basse du linteau. Ce dernier s’est brisé en trois fragments et a légèrement basculé vers la gauche. Au centre, croix pattée avec alpha et oméga dans un disque en creux ; à gauche, petite croix simple.

64Dim. : 35 + 116 + 35 x 33 x 36 cm ; h. l. : 6,5-7,5 cm. Photo, fig. 12.

65Inédit.

66Date : 591.

Μη(νὸς) Ἀρτ(εμισίου) ἔτο(υς) γϡʹ
ἰν- ✛ δ(ικτιῶνος) ιʹ.

L. 1. À gauche, êta sur le mu ; un petit epsilon à droite du tau : la lettre a été sans doute rajoutée suite à un oubli pour ἔτους dans la partie droite de l’inscription. À droite, signe d’abréviation sur ΤΟ. L. 2. Le chiffre de l’indiction est plutôt un iota qu’un êta : il n’y a pas de haste droite et la barre horizontale apparaît comme parasite.

« Au mois d’Artémisios, l’an 903, 10e indiction. »

11. Linteau daté

67Partie droite d’un linteau de basalte remployé dans l’entrée de la maison du docteur J. Ismaïl, recouverte de peinture, naguère dorée, aujourd’hui noire et blanche. À gauche, croix pattée, à droite, croix grecque dans un disque.

68Dim. : 128 x 31 cm ; h. l. : 10-13 cm. Photo, fig. 15.

69Inédit.

70Date : illisible.

Ἔτους δ̣[. .]ʹ
✛ Χ(ριστ)ὲ βοήθι Γερ ✛ μ[ανοῦ].

L. 1. Le chiffre final, celui des unités, est plutôt delta qu’alpha. L. 2. Abréviation au-dessus de ΧΕ. Ligature êta/thêta/iota. Le rho du nom est dans la croix, désormais presque invisible du fait de la peinture, le mu est incomplet à droite.

« L’an . . 4 . Christ, viens au secours de Germanos. »

12. Linteau daté

71Linteau de basalte en remploi comme dallage dans la cour d’une maison ; croix pattée à gauche en bas de l’inscription. Une rainure profonde partage la pierre en deux parties et un revêtement moderne en masque les côtés droit et gauche. L’inscription, très effacée en 2008, n’était plus visible l’année suivante, noyée sous une chape de béton.

72Dim. : 127 x 45 cm (pour la partie alors visible) ; h. l. : 3,5-6 cm. Photo, fig. 19.

73Inédit.

✛ Ἐμμαννουήλ. Θρονίου τοῦ [- - -]
ἰνδ(ικτιῶνος) γ΄.

Pour le premier mot et à la fin du second, syllabe ου composite ; l’êta est en partie visible. Pour le quantième de l’indiction, selon la coupe, deux lectures sont possibles, dans la mesure où il n’y a pas de signe d’abréviation.

« Emmanuel. Maison (?) de Thronios (?)… 3e indiction. »

74Il manque l’année, sans doute à droite de la première ligne. L’acclamation Ἐμμαννουήλ, « Dieu avec nous », est connue deux fois ailleurs en Émésène, IGLS V, 2091 et 2240.

13. Linteau

75Linteau de basalte en remploi comme tel, décoré d’une croix, peut-être ansée, et d’une palme à gauche de la croix, dans une pièce abandonnée de maison. On ne voit qu’une partie de la pierre et la gravure est évanide.

76Dim. : 185 (visible) x 39 x 32 cm ; h. l. : 4-9,5 cm. Photo, fig. 17.

77Inédit.

✛ Νααστα-
βος.

« Naastabos. »

14. Linteau

78Linteau de basalte abandonné au sol devant une maison. À gauche, petite croix simplement incisée ; à droite, croix plus grande, au trait. La pierre, très brièvement aperçue en 2008 par P. Ghanimé-Marion lors de travaux de démolition, a disparu depuis.

79Dim. : inconnues. Photo, fig. 16.

80Inédit.

✛ Φέδρων.

« Phédrôn. »

15/16. Fragments

81Deux poutres dans une pièce d’habitation moderne, qui en soutiennent le plafond plat ; dans les deux cas, on n’en voit pas les extrémités. Actuellement d’une même longueur approximative, mais de largeurs différentes, elles sont soigneusement chaulées, ce qui rend les photographies peu fiables et les estampages impossibles. Il est impossible de savoir s’il s’agit d’une seule pierre sciée en deux et donc d’une inscription ou de deux inscriptions différentes.

82Dim. : 180 x 17 cm (A) ; 181 x 22 x 36 cm (B) ; h. l. : 3,5-7,5 cm. Photos, fig. 20-21.

83Inédits.

ΛϹ ΣΔ
ΤΟ ΙΙΙ Η
ΧΡ ΛΕΓ
4 ΚΕ Θ
ΠΛ Ρ
ΤΙ ΤΑΤΟ
Θ ΟΥ
8 Ω
ΠΙ ΗΑ
ΠΔ Ι ΙΔ
Ν̣Ι
12 Ε ΙΟΥ
Λ [.]Ε
ΛΟΥ

A. L. 3. L’initiale est un kappa ou un chi : peut-être Χριστός, avec, en dessous κέ. L. 4 Πν[ευματ- - -]. L. 9. Peut-être ligature pi-iota. L. 10. La seconde lettre peut être un delta plutôt qu’un alpha. L. 11. Traces évanides de lettres. L. 13. Sans doute un lambda, non assuré. – B. L. 1. Signe évoquant un sigma classique, peu en place ici : abréviation ? Ensuite, fragment de delta plutôt que d’alpha. L. 2. Série de hastes. L. 4. Sans doute thêta carré. L. 6. Fragment de lettre ronde à droite, probable omicron ; peut-être un superlatif, pour un mot comme, e.g. [ἁγιω]τάτο[υ] ? L. 8. Traces de lettres inidentifiables. L. 10. Traces de lettres. L. 11. Sans doute un nu à gauche. L. 14. Peut-être lambda à gauche.

17. Fragment

84Fragment rectangulaire en remploi au plafond d’une maison, décoré d’une croix grecque à gauche, détérioré par une profonde rainure et dissimulé à droite par une dalle de couverture ; l’inscription est gravée à l’intérieur d’un cadre en très léger relief et la pierre est entièrement couverte d’un enduit de chaux.

85Dim. : 110 x 29 cm ; h. l. : 8-15 cm. Photo, fig. 14.

86Inédit.

✛ ΙΩ

18. Fragment

87Bloc de basalte brisé à gauche et à droite, encastré assez bas dans la clôture d’une cour, côté rue. Depuis, la pierre a été noyée dans l’asphalte en avril 2009.

88Dim. : 64 x 27 cm ; h. l. : 7-8,5 cm. Photo, fig. 22.

89Inédit.

[- - -]ΝΑΣΕΙΣ ou [- - -]ΝΑΣΕΙΟ

Lettres carrées. Le nu est incomplet à gauche. La dernière lettre pourrait être un sigma ou un omicron.

90Ces quelques lettres correspondent sans doute à un fragment de nom propre ; on ne peut en dire plus et il est risqué de le rapprocher du Νασιος (no 9).

19. Fragment

91Bloc de basalte (sans doute partie de linteau) brisé en deux fragments jointifs dans un mur bas, presque au niveau du sol de la rue. La pierre a disparu en 2009, noyée dans l’asphalte. À gauche, croix fruste.

92Dim. : 110 x 34-42 cm ; h. l. : 5,5-11,5 cm. Photo, fig. 23.

93Inédit.

Κον- σταν-
✛ τῖνος.

« Konstantinos. »

Gravure maladroite. Lettres lunaires. L. 1. Omicron et nu jointifs.

Haut de page

Bibliographie

Calvet (Y.) & Geyer (B.) 1992 Barrages antiques de Syrie (CMO 21), Lyon.

Cameron (A.) 1939 « ΘΡΕΠΤΟΣ and Related Terms in the Inscriptions of Asia Minor », W. M. Calder & J. Keil (éd.), Anatolian Studies Presented to William Hepburn Buckler, Manchester, p. 27-62.

Decourt (J.-C.) 2003 « IGLS V Émésène : état de la recherche », Actes des journées IGLS de Lyon, novembre 2000, Syria 80, p. 161-176.

Decourt (J.-C.) 2006 « L’Émésène chrétienne », L’Arabie chrétienne (Dossiers d’archéologie 309), p. 66-69.

Decourt (J.-C.) 2009 « Dédicace au dieu Gennéas », J.-B. Yon & P.-L. Gatier (éd.), Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Beyrouth, p. 158, no 41.

Decourt (J.-C.) 2010 « Inscriptions de Salamias/Sélémyieh », B. Geyer et al. (éd.), Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud (Conquête de la steppe 3, TMO 55), Lyon, p. 109-125.

Dussaud (R.) 1897 « Voyage archéologique en Syrie, octobre-novembre 1896. Notes archéologiques », RA 1897/1, p. 305-357.

Ferrua (A.) 1977-1978 « Iscrizioni pagane della catacomba di Sant’Ippolito », Rendiconti della Pontificia Accademia di Archeologia 50, p. 302-303.

Ghadban (Ch.) 1985 « Monuments de Hammara (Béqaʿ-Sud Liban) », Ktèma 10, p. 287-309.

Héron de Villefosse (A.) 1909 « Tablette magique de Beyrouth, conservée au musée du Louvre », Florilegium ou Recueil de travaux d’érudition dédiés à monsieur le marquis Melchior de Vogüé à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire de sa naissance, 18 octobre 1909, Paris, p. 287-295.

Jalabert (L.) & Mouterde (R.) 1959 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, V, Émésène (avec la coll. de C. Mondésert), Paris.

Jordan (D. R.) 1991 « A New Reading of a Phylactery from Beirut », ZPE 88, p. 61-69.

Kajanto (I.) 1967 Supernomina. A Study in Latin Epigraphy, Helsinki.

Lammens (H.) 1900 « Le pays des Noṣairis. Itinéraire et notes archéologiques », Le Musée belge 4, p. 278-310.

Lammens (H.) 1902 « Notes épigraphiques et topographiques sur l’Émésène », Le Musée Belge 6, p. 30-57.

Lentz (A.) 1867-1870 Herodiani technici reliquiae, Leipzig.

Marinescu (C.), Cox (S. E.) & Wachter (R.) 2005 « Walking and Talking Among Us: Personifications in a Group of Late Antique Mosaics », H. Morlier (éd.), La mosaïque gréco-romaine, IX, Rome, p. 1269-1276.

Marinescu (C.), Cox (S. E.) & Wachter (R.) 2007 « Paideia’s Children: Childhood Education on a Group of Late Antique Mosaics », A. Cohen & J. R. Rutter (éd.), Construction of Childhood in Ancient Greece and Italy (Hesperia Suppl. 41), p. 101-114.

Masson (O.) 1971 « Quelques noms sémitiques en transcription grecque à Délos et à Rhénée », Hommage à A. Dupont-Sommer, Paris, p. 61-73.

Matthews (E.) éd. 2007 Old and New Worlds in Greek Onomastics, Oxford.

Merkelbach (R.) & West (M. L.) 1967 Fragmenta Hesiodea, Oxford.

Mitchell (S.) 2007 « Iranian Names and the Presence of Persians in the Religious Sanctuaries of Asia Minor », Matthews 2007, p. 151-172.

Moussli (M.) & Ebert (J.) 1990 « Weitere Inschriften aus Emesa und seine Nachbargebieten », Philologus 134/1, p. 93-102.

Piccirillo (M.) & Al-Qudah (Z.) 2003 « L’ermitago nel Wadi Rajib sulla montagna di Ajlun in Giordania », G. C. Bottini, L. Di Segni & L. D. Chrupcała (éd.), One Land, Many Cultures. Archaeological Studies in Honour of Stanislao Loffreda OFM (Studium Biblicum Franciscanum Collectio Maior 41), Jérusalem, p. 309-314.

Rey-Coquais (J.-P.) 1977 Inscriptions de la nécropole de Tyr (Bulletin du Musée de Beyrouth 29), Paris.

Sartre (M.) 2007 « The Ambiguous Name: The Limitations of Cultural Identity in Greco-Roman Syrian Onomastics », Matthews 2007, p. 199-232.

Stark (J. K.) 1971 Personal Names in Palmyrene Inscriptions, Oxford.

Trombley (F. R.) 1994 Hellenic Religion and Christianization ca 370-529 (Religions in the Graeco-Roman World 115), Leyde / Londres / New York.

Van Kasteren (J.-P.) 1893 « Liftaja », ZDPV 16, p. 171-187.

Wagner (J.) 1976 Seleukia am Euphrat/Zeugma. Studien zur historischen Topographie und Geschichte (Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients Reihe B 10), Wiesbaden.

Wuthnow (H.) 1930 Die semitischen Menschennamen in griechischen Inschriften und Papyri des vorderen Orients, Leipzig.

Yon (J.-B.) 2002 Les notables de Palmyre (BAH 163), Beyrouth.

Yon (J.-B.) 2003 « À propos de l’expression ΑΛΥΠΕ ΧΑΙΡΕ », Syria 80, p. 151-159.

Haut de page

Notes

1 Jalabert & Mouterde 1959.

2 Decourt 2003.

3 Decourt 2010.

4 Sur l’histoire et la géomorphologie de ce lac, voir Calvet & Geyer 1992, p. 27-40.

5 Van Kasteren 1893. Celui-ci donne, outre le texte de plusieurs inscriptions, une description rapide des vestiges alors visibles.

6 Dussaud 1897.

7 Lammens 1902, p. 52-53. Dans « Le pays des Nosairis » (Lammens 1900, p. 305), le même déclare qu’il avait une première fois renoncé à visiter ce village, sans en donner la raison, village dans lequel il reconnaissait une simple μητροκωμία.

8 IGLS V, p. 271. Lammens ne dit rien de l’état du village, mais il note (Lammens 1900, p. 306), à propos de Harbʿāra (le Harbaʿarai d’IGLS V), que ces phénomènes d’abandon suivi d’une très rapide réoccupation sont caractéristiques du Waʿr à son époque : « Le village venait d’être abandonné. Il était repeuplé quelques semaines après. Dans le Waʿr rien n’est moins rare que ces migrations ».

9 Moussli & Ebert 1990.

10 Decourt 2003 et 2009.

11 IGLS V, 2631-2635, 2637-2638, 2648.

12 No 3, fig. 2.

13 No 2, fig. 3.

14 Nos 4-7 et fig. 4-7.

15 IGLS V, 2641 et 2649, toutes deux perdues ; nos 1 et 8, fig. 8-9.

16 IGLS V, 2633, fig. 10.

17 IGLS V, 2635, fig. 11 ; no 3, fig. 2.

18 No 10, fig. 12.

19 IGLS V, 2648, fig. 13.

20 No 9, fig. 18.

21 Est-il nécessaire de préciser qu’il ne faut pas attribuer une valeur statistique à ce tableau, vu l’étroitesse de l’échantillon ? Il s’agit d’une simple indication, d’une tendance.

22 No 6, fig. 6.

23 Le caractère hors normes de la dédicace à Gennéas, du point de vue de la typologie — c’est la seule dédicace païenne, au surplus la pièce la plus décorée, la seule avec un relief — ajouté au fait qu’elle est en remploi dans un bâtiment récemment construit en parpaing de béton, le manque de vestiges archéologiques connu pour cette époque aussi — à l’exception de l’épitaphe de Thréptos, cependant —, tout cela peut conduire à faire l’hypothèse que la pierre a été apportée d’ailleurs — sans que nous ayons aucun argument positif pour étayer cette hypothèse.

24 On relève différentes formes d’invocation, au Seigneur, à la Trinité ou à la Vierge, la mention d’un prêtre (IGLS V, 2647), de saint Étienne (IGLS V, 2640), l’emploi du sigle ΧΜΓ (IGLS V, 2632-2633).

25 Trombley 1994, en particulier, pour Liftāyā, II, p. 153.

26 IGLS V, 2630, 2644, 2646, 2649, toutes perdues. Un fragment rectangulaire inédit, no 17, fig. 14, en remploi au plafond d’une maison, est gravé d’une croix ; les lettres ΙΩ, avec oméga carré, pourraient être le début du nom, la partie droite de la pierre n’étant pas accessible.

27 IGLS V, 2649 : « copie Mouterde ».

28 Van Kasteren 1893, p. 175.

29 C’est la seule inscription, sur les quatorze qui conservent un nom de mois, à utiliser un mois du calendrier latin.

30 IGLS V, 2648, fig. 13 : déplacement identique, on l’a vu supra, pour la plaque de chancel IGLS V, 2647 (?), fig. 3 ; déplacement analogue, encore, pour les chapiteaux d’Ḥadīdé (supra). Les pierres circulent, on le sait, pour des raisons pratiques, esthétiques ou religieuses, ici comme ailleurs.

31 No 11, fig. 15.

32 No 4, fig. 4.

33 IGLS V, 2304, 2486 (Émèse), 2505 (Qatna), 2554 (région de Ḫirbet Bilʿās).

34 Sartre 2007, p. 211.

35 Yon 2002, annexe IX, p. 259.

36 No 6, fig. 6. Sur la formule finale, dont il soulignera la particulière fréquence dans la Syrie de l’époque romaine, voir Yon 2003.

37 Cameron 1939.

38 Marinescu, Cox & Wachter 2005, p. 1276-1277 ; Marinescu, Cox & Wachter 2007, en particulier fig. 5.4 ; Bull. ép. 2006, 60 (Sève), et 2008, 544 (Gatier).

39 No 14, fig. 16.

40 IGLS V, 2641 : je ne l’ai pas retrouvée. Ζωή n’est pas lui même un nom très répandu : le LGPN en cite 28 exemples seulement.

41 Héron de Villefosse 1909 = Jordan 1991 : Zoè est mère d’Alexandra sur une feuille d’or magique d’inspiration chrétienne (Beyrouth). Voir aussi IGLS III/1, 712 (Alexandrie près d’Issos) ; IGLS XV/1, 24 (Syrie du Sud).

42 Cela n’est pas absolument sûr, mais on peut supposer qu’il s’agit d’un mari et de sa femme, « les propriétaires », selon IGLS.

43 Ferrua 1977-1978, p. 302-303 ; SEG 29, 1005 : Παλλάδις ζήσας ἔτη κε´. Palladius apparaît également dans de rares cas comme un signum : Kajanto 1967, p. 86, en donne la liste, dont l’épitaphe IGVR 728, Palladi tauta, en grec translittéré en caractères latins.

44 P. Nessana 37 (560-580) ; PSI 9, 1082, pour une femme (ive s. apr. J.-C. ?).

45 No 13, fig. 17.

46 Masson 1971.

47 Stark 1971, p. 99.

48 Rey-Coquais 1977, no 24, avec la bibliographie antérieure.

49 Évagre le Scolastique, Histoire ecclésiastique 2, 9, 61.

50 IGLS V, 2031.

51 IGLS III/1, 738.

52 Wagner 1976, p. 218, no 78 (SEG 26, 156).

53 Mitchell 2007, p. 157-159.

54 No 9, fig. 18. Cf. Ghadban 1985, p. 298-302 (SEG 37, 1448), inscription datée par l’éditeur du début du ve s. : « La lecture de Nasios est certaine. On ne peut corriger en Nasros ».

55 Piccirillo & Al-Qudah 2003 (SEG 53, 1880).

56 IGLS V, 2580.

57 Wuthnow 1930, p. 82.

58 No 12, fig. 19.

59 Étienne de Byzance, s.v. Θρόνιον, πόλις Λοκρῶν. Ὅμηρος “Τάρφην τε Θρόνιόν τε Βοαγρίου ἀμφὶ ῥέεθρα”. τὸ ἐθνικὸν Θρόνιος καὶ Θρονίτης.

60 Nonnos de Panopolis, Dionysiaques 32, 128 : Κρίασος Ἀργασίδης, Τελέβης καὶ Λύκτιος Ἀνθεὺς / καὶ Θρόνιος καὶ Ἄρητος ἐυμμελίης τε Μοληνεύς.

61 Strabon, 1, 2, 34 (Merkelbach & West 1967, fr. 9) : Θρονίη κούρη Βήλοιο ἄνακτος, οὕτω δὲ καὶ Στησίχορος λέγει. εἰκάζειν οὖν ἐστιν ὅτι ἀπὸ τούτου καὶ ἡ χώρα Ἀραβία ἤδη ότε ὠνομάζετο, κατὰ δὲ τοὺς ἥρωας τυχὸν ἴσως οὔπω.

62 No 13, fig. 17, no 7, fig. 7 [vérifier si deux renvois].

63 P. Fay. 123 (Euhemeria, Qasr al-Banat).

64 Hérodien, Περὶ κλίσεως ὀνομάτων, éd. Lentz 1867-1870, vol. 2, p. 729, l. 33 : Σαρδών Σαρδόνος, σινδών σινδόνος, Μαρδών Μαρδόνος.

65 Souda, M 189.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte de situation (d’après la carte topographique de la région de Homs établie par les Forces françaises du Levant)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2.
Légende Inscription no 3
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Figure 3.
Légende Inscription no 2
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 4.
Légende Inscription no 4
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Figure 5.
Légende Inscription no 5
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 6.
Légende Inscription no 6
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Figure 7.
Légende Inscription no 7
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 8.
Légende Inscription no 1
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 9.
Légende Inscription no 8
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 10.
Légende IGLS V, 2633
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 11.
Légende IGLS V, 2635
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Figure 12.
Légende Inscription no 10
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Figure 13.
Légende IGLS V, 2648
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure 14.
Légende Inscription no 17
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 15.
Légende Inscription no 11
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 16.
Légende Inscription no 14
Crédits © P. Ghanimé-Marion
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 17.
Légende Inscription no 13
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 18.
Légende Inscription no 9
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 19.
Légende Inscription no 12
Crédits © P. Ghanimé-Marion
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 20.
Légende Inscription no 15
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Figure 21.
Légende Inscription no 16
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 22.
Légende Inscription no 18
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Figure 23.
Légende Inscription no 19
Crédits © J.-C. Decourt
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4516/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Decourt, « De quelques inscriptions de Liftāyā, Émésène »Syria, 93 | 2016, 137-156.

Référence électronique

Jean-Claude Decourt, « De quelques inscriptions de Liftāyā, Émésène »Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/4516 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.4516

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Decourt

CNRS, UMR 5189 HiSoMA

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search