Navigation – Plan du site
Dossier : L'eau dans la ville antique

Les systèmes publics d’alimentation en eau dans le Hauran aux époques classique et byzantine

Cécile Dumond-Maridat
p. 71-86

Résumés

Le développement spectaculaire survenu dans le Hauran du Ier au VIIe siècle apr. J.‑C. a été permis notamment par l’exploitation de toutes les ressources en eau disponibles. Si la présence de sources et de nappes aquifères a favorisé le peuplement du Djebel Druze et du Leja, l’alimentation en eau de la majorité des communautés reposait cependant sur des systèmes d’adduction généralement fondés sur la dérivation des rivières temporaires, les wadis, et la conservation de l’eau obtenue dans de vastes réservoirs. En outre, les centres urbains ont bénéficié de vastes programmes hydrauliques basés sur le captage et l’acheminement d’eau de sources éloignées par des aqueducs, destinés à la distribution d’eau courante dans des fontaines monumentales ainsi que l’alimentation en eau d’établissements balnéaires.

Haut de page

Texte intégral

1Le Hauran est une région basaltique actuellement partagée entre le sud de la Syrie et le nord de la Jordanie. Dans l’Antiquité, elle était également scindée en deux secteurs ; le premier, situé au nord, se trouvait dans la province de Syrie, tandis que la partie méridionale appartenait à la province d’Arabie. La limite entre les deux provinces passait probablement au sud du village d’Hebran ; elle reprenait la frontière de l’ancien royaume nabatéen, devenu la province romaine d’Arabie en 106. Au début du iiie siècle, le nord du Hauran fut rattaché à la province d’Arabie.

2En dépit de son homogénéité, le Hauran comprend plusieurs zones distinctes : le Djebel Hauran, montagne dont les sommets culminent à 1860 mètres, les plateaux de Saccée et de Nuqra situés respectivement au nord et à l’ouest du Djebel, celui du Leja au nord-ouest et enfin, la région steppique du Harra à l’est de la montagne (fig.1).

Figure 1

Figure 1

Carte générale du Hauran, d’après Dussaud 1927.

3Le climat du Hauran est de type méditerranéen dégradé. Il bénéficie de la pénétration des masses d’air humides méditerranéennes. Les précipitations annuelles, supérieures à 250 mm dans la Nuqra, se concentrent sur la montagne pour atteindre 400 mm, mais passent sous l’isohyète des 250 mm immédiatement à l’est du Djebel. Ce massif, où naît le réseau hydrographique de la région et qui abrite la majorité de ses sources, en constitue véritablement le château d’eau.

4C’est un secteur d’habitat groupé dans lequel la grande majorité des 300 villages dénombrés ont livré des témoignages d’occupation antique.

5Certaines agglomérations bénéficient d’une eau localement disponible, exploitée par différentes méthodes selon le type de la ressource. Néanmoins, nombre d’entre elles ont dû recourir à des systèmes fondés sur l’acheminement de l’eau, d’échelle variable selon les objectifs des programmes hydrauliques.

Les systèmes d’alimentation locaux

  • 1 Dufourg 1955, p. 320 ; Gentelle 1985, p. 47, fig. 7.

6Environ la moitié des villages recensés dans le Djebel Hauran à l’époque du mandat français possède des sources (59 villages sur un total de 114) 1. Il s’agit essentiellement de localités situées sur le pourtour du plateau central, à des altitudes variant entre 1500 et 1000 mètres. Dans certaines agglomérations, le captage de la source a fait l’objet d’aménagements monumentaux.

  • 2 Située sur la bordure occidentale du Djebel à 1350 m d’altitude ; Burckhardt 1822, p. 91 ; Seetzen (...)
  • 3 Sartre IGLS XVI/1, 387 (à paraître).

7à l’extérieur du village de Kafr, la source ‘Ain Mousa 2 jaillit à flanc de terrasse. Elle a donné lieu à la création d’une fontaine dont seule la partie antérieure apparaît, sous forme d’un arc en plein cintre élevé au-dessus du griffon (fig. 2). Une inscription aujourd’hui disparue gravée sur la voûte faisait état d’un orfèvre du nom d’Isaac 3. Il s’agit peut-être du commanditaire du monument, ou bien du surveillant des travaux.

Figure 2

Figure 2

Fontaine d’Ain Moussa.

Cliché Cécile Dumond-Maridat.

8Les sources émergeant au niveau du sol étaient quant à elles collectées dans des bassins destinés à en dégager le griffon, recueillir et puiser l’eau. Ces installations possèdent des degrés de monumentalité variables selon les agglomérations.

  • 4 Situé à 1300 mètres d’altitude dans la partie méridionale du Djebel Druze. Burckhardt 1822, p. 97 ; (...)
  • 5 Burckhardt 1822, p. 97 ; Heber ?Percy 1895, p. 142

9L’installation d’‘Ayen 4, actuellement disparue, consistait semble-t-il en un simple réservoir dépourvu de couverture 5.

  • 6 Burckhardt 1822, p. 93 ; Graham 1858, p. 245 ; Wetzstein 1860, p. 80 ; Chabot 1939, p. 353 ; von Op (...)

10La fontaine de Saleh comprenait un bassin de captage surmonté de parois appareillées sur trois côtés et d’un parapet bas en façade (fig. 3). Elle était vraisemblablement couverte par un demi-dôme reposant sur les chapiteaux plats couronnant ses parois latérales 6.

Figure 3

Figure 3

Fontaine de Saleh.

Cliché Dussaud et Macler, 1905, p.158.

  • 7 Situé sur le versant oriental du Djebel. Wetzstein 1864, p. 273 ; Dussaud 1927, p. 153 ; Waddington(...)
  • 8 Sartre IGLS XVI/2, 877 ; Waddington 1870, 2239.
  • 9 Ces édifices comprennent une “maison publique” construite en 358 (PAES 732 = IGLS XVI/2 883), un at (...)

11Nous ne disposons d’aucune description de l’état de la fontaine de Busan 7 antérieur aux installations contemporaines, dans lesquelles ne subsistent que trois assises antiques en place dans les parois sud et ouest. Néanmoins, l’extrémité en saillie de cette dernière, comme sa base moulurée, suggèrent qu’il s’agissait d’une paroi latérale et permettent de restituer un mur identique sur le côté opposé du monument. Dans cette hypothèse, il n’est pas exclu qu’il ait été couvert d’un demi-dôme, à l’image de celui de Saleh. La construction et la restauration, la même année, de la fontaine de Busan sous l’autorité de magistrats villageois ont été commémorées par une dédicace datée de 365-366 8. Elles s’inscrivent dans une phase d’activité édilitaire réalisée par la communauté villageoise au ive siècle 9. La proximité de Busan et de Saleh suggère l’éventualité d’échanges, voire d’une certaine émulation entre les deux localités, qui pourraient expliquer les similitudes dans l’architecture de leurs fontaines.

  • 10 Située sur le versant nord-ouest du Djebel Druze à 1200 mètres d’altitude. Dussaud 1927, p. 348, 36 (...)
  • 11 La Torre 2002 : pour l’auteur, le canal qui alimente la fontaine peut se poursuivre en amont de la (...)

12La fontaine de Canatha est la plus importante (9,5 mètres d’ouverture en façade, 13 mètres de long) et la plus monumentale de ces installations 10. Elle est élevée à l’emplacement de sources situées sur la rive est du wadi al-Ghar, à l’extérieur de la ville basse (fig. 4). Composée d’une pièce ouverte en façade abritant le bassin et munie d’une couverture en berceau, elle s’apparente aux nymphées à chambre italiens de la fin de la République comme celui de Castelgandolfo ou le sanctuaire de source de Temnin el Foka (Liban). Outre les sources contenues dans le réservoir, le monument était alimenté par le canal de captage d’une source située à 30 mètres au sud-est, dont le trop-plein était conduit dans une rigole vers l’odéon construit à 70 mètres au nord de la fontaine 11. Les parois du niveau supérieur possèdent des niches. Un espace de circulation aménagé le long du mur du fond suggère que les statues exposées dans ces niches pouvaient faire l’objet de pratiques religieuses et que ce monument devait constituer un sanctuaire de source. Il aurait été construit, selon Georg Breitner et Stephan Freyberger, au début de l’époque impériale.

Figure 4

Figure 4

Canatha, sanctuaire de sources.

Cliché Cécile Dumond-Maridat.

  • 12 Kafr : Dunand, RB 42 1933, p. 238, n° 160 ; ‘Ayen : Waddington, I. Syrie, 1984, 1984 d ; Sale : Wad (...)

13En dépit du nombre de villages pourvus de sources, la création de fontaines s’avère relativement rare, et circonscrite à des localités possédant un certain développement monumental et des institutions villageoises ou poliades 12.

  • 13 Villeneuve 1986 ; Sadler 1990 ; Newson 2000.
  • 14 Braemer, Echallier, Hatoum & MacDonald, 1996.

14Les agglomérations peuvent également accéder à des nappes aquifères locales. L’inféro-flux des wadis constitue une ressource potentielle, accessible par des puits. Provenant de l’infiltration de l’eau à travers les alluvions transportées par les wadis, il est plus important sur le versant oriental du Djebel où le débit plus faible des rivières favorise l’accumulation d’alluvions. Ainsi, les sites de Diyatheh 13 et de Némara (Harra) 14 possèdent plusieurs puits appareillés permettant d’accéder respectivement aux flux souterrains du wadi Gharz et d’un affluent du wadi Sham.

15Les cavités sous-basaltiques constituées lors de l’accumulation des coulées de lave peuvent abriter des réserves d’eau de ruissellement infiltrée par les fissures du basalte, ou recouvrir des nappes phréatiques. Ces couche-réservoirs alimentent plusieurs villages du Léjà (Harran, Umm ez-Zeitun (fig. 5), Sha’arah, Harran Keratha…). Elles sont atteintes au moyen de puits profonds (plus de 20 mètres à Harran) munis d’escaliers. à Umm ez-Zeitoun, un canal souterrain de quelques dizaines de mètres alimente la birket proche de la kalybé depuis le puits situé au nord-est. à ‘Ariqah, l’effondrement de la voûte naturelle en surface a permis d’atteindre la résurgence d’une source, ainsi qu’un tunnel sous-basaltique abritant de l’eau.

Figure 5

Figure 5

Puits d’Umm ez-Zeitun

Cliché Cécile Dumond-Maridat.

  • 15 Burkhardt 1822, p. 234 ; Buckingham 1825, p. 200 ; Rey 1860, p. 188 ; von Oppenheim 1899, p. 198 ; (...)
  • 16 Dentzer, Blanc & Fournet 2002.

16L’eau de la « source » Djeheir, située dans la partie nord-ouest de Bosra, émerge d’un tunnel naturel situé à 6 mètres de profondeur 15. Elle est recueillie dans un bassin entièrement appareillé jusqu’au niveau du sol et pourvu d’escaliers. En dépit de son importance pour l’alimentation du site depuis l’époque du Bronze, cette ressource a fait l’objet d’un aménagement monumental relativement modeste qui s’explique probablement par la distance séparant la source des principaux lieux publics de la ville, notamment le quartier du carrefour central, où est aménagée en revanche une grande fontaine monumentale 16.

  • 17 Butler PPUAES II A 7, 424-26 ; Guérin 1993 ; Id., 1999-2000.
  • 18 Burckhardt 1822, p. 110-111 ; Robinson 1837, p. 191.
  • 19 Heber-Percy 1895, p. 39 ; Butler PPUAES, II A 7, 441-445 ; Kalos 1997 ; Id., 2003 ; Freyberger 2004 (...)

17Enfin, en l’absence d’autre ressource, les agglomérations peuvent collecter localement l’eau de ruissellement par des micro-captages établis sur les pentes ou les replats du terrain. Des rigoles à un seul parement acheminent l’eau récoltée vers des citernes collectives, couvertes au moyen de piliers à Mseikeh 17, ou d’arcs à Damet el Alya 18 et à Sahr 19. Néanmoins, les villages dont l’alimentation repose exclusivement sur ce système sont rares et essentiellement situés dans le Leja.

  • 20 Réservoir aménagé dans le wadi Umbashi par la création d’un barrage en terre de 30-40 m de long et (...)
  • 21 Kennedy & Riley 1990 ; Gregory & Kennedy 1985, p. 246 ; Helms 1990.
  • 22 Braemer à paraître.

18Plus rares encore sont les sites approvisionnés par des réservoirs aménagés dans le cours des wadis par la création de barrages, probablement en raison de la vulnérabilité de ces ouvrages aux crues. Actuellement, outre le site d’Umbashi (Kraa) de l’âge du Bronze 20, seuls les sites romains et médiévaux de Qasr Burqu dans le Harra 21 et de Jabir, au sud de Der’a 22, ont livré de telles installations.

19Les ressources localement disponibles permettent l’usage de systèmes d’alimentation autonomes de mise en œuvre relativement simple. Cependant, la grande majorité des agglomérations du Hauran ne bénéficiant pas de telles ressources, ou dont l’eau disponible devenait insuffisante, ont dû adopter des systèmes d’alimentation fondés sur l’acheminement d’une eau captée à distance.

Les systèmes d’adduction d’eau

  • 23 Braemer 1988.
  • 24 Porter 1855, p. 51 ; Percy 1895, p. 29.
  • 25 Braemer 1988, p. 123.

20Le système de dérivation de wadi détourne une partie de l’eau de ruissellement concentrée dans les rivières temporaires durant l’hiver 23. Un barrage léger établi dans le cours d’eau en amont du village permet d’élever le niveau du courant jusqu’à une prise d’eau alimentant un canal de dérivation, souterrain 24 ou à ciel ouvert 25, qui transporte l’eau par gravité jusqu’au village. Sur place, elle est distribuée dans des structures de stockage installées le plus souvent à la périphérie du site et dont le nombre et les dimensions s’expliquent par la nature saisonnière et aléatoire de la ressource.

21Les réserves s’effectuent essentiellement dans les birak, réservoirs à ciel ouvert omniprésents dans le paysage villageois hauranais. Creusées dans la roche, leurs parois peuvent être naturelles ou partiellement, voire intégralement appareillées, le plus souvent en blocs à bossage. Leur fond est laissé à l’état de roche naturelle. Les plus importantes possèdent des contreforts internes destinés à résister à la pression des terres, comme dans les birak est (d’environ 120 mètres sur chaque côté) et sud-est de Bosra (environ 160 x 125 m, fig.6), ou encore la birket el-Hadj de Suweida (100 x 186 m). Les agglomérations possèdent généralement plusieurs birak, alimentées par des branches secondaires d’un même canal ainsi, parfois, que des citernes intégrées à ce réseau de canaux (Umm il-Jimal, Der el-Khaf, Burd, Hayat, Kharayeb, Dibine, Hit). La couverture en dalles de basalte des citernes ainsi que leur mortier hydraulique permettent de conserver l’eau durablement, à l’abri de l’évaporation comme de la corruption.

Figure 6

Figure 6

Birket sud-est de Bosra

Cliché Cécile Dumond-Maridat.

22Ce système d’alimentation peut donc être organisé à l’échelle de l’agglomération en un véritable maillage hydraulique comprenant plusieurs structures de natures différentes de manière à répartir la disponibilité de l’eau dans le temps. Néanmoins, l’eau qu’il procure est dormante et, en dépit de la multiplication des points de stockage, en quantité limitée. L’adduction d’eau de source permet quant à elle d’obtenir une eau vive et a priori pérenne. Provenant de sources situées dans le Djebel ou en Batanée, l’eau est également acheminée par gravité dans des aqueducs souvent souterrains, mais aussi aériens lorsqu’ils franchissent des dépressions. Elle peut être délivrée dans des structures de stockage, ou bien dans des fontaines monumentales. Ces deux systèmes d’adduction ont été réalisés à des échelles différentes selon la situation des agglomérations par rapport aux prises d’eau.

  • 26 Nawa était approvisionné depuis une source située à environ 4 km au pied du Tell Jabiyeh ; Canatha (...)
  • 27 17 m de long sur 14,5 m de large, 7 m de profondeur ; capacité de 1 725 m3. Freyberger 2004a ; Id. (...)
  • 28 Situé au centre du village, réservoir carré de 12 m de côté, de capacité d’environ 600 m3. Schumach (...)
  • 29 Sartre IGLS XVI/2, 1189. La birket, située près du centre du village, faisait 40,74 x 20,72 m.

23Les dérivations de wadi, généralement destinées à un seul village, permettaient d’alimenter l’ensemble des localités situées à quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres en aval de la prise d’eau (fig.7). De même, les agglomérations de Nawa, Canatha et peut-être Qraye étaient alimentées par des aqueducs relativement courts provenant de sources proches 26 qui approvisionnaient des structures de stockages : une très grande citerne à Canatha (fig.8), située sous le pavement de la cour d’un monument interprété par Stephan Freyberger comme un temple (temple 2) du ier siècle av. J.-C.27, des réservoirs à ciel ouvert à Nawa 28 et Qraye 29, où la birket est construite en 295-296 aux frais de la communauté.

Figure 7

Figure 7

Schéma de situation des bassins d’alimentation, des wadis (en trait fort) et des principaux canaux (en trait fin), d’après Braemer 1988, fig. 3, p. 105.

Figure 8

Figure 8

Citerne de Canatha.

Cliché Cécile Dumond-Maridat.

  • 30 Braemer 1988.

24Par ailleurs, Frank Braemer a également identifié plusieurs systèmes de canaux d’échelle régionale destinés à des secteurs entiers dépourvus de ressources locales 30. Composés de plusieurs branches destinées à différents villages dont ils alimentent les réservoirs, ces systèmes constituent de véritables réseaux de répartition et de distribution d’eau de wadi ou de source.

25Le canal de Salakhed/Kharsa, dans le Leja, est alimenté par une prise d’eau effectuée sur le wadi Liwa en amont d’Umm ez-Zeitun. Il alimente une zone de plus de 100 km2 carrés comprenant neuf villages (Salakhed, Kôm er-Rumman Est, Jdayeh, Majadel, Jaaghan, Burd, Kharsa, Waqem et Smed), occupés pour la plupart à l’époque romaine, mais dont certains d’entre eux (Kôm er-Rumman Est, Jaaghan et Burd) ont également livré des témoignages d’occupation de l’âge du Bronze. Par conséquent, ce système pourrait avoir été créé à l’époque du Bronze, puis remis en état et complété par de nouvelles branches à la période romaine.

26Deux canaux dérivés à partir du wadi Zeidi alimentent plusieurs villages situés au sud du Djebel Druze : le canal d’Umm er-Rumman d’une trentaine de kilomètres (vers les villages de Munaidre, Ghariye, Umm er Rumman, Kharayeb) et le canal Said d’environ 20 km (à destination de Dibine, Hout et Bekka).

27En Sacée, les agglomérations de Hit, Hayat, Btaineh, Taleh et Khaldiyeh sont alimentées par un système de dérivation du wadi Liwa, le canal de Hit et ses canaux secondaires ; celles de Shaqqa, Jnaine et Rdaime Sharqiye par un aqueduc à trois branches provenant d’une source proche située au nord du Djebel. La création de ces systèmes d’adduction a permis le développement de villages et la culture des terres arables de cette zone fertile dépourvue de ressources en eau. Elle relevait d’une politique de mise en valeur du territoire, vraisemblablement attribuable à l’époque romaine si l’on en croit la prospérité de ce secteur durant cette période.

28Enfin, l’adduction d’eau de source constitue le système d’alimentation en eau privilégié par les centres urbains pour accompagner leur développement. Les aqueducs urbains sont créés en supplément de ressources déjà disponibles (naturelles ou acquises par dérivation de wadi) afin de permettre aux villes de se parer des fontaines monumentales et établissements balnéaires considérés comme nécessaires à toute cité romaine.

  • 31 Dunand 1930 ; Sartre 1981 ; Sartre-Fauriat 1992 ; Braemer 1988, p. 134-136. Il existe à Sia un aque (...)
  • 32 Burckhardt 1822, p. 81 ; Thomson 1886, p. 499 ; Robinson 1837, p. 207 ; Lindsay 1838, p. 153 ; Port (...)
  • 33 Sartre-Fauriat 1992 ; Id. 2004, p. 10, 91-93 (feuille V G 1 recto-verso), 95-97 (feuille V G 6 rect (...)

29L’aqueduc de Suweida constitue le premier système d’alimentation d’échelle régionale destiné à alimenter une fontaine monumentale 31. Cette dernière, actuellement disparue, est connue par les descriptions de plusieurs voyageurs et, notamment, par les plan et élévation établis par W. J. Bankes en 1816 ou 1818 (fig.9) 32. D’après ces documents, il s’agit d’une niche-fontaine semi-circulaire voûtée en cul-de-four de 6,14 m de long et 3,12 m de profondeur ; sa hauteur depuis le niveau d’occupation du sol jusqu’au sommet est de 6,09 mètres 33. L’ouverture de l’exèdre représente près des deux tiers de la longueur totale de la façade. Elle est encadrée, comme les extrémités de la façade, par des pilastres en saillie à chapiteaux corinthiens. Un entablement à double frise, sur lequel figurait une partie de la dédicace, court sur toute la longueur de la façade. L’intérieur est composé d’une exèdre profonde percée de trois niches surmontées d’arcades moulurées et séparées par des piédroits surmontés de chapiteaux corinthiens. Cet espace couvert d’une demi-coupole abritait un bassin dont le trop plein s’écoulait dans le caniveau de basalte vu en place par Mascle.

Figure 9

Figure 9

Le nymphée de Suweida. Croquis en élévation de Bankes, d’après Sartre-Fauriat 1992, p. 135.

  • 34 Waddington 1870, n° 2305 ; Sartre IGLS XVI/1, 331.

30La dédicace, datée de 105-106, qualifie le monument de nymphée et le consacre, ainsi que l’aqueduc, à l’empereur Trajan : « à l’empereur Nerva Trajan César Auguste, fils d’Auguste, Germanicus, Dacicus, en sa 10e puissance tribunicienne, sous Aulus Cornelius Palma, légat impérial propréteur, la cité a consacré l’aqueduc des eaux et le nymphée » 34.

  • 35 Braq : IGLS XVI/1, 370 ; Sahwet Blatah : IGLS XVI/1, 371 ( = Dunand, RB, 42, 1933, p. 239, n° 162, (...)

31La réalisation de ce système d’alimentation doit être mise en relation avec une série de neuf stèles identiques, provenant de différents villages situés sur le versant occidental du Djebel Hauran (deux textes proviennent de Suweida, deux de Raha, un de Braq, un de Sawet Balatah, un de Rsas et deux du village d’‘Afineh) 35, et faisant état de travaux d’adduction effectués à l’initiative du gouverneur dans ce secteur à la même époque : « Pour le salut et la santé de l’empereur Nerva Trajan César Auguste, Germanicus Dacicus, l’aqueduc des eaux amenées vers Kanata (a été construit) grâce à la prévoyance de Cornelius Palma, légat impérial propréteur ».

  • 36 Pour cette raison, Maurice Dunand avait proposé de distinguer la ville de Kanatha d’un bourg de la (...)
  • 37 Il s’agit des villages de Raha, ‘Afineh et Rsas. Voir Waddington 1870, 2308, d’où IGR III, 1276. Po (...)

32La plupart des villages d’où proviennent ces stèles possédant des sources, celles-ci avaient peut-être pour but de commémorer des captages ; elles pouvaient aussi se trouver sur le tracé des canalisations et être destinées à indiquer des points de maintenance aménagés dans le système. Si la destination de l’adduction évoquée dans les textes est Canatha, l’altitude de ce centre urbain (1250 mètres), supérieure à celle des sources de Raha, Rsas, Sahwet Blatah ou ‘Afineh, ne lui permettait pas en réalité d’être alimentée par ces localités 36. Par conséquent, l’aqueduc ne devait pas être destiné à l’agglomération même de Canatha, mais plutôt à l’une des localités de sa chôra civique. Précisément, Suweida qui bénéficie de la création d’un aqueduc et d’un nymphée en 105-106 se trouve sur le territoire de Canatha, à 1000 mètres d’altitude. En outre, une inscription de 183 faisant état de son aqueduc précise qu’il est alimenté par les sources de certains des villages d’où proviennent les stèles de l’époque de Trajan 37. Par conséquent, les travaux évoqués dans les différentes inscriptions du début du iie siècle illustrent très probablement les différents éléments d’un même programme, comprenant les captages effectués dans le Djebel, la construction de l’aqueduc ainsi que du nymphée à Suweida. Réalisé sous le patronage des autorités impériales l’année même où Cornelius Palma procède à l’annexion du royaume nabatéen situé au sud de Suweida, ce programme possédait vraisemblablement une dimension politique.

33En effet, la création de la province d’Arabie suggère une augmentation prévisible des échanges nord-sud et, par conséquent, le renforcement du rôle d’étape rempli par Suweida entre Damas et Bosra, capitale de la nouvelle province. La réalisation de ce programme d’adduction permettait d’anticiper le développement de l’agglomération et d’assurer aux gens de passage une alimentation en eau pérenne.

34En outre, alimenté jusque-là par la dérivation du wadi Suweida, le village constituait un cadre idéal pour la création d’un système dont la valeur utilitaire se doublait peut-être d’un caractère symbolique. En effet, la fourniture d’eau de source à un site dépourvu de ce type de ressource pouvait permettre d’illustrer les compétences hydrauliques de l’administration romaine, voire de suggérer les bénéfices potentiels de cette administration aux Nabatéens, au moment précis où a lieu l’annexion du royaume.

  • 38 Waddington 1870, 2308, d’où IGR III, 1276. Porter 1855, p. 126 ; Hogg 1855, p. 247 et 259 ; Sartre (...)

35Une dédicace datée de 183 commémore de nouveaux travaux relatifs au système d’adduction : « L’an 8 du seigneur César Marcus Commodus Antoninus, sous Domittius Dexter, consulaire, la cité a fait construire et équiper les aqueducs venant des sources d’Arra, de Cainatha, d’Aphetatha, d’Orsoua, et a fait établir le sanctuaire pour Athéna à Arra avec les statues, sous la surveillance de la tribu des Somaithenoi » 38.

  • 39 Waddington 1870, 2309.

36Ces ouvrages s’inscrivent peut-être dans le cadre d’une activité édilitaire liée à la promotion de Suweida au statut poliade. En effet, une inscription datée de 187 faisant état de constructions publiques présente l’agglomération comme la cité de Dionysias 39. En réalité, les travaux hydrauliques réalisés en 183 consistent vraisemblablement en une réfection du système construit sous Trajan, dont la cité s’attribuerait le mérite de la construction en raison de sa promotion récente. Ils comprennent en outre l’aménagement d’équipements pouvant représenter de nouvelles fontaines ou des bains, ainsi qu’un sanctuaire élevé en l’honneur d’Athéna à Arra. Ce village figure parmi ceux dont les sources sont captées au profit de Suweida ; par conséquent, le don de ce sanctuaire peut être considéré comme un hommage, voire un dédommagement, à la divinité de la source Athéna. Néanmoins, il semble étonnant que Raha soit le seul parmi les villages procurant de l’eau à Suweida à bénéficier de cet acte de gratitude.

  • 40 Sartre 1982, 9134.

37La capitale de la province d’Arabie, Bosra, possédait également au moins un aqueduc, dont une inscription commémore la réfection à l’époque de Justinien : « Par la libéralité de notre Seigneur Justinien, manifestée à la suite de l’ambassade du saint archevêque Jean, a été relevé l’aqueduc, par les soins d’Anastase, de la tribu (?) de Mar.a, bijoutier » 40.

38Les travaux semblent avoir été financés par l’empereur, non pas sur l’intervention de la cité ou du gouverneur, mais de l’archevêque de la ville, dont le rôle dans l’administration locale apparaît prépondérant. La surveillance, voire un financement partiel des travaux revient à un personnage dénommé Anastase, dont la profession de bijoutier n’est pas sans évoquer l’orfèvre du nom d’Isaac mentionné dans la dédicace de la fontaine de Kafr.

  • 41 Dentzer à paraître.
  • 42 Thomson 1886, p. 502 ; Baedeker 1912, p. 165.
  • 43 Rey 1860, p. 164.

39Les fouilles réalisées par la Mission archéologique française en Syrie du Sud en 2004, 2005 et 2006 sous la direction de Jean-Marie Dentzer ont mis au jour un aqueduc souterrain daté de l’époque byzantine à 8 kilomètres à l’est de Bosra. Son tracé a été suivi en direction du Djebel jusqu’au sud du village d’‘Afineh 41 et se poursuivait peut-être vers le nord-est. En effet, des témoignages de voyageurs faisant état d’arches entre Kafr et ‘Afineh 42 ainsi que de rigoles de basalte à la source ‘Aïn Musa de Kafr 43, suggèrent que cette dernière avait fait l’objet de captages et d’une adduction en direction d’‘Afineh. Kafr n’apparaissant pas dans le dossier épigraphique de l’aqueduc de Suweida, il est possible que cette adduction ait été destinée à Bosra.

  • 44 Dentzer, Blanc & Fournet 2002.

40La fouille de l’aqueduc a permis de le dater de l’époque byzantine. Par conséquent, ce canal peut correspondre à celui évoqué dans l’inscription. L’état romain, suggéré par les termes de l’inscription comme par la réalisation d’un programme monumental comprenant un nymphée et deux complexes balnéaires dans la deuxième moitié du iie siècle 44, n’a pas été identifié à ce jour sur la fouille. La fontaine, dénommée kalybé depuis Butler, consiste en un nymphée à façade rectiligne de 23,80 mètres. Son bassin, limité par des antes,mesure 2,70 m de large et alimente un caniveau de même longueur destiné au puisage de l’eau. Le monument s’apparente au type des grands nymphées à façade rectiligne d’Asie Mineure, mais possède un décor plus dépouillé et des proportions plus modestes en raison de la faible largeur de son bassin (seulement un peu plus de 10 % de la longueur), de l’absence de bassin de puisage remplacé par un caniveau et d’ailes, relayées par des antes (fig.10).

Figure 10

Figure 10

Nymphée de Bosra.

Cliché Cécile Dumond-Maridat.

  • 45 Prospection personnelle réalisée en octobre 2006.

41L’aqueduc permettant d’alimenter ces monuments pourrait avoir emprunté un tracé différent de celui d’époque byzantine. En l’occurrence, des fragments de canalisations en basalte, relevés dans des épierrements de champs situés entre Bosra et Nimreh Qraye 45, suggèrent la possibilité d’une adduction depuis les sources de Nimreh Qraye, village situé dans la province d’Arabie dès 106.

  • 46 Döring 2006 ; relevé réalisé par Damien Gazagne, thèse en cours.
  • 47 Seetzen 1859, p. 58.
  • 48 Wetzstein 1860, p. 123.
  • 49 Rey 1860, p. 205.
  • 50 Sartre-Fauriat 2004, p. 133. Feuille V L 17 verso.

42La ville de Der‘a, située en Batanée, était alimentée par un aqueduc, le Kanât Fir‘aun, provenant des sources de Dille à environ 35 km au nord 46. Essentiellement souterrain, il franchissait quatre wadis au moyen de ponts et possédait une partie aérienne suivie sur plusieurs kilomètres à l’ouest de Kteïbeh et de Khirbet Ghazaleh par les voyageurs du XIXe siècle, selon qui l’aqueduc était porté sur des arches au nombre de quatorze d’après Seetzen 47, sept ou dix selon Wetzstein 48 ; Rey 49 signale pour sa part une ligne d’arcades et Bankes fait état de deux ensembles d’arches ainsi que d’autres arches dont il ne précise pas la localisation et qui pourraient avoir constitué des ponts 50. Actuellement, l’aqueduc est visible sur plus d’un kilomètre ; le canal, porté sur un mur de soutènement, est construit en opus caementicium, son cuvelage est enduit de couches de mortier hydraulique (fig. 11).

Figure 11

Figure 11

Aqueduc de Der‘a.

Cliché Cécile Dumond-Maridat.

  • 51 Wetzstein 1860, p. 123 ; Monk 1851, p. 260-262 ; Thomson 1886, 541-544 ; Merrill 1881, p. 296 ; Sch (...)
  • 52 Sartre-Fauriat 2004, p. 133.

43Immédiatement au nord de Der‘a, il traverse le wadi Zeidi sur un pont signalé par les voyageurs 51, le jisr el-Meisari. Schumacher mentionne des blocs sculptés et des blocs inscrits utilisés en remploi, parfois posés à l’envers. Les inscriptions sont partiellement effacées par l’usure, mais il reconnaît néanmoins des caractères grecs et arabes, des représentations de croix ainsi que le monogramme IN, qu’il propose de traduire par « Jésus de Nazareth ». Sur la partie ouest du pont passait une route pavée de 4 m de large et sur la partie orientale, surélevée, se trouvaient des canalisations en terre cuite posées dans du mortier blanc. Comme le suggèrent Schumacher et Bankes 52, il s’agit d’un pont tardif utilisant des blocs antiques. La présence de canalisations témoigne néanmoins du maintien du système d’adduction à cette époque. Parvenu dans la partie nord de la ville, l’aqueduc alimentait la birket es Siknâny ainsi qu’un établissement balnéaire romain.

  • 53 Wetzstein 1860, p. 123 ; Schumacher 1889, p. 51 ; Baedecker 1912, p. 161 ; Merrill 1881, p. 296.
  • 54 Il s’agit d’un système de tunnel du début de l’âge du Bronze ; Bienert 2004.
  • 55 Système de canaux de collecte d’eau de ruissellement, conservée dans d’immenses réservoirs ; Lenzen(...)
  • 56 Système de tunnel élaboré collectant l’eau de sources datant peut-être de l’âge du Fer, avec une ex (...)
  • 57 Système de tunnels depuis au moins la source Ain Turab, à 12 km à l’est d’Umm Qais ; l’aqueduc est (...)
  • 58 Hoffmann & Kerner 2002 ; Kerner et alii 2004.

44Par ailleurs, certains voyageurs rapportent avoir suivi les vestiges du Kanât Fir‘aun le long de la route menant de Der‘a à Gadara (Umm Qais, Jordanie) 53. Plusieurs systèmes d’adduction d’eau ont été étudiés dans des sites de ce secteur, à Khirbet ez-Zeraqon et esh-Shallaf dans le wadi esh-Shellalah 54, Capitolias 55, Abila 56 et Gadara 57. Selon Susan Kerner, un système d’alimentation en eau joignant Der‘a à Umm Qais pouvait relier entre elles certaines cités de la Décapole 58.

45Enfin, la promotion du village de Shahba au statut de colonie de Philippopolis par Philippe l’Arabe au milieu de iiie siècle représente une véritable refondation de son village natal. Elle s’accompagne d’un vaste programme édilitaire comprenant notamment la création d’un aqueduc, de deux établissements balnéaires et d’une fontaine monumentale.

  • 59 Mascle 1944, p. 79 ; Dufourg 1955, p. 325.
  • 60 Butler PPUAES II A 6, p. 390.
  • 61 Robinson 1837, p. 148 ; Monk 1851, p. 285 ; Porter 1855, p. 77.

46L’aqueduc captait des sources situées à Taïbeh, sur la bordure orientale du plateau central du Djebel 59. Les eaux étaient, semble-t-il, au préalable recueillies dans un bassin collecteur 60, avant d’être acheminées par l’aqueduc selon un tracé empruntant la vallée du wadi Liwa. Des piles et arches ont été signalées par les voyageurs sur la rive sud du wadi sur une distance de plus de 3 km au-delà de Philippopolis 61.

  • 62 Darrous & Rohmer 2004, fig. 1.

47L’aqueduc franchit le rempart est de la ville à environ 100 m de l’angle sud-est de l’enceinte et se dirige vers les thermes. à 16 m au sud de l’établissement thermal, il forme un angle de 120° et se dirige vers l’ouest, puis s’achève une cinquantaine de mètres plus loin, derrière la fontaine monumentale située sur le cardo62.

  • 63 Butler AAES, 390.

48Aux abords des thermes, ses vestiges sont évoqués par tous les voyageurs. Ils comprenaient six piles de 2,41 à 2,92 m de long selon Bankes (2,36 à 2, 48 m pour Butler) et 2,87 m de large, ainsi que la dernière arche, dont l’extrémité reposait sur le castellum (fig.12). à cet endroit, l’aqueduc mesure au moins 10 m de haut. Sa maçonnerie se compose d’un noyau de blocs de basalte liés au mortier, entièrement revêtu d’un parement de blocs à bossage. D’après Butler, « la construction de cet aqueduc est un modèle de maçonnerie ancienne du meilleur type […] un des travaux d’engineering les plus importants dans la province 63 ».

Figure 12

Figure 12

Aqueduc de Philippopolis, d’après Brünnow et von Domaszewski 1909, p. 152.

  • 64 Darrous, 1993.

49La fontaine monumentale qu’il alimentait possède une façade d’environ 15 m de long, ouverte en son centre par une abside de 3 m prolongée de part  et d’autre par une paroi rectiligne munie d’une niche abritant une fontaine 64. Cet édifice s’apparente à celui de Suweida par le motif de l’exèdre centrale, cependant bien moins importante ici, puisqu’elle n’occupe que le tiers de la façade (fig.13).

Figure 13

Figure 13

Nymphée de Philippopolis.

Cliché Cécile Dumond-Maridat.

50Le peuplement du Hauran dépasse très largement le cadre des sites bénéficiant de la présence d’une ressource en eau, comme les sources du Djebel Druze ou les nappes aquifères du Leja. L’approvisionnement en eau des communautés résidant dans les vallées et les plateaux situés au nord, à l’ouest et au sud du Djebel Druze repose pour sa part sur des politiques hydrauliques de captage et d’adduction d’eau de source ou de rivière temporaire.

51Les systèmes urbains d’adduction d’eau de source appartiennent à de vastes programmes hydrauliques destinés à diffuser fontaines monumentales et établissements balnéaires, monuments des eaux représentatifs du modèle urbain romain, dans les villes du Hauran. Ces travaux relèvent de la cité, voire du gouverneur, voire de l’empereur lui-même.

  • 65 Sartre IGLS XVI/2, 1189.
  • 66 Sartre IGLS XVI/2, 877.

52Les dédicaces de la fontaine de Busan 65 et du réservoir de Qrayeh 66 témoignent en revanche que les systèmes villageois d’alimentation en eau, fondés sur l’exploitation d’une ressource locale ou sur l’acheminement de l’eau, sont l’œuvre des communautés elles-mêmes. Ils alimentent des réservoirs destinés à la collecte, la conservation et la gestion annuelles de l’eau mais permettent aussi, à travers les sources monumentalisées (à Bousan, Saleh, ‘Uyun) ou l’approvisionnement de bains (à Ezra, Shaar’ah, Sanamein, Sleim, Mayamas, Hebran), le développement monumental de bourgades pourvues, le plus souvent, de magistrats villageois.

Haut de page

Bibliographie

Amer (Gh.), J.-L.  Biscop, J.  Feydy-Dentzer & J. P.  Sodini 1982 « L’ensemble basilical de Qanawât (Syrie du Sud) », Syria, 59, p. 257-318.

Baedeker (K.) 1912 Palestine and Syria, Leipzig.

Bell (G. L.) 1928 Syria the Desert and the Sown, Londres.

Berggren (J.) 1834 Reisen in Europa und im Morgenlande, Leipzig.

Bienert (H. D.) 2004 « The Underground Tunnel Systems in Wadi ash-Shellalah, Northern Jordan », dans H.‑D.  Bienert & J.  Häser, Men of dikes and canals. The archaeology of water in the middle east, International Symposium held in Petra, Wadi Musa (H. K. of Jordan) 15-20 June, 1999, Rahden, Verlag Marie Leidorf, p. 43-49.

Braemer (F.) 1988 « Prospections archéologiques dans le Hawran, II. Les réseaux de l’eau », Syria, 65, p. 99-137.

Braemer (F.) 1993 « Prospections archéologiques dans le Hawran », Syria, 70, p. 117-170.

Braemer (F.) à paraître « L’eau du Hawran : captages et gestion depuis le Bronze ancien », Actes du colloque de Damas. Stratégies d’acquisition de l’eau sur le pourtour des déserts depuis l’Antiquité, mai2005, IFPO.

Braemer (F.), J.-Cl.  Echallier, H.  Hatoum & M.  MacDonald 1996 Rapport sur la mission de terrain septembre-octobre.

Braemer (F.) et alii 2004 Khirbet al Umbashi. Villages et campements de pasteurs dans le «désert noir» (Syrie) à l’âge du Bronze, BAH171, IFPO, Beyrouth.

Breitner (G.) 2002  « Das Quellheiligtum von Qanawat. Ein Arbeitsbericht », Damaszener Mitteilungen 13, p. 227-243.

Brünnow (R.) & A.  von Domaszewski 1909 Die Provincia Arabia, Strasbourg.

Buckingham (J. S.) 1825 Travels Among the Arab Tribes, Londres.

Burckhardt (J. L.) 1822 Travels in Syria and the Holy Land, Londres.

Butler (H. C.) 1903 Publications of an American Archaeological Expedition to Syria in 1899-1900, Division II. Architecture and Other Arts, New York (= AAES)

Butler (H. C.) 1919 Publications of the Princeton University Archaeological Expedition to Syria in 1904-1905 and 1909, II A, Architecture south Syria, Leyde (= PPUAES).

Chabot (J.-B.) 1939 « Le voyage en Syrie de W. R. Waddington », Mélanges syriens offerts à René Dussaud, Paris.

Conder (R. E.) 1883 Heth and Moab, Londres.

Darrous (N.) 1993 « Recherches récentes sur la ville de Chahba », Syria, 70, p. 463-469.

Darrous (N.) & J. Rohmer 2004 « Chahba-Philippopolis (Hauran) : essai de synthèse archéologique et historique », Syria, 81, p. 5-41.

Dentzer (J.-M.) dir. à paraître « Techniques et systèmes d’acquisition de l’eau à Bosra : initiatives de groupes et pouvoirs politiques », Actes du colloque de Damas. Stratégies d’acquisition de l’eau sur le pourtour des déserts depuis l’Antiquité, mai2005, IFPO.

Dentzer (J.-M.), P.-M.  Blanc & Th.  Fournet 2002 « Le développement urbain de Bosra de l’époque nabatéenne à l’époque byzantine : bilan des recherches françaises 1981-2002 », Syria, 79, p. 75-154.

Dentzer-Feydy (J.) & J.-M.  Dentzer éd. 1991 Le Djebel Arab, Histoire et patrimoine au musée de Suweida, Paris, ERC.

Döring (M.) 2006 « Römische Wasserversorgungstunnel im Norden Jordaniens », dans G. Wilplinger (éd.), Cura aquarum in Ephesus, Proceedings of the Twelfth International Congress on the History of Water Management and Hydraulic Engineering in the Mediterranean Region, Ephèse, 2-10 octobre 2004, Louvain, p. 237-243.

Dufourg (J.-P.) 1955 « Premières notes sur les problèmes de l’eau au Djebel ed Druz », Revue Géographique de Lyon, vol. 30, p. 309-328.

Dunand (M.) 1930 « Kanata et Kanatha », Syria, 11, p. 272-279.

Dunand (M.) 1933 « Nouvelles inscriptions du Djebel Druze et du Hauran », Revue Biblique, 42, p. 235-254.

Dunand (M.) 1934 Le Musée de Soueida, Paris.

Dussaud (R.) 1927 Topographie Historique de la Syrie antique et médiévale, Paris.

Dussaud (R.) & Fr.  Macler 1901 Voyage archéologique au Safa et dans le Djebel ed-Drûz, Paris.

Dussaud (R.) & Fr.  Macler 1903 Rapport sur une Mission scientifique dans les régions désertiques de la Syrie moyenne, Paris.

Fournet (Th.) 2002 Mémoire de DEA inédit, Université Lyon 2 Lumière.

Freyberger (K. S.) 2004a « Die Wasserversorgung von Kanatha (Qanawat) als Spiegel städtischer Kultur der Polisbürger », Lokale Identitäten in Randgebieten des Römischen Reiches, Akten des Internationalen Symposiums in Wienner Neustadt, 24-26 April 2003, Vienne, p. 59-70.

Freyberger (K. S.) 2004b « The Use of Ponds and Cisterns in the Hauran during the Roman Period », dans H.‑D. Bienert & J. Häser, Men of dikes and canals. The archaeology of water in the middle east, International Symposium held in Petra, Wadi Musa (H. K. of Jordan) 15-20 June, 1999, Rahden, Verlag Marie Leidorf, p. 337-344.

Freyberger (K. S.) 2005 « Qanawat/Kanatha – Urbanism », Places in Time. 25 Years of Archaeological Research in Syria 1980-2005, Damas, p. 80-87.

Gentelle (P.) 1985 « éléments pour une histoire des paysages et du peuplement du Djebel Hauran septentrional », Hauran I, Paris, p. 19-62.

Graham (C. C.) 1858 « Explorations in the Desert East of Hauran and the Ancient Land of Bashan », JRGS, 28, p. 226-263.

Gregory (S.) & D.  Kennedy 1985 « Sir Aurel’s Limes Report », BAR International Series 272, p. 246.

Guérin (A.) 1993 « Premiers sondages archéologiques à Msayké, un village du Léjà (Syrie du Sud) », Bulletin d’Études Orientales, 45, p. 33-46.

Guérin (A.) 1999-2000 « Architecture villageoises et tribu nomade. Définition d’un peuplement dans le Laga à la période islamique », Berytus, 44, p. 79-108.

Heber-Percy (A.) 1895 A Visit to Bashan and Argob, Londres.

Helms (S.) 1990 Early Islamic Architecture of the Desert. A Bedouin Station in Eastern Jordan, édimbourg.

Hoffmann (A.) & S.  Kerner 2002 Gadara-Gerasa und die Dekapolis, Mayence, p. 125-136.

Hogg (J.) 1855 « Greek Inscriptions from Syria and the Hauran », Trans. Royal Soc. Lit., 5, p. 247 et 259.

Huber (Ch.) 1891 Journal d’un voyage en Arabie (1883-1884), Paris.

Kalos (M.) 1997 « Le site de Sahr », Topoi, 7, p. 965-991.

Kalos (M.) 2003 « Le sanctuaire de Sahr al-Lagat. Nouvelles données archéologiques », dans K. Freyberger éd., Kulturkonflikte im Vorderen Orient an der Wende von hellenismus zur römischen Kaiserzeit, Rahden/Westf., p. 157-167.

Kennedy (D.) & D.  Riley 1990 Rome’s Desert Frontier From the Air, Londres.

Kerner (S.) 1992 « Umm Qais: Recent Excavations », ARAM 4, p. 407-423.

Kerner (S.) et alii 1997 « Water Management in Northern Jordan: The Example of Gadara Umm Qays », SHAJ, 6, p. 265-270.

Kerner (S.) et alii 2002 « Gadara – Schwarzweisse Stadt zwischen Adjlun und Golan», dans A. Hoffman & S. Kerner éd., Gadara – Gerasa und die Dekapolis, Mayence, p. 125-136.

Kerner (S.) et alii 2004 « The Water Systems in Gadara and other Decapolis Cities of Northern Jordan », dans H.D. Bienert & J. Häser éd., Men of Dikes and Canals, p. 187-201.

La Torre (M.) 2002 « Bauforschung am Nymphäum in Qanawat », DaM 13, p. 205-226.

Laborde (L. de) 1837 Voyage de la Syrie, Paris.

Lenzen (C. J.) 2002 « Kapitolias – Die vergessene Stadt im Norden », dans A. Hoffmann & S. Kerner éd., Gadara – Gerasa und die Dekapolis, Mayence, p. 36-45.

Lindsay (A. C.) 1838 Letters on Egypt, Edom and the Holy land, II, Londres.

Mare (H.) 1989 « Quweilbeh », dans D. Homes-Fredericq & J. B. Henessy éd., Archaeology of Jordan, II, 2, p. 472-486.

Mare (H.) 1992 « Abila: A Thriving Greco-Roman City of the Decapolis », Aram, 4, p. 57-77.

Mare (H.) 1995 « The Technology of the Hydrological System at Abila of the Decapolis », SHAJ, 7, p. 727-736.

Mare (H.) 2002 « Abila und Wadi Quweilbeh – Basiliken und Gräber », dans A. Hoffmann & S. Kerner éd., Gadara – Gerasa und die Dekapolis, Mayence, p. 46-58.

Mascle (J.) 1944 Le Djebel Druze, Beyrouth.

Merrill (S.) 1881 East of the Jordan: a Record of Travel and Observation in the Countries of Moab, Gilead, and Bashan, New York.

Monk (C. J.) 1851 The Golden Horrn, II, Londres.

Mukdad (Kh.) 1988 « L’approvisionnement hydrique de la ville de Bosra », XXXV Corso di Cultura sull’Arte Ravennate e Bizanttine, Ravenne, 19/26 mars 1988, p. 171-203.

Newson (P.) 2000 « Differing strategies for water supply and farming in the Syrian Black Desert », dans J. Barker & D. Gilbertson éd., The Archaeology of Drylands: living at the margin, Londres, p. 86-101.

Porter (J  L.) 1855 Five Years in Damascus, II, Londres.

Porter (J  L.) 1886 The Giant Cities of Bashan and Syria’s Holy Places, Londres.

Rey (E. G.) 1860 Voyage dans le Haouran et au bord de la mer morte effectué pendant les années 1857-1858, Paris.

Robinson (G.) 1837 Travels in Palestine and Syria, II, Londres.

Sadler (S.) 1990 « Le terroir agricole de Diyateh. L’irrigation comme condition d’existence de ce terroir », dans Techniques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué, Paris, p. 421-451.

Sartre (M.) 1981 « Le territoire de Canatha », Syria, 58, p. 343-357.

Sartre (M.) 1982 IGLS XIII, 1, Paris.

Sartre (M.) à paraître  IGLS XVI.

Sartre-Fauriat (A.) 1992 « Le nymphée et les adductions d’eau à Soada-Dionysias de Syrie au iie siècle après J.‑C. », Ktéma, 17, p. 133-151.

Sartre-Fauriat (A.) 2004 « Les Voyages dans le Hawran (Syrie du Sud) de William John Bankes », BAH169, Bordeaux/Beyrouth.

Sartre-Fauriat (A.) à paraître  IGLS XV.

Schumacher (G.) 1886 Across the Jordan, Londres, p. 123-124.

Schumacher (G.) 1889 s. v. Abila, Palestine Exploration Fund.

Schumacher (G.) 1897 « Das Südliche Basan. Zum erste male aufgenommen und beschrieben », ZDPV, 20, p. 65-227.

Seetzen (U. J.) 1859 Reisen durch Syrien, Palästina, Phönicien, Berlin.

Stübel (A.) 1889 « Dr Stübel’s Reise nach des Diret et-Tulul und Hauran 1882 », ZDPV, 12, p. 225-302.

Thomson (W. M.) 1886 The Land and the Book, Londres.

Villeneuve (F.) 1986 « Ad-Diyateh. Village et castellum romain et byzantin à l’est du Djebel Druze (Syrie) », dans The Defense of the Roman and Byzantine East, BAR International Series 297, p. 697-715.

Vogüé (M. de) 1865-1877 La Syrie centrale, Paris.

Von Oppenheim (M.) 1899 Vom Mittelmeer zum Persischen Golf, Berlin.

Waddington (W. H.) 1870 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris.

Weber (Th.) 1991 « Gadara and the Decapolis. Preliminary Report on the 1990 Season at Umm Qeis », ADAJ, 35, p. 223-235.

Wetzstein (J. G.) 1860 Reisebericht über Hauran und die Trachonen, Berlin, 1860.

Wetzstein (J. G.) 1864 « Ausgewählte griechische und lateinische Inschiften, gesammelt auf Reisen in den Trachonen und um das Haurangebirge », Abhandlungen der Königlichen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Berlin, p. 255-368.

Haut de page

Notes

1 Dufourg 1955, p. 320 ; Gentelle 1985, p. 47, fig. 7.

2 Située sur la bordure occidentale du Djebel à 1350 m d’altitude ; Burckhardt 1822, p. 91 ; Seetzen 1859, p. 103 ; Rey 1860, p. 164 ; Waddington 1870, 1861/2 ; Huber 1891, p. 17 ; Sartre-Fauriat 2004, p. 157 et photos p. 162.

3 Sartre IGLS XVI/1, 387 (à paraître).

4 Situé à 1300 mètres d’altitude dans la partie méridionale du Djebel Druze. Burckhardt 1822, p. 97 ; Buckingham 1825, p. 213 ; Wetztein 1864, p. 278-279 ; Waddington 1870, p. 473-474 ; Heber ?Percy 1895, p. 141-145 ; Butler PPUAES, II A 5, p. 330-331 ; Chabot 1939, p. 356 ; Braemer 1993, p. 122 ; Sartre-Fauriat 2004, p. 269 ; Sartre IGLS, XVI/2, n° 1158-1176.

5 Burckhardt 1822, p. 97 ; Heber ?Percy 1895, p. 142

6 Burckhardt 1822, p. 93 ; Graham 1858, p. 245 ; Wetzstein 1860, p. 80 ; Chabot 1939, p. 353 ; von Oppenheim 1899, p. 210 ; Heber ?Percy 1895, p. 145 ; Dussaud & Macler 1901, p. 157-158 ; Bell 1928, p. 105 ; Butler PPUAES II A 5, p. 336 ; Sartre-Fauriat 2004, notice et photo p. 237.

7 Situé sur le versant oriental du Djebel. Wetzstein 1864, p. 273 ; Dussaud 1927, p. 153 ; Waddington 1870, 2237-2253 ; Chabot 1939, p. 353 ; Butler PPUAE II A, p. 336 ; Sartre IGLS XVI/2 à paraître.

8 Sartre IGLS XVI/2, 877 ; Waddington 1870, 2239.

9 Ces édifices comprennent une “maison publique” construite en 358 (PAES 732 = IGLS XVI/2 883), un atelier public en 378-379 (IGLS XIII 9439), ainsi qu’un monument non identifié construit en 322 (Wadd. 2238).

10 Située sur le versant nord-ouest du Djebel Druze à 1200 mètres d’altitude. Dussaud 1927, p. 348, 362 ; Seetzen 1859, p. 78-81 ; Burckhardt 1822, 83-87 ; Buckingham 1825, 240-244 ; Berggren 1834, 66-67 ; Laborde 1837, 60-61 ; Robinson 1837, p. 153-155 ; Lindsay 1838, p. 152-153 ; Monk 1851, p. 278-280 ; Porter 1855, p. 89-109 ; Id., 1886, p. 40-45 ; Graham 1858, p. 258 ; Rey 1860, p. 128-144 ; Thomson 1886, p. 480-491 ; Vogüé 1865-1877, p. 54-55 ; Waddington 1870, p. 533-540 ; Merrill 1881, p. 36-42 ; Stübel 1889, 243 ; von Oppenheim 1899, p. 194-196 ; Heber-Percy 1895, p. 71-79 ; Brünnow & von Domaszewski 1909, p. 107-144 ; Dussaud & Macler 1903, p. 19-20 ; Butler PPUAES, II A 5, 346-351 ; Mascle 1944, p. 35-37, 72-78 ; Amer, Biscop, Feydy-Dentzer & Sodini 1982, 257-318 ; La Torre 2002 ; Breitner 2002 ; Sartre-Fauriat 2004, p. 226-232 ; Freyberger 2005 ; Sartre IGLS, XVI/1, n° 141-293.

11 La Torre 2002 : pour l’auteur, le canal qui alimente la fontaine peut se poursuivre en amont de la source.

12 Kafr : Dunand, RB 42 1933, p. 238, n° 160 ; ‘Ayen : Waddington, I. Syrie, 1984, 1984 d ; Sale : Waddington, I. Syrie, 2261 ; Busan : PAES 732, Waddington 2241, 2238, 2239, 239 a et 2240.

13 Villeneuve 1986 ; Sadler 1990 ; Newson 2000.

14 Braemer, Echallier, Hatoum & MacDonald, 1996.

15 Burkhardt 1822, p. 234 ; Buckingham 1825, p. 200 ; Rey 1860, p. 188 ; von Oppenheim 1899, p. 198 ; Schumacher 1897, p. 148 ; Thomson 1886, p. 521 ; Butler PPUAES II A 4, p. 224 ; Mukdad 1988.

16 Dentzer, Blanc & Fournet 2002.

17 Butler PPUAES II A 7, 424-26 ; Guérin 1993 ; Id., 1999-2000.

18 Burckhardt 1822, p. 110-111 ; Robinson 1837, p. 191.

19 Heber-Percy 1895, p. 39 ; Butler PPUAES, II A 7, 441-445 ; Kalos 1997 ; Id., 2003 ; Freyberger 2004a.

20 Réservoir aménagé dans le wadi Umbashi par la création d’un barrage en terre de 30-40 m de long et 6-8 m de haut dans le cours d’eau. Braemer, Echallier & Taraqji 2004.

21 Kennedy & Riley 1990 ; Gregory & Kennedy 1985, p. 246 ; Helms 1990.

22 Braemer à paraître.

23 Braemer 1988.

24 Porter 1855, p. 51 ; Percy 1895, p. 29.

25 Braemer 1988, p. 123.

26 Nawa était approvisionné depuis une source située à environ 4 km au pied du Tell Jabiyeh ; Canatha par les sources d’Aïn Sager, situées à 3 km en amont dans la vallée du wadi Qanawat, au niveau du village de Seia ; voir le CDAN (Centre des archives de Nantes), Fonds Syrie-Liban, 2e versement des services techniques, carton 454, Kanawat, projet d’adduction d’eau, 1935. Le village de Qraye pouvait être la destination du canal provenant de Defen, à 4 km à l’est dans le Djebel.

27 17 m de long sur 14,5 m de large, 7 m de profondeur ; capacité de 1 725 m3. Freyberger 2004a ; Id. 2004b ; Id. 2005.

28 Situé au centre du village, réservoir carré de 12 m de côté, de capacité d’environ 600 m3. Schumacher 1886, p. 120 ; Conder 1883, p. 168.

29 Sartre IGLS XVI/2, 1189. La birket, située près du centre du village, faisait 40,74 x 20,72 m.

30 Braemer 1988.

31 Dunand 1930 ; Sartre 1981 ; Sartre-Fauriat 1992 ; Braemer 1988, p. 134-136. Il existe à Sia un aqueduc daté du ier s. av. J.-C. approvisionnant une ou plusieurs birak. On ignore toutefois actuellement son origine et s’il alimentait également (et, le cas échéant, dès cette époque) la fontaine située à l’entrée de la cour dite romaine du sanctuaire, récemment mise à jour par le Service des Antiquités syriennes.

32 Burckhardt 1822, p. 81 ; Thomson 1886, p. 499 ; Robinson 1837, p. 207 ; Lindsay 1838, p. 153 ; Porter 1855, p. 122 ; Id. 1886, p. 55 ; Thomson 1886, p. 499 ; Mascle 1944, p. 45 ; Sartre-Fauriat 1992 ; Id. 2004, p. 10, 91-93 (feuille V G 1 recto-verso), 95-97 (feuille V G 6 recto-verso), 165, 265-268, 271.

33 Sartre-Fauriat 1992 ; Id. 2004, p. 10, 91-93 (feuille V G 1 recto-verso), 95-97 (feuille V G 6 recto-verso), 165, 265-268, 271.

34 Waddington 1870, n° 2305 ; Sartre IGLS XVI/1, 331.

35 Braq : IGLS XVI/1, 370 ; Sahwet Blatah : IGLS XVI/1, 371 ( = Dunand, RB, 42, 1933, p. 239, n° 162, pl. XVI, 23) ; Afineh : IGLS XVI 377, et 378 ; Raha, IGLS XVI, 384 et 385 ( = Dunand 1930, p. 275, fig. 2 ; Sartre 1981 ; Dunand 1934, p. 93, n° 190) ; Suweida IGLS XVI, 329 ( = Dunand 1930, p. 275, n° 1) et 330 ( = Dunand, 1934, p. 76-77 sq., n° 161 ; Sartre dans Dentzer-Feydy & Dentzer 1991, p. 113, n° 302 où elle a été placée par erreur à Shahba) ; Rsas, IGLS XVI, 365 ( = Dunand, RB, 42, 1933, p. 237-238, n° 157 ; SEG VII, 1143).

36 Pour cette raison, Maurice Dunand avait proposé de distinguer la ville de Kanatha d’un bourg de la plaine, Kérak, « Kainatha », véritable destination des travaux d’adduction selon lui.

37 Il s’agit des villages de Raha, ‘Afineh et Rsas. Voir Waddington 1870, 2308, d’où IGR III, 1276. Porter 1855, p. 126 ; Hogg, 1855, p. 247 et 259 ; Sartre IGLS XVI/1, 332 à paraître.

38 Waddington 1870, 2308, d’où IGR III, 1276. Porter 1855, p. 126 ; Hogg 1855, p. 247 et 259 ; Sartre IGLS XVI/1, 332 à paraître.

39 Waddington 1870, 2309.

40 Sartre 1982, 9134.

41 Dentzer à paraître.

42 Thomson 1886, p. 502 ; Baedeker 1912, p. 165.

43 Rey 1860, p. 164.

44 Dentzer, Blanc & Fournet 2002.

45 Prospection personnelle réalisée en octobre 2006.

46 Döring 2006 ; relevé réalisé par Damien Gazagne, thèse en cours.

47 Seetzen 1859, p. 58.

48 Wetzstein 1860, p. 123.

49 Rey 1860, p. 205.

50 Sartre-Fauriat 2004, p. 133. Feuille V L 17 verso.

51 Wetzstein 1860, p. 123 ; Monk 1851, p. 260-262 ; Thomson 1886, 541-544 ; Merrill 1881, p. 296 ; Schumacher 1886, p. 123-124 ; Baedeker 1912, p. 162 ; Sartre-Fauriat 2004, p. 193.

52 Sartre-Fauriat 2004, p. 133.

53 Wetzstein 1860, p. 123 ; Schumacher 1889, p. 51 ; Baedecker 1912, p. 161 ; Merrill 1881, p. 296.

54 Il s’agit d’un système de tunnel du début de l’âge du Bronze ; Bienert 2004.

55 Système de canaux de collecte d’eau de ruissellement, conservée dans d’immenses réservoirs ; Lenzen 2002.

56 Système de tunnel élaboré collectant l’eau de sources datant peut-être de l’âge du Fer, avec une extension maximum aux époques romaine et byzantine. Mare 1989 ; id. 1992 ; id. 1995 ; id. 2002.

57 Système de tunnels depuis au moins la source Ain Turab, à 12 km à l’est d’Umm Qais ; l’aqueduc est aérien à l’arrivée en ville, puis redevient souterrain sous l’acropole. Weber 1991 ; Kerner 1992 ; Kerner, Krebs & Michaelis 1997 ; Kerner et alii 2002.

58 Hoffmann & Kerner 2002 ; Kerner et alii 2004.

59 Mascle 1944, p. 79 ; Dufourg 1955, p. 325.

60 Butler PPUAES II A 6, p. 390.

61 Robinson 1837, p. 148 ; Monk 1851, p. 285 ; Porter 1855, p. 77.

62 Darrous & Rohmer 2004, fig. 1.

63 Butler AAES, 390.

64 Darrous, 1993.

65 Sartre IGLS XVI/2, 1189.

66 Sartre IGLS XVI/2, 877.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte générale du Hauran, d’après Dussaud 1927.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-1.png
Fichier image/png, 183k
Titre Figure 2
Légende Fontaine d’Ain Moussa.
Crédits Cliché Cécile Dumond-Maridat.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 3
Légende Fontaine de Saleh.
Crédits Cliché Dussaud et Macler, 1905, p.158.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-3.png
Fichier image/png, 424k
Titre Figure 4
Légende Canatha, sanctuaire de sources.
Crédits Cliché Cécile Dumond-Maridat.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-4.png
Fichier image/png, 561k
Titre Figure 5
Légende Puits d’Umm ez-Zeitun
Crédits Cliché Cécile Dumond-Maridat.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-5.png
Fichier image/png, 582k
Titre Figure 6
Légende Birket sud-est de Bosra
Crédits Cliché Cécile Dumond-Maridat.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-6.png
Fichier image/png, 328k
Titre Figure 7
Légende Schéma de situation des bassins d’alimentation, des wadis (en trait fort) et des principaux canaux (en trait fin), d’après Braemer 1988, fig. 3, p. 105.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-7.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 8
Légende Citerne de Canatha.
Crédits Cliché Cécile Dumond-Maridat.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-8.png
Fichier image/png, 449k
Titre Figure 9
Légende Le nymphée de Suweida. Croquis en élévation de Bankes, d’après Sartre-Fauriat 1992, p. 135.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-9.png
Fichier image/png, 142k
Titre Figure 10
Légende Nymphée de Bosra.
Crédits Cliché Cécile Dumond-Maridat.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-10.png
Fichier image/png, 425k
Titre Figure 11
Légende Aqueduc de Der‘a.
Crédits Cliché Cécile Dumond-Maridat.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-11.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 12
Légende Aqueduc de Philippopolis, d’après Brünnow et von Domaszewski 1909, p. 152.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-12.png
Fichier image/png, 641k
Titre Figure 13
Légende Nymphée de Philippopolis.
Crédits Cliché Cécile Dumond-Maridat.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/457/img-13.png
Fichier image/png, 249k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Dumond-Maridat, « Les systèmes publics d’alimentation en eau dans le Hauran aux époques classique et byzantine », Syria, 85 | 2008, 71-86.

Référence électronique

Cécile Dumond-Maridat, « Les systèmes publics d’alimentation en eau dans le Hauran aux époques classique et byzantine », Syria [En ligne], 85 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/457 ; DOI : 10.4000/syria.457

Haut de page

Auteur

Cécile Dumond-Maridat

Docteur
Université François-Rabelais, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals