Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Autres articlesL’architecture monumentale de Tel...

Résumés

Tell Chuera, située au nord-est de la Syrie, est une grande ville neuve du IIIe millénaire, avec des bâtiments publics en pierre, des quartiers d’habitat et un réseau de voirie développé. Le site est marqué par sa planification radioconcentrique et le nombre de bâtiments monumentaux qui ont été dégagés. Les fouilles ont mis au jour huit bâtiments jusqu’en 2010, date d’interruption des fouilles archéologiques en Syrie. Ces bâtiments officiels, dont certains ont été construits durant une nouvelle phase de réaménagement (phase ID, 2350 av. J.-C. ou EB IVA), ne sont pas forcément tous des temples mais pourraient être d’autre type de bâtiments administratifs répondant aux besoins du développement d’une société en expansion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Schwartz 1990, p. 764.
  • 2 Meyer 2007, p. 131.
  • 3 Orthmann 1990, p. 2-3.

1Tell Chuera se situe au nord-est de la Syrie, près de la frontière turque 1. La ville a été qualifiée de Kranzhügel en raison de sa configuration circulaire marquée par deux couronnes ; elle couvre une superficie de 80 ha 2. La ville haute, d’un diamètre de 600 m, est traversée par une dépression qui s’étend du nord-ouest au sud-est et marque le paysage 3 (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

Tell Chuera, plan topographique du site avec l’emplacement des chantiers (Meyer 2006b, Abb. 1, p. 330)

  • 4 Kühne 1976.
  • 5 Meyer 2014.

2L’occupation du site s’étend de l’époque de Halaf jusqu’au IIe millénaire, mais l’occupation la plus importante est celle du IIIe millénaire (Chuera I). La ville de cette époque a une taille considérable dès sa fondation et contient, sur la base de la céramique 4, plusieurs phases de construction (de IA à IE). Les phases ont été datées par radiocarbone : la phase IA (3100-2800 av. J.-C. ou EBA I), IB (2800-2600 av. J.-C. ou EBA II), IC 2600-2400 av. J.-C. ou EBA III), ID (2400-2300 av. J.-C. ou EBA IVA) et la phase IE (2300-2200 av. J.-C. ou EBA IVB). Elle a été abandonnée vers la fin du IIe millénaire av. J.-C 5.

3Les fouilles ont permis de dégager huit bâtiments publics dont la plupart datent de la phase ID. Ce sont les bâtiments I, II, III et IV au sud-est de la ville, le bâtiment Nord (Nordtempel), le bâtiment VI (appelé temple S) au centre de la ville, le petit temple à antes (Kleiner Antentempel) dans le quartier K et le bâtiment qui se trouve à l’extérieur de la ville (AussenBau). On trouve aussi un autre bâtiment monumental, le palais F, au nord-ouest de la ville, mais il ne fera pas partie des bâtiments étudiés ici. Ces bâtiments ont été construits en pierre et aménagés sur des terrasses (pour certains) en raison de la pente existante dans certaines parties de la ville haute, ce qui rend indispensable la mise en place d’un système de terrassements. Ces bâtiments sont en outre de taille variable et ne sont pas tous ceints par un mur. Il y a des bâtiments isolés du tissu urbain et d’autres qui sont intégrés dans les quartiers d’habitat.

Les bâtiments enclos dans un secteur

4Il existe, au sud-est de la ville, un grand secteur orienté sud-est/nord-ouest occupée par de grands bâtiments en pierre (I, II, III et IV), érigés sur des terrasses. Non seulement de grands édifices s’installent à l’intérieur de ce secteur clôturé, mais aussi d’autres bâtiments de taille et de fonctions différentes. Un autre secteur, à l’extérieur de la ville, comporte des bâtiments monumentaux.

Le bâtiment I (Steinbau I)

  • 6 Orthmann 1990.
  • 7 Orthmann 1994, p. 120-121.

5Il est situé au sud-est du tell, au nord de la dépression traversant la ville du nord-est au sud-est (fig. 1). Ce bâtiment, dont très peu de traces subsistent, était édifié sur une grande terrasse en pierre (26 x 14 m) s’élevant à 7 m de hauteur (fig. 2). Il est orienté selon un axe nord-ouest/sud-est. Le bâtiment est accessible de l’est par un escalier dont les trois volées de marches attestent trois phases de construction 6, correspondant à trois sols séparés par une couche de débris 7. Trois murs de terrasse débordent latéralement du bâtiment : deux terrasses en pierre, au sud et à l’ouest, et une terrasse en briques crues, au nord, qui couvre des structures plus anciennes (fig. 2). La terrasse qui supportait le bâtiment I repose sur des murs à caissons, dont les parements extérieurs sont en pierre et le remplissage en matériau argileux. Cette méthode est aussi utilisée dans les terrasses latérales au sud et à l’ouest ; celles-ci documentent deux phases différentes au moins. La terrasse, à la limite sud du bâtiment, date de la phase ancienne. La terrasse ouest, qui appartient à la phase récente, repose sur un mur qui se prolonge vers le sud et rejoint un autre mur parallèle au bâtiment I. Apparemment, il s’agit d’un mur de clôture qui délimite le grand bâtiment et se prolonge jusqu’au bâtiment II. On peut suivre ses limites à l’est du bâtiment I grâce au plan géomagnétique. Le fouilleur n’hésite pas à le restituer tout autour du bâtiment comme le montre le plan (fig. 3). Le mur nord-ouest de cette clôture recouvre une terrasse en briques crues plus ancienne (fig. 2). La terrasse sud et le mur de clôture (téménos selon l’appellation de fouilleur) sont postérieurs au bâtiment I, car ils coupent des structures postérieures au bâtiment I sur son côté sud-ouest (fig. 4). On a affaire à une opération de réaménagement accompagnée d’une surélévation du bâtiment I, renouvelée à deux reprises au moins, où le bâtiment ne semble être délimité par une clôture que dans une deuxième phase de réaménagement.

Figure 2.

Figure 2.

Tell Chuera, plan du bâtiment I et de ses terrasses (Steinbau I) (Orthmann 1990, fig. 9, p. 16)

Figure 3.

Figure 3.

Tell Chuera, plan du secteur officiel au SE de la ville haute (Steinbau I, II, III et IV) (Meyer 2007, fig. 10, p. 141)

Figure 4.

Figure 4.

Tell Chuera, plan des vestiges au nord et au sud du bâtiment I (Steinbau I) (Orthmann 1995, Beilage 3)

  • 8 Là, l’architecture documente sept couches architecturales, numérotées de 1 à 7 à partir de la plus (...)
  • 9 Orthmann 1995.
  • 10 Moortgat 1960a.
  • 11 La particularité de la pièce 52 au sud-ouest provient de ses aménagements plâtrés ainsi que des ob (...)
  • 12 Moortgat 1962.

6Les fouilles montrent que ce bâtiment est installé dans une zone occupée de structures au nord, au sud et à l’est (fig. 48. Elles attribuent les structures en briques crues, au nord, ainsi que le bâtiment I à la couche 7 qui est divisée en deux sous-phases (7a et 7b) 9. À la base de la céramique retrouvée dans la couche 7, le bâtiment I (Steinbau I) serait à dater de la phase IC. Les structures au nord, datées de la couche 7 b1-b2, sont équipées de diverses installations : banquettes, podium, sols et murs plâtrés, bassin, tannours, fours, jarres de stockage, niches, contreforts et canalisations. On peut insister sur certains points : les pièces 1 à 4 et 104 (fig. 4) font partie du même bâtiment remanié à plusieurs reprises. Les objets retrouvés ne sont pas très différents de ceux mis au jour dans le quartier d’habitat 10. L’édifice, constitué par les pièces 102-103, 6 et 117, est mis en valeur par une série de niches aménagées sur sa façade, mais celle-ci a été cachée par la construction d’un édifice, lors d’une phase ultérieure, qui lui est accolé au sud 11. Les constructions à l’est sont marquées par des installations à feu, des bassins et des jarres de stockage. La pièce 115 (fig. 4) contient, à la phase récente de 7b, six tannours pour la préparation du pain. Les éléments évoqués permettent d’avancer que les pièces au nord-est et à l’est sont un secteur de service et d’emmagasinage 12, et qu’au nord-ouest existe probablement un secteur domestique.

  • 13 Moortgat 1962.
  • 14 Meyer 2007, p. 137-138.
  • 15 Castel 2010.

7Sur la fonction du bâtiment I, le peu de vestiges restant sur la surface de la terrasse centrale permet d’envisager un édifice à antes (fig. 2). Le fouilleur y voit le temple principal de la ville 13, vraisemblablement dédié au dieu du temps (d’après les cornes d’un taureau retrouvées à proximité) 14. Mais ces indices ne sont pas suffisants et ne garantissent pas l’existence d’un temple. En outre, dans le cas d’un temple, la présence de toutes ces pièces à caractère économique nous paraît étrange. Car ce dernier est un bâtiment dont la fonction avait un intérêt public, mais auquel le public n’avait jamais accès. L’ampleur du bâtiment, la hauteur de la terrasse qui le porte et enfin son emplacement avec d’autres édifices d’emmagasinage et de préparation de nourriture dans une clôture laissent penser qu’il s’agit d’un grand bâtiment communautaire pour gérer les affaires administratives de la ville. Certains matériaux retrouvés dans cette zone pourrait aller dans le sens de cette interprétation, comme la glyptique utilisée probablement dans les affaires administratives. Cet édifice fait écho à celui de Tell Al-Rawda, situé lui aussi à l’intérieur d’une clôture de type téménos 15.

  • 16 Orthmann 1995, p. 34-37.
  • 17 Orthmann 1995, p. 34-37.

8Enfin, une couche de cendres a été décelée sur le sol de certaines pièces au nord du bâtiment I. Pendant la phase 7a certaines pièces ont été abandonnées et remplacées par un espace libre, d’autres ont été comblées de briques 16. Certains indices montrent que les travaux de réaménagement du grand bâtiment I s’étendent aussi aux constructions juxtaposées au nord. Le bâtiment I a été probablement construit à la phase 7, mais postérieurieurement aux édifices en briques (phase 7b 1-2) qui le bordent au nord. Le matériel retrouvé dans les environs du bâtiment I se compose de glyptique, d’objets en pierre, en métal et en os, de céramique et de figurines (humaines et animales) 17.

Le bâtiment II (Steinbau II)

9Il est situé au sud-est du bâtiment I et est érigé sur une terrasse construite en grands blocs de calcaire (fig. 5). On y accède à l’est par un escalier donnant sur une porte légèrement décentrée de 3,75 m de large. Il mesure 13 x 10 m et son sol en terre battue repose sur un dallage en grands moellons. Le soubassement d’un podium a été décelé au fond de la pièce 18. Il pourrait avoir été construit au début de la phase ID (couche 3), mais celle-ci n’est pas la plus ancienne. Une séquence stratigraphique de quatre couches a été reconnue dans la zone du bâtiment II. La couche 4, la plus ancienne, peut être mise en relation avec celle (7b) qui se trouve au nord du bâtiment I. L’édifice II recouvre des structures plus anciennes de la couche 4, dont la nature est inconnue, et qui ont été détruites par un incendie. Il ne subsiste de cette couche que quelques vestiges, à l’est et au sud-est du bâtiment. La présence de grandes jarres et de céréales brûlées dans certaines pièces indique une fonction de stockage. La couche d’incendie contient des cendres et plus de 20 squelettes non enterrés et peut être liée à la couche 7 du bâtiment I 19. Le bâtiment II (Steinbau II) appartient à la couche 3 (fig. 6). Les vestiges en briques crues dégagés à proximité peuvent être réparties en deux phases : 3a et 3b. Les pièces au nord-est sont destinées à la cuisson et au stockage, à en juger par la présence de plusieurs tannours 20 et de grandes jarres écrasées. Le bâtiment au nord du Steinbau II, dont la fonction est inconnue, semble avoir été construit avant le bâtiment II puisque ce dernier le coupe au sud 21. Lors d’une deuxième phase d’aménagement, un second accès a été ouvert dans l’angle nord-ouest du bâtiment II. Celui-ci a d’abord été interprété comme un temple à antes 22 pourvu d’un accès secondaire lors d’une deuxième phase d’aménagement. Il s’est avéré par la suite que cet édifice était un porche donnant accès au bâtiment I et aux annexes voisines 23. Conformément à cette interprétation, les antes formées par le prolongement de ses murs latéraux devant l’entrée ne sont pas aussi marquées que celles du bâtiment I (fig. 5). On peut par ailleurs observer une rupture nette dans le mur ouest du bâtiment créant un passage marqué par un grand bloc de pierre. Dans cette hypothèse, on aurait un passage de plus de 4 m de large, à en croire le fouilleur 24. En outre, ce bâtiment semble bien implanté à l’angle extérieur sud-ouest du téménos (fig. 3) et il est donc difficile de lui accorder une fonction indépendante de ce dernier. La présence d’une cour pavée en galets, à l’ouest et au nord-ouest du bâtiment jusqu’à l’escalier du bâtiment I, plaide en faveur de cette supposition 25.

Figure 5.

Figure 5.

Tell Chuera, plan du bâtiment II (Steinbau II) (Orthmann 1990, fig. 7, p. 12)

Figure 6.

Figure 6.

Tell Chuera, plan du bâtiment II et des vestiges attenants, niveau 3 (http://www.orientarch.uni-halle.de/​digs/​chuera/​chu98_99/​98bild08.htm)

  • 26 Klein & Orthmann 1995.
  • 27 Orthmann 1994.
  • 28 Klein & Orthmann 1995.

10Il semble que le mur de clôture ait été abandonné dans une phase plus récente car il a été recouvert par une couche de galets qui s’étend au-delà vers le sud. Très peu de vestiges de la couche 2 subsistent au nord du bâtiment II qui était peut-être toujours en usage 26. Il reste à signaler que le mur sud de la construction est postérieur à l’aménagement du téménos autour du bâtiment I. En effet, les fondations en pierre du mur sud-est de clôture passent sous le mur sud du bâtiment II. Ce dernier est donc une addition tardive au complexe 27 et les deux constructions n’ont pu être associées fonctionnellement que dans une seconde phase. Le matériel retrouvé aux environs du bâtiment II se compose d’un déroulé de sceau, de figurines, de modèles de chariot, d’objets en métal et de beaucoup de céramique 28. Il est à noter qu’aucune des découvertes ne permet d’assigner une importance particulière au bâtiment II. Ces objets sont comparables à ceux retrouvés dans les quartiers d’habitat. Enfin, il est à noter que les bâtiments I et II formaient un ensemble architectural (téménos) (fig. 3) séparé des autres édifices au sud, (IV et III) par un espace bâti.

Le bâtiment III (Steinbau III)

  • 29 Moortgat 1967, p. 7 et 1965 ; Moortgat & Moortgat-Correns 1975, p. 36-37.
  • 30 Orthmann 1990, p. 13-14 et 252-253.
  • 31 Elles sont alignées pour la phase ancienne, alors qu’elles sont obliques pour l’escalier de la pha (...)
  • 32 Davidovic & Helms 2005, p. 18-21.

11Ce bâtiment est situé lui aussi au sud-est de la ville haute et construit sur une terrasse de 14 x 16 m avec des murs extérieurs composés de grands blocs de moellons. Il est accessible à l’est par un grand escalier 29 (fig. 7). Les soubassements de l’édifice sont très mal conservés mais ce qui subsiste des murs indique la forme du bâtiment érigé par-dessus, qui semble constitué de deux pièces 30. Deux escaliers, récent et ancien, ont été mis au jour devant le bâtiment et correspondent sans doute à deux états de construction du bâtiment III. Ces deux escaliers sont séparés par une couche de cendres reflétant une phase de destruction. Les marches des deux escaliers (ancien et récent) ne sont pas parallèles 31. La céramique provenant du pavement, qui se superpose à l’ancien escalier, et de la zone voisine à l’ouest date de la phase IC et IB récente. La fondation de l’ancien escalier peut donc remonter à la phase IC. L’escalier récent a été aménagé dans un deuxième temps et peut être attribué à la phase ID 32.

Figure 7.

Figure 7.

Tell Chuera, plan du bâtiment III (Steinbau III) (Davidovic & Helms 2005, Taf. 13)

  • 33 Davidovic & Helms 2005, p. 19.
  • 34 Orthmann 1986, p. 36.
  • 35 Orthmann 1986, p. 34-38.
  • 36 Orthmann 1986, p. 34-38 ; Moortgat 1967, p. 4. D’après Moortgat, le matériel retrouvé en 1964 dans (...)
  • 37 Davidovic & Helms 2005, p. 22.
  • 38 Davidovic & Helms 2005, p. 22.
  • 39 Meyer 2006a.
  • 40 Orthmann 1990, p. 13-14 et 252-253.
  • 41 http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chuinfo.htm#area_d [accès 23/06/16].

12Un espace libre pavé de briques grises semble s’étendre devant le grand bâtiment où une rue (visible sur le plan géomagnétique) court parallèlement à son flanc sud. Un massif en briques crues plus ancien a été repéré au nord du bâtiment. D’après le fouilleur 33, ce massif en brique ne fait pas partie du rempart intérieur comme on le supposait auparavant 34. Mais, selon nous, ce pourrait être le mur d’une clôture liée au bâtiment III sur ses côtés nord et sud (fig. 8), construit après la destruction du rempart ancien en cet endroit. La céramique date de la phase ID (2400-2300 av. J.-C.). Des structures ont été retrouvées au nord du bâtiment et de son escalier 35. Les pièces au nord du bâtiment III peuvent être, en partie, mises en relation avec les constructions qui butaient contre les faces extérieure et intérieure du rempart (abandonné, phase IC) qui devait passer au nord du bâtiment. Ces constructions ont dû fonctionner, au moins pendant un temps, avec le bâtiment III, puisqu’elles ont la même orientation que ce dernier 36. Il semble, par ailleurs, que chaque couche de construction se termine par une destruction, comme l’indiquent les couches de cendres épaisses de plusieurs mètres au nord et au nord-ouest du bâtiment. Le fouilleur mentionne trois couches qui recouvrent des constructions. En outre, une couche de cendres passe sous le bâtiment lui-même. Si cette couche s’étend sous toute sa surface, cela indique qu’il a été bâti sur une construction plus ancienne recouverte après sa destruction par une couche de cendres. Les données du sondage au sud de l’escalier confirment cette hypothèse, où apparaît une couche de limon et de cendres de 2,50 m d’épaisseur, associée à quelques grandes pierres. La composition de cette couche fait penser à une phase de destruction. Cette zone est probablement restée libre après la construction du bâtiment III, à en juger par le plan géomagnétique 37. Des indices confirment l’existence d’une phase de construction antérieure à la fondation du bâtiment III. La céramique provenant d’une couche de cendres inférieure remonte à la phase ID 38. Le bâtiment III et l’escalier récent sont aussi à dater de cette phase 39. L’escalier ancien (phase IC) pourrait être associé à un bâtiment plus ancien. Quant à l’interprétation de ce bâtiment, le fouilleur pensait au départ, par analogie avec les autres Steinbau de tell Chuera, qu’il avait affaire à un temple à antes 40. Mais le reste des murs dessine clairement un bâtiment rectangulaire sans antes (fig. 7). Ses pièces, de 5 m de long, ont une largeur modeste de 2,50 à 3 m. Les fondations en pierre ont une largeur de 4 à 4,50 m. Si les murs se prolongeaient en hauteur sur la même largeur, on aurait affaire à un bâtiment ressemblant à une tour. Si tel était le cas, quelle serait sa fonction ? À ce sujet, plusieurs éléments doivent être pris en compte, comme le manque de matériel exceptionnel. La relation de ce bâtiment à un secteur délimité par un mur de clôture (que le fouilleur appelait bâtiment IV) (fig. 3, 8), montre que sa fonction ne peut pas être envisagée séparément de ce dernier. Son emplacement, quasiment à l’extérieur de cette clôture, fait penser, dès le premier regard, à un grand portail monumental 41 qui donnait accès à la zone enclose (fig. 3). Cette interprétation peut enfin être confortée par la présence d’un espace libre au sud-est de l’escalier précédé par une rue.

Figure 8.

Figure 8.

Tell Chuera, le bâtiment III et le tracé de l’enceinte sur le relevé géomagnétique (Krasnik 2005, Taf. 39)

Le bâtiment IV (Steinbau IV)

13Ce bâtiment, en réalité le mur sud, de 70 m de long, d’une terrasse haute aménagée contre la pente, n’est pas bien documenté. Les fondations du mur se composent de grands blocs de calcaire 42. Il est lié avec le bâtiment III par un mur en briques crues au sud-est. Un alignement situé dans l’axe de ce mur peut être suivi de l’autre côté du bâtiment III vers le nord-est (fig. 3, 8). À l’extrémité nord-ouest du bâtiment IV, le mur tourne vers le nord-est. Ce mur ne semble former qu’une clôture dont les limites peuvent être suivies sur le plan géomagnétique (fig. 8) autour d’un espace de 50 à 70 x 70 m. Le mur coupe des constructions plus anciennes (couche 4), visibles sur son coté nord, dont la taille et les aménagements n’ont aucun caractère monumental. Les jarres retrouvées en quantité ainsi que les équipements indiquent plutôt un secteur d’entrepôt et de production alimentaire. Cette phase est à dater de l’époque IC. Elle se termine par une destruction par le feu, une couche de cendres ayant été repérée sur une grande surface. Le bâtiment IV qui se superpose à cette couche peut être attribué au début de la phase ID (couche 3). Néanmoins, certaines pièces ont été réutilisées après la construction de ce dernier. Un peu plus tard, le bâtiment IV semble avoir été abandonné (couche 2), car des structures d’habitat ont été construites presque au milieu de l’enceinte. Elles témoignent de deux phases de construction, dont la phase ancienne (de nature artisanale) semble être détruite et comblée pour une reconstruction. Le matériel provenant des décombres date probablement de la phase ID 43. Si le bâtiment IV n’appartient pas à un édifice monumental, mais constitue seulement la limite d’une zone clôturée (téménos), on peut supposer que celle-ci abritait un édifice majeur. C’est ce qui a conduit le fouilleur 44 à restituer un grand édifice au cœur du secteur (fig. 3, 8) en s’appuyant apparemment sur des traces repérées par la prospection géophysique (fig. 8).

Vers une interprétation de l’ensemble des quatre bâtiments I, II, III et IV

14La première remarque que l’on peut faire est que ces bâtiments sont regroupés dans un secteur au sud-est de la ville haute. Ils sont aussi mis en valeur par leur élévation sur des terrasses en pierre. Deux clôtures, ou enceintes, sont situées sur le même alignement selon un axe nord-ouest/sud-est (fig. 3). Le premier est dominé par un grand bâtiment officiel, le bâtiment I, qui occupe une position presque centrale à son extrémité nord-ouest et auquel le bâtiment II semble donner accès. Selon la chronologie proposée, l’édifice I aurait été construit en premier (phase IC 2600-2400 av. J.-C.), tandis que le bâtiment II et probablement le mur d’enceinte auraient été fondés à la phase suivante ID (2400-2300 av. J.-C.). Dans cette perspective, la clôture n’aurait donc pas été conçue dés le départ mais mise en place seulement dans une deuxième phase, en même temps que le bâtiment II. Le bâtiment I semble rester en usage lors de la phase ID, mais après une phase de destruction ou d’abandon, comme l’indique l’épaisse couche de cendres associée à des squelettes aux alentours des bâtiments I et II. Il a été définitivement abandonné à la phase IE (2300-2200 av. J.C.), tandis que le bâtiment II, couches 1-2a, persiste toujours. Cette zone semble être occupée à la période suivante par des quartiers d’habitat 45. La deuxième clôture (ou mur d’enceinte), dont participe ce que l’on avait appelé le bâtiment IV, est séparée de la précédente, que l’on vient de citer (fig. 3). Le bâtiment III y donnait accès, mais aucun édifice à caractère sacré n’a pu y être identifié. Le bâtiment IV est daté de la phase ID, alors que le bâtiment III est daté de la phase IC. Dans ce cas, notre interprétation pose un problème, car le grand portail (bâtiment III) aurait été construit avant la clôture (enceinte) elle-même. Cependant, les fouilles du bâtiment IV ne sont pas assez avancées et rien n’interdit de penser qu’un état plus ancien de l’enceinte remonte à la phase IC à laquelle appartient le bâtiment III. En faveur de cette hypothèse, on notera que le massif en brique (N 2002) 46 au nord du bâtiment III constitue bien le prolongement de la clôture de l’autre côté du bâtiment après l’abandon du rempart. Le fouilleur nous informe que ce massif en brique, comme le bâtiment III, appartient à la phase IC 47. On a donc de bonnes raisons de croire que les autres murs de la clôture existaient eux aussi durant cette phase. Le bâtiment III semble être définitivement abandonné à la phase finale IE (vers 2300-2200 av. J.-C.). Il reste à savoir si les deux clôtures ont été abandonnées simultanément. On sait que la clôture du bâtiment I a été abandonnée dans une phase tardive de la phase ID, où une couche de galets la recouvre et s’étend au-delà vers le sud, mais l’on n’a pas d’informations pour l’autre clôture. Enfin, quelle que soit la nature des bâtiments (profane ou sacrée) construits à l’intérieur de ces clôtures, on a affaire à deux grands secteurs enclos comparables, à caractère officiel et d’une grande importance à l’échelle de la ville.

Le bâtiment à l’extérieur de la ville (Aussenbau)

  • 48 Moortgat-Correns 2001.
  • 49 Moortgat 1960a et 1960b.
  • 50 Orthmann 1990, p. 3-5.
  • 51 Moortgat 1960b.
  • 52 Moortgat-Correns 2001, Abb. 4, p. 359.
  • 53 Moortgat-Correns 2001, p. 360.
  • 54 Margueron 2001.
  • 55 Moortgat-Correns 2001, p. 360.
  • 56 Porter 2009, p. 211.

15En dehors du tell lui-même court une rue limitée par de grandes pierres dressées en position verticale de 2 à 3 m de haut et que, pour cette raison, l’on a appelé « Stelenstrasse ». À l’ouest de cette dernière se trouvent les restes de deux bâtiments parallèles (nord et sud) en pierre séparés de 45 m (fig. 9). Le bâtiment sud (fig. 10) ne conserve qu’une partie de ses murs et de son entrée, mais le peu de vestiges permet d’avancer qu’il s’agit d’un édifice élevé sur une terrasse. Le fouilleur propose de le restituer comme le bâtiment qui se trouve plus au nord (Aussenbau48. Ce dernier a une forme rectangulaire, de 13 x 6,60 m. Il est précédé par deux antes à l’est (fig. 9). Ses murs en briques crues s’élèvent sur des soubassements en blocs de pierre irréguliers. Le bâtiment présente deux phases d’occupation puisqu’il était précédé par un autre plus ancien 49. La pièce principale mesure 8,80 x 4,40 m et est orientée est-ouest, avec un accès à l’est qui dispose d’un seuil. Son dernier sol est représenté par une couche brûlée et ne montre pas d’installations particulières. Les deux saillies dans les murs sud et nord indiquent une division de l’espace intérieur 50. Un espace pavé de galets s’étend devant l’entrée du bâtiment et peut être suivi jusqu’à la limite d’une porte plus à l’est. Une autre surface pavée en galets s’étend au sud du bâtiment avec plusieurs bassins encastrés. Le fouilleur y voit des installations de nature cultuelle, peut-être à offrandes, en particulier parce qu’un brûle-encens a été retrouvé à proximité immédiate 51. L’interprétation de cet édifice comme un temple à antes 52 est fondée sur son plan que certains associent habituellement aux temples. Le peu d’éléments qui subsistent indique qu’un mur d’enceinte entourait le bâtiment. Les anciens fouilleurs y font aussi allusion 53. Le mur d’enceinte passe de 3 à 4 m à l’ouest. Ce domaine est accessible par une porte à l’est. Il semble déterminer une zone de 75 m 54 d’extension nord-sud, occupée par deux édifices, séparés par un espace empierré avec des installations et peut-être par d’autres structures qui n’ont pas été fouillées. La présence d’espaces pavés en galets à plusieurs endroits amène à se demander si l’ensemble du domaine était ainsi aménagé. Le matériel retrouvé se compose de céramique et d’objets en bronze et en argile. Il suggère une datation dans la deuxième moitié du IIIe millénaire, très probablement de la phase ID. Enfin, il est à noter que la fondation de l’Aussenbau, à l’extérieur de la ville, est sans doute contemporaine de la phase d’extension (phase ID). Cela atteste clairement que les constructions se sont étendues au-delà du rempart extérieur. Son emplacement extra muros a été expliqué de différentes manières. Certains, suivant des traditions sud-mésopotamiennes, y voient une maison de fête religieuse reliée à la ville par une voie monumentale (voie des stèles) 55. Cette rue semble se diriger de l’est de la ville vers le secteur officiel, au sud-est de la ville haute. On peut y voir aussi un édifice public réservé aux habitations bâties en dehors des remparts lors de la phase d’extension. D’autres suggèrent que c’est un temple destiné à des groupes non résidents dans la ville 56. D’après nous, cette dernière possibilité est exclue, car la clôture semble bien reliée à la ville par la rue monumentale. La première possibilité est actuellement la plus plausible car aucune habitation n’a été, à notre connaissance, décelée aux environs immédiats du temple.

Figure 9.

Figure 9.

Tell Chuera, plan du bâtiment nord à l’extérieur de la ville (Aussenbau) (Moortgat 1960b, Abb. 9)

Figure 10.

Figure 10.

Tell Chuera, plan des bâtiments à l’extérieur de la ville (Aussenbau) (Moortgat 1960b, Abb. 9)

Les bâtiments isolés

Le bâtiment Nord (Nordtempel)

  • 57 Orthmann 1990.
  • 58 Moortgat 1962.
  • 59 Meyer 2006b, p. 329.

16Il est situé à la périphérie nord de la ville haute et a été fondé sur une terrasse en briques crues. Sa base est renforcée au nord sur une longueur de 7,50 m par un mur de pierre de 1,50 m de large (fig. 11). Cependant, les soubassements du mur sud ne coïncident pas avec les limites de la terrasse et cette dernière s’étend à l’est à 1 m environ au-delà des antes, comme si cette massive structure de briques constituait le reste d’un bâtiment antérieur qui fut comblé par la suite pour former la base d’une nouvelle construction. À cet égard, le sol du bâtiment recouvre une couche de remblai mélangé à du matériel. Le bâtiment lui-même n’est plus conservé qu’en soubassement. Ses dimensions sont de 15,50 x 8,80 m. L’espace central du bâtiment est subdivisé par un mur transversal. La pièce principale mesure 9,70 x 5,50 m et, selon le fouilleur, une niche était aménagée dans son mur ouest. Ce bâtiment était accessible à l’est par un escalier à en juger par des traces reconnues de ce côté 57. Un espace libre, recouvert de galets, s’étend devant le bâtiment et sur son côté nord. Une découverte, faite devant la façade est du bâtiment, pourrait être significative si elle est bien in situ. Il s’agit d’une grande pierre plate, interprétée par A. Moortgat comme une table d’offrande ou un autel. Cet édifice ne présente pas d’aménagement particulier et ne contenait que très peu de matériel de plusieurs périodes mélangées. Sur la base du matériel, on peut dater la dernière phase de ce bâtiment de la phase IE 58, mais le fouilleur J. W. Meyer l’attribue à la phase ID 59. Enfin, en raison de son modèle architectural à antes et de sa niche au fond, et aussi sa ressemblance avec d’autres temples du même type (Ebla, Al-Rawda), il a été interprété comme un temple.

Figure 11.

Figure 11.

Tell Chuera, plan du Bâtiment nord (Nordtempel) (Moortgat 1962, pl. II)

  • 60 Moortgat 1962.

17L’environnement de cet édifice ne nous est pas bien connu, excepté quelques structures au nord, à l’ouest (secteur II et III) et au sud-ouest (fig. 11). D’après leur orientation et le matériel recueilli, elles peuvent être attribuées à la phase ID ou IE et pourraient donc être contemporaines de la dernière phase du bâtiment Nord 60. Elles sont équipées de banquettes et de bassins. Il pourrait s’agir, à première vue, de structures d’habitation. On peut supposer que d’autres habitations se trouvaient au nord et au sud, et dans ce cas, on aurait affaire à un temple dans un quartier d’habitat, comme le Kleiner Antentempel du quartier K que l’on abordera plus loin.

Le bâtiment VI

18Il est situé dans un grand espace libre au centre de la ville (zone S) (fig. 1). Le bâtiment VI 61 (appelé temple S), orienté selon un axe nord-ouest/sud-est, est bâti sur une terrasse construite en grands blocs de calcaire (17,50 x 11,50 m, fig. 12). Son sol était couvert d’une couche de pierres. Les fondations du bâtiment sont composées de moellons, alors que les murs sont en briques, couverts d’un enduit de chaux sur les deux faces. On constate que ses murs sont décalés (de 40 à 50 cm) de la limite de terrasse, ramenant ainsi ses dimensions à 16,80 x 10,30 m. Un escalier conduit au bâtiment, précédé d’un espace pavé de galets renouvelé à plusieurs reprises. Les vestiges d’un escalier plus ancien (couche 2c) ont été possiblement repérés. À la phase récente, la pièce principale, de 11 x 7,80 m, est équipée d’une banquette, d’une table au centre et d’un podium plâtré correspondant à un contrefort du mur extérieur. La pièce d’entrée, entre les antes, est pourvue de banquettes sur ses deux côtés nord et sud (qui sont plus élevés que la zone centrale) et d’une jarre enterrée au sud, elle donne accès à la pièce principale par une ouverture axiale munie de marches. Le bâtiment a sans doute subi plusieurs phases d’aménagement et a été probablement rehaussé à un certain moment 62. Les données indiquent que ce bâtiment était en construction dès la phase IB et a été réaménagé selon le plan à antes à la phase ID 63. Il continue à être occupé durant la phase suivante IE. Il a été interprété, en raison de ses équipements, de son plan à antes et de son emplacement sur une terrasse, comme un temple. Le matériel retrouvé se compose essentiellement de céramique, beaucoup de jarres et de flacons 64. L’absence d’objets spectaculaires est cependant étonnante. Peut-être a-t-il été vidé avant d’être abandonné. Des temples comparables ont été découverts à Tell al-Rawda, Ebla (Temple HH4, Temple of the Rock) 65, Tell Qara Qūzāq (Temple L.10, level III-2) et Halawa Tell A (level 3) 66.

Figure 12.

Figure 12.

Tell Chuera, plan du bâtiment VI (Steinbau VI), phase 2c (Orthmann 2002, Abb. I, p. 5)

  • 67 Meyer 2007, p. 137.
  • 68 Voir Abb. 13, Dohmann-Pfälzner & Pfälzner 2002, p. 169.
  • 69 Delougaz 1938, p. 1-11, fig. 2.

19Cet édifice est par ailleurs entouré par un mur d’enceinte ovale ou circulaire visible sur le plan géomagnétique 67. De ce point de vue, on peut le comparer au temple de Tell Mozan délimité lui aussi par un téménos ovale 68. D’autres parallèles viennent de la Mésopotamie du Sud, comme Tell al-Ubaid 69.

  • 70 Orthmann 2002 ; Pruss 1997. http://www.orientarch.uni halle.de/digs/chuera/chu97_e.htm

20Enfin, on peut souligner quelques points. Cet édifice semble être plus ancien que les autres bâtiments, dont certains ont été construits lors d’une deuxième opération de réaménagement de la ville (phase ID), autrement dit pendant sa phase d’extension. Durant cette phase, plusieurs nouveaux bâtiments semblent être construits. D’autres, comme le bâtiment VI, fondés auparavant (phase IC ou IB), ont été simplement réaménagés à ce moment-là. L’emplacement du temple au centre de la ville conduit à lui accorder une importance particulière. Cet espace, libre de construction, semble être utilisé pendant la phase précédente IC comme un dépôt de déchets pour les quartiers d’habitat voisins 70.

Les bâtiments intégrés dans les quartiers d’habitats

Le « petit temple à antes » (Kleiner Antentempel)

  • 71 Il s’agit de la parcelle K II a et b, qui a été interprétée par le fouilleur comme un sanctuaire. (...)
  • 72 Une différence de niveau est observable dans les pièces du Kleiner Antentempel et dans la rue, vra (...)
  • 73 Moortgat 1966.
  • 74 Moortgat 1965, p. 23-37.
  • 75 Moortgat 1967, p. 14-21.
  • 76 Moortgat 1967, p. 14-21 ; Orthmann 1990.

21Tout d’abord, il faut souligner que ce bâtiment est petit par rapport aux autres bâtiments mais on le présente ici car il est d’une nature différente de l’habitation. Il se trouve dans le secteur K, sur un édifice plus ancien de nature complètement différente 71, qui fait partie d’un quartier d’habitat dans les niveaux inférieurs (de 4 à 10, phase IC et IB). C’est à partir du niveau 3 qu’est installé un bâtiment à antes, orienté selon un axe est-ouest (fig. 13-14). Construit entièrement en briques crues, il mesure 6,80 x 4,70 m. On peut y distinguer trois phases de reconstruction (1-3) 72. Au niveau 1 le plus récent, la pièce principale mesure 4,50 x 3,80 m et est équipée de divers aménagements : un autel installé entre deux niches avec un récipient enfoncé dans le sol, une plateforme dont la surface est jonchée de céramiques. Le plan et les équipements des niveaux 2 et 3 restent inchangés, excepté l’autel qui est précédé d’une banquette étagée. Il est accessible par un escalier à l’est 73. Le matériel de la cella du niveau 2 est composé de quelques tessons, d’ossements d’animaux et d’un fragment de statuette en albâtre dont les pièces manquantes ont été retrouvées dans les pièces voisines au nord 74. Un autre fragment de statuette en albâtre a été retrouvé dans le remplissage de la pièce principale du niveau 2 75. Ces statuettes, d’après leur style, sont à dater d’un niveau plus ancien que le niveau 2, peut-être le niveau 3 76. Il est à noter que la persistance du plan et des aménagements pendant les trois niveaux (1, 2 et 3) invite à penser que les trois états se sont succédé relativement rapidement.

Figure 13.

Figure 13.

Tell Chuera, plan du quartier K, niveau 3 (Moortgat 1965, pl. V)

Figure 14.

Figure 14.

Tell Chuera, plan du « petit temple à antes » (Kleiner Antentempel) aux phases 1, 2 et 3 (Moortgat & Moortgat-Correns 1975, Abb. 3, p. 13)

  • 77 Le fouilleur pense qu’au moins les pièces situées directement au nord du « temple » pourraient êtr (...)
  • 78 Moortgat 1965, p. 37.
  • 79 Moortgat 1965, p. 44.

22Cet édifice est interprété comme un temple en fonction de son plan, de ses aménagements et des éléments mobiliers recueillis. Il est entouré par des habitations 77 ou des lieux d’activités économiques (fig. 13). À côté des fragments de statuettes retrouvés au nord du bâtiment, on peut signaler un support de jarre remarquablement décoré 78. Un support comparable a été retrouvé dans le bâtiment I. Un vase à anse triangulaire, de la céramique, de la glyptique et des figurines proviennent directement des alentours du Kleiner Antentempel. L’ensemble du matériel 79 peut être daté de la phase ID, comme le bâtiment lui-même.

  • 80 Pfälzner 2001, p. 336-337.
  • 81 Parrot 1967, fig. 12-13 et 20.
  • 82 Orthmann & Meyer 1989, Abb. 15, p. 34, Beilag 10.
  • 83 Forest 1996.

23Il faut noter que cet édifice se distingue par deux traits. Premièrement, il est totalement construit en briques crues, à l’inverse des autres monuments. Deuxièment, il n’est pas isolé du tissu urbain, comme le bâtiment VI, par un espace libre ou un mur d’enceinte. Il s’intègre clairement dans l’habitat. Toutefois, il n’est pas exclu que d’autres édifices aient été intégrés dans des quartiers d’habitat. On peut supposer, par exemple, que le Nordtempel révèle un contexte comparable puisque ses environs n’ont pas été explorés. Les dimensions modestes du bâtiment et la simplicité de sa construction laissent penser que son importance n’est que locale, à l’échelle du quartier. K. P. Pfälzner y voit un bâtiment de culte ancestral réservé aux maisons voisines 80, se référant à des pratiques de culte d’ancêtres comparables à Mari (salle 13 du temple de Nini-zaza et salle 5 du temple d’Ištarat 81). Le Bau I, couche 3, de Tell Halawa est lui aussi fondu dans l’habitat 82. On privilégie cette interprétation en raison de ses aménagements (autel) et de ses ressemblances avec d’autres temples syriens déjà cités, y compris les objets découverts (statuettes). Il est possible d’avancer que cet édifice participe de la vie religieuse à l’échelle du quartier à en juger par son aspect modeste, son intégration dans l’habitation et la simplicité de son accessibilité 83.

24Enfin, on peut conclure que certaines transformations fonctionnelles accompagnent la phase D qui apparaît comme une période d’extension. Ce changement se caractériserait par la construction d’un édifice public (niveaux 3-1) sur une habitation.

Conclusion

25À l’examen de l’ensemble des données, deux séries d’éléments nous semblent ressortir. Du point du vue morphologique, on peut observer qu’une série de bâtiments de type à antes, un modèle proprement syrien, est attestée dans la ville. En plus de leur plan comparable, ceux-ci sont orientés selon un axe est-ouest, mais avec une déviation vers le sud-est pour le bâtiment en pierre I et le bâtiment VI. D’après l’examen architectural des édifices en pierre, l’interprétation comme temple pour tout ces édifices nous paraît douteuse, à en juger entre autres par le nombre de bâtiments explorés (6 au total) et surtout leur grande accessibilité (pour certains).

26Les bâtiments Aussenbau, Temple Nord, petit temple à antes (phases 1-3) et Steinbau VI, peuvent être des temples ayant des installations comparables avec des édifices contemporains dont le caractère religieux ne fait plus de doute, comme à Ebla, Rawda, Tell Biʿa, Tell Qara Qūzāq, Halawa Tell A.

  • 84 Naumann 1971 ; Gartsang 1953, p. 69-100.
  • 85 Forest 1996, p. 102.
  • 86 Kupper 1983, p. 115 ; Bottéro 1956, p. 180.

27Mais ce modèle du plan à antes n’est pas exclusivement cultuel, et il est d’ailleurs apparu bien plus tôt dans l’architecture domestique en Turquie 84. La présence d’une plateforme n’est pas seulement compatible avec le contexte religieux mais peut accueillir un responsable, un notable ou un chef de famille, comme le montre la fréquence de cet équipement dans les maisons de Chuera. Tout porte à croire que l’on a affaire à des bâtiments publics de nature administrative, salles d’audience ou salles de conseil, dans les autres édifices. On peut y voire des lieux où un responsable recevait la population ordinaire pour aplanir les différends liés à la vie urbaine ou des lieux de réunion pour prendre collectivement des décisions (en s’appuyant sur des références religieuses), à différents niveaux de la hiérarchie sociale. Les objets découverts pourraient alors avoir été offerts par les gens qui se rendaient dans ces édifices au représentant du lieu, comme une sorte d’hommage ou un signe d’allégeance à ce dernier 85. Cette interprétation fait référence à une lettre de Mari évoquant les chefs de quartier (akil bābātum), responsables de ses quartiers (bābtum), et suppose la présence d’édifices spécifiques 86.

28On peut classer dans cette catégorie le grand édifice I (Steinbau I) intégré dans une clôture téménos et l’ensemble formé par les bâtiments III et IV (Steinbau III et IV). Et l’on peut se demander si les bâtiments I, II, III et IV ne constituent pas une sorte de quartier officiel, isolé du réseau profane, qui occuperait visiblement tout un îlot au sud-est de la ville haute. Son importance, manifeste à l’échelle de toute la ville, avait certainement sa contrepartie au plan social. Jusqu’à présent, aucune structure comparable n’a été décelée dans la ville basse. Celle-ci abritait sans doute des constructions de grande taille mais leur fonction est inconnue, même si l’on peut penser à des structures économiques, par exemple. Cette question ne peut pas être examinée sans de nouvelles fouilles.

29Du point de vue chronologique, les bâtiments concernés n’ont pas tous été édifiés en même temps. Le temple VI (Steinbau S) semble exister dès la phase IB. Le bâtiment I le plus ancien dans ce secteur sud-est semble être construit avec les bâtiments II et III dès le début de la ville, phase IC. Ils ont été réoccupés à la phase suivante ID qui représente une phase d’extension et voit une nouvelle vague de construction, celle du temple nord (Nordtempel), du petit temple à antes (Kleiner Antentempel) et du bâtiment extérieur (Aussenbau). Cela exprime le développement de la société dans la ville et de ses exigences quotidiennes qui nécessitent la construction, à côté des temples, des bâtiments administratifs ou des salles de conseil pour gérer les affaires publics de la communauté. À vrai dire, l’architecture monumentale de Tell Chuera a bien reflété la diversité des fonctions — nécessaires dans la ville — sacrée, administrative et politique que l’on trouve dans les temples, les salles de conseil et le palais.

Haut de page

Bibliographie

Bottéro (J.) 1956 Textes administratifs de la salle 110 (Archives royales de Mari 7, Textes cunéiformes du Louvre 28), Paris.

Castel (C.) 2010 « The First Temples in antis: The Sanctuary of Tell Al-Rawda in the Context of 3rd millennium Syria », J. Becker, R. Hempelmann & E. Rehm (éd.), Kulturlandschaft Syrien, Zentrum und Peripherie, Festschrift für Jan-Waalke Meyer (AOAT 371), Münster, p. 123-164.

Davidovic (A.) & Helms (T.) 2005 « Steinbau III (Bereich D) », Meyer et al. 2005, p. 18-23.

Delougaz (P.) 1938 « A Short Investigation of the Temple at Al-ʿUbaid », Iraq V, p. 1-11.

Dohmann-Pfälzner (H.) & Pfälzner (P.) 2002 « Ausgrabungen der Deutschen Orient-Gesellschaft in der zentralen Oberstadt von Tall Mozan/Urkeš. Bericht über die in Kooperation mit dem IIMAS durchgeführte Kampagne 2001 », MDOG 134, p. 149-192.

Forest (J.-D.) 1996 « Les pseudo-temples de la Diyala, ou le contrôle de la population urbaine au Dynastique Archaïque », H. Gasche & B. Hrouda (éd.), Collectanea Orientalia. Histoire, Arts de l'espace et industries de la terre. Études offertes en hommage à Agnès Spycket (CPOA 3), p. 97-111.

Gartsang (J.) 1953 Prehistoric Mersin, Yümük Tepe in southern Turkey, Oxford.

Klein (H.) & Orthmann (W.) 1995 « Grabungen in bereich Steinbau II », W. Orthmann et al. (éd.), Die Ausgrabungen in Tell Chuera in Nordost-Syrien I. Vorbericht über die Grabungskampagnen 1986 bis 1992 (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 2), Sarrebruck, p. 73-94.

Krasnik (K.) 2005 « Bereich T », Meyer et al. 2005, p. 36-41.

Kühne (H.) 1976 Die Keramik vom Tell Chuera und ihre Beziehungen zu Funden aus Syrien-Palästina, der Türkei und dem Iraq (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 1), Berlin.

Kupper (J.-R.) 1983 « Mari », F. Brüschweiler et al. (éd.), La ville dans le Proche-Orient Ancien, Acte du colloque de Cartigny 1979 (Les cahiers du CEPOA 1), Cartigny/Louvain, p. 113-121.

Margueron (J.-C.) 2001 « De Paestum à Chuera : le temple in antis et temenos », J.-W Meyer, M. Novák & A. Pruss (éd.), Beiträge zur Vorderasiatischen Archäologie, Winfried Orthmann gewidmet. Francfort, p. 260-271.

Meyer (J.-W.) 2006a « Zur Frage der Urbanisierung von Tell Chuera », P. Butterlin et al. (éd.), Les espaces Syro-Mésopotamien, Dimensions de l’expérience humaine au Proche Orient Ancien (Subartu XVII), Turnhout, p. 179-189.

Meyer (J.-W.) 2006b « Zur Chronologie von Tell Chuera », BaghdMitt 37, p. 329-333.

Meyer (J.-W.) 2007 « Town planning in 3th millennium Tell Chuera », J. Bretschneider, J. Driessen & K. van Lerberghe (éd.), Power and architecture: monumental public architecture in the Bronze Age Near East and Aegean. Proceedings of the international conference organized by the Katholieke Universiteit Leuven, the Université catholique de Louvain and the Westfälischen Wilhelms-Universität Münster on the 21st and 22nd of November 2002-2007 (OLA 156), Louvain, p. 129-142.

Meyer (J.-W.) 2012 « The excavations in Tell Chuera 2010: a résumé », CAS VI, Damas, p. 81-86.

Meyer (J.-W.) 2014 « The round cities: foundation and development a view from tell Chuera », Syria Suppl. 2, p. 13-25.

Moortgat (A.) 1960a Tell Chuera in Nordost-Syrien: vorläufiger Bericht über die Grabung 1958-1960 (Wissenschaftliche Abhandlungen der Arbeit für Forschung des Landes Nordrhein-Westfalen 14), Cologne.

Moortgat (A.) 1960b Tell Chuera in Nordost-Syrien. Vorläufiger Bericht über die zweite Grabungskampagne 1959 (Schriften der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 4), Wiesbaden.

Moortgat (A.) 1962 Tell Chuera in Nordost-Syrien. Vorläufiger Bericht über die dritte Grabungskampagne 1960 (Wissenschaftliche Abhandlungen der Arbeitsgemeinschaft für Forschung des Landes Nordrhein-Westfalen 24), Cologne.

Moortgat (A.) 1965 Tell Chuera in Nordost-Syrien. Bericht über die vierte Grabungskampagne 1963 (Wissenschaftliche Abhandlungen der Arbeitsgemeinschaft für Forschung des Landes Nordrhein-Westfalen 31), Cologne.

Moortgat (A.) 1966 « Tell Chuera in Nord Syrien, Vorläufiger Bericht über die fünfte Grabungskampagne 1964 », AAAS XVI, I, p. 47-62.

Moortgat (A.) 1967 Tell Chuera in Nordost-Syrien. Vorläufiger Bericht über die fünfte Grabungskampagne 1964 (Schriften der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 6) Wiesbaden.

Moortgat (A.) & Moortgat-Correns (U.) 1975 Tell Chuera in Nordost-Syrien: Vorläufiger Bericht über die sechste Grabungskampagne 1973 (Schriften der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 8) Berlin.

Moortgat-Correns (U.) 2001 « Der Tell Chuera im Rückblick (1958-1985) », AoF 28/2, p. 353-388.

Naumann (R.) 1971 Architektur Kleinasiens vom ihren Anfängen bis zum Ende der hethitischen Zeit, Tübingen.

Novák (M.) 2015 « Urbanism and architecture », U. Finkbeiner et al. (éd.), Associated Regional Chronologies for the Ancient Near East, The Middle Euphrates Region (ARCANE 4), Turnhout, p. 41-84.

Orthmann (W.) 1986 « The origin of tell Chuera », H. Weiss (éd.), The origins of cities in dry-farming Syria and Mesopotamia in the third millennium bc, Guilford, p. 61-70.

Orthmann (W.) 1990 « L’architecture religieuse de Tell Chuera », Akkadica 69, p. 1-18.

Orthmann (W.) 1994 « Chuera », H. Weiss (éd.), Archaeology in Syria (AJA 98), p. 120-122.

Orthmann (W.) 1995 « Die Sondage Nördlich des Grabungen Häuses », W. Orthmann et al. (éd.), Die Ausgrabungen in Tell Chuera in Nordost-Syrien I. Vorbericht über die Grabungskampagnen 1986 bis 1992 (Vorderasiatische Forschungen der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung 2), Sarrebruck, p. 183-185.

Orthmann (W.) 2002 « Ein neuer Antentempel in Tell Chuera », DamMitt 13, p. 3-9.

Orthmann (W.) & Meyer (J.-W.) 1989 « Die Ausgrabungen in den Planquadraten L und M », W. Orthmann (éd.), Halawa 1980 bis 1986, Vorläufiger Bericht über die 4.-9. Grabungskampagne 1989 (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde 52), Bonn, p. 63-75.

Parrot (A.) 1967 Les temples d’Ishtarat et de Nini-Zaza. Mission archéologique de Mari, 3 (BAH 86), Paris.

Pfälzner (P.) 2001 Haus und Haushalt: Wohnformen des dritten Jahrtausends vor Christus in Nordmesopotamien (Damaszener Forschungen 9), Mayence.

Porter (A.) 2009 « Beyond dimorphism: ideologies and materialities of kinship as time-space distanciation », J. Szuchman et al. (éd.), Nomads, Tribes and the state in the Ancient Near East: cross-disciplinary perspectives, Chicago, p. 201-226.

Pruss (A.) 1997 « Excavations at Tell Chuera, Syria », http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chu97_e.htm (accès 16/03/2016).

Pruss (A.) 1998-1999 « The Chuera 1998-1999, the 21st and 22nd campagnes of excavations, http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chu98_99/98_99eng.htm (accès 16/03/2016).

Schwartz (G.-M.) 1990 « Tell Chuera in Nordost-Syrien: Vorldufiger Bericht uber die neunte und zehnte Grabungskampagne, 1982 und 1983 », JAOS 110/4, p. 764-766

Haut de page

Notes

1 Schwartz 1990, p. 764.

2 Meyer 2007, p. 131.

3 Orthmann 1990, p. 2-3.

4 Kühne 1976.

5 Meyer 2014.

6 Orthmann 1990.

7 Orthmann 1994, p. 120-121.

8 Là, l’architecture documente sept couches architecturales, numérotées de 1 à 7 à partir de la plus récente. Les couches 1 à 6 sont datées de la phase ID (2400-2300 av. J.-C.) et la dernière couche 7 de la phase IC (2600-2400 av. J.-C.). À la couche 6 remonte la terrasse en brique crue au nord qui recouvre des pièces plus anciennes (couche 7). Cf. Orthmann 1990.

9 Orthmann 1995.

10 Moortgat 1960a.

11 La particularité de la pièce 52 au sud-ouest provient de ses aménagements plâtrés ainsi que des objets découverts (figurines, plaquettes de coquilles et lapis). Le fouilleur y voit une pièce de culte associée au temple. Cf. Moortgat 1962.

12 Moortgat 1962.

13 Moortgat 1962.

14 Meyer 2007, p. 137-138.

15 Castel 2010.

16 Orthmann 1995, p. 34-37.

17 Orthmann 1995, p. 34-37.

18 Orthmann 1990, p. 12-13.

19 http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chuinfo.htm [accès 16/03/2016].

20 L’une des pièces a été interprétée par le fouilleur comme une boulangerie. Cf. Klein & Orthmann 1995.

21 Pruss 1998-1999. http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chu98_99/98_99eng.htm [accès 16/03/2016].

22 Moortgat 1960b, p. 23.

23 Meyer 2007, p. 137 ; Margueron 2001.

24 Klein & Orthmann 1995, p. 76.

25 Orthmann 1994.

26 Klein & Orthmann 1995.

27 Orthmann 1994.

28 Klein & Orthmann 1995.

29 Moortgat 1967, p. 7 et 1965 ; Moortgat & Moortgat-Correns 1975, p. 36-37.

30 Orthmann 1990, p. 13-14 et 252-253.

31 Elles sont alignées pour la phase ancienne, alors qu’elles sont obliques pour l’escalier de la phase récente. Pour cette dernière, deux sous-phases peuvent être distinguées. Dans la sous-phase ancienne, un espace carrelé de briques crues s’étend devant l’escalier et assure la jonction avec le reste de l’ancien escalier (Davidovic & Helms 2005, Taf. 18). Dans une seconde sous-phase, une plateforme de briques crues recouvre complètement l’ancien escalier et les premières marches de l’escalier récent (Davidovic & Helms 2005, Taf. 17).

32 Davidovic & Helms 2005, p. 18-21.

33 Davidovic & Helms 2005, p. 19.

34 Orthmann 1986, p. 36.

35 Orthmann 1986, p. 34-38.

36 Orthmann 1986, p. 34-38 ; Moortgat 1967, p. 4. D’après Moortgat, le matériel retrouvé en 1964 dans les couches de décombres est comparable à celui-ci de l’Anten Temple et le rapproche donc de sa position chronologique, vers 2600 av. J.-C. (phase IC).

37 Davidovic & Helms 2005, p. 22.

38 Davidovic & Helms 2005, p. 22.

39 Meyer 2006a.

40 Orthmann 1990, p. 13-14 et 252-253.

41 http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chuinfo.htm#area_d [accès 23/06/16].

42 Moortgat & Moortgat-Correns 1975, p. 37-39.

43 Krasnik 2005, p. 36-39 ; http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chuinfo.htm [accès 16/03/2016].

44 Meyer 2007.

45 http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chuinfo.htm [accès 16/03/2016].

46 Ce massif en brique N 2002 a été interprété par le fouilleur comme un rempart, mais comme on l’a déjà dit, on suppose que ce rempart, après avoir été abandonné à la phase IC, avait servi comme limite est de la clôture au nord du bâtiment.

47 Krasnik 2005.

48 Moortgat-Correns 2001.

49 Moortgat 1960a et 1960b.

50 Orthmann 1990, p. 3-5.

51 Moortgat 1960b.

52 Moortgat-Correns 2001, Abb. 4, p. 359.

53 Moortgat-Correns 2001, p. 360.

54 Margueron 2001.

55 Moortgat-Correns 2001, p. 360.

56 Porter 2009, p. 211.

57 Orthmann 1990.

58 Moortgat 1962.

59 Meyer 2006b, p. 329.

60 Moortgat 1962.

61 L’appellation du bâtiment VI a été donnée lors des anciennes fouilles en 1958 au palais F à l’ouest de la ville haute mais elle a été ensuite abandonné pour être attribuée au bâtiment au centre de la ville.

62 Orthmann 2002 ; http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chu98_99/98_99eng.htm [accès 23/06/16].

63 Meyer 2012, p. 82.

64 http://www.orientarch.uni-halle.de/digs/chuera/chu98_99/98_99eng.htm [accès 23/06/16].

65 Castel 2010.

66 Novak 2015, p. 65-66.

67 Meyer 2007, p. 137.

68 Voir Abb. 13, Dohmann-Pfälzner & Pfälzner 2002, p. 169.

69 Delougaz 1938, p. 1-11, fig. 2.

70 Orthmann 2002 ; Pruss 1997. http://www.orientarch.uni halle.de/digs/chuera/chu97_e.htm

71 Il s’agit de la parcelle K II a et b, qui a été interprétée par le fouilleur comme un sanctuaire. Mais il s’est avéré que ce dernier est d’une nature sans doute profane.

72 Une différence de niveau est observable dans les pièces du Kleiner Antentempel et dans la rue, vraisemblablement attribuable à un problème stratigraphique, cf. Orthmann 1990.

73 Moortgat 1966.

74 Moortgat 1965, p. 23-37.

75 Moortgat 1967, p. 14-21.

76 Moortgat 1967, p. 14-21 ; Orthmann 1990.

77 Le fouilleur pense qu’au moins les pièces situées directement au nord du « temple » pourraient être des maisons des prêtres, Moortgat 1965.

78 Moortgat 1965, p. 37.

79 Moortgat 1965, p. 44.

80 Pfälzner 2001, p. 336-337.

81 Parrot 1967, fig. 12-13 et 20.

82 Orthmann & Meyer 1989, Abb. 15, p. 34, Beilag 10.

83 Forest 1996.

84 Naumann 1971 ; Gartsang 1953, p. 69-100.

85 Forest 1996, p. 102.

86 Kupper 1983, p. 115 ; Bottéro 1956, p. 180.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Tell Chuera, plan topographique du site avec l’emplacement des chantiers (Meyer 2006b, Abb. 1, p. 330)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 913k
Titre Figure 2.
Légende Tell Chuera, plan du bâtiment I et de ses terrasses (Steinbau I) (Orthmann 1990, fig. 9, p. 16)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Figure 3.
Légende Tell Chuera, plan du secteur officiel au SE de la ville haute (Steinbau I, II, III et IV) (Meyer 2007, fig. 10, p. 141)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 4.
Légende Tell Chuera, plan des vestiges au nord et au sud du bâtiment I (Steinbau I) (Orthmann 1995, Beilage 3)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Figure 5.
Légende Tell Chuera, plan du bâtiment II (Steinbau II) (Orthmann 1990, fig. 7, p. 12)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 6.
Légende Tell Chuera, plan du bâtiment II et des vestiges attenants, niveau 3 (http://www.orientarch.uni-halle.de/​digs/​chuera/​chu98_99/​98bild08.htm)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 7.
Légende Tell Chuera, plan du bâtiment III (Steinbau III) (Davidovic & Helms 2005, Taf. 13)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Figure 8.
Légende Tell Chuera, le bâtiment III et le tracé de l’enceinte sur le relevé géomagnétique (Krasnik 2005, Taf. 39)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 9.
Légende Tell Chuera, plan du bâtiment nord à l’extérieur de la ville (Aussenbau) (Moortgat 1960b, Abb. 9)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 10.
Légende Tell Chuera, plan des bâtiments à l’extérieur de la ville (Aussenbau) (Moortgat 1960b, Abb. 9)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Figure 11.
Légende Tell Chuera, plan du Bâtiment nord (Nordtempel) (Moortgat 1962, pl. II)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 12.
Légende Tell Chuera, plan du bâtiment VI (Steinbau VI), phase 2c (Orthmann 2002, Abb. I, p. 5)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Figure 13.
Légende Tell Chuera, plan du quartier K, niveau 3 (Moortgat 1965, pl. V)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Figure 14.
Légende Tell Chuera, plan du « petit temple à antes » (Kleiner Antentempel) aux phases 1, 2 et 3 (Moortgat & Moortgat-Correns 1975, Abb. 3, p. 13)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4580/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Dibo, « L’architecture monumentale de Tell Chuera »Syria, 93 | 2016, 235-254.

Référence électronique

Suzanne Dibo, « L’architecture monumentale de Tell Chuera »Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/4580 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.4580

Haut de page

Auteur

Suzanne Dibo

Université de Damas, Département d’archéologie

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search