Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Autres articlesL’ère de la libération d’Édesse

Autres articles

L’ère de la libération d’Édesse

Jean-Sylvain Caillou et Simon Brelaud
p. 321-338

Résumés

Parmi les inscriptions retrouvées dans la région d’Édesse, celles qui comportent une date sont relativement peu nombreuses. Elles permettent toutefois de mesurer la complexité des systèmes de datation de l’Orient antique. L’ère séleucide y a été très largement diffusée depuis l’époque hellénistique mais à Édesse et en Osrhoène, plusieurs parchemins attestent l’usage d’une ère locale comme système de datation durant la domination romaine. Le présent article démontre que cette « ère de la libération » d’Édesse, qui commençait en 213 apr. J.-C., fut aussi utilisée dans des inscriptions qui, jusqu’à présent, étaient datées à partir de l’ère séleucide. La méprise avait cours depuis la fin du xixe s., à la suite de Rubens Duval qui expliquait l’absence des centaines par une omission volontaire. Les auteurs déconstruisent point par point cette interprétation en montrant que le principe de l’omission n’est ni attesté ni pertinent dans le cas des inscriptions édesséniennes. La datation de plusieurs documents épigraphiques est donc revue et les conséquences de ces changements sont analysées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Brock 2009 et 2012 pour une synthèse sur les inscriptions édesséniennes et sur les ères utilis (...)
  • 2 Sur l’emploi de l’ère séleucide à Édesse, cf. Ross 1993, p. 202-206.
  • 3 Trois documents ont été datés selon cette ère : les deux parchemins P1 et P3 qui le sont explicite (...)
  • 4 Caillou 1999, p. 32-35 ; Luther 1999 ; Caillou & Desreumaux 2003. L’article d’A. Luther n’a été pr (...)

1Il existe une curiosité dans le système de datation des inscriptions édesséniennes 1. Il est généralement admis que celles-ci se réfèrent toutes à une ère très répandue au Proche-Orient, l’ère séleucide, qui débute en octobre 312 avant J.-C. 2. Cela ne fait aucun doute jusqu’au iie s. apr. J.-C. puis, de nouveau, à partir du ve s. Toutefois, parmi les inscriptions du iiie s., plusieurs sont datées par des nombres à deux chiffres qui ne peuvent se référer à l’ère séleucide sans artifice. En revanche, l’usage d’une autre ère, attestée depuis la découverte des parchemins édesséniens du moyen Euphrate, ne pose aucune difficulté. Il s’agit de l’ère de la libération d’Edesse, qui commence en 213 3. Le dossier mérite un examen d’autant plus détaillé que, si l’on reprend l’ensemble des informations désormais disponibles pour l’édessénien et le palmyrénien, rien ne semble justifier l’hypothèse de « l’omission ». Les fondements de la convention n’étant plus recevables, nous proposons une explication alternative : la datation des inscriptions édesséniennes à deux chiffres selon une ère locale apparue dans la première moitié du iiie s., l’ère d’Édesse. L’hypothèse a déjà été formulée en 1999 par J.-S. Caillou et, indépendamment, par A. Luther dans un article dont la réception est restée trop limitée 4. Il convient de reprendre la démonstration et d’étendre ses conclusions. Jusqu’à présent, la référence implicite à une ère locale n’a pas été considérée en raison de l’autorité d’une hypothèse fort ancienne. En suivant une explication avancée en 1881 par l’orientaliste R. Duval dans sa Grammaire syriaque, toutes les inscriptions à deux chiffres ont été systématiquement rattachées à l’ère séleucide :

  • 5 Duval 1881, p. 14. Dans la terminologie de R. Duval les inscriptions syriaques désignent à la fois (...)

« Dans les inscriptions palmyréniennes du vie siècle de l’ère macédonienne, le signe du nombre 500 est souvent sous-entendu, comme allant de soi, et on n’exprime que les dizaines et les unités ; le même fait se reproduit aussi dans les nombres syriaques où souvent l’antécédent ÷ [signe de 500] est omis. » 5

La théorie de Rubens Duval et son autorité

  • 6 Dans les manuscrits syriaques, l’omission du chiffre 500 a été rejetée par A. Luther en discutant (...)
  • 7 Pour une histoire des recherches sur les inscriptions syriaques, cf. Briquel-Chatonnet & Desreumau (...)
  • 8 Drijvers & Healey 1999, p. 160. L’histoire de la découverte et de la publication de l’inscription (...)

2L’explication de R. Duval est peut-être judicieuse pour comprendre certaines dates présentes dans les manuscrits syriaques médiévaux mais elle ne peut s’appliquer — ce n’était d’ailleurs sans doute pas l’intention de l’auteur — aux documents épigraphiques édesséniens 6. Au moment de la rédaction de l’ouvrage, aucune « omission » n’avait encore été attestée dans la documentation épigraphique de l’Osrhoène. En effet, en 1881, très peu d’inscriptions étaient publiées et une seule était édessénienne. Il s’agissait de l’inscription de la colonne de la citadelle d’Urfa, publiée par Paul Badger en 1852, qui ne comporte aucune date 7. La première inscription figurant une date à deux chiffres (Am1) ne fut publiée qu’en 1883, deux ans après la parution de la Grammaire syriaque, et manifestement R. Duval ne pouvait en avoir eu connaissance 8. D’ailleurs la date est écrite en toutes lettres alors que la proposition d’omission se réfère explicitement à l’absence du signe ÷ figurant le chiffre 500. Coupée du contexte de sa rédaction, la proposition « d’omission » de R. Duval a, malgré tout, connu un bel avenir (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

Mosaïque avec inscription Am1 (d’après le relevé de 1881, Drijvers & Healey 1999, p. 47)

3En effet, sans aucun fondement épigraphique — si ce n’est le corpus palmyrénien qu’il s’agira de discuter —, la théorie de R. Duval n’en fut pas moins légitimée a posteriori. Des inscriptions découvertes par la suite en Osrhoène relevaient bien du phénomène qu’il avait décrit : une datation à deux chiffres. Celle-ci fut immédiatement comprise comme une omission volontaire des centaines. À l’inscription Am1 éditée par E. Renan, s’ajoutèrent celles publiées en 1959 par J. B. Segal (As9 et Am7), en 1998 par J. Teixidor (Tell al-Maġāra) et enfin en 1999 par A. Desreumaux et J.-S. Caillou (Api9). En tout, cinq inscriptions édesséniennes présentent actuellement une telle particularité. Une sixième inscription découverte en 1998 à Apamée (Api4) pourrait également être ajoutée. Toutefois, il s’agit d’un cas plus singulier puisque le nombre « cent » est bien inscrit avant les dizaines et les unités : il sera succinctement évoqué à la fin de l’article.

  • 9 Tous les chercheurs considèrent que les inscriptions édesséniennes datées simplement par des dizai (...)

4Au moment où elle a été formulée, la proposition de R. Duval relevait donc de l’intuition et non d’une démonstration. Confortée à la fois par l’apport majeur de son auteur dans le domaine des sources syriaques et par les découvertes successives de dates à deux chiffres, l’idée a été reprise systématiquement depuis, comme un théorème établi 9.

Les dates sur les inscriptions édesséniennes et leurs particularités

  • 10 D’après l’inventaire de Drijvers & Healey 1999, complété par Healey 2006. L’inscription Bm1 est da (...)
  • 11 Sur les formulaires de datation, cf. Brock 1992 et 2012. Il ne prend pas en compte les inscription (...)

5Le corpus des inscriptions édesséniennes comprend actuellement 108 documents, dont 19 comportent une date, soit près d’une sur six 10. Jusqu’à présent, elles sont toutes censées se référer à l’ère séleucide. Il existe des différences formelles dans la datation qui peut être indiquée en chiffres (à l’aide de signes araméens) ou en toutes lettres. Le degré de précision de la date peut également varier avec la mention ou l’absence du jour et du mois, en plus de l’année 11.

Tableau 1.

Réf. de l’inscription Écriture de la date Date écrite Datation selon l’ère séleucide (* non retenue) Datation selon l’ère d’Édesse Support Formulaire (jour-mois-année) Site
As55 Chiffres [3 ou 4]17 6 ou 106 pierre M-A Birecik
Bs2 Chiffres 385 73 pierre M-A Sarrīn
As29 Chiffres 476 165 pierre J-M-A Sumatar
As36 Chiffres 476 165 pierre M-A Sumatar
As37 Chiffres 476 165 pierre M-A Sumatar
As41 toutes lettres 4[..] 88-188 (?) pierre [M]-A Sumatar
Api3 toutes lettres 503 192 pierre M-A Apamée
Healey 2006 toutes lettres 505 194 mosaïque M-A Édesse ou ses environs
As16 toutes lettres 513 201/2 pierre A Kirk Maġāra
Am8 toutes lettres [..]9 118-288 (?) mosaïque M-A Édesse (Eyüp Mahalessi)
Am9 toutes lettres 535 224 mosaïque M-A Édesse (Yakup Mahalessi)
Bm1 acronumérique (grec) 539 227/8 mosaïque A al-Masʿūdiyya
As9 toutes lettres 20 209* 233 pierre M-A Édesse (Eyüp Mahalessi)
Am6 toutes lettres 547 235/6 mosaïque A Édesse (Eyüp Mahalessi)
Api9 toutes lettres 37 226* 250 pierre M-A Apamée
Am7 toutes lettres 39 228* 252 mosaïque M-A Édesse (Eyüp Mahalessi)
Am1 toutes lettres 40 (ou 70)  229 (ou 259)* 253 (ou 283) mosaïque M-A Édesse
Tell Maġāra toutes lettres 52 240* 265 pierre M-A Tell Maġāra, près de Tešrīn
Api4 toutes lettres 155 368 (?) Pierre A Apamée

Inscriptions édesséniennes avec dates, par ordre chronologique

  • 12 Cf. Kugener 1907 ; Drijvers & Healey 1999 ; Luther 2010.
  • 13 Oppenheim 1901.
  • 14 Segal 1959 ; Drijvers & Healey 1999, p. 180-183 ; Brock 2007. Il a été souvent considéré que le mu (...)
  • 15 Colledge 1994, p. 192.

6La datation de l’inscription édessénienne qui pourrait être la plus ancienne est contestée. Il s’agit de l’inscription de Birecik (As55) publiée en 1907 par Marc Antoine Kugener. Le chiffre qui désigne le multiple des centaines est brisé, mais il n’y a pas de doute sur son existence. Elle peut donc être datée de 6 ou de 106 apr. J.-C. 12. Si l’on suit la seconde datation, la plus ancienne inscription serait alors celle de Sarrīn (Bs2), clairement datée du mois de Tešri Ier de l’année 385 (octobre 73 apr. J.-C.) 13. L’inscription As41 de Sumatar mentionne les centaines mais les unités qui suivent n’ont pas été conservées. La datation s’étale entre le mois d’Ab 88 et 188. Toutefois l’inscription comporte une particularité : elle est la première à présenter une date écrite en toutes lettres. Par la suite, la numérotation des dates se fait systématiquement de cette manière. L’inscription de la mosaïque de Zaydallat, ou « mosaïque à la couche funéraire » (Am8), nous livre le mot « cent » sans que le multiple qui le précède ne soit connu, ni les dizaines qui suivent 14. Enfin, deux lectures ont été proposées pour l’inscription Am1, relevée en 1881 par un non spécialiste. D’après Malcolm Colledge, celui-ci aurait pu confondre la date de 70 (šbʿyn) et celle de 40 (ʾrbʿyn), selon la lecture du premier graphème de la ligne 15.

7En dehors de ces cas, la lecture des dates ne pose pas de difficulté, y compris pour celles qui comportent seulement deux chiffres. Ces dernières proviennent toutes d’un contexte funéraire. En voici la liste :

  • As9, inscription d’Eyüp Mahalessi, à Édesse : « Au mois d’Adār de l’année vingt, moi, ʿAbša fils de Barʿata, ai fait pour [moi-même cette] maison d’éternité, pour moi-même et mes enfants » 16.
  • Api9, inscription de la tombe 11, à Apamée-sur-l’Euphrate : « Ceci est la tombe au mois de Kānūn deuxième, de l’an trente et sept qu’on faite Zbdʿtʾ fils de Brsmyʾ et Brḥwnʾ fils de Drs » 17.
  • Am7, inscription de la mosaïque d’Aptūḥa, à Eyüp Mahalessi, Édesse : « Au mois de Tammūz de l’année trente-neuf, moi, Aptūḥa fils de Barnay (etc.) » 18.
  • Am1, inscription de la mosaïque de Zénodara, à Édesse : « Au mois de Šebaṭ de l’année quarante (ou soixante-dix), j’ai fait cette maison d’éternité (etc.) » 19.
  • Inscription de Tell Maġāra, dans la région de Tešrīn en Syrie : « Au mois de Kānūn Ier de l’année cinquante-deux, (voici) ce que fit Bra : cette maison d’éternité avec ces chambres pour lui et ses fils à ses côtés » 20.
  • 21 Brock 1992 et Luther 1999 n’en mentionnent que deux (Am7, As9).
  • 22 Luther 1999, p. 134-135.

8Les caractéristiques archéologiques et stylistiques des cinq inscriptions font que le calcul à partir de l’ère séleucide n’est pas recevable sans ajout des centaines. Elles sont donc les seules à pouvoir comporter ce que R. Duval considérait comme des « omissions » du nombre 500 21. Qu’est-ce qui justifierait de telles omissions ? R. Duval pense que le signe 500 était sous-entendu « comme allant de soi ». Andreas Luther ayant déconstruit une telle hypothèse dans les manuscrits syriaques, le principe d’une omission peut désormais s’appliquer, en théorie, à d’autres centaines et plus seulement au signe ÷ 22. Le phénomène ne serait plus spécifique au ve s. de l’ère séleucide mais se retrouverait aux siècles précédents ou postérieurs. Il faut alors interroger le principe de l’omission d’un nombre comme gain de place ou de temps pour l’artisan préparateur de l’inscription.

  • 23 Chiffres syriaques, pour la lecture, cf. fig. 2 : ÷ 33-III, équivaut aux chiffres arabes : 500 +20 (...)
  • 24 Le système complexe de combinaison des signes est rappelé par R. Duval. L’historien français repre (...)
  • 25 La première inscription édessénienne dont la date est écrite en toutes lettres est Api3 (192 apr. (...)
  • 26 Sur le parchemin P1 où certains nombres sont écrits en chiffres/signes araméens (notamment 28 et 7 (...)

9Aux ier et iie s., les inscriptions montrent que les Édesséniens utilisaient des signes araméens pour écrire les chiffres. Le système est assez complexe. Par exemple, écrire 553 nécessitait l’emploi de sept caractères (÷33–III [500+20+20+10+1+1+1])23 ou de douze caractères (IIIII–33–III [(1+1+1+1+1x 100)+20+20+10+1+1+1]). Mais l’existence d’un signe particulier ÷ pour 500 est controversée et n’est en tout cas pas attestée par l’épigraphie 24. Curieusement, à partir de la fin du iie s., la notation des dates ne se fait plus en chiffres mais en toutes lettres 25. Pour garder le même exemple, 553 nécessite alors l’emploi de seize caractères (ḥmšmʾʾ wḥmšyn wtlt « cinq cent cinquante-trois »). Le nouveau système de numérotation est contraignant puisqu’il prend souvent plus de place et de temps. Le changement ne trouve pas d’explication rationnelle hormis le fait que la répétition de signes identiques pouvait engendrer des difficultés de lecture et donc des erreurs 26. Le critère esthétique a pu également être déterminant.

Figure 2.

Figure 2.

Les chiffres palmyréniens (a) et « syriaques » (b) (d’après Duval 1881, pl. xv)

10L’argument de la recherche d’une économie de temps ou de place, que sous-tendait la proposition d’une omission du chiffre 500, ne tient manifestement pas. En outre, dans les inscriptions édesséniennes, la priorité est donnée à la mention des personnes puis à la date et, au sein de la date, à l’année (en intégralité) puis au mois et éventuellement au jour. Ainsi, les omissions avérées touchent en priorité la mention du mois plutôt que le nombre des années. Le phénomène semble universel, sauf peut-être à Palmyre. Il convient de se pencher sur la mention de la date dans les inscriptions palmyréniennes que R. Duval mettait en parallèle avec les documents syriaques.

Le parallèle palmyrénien

  • 27 Cf. CIS 1876.
  • 28 Cf. PAT. Nous insistons sur la nécessité de prendre en compte la question des systèmes de datation (...)

11Lors de la parution de la Grammaire syriaque de R. Duval en 1881, peu d’inscriptions palmyréniennes étaient connues mais elles suffisaient à appuyer la théorie de l’omission et servirent de référence pour les dates à deux chiffres de la documentation syriaque. En 1926, J.-B. Chabot ne recensait encore que 723 inscriptions écrites dans la langue araméenne de Palmyre 27. Depuis, le corpus s’est considérablement étoffé et le dernier recueil publié totalise 2 832 inscriptions 28. L’appréciation de R. Duval reposait donc sur un échantillon limité qui n’était probablement pas représentatif statistiquement. Pour pouvoir établir une comparaison avec le système de datation des inscriptions édesséniennes, il convient de reprendre l’analyse des inscriptions palmyréniennes avec des données actualisées.

  • 29 Nous ne considérons ici que les dates se référant clairement à une année, associée ou non à un moi (...)
  • 30 Jusqu’à présent, l’ajout du chiffre des centaines a été admis pour seize inscriptions, à savoir, d (...)
  • 31 Seule PAT 209C pourrait dater du ier s. si l’on considère que les deux chiffres indiquent une anné (...)
  • 32 Pour PAT 0888, la datation selon l’ère séleucide (4)92 est préférée à (5)92 par Taylor 2001, p. 21 (...)
  • 33 On en compte six datées entre 122 et 239/248 apr. J.-C. PAT 0525, 0526, 0555, 1359, 1382 et 1624.
  • 34 Neuf cas ont été relevés par Taylor 2001, p. 206, avec des écarts parfois de dix ans. L’inscriptio (...)

12Les inscriptions palmyréniennes avec dates sont au nombre de 550, ce qui représente un peu moins de 20 % de l’ensemble du corpus actuel 29. Nous constatons la présence de 19 inscriptions à deux chiffres qui — sans ajout — ne peuvent faire référence à l’ère séleucide 30. En raison des contextes archéologiques et épigraphiques, les chercheurs ont considéré que ces inscriptions dataient toutes des iie et iiie s. 31. Ainsi, les chercheurs complètent artificiellement la datation suivant l’ère séleucide en ajoutant 400 dans douze à quinze cas, et en ajoutant la valeur 500 pour seulement trois à six cas. À Palmyre, le phénomène de l’omission représente moins de 3 % du total des inscriptions datées contre près de 30 % en Oshroène. Dès lors, il est très difficile de rejoindre R. Duval lorsqu’il estime que le signe du nombre 500 est « souvent » omis. La réalité est tout autre : le phénomène est exceptionnel. Si l’omission existe bien à Palmyre, elle concerne davantage les centaines du ive s. de l’ère séleucide. Les cas recensés s’étendent sur une durée longue, entre 103 et 249 apr. J.-C. 32, sans concentration notable. Contrairement à ce qui s’observe en Osrhoène, les dates écrites en toutes lettres sont rares et elles ne présentent jamais d’omission 33. Presque toutes les dates sont notées avec des chiffres araméens et aucun manque de place ne semble justifier des omissions intentionnelles. Le phénomène de l’omission ne relève donc pas d’un « sous-entendu allant de soi » comme le pensait R. Duval mais témoigne plutôt de la négligence occasionnelle des lapicides. Pour une inscription soignée telle celle de Marcus Ulpius Yarḥai (Tad 1938, 28c), il reflète peut-être une pratique orale qui a toujours cours mais qui, d’ordinaire, est corrigée à l’écrit : l’abréviation des années (la guerre de 14, je suis né en 52, les événements de 68 par exemple). Notons qu’à Palmyre, cette particularité n’est pas la seule curiosité présente dans les dates inscrites, puisqu’on note des erreurs d’équivalence entre les dates données par l’araméen et par le grec 34. Il n’y a pas lieu de voir dans les inscriptions à deux chiffres de Palmyre un système d’omission établi.

  • 35 Le système de datation nabatéen se fait uniquement par règnes. Les années séleucides ne sont pas u (...)

13Il faut rejeter la référence à Palmyre pour expliquer les inscriptions à deux chiffres du corpus édessénien. La comparaison avec les autres corpus d’inscriptions sémitiques de la même époque, nabatéen et ḥaṭréen, permet de soutenir la même conclusion 35. L’idée d’une omission, supposément influencée par des pratiques extérieures, devant être abandonnée, il faut désormais proposer une nouvelle explication des datations à deux chiffres qui soit propre au milieu osrhoénien.

Une ère locale à Édesse

  • 36 Pour les parchemins, cf. infra. L’existence d’une ère locale à Édesse dans le courant du iiie s. c (...)

14L’existence d’une ère locale à Édesse ne fait pas de doute puisqu’elle est explicitement citée par les parchemins du moyen Euphrate 36. Reste le problème de son usage dans la région d’Édesse sur un autre support d’écriture, à savoir la pierre. À Palmyre, l’ajout de la valeur 400 était plus fréquent que celui de la valeur 500. L’omission est donc un principe qui peut en théorie concerner tous les siècles. Appliquée en dehors de la Palmyrène, l’omission des centaines dans les dates surprend car, après quelques générations, le siècle auquel l’inscription fait référence ne va plus de soi et devient hypothétique. Ainsi, il n’est pas étonnant que la pratique ait été tout à fait exceptionnelle à Palmyre et qu’elle semble inconnue ailleurs. Moins de 30 % des inscriptions édesséniennes — cinq sur un total de 19 — ne précisent pas le siècle mais seulement la décennie. Sans en faire explicitement mention — comme la quasi-totalité des inscriptions datées selon l’ère séleucide —, les inscriptions comportant une date à deux chiffres se réfèrent, selon nous, à une ère osrhoénienne qui lui est propre : l’ère de la libération d’Édesse.

  • 37 Torrey 1935 ; Teixidor 1989, 1990 et 1992.

15Entre 1989 et 1992, J. Teixidor a étudié trois documents rédigés en écriture édessénienne retrouvés à Doura Europos et Appadana 37. Les documents ont été rédigés dans la capitale osrhoénienne (P1) et à Marcopolis (P2 et P3). Ces témoignages exceptionnels, datant de 240 à 243, sont cruciaux pour l’histoire politique de la fin du royaume d’Osrhoène, mais aussi pour son système de datation. L’éditeur avait déjà relevé les trois différents computs utilisés dans les documents :

Tableau 2.

  • 38 Contrairement aux trois autres computs, l’ère chrétienne n’est évidemment pas présente sur les doc (...)
Parchemins Ère séleucide Empereur/consulat Roi d’Édesse Ère d’Édesse Équivalence ère chrétienne38
P2, transferts de dette Kānūn I 552 An 3 de Gordien ; pas de mention de consul An 2 d’Abgar bar Maʿnū Sans mention Décembre 240
P3, bail à ferme Elūl 553 An 5 de Gordien ; consuls C. Vettius Atticus Sabinianus et C. Lepidus Praetextatus Sans mention An 30 Septembre 242
P1, acte de vente d’une esclave Iyār 554 An 6 de Gordien ; consuls Annius Arranius et Trebonius Papus Sans mention An 31 Mai 243

Système de datation dans les documents édesséniens du moyen Euphrate

  • 39 Nous suivons la numérotation des rois d’Édesse qui ne prend pas en considération le règne d’un Abg (...)
  • 40 P3 : « […] au mois de septembre de l’an 5/53 du comput ancien, l’an 30 de la libération de l’illus (...)
  • 41 Gawlikowski 1998, p. 425.

16L’ère séleucide, tout comme la mention du règne impérial, est communément utilisée par les trois parchemins écrits à quelques années d’intervalle. En revanche, les documents se distinguent à partir de 242 apr. J.-C. Avant cette date, le parchemin P2 se réfère au règne d’Abgar X bar Maʿnū 39, roi d’Édesse, tandis que les parchemins P3 et P1 évoquent une année de « la libération » d’Édesse 40. Inconnue jusqu’alors, une ère propre à Édesse, comme il en existe tant d’autres dans le Proche-Orient ancien, s’ajoute clairement à une ère ancienne toujours désignée dans les parchemins comme l’ère séleucide ou « ère des Grecs ». Plus encore, les trois documents comportent un en-tête résumant l’objet du document : la datation y est indiquée selon un ou deux computs, contrairement au corps du texte. Le parchemin P2, daté de 240, utilise l’ère séleucide, tout comme le parchemin P3, en 242. En revanche, en mai 243, l’en-tête du parchemin P1 ne comporte que la datation selon l’ère d’Édesse, alors que les différents computs sont utilisés plus loin dans le document. À partir des documents, on peut calculer le départ de l’ère d’Édesse de janvier 213, voire de fin 212 apr. J.-C., sans plus de précision 41.

  • 42 Dion Cassius, LXXVII, 12.
  • 43 BMC 1922, p. civ-cv ; Millar 1993, p. 476.
  • 44 Luther 1999, p. 136-137 : « Wir würden in diesem Falle [l’interprétation de la date 39 dans la mos (...)

17S’agit-il de la date à laquelle Édesse est devenue colonie romaine ? Les manuscrits évoquent simplement l’ère de la « libération » de la ville, au terme du règne d’Abgar IX Severus, roi destitué par Caracalla (211-217), selon Dion Cassius 42. L’événement marque la fin provisoire de la monarchie mais n’implique pas nécessairement que la ville ait obtenu simultanément le statut de colonie. En effet, d’après les monnaies, la ville ne porte avec certitude les titres de colonie et de métropole qu’à partir d’Élagabal 43. Quoi qu’il en soit, janvier 213 (ou fin 212) n’en reste pas moins la date fondatrice d’une nouvelle ère dont l’usage était jusqu’à présent seulement attesté dans des parchemins, à partir de 242 apr. J.-C. Avec désormais sept attestations de l’ère de la libération d’Édesse dont cinq par des inscriptions, nous pouvons proposer un tableau un peu plus fourni que celui dessiné par la conclusion de l’article d’A. Luther 44.

Les implications archéologiques et historiques des datations selon l’ère d’Édesse

  • 45 Parlasca 1983, p. 227-229, ne voyait pas de difficulté à dater les mosaïques entre 224 et 269, sans (...)

18En passant de l’ère séleucide à l’ère d’Édesse, les datations doivent être rajeunies de 24 à 25 ans. C’est peu et les cinq inscriptions concernées demeurent datées du iiie s. Leur champ chronologique se décale seulement de 209-240 apr. J.-C. (selon l’ère séleucide) à 233-265 après J.-C. (selon l’ère d’Édesse). Le changement est trop faible pour créer de véritables difficultés vis-à-vis du contexte archéologique et épigraphique 45. Toutefois, il amène quelques observations.

  • 46 Segal 1959, p. 37 ; Drijvers 1999, p. 176-177, 180-185. La présence d’un multiple des centaines, d’ (...)

19Nous connaissons quatre inscriptions datées du règne de Sévère Alexandre (222-235). Une seule est datée suivant l’ère d’Édesse. Il s’agit de l’inscription funéraire de ʿAbša fils de Barʿata (As9) avec la date « Adār an vingt », soit mars 233. Les trois autres inscriptions sont datées selon l’ère séleucide et proviennent de mosaïques funéraires. Il s’agit des inscriptions Am9 (224 apr. J.-C.), Am6 (235 apr. J.-C.) et peut-être l’inscription très discutée Am8 (228 apr. J.-C., si l’on restitue cinq comme multiple des centaines et trois pour les dizaines) 46. On ne s’étonnera pas de l’usage de deux computs dans les première années et jusqu’au milieu du iiie s. Les parchemins du moyen Euphrate rendent aussi compte d’un usage simultané de plusieurs systèmes de datation. Par ailleurs, le changement de datation de l’inscription As9 est sans conséquence d’un point de vue archéologique car, malheureusement, nous ne disposons d’aucune information sur la tombe dans laquelle elle a été découverte.

Figure 3.

Figure 3.

Mosaïque avec inscription Am8 (d’après Drijvers & Healey 1999, pl. 54)

  • 47 Desreumaux & Caillou 1999 ; Desreumaux, Gaborit & Caillou 1999, p. 87-101 ; Caillou & Desreumaux 20 (...)
  • 48 Les caractéristiques de T11 se retrouvent dans de nombreux hypogées de la nécropole de Doliché, mai (...)

20La nouvelle datation d’Api9 (250 au lieu de 226) est plus significative car elle augmente la longévité d’un type d’hypogée de la nécropole d’Apamée-sur-l’Euphrate. Le plan du tombeau T11, qui contient l’inscription, est en effet assez similaire à ceux des hypogées T3 et T1, ce dernier étant daté par l’inscription Api3 de 192 apr. J.-C. dans sa phase 1 (avant le creusement d’une alcôve dans la paroi est du vestibule) 47. Malgré tout, les différences perceptibles entre T1, T3 et T11 témoignent d’une évolution qui se justifierait mieux avec 58 ans d’écart qu’avec 34 ans : un passage étroit entre les deux salles (T1/T3) qui devient très large (T11), des arcosolia en mitre (T1) ou plats (T3) qui disparaissent au profit de l’arc (T11), de même des autels et des lits funéraires en bas reliefs de T1 et T3 qui disparaissent également dans T11 48.

  • 49 Colledge 1994, p. 192.
  • 50 Healey 2006.
  • 51 Segal 1959, p. 37.

21La nouvelle datation de l’inscription Am7 (252 au lieu de 228) engendre également des répercutions : elle étend la longévité de l’école de mosaïque d’Édesse. La grande ressemblance entre les différents pavements exhumées avait conduit M. Colledge à donner à cette école une durée de vie très courte, d’une vingtaine d’année seulement, entre 218 et 238 49. Depuis, la découverte d’une nouvelle mosaïque datée sans ambiguïté par une inscription de l’an 505 de l’ère séleucide — soit 194 apr. J.-C. — a mis à mal la théorie 50. Le sujet de la mosaïque, Orphée jouant de la lyre et attirant à lui les bêtes sauvages, est identique à celui de la mosaïque Am7, bien que l’esthétique des deux créations diverge. Là encore, la datation selon l’ère locale d’Édesse élargit le champ chronologique de ce type d’iconographie. L’argument de l’existence d’une école de mosaïque ayant été active durant une courte période ne tenant plus, d’autres datations doivent être revues. La mosaïque Am8, qui présente une scène de banquet, était le plus souvent datée de 218, 228 ou 238. Elle comporte en effet une inscription en édessénien dont la date notée en toutes lettres est très fortement endommagée. Faire remonter l’époque de la mosaïque à une période encore plus ancienne, antérieure à 188, semble se confirmer par l’analyse paléographique. J. B. Segal évoquait d’ailleurs, sans trop y croire, la possibilité que le multiple illisible des centaines soit un quatre 51.

  • 52 Drijvers 1981 ; Drijvers 1982, p. 177-189.
  • 53 Segal 1983. 
  • 54 Cet Abgar est rapproché par J. Teixidor d’« Aelius Septimius Abgar roi fils de Maʿnū » du parchemin (...)
  • 55 Colledge 1994, p. 195.
  • 56 Millar 1993, p. 474 ; Dijkstra 1995, p. 256-258.
  • 57 Gawlikowski 1998, p. 427-428 ; Sartre 2001, p. 961-962, n. 12.
  • 58 Drijvers & Healey 1999, p. 39.

22Le prolongement manifeste de l’activité de l’école de mosaïque d’Édesse jusqu’au début des années 250 apr. J-C., par la nouvelle datation d’Am7, pourrait permettre de revoir l’identification de l’« Abgar » représenté sur une mosaïque non datée, celle de Barsimya (Am10). Han J. Drijvers voulut y reconnaître l’un des derniers rois d’Édesse, Abgar VIII le Grand, qui régna de 176 à 212 apr. J.-C. 52. J. B. Segal a toutefois remis en cause l’identification en raison de l’absence du diadème sur la mosaïque et du titre de roi dans l’inscription 53. Il suggérait alors d’identifier le roi Abgar X Prahates après sa déposition par les Romains en 242 apr. J-C 54. Chacune des identifications étant incompatible avec sa théorie chronologique, M. Colledge proposa de voir en l’Abgar de la mosaïque un simple notable 55. La plupart des chercheurs continuèrent malgré tout de penser qu’il s’agissait bien d’un membre de la famille royale. F. Millar ou K. Dijkstra optèrent pour le roi Abgar VIII 56. Finalement, H. J. Drijvers et J. Healey reconnaissaient effectivement Abgar VIII mais avant qu’il ne prenne le titre de roi, en 176, tout en admettant que cela obligeait à bousculer la chronologie des mosaïques. De son côté, M. Gawlikowski, soutenu par M. Sartre, propose de reconnaître Abgar X avant qu’il ne soit roi et, ainsi, de dater la mosaïque des quelques mois qui séparent la mort de Maʿnū le Pagriba de la restauration de son fils en 239 apr. J.-C. 57. Le laps de temps est assez court et, s’il est établi que l’école de mosaïque d’Édesse était en activité au moins jusqu’en 253 après J.-C., la proposition de J. B. Segal qui identifiait Abgar X après sa déposition en 242 apr. J.-C. est peut-être préférable, d’autant que H. J. Drijvers et J. Healey admettent que « [the] members of the [royal] family continued to hold important offices » 58. Si l’hypothèse n’a pas été suivie jusqu’à présent, c’est sans doute à cause de la théorie de M. Colledge, qui datait à tort toutes les mosaïques entre 218 et 238 apr. J.-C. Le préjugé a dû influencer H. J. Drijvers et J. Healey dans leur analyse du contexte historique :

  • 59 Drijvers & Healey 1999, p. 39.

« It is hardly imaginable that an Edessan noble during this turbulent period [à partir de 239] had a mosaic executed depicting Abgar, his lord and benefactor. Harran/Carrhae and Nisibis were at that time already captured by Ardashir. It is therefore not without solid reasons that the last known dated mosaic was executed in 238 and that the inscriptions from the second half of the third century are not preserved. There were probably none made or they were only made in small numbers. This was a period of continuous warfare between Romans and Persians. » 59

23La nouvelle datation des inscriptions Api9 et surtout Am7 permet de reconsidérer en partie l’opinion des deux chercheurs qui, dès lors, ne peut être valide qu’après le début des années 250 apr. J.-C. Elle renforce aussi l’analyse de M. Sartre :

  • 60 Sartre 2001, p. 962.

« Abgar (X) disparut [en 241 ou 242] et Édesse retrouva son statut de colonie, dirigée par deux stratèges sous l’autorité d’un résident romain: l’ancienne polis échappait au gouvernement monarchique qu’elle connaissait depuis trois siècles, pour retrouver une administration municipale. Cela n’impliquait aucun déclin de la ville : capitale provinciale, étape importante sur les routes conduisant de l’ouest vers l’Empire perse, Édesse jouit alors d’une prospérité sans égale, qui ne fut sans doute pas étrangère à l’épanouissement de la culture syriaque dont elle est le centre. On ne peut que rappeler que l’akmè de Bardesane correspond aussi à cette période de la mainmise romaine. » 60

  • 61 L’arrêt du monnayage romain à Édesse et dans la région après le règne de Trajan Dèce (251) n’est pe (...)

24Les sièges que les Perses ont fait subir aux habitants d’Édesse vers 254 et en 260, suivis d’un probable retrait du contrôle romain au profit des Sassanides entre 272 et 283, n’ont probablement pas favorisé la poursuite de la production de mosaïques funéraires 61. Dès lors, la datation suivant l’ère d’Édesse apporte un nouvel élément à prendre en compte dans la lecture de la date de l’inscription Am1. Ainsi, comme M. Colledge, nous estimons qu’il est préférable de lire ʾrbʿyn (« quarante ») au lieu de šbʿyn (« soixante-dix » En considérant l’ère d’Édesse, la mosaïque daterait alors de 253 apr. J.-C. et se situerait dans un contexte historique plus propice.

  • 62 Teixidor 1998, p. 433-436.
  • 63 Sartre 2001, p. 856-857, 927 : « Les mosaïques d’Orphée et du Phénix, qui ornent des tombes d’Édess (...)

25L’inscription de Tell Maġāra, dans la région de Tešrīn sur la rive gauche de l’Euphrate, doit aussi être datée selon l’ère de la libération d’Édesse. La représentation d’un phénix dans l’hypogée n’avait pas convaincu J. Teixidor que la tombe puisse être celle d’un chrétien 62. Le rajeunissement de l’inscription de près de 24 ans, en décembre 265 apr. J.-C., doit maintenant être pris en compte dans le débat 63.

  • 64 Speidel 2007. Pour Antioche, cf. Sodini 1988 ; Feissel 2000, p. 68-72 ; Butcher 2003, p. 235. À 20  (...)
  • 65 Gawlikowski 1998, p. 423 ; Sartre 2001, p. 617.
  • 66 Teixidor 1990, p. 155-156 ; Sartre 2001, p. 645 et 961. L’analogie entre Batnai et Marcopolis est c (...)
  • 67 Après Édesse et ses environs immédiats, Sumatar représente le second foyer des découvertes d’inscri (...)

26À l’image de l’ère d’Antioche qui permet de cerner l’étendue du territoire de la cité, il serait tentant de déduire de l’emploi de l’ère d’Édesse dans les inscriptions de Tell Maġāra et d’Apamée (Api9), à 60 km en amont sur l’Euphrate, que la limite occidentale du territoire d’Édesse était définie par le tracé du fleuve, du moins entre 250 et 265 apr. J.-C. 64. Cela surprend car les deux bornes de Kızılburç, datées de 195 et 205 apr. J.-C., indiquent que depuis 195 la nouvelle « province d’Osrhoène » (sic) s’étendait au moins de l’Euphrate jusqu’à cette ville située à 40 km à l’ouest d’Édesse où furent retrouvées les inscriptions. Autour d’Édesse subsistait encore un royaume contrôlé par un Abgar. La zone à l’orient immédiat de l’Euphrate correspondait sans doute au territoire de l’ancienne principauté de Batnai d’Anthémousia, qui fut annexée à la province d’Osrhoène avant d’être confiée à Abgar X, au moment où les attaques sassanides se portaient contre l’Empire romain. Le roi fit de la cité sa nouvelle capitale au dépend d’Édesse entre 239 et 241 65. La ville prit le nom de Marcopolis au plus tard sous Gordien III, après la destitution d’Abgar X 66. Or l’utilisation de l’ère d’Édesse par la cité de Marcopolis est attestée par le parchemin édessénien P3 (lignes 3 et 4) qui a été rédigé dans cette dernière ville. L’usage de l’ère locale en dehors d’Édesse résulte-t-il du fait que la cité des Abgars était la métropole de Batnai-Marcopolis ? Rien ne permet d’affirmer qu’un tel usage existait en dehors des documents administratifs. Il n’est pas encore possible de savoir si Apamée-sur-l’Euphrate et Tell Maġāra faisaient partie ou non du territoire d’Édesse. Par ailleurs, tous les documents datés selon l’ère de la libération, tout comme les inscriptions à deux chiffres, ont tous été retrouvés à Édesse même ou plus à l’ouest, entre le Balikh et l’Euphrate 67. Dans les années qui suivent la fin du règne de Septime Sévère, les villes orientales de Nisibe et Carrhes ont en effet été prises durant un temps par les troupes sassanides.

  • 68 Desreumaux & Caillou 1999, p. 355 ; Desreumaux, Gaborit & Caillou 1999, p. 95-96.

27L’inscription de Tell Maġāra, enfin, n’est peut-être pas la dernière à utiliser l’ère d’Édesse. En effet, l’inscription Api4 découverte à Apamée-sur-l’Euphrate, dans le même hypogée que l’inscription Api3 (T1), mentionne une restauration du tombeau en l’an 155. Le contexte archéologique s’accommoderait parfaitement d’une datation suivant l’ère locale d’Édesse, en 368 apr. J.-C. Toutefois, une telle possibilité a jusqu’à présent été jugée difficilement conciliable avec la paléographie. La présence d’un et d’un waw sur la première ligne, après la date rédigée en toute lettre, pourrait, selon A. Desreumaux, faire référence à l’ère des Grecs (ywnyʾ). Sans ajout d’un multiple précédent le mot « cent » (mʾʾ), la datation selon l’ère séleucide n’est pas recevable, tant du point de vue historique qu’épigraphique 68. La publication finale de la fouille et de l’inscription permettra sans doute de reconsidérer la question.

Figure 4.

Figure 4.

Les inscriptions édesséniennes avec date [carte de qualité insuffisante, à remplacer ou supprimer]

© S. Brelaud

  • 69 Dans la Chronique de Zuqnīn, le règne de Maʿnū Pagriba est concomitant de la mort de Caracalla, en (...)
  • 70 Chr. de Zuqnīn, p. 96. Elle ne rejoint pas l’histoire écrite par Jacques d’Édesse pour qui le royau (...)

28L’ère d’Édesse permet de résoudre un certain nombre d’anomalies épigraphiques. Elle pourrait aussi expliquer une anomalie historique. L’une des sources importantes pour retracer l’histoire des dynastes d’Osrhoène est la Chronique de Zuqnīn ou Chronique du Ps.-Denys de Tell-Mahré. Elle fut rédigée vers 775 lorsque l’ère de la libération d’Édesse avait totalement disparu, remplacée depuis plus de deux siècles par l’ère séleucide, dont l’usage avait été ancien en Osrhoène. La chronique donne une chronologie relative des règnes quasiment exacte mais la chronologie absolue, elle, est en avance d’environ 26 ans d’après l’estimation de F. Millar 69. L’auteur de la Chronique de Zuqnīn disposait vraisemblablement d’une liste des rois d’Édesse indiquant la durée de chaque règne. La liste originale devait s’arrêter en 238 apr. J.-C, c’est-à-dire au terme des 26 années du règne de Maʿnū Pagriba 70. Si l’événement fut daté en suivant l’ère d’Édesse, c’est-à-dire en 25 de la « libération », il est possible que l’auteur de la chronique du viiie s., ne connaissant plus l’ancienne ère, ait restitué (5)25 de l’ère séleucide, pensant qu’il s’agissait d’une « omission ». Dans le récit des derniers rois d’Édesse, la lacune à compléter ne pouvait être que « 500 ». Dès lors, le Ps.-Denys n’aurait plus eu qu’à soustraire la durée des règnes de chaque roi pour établir sa chronologie absolue :

  • 26 ans à partir de (5)25 de l’ère séleucide pour le début du règne de Maʿnū Pagriba ;
  • 1 an et 7 mois à partir de 499 pour le début du règne d’Abgar IX Severus ;
  • 35 ans à partir de 497 pour le début du règne d’Abgar VIII ;
  • 12 ans à partir de 463 pour le début du règne de Maʿnū fils d’Izatès ;
  • 2 ans à partir de 451 pour le début du règne de Waʾel fils de Sahrū ;
  • 24 ans à partir de 449 pour le début du règne de Maʿnū fils de Maʿnū.

29La chronique donne quatre dates absolues suivant l’ère d’Abraham. Si l’équivalence de l’ère d’Abraham est faite pour ces quatre dates avec l’ère séleucide, la coïncidence est quasi parfaite :

  • 424 pour le début du règne de Maʿnū fils d’Izatès (le calcul précédent donne 425) ;
  • 448 pour le début du règne de Waʾel, fils de Sahrū (le calcul précédent donne 449) ;
  • 463 pour le début du règne d’Abgar VIII (identique au calcul précédent) ;
  • 497 pour le début du règne Abgar IX Severus (identique au calcul précédent).
  • 71 Au viie s., Jacques d’Édesse mentionne une « ère des Édesséniens » qu’il fait commencer au même mom (...)

30La durée des règnes n’indiquant que les années complètes, sauf dans le cas d’Abgar IX Severus, une année de « rattrapage » doit nécessairement être ajoutée ponctuellement pour prendre en compte les mois non mentionnés et éviter ainsi de fausser le comput. Si cette année de rattrapage est ajoutée au règne de Maʿnū fils d’Izatès ou à celui de Waʾel fils de Sahrū, alors la correspondance devient parfaite. Il y a donc tout lieu de croire que l’anomalie chronologique de la Chronique de Zuqnīn provient, elle aussi, d’une méconnaissance de l’ère d’Édesse dont le souvenir ne s’est pas perpétué correctement 71.

Tableau 3.

  • 72 Drijvers & Healey 1999, p. 35-41.
Rois d’Édesse Éléments de chronologie des règnes fournis par la chronique Datation à rebours en partant de l’an 525 de l’ère séleucide Datation à rebours en partant de l’an 25 de l’ère d’Edesse Datation d’après les autres sources historiques72
Maʿnū Pagriba 26 ans 499-525 (187-213 ad) 212-238 ad c. 213-239 ad
Abgar IX Severus 1 an et 7 mois, début en 2203 de l’ère d’Abraham, soit 497 de l’ère séleucide 497-499 (185-187 ad) 210-212 ad c. 211-212 ad
Abgar VIII 35 ans, début en 2169 de l’ère d’Abraham, soit 463 de l’ère séleucide 463-497 (150/1-185 ad) 175-210 ad c. 176-211 ad
Maʿnū VIII fils de Maʿnū 12 ans 451-463 (138/9-150/1 ad) 163-175 ad c. 165-176/7 ad
Waʾel fils de Sahrū 2 ans, début en 2154 de l’ère d’Abraham, soit 448 de l’ère séleucide 449-451 (136/7-138/9 ad) 161-163 ad c. 162/3-164/5 ad
Maʿnū VII fils d’Izatès 24 ans, début en 2130 de l’ère d’Abraham, soit 424 de l’ère séleucide 425-449 (112/3-136/7 ad) 137-161 ad c. 139-162/3 ad

La Chronique de Zuqnīn et la chronologie des rois d’Édesse

  • 73 L’inscription de Babisqa (IGLS II, 555) est datée par sa partie grecque de 437 selon l’ère d’Antioc (...)

31En plus d’un siècle, le corpus des inscriptions édesséniennes et palmyréniennes s’est enrichi des éléments de comparaison suffisants pour mieux comprendre les systèmes de datation en usage dans l’Antiquité. Il restait à faire le lien entre l’ère attestée explicitement dans les parchemins découverts au xxe s. et celle des inscriptions du iiie s. dont les dates présentaient une anomalie. Le point de départ précis du nouveau calendrier reste inconnu, mais l’année de référence peut être restituée : 212/213, au moment où la ville est « libérée » par les Romains. Les changements chronologiques induits par la nouvelle datation peuvent apparaître limités — les inscriptions ne sont que légèrement moins anciennes — mais ils ne sont pas négligeables. Ils soulignent l’usage durable des ères civiles dans la région, au plus fort du conflit entre Romains et Sassanides. Les deux systèmes de datation se sont chevauchés un temps, avant que la datation en ère séleucide ne cède le pas à l’ère d’Édesse après le règne de Sévère Alexandre. Dès lors, l’ère d’Édesse est clairement celle utilisée dans la seconde moitié du iiie s. À partir du ve s., les inscriptions en araméen d’Édesse sont de nouveau datées en fonction de l’ère séleucide. Entre les deux, le ive s. reste une longue période silencieuse du point de vue de l’épigraphie. Il ne nous a livré que des indices maigres et jusqu’à présent très discutés 73.

Haut de page

Bibliographie

Aggoula (B.) 1991 Inventaire des inscriptions hatréennes (BAH 139), Paris.

Babelon (E.) 1904 Numismatique d’Édesse en Mésopotamie, Paris.

Balty (J.) & Briquel-Chatonnet (F.) 2000 « Nouvelles mosaïques inscrites d’Osrhoène », Mémoires et monuments 79, p. 31-72.

Beyer (K.) 1998 Die aramäischen Inschriften aus Assur: Hatra und dem übrigen Ostmesopotamien, Göttingen.

BMC G. F. Hill, A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum: Greek coins of Arabia, Mesopotamia and Persia, Londres, 1922.

Bowersock (G. W.) 2001 « Notes on the New Edessene Mosaic of Prometheus », Hyperboreus 7, p. 411-416.

Briquel-Chatonnet (F.) & Desreumaux (A.) 2004 « Les inscriptions syriaques de Turquie et de Syrie », F. Briquel-Chatonnet, M. Debie, & A. Desreumaux ( éd.), Les inscriptions syriaques, Études syriaques, 1, Paris, p. 15-27.

Briquel-Chatonnet (F.) & Desreumaux (A.) 2011 « Oldest Syriac Christian Inscription Discovered in North-Syria », Hugoye 14.1, p. 45-61.

Brock (S. P.) 1992 « Some Notes on Dating Formulae in Middle Aramaic Inscriptions and in Early Syriac Manuscripts », Z. Kapera (éd.), Intertestamental Essays in honour of Jozef Tadeusz Milik, Cracovie, p. 253-264.

Brock (S. P.) 2007 « A Further Funerary Mosaic Inscription from Osrhoene », Aram 18-19, p. 715-721.

Brock (S. P.) 2009 « Edessene Syriac inscriptions in late antique Syria », H. M. Cotton et al. (éd.), From Hellenism to Islam. Cultural and Linguistic Change in the Roman Near East, Cambridge, p. 289-302.

Brock (S. P.) 2012 « Dating Formulae in Syriac Inscriptions and Manuscripts of the 5th and 6th centuries », G. Kiraz, & Z. Al-Salameen (éd.), From Ugarit to Nabataea. Studies in Honor of John F. Healey (Gorgias Ugaritic Studies 6), Piscataway, p. 85-106.

Butcher (K.) 2003 Roman Syria and the Near East, Londres.

Caillou (J.-S.) 1999 La nécropole d’Apamée-sur-l’Euphrate. Rapport préliminaire de la première campagne de fouilles en 1998, mémoire de DEA, Université de Paris IV-Sorbonne (inédit).

Caillou (J.-S.) & Desreumaux (A.) 2003 « Les hypogées d’Apamée-sur-l’Euprate », Concepteurs et conception d’espaces souterrains, Bulletin spécial du Cercle historique d’Auxi-le-Château 2, p. 153-166.

Cantineau (J.) 1938 « Tadmorea suite », Syria 19/1, p. 72-82.

CIS J.-B. Chabot, Corpus Inscriptionum Semiticarum, pars secunda inscriptiones aramaicas continens, 3, Paris, 1926.

Chr. de Zuqnīn J.-B. Chabot, Incerti Auctoris Chronicon Pseudo-Dionysianum vulgo dictum I, (CSCO 121), Louvain, 1949.

Clermont-Ganneau (C.) 1885 « Rapport sur une mission en Palestine et en Phénicie entreprise en 1881. Cinquième rapport », Archives des Missions scientifiques et littéraires, 3e série, 11, p. 157-251.

Colledge (M. A. R.) 1994 « Some remarks on the Edessa Funerary Mosaics », J.-P. Darmon & A. Rebourg, La mosaïque gréco-romaine IV. Actes du IVe colloque international pour l’étude de la mosaïque antique, Vienne, p. 189-197.

Debié (M.) 1998 « Temps linéaire, temps circulaire : chronologie et histoire dans les chroniques syriaques », Antiquités sémitiques 3, p. 177-196.

Debié (M.) 2015 L’écriture de l’histoire en syriaque, Transmissions interculturelles et constructions identitaires entre hellénisme et islam (Late Antique History and Religion 12), Louvain.

Desreumaux (A.) & Caillou (J.-S. ) 1999 « Fouilles de la nécropole d’Apamée », C. Abadie-Reynal et al., Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate. Rapport préliminaire de la campagne de fouilles de 1998 (Anatolia Antiqua 7), Paris, p. 351-366.

Desreumaux (A.), Gaborit (J.) & Caillou (J.-S.) 1999 « Nouvelles découvertes à Apamée d’Osrhoène », CRAI 143/1, p. 76-105.

Dijsktra (K.) 1995 Life and Loyalty. A Study in the Socio-Religious Culture of Syria and Mesopotamia in the Graeco-Roman Period Based on Epigraphical Evidence, Leyde.

Drijvers (H. J. W.) 1972 Old Syriac (Edessean) Inscriptions, Leyde.

Drijvers (H. J. W.) 1981 « Ein neuentdecktes Edessenisches Grabmosaik », Antike Welt 12, p. 17-20.

Drijvers (H. J. W.) 1982 « A Tomb for the Life of a King. Recently discovered Edessene Mosaic with a Portrait of King Abgar the Great », Le Muséon 95, p. 167-189.

Drijvers (H. J. W.) & J. F. Healey 1999 The Old Syriac Inscriptions of Edessa & Osrohene. Texts, Translations and Commentary (HdO I,42), Leyde.

Dura-Europos 1959 C. B. Welles et al., The Excavations at Dura-Europos, Conducted by the Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters, Final Report V, I, The Parchments and Papyri, Yale, 1959.

Duval (R.) 1881 Traité de grammaire syriaque, Paris.

Duval (R.) 1892 Histoire politique, religieuse et littéraire d’Édesse jusqu’à la première croisade, Paris.

Ergeç (R.) 2003 Nekropolen und Gräber in der südlichen Kommagene (Asia Minor Studien 47), Bonn.

Feissel (D.) 2000 « Ères locales et frontières administratives dans le Proche-Orient protobyzantin », K. Belke et al. (éd.), Byzanz als Raum, Vienne, p. 65-74.

Gaborit (J.) 2012 La vallée engloutie. Géographie historique du Moyen-Euphrate, 2, Catalogue des sites, Beyrouth.

Gawlikowski (M.) 1998 « The Last Kings of Edessa », VIIth Symposium Syriacum 1996, (Orientalia Christiana Analecta 256), Rome, p. 421-428.

Gutschmid (A. von) 1887 Untersuchungen über die Geschichte des Königreichs Osroëne, Saint-Petersbourg.

Healey (J. F.) 2006 « A New Syriac Mosaic Inscription », Journal of Semitic Studies 51/2, p. 313-327.

Kugener (M. A.) 1907 « Une inscription syriaque de Biredjik », Rivista degli Studi Orientali 1, p. 587-594.

Lagrange (M. J.) 1905 « Chronique : Deux bustes palmyréniens », Revue Biblique 14, p. 266-268.

Land (J. P. N.)1862 Anecdota syriaca, Leyde.

Luther (A.) 1999 « Das Datum des Orpheus-Mosaiks aus Urfa », Die Welt des Orients 30, p. 129-137.

Luther (A.) 2010 « Osrhoener am Niederrhein. Drei altsyrische Graffiti aus Krefeld-Geellep (und andere frühe altsyrische Schriftzeugnisse) », Marburger Beiträge zur antiken Handels-, Wirtschafts- und Sozialgeschichte 27, p. 11-30.

Mahieu (B.) 2012 Between Rome and Jerusalem. Herod the Great and His Sons in Their Struggle for Recognition, Louvain.

Millar (F.) 1993 The Roman Near East, Londres.

Oppenheim (M. von) 1901 « Bericht über eine im Jahre 1899 ausgeführte Forschungsreise in der Asiatischen Türkei », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin 36, p. 69-99.

PAT D. R. Hillers & E. Cussini, Palmyrene Aramaic Texts, Baltimore, 1996.

Parlasca (K.) 1983 « Neues zu den Mosaiken von Edessa und Seleukeia am Euphrat », R. Farioli Campanati, III Colloquio internazionale sul mosaico antico, Bologne, p. 227-234.

Renan (E.) 1883 « Deux monuments épigraphiques d’Édesse », Journal asiatique 8e série, 1, p. 246-251.

Ross (S. K.) 1993 « The Last King of Edessa: New Evidence from the Middle Euphrates », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 97, p. 187-206.

Ross (S. K.) 2001 Roman Edessa, Politics and Culture on the Eastern Fringes of the Roman Empire, 114-242 ce, Londres.

Sartre (M.) 2001 D’Alexandre à Zénobie, Paris.

Salman (B.) 2008 « Family, Death and Afterlife According to Mosaics of the Abgar Royal Period in the Region of Osroene », Journal of Mosaic Research 1-2, p. 103-115.

Segal (J. B.) 1959 « New Syriac Inscriptions from Edessa », BSOAS 22, Londres, p. 23-40.

Segal (J. B.) 1970 Edessa, The Blessed City, Oxford.

Segal (J. B.) 1983 « A Note on a Mosaic of Edessa », Syria 60, p. 107-110.

Smith (W.)1854 Dictionary of Greek and Roman Geography, Londres.

Sodini (J.-P.) 1988 « Géographie historique et liturgie : l’opposition entre Antiochène et Apamène », H. Ahrweiler (dir.), Géographie historique du monde méditerranéen, Paris.

Speidel (M. A.) 2007 « Ein Bollwerk für Syrien. Septimius Severus und die Provinzordnung Nordmesopotamiens im dritten Jahrhundert », Chiron 37, p. 181-210.

Taylor (D. G. K.) 2001 « An Annotated Index of Dated Palmyrene Aramaic Texts », JSS 46, 2, p. 203-219.

Teixidor (J.) 1989 « Les derniers rois d’Édesse d’après deux nouveaux documents syriaques », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 76, p. 218-222.

Teixidor (J.) 1990 « Deux documents syriaques du iiie siècle ap. J.-C. provenant du Moyen Euphrate », CRAI 134/1, p. 144-163.

Teixidor (J.) 1992 « Un document syriaque de fermage de 242 ap. J.-C. », Semitica 41-42, p. 195-208.

Teixidor (J.) 1998 « Inscripciòn siriaca de hipogeo de Tell Magâra », A. Gonzàlez Blanco & G. Matilla Séiquer (éd.), Romanizacion y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, p. 433-436.

Torrey (C. C.) 1935 « A Syriac Parchment from Edessa of the Year 243 ad », Zeitschrift für Semitistik und verwandte Gebiete 10, p. 33-45.

Haut de page

Notes

1 Cf. Brock 2009 et 2012 pour une synthèse sur les inscriptions édesséniennes et sur les ères utilisées dans les inscriptions araméennes, avec une liste des inscriptions du ier s. au milieu du viie s. apr. J.-C. Sans autre précision, les références des inscriptions édesséniennes mentionnées dans notre article sont celles de Drijvers & Healey 1999.

2 Sur l’emploi de l’ère séleucide à Édesse, cf. Ross 1993, p. 202-206.

3 Trois documents ont été datés selon cette ère : les deux parchemins P1 et P3 qui le sont explicitement et, sur proposition de Luther 1999, la datation est envisagée pour l’inscription de la mosaïque Am7.

4 Caillou 1999, p. 32-35 ; Luther 1999 ; Caillou & Desreumaux 2003. L’article d’A. Luther n’a été pris en compte dans aucune des publications sur le sujet : Balty & Briquel-Chatonnet 2000 ; Feissel 2000 ; Ross 2001 ; Bowersock 2001 ; Briquel-Chatonnet & Desreumaux 2004 ; Healey 2006 ; Brock 2007, 2009 et 2012. Il est seulement mentionné en note par Salman 2008, p. 112, n. 11. A. Luther démonte méthodiquement le cas de l’omission du signe « 500 » et donc de sa valeur numérique, mais ne rejette pas totalement le principe de l’omission dans les inscriptions. La référence aux inscriptions à deux chiffres du corpus palmyrénien mérite d’être poursuivie car des inscriptions importantes avaient été omises.

5 Duval 1881, p. 14. Dans la terminologie de R. Duval les inscriptions syriaques désignent à la fois les documents gravés durant les périodes païenne et chrétienne. Duval 1892, chap. vi. Depuis, une distinction a été établie entre les inscriptions édesséniennes, qui précédent la christianisation de la région, et les inscriptions syriaques, qui apparaissent à partir du ve s. Cf. Briquel-Chatonnet & Desreumaux 2011.

6 Dans les manuscrits syriaques, l’omission du chiffre 500 a été rejetée par A. Luther en discutant l’interprétation autour du signe ÷ de J. P. Land qui a dû inspirer R. Duval. Déjà J. P. Land appuyait son argumentation sur un nombre de documents limité : les manuscrits médiévaux syriaques de la collection du British Museum. Luther 1999, p. 134-135.

7 Pour une histoire des recherches sur les inscriptions syriaques, cf. Briquel-Chatonnet & Desreumaux 2004, p. 15-17.

8 Drijvers & Healey 1999, p. 160. L’histoire de la découverte et de la publication de l’inscription peut être reconstituée par les dates écrites sur le relevé et par les articles de Renan 1883 et Clermont-Ganneau 1885. Relevé à Urfa/Édesse en juillet 1881, le dessin de l’inscription fut donné en novembre de la même année à Charles Clermont-Ganneau qui se trouvait alors à Jaffa. Celui-ci partit pour la France le 31 décembre et ne confia le relevé de l’inscription et le soin de la déchiffrer à E. Renan qu’après une conférence que ce dernier avait donnée à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres le 10 novembre 1882. L’inscription fut publiée l’année suivante.

9 Tous les chercheurs considèrent que les inscriptions édesséniennes datées simplement par des dizaines et unités sont victimes de l’omission de la mention du ve s. Cf. Segal 1959, p. 32, n. a, 36 n. a ; Segal 1970, p. 27-28, n. 4, pl. 44 ; Drijvers 1972, p. 44 ; Brock 1992, p. 256 ; Desreumaux & Caillou 1999, p. 363 ; Desreumaux, Gaborit & Caillou 1999, p. 97 ; Drijvers & Healey 1999, p. 62.

10 D’après l’inventaire de Drijvers & Healey 1999, complété par Healey 2006. L’inscription Bm1 est datée, mais seulement par le grec.

11 Sur les formulaires de datation, cf. Brock 1992 et 2012. Il ne prend pas en compte les inscriptions Am8 et As 41.

12 Cf. Kugener 1907 ; Drijvers & Healey 1999 ; Luther 2010.

13 Oppenheim 1901.

14 Segal 1959 ; Drijvers & Healey 1999, p. 180-183 ; Brock 2007. Il a été souvent considéré que le multiple des centaines devait être un cinq. J. B. Segal concéda la lecture d’un quatre (ce qui pourrait faire remonter l’inscription au début du iie s.), mais penchait plutôt pour une datation en 277/8 apr. J.-C. (589 de l’ère séleucide). La datation ultime a été préférée par H. J. Drijvers qui propose aussi 218, 228 ou 238 apr. J.-C. (entre 529 et 549 de l’ère séleucide).

15 Colledge 1994, p. 192.

16 Drijvers & Healey 1999, p. 62.

17 Desreumaux, Gaborit & Caillou 1999, p. 97.

18 Drijvers & Healey 1999, p. 178. Nous corrigeons la lecture du dernier mot de l’inscription.

19 Drijvers & Healey 1999, p. 4, n. 2 et p. 160-162.

20 Teixidor 1998, p. 433-436 ; Gaborit 2012, p. 280.

21 Brock 1992 et Luther 1999 n’en mentionnent que deux (Am7, As9).

22 Luther 1999, p. 134-135.

23 Chiffres syriaques, pour la lecture, cf. fig. 2 : ÷ 33-III, équivaut aux chiffres arabes : 500 +20 etc.

24 Le système complexe de combinaison des signes est rappelé par R. Duval. L’historien français reprenait lui-même J. P. Land qui avait proposé l’omission du signe ÷ « 500 » pour comprendre le chiffre 800 identique à celui de 300. Les attestations sont en fait très peu nombreuses dans des manuscrits du vie et du viie s., avant que l’usage des lettres pour signaler les chiffres ne se répande. Land 1862, p. 95, table xxv ; Duval 1881, pl. xv. L’hypothèse est rejetée par Luther 1999, p. 134-135. Ce dernier propose d’interpréter les signes 600, 700, 800 comme des évolutions typographiques du signe utilisé pour 500.

25 La première inscription édessénienne dont la date est écrite en toutes lettres est Api3 (192 apr. J.-C.). Elle pourrait avoir été précédée par Am8, mais la lecture de la date pose problème. À Palmyre, l’écriture en toutes lettres des dates se constate dès 159 apr. J.-C. Elle est en proportion bien moins importante qu’en Osrhoène.

26 Sur le parchemin P1 où certains nombres sont écrits en chiffres/signes araméens (notamment 28 et 700), on constate ainsi que des ligatures aléatoires sont présentes sur les barres verticales servant à écrire « 7 » et « 8 » sans quoi les chiffres seraient difficilement distinguables. En effet, il est plus simple de compter huit barres de cette manière HIIHII que de celle-ci IIIIIIII. Ce type de ligature étant inconcevable dans les inscriptions, on imagine les difficultés. Cf. les clichés accompagnant l’article de Torrey 1935 et Dura-Europos 1959, pl. 69.

27 Cf. CIS 1876.

28 Cf. PAT. Nous insistons sur la nécessité de prendre en compte la question des systèmes de datation dans les recueils d’inscriptions palmyréniennes. Cela a été souligné et commencé par Taylor 2001. L’effort sera sans doute repris au cours du WPAIP (Wisconsin Palmyrene Aramaic Inscription Project).

29 Nous ne considérons ici que les dates se référant clairement à une année, associée ou non à un mois. Sur 2 832 inscriptions recueillies dans le PAT, D. Taylor a relevé 668 dates, en intégrant 108 inscriptions dans lesquelles les dates sont très fragmentaires puisque pour, 56 d’entre elles, les années ne sont pas précisées. Taylor 2001, p. 209-219. Nous ajoutons une inscription omise à la fois dans le recueil de D. R. Hillers et E. Cussini et dans l’article de D. Taylor : Cantineau 1938, Tad, 28c, p. 75. Il s’agit pourtant d’un bel exemple d’une date à deux chiffres, sise dans une inscription sans lacune en l’honneur du notable bien connu, Marcus Ulpius Yarḥai : « ṣlm ʾlpys mrqs yrḥy br/ ḥyrn ʾbgr dy ʾqym lh/ ḥdwdn br ḥdwdn prmwn bdyl/ dy ʿdrh bkrk myšn lyqrh/ byrḥ sywn šnt 20+20+20+10 ».

30 Jusqu’à présent, l’ajout du chiffre des centaines a été admis pour seize inscriptions, à savoir, dans l’ordre chronologique proposé par D. Taylor, PAT 1871, 0002, 0320, 0183, 0915, 1582, 1397, 0613, 0818, 0721, 0923, 0888, 1676, 1625, 0151 ; auxquelles il faut ajouter l’inscription précédemment évoquée, Tad 1938, 28c (sywn (4)70). Trois autres inscriptions sont plus discutées. Les deux dates de 69 et 45 respectivement des inscriptions PAT 209C et PAT 0602 peuvent également signifier l’âge du défunt. Quant à PAT 1608, ce sont à la fois les centaines et les dizaines qui posent problème. Il peut s’agir de la simple restitution d’un signe endommagé et non omis.

31 Seule PAT 209C pourrait dater du ier s. si l’on considère que les deux chiffres indiquent une année et non l’âge du défunt. Avec ajout de la valeur 300, la date correspond à 57/8 apr. J.-C., Taylor 2001, p. 207, 218.

32 Pour PAT 0888, la datation selon l’ère séleucide (4)92 est préférée à (5)92 par Taylor 2001, p. 214. Cela réduit donc le champ chronologique des inscriptions à deux chiffres.

33 On en compte six datées entre 122 et 239/248 apr. J.-C. PAT 0525, 0526, 0555, 1359, 1382 et 1624.

34 Neuf cas ont été relevés par Taylor 2001, p. 206, avec des écarts parfois de dix ans. L’inscription PAT 2764 est particulièrement frappante puisqu’en palmyrénien, les centaines et dizaines sont bien notées (« 460+ », les unités n’ont pas été conservées), tandis qu’en grec, seules les unités sont inscrites (le chiffre 7). Il a été suggéré que les centaines et les dizaines aient été omises, pour une raison inconnue. L’idée d’une ère propre à Palmyre avait été proposée par Lagrange 1905, mais jusqu’à présent systématiquement rejetée.

35 Le système de datation nabatéen se fait uniquement par règnes. Les années séleucides ne sont pas utilisées. Pour une chronologie des règnes des rois de Pétra récemment corrigée, cf. Mahieu 2012, p. 17. En revanche à Ḥaṭra, 57 inscriptions avec une date sont connues. Elles se réfèrent toutes à l’ère séleucide. Cf. Aggoula 1991 et Beyer 1998. Aucune inscription avec date ne comporte d’omission. Sept fois, le chiffre des centaines a été restitué de façon très probable (12,3 % du total). Onze inscriptions seulement ne mentionnent ni mois ni jour. Parmi elles, certaines sont peu lisibles.

36 Pour les parchemins, cf. infra. L’existence d’une ère locale à Édesse dans le courant du iiie s. constitue, en soi, un des arguments d’A. Luther pour rejeter l’omission du chiffre 500. La confusion serait grande en effet, au cours de la même période, entre deux systèmes notant des dates à deux chiffres : l’un selon l’ère locale, l’autre selon l’ère séleucide avec omission du chiffre des centaines. Luther 1999, p. 136.

37 Torrey 1935 ; Teixidor 1989, 1990 et 1992.

38 Contrairement aux trois autres computs, l’ère chrétienne n’est évidemment pas présente sur les documents.

39 Nous suivons la numérotation des rois d’Édesse qui ne prend pas en considération le règne d’un Abgar entre 165 et 167 — contrairement à Gutschmid 1887. Abgar le Grand ayant régné entre 179 et 212 est le huitième à porter ce nom. Gawlikowski 1998 ; Ross 1993.

40 P3 : « […] au mois de septembre de l’an 5/53 du comput ancien, l’an 30 de la libération de l’illustre Edessa Antoniana/Colonia, Metropolis Aurelia Alexandria, (etc) ». P1 : « au mois d’Iyār, de l’année/ 554 de l’ancien calendrier, et l’an 31 de la libération/ d’Antoniana Edessa la glorieuse, Colonia, Metropolis Aurelia Alexandria, (etc.) ». Teixidor 1990 et 1992, p. 204 ; Drijvers & Healey 1999, p. 232-236, 243-248.

41 Gawlikowski 1998, p. 425.

42 Dion Cassius, LXXVII, 12.

43 BMC 1922, p. civ-cv ; Millar 1993, p. 476.

44 Luther 1999, p. 136-137 : « Wir würden in diesem Falle [l’interprétation de la date 39 dans la mosaïque d’Orphée (Am7) par l’ère de la libération] nicht das Jahr 227/8, sondern das Jahr 252 erhalten. Dies wäre zugleich der m.W. späteste Beleg für die Verwendung dieser ‘kolonialen’ Lokalära und zugleich der erste Beleg für eine Verwendung dieser Ära ausserhalb des edessenischen Urkundenwesens. »

45 Parlasca 1983, p. 227-229, ne voyait pas de difficulté à dater les mosaïques entre 224 et 269, sans avoir à se justifier.

46 Segal 1959, p. 37 ; Drijvers 1999, p. 176-177, 180-185. La présence d’un multiple des centaines, d’un chiffre pour les dizaines et d’un autre pour les unités est le seul élément certain de cette inscription. Un « neuf » pour les unités a été lu par les éditeurs, mais la lecture n’est pas indiscutable. Si l’on s’accorde pour identifier un « cinq » comme multiple des centaines, il faut rejeter toute équivalence avec les dates de 198 et 208 apr. J.-C., respectivement 509 et 519 de l’ère séleucide.

47 Desreumaux & Caillou 1999 ; Desreumaux, Gaborit & Caillou 1999, p. 87-101 ; Caillou & Desreumaux 2003.

48 Les caractéristiques de T11 se retrouvent dans de nombreux hypogées de la nécropole de Doliché, mais pas celles propres à T1 et T3. Caillou & Desreumaux 2003 ; Ergeç 2003.

49 Colledge 1994, p. 192.

50 Healey 2006.

51 Segal 1959, p. 37.

52 Drijvers 1981 ; Drijvers 1982, p. 177-189.

53 Segal 1983. 

54 Cet Abgar est rapproché par J. Teixidor d’« Aelius Septimius Abgar roi fils de Maʿnū » du parchemin P2, tandis qu’E. Babelon, suivant la chronologie du Ps.-Denys de Tell-Mahré corrigée par Gutschmid 1887, datait son règne entre 242 et 244, après l’expédition orientale de Gordien III. Babelon 1904, p. 77 ; Teixidor 1992 ; Drijvers 1999, p. 238.

55 Colledge 1994, p. 195.

56 Millar 1993, p. 474 ; Dijkstra 1995, p. 256-258.

57 Gawlikowski 1998, p. 427-428 ; Sartre 2001, p. 961-962, n. 12.

58 Drijvers & Healey 1999, p. 39.

59 Drijvers & Healey 1999, p. 39.

60 Sartre 2001, p. 962.

61 L’arrêt du monnayage romain à Édesse et dans la région après le règne de Trajan Dèce (251) n’est peut-être pas sans rapport avec ces événements.

62 Teixidor 1998, p. 433-436.

63 Sartre 2001, p. 856-857, 927 : « Les mosaïques d’Orphée et du Phénix, qui ornent des tombes d’Édesse au début du iiie siècle, témoignent sans aucun doute d’une espérance en une vie au-delà de la mort, voire d’un retour à la vie. Mais à qui appartiennent les tombes ? Païens, Juifs ou chrétiens peuvent également y prétendre. »

64 Speidel 2007. Pour Antioche, cf. Sodini 1988 ; Feissel 2000, p. 68-72 ; Butcher 2003, p. 235. À 20 km au sud, le site d’Al-Masʿūdiyya a livré une mosaïque avec inscription (Bm1) qui semble comporter une date rédigée en grec dont la lecture est difficile (la présence d’un φ pour compter les centaines n’est pas certaine). Il s’agirait de 539 de l’ère séleucide, à savoir 227/228 apr. J.-C. Comme nous l’avons vu, l’utilisation de l’ère séleucide avant les années 240 après J.-C. est tout à fait possible dans le territoire d’Édesse. L’inscription apporte donc peu d’information sur l’étendue du territoire de la cité. Millar 1993, p. 472 ; Drijvers & Healey 1999, p. 200-201 ; Gaborit 2012, p. 304-305.

65 Gawlikowski 1998, p. 423 ; Sartre 2001, p. 617.

66 Teixidor 1990, p. 155-156 ; Sartre 2001, p. 645 et 961. L’analogie entre Batnai et Marcopolis est confirmée par l’Itinéraire antonin qui indique Mart (mauvaise lecture pour Marc) Batnai, ce qui n’a pas toujours été bien compris. Cf. Smith 1854 : « The Antonine Itinerary places it at 10 M. P. from Edessa; the unintelligible affix of “Mart” to the name being, according to Wesseling, an abbreviation of “Municipium.” » Les monnaies frappées sous Caracalla, peut-être à la suite de son passage dans la ville, n’indiquent pas encore le nom de Marcopolis ce qui renforce l’idée que celui-ci est apparu plus tard, sous Gordien III. BMC 1922, p. 81.

67 Après Édesse et ses environs immédiats, Sumatar représente le second foyer des découvertes d’inscriptions édesséniennes. Mais les dates conservées ou le contexte archéologique cantonnent les 29 inscriptions de Sumatar au iie s. Drijvers & Healey 1999, p. 87-139.

68 Desreumaux & Caillou 1999, p. 355 ; Desreumaux, Gaborit & Caillou 1999, p. 95-96.

69 Dans la Chronique de Zuqnīn, le règne de Maʿnū Pagriba est concomitant de la mort de Caracalla, en 2233 d’Abraham (216 apr. J.-C.). Or, la royauté abgarienne est attestée jusqu’aux années 240. À partir des parchemins du moyen Euphrate et de la numismatique osrhoénienne, on considère aujourd’hui que ce Maʿnū n’a pas réellement régné et fut le père d’Abgar X Prahates qui monta sur le trône autour de 238/240. Millar 1993, p. 473, 560-561 ; Gawlikowski 1998, p. 423, 425.

70 Chr. de Zuqnīn, p. 96. Elle ne rejoint pas l’histoire écrite par Jacques d’Édesse pour qui le royaume des Abgars prit fin en « 560 des Grecs » (248/9 ad). Chronica Minora, 3 (CSCO 5), 1905, p. 281-282 (syr.) et (CSCO 6), 1905, p. 211-212 (lat.).

71 Au viie s., Jacques d’Édesse mentionne une « ère des Édesséniens » qu’il fait commencer au même moment que l’ère des Grecs, c’est-à-dire lors de la première année du règne de Séleucos. Il n’est plus fait mention d’une quelconque « libération » de la ville. Chronica Minora, 3 (CSCO 5), 1905, p. 272, 279-280 (syr.) et (CSCO 6), 1905, p. 205, 210 (lat.). Par ailleurs, M. Debié relève qu’une tradition proprement édessénienne date la naissance du Christ de l’année 309 des Grecs au lieu de la date plus répandue de 312 après la victoire de Séleucos. Elle propose d’y voir la trace d’un comput spécifique, hérité de la période monarchique. Eusèbe de Césarée et plus tard Michel le Syrien mentionnent également un comput spécifique aux Édesséniens, sans toutefois le désigner sous le vocable d’ère. Debié 1998, p. 185-186 ; Debié 2015, p. 168, 267-268.

72 Drijvers & Healey 1999, p. 35-41.

73 L’inscription de Babisqa (IGLS II, 555) est datée par sa partie grecque de 437 selon l’ère d’Antioche (389 apr. J.-C.). Elle est très occidentale par rapport aux inscriptions édesséniennes qui la précèdent. Elle ne comporte visiblement qu’un mot : asb- ou yaʿqob. Brock 2012. S’il faut retenir l’ère d’Édesse pour dater l’inscription d’Apamée-sur-l’Euphrate Api4, celle-ci serait l’unique autre inscription avec date du ive s.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Mosaïque avec inscription Am1 (d’après le relevé de 1881, Drijvers & Healey 1999, p. 47)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Figure 2.
Légende Les chiffres palmyréniens (a) et « syriaques » (b) (d’après Duval 1881, pl. xv)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Figure 3.
Légende Mosaïque avec inscription Am8 (d’après Drijvers & Healey 1999, pl. 54)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 4.
Légende Les inscriptions édesséniennes avec date [carte de qualité insuffisante, à remplacer ou supprimer]
Crédits © S. Brelaud
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/4597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sylvain Caillou et Simon Brelaud, « L’ère de la libération d’Édesse »Syria, 93 | 2016, 321-338.

Référence électronique

Jean-Sylvain Caillou et Simon Brelaud, « L’ère de la libération d’Édesse »Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/4597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.4597

Haut de page

Auteurs

Jean-Sylvain Caillou

Institut français du Proche-Orient

Articles du même auteur

Simon Brelaud

Université de Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search