Navigation – Plan du site
Dossier : L'eau dans la ville antique

Le complexe du bain du monastère de Saint Hilarion à Umm el-‘Amr, première synthèse architecturale

René Elter et Ayman Hassoune
p. 129-144

Résumés

Le site archéologique de Umm el-‘Amr s’étend sur le territoire de la municipalité de Nuseirât, à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Gaza (Palestine). Il se développe sur la ligne de dunes parallèle à la côte. La destruction prévisible du site par la mise en chantier d’un projet immobilier a entraîné une fouille systématique et extensive des vestiges menée par le service des Antiquités de Gaza dès 1997. Les découvertes se sont révélées exceptionnelles. Elles se composent d’un monastère d’époque byzantine, dédié à saint Hilarion et dont la chronologie s’échelonne du ive siècle au VIIIe siècle après J.-C. Le site couvre quelques hectares et regroupe également, au-delà des infrastructures du monastère (églises, cloître, crypte), un établissement de bain de vapeur. Le complexe du bain est reconstruit et transformé entre le vie siècle et la fin de la période omeyyade.

Haut de page

Texte intégral

La fouille de Umm el-‘Amr1

  • 1 Ont également participé à la mission Ahmad Abd el-Rhadan, Mohammad Ali, Abd el-Aziz Midan, Fadel el (...)
  • 2 Elter & Hassoune 2005, p. 13-40.
  • 3 Sadek 1999a, p. 46-65. Les articles consacrés à Umm el-‘Amr sont p. 57 et p. 64-65. Le détail et le (...)
  • 4 Sadek 1999b, p. 215 : « we suggest that the ruins of Thabatha are located on Tell Umm’Amir between (...)

1Exploré à plusieurs reprises depuis le milieu du xixe s., comme l’indique la littérature2, le site de Umm el-‘Amr était devenu une “carrière” d’antiquités (d’objets archéologiques et de blocs architecturaux) jusqu’au début des années 1990. Au courant de l’hiver 1991-92, une fouille menée par le département israélien des Antiquités avait livré « un grand nombre de vestiges byzantins (colonnes et bases en marbre, chapiteaux corinthiens, monnaies, ruines en grès et en calcaire, objets de toutes sortes […], un pavement en mosaïque d’une église […] en partie endommagé […], sa décoration composée d’éléments géométriques et floraux). Une inscription en grec, datée de 539 ap. J.-C. fut également découverte. Le sol à l’extérieur de l’église était pavé de dalles de marbre, et au nord-ouest du pavement, se trouvait un cimetière d’époque byzantine. L’église se trouve au centre d’un ensemble de vestiges archéologiques appartenant à un village byzantin couvert sur une surface (100 000 m2) de céramique, de verre et de ruines en pierre »3. Puis en 1997, suite au développement d’un projet de lotissement sur la dune littorale, le service des Antiquités de Gaza, dans la suite de la mise en place de l’Autorité nationale palestinienne, a mené une fouille systématique de sauvetage. Elle permit d’étendre les limites au sud et sud-est du site mis au jour cinq ans plus tôt. Dans un premier temps, au moins jusqu’en 1999, l’église et l’ensemble des vestiges ne furent pas attribués à ceux d’un monastère, mais furent alors interprétés, non à tort, comme ceux d’une agglomération : Thauatha. Cette localité attestée par la carte de Madaba4 est également le lieu de naissance de l’ermite Hilarion. Deux ans plus tard, la réalité du terrain s’est avérée différente et plus complexe. Les travaux du Service des Antiquités ont livré deux ensembles architecturaux distincts. L’un situé autour de l’église mise au jour entre 1991-92, l’autre en contrebas à 150 m au nord-est du premier.

  • 5 Le Département d’archéologie de l’EBAF est dirigé par Jean-Baptiste Humbert que nous remercions pou (...)
  • 6 La mission de coopération a été invitée par la direction des Antiquités et du Tourisme de Palestine (...)

2Devant l’étendue et la complexité des vestiges, le Ministère du Tourisme et des Antiquités de Palestine a invité une équipe française dans le cadre de la Mission de coopération archéologique franco-palestinienne de Gaza, dirigée par l’école biblique et archéologique française de Jérusalem5 et soutenue par le Consulat général de France à Jérusalem. Le principal partenaire français est l’Institut national de recherches archéologiques préventives qui, depuis 20026, assure, en vue de leur publication, l’étude complète des vestiges avant restauration et mise en valeur.

3Aujourd’hui les premiers résultats permettent d’affirmer que le premier ensemble est un monastère développé autour d’un sanctuaire. Le second est identifié comme romano-byzantin, et peut correspondre à une exploitation agricole.

Hilarion ou le périple du père du monachisme palestinien

  • 7 Les textes tirés la Vie d’Hilarion proviennent des traductions et notes de Labriolle 1907, p. 31-71 (...)
  • 8 Labriolle 1907, p. 40, dans sa traduction, écrit « entre la mer et les marais ».
  • 9 Miniac 1992, p. 91 : « Alors qu’il se rendait au désert de Cadès pour visiter l’un de ses disciples (...)

4La Vie d’Hilarion est connue par le récit de saint Jérôme7 écrit entre 386 et 391. Hilarion est né vers 291-292, à 5 miles au sud de Gaza, dans la localité de Thauatha. Pendant sa scolarité en Égypte, il se convertit au christianisme et sa rencontre avec saint Antoine (251-356) le destine à l’érémitisme. Vers 306-307, à son retour en Palestine, il s’installe, seul, à « 7 milles » de Gaza, « entre mer et marais »8. Un demi-siècle plus tard, une communauté est en plein essor autour de lui. De plus, d’après Jérôme, de nombreuses fondations9 dépendent, à la même période, de son autorité.

  • 10 Hilarion fait partie des saints encore vénérés en Sicile et en Chypre. Une représentation tardive d (...)

5En quête de solitude, vers 361, il repart pour l’Égypte. L’avènement et les persécutions de Julien l’Apostat (361-363) lui interdisent un retour en Palestine. Fuyant la renommée, il se rend en 363 en Libye puis, la même année, s’embarque pour la Sicile10. Le voyage le mène en 366 en Dalmatie et s’achève en Chypre où il meurt en 371. Jérôme rapporte que sa dépouille fut transportée secrètement et déposée dans son monastère l’année qui suivit sa mort.

  • 11 Guérin 1869, t. 2, p. 223, au sujet de Deir el-Balah : « En 1862, cette localité a subi une grande (...)

6Dans la Vie d’Hilarion, Jérôme place l’établissement primitif de l’ermite, « entre mer et marais » à « 7 milles de Maiumas, le marché de Gaza ». Si la position topographique du site archéologique par rapport à la mer est évidente, il n’en est pas de même pour ce qui est des marais. Ces derniers ont aujourd’hui totalement disparu du paysage immédiat du site. Cependant ils s’étendaient, il y a encore moins d’un siècle, au pied des dunes, dans des dépressions naturelles. Ils ont, depuis, été asséchés et comblés. Dans le récit de son exploration de 1865, Victor Guérin y fait allusion11. Une carte anglaise datant de 1924 permet d’en localiser quelques-uns au sud du site, à proximité de la localité de Deir el-Balah, à quelques kilomètres au sud-est du site. Cependant, au nord-est, les marais se développent encore aujourd’hui le long du cours du wadi Ghazzeh.

  • 12 La distance retenue pour un mille est de 1478,5 m.
  • 13 Ovadiah 1977, p. 418-422.

7L’autre bénéfice de cette approche cartographique et topographique (fig. 1) de la Vie d’Hilarion est de vérifier les « sept milles » qui séparent l’ermitage primitif du port de Gaza, Maïumas. La conversion de la distance annoncée par Jérôme en kilomètres place Maïumas à 10,350 km12 du monastère. Cette distance reportée, suivant le tracé de la côte, en prenant comme point d’origine le centre du monastère, correspond à une centaine de mètres près, à l’emplacement des fouilles réalisées entre 1965 et 1976 dans le quartier de l’actuel port de pêche de Gaza. Ces investigations avaient livré des vestiges urbains, d’époque byzantine, échelonnés entre le ive siècle et l’avènement de l’Islam. D’après les fouilleurs13, il s’agissait bien de Maïumas, le port de l’antique Gaza encore prospère à la période byzantine.

Figure 1

Figure 1

Situation topographique et géographique de Umm el-‘Amr (cartographie E. Goupil). Le fond est réalisé à partir d’extraits de cartes anglaises de 1942 et de 1943, «  Gaza sheet 9-10 », «  Wadi Gazza sheet 9-9 », «  Deir el Balah sheet 8-9 », Survey of Palestine, Series topocadastral 1/20 000 1922, 23, 24, drawn and printed at the Survey Office, Jaffa, December 1931, revision to June 1942. 1943 pour Gaza.

Le contexte naturel de Umm el-‘Amr

8À une dizaine de kilomètres au sud de la ville de Gaza, Umm el-‘Amr s’étend sur le cordon de dunes littorales, à une distance comprise environ entre 300 et 700 m. de la mer, au sud de l’estuaire du wadi Ghazzeh, entre les secteurs d’al-Zawayda et d’al-Nuseirat, (fig. 1). Des habitations installées dans les vignes et les jardins maraîchers ponctuent le site naturel. Une succession de palmeraies, réduites progressivement par l’incessant développement urbain, le limite à l’est et au sud-ouest, vers Deir el-Balah.

Les vestiges archéologiques

9Depuis 2001, plusieurs campagnes de vérifications archéologiques ont été nécessaires pour atteindre le noyau originel du monastère et rétablir son évolution. Les interventions ont été limitées à la seule réouverture de sondages réalisés par les équipes palestiniennes entre 1997 et 2001. Les secteurs de l’église et de la crypte sont les seuls à avoir bénéficié, depuis 2002, d’une étude archéologique plus poussée. Les investigations ont été étendues ponctuellement quand elles se sont révélées nécessaires. L’atrium, les bâtiments annexes au sud, l’hôtellerie et les bains ont ainsi été revus. De telles interventions étaient nécessaires afin d’évaluer plus précisément les vestiges et d’établir la chronologie du complexe architectural développé à partir de la cabane de l’ermite. Les études ont révélé que le monastère, dans son état le plus extensif, correspond à la phase la plus tardive (fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Proposition de restitution du monastère au début du viie siècle (niveau 4, phase 4a)

Restitution R. Elter

10Le site du monastère se partage en deux pôles architecturaux juxtaposés (fig. 3), l’un, ecclésiastique, au sud et autour du sanctuaire, l’autre au nord autour des bains et de l’hôtellerie. Une enceinte en blocs de pierre de taille clôturait tardivement le tout. L’emplacement du puits et son adduction d’eau traversant le monastère d’ouest en est marquent la séparation entre les deux ensembles.

Figure 3

Figure 3

Les vestiges du monastère à Umm el-‘Amr, vue depuis l’est.

Jean Gabriel Leyneaud

11Les vestiges couvrent une surface d’environ 14 000 m2. Le complexe ecclésiastique forme un quadrilatère (fig. 4) tourné vers l’est, de 7 200 m2 (80 m par 90 m). Il comprend les églises, la crypte, l’atrium, les baptistères, une chapelle, les cellules, le réfectoire, une rue intérieure et des annexes (greniers, cuisine, latrines, etc.). L’ensemble du bain et de l’hôtellerie couvre une surface de 6 250 m2 (78 m par 80 m). L’hôtellerie en occupe le nord et le bain, le sud. La stratigraphie atteste, entre autres, que l’église monastique a été trois fois entièrement reconstruite. Des modifications, en particulier dans l’orientation, dans l’implantation du chœur et dans la création d’une crypte monumentale, s’articulent en au moins sept phases architecturales intermédiaires.

Figure 4

Figure 4

Plan général des vestiges du monastère.

Dessin R. Jude

Les bains et l’hôtellerie

  • 14 Les relevés architecturaux ont été réalisés par Magali Mondy de l’Inrap.

12L’ensemble de l’hôtellerie et celui des bains ont été dégagés dès 1999 par le Service palestinien des Antiquités de Gaza. À partir de 2003, une investigation14 plus approfondie y a été menée.

L’hôtellerie

  • 15 L’intervention archéologique dans ce secteur a été menée par M. Mohamed Ali, inspecteur du Service (...)
  • 16 Le calcul de la surface tient compte de la cour centrale.

13Situé au nord des bains, le secteur dit de “l’hôtellerie”15 est aujourd’hui partiellement étudié. D’une surface reconnue de 700 m2, le bâtiment apparaît de plan rectangulaire, formé de trois corps (fig. 4) en U16. Il est adossé au nord et à l’est à l’enceinte du monastère. Le corps central à l’est était réservé aux cuisines, les latéraux au nord et au sud à l’hébergement des pèlerins. Une longue tranchée d’évaluation des sédiments anthropiques, creusée entre le complexe du bain et l’enceinte nord, en travers de l’hôtellerie, a démontré que les bâtiments s’y sont développés en deux phases et sont tardifs. Cette observation tend à prouver une implantation tardive de l’hôtellerie, liée au développement de l’accueil des pèlerins. Enfin, on peut croire que le développement du complexe hôtelier a pu déborder la fonction monastique du lieu et se maintenir pendant la période omeyyade puis abbasside. L’hypothèse alors d’un caravansérail n’est pas abusive.

Les bains

  • 17 Sudilovsky 2003, p. 18.
  • 18 Roux 1998.

14Le bâtiment des bains (fig. 5) et ses annexes couvrent une surface de presque 800 m2. Il se développe à proximité du puits et de sa noria. De prime abord, la présence d’un complexe de bain dans l’enceinte d’un monastère peut paraître étonnante. Les découvertes d’installations de bains à Kursi en Galilée17 et à Salamine de Chypre à proximité de la basilique de la Campanopetra18 montrent que l’association de bains avec un établissement ecclésiastique n’est pas exceptionnelle. Cependant, la séparation, sous forme d’un couloir extérieur, entre les pôles ecclésiastique et balnéaire ne laisse pas envisager, du moins pour les périodes tardives, une fréquentation du lieu par les moines.

Figure 5

Figure 5

Le complexe du bain, vue générale.

R. Elter

  • 19 La définition de la longueur s’interrompt pour l’instant aux petites pièces ouest (L.114-117).
  • 20 Lauffrey 1991, p. 113-129.
  • 21 D’autant plus que la question de l’alimentation en eau du bain reste pour le moment sans réponse.

15La position du bain et ses dimensions – 22 m de largeur par au moins 30 m de longueur19 – en font à Umm el-‘Amr le centre du deuxième pôle du complexe monastique (fig. 6). Le plan général s’organise en huit secteurs juxtaposés (fig. 7). Au centre, une grande pièce rectangulaire (L.128) équipée de deux bassins en abside. Elle est longée au sud par une grande cour (L.125). À l’est, les salles chaudes et tièdes sont équipées de banquettes ou de baignoires. Les parois intérieures des salles ainsi que celles des baignoires et piscines étaient recouvertes d’un enduit et badigeonnées à la chaux. Les assises des banquettes et les sols étaient habillés de dalles de calcaire blanc fin ou de marbre blanc. Des tuyaux en plomb permettaient l’évacuation des eaux des baignoires vers des réseaux d’égouts extérieurs. Les pièces chaudes étaient montées sur pilettes en terre cuite et planchers suspendus – suspensura. Les parois verticales sont chauffées par des conduits de terre cuite circulaires – tubuli ou quadrangulaire – caniculi20. Des voûtes et coupoles couvraient les pièces tièdes et chaudes. À l’est, au-delà des salles chaudes, les nuisances des chaufferies étaient chassées par les vents d’ouest provenant de la mer. Au nord, vers l’hôtellerie, dans deux salles accolées à l’extérieur du bain ont été installés consécutivement deux ensembles de latrines. À l’ouest, le bâtiment se prolonge par une série de pièces attenantes (L.128). Elles lui servaient vraisemblablement d’entrée, vestibule et annexes (L.114-117). Les prochaines campagnes pourront apporter un éclairage sur ce secteur, pour partie non fouillé, en contact avec la noria et le puits21. Au sud, à la périphérie de la grande cour (L.125), plusieurs salles se développent dont certaines ont un sol dallé (L.118-123). L’une d’entre elles, partiellement fouillée, est équipée de deux baignoires individuelles. Dans l’angle sud-est du bâtiment deux bassins recueillent les eaux du bain.

Figure 6

Figure 6

Plan général du complexe du bain.

Relevé et dessin M. Mondy

Figure 7

Figure 7

Les ensembles et les niveaux du complexe du bain.

Dessin M. Mondy

  • 22 L’étude des matériaux et des systèmes constructifs du monastère menée par J.-M. Mechling de l’Unive (...)

16Comme pour le sanctuaire, les bains témoignent d’une évolution longue et présentent une succession de transformations, agrandissements et restaurations. Dans un premier état, à l’extérieur de l’enceinte du monastère, le bâtiment du bain est intégré lors du développement du complexe monastique vers le nord. Cette évolution se fait parallèlement à l’implantation du premier état de l’hôtellerie22. Il n’est pas faux de rapprocher les différents niveaux du bain des niveaux tardifs de l’ensemble ecclésiastique (niveaux 5 et 4).

17Il se dégage des premières études stratigraphiques trois niveaux (3, 2 et 1) (fig. 7) chronologiquement successifs. Chaque niveau correspond à un ensemble architectural cohérent. Les ensembles ont été nommés 1, 2 et 3. Un quatrième, partiellement dégagé, reste indéterminé (ensemble 4). Les indices de fouille tendent à le placer juste après le niveau primitif. En l’absence, de données précises, il sera développé à la fin de la description des ensembles. La description des salles est établie suivant le sens présumé du parcours – des salles froides vers les chaudes.

18Niveau 3. L’ensemble 1 : les niveaux primitifs. L’ensemble 1, le plus ancien, est difficilement lisible car noyé et perturbé par la construction des niveaux postérieurs. Le volume général de ce bâtiment a disparu. Cependant, quelques indices permettent de le localiser pour partie. À l’ouest, l’étude archéologique a révélé sous les maçonneries de la grande salle (L.128) une pièce quadrangulaire aménagée au moins de deux exèdres semi-circulaires dans les angles. Le dégagement de l’est du bain a fait apparaître, fossilisées sous l’abside de la salle L.145 de l’ensemble 3, les parois verticales d’un bassin quadrangulaire réalisé en briques de terre cuite assemblées, enduites au mortier de chaux (fig. 8). En l’absence de toute relation stratigraphique, l’appartenance de ces deux parties primitives à une même phase peut être supposée mais non affirmée.

Figure 8

Figure 8

Le bassin fossilisé dans les maçonneries du locus 145.

R. Elter

  • 23 Les pilettes de l’hypocauste de l’ensemble 2 sont constituées d’éléments de terre cuite carrés ou c (...)
  • 24 L’évacuation des fumées des ensembles 2 et 3 se fait par des conduits de terre cuite emboîtés les u (...)

19Niveau 2. L’ensemble 2. L’ensemble 2 est incomplet. La partie initiale de son circuit a disparu. La fouille montre que l’entrée, le déshabilloir et la salle froide ont vraisemblablement disparu lors de la construction de l’ensemble 3. L’organisation du plan et l’étude architecturale montrent qu’il y a eu coexistence des deux circuits pendant une période. La grande salle (L.128) faisait alors la jonction entre les deux ensembles. L’ensemble 2 a été transformé et augmenté par la construction de l’ensemble 3 afin de répondre à l’afflux vraisemblable de voyageurs et de pèlerins. Dans leurs grandes lignes, les deux ensembles ont une organisation spatiale et architecturale similaire. Ils présentent cependant des différences structurelles et techniques visibles, entre autres, dans les maçonneries de l’hypocauste23, la typologie (fig. 9) des conduits de chauffe des parois verticales (fig. 10) et celle des évacuations des fumées24.

Figure 9

Figure 9

Conduits d’évacuation des ensembles 2 (à gauche) et 3 (à droite).

R. Elter

Figure 10

Figure 10

L’ensemble 2, pilettes, banquettes et caniculi dans le locus 150.

R. Elter

20Niveau 2. Les salles. Quatre salles successives constituent la partie conservée de l’ensemble 2 (L.146, L.145, L.149, L.150 et L.142).

21La première (L.146), transformée, pillée pendant l’Antiquité, a une fonction qui reste indéterminée. Elle fait la jonction entre la grande salle (L.128) à l’ouest et la salle tiède (L.125) à l’est. Il est probable qu’après la construction de l’ensemble 2, quelques degrés y ont été aménagés afin de franchir le dénivelé de 0,60 m qui sépare l’ensemble 3 de l’ensemble 2.

22La deuxième salle (L.145) est en abside circulaire (fig. 11). Une banquette maçonnée s’y développe à sa périphérie. Un bandeau peint coloré rougeâtre marque, au-dessus de celle-ci, sur 0,60 m de hauteur, l’endroit du dossier (fig. 12). L’assise de la banquette et le sol sont couverts de dalles de marbre blanc. En l’absence de système de chauffe, cette salle est considérée comme tiède. Une étroite porte l’ouvre au nord sur les salles chaudes.

Figure 11

Figure 11

L’ensemble 2, la salle en abside locus 145.

R. Elter

Figure 12

Figure 12

L’ensemble 2, la banquette et son bandeau coloré locus 145.

R. Elter

  • 25 Celui de la paroi nord a disparu.

23La troisième salle (L.150) est de plan rectangulaire, elle est axée avec la suivante (L.142). Une banquette maçonnée est installée dans l’épaisseur du mur ouest et d’autres ont été posées contre les parois (nord et sud). La pièce est chauffée par un sol suspendu posé sur hypocauste. Un système de caniculi25 a été intégré à la paroi sud de la pièce. Un degré, aujourd’hui disparu, permettait le franchissement avec la suivante (L.142), plus haute de sol (fig. 13).

Figure 13

Figure 13

Restitution de l’ensemble 2.

Restitution S. Poilprez

24L’ultime salle de l’ensemble 2 (L.142) s’organise à partir d’un espace central carré (fig. 14) qui s’ouvre sur trois de ces côtés sur une alcôve voûtée de plan rectangulaire. Chaque alcôve est pourvue d’une baignoire individuelle avec assise. Plongé dans l’eau chaude, le baigneur y pratiquait la sudation par immersion. La baignoire de l’alcôve centrale est posée à même le canal de chauffe principal s’ouvrant sur la fournaise. L’organisation des salles de l’ensemble 2 impose un circuit rétrograde.

Figure 14

Figure 14

L’ensemble 2, les salles chaudes, L.142 et L.150.

R. Elter

25Niveau 1. L’ensemble 3. L’ensemble 3 est le plus complet des trois (fig. 7). Il est le plus grand et s’organise d’ouest en est en cinq salles successives (L.116, L.128, L.148, L.135, L.136).

26La première, la plus vaste du complexe du bain, est de plan rectangulaire (L.128) : elle fait fonction de grande salle, de déshabilloir et de pièce froide. Elle est orientée et a pour dimensions 6,25 m de largeur par 11,50 m de longueur. Un vestibule (L.116), depuis lequel on accède par deux degrés, la précède à l’ouest et marque la transition avec l’extérieur et les parties annexes du bâtiment. Latéralement, au nord et au sud de la pièce, deux bassins demi-circulaires – pédiluves ou douches – se font face. Leur diamètre est de 1,90 m. Plus profonds que la largeur des murs dans lesquels ils ont été aménagés, ils débordent en absides sur l’extérieur du bâtiment. De part et d’autre des bassins, dans l’épaisseur des murs, étaient aménagées des banquettes et vraisemblablement, en partie supérieure, des étagères pour les vestiaires. Au sud, la salle s’ouvrait sur une cour intérieure (L.125). Au sol, les dalles encore en place et l’impression en négatif du calepinage dans le mortier de pose révèlent un opus sectile de grandes dalles de calcaire blanc fin. Ce type de pavement est employé pour le revêtement de tous les sols de l’ensemble 3. Il a également été utilisé pour certains sols de l’ensemble ecclésiastique, entre autres celui de l’atrium et ceux de l’église niveau 5 (phase a). Une toiture à deux pans constituée de tuiles de terre cuite et supportée par une charpente couvrait vraisemblablement la pièce. L’organisation structurelle du bâtiment ne laisse pas ici envisager une couverture par voûte.

27La situation de la “grande salle” à l’entrée et à la sortie du bain lui confère une double fonction celle de déshabilloir, puis de salle froide à la sortie du bain. Le baigneur s’y dévêtait, rangeait ses vêtements sur les étagères du vestiaire, puis se douchait dans l’un des deux bassins demi-circulaires avant de se rendre dans la salle tiède. À l’est, dans l’axe de la pièce, une porte y donnait accès (fig. 15).

Figure 15

Figure 15

Restitution de l’ensemble 3 (intérieure et extérieure).

Restitution S. Poilprez

28La salle tiède (L.148), deuxième salle de l’ensemble, est de plan rectangulaire. Ses dimensions modestes sont de 2,20 m de largeur par 2,50 m de longueur. Dépourvue d’un système de chauffe, cette pièce est considérée comme tiède. Elle est équipée d’une banquette dans le mur sud. Dans le mur opposé, une ouverture étroite poursuit le circuit au nord.

29La partie chaude du bain est constituée de deux salles chaudes successives. La première (L.135), presque de plan carré (1,90 m par 2 m), est chauffée par le sol et les murs. À sa périphérie, des banquettes sont intégrées à la maçonnerie des murs. Sans bassin ou baignoire, elle était réservée à la sudation sèche. À l’est, un petit couloir mène à la suivante. D’une organisation similaire à la dernière salle de l’ensemble 2 (L.142), la pièce s’articule autour d’un espace central carré qui s’ouvre, sur trois de ses côtés, sur une alcôve de plan rectangulaire qui était vraisemblablement voûtée. La première, au nord, était équipée d’une baignoire individuelle, avec assise. La deuxième, à l’est, identique à la première est posée à l’aplomb du canal de chauffe. La troisième au sud était sèche. Trois banquettes maçonnées se développent à sa périphérie. Dans cette dernière salle, la sudation se faisait par immersion dans des baignoires individuelles d’eau chaude. Les banquettes permettaient le repos avant et après un bain bouillant. Le circuit s’y interrompait, le baigneur revenait obligatoirement sur ses pas et regagnait la grande salle (L.128). À la sortie du circuit des pièces chaudes, les deux bassins demi-circulaires ainsi qu’une vasque centrale servaient à l’aspersion froide et les banquettes à la détente, au repos.

30Au nord, accolé tardivement à l’ensemble 3, un petit bâtiment construit en deux phases abrite les latrines (L.131-132). Contemporaines des phases de développement de l’ensemble 3, les latrines ont été installées sur un canal extérieur d’évacuation des eaux du bain. Entièrement pillé pendant l’Antiquité le mobilier a totalement disparu. Seul témoin, le canal indique l’endroit des sièges et l’organisation intérieure des deux pièces. L’accès se faisait exclusivement par l’extérieur, aucun aménagement ne permettait l’accès avec le locus 128. Leur situation et l’absence de latrines dans le complexe de l’hôtellerie – avant l’ensemble 3 – les placent au centre du pôle bain-hôtellerie. Elles répondent ainsi à de probables contraintes d’hygiène entraînées par le développement de l’hôtellerie et du bain et nécessitées par l’affluence vraisemblable de pèlerins et de voyageurs.

  • 26 Charpentier 1995, p. 219-247.

31L’ensemble 4. L’ensemble 4 est le moins bien connu car dégagé seulement sur une partie de sa surface. Il se développe au sud des trois ensembles reconnus. Partiellement mises au jour, seules deux baignoires individuelles à assise indiquent une fonction liée à la pratique du bain. Un sondage réalisé en travers de la salle (L.123), à proximité des baignoires, a montré des niveaux de sols aménagés au mortier de chaux et une colonne en granit gris (fig. 16). La présence de la colonne témoigne du développement d’un portique à cet endroit. Ce type de configuration est d’ailleurs développé en Syrie du Nord26. Au sud, dans le locus 121, un deuxième sondage plus profond que le premier a révélé, sous une épaisse couche de remblais cendreux, des niveaux aménagés et des murs fondés profondément. Est-ce l’endroit de la chaufferie de l’ensemble 4 ? Dans ce cas, le locus 123 serait une salle chaude. Reste alors à identifier les salles tiède et froide. La poursuite des recherches permettra de comprendre la partie orientale et méridionale de l’ensemble ainsi que leur articulation avec la succession de pièces dallées situées au sud (L.118-120). Restent en suspens l’organisation générale des salles froides et chaudes et, pourquoi pas, une éventuelle association avec les ensembles 1 ou 2.

Figure 16

Figure 16

L’ensemble 4, les baignoires individuelles à assise et la colonne dans le sondage, locus 123.

R. Elter

Les salles de chauffe

  • 27 Cette position permet une évacuation systématique des fumées vers l’est, chassées par les vents dom (...)
  • 28 L’importante accumulation de cendres sur plus d’un mètre de hauteur sur plusieurs centaines de mètr (...)

32Les salles de chauffe ou chaufferies, à l’est du bâtiment du bain27, sont accolées chacune à l’entrée du canal de chauffe des hypocaustes des ensembles 2 et 3. L’accès aux chaufferies se fait par l’extérieur, par l’est, à partir d’un espace ouvert où était stocké le combustible et étaient entassés les rejets des foyers28, lieu réservé au personnel de service. Le bâtiment isolé, au nord-est, en contrôlait vraisemblablement l’entrée et le passage vers l’hôtellerie (L.112-111).

  • 29 Kurkar.

33La fournaise de l’ensemble 3 est située dans une petite pièce (L.138) semi-enterrée. L’accès se fait par une porte qui s’ouvre sur un escalier à plusieurs degrés. Le sol de la pièce est en terre. D’une dimension de 3 m de largeur par 3,40 m de longueur, la salle est suffisamment vaste pour faciliter le travail devant le foyer (fig. 17) et le stockage du combustible. Les cendres, encore en tas le long du mur est, indiquent l’endroit du cendrier. L’étude de la maçonnerie montre de nombreuses réfections qui impliquent une utilisation longue de la chaufferie. Le grès marin29 est utilisé pour l’entrée du foyer et la brique de terre cuite pour les parements intérieurs de la fournaise et de sa voûte.

Figure 17

Figure 17

La chaufferie et la fournaise de l’ensemble 3.

R. Elter

34La fournaise de l’ensemble 2 est également implantée dans une salle de chauffe. Moins large, l’accès au foyer y est plus difficile. L’ensemble du foyer est réalisé en briques de terre cuite. Dans les deux chaufferies, les chaudières ou cuves en métal n’ont laissé aucune trace.

La récupération des eaux du bain et l’élevage de poissons

  • 30 1,80 m de largeur par 1,60 m de longueur.
  • 31 La partie fouillée du bassin n’a pour l’instant pas livré de restes de poissons.

35Au sud-est du bâtiment du bain ont été mis au jour deux bassins. Le plus grand est rectangulaire. Il a pour dimensions 6 m de largeur par 6,60 m de longueur et 1,40 m de profondeur. Un deuxième bassin de plus petites dimensions30, mais de profondeur équivalente, a été installé dans l’angle nord-ouest du plus grand. Aménagés au débouché des eaux usées du bain, ces deux bassins avaient pour fonction la décantation des eaux pour le plus petit et leur stockage pour le plus grand. Profitant de cette réserve d’eau, un élevage de poissons y a été développé, comme l’attestent des tronçons de panses de jarres posés à plat, maçonnés au fond, dans les angles nord-est et sud-est du grand bassin31. Deux évacuations basses en métal, connectées à un canal extérieur enterré, permettaient la vidange (fig. 18). La maçonnerie des parois est réalisée en un appareil de blocs de gré marin, recouverte d’un épais enduit au mortier de chaux incluant de la brique pilée.

  • 32 L’effondrement est certainement d’origine sismique.

36Après l’envasement et l’ensablement de ce système de récupération des eaux du bain, les parois des bassins servent d’assise à l’élévation de murs. Leur effondrement scelle et change la physionomie de l’angle sud-est du bain32. La chaufferie de l’ensemble 2 y fut d’ailleurs installée à proximité. Des interventions complémentaires devront permettre l’attribution chronologique des bassins à l’un des niveaux du bain.

Figure 18

Figure 18

Les niches à poissons et le système d’évacuation des eaux.

R. Elter

Conclusion

37La première synthèse architecturale des installations du bain montre une succession de programmes architecturaux, transformations, restaurations, répondant à des besoins particuliers n’étant sans doute pas exclusivement liés au seul accueil de pèlerins venus vénérer les reliques d’Hilarion. La proximité des routes vers l’Égypte, qui croisent à moins d’un kilomètre, confère au site une vocation d’étape de pèlerinage vers le Sinaï.

  • 33 Menée par Madame Cécile Morrisson que nous remercions.

38Les premiers résultats de l’étude numismatique33 en cours révèlent une utilisation de l’ensemble du bain entre les vie et viiie siècles et une utilisation des installations sur près de deux siècles. Les nombreuses réfections du bâtiment et les importants niveaux archéologiques cendreux observés à la périphérie du complexe confirment cette hypothèse. Le bain perdure au-delà de la période chrétienne. L’utilisation du monument se maintient après la conquête arabe : le puits, comme tout point d’eau, aura retenu l’activité humaine.

Haut de page

Bibliographie

Charpentier (G.) 1995 « Les petits bains proto-byzantins de la Syrie du Nord », Topoi, 5, p. 219-247.

Elter (R.) & A. Hassoune 2005 « Le monastère de saint Hilarion : les vestiges du site de Umm el-‘Amr », dans C. Saliou éd., Gaza dans l’Antiquité tardive. Archéologie, rhétorique, histoire, Salerne, Hélios, p. 13-40.

Guérin (V.) 1869 « Judée », dans Description géographique, historique et archéologique de la Palestine, Paris, Imprimerie impériale, 1869, t. 2.

Labriolle (P. de) 1907 Vie de Paul de Thèbes et vie d’Hilarion par saint Jérôme, traduction, introduction et notes de P. de Labriolle, (Science et religion. Études pour le temps présent), Paris, Librairie Bloud & Cie, p. 31-71.

Lauffrey (J.) 1991 « La palestre et les bains » dans Halabiyya-Zenobia, place forte du limes oriental et Haute-Mésopotamie au vie siècle, t. 2, BAH 138, Paris, Paul-Geuthner.

Miniac (J.) 1992 Vivre au désert : Paul, Malchus, Hilarion, texte de saint Jérôme, traduit du latin, présenté et annoté par J. Miniac, Grenoble, éd. Jérôme Million, p. 61-116.

Ovadiah (A.) 1977 « Gaza Maiumas », Revue Biblique, 84, p. 418-422.

Roux (G.) 1998 La basilique de la Campanopetra, Salamine de Chypre, t. XV, Lyon-Paris.

Sadek (M.) 1999a « Gaza », dans « L’archéologie palestinienne », Dossiers de l’archéologie, 240, p. 46-65.

Sadek (M.) 1999b « Mosaic Pavements Recently Found in the Gaza Strip », dans M. Piccirillo & E. Alliata éd., The Madaba Map Centenary, Jérusalem, p. 215.

Sudilovsky (J.) 2003 « Bathhouse Uncovered at Kursi. Early Pilgrimage Site Marks “Swine Miracle” », Biblical Archaeology Review, vol. 29/1, p. 18.

Haut de page

Notes

1 Ont également participé à la mission Ahmad Abd el-Rhadan, Mohammad Ali, Abd el-Aziz Midan, Fadel el-Otol, Rémy Jude, Jean-Michel Mechling, Magali Mondy et Sylvain Poilprez.

2 Elter & Hassoune 2005, p. 13-40.

3 Sadek 1999a, p. 46-65. Les articles consacrés à Umm el-‘Amr sont p. 57 et p. 64-65. Le détail et les auteurs de cette intervention restent inconnus à ce jour, en l’absence de publication par les services archéologiques israéliens.

4 Sadek 1999b, p. 215 : « we suggest that the ruins of Thabatha are located on Tell Umm’Amir between al-Zawayda area and al-Nuseirat ».

5 Le Département d’archéologie de l’EBAF est dirigé par Jean-Baptiste Humbert que nous remercions pour son soutien sans relâche depuis le début de nos travaux à Umm el-‘Amr. Nous profitons de cette note pour remercier Jean-Pierre Sodini, professeur émérite de l’université de Paris 1, pour son aide et son accueil au sein de son équipe de recherche.

6 La mission de coopération a été invitée par la direction des Antiquités et du Tourisme de Palestine à partir de 2001.

7 Les textes tirés la Vie d’Hilarion proviennent des traductions et notes de Labriolle 1907, p. 31-71, et Miniac 1992, p. 61-116.

8 Labriolle 1907, p. 40, dans sa traduction, écrit « entre la mer et les marais ».

9 Miniac 1992, p. 91 : « Alors qu’il se rendait au désert de Cadès pour visiter l’un de ses disciples ».

10 Hilarion fait partie des saints encore vénérés en Sicile et en Chypre. Une représentation tardive du saint figure dans l’église de Monreale à Palerme. D’autres existent en Chypre. Des grottes lui sont également dédiées.

11 Guérin 1869, t. 2, p. 223, au sujet de Deir el-Balah : « En 1862, cette localité a subi une grande mortalité due à des eaux stagnantes, que M. le docteur Espéron… a fait recouvrir de terre ».

12 La distance retenue pour un mille est de 1478,5 m.

13 Ovadiah 1977, p. 418-422.

14 Les relevés architecturaux ont été réalisés par Magali Mondy de l’Inrap.

15 L’intervention archéologique dans ce secteur a été menée par M. Mohamed Ali, inspecteur du Service des Antiquités. L’ouest du bâtiment a totalement disparu.

16 Le calcul de la surface tient compte de la cour centrale.

17 Sudilovsky 2003, p. 18.

18 Roux 1998.

19 La définition de la longueur s’interrompt pour l’instant aux petites pièces ouest (L.114-117).

20 Lauffrey 1991, p. 113-129.

21 D’autant plus que la question de l’alimentation en eau du bain reste pour le moment sans réponse.

22 L’étude des matériaux et des systèmes constructifs du monastère menée par J.-M. Mechling de l’Université Henri-Poincaré à Nancy permet de l’attester.

23 Les pilettes de l’hypocauste de l’ensemble 2 sont constituées d’éléments de terre cuite carrés ou circulaires parfaitement calibrés et maçonnés les uns sur les autres. Dans l’ensemble 2, les pilettes ont été montées avec des éléments de terre cuite divers (tegulae, briques), provenant pour certains de récupération. Cette différence structurelle est également visible dans la suspensura. Celle de l’ensemble 2 est plus soignée et plus épaisse que celle de l’ensemble 3.

24 L’évacuation des fumées des ensembles 2 et 3 se fait par des conduits de terre cuite emboîtés les uns sur les autres. Les conduits de l’ensemble 2 sont de plus petits diamètres (0,10 m) que ceux de l’ensemble 2 (0,25 m). De plus fort diamètre, les conduits de l’ensemble 3 se substituent au double système – conduits d’évacuation des fumées et caniculi – employé dans les parois de l’ensemble 2.

25 Celui de la paroi nord a disparu.

26 Charpentier 1995, p. 219-247.

27 Cette position permet une évacuation systématique des fumées vers l’est, chassées par les vents dominants qui proviennent de la mer située à l’ouest du site.

28 L’importante accumulation de cendres sur plus d’un mètre de hauteur sur plusieurs centaines de mètres révèle une utilisation longue du bain.

29 Kurkar.

30 1,80 m de largeur par 1,60 m de longueur.

31 La partie fouillée du bassin n’a pour l’instant pas livré de restes de poissons.

32 L’effondrement est certainement d’origine sismique.

33 Menée par Madame Cécile Morrisson que nous remercions.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Situation topographique et géographique de Umm el-‘Amr (cartographie E. Goupil). Le fond est réalisé à partir d’extraits de cartes anglaises de 1942 et de 1943, «  Gaza sheet 9-10 », «  Wadi Gazza sheet 9-9 », «  Deir el Balah sheet 8-9 », Survey of Palestine, Series topocadastral 1/20 000 1922, 23, 24, drawn and printed at the Survey Office, Jaffa, December 1931, revision to June 1942. 1943 pour Gaza.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-1.png
Fichier image/png, 231k
Titre Figure 2
Légende Proposition de restitution du monastère au début du viie siècle (niveau 4, phase 4a)
Crédits Restitution R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-2.png
Fichier image/png, 186k
Titre Figure 3
Légende Les vestiges du monastère à Umm el-‘Amr, vue depuis l’est.
Crédits Jean Gabriel Leyneaud
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-3.png
Fichier image/png, 870k
Titre Figure 4
Légende Plan général des vestiges du monastère.
Crédits Dessin R. Jude
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-4.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 5
Légende Le complexe du bain, vue générale.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-5.png
Fichier image/png, 903k
Titre Figure 6
Légende Plan général du complexe du bain.
Crédits Relevé et dessin M. Mondy
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-6.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure 7
Légende Les ensembles et les niveaux du complexe du bain.
Crédits Dessin M. Mondy
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-7.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure 8
Légende Le bassin fossilisé dans les maçonneries du locus 145.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-8.png
Fichier image/png, 865k
Titre Figure 9
Légende Conduits d’évacuation des ensembles 2 (à gauche) et 3 (à droite).
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-9.png
Fichier image/png, 468k
Titre Figure 10
Légende L’ensemble 2, pilettes, banquettes et caniculi dans le locus 150.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-10.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 11
Légende L’ensemble 2, la salle en abside locus 145.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-11.png
Fichier image/png, 537k
Titre Figure 12
Légende L’ensemble 2, la banquette et son bandeau coloré locus 145.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-12.png
Fichier image/png, 110k
Titre Figure 13
Légende Restitution de l’ensemble 2.
Crédits Restitution S. Poilprez
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-13.png
Fichier image/png, 209k
Titre Figure 14
Légende L’ensemble 2, les salles chaudes, L.142 et L.150.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-14.png
Fichier image/png, 828k
Titre Figure 15
Légende Restitution de l’ensemble 3 (intérieure et extérieure).
Crédits Restitution S. Poilprez
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-15.png
Fichier image/png, 126k
Titre Figure 16
Légende L’ensemble 4, les baignoires individuelles à assise et la colonne dans le sondage, locus 123.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-16.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 17
Légende La chaufferie et la fournaise de l’ensemble 3.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-17.png
Fichier image/png, 910k
Titre Figure 18
Légende Les niches à poissons et le système d’évacuation des eaux.
Crédits R. Elter
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/474/img-18.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Elter et Ayman Hassoune, « Le complexe du bain du monastère de Saint Hilarion à Umm el-‘Amr, première synthèse architecturale », Syria, 85 | 2008, 129-144.

Référence électronique

René Elter et Ayman Hassoune, « Le complexe du bain du monastère de Saint Hilarion à Umm el-‘Amr, première synthèse architecturale », Syria [En ligne], 85 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/474 ; DOI : 10.4000/syria.474

Haut de page

Auteurs

René Elter

Institut National de recherches archéologiques préventives
École biblique et archéologique française de Jérusalem
CNRS. EA 1132 HIS/CANT

Articles du même auteur

Ayman Hassoune

Vice-directeur des Antiquités de Gaza

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals