Navigation – Plan du site
Autres articles

La kalybé de Hayat (Syrie du Sud)

Pascale Clauss-Balty
p. 249-292

Résumés

Trois kalybés sont connues en Syrie du Sud, distantes de seulement quelques kilomètres l’une de l’autre. Ce sont de curieux édifices, caractérisés par une façade pourvue d’une grande baie cintrée ouvrant sur un vaste espace couvert d’un dôme. La kalybé du village de Hayat est particulièrement intéressante car établie entre deux tours plus anciennes. Cette importante constatation, confrontée à certaines données architecturales, épigraphiques et historiques des sites voisins, est l’occasion de reconsidérer ici quelques aspects de l’histoire de la région, notamment les relations entre pouvoir romain et populations semi-nomades des environs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette mission franco-syrienne s’est déroulée dans le cadre d’un programme de recherche IFPO consacr (...)

1à une centaine de kilomètres au sud-est de Damas, dans les terres fertiles de la Saccée, les bâtiments en basalte du vieux village de Hayat profilent leur silhouette sombre à l’horizon. Son toponyme ancien n’est pas connu, et pourtant, la petite localité regroupe une série de monuments remarquables. La célèbre maison du procurateur Flavius Seos voisine avec un quartier d’habitations serré autour d’une église et de ce qui ressemble à un martyrion, une impressionnante birqeh, une tour massive et un édifice imposant habituellement qualifié de “kalybé”. Ce dernier n’a jusqu’ici pas suscité beaucoup d’intérêt, malgré l’originalité de sa façade. Parmi la dizaine de savants et de voyageurs qui sont passés par Hayat, seuls W. J. Bankes, au début du xixe siècle, et H. C. Butler, presque cent ans plus tard, se sont intéressés au monument, fournissant des données parfois contradictoires. Une mission de terrain, réalisée en juin 2006 et consacrée à l’ensemble du village1, a été l’occasion d’examiner l’édifice dans le détail et d’envisager quelques nouvelles perspectives.

étude architecturale

A. Contexte

1. La région

  • 2 Koder & Restle 1992, pour le commencement de l’ère de Maximianopolis en 286 ; Meimaris 1992, p. 79- (...)
  • 3 Waddington 1870, p. 502 ; Gatier 2000, p. 345-346.
  • 4 Sartre 1984.
  • 5 Dussaud & Macler 1901, p. 138-142.

2La Saccée, nichée entre le Léjà à l’ouest, le désert du Safa à l’est, le djebel al-‘Arab au sud et dont la limite nord devait approximativement se situer à la latitude de Dakhir (pl. 1), correspond théoriquement au territoire de l’ancienne Shaqqa. Agglomération importante dès avant l’acquisition du statut de cité sous le nom de Maximianopolis sous le règne de Maximien2, elle devait accueillir une garnison sans doute détachée de la IIIe Cyrenaica de Bosra et une population latine composée de colons3. En 238, bien avant la création de la polis, un centurion et sa femme dédient une statue de la « Grande Fortune de la Saccée »4 ; difficile de savoir si cette Fortune était celle de la kômè proprement dite ou celle de l’ensemble de son territoire, d’autant plus qu’à 7 km seulement au sud-ouest de Shaqqa, une autre localité avait bénéficié du statut de polis, celle de Shahba-Philippopolis, berceau de l’empereur Philippe l’Arabe. La Saccée a été appelée « ard Bathaniyyeh » (territoire de la Batanée) par les Arabes, sans doute parce que la zone était fertile comme la Batanée, bien que plus petite5.

  • 6 Josèphe, AJ. XV, 10, 1 ; Strabon, XVI, 2, 20.
  • 7 Waddington 1870, p. 502 ; Porter 1855, p. 52-71 ; cf. Dussaud 1927, p. 326 qui mentionne aussi « le (...)
  • 8 Waddington 1870, n° 2329.
  • 9 Waddington 1870, n° 2112, 2196, 2203, 2236 ; PPUAES IIIA, n° 752 ; PAAES, n° 383.
  • 10 MacDonald 1993, p. 374, 376-377 : des inscriptions mentionnent des chefs de tribus entretenant des (...)

3Flavius Josèphe et Strabon qualifiaient le plateau volcanique du Léjà, que côtoie la Saccée sur son flanc occidental, de repère de brigands6, tandis qu’à l’est, celle-ci est en contact direct avec le désert des semi-nomades et des nomades. Transposant à l’Antiquité les problèmes du xixe siècle, W. H. Waddington restituait des conflits entre sédentaires et tribus du Léjà et du Safa qui venaient s’y réfugier quand la sécheresse leur faisait quitter leur domaine devenu trop inhospitalier7. Bien qu’il n’existe aucune preuve véritable des affrontements et des troubles causés par les nomades durant la période antique, ceux-ci ont dû exister. Un édit fragmentaire découvert à Qanawat, datant sans doute du règne du premier Agrippa, en est peut-être un indice ; il reproche notamment aux habitants de la province de vivre comme des bêtes fauves dans des tanières8. En revanche, dans les quelques inscriptions de la région mentionnant des chefs de tribus nomades, des stratèges des nomades, des soldats recrutés parmi les nomades9, rien ne fait allusion à une hostilité de leur part, mais elles sous-entendent des migrations saisonnières10. La Saccée faisait vraisemblablement partie de la région confiée par Auguste à Hérode pour la pacifier, et à Hayat se dresse encore une tour massive qui pourrait remonter à cette époque.

2. Le village

  • 11 Dussaud 1927, carte II.
  • 12 Les dimensions du «  Burdj » et son organisation interne sont assez proches de celles des tours à f (...)
  • 13 Seule une moitié de la pierre a été retrouvée en 2006, mais l’équipe de Butler l’avait vue entière (...)

4Hormis ceux du rebord oriental du Léjà, la Saccée compte une petite dizaine de villages antiques11, parmi lesquels Hayat. Il est difficile d’évaluer l’ampleur du site au iiie siècle, car son aspect a été fortement modifié à l’époque byzantine. Si l’agglomération était apparemment de petite taille, elle comptait quelques édifices remarquables dont une tour que les villageois appellent le « Burdj » et que ni Bankes, ni Vogüé, ni Butler n’ont mentionnée. Il s’agit d’un édifice de 13 m de côté, conservé sur 13 m de haut, dont le parement extérieur est fait de blocs quadrangulaires comportant de nombreuses boutisses. Bien que très remaniée, son organisation interne peut encore être restituée et trouve des parallèles ailleurs, en contexte militaire12. Peut-être y a-t-il un lien entre cet édifice turriforme et une des inscriptions découvertes dans le village, inscription dont les caractères grecs sont en relief13.

5La phase de développement la plus importante du village remonte à la période byzantine, où plusieurs habitations ont été construites, dont la fameuse maison du procurateur Flavius Seos et de son fils Olbanos, datée de 578 après J.-C. à l’ouest, un quartier constitué par plusieurs autres habitations enserre une église et ce qui pourrait avoir été un martyrion installé dans une habitation. La petite localité byzantine s’étendait sur environ 150 m d’est en ouest et 200 m du nord au sud (pl. 4) et ses édifices se caractérisent par le remploi de blocs provenant vraisemblablement de bâtiments antérieurs, démontés pour alimenter les chantiers tout en économisant les frais de taille. Malheureusement, ce procédé a fait disparaître la plupart des témoins architecturaux des périodes antérieures.

6Aucune voie antique n’a été identifiée à partir de Hayat, mais il faut sans doute en restituer une en direction de Shaqqa, dont le tracé pourrait correspondre à la route moderne très rectiligne. Des chemins devaient aussi relier Hayat à la voie orientale du Léjà, ainsi qu’aux localités voisines de ‘Amrah, Ta’leh et Butheinah (pl. 1).

3. La kalybé

  • 14 Plutôt que le terme grec « kalybè – kalybai », nous emploierons le mot francisé « kalybé(s) ».
  • 15 Cf. croquis de Bankes, pl. 3a et c comparés avec l’état actuel pl. 2.

7Hormis les vestiges de la grosse tour, Hayat possède aussi une « kalybé »14. Si cette dernière est aujourd’hui entourée de quelques habitations, celles-ci sont toutes modernes et la petite agglomération antique était distante d’environ 250 m (pl. 4). Non seulement cette kalybé se dressait en rase campagne et loin de tout, mais en plus, sa façade est tournée au nord, alors que les constructions des périodes antiques étaient de préférence orientées à l’est ou au sud pour profiter de l’ensoleillement et se protéger des pluies et des vents dominants d’ouest. L’état de conservation est assez bon puisque, par rapport à l’état du début du xixe siècle, il ne lui manque que quelques assises au sommet des murs et une corniche de couronnement15.

  • 16 Seetzen 1854, p. 5 ; Burckhardt 1822, p. 77 ; Madox 1834, p. 177 ; Porter 1855, p. 34-40 ; Rey 1860 (...)
  • 17 Sartre-Fauriat 2004, p. 109-110, 198-201, pl. VL 4 recto.

8En respectant l’ordre chronologique, sont passés par Hayat, Seetzen en 1805, Burckhardt en 1810, Bankes en 1816 et 1818, Madox en 1825, Porter en 1852-53, Rey en 1857-58, Séjourné en 1897, et Butler en 1900. Dussaud ne fait que mentionner le site dans sa Topographie historique, et Mascle, aumônier militaire des troupes françaises du Levant, donne une brève description du monument16. C’est W. J. Bankes qui, le premier, a décrit les constructions les plus importantes de Hayat, dont le « Marshack ». Il a réalisé les croquis des plans du rez-de-chaussée et de l’étage ainsi que l’élévation de la façade et ses dessins sont particulièrement intéressants car ils sont cotés. La structure de l’édifice avait désarçonné Bankes qui l’a qualifié d’incompréhensible et a proposé d’y voir une sorte de séminaire de prêtres. L’auteur précisait que la grande baie centrale de la façade ouvrait sur une sorte de « tabernacle », mais qu’elle avait été bouchée et équipée d’une petite porte ; il ajoutait que les battants en pierre des portes et des fenêtres étaient encore en place17. Sur son croquis en perspective, il représentait le mur d’enceinte d’une cour devant le monument et indiquait que l’édifice était encore habité peu de temps avant son passage (pl. 3c, d et f).

Planche 3c

Planche 3c

Croquis du monument précédé d’un mur d’enceinte de cour par Bankes (Sartre-Fauriat 2004, p. 110).

Planche 3d

Planche 3d

Plan de l’étage par Bankes (Sartre-Fauriat 2004, pl. XV).

Planche 3f

Planche 3f

Plan du rez-de-chaussée par Bankes (Sartre-Fauriat 2004, pl. XV).

  • 18 Vogüé 1865-77, p. 41 ; Sartre 2003, p. 907 ; Dentzer 1990, p. 213, n. 49 ; Ginouvès 1998, p. 154.

9C’est à M. de Vogüé que l’on doit l’appellation de “kalybé” pour un certain type d’édifices qu’il estimait « très répandus dans le Haouran », le terme grec de kalύbh désignant « une habitation rustique, une cabane, la hutte des habitants primitifs de la Grèce, la demeure des bergers et des nymphes, mais aussi la hutte qui a servi de temple à Apollon dans la phase archaïque du sanctuaire de Delphes »18. Précédée de l’épithète ἱerἁv « sainte », elle désignerait un édifice religieux considéré comme la demeure de la divinité. D’après Vogüé, la demeure du dieu était le cube surmonté d’une coupole, cette dernière symbolisant la voûte céleste. Il imaginait que l’on pouvait rendre des oracles dans ces monuments car, disait-il : « la plupart de ces kalybés ont un étage souterrain dans lequel pouvait se tenir l’interprète attitré de la volonté divine ». Il concluait en ajoutant qu’il ne pouvait « reproduire toutes les kalybés du pays » et qu’il se limitait à illustrer les deux principales situées à Shaqqa et à Umm az-Zeitun.

  • 19 Butler PAAES 1903, p. 397-398, fig. 142 et 143.
  • 20 Mascle 1940, p. 61-62.

10H. C. Butler publia des croquis beaucoup plus sommaires que Bankes : un plan non coté de l’étage sur lequel figurent deux escaliers intérieurs alors que seul celui de l’ouest existe, comme l’indique d’ailleurs son texte ; une élévation de la façade qui ne tient pas compte des hauteurs différentes des portes et des fenêtres latérales, mais où la répartition des blocs à bossage est plus juste dans la partie droite, et qui restitue un dôme outrepassé au-dessus de l’espace desservi par la large baie cintrée, cette dernière étant précédée par un escalier monumental avec des marches sur trois côtés (pl. 3b et e)19. Au moment de la visite de Mascle, la kalybé était à l’abandon et servait tout juste de refuge pour les troupeaux ou les passants. L’auteur remarquait, comme Bankes auparavant, que l’édifice était composé de deux parties distinctes et que l’espace central était couvert d’une coupole. Il rappelait aussi que la photo de la façade avait figuré à l’Exposition internationale de Paris en 1931, au pavillon de Syrie, salle du Djebel Druze, comme exemple du genre20.

Planche 3b

Planche 3b

Restitution de la façade par Butler (Paaes II, 1908, fig. 143).

Planche 3e

Planche 3e

Plan de l’étage par Butler (Paaes II, 1908, fig. 142).

11Séminaire de prêtres (Bankes), temple oraculaire (Vogüé), temple païen (Butler), salle de réunion de caractère religieux (Sourdel 1952), temple pour le culte impérial (Segal 2001), autant de fonctions différentes ont été proposées ; seule une analyse détaillée du monument de Hayat permettra peut-être d’y voir plus clair.

B. Architecture

  • 21 Mais nous ne savons pas si ces transformations sont contemporaines de l’occupation juste antérieure (...)
  • 22 Informations recueillies par Salma Azmeh, mission 2006.

12Transformé en habitation, avant le passage de Bankes, la kalybé avait subi un certain nombre d’aménagements : l’ajout d’une cour délimitée par un mur en pierres sèches, le bouchage de la grande baie centrale et la couverture du vaste espace situé à l’arrière21. Les villageois racontent que des pierres de la kalybé ont servi à reconstruire la maison de Flavius Seos lorsque le sheikh s’y est installé. Comme il manque très peu de blocs, on peut supposer que ce sont ceux provenant du démontage du bouchage de la baie principale et des assises sommitales qui ont été utilisés, l’opération devant se situer forcément après le passage de Bankes. Les propriétaires de la maison moderne construite devant la kalybé – Aql Nofal et sa femme – étaient ses derniers occupants. C’est le grand-père Nofal qui l’aurait achetée, vraisemblablement après le passage de Mascle. Les ultimes habitants du « Qasr Mir Cheiq » ont vécu uniquement au rez-de-chaussée (pl. 5) : Aql et son épouse dans la pièce ouest (002), tandis que celle du milieu (003) contenait le poêle à bois, les matelas, les tapis, les armoires à grain, les placards et était occupée par les parents, la pièce 004 servant de cuisine22.

Planche 5a

Planche 5a

Plan du rez-de-chaussée. Relevé 2006.

Planche 5b

Planche 5b

Plan de l’étage. Relevé 2006.

1. Aspect général et techniques de construction

  • 23 Conformément à la définition de Ginouvès 1998, p. 9-10, le petit édifice dont il est question ici p (...)

13Outre sa situation isolée et son orientation au nord, l’édifice présente d’autres particularités : deux bâtiments juxtaposés le composent et la façade principale ne montre pas une organisation complètement symétrique (pl. 6). Le bâtiment oriental présente la silhouette d’une tour23 de 7,20 x 6,40 m de côté, abritant deux pièces superposées de mêmes dimensions ; et contre cette tour un second édifice de 14,40 x 6,40 m de côté a été bâti. Malgré cela, l’ensemble présente une unité certaine, avec une organisation intérieure symétrique et des techniques de construction uniformes.

Planche 6

Planche 6

La kalybé à Hayat : relevé de la façade principale nord.

  • 24 Merci à J.-Cl. Bessac de m’avoir sensibilisée à ces intéressants détails techniques.
  • 25 Pour la qualité des parements, nous nous référons à Ginouvès & Martin 1985, p. 130 : un « parement (...)
  • 26 Ce ravalement d’assez mauvaise qualité pourrait s’expliquer par sa réalisation sur des pierres en p (...)

14La kalybé de Hayat a été entièrement édifiée en basalte, comme tous les autres monuments du Hauran. Ce basalte présente un grain assez fin, peu vacuolaire, aussi bien pour les parois intérieures qu’extérieures. Hormis le matériau, les murs à double cours sont une autre constante de l’architecture vernaculaire de la région, leur épaisseur moyenne étant de 0,80 à 0,90 m pour le rez-de-chaussée et 0,80 m à l’étage. L’appareil rectangulaire régulier du parement extérieur est à bossage d’économie et comporte, contrairement à ce que l’on observe dans l’architecture domestique, un grand nombre de boutisses. Par endroits, on en trouve quinze juxtaposées, ailleurs elles alternent, par paire ou à l’unité, avec des blocs disposés en carreaux ; sur le petit côté ouest, le dispositif est harpé, avec des boutisses superposées toutes les deux assises et placées dans l’axe des carreaux ; tandis qu’aux angles, des doubles boutisses alternent avec de longs carreaux24. La hauteur des assises varie entre 30 et 50 cm et certains blocs peuvent atteindre une longueur de 2,15 à 2,30 m. Les joints sont fins et témoignent du soin apporté à la construction. Les assises sont réglées à partir du piédroit droit de la baie cintrée pour la partie ouest de la façade, tandis qu’il n’y a pas de continuité dans les assises du côté est, puisqu’il s’agit de deux corps de bâtiment accolés. Si le parement extérieur de la tour orientale comporte uniquement des blocs à bossage, la partie adossée montre en façade, autour de la grande baie centrale, des blocs au parement travaillé à la pointe25. Cette différence s’explique par l’effet esthétique recherché dans une partie centrale intégrant des éléments sculptés avec soin (bases et chapiteaux de pilastres, arc, niche). En revanche, le bossage réapparaît sous la niche latérale et se prolonge au-delà vers l’ouest, avec un réel effet de symétrie puisqu’à l’exception d’un ou deux blocs, la largeur de la surface à bossage équivaut à la largeur de la tour orientale. Le principe de symétrie est également respecté sur la façade arrière dont le parement présente un appareil rectangulaire régulier entièrement à bossage (pl. 8) : à la fenêtre haute de la tour à droite (est) répond une fenêtre identique à gauche (ouest), que protégeait également un petit auvent de pierre ; à une trentaine de centimètres près, l’axe médian est marqué par une gouttière. Autre détail remarquable : le trait de sabre visible à droite, entre les deux bâtiments juxtaposés, semble « reproduit » par les fentes superposées correspondant à l’éclairage d’une cage d’escalier à gauche. La volonté de composition symétrique dans le but de renforcer l’unité du monument est évidente, et on peut se demander pourquoi il n’y a, en façade, qu’une niche latérale en cul-de-four et non deux. Or, en y regardant de plus près, on se rend compte que, sous l’unique niche latérale, quelques blocs montrent un bossage qui a été sommairement ravalé. Ceci pourrait signifier que l’extrémité occidentale du bâtiment ajouté ne correspond pas à une reproduction de tour, dans un souci de symétrie, mais que la tour ouest a véritablement existé et que les blocs à bossage, à cet endroit de la tour et sous la niche latérale, ont été ravalés tant bien que mal pour assurer une meilleure unité de traitement de la surface entre la grande baie et la niche26. L’existence d’une seule niche latérale pourrait ainsi s’expliquer par le manque de place, le démontage du mur est de la tour occidentale ayant été entrepris pour permettre l’installation d’au moins une niche latérale et d’un escalier intérieur.

Planche 8

Planche 8

La kalybé à Hayat : relevé de la façade sud.

15Au pied du petit côté ouest, on peut aisément constater que le mur prend appui sur un unique degré d’une trentaine de centimètres de haut et de saillie ; il s’agit d’une assise de réglage qui correspond au niveau du sol de la pièce (002). Il n’est pas possible d’observer la base de l’édifice du côté est, en raison des remblais et de l’adossement d’une construction tardive. On peut toutefois évaluer une différence de niveau d’environ deux assises (60 cm environ) entre le seuil de la porte du rez-de-chaussée de la tour orientale et celui de la pièce inférieure ouest (pl. 6).

  • 27 D’après J. Dentzer-Feydy, ces blocs sculptés sont du même style que les chambranles de Sî’8 et pour (...)

16À l’intérieur, les parois présentent un aspect soigné puisqu’elles sont constituées de blocs taillés, dont la face visible a été non pas simplement dégrossie mais piquée, organisés en assises régulières avec des joints fins. Détail surprenant : deux blocs proviennent assurément d’un autre monument ; ils sont aisément repérables car ils portent un décor. L’un se trouve dans la paroi est de la cage d’escalier installée dans l’épaisseur du mur entre les espaces (002)/(102) et (003)/(103). Il se différencie des pierres voisines par son parement lisse et un fragment de décor composé d’une tige rectiligne portant deux feuilles. Le même type de feuillage se retrouve sur un bloc remployé au-dessus du linteau de la fenêtre de la pièce (103), sous la forme de deux branches disposées de part et d’autre d’une rosette27.

17L’édifice affiche une autre particularité, celle du système de couverture des pièces latérales. Le principe fondamental est le même que partout dans le Hauran : des couvertures faites de dalles de basalte prenant appui sur des rangées de corbeaux. La différence réside dans la largeur des pièces à couvrir qui est ici de 4,60 à 4,90 m alors que la portée des dalles de basalte ne dépasse généralement pas 3 m. Pour surmonter cette difficulté, les constructeurs ont eu recours à des doubles rangées de corbeaux disposés en encorbellement au-dessus des longs côtés nord et sud, le débord de ces corbeaux permettant de gagner en tout 2 m en largeur, et d’utiliser des dalles d’une longueur habituelle de 3 m. Pour ne pas fragiliser les corbeaux placés aux angles et engagés dans un seul mur, les dalles de couverture des extrémités ont été disposées perpendiculairement avec un débord de 0,60 m (pl. 2c). Ces plafonds se sont effondrés et seuls ceux des pièces de rez-de-chaussée ont été réparés et renforcés par l’ajout d’un arc clavé (pl. 7).

Planche 7

Planche 7

La kalybé à Hayat : coupe est-ouest.

  • 28 Bessac 1995, p. 397.

18D’un point de vue technique, la kalybé de Hayat se distingue par son appareil rectangulaire régulier à décrochements comportant de nombreuses boutisses, son parement extérieur à bossage d’économie28, ses parois intérieures soignées et un système de couverture traditionnel dans la recette mais exceptionnel dans la mesure où il couvrait des espaces plus larges sans recourir à un support médian. Ces caractéristiques techniques sont distinctes de celles de l’architecture domestique, où les boutisses sont rares, où le bossage est complètement absent et où les espaces à couvrir ne dépassent pas 3 m de large sans recourir au support intermédiaire du pilier ou de l’arc médian.

2. Structure interne

19Les espaces s’organisent sur deux niveaux, un rez-de-chaussée et un étage. Et si les pièces superposées de la tour orientale ne communiquent pas entre elles, celles de la tour occidentale ont été mises en relation avec le toit au moyen d’un escalier installé à un moment qui pourrait correspondre au remaniement de l’ensemble. Plus encore qu’à l’extérieur, c’est la symétrie qui régit les dispositions intérieures, de part et d’autre d’un axe correspondant à la baie cintrée de la façade.

a. Le rez-de-chaussée

  • 29 Sur son plan (pl. 3f), Bankes en signale quatre sur le mur du fond, qui ne sont actuellement pas vi (...)
  • 30 Waddington 1870, n° 2099 ; Prentice 1908, n° 364c. Sur son plan, Bankes indique l’existence d’une p (...)

20Trois pièces, accessibles en façade, forment le rez-de-chaussée (pl. 5a). On pénètre dans la pièce inférieure (004) par une porte de 1,04 m de large et 1,60 m de haut, dont le linteau est équipé de deux grosses contre-crapaudines de 22,5 cm de diamètre et 11 cm de profondeur, attestant l’existence de vantaux en basalte. L’espace intérieur de 5,60 x 4,60 m de côté est très sombre en l’absence d’autre ouverture que la porte. Les parois montrent des surfaces soigneusement dressées, contrairement à ce que l’on trouve d’ordinaire dans les habitations où elles étaient revêtues d’une épaisse couche d’enduit. Lors de la dernière occupation, elles ont été chaulées et les traces de blanc se mélangent à d’épaisses traînées de suie résultant des foyers allumés dans cette pièce, qui a servi de cuisine. Deux consoles, présentant le profil d’un corbeau en sifflet, sont visibles dans les angles sud-est et nord-ouest, à environ 1,50 m de hauteur ; elles ont pu servir de support à des lampes29. Le sol est aujourd’hui en ciment mais son niveau correspond à peu près au sol antique. à 4,10 m de haut, le plafond est constitué de dalles de basalte reposant sur des corbeaux et soutenues par un arc en plein cintre, ajouté ultérieurement, et constitué d’éléments disparates. Outre des claveaux de largeurs différentes, le piédroit ouest remploie un bloc avec une inscription grecque commémorant le don d’une Victoire30.

  • 31 Bankes a signalé cet accès à l’escalier, et le fait apparaître sur son plan précédé de deux marches (...)

21Le même système de couverture, qui a connu les mêmes vicissitudes et le même genre de restauration, est observable dans la pièce (002) en tous points semblable ; on y accède par une porte de 1 m de large et 1,70 m de haut, dont un des deux battants en basalte est en place : il mesure 21 cm d’épaisseur, 66 cm de large et 1,70 m de haut. Ce battant ne présente aucun décor et il a été taillé dans une roche relativement vacuolaire. L’intérieur manque de lumière, comme la pièce (004), et les dimensions sont de 5,20 x 4,90 m de côté pour une hauteur de 4,60 m. Les parois présentent le même degré de finition et on note dans la travée sud, côté est, une porte haute qui a été condamnée. Il s’agit de l’accès unique à l’escalier qui, installé dans l’épaisseur du mur, dessert la pièce (102) et, plus haut, le toit31(pl. 7). Ici aussi, la couverture a été refaite et renforcée par un arc en plein cintre, de meilleure qualité que dans la pièce (004), avec des claveaux de mêmes dimensions et de véritables piédroits couronnés de chapiteaux. Les deux rangées de corbeaux en encorbellement au-dessus des parois nord et sud sont d’origine tout comme les courtes dalles au sommet de la paroi orientale. La réfection de la couverture comporte une dalle ornée d’un gammadion.

22La troisième pièce (003) se trouve entre les deux précédentes. On y accède également depuis la façade nord par une porte de 1 m de large, dont le seuil et les piédroits sont d’origine. Les vantaux en basalte gisent dans la pièce, constituant le dallage au-delà du seuil. La profondeur du chambranle est double car elle cumule l’épaisseur du mur de façade de 0,70 m à laquelle s’ajoute celle d’un massif de maçonnerie de 0,80 m de large qui y est adossé ; ce massif correspond à un escalier à deux volées opposées qui desservait l’espace situé en arrière de la baie médiane (pl. 5a). Les assises inférieures de ce massif sont originales et témoignent de la forme de cet escalier extérieur, composé de marches sur deux côtés comme l’avait bien vu Bankes, et non sur trois comme le suggérait Butler (pl. 3a et b). La pièce est un peu plus vaste que les deux autres avec ses 6,50 x 4,80 m de côté ; en revanche, sa hauteur n’est que de 2,80 m. Les parois présentent des surfaces dressées, comme dans les pièces latérales ; des paires de niches quadrangulaires (0,65 m de large, 1 m de haut et 0,70 m de profondeur) prennent place sur les parois est et nord. Bien qu’il ait été refait, le plafond actuel correspond, à une dizaine de centimètres près, à l’emplacement du plafond original, identifiable grâce à une rangée de corbeaux conservée du côté sud. Il est soutenu par deux arcs transversaux faits d’éléments hétérogènes ; toutefois les deux assises inférieures des piédroits sont en place, attestant un système original de support de la couverture par deux arcs en plein cintre, cette couverture correspondant aussi au sol de l’étage (pl. 7). Du côté ouest, les piédroits sont très saillants (1,50 m) ce qui s’explique par l’installation de la cage d’escalier prenant son départ à mi-hauteur de la pièce mitoyenne (002) où se trouve son accès, mais au niveau du plafond de la pièce (003). Cet escalier prend appui sur les piédroits des arcs et sur trois petites arcades installées entre ces mêmes piédroits. Sur son plan du rez-de-chaussée, Bankes a représenté ce dispositif de soutien de l’escalier, mais un peu trop large ; il a aussi signalé une communication entre les pièces (003) et (004), or il s’agit d’une brèche dans l’appareil original qui a depuis été bouchée à l’aide de moellons (pl. 3f).

Planche 3a

Planche 3a

Croquis de la façade par Bankes (Sartre-Fauriat 2004, p. 110).

b. L’étage

  • 32 0,82 m de large et 1,70 m de haut, contre-crapaudine de 6 cm de diamètre et 5 cm de profondeur atte (...)

23En adossant une échelle contre la paroi est de la pièce de rez-de-chaussée (002), on pouvait emprunter le petit escalier qui conduisait à la pièce (102). L’accès à la pièce haute était ainsi protégé et pouvait assez facilement être dissimulé. La porte, de petites dimensions, était équipée d’un battant en basalte qui, en position ouverte, s’encastrait dans un renfoncement prévu à cet effet dans la paroi sud de la pièce (002). La première volée de l’escalier est large de 0,80 m, et une meurtrière de 3 cm d’ouverture du côté externe et 28 cm d’ébrasement à l’intérieur l’éclaire. Ces quelques marches montent jusqu’à la pièce (102), dans laquelle on pénétrait après le franchissement d’une autre porte équipée d’un vantail en bois32. Dans la paroi est de la cage d’escalier, une petite fenêtre – dont l’encadrement a été arraché – permettait de voir dans l’espace situé à l’arrière de la baie cintrée.

24Ce petit escalier est le seul moyen d’accès à la pièce (102) qui présente en plan les mêmes dimensions que la pièce inférieure (002) (pl. 5b). Le parement des murs est un peu moins soigné qu’au rez-de-chaussée, travaillé simplement au pic plutôt qu’à la pointe. Du côté nord, une fenêtre de 0,90 m de large et 1,40 m de haut ouvre en façade ; elle était close par deux battants en basalte, maintenus dans des contre-crapaudines de 20 cm de diamètre. à l’extérieur, l’encadrement est en saillie et sa moulure est plus complexe que celle de la fenêtre de la pièce 104. Une seconde fenêtre, plus petite (0,45 x 0,60 m) et située du côté sud, éclaire la pièce ; on pouvait la fermer à l’aide d’un volet en basalte, encastré dans des crapaudines de 15 cm de diamètre ; un auvent la protégeait à l’extérieur. Du côté est, sans doute reconstruit au moment de la création de la kalybé, outre l’accès depuis la pièce inférieure, on trouve une grande niche quadrangulaire de 1,10 m de large, 1,20 m de haut et 1,30 m de profondeur et une seconde porte de 0,75 m de large et 1,75 m de haut, ouvrant sur une volée de marches menant jusqu’au toit. Le seuil de la porte, situé à 1,10 m du sol, est précédé d’une marche au profil en biseau sous laquelle il fallait placer un escabeau pour accéder à l’ouverture. La contre-crapaudine de seulement 8 cm de diamètre indique que le battant était en bois et, en position d’ouverture, il s’encastrait dans un renfoncement ménagé dans la paroi sud. Dans l’angle nord-est de la pièce apparaît le mur arrière arrondi de la niche demi-circulaire mise en place au cours de la seconde phase de construction. Mais il n’y a pas trace de l’arc signalé par Bankes et par Butler, ce qui signifie que le plafond n’a pas été reconstruit après effondrement et que la pièce a été désaffectée.

  • 33 Voir ci-dessous, p. 265 et p. 268.

25C’est aussi le cas de la pièce haute orientale (104), à laquelle on accède aujourd’hui par une porte installée, après le passage de Bankes, côté est. à l’origine, le seul moyen de l’atteindre était de se hisser jusqu’à la fenêtre de la façade nord, les dimensions de cette dernière étant de 0,72 m de large et 1,25 m de haut. L’encadrement mouluré est flanqué, à gauche, d’une inscription grecque gravée dans un cartouche à queues d’aronde33. Deux autres fenêtres, de dimensions plus exiguës, sont conservées sur les côtés sud et ouest, celle de l’ouest étant obstruée par le mur du bâtiment adossé ; une troisième existait à l’emplacement de la porte tardive à l’est. La couverture s’est effondrée, mais il reste suffisamment d’éléments pour restituer le dispositif original, identique à celui des pièces (002) et (004) (pl. 2c). Et comme pour (102), le plafond n’a pas été réparé et l’espace a été désaffecté.

Planche 2c

Planche 2c

Restitution du système de couverture original des pièces latérales (dessin P. Duboeuf 2007).

  • 34 En 2007, le torse gisait encore au milieu d’autres blocs et de parpaings immédiatement à l’ouest de (...)
  • 35 Il est difficile de trouver le terme approprié pour désigner la partie principale de ce monument. A (...)
  • 36 Vogüé 1865-77, p. 44-45, fig. 9 ; Mascle 1944, p. 122-125.
  • 37 Je remercie Pauline Piraud-Fournet, architecte IFPO, de m’avoir signalé la forme particulière de ce (...)

26La partie principale de l’édifice, celle qui lui vaut l’appellation de kalybè, s’ouvre largement au milieu de la façade au moyen d’une baie cintrée de 4,12 m de large et 5,80 m de haut, flanquée d’une unique niche en cul-de-four de 2,30 m de large et 5 m de haut. L’archivolte de la grande baie est moulurée et précède un vaste espace de 5,45 x 4,95 m de côté. Les couronnements des piédroits étaient flanqués de consoles, celle de droite subsistant partiellement sous la forme d’un support d’acrotère à couronne de feuilles ; d’après Bankes, et Butler, des Victoires s’y dressaient (pl. 3a et b). S’il n’y a plus trace de ces Nikés latérales, il reste la moitié inférieure du corps de celle qui dominait l’ouverture34. Les parois intérieures de ce naos35 sont faites d’un appareil rectangulaire régulier au parement piqueté, avec des joints fins, beaucoup n’étant pas verticaux mais en biais. Les parois portent des traces d’un enduit blanc de chaux mélangée à de fins gravillons de basalte. Du côté ouest se trouvait une petite fenêtre haute, déjà mentionnée, donnant sur l’escalier reliant les pièces (002) à (102) ; et dans l’angle à droite, une ouverture étroite, précédée d’une marche, permettait de se hisser dans la niche latérale. Au sommet des quatre côtés subsistent une rangée de corbeaux courts, au profil en sifflet, formant une corniche filante, et au-dessus quelques vestiges de la couverture : côtés nord et est, des parpaings de basalte et de l’opus caementicium de moellons de lave rouge et de chaux mélangée à des gravillons de basalte. Si une couverture en béton romain est attestée, on ne retrouve pas le système décrit par Vogüé et Mascle pour les dômes des kalybés de Shaqqa et d’Umm az-Zeitun36. Les vestiges conservés incitent plutôt à restituer un autre dispositif, voûte en berceau ou coupole en tronc de pyramide comme aux thermes du Sud de Bosra37. La hauteur visible sous corbeaux est de 5 m actuellement, mais on peut la restituer à un peu plus de 6 m. Au moment de la transformation du monument en habitation, la baie a été bouchée (pl. 3a) et l’espace couvert au moyen d’un dispositif léger en bois, dont les trous d’ancrage sont visibles sur les quatre côtés. Ce vaste espace, protégé par un dôme aplati ou un berceau, a pu servir d’écrin à une statue monumentale. L’unique niche latérale en cul-de-four est équipée d’une banquette sur laquelle se dressait une autre statue qui pouvait avoir jusqu’à 2,50 m de haut.

  • 38 Voir ci-dessous, p. 22 et p. 24.
  • 39 Prentice 1908, n° 363 ; Waddington 1870, n° 2095.

27à gauche de la large baie cintrée figure la deuxième inscription grecque38. Comme la précédente, elle est illisible du pied du monument. Elle commémore la construction de la seconde partie de l’édifice, précise le coût de l’opération et la provenance des sommes qui y furent consacrées39.

n° de pièce

Dimensions

en plan

Hauteur

Portes

Niches

Autres

largeur

hauteur

Contre-crapaudines

001 Cour

/

002 Pièce

5,18 EO x 4,92 NS

4,62 m

1 m

1,68 m

2

22,5 cm diam.

11 cm prof.

Battant en basalte  :

21 cm ép.

0,66 m de l

1,68 m H

003 Pièce

6,52 EO x 4,87 NS

2,83 m

1,02 m

Pas d’origine

Nord  : 2 niches

0,65 m l

1 m H

0,72 m prof.

004 Pièce

4,61 NS x 5,63 EO

4,11 m

1,04 m

1,60 m

2

22,5 cm diam.

11 cm prof.

Angles SE et NO  :

1 console à env. 1,50 m du sol

102 Pièce

6 EO x 4,87 NS

couverture effondrée

0,82 m

0,74 m

1,70 m

1,75 m

1

6 cm diam.

5 cm prof.

1

8 cm diam.

5 cm prof.

Est  :

1,12 m l

1,17 m H

1,30 m prof.

Fenêtre N  :

0,88 m l

1,42 m H

2 CR 20 cm diam. et 10 cm prof.

Fenêtre S  :

0,45 m l

0,60 m H

1 CR 15 cm diam. et 9 cm prof.

103 Naos

5,45 EO x 4,95 NS

5,07 m sous corbeaux

4,12 m

5,50 m

/

/

104 Pièce

4,55 NS x 5,63 EO

couverture effondrée

Fenêtre N  :

0,72 m l

1,25 m

2 CR 14 cm diam. 9 cm prof.

Fenêtre S  :

0,46 m l

0,56 m H

1 CR 15 cm diam. et 9 cm prof.

Fenêtre O  :

0,44 m l

0,60 m H

1 CR 14 cm diam. et 9 cm prof.

28En conclusion de cette partie descriptive, rappelons que la kalybé de Hayat s’insère sans difficulté dans l’architecture de la région car elle en présente les caractéristiques habituelles : l’utilisation à la fois d’un matériau unique, le basalte, de la technique des murs à double cours et du système de couverture à l’aide de dalles de pierre. En revanche, l’appareil à bossage du parement extérieur est surprenant puisqu’on ne le trouve pas d’ordinaire dans l’architecture monumentale. La disposition des dalles de couverture des pièces latérales est également exceptionnelle et n’a jamais été employée dans l’architecture domestique par exemple, où la largeur des petites pièces est en général inférieure à 3 m. Et l’installation d’un escalier étroit dans l’épaisseur d’un mur est tout aussi inhabituelle, d’autant plus que cet escalier semble avoir été conçu pour être dissimulé.

29Mais la véritable spécificité de l’édifice est la grande baie cintrée, surélevée d’environ 2 m par rapport au niveau de circulation, qui ouvre sur un vaste naos de plan presque carré, couvert non pas de dalles de pierre reposant sur un arc médian, mais d’une voûte ou d’un dôme en opus caementicium, un couvrement que l’on ne rencontre que dans les monuments civils et impériaux. L’originalité de la kalybé de Hayat est encore accrue si l’on considère sa constitution à partir d’au moins deux édifices différents : une tour quadrangulaire contre laquelle a été appuyé un bâtiment rectangulaire. Toutefois, l’examen détaillé du monument conduit à envisager la possibilité de l’antériorité non pas d’une tour, mais de deux tours distantes de pratiquement 7 m, entre lesquelles aurait été emboîté le naos. La partie centrale a été adossée à la tour orientale, tandis qu’elle aurait été chaînée avec la tour occidentale, nécessitant le démontage préalable de son mur est. Ce démontage se serait imposé afin de permettre aux constructeurs d’installer le petit escalier pour relier les deux pièces superposées et le toit de la tour ouest, et surtout d’équiper la façade principale d’au moins une niche latérale demi-circulaire et couverte d’un cul-de-four. Les indices validant l’hypothèse d’un tel remaniement sont : la largeur de la surface à bossage à l’extrémité ouest de la façade, qui correspond à la largeur de la tour orientale, le bossage des blocs situés sous la niche à cul-de-four qui a été sommairement ravalé et l’apparente reprise en sous-œuvre de l’arrondi de la niche dans l’angle de la pièce (102). L’existence d’une seule niche latérale pourrait se justifier par le manque de place ; des trois kalybés connues, celle de Hayat possède déjà la baie cintrée la moins large et il n’était pas possible de la réduire encore, sous peine d’altérer son caractère monumental ; et plutôt que de les supprimer complètement, les constructeurs ont décidé de n’installer qu’une seule niche latérale, le minimum indispensable pour ne pas dénaturer la signification de la façade. Et puis, on peut invoquer la similitude de traitement des espaces intérieurs des deux tours, notamment en ce qui concerne les dispositifs de couverture des pièces.

30Ainsi, dans une première phase, on aurait eu deux tours, distantes de 7 m environ et regardant en direction du nord. Une porte permettait de pénétrer dans leur pièce du rez-de-chaussée, tandis qu’il fallait adosser une échelle contre la façade et l’encadrement de la fenêtre nord de leur pièce d’étage pour s’y hisser. Lors de la création de la kalybé, les dispositions de la tour orientale ne changent pas, en revanche, les deux pièces superposées et le toit de la tour occidentale sont reliés par un escalier. Une troisième pièce de rez-de-chaussée est intercalée entre les deux précédentes, accessible de plain-pied par une porte en façade. Elle est surmontée du naos, dans lequel on peut pénétrer au moyen de l’escalier de façade équipé de deux volées disposées en V renversé.

Constitution d’une série

  • 40 Vogüé 1865-77, p. 41.
  • 41 Dentzer et alii 2002, p. 116-121.
  • 42 Butler PAAES IIA 1903, p. 383, 397-398 ; Butler PPUAES IIA 1919, p. 251-55, ill. 225-236 ; Mascle 1 (...)
  • 43 Segal 2001.

31De son temps, M. de Vogüé avait estimé qu’il existait d’assez nombreuses kalybés en Syrie du Sud sans en donner de liste40. à la courte série de celles de Shaqqa et d’Umm az-Zeitun que son prédécesseur avait décrites, H. C. Butler a ajouté celle de Hayat et a interprété comme une autre kalybé les vestiges d’un bâtiment qui s’est révélé avoir été un nymphée à Bosra41. Il a comparé ce dernier au monument de Shahba, qui domine à l’ouest le forum de Philippe l’Arabe42. Plus récemment, la liste des kalybés a été allongée jusqu’à huit exemplaires par A. Segal, les trois monuments supplémentaires étant le temple hexastyle bordant le decumanus de Shahba, le temple C dans le “Sérail” de Qanawat et l’“exèdre” de Bosra43.

A. Les kalybés décrites par Melchior de Vogüé

1. La kalybé d’Umm az-Zeitun

  • 44 Vogüé 1865-77, p. 43-44, pl. 6, 4-5.
  • 45 Les dimensions des substructures en place ne permettent pas de restituer un espace exactement carré (...)
  • 46 Voir la tombe archaïque de Praisos, Orlandos 1968, 2, p. 198, fig. 239.
  • 47 Vogüé, 1865-77, p. 44, fig. 9 ; Cf. aussi Creswell 1932, p. 308 ; Choisy 1883, p. 162, Orlandos 196 (...)

32Peu de voyageurs sont passés par Umm az-Zeitun et, pourtant, le site ne manque pas d’intérêt : de grandes maisons, trois ou quatre birqehs, et la kalybé dans la partie haute de l’agglomération, presque à sa limite sud-ouest. En 1816, W. J. Bankes y a fait une brève étape, au cours de laquelle il a relevé seulement quelques inscriptions. C’est M. de Vogüé qui fait l’analyse du monument – aujourd’hui encore – la plus complète44. Au moment de son passage, la partie gauche du bâtiment et la couverture de l’espace central s’étaient déjà effondrées et les éboulis recouvraient entièrement le perron devant la façade. Mais il restait suffisamment d’éléments pour constater l’existence d’une coupole. Vogüé décrit un édifice de petite taille, formé d’une façade comportant une large baie centrale et deux niches latérales, la baie ouvrant sur une salle carrée, en saillie à l’arrière de la façade45. L’installation d’une calotte hémisphérique sur un espace cubique est un problème ancien46 qui a été résolu par l’utilisation de pendentifs en segment de sphère, au début du vie siècle, par les architectes de Sainte-Sophie à Constantinople. Trois siècles plus tôt, la question était aussi à l’étude dans le Hauran et les vestiges de la kalybé d’Umm az-Zeitun ont permis à M. de Vogüé d’expliquer le système mis en œuvre par les architectes de l’époque : « on commençait par couvrir chacun des angles du carré de dalles qui ramenaient le vide intérieur à la forme octogonale ; puis sur cette assise, on montait une assise de pierres appareillées, en plaçant une pierre à cheval sur chacun des angles. Deux assises posées d’après le même procédé transformaient le carré primitif en un polygone de trente-deux côtés, trop peu différent d’un cercle pour qu’il ne fût pas facile d’en faire la base d’une coupole hémisphérique. Celle-ci, faite en blocage de béton, formait une calotte concrète qui reposait sur tous les points de son périmètre inférieur, et rentrait par conséquent dans les conditions de toutes les coupoles antiques posées sur un tambour cylindrique » (pl. 11b-b’)47.

Planche 11b

Planche 11b

Plan et élévation de la Kalybé d’Umm az-Zeitun d’après Vogüe 1865-77, pl. 6.

Planche 11b’

Planche 11b’

Dispositif de passage du plan quadrangulaire au plan circulaire observé à la kalybé d’Umm az-Zeitun par Vogüe1865-77, p. 444.

  • 48 Vogüé 1865-77, p. 43 ; Waddington 1870, n° 2545-2546 ; Graham 1858, p. 226-263 ; Littmann et alii 1 (...)

33L’appellation de “kalybé” employée par M. de Vogüé découle du contenu des deux inscriptions de fondation qu’il a vues en place – et qui le sont toujours – sur la façade du monument. De part et d’autre de la baie centrale, un cartouche à queues d’aronde contient un texte grec, de huit lignes à gauche et de six lignes à droite. Le premier dit : « À la Bonne Fortune. Pour la santé et la victoire de l’empereur M. Aur. Probus Augustus, durant la septième année fut construite la sainte kalybé par la communauté du village, avec succès ». Le second précise : « À la Bonne Fortune. La communauté du village et du dieu a construit la sainte kalybé, par les soins d’Ulpius Cassianus vétéran, et de Ghadu, (fils) de Shahur, bouleute, et de Nigrinus, (fils) de Marinus vétéran, pronoètes ». Ainsi la kalybé d’Umm az-Zeitun a été édifiée en 282, sous la direction d’un magistrat villageois, d’un vétéran et d’un fils de vétéran, tous trois pronoètes, c’est-à-dire superviseurs ou administrateurs des travaux48. Ces deux inscriptions sont les seules à définir ce genre de monument comme étant une « ἱerἁ kalύbh ». Nous reviendrons plus loin sur cette formule.

  • 49 Butler PAAES II 1903, fig. p. 412.
  • 50 Butler PPUAES IIA5 1919, p. 361-362.
  • 51 Mascle 1944, p. 88.
  • 52 La pièce sud fait 5,30 x 1,68 m de côté ; la pièce nord fait 5,60 x 3,40 m de côté et sa couverture (...)

34Lors du passage de Butler, l’édifice avait été réaménagé en salle de réunion villageoise, mais des vestiges du dispositif de couverture original subsistaient : des poutres de 1,80 m de long, placées aux angles et à hauteur d’une assise de corbeaux. Au-dessus, le mur s’incurvait doucement jusqu’à former un cercle sur lequel prenait appui la coupole en opus caementicium de scories légères et poreuses liées au ciment, qui subsistaient sur une hauteur d’un mètre par endroits. D’après l’auteur, ce dôme n’était pas hémisphérique mais outrepassé, comme celui de l’église Saint-Georges à Ezra’ datée de 51549. Il précisait que, comme l’édifice de Hayat, la kalybé d’Umm az-Zeitun est orientée au nord, et tout comme Vogüé, il mentionnait une pièce souterraine. à l’époque de Butler déjà, le niveau de sol correspondant au réaménagement était plus haut que l’original et accessible par un escalier sommairement construit desservant un palier installé devant la nouvelle entrée. La baie centrale avait été bouchée et une petite porte ouvrait sur un intérieur très sombre50. Au temps de Mascle51, la kalybé servait déjà, et comme aujourd’hui, d’habitation. Sous l’emplacement du naos à coupole, il n’y a pas une mais deux pièces, encore accessibles par de petites portes latérales situées côté ouest52. Bien que moins soigneusement réalisées, elles sont comparables aux vides de nivellement sous la kalybé de Shaqqa.

2. La kalybé de Shaqqa

  • 53 Vogüé 1865-77, p. 41-43, pl. 6, fig. 1-3.

35La kalybé de Shaqqa borde le côté sud d’une placette délimitée à l’ouest par l’imposante bâtisse qui porte le nom de Kaisariyeh, et les deux façades sont exactement perpendiculaires. Elle est en limite orientale de l’agglomération et il n’y a aucune habitation antique au-delà. Comme pour celle d’Umm az-Zeitun, c’est encore Vogüé qui fournit la description la plus précise, la qualifiant de « sanctuaire antique flanqué de deux ailes décorées de deux étages de niches, et de petites bases de statues »53. Cet édifice est un peu plus grand que celui d’Umm az-Zeitun et la baie centrale était encadrée non par des niches hautes, mais par des niches superposées deux à deux (pl. 11c et e). Pour le reste, l’aspect était similaire. L’auteur précise que le plancher du naos « était formé de dalles posées sur un système souterrain d’arcs parallèles, à trois niveaux différents, afin d’exhausser le fond du sanctuaire ». C’est exact, mais l’objectif n’était pas de ménager à tout prix un « étage souterrain » pour y installer un oracle. Le même système se retrouve, à l’identique, sous le pronaos et le vestibule de la Kaisariyeh voisine, car les deux monuments ont été bâtis sur un terrain en pente d’ouest en est et qu’il a fallu leur ménager une assiette plane. Cela n’empêche pas ces vides de nivellement d’avoir eu une fonction pratique, comme de servir d’écuries sous la Kaisariyeh.

Planche 11c

Planche 11c

Façade principale nord de la kalybé de Shaqqa, état actuel.

Planche 11e

Planche 11e

Élévation de la façade nord et plan de la kalybé de Shaqqa d’après Vogüe 1865-77, pl. 6.

  • 54 L’espace ainsi délimité correspondait à la superficie de la terrasse qui précédait l’édifice, situé (...)

36Le naos de la kalybé de Shaqqa, plus vaste que celui d’Umm az-Zeitun (voir tableau p. suiv.), était couvert de la même façon, à l’aide d’un dôme. Vogüé ne précise pas que le hall d’entrée de la Kaisariyeh voisine, encore plus vaste (11,20 x 8,50 m de côté et 7,75 m de hauteur visible sous les dalles disposées en biais dans les angles nord et sud-est) était couvert par le même dispositif. En décrivant l’appareil de façade, il signale des blocs avec ciselure périmétrale, caractéristique également valable pour la façade de la Kaisariyeh. D’ailleurs l’orientation parfaitement perpendiculaire des deux bâtiments constitue un indice supplémentaire de leur appartenance à un seul et même programme monumental. À l’angle nord-ouest de la kalybé de Shaqqa on observe les traces d’arrachement de ce qui pouvait être un muret délimitant l’espace situé en avant de l’édifice, une sorte de parapet de seulement deux ou trois assises de haut pour ne pas gêner la visibilité de la façade54. Rien de semblable n’est visible sur les façades des kalybés de Hayat et d’Umm az-Zeitun.

  • 55 Waddington 1870, n° 2158.
  • 56 Butler PAAES IIA 1903, p. 396, fig. 140 et 141 et photo p. 397.
  • 57 Dentzer-Feydy 1986, p. 298.

37à l’époque byzantine, la kalybé de Shaqqa a été transformée en martyrion dédié à saint Georges. Vogüé précise que l’autel avait été placé sous la coupole, derrière une barrière en bois dont il avait encore vu les trous de scellement dans les piédroits de la baie centrale. On aurait aussi ajouté, devant la façade, une sorte de vestibule (pl. 11e) dont la limite nord devait correspondre à celle du vide de nivellement encore en place. C’est le linteau de l’entrée de ce vestibule qui portait l’inscription vue par Waddington en 1860 et qui attribuait à l’évêque Tiberinus la construction du petit sanctuaire, plaçant en l’an 263 de l’ère locale l’achèvement des travaux, soit en 549, 550 ou 56555. Butler se contente de reproduire le plan et la coupe de Vogüé56 et ajoute quelques informations mineures. Le profil sobre des moulures, la ressemblance avec la kalybé d’Umm az-Zeitun et l’appartenance au même programme que la Kaisariyeh permettent de dater la kalybé de Shaqqa de la 2e moitié du iiie siècle57.

  • 58 En italique, les dimensions de Voguë, en droit, nos dimensions.

Dimensions

de la façade

Dimensions

de la baie centrale

Dimensions

du naos

Dimensions des

niches latérales

Epaisseur

des ailes

Umm az-Zeitun58

354° N - 174° S

13,28 m l

4,30 m l

5,29 m H

6 x 5,60 m (restit.)

5,80 x 5,80 m

2,12 m

Shaqqa

360° N - 180° S

20,35 m l

7,60 m H

5,55 m de l

6,30 m H

8,15 x 8,15 m

2,55 m de l

2,69 m de H

1,40 m de prof.

2,03 m

Hayat

340°N - 160° S

22,20 m l

9,30 m H (vis.)

9,80 m H (restit.)

4,12 m l

5,80 m H (restit.)

5,45 EO x 4,95 NS

6 m sous corbeaux (restit.)

2,30 m l

4 m H

6,50 m

(larg. bât.)

B. Particularités de la kalybé de Hayat

38La principale particularité de la kalybé de Hayat correspond à la constitution de l’édifice à partir de deux tours identiques, distantes de 6,70 m, entre lesquelles le naos à coupole a été installé. Or des tours semblables ont été identifiées dans la région. L’existence d’un escalier intérieur est une autre singularité de la kalybé de Hayat. Et, dernière originalité, de nombreux fragments de sculpture gisaient devant l’édifice.

1. Les tours

39La structure de la kalybé de Hayat est très dépendante des deux tours qui en constituent les extrémités, et leur antériorité par rapport au naos est très vraisemblable. Ces tours jumelles trouvent un étonnant parallèle sur un site tout proche : deux tours qui présentent les mêmes dimensions en plan, le même parement extérieur à bossage, les mêmes ouvertures superposées desservant deux pièces pareillement superposées et couvertes selon les mêmes techniques. Ce site est celui de Shaqqa, à moins d’une dizaine de kilomètres au sud-est de Hayat.

a. Les tours de Shaqqa

  • 59 Vogüé 1865-77, p. 58, pl. 18 et 22.
  • 60 C’est là notamment que se trouvent les vestiges du mausolée hexagonal à trois côtés concaves, voir (...)

40à l’extrémité orientale de l’agglomération de Shaqqa se dresse l’ensemble que M. de Vogüé a qualifié de “Deir” et qui correspond à une église flanquée de bâtiments organisés autour d’une cour au nord. La façade de cette église a été prélevée sur un monument antérieur et installée entre deux tours préexistantes (pl. 9a)59. La tour nord est conservée sur une hauteur notable mais seuls les deux niveaux inférieurs sont originaux ; la tour sud est presque entièrement détruite et a été englobée dans un bâtiment tardif. Une porte de 1 m de large et 1,80 m de haut ouvre sur le rez-de-chaussée et une autre de 0,90 m de large et 1,50 m de haut dessert l’étage, et ces ouvertures sont situées côté est des deux tours (pl. 9b). Elles étaient closes par des vantaux en basalte, conservés au niveau inférieur du monument sud, et comparables à celui que l’on peut encore voir à la kalybé de Hayat. Les deux tours, distantes de 18 m et orientées de la même façon, étaient identiques avec 6,60 x 7,60 m de côté et un parement extérieur à bossage ; et comme elles se trouvent dans l’axe de l’entrée principale de la Kaisariyeh située à environ 400 m à l’ouest, on est tenté de les considérer comme constituant la porte orientale de la cité de Maximianopolis. Cependant, les ouvertures mentionnées précédemment sont à l’est, soit du côté extérieur par rapport à l’agglomération. Et il est difficile d’imaginer ici une porte de ville, d’autant plus qu’une zone de nécropole est attestée entre ces tours et la Kaisariyeh60. Ainsi, les deux tours de Shaqqa se trouvaient à l’origine en dehors de l’agglomération, tout comme celles à Hayat.

Planche 9a

Planche 9a

Shaqqa-Maximianopolis : relevé de la façade principale ouest du Deir.

Planche 9b

Planche 9b

Shaqqa-Maximianopolis : la tour nord du Deir vue du nord-est.

41L’appareil à bossage d’économie du parement extérieur est de qualité équivalente à celui de la kalybé à Hayat, avec des boutisses nombreuses à toutes les assises, disposées isolément ou par paires, et des blocs parfois très longs. La superposition des ouvertures est un autre point commun, tout comme les trois petites fenêtres installées dans les autres murs de l’étage. De plus, le mauvais état de conservation et les remaniements de l’intérieur des deux tours n’empêchent pas d’identifier une autre similitude, au niveau des plafonds : au rez-de-chaussée et au premier étage de la tour nord subsistent partiellement deux rangées de corbeaux en encorbellement au-dessus des longs côtés nord et sud, ainsi que des dalles courtes sur les petits côtés. Après effondrement, les tours ont été réparées, comme à Hayat pour celle du sud, avec l’ajout d’un arc au rez-de-chaussée et sans doute l’abandon de l’étage. Dans la tour nord, c’est un mur de refend qui a été installé au milieu des pièces de rez-de-chaussée et d’étage, le dispositif ayant encore été renforcé par l’ajout d’un arc dans la moitié orientale de l’étage.

42Toutes ces similitudes convergent et suggèrent que les tours de Shaqqa et de Hayat datent de la même période mais aussi qu’elles pouvaient avoir la même fonction.

b. La tour d’Inkhil

  • 61 Clauss-Balty 2008.

43Dans le nord de la haute plaine de la Batanée, la beyt Al-Alou se dresse sur le terrain de l’ancienne metrocomia d’Inkhil-Neeila. Elle englobe les parties originales d’une demeure antique que le décor sculpté permet de dater du iiie siècle. Deux ailes de cette maison sont adossées contre un édifice plus ancien qui est une tour de 8,20 x 8,80 m de côté dont le parement extérieur à bossage présente des boutisses à toutes les assises et emploie des blocs d’une grande longueur. L’entrée, de 0,93 m de large et seulement 1,50 m de haut, se trouve côté ouest, non au milieu de la façade, mais décentrée. à l’intérieur, l’espace est scindé en deux pièces barlongues et communicantes par un mur de refend appartenant à l’état original. L’édifice initial comportait au moins un rez-de-chaussée et un étage ; plus haut, les réfections empêchent de trancher (pl. 9c)61.

Planche 9c

Planche 9c

Inkhil : face nord de la tour à bossage de la Beyt al-Alou.

  • 62 Bauzou 1989, vol. 1, p. 235-236, vol. 2, pl. 93, fig. B.

44Si la tour d’Inkhil peut être contemporaine des tours de Hayat et de Shaqqa, elle n’a pas eu la même fonction et s’apparenterait plutôt aux tours de guet qui jalonnaient la voie romaine Suweida’-Bosra62.

Dimensions

en plan

Parement

extérieur

Accès

Aménagement intérieur original

Tour nord

de Shaqqa

6,60 x 7,60 m

bossage

2 ouvertures superposées à l’est

Au moins

2 pièces superposées

Tour sud

de Shaqqa

6,60 x 7,60 m

bossage

2 ouvertures superposées à l’est

Au moins

2 pièces superposées

Tour

d’Inkhil

8,20 x 8,80 m

bossage

2 ouvertures superposées à l’ouest

2 niveaux assurés avec 2 pièces/niveau

Tour est de la kalybé à Hayat

6,40 x 7,40 m

bossage

2 ouvertures superposées au nord

2 pièces superposées

c. D’autres tours ?

  • 63 Les blocs « à tenon » sont en forme de T renversé, et ceux « à mortaises » sont en forme de P.
  • 64 Pour la datation des maisons d’Inkhil et de Muhajat, cf. Dentzer-Feydy 2008.

45On trouve des blocs à bossage dans de nombreux villages de Syrie du Sud, mais le plus souvent en remploi, et il est impossible de savoir de quels monuments ils proviennent. C’est le cas, par exemple, pour une tour ajoutée à la beyt Abdel Abdallah Al-Hamdan à Kafr Shams (pl. 9d), dont le parement extérieur comporte des pierres à bossage en remploi à hauteur de l’étage, mais aussi des blocs à tenon et mortaises63, une technique fréquente pour les monuments d’une certaine hauteur. Autre cas de réutilisation : dans le gros village de Muhajat, à la limite orientale de la Batanée, des pierres à bossage ont été remployées dans la construction du mur d’enceinte de la maison n° 3 (« Dar Jelem »), attribuée au vevie siècle64.

Planche 9d

Planche 9d

Kafr Shams : tour ajoutée à l’aile nord de la Beyt Hamdan.

  • 65 La maison de Flavius Seos à Hayat et l’église du Deir à Shaqqa en sont d’excellents exemples.

46Ces remplois permettent simplement de déduire que les appareils à bossage sont antérieurs à l’époque byzantine, époque durant laquelle la pratique de la réutilisation s’est véritablement généralisée, avec parfois le démontage complet de monuments qui ont aujourd’hui complètement disparu65.

Planche 9e

Planche 9e

Hayat : le Burdj.

2. Un escalier intérieur

47Des trois kalybés connues, seule celle de Hayat est équipée d’un escalier intérieur. Il appartient à la partie ajoutée et reliait la pièce de rez-de-chaussée ouest (002) à la pièce d’étage (102) et au toit. Au passage, il était possible de jeter un coup d’œil dans le naos couvert d’une coupole au moyen d’une petite fenêtre aménagée sur la première volée de marches.

  • 66 Freyberger 1989 ; Dentzer-Feydy 1997.
  • 67 Zayadine et alii 2003.
  • 68 Amy 1950, p. 135.
  • 69 La mauvaise conservation de la partie haute des temples n’autorise que très rarement des certitudes (...)
  • 70 Amer & Gawlikowski 1985, p. 8, fig. 2 à 5.

48Les escaliers intérieurs sont très rares dans les habitations de la région où ils sont le plus souvent relégués à l’extérieur ; et il n’y a que dans quelques temples du Hauran que l’on en trouve : le tycheion à Sanamein, les temples de Sleim et de Zeus à Qanawat66. Les niches latérales de l’adyton du Qasr el-Bint à Pétra sont également équipées d’escaliers qui permettaient de rejoindre au moins les combles67. Comme l’a montré R. Amy, aucun usage rationnel de ces escaliers dans l’économie intérieure des temples ne peut être défini68 et il faut sans doute les prolonger jusqu’au toit. Or, dans la kalybé de Hayat, suffisamment bien conservée, l’escalier conduit effectivement au toit. Et bien qu’aucun texte ne fasse référence à un culte sur le toit, l’hypothèse est plausible69. Mais dans le cas de la kalybé de Hayat, l’escalier a pu avoir une fonction plus pratique. En effet, il est très étroit (0,70 m de large) et son accès est malaisé, par une porte exiguë située à plus de 2 m du sol. Tout porte à croire que cet escalier était dérobé et qu’il avait été conçu pour protéger quelque chose : sans doute l’accès à la pièce haute (102) qui a pu servir de trésor. Et si une seconde volée de marches permettait d’atteindre le toit, c’était sans doute pour surveiller les environs depuis un point haut, alors que l’édifice se dressait, isolé, dans une vaste campagne. Il est intéressant de noter que, dans la cité toute proche de Shahba-Philippopolis, le petit bâtiment quadrangulaire situé sur le côté sud du forum, plutôt bouleuterion que mausolée, est également équipé d’un escalier installé dans l’épaisseur du mur est, conduisant directement au toit ; il est d’autre part fort probable que la couverture de l’édifice était assurée par un dôme en opus caementicium. Sur le côté ouest du même forum, le sanctuaire impérial abrite dans la masse de sa maçonnerie un escalier qui met en relation un accès par le sous-sol, la pièce située à droite de l’abside médiane et le sommet en cul-de-four de cette même abside70. Bien qu’il n’y ait ici que très peu de ressemblance avec la kalybé de Hayat, on perçoit avec les monuments de Shahba une similitude de technique avec l’aménagement de cages d’escalier étroites, dans l’épaisseur des murs, dont la fonction était plus pratique que cultuelle.

C. Questions de chronologie

  • 71 Dentzer-Feydy 1986, p. 298.

49Seule la kalybé d’Umm az-Zeitun est datée, de 282 après J.-C., soit la dernière année du règne de l’empereur Probus. Pour celle de Hayat, la première dédicace mentionne une offrande chiffrée en drachmes et la seconde un montant en deniers. Ceci permet d’évaluer une fourchette bien lâche il est vrai, avec la construction des deux tours avant 254 et l’installation de la kalybé opérée après 235. La kalybé de Shaqqa ne comporte aucune inscription, cependant nous savons qu’elle a été construite en même temps que l’extension de la Kaisariyeh, datée de la seconde moitié du iiie siècle en fonction du décor architectural71, et nous connaissons l’existence d’une statue de la Fortune de la Saccée dédiée en 238, soit avant la construction de la kalybé. Enfin, l’agglomération de Shaqqa a obtenu le statut de cité en 286, 287 ou 302. Il existait cependant dans la région toute proche une autre cité, plus ancienne, celle de Shahba-Philippopolis, fondée durant le court règne de Philippe l’Arabe, entre 244 et 249. Et c’est sans doute lors du tremblement de terre de 363, que la kalybé de Hayat et les tours de Shaqqa sont endommagées et partiellement réparées.

50Ces quelques données chronologiques ne permettent pas de dater avec précision les kalybés de Shaqqa et de Hayat. On peut seulement supposer que :
- si les tours à bossage de Hayat sont antérieures à 254 après J.-C., vu leur ressemblance, celles de Shaqqa doivent être contemporaines ;
- si la kalybé d’Umm az-Zeitun a été construite avant que la cité de Maximianopolis ne soit créée, peut-être en va-t-il de même pour la kalybé de Shaqqa ;
- si les kalybés sont des édifices d’une certaine importance, qui ont bénéficié de l’intervention de maçons qualifiés, l’une étant dédiée à l’empereur, toutes les trois ont dû avoir la même fonction et ont dû être construites dans un laps de temps assez court ;
- si la cité de Maximianopolis n’existait pas encore, peut-être faut-il alors rattacher l’existence des kalybés à celle de Philippopolis, dont l’histoire nous est pratiquement inconnue.

1. À Shaqqa

  • 72 Le monument a été étudié et relevé lors d’une mission de terrain effectuée en novembre 2007. Il ser (...)
  • 73 Vogüé 1865-1877, p. 55-56, pl. 15 et 16.

51Shaqqa nous paraît aujourd’hui le site le plus important des trois, en raison de ses dimensions et des vestiges conservés. Sa kalybé est celle qui possédait la façade la plus régulière, avec un vaste naos médian et deux fois deux niches latérales superposées (pl. 11e) ; des deux kalybés aux façades symétriques, elle est aussi la plus grande. Si la technique de couvrement d’un cube au moyen d’un dôme a connu de nombreuses tentatives depuis au moins la période archaïque, à Shaqqa, deux monuments du iiie siècle comportaient une coupole. Ce n’est d’ailleurs pas la seule innovation sur le site : la salle sud de la Kaisariyeh présentait des dimensions remarquables de 36 m de long, 8,70 m de large et 7,80 m de haut72, dont la couverture de dalles reposait sur une série de dix arcs transversaux. Ceux-ci n’étaient pas contrebutés, comme dans la basilique civile toute proche, par des arcs latéraux73. L’innovation technique a consisté ici à tenter d’utiliser, pour la première fois, des contreforts extérieurs maçonnés que l’architecture romane reprendra largement bien des siècles plus tard. Au iieiiie siècle, Shaqqa était un laboratoire, dans lequel aurait aussi pu être créé le modèle de la kalybé. Si le programme de monumentalisation de Shaqqa ne peut remonter aux règnes de Gordien III ou de Philippe l’Arabe, il ne peut correspondre aux courts règnes de leurs successeurs immédiats. Si les empereurs Valérien, Gallien, Aurélien et Probus ont tous été confrontés à des problèmes sérieux en Syrie, en raison des invasions perses ou des désirs de conquête de Zénobie, il est bien difficile de déterminer la politique menée dans le sud du pays et en particulier en Saccée.

2. À Umm az-Zeitun

52La kalybé d’Umm az-Zeitun, édifiée en 282, ne fait que 13,30 m de long, au lieu de 20,35 m pour celle de Shaqqa, et ses niches latérales ne sont que deux. Les techniques de construction sont comparables à celles de Shaqqa, notamment au niveau de l’aménagement d’une assiette plane par la création d’un vide de nivellement sous la partie à couvrir d’un dôme. Pour la construction de ce dôme, on peut envisager l’intervention de maçons venus de Shaqqa, capables de mettre en œuvre les mêmes techniques. En revanche, le soin apporté aux finitions dans les parties non visibles est nettement inférieur. Peut-on l’expliquer par une volonté de créer un édifice semblable, mais à un moindre coût ? On pourrait supposer, sans preuve formelle, que la kalybé d’Umm az-Zeitun était une copie réduite de celle de Shaqqa, financée par la communauté villageoise.

Planche 11a

Planche 11a

Façade principale nord de la kalybé d’Umm az-Zeitun, état actuel.

3. À Hayat

53La date de la kalybé de Hayat est plus difficile à évaluer, car nous ne pouvons avoir que deux assurances : les tours à l’origine de l’édifice sont contemporaines de celles de Shaqqa, antérieures à la construction de la kalybé d’Umm az-Zeitun et peut-être antérieures à 254. Ses dimensions et son aspect ne nous apprennent rien car elle résulte de la juxtaposition ou du remodelage de deux édifices. Un seul détail pourrait être significatif : la technique de couvrement du naos n’est pas la même que dans les deux autres kalybés. Elle adoptait plutôt la forme d’un berceau ou d’une coupole en pyramide tronquée, comme aux thermes du Sud à Bosra. Soit la kalybé de Hayat est le prototype, soit elle est la plus tardive des trois.

  • 74 Voir ci-dessus, n. 12 et 13.
  • 75 Pour donner une unité à la kalybé de Hayat, les constructeurs ont repris l’appareil à bossage à l’a (...)

54Bien que fortement modifiée à l’époque byzantine, l’ampleur de la localité de Hayat au iiie siècle ne devait pas être plus importante que celle d’Umm az-Zeitun, mais sa création avait vraisemblablement une origine militaire. Le site pourrait remonter à l’époque pré-impériale et appartenir au dispositif mis en place par Hérode pour pacifier la région74. Hayat a pu conserver une certaine importance militaire et stratégique à l’époque impériale, mais rien ne permet d’y justifier la création d’un nouveau type de monument. Il semble donc raisonnable de considérer cette kalybé comme la plus tardive des trois, réalisée immédiatement ou quelques années après celle de la pointe sud-est du Léjà. C’est apparemment par mesure d’économie que le naos couvert d’une coupole a été installé entre les deux tours préexistantes, imposant une déviation à la route venant du désert75. Le premier tremblement de terre que l’édifice eut à subir fut celui de 363 ; et le fait que les deux pièces d’étage n’aient pas été reconstruites au ive siècle montre qu’elles n’étaient plus indispensables au fonctionnement de l’édifice. C’est à ce moment que la dédicace d’une statue de Victoire a été remployée dans l’arc de la pièce de rez-de-chaussée orientale (004). Probablement déjà délaissée au vie, assurément au viiie siècle, la kalybé de Hayat n’a pas été transformée en église comme celle de Shaqqa et elle doit son bon état de conservation à sa situation isolée.

55En conclusion de cette analyse chronologique, on peut émettre l’hypothèse que la kalybé de Shaqqa est la plus ancienne et qu’elle a servi de modèle aux deux autres. Ce sont ensuite les villageois d’Umm az-Zeitun qui se sont rassemblés pour financer la construction de leur kalybé, plus petite et équipée de seulement deux niches latérales. Puis la communauté de Hayat, vraisemblablement moins argentée que celle d’Umm az-Zeitun, a voulu édifier la sienne, en recourant partiellement à des fonds privés et en réutilisant des constructions existantes.

Interprétation

A. Qu’est-ce qu’une kalybé ?

1. Le mot « kalybé »

  • 76 Liddel & Scott 1968, s.v. kalybè.
  • 77 Ginouvès 1998, p. 154.
  • 78 Hérodote, Hist. V, 16.
  • 79 Léonidas de Tarente, Anthologie Palatine VII, 295, 7.
  • 80 Strabon, VII, 5-12.
  • 81 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, X, 19.
  • 82 Plutarque, Pompée, 73,4.
  • 83 Vitelli 1915, 335.2.
  • 84 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 775.

56Ce terme, bien attesté dans différents textes de la littérature grecque76 à partir d’Hérodote, désigne toujours un abri léger, cabane ou hutte, proche de la tente, rustique et de caractère parfois provisoire77. Ainsi les Péoniens habitent dans des “cabanes” construites sur des pieux enfoncés dans le fond du lac Prasias en Thrace78. Thucydide (I, 133) évoque un “abri” à double paroi, où se cachent des éphores, édifié par les Spartiates pour interroger discrètement un messager de Pausanias et faire condamner ce dernier. Dans l’épisode de la peste d’Athènes (II, 52), il décrit les réfugiés de la campagne qui habitent non des maisons mais des “cabanes” étouffantes dans cette saison. Léonidas de Tarente décrit une “cabane” de pêcheur en roseaux au début du iiie siècle avant J.-C.79. En parlant de brigands dans un secteur situé au sud du Danube, Strabon dit qu’ils vivent dans des “huttes” et mènent une vie misérable80. Et puis, Cincinnatus retourne à sa petite “cabane” (mikron kalybion) et cultive ses champs81, alors que dans sa fuite, Plutarque dit que Pompée se réfugie dans une “cabane” de pêcheur82. Au iiie siècle de notre ère, un papyrus égyptien donne le nom de kalybè à une “tente” dressée sur le toit d’une maison pour dormir un été, selon une tradition toujours vivante en Egypte83. Le seul cas repéré montrant un sens différent pour kalybè se trouve dans Apollonios de Rhodes qui, au iiie siècle avant J.-C., parle de jeunes épouses recluses derrière des “tentures” neuves84.

  • 85 Augier 1999.
  • 86 Dentzer 1990, p. 209-210, n. 48 ; Sartre 2003, p. 907.
  • 87 Seyrig, Amy & Will 1975, p. 88-89 ; pl. 42, Album, pl. 91.
  • 88 Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 301-303.

57On peut s’étonner qu’un tel terme, dont le sens apparaît clair et cohérent à travers la série d’exemples, soit utilisé pour désigner une construction somme toute massive et monumentale. De plus, l’épithète de hiera que lui attribue l’inscription d’Umm az-Zeitun, montre clairement le caractère religieux de ce type d’édifice. On peut supposer que le terme a été choisi d’abord pour le distinguer des sanctuaires et des temples syriens “classiques” dont on connaît bien le vocabulaire utilisé couramment dans les inscriptions85. On est ainsi conduit à penser à un type d’édifice pour le moment mal représenté en raison même de son caractère léger et de ses matériaux périssables : peut-être l’édicule en bois ou roseau et à couverture de tissu ou de cuir qui pouvait abriter des images divines comme des bétyles, transportées par des tribus nomades païennes au cours de leurs migrations86. Un tel abri est représenté arrimé sur le dos d’un chameau d’un relief du temple de Bel à Palmyre87. Il pourrait s’agir d’une transposition en pierre d’un édicule de ce genre (qui porte le nom de qubbah), le point commun et significatif par rapport aux autres types d’édifices cultuels pouvant être la couverture arrondie, devenue voûte ou coupole. Ce genre de couverture continue à apparaître comme caractéristique dans les lieux de culte arabes anciens, à Bosra par exemple, dans la mosquée al-Mabrak88.

  • 89 Gawlikowski 1989, p. 326-27, 350.

58Le cœur de la kalybé pourrait peut-être aussi avoir un lien avec le “thalamos syrien”, présent dans les régions où se sont établies des tribus arabes, la Nabatène, le Hauran, la Beqa’ et la Palmyrène : une chambre carrée, ouverte en façade, et dans l’ouverture de laquelle était placée l’image divine89. L’introduction des techniques romaines aurait permis de monumentaliser ce thalamos par la mise en place d’une couverture en forme de dôme et par l’installation d’une large baie cintrée favorisant la visibilité de l’image divine.

59Ce terme de kalybé n’a donc apparemment pas de rapport avec une divinité particulière et désigne plutôt la structure architecturale, c’est-à-dire le grand naos. Et c’est seulement par extension que le terme a été appliqué à l’ensemble du monument. L’espace cubique, couvert d’un dôme et largement ouvert en façade, est ainsi l’équipement indispensable d’une kalybé.

2. Les dédicaces de la kalybé de Hayat

  • 90 Sartre-Fauriat 2004, p. 199.
  • 91 . Porter 1855, II, p. 39 ; Waddington 1870, n° 2096 ; Prentice 1908, n° 364.

60Nous avons déjà évoqué les inscriptions du monument d’Umm az-Zeitun qui contiennent le terme grec à l’origine de la définition du type architectural par Vogüé. La façade principale nord de la kalybé à Hayat porte aussi deux inscriptions grecques scellées sur la tour orientale, à côté de la fenêtre de l’étage pour être lisibles et à gauche de la grande baie médiane. Bankes avait noté leur curieux emplacement, trop éloigné du sol. Waddington avait résolu le problème de leur lecture en se faisant descendre le long de la façade à l’aide de cordes90. L’inscription située à gauche de la fenêtre orientale, dans un cartouche à queues d’aronde, dit : « Manos fils de Thaimos et ses fils ont fait pieusement don pour cet édifice de deux mille drachmes et de la porte, sur leurs propres fonds »91.

  • 92 Waddington 1870, n° 2095 ; Prentice 1908, n° 363.

61à gauche de la grande baie cintrée, la seconde inscription a été gravée dans un cartouche flanqué de deux anses plutôt que de queues d’aronde, deux lettres débordant du cadre ; elle précise : « Sur le coût total de l’édifice, soixante mille ont été dépensés sur les fonds sacrés et le fonds commun, Thaimos (fils) de Manos et ses fils ont fait pieusement don de trois mille deniers sur le total de la somme, sur leurs propres fonds »92.

  • 93 En supposant que le petit-fils porte le nom du grand-père comme cela arrive souvent.
  • 94 à Kafr Leha, trois vétérans font don de 300, 400 et 450 drachmes en complément du financement de la (...)

62Ici, le terme de kalybé n’apparaît nulle part et le monument n’est d’ailleurs pas désigné. Toutefois, alors que les mentions d’argent sont assez rares dans les dédicaces, les deux inscriptions précisent le montant des dons et le coût global du remaniement. Les noms et la généalogie des généreux donateurs93paraissent indiquer un intervalle d’une génération, soit une vingtaine d’années entre les deux phases de construction. Dans le premier texte, la somme d’argent est exprimée en drachmes, dans le second, en deniers. à partir de quelques inscriptions datées de la région donnant des coûts, on peut déduire que le passage de la drachme au denier s’est effectué entre 235 et 254, soit une période de 19 ans, et à peu près une génération94.

  • 95 L’autre tour possède également une fenêtre à encadrement mouluré, mais elle a peut-être été entière (...)
  • 96 Selon Augier 1999, p. 768, il pourrait s’agir des artisans maçons qui auraient fait une réduction s (...)

63L’encadrement mouluré de la fenêtre orientale pourrait bien correspondre à l’offrande de la porte mentionnée par l’inscription scellée tout contre. Ce chambranle est d’ailleurs un élément prélevé sur un bâtiment antérieur et remployé, comme c’est aussi le cas à l’étage de la tour occidentale. La dédicace est contemporaine de la construction de la tour et a été placée aussi haut pour figurer à côté de l’encadrement mouluré offert par Manos et ses fils95. La seconde dédicace a été placée encore plus haut (pl. 6), mais, si l’on tient compte de la dimension du bloc inscrit, c’était le seul endroit possible, à l’exception de la petite surface située sous la niche en cul-de-four. Ailleurs, le bossage des blocs ou la présence de décors (chapiteaux des pilastres d’antes, Nikés proéminentes) aurait gêné. Ce sont les raisons qui expliquent pourquoi des donateurs privés ont, deux fois de suite, fait sceller dans la façade une inscription donnant des détails importants à leurs yeux et pourtant illisibles du pied de l’édifice. Or ils ont financé 20 % de la seconde tranche et sans doute autant ou plus de la première et avaient de toute évidence un intérêt particulier dans la construction des deux tours puis de la kalybé96.

3. Le caractère sacré de la kalybé de Hayat97

  • 97 Je remercie chaleureusement M. Maurice Sartre de m’avoir communiqué son fichier des inscriptions de (...)

64Les dédicaces d’Umm az-Zeitun avaient révélé le caractère sacré de la kalybé, confirmé ici non seulement par les inscriptions de la façade dans lesquelles il est question de dons pieux et du recours à des fonds sacrés, mais aussi par les débris de sculpture et de blocs inscrits découverts dans ou à proximité du monument de Hayat. Tous se rapportent à des offrandes.

  • 98 Butler PAAES II 1903, p. 418.
  • 99 Waddington 1870, n° 2099 ; Prentice 1908, n° 364c ; Sartre XVI/2, n° 622/6.
  • 100 Prentice PAAES III 1908, n 64a ; Waddington 1870, n° 2097 ;
    Sartre XVI/2, n° 619/4.
  • 101 Waddington 1870, n° 2098 ; Prentice PAAES III 1908, n° 364 b ; Sartre XVI/2, n° 618/5.
  • 102 Prentice PAAES III 1908, n° 365 ; Sartre XVI/2, n° 623/8.
  • 103 Augier 1999, p. 747 ; Sartre XVI/2, n° 621/1.

65Lors du passage de Butler, de nombreux fragments de sculpture gisaient au sol : des têtes, des bustes, des torses ou des corps entiers de statues de Nikés, de Ganymède, d’Aphrodite, d’Hermès et d’aigles, qui auraient pris place, selon l’auteur, dans le naos de la kalybé98. à ces morceaux de statues correspondaient des textes d’offrande : l’un d’eux a même été remployé dans la construction du piédroit ouest de l’arc du rez-de-chaussée à la tour orientale. Il précise : « Habibos et Thomsachè (sa) femme ont dédié cette (statue de) Nikè »99. D’autres inscriptions, anciennement répertoriées, n’ont pas été retrouvées, notamment celle signalée par Waddington « sur une pierre employée dans l’enceinte du même édifice »100 disant : « Proklos (fils) de Aumos a érigé cette (statue de) Ganymède en guise d’offrande au dieu, à ses frais, pour son fils Aumos ». Un deuxième texte, également signalé par Waddington « dans la cour devant le même édifice, sur une pierre brisée par le haut » faisait allusion à une autre dédicace : « … a érigé cette (statue de) Aphrodite à ses propres frais, pour (sa) fille Asmathè »101. Au nord-est du monument, une base de statue, brisée sous les genoux et conservant un morceau de draperie, correspondait peut-être à une Victoire ; elle portait l’inscription suivante : « Archelaos (fils) de Sabeinianos, à ses propres frais »102. À la série des offrandes en relation avec la kalybé de Hayat, on peut sans doute ajouter l’inscription que Waddington avait vue dans une cour, sur un fût de colonne : « Azarèlos (fils) de Sabaos (petit-fils) d’Azarèlos, pour Amlachè sa fille, en guise d’offrande », et celle inédite qui avait été remployée dans le mur de clôture de la maison située devant la kalybé ; elle mentionnait l’offrande d’une Victoire et d’un aigle « sur l’autel »103.

B. Le contexte cultuel

66Le caractère sacré des kalybés de Hayat et d’Umm az-Zeitun est assuré par les dédicaces scellées dans leur façade et par les nombreuses offrandes découvertes à Hayat. On peut raisonnablement supposer que la kalybé de Shaqqa avait la même valeur cultuelle.

67Tous les objets trouvés à Hayat correspondent au mobilier caractéristique de l’ensemble des sanctuaires de Syrie du Sud et il serait normal que le monument ait été complété par un espace sacré placé devant lui. Ces installations reprendraient ainsi place dans une tradition que l’on a pu préciser récemment grâce au réexamen d’ensembles comme le temple de Sahr ou le sanctuaire de Sî‘8. D’autre part, si l’on se tourne vers l’architecture sacrée de la région, la similitude de composition des façades des kalybés et celles des adytons des temples locaux, fondée sur le principe de la composition tripartite, est nette.

1. Importance de la composition tripartite dans l’architecture sacrée de la région

  • 104 Sourdel 1952, p. 101.

68La composition tripartite et symétrique avec un élément central plus grand, flanqué de deux niches, est un motif très répandu dans l’architecture cultuelle de Syrie du Sud depuis l’époque pré-provinciale, et elle caractérise non seulement les façades de temples, mais aussi leurs adytons. D. Sourdel n’avait sans doute pas tort lorsqu’il considérait que cette tripartition avait quelque chose à voir avec la notion de dieu suprême accompagné de divinités acolytes104, notion qui n’est d’ailleurs pas propre à la Syrie, puisqu’on la retrouve dans les religions égyptienne, grecque et romaine. Ce type de composition est aussi habituel dans l’architecture de Rome, notamment pour les arcs honorifiques, les portes et les nymphées, et c’est d’ailleurs ce qui avait conduit Butler à supposer qu’il existait deux autres kalybés, à Shahba et à Bosra. Et, plutôt qu’une spécificité locale, la composition tripartite apparaît dans le Hauran comme le résultat d’un mélange entre traditions indigènes et emprunts gréco-romains.

  • 105 Butler PPUAES IIA7, ill. 352.
  • 106 Vogüé 1865-77, fig. 11.

69Parmi les monuments les plus représentatifs, on peut citer : le tycheion de Sanamein, le temple de Zeus à Qanawat, le temple de Sleim, celui de Breikeh105, le « prétoire » de Mismiyeh106 et, dans une aire géographique plus vaste, le Qasr el-Bint à Pétra, mais aussi les temples de Bel et de Baalshamin à Palmyre. Tous sont de véritables temples avec cella, dont la façade ou l’adyton, ou les deux, présentent une composition tripartite. Mais il existe d’autres édifices, encore plus proche de la structure des kalybés, notamment le sanctuaire de Sî’8 et celui du site de Sahr.

  • 107 Dentzer-Feydy et alii 2003, p. 106-109, pl. 60-61.
  • 108 Sur le dessin de Bankes (pl. 3c), le mur qu’il représente devant la kalybé de Hayat est tardif et c (...)

70D’après les restitutions proposées, le sanctuaire pré-provincial de Sî’8 se composait d’une façade équipée d’une sorte de chapelle médiane largement ouverte, flanquée de pièces latérales matérialisées par deux petites niches. Elle était prolongée, mais non liaisonnée à ses extrémités, par des gradins qui faisaient ensuite retour pour délimiter un theatron107. Cette façade s’apparente à celle des kalybés en général et les dispositions intérieures sont proches de celles du monument de Hayat (si l’on tient compte des volumes et non de l’emplacement des ouvertures). Comme à Sî’, un mur d’enceinte aurait pu prendre appui, sans chaînage, sur les façades des kalybés de Shaqqa, Umm az-Zeitun et Hayat, de sorte à délimiter et protéger un espace dans lequel étaient entreposées les offrandes108.

  • 109 Kalos 1997, fig. 6.

71Sahr, un site isolé sur le plateau du Léjà, à environ 7 km de Mismiyyeh, correspond vraisemblablement à un sanctuaire confédéral de tribus de la fin de la période pré-provinciale et de l’époque romaine. 70 % des constructions sont des édifices rectangulaires barlongs à « arc en façade » ; mais cet arc cintré au milieu d’une façade allongée est le seul point commun avec les kalybés. En effet, cette baie ouvre sur un espace unique rectangulaire ou en forme de T renversé couvert en terrasse109, et non sur un espace carré, distinct et séparé des parties latérales qui l’enserrent. C’est plutôt avec le sanctuaire du site qu’il faudrait faire le rapprochement, constitué d’un édifice axial ouvert par une large baie cintrée sur l’aire sacrée où prenaient place les offrandes.

72Quoi qu’il en soit, la composition tripartite et symétrique de la façade des kalybés n’a rien de surprenant dans la mesure où elle reprend un schéma courant et bien éprouvé de l’architecture des époques pré-provinciale et impériale dans la région. La nouveauté est dans le déploiement et la frontalité de la façade qui devait pouvoir être vue de loin. Et c’est ce qui explique sans doute l’absence de téménos matérialisé par un haut mur.

2. L’abri de la divinité

73Les kalybés présentent un élément nouveau, que l’on ne trouve pas dans l’architecture gréco-romaine – du moins pas employé de cette façon – et qui remplace l’abside en cul-de-four ou la niche rectangulaire des adytons. Cet élément est à l’origine de la définition du type, et c’est lui que désigne le terme de « sainte kalybé ». Il est au centre de l’édifice et s’ouvre largement en façade au moyen d’une baie cintrée ; il est plus vaste qu’une abside ou une simple niche, et sa couverture n’est ni en cul-de-four, ni horizontale mais adopte la forme d’une coupole. Cet espace carré ou proche du carré, couvert d’une demi-sphère, est l’endroit où se tenait l’image de la divinité.

74La question est de savoir pourquoi on a préféré à la niche demi‑circulaire couverte d’un quart de sphère une structure carrée plus vaste, surmontée d’une coupole, dont la profondeur dépasse l’espace de représentation nécessaire à une statue. Comme Butler, on peut supposer que l’image monumentale de la divinité n’était pas seule, mais peut-être précédée d’un autel et entourée d’offrandes. Une telle utilisation justifierait les vastes dimensions de l’écrin et le fait que l’on pouvait y accéder par l’escalier de façade, ce qui n’exclut pas pour autant l’éventualité d’un téménos ou d’un theatron.

75Les ailes de la kalybé, de part et d’autre de la grande baie médiane n’abritaient que de simples niches, couvertes d’un berceau ou d’un cul-de-four. Et, quel que soit leur nombre – une, deux ou quatre –, elles pouvaient recevoir des statues dont la taille ne dépassait pas 2 à 3 m de hauteur, selon les cas.

3. Quelle divinité ?

  • 110 Sourdel 1952, p. 22-28 ; Arnaud 1986, p. 376.

76Dans le riche panthéon hauranais, la divinité suprême était Zeus-Baalshamin, dont le nom pouvait s’accompagner de diverses épithètes, mais il était avant tout le dieu céleste et celui de la fertilité. L’aigle symbolisait son aspect ouranien, tandis que sa puissance, matérialisée par la foudre, inspirait la même crainte religieuse dans toute la Syrie. Et, comme il commandait aux orages, il était aussi maître des pluies et donc le dispensateur des bonnes récoltes110. Parmi les vestiges d’offrandes découverts devant la kalybé de Hayat figuraient des morceaux de statues de Ganymède et d’aigle qui font immédiatement penser à Zeus-Baalshamin, dont la représentation, bien plus grande que nature, aurait pu trôner dans le naos.

  • 111 Dans le village voisin de Hit, une invocation à Zeus Megistos et le don d’une statue de Ganymède fi (...)
  • 112 Sourdel 1952, p. 49-52 ; Dentzer-Feydy 1979.

77Si Zeus était une divinité très répandue tout près de Hayat, à Hit111, à Shaqqa, et aussi à Shahba, sa parèdre était généralement Astarté. Mais cette Astarté pouvait être honorée sous une autre forme, celle de la Tychè. Cette dernière bénéficiait d’une grande renommée dans le domaine syrien, mais aussi romain. Elle a été très largement utilisée dans les provinces, souvent associée au culte impérial et on la connaît bien dans la région, notamment liée à Zeus, à Sî’, Boutheinah et Sanamein112.

  • 113 Fahd 1968, p. 82 ; également connu à Palmyre, à Doura-Europos, à Hatra, et en Nabatène. Voir Teixid (...)
  • 114 Fahd 1968, p. 78-84.
  • 115 Un culte consacré à des paires de divinités est attesté à Palmyre et à Damas. Cf. Cumont 1917, p. 2 (...)

78Le plus célèbre et le mieux conservé des temples sud-syriens dédié à la Tychè est celui de Sanamein, ancienne Aere, dans le nord de la Batanée. Or Sanamân est un terme arabe qui signifie « les deux images » ou « les deux idoles » et désigne une divinité d’origine araméenne, protectrice des puits et des points d’eau, appelée « Gad »113. Sous l’influence de l’hellénisme, il a pris la fonction de divinité du sort (Tychè/Fortune) et de divinité protectrice des chemins (Enodia/Hermès/Hécate). Avec le développement des cultes astraux et des préoccupations morales, le Gad a acquis aussi la capacité de se dédoubler. On l’érigeait de part et d’autre de la voie menant à l’agglomération dont il était le protecteur, faisant par la même occasion office de borne pour indiquer la limite du territoire régi par celle-ci114. Ainsi, avant la construction du temple de la Tychè en 191 après J.-C., Sanamein-Aere aurait pu être le lieu de résidence d’un Gad dédoublé, sans doute déjà voué à la protection de la Batanée115.

79De tels monuments jumeaux, érigés de part et d’autre d’une voie, ne sont pour le moment attestés nulle part dans le Hauran. Pourtant, on est tenté d’en rapprocher les deux tours de Shaqqa et celles de Hayat. Peut-être faut-il aussi restituer des tours jumelles dressées de part et d’autre de la voie longeant le Léjà par l’est, à hauteur d’Umm az-Zeitun ?

  • 116 Un demi-cartouche à queues d’aronde végétalisées, remployé dans un édifice très tardif au sud de l’ (...)

80Fruit d’un amalgame entre croyances et pratiques hellénistiques, sémitiques et romaines, la Tychè pourrait avoir occupé l’unique niche latérale en cul-de-four de la kalybé de Hayat. L’offrande de statues d’Aphrodite, de Victoires mais aussi d’Hermès pourrait lui avoir été destinée116. Dans le naos aurait pu figurer Zeus-Baalshamin, destinataire en particulier de l’offrande du Ganymède.

  • 117 Sartre 1984.
  • 118 La base plus la statue ne faisait peut-être pas 3 m, dimension qui correspond à la hauteur des nich (...)
  • 119 Waddington 1870, n° 2140.
  • 120 Voir le bas-relief palmyrénien représentant la triade divine avec Baalshamin au centre, encadré du (...)

81à Shaqqa existait une statue de « la Grande Fortune de la Saccée » offerte par un centurion et sa femme en 238. Elle est connue par une inscription gravée sur une grande base, aujourd’hui déposée devant la façade de la basilique117. Elle aurait pu prendre place dans le naos de la kalybé ou dans l’une des niches latérales inférieures118. L’autre divinité connue à Shaqqa est Zeus Megistos, grâce à une inscription mentionnant le don de battants de porte119. Si l’on retient Zeus comme divinité principale, il aurait pu être encadré par Hélios et Séléné pour former la triade céleste symbolisant le dieu du ciel qui préside à la succession des jours et des nuits120. Les deux autres niches latérales auraient alors pu abriter la bonne et la mauvaise Fortune, relayant sous une forme plus gréco-romaine la paire de Gad de l’entrée orientale du site.

  • 121 Sourdel 1952, p. 36-37.

82à Umm az-Zeitun, les dédicaces conservées sur la façade de la kalybé ne font qu’invoquer la Bonne Fortune, parlent « du dieu » et dédient le monument au salut et à la victoire de l’empereur Probus. La seule divinité connue sur le site est Kronos, mentionné dans une inscription datée de 251. Lui aussi est une divinité céleste, parfois vénérée comme le protecteur d’une tribu121. Il possédait un sanctuaire à Kafr au sud de Suweida’, tandis que d’autres inscriptions et des représentations ont été découvertes à Raha, à Mayamas, à Mashquq, à Qanawat et à ‘Atil, autant de sites qui ne sont pas très éloignés d’Umm az-Zeitun. Il aurait pu prendre place sous la coupole de la kalybé, peut-être entouré d’Ourania-Aphrodite et d’une Tychè, et pourquoi pas de la Fortune dédoublée.

83Ainsi, les données recueillies incitent à proposer un couple divin constitué du maître du panthéon et de la Tychè. Le dieu suprême pouvait adopter la forme, l’image ou la dénomination de Zeus, de Baalshamin, ou encore Kronos selon les localités concernées, la Fortune/Gad présentant une connotation politique certaine en tant que divinité protectrice d’un village.

C. Les autres « kalybés »

1. Les autres « kalybés » de Butler

  • 122 Butler PAAES II 1903, p. 382, fig. 133.
  • 123 Butler PPUAES IIA 1919, p. 251-55, ill. 225-236 ; Mascle 1940, p. 63-64 ; Dentzer et alii 2002, p.  (...)

84H. C. Butler ajoutait à la liste des kalybés la grande exèdre du forum de Philippe l’Arabe à Shahba dont il avait dressé le plan122 et une autre exèdre située au croisement du cardo et du decumanus à Bosra, pour laquelle il proposait de restituer un plan tout à fait semblable. En effet, il élargissait la définition de M. de Vogüé en prenant en considération tous les édifices équipés d’un espace médian largement ouvert et voûté, flanqué de murs équipés de niches123.

  • 124 Amer & Gawlikowski 1985.
  • 125 Dentzer et alii 2002, p. 116-119, pl. 16-17 ; Gros 1996, p. 424-431.

85Le dégagement du monument de Shahba et son étude détaillée ont permis d’identifier sa véritable fonction de sanctuaire impérial, disposé sur le côté ouest du forum, à côté du bouleuterion124. La situation est différente à Bosra, puisque les dégagements récents ont révélé un dispositif de distribution d’eau, assurant la fonction de fontaine monumentale pour cet édifice situé au carrefour central de la ville. Les images anciennes ont permis de restituer une façade ornée d’un ordre à trois étages de niches à fond alternativement plat et circulaire125.

86Outre l’absence de naos couvert d’un dôme, ces deux édifices présentaient un plan en forme d’exèdre et non rectiligne, n’étaient pas orientés au nord et n’avaient pas été implantés à la périphérie mais en plein cœur d’une agglomération.

2. Les autres « kalybés » de Segal

  • 126 Segal 2001, p. 106-107.

87A. Segal a encore élargi la liste de H. C. Butler en considérant les kalybés comme des monuments dédiés au culte impérial. Aux édifices barlongs avec « adyton couvert » et aux « temples en forme d’exèdre », il a ajouté les temples comportant une cella hypèthre avec abside demi‑circulaire et précédée d’un portique126. Ainsi, Segal a pu allonger la liste avec le temple hexastyle de Shahba, le temple C du “Sérail” à Qanawat et l’“exèdre” de Bosra.

  • 127 Butler PAAES II 1903, p. 378, fig. 131.
  • 128 Butler PPUAES IIA 1919, p. 252-254, ill. 226 ; Dentzer et alii 2002, p. 121-125 ; Dentzer & Fournet(...)
  • 129 Amer et alii 1982, p. 258-263, pl. 2-3, fig. 1 ; Segal 2001, fig. 13.
  • 130 Butler PPUAES IIA 1919, p. 315-322.

88Il ne reste aujourd’hui que quatre colonnes du temple prostyle hexastyle de Shahba, et c’est Butler qui en fait la description la plus complète et en restitue le plan127 ; ce dernier aurait adopté la forme d’une profonde exèdre dont le mur de fond n’aurait pas été droit mais fait de pans obliques de part et d’autre d’une grande niche couverte en cul-de-four, le tout précédé d’une rangée de six colonnes corinthiennes. La silhouette restituée de cette exèdre est semblable à celle du sanctuaire impérial du même site, à la différence de la colonnade qui en fait un édifice prostyle, comme le bâtiment de Bosra que l’on appelait le « nymphée », également restitué par Butler, mais dégagé depuis128. Quelle que soit l’exactitude de ces restitutions, à ce type d’organisation correspondrait aussi l’intérieur du temple ouest du “Sérail” à Qanawat avant sa transformation en église129, mais également le tycheion de Sanamein130. L’exèdre de Bosra, implantée au carrefour principal, en face du nymphée, était différente puisqu’elle était dépourvue de cella. Elle conservait cependant une grande abside demi-circulaire couverte d’une voûte en cul-de-four, encadrée de murs obliques, le tout précédé de quatre colonnes. Avec les catégories définies par Segal, on s’éloigne de plus en plus de la forme architecturale originale de la kalybé décrite par M. de Vogüé. En effet, elles correspondent à une formule architecturale importée, spécifiquement romaine, fondée sur la rencontre entre le principe de la mise en avant de l’image impériale et le décor des monuments publics, expression d’une idéologie politique.

89Si le petit édifice d’Umm az-Zeitun est qualifié de kalybé par son inscription de fondation, on ne peut lui comparer que l’édifice similaire de Shaqqa et celui de Hayat et considérer que seules trois kalybés sont aujourd’hui connues. à moins que les découvertes ultérieures ne viennent le contredire, on peut supposer que la kalybé est un type de monuments particulier à la région du Hauran, caractérisé par un vaste naos de plan carré et couvert d’une coupole. D’autres particularités s’y ajoutent : une situation à la périphérie ou à l’extérieur de l’agglomération, un plan rectiligne barlong, une composition tripartite et symétrique de la façade et peut-être une orientation au nord.

D. Fonctions envisageables

90Alors que les autres types de sanctuaires sont distribués sur pratiquement toute la superficie de la Syrie du Sud, on est frappé de trouver les kalybés regroupées sur un territoire très restreint (pl. 10). Faut-il l’expliquer simplement par le hasard de la conservation de ces monuments ou par le hasard des découvertes ? Ou bien, des facteurs géographiques, politiques ou administratifs pourraient-ils les justifier ?

1. Des monuments en rapport avec le contexte particulier de la région ?

  • 131 Braemer 1988, p. 116 et 118, fig. 5.
  • 132 Comme à Suweida’ où une inscription célèbre la dédicace d’un téménos et d’un nymphée après l’aménag (...)

91On connaît l’importance des aménagements hydrauliques dans le Hauran, sans lesquels la région n’aurait jamais pu connaître un tel développement économique et une telle densité d’occupation villageoise. Umm az-Zeitun et Hayat étaient alimentés par des canaux de dérivation à partir du wadi Liwa. Pour Shaqqa, l’eau provenait d’une source captée dans le djebel et acheminée sur plusieurs kilomètres au moyen d’une canalisation131. Mais aucun indice décisif ne permet d’établir de rapport entre les kalybés et l’eau. Une telle destination n’expliquerait pas non plus l’emplacement des kalybés à la périphérie ou hors des agglomérations ni leur orientation au nord. D’autre part, pour marquer un événement ou un équipement particulier en rapport avec l’eau, on s’attendrait plutôt à trouver une fontaine ou un nymphée132. L’hypothèse d’un monument des eaux est ainsi peu vraisemblable.

  • 133 Weber 2000 et 2001.

92Plus qu’avec le réseau d’alimentation en eau des villages de la région, les kalybés semblent avoir été en relation avec certaines routes, tout en étant implantées à la périphérie ou à distance de leur localité. Ainsi, à quelque distance de l’entrée de grandes agglomérations telles que Gadara, Tyr, Tibériade, Gerasa et peut-être même de Bosra, on connaît des monuments présentant l’aspect de portes monumentales, qui devaient servir au paiement de taxes de circulation et au contrôle des marchandises qui entraient et qui franchissaient les limites des différentes circonscriptions fiscales. Ces portes se composaient de deux tours toujours rondes, reliées par un passage voûté qui pouvait être fermé à l’aide de portes. Leur situation isolée, à quelque distance de l’agglomération, facilitait le stationnement, le chargement et le déchargement des animaux et des chariots133. Par comparaison, on pourrait envisager que les tours de Shaqqa et de Hayat aient pu constituer des postes de péage situés à l’entrée d’un territoire, sauf qu’elles ne sont pas circulaires, que les ouvertures se trouvent du côté extérieur et qu’il n’y a aucune trace de système de fermeture entre les paires de tours. Pour ces raisons, il est difficile de retenir cette hypothèse.

  • 134 Les inscriptions révèlent l’existence de tours dans quelques-uns des villages du Hauran, mais elles (...)
  • 135 Bauzou 2003, p. 300. Au pied de la colline al-Qasr, à l’ouest de Suweida’, les vestiges d’une tour (...)

93Toujours en tenant compte du contexte particulier de la région, on pourrait encore invoquer une destination défensive. Mais seule la kalybé de Hayat a pu avoir une fonction accessoire de guet, en raison de son escalier intérieur qui permettait de gagner le toit, et de sa situation en rase campagne. Les tours de Shaqqa et de Hayat, antérieures aux kalybés, n’ont pas non plus été conçues pour satisfaire une telle utilisation, la dédicace de la tour orientale de Hayat en étant la preuve. Pourtant, des monuments défensifs de ce type existaient dans la région, notamment à Butheinah et à Melah, en lisière du territoire des sédentaires ; leurs dédicaces les définissent comme étant des phrouria ou des pyrgoi134. D’autres existaient le long de la voie du Léjà, créée vers le milieu du iie siècle ; ces dernières étaient différentes des tours de Shaqqa et de Hayat, en raison de murs plus épais, dépourvus d’ouverture à la base, et d’un parement extérieur lisse135. Ainsi, les kalybés et les tours qui ont précédé celles de Hayat et de Shaqqa ne sont ni des monuments des eaux, ni des postes de péage, ni des édifices de surveillance.

2. Des sanctuaires routiers ?

  • 136 Bauzou 1989, 1, p. 215-216 ; Bauzou 2003, p. 294.

94Deux des trois kalybés connues pourraient être assez facilement rattachées au réseau routier : la voie du wadi Liwa qui longe le Léjà par l’est et relie Damas à Suweida’ et à Bosra, passait un peu à l’ouest d’Umm az-Zeitun. Ainsi, le village était pratiquement situé à l’emplacement d’un carrefour entre cette voie nord-sud et une autre qui desservait à l’est ‘Amrah et Shaqqa (pl. 1)136. La distance de 12 m qui séparait les deux tours de Shaqqa, intégrées ultérieurement au Deir, correspond à la largeur d’une route qui a été condamnée au moment de la construction de l’église du monastère. Auparavant, après être passée entre les deux tours, la route débouchait à l’ouest devant la Kaisariyeh, implantée précisément à cet endroit pour lui faire face. En direction de l’orient, cette route rejoignait le village de Juneineh-Orela, et devait se prolonger au-delà en direction de Khirbet al-Umbashi et du Safa, ou encore de Rdeimeh ash-Sharqiyyeh et du Kraa. Au nord de Hayat se trouvent des sites tels que Butheinah-Lebea, Ta’leh, ou encore le fortin de Tell al-Asfar. Il est probable que les tours de Hayat étaient implantées au débouché d’une route ou d’une piste qui traversait la pointe du Safa pour prendre la direction du djebel Seys (pl. 1). On peut supposer que cette route du désert, après son entrée dans la plaine, passait entre les deux tours antérieures à la kalybé, comme la route de l’est passait entre les deux tours de Shaqqa.

  • 137 On ne peut cependant pas comparer les tours de Hayat et de Shaqqa, ni les kalybés aux sanctuaires r (...)

95La fonction de petits sanctuaires routiers137 semble la plus appropriée pour les tours jumelles de Hayat et de Shaqqa, d’autant plus qu’on peut y associer la divinité araméenne du Gad sous sa version hellénisée et dédoublée. Cette divinité semble d’ailleurs avoir également résidé à Sanamein avant la construction du tycheion en 191. La transformation des tours de Hayat en kalybé permet d’envisager une fonction comparable pour les kalybés. Ces dernières se trouvaient apparemment au débouché des principales voies d’accès à la plaine fertile nichée au pied du djebel, entre le Léjà et le Safa. Et leur orientation au nord aurait pu être conditionnée par l’axe est-ouest des routes au bord desquelles elles se dressaient et l’axe nord-sud des voies très fréquentées dont elles devaient barrer l’horizon, la route du wadi Liwa à Umm az-Zeitun, la route du désert du Safa à Hayat. à Shaqqa, la kalybé aurait dû être orientée à l’est, mais le contexte était vraisemblablement différent : les tours jumelles avaient sans doute conservé leur fonction et la kalybé devait prendre le relais pour regarder s’avancer vers la Kaisariyeh les nouveaux arrivants.

3. Des monuments délimitant le territoire d’une komè ou d’une polis ?

96Bien que nous soyons incapable de déterminer s’il existait ou non d’autres kalybés, l’hypothèse de l’unicité de cette triade est intéressante en raison de son implantation géographique et de sa relation avec les voies d’accès à la région par le nord et le nord-est. Le problème est de savoir à quoi correspondait, dans l’Antiquité, cette région qui portait le nom de « Saccée », toponyme désignant le territoire de Shaqqa. Or nous ne connaissons pas les limites exactes de cette Saccée, ni le moment de sa création. Si Shaqqa était une agglomération importante, au moins d’un point de vue militaire, il existait à moins d’une dizaine de kilomètres de là la cité de Philippopolis. Il faut également garder à l’esprit qu’au moins deux kalybés sur trois n’ont pas été financées par des deniers publics, mais par des fonds villageois ou privés, ce qui montre l’engagement des populations.

a. Trois « sémaphores » délimitant le territoire de Shaqqa ?

  • 138 Peters 1978, p. 321.

97Si l’on accepte l’hypothèse selon laquelle la kalybé de Shaqqa est la plus ancienne, qu’elle a servi de modèle aux deux autres et qu’elle est en relation avec la route du désert oriental qui débouche dans l’agglomération, la situation des deux autres kalybés surprend, puisqu’elles n’ont pas été implantées de la même façon, à l’endroit de la pénétration d’une route importante dans la localité correspondante. à Hayat encore plus qu’à Umm az-Zeitun, elle est à l’extérieur et la relation privilégiée paraît s’établir plutôt avec la voie de circulation qu’avec le village. Et pourtant, dans les deux cas, les édifices ont été financés par des fonds villageois ou privés. On pourrait envisager que ces villageois ont eu à cœur de clamer leur appartenance à un territoire aux voyageurs arrivant par le rebord oriental du Léjà et par la voie du Safa. Ce territoire pourrait être celui de Shaqqa puisque c’est là que se trouverait la kalybé la plus ancienne. Or, si les kalybés marquaient effectivement les entrées de la Saccée antique par les routes du nord, du nord-est et de l’est, la chôra se serait trouvée à l’ouest de l’agglomération ; et dans ce cas, de quoi auraient dépendu les villages de Juneineh et de Rdeimeh ash-Sharqiyyeh plus à l’est, ou ceux de Butheinah et de Ta’leh au nord ? Comme ils ne pouvaient appartenir qu’à la chôra de Shaqqa, il faut admettre que les kalybés ne sont pas placées aux limites de la Saccée et du territoire de Shaqqa. Il pourrait éventuellement s’agir du noyau de cette Saccée, zone la plus sérieusement surveillée et protégée138.

b. Trois « sémaphores » délimitant au nord la chôra de Philippopolis ?

  • 139 Darrouz & Rohmer 2004.
  • 140 Le village a été étudié en juin 2007 dans le cadre d’une mission franco-syrienne.

98L’autre site important de la région est Shahba, promu au rang de cité entre 244 et 249139. Distant de seulement 7 km de Shaqqa, il semble faire partie du curieux dispositif constitué par les trois kalybés. L’examen de la carte de la région (pl. 10), montre en effet qu’elles forment un triangle presque isocèle, la base duquel passe par le village de ‘Amrah, et Shahba-Philippopolis constituerait un quatrième point, très bien placé, pour transformer le triangle en losange. Une disposition aussi géométrique est surprenante, et les sites de ‘Amrah ou de Shahba ont pu avoir une responsabilité dans cette disposition. Mais ‘Amrah n’est qu’un petit village et l’était aussi au iie-iiie siècle, bien qu’un temple s’y dressât140. Il est peu probable qu’il ait commandé l’emplacement des kalybés et dépendait plutôt du territoire de Shahba ou de Shaqqa.

  • 141 Sartre 1981.

99à partir du moment où Shahba a acquis le statut de cité, son territoire a été agrandi au détriment de Canatha141 sans doute, et de Shaqqa assurément ; les kalybés auraient alors pu en signaler les limites aux voyageurs. La monumentalisation de l’entrée orientale de Shaqqa aurait pu être commanditée par Philippe l’Arabe ; et le fait que les kalybés d’Umm az-Zeitun et de Hayat aient été financées par un évergétisme de petite envergure pourrait signifier que des villageois tenaient à affirmer leur appartenance à la chôra de Philippopolis, même trente ans après le décès de l’empereur syrien. Ceci n’aurait rien d’étonnant puisque Philippopolis restait la polis la plus proche jusqu’en 286 au moins, et l’agglomération administrativement, et peut-être aussi militairement, la plus importante jusqu’à cette date. Toutefois, cela signifierait qu’un laps de temps de plus de trente années se serait écoulé entre la construction du prototype de Shaqqa et celle des kalybés villageoises.

4. Des monuments marquant l’entrée d’un territoire sous contrôle de l’autorité romaine

  • 142 Voir Poidebard 1928 pour un bon aperçu de l’emplacement de Shaqqa par rapport au débouché sur la st (...)
  • 143 Peters 1978, p. 318.

100Il se pourrait aussi que les kalybés n’aient pas eu de fonction de délimitation d’un territoire et que leur implantation géométrique soit fortuite. à Shaqqa, la kalybé est étroitement associée au palais de la Kaisariyeh et située à l’extrémité orientale de l’agglomération. Il n’y a pas d’habitation plus à l’est, seuls les 250 m de route à franchir jusqu’aux deux tours ultérieurement intégrées dans le Deir. La disposition des monuments donne l’impression que tout avait été conçu pour accueillir les voyageurs venant par le village de Juneineh à l’est et, au-delà, du territoire des nomades du Safa et de la Harra142. Les deux tours, postées de part et d’autre de la route, devaient signaler la proximité de l’agglomération ; et une fois la zone de nécropole franchie, c’est devant la kalybé qu’il fallait passer pour s’avancer vers la façade imposante de la Kaisariyeh, témoignage de la volonté d’afficher un pouvoir fort face aux nomades de l’est. à Umm az-Zeitun, la kalybé est en lisière sud-ouest et dans la partie haute de la petite agglomération. Le terrain devait être dégagé devant elle, de sorte à ce qu’elle puisse barrer l’horizon des voyageurs arrivant par la route du rebord oriental du Léjà, route que devaient aussi emprunter les fameux brigands du plateau volcanique, rendus célèbres par Flavius Josèphe et Strabon. On peut supposer qu’au iiie siècle, la pacification du Léjà n’était pas complète et que le « pays rugueux » servait toujours de refuge aux brigands et aux insoumis143. La kalybé de Hayat était complètement isolée au milieu d’une vaste plaine, indépendamment de la petite localité de Hayat. Elle semble avoir été implantée à cet endroit pour faire face à une route ou une piste venant de Ta’leh et, au-delà, du fortin de Tell al-Asfar qui surveillait la bordure du Safa et la route du djebel Seys.

  • 144 Sartre 2007, p. 317.
  • 145 Sartre 1982a, p. 128 ; CIS V, n° 4428 ; Isaac 1984.

101L’hypothèse d’une zone protégée militairement, avec une garnison installée à Shaqqa et des vexillations réparties à Hayat et peut-être aussi Umm az-Zeitun, s’accorderait assez bien avec la succession de forts et de tours de guet implantée sur la marge orientale du djebel et de la plaine de la Saccée, comme à Sa’neh, à Diyatheh, à Rdeimeh ash-Sharqiyyeh, à Juneineh, à Butheinah, à Tell al-Asfar pour ne signaler que ceux de la zone géographique qui nous intéresse144. D’autre part, la forte présence militaire, perceptible au travers des nombreuses inscriptions villageoises de la région, ne peut être fortuite. La surveillance du limes peut la justifier, mais les révoltes de nomades à la fin du iie et au iiie siècle, profitant des attaques perses ou palmyréniennes pour s’agiter, n’étaient peut-être pas isolées145. Les trois kalybés pourraient être les indices de troubles plus importants et récurrents causés par les semi-nomades du Léjà et les nomades de l’est, que le pouvoir romain a tenté de contenir notamment par le dispositif militaire mis en place à Shaqqa et sa région.

102Si les kalybés marquaient l’entrée d’un territoire agricole sous protection, on pourrait s’attendre à trouver d’autres kalybés en correspondance avec d’autres régions fertiles à protéger, comme au débouché de la route du Léja, à Rimet al-Lohf, à Suweida’ ou à Qanawat pour la plaine de la Nuqrah, ou encore dans des sites de crête du djebel comme Mushennef, Busan ou Saleh ; or il n’en est rien. Il est vrai que tous ces sites ont connu une importante destruction de leurs monuments d’époque impériale ; on peut d’ailleurs être surpris que les trois kalybés rescapées n’aient pas été démontées à l’époque byzantine.

Conclusion

103L’incompréhensible « Marshack » de W. J. Bankes est surprenant tant par son aspect extérieur que par sa constitution. Or, deux monuments comparables sont connus à moins de 10 km de là, à Shaqqa et à Umm az-Zeitun. Un examen détaillé des trois permet d’envisager de nouvelles perspectives quant à leur origine et leur rôle dans le paysage de la Saccée. L’édifice de Hayat étonne en raison de son parement extérieur à bossage et de sa façade dissymétrique. En y regardant de plus près, on se rend compte qu’il se compose de deux tours entre lesquelles a été inséré un corps de bâtiment constitué d’un vaste espace quadrangulaire, largement ouvert en façade par une baie cintrée, flanquée d’une unique niche à cul-de-four. Cet espace presque carré était couvert soit d’une voûte en berceau soit d’une coupole en tronc de pyramide. C’est un monument comparable, conservé à Umm az-Zeitun, qui nous révèle non seulement l’appellation de ce genre de construction, mais aussi sa nature et nous donne une idée de sa chronologie. Ces édifices sont des « kalybés », un terme qui, d’après la littérature grecque, désigne un abri provisoire, une cabane ; ces kalybés étaient « sacrées », donc destinées à abriter une ou plusieurs divinités, et elles datent vraisemblablement de la seconde moitié du iiie siècle. Il se pourrait que le modèle ait été créé à Shaqqa, l’ingéniosité de l’architecte ayant consisté à mêler concepts locaux et techniques romaines pour construire un édifice digne de recevoir le dieu suprême du panthéon syrien, Zeus, assisté de sa parèdre, la Tychè/Gad. D’autres kalybés auraient pu exister, mais seules trois ont été recensées jusqu’ici, correspondant à un type particulier de sanctuaires routiers. Ceux-ci semblent avoir été destinés à signaler aux voyageurs, et plus particulièrement aux semi-nomades et aux nomades du Léjà et du désert oriental qu’ils pénétraient dans un territoire agricole sous protection théoriquement divine, mais plus pratiquement militaire. Plutôt qu’avec la chôra de Shaqqa, les trois kalybés connues semblent avoir été en relation avec celle de Shahba, et barraient l’horizon des trois voies d’accès sensibles, celle du wadi Liwa qui longeait le rebord oriental du Léjà et celles du désert du Safa qui débouchaient au niveau de Hayat et à hauteur de Shaqqa. Auparavant devaient exister de petits sanctuaires jumeaux, adoptant la forme de tours carrées de deux étages, disposées de part et d’autre d’une route. Ils devaient remplir la même fonction de protection et d’avertissement, mais le message qu’ils véhiculaient n’était peut-être pas suffisamment éloquent. Pour cette raison, les tours jumelles de Hayat, de Shaqqa et peut-être aussi d’Umm az-Zeitun ont été remplacées, ou renforcées, par les kalybés.

Haut de page

Bibliographie

Amer (Gh.), J.-L. Biscop, J. Dentzer-Feydy & J.-P. Sodin 1982 « L’ensemble basilical de Qanawât (Syrie du Sud) », Syria, 59, p. 257-318.

Amer (Gh.) & M. Gawlikowski 1985 « Le sanctuaire impérial de Philippopolis », Damaszener Mitteilungen, 2, p. 1-15.

Amy (R.) 1950 « Temples à escaliers », Syria, 27, p. 82-136.

Arnaud (P.) 1986 « Les naïskoi monolithes du Hauran », Hauran I, 2e partie, p. 373-386.

Augé (Chr.) 1990 « Sur la figure de Tychè en Nabatène et dans la province d’Arabie », dans F. Zayadine éd., Petra and the Caravan Cities, Amman, p. 131-143.

Augier (Y.) 1999 « Le financement de la construction et de l’embellissement des sanctuaires de Syrie du Sud et d’Arabie aux époques hellénistique et romaine », Topoi, 9/2, p. 741-776.

Augier (Y.) & M. Sartre 2002 « Le dieu de Rabbos, maître du “temple périptère” de Canatha », Damaszener Mitteilungen, 13, p. 125-130.

Bauzou (Th.) 1989 A Finibus Syriae. Recherches sur les routes des frontières orientales de l’Empire Romain, Thèse de l’Université de Paris I, mai 1989, inédite.

Bauzou (Th.) 2003 « Le réseau routier romain de la Syrie du Sud (Hauran, Jawlân) », Hauran II, BAH 164, IFPO, Beyrouth, p. 289-308.

Bélayche (N.) 2003 « Tychè et la Tychè dans les cités de la Palestine Romaine », Syria, 80, p. 111-138.

Bessac (J.-Cl.) 1995 « Questions esthétiques, économiques et techniques dans les constructions hellénistiques de Gaule méditerranéenne », dans Sur les pas des Grecs en Occident, Lattes/Aix-en-Provence, p. 393-401.

Burckhardt (J. L.) 1822 Travels in Syria and the Holy Land, Londres.

Braemer (Fr.) 1988 « Prospections archéologiques dans le Hawran. II. Les réseaux de l’eau », Syria, 65, p. 99-137.

Butler (H. C.) 1903 Publications of an American Archaeological Expedition to Syria in 1899-1900, II (PAAES II) Architecture and other Arts, New York.

Butler (H. C.) 1919 Publications of the Princeton University Archaeological Expedition to Syria in 1904-5 and 1909, II (PPUAES IIA 7) Architecture, Section A. Southern Syria, Leyde.

Clauss-Balty (P.) 2008 « Maisons romano-byzantines dans les villages de la Batanée : missions 2002-2004 », L’habitat dans les campagnes de Syrie du Sud aux époques classique et médiévale, BAH 181, IFPO, Beyrouth, p. 41-103.

Choisy (A.) 1883 L’art de bâtir chez les Byzantins, Paris.

Collart (P.) 1977 Le petit autel de Baalbek, Paris.

Cresswell (K. A.) 1932 Early Muslim architecture, vol. I, Oxford.

Cumont (F.) 1917 « La double Fortune des Sémites et les processions à dos de chameau », études syriennes, Paris, p. 263-276.

Darrouz (N.) & J. Rohmer 2004 « Chahba-Philippopolis (Hauran) : essai de synthèse archéologique et historique », Syria, 81, p. 5-41.

Dentzer (J.-M.) 1990 « Naiskoi du Hauran et qubbah arabe », dans F. Zayadine éd., Petra and the Caravan Cities, Amman, p. 207-219.

Dentzer (J.-M.), P.-M. Blanc & Th. Fournet 2002 « Le développement urbain de Bosra de l’époque nabatéenne à l’époque byzantine : bilan des recherches françaises 1981-2002 », Syria, 79, p. 75-154.

Dentzer (J.-M.) & Th. Fournet 2005 « L’exèdre monumentale du grand carrefour de Bosra », dans P. Bielinski & F. M. Stepniowski éd., Aux pays d’Allat. Mélanges offerts à M. Gawlikowski, p. 53-76.

Dentzer-Feydy (J.) 1979 « à propos du temple dit de “Dusarès” à Sî’ », Syria, 56, p. 325-332.

Dentzer-Feydy (J.) 1986 « Décor architectural et développement du Hauran dans l’Antiquité (du ier s. av. au viie s. de notre ère) », Hauran I, 2e partie, Paris, p. 262-309.

Dentzer-Feydy (J.) 1997 « Remarques sur les temples de Hebrân et de Sleim (Syrie du Sud) dessinés par W. J. Bankes (1786-1855) », Syria, 74, p. 161-164.

Dentzer-Feydy (J.) 2008 « Le décor architectural des maisons de Batanée (Syrie du Sud) », L’habitat dans les campagnes de Syrie du Sud aux époques classique et médiévale, BAH 181, IFPO, Beyrouth, p. 183-221.

Dentzer-Feydy (J.), J.-M. Dentzer & P.-M. Blanc éd. 2003 Hauran II. Les installations de Sî’ 8. Du sanctuaire à l’établissement viticole, 2 vol. , BAH 164, IFPO, Beyrouth.

Dentzer-Feydy (J.), M. Vallerin, Th. Fournet, R. & A. Mukdad 2007 Bosra aux portes de l’Arabie, Guides archéologiques de l’IFPO n° 5, Beyrouth/Damas/Amman.

Dussaud (R.) 1927 Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris.

Dussaud (R.) & Fr. Macler 1901 Voyage archéologique au Safâ et dans le Djebel ed-Drûz, Paris.

Fahd (T.) 1968 Le panthéon de l’Arabie centrale à la veille de l’Hégire, BAH 88, Geuthner, Paris.

Freyberger (K. S.) 1989 « Das Tychaïon von as-Sanamaïn. Ein Vorbericht », DaM, 4, p. 87-108.

Gatier (P.-L.) 2000 « La Legio III Cyrenaica et l’Arabie », dans Y. Le Bohec éd., Les légions de Rome sous le Haut-Empire, I, Actes du Congrès de Lyon (17-19 septembre 1998), Lyon, p. 341-349.

Gawlikowski (M.) 1989 « Les temples dans la Syrie à l’époque hellénistique et romaine », Archéologie et histoire de la Syrie, II, Sarrebruck, p. 323-346.

Ghirshman (R.) 1944-45 « La tour de Nourabad. étude sur les temples anciens », Syria, 24, p. 178-193.

Ginouvès (R.) 1998 Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, III. Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles, Rome, coll. de l’EFR n° 84.

Ginouvès (R.) & R. Martin 1985 Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, I. Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Rome, coll. de l’EFR n° 84.

Graham (C. C.) 1858 « Explorations in the Desert of Hauran and the Ancient Land of Bashan », Journal of the Royal Geographical Society, 28, p. 226-263.

Gros (P.) 1996 L’architecture romaine, 1. Les monuments publics, Paris.

Hirschfeld (Y.) éd. 2000 Ramat Hanadiv Excavations. Final Report of the 1984-1998 Seasons, Jérusalem.

Isaac (B.) 1984 « Bandits in Judaea and Arabia », Harvard Studies in Classical Philology, 88, p. 171-203, (repris dans Isaac 1998 p. 122-152 avec complément).

1998 The Near East under Roman Rule, Selected Papers, Leyde/New York/Cologne, Brill.

Kaizer (T.) 1998 « De Dea Syria et Aliis Diis Deabusque. A study of the variety of appearances of Gad in Aramaic Inscriptions and on sculptures from the Near East in the first three Centuries AD (Part II) », Orientalia Lovaniensia Periodica, 29, Louvain, p. 33-62.

Kalos (M.) 1997 « Le site de Sahr (Syrie du Sud) », Topoi, 7/2, p. 965-991.

Kennedy (D.) 2000 The Roman Army in Jordan, XVIIIth International Congress of Roman Frontier Studies, Amman, Jordan, 2-11 September 2000, Londres.

Koder (J.) & M. Restle 1992 « Die Ära von Sakkaia (Maximianopolis) in Arabia », JÖB, 42, p. 79-81.

Liddel (H. G.) & R. Scott 1968 A Greek English Lexicon, avec supplément 1968, Oxford, s.v. .

Littmann (E.), D. Magie Jr & D. R. Stuart 1921 Publications of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria in 1904-5 and 1909, Division III : Greek and Latin Inscriptions, Section A : Southern Syria, (PPUAES IIIA), Leyde.

MacAdam (H. I.) 1983 « Epigraphy and Village Life in Southern Syria during the Roman and Early Byzantine Periods », Berytus, 31, p. 103-115.

MacAdam (H. I.) 1986 Studies in the History of the Roman Province of Arabia. The Northern Sector, BAR International Series 295.

Macdonald (M. C. A.) 1993 « Nomads and the Hawrân in the Late Hellenistic and Roman Periods : a Reassessment of the Epigraphic Evidence », Syria, 70, p. 303‑403.

Madox (J.) 1834 Excursions in the Holy Land, Egypt, Nubia, Syria, etc. Including a Visit to Unfrequented Districts of the Haouran, Londres.

Mascle (J.) 1940 Le djebel Druze, Beyrouth, p. 61-62.

Meimaris (Y. E.) 1992 Chronological Systems in Roman-Byzantine Palestine and Arabia. The Evidence of the Dated Greek Inscriptions, Meletemata 17, Athènes.

Orlandos (A. K.) 1968 Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens Grecs, 2 vol. , Paris.

Peters (F. E.) 1978 « Romans and Bedouins in Southern Syria », Journal of Near Eastern Studies, 37, p. 317‑326.

Poidebard (R. P. A.) 1928 « Reconnaissance aérienne au Ledja et au Safa », Syria, 9, p. 114-123.

Porter (J. L.) 1855 Five Years in Damascus : With Travels and Researches in Palmyra, Lebanon, The Giant Cities of Bashan and the Haurân, Londres.

Prentice (W. K.) 1908 Publications of an American Archaeological Expedition to Syria 1899-1900, Greek and Latin Inscriptions (PAAES III), New York.

Rey (E.) 1860 Voyage dans le Haouran et aux abords de la Mer Morte, Paris.

Sartre (M.) 1981 « Le territoire de Canatha », Syria, 58, p. 343-357.

Sartre (M.) 1982a Trois études sur l’Arabie romaine et byzantine, coll. Latomus 178, Bruxelles.

Sartre (M.) 1982b Inscriptions grecques et latines de la Syrie, t. XIII, fasc. 1, Bosra, BAH 113, Paris.

Sartre (M.) 1982c « Tribus et clans dans le Hawrân antique », Syria, 59, p. 77-91.

Sartre (M.) 1984 « Le Dies Imperii de Gordien III : une inscription inédite de Syrie », Syria, 61, p. 49-61.

Sartre (M.) 2003 D’Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique ive siècle av. J.C. – iiie siècle ap. J.C., Nouvelle édition revue et mise à jour, Paris.

Sartre (M.) 2007 « Un nouveau dux d’Arabie », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 60, p. 313-318.

Sartre (M.) à paraître Inscriptions du djebel Al-‘Arab, IGLS (XVI/2).

Sartre-Fauriat (A.) 1999 « Les notables et leur rôle dans l’urbanisme du Hauran à l’époque romaine », Construction, reproduction et représentation des patriarcats urbains, Tours, p. 223-240.

Sartre-Fauriat (A.) 2001 Des tombeaux et des morts. Monuments funéraires, société et culture en Syrie du Sud du ier s. av. J.C. au viie s. apr. J.C., 2 vol. , BAH 158, IFPO, Beyrouth.

Sartre-Fauriat (A.) 2004 Les voyages dans le Hawran (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816 et 1818), BAH 169, Bordeaux et Beyrouth.

Sartre-Fauriat (A.) 2007 « Inscriptions inédites pour la Tychè en Syrie du Sud », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 60, p. 269-288.

Segal (A.) 2001 « The “Kalybe Structures” – Temples for the Imperial Cult in Hauran and Trachon : A Historical-Architectural Analysis », Assaph Studies in Art History, 6, p. 91-118.

Seetzen (U. J.) 1854 Syrien, Palästina, Phönicien, die Transjordan-Länder, Arabia Petraea und Unter Aegypten. Herausgegeben und commentiert von Professor Dr. Fr. Kruse, Berlin.

Séjourné (P. M.) 1898 « à travers le Hauran », Revue biblique, 7, p. 275-287 et 587-611.

Seyrig (H.), R. Amy & E. Will 1975 Le temple de Bel à Palmyre, 2 vol. , Geuthner, Paris.

Sourdel (D.) 1952 Les cultes du Hauran à l’époque romaine, Paris.

Teixidor (J.) 1979 The Pantheon of Palmyra, Leyde.

Vitelli (G.) éd. 1915 Papiri greco-egizii pubblicati dalla R. Accademia dei Lincei. Papiri Fiorentini. III : documenti e testi letterari dell’età romana e bizantina, Milan.

Vogüé (M. de) 1865-77 Syrie centrale, architecture civile et religieuse du ier au viie siècle, Paris.

Waddington (W. H.) 1870 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris.

Weber (Th.) 2000 « Telos Porta : Zur Zweckbestimmung römischer Bogenmonumente in den orientalischen Provinzen », Saalburg-Jahrbuch 50, p. 1-13.

Weber (Th.) 2001 « Roman Monumental Arches in the Near East. Monuments of Civic Representation or Custom Toll Stations ? », Studies in the History of Archaeology of Jordan VII, p. 531-536.

Zayadine (F.), F. Larché & J. Dentzer-Feydy 2003 Le Qasr al-Bint de Pétra. L’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Paris.

Haut de page

Notes

1 Cette mission franco-syrienne s’est déroulée dans le cadre d’un programme de recherche IFPO consacré à l’étude de l’habitat antique et a été financée par la Mission française en Syrie du Sud. Je remercie nos interlocuteurs de la DGAMS à Damas et à Suweida’ pour leur soutien efficace, et tout particulièrement Monsieur Michel Maqdissi, Directeur du Service des fouilles et des études archéologiques, Monsieur Wassim Sharani, Directeur du Musée et des antiquités du mouhafazat de Souweida’ et Monsieur Anwar Sabik, architecte en chef au Service des antiquités de Suweida’. Merci également aux membres de la mission qui ont travaillé sur la kalybé de Hayat : Abir Ibrahim (architecte), Vanessa Perez et Guillaume Pinlon (topographes), Salma Azmeh (enquête auprès des habitants), Marc Balty (mise au net définitive). Je suis également très reconnaissante à Jean-Claude Bessac pour les observations techniques dont il m’a amicalement fait bénéficier.

2 Koder & Restle 1992, pour le commencement de l’ère de Maximianopolis en 286 ; Meimaris 1992, p. 79-81 pour le commencement de l’ère en 287 ou 302.

3 Waddington 1870, p. 502 ; Gatier 2000, p. 345-346.

4 Sartre 1984.

5 Dussaud & Macler 1901, p. 138-142.

6 Josèphe, AJ. XV, 10, 1 ; Strabon, XVI, 2, 20.

7 Waddington 1870, p. 502 ; Porter 1855, p. 52-71 ; cf. Dussaud 1927, p. 326 qui mentionne aussi « les semi-nomades du Ledja et du Safa qui y mènent leurs troupeaux pendant l’été ».

8 Waddington 1870, n° 2329.

9 Waddington 1870, n° 2112, 2196, 2203, 2236 ; PPUAES IIIA, n° 752 ; PAAES, n° 383.

10 MacDonald 1993, p. 374, 376-377 : des inscriptions mentionnent des chefs de tribus entretenant des rapports amicaux avec Rome et fournissant des troupes auxiliaires dès les iie et iiie siècles ; voir Peters 1978, p. 323 ; Sartre 1982a, p. 122-128 ; Isaac 1998, p. 411-415, 458s.

11 Dussaud 1927, carte II.

12 Les dimensions du «  Burdj » et son organisation interne sont assez proches de celles des tours à fonction militaire de Qasr el-Al et Al-Batra en Jordanie, supposées remonter à l’époque nabatéenne ou au début de la période romaine, et de celle de Horvat ‘Eleq (Khirbet Umm el-‘Aleq au nord-est de Césarée) considérée comme hérodienne. Voir Kennedy 2000, p. 139, fig. 14.8 et p. 180, fig. 18.8  ; Hirschfeld 2000, p. 245-46.

13 Seule une moitié de la pierre a été retrouvée en 2006, mais l’équipe de Butler l’avait vue entière (voir Prentice 1908, n°  362). L’inscription complète, sculptée dans un cartouche à queues d’aronde, révélait que «  Diomède Dareios, éparque du roi Agrippa le Grand, a érigé ce monument depuis ses fondations ». D’après Prentice, avant lui Waddington et selon Josèphe (BJ. II, 17,4), au début de la révolte des Juifs, Agrippa II envoya à Jérusalem, pour soutenir le parti de la paix, deux mille cavaliers d’Auranitide, de Batanée et de Trachônitide sous le commandement d’un éparque du nom de Dareios et du stratège Philippe. Ainsi, cette inscription pourrait remonter au règne d’Agrippa II. D’après Waddington 1870, n°  2135, les inscriptions en relief sont rares, seule une quarantaine a été répertoriée dans la région, et toutes se trouvent au nord d’une ligne passant par Mushennef et Suweida’. L’une d’elles, à Deir al-Sha’ir, mentionne la construction d’un grand bâtiment par un préfet d’un roi Agrippa. Voir Augier & Sartre 2002, p. 127-128.

14 Plutôt que le terme grec « kalybè – kalybai », nous emploierons le mot francisé « kalybé(s) ».

15 Cf. croquis de Bankes, pl. 3a et c comparés avec l’état actuel pl. 2.

16 Seetzen 1854, p. 5 ; Burckhardt 1822, p. 77 ; Madox 1834, p. 177 ; Porter 1855, p. 34-40 ; Rey 1860, p. 69 ; Séjourné 1898, p. 275-287 et 596-611 ; Vogüé 1865-77, p. 41 ; Butler PAAES II, 1903, p. 397-398, fig. 142 et 143 ; Dussaud 1927, p. 355 ; Mascle 1940, p. 61-62.

17 Sartre-Fauriat 2004, p. 109-110, 198-201, pl. VL 4 recto.

18 Vogüé 1865-77, p. 41 ; Sartre 2003, p. 907 ; Dentzer 1990, p. 213, n. 49 ; Ginouvès 1998, p. 154.

19 Butler PAAES 1903, p. 397-398, fig. 142 et 143.

20 Mascle 1940, p. 61-62.

21 Mais nous ne savons pas si ces transformations sont contemporaines de l’occupation juste antérieure au passage de Bankes ou si elles sont plus anciennes.

22 Informations recueillies par Salma Azmeh, mission 2006.

23 Conformément à la définition de Ginouvès 1998, p. 9-10, le petit édifice dont il est question ici peut être qualifié de tour car sa hauteur était au moins égale à 1,5 fois son côté.

24 Merci à J.-Cl. Bessac de m’avoir sensibilisée à ces intéressants détails techniques.

25 Pour la qualité des parements, nous nous référons à Ginouvès & Martin 1985, p. 130 : un « parement piqué est un parement dressé au pic ou à la pioche, qui laisse des creux et des traits irréguliers » ; un « parement piqueté ou pointé est caractérisé par des creux ou traits de percussion serrés, réalisés à petits coups d’une pointe fine comme celle du têtu, de la smille ou de la pointe ».

26 Ce ravalement d’assez mauvaise qualité pourrait s’expliquer par sa réalisation sur des pierres en place dans le mur, alors que l’opération de parement de blocs en basalte ne peut se faire correctement qu’avant leur montage en raison de la dureté de la pierre.

27 D’après J. Dentzer-Feydy, ces blocs sculptés sont du même style que les chambranles de Sî’8 et pourraient provenir d’un édifice du ier siècle après J.-C., peut-être cultuel et peut-être en relation avec l’inscription n° 362 dans Prentice 1908, découverte devant la kalybé.

28 Bessac 1995, p. 397.

29 Sur son plan (pl. 3f), Bankes en signale quatre sur le mur du fond, qui ne sont actuellement pas visibles en raison de l’encombrement de la pièce.

30 Waddington 1870, n° 2099 ; Prentice 1908, n° 364c. Sur son plan, Bankes indique l’existence d’une porte derrière le piédroit est de l’arc. Aujourd’hui, rien n’est visible (pl. 3f).

31 Bankes a signalé cet accès à l’escalier, et le fait apparaître sur son plan précédé de deux marches dont il ne reste pas trace (pl. 3f).

32 0,82 m de large et 1,70 m de haut, contre-crapaudine de 6 cm de diamètre et 5 cm de profondeur attestant un battant en bois d’une épaisseur maximum de 6 cm.

33 Voir ci-dessous, p. 265 et p. 268.

34 En 2007, le torse gisait encore au milieu d’autres blocs et de parpaings immédiatement à l’ouest de l’édifice.

35 Il est difficile de trouver le terme approprié pour désigner la partie principale de ce monument. Amer & Gawlikowski 1985, p. 14, utilisent l’expression « salle à coupole » qui n’est pas fausse, mais ne tient pas compte de sa large ouverture en façade. Les termes d’exèdre ou d’abside conviendraient mieux de ce point de vue mais ne correspondent pas au plan ou à l’organisation intérieure de l’espace en question qui n’est pas demi ?circulaire mais carré et ne comportait pas de banc. Le terme de chapelle n’est pas plus approprié, puisqu’il désigne une salle à valeur cultuelle, intégrée dans un édifice de même fonction ou de fonction différente, plutôt entièrement fermé. Le mot niche n’est pas plus juste car il signifie un espace de petite dimension, réservé dans un mur. Et c’est encore le terme grec de naos qui désigne « la partie du temple qui contient la (ou les) statue(s) de culte, un ou plusieurs autels, des tables d’offrande et éventuellement d’autres arrangements… » qui paraît le mieux convenir, d’autant plus qu’« à l’avant, il peut s’ouvrir directement sur l’extérieur, tout comme il peut constituer un seul espace libre… ». Voir Ginouvès 1998, p. 41-42.

36 Vogüé 1865-77, p. 44-45, fig. 9 ; Mascle 1944, p. 122-125.

37 Je remercie Pauline Piraud-Fournet, architecte IFPO, de m’avoir signalé la forme particulière de cette coupole. Voir Dentzer et alii 2002, p. 96, pl. 7, salle U ; Dentzer -Feydy et alii 2007, fig. p. 223.

38 Voir ci-dessous, p. 22 et p. 24.

39 Prentice 1908, n° 363 ; Waddington 1870, n° 2095.

40 Vogüé 1865-77, p. 41.

41 Dentzer et alii 2002, p. 116-121.

42 Butler PAAES IIA 1903, p. 383, 397-398 ; Butler PPUAES IIA 1919, p. 251-55, ill. 225-236 ; Mascle 1940, p. 63-64 ; Dentzer et alii 2002, p. 116-117, pl. 16-17 ; Amer & Gawlikowski 1985.

43 Segal 2001.

44 Vogüé 1865-77, p. 43-44, pl. 6, 4-5.

45 Les dimensions des substructures en place ne permettent pas de restituer un espace exactement carré de 5,80 m de côté, comme l’indiquait Vogüé, mais plutôt rectangulaire, de 6 x 5,60 m.

46 Voir la tombe archaïque de Praisos, Orlandos 1968, 2, p. 198, fig. 239.

47 Vogüé, 1865-77, p. 44, fig. 9 ; Cf. aussi Creswell 1932, p. 308 ; Choisy 1883, p. 162, Orlandos 1968, 2, p. 202.

48 Vogüé 1865-77, p. 43 ; Waddington 1870, n° 2545-2546 ; Graham 1858, p. 226-263 ; Littmann et alii 1921, n° 76512 et 76513 ; MacAdam 1983, p. 113 ; MacAdam 1986, p. 162, 219 ; Sartre-Fauriat 1999, p. 237, n. 149.

49 Butler PAAES II 1903, fig. p. 412.

50 Butler PPUAES IIA5 1919, p. 361-362.

51 Mascle 1944, p. 88.

52 La pièce sud fait 5,30 x 1,68 m de côté ; la pièce nord fait 5,60 x 3,40 m de côté et sa couverture est soutenue par deux arcs transversaux engagés dans les parois. La porte ouest de cette dernière pièce, conservée avec ses deux battants en basalte, ne fait que 0,74 m de large.

53 Vogüé 1865-77, p. 41-43, pl. 6, fig. 1-3.

54 L’espace ainsi délimité correspondait à la superficie de la terrasse qui précédait l’édifice, située au-dessus d’un vide de nivellement dont la fonction était d’assurer un sol plan devant le monument ; il devait former une terrasse surélevée par rapport au niveau de la placette, tout comme le pronaos de la Kaisariyeh voisine.

55 Waddington 1870, n° 2158.

56 Butler PAAES IIA 1903, p. 396, fig. 140 et 141 et photo p. 397.

57 Dentzer-Feydy 1986, p. 298.

58 En italique, les dimensions de Voguë, en droit, nos dimensions.

59 Vogüé 1865-77, p. 58, pl. 18 et 22.

60 C’est là notamment que se trouvent les vestiges du mausolée hexagonal à trois côtés concaves, voir Sartre-Fauriat 2001, I, p. 168-169.

61 Clauss-Balty 2008.

62 Bauzou 1989, vol. 1, p. 235-236, vol. 2, pl. 93, fig. B.

63 Les blocs « à tenon » sont en forme de T renversé, et ceux « à mortaises » sont en forme de P.

64 Pour la datation des maisons d’Inkhil et de Muhajat, cf. Dentzer-Feydy 2008.

65 La maison de Flavius Seos à Hayat et l’église du Deir à Shaqqa en sont d’excellents exemples.

66 Freyberger 1989 ; Dentzer-Feydy 1997.

67 Zayadine et alii 2003.

68 Amy 1950, p. 135.

69 La mauvaise conservation de la partie haute des temples n’autorise que très rarement des certitudes. En revanche, un culte sur le toit est assuré pour l’autel-tour de Baalbek et pour la tour de Nourabad en Iran. Collart 1977 ; Ghirshman 1944 ?45.

70 Amer & Gawlikowski 1985, p. 8, fig. 2 à 5.

71 Dentzer-Feydy 1986, p. 298.

72 Le monument a été étudié et relevé lors d’une mission de terrain effectuée en novembre 2007. Il sera publié prochainement en collaboration avec Pauline Piraud-Fournet, architecte IFPO.

73 Vogüé 1865-1877, p. 55-56, pl. 15 et 16.

74 Voir ci-dessus, n. 12 et 13.

75 Pour donner une unité à la kalybé de Hayat, les constructeurs ont repris l’appareil à bossage à l’arrière de la partie ajoutée. En effet, techniquement il est impossible de ravaler des blocs de basalte appareillés, la pierre est trop dure et le parement doit être réalisé avant le montage du bloc. La seule solution pour créer un édifice au parement lisse en récupérant les tours aurait été de démonter ces tours pour en ravaler les blocs, ou de construire la kalybé ailleurs, avec des blocs parés.

76 Liddel & Scott 1968, s.v. kalybè.

77 Ginouvès 1998, p. 154.

78 Hérodote, Hist. V, 16.

79 Léonidas de Tarente, Anthologie Palatine VII, 295, 7.

80 Strabon, VII, 5-12.

81 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, X, 19.

82 Plutarque, Pompée, 73,4.

83 Vitelli 1915, 335.2.

84 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 775.

85 Augier 1999.

86 Dentzer 1990, p. 209-210, n. 48 ; Sartre 2003, p. 907.

87 Seyrig, Amy & Will 1975, p. 88-89 ; pl. 42, Album, pl. 91.

88 Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 301-303.

89 Gawlikowski 1989, p. 326-27, 350.

90 Sartre-Fauriat 2004, p. 199.

91 . Porter 1855, II, p. 39 ; Waddington 1870, n° 2096 ; Prentice 1908, n° 364.

92 Waddington 1870, n° 2095 ; Prentice 1908, n° 363.

93 En supposant que le petit-fils porte le nom du grand-père comme cela arrive souvent.

94 à Kafr Leha, trois vétérans font don de 300, 400 et 450 drachmes en complément du financement de la collectivité, pour la construction d’un monument inconnu, entre 235 et 238 (Waddington 1870, n° 2399, Sartre-Fauriat 1999, p. 237, n. 146). à Kerak, un particulier a donné la somme de 570 deniers pour la construction de la maison commune en 253-54 (Waddington 1870, n° 2412f). Toutefois à Salkhad, le prix d’un tombeau est de 12 000 drachmes en l’an 220 de la province, ce qui devrait correspondre à 326 (Littmann et alii 1921 PPUAES III n° 168).

95 L’autre tour possède également une fenêtre à encadrement mouluré, mais elle a peut-être été entièrement financée par la communauté et de ce fait, il n’y a pas de dédicace.

96 Selon Augier 1999, p. 768, il pourrait s’agir des artisans maçons qui auraient fait une réduction sur le prix de la construction.

97 Je remercie chaleureusement M. Maurice Sartre de m’avoir communiqué son fichier des inscriptions de Hayat, qu’il devrait publier bientôt dans le volume XVI/2 des IGLS. Celui-ci n’étant pas encore paru, les traductions reproduites ici sont tirées d’ouvrages antérieurs, dans la mesure où elles ne sont pas contradictoires.

98 Butler PAAES II 1903, p. 418.

99 Waddington 1870, n° 2099 ; Prentice 1908, n° 364c ; Sartre XVI/2, n° 622/6.

100 Prentice PAAES III 1908, n 64a ; Waddington 1870, n° 2097 ;
Sartre XVI/2, n° 619/4.

101 Waddington 1870, n° 2098 ; Prentice PAAES III 1908, n° 364 b ; Sartre XVI/2, n° 618/5.

102 Prentice PAAES III 1908, n° 365 ; Sartre XVI/2, n° 623/8.

103 Augier 1999, p. 747 ; Sartre XVI/2, n° 621/1.

104 Sourdel 1952, p. 101.

105 Butler PPUAES IIA7, ill. 352.

106 Vogüé 1865-77, fig. 11.

107 Dentzer-Feydy et alii 2003, p. 106-109, pl. 60-61.

108 Sur le dessin de Bankes (pl. 3c), le mur qu’il représente devant la kalybé de Hayat est tardif et correspond à la transformation du monument en habitation. Ce mur, grossièrement construit à l’aide de blocs épars, encore visible sur les photos de la Mission française de 1974, remployait d’ailleurs un bloc inscrit.

109 Kalos 1997, fig. 6.

110 Sourdel 1952, p. 22-28 ; Arnaud 1986, p. 376.

111 Dans le village voisin de Hit, une invocation à Zeus Megistos et le don d’une statue de Ganymède figurent sur deux blocs inscrits remployés dans une église (Waddington 1870, n° 2116 et 2118). Ces blocs pourraient provenir de Hayat.

112 Sourdel 1952, p. 49-52 ; Dentzer-Feydy 1979.

113 Fahd 1968, p. 82 ; également connu à Palmyre, à Doura-Europos, à Hatra, et en Nabatène. Voir Teixidor 1979, p. 76-100 ; Kaizer 1998, p. 51 ; Bélayche 2003 ; Augé 1990.

114 Fahd 1968, p. 78-84.

115 Un culte consacré à des paires de divinités est attesté à Palmyre et à Damas. Cf. Cumont 1917, p. 268, Dentzer 1990, p. 208.

116 Un demi-cartouche à queues d’aronde végétalisées, remployé dans un édifice très tardif au sud de l’ancienne église de Hayat, porte une inscription mentionnant la construction d’un tycheion. Voir Sartre-Fauriat 2007, p. 5-7, fig. 4. Le bloc devait mesurer 1 m de long et une quarantaine de centimètres de haut ; il ne peut provenir de la façade pratiquement complète de la kalybé, ni constituer la base d’une statue ; ainsi l’inscription désigne assurément un autre édifice. Néanmoins, la présence d’une Tychè à côté de Zeus dans la kalybé n’empêchait éventuellement pas l’existence d’un autre sanctuaire dédié à cette seule divinité.

117 Sartre 1984.

118 La base plus la statue ne faisait peut-être pas 3 m, dimension qui correspond à la hauteur des niches latérales. En revanche le poids important ne permettait pas de placer une telle charge dans les niches hautes.

119 Waddington 1870, n° 2140.

120 Voir le bas-relief palmyrénien représentant la triade divine avec Baalshamin au centre, encadré du dieu ?lune Aglibol et du dieu ?soleil Malakbel, conservé au musée du Louvre.

121 Sourdel 1952, p. 36-37.

122 Butler PAAES II 1903, p. 382, fig. 133.

123 Butler PPUAES IIA 1919, p. 251-55, ill. 225-236 ; Mascle 1940, p. 63-64 ; Dentzer et alii 2002, p. 116-117, pl. 16-17 ; Amer & Gawlikowski 1985.

124 Amer & Gawlikowski 1985.

125 Dentzer et alii 2002, p. 116-119, pl. 16-17 ; Gros 1996, p. 424-431.

126 Segal 2001, p. 106-107.

127 Butler PAAES II 1903, p. 378, fig. 131.

128 Butler PPUAES IIA 1919, p. 252-254, ill. 226 ; Dentzer et alii 2002, p. 121-125 ; Dentzer & Fournet 2005 ; Dentzer-Feydy et alii 2007, p. 235-238.

129 Amer et alii 1982, p. 258-263, pl. 2-3, fig. 1 ; Segal 2001, fig. 13.

130 Butler PPUAES IIA 1919, p. 315-322.

131 Braemer 1988, p. 116 et 118, fig. 5.

132 Comme à Suweida’ où une inscription célèbre la dédicace d’un téménos et d’un nymphée après l’aménagement d’une adduction d’eau. Voir Waddington 1870, n° 2305. On connaît son aspect grâce à W. J. Bankes qui a fait plusieurs croquis du petit édifice. Voir Sartre-Fauriat 2004, p. 92, 265-266.

133 Weber 2000 et 2001.

134 Les inscriptions révèlent l’existence de tours dans quelques-uns des villages du Hauran, mais elles servaient plutôt à la surveillance des environs. à Butheinah existaient deux de ces tours, voir Waddington 1870, n° 2129 et 2130 ; Dussaud & Macler 1901, p. 142-143. Deux autres se dressaient à Melah, dont une est conservée, voir Littmann et alii 1921 PPUAES IIIA, n° 689 et 696 datées de 372.

135 Bauzou 2003, p. 300. Au pied de la colline al-Qasr, à l’ouest de Suweida’, les vestiges d’une tour de 5,15 x 5,40 m de côté, aux murs de 0,90 m d’épaisseur, équipée dune porte de 1,10 m de plain-pied, sont plus semblables à nos monuments.

136 Bauzou 1989, 1, p. 215-216 ; Bauzou 2003, p. 294.

137 On ne peut cependant pas comparer les tours de Hayat et de Shaqqa, ni les kalybés aux sanctuaires routiers tels que celui de Manarat Henu, au bord de la voie du Léjà, dont l’aspect était différent. La présence d’une dédicace à la Bonne Fortune a conduit Bauzou 2003, p. 298-299 à considérer ce « petit sanctuaire carré de type local » comme un tycheion.

138 Peters 1978, p. 321.

139 Darrouz & Rohmer 2004.

140 Le village a été étudié en juin 2007 dans le cadre d’une mission franco-syrienne.

141 Sartre 1981.

142 Voir Poidebard 1928 pour un bon aperçu de l’emplacement de Shaqqa par rapport au débouché sur la steppe orientale, les déserts du Safa et de la Harra et la plaine fertile de la Roubhé située entre les deux.

143 Peters 1978, p. 318.

144 Sartre 2007, p. 317.

145 Sartre 1982a, p. 128 ; CIS V, n° 4428 ; Isaac 1984.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Planche 1
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-1.png
Fichier image/png, 148k
Titre Planche 4
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-2.png
Fichier image/png, 345k
Titre Planche 3c
Légende Croquis du monument précédé d’un mur d’enceinte de cour par Bankes (Sartre-Fauriat 2004, p. 110).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-3.png
Fichier image/png, 139k
Titre Planche 3d
Légende Plan de l’étage par Bankes (Sartre-Fauriat 2004, pl. XV).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-4.png
Fichier image/png, 244k
Titre Planche 3f
Légende Plan du rez-de-chaussée par Bankes (Sartre-Fauriat 2004, pl. XV).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-5.png
Fichier image/png, 212k
Titre Planche 3b
Légende Restitution de la façade par Butler (Paaes II, 1908, fig. 143).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-6.png
Fichier image/png, 291k
Titre Planche 3e
Légende Plan de l’étage par Butler (Paaes II, 1908, fig. 142).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-7.png
Fichier image/png, 24k
Titre Planche 5a
Légende Plan du rez-de-chaussée. Relevé 2006.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Planche 5b
Légende Plan de l’étage. Relevé 2006.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Planche 6
Légende La kalybé à Hayat : relevé de la façade principale nord.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-10.png
Fichier image/png, 214k
Titre Planche 8
Légende La kalybé à Hayat : relevé de la façade sud.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-11.png
Fichier image/png, 201k
Titre Planche 7
Légende La kalybé à Hayat : coupe est-ouest.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-12.png
Fichier image/png, 328k
Titre Planche 3a
Légende Croquis de la façade par Bankes (Sartre-Fauriat 2004, p. 110).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-13.png
Fichier image/png, 232k
Titre Planche 2c
Légende Restitution du système de couverture original des pièces latérales (dessin P. Duboeuf 2007).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-14.png
Fichier image/png, 390k
Titre Planche 11b
Légende Plan et élévation de la Kalybé d’Umm az-Zeitun d’après Vogüe 1865-77, pl. 6.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-15.png
Fichier image/png, 119k
Titre Planche 11b’
Légende Dispositif de passage du plan quadrangulaire au plan circulaire observé à la kalybé d’Umm az-Zeitun par Vogüe1865-77, p. 444.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-16.png
Fichier image/png, 93k
Titre Planche 11c
Légende Façade principale nord de la kalybé de Shaqqa, état actuel.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-17.png
Fichier image/png, 149k
Titre Planche 11e
Légende Élévation de la façade nord et plan de la kalybé de Shaqqa d’après Vogüe 1865-77, pl. 6.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-18.png
Fichier image/png, 124k
Titre Planche 9a
Légende Shaqqa-Maximianopolis : relevé de la façade principale ouest du Deir.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-19.png
Fichier image/png, 182k
Titre Planche 9b
Légende Shaqqa-Maximianopolis : la tour nord du Deir vue du nord-est.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-20.png
Fichier image/png, 122k
Titre Planche 9c
Légende Inkhil : face nord de la tour à bossage de la Beyt al-Alou.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-21.png
Fichier image/png, 130k
Titre Planche 9d
Légende Kafr Shams : tour ajoutée à l’aile nord de la Beyt Hamdan.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-22.png
Fichier image/png, 135k
Titre Planche 9e
Légende Hayat : le Burdj.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-23.png
Fichier image/png, 293k
Titre Planche 11a
Légende Façade principale nord de la kalybé d’Umm az-Zeitun, état actuel.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-24.png
Fichier image/png, 320k
Titre Planche 10
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/483/img-25.png
Fichier image/png, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Clauss-Balty, « La kalybé de Hayat (Syrie du Sud) », Syria, 85 | 2008, 249-292.

Référence électronique

Pascale Clauss-Balty, « La kalybé de Hayat (Syrie du Sud) », Syria [En ligne], 85 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/483 ; DOI : 10.4000/syria.483

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals