Navigation – Plan du site

AccueilSuppléments à SyriaIVLe moyen Oronte au fil du temps :...Les lettres de la correspondance ...

Le moyen Oronte au fil du temps : textes, objets, images

Les lettres de la correspondance d’El-Amarna expédiées depuis l’Oronte

Philippe Abrahami
p. 119-135

Résumés

Parmi les lettres d’El-Amarna constituant la correspondance de l’Oronte, certaines ont été envoyées depuis des royaumes bien connus par ailleurs. C’est le cas de Qatna (EA 52-57), Qadeš (EA 189-190), Tunip (EA 59), Niya (EA 67) et du Nuhašše (EA 51). D’autres royaumes, comme Rūhizu (EA 191-192) et Labana (EA 193), ne sont pas attestés en dehors du corpus amarnien. L’article examine ces documents (toponymie/chronologie/histoire politique) ainsi que trois autres lettres rattachées à la vallée de l’Oronte dans la dernière publication en date de la correspondance d’El-Amarna que l’on doit à M. Liverani : EA 260 envoyée depuis Bīt tenni et les lettres EA 317-318. Le cadre chronologique est fixé notamment par les dates de règne des pharaons Amenhotep III (1390-1353 av. n. è.) et Akhenaton (1353-1336 av. n. è.) et du Grand Roi hittite Šuppiluliuma I (1350-1322 av. n. è.).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour les dates de règne d’Amenhotep III (1390-1353 av. n. è.) et d’Akhenaton (1353-1336 av. n. è), (...)
  • 2 Abrahami & Coulon 2008, p. 2-8 avec bibliographie.

1Les archives d’El-Amarna constituent un corpus documentaire en grande partie constitué de la correspondance royale entre les pharaons de la 18e dynastie égyptienne — Aménophis III et Akhenaton principalement et les royaumes du Proche-Orient ancien 1. L’inventaire des tablettes provenant d’Amarna compte 382 numéros. Seules 31 d’entre elles ont été extraites lors de fouilles régulières : la plupart proviennent du bâtiment Q42.21, situé à proximité du palais royal. Sa fonction en tant que « Bureau des archives » est établie grâce à l’inscription figurant sur des briques de cet édifice : « la place de la correspondance de Pharaon, puisse-t-il vivre être prospère et en bonne santé » 2.

  • 3 Sur la question de la classification de la correspondance en deux catégories : les lettres « intern (...)

2Une petite partie de cette correspondance (36 lettres) émane de rois qui traitent sur un pied d’égalité avec le roi d’Égypte. Il s’agit des rois de Babylonie, d’Assyrie, du Mitanni, d’Alašiya et du Hatti. Le reste des lettres constitue la correspondance des « vassaux » adressée par les rois de Syrie-Palestine qui reconnaissent à des degrés divers leur subordination politique à l’Égypte 3.

3Les lettres de l’Oronte proviennent de villes situées aux abords ou au bord même du cours supérieur et moyen du fleuve : Labana, Rūhizu, Qadeš et Qatna pour les premières ; Tunip et Niya notamment pour les secondes (carte 1).

Carte 1.

Carte 1.

Les régions, villes et localités du Levant mentionnées dans les lettres d’El-Amarna (indication non exhaustive)

© Ph. Abrahami, M. Sauvage

4Depuis 1998-1999, date de la dernière édition du corpus des lettres d’El-Amarna par M. Liverani, de nouvelles données archéologiques et textuelles sont venues enrichir notre connaissance de l’histoire du Levant Nord pour la période concernée. D’une part le déroulement des campagnes militaires en Syrie de Šuppiluliuma I fait depuis quelques années l’objet de recherches intensives, en partie suscitées par l’exploitation des informations issues de l’archive d’Idadda de Qatna. D’autre part, la localisation de certaines des villes mentionnées dans la correspondance de l’Oronte connaît également de récentes avancées.

5Aussi la présente étude tente-t-elle de rendre compte au mieux des hypothèses envisagées à l’heure actuelle quant à la situation chronologique des lettres de l’Oronte, par rapport à la séquence des différents épisodes militaires des campagnes hittites dans cette région (raids, Première Guerre syrienne ou « Campagne d’un an » et Seconde Guerre syrienne ou « Campagne de six ans » ). La thématique du colloque offre également l’occasion de faire le point sur les nouvelles données concernant l’identification des villes dont nous parle le dossier des lettres de l’Oronte.

La région du cours supérieur de l’Oronte

Labana

  • 4 Pour l’identification de Labana à Lebwe, voir Liverani 1998, p. 287. Pour une localisation de Laba (...)
  • 5 Naʾaman 1999b, p. 419-421 et particulièrement n. 11.
  • 6 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 99.

6Labana a été assimilée à Labʾu qui est généralement identifié à Tell Qaṣr Lebwe : un site proche de l’actuel Lebwe, localisé dans la Biqaʿ à proximité de l’une des sources de l’Oronte, à mi-parcours entre Baalbeck et Hermel 4. Toutefois le rapprochement de Labana et Labʾu semble peu probable dans la mesure où ces localités apparaissent ensemble dans les listes de toponymes de Thoutmosis III (1479- 1425 av. n. è.) 5. L’analyse pétrographique d’EA 193 confirme d’ailleurs qu’il s’agit de deux localités différentes et suggère comme origine pour Labana la zone comprise entre la ville actuelle de Quseir et les alentours de Hermel dans le nord de la Biqaʿ 6.

  • 7 EA 53 et EA 54. Dans ces deux lettres, il est désigné comme « Teuwatti de Labana ». Le nom est écr (...)

7Labana est gouvernée par Teuwatti/Tiwate qui envoie la lettre EA 193. Il y annonce la mise à disposition de bétail probablement en vue de l’approvisionnement de troupes égyptiennes sur le point d’arriver, auxquelles il promet de se joindre. Tiwate est aussi mentionné dans deux lettres d’Akizzi de Qatna : il participe alors avec Arzawiya de Rūhizu à l’attaque contre Apu menée par Aitakama de Qadeš (infra7.

Rūhizu

  • 8 Belmonte Marín 2001, p. 235 ; au nord-ouest du pays d’Apu selon Klengel 1992, p. 179. La frontière (...)
  • 9 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 100.

8Cette localité se trouverait dans les parages de Hermel dans le nord de la Biqaʿ 8. Une localisation proche de Labana est suggérée par l’association de ces deux villes dans les lettres d’Akizzi, ce que semble confirmer l’analyse pétrographique 9.

9Rūhizu est gouvernée par Arzawiya qui expédie EA 191 et EA 192. Le contenu de EA 191 est parallèle à la lettre de Tiwate (EA 193). Arzawiya accuse réception du message du pharaon annonçant l’arrivée d’un contingent égyptien et lui demandant d’en préparer l’accueil. Arzawiya affirme faire le nécessaire et propose également de se joindre au corps expéditionnaire. Dans la seconde lettre, EA 192, Arzawiya confirme « avoir entendu les paroles » du souverain égyptien et le presse de ne pas se montrer « négligent vis-à-vis de son pays », laissant entendre que Rūhizu fait face à une menace extérieure.

  • 10 Naʾaman 1990, p. 405.
  • 11 Cordani 2011b, p. 104.
  • 12 Freu 2002, p. 97.

10L’opération en préparation dans EA 191, qui est probablement la même que celle de EA 193, semble de grande envergure car il est question « des nombreux commissaires » (l. 7-8) encadrant les troupes. Le déplacement de ce corps expéditionnaire est peut-être en lien avec l’une des deux campagnes égyptiennes dirigées contre l’Amurru. La première, sous le règne d’Amenhotep III, fit cesser la politique expansionniste d’Abdi-Aširta 10. La seconde, durant le règne d’Akhenaton, pour les mêmes raisons, visait son fils, Aziru, mais elle a peut-être été suspendue à la dernière minute, Aziru s’étant finalement résolu à obéir à l’injonction du pharaon de se rendre en Égypte (infra11. Il a également été envisagé de considérer la campagne militaire dont il est question dans EA 191 et EA 193 comme la réaction de l’Égypte au cours de la Première Guerre syrienne de Šuppiluliuma I 12 : la menace extérieure évoquée par Arzawiya dans EA 192 pourrait être en lien avec les opérations militaires menées par les hittites à ce moment.

11Quoi qu’il en soit, les lettres d’Arzawiya — et celle de Tiwate — datent d’avant leur ralliement à l’axe prohittite constitué sous l’égide d’Aitakama (infra).

Qadeš

  • 13 Belmonte Marín 2001, p. 227. Le nom de la ville est également prononcé Qinza dans les textes hitti (...)
  • 14 Millard 2010, p. 226.
  • 15 Millard 2010, p. 228. La comparaison des données pétrographiques de la tablette EA 189 expédiée de (...)

12Qadeš, située au débouché nord de la Biqaʿ, a généralement été identifiée à l’actuel Tell Nebi Mend 13. Six tablettes récemment publiées ont été retrouvées sur place. Ces documents proviennent de ce qui pourrait être un grand bâtiment public mis au jour dans la tranchée TII à l’angle nord-est du tell 14. Parmi ces documents, la lettre TNM 054 apporte la preuve définitive quant à l’identification du site car elle est adressée à Niqmaddu, désigné comme le « roi de Qinza » 15.

  • 16 Klengel 1992, p. 110 et 157-158 ; Klengel 2006-2008, p. 141 ; Freu 2008-2009, p. 33. EA 151, une l (...)

13Dans la documentation d’El-Amarna, Qadeš est gouvernée par Aitakama qui, avec Aziru d’Amurru, est l’un des principaux alliés de Šuppiluliuma I. Aitakama lui doit en effet son installation sur le trône en dépit de l’attaque qu’il mena avec son père, Šutatarra, contre le corps expéditionnaire hittite au moment de la Première Guerre syrienne16.

Les lettres concernant Aitakama

  • 17 Ce document, une lettre « sortante », est l’un des rares découverts dans le « Bureau des archives  (...)

14Aitakama est l’auteur de la lettre EA 189. Le fragment EA 190, envoyé par un haut responsable égyptien ou le pharaon lui-même, pourrait lui avoir été adressé 17. D’autre part, les faits et gestes d’Aitakama sont évoqués par :

  • Akizzi de Qatna : EA 53-54, EA 56 ;
  • Ili-rapih de Byblos, le frère de Rib-Adda : EA 140 ;
  • Abi-milki de Tyr : EA 151 ;
  • Le roi d’Égypte dans une lettre destinée à Aziru d’Amurru : EA 162 ;
  • Biryawaza d’Apu : EA 197.

15À cet ensemble, il faut ajouter quatre autres lettres provenant de la Biqaʿ qui répètent mot pour mot le même message. Elles sont envoyées par :

  • Bieri de Hašabu : EA 174 ;
  • Ili-idiya de Hazi : EA 175 ;
  • L’auteur d’EA 176 18 ;
  • Abdi-riša d’E<ni>šasi : EA 363 19.
  • 20 EA 174, l. 8 et EA 363, l. 7, ne2-e-nu e-ba-ša-nu a-na KUR am-qi2 URU.DIDLI.ḪI.A LUGAL EN-ia. Pour (...)
  • 21 Klengel 1992, p. 178.
  • 22 Belmonte Marín 2001, p. 119. Comme autres identifications possibles sont également envisagées : ḥa (...)
  • 23 Ville de la Biqaʿ au sud-ouest de Baalbek, voir Belmonte Marín 2001, p. 126.
  • 24 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 129-130.

16La localisation de ces villes dans la Biqaʿ est suggérée de façon intrinsèque par l’affirmation de leur auteur qui déclare « nous sommes, dans le pays d’Amqi, les localités du roi, mon seigneur » 20. Plus précisément, la mention d’Amqi suggère la zone de la Biqaʿ qui s’étend vers le sud à partir de Baalbek 21 : Hašabu pourrait être identifiée à Tell Ayn Ušba 22 et Hazi à Tell Hizzin 23. L’analyse pétrographique conduite sur EA 174, 175 et 363 n’apporte pas de résultat quant à l’identification des sites : la matrice de ces tablettes correspond à une argile très répandue dans la zone de la Biqaʿ comprise entre Marjayoun et Baalbek. EA 173 serait également relative à ce dossier : par son contenu car il y est question d’une attaque contre le pays d’Amqi et par sa structure argileuse qui est très proche d’EA 174 et EA 175 24.

Le contenu des lettres

  • 25 leqûm peut se construire avec ištu ou itti, voir AHw : 544a 2 b). La traduction proposée en note p (...)
  • 26 Sur ce type d’argument, voir infra, le commentaire aux l. 21-24 de EA 59. Tahši correspond à la pa (...)

17L’ensemble du dossier concernant Aitakama est en rapport avec les attaques qu’il mène dans la Biqaʿ et contre Biryawaza d’Apu. Aitakama les justifie dans sa lettre EA 189. Sur le plan personnel, Biryawaza est accusé d’avoir mené un raid contre le territoire de Qadeš au cours duquel il a incendié des localités et s’est emparé « (des possessions) de la maison de (son) père » à Qadeš (l. 9-12) 25. D’autre part, la mise en cause des intérêts de l’Égypte sert aussi d’argument pour légitimer l’expédition d’Aitakama : il reprend, pour le compte du roi d’Égypte, le contrôle de localités situées dans Apu et Tahši que Biryawaza avait livrées aux mains des hābiru 26.

18Comme circonstance propice au raid contre Qadeš mené par Biryawaza, on peut envisager le moment où Šutatarra et ses fils vaincus sont déportés, la ville est alors privée de son roi. Biryazama a pu dès lors mettre à profit la situation politique incertaine à Qadeš. Aitakama, une fois rétabli sur le trône de Qadeš, aurait lancé des représailles.

  • 27 Pour une description d’ensemble des opérations, voir Gromova 2013, p. 106.

19Plusieurs lettres de ce dossier mentionnent l’attaque du pays d’Apu 27 :

  • Biryawaza rapporte les menaces dont il fait l’objet dans EA 197 : Arzawiya se rend à Qadeš où lui sont fournies des troupes d’Aziru, probablement stationnées dans la ville. L’attaque contre Apu est dirigée par Arzawiya et Aitakama n’y est pas mentionné 28. Au cours de cette campagne, Arzawiya prend Šaddu, une ville uniquement mentionnée dans cette lettre qui, compte tenu du contexte, pourrait être située dans le territoire d’Apu 29.
  • Akizzi dans la lettre EA 53 : 24-39, fait état de l’attaque menée par Aitakama avec le soutien de Tiwate de Labana et d’Arzawiya de Rūhizu. Il mentionne également le pillage du palais de Biryawaza 30. La fin de la lettre donne une idée plus précise du déroulement de la campagne : Tiwate et Arzawiya ont probablement mené la première phase de l’offensive. En effet, d’après le rapport d’Akizzi, ils se trouvent déjà présents à Apu, lorsqu’ils écrivent à Aitakama pour l’inciter à s’emparer « de tout le pays » (l. 56-62) 31.
  • Abi-milki de Tyr (EA 151) fait également état d’une attaque contre Biryawaza d’Apu menée de conserve par Aitakama et Aziru 32.
  • 33 « Nous avons fortifié les localités du roi, mon seigneur et nous stationnons dans les localités du (...)
  • 34 Cela pourrait expliquer la présence de troupes d’Aziru à Qadeš mentionnée dans la lettre de Biryaw (...)

20D’autre part, l’activité militaire d’Aitakama dans la Biqaʿ est documentée par les lettres des rois d’Amqi (EA 174-176 et EA 363). Ces derniers rapportent le fait qu’Aitakama qui commande un corps de troupes hittites aurait incendié plusieurs localités. Les auteurs de ces lettres déclarent tenir leur position dans leur ville respective qu’ils ont fortifiée et demandent l’envoi de troupes égyptiennes 33. Ili-rapih rapporte également l’attaque d’Aitakama contre le Amqi menée avec le soutien d’Aziru qui met à sa disposition des troupes (EA 140 : 25-31) 34.

  • 35 Cordani 2013, p. 54, 57-58. L’installation d’Aitakama sur le trône de Qadeš date au plus tôt de la (...)
  • 36 L’alliance entre Aziru et Aitakama est également mentionnée dans la longue missive adressée par le (...)
  • 37 Cf. n. 28.

21Ces différents documents concernent sans doute la même expédition qui interviendrait à la veille de la Seconde Guerre syrienne 35. Il en ressort qu’Aitakama a des velléités de contrôle de la damascène et d’au moins une partie de la Biqaʿ. Il dispose pour cela du soutien militaire d’Aziru et du roi hittite 36. Il aurait également rallié dans son camp les rois du nord de la Biqaʿ, Tiwate et Arzawiya, ceux du sud (Amqi) restant fidèle à l’Égypte. On remarque qu’Aitakama mobilise également à son profit la zone du Hauran avec Biridašwa qui lui apporte dans l’offensive contre Apu le soutien de ses propres alliés (les rois de Buṣrūna et de Halunnu) 37.

Qatna

22La correspondance d’Amarna compte cinq lettres en provenance de Qatna (Tell al-Mišrifā), envoyées par Akizzi (EA 52-56). De ce lot, seuls EA 53 et EA 55 sont réellement bien conservées.

  • 38 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 96.
  • 39 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 94 suggère que l’auteur de la lettre est un roi de Qatna aya (...)

23De Qatna ou d’une localité voisine proviendrait également EA 57 d’après les données fournies par l’analyse pétrographique 38. De ce fragment de lettre dont l’adresse est perdue, il ne reste que les fins de lignes. En tout cas Akizzi n’en serait pas l’expéditeur car il n’est pas cité dans la formule d’adresse mais dans le corps de la lettre avec les autres protagonistes de ce document 39.

La situation politique régionale d’après les lettres d’Akizzi

  • 40 Voir notamment Richter & Lange 2012, XXVII.

24L’affirmation de l’autorité de l’Égypte sur Qatna constitue un thème récurrent de la correspondance d’Akizzi. Cette insistance à évoquer la soumission à l’Égypte s’explique d’autant mieux qu’Akizzi succède à Idadda, installé sur le trône de Qatna par les hittites 40. Dans EA 56, l. 9-13, on remarque cependant que l’engagement vis-à-vis de l’Égypte est formulé de manière ambivalente :

  • 41 L. 9-13 : [u3 a]- ˹na˺-ku IR3-ka, u3 be-li2-ia [iš-tu] ŠU-ti-šu lu-u2 la tu-wa-aš-˹šar˺-[an-ni], [(...)

«  Je suis ton serviteur. Mon seigneur, tu ne dois pas me laisser partir de ta main et moi je ne [partirai] pas de chez mon seigneur. J’ai confiance en mon seigneur, ses soldats et ses chars » 41.

  • 42 Sur cette question, voir également, infra, le commentaire aux l. 21-30 de EA 59.

25La soumission d’Akizzi est certes clairement exprimée mais elle est en quelque sorte conditionnée par l’attitude du pharaon à son égard, une manière habile de suggérer un rapport de réciprocité entre les parties, notamment au regard du soutien militaire qu’Akizzi considère qu’il est en droit d’escompter 42. En définitive, compte tenu de la proposition d’alliance avancée par les hittites rapportée dans EA 53 (infra) et qui est probablement implicitement évoquée ici, il semble bien qu’Akizzi négocie en position de force son allégeance.

  • 43 EA 140, l. 6-7.
  • 44 Sur cette question, voir Abrahami & Coulon 2008, p. 18-22.

26Tout comme Ili-rapih de Gubla (supra43, Addu-nērārī (infra), Dagan-takala (infra) ou encore les habitants de Tunip (infra) Akizzi fait appel à la mémoire politique des relations entre les deux pays, évoquant également le fait que Qatna a toujours fourni l’assistance logistique aux troupes égyptiennes en campagne dans la région (EA 55 : l. 7-15). Akizzi, à l’instar de Rib-Adda, de Tušratta ou du roi d’Égypte lui-même, renvoie aussi à la correspondance archivée pour prouver ce qu’il avance 44. Ainsi dans la lettre EA 52 : l. 5-7, il suggère au pharaon de consulter les lettres de ses prédécesseurs :

  • 45 a-˹mur be-li-ia˺ ṭup-pa2-te-šu, E2.ḪA2 URU ˹qat˺-na˹ki˺ u3 a-na ŠU, be-˹li˺-iama˺.

« Que mon seigneur lise (m. à m. voit : amāru) ses tablettes. [Il saura] que les dynasties de Qatna appartiennent à mon seigneur » 45.

27Dans EA 53 : l. 4-16, Akizzi affirme également avoir rejeté la proposition d’alliance avec les hittites avancée par l’entremise d’Aitakama.

28Les opérations militaires évoquées dans les lettres d’Akizzi concernent :

  • l’attaque contre Apu par Aitakama et ses alliés (EA 53, voir supra) ;
  • l’attaque de Šuppiluliuma I contre Qatna et ses résultats (EA 55) : des destructions occasionnées par le feu 46, la déportation de la statue du dieu Soleil « le dieu de mon père » 47 et la capture de soldats de Qatna (mu-te.MEŠ). Concernant Aziru qui aurait donc participé à l’opération, Akizzi rapporte qu’il a déporté (?) les habitants de Qatna et ses serviteurs 48. Akizzi prie alors le roi d’Égypte de lui faire parvenir l’argent qui servira à monnayer leur rançon ainsi que l’or pour la fabrication d’une nouvelle statue (l. 38-66). Akizzi réclame aussi la venue de troupes égyptiennes afin d’assurer le contrôle du Nuhašše qui est également menacé par Aziru (l. 16-24 et l. 25-27).
  • 49 Pour le placement de cette lettre quelques années avant le déclenchement de la Seconde Guerre syri (...)

29La lettre EA 53 livre également une information importante. Elle donne la liste des royaumes qui soutiennent l’Égypte49:

  • 50 L. 40-44 : be-li2ki-i-me-e a-na-ku a-na LUGAL be-li2-i[a], a-ra-aʾ2-am u3ki-ia-am LUGAL KUR nu-ha- (...)

« Mon seigneur, tout comme j’aime le roi, mon seigneur, c’est aussi le cas du roi du Nuhašše, du roi de Niya, du roi de Zinzar et du roi de Tunanat : tous ces rois sont les serviteurs de mon seigneur » 50.

  • 51 Belmonte Marín 2001, p. 356.
  • 52 Belmonte Marín 2001, p. 293 et Turri 2012, p. 846-847. Tunanat est désormais documentée dans la le (...)

30L’axe pro-égyptien couvrait donc la zone du moyen Oronte avec Niya dans la plaine du Ghab (infra), plus en amont Zinzar qu’on associe à Qalʿat Seiğar = Shaizar 51 et Tunanat qui pourrait correspondre à Dunaybah à 16 km au nord-est de Qatna ou à Tennuneh à 12 km à l’ouest de Homs 52, ainsi que le Nuhašše, la région des plateaux situés à l’est du fleuve (infra).

  • 53 Akizzi est considéré comme le dernier roi de Qatna du fait qu’il est absent des inventaires de Qat (...)

31Le positionnement chronologique de la correspondance d’Akizzi dépend du moment où l’on place le règne d’Idadda étant donné qu’Akizzi lui succède 53. On donnera ici un aperçu des différentes reconstructions proposées.

  • 54 Freu 2009, p. 14-15.

32Selon J. Freu, la contre-offensive du Mitanni après le « raid » lancé en Syrie par Šuppiliuluma I a conduit à l’élimination d’Idadda allié des Hittites. Les lettres d’Akizzi témoigneraient de la situation en Syrie lors de la Première Guerre syrienne. Akizzi ne pouvant pas compter sur un soutien du Mitanni se tourne alors vers l’Égypte 54.

  • 55 On peut ajouter comme argument supplémentaire à cette hypothèse le fait qu’Akizzi déclare « mainte (...)
  • 56 Beckman 1996, p. 39 (no 6A §4).
  • 57 Selon Cordani 2013, p. 55 et 60. Idadda serait monté sur le trône au cours de la septième année du (...)

33Pour V. Cordani, les lettres d’Akizzi seraient postérieures à la Première Guerre syrienne car elles mentionnent Aitakama. EA 55 pourrait être antérieure aux autres lettres du dossier : elle aurait été écrite juste après l’installation d’Akizzi sur le trône de Qatna 55. Le sac de la ville qui y est rapporté correspondrait cependant à l’épisode décrit dans CTH 51 56. La montée d’Idadda sur le trône daterait de ce moment mais son règne aurait été très court : « consequently, the sack and its consequences were still current in Akizzi’s memory when EA 55 was written » 57.

  • 58 Richter & Lange 2012, p. XXVII-XXVIII.

34Pour T. Richter, Idadda accède au trône lors de la Première Guerre syrienne qui a pour conséquence le démembrement du Nuhašše en trois états : le Nuhašše, le royaume d’Ugulzat et celui de Qatna qui échoie à Idadda. Les lettres de l’archive d’Idadda dateraient de la Seconde Guerre syrienne 58.

Particularité du formulaire d’adresse au roi d’Égypte : Akizzi un vassal de premier rang ?

  • 59 Mynářová 2010, p. 81.
  • 60 Moran 1992, p. xxix et n. 82 et p. xxxv et Mynářová 2005, p. 448-449. Le nom du souverain égyptien (...)

35Les lettres EA 53 et 55 présentent deux particularités dans l’adresse au roi d’Égypte. D’une part, on note le recours au titre de « fils du soleil » qui n’est pas attesté ailleurs en ouverture 59. D’autre part, ces deux documents sont aussi les seuls, parmi les lettres de « vassaux », où l’on relève l’utilisation du praenomen Namhuriya : l’usage normal pour les vassaux étant de recourir aux titres de « le / mon roi », « mon seigneur » ou « le / mon soleil » 60.

  • 61 C’est également le cas de la lettre EA 59 envoyée par les habitants de Tunip. Pour la liste des le (...)

36Il faut aussi noter un autre exemple de l’emprunt au formulaire propre aux lettres émanant des souverains des grandes puissances : le titre de « Roi d’Égypte » dans la formule d’adresse de la lettre EA 52 61.

37Pour rendre compte de ces spécificités et plus particulièrement de l’usage du praenomen du roi d’Égypte, deux hypothèses ont été avancées.

  • 62 Mynářová 2005, p. 456. À ce propos, Freu 2009, p. 20, considère que cet usage du praenomen constit (...)
  • 63 Ahrens et al. 2012, p. 238 n. 14.

38Selon J. Mynářová, le scribe ayant rédigé les lettres EA 53 et 55 aurait été formé à la cour de l’une des grandes puissances, peut-être le Mitanni ; il en aurait conservé les usages épistolaires propres à la correspondance entre rois « égaux » 62. La découverte en 2008 d’une empreinte de sceau dans la pièce DK du palais de Qatna, portant le praenomen d’Akhenaton (Nfr-ḫpr.w-Rʿ-wʿ-n-Rʿ) contredit l’un des arguments sur lequel J. Mynářová a fondé son hypothèse : il s’avère en effet que son praenomen était probablement connu à Qatna 63. La recherche d’une explication sur le plan politique est donc préférable.

  • 64 Gromova 2007, p. 304. Le cas de Šarrupše du Nuhašše vis-à-vis de Šuppiluliuma I constitue un autre (...)

39Pour D. Gromova, Akizzi a pu bénéficier d’un statut particulier du fait qu’il se serait soumis volontairement à l’autorité de l’Égypte 64. L’existence d’un cercle de vassaux de premier rang, utilisant un formulaire en partie calqué sur celui de la correspondance « internationale », pourrait également conforter cette hypothèse : le « roi » de Haṣor aurait également appartenu à ce groupe car il est en effet le seul vassal à se désigner par ce titre (EA 227 : l. 3).

Le moyen Oronte et la région du Ghab

Tunip

  • 65 Klengel 1995, p. 131, envisageait comme localisation possible de Tunip Hama ou ʿAcharneh. Voir éga (...)
  • 66 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 121. La composition de la matrice de EA 59 s’est révélée en (...)
  • 67 Pfälzner 2012b, p. 777 et désormais Fortin & Cooper 2013, p. 156-158.

40L’identification de Tunip à Tell ʿAcharneh, l’un des sites les plus importants au sud de la plaine du Ghab, a généralement été admise 65. L’examen pétrographique de la tablette EA 59, envoyée par les habitants de cette ville, a fourni un argument supplémentaire en faveur de cette localisation 66. Cependant, l’absence de traces d’occupation pour le Bronze récent laissait subsister quelques doutes que les résultats préliminaires de la campagne 2010 ont permis de lever 67.

  • 68 Tunip est aussi mentionné dans le fragment de lettre EA 57, cf. n. 39. Il est difficile de dire si (...)
  • 69 Cordani 2011b, p. 108. L’événement précède la chute de Gubla (Altman 2001a, p. 4 n. 11) qui interv (...)

41EA 59 est adressée au roi d’Égypte par les habitants de la ville (DUMU.MEŠ URU tu3-ni-ipki LU2 IR3-ka-ma68. La prise de Ṣumur par Aziru qui est mentionnée à la fin de la lettre (l. 34) permet de dater EA 59 de la période de la Première Guerre syrienne 69. La lettre vise plusieurs objectifs :

  • affirmer l’ancrage ancien de Tunip dans la sphère d’influence de l’Égypte : Manahpirya (Thoutmosis III) gouvernait déjà la ville et les dieux de l’Égypte y résident (l. 5-12) ;
  • protester contre l’absence de contacts avec l’Égypte qui systématiquement retient les messagers de Tunip ; une situation qui durait depuis 20 ans (l. 13-15 ; 43-46) ;
  • obtenir que le « fils d’Aki-Teššup », rappelé alors qu’il était en route pour Tunip, puisse parvenir à destination (l. 15-20) ;
  • réclamer de l’aide pour contrer les visées d’Aziru d’Amurru sur Tunip (l. 21-42).

42EA 59 présente des particularités parfois difficiles à interpréter :

  1. Elle est rédigée à la première personne du pluriel. Cependant, le recours au singulier traduit une certaine confusion par rapport à la situation ordinaire où l’expéditeur est un individu et non un groupe : « ton serviteur » (l. 2 et 5) et « mon seigneur » (l. 4 et 18) 70.
  2. Les gloses : am-ma-ti-wu-uš / am-ma-ti (l. 8 et 11), traduites par l’akkadien « anciens » (labirūtu), correspondent au mot hourrite ammade « Grand-père / ancêtre », voir Richter 2012, p. 25 ; na-ab-ri-la-an (l. 9) est peut-être un mot hourrite. Son sens n’est pas identifié, voir Richter 2012, p. 267. Son équivalent akkadien gišmu-ta-aš-šu n’est pas non plus clair et ne semble pas être enregistré par les dictionnaires akkadiens. Moran 1992, p. 130 ne traduit pas. Liverani 1998, p. 299 comprend contextuellement « simulacri lignei » et traduit la glose par « statue ?». La mention des « dieux » d’Égypte juste avant ce mot avec GIŠ appuierait cette idée 71.
  3. Le terme namšarratu (l. 24) est un hapax selon le CAD N/1 : 247. Le AHw : 729a le rattache à un autre terme rare du médio-assyrien namšartu : « ein Holzkufe? ». Moran 1992, p. 131 n. 7, a lu NAM sar-ra-tu4 « hostile fate », suivi par Liverani 1998, p. 300 72.
  4. « Ton serviteur (et) ton jardinier » (l. 22). Moran 1992, p. 131 n. 7 a interprété « Ruler and gardener, high and low? One and all? ». Liverani 1998, p. 300 a traduit « tuo servo e tuo giardiniere (??) ».
  5. Les l. 27-28 ont donné lieu à différentes traductions et interprétations historiques :
    ni-i-nu ma-zi-ra ki-i-ma uruni-ikii-ip-pu-uš-šu-nu
    1. « Aziru will do to us just as he did to Nii » (Moran 1992, p. 130)
    2. « Aziru farà a noi come ha già fatto à Niya » (Liverani 1998, p. 300)
    3. « Aziru will do to us the same as Niya (as done to us) » (Altman 2001a, p. 2)
    4. « Aziru will do to us, as <one has done> to Nii » (Gromova 2013, p. 110)

43Altman 2001a a montré qu’une éventuelle conquête de Niya par Aziru (traductions a-b) devrait être placée à un moment où ses activités militaires se limitent à l’Amurru, ce qui rend la chose peu probable. Il préfère envisager que les habitants de Tunip se réfèrent à une attaque qu’aurait menée Niya par le passé contre leur ville. Tunip, tout comme Ougarit, et probablement Qadeš et l’Amurru, aurait ainsi subi la pression de la coalition anti-hittite constituée par le Mukiš, le Nuhašše et Niya peu avant la Première Guerre syrienne (cf. p. 3 ; p. 5 n. 11 et p. 21-22).

44D. Gromova 2013, p. 110-111, constate l’absence de référence à une quelconque attaque de Niya par Aziru. Elle propose de relier l’événement auquel font allusion les habitants de Tunip à la conquête de Niya par les hittites intervenue durant la Première Guerre syrienne.

45On proposera ici la traduction des l. 15-38 :

  • 73 L. 15-38 : u3 i-na-an-na be-li2-ni DUMU aki˺-dIM, a-na LUGAL be-li2-ni ni-ir-ri--šu-nim, u3 li(...)

15-16A présent, notre seigneur, le fils d’Aki-Teššup, nous demandons au roi, notre seigneur. 17Puisse notre seigneur nous l’accorder. / 18-19 (Or, auparavant), le roi d’Égypte avait accordé notre (texte : mon!) seigneur, le fils d’Aki-Teššup. Pourquoi le roi, notre seigneur, 20l’a-t-il fait revenir (alors qu’il était) en chemin ? / 21-22A présent, Azira entendra (à propos) de ton serviteur (et) de ton jardinier : 23-24un destin mensonger les a atteints dans (ce qui est désormais) le pays hittite. / 25-26Au cas où ses troupes et ses chars (du roi d’Égypte) sont en retard, 27-28quant à nous, Azira nous (texte : leur!)fera comme (on a fait) à Niya. / 29-30Si nous-mêmes nous nous taisons et que le roi d’Égypte se tait 31-33au sujet des choses qu’Aziru leur fait (alors), il lâchera en personne (sa) main contre notre seigneur. / 34Quand Aziru est entré dans Ṣumur, 35-37Aziru leur a fait selon son bon vouloir dans la maison du roi, notre seigneur. 37-38Au sujet de ces choses, notre seigneur s’est tu73.

Notes :

– Les / représentent les traits portés sur la tablette qui constituent les différents paragraphes de la lettre.

– L. 15 et 18 : « notre / mon seigneur » se rapporte probablement au fils d’Aki-Teššup.

– L. 21-30 : (1) L’expression « destin mensonger » pourrait évoquer la décision d’Akhenaton de ne pas intervenir contrairement à ses obligations en tant que « suzerain ». Il s’agit donc aux yeux des habitants de Tunip d’une promesse non tenue ; (2) L’absence de réaction de l’Égypte porte préjudice à ce pays car Aziru pensera pouvoir agir en toute impunité. Cette attitude aura pour conséquence de faire passer sous contrôle hittite un certain nombre de territoires. Le point (1) est à rapprocher de la conception « asiatique » de la soumission à l’Égypte selon laquelle le suzerain et ses vassaux ont des obligations mutuelles. Le point (2) constitue l’argument typique développé par les vassaux pour étayer leur demande d’aide militaire : dans la conception égyptienne des rapports de subordination au pharaon, cette demande ne sera entendue que si les intérêts de l’Égypte sont menacés. Sur ces questions, voir Moran 2003, p. 328-330. Le ton de reproche vis-à-vis du suzerain est tout à fait remarquable. L’incohérence dans la décision de faire revenir Aki-Teššup (l. 15-19) et le silence d’Akhenaton (l. 38-39) sont ouvertement critiqués. On remarque aussi que les habitants de Tunip placent leur réaction contre Aziru au même niveau d’importance que celle du roi d’Égypte (l. 29-30).

  • 74 -nu correspond à la forme ouest-sémitique du -ni, voir Rainey 1996a, p. 87.

– L. 27-28 : La traduction tient compte des observations d’Altman et de Gromova. La proposition de Gromova de considérer que -šunu (3e p. pl.) est probablement une erreur pour -nu (1re p. pl.) est également acceptée 74. On peut considérer que l’erreur provient de l’attraction avec les autres occurrences du pronom enclitique -šunu des formes i-še-im-me-šu-nu (l. 22) ; ik-šu-ud-šu-nu (l. 24) ; i-ip-pu-šu-nu (l. 31) ; i-te-pu-uš-šu-nu (l. 35). Les différentes traductions (supra, a-d) n’ont pas tenu compte de ce pronom qui fait référence aux personnes dans leur ensemble (« du roi au simple jardinier ») qui ont subi ou risque de faire les frais des attaques d’Aziru : les habitants de Tunip (l. 28) ; les rois et les populations sous l’autorité de l’Égypte de manière générale (l. 22 et 31) et les habitants de Ṣumur (l. 35).

  • 75 Sur cette question, on peut se reporter à Moran 2003, p. 329.
  • 76 Je remercie J. P. Vita d’avoir attiré mon attention sur ces documents. Un contexte assez proche —  (...)
  • 77 Grandet 2008, p. 97 et Cowie 2008.
  • 78 De Garis Davies 1933, pl. IV et Cowie 2008, p. 19 pour l’interprétation. Je dois la connaissance d (...)

46Il est très probable que les habitants de Tunip réclament le « fils d’Aki-Teššup » afin de l’installer comme roi. Une demande d’abord acceptée par l’Égypte mais qui a finalement connu un contretemps. En arrière plan, il faut probablement considérer que l’on a affaire à l’un des procédés mis en place par l’Égypte pour contrôler les vassaux. Leurs enfants étaient emmenés et éduqués à la cour d’Égypte : cette position d’otages garantissait la fidélité de leur père. Devenant à leur tour roi, ils étaient ainsi préparés à défendre au mieux les intérêts de l’Égypte 75. Le procédé est documenté par trois lettres d’Amarna : EA 156 (Amurru), EA 198 (Kumidu) et surtout EA 296 (Gaza) 76. Les sources égyptiennes l’évoquent également dans les textes 77 et dans la documentation visuelle précisément à propos de Tunip : un bas-relief de la tombe TT86 de Thèbes datant du règne de Thoutmosis III montre, dans une scène de remise de tribut impliquant plusieurs « Grands », celui de Tunip, qui présente un enfant qu’il porte dans ses mains au-devant de lui 78.

  • 79 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2003, p. 9.

47En définitive, les craintes des habitants de Tunip s’avérèrent fondées : Aziru prit le contrôle de Tunip comme l’indique EA 161 : l. 12 et 34, qui mentionnent sa présence dans la ville. Le royaume d’Amurru s’étend alors jusqu’à la vallée de l’Oronte. Cependant, d’après l’examen pétrographique des tablettes de la correspondance d’Aziru, aucune n’a été expédiée depuis Tunip. Ce qui semble indiquer que Tunip n’est pas devenue un centre politique de l’Amurru comme l’ont été Ṣumur (Tell Kazel) et les localités du cœur du royaume dans la zone montagneuse : Irqata (Tell ʿArqa) et Ardata (Tell Ardeh) 79.

Niya

  • 80 Belmonte Marín 2001, p. 211 et Pfälzner 2012b, p. 778. Les strates du Bronze récent et de l’âge du (...)

48Niya correspond probablement à l’actuel Qalaʾat al Mudīq au centre de la plaine du Ghab 80.

  • 81 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 93. M. Liverani a intégré cette lettre à la correspondance d (...)
  • 82 Moran 1992, p. 137 n. 2 ; Liverani 1998, p. 184-185 et n. 75 et Mynářová 2010, p. 80 et n. 15.

49La lettre EA 67 pourrait avoir été expédiée depuis cette localité d’après les données pétrographiques 81. Quelques indices au niveau de la rédaction suggèrent en tout cas comme origine le Levant Nord : l’utilisation du terme halṣuhlu au lieu de hazannu et l’orthographe dUTU-ši qui est documentée dans la lettre du Nuhašše EA 51 et dans quelques lettres d’Ougarit 82.

  • 83 Liverani 1998, p. 184-185 n. 74 ; Moran 1992, p. 137 n. 2 considère cependant qu’il s’agit de la « (...)
  • 84 Moran restitue (˹gab2˺-bu ˹LU2˺.MEŠ KUR ˹mi˺-[iṣ-ri]) ou (KURk[i -ia?]) d’après Goren, Finkelstein (...)

50EA 67 mentionne, d’autre part, la prise de Ṣumur (= Tell Kazel) par « un hābiru, un chien en fuite » (l. 17-18), description qui qualifierait Abdi-Aširta 83. D’autre part, l’expéditeur d’EA 67 dont l’identité n’est pas connue à cause de la cassure du début, indique qu’il a accueilli dans « (son) pays » un groupe de gens qui résidaient à Ṣumur (l. 10-12) : peut-être des Égyptiens ou bien ses propres sujets qui pourraient avoir été des commerçants installés à Ṣumur 84.

  • 85 Lackenbacher 2002, p. 71.
  • 86 Beckman 1996, p. 39 (no 6A §4).
  • 87 Selon Altman 2001a, p. 12, Aki-Teššup était probablement le roi en place lors de la Première Guerr (...)

51On connaît deux des rois de Niya : Aki-Teššup et son frère Takuwa. Aki-Teššup est mentionné avec le titre de roi dans l’accord entre Šuppiluliuma I et Niqamaddu II (RS 17.340) 85. Takuwa est lui désigné comme « roi de Niya » dans le prologue du traité de Šuppiluliuma I avec Šattiwaza, au moment de la Première Guerre syrienne (CTH 51) 86. Ce même document mentionne également Aki-Teššup comme ayant conduit « le pays de Niya et la ville de Niya » à la guerre contre Šuppiluliuma I : défait, il est alors emmené comme prisonnier au Hatti. Les avis restent partagés quant à l’ordre dans lequel Aki-Teššup et Takuwa se sont succédés 87.

52Quelques années avant le déclenchement de la Seconde Guerre syrienne, Niya fait partie, avec Zinzar, Tunanat et le Nuhašše, de la coalition qui soutient l’Égypte (voir EA 53, supra).

Le Nuhašše

  • 88 Belmonte Marín 2001 ; Pfälzner 2012b, p. 213 et L. Turri dans le présent volume.

53Le Nuhašše représente sur le plan géographique le plateau steppique qui s’étend d’Alep à Hama, à l’est de la vallée de l’Oronte. Le terme revêt également une dimension politique : « Les rois du Nuhašše » fait en effet référence aux différents royaumes de cette zone comprenant notamment Barqa, Yaratu et l’État éponyme du Nuhašše 88.

  • 89 Les résultats de l’analyse pétrographique pointent vers la région entre Alep et Hama, zone traditi (...)
  • 90 Pour le commentaire de ces lignes, voir Moran 1992, p. 122 n. 4-6.
  • 91 Pour ce sens contextuel d’« ancêtre » attribué à l’akkadien ab abi, voir Moran 1992, p. 122 n. 1 e (...)
  • 92 L’auteur utilise à deux reprises la première personne du pluriel : « notre seigneur » (r. 7 et 9). (...)
  • 93 Voir par exemple Altman 2001b, p. 36 ou Freu 2009, p. 19. Moran 1992, p. 122 n. 2 indiquait cepend (...)

54Du Nuhašše a été probablement expédiée la lettre EA 51 d’ Addu-nērārī 89. Il y réclame l’envoi au cours de l’année (MU.KAM.MEŠ) d’un corps expéditionnaire commandé par le roi d’Égypte en personne ou son « conseiller » (rev. 10-15) 90. Pour argumenter cette demande, Addu-nērārī évoque la soumission ancienne du Nuhašše à l’Égypte : Manaphi(r)ya (Thoutmosis III) avait établi son « ancêtre », Taku, comme roi « dans le pays de Nuhašše » (l. 4-9) 91. D’autre part, Addu-nērārī mentionne le fait que le groupe de rois dont il semble être le porte-parole sont des serviteurs loyaux de l’Égypte (rev. 11-13) 92. Les l. r.4-6, très partiellement conservées, mentionnent : le roi hittite, les « tablettes d’alliance » (ṭup-pa-te.MEŠ u3ri-ik-[sa-te]) et le roi d’Égypte. L’interprétation communément acceptée de ce passage suit les restitutions proposées par L. Moran d’après lesquelles Šuppiluliuma I aurait écrit à Addu-nērārī pour lui faire une proposition d’alliance 93.

  • 94 Devecchi 2013, p. 85 et Cordani 2013, p. 52. Les arguments pour placer EA 51 avant la Première Gue (...)

55Du fait qu’Addu-nērārī ne semble pas pouvoir se prévaloir du soutien du Mitanni, EA 51 pourrait être datée du moment de la Première Guerre syrienne ou de la période juste après 94.

  • 95 Voir dernièrement Richter & Lange 2012, p. 28, 158 et n. 28-29 pour les arguments en faveur de cet (...)
  • 96 Richter & Lange 2012, p. 75-77 et note à la l. 3 pour la localisation de Tukad dans la région de B (...)

56L’identification d’Addu-nērārī du Nuhašše avec l’Addu-nērārī, roi de Qatna, mentionné dans l’inventaire I, reste une question débattue qui a des incidences chronologiques importantes 95. Ce dernier, désigné comme « roi », apparaît désormais dans la tablette de Qatna TT6. Ce document enregistre la décision royale d’installer un groupe d’hommes à Tukad, d’annuler leur dette, et leur fixe une série d’obligations, notamment celle d’assurer la protection du roi lorsqu’il se rendra au « mont Liban » (HUR.SAG la-ab-la-ni, l. 20-22) 96.

57En dehors de la correspondance d’Akizzi, le Nuhašše est évoqué dans une série de lettres de l’Amurru. La présence militaire hittite dans le Nuhašše y est évoquée et présentée comme une menace sérieuse. Ce danger permet aussi à Aziru de se dérober par rapport aux exigences d’Akhenaton concernant sa venue en Égypte et la reconstruction de Ṣumur.

  • 97 Cordani 2013, p. 49-50.

58Les opérations décrites dans ces différentes lettres peuvent être placées chronologiquement de la façon suivante 97.

Au cours de la Première Guerre syrienne

59Dans la lettre EA 165 : l. 18-21 et 28-41, Aziru justifie le report de son départ pour l’Égypte du fait de la présence du roi hittite dans le Nuhašše : celui-ci se trouve « à deux jours » de marche de Tunip, ce qui laisse craindre à Aziru l’imminence d’une attaque contre cette localité. Aziru adresse également un rapport sur cette question à deux hauts responsables égyptiens : Tutu (EA 164, l. 18-26 et EA 167, l. 20-24) et Haay (EA 166, l. 21-29).

Entre les deux guerres et à la veille du déclenchement de la Seconde Guerre syrienne

60Dans EA 160, l. 20-32 et EA 161, l. 35-40, Aziru est en guerre avec « les rois du Nuhašše ». Les hostilités l’empêchent de procéder à la reconstruction de Ṣumur.

61Deux autres lettres relèvent du moment où Aziru se trouve en Égypte.

  • 98 Moran 1992, p. 256 n. 1.

62EA 169 est adressée à Tutu et probablement à un autre fonctionnaire égyptien par le fils d’Aziru (peut-être DU-Teššup) 98. La présence d’Aziru en Égypte est interprétée par « tout le pays » et les Soutéens comme s’il y était retenu prisonnier. Ces derniers désertent et déclenchent des hostilités contre l’Amurru. D’autre part, « les rois du Nuhašše » accusent le fils d’Aziru d’avoir vendu son père à l’Égypte.

  • 99 Le premier est frère d’Aziru. Pour le second il pourrait s’agir d’un autre frère ou de l’un de ses (...)
  • 100 Beal 1992, p. 289-290. La taille des armées des grandes puissances à l’époque paléo-babylonienne n (...)

63EA 170 est une lettre destinée à Aziru que lui adressent Baʾaluya et Batti-ilu 99. Y sont annoncées la prise de villes de la Biqaʿ par les troupes hittites sous le commandement de Lupakku et l’arrivée de Zitana avec 90 000 hommes d’infanterie (9 SIG7.MEŠ ERIN2.MEŠ GIR3) dans le Nuhašše, un chiffre sans doute exagéré. Les auteurs de EA 170 indiquent d’ailleurs que l’information n’est pas confirmée au moment de l’envoi de la lettre, probablement parce qu’ils la jugent peu crédible 100.

Les lettres dont la provenance est discutée

EA 58

  • 101 Le nom est lu Tehu-Teššup par Moran 1992, p. 129 et Liverani 1998, p. 300. Izreʾel lit : [um-ma mq (...)

64Tehu-Teššup est l’auteur de la lettre EA 58 101. Les lacunes du texte ne permettent pas de comprendre dans son intégralité le contenu du message. Le roi d’Égypte est tenu informé d’une opération militaire à laquelle participe le roi du Mitanni. Après une cassure, le rapport de Tehu-Teššup fait état de l’issue de combats :

  • 102 L. 4-8 : [ša2]-ni-tu2 li-ma-ad i-nu-˹ma˺-[mi], LUGAL KUR mi-ta-ni a-ṣi2 qa-[du GIŠ.GIGIR.MEŠ], u3 (...)

« De plus, sache que lorsque le roi du Mitanni est sorti av[ec les chars] et le corps expéditionnaire […], nous avons entendu qu’en direction de l’eau […] ont été complètement massacrés […] » 102.

  • 103 Voir n. 111. On notera aussi que la graphie KAL.KIB (« corps expéditionnaire ») est uniquement doc (...)
  • 104 Belmonte Marín 2001, p. 31 et Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 106 et 123.

65Le « [fils] d’Abdi-Aširta », et le messager égyptien Appiha, dont la présence à Gubla est attestée par la lettre EA 69, l. 24, sont aussi mentionnés au revers de la tablette. La relation avec Gubla est également suggérée par l’utilisation probable du titre « Grand [roi] » dans la formule d’adresse qui est propre aux lettres expédiées depuis cette ville et depuis l’Amurru 103. L’analyse pétrographique de la tablette suggère qu’elle a été expédiée depuis Tripoli même ou d’une localité proche de Tell Ardeh (= Ardata) 104. À moins d’envisager que Tehu-Teššup soit en déplacement, cette lettre n’appartiendrait donc pas au groupe des documents en provenance du moyen Oronte, contrairement à ce qui avait été proposé par M. Liverani.

Le groupe EA 260, EA 317 et EA 318

66Les lettres de Baʿlu-mer (EA 260) et de Dagan-takala (EA 317) constituent des messages de soumission à l’autorité de l’Égypte ayant une portée générale. Elles revêtent donc le caractère de déclaration de principe.

  • 105 L. 11-12 : i-de4ana IR3-šu et l. 16 : li-i-de4ana IR3-šu.

67Ainsi Baʿlu-mer demande au roi d’Égypte qu’il le reconnaisse comme son serviteur 105. Il a pu envoyer cette lettre au moment de rejoindre la sphère d’influence de l’Égypte.

  • 106 Liverani 1998, p. 297. On note cependant, l. 18, que le verbe epēšu est au passé alors que l’on at (...)
  • 107 Abrahami & Coulon 2008, p. 21 et n. 89.

68Dagan-takala fait état de sa fidélité et de celle de ces prédécesseurs (son père et son grand-père) vis-à-vis du roi d’Égypte. Il déclare aussi reconnaître l’autorité de son représentant. Ce message a peut-être été rédigé au moment de son accession au pouvoir 106. Il est possible également que le contexte d’envoi d’EA 317 soit la prise de fonction du haut fonctionnaire égyptien 107.

69Dagan-takala envoie aussi la lettre EA 318 dans laquelle il réitère son appel au secours au roi d’Égypte :

  • 108 L. 8-14 : še-zi-ba-an-ni, iš-tu KUR2.MEŠ da-˹nu˺-[ti], iš-tu ŠU qa-ti, LU2.MEŠ SA. ˹GAZ. MEŠ˺, LU2(...)

« Sauve-moi des puissants ennemis. Des mains des hābiru, des pilleurs, des Soutéens, sauve-moi ! » 108.

  • 109 Knudtzon 1915, p. 1320 et n. 1 et Liverani 1998, p. 122 pour la lecture du toponyme.
  • 110 Knudtzon 1915, p. 1348-1349 et 1609.
  • 111 P. Artzi note l’utilisation du titre de « Grand roi », propre aux lettres de Gubla et dans une moi (...)
  • 112 Liverani 1998, p. 296-298.

70La provenance de ces trois lettres est débattue. A. J. Knudtzon avait identifié Baʿlu-Mer (EA 260) à Baʿlu-mihir (expéditeur de EA 257-259) qui gouverne Mikmate, une localité de la région de Sichem 109. Il avait également considéré que EA 260 et les lettres de Dagan-takala (EA 317-318) appartenaient à un même groupe, provenant du sud-ouest de la Palestine d’après la paléographie et leur argile 110. P. Artzi a considéré, par contre, que ces trois lettres avaient en fait comme origine la Syrie 111 et M. Liverani les a rangées parmi les lettres de l’Oronte 112.

  • 113 L. 13-14 : a-na-ku a-na E2!ti-in4-ni u2-ša-ab.
  • 114 Liverani 1998, p. 296.
  • 115 Deux raisons principales sont avancées pour considérer que tenni n’est pas le nom d’une localité. (...)

71En outre, comme Baʿlu-mer indique dans EA 260 qu’il se trouve à Bīt tenni, la question de la localisation de ce lieu a également été posée 113. M. Liverani a considéré qu’il pourrait s’agir de Tunanat, mentionnée dans la lettre d’Akizzi, EA 53, ville dont l’une des identifications possibles est Tennuneh (Tannūnā) à 12  km à l’ouest de Homs 114. N. Naʾaman, par contre, a considéré que tenni n’était pas un toponyme mais devait être rapproché du terme tenû « remplaçant/substitut » : Baʾlu-mer se trouverait dans une « maison en tant que remplaçant » ou dans une « maison de seconde importance » 115.

  • 116 Turri 2012.
  • 117 Sont également mentionnées Haṣor et Kinneret au nord et Ashkelon au sud, voir Turri 2012, p. 850. (...)

72L. Turri, qui a récemment réétudié la question, est parvenu à la conclusion que le rapprochement envisagé habituellement avec la localité Tnn du Papyrus Hermitage 1116A était valable 116. EA 260 proviendrait donc du Levant Sud car les villes mentionnées dans cette liste sont principalement situées sur le littoral de la Galilée et dans la vallée de Jezréel 117.

  • 118 Turri 2012, p. 849 et n. 47.

73Que Bīt tenni représente bien le nom d’une localité est très probable. En effet, même rares, les toponymes commençant par l’élément bīt existent bel et bien dans la documentation d’Amarna 118. D’autre part, l’interprétation de N. Naʾaman n’offre pas un sens satisfaisant. Toutefois, l’étude de L. Turri ne tient pas suffisamment compte des éléments avancés par P. Artzi indiquant un rapprochement avec les lettres de Gubla et de l’Amurru. De ce fait, il faudrait peut-être envisager qu’en définitive Bīt tenni et Tnn ne soient pas nécessairement en relation.

Conclusion

74Par rapport au dossier de l’Oronte dans l’édition de M. Liverani, les analyses pétrographiques conduisent désormais à ajouter EA 67, qui proviendrait de Niya, et à retirer de ce lot EA 58 envoyée, en fait, depuis la région de Tripoli. Pour EA 317-318, l’origine du Levant Nord ne semble pas faire de doute du fait des caractéristiques du texte, bien que l’on ait affaire à des lettres écrites à Gaza. Quant à EA 260, on peut penser que Bīt tenni, d’où elle est expédiée, est plutôt une localité du Levant Nord, là aussi pour des raisons propres au texte, mais sans qu’on soit sûr qu’il s’agisse d’une ville de la vallée de l’Oronte ou de ses abords. On dispose ainsi de manière certaine d’un total relativement modeste de 14 lettres pour un territoire assez étendu allant de la haute vallée de l’Oronte (Labana, Rūhizu, Qatna et Qadeš) jusqu’à son cours moyen (Tunip et Niya) et à la zone du Nuhašše, proche des abords du fleuve, compte tenu des rapprochements qu’il est possible de faire entre EA 51 et EA 59.

75La période des campagnes en Syrie de Šuppiliuluma I est documentée par des sources textuelles variées : celles d’Ougarit, les prologues des traités de vassalité hittites et très récemment l’archive d’Idadda, notamment. La mise en séquence des événements rapportés par cette riche documentation se fonde sur une « échelle » chronologique dont les phases sont constituées par les épisodes de l’activité militaire hittite en Syrie (les raids, la première et la seconde campagne de Šuppiluliuma I) ainsi que par les moments intermédiaires qui leur sont associés.

76Certes, malgré l’important travail de recherche accompli ces dernières années, le traitement de cette documentation s’avère très complexe et on a pu constater au fil de la rédaction du présent article l’absence de consensus. Cependant des jalons importants ont d’ores et déjà été posés comme la toute récente réappréciation de la « Campagne d’un an » définie comme telle dans le traité entre Šuppiliuluma et Šattiwaza du Mitanni : sa durée réelle, qui en fait s’étale probablement sur cinq ans, permet de desserrer la trame chronologique, créant ainsi les conditions d’une meilleure appréhension des événements de cette période les uns par rapport aux autres.

77Au regard des sources extérieures, la correspondance d’El-Amarna fournit d’intéressantes informations sur l’histoire politique de la vallée de l’Oronte, comme la situation à Tunip relatée dans EA 59, ou encore la vision à l’échelle régionale de l’axe pro-égyptien qui regroupe le Nuhašše, Niya, Zinzar et Tunanat, rapportée par EA 53.

78Mais l’apport le plus significatif concerne Akizzi et Aitakama : sans le corpus d’Amarna nous ne saurions rien d’Akizzi et très peu de choses d’Aitakama si ce n’est sa participation au côté de son père à l’attaque contre Šuppiluliuma I durant la cinquième année de la Première Guerre syrienne. Hormis le fragment EA 57 qui provient probablement de Qatna mais dont Akizzi n’est pas l’expéditeur, ce dernier n’est connu qu’à travers sa propre correspondance qui compte cinq lettres (EA 52-56). Le roi de Qatna se présente comme un vassal de premier rang qui entend négocier son rattachement à l’Égypte : en évoquant l’offre d’alliance hittite (EA 53 et EA 56), il se place en position de force et manifeste sa liberté de choix. Ce contexte explique peut-être le formulaire des lettres EA 52, EA 53 et EA 55 emprunté à la correspondance « internationale ».

79Des échanges d’Aitakama avec l’Égypte ne nous sont parvenues que deux lettres : EA 189 et le fragment de lettre « sortante », EA 190, l’une des rares tablettes retrouvées in situ dans le « Bureau des archives ». L’horizon géographique des lettres qui mentionnent ses faits et gestes est par contre très étendu : l’Égypte dans EA 162, Tyr (EA 151), Byblos (EA 140), Amqi (EA 174-176 et EA 363), Apu (EA 197) et Qatna (EA 53-54 et EA 56). Cela peut être dû au hasard des trouvailles mais on pourrait aussi y voir un indicateur de son rôle en tant qu’acteur régional de premier plan : avec le soutien d’Aziru et celui des Hittites, Aitakama semble bien mettre à exécution un projet de conquête qui étende la domination de Qadeš sur l’ensemble de la Biqaʿ et en direction de la Syrie méridionale, hissant Qadeš au même niveau que le royaume d’Amurru constitué par Aziru au fil de ses conquêtes.

Tableau 1.

Labana EA 193 = LA 261
Rūhizu EA 191 = LA 259, EA 192 = LA 260
Qadeš EA 189 = LA 262, EA 190 = LA 263
Qatna EA 52 = LA 264, EA 53 = LA 265, EA 54 = LA 266, EA 55 = LA 268, EA 56 = LA 267, EA 57 = non numéroté
Tunip EA 59 = LA 273
Niya EA 67 = LA 147
Moyen Oronte / Nuhašše EA 51 = LA 272, EA 260 = LA 269 (Bīt tenni), EA 317 = LA 270, EA 318 = LA 271
Tripoli / Tel Ardat EA 58 = LA 274

Concordance des lettres de l’Oronte : EA (Moran 1987) et LA (Liverani 1998)

Haut de page

Notes

1 Pour les dates de règne d’Amenhotep III (1390-1353 av. n. è.) et d’Akhenaton (1353-1336 av. n. è), voir Hornung et al. 2006, p. 491-492. L’échange de lettres commence après l’année 30 d’Amenhotep III et couvre l’ensemble du règne de son fils, voir Abrahami & Coulon 2008, p. 14. Pour une présentation générale du corpus, voir notamment les chapitres introductifs de Moran 1992, p. xiii-xxxix et Liverani 1998, p. 9-62.

2 Abrahami & Coulon 2008, p. 2-8 avec bibliographie.

3 Sur la question de la classification de la correspondance en deux catégories : les lettres « internationales » et les lettres des « vassaux », voir Mynářová 2006, p. 119-120.

4 Pour l’identification de Labana à Lebwe, voir Liverani 1998, p. 287. Pour une localisation de Labana « en amont de Baalbeck », voir Belmonte Marin 2001, p. 172.

5 Naʾaman 1999b, p. 419-421 et particulièrement n. 11.

6 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 99.

7 EA 53 et EA 54. Dans ces deux lettres, il est désigné comme « Teuwatti de Labana ». Le nom est écrit Tiwate dans EA 193 sans référence à Labana. Pour le rapprochement entre Tiwate et Teuwatti, voir Liverani 1998, p. 288. Sur la différence d’orthographe, voir Hess 1993, p. 158.

8 Belmonte Marín 2001, p. 235 ; au nord-ouest du pays d’Apu selon Klengel 1992, p. 179. La frontière nord d’Apu au sud de Tahši est également envisagée par Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 98. Pour Tahši, cf. n. 26. Pour le rapprochement avec Rāhiṣum dans la documentation de Mari d’époque paléo-babylonienne, voir Durand 1987b, p. 220.

9 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 100.

10 Naʾaman 1990, p. 405.

11 Cordani 2011b, p. 104.

12 Freu 2002, p. 97.

13 Belmonte Marín 2001, p. 227. Le nom de la ville est également prononcé Qinza dans les textes hittites et notamment dans la lettre du « général » Hannutti appartenant à l’archive d’Idadda (TT 4, l. 65). Qinza est aussi documentée dans les lettres expédiées depuis la Biqaʿ (EA 174-176 et EA 363) et Qatna (EA 53 et EA 55). La forme Qizza est présente dans la lettre de Biryawaza (EA 197) et à Qatna dans l’inventaire I, l. 191, Bottéro 1949, p. 156-157. Qidšu correspond à l’appellation locale puisqu’elle figure dans la lettre envoyée depuis cette localité (EA 189). Cette forme apparaît également dans la lettre de Tyr (EA 151) et dans les lettres d’Égypte (EA 162 et EA 190).

14 Millard 2010, p. 226.

15 Millard 2010, p. 228. La comparaison des données pétrographiques de la tablette EA 189 expédiée depuis Qadeš avec la céramique du Bronze récent retrouvée sur place avait déjà apporté un élément de confirmation, voir Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 97. Les données archéologiques attribuables au Bronze récent restent cependant très limitées, voir Parr 2011, p. 144 et Pfälzner 2012b, p. 780.

16 Klengel 1992, p. 110 et 157-158 ; Klengel 2006-2008, p. 141 ; Freu 2008-2009, p. 33. EA 151, une lettre d’Abi-Milki de Tyr a été associée à l’installation d’Aitakama car il y est désigné comme « le grand seigneur » (pawuru) de Qadeš, voir Gromova 2007, p. 295, « Mentionning Aitagama both by name and by title may indicate that at the time of composing EA 151 this personage had only recently appeared on the political stage, and hence needed to be presented in full form ». Mais c’est en fait peu probable. Le traité entre Šattiwaza et Šuppiluliuma I, CTH 51 (Beckman 1996, p. 39, no 6A §5), montre qu’Aitakama n’est pas un nouveau venu sur la scène politique puisqu’il est en activité conjointement avec son père. D’autre part, le terme pawuru utilisé comme titre ne se rencontre que dans une autre lettre de Tyr (EA 149, l. 30), où il pourrait également qualifier Aitakama, voir Moran 1992, p. 195 n. 9. Il s’agirait donc d’une particularité rédactionnelle propre au scribe de Tyr qui utilise pawuru de façon équivalente au très courant « homme de NG ». Aitakama est notamment désigné comme « homme de Qadeš » dans les lettres suivantes : EA 175, EA 176, EA 363.

17 Ce document, une lettre « sortante », est l’un des rares découverts dans le « Bureau des archives » à Amarna lors des fouilles régulières. Pour cette correspondance en partance, voir Liverani 1998, p. 51 et Abrahami & Coulon 2008, p. 3 n. 7 et p. 25-26. EA 190 est très fragmentaire. Le nom du destinataire n’est pas conservé. Il pourrait s’agir d’Aitakama, voir Liverani 1998, p. 290. Des deux noms de villes conservés, il ne reste que les syllabes finales -šiki et -diki (l. 3-4). Ce qui conviendrait bien à Qadeš et Kumidi. Le message donne ordre au destinataire de protéger ces deux localités et le « Grand » Pahuru. Il est probablement aussi question de préparatifs en vue de l’arrivée prochaine de troupes égyptiennes. La mention de Pahuru confirmerait la restitution envisagée pour Kumidi : celui-ci réside précisément dans cette localité, siège d’une garnison égyptienne permanente. Le fait que Pahuru soit associé à ces deux localités suggère qu’il avait sous sa responsabilité l’ensemble de la Biqaʿ, depuis Kāmid el-Lōz au sud jusqu’à Qadeš. Il était également compétent sur le pays d’Apu, le Hauran et le nord de la Palestine, voir Liverani 1998, p. 257-258 et Pruzsinszky & Heinz 2008, p. 80. Pour Pahuru, voir également n. 39.

18 Son nom et sa localité d’origine ont disparu dans la cassure.

19 La matrice d’EA 363 est identique à EA 187 envoyée par Šatiya d’Enišaši, voir Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 126. La restitution du signe <ni> semble donc confirmée par l’analyse pétrographique.

20 EA 174, l. 8 et EA 363, l. 7, ne2-e-nu e-ba-ša-nu a-na KUR am-qi2 URU.DIDLI.ḪI.A LUGAL EN-ia. Pour l’usage de ana avec un sens locatif, voir n. 33.

21 Klengel 1992, p. 178.

22 Belmonte Marín 2001, p. 119. Comme autres identifications possibles sont également envisagées : ḥašbīya à 16 km au sud-ouest de Baalbek et ḥošaba au sud du Hermon. Cette dernière possibilité est probablement à écarter.

23 Ville de la Biqaʿ au sud-ouest de Baalbek, voir Belmonte Marín 2001, p. 126.

24 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 129-130.

25 leqûm peut se construire avec ištu ou itti, voir AHw : 544a 2 b). La traduction proposée en note par Moran 1992, p. 270 n. 1 est donc préférable.

26 Sur ce type d’argument, voir infra, le commentaire aux l. 21-24 de EA 59. Tahši correspond à la partie nord de la Biqaʿ, au débouché de la plaine de Homs, voir Klengel 1992, p. 178 et Belmonte Marín 2001, p. 283.

27 Pour une description d’ensemble des opérations, voir Gromova 2013, p. 106.

28 Arzawiya mène l’opération conjointement avec Biridašwa, lui-même allié aux rois de Halunnu et de Buṣrūna. Il s’agit de villes de la région du Hauran, voir Liverani 1999, p. 465 et Belmonte Marín 2001, p. 61 et 115. Biridašwa est le « maire » d’Aštartu (Liverani 1998, p. 252), probablement à identifier à Astaroth de la Bible dans la région du Hauran (Tell ʿAštara), voir Belmonte Marín 2001, p. 43.

29 Belmonte Marín 2001, p. 257. Une localisation dans la vallée de la Biqaʿ (Moran 1992, p. 391) ou dans la haute vallée de l’Oronte (Liverani 1999, p. 469) a également été proposée.

30 L’information pourrait être reprise dans EA 54, l. 26-34, Aitakama, Arzawiya et Tiwate sont cités ensemble ainsi qu’une quatrième partie mentionnée dans la cassure : peut-être le roi d’Égypte ? Cf. Liverani 1998, p. 294.

31 Ce passage mentionne également un certain Taššu (EA 53, l. 58), cité aussi dans EA 56, l. 16. Il pourrait s’agir selon Gromova 2013, p. 106 d’un officier hittite présent avec ses troupes dans le Amqi.

32 Pour le titre pawuru d’Aitakama dans cette lettre, voir n. 16. Dans son rapport, Abi-milki mentionne également la destruction d’une partie du palais d’Ougarit et l’absence de troupes hittites dans la région. L’incendie du palais pourrait être en lien avec l’attaque de la coalition anti-hittite contre Ougarit qui regroupait Mukiš, Nuhašše et Niya. Cette attaque a pu intervenir dans le contexte des premiers raids menés par Šuppiluliuma I en Syrie. Mais elle est aussi parfois datée après la Première Guerre syrienne, voir en dernier lieu Devecchi 2013, p. 84-85 et Gromova 2013, p. 107. Cordani 2013, p. 53 considère qu’EA 151 est à placer entre la fin de la Première Guerre syrienne et la quatorzième année de règne d’Akhenaton.

33 « Nous avons fortifié les localités du roi, mon seigneur et nous stationnons dans les localités du roi, mon seigneur » (u3 ni-pu- URU.[DIDLI.HI.A] LUGAL EN-ia u3 ni-ša-ab a-na URU.DIDLI.ḪI.A LUGAL EN-ia). Pour l’usage de ana avec le sens locatif équivalent à ina, voir Rainey 1996c, p. 13.

34 Cela pourrait expliquer la présence de troupes d’Aziru à Qadeš mentionnée dans la lettre de Biryawaza (EA 197). EA 140 rend également compte de l’expansion de l’Amurru qui se traduit avec les prises d’Irqata, Ammiya, Ardata, Ṣumur et Ullassa. Sur ce dossier, voir Goren, Finkelstein & Naʾaman 2003, p. 9.

35 Cordani 2013, p. 54, 57-58. L’installation d’Aitakama sur le trône de Qadeš date au plus tôt de la cinquième et dernière année de la Première Guerre syrienne, entre l’année 7 et 10 d’Akhenaton, voir Cordani 2011a et en particulier, p. 250 et Cordani 2013, p. 45.

36 L’alliance entre Aziru et Aitakama est également mentionnée dans la longue missive adressée par le pharaon à Aziru. Cette lettre dresse la liste des faits reprochés à Aziru par Akhenaton : l’entente avec Aitakama, désigné comme « l’ennemi du roi », y est notamment dénoncée (EA 162).

37 Cf. n. 28.

38 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 96.

39 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 94 suggère que l’auteur de la lettre est un roi de Qatna ayant succédé à Akizzi. Le fragment mentionne […]-še-ta roi de Barqa (l. 3), cité juste après Akizzi. Plus loin, Pahuru, le commissaire égyptien en poste à Kumidi est aussi mentionné (l. 10). L’identification avec Barqūm à 35 km au sud-ouest d’Alep (Belmonte Marín 2001, p. 52) est peu plausible. En effet, EA 57 mentionne la ville de Tunip (l. 12 et r. 1). D’autre part, Barga est désormais mentionné dans une lettre de l’archive d’Idadda, TT 4, en association avec Tunanab. Il est donc préférable de considérer, avec Richter & Lange 2012, p. 62, que cette localité est située dans la vallée de l’Oronte.

40 Voir notamment Richter & Lange 2012, XXVII.

41 L. 9-13 : [u3 a]- ˹na˺-ku IR3-ka, u3 be-li2-ia [iš-tu] ŠU-ti-šu lu-u2 la tu-wa-aš-˹šar˺-[an-ni], [iš-tu] ŠU-ti-šu lu-u2 la tu-wa-aš-˹šar˺-[an-ni], [u3 a-na]- ˹ku˺ iš-tu ša be-li2-ia la […], [u3 a-na] ˹ša˺ be-li2-ia ERIN2.MEŠ-šu, [u3 a-na] ˹GIŠ˺.GIGIR.MEŠ-šu ˹ta˺-ak-la-ak-ku. [correction à préciser]

42 Sur cette question, voir également, infra, le commentaire aux l. 21-30 de EA 59.

43 EA 140, l. 6-7.

44 Sur cette question, voir Abrahami & Coulon 2008, p. 18-22.

45 a-˹mur be-li-ia˺ ṭup-pa2-te-šu, E2.ḪA2 URU ˹qat˺-na˹ki˺ u3 a-na ŠU, be-˹li˺-iama˺.

46 L. 41 : i-na i-ša-ti i-šar-ri-ip-˹šu˺-nu. La ligne précédente étant abîmée, on ne sait pas à quoi se réfère exactement le pronom -šunu ; probablement des localités dans le territoire de Qatna.

47 Moran 1992, p. 127 considère qu’UTU désigne en fait la divinité solaire hourrite, Šimigi, voir à ce sujet la remarque de Mynářová 2005, p. 455 n. 74. Dans EA 52, l. 30-31, la phrase « [le roi hi]ttite les a volés » ne se rapporte probablement pas à la déportation du dieu soleil, voir déjà à ce sujet Cordani 2013, p. 56.

48 Moran 1992, p. 128 n. 7 a proposé de dériver la forme ip-pa-šu-nu (l. 45) du verbe nepû « saisir/prendre en gage ». C’est peu probable d’autant que ce verbe ne semble documenté qu’en paléo-babylonien, voir CAD N/2 : 171. Le CAD E : 231 4a y voit une forme de epēšu et traduit : « He is putting them out the land of my lord ».

49 Pour le placement de cette lettre quelques années avant le déclenchement de la Seconde Guerre syrienne, voir Cordani 2013, p. 57.

50 L. 40-44 : be-li2 ki-i-me-e a-na-ku a-na LUGAL be-li2-i[a], a-ra-aʾ2-am u3 ki-ia-am LUGAL KUR nu-ha-aš-še, LUGAL KUR ni-i LUGAL KUR zi-in-za-ar, u3 LUGAL KUR tu-na-na-at u3 an-nu-ut-ti, gab-ba2 LUGAL.MEŠ a-na ša be-li2-ia LU2.IR3.MEŠ. Il est aussi question de cet axe dans EA 54, l. 41-43 et EA 56, l. 36-42 qui mentionnent « 3 ou 4 rois » sans préciser de quelle ville il s’agit.

51 Belmonte Marín 2001, p. 356.

52 Belmonte Marín 2001, p. 293 et Turri 2012, p. 846-847. Tunanat est désormais documentée dans la lettre de l’archive d’Idadda TT 4, l. 21 dans une séquence qui mentionne les localités de Barqa, Iaruqat et Ugulzat.

53 Akizzi est considéré comme le dernier roi de Qatna du fait qu’il est absent des inventaires de Qatna. L’année 1 d’Idadda « le roi [fils] d’Ulašuda, le r[oi] » est indiquée dans le colophon du texte C, voir Richter 2002, p. 606-607.

54 Freu 2009, p. 14-15.

55 On peut ajouter comme argument supplémentaire à cette hypothèse le fait qu’Akizzi déclare « maintenant le dieu soleil est revenu à moi » (l. 59-60). Il ne peut s’agir de la statue de la divinité car sa fabrication est un projet discuté dans la lettre. Il est plutôt question de la réconciliation du dieu — comme l’a suggéré Moran par sa traduction — avec la branche dynastique dont est issu Akizzi. L’accession au trône du nouveau souverain est interprétée comme une manifestation du « retour » du dieu.

56 Beckman 1996, p. 39 (no 6A §4).

57 Selon Cordani 2013, p. 55 et 60. Idadda serait monté sur le trône au cours de la septième année du règne d’Akhenaton.

58 Richter & Lange 2012, p. XXVII-XXVIII.

59 Mynářová 2010, p. 81.

60 Moran 1992, p. xxix et n. 82 et p. xxxv et Mynářová 2005, p. 448-449. Le nom du souverain égyptien est aussi mentionné dans la lettre de Tunip (EA 59) et celle du Nuhašše (EA 51), mais à propos du passé des relations avec l’Égypte à l’époque de Thoutmosis III.

61 C’est également le cas de la lettre EA 59 envoyée par les habitants de Tunip. Pour la liste des lettres expédiées par les souverains du « club » des grandes puissances dans lesquelles ce titre est utilisé, voir Mynářová 2010, p. 78. Noter qu’Addu-nērārī (EA 51), en évoquant Manahpi(r)ya (Thoutmosis III), le désigne aussi avec le titre de « roi d’Égypte ».

62 Mynářová 2005, p. 456. À ce propos, Freu 2009, p. 20, considère que cet usage du praenomen constitue « la preuve qu’(Akizzi) ne faisait pas partie auparavant du groupe des fidèles vassaux (du roi d’Égypte) ».

63 Ahrens et al. 2012, p. 238 n. 14.

64 Gromova 2007, p. 304. Le cas de Šarrupše du Nuhašše vis-à-vis de Šuppiluliuma I constitue un autre exemple de soumission volontaire, voir Altman 2001b, p. 30-34.

65 Klengel 1995, p. 131, envisageait comme localisation possible de Tunip Hama ou ʿAcharneh. Voir également Belmonte Marín 2001, p. 294.

66 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 121. La composition de la matrice de EA 59 s’est révélée en effet identique à celle des céramiques retrouvées sur place.

67 Pfälzner 2012b, p. 777 et désormais Fortin & Cooper 2013, p. 156-158.

68 Tunip est aussi mentionné dans le fragment de lettre EA 57, cf. n. 39. Il est difficile de dire si DUMU.MEŠ représente un groupe spécifique. Rainey 2003, p. 172-173 considère qu’il s’agit de « notables ». Dans les contextes similaires d’initiative collective documentés par les textes de Mari, l’expression « les hommes de NG » semble plutôt désigner les habitants en général, voir Fleming 2004, p. 180-181.

69 Cordani 2011b, p. 108. L’événement précède la chute de Gubla (Altman 2001a, p. 4 n. 11) qui intervient après la fin de la Première Guerre syrienne vers la douzième année de règne d’Akhenaton, voir Cordani 2013, p. 50.

70 Dans deux autres lettres envoyées par un groupe, on trouve la graphie aberrante : 7-šu 7 TA.AN ni-am-qu2-ut (EA 100, l. 6) et 7-šu u3 7 TA.AN ˹ni-um˺-qu-ut (EA 200, l. 5), voir Rainey 1996b, p. 45. De ce fait, il faut effectivement lire à la l. 4 d’EA 59 : a-na GIR3.MEŠ be-li2 ni-am-qut « nous tombons aux pieds de mon seigneur ». Il faut peut-être poser une lecture imx pour a/um.

71 J. P. Vita (communication personnelle) suggère de retrouver dans ce terme la racine sémitique mwt « mourir ». Le gišmūtu pourrait être une sorte de statue des ancêtres. Dans la forme mu-ta-aš-šu, le -šu correspondrait au possessif en parallèle avec DINGIR.MES-šu. Un dérivé de la racine mwt pourrait expliquer la réduplication du -š comme pour mūtānu « Seuche, Pest » (AHw p. 687).

72 Noter que le terme sarrūtu est souvent écrit avec le signe ŠA en initial, voir Rainey 1996a, p. 16.

73 L. 15-38 : u3 i-na-an-na be-li2-ni DUMU aki˺-dIM, a-na LUGAL be-li2-ni ni-ir-ri--šu-nim, u3 li-id-din-šu be-li2-ni, u3 be-li2 DUMU a-ki-dIM LUGAL KUR-ti4 mi-iṣ-riki, id-din u3 a-na mi-nim LUGAL-ru be-li2-ni, i-na KASKAL-ni i-ta-ar-ra--šu, u3 i-na-an-na ma-zi-ra LU2.IR3-ka, LU2 NU.GIŠ.SAR-ka i-še-im-me-šu-nu, u3 i-na KUR-ti4 ḫa-at-atki, NAM šar-ra-tum ik-šu-ud-šu-nu, u3 i-nu-ma ERIN2.MEŠ-šu u3 GIŠ GIGIR.MEŠ-šu, aḫ-ru-˹nim˺-mi, u3 ni-i-nu (m)a-zi-ra, ki-i-ma URU ni-iki i-ip-pu-uš-šu-nu, šum-ma ni-i-nu-ma qa2-a-la-nu, u3 LUGAL KUR-ti4 mi-iṣ-ri i-qa2-al-mi, aš-šum a-wa-te.MEŠ an-ni-tum ša i-ip-pu-šu-nu, (m)a-zi-ra i-nu-ma-mi UZU ŠU-ta, a-na UGU-ḫi be-li2-ni li-wa-aš-šar-ru, u3 i-nu-(m)a-mi ma-zi-ra URU ṣu-mu-riki i-ru-bu, u3 i-te-pu-uš-šu-nu (m)a-zi-ra, ša lib3-bi-šu i-na E2-ti, ša LUGAL-ri be-li2-ni u3 aš-šum a-wa-te.MEŠ, an-ni-tum be-li2-ni i-qa2-al-mi.

74 -nu correspond à la forme ouest-sémitique du -ni, voir Rainey 1996a, p. 87.

75 Sur cette question, on peut se reporter à Moran 2003, p. 329.

76 Je remercie J. P. Vita d’avoir attiré mon attention sur ces documents. Un contexte assez proche — la mort du souverain régnant — est aussi à l’origine d’EA 100, une lettre adressée au roi d’Égypte par la « ville d’Irqata et ses anciens » dans laquelle est réaffirmée la disposition de la ville à poursuivre le combat contre les hābiru, voir Moran 1992, p. 131 et 173 n. 6.

77 Grandet 2008, p. 97 et Cowie 2008.

78 De Garis Davies 1933, pl. IV et Cowie 2008, p. 19 pour l’interprétation. Je dois la connaissance de cette représentation à B. Kasparian que je remercie ainsi que L. Coulon pour la lecture des inscriptions associées à ce bas-relief.

79 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2003, p. 9.

80 Belmonte Marín 2001, p. 211 et Pfälzner 2012b, p. 778. Les strates du Bronze récent et de l’âge du Fer n’y ont pas été mises au jour, Otto 2006-2008, p. 145-146.

81 Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 93. M. Liverani a intégré cette lettre à la correspondance de Byblos mais indique qu’elle n’a pas été expédiée depuis cette ville, voir Liverani 1998, p. 185.

82 Moran 1992, p. 137 n. 2 ; Liverani 1998, p. 184-185 et n. 75 et Mynářová 2010, p. 80 et n. 15.

83 Liverani 1998, p. 184-185 n. 74 ; Moran 1992, p. 137 n. 2 considère cependant qu’il s’agit de la « seconde » prise de Ṣumur par Aziru et ses frères. Dans ce cas, la lettre serait à dater de la Première Guerre syrienne, voir n. 69.

84 Moran restitue (˹gab2˺-bu ˹LU2˺.MEŠ KUR ˹mi˺-[iṣ-ri]) ou (KURk[i -ia?]) d’après Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 94.

85 Lackenbacher 2002, p. 71.

86 Beckman 1996, p. 39 (no 6A §4).

87 Selon Altman 2001a, p. 12, Aki-Teššup était probablement le roi en place lors de la Première Guerre syrienne. Takuwa, en ralliant le camp hittite, était ainsi assuré du soutien de Šuppiluliuma I qui l’aurait alors reconnu comme le roi légitime de Niya. Par contre, Devecchi 2013, p. 91-92 considère qu’Aki-Teššup, succédant à son frère sur le trône de Niya, a été installé par Šuppiluliuma I qui aurait procédé avec lui comme avec Aitakama. D’autre part, Richter & Lange 2012, p. 156 et n. 20 considèrent comme probable le fait que l’Aki-Teššup ayant régné à Tunip (supra) soit le même individu que le roi de Niya ; l’hypothèse avait déjà été envisagée par Schachermeyr 1932, p. 6. Dans ce cas, étant donné que les habitants de Tunip réclament l’installation de son fils, il faut donc envisager qu’ils considéraient Aki-Teššup comme le souverain légitime de Tunip. Il a pu gouverner en même temps Niya ou bien chercher à en prendre le contrôle contre son frère Takuwa au moment de la Première Guerre syrienne.

88 Belmonte Marín 2001 ; Pfälzner 2012b, p. 213 et L. Turri dans le présent volume.

89 Les résultats de l’analyse pétrographique pointent vers la région entre Alep et Hama, zone traditionnellement associée au Nuhašše, sans permettre de localisation plus précise, voir Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004 : 92. Dans Richter & Lange 2012, p. 28, le moyen Oronte comme origine d’EA 51 est proposé en raison des usages orthographiques et de son formulaire qui la rapproche d’EA 59 (Tunip). TT 5 de l’archive d’Idadda est envoyée par Šarrupše, identifié au roi du Nuhašše. Cette lettre a pu être écrite à Ugulzat qu’il faudrait situer dans la même région compte tenu des similitudes qu’elle présente avec EA 51 et EA 59.

90 Pour le commentaire de ces lignes, voir Moran 1992, p. 122 n. 4-6.

91 Pour ce sens contextuel d’« ancêtre » attribué à l’akkadien ab abi, voir Moran 1992, p. 122 n. 1 et Liverani 1998, p. 299 n. 45. Toutefois, le sens propre, « grand-père », est envisageable à condition de faire commencer le règne de Taku tout à la fin du règne de Thoutmosis III et celui d’Addu-nērārī sous Amenhotep III et de considérer que la durée des règnes de Taku et de son successeur ait été relativement longue.

92 L’auteur utilise à deux reprises la première personne du pluriel : « notre seigneur » (r. 7 et 9). Il s’agit probablement des rois du Mukiš et de Niya.

93 Voir par exemple Altman 2001b, p. 36 ou Freu 2009, p. 19. Moran 1992, p. 122 n. 2 indiquait cependant que la mention de « tablettes d’alliance » se rapporte à des accords conclus et non à une offre, sur ce point voir Beckman 1996, p. 2. Pour Cordani 2013, p. 52, les « tablettes d’alliance » correspondent au traité de soumission à l’Égypte conclu par Addu-nērārī. Il pourrait s’agir aussi d’accords passés avec les Hittites dénoncés par le roi du Nuhašše.

94 Devecchi 2013, p. 85 et Cordani 2013, p. 52. Les arguments pour placer EA 51 avant la Première Guerre syrienne sont développés par Altman 2001b, p. 36 et n. 28.

95 Voir dernièrement Richter & Lange 2012, p. 28, 158 et n. 28-29 pour les arguments en faveur de cette hypothèse et notamment p. XXVII. Pour un avis contraire, voir Freu 2009, p. 19 et les remarques de Devecchi 2013, p. 92 et Cordani 2013, p. 52.

96 Richter & Lange 2012, p. 75-77 et note à la l. 3 pour la localisation de Tukad dans la région de Batrūn au Liban.

97 Cordani 2013, p. 49-50.

98 Moran 1992, p. 256 n. 1.

99 Le premier est frère d’Aziru. Pour le second il pourrait s’agir d’un autre frère ou de l’un de ses fils, voir Liverani 1999, p. 456. La lettre a probablement été interceptée par l’administration égyptienne, voir Liverani 1998, p. 282 et Abrahami & Coulon 2008, p. 7. Pour l’édition collationnée de cette lettre, voir Dietrich & Loretz 1969.

100 Beal 1992, p. 289-290. La taille des armées des grandes puissances à l’époque paléo-babylonienne ne dépasse pas 40 000 hommes, voir Abrahami 1992, p. 160-161. Sur ces questions, voir également De Odorico 1995, p. 108 et n. 260. Zitana est à identifier au général en chef portant le titre de « Chef des gardes du corps » (GAL MEŠEDI), voir Beal 1992, p. 334 et n. 1271. Lupakku est probablement l’officier connu des sources hittites avec le titre de « Chef de 10 de l’armée » (UGULA 10 ša KARAŠ). Il est en charge des troupes hittites laissées en Syrie entre les deux campagnes de Šuppiluliuma I, voir Beal 1992 : p. 409-410.

101 Le nom est lu Tehu-Teššup par Moran 1992, p. 129 et Liverani 1998, p. 300. Izreʾel lit : [um-ma mqa]- ˹ti˺-ḫu-ti-šu-pa (http://oracc.museum.upenn.edu). Cette restitution suit la glose hourrite d’EA 53, p. 63, ka4-tix-hi (« tomber »). Toutefois, il n’y a pas la place dans la cassure pour restituer ce signe supplémentaire, voir Moran 1992, p. 129 n. 2. Pour la photo de EA 58 voir http://www.amarna.cchs.csic.es/.

102 L. 4-8 : [ša2]-ni-tu2 li-ma-ad i-nu-˹ma˺-[mi], LUGAL KUR mi-ta-ni a-ṣi2 qa-[du GIŠ.GIGIR.MEŠ], u3 qa-du ERIN2.MEŠ KAL.KIB [...], ˹ni˺-iš-mi a-na-mi me-e [...],˹pa˺-la-ku u3 pal-ku [...]. Malheureusement la cassure ne permet pas d’envisager avec certitude ce à quoi se rapporte cette mention de l’« eau ». Les combats se sont peut-être déroulés à proximité du littoral ou d’un fleuve. En dépit de cette indication, la restitution « bateaux » dans la cassure est peu probable. En effet, la séquence chars - corps expéditionnaire (et inversement) est par ailleurs bien documentée (CAD K, p. 212a).

103 Voir n. 111. On notera aussi que la graphie KAL.KIB (« corps expéditionnaire ») est uniquement documentée dans le corpus amarnien et précisement dans une lettre en provenance de Gubla (CAD Ṣ, p. 50a).

104 Belmonte Marín 2001, p. 31 et Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 106 et 123.

105 L. 11-12 : i-de4 ana IR3-šu et l. 16 : li-i-de4 ana IR3-šu.

106 Liverani 1998, p. 297. On note cependant, l. 18, que le verbe epēšu est au passé alors que l’on attendrait un futur : « Je ferai comme mes prédécesseurs » ; de même l. 22, « J’ai entendu… ». Toutefois, il est peu probable que cette lettre réponde à des reproches d’insubordination, jugés diffamatoires. En effet, la construction de l’argumentation dans ce type de discours reprend toujours les accusations portées par la partie adverse.

107 Abrahami & Coulon 2008, p. 21 et n. 89.

108 L. 8-14 : še-zi-ba-an-ni, iš-tu KUR2.MEŠ da-˹nu˺-[ti], iš-tu ŠU qa-ti, LU2.MEŠ SA. ˹GAZ. MEŠ˺, LU2.MEŠ ḫa-ba-ti, u3 LU2.MEŠ šu!(SU)-ti-i, u3 še-zi-ba-an-[ni].

109 Knudtzon 1915, p. 1320 et n. 1 et Liverani 1998, p. 122 pour la lecture du toponyme.

110 Knudtzon 1915, p. 1348-1349 et 1609.

111 P. Artzi note l’utilisation du titre de « Grand roi », propre aux lettres de Gubla et dans une moindre mesure de l’Amurru, voir Artzi 1968, p. 165 et n. 16. Dans la correspondance « internationale », ce titre figure dans une lettre de Babylone (EA 7) et dans deux lettres du Mitanni (EA 19 et 21), voir Mynářová 2010, p. 78-79. Pour les traits grammaticaux et orthographiques qui rattachent ce groupe de lettres à la Syrie, voir Artzi 1968, p. 166. Artzi (p. 169) en conclut : « The type of peripheric Akkadian of the letters and their script stresses also that this geographical point [general direction of North-Syria-Euphrates on the fringes of the desert] must be found as north-northeastwards (in the neighborhood of the Orontes-Euphrates area) ». Comme autre élément témoignant du lien avec la région de Gubla, on relève l’utilisation de la formule « NP parle… », voir Moran 1992, p. xxix. Cependant l’analyse pétrographique d’EA 317-318 montre que ces tablettes proviennent de la région de Gaza, voir Goren, Finkelstein & Naʾaman 2004, p. 309. Cette contradiction peut être résolue en considérant que ces lettres ont été écrites lors d’un déplacement en Égypte de Dagan-takala par un scribe de Gubla l’accompagnant. EA 260 n’a pu faire l’objet d’une analyse pétrographique car la tablette est perdue, voir Moran 1992, p. xiv n. 7.

112 Liverani 1998, p. 296-298.

113 L. 13-14 : a-na-ku a-na E2! ti-in4-ni u2-ša-ab.

114 Liverani 1998, p. 296.

115 Deux raisons principales sont avancées pour considérer que tenni n’est pas le nom d’une localité. L’absence du déterminatif URU et le nombre très restreint de localités commençant par bīt « maison de… ». Tinni serait un substantif tout comme nīh (repos) dans un passage de la lettre EA 62, l. 17-18, où Abdi-Aširta déclare qu’il était resté à Irqata dans un « endroit tranquille » (a-šar E2 ni-iḫ). À noter que E2 te-ne-e2 est documenté mais dans des textes néo-babyloniens uniquement où il désigne semble-t-il un « bâtiment annexe », voir CAD T : 345.

116 Turri 2012.

117 Sont également mentionnées Haṣor et Kinneret au nord et Ashkelon au sud, voir Turri 2012, p. 850. Naʾaman a rapproché Tnn de Tiyana (ti-ia-na voir EA 284), qu’il a proposé d’identifier à Tel Ashdod, voir Naʾaman 1997, p. 614-615.

118 Turri 2012, p. 849 et n. 47.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1.
Légende Les régions, villes et localités du Levant mentionnées dans les lettres d’El-Amarna (indication non exhaustive)
Crédits © Ph. Abrahami, M. Sauvage
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Abrahami, « Les lettres de la correspondance d’El-Amarna expédiées depuis l’Oronte »Syria, IV | 2016, 119-135.

Référence électronique

Philippe Abrahami, « Les lettres de la correspondance d’El-Amarna expédiées depuis l’Oronte »Syria [En ligne], IV | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/5034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.5034

Haut de page

Auteur

Philippe Abrahami

Université Lumière Lyon 2, UMR 5133 (Archéorient), Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search