Navigation – Plan du site
Le moyen Oronte au fil du temps : textes, objets, images

Des bateaux sur l’Oronte

Julien Aliquot
p. 215-228

Résumés

Une série de textes grecs et latins atteste que l’Oronte a été navigable, principalement dans la région d’Antioche de Syrie à l’époque romaine et dans l’Antiquité tardive. Cet article les réunit pour la première fois et tient compte des autres sources disponibles, épigraphiques et archéologiques, afin de définir le rôle de l’Oronte dans l’économie de la Syrie du Nord. L’importance généralement accordée au trafic fluvial dans le grand commerce et dans le ravitaillement des armées doit être minimisée. Les bateaux qui naviguaient sur le fleuve semblent surtout avoir assuré l’approvisionnement des grands marchés urbains, celui d’Antioche de façon certaine, ceux d’Apamée et d’Épiphanie de manière beaucoup plus hypothétique, à une échelle essentiellement régionale. Le développement de la navigation dépendait de la segmentation du fleuve en paliers. Il résultait d’une politique volontariste, peut-être mise en œuvre par les souverains hellénistiques, puis poursuivie par les empereurs de Rome, mais encore adaptée aux besoins et aux capacités financières des cités antiques de la vallée de l’Oronte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Weulersse 1940a.
  • 2 Weulersse 1940a, p. 19.
  • 3 Weulersse 1940a, p. 50.
  • 4 Weulersse 1940a, p. 51-59 (irrigation, usage de la force motrice), 59-61 (pêche lacustre), 63-80 (b (...)

1Jacques Weulersse, dans son livre sur l’Oronte 1, a défini les principaux caractères géographiques de ce fleuve. L’aspect le plus saillant de son analyse est que l’Oronte constitue une entité composite, formée d’une succession de cinq cours d’eau différents : « torrent issu de la montagne libanaise jusqu’à Homs, rivière du plateau syrien aux alentours de Hama, canal de drainage de fosses tectoniques dans le Ghab, puis à nouveau dans l’Amouk ; enfin rivière méditerranéenne à partir d’Antioche 2. » Malgré ce compartimentage et en dépit de fluctuations saisonnières importantes, l’Oronte présente cependant une stabilité certaine. Weulersse soulignait l’abondance de son débit moyen, la régularité de son régime (de type karstique méditerranéen), la fixité de son lit et l’absence (relative) de crues dévastatrices sur son cours 3. L’une des conséquences de ces caractéristiques est que la largeur et la profondeur du fleuve varient peu et que la différence de débit se manifeste surtout par la diminution de la vitesse des eaux lors de la saison sèche. Plus géographe qu’historien, Weulersse n’abordait pas vraiment la question de la navigation sur l’Oronte. De son temps, ce phénomène, lié uniquement à la pêche lacustre, pouvait sembler secondaire, par rapport à l’irrigation, à l’usage de la force motrice et aux perspectives d’une exploitation moderne du cours d’eau, à travers la construction de grands barrages et d’usines hydro-électriques 4. L’objectif de Weulersse était avant tout d’attirer l’attention des autorités du Mandat français sur le fait que l’économie de la Syrie du Nord dépendait de la mise en valeur de l’Oronte. Il est vrai que le fleuve n’a jamais été très réputé pour sa navigabilité. De tout temps, le passage de ses seuils a dû s’avérer difficile, voire périlleux. Deux sections sont plus propices, le cours inférieur du fleuve et le Ghab. Mais, même là, l’Oronte n’était guère praticable que par des bateaux au tirant d’eau limité. À Hama, il présentait du temps de Weulersse une section de 2,8 à 3,50 m sur 21,50 à 26,40 m de large. Vers Antioche, sa section passe de 1,86 à 2,16 m de profondeur sur 40,95 à 43 m de large. Toutes ces observations remontent aux années 1930. Il n’est pas certain qu’elles soient valables à toutes les époques et seule une étude paléo-environnementale serait susceptible de les renouveler avec profit. Une série de textes grecs et latins atteste néanmoins que l’Oronte a été navigable dans l’Antiquité, au moins dans la région d’Antioche (les numéros en gras renvoient aux témoignages réunis infra). Certains restent difficiles à interpréter (et dans ce cas leur numéro est affecté d’un astérisque). On les présentera tout d’abord dans l’ordre chronologique avant de reprendre leur commentaire de manière globale en tenant compte des autres sources disponibles, épigraphiques et archéologiques. La confrontation de toutes les pièces du dossier pourra s’avérer utile pour débrouiller les questions topographiques et chronologiques et pour mieux définir le rôle de l’Oronte dans l’économie de la Syrie du Nord antique (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

Le bassin de l’Oronte et les cités de la Syrie du Nord romaine

© J. Aliquot, M. Sauvage, 2013

2Le plus ancien témoignage qu’on a pu alléguer, le Papyrus de Gourob (*1), reste douteux dans l’état où il nous est parvenu. Ce document très lacunaire contient le compte rendu de l’expédition syrienne de Ptolémée III Évergète en 246 av. J.-C. Débarqué à Séleucie de Piérie, le roi lagide s’est rendu à Antioche, mais rien ne garantit qu’il ait emprunté la voie fluviale plutôt que la route. Les autres textes datent tous de l’époque romaine et protobyzantine. Leur apport est mieux assuré, même s’il subsiste des débats sur la chronologie et la nature des aménagements qu’ils évoquent. Sous Auguste ou Tibère, Strabon (2) affirme que la remontée de l’Oronte se fait en un jour entre l’embouchure du fleuve et Antioche, sans faire allusion à une époque en particulier. Un autre passage du géographe (*3) pourrait également se rapporter à la navigation fluviale des Aradiens sur l’Oronte. Au premier siècle de l’ère chrétienne, Pomponius Méla (4) paraît compter l’Oronte parmi les fleuves navigables de la Syrie. Au siècle suivant, Pausanias (5) indique qu’un empereur romain, qu’il ne nomme pas, a fait creuser un canal de dérivation sur l’Oronte pour permettre aux navires de remonter de la mer jusqu’à Antioche en évitant des rapides qui auraient entravé leur course. Dans son Éloge d’Antioche (Antiochikos), discours prononcé en 356 à l’occasion de la célébration des jeux olympiques locaux, le rhéteur Libanios (6), originaire d’Antioche, souligne le rôle du fleuve dans les échanges entre la capitale de la Syrie et ses campagnes, en amont comme en aval de la ville. Quelques années plus tard, une constitution de Valentinien et de Valens, adressée au préfet du prétoire en 369-370 et reportée dans le Code Théodosien (7), met la flotte de Séleucie à la disposition du comte d’Orient pour lui permettre de purger l’Oronte. Dans son Homélie sur l’aumône, l’évêque d’Antioche Jean Chrysostome (8), lui aussi originaire de la cité, parle des matelots désœuvrés l’hiver, pendant le mare clausum, et réduits à la mendicité sur l’agora de la ville. Enfin, sous Justinien, l’historien d’origine antiochéenne Jean Malalas (9) fait allusion à la remontée du fleuve par la flotte de guerre de Trajan, à la veille des campagnes parthiques de 114-117.

  • 5 Chapot 1907, p. 154-155, 212 n. 2.
  • 6 Chapot 1907, p. 154 n. 1.
  • 7 Downey 1961, p. 89-90 n. 13 ; van Berchem 1983, p. 192-193 n. 40 ; 1985, p. 68.
  • 8 Chapot 1907, p. 212 n. 2.

3Les historiens qui ont pris l’un ou l’autre de ces témoignages en considération sont longtemps restés dubitatifs à propos du caractère navigable de l’Oronte. Victor Chapot et Henri Seyrig comptent parmi les plus sceptiques, peut-être en raison de la situation qui prévalait à leur époque. Tous deux doutaient que le fleuve ait jamais été parcouru par des navires de guerre et des chargeurs sur son cours inférieur. Chapot avait réuni et discuté le premier la plupart des textes qui concernent notre sujet, en négligeant toutefois Pomponius Méla (4), Libanios (6) et Jean Chrysostome (85. Il doutait, peut-être inutilement, que des navires aient été mentionnés dans le Papyrus de Gourob (*16. Il reste que Ptolémée III a pu prendre la route entre Séleucie et Antioche, comme Downey et van Berchem l’ont reconnu ensuite 7. Chapot admettait qu’Antioche avait pu jouer le rôle d’un port fluvial de commerce, mais seulement à partir du début de l’Empire romain. L’Antiquité tardive et l’époque des Croisades lui apparaissaient comme des périodes où le trafic sur le fleuve avait pu continuer. À propos de la constitution de Valentinien et de Valens (7), il écrivait : « Ce texte donne à penser que, malgré le nouvel aménagement du port voisin [sous le règne de Constance II], on continuait à vouloir utiliser l’Oronte inférieur pour la navigation 8. »

  • 9 Seyrig 1939, p. 311 (= 1946, p. 42, avec addenda, p. vi) ; 1970, p. 298 (= 2013, p. 52).
  • 10 Seyrig 1939, p. 311 n. 4 (= 1946, p. 42).
  • 11 Seyrig 1946, p. vi.
  • 12 Van Berchem 1985, p. 68, cf. p. 64 ; Rougé 1986, p. 40 ; Reddé 1986, p. 239, 578-579, 603-605. Cour (...)

4Seyrig était encore plus critique à l’égard de la tradition littéraire 9. Tout en renvoyant à Chapot, il s’écartait de ce dernier dans son interprétation de la constitution de Valentinien et de Valens (7), à laquelle il donnait un sens métaphorique : « Seeck (Comites, p. 660, dans Pauly-Wissowa) en a conclu à une opération de curage du lit du fleuve : mais il vaut mieux croire avec les anciens commentateurs du Code, à l’avis desquels se rallie Godefroy, qu’il s’agissait de purger la basse vallée de l’Oronte des brigands qui l’infestaient 10. » Seyrig ajoutait en 1946 une remarque de Weulersse : « il ne saurait être question d’un curage du lit de l’Oronte dans la constitution de Valens. Le fleuve, dans la dernière partie de son cours, est barré par des rapides qui en interdisent la navigation, qui existaient certainement dans l’antiquité, et auxquels nul curage ne peut remédier. Il semble donc que l’hypothèse de Seeck doive être éliminée définitivement 11. » L’interprétation métaphorique du Code Théodosien n’a plus cours aujourd’hui. Denis van Berchem, Jean Rougé et Michel Reddé ont compris le texte de la même manière que Chapot et ont insisté sur le caractère militaire de la flotte séleucienne, dont la filiation avec la classis Syriaca du Haut-Empire est probable 12.

  • 13 Seyrig 1970, p. 298 (= 2013, p. 52).
  • 14 Kinneir 1818, p. 159-160. Des photos d’archives prises par les pères jésuites Henri Lammens et Géra (...)
  • 15 Voir en dernier lieu Vorderstrasse 2004 et 2005, avec la bibliographie.
  • 16 Jacquot 1931, p. 457.
  • 17 Rougé 1986, p. 46, avec l’exemple du Nil : 500 m3 pour les plus gros navires, 1 à 2 m3 pour les plu (...)

5Seyrig rappelait encore que, dans l’estuaire de l’Oronte, la côte est dangereuse et que la baie de Séleucie n’offre qu’un ancrage naturel peu sûr (fig. 213. Lorsque souffle le vent d’ouest, une barre difficile à franchir se forme à l’entrée du fleuve. Passé cet endroit seuls de petits bateaux à fond plat auraient pu naviguer sur le cours inférieur du fleuve. Et Seyrig de citer un voyageur britannique, Sir John MacDonald Kinneir, qui n’a relevé la présence à Soueidiyé que de trois bateaux de trente tonneaux environ, soit à peu près 85 m3 : « Journeying between six and seven miles over this plain we reached Suedia, a miserable hamlet on the right bank of the river, and about one mile and a half from the sea; it takes its name from the ancient city of Seleucia, and consists of a small house belonging to the Aga, and four or five poor hovels used as store-houses for merchandize. There were three boats of about thirty tons each in the river, nor can a vessel of a great burthen pass the bar, even at flood tides 14. » On remarquera que la période de l’année où ce voyageur a visité la baie de Séleucie, la fin du mois de novembre 1813, n’était pas la plus propice à la navigation maritime ou fluviale. Du reste, on sait également que le port de Soueidiyé (al-Mina), le port Saint-Siméon ou Soudin des croisés à l’embouchure de l’Oronte, s’est considérablement ensablé depuis le Moyen Âge 15. Jacquot avait bien noté les avantages et les inconvénients du site d’al-Mina : « Cette barre [de l’estuaire] tranchée, le passage fixé, on pourrait concevoir là un port sûr, capable d’abriter les navires, mais la liberté du goulet nécessiterait un dragage constant 16. » Enfin, il faut rappeler, d’une part, que la profondeur de l’Oronte permettait encore dans les années 1930 d’utiliser en toute saison des bateaux dont le tirant d’eau était de l’ordre d’un mètre, ce qui convient à la plupart des embarcations qui composent les flottes fluviales dans l’Antiquité, et, d’autre part, que la capacité des navires de transport antiques d’usage courant sur les fleuves était assez faible par rapport aux tonnages maritimes 17. Tout cela invite à rester circonspect à l’égard de la valeur du témoignage de Kinneir et des voyageurs modernes.

Figure 2.

Figure 2.

La baie de Séleucie, l’embouchure de l’Oronte et le Casius

© J. Aliquot, 2009

  • 18 Par exemple Lassus 1977, p. 85-87.
  • 19 Seyrig 1939, p. 309-312, n° 10 (= 1946, p. 40-43), cf. Seyrig 1958, p. 12-13 n. 3.
  • 20 IGLS 3/2, 1142, add., p. 686 : ☩ ἐπὶ τοῦ μεγαλοπρε(πεστάτου) (καὶ) ☩ ἐνδοξ(οτάτου) κόμ(ητος) τῶ(ν) (...)
  • 21 Mécérian 1962, p. 301-303 (citation extraite de la p. 301), cf. Mécérian 1964, p. 45.
  • 22 Sur les ruines du pont visibles à cet endroit, voir aussi Lafontaine-Dosogne 1967, p. 44, fig. 25.

6Pour Chapot comme pour Seyrig et d’autres à leur suite 18, c’est donc essentiellement la route qui aurait permis d’assurer le transport des hommes et des marchandises depuis le port artificiel de Séleucie de Piérie, aménagé par les Grecs, jusqu’à Antioche et, au-delà, vers la vallée de l’Oronte et l’intérieur du pays. Cette route est bien attestée. On sait aussi qu’elle n’était pas sans présenter quelques dangers, comme le montre une inscription grecque d’Antiochène dont Seyrig avait d’ailleurs contribué à améliorer la lecture 19. Le texte rappelle la construction de ponts sur trois affluents de l’Oronte, le Petit Mélas, le Grand Mélas et la rivière du Pempton (le cinquième mille à partir d’Antioche ?), par les soins du comte d’Orient Ephrem en 524 20. Il y avait ainsi un itinéraire direct qui suivait le piémont de l’Amanus en s’écartant de la rive droite du fleuve et qui était exposé aux crues dévastatrices des torrents venus de la montagne. Une voie secondaire semble avoir existé. Un fragment de milliaire gravé aux noms de Marc Aurèle et Lucius Vérus en 162 ou en 163 a été retrouvé « tout près de la piste champêtre côtoyant le Mont Admirable au Nord-Est et allant de l’Oronte à la plaine de Séleucie non loin du Beuyuk Qara-tchai (le Grand Mélas) ». On peut convenir avec Jean Mécérian, qui l’a publié 21, qu’une route devait suivre la rive gauche du fleuve, en le traversant après le Grand Mélas pour rejoindre la plaine de Séleucie, évitant ainsi les crues des confluents de l’autre rive 22.

  • 23 Rey-Coquais 1964, p. 308-310 ; 1965, p. 226-235 ; 1974, p. 13, 74-76 ; cf. 1992, p. 383.
  • 24 Dussaud 1927, p. 432.
  • 25 Pour la navigation sur l’Euphrate et ses affluents, voir van Berchem 1985, p. 71-75 ; Rougé 1986, p (...)
  • 26 Rey-Coquais 1974, p. 76.
  • 27 Abel 1933, p. 478-479, en particulier p. 479 n. 2.
  • 28 Maïla-Afeiche 2009.
  • 29 Rougé 1986, p. 40-41.
  • 30 Welles 1938, p. 486 = I. Gerasa 334, révisé par Mouterde 1939, p. 137 (Bull. ép. 1940, 190) : Ὠρόντ (...)

7En adoptant l’opinion de Seyrig sur le bas Oronte, Jean-Paul Rey-Coquais est revenu à plusieurs reprises sur le passage de Strabon (*3) qui concerne la navigation fluviale des Phéniciens d’Arados, pour le mettre en relation avec le cours moyen du fleuve 23 : « On remonte le Lycos et le Jourdain pour transporter les marchandises, spécialement les Aradiens » (τὸν δὲ Λύκον καὶ τὸν Ἰορδάνην ἀναπλέουσι φορτίοις, Ἀράδιοι δὲ μάλιστα). Ce témoignage a paru à juste titre aberrant en l’état. Dussaud avait déjà proposé de corriger vigoureusement τὸν δὲ Λύκον καὶ τὸν Ἰορδάνην par τὸν δὲ Ἄξιον καὶ τὸν Εὐφράτην 24, afin de retrouver les noms des deux grands fleuves navigables du Proche-Orient, l’Axios, alias l’Oronte, et l’Euphrate 25. L’interprétation de Dussaud pouvait s’appuyer sur la présence, plus ou moins légendaire, des Aradiens en Syrie du Nord et dans le golfe Persique (cf. Strabon, 16, 3, 4), ainsi que sur la participation des Phéniciens à la descente de l’Euphrate lors de l’expédition d’Alexandre le Grand 26. Elle a été reprise par Abel 27, qui soulignait l’impossibilité de la navigation sur le Lycos (Nahr al-Kalb), qui se jette dans la mer au nord de Béryte 28, et son caractère très limité sur le Jourdain 29. Néanmoins, la correction proposée n’en était pas moins radicale et l’évocation de l’Euphrate n’aurait de toute façon pas eu sa place dans un développement sur l’arrière-pays phénicien. Pour sa part, Rey-Coquais a d’abord été tenté de restituer les deux noms de l’Oronte, τὸν δὲ Ἄξιον καὶ τὸν Ὀρόντην, par analogie avec le texte d’une mosaïque de Gérasa 30. Puis il a cru préférable de lire τὸν δὲ Λύκον καὶ τὸν Ὀρόντην et de comprendre que les Aradiens, avant la conquête de l’Orient par les Grecs, ont pu naviguer sur le Nahr al-Kabir du Nord, qui aurait lui aussi porté le nom de Lycos, et sur le moyen Oronte, afin d’assurer eux-mêmes le transport de marchandises jusqu’à Thapsaque sur le moyen Euphrate. La navigation à contre-courant étant difficile, les Aradiens auraient dû suivre deux itinéraires différents entre Arados et le point où le cours moyen de l’Oronte rencontre la route d’Alep, vers le seuil de Qarqour : à l’aller, ils auraient pris la route qui contourne la chaîne des montagnes côtières par la vallée de l’Éleuthéros (Nahr al-Kabir du Sud), puis ils auraient navigué sur l’Oronte dans le Ghab ; au retour, ils auraient suivi la route entre Alep et le seuil de Bdama, avant d’emprunter la voie fluviale sur le Nahr al-Kabir du Nord.

  • 31 Rougé 1986, p. 39.
  • 32 Froment 1930, p. 288-289. Voir Jacquot 1931, p. 457-458, 569-570, pour les bacs entre Antioche et S (...)
  • 33 Weulersse 1940a, p. 59-61. Pour les textes antiques, Élien, 12, 29, les sources médiévales et les é (...)

8Bien qu’elle soit conjecturale, tant sur le plan philologique que pratique, l’interprétation de Rey-Coquais reste assez séduisante. Deux points paraissent plus ou moins acquis. Le fleuve de Laodicée pourrait avoir été navigable dans l’Antiquité, d’après le Stadiasme de la Grande mer (136-137) et Pomponius Méla (4), et son identification à un Lycos est plausible 31. En outre, la lecture du nom de l’Oronte paraît s’imposer, même si elle résulte à nouveau d’une correction et même s’il n’est pas sûr du tout que le cours moyen du fleuve soit concerné. En revanche, les itinéraires que Rey-Coquais restitue contredisent formellement Strabon, qui mentionne la remontée (avec le verbe ἀναπλέουσι) et non la descente de cours d’eau. Par conséquent, il est préférable de considérer que les Aradiens ont remonté le cours inférieur de l’Oronte avant la fondation de Séleucie et d’Antioche. Enfin, la proposition de Rey-Coquais semble faire la part un peu trop belle au rôle des deux fleuves dans les échanges à longue distance. Or, les travaux de Froment et de Weulersse, qui sont censés la soutenir, ne parlent pas de la même chose. Froment mentionne le passage d’une rive à l’autre au moyen de barques sur le cours moyen de l’Oronte 32. Weulersse évoque la pratique de la pêche lacustre 33. Rien de tout cela ne concerne vraiment ni le grand commerce, ni le trafic fluvial sur le cours moyen de l’Oronte.

  • 34 Honigmann 1939, col. 1163 ; Feissel 1985, p. 85-86 ; Leblanc & Poccardi 2004, p. 240, 243, 245 ; Kh (...)
  • 35 Ainsi Downey 1961, p. 18, 52-53 ; van Berchem 1983 et 1985, p. 66-70 ; Rougé 1975, p. 181-182, et 1 (...)
  • 36 Voir la synthèse récente de Leblanc & Poccardi 2004.

9Contrairement à Chapot, Seyrig et Rey-Coquais, d’autres chercheurs ont admis que le bas Oronte avait été navigable dans l’Antiquité, principalement d’après Strabon (2) et Libanios (634, certains d’entre eux soulignant au passage que la situation de l’époque moderne ne reflétait pas forcément celle de la période antique ni même celle des Croisades 35. Il subsiste quelques incertitudes sur l’époque où cette section du fleuve a commencé à être parcourue et surtout aménagée. Depuis le début des années 1980, la découverte de monuments inédits, épigraphiques et archéologiques, a permis de reprendre la question sur de nouvelles bases. L’étude de la gestion de l’eau à Antioche et sur le territoire de la cité a aussi fait l’objet de travaux qui renouvellent les débats anciens 36.

  • 37 IGLS 2, 665 : Ἔτους τετρακοσιοστοῦ, μηνὸς Πανήμου ζκʹ, Εὐτίχις Μαραωνος ναυπηγὸς ἔνθα ἐξεκόμισα Δομ (...)
  • 38 Cf. Feissel 1982, p. 326 n. 52.
  • 39 Rey-Coquais 1974, p. 74.
  • 40 Peña 1995 ; Peña, Castellana & Fernández 1999, p. 179 et 214, fig. 43.

10À propos de la batellerie de l’Oronte, le témoignage le plus souvent cité est une épitaphe rupestre de Derkouch, en aval du seuil de Qarqour, ultime hommage d’un fils à sa mère défunte en 352 (fig. 337 : « L’an 400, le 27 du mois de Panémos, moi, Eutychios (ou Eutychès 38) fils de Maraôn, constructeur de bâteaux, j’ai enterré ici ma très chère mère Domitilla. Sois courageuse, mère : nul n’est immortel. » Ce texte utilise l’ère césarienne d’Antioche. Il a donc été affiché sur le territoire de la cité. Au lieu de nous orienter vers le Ghab, comme on l’a écrit 39, il nous ramène à l’Antiochène, sans que l’on puisse déterminer si le fils de la défunte a exercé son activité à Derkouch même ou à Antioche et dans la basse vallée de l’Oronte. Sa présence à Derkouch a stimulé la quête d’aménagements portuaires sur les berges voisines. À 1 900 m au sud-ouest du village, le père franciscain Ignacio Peña a cru reconnaître en 1994 les ruines d’un petit port fluvial au lieu-dit al-Hajjariyé, près d’une série de chambres taillées dans le rocher, d’une carrière à ciel ouvert, d’un pont et de très nombreuses tombes rupestres d’époque romaine ou protobyzantine 40. L’hypothèse est à priori attrayante, vu la situation des vestiges conservés, sur la rive gauche de l’Oronte et à l’intérieur d’un méandre. Cependant, le plan et les clichés publiés ne garantissent pas que les blocs de moyen et de grand appareil qui sont aujourd’hui immergés à cet endroit appartiennent bien à un quai à deux degrés ; de même, l’identification des installations rupestres avoisinantes à des grottes cultuelles païennes laisse perplexe (on pense plutôt à des habitations, à des locaux utilitaires et à des tombes).

Figure 3.

Figure 3.

Fac-similé de l’épitaphe grecque de Derkouch IGLS 2, 665 (d’après Jalabert & Mouterde 1939, p. 361)

  • 41 Khoury 2005, p. 247-252.
  • 42 Khoury 2005, p. 247-250, fig. 56-61, 67, sous le nom de Banassara. L’objet d’où s’échappent des poi (...)
  • 43 Khoury 2005, p. 250, fig. 65.
  • 44 Donceel-Voûte 1988, p. 262, qui publie une copie de la légende sur le plan de la pl. 12, ΡΙΑΤ-ΥΚΑ, (...)
  • 45 Donceel-Voûte 1988, p. 303, fig. 294 ; Khoury 2005, p. 249, fig. 64, sous le nom de Khirbet Cheikh (...)
  • 46 Donceel-Voûte 1988, p. 304-305, fig. 295 et 297 ; Khoury 2005, p. 249, fig. 63, par erreur sous le (...)
  • 47 Khoury 2005, p. 250, fig. 66, sous le nom de Tariq Saraqeb ; pour l’interprétation du mot τυρίον, v (...)

11Dans le même ordre d’idées, on a proposé d’identifier les navires représentés sur les mosaïques d’églises et de maisons de la Syrie du Nord aux bateaux qui étaient utilisés pour transporter des marchandises sur l’Oronte 41. La plupart des images recensées se trouvent en Antiochène, dans le Massif Calcaire. Dans l’église sud de Banasra, la nef centrale est ornée d’une scène fluviale avec deux bateaux aux voiles ferlées, le premier chargé de ballots ronds multicolores, le second d’amphores 42. À Khirbet al-Majdaliya, l’angle du pavement d’une église est occupé par un bateau chargé de trois amphores 43. Dans l’église de Rayan, une mosaïque présente l’image, dans des médaillons, de deux grosses embarcations à un mât, dont l’une est vraisemblablement chargée d’amphores et accompagnée d’une légende énigmatique 44. D’autres images de navires ont été repérées plus au sud sur le territoire d’Épiphanie (Hama). Dans l’église de Sawran, un bateau, pourvu d’une voile centrale carrée sur un mât dont le sommet forme une croix et chargé de quatre amphores, se trouve dans la partie est de la nef centrale 45 ; sur la frise du collatéral sud, on remarque encore des bateaux à voiles ferlées pourvus d’un gouvernail démesuré, dont un est à nouveau chargé d’amphores (fig. 446 ; la présence d’un canard et de nélombos fait penser à un paysage fluvial plus que marin. Toujours à Sawran, dans une riche demeure patricienne, une mosaïque est ornée d’un bateau à un mât chargé de quatre amphores et surmonté d’une inscription grecque mentionnant le vin de Tyr 47. L’ensemble des représentations connues permet surtout d’insister sur la variété des embarcations utilisées (barques à fond plat, navires mâtés), des modes de propulsion (voile, force motrice de l’eau, sans doute aussi rame et halage) et des marchandises véhiculées (amphores, ballots). Bien qu’elle mérite d’être posée, la question du rapport entre ces images et la navigation fluviale reste ouverte. Au mieux, il ne s’agit peut-être que d’allusions plus évocatrices que réalistes.

Figure 4.

Figure 4.

Navire sur une mosaïque protobyzantine de Sawran conservée au musée d’Apamée

© O. Callot, 2005

  • 48 Van Berchem 1983 et 1985, p. 85-87 (AE 1983, 927).

12Le texte d’une borne milliaire calcaire en forme de colonne apporte des informations plus probantes sur le rôle de l’Oronte dans les relations entre ville et campagne en Antiochène. Le monument sur lequel il est inscrit a été trouvé en 1965 à Küçük Dalyan Köyü, sur la rive gauche du fleuve, en amont de la ville moderne d’Antioche (fig. 5), dans le quartier de l’ancien hippodrome. Il est actuellement conservé au musée archéologique d’Antakya (fig. 6). Son inscription, rédigée en latin, concerne l’aménagement d’une conduite d’eau et de ponts. Denis van Berchem l’a publiée une première fois en 1983, puis il l’a reprise avec des corrections qui avaient été déjà reportées dans l’Année épigraphique 48. Voici sa lecture :

Imp(erator) / Vespasianus Caesar / Augustus pontif(ex) max(imus) / trib(unicia) pot(estate) VI imp(erator) XII p(ater) p(atriae) co(n)s(ul) VI / desig(natus) VII censor, / Imp(erator) Titus Caesar Augusti f(ilius) / pontif(ex) max(imus) trib(unicia) pot(estate) IV / [co(n)s(ul) II]II desig(natus) V censor / [[Domitianus]] Caesar / Augusti f(ilius) co(n)s(ul) III, / M(arco) Ulpio Traiano leg(ato) / Aug(usti) pro pr(aetore) Dipotamiae / fluminis ductum millia / passus tria cum pontibus / [pe]r milites legionum IIII / [III Gal]l(icae) IV Scyt(hicae) VI Ferr(atae) XVI Flaviae / [ite]m cohortium XX / [item ?] Antiochensium / [facien]da (?) curaverunt / m(ille) p(assus) I.

Figure 5.

Figure 5.

L’Oronte à Antioche

© J. Aliquot, 2009

Figure 6.

Figure 6.

Borne milliaire de la dérivation du fleuve de la Dipotamie

© J. Aliquot, 2009

  • 49 Sur l’usage du nom flumen (et de ποταμός) au sens de « canal artificiel », au lieu de fossa, voir F (...)
  • 50 Comme le montrent déjà les parallèles réunis par van Berchem 1983, p. 193 : Μεσοποταμία, région enc (...)
  • 51 Digeste 39, 3, 10 = Ulpien, 53, ad edictum (trad. Arnaud 2011, p. 335-336 n. 7) : Si flumen navigab (...)
  • 52 Digeste 43, 12, 2 = Pomponius, 34, ad Sabinum (trad. Arnaud 2011, p. 336 n. 7) : Quominus ex public (...)

13Selon van Berchem, le texte est daté du second trimestre de l’an 75 d’après la titulature des trois princes flaviens. La borne milliaire était placée au premier mille au nord de l’enceinte de Tibère, au bord d’une conduite forcée (ductus) longue de trois mille pas, soit environ 4,5 km, et liée à un cours d’eau, artificiel ou non (flumen 49), portant le nom d’une région, la Dipotamie (Dipotamiae flumen, plutôt que Dipotamia flumen, car Dipotamia ressemble plus à un nom de région qu’à un nom de cours d’eau 50). P. Arnaud, que je remercie vivement, a attiré mon attention sur deux extraits complémentaires du Digeste qui permettent de formuler quelques hypothèses sur le but de ces aménagements. Le premier est tiré d’un fragment de Labéon (époque augustéenne) transmis dans le commentaire d’Ulpien à l’Édit du préteur 51 : « Dans l’hypothèse où un fleuve est navigable, il ne convient pas que le préteur concède qu’une conduite de dérivation soit réalisée à partir de celui-ci, comme le dit Labéon, si celle-ci le rend moins navigable. Il en est de même si un autre fleuve est rendu navigable par ce fleuve. » Le second témoignage intéressant est celui du juriste Sextus Pomponius (milieu du iie siècle) 52 : « Rien ne s’oppose à ce que de l’eau soit dérivée d’un fleuve public (à moins d’une interdiction formelle de l’empereur ou du sénat), dans la mesure et dans la mesure seulement où cette eau n’est pas dévolue à un usage public : mais si soit le fleuve est navigable, soit son apport rend un autre fleuve navigable, il n’est pas permis de le faire. » La confrontation des sources juridiques et de l’inscription d’Antioche suggère que le cours d’eau de la Dipotamie n’était pas nécessairement destiné à être emprunté par des bateaux. En revanche, la dérivation qui lui était liée a très bien pu servir à la fois à irriguer des zones cultivées, à approvisionner la ville en eau et à réguler le cours de l’Oronte pour le rendre navigable en toute saison.

  • 53 Voir la photo de van Berchem 1985, p. 70, fig. 8.
  • 54 Van Berchem 1985, p. 68-69, fig. 7.
  • 55 Van Berchem 1985, p. 53-61.

14D’après le nom de la région qu’il traverse, le fleuve de la Dipotamie acheminait les eaux de deux rivières, sans doute celles de l’Oronte et de l’émissaire commun de deux torrents irréguliers, le Karasu et l’Afrin, dont les flots convergent dans la plaine d’Antioche au nord de la ville 53. Il est différent de celui qu’évoque Pausanias (5), qui pourrait bien avoir été construit ou reconstruit sous Vespasien, mais qui concerne le tronçon de trente kilomètres entre Antioche et la mer 54. Sa dérivation a été réalisée par des détachements de quatre légions et de vingt cohortes. Le légat Marcus Ulpius Traianus (73-78), qui a supervisé les travaux, n’est autre que le père du futur empereur Trajan, dont le rôle dans la Syrie de Vespasien est bien connu par ailleurs. À Séleucie, le même personnage ou son successeur immédiat Lucius Ceionius Commodus a pu faire creuser une impressionnante tranchée de dérivation afin de détourner les eaux d’un torrent qui dévalaient du mont Coryphée et qui menaçaient continuellement le port de la ville 55. Selon van Berchem, les aménagements hydrauliques en amont d’Antioche auraient appartenu à un vaste plan d’ensemble qui prévoyait la mise en place d’infrastructures militaires destinées à faciliter l’intervention de Rome face aux Parthes.

  • 56 French 1994, p. 43, n° 2, pl. 1-3, entre autres corrections de détail : l. 13, f̣ḷuminis ; l. 14, [(...)
  • 57 CIL 3, 199-201.
  • 58 Feissel 1985.

15La réfection des routes et la réalisation d’ouvrages d’art faisaient naturellement partie des missions assignées aux soldats de l’armée romaine. Il n’est pas certain, cependant, que les aménagements du fleuve de la Dipotamie s’inscrivent dans le cadre du projet stratégique prêté à Marcus Ulpius Traianus. Non seulement le cours d’eau n’était vraisemblablement pas navigable lui-même, comme on l’a vu plus haut, mais le caractère militaire de ses installations annexes est lui aussi douteux, car la lecture et l’interprétation que van Berchem propose pour la ligne 18 du milliaire sont discutables. En 1983, van Berchem pensait qu’une aile composée de citoyens d’Antioche de Pisidie ([al]ae (?) Antiochensium) avait été également mise à contribution. En 1985, après révision de la pierre au musée du Hatay, il estimait finalement qu’une milice municipale d’Antioche ([item ?] Antiochensium) avait pu s’acquitter de cette tâche aux côtés des troupes régulières de l’armée romaine. De son côté, David French a cru pouvoir lire [c]ịṿịṭ[a]ṭi Antiochensium 56. Aucune de ces propositions ne semble s’imposer au vu des photos publiées. Il faut plutôt restituer [impensis] Antiochensium (vel sim.) et comprendre que les Antiochéens eux-mêmes avaient pourvu en tout ou partie à la dépense. À titre de comparaison, on renverra aux inscriptions rupestres latines d’Abila de Lysanias (Souk Ouadi Barada), dans la haute vallée du Barada, en amont de Damas, où des travaux de voirie ont été là aussi réalisés par l’armée sous l’autorité d’un légat, mais inpendiis Abilenorum, c’est-à-dire aux frais des Abiléniens 57. À Antioche même, sous Vespasien, le canal des foulons avait été réalisé en 73 sur la rive droite de l’Oronte par la cité et à ses frais, bien que sous l’autorité du gouverneur pour l’organisation des corvées, comme le montrent deux inscriptions grecques publiées par Denis Feissel 58. Si la restitution proposée est bonne, les Antiochéens seraient les commanditaires de la dérivation du fleuve de la Dipotamie. Cette opération aurait participé à la mise en valeur, pour la cité et à ses frais, de la plaine d’Antioche, à la fois en canalisant les eaux impétueuses des affluents de l’Oronte, en permettant le drainage et l’irrigation de l’Amouk et en facilitant les communications régionales entre la ville et son terroir agricole, conformément à la situation que Libanios (6) décrit en détail trois siècles plus tard.

  • 59 Ainsi Chapot 1907, p. 154-155 : « Le Ῥωμαίων βασιλεύς de Pausanias n’est pas postérieur à Tibère, c (...)
  • 60 Ainsi que van Berchem 1985, p. 68, l’a reconnu.
  • 61 Meyer 2006, p. 123, avec les références au catalogue dans la note 610. Je remercie Eleonora Santin (...)
  • 62 Cumont 1926, p. 98 ; Dohrn 1960, p. 70-71 ; Balty 1981b, p. 842-843. Pour sa part, Meyer 2006, p. 1 (...)

16Les premiers travaux destinés à rendre l’Oronte navigable sont encore difficiles à dater. La plupart des auteurs les font remonter au début de l’Empire romain en se référant à Strabon (2) et à Pausanias (559. Il n’est pas impossible que le fleuve ait commencé à être aménagé par les Séleucides, quelle que soit la valeur du Papyrus de Gourob (*1) à cet égard. Le témoignage de Strabon (2) implique que le fleuve était navigable de son temps, c’est-à-dire au plus tard sous le règne de Tibère. Néanmoins, comme tout ce qui a trait à la Syrie du Nord dans la Géographie, il dépend peut-être de Poséidonios d’Apamée, le philosophe, historien et géographe de l’époque hellénistique (dont Strabon invoque l’autorité en 16, 2, 4 60). L’expression que Strabon emploie à propos de la remontée de l’Oronte (ὁ ἀνάπλους ἐκ τῆς θαλάττης) peut d’ailleurs concerner un canal qui aurait couru depuis la mer jusqu’à un port intérieur, de la même manière, par exemple, que chez Platon (Critias 115d, cf. 117e). Un autre argument plaide en faveur de la construction de ce canal sous les Séleucides. L’invention du type iconographique du jeune dieu-fleuve, émergeant en oblique à mi-buste et nageant les bras étendus aux pieds de la Tyché de la ville assise sur un rocher, pourrait être liée à la réalisation de travaux destinés à rendre l’Oronte navigable, au moins sur son cours inférieur, dès le début de l’époque hellénistique. Sur les répliques romaines en métal du célèbre prototype hellénistique de la Tyché d’Antioche, sur des monnaies émises par Antioche sous les Antonins et sur une série de gemmes, un élément rectangulaire, pourvu de rebords et ouvert à l’avant, est figuré à la hauteur de l’abdomen du dieu-fleuve 61. À la suite de Franz Cumont, on l’a interprété comme le bassin englobant la source d’où l’Oronte aurait jailli 62. Or, d’une part, l’objet ne ressemble pas vraiment à un bassin et, d’autre part, l’Oronte prend sa source loin de l’Antiochène, dans la Békaa libanaise. Il semblerait plus logique que le motif associé au dieu-fleuve à Antioche corresponde à un élément caractéristique de la topographie de l’Antiochène. On peut dès lors se demander s’il ne s’agit pas d’une section du canal dont l’apparition évoquerait les premiers aménagements importants du fleuve sur son cours inférieur.

17Peut-être déjà pratiquée par les Phéniciens d’Arados avant la conquête du Proche-Orient par Alexandre le Grand, la navigation fluviale sur l’Oronte paraît s’être développée à l’époque hellénistique et surtout à l’époque romaine et dans l’Antiquité tardive, principalement en Antiochène. C’est du moins ce que permettent de conclure les sources disponibles à ce jour. Les progrès d’une archéologie fluviale encore balbutiante viendront peut-être compléter le tableau. Pour l’heure, on insistera sur le rôle que jouait l’Oronte dans l’économie de la Syrie du Nord antique. Le profil du fleuve limitait les possibilités de parcourir de longues distances sans avoir recours à de fastidieuses ruptures de charge, ce qui invite à minimiser l’importance accordée au trafic fluvial dans le grand commerce et dans la circulation et le ravitaillement des armées hellénistiques et romaines. Le dossier ici réuni révèle que la géographie des territoires civiques correspondait en grande partie à la segmentation de l’Oronte en paliers. On comprend que les bateaux qui naviguaient sur le fleuve aient plutôt servi à assurer l’approvisionnement des grands marchés urbains, celui d’Antioche de façon certaine, ceux d’Apamée et d’Épiphanie de manière beaucoup plus hypothétique, à une échelle essentiellement régionale. On comprend aussi que l’aménagement du fleuve résultait d’une politique volontariste, certes probablement mise en œuvre par les souverains hellénistiques, puis poursuivie par les empereurs de Rome, mais encore adaptée aux besoins et aux capacités financières des cités antiques de la vallée de l’Oronte. L’affaiblissement de ces dernières, consécutif à la conquête musulmane du Proche-Orient, semble s’être manifesté par un abandon des infrastructures fluviales héritées de l’Antiquité et par un retour à des pratiques nautiques plus modestes, essentiellement liées à la pêche et à la traversée du fleuve, sauf peut-être autour du port Saint-Siméon, à l’époque où Antioche constituait le chef-lieu de la principauté latine d’Antioche (1098-1268). Les sources médiévales mériteraient toutefois d’être explorées de manière systématique afin de préciser les étapes de cette apparente décadence.

Textes de l’Antiquité

18L’astérisque qui précède certains numéros indique que l’apport du témoignage à notre connaissance des pratiques nautiques sur l’Oronte reste conjectural.

19*1. Papyrus de Gourob = P. Petrie, col. 3, l. 7-17, éd. Mahaffy & Smyly 1891-1905, II, n° 45, et III, n° 144, révisé par Holleaux 1942, p. 287-288. « Le lendemain (τῆι δὲ <ἑ>τέρ̣αι) […] embarquant sur les navires, sur lesquels nous fîmes monter […] tous les satrapes présents qui avaient fait la traversée avec nous, les stratèges et les autres officiers qui n’étaient pas de service aux postes de la ville et de l’acropole avec la garnison, en laissant… car ils étaient surprenants… après quoi nous arrivâmes à Antioche ([καὶ εἰς τὰς ναῦς ἐμβάντ]ες, ἐν αἷς ὑπεδεξάμε[θα - - - πάντ]ας τοὺς μεθ’ ἡμῶ̣[ν ἀγωνισαμένους αὐτ]όθεν σατράπας καὶ στ[ρατηγοὺς καὶ τοὺς ἄλλους] ἡγεμόνας ὅσοι οὐ̣κ̣ [ἦσα]ν τ[εταγμένοι ἐπὶ τῶν κατ]ὰ τὴν πόλιν καὶ τὴν [ἄκραν τόπων μετὰ τῆς φρου]ρᾶς, ἐάσαντες δὲ - - -, ἦ]σ̣αν γὰρ θαυμαστοί, [- - - καὶ] με[τὰ ταῦ]τα εἰς Ἀ̣ντιό̣χε̣ι̣α̣ν̣ [παρεγενόμεθα]). »

202. Strabon, 16, 2, 7, éd. Radt 2005, p. 312. Πρὸς δύσιν μὲν οὖν θάλαττα ὑπόκειται τῇ Ἀντιοχείᾳ κατὰ Σελεύκειαν, πρὸς ᾗ καὶ τὰς ἐκβολὰς ὁ Ὀρόντης ποιεῖται, διεχούσῃ τῶν μὲν ἐκβολῶν σταδίους τετταράκοντα, τῆς δ’ Ἀντιοχείας ἑκατὸν εἴκοσιν · ἀνάπλους δ’ ἐκ θαλάττης ἐστὶν εἰς τὴν Ἀντιόχειαν αὐθημερόν. « Vers l’ouest la mer s’étend en aval d’Antioche près de Séleucie, laquelle est proche de l’endroit où l’Oronte forme ses bouches et distante de quarante stades de ces bouches et de cent vingt stades d’Antioche. La remontée depuis la mer vers Antioche se fait en un jour. »

21*3. Strabon, 16, 2, 16, éd. Radt 2005, p. 324, cf. Rey-Coquais 1964, p. 308-310 ; 1965, p. 226 ; 1974, p. 74-76. « On remonte le Lycos et l’Oronte (?) pour transporter les marchandises, spécialement les Aradiens » (τὸν δὲ Λύκον καὶ τὸν <Ὀρόντην> (ms. Ἰορδάνην) ἀναπλέουσι φορτίοις, Ἀράδιοι δὲ μάλιστα).

224. Pomponius Méla, 1, 68-69, éd. et trad. (modifiée) Silberman 1988, p. 20. (68) Inde, iam non obliqua pelago sed adversa adiacens, Asia grandem sinum inflexo tractu litoris accipit. Populi dites circumsident ; situs effecit : quia regio fertilis, crebis et navigabilis alveis fluminum pervia, diversas opes maris atque terrarum, facili commercio, permutat ac miscet. (69) In eo prima est reliqua pars Syriae cui Antiochiae cognomen additur, et in ora eius urbes Seleucia, Hypatos, Berytos, Laodicea, Rhosos, amnesque qui inter eas eunt Lycos et Hypatos et Orontes ; tum mons Amanus et, ab eo statim, Myriandos et Cilices. « (68) À partir d’ici l’Asie, qui cesse de border obliquement la mer pour lui faire face, forme, du fait de l’inflexion du tracé de sa côte, un vaste golfe. Les peuples établis sur son pourtour sont riches ; c’est l’effet de leur situation géographique ; car ce pays fertile, traversé par le lit de nombreux fleuves navigables, est, grâce à la commodité des liaisons commerciales, un lieu où s’échangent et se mêlent les divers produits de la mer et de la terre. (69) On trouve là, pour commencer, le reste de la Syrie, à laquelle on donne le surnom d’Antioche et dont les villes côtières sont Séleucie, Hypatos (?), Bérytos, Laodicée, Rhosos, tandis que les fleuves qui les séparent sont le Lycos, l’Hypatos (?) et l’Oronte ; puis vient le mont Amanus et, juste après, Myriandos et les Ciliciens. »

235. Pausanias, 8, 29, 3-4, éd. et trad. Casevitz, Jost & Marcadé 1998, p. 87. « (3) Que les géants aient eu des serpents à la place des jambes, c’est une légende dont l’absurdité a été démontrée, entre bien d’autres façons, par le fait suivant : l’Oronte, fleuve de Syrie, loin de couler toujours en terrain plat tout au long de son cours jusqu’à la mer, est entraîné vers une falaise escarpée d’où il est précipité vers le bas ; or l’empereur des Romains voulut permettre aux bateaux de remonter depuis la mer jusqu’à la cité d’Antioche. Il fit donc creuser, laborieusement et à grands frais, un canal approprié à la remontée, et l’on y dériva le fleuve (Ὀρόντην τὸν Σύρων ποταμὸν οὐ τὰ πάντα ἐν ἰσοπέδῳ μέχρι θαλάσσης ῥέοντα, ἀλλὰ ἐπὶ κρημνόν τε ἀπορρῶγα καὶ ἐς κάταντες ἀπ’ αὐτοῦ φερόμενον, ἠθέλησεν ὁ Ῥωμαίων βασιλεὺς ἀναπλεῖσθαι ναυσὶν ἐκ θαλάσσης ἐς Ἀντιόχειαν πόλιν · ἔλυτρον οὖν σὺν πόνῳ τε καὶ δαπάνῃ χρημάτων ὀρυξάμενος ἐπιτήδειον ἐς τὸν ἀνάπλουν, ἐξέτρεψεν ἐς τοῦτο τὸν ποταμόν). (4) Quand l’ancien lit fut asséché (ἀναξηρανθέντος δὲ τοῦ ἀρχαίου ῥεύματος), on y trouva un sarcophage en terre cuite de plus de onze coudées, et le mort, s’il avait une taille correspondant au sarcophage, était de forme humaine d’un bout à l’autre de son corps. Ce mort, le dieu de Claros, quand les Syriens vinrent consulter son oracle, déclara que c’était Orontès et qu’il appartenait à la race des Indiens. »

246. Libanios, Antiochikos (Or. 11), 260-262, 265, éd. Foerster 1903, p. 529-532, trad. Festugière 1959, p. 35-36, et Norman 2000, p. 61-62, révisées. « (260) L’avantage, pour la cité, du fleuve et du lac n’est pas seulement qu’ils ornent les tables [l’auteur vient d’évoquer les produits de la mer et du lac d’Antioche], mais aussi qu’ils font entrer la cité en possession de tout ce que procure la terre en facilitant le fret sans limiter les transports des denrées à l’étroite capacité des bêtes de somme. S’étant partagé le territoire, l’un coulant à travers les terres qui n’ont pas le lac pour auxiliaire, l’autre s’épanchant dans les lieux que le fleuve n’assiste pas, ils vident les champs de leurs productions vers la ville par des flottes tant lacustres que fluviales. (261) Ils en acheminent la première partie séparément, puis le fleuve se présente seul au lieu des deux, recevant parmi ses propres charges la livraison qui a transité par le lac pour apporter les marchandises au milieu de la ville et les faire parvenir à chacun devant sa porte, de sorte qu’il est possible aux femmes et aux enfants de les débarquer. En effet, il s’est produit l’inverse de ce qui arrive en Thesprôtide [au sud-ouest de l’Épire]. Là-bas le fleuve [l’Achélôos] se jette dans le lac, ici-même le fleuve succède au lac. (262) Le plus important de tout, en effet, est que le cours d’eau, depuis la ville jusqu’à la mer, n’est pas rendu impraticable aux navires par les rochers, ce qui est bien souvent le cas du Nil, et que celui-ci n’est pas inutile pour nous, mais digne de la louange que Pindare adresse à l’Hipparis de Camarine [Olympiques 5, 13] : “son cours rapide vient assembler la haute forêt des solides maisons”, en fournissant aux bois venus de toutes parts le moyen d’être tirés par lui-même. [(263-264) Évocation du port d’Antioche et de Séleucie.] (265) Est-il donc vraiment étonnant si, puisque nous occupons pareille terre, que nous jouissons d’un tel port, que nous avons pour auxiliaire un lac et pour collaborateur le cours d’un fleuve, notre cité est dotée des équipements les plus proches d’une panégyrie ? »

257. Code Théodosien 10, 23, 1, éd. Mommsen 1905, p. 568 (= Code Justinien 11, 13, 1). Impp(eratores) Val(entini)anus et Valens AA(ugusti) Auxonio p(raefecto) p(raetori)o. Classem Seleucenam aliasque universas ad officium, quod magnitudini tuae obsequitur, volumus pertinere, ut classicorum numerus ex incensitis vel adcrescentibus compleatur et Seleucena ad auxilium purgandi Orontis aliasque necessitates Orientis comiti deputetur. Data indictione XII. « Les empereurs Valentinien et Valens, Augustes, à Auxonius, préfet du prétoire. Nous voulons que la flotte séleucienne et toutes les autres dépendent de l’office qui incombe à ton Excellence pour que l’effectif des marins soit complété des recrues qui ne sont pas recensées ou des réservistes et pour que la flotte séleucienne soit employée à curer l’Oronte et mise à la disposition du comte d’Orient pour ses autres besoins. Donné la douzième indiction. »

268. Jean Chrysostome, Sur l’aumône 1 et 6 (PG 51, col. 261 et 270). Parmi les hommes désœuvrés l’hiver (ἐν δὲ τῇ τοῦ χειμῶνος ὥρᾳ) et réduits à la mendicité sur l’agora d’Antioche se trouvent des matelots de navires de mer (οἱ τὴν θάλασσαν πλέοντες), dont on ne sait s’ils viennent de Séleucie ou d’ailleurs. À la fin de l’homélie, Antioche est présentée métaphoriquement comme le port commun (κοινὸν ἐμπόριον) des pauvres.

279. Malalas, 11, 4, éd. Thurn 2000, p. 206. « Et les navires de son armée l’ayant devancé depuis Séleucie, il (l’empereur Trajan) partit vers la sainte Daphné pour prier et sacrifier au sanctuaire d’Apollon » (καὶ τῶν δὲ πλοίων τοῦ στρατοῦ αὐτοῦ καταφθασάντων ἀπὸ Σελευκείας, ἀνῆλθον (ὁ δὲ βασιλεὺς Τραϊανὸς) ἐπὶ τὴν ἱερὰν Δάφνην εὔξασθαι καὶ θυσιάσαι εἰς τὸ ἱερὸν τοῦ Ἀπόλλωνος).

Sources médiévales : deux exemples

28Sauf omission, aucun texte n’atteste que la navigation sur l’Oronte ait été importante au Moyen Âge. Les extraits suivants sont donnés à titre d’exemple. On pourrait sans doute multiplier les citations de témoignages comparables.

2910. Foucher de Chartres, Histoire de Jérusalem 1, 15, 4, éd. Hagenmeyer 1913, p. 218. XIII fere milliariis, ut aestimo, distat mare ab Antiochia. Et quia Fernus fluvius inibi mare incidit, per eiusdem alveum fluvii usque prope Antiochiam naves de longinquis partibus bonis refertae omnibus deducuntur. Itaque tam per mare quam per terram munita bonis, abundat civitas divitiis multimodis. « Environ treize milles, selon mon estimation [l’auteur, compagnon de la première croisade, n’est pas passé par Antioche], séparent la mer d’Antioche. Et comme le fleuve Fernus [ou fleuve du Fer, autre nom de l’Oronte pour les croisés] se jette dans la mer à cet endroit, par le lit même de ce fleuve des vaisseaux chargés de marchandises les apportent toutes des régions lointaines jusqu’à proximité d’Antioche. Ainsi approvisionnée en biens tant par la mer que par la terre, la cité abonde en richesses variées. » Ce passage, qui semble concerner avant tout le port de Saint-Siméon, est repris et complété de manière plus ou moins fantaisiste dans une chronique anonyme qui se présente comme un abrégé de Foucher de Chartres, Gesta Francorum Iherusalem expugnatium 11, éd. RHC, Hist. occ. 3, p. 497 (Orontes fluvius hanc praeterfluens, milliario tertio decimo, cursu rapidissimo praecipitatur in mare. Nascitur enim in Oriente ultra montem Galaad, in Parthia, et prefluens Damascum, fluit in Syriam ; et decurrens ad occasum montis Libani, per terram Syon Antiochiam descendit. Per huius fluvii alveum, naves mercibus atque bonis omnibus refertae, de Africa et Europa, omnique Asia advenientes, urbem omni copia ditant, nec minus terrae cultibus atque fertilitate regionis illius opulentissimae abundant).

3011. Abū l-Fidāʾ, Kitāb taqwīm al-buldān, trad. Reinaud 1848, p. 50-51, cf. Gaudefroy-Demombynes 1923, p. 21-22. Description du lac d’Apamée, de sa faune, de sa flore et de la pêche pratiquée au moyen de barques voguant à travers les nénuphars, sous les Mamelouks (l’auteur est mort en 1321). « Quant au lac situé au nord [dans le ressort de la forteresse de Burzay], il est séparé du premier par des bosquets de roseaux. Il ne reste de libre qu’un canal par lequel on peut aller en bateau de l’un à l’autre. » Abū l-Fidāʾ, trad. Reinaud 1848, p. 61-62, contient une description détaillée de l’Oronte et de ses affluents. Il n’y est pas question de navigation, mais de l’exploitation du fleuve pour l’irrigation à l’aide de norias.

Haut de page

Notes

1 Weulersse 1940a.

2 Weulersse 1940a, p. 19.

3 Weulersse 1940a, p. 50.

4 Weulersse 1940a, p. 51-59 (irrigation, usage de la force motrice), 59-61 (pêche lacustre), 63-80 (barrages et usines hydro-électriques).

5 Chapot 1907, p. 154-155, 212 n. 2.

6 Chapot 1907, p. 154 n. 1.

7 Downey 1961, p. 89-90 n. 13 ; van Berchem 1983, p. 192-193 n. 40 ; 1985, p. 68.

8 Chapot 1907, p. 212 n. 2.

9 Seyrig 1939, p. 311 (= 1946, p. 42, avec addenda, p. vi) ; 1970, p. 298 (= 2013, p. 52).

10 Seyrig 1939, p. 311 n. 4 (= 1946, p. 42).

11 Seyrig 1946, p. vi.

12 Van Berchem 1985, p. 68, cf. p. 64 ; Rougé 1986, p. 40 ; Reddé 1986, p. 239, 578-579, 603-605. Courtois 1939, p. 230-234, identifiait la flotte séleucienne comme une flotte fluviale civile.

13 Seyrig 1970, p. 298 (= 2013, p. 52).

14 Kinneir 1818, p. 159-160. Des photos d’archives prises par les pères jésuites Henri Lammens et Gérard de Martimprey lors de l’été 1904 montrent un petit port de voiliers sur le cours inférieur de l’Oronte et une scène de halage d’un voilier à l’embouchure du fleuve. Voir Gatier 2010, p. 322-323, fig. 10-11.

15 Voir en dernier lieu Vorderstrasse 2004 et 2005, avec la bibliographie.

16 Jacquot 1931, p. 457.

17 Rougé 1986, p. 46, avec l’exemple du Nil : 500 m3 pour les plus gros navires, 1 à 2 m3 pour les plus petits et 56 m3 pour les plus nombreux. Sur les flottes fluviales, voir aussi Casson 1971, p. 331-335, et sur la question du tonnage des navires, la mise au point d’Arnaud 2005, p. 34-38.

18 Par exemple Lassus 1977, p. 85-87.

19 Seyrig 1939, p. 309-312, n° 10 (= 1946, p. 40-43), cf. Seyrig 1958, p. 12-13 n. 3.

20 IGLS 3/2, 1142, add., p. 686 : ☩ ἐπὶ τοῦ μεγαλοπρε(πεστάτου) (καὶ) ☩ ἐνδοξ(οτάτου) κόμ(ητος) τῶ(ν) θίων λαργιτιώνων καὶ τῆ<ς> Αἵω Ἐφρεμίου ἐγένοντο αἱ γέφυραι τῶν δύο Μελάντων (καὶ) τοῦ πέμπτ(ου) (scil. μιλίου ?), καὶ ἐλλάγησαν μέτραι ξδʹ καὶ ἡ τούτων οἰκοδομαὶ σὺν τοῖς κοιμοτόμοις μη(νὸς) Δίου ἰν<δ>(ικτιῶνος) γʹ τοῦ γοφʹ.

21 Mécérian 1962, p. 301-303 (citation extraite de la p. 301), cf. Mécérian 1964, p. 45.

22 Sur les ruines du pont visibles à cet endroit, voir aussi Lafontaine-Dosogne 1967, p. 44, fig. 25.

23 Rey-Coquais 1964, p. 308-310 ; 1965, p. 226-235 ; 1974, p. 13, 74-76 ; cf. 1992, p. 383.

24 Dussaud 1927, p. 432.

25 Pour la navigation sur l’Euphrate et ses affluents, voir van Berchem 1985, p. 71-75 ; Rougé 1986, p. 41-44 ; Tardieu 1990, p. 71-102 ; Feissel & Gascou 2000, p. 158-163, à propos de P. Euphr. 11, acte de vente d’un bateau, en particulier p. 162 ; Clancier 2006, p. 277, pour les périodes néo-assyrienne et néo-babylonienne.

26 Rey-Coquais 1974, p. 76.

27 Abel 1933, p. 478-479, en particulier p. 479 n. 2.

28 Maïla-Afeiche 2009.

29 Rougé 1986, p. 40-41.

30 Welles 1938, p. 486 = I. Gerasa 334, révisé par Mouterde 1939, p. 137 (Bull. ép. 1940, 190) : Ὠρόντης ἢ Ἄξιος ποτα[μός].

31 Rougé 1986, p. 39.

32 Froment 1930, p. 288-289. Voir Jacquot 1931, p. 457-458, 569-570, pour les bacs entre Antioche et Soueidiyé, puis entre Antioche et Jisr al-Choghour, avec les cartes, p. 472 et 578. Dans la Vie de saint Syméon Stylite le Jeune 237, 9-10 et 15, il est question du passage d’une rive à l’autre de l’Oronte, dans la région du Mont Admirable, au moyen d’une barque, τό τοξίκιον (cf. le commentaire de Van den Ven 1970, p. 238 n. 2, ad loc.). La scène est parfaitement illustrée par une photo des archives d’H. Lammens et G. de Martimprey prise en 1904 (Gatier 2010, p. 322, fig. 9).

33 Weulersse 1940a, p. 59-61. Pour les textes antiques, Élien, 12, 29, les sources médiévales et les études ethnologiques modernes, Gaulmier 1929, pour la pêche au silure dans le Ghab, avec cette remarque intéressante : « il n’y a pas dans le Ġāb de bateliers spécialisés, ce qui explique que le concessionnaire doive recourir à des marins de Rouad pour la manœuvre plus délicate des grandes barques » (p. 21) ; Jacquot 1931, p. 51-56, sur la chasse en caïque et la pêche dans le lac d’Antioche et sur l’Oronte ; Festugière 1959, p. 58.

34 Honigmann 1939, col. 1163 ; Feissel 1985, p. 85-86 ; Leblanc & Poccardi 2004, p. 240, 243, 245 ; Khoury 2005, p. 252.

35 Ainsi Downey 1961, p. 18, 52-53 ; van Berchem 1983 et 1985, p. 66-70 ; Rougé 1975, p. 181-182, et 1986, p. 40 et 47 ; Peña 1995, p. 349-350.

36 Voir la synthèse récente de Leblanc & Poccardi 2004.

37 IGLS 2, 665 : Ἔτους τετρακοσιοστοῦ, μηνὸς Πανήμου ζκʹ, Εὐτίχις Μαραωνος ναυπηγὸς ἔνθα ἐξεκόμισα Δο<μ>ετίλλαν τὴν γλυκυτάτην μου μητέρα. Eὐθύμι, μήτηρ · οὐδὶς ἀθάνατος.

38 Cf. Feissel 1982, p. 326 n. 52.

39 Rey-Coquais 1974, p. 74.

40 Peña 1995 ; Peña, Castellana & Fernández 1999, p. 179 et 214, fig. 43.

41 Khoury 2005, p. 247-252.

42 Khoury 2005, p. 247-250, fig. 56-61, 67, sous le nom de Banassara. L’objet d’où s’échappent des poissons me paraît être une nasse plutôt qu’un cratère.

43 Khoury 2005, p. 250, fig. 65.

44 Donceel-Voûte 1988, p. 262, qui publie une copie de la légende sur le plan de la pl. 12, ΡΙΑΤ-ΥΚΑ, sur la base de relevés effectués par G. Tchalenko en 1950, et qui interprète ce mot soit comme le nom de l’embarcation (*Ῥ<υ>ατ<ι>κά, hapax qu’il faudrait traduire par « La Salvatrice »), soit comme celui d’un armateur, d’un collège d’armateurs ou d’un propriétaire. Comme me le suggère Pierre-Louis Gatier, il est tentant de restituer [Ἀδ]ριατικά : ce nom, qui pourrait être celui du bateau lui-même ou des marchandises au neutre pluriel, serait ainsi évocateur des relations bien connues entre les Orientaux originaires de l’Antiochène et les ports de l’Adriatique, en particulier Concordia et Salone. Sur l’appartenance de Rayan à l’Antiochène, voir D. Feissel, Bull. ép. 1992, 628 et 633.

45 Donceel-Voûte 1988, p. 303, fig. 294 ; Khoury 2005, p. 249, fig. 64, sous le nom de Khirbet Cheikh Massoud.

46 Donceel-Voûte 1988, p. 304-305, fig. 295 et 297 ; Khoury 2005, p. 249, fig. 63, par erreur sous le nom d’al-Hawache.

47 Khoury 2005, p. 250, fig. 66, sous le nom de Tariq Saraqeb ; pour l’interprétation du mot τυρίον, voir P.-L. Gatier, Bull. ép. 2012, 459.

48 Van Berchem 1983 et 1985, p. 85-87 (AE 1983, 927).

49 Sur l’usage du nom flumen (et de ποταμός) au sens de « canal artificiel », au lieu de fossa, voir Feissel 1985, p. 85 et 87-88, qui propose de traduire l’expression Dipotamiae fluminis ductum par « canal du pays des deux rivières ». Il faut à mon avis mieux distinguer le ductus du flumen.

50 Comme le montrent déjà les parallèles réunis par van Berchem 1983, p. 193 : Μεσοποταμία, région encadrée par deux fleuves, Παραποταμία, région allongée sur la rive d’un fleuve, et διπόταμος πόλις, chez Euripide, Suppliantes 621, pour la ville de Thèbes, dont le site est délimité par deux ravins, Ismenos et Dircé. Ajouter τὸ Διπόταμον, domaine impérial de Phrygie, cf. Belke & Mersich 1990, p. 338-339, s.v. « Mesanakta » ; τετραπόταμος κρήνη, chez Théodore Stouditès, Ep. 406, 36. On notera également que la Dipotamie antiochéenne pourrait correspondre à la région « entre les deux fleuves », bayna al-nahrayn, où l’empereur byzantin Romain III Argyre a campé en juillet 1030 après être arrivé à Antioche, d’après l’historien arabe melkite Yaḥyā b. Saʿīd d’Antioche, Histoire 3, éd. et trad. Kratchkovsky, Micheau & Troupeau 1997, p. 494-495 [126-127], qui commentent, p. 494 [126] n. 58 : « C’est-à-dire entre le Nahr al-ʿĀṣī et le Nahr ʿAfrīn ».

51 Digeste 39, 3, 10 = Ulpien, 53, ad edictum (trad. Arnaud 2011, p. 335-336 n. 7) : Si flumen navigabile sit, non oportere praetorem concedere ductionem ex eo fieri Labeo ait, quae flumen minus navigabile efficiat. Idemque est et si per hoc aliud flumen fiat navigabile.

52 Digeste 43, 12, 2 = Pomponius, 34, ad Sabinum (trad. Arnaud 2011, p. 336 n. 7) : Quominus ex publico flumine ducatur aqua, nihil impedit (nisi imperator aut senatus vetet), si modo ea aqua in usu publico non erit : sed si aut navigabile est aut ex eo aliud navigabile fit, non permittitur id facere.

53 Voir la photo de van Berchem 1985, p. 70, fig. 8.

54 Van Berchem 1985, p. 68-69, fig. 7.

55 Van Berchem 1985, p. 53-61.

56 French 1994, p. 43, n° 2, pl. 1-3, entre autres corrections de détail : l. 13, f̣ḷuminis ; l. 14, [p]assus ; l. 15, p̣ẹṛ ṃilites ; l. 16, ỊỊỊ G̣ạḷ. ; l. 17, [- - -]I cohortium XX ; l. 19, [- - -]ẹṇḍạ curaverunt.

57 CIL 3, 199-201.

58 Feissel 1985.

59 Ainsi Chapot 1907, p. 154-155 : « Le Ῥωμαίων βασιλεύς de Pausanias n’est pas postérieur à Tibère, comme on le voit par Strabon, qui écrivait sous son règne. » P. 155 n. 1 : « C’est cet empereur [Tibère] qui changea en Oronte l’ancien nom du fleuve (Δράκων), et peut-être ce travail s’accomplit-il durant le séjour de Germanicus en Syrie. » Le commentaire de M. Jost et J. Marcadé dans l’édition de Pausanias (Casevitz, Jost & Marcadé 1998, p. 228) reprend la même hypothèse sans citer Chapot : « L’anecdote rapportée par le Périégète pour dénoncer cette conception [des géants comme des anguipèdes] fait allusion à la découverte dans le lit de l’Oronte, à l’époque de Tibère, d’un sarcophage gigantesque dont le mort avait forme humaine (cf. Philostrate, Heroica, II, 4, sur le géant Aryadès trouvé dans l’Oronte) ; il invoque aussi le jugement de l’oracle de Claros dont on sait l’importance à cette époque. » Van Berchem 1983, p. 192, quant à lui, a pensé à Vespasien : « La formule anonyme dont il [Pausanias] use ici (ὁ Ῥωμαίων βασιλεύς) s’applique dans d’autres passages à Auguste [5, 23, 3 ; 10, 38, 4] et, une fois au moins, à Vespasien [8, 16, 5]. À la lumière de notre inscription, ne convient-il pas d’attribuer à Vespasien le canal de l’Oronte décrit par Pausanias ? […] Il se pourrait que Vespasien, s’il s’agit bien de lui, ait voulu ouvrir l’Oronte à des navires aptes à ravitailler en vivres et en matériel les forces romaines stationnées en Syrie. » Voir aussi, dans le même sens, van Berchem 1985, p. 68. Jones 2000 a opté plus récemment pour Lucius Vérus.

60 Ainsi que van Berchem 1985, p. 68, l’a reconnu.

61 Meyer 2006, p. 123, avec les références au catalogue dans la note 610. Je remercie Eleonora Santin (UMR 5189 HiSoMA, Lyon) d’avoir attiré mon attention sur les représentations de la Tyché d’Antioche.

62 Cumont 1926, p. 98 ; Dohrn 1960, p. 70-71 ; Balty 1981b, p. 842-843. Pour sa part, Meyer 2006, p. 123-133, rejette l’identification de l’objet qui figure devant l’abdomen du dieu-fleuve à un élément de bassin, rappelle que cet objet devait réellement déverser de l’eau à l’origine et développe l’hypothèse que le groupe statuaire originel de la Tyché d’Antioche et du dieu-fleuve était installé dans un sanctuaire de source sur un bras secondaire de l’Oronte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Le bassin de l’Oronte et les cités de la Syrie du Nord romaine
Crédits © J. Aliquot, M. Sauvage, 2013
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 2.
Légende La baie de Séleucie, l’embouchure de l’Oronte et le Casius
Crédits © J. Aliquot, 2009
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 3.
Légende Fac-similé de l’épitaphe grecque de Derkouch IGLS 2, 665 (d’après Jalabert & Mouterde 1939, p. 361)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Figure 4.
Légende Navire sur une mosaïque protobyzantine de Sawran conservée au musée d’Apamée
Crédits © O. Callot, 2005
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5081/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 5.
Légende L’Oronte à Antioche
Crédits © J. Aliquot, 2009
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5081/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 6.
Légende Borne milliaire de la dérivation du fleuve de la Dipotamie
Crédits © J. Aliquot, 2009
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5081/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Aliquot, « Des bateaux sur l’Oronte », Syria, IV | 2016, 215-228.

Référence électronique

Julien Aliquot, « Des bateaux sur l’Oronte », Syria [En ligne], IV | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 30 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/5081 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.5081

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals