Navigation – Plan du site

AccueilSuppléments à SyriaIVLe moyen Oronte au fil du temps :...Hagiographie et géographieville e...

Le moyen Oronte au fil du temps : textes, objets, images

Hagiographie et géographie
ville et paysage d’Apamée aux époques romaine et byzantine

Janine Balty
p. 241-248

Résumés

Le récit hagiographique relatif à saint Maurice d’Apamée comporte une série d’éléments descriptifs, sur la ville elle-même et sur le paysage environnant, qui font de cette Passion (version de Syméon Métaphraste, xe s.) un véritable document historique. Le quartier de la Porte Nord est décrit tel que la fouille récente l’a révélé. L’allusion aux marécages des alentours, situés « entre les deux fleuves et le lac », rejoint la description du site par Strabon (XVI.2.10). Outre les marais, tous les témoignages des géographes antiques mentionnent aussi pâturages et cultures, attestant une valorisation de la vallée bien antérieure à l’époque sévérienne, contrairement à une hypothèse formulée récemment.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Van Berchem 1956, p. 24.
  • 2 Van Berchem 1956, p. 25.
  • 3 Syméon Métaphraste, Vitae Sanctorum [Patr. Gr., CXV], col. 355-375 (cf. Delehaye 1935, p. 230-231  (...)

1Un récit hagiographique est, par définition, d’une grande banalité. Denis van Berchem en a clairement défini, dès 1956, les caractères essentiels 1, que je rappelle brièvement ici : le moment et le lieu précis de l’action s’estompent au profit de schémas conventionnels ; les individus s’effacent derrière des types abstraits — ainsi, par exemple, le martyr est un héros sûr de lui, insensible aux épreuves, tandis que le persécuteur, empereur ou magistrat, est toujours une brute impitoyable, acharnée à la destruction de la religion nouvelle — ; enfin, les supplices sont stéréotypés et rivalisent d’atrocité. La seule manière de tirer quelque information historique d’un tel tissu discursif est de traquer, au-delà des clichés hagiographiques, ce que D. van Berchem appelait « les éléments irréductibles » de la légende 2. Or, par chance, la Passion de saint Maurice d’Apamée — dont le texte original est perdu mais qui est néanmoins connue grâce à la version reprise au xe s. par Syméon Métaphraste 3 dans ses Vitae Sanctorum — se prête sans difficulté à l’exercice. Les « éléments irréductibles » s’y décèlent en effet aisément, bien ancrés qu’ils sont dans la réalité d’un lieu, Apamée-sur-l’Oronte, et d’une époque, celle de la Grande Persécution, sous la Tétrarchie. Il est donc légitime de considérer ici le récit hagiographique comme un document historique.

2Les informations fournies se répartissent sur deux plans complémentaires : la ville d’abord, et son paysage proche ensuite. Nous examinerons successivement ces deux points, en insistant davantage sur le paysage puisque tel est le thème de notre colloque.

La ville

  • 4 Sur cette division, Balty J. 1980, p. 465-481 ; Pietri 1991, p. 609-628 ; Zuckerman 1998, p. 137-14 (...)
  • 5 Syméon Métaphraste, II, col. 357.

3La ville où se déroulent les faits est incontestablement Apamée-sur-l’Oronte car, pour qu’aucune confusion ne soit possible entre les différentes villes qui portaient ce nom, l’auteur a pris la peine de préciser « métropole de Syrie Seconde ». Cette mention fournit une date à la fin du ive ou dans le premier quart du ve s. n. è., moment où la province de Syrie a été divisée en Syria Prima (capitale : Antioche) et Syria Secunda (capitale : Apamée) 4. Cette date doit être celle de la fixation de la légende ; la date du martyre de Maurice est évidemment antérieure : elle est donnée dans le texte par le nom de l’empereur Maximien 5. Trois empereurs se sont appelés Maximianos : Maximien Hercule, qui a régné en Occident et paraît donc exclu, Galère et Maximin Daia, qui sont deux candidats possibles. Mais il n’est pas nécessaire de trancher entre eux, puisqu’ils étaient contemporains et impliqués l’un et l’autre dans la Grande Persécution en Orient, au cours de la première décennie du ive s. Le lieu et l’époque sont ainsi fixés.

  • 6 Syméon Métaphraste, III, col. 358.
  • 7 Balty 1994b, p. 77-101.

4Il y a plus : un quartier de la ville est même décrit, celui où se déroule l’interrogatoire des accusés, « au milieu de la Porte Nord de la métropole d’Apamée, dans le quartier qu’on appelle quartier des chars » 6. Aucune donnée archéologique ne permet actuellement d’éclairer cette dénomination : s’agissait-il du quartier artisanal où se fabriquaient les chars ou d’une zone proche de l’hippodrome, où l’on assistait aux courses de chars ? On ne peut le savoir. Mais ce qui en revanche s’explique, c’est l’expression à première vue étonnante qui caractérise l’endroit : « au milieu de la Porte Nord » (fig. 1). Le narrateur — qui, de toute évidence, connaissait les lieux — décrit ici l’aire rectangulaire, assez vaste, comprise entre les différentes constructions constituant la « Porte Nord » dans son état tardif remanié : la porte proprement dite, ouverte dans le rempart (fig. 2) ; l’arc de triomphe du iie s., placé en avant de la porte (aujourd’hui effondré, mais toujours très présent dans le paysage) ; les longs murs, édifiés postérieurement, qui réunissent porte et arc en une sorte de bastion. Ce sont les dégagements opérés dans cette zone qui ont permis de mieux comprendre la description de l’hagiographe 7. L’empereur, cherchant un endroit pour offrir au peuple un spectacle édifiant, aurait fait dresser là un tribunal, au centre de la Porte Nord.

Figure 1.

Figure 1.

Porte Nord : plan du bastion rectangulaire

© H. Lacoste, P. Mignot (mise à jour), 1966, Centre belge de recherches archéologiques à Apamée de Syrie, Bruxelles

Figure 2.

Figure 2.

Porte Nord : rempart, ouverture de la porte et Grande Colonnade

© J.-C. Balty

Le paysage

  • 8 Syméon Métaphraste, XII, col. 368.
  • 9 General Report 1953.
  • 10 Strabon, XVI, 2, 10 (éd. A. Meineke III, 1925 [anast.], p. 1048-1049).

5Plus tard, vu l’inefficacité des supplices traditionnels, Maximien fait appel à l’imagination des bouleutes apaméens pour inventer une torture inédite. Or, c’est là l’occasion pour l’historien de récolter à nouveau d’intéressantes informations, relatives cette fois au paysage. On apprend ainsi qu’il existait, un peu en dehors de la ville, vers le couchant, un endroit appelé par les gens du pays « le bûcher », un lieu marécageux, infesté d’insectes, situé « entre les deux fleuves et le lac » 8. Cette dernière mention retient tout particulièrement l’attention. Ce n’est évidemment pas à la lumière de la géographie actuelle qu’on tentera de comprendre l’indication ; depuis les travaux d’assainissement du Ghāb, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, le paysage a en effet totalement changé 9. La meilleure source concernant l’aspect géographique d’Apamée aux époques hellénistique, romaine et byzantine reste la description de Strabon fondée, comme tout le livre relatif à la Syrie, sur les travaux de Posidonius d’Apamée (première moitié du ier s. av. n. è.) 10. Voici la traduction que j’en propose :

« Apamée comporte à la fois une ville dans l’ensemble bien défendue — il s’agit en effet, dans une plaine creuse, d’un plateau dont le rebord (la crête) était fortifié de beaux remparts, [plateau] transformé en presqu’île par l’Oronte et par un grand lac qui en baigne le pourtour —, et [elle comporte] de larges marais et pâturages dispersés au loin, démesurément vastes, où paissent des bœufs et des chevaux ; la ville, on le voit, bénéficie d’une position sûre (c’est évidemment en raison même de cette situation qu’elle fut appelée Chersonèsos) ; elle jouit d’un immense territoire fertile qu’arrose l’Oronte ; beaucoup de localités de la région dépendent d’elle ».

  • 11 Balty J. 2003, p. 215-217.
  • 12 Baladié 1980, p. 124.
  • 13 MacAdam 1986, p. 48 n. 3.
  • 14 Bowersock 2003, p. 342-343, citant Strabon p. 751c.
  • 15 Ces vestiges ont été dégagés par Nadim Khoury, cf. la contribution de J.-C. Balty, dans ce volume.

6Cette description, pourtant si bien structurée, n’a pas toujours été correctement comprise dans son rapport avec le terrain. Quand Strabon dit polis, la ville, la plupart des commentateurs comprennent akropolis, l’acropole, ce qui — si l’on regarde attentivement les lieux (fig. 3) — apparaît comme un contresens. J’avais déjà insisté sur ce point lors du colloque sur la Syrie hellénistique 11 et je voudrais y revenir brièvement aujourd’hui. Strabon fait allusion ici à la ville dans son ensemble et non pas seulement à la citadelle. Le mot-clé de la description est lophos, qui ne désigne pas un relief très haut, limité dans l’espace et arrondi, comme une colline ou une acropole, mais un relief de faible élévation, plutôt allongé 12 et doté d’un rebord saillant. Glen Bowersock a, lui aussi, précisé le sens exact de ce mot chez Strabon, à propos du plateau du Leja en Syrie méridionale : pour traduire lophoi, il refuse en effet d’utiliser « mountains » comme Henry MacAdam 13 et propose plutôt « flat plateaux », en se fondant sur une définition de Strabon lui-même qui explique que le site dénommé Trapezôn est un lophos, appelé ainsi en raison de sa ressemblance avec une trapeza (table) ; un lophos a donc une forme de table 14. Le mot convient tout particulièrement aussi à la description du plateau apaméen dont le rebord (la crête), visible au-dessus de la plaine, était en outre fortifié d’un beau rempart. Défense supplémentaire : ce plateau était transformé en presqu’île par l’Oronte et par un grand lac. Voilà pour le côté ouest de la presqu’île ; mais le texte de Strabon ne donne aucune précision quant au côté sud. Or, c’est sur ce point que l’indication fournie par l’hagiographe prend tout son sens : « entre les deux fleuves qui la bordent et le lac ». Ce second fleuve — mentionné seulement ici — ne peut être, de toute évidence, que le nahr ej-Jaafar, né à l’est de la ville et dont le rempart d’Apamée surplombe, au sud, la profonde vallée (fig. 4). Cours d’eau dérisoire aujourd’hui, il devait être sensiblement plus abondant dans l’Antiquité, si l’on en juge par les vestiges d’un pont découverts sur ses berges, à l’occasion des travaux de construction d’un premier barrage, en 1991 15. Ainsi protégée sur ses flancs sud et ouest par des rivières aux berges marécageuses que prolongeait un grand lac, la ville d’Apamée, sur son plateau au rebord bien marqué (lophos), pouvait apparaître vue de la plaine comme une presqu’île, telle que la décrit Strabon. Pourquoi tant de chercheurs ont-ils privilégié le site de l’acropole dans leur interprétation du texte ? C’est que, sans doute, dans le paysage actuel, le rebord extérieur du plateau, privé du couronnement du rempart, peut échapper à l’attention, tandis que la citadelle antique, devenue une forteresse médiévale, est toujours pourvue de son enceinte et s’impose à la vue de toutes parts — ce qui a entretenu la confusion entre polis et akropolis.

Figure 3.

Figure 3.

Plateau d’Apamée et acropole, vus de la plaine du Ghāb

© J.-C. Balty

Figure 4.

Figure 4.

Nahr ej-Jaafar (fond de carte P. Mignot, retouché par J.-C. Balty pour le tracé du rempart aux abords de la citadelle, d’après Verhoogen 1964, pl. II)

  • 16 Oppien, Cynegetica, II, v. 125-127 (Loeb Classical Library, 1963).

7Bien sûr, manquent aussi aujourd’hui, aux abords de la ville, l’Oronte et le lac. Pour l’Oronte, la description de Strabon ainsi que celle de l’hagiographe montrent le fleuve coulant au pied du rempart ; c’est également la vision qu’en donne Oppien, natif d’Apamée, sous Septime Sévère, dans son poème aux accents épiques : « se jetant dans la plaine et gonflant sans cesse, il creusait son lit au pied du rempart, baignant de ses flots ce qui est à la fois île et terre ferme (cherson homou kai nêson), ma ville » 16. Quant au lac, il a disparu depuis une quinzaine d’années mais nous en avons connu, pendant un certain temps, une modeste survivance (fig. 5) — rien toutefois qui puisse répondre à la qualification de « grand lac » donnée par Strabon.

Figure 5.

Figure 5.

Lac et moulin ottoman d’Apamée

© J.-C. Balty

  • 17 Dussaud 1927, p. 196-197.
  • 18 Weulersse 1940a, p. 72.

8Derniers éléments fournis par le récit de l’hagiographe : les marais autour d’une source pérenne, un coin bourbeux où les malheureux condamnés, nus et enduits de miel, subissent leur martyre pendant dix jours au soleil, exposés aux piqûres des insectes. Ces marais évoquent, à vrai dire, le paysage décrit par R. Dussaud en 1927, là où les paysans du Ghāb affrontent « les taons énormes à tête d’émeraude » (les chalkomuiôn « mouches d’airain » du texte hagiographique) et les nuées de moustiques, qui les empêchent d’y vivre 17. Car tel était le Ghāb à l’époque où René Dussaud et Jacques Weulersse l’étudiaient (fig. 6) : « une fosse à paludisme quasi déserte comptant seulement quelques villages habités par l’une des populations les plus misérables de la Syrie » 18. Ces conditions tout à fait défavorables étaient la conséquence naturelle de la géographie du Ghāb, large dépression entre deux massifs montagneux : trop alimenté par des sources surgissant dans son propre lit et par d’abondantes pluies hivernales, l’Oronte se répandait dans toute la plaine, qui ne se vidait jamais complètement vu l’absence absolue de pente et le resserrement du cours du fleuve en aval, au seuil basaltique de Karkor.

Figure 6.

Figure 6.

Ville d’Apamée et plaine marécageuse du Ghāb (carte IGN/FFL, 1943)

  • 19 Dussaud 1927, p. 196-197 ; Weulersse 1940a, p. 7.
  • 20 Denys le Périégète, Periegesis, v. 918-922 (K. Müller, Geographi graeci minores, II [Paris, repr. H (...)
  • 21 Priscien, Periegesis, v. 859-863 (Geogr. gr. min., p. 197) : « Au milieu des terres se dressent les (...)
  • 22 Avien, Descriptio orbis terrae, v. 1091-1096 : « Ici tout près, l’Oronte glauque fend la terre, et (...)
  • 23 Oppien, Cygenetica, II. v. 100-127, 145-155 (Loeb Classical Library, 1963).
  • 24 Oppien, Cygenetica, II., v. 150-151.
  • 25 Bernard 1995, p. 353-408.
  • 26 Vannesse 2011a, p. 285-300.

9Les Anciens semblent avoir remédié à ces inconvénients — en tout cas, partiellement — puisque de nombreux témoignages vantent la fertilité de la vallée 19. Leur nombre ne doit toutefois pas faire illusion car plusieurs d’entre eux se recopient, en perpétuant d’ailleurs une même erreur, qui fait couler l’Oronte à l’est d’Apamée. L’allusion la plus fréquente, qui était déjà présente dans le texte de Strabon, se rapporte de manière globale à la fertilité du territoire et à sa richesse en pâturages où paissent bœufs et chevaux. À partir de Denys le Périégète (époque d’Hadrien), s’ajoute une précision relative à l’abondance des arbres fruitiers 20 ; Priscien, dans la même lignée mais en latin et au vie s., mentionne aussi la vigne 21. Avien, au ive s., citait (également en latin) les pâturages et les troupeaux, tout en convoquant aussi Pomone (encore les arbres fruitiers) et la féconde Cérès, « couvrant d’or tout l’espace de la plaine » (mise en évidence ici de la culture du blé) 22. Il y avait eu déjà, dans cette même veine poétique, l’Apaméen Oppien 23 qui, parti de l’éloge des taureaux syriens — familiers des campagnes autour de la haute Pella aux belles murailles —, rappelait ensuite l’amoureux Oronte attardé au bord du lac, auprès de la nymphe Méliboia, dans la plaine inondée avant que n’intervienne en sauveur Héraclès, brisant de sa massue le verrou rocheux (le seuil basaltique de Karkor) qui empêchait le fleuve de s’écouler vers la mer ; et partout, dit le poète, « les champs se couvrent d’une chevelure d’épis, et partout, les travaux des bœufs font éclore des jardins luxuriants… » 24. Je ne m’attarderai pas ici sur le beau commentaire de géographie mythologique de Paul Bernard, qui met si bien en lumière la parenté de la Pella/Apamée syrienne avec la Pella de Macédoine 25. Mais à l’occasion de ce rappel d’Oppien, du problème des cultures dans le Ghāb et des éventuels travaux hydrauliques que les Anciens y auraient opérés, je voudrais, en revanche, revenir sur l’article de Michaël Vannesse, récemment paru dans la revue Syria 26.

  • 27 Oppien, Cygenetica, II, v. 154.
  • 28 Bernard 1995, p. 363.
  • 29 CIL III, 6687.
  • 30 Vannesse 2011a, p. 290.
  • 31 Balty J.-C. 2000, p. 468-481.
  • 32 Dussaud 1927, p. 197-198.
  • 33 Weulersse 1940a, p. 73-75.
  • 34 Weulersse 1940a, p. 75.
  • 35 Suétone, Claud., 20, 1 et 3-4 ; Tacite, Ann., XII, 56-57 ; Dion Cassius, LX, 11, 5 ; Pline, Nat. hi (...)
  • 36 Suétone, Nero, 19, 3 ; Dion Cassius, LXII, 16, 1-2.
  • 37 IGLS 1131-1140. Cf. Van Berchem 1985, p. 53-61 et 85-87 (app. 4).

10Frappé par la première mention du blé (stachuêkomeousi) en rapport avec la fertilité du Ghāb 27, l’auteur voit dans le texte d’Oppien — en particulier dans l’épisode héracléen de la brèche — une preuve de ce que les travaux d’assainissement de la vallée dateraient de l’époque du poète, sous les Sévères. C’est oublier que la fable racontée par Oppien, avec toutes les redondances de la langue épique, remontait aux temps lointains de la colonisation macédonienne et que, si Paul Bernard a écrit qu’il était « tentant de reconnaître derrière le mythe une allusion voilée à des travaux d’aménagement hydraulique » 28, il a eu la prudence de se cantonner dans le passé mythique et de ne pas se prononcer sur une chronologie historique. L’hypothèse de dater les travaux des ingénieurs romains à l’époque sévérienne repose uniquement, nous insistons, sur l’emploi d’un vocabulaire poétique traduisant l’apparition de céréales dans la plaine du Ghāb (stachuêkomeousi chez Oppien devenant chez Avien Ceres flavescit) ; mais, même mieux étayée, cette hypothèse ne manquerait pas de soulever d’importants problèmes de cohérence historique. Comment s’expliquerait, en effet, le développement brillant d’Apamée — dont la ciuitas affiche 117 000 hommes libres au recensement de Quirinus, en 6/7 n. è., à l’époque augustéenne 29 — si la cité se situait alors, comme le voudrait l’auteur 30, en bordure d’un immense marécage ? Et comment concilier avec cette situation supposée ce que l’on sait par ailleurs des travaux de mise en valeur de la ville et du territoire (aqueducs et routes) entrepris par Claude à Claudia Apamea, après le séisme de 46/47 31 ? Même si aucun dispositif clair n’a été retrouvé sur le terrain jusqu’ici, diverses traces suggestives sont mentionnées tant par R. Dussaud 32 que par J. Weulersse 33, qui attestent les tentatives faites par les Anciens pour faciliter l’écoulement des eaux de la plaine par le moyen de canaux de dérivation — sans que l’on puisse, il est vrai, les dater mais dont la nécessité a dû s’imposer très tôt, bien avant l’époque des Sévères en tout cas. J. Weulersse relève notamment qu’au sortir des marais, au nord, le cours de l’Oronte, parfaitement rectiligne, « est un canal creusé de main d’homme sur près de 1 200 m de longueur » (fig. 7). Il précise effectivement qu’on n’a pu jusqu’à présent le dater 34 ; mais il est clair que l’ouvrage appartenait à une catégorie de travaux devant lesquels les Romains ne reculaient pas et dont on connaît des exemples dès le milieu du ier s. n. è. : citons, sous Claude, l’essai d’assèchement du Lac Fucin, en Italie centrale, au moyen d’un émissaire de plus de 5 km traversant la roche 35 ; ou le projet (finalement abandonné) de Néron d’ouvrir le canal de Corinthe 36 ; ou encore — géographiquement plus proche d’Apamée — le creusement d’une longue « traverse » dans le port de Séleucie de Piérie, sous le règne de Vespasien 37. Ainsi, le problème de la configuration géographique du Ghāb et des solutions à y apporter a dû être traité rapidement, que ce soit à l’époque hellénistique ou plutôt à l’époque romaine, dans un cadre nécessairement très large (population, commerce, routes, aqueducs…), compte tenu de son impact sur le développement global de la région. C’est pourquoi l’hypothèse sévérienne de M. Vannesse, seulement fondée sur l’analyse d’un texte poétique — relatif de surcroît à un « mythe » —, ne peut à mon sens être retenue.

Figure 7.

Figure 7.

Canal de Karkor (d’après Weulersse 1940, fig. 33 p. 74)

  • 38 Dussaud 1927, p. 197-198.

11Au total, quels qu’aient été les moyens mis en œuvre par les Anciens, nous admettrons donc, avec R. Dussaud et J. Weulersse, que ces moyens ont dû exister très tôt car ils contribuaient à maintenir un équilibre, peut-être instable mais suffisant, entre marécages et cultures (ou pâturages). Si Oppien ne cite plus les marécages, ce n’est pas parce qu’ils avaient disparu, mais c’est que seuls les labours et les cultures intéressaient son propos. Et, de même, si notre hagiographe de la Passion de Maurice fait référence, un siècle plus tard, uniquement aux marécages, sans la moindre allusion aux champs cultivés, c’est que, dans le contexte de recherche d’un supplice original, seuls lui importaient le « bûcher » en lieu humide et sa multitude d’insectes. Depuis Posidonius d’Apamée et Strabon (et sans aucun doute auparavant aussi), ces deux aspects du paysage coexistaient et l’effort des hommes tendait à accroître l’un aux dépens de l’autre. Est-ce un hasard si, vers le moment où se confirme le déclin d’Apamée en tant que ville, aux viie/viiie s., et où le système d’assainissement du Ghāb cesse certainement d’être entretenu, les témoignages des chroniqueurs arabes concordent à décrire non plus des marécages — ni a fortiori des cultures — mais deux grands lacs ? L’un, en face d’Apamée, était déjà présent dans les descriptions de Strabon, d’Oppien et de notre hagiographe, on l’a vu ; l’autre, plus au nord, quatre fois plus grand, séparait désormais la citadelle médiévale de Famiyé (l’actuel village de Qalaat el-Mudiq) et la forteresse de Qalaat Bourzey, sur les premiers contreforts du Djebel Ansarieh 38. Mais c’est là un autre chapitre de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Van Berchem 1956, p. 24.

2 Van Berchem 1956, p. 25.

3 Syméon Métaphraste, Vitae Sanctorum [Patr. Gr., CXV], col. 355-375 (cf. Delehaye 1935, p. 230-231 ; Balty J. 2013).

4 Sur cette division, Balty J. 1980, p. 465-481 ; Pietri 1991, p. 609-628 ; Zuckerman 1998, p. 137-147 ; Gatier 2001, p. 93-96.

5 Syméon Métaphraste, II, col. 357.

6 Syméon Métaphraste, III, col. 358.

7 Balty 1994b, p. 77-101.

8 Syméon Métaphraste, XII, col. 368.

9 General Report 1953.

10 Strabon, XVI, 2, 10 (éd. A. Meineke III, 1925 [anast.], p. 1048-1049).

11 Balty J. 2003, p. 215-217.

12 Baladié 1980, p. 124.

13 MacAdam 1986, p. 48 n. 3.

14 Bowersock 2003, p. 342-343, citant Strabon p. 751c.

15 Ces vestiges ont été dégagés par Nadim Khoury, cf. la contribution de J.-C. Balty, dans ce volume.

16 Oppien, Cynegetica, II, v. 125-127 (Loeb Classical Library, 1963).

17 Dussaud 1927, p. 196-197.

18 Weulersse 1940a, p. 72.

19 Dussaud 1927, p. 196-197 ; Weulersse 1940a, p. 7.

20 Denys le Périégète, Periegesis, v. 918-922 (K. Müller, Geographi graeci minores, II [Paris, repr. Hildesheim, 1965], p. 161 : « Toute la région est fertile et riche en pâturages, nourricière de troupeaux et productrice d’arbres fruitiers » ; Paraphrasis anonymi (Geogr. gr. min., p. 421) : « La région des trois Syries est tout entière fertile et riche en pâturages, aussi propre à l’élevage des troupeaux qu’à la culture des arbres fruitiers » ; Nicéphore, Geographia synoptikè (Geogr. gr. min., p. 466) : « Toute la région des trois Syries est fertile et riche en pâturages ».

21 Priscien, Periegesis, v. 859-863 (Geogr. gr. min., p. 197) : « Au milieu des terres se dressent les murailles de l’illustre Apamée ; à l’[ou]est de celle-ci coule l’Oronte qui, de son cours torrentueux, partage en son milieu le royaume d’Antiochos. Toute cette région, regorgeant d’une grasse fertilité, est aussi propice aux arbres qu’aux troupeaux et à la vigne ».

22 Avien, Descriptio orbis terrae, v. 1091-1096 : « Ici tout près, l’Oronte glauque fend la terre, et coulant à l’aventure, se glisse bientôt dans la ville d’Antiochos, lissant de ses ondes les arpents de glèbe apaméenne. Ici s’étalent des prairies fertiles et des campagnes amies des troupeaux, Pomone avec bienveillance se ranime dans les vergers clos et la féconde Cérès couvre d’or tout l’espace de la plaine ».

23 Oppien, Cygenetica, II. v. 100-127, 145-155 (Loeb Classical Library, 1963).

24 Oppien, Cygenetica, II., v. 150-151.

25 Bernard 1995, p. 353-408.

26 Vannesse 2011a, p. 285-300.

27 Oppien, Cygenetica, II, v. 154.

28 Bernard 1995, p. 363.

29 CIL III, 6687.

30 Vannesse 2011a, p. 290.

31 Balty J.-C. 2000, p. 468-481.

32 Dussaud 1927, p. 197-198.

33 Weulersse 1940a, p. 73-75.

34 Weulersse 1940a, p. 75.

35 Suétone, Claud., 20, 1 et 3-4 ; Tacite, Ann., XII, 56-57 ; Dion Cassius, LX, 11, 5 ; Pline, Nat. hist., XXXVI, 124.

36 Suétone, Nero, 19, 3 ; Dion Cassius, LXII, 16, 1-2.

37 IGLS 1131-1140. Cf. Van Berchem 1985, p. 53-61 et 85-87 (app. 4).

38 Dussaud 1927, p. 197-198.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Porte Nord : plan du bastion rectangulaire
Crédits © H. Lacoste, P. Mignot (mise à jour), 1966, Centre belge de recherches archéologiques à Apamée de Syrie, Bruxelles
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 2.
Légende Porte Nord : rempart, ouverture de la porte et Grande Colonnade
Crédits © J.-C. Balty
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3.
Légende Plateau d’Apamée et acropole, vus de la plaine du Ghāb
Crédits © J.-C. Balty
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 4.
Légende Nahr ej-Jaafar (fond de carte P. Mignot, retouché par J.-C. Balty pour le tracé du rempart aux abords de la citadelle, d’après Verhoogen 1964, pl. II)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 5.
Légende Lac et moulin ottoman d’Apamée
Crédits © J.-C. Balty
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 6.
Légende Ville d’Apamée et plaine marécageuse du Ghāb (carte IGN/FFL, 1943)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5137/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 7.
Légende Canal de Karkor (d’après Weulersse 1940, fig. 33 p. 74)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5137/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Janine Balty, « Hagiographie et géographie
ville et paysage d’Apamée aux époques romaine et byzantine »
Syria, IV | 2016, 241-248.

Référence électronique

Janine Balty, « Hagiographie et géographie
ville et paysage d’Apamée aux époques romaine et byzantine »
Syria [En ligne], IV | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/syria/5137 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.5137

Haut de page

Auteur

Janine Balty

Centre belge de recherches archéologiques à Apamée de Syrie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search