Navigation – Plan du site
Le moyen Oronte au fil du temps : textes, objets, images

Géographie mythologique de l’Oronte dans l’Antiquité

Pierre-Louis Gatier
p. 249-269

Résumés

Dans l’Antiquité gréco-romaine, l’Oronte reçoit plusieurs noms différents, qui correspondent, selon les sections de son cours, à des caractères et des mythes distincts. Les Grecs ont transcrit le nom sémitique d’Oronte et adapté le mythe syrien du combat du grand dieu de la montagne avec le monstre de la mer, devenu un serpent. L’Oronte se nomme alors Dragon, Ophitès et Typhon dans la région d’Antioche. Mais les Grecs ont aussi importé leur imaginaire. À Apamée, l’Oronte, s’il est un fleuve de Bel, un Bélus, est aussi un Axios, comme le fleuve macédonien du même nom. L’Oronte est comparé superficiellement au Marsyas dans la première partie de son cours, mais il est fortement assimilé à l’Alphée arcadien dans la région d’Antioche. La capitale syrienne affiche ainsi la pureté de son identité grecque, alors qu’Apamée insiste sur son caractère macédonien. À l’époque impériale, l’Oronte semble s’identifier totalement à Antioche, comme le montre la diffusion de l’image de sa Tyché, personnification de la cité accompagnée de la représentation du fleuve en jeune nageur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colloque de septembre 2003, Hama and Orontes. History and Culture, dont les Actes n’ont jamais été (...)
  • 2 Voir Weulersse 1940a, croquis du « profil en long », p. 15, depuis ʿAyn ez-Zarqa (Aïn Zerqa) jusqu’ (...)
  • 3 La forme Ὀρέντης est fréquente, sans rien avoir de fautif, comme l’a montré Honigmann 1924, p. 24, (...)

1Dans le monde méditerranéen de l’Antiquité où l’eau est précieuse, rare et épisodique, les rivières — surtout si elles sont longues, puissantes et pérennes — s’apparentent à des héros ou à des dieux. Les cours d’eau qui, avec les montagnes, dessinent le paysage où s’installent les communautés humaines, suscitent les mythes en nourrissant l’imagination par leur force et leurs sautes d’humeur, l’alliance de leur permanence et de leurs changements fréquents de cours ou de débit. Sur les bords de l’Oronte, à Hama, j’avais, il y a quelques années 1, évoqué la mythologie du grand fleuve syrien. Il ne me semble pas inutile de revenir sur cette question et de préciser les réflexions d’alors. On ne s’étonne pas de constater qu’un cours d’eau qui s’étire sur environ 570 km de longueur 2 puisse disposer, dans l’Antiquité, de personnalités et donc de mythes variés en rapport avec des noms différents, parmi lesquels, pour les Grecs et les Romains, Orontès/Orentès n’est que le plus commun 3 (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

La Syrie du Nord-Ouest et l’Oronte

© P.-L. Gatier, M. Sauvage, d’après Weulersse 1940a, p. 16, 21 et 24

Un fleuve et son image

L’Oronte, fleuve antiochéen

  • 4 Pausanias, 6, 2, 7 : ὁ δὲ Εὐτυχίδης οὗτος καὶ Σύροις τοῖς ἐπὶ Ὀρόντῃ Τύχης ἐποίησεν ἄγαλμα, μεγάλας (...)
  • 5 Meyer 2006. Voir infra, n. 31-32.
  • 6 Voir infra, n. 12.

2Un texte de Pausanias, bien connu des historiens de la sculpture antique, permet d’illustrer le rapport entre la ville d’Antioche et le fleuve Oronte. Le Périégète décrit les offrandes et les monuments qu’il a vus à Olympie, au cours de sa visite du sanctuaire. Il signale une œuvre du sculpteur Eutychidès de Sicyone, un élève de Lysippe au iiie s. av. J.-C., et ajoute : « cet Eutychidès fit aussi pour les Syriens de l’Oronte une statue de la Fortune qui est grandement honorée par les gens de ce pays » 4. Les savants y ont reconnu la statue qui représentait la ville d’Antioche, personnifiée en femme assise sur une montagne. Il semble qu’ici l’artiste ait inauguré deux nouveautés, vouées l’une et l’autre à une longue postérité : d’une part la représentation d’un fleuve, sous la forme d’un jeune nageur, et, d’autre part, une figure allégorique, représentée en femme grecque, coiffée d’une couronne murale, accessoire qui serait d’origine orientale 5. Cependant, on s’est peu occupé de la façon curieuse que Pausanias avait de nommer, au iie s. apr. J.-C., la ville bien connue d’Antioche de Syrie. On pourrait croire qu’en désignant comme « Syriens de l’Oronte » les habitants d’Antioche, Pausanias fait une allusion subtile au personnage du fleuve dont il ne signale pas autrement la présence dans l’œuvre d’art. Toutefois, puisque, dans d’autres cas où il n’est pas question de la statue, Pausanias emploie des circonlocutions voisines 6, il est évident que le Périégète, qui d’ailleurs doit avoir visité la ville syrienne, considérait que l’Oronte était l’apanage de la seule Antioche.

  • 7 Habicht 1992 ; CIL IX, 41, Antiochensis Syriae ad Daphnem.
  • 8 Downey 1961, p. 581-582. Voir entre autres, Strabon, 15, 1, 73 ; 16, 2, 4, Ἀντιόχεια ἡ ἐπὶ Δάφνῃ ; (...)
  • 9 Diod. Sic., 26, 19 ; Ptolémée, 5, 15, 16 ; Agathias, Hist., Pro. 27 (éd. Keydell, p. 8).
  • 10 I.Ephesos IV, 1308 (Merkelbach-Stauber, I, p. 307, 03/02/17).
  • 11 Pline, NH, 5, 18, 79 ; Claudien, De raptu Proserpinae, 3, 370-373. Dans son Éloge funèbre de Procop (...)
  • 12 Pausanias, 8, 33, 3, καὶ ἡ Σελεύκου παρὰ τῷ Ὀρόντῃ ; le contexte montre bien qu’il s’agit d’Antioch (...)
  • 13 Libanios, Or., 15, 49 ; 16, 54 ; 18, 169 et 279. Ep., 367 ; 780 ; 897 ; 1259.

3Il me semble que la célébrité de la statue, où l’Oronte et Antioche, l’un et l’autre personnifiés, sont associés, a lié durablement l’image du fleuve à celle de la capitale syrienne, du moins à partir du début de l’époque impériale. Certes, dans les inscriptions grecques, les gens d’Antioche sont nommés le plus souvent les Antiochéens « près de Daphné », ἐπὶ Δάφνηι, ou bien et plus fréquemment encore πρὸς Δάφνην ou πρὸς Δάφνηι, et ἀπὸ Δάφνης. Il en va de même en latin, par exemple sur une épitaphe à Brundisium 7. On retrouve ces usages dans les textes littéraires, où la ville que les Modernes désignent comme Antioche sur l’Oronte est assez rarement nommée ainsi dans l’Antiquité 8. Le faubourg de Daphné, à environ 6 km à l’ouest de la ville, célèbre pour ses multiples sources d’eaux vives et pour son sanctuaire d’Apollon, permet ainsi de distinguer la capitale syrienne des cités homonymes. Néanmoins, on rencontre dans les membra disiecta de l’œuvre de Diodore de Sicile la désignation Ἀντιόχειαν τὴν πρὸς τῷ Ὀρέντῃ, attribuable soit à l’historien sicilien lui-même à la fin du ier s. av. J.-C., soit et plus probablement au scoliaste anonyme à Strabon qui, à l’époque impériale, cite ou adapte Diodore. Pour Ptolémée, au iie s. apr. J.-C., elle est bien Ἀντιόχεια ἡ ἐπὶ τοῦ Ὀρόντου ποταμοῦ, de même que pour Agathias de Myrina, au vie s. apr. J.-C., Ἀντιόχεια ἡ πρὸς Ὀρόντῃ ποταμῷ 9. L’allusion à l’Oronte est attendue dans la rhétorique de louange des gens d’Antioche, comme ce Nonnos, proconsul d’Asie honoré d’une statue et d’une épigramme à Éphèse à la fin du ve s. : Νόννος, ὃν Ἀντιόχοιο πόλις κ(αὶ) καλὸς Ὀρόντης ἔτραφον, « Nonnos, que la cité d’Antiochos et le bel Oronte ont nourri » 10. Un cliché littéraire commun assemble Antioche, Daphné et l’Oronte en une formule sans surprise, comme chez Pline, Antiochia libera, Epi Daphnes cognominata, Oronte amne dividetur, ou chez Claudien 11. Pausanias, quant à lui, adopte dans les trois autres textes où il mentionne la capitale syrienne la même terminologie très rhétorique que dans celui sur Eutychidès, en évitant de nommer directement Antioche — remplacée par « la cité de Séleucos sur l’Oronte » — et les Antiochéens, devenus « les Syriens qui habitent au bord du fleuve Oronte » ou « les Syriens de l’Oronte » 12. Au ive s., dans les discours et les lettres du rhéteur antiochéen Libanios, chaque allusion à l’Oronte renvoie assez naturellement à sa patrie 13, et la formule de la lettre 780, οἱ περὶ τὸν Ὀρόντην, désigne ses concitoyens.

  • 14 Strabon, 14, 5, 20, Σελεύκεια ἡ ἐν Πιερίᾳ, καὶ πλησίον Ὀρόντης ἐκδίδωσι ποταμός. Au ive s., l’Antio (...)
  • 15 Voir infra. Denys le Périégète, 918-920, associe l’Oronte aux deux villes d’Antioche et d’Apamée ; (...)
  • 16 Pline, NH, 5, 19, 82 : Epiphanenses ad Orontem.
  • 17 Évagre, HE, 3, 34 : … τὴν ἡμετέραν …Ἐπιφάνειαν ἣ τὸν Ὀρόντην σύνοικον ἔχει.

4Bien entendu, certaines autres cités syriennes sont également connues pour leur lien avec le fleuve. Plusieurs auteurs, dont Strabon, ne manquent pas de signaler que l’Oronte se jette dans la mer à Séleucie de Piérie 14. Apamée, comme nous le verrons, a aussi un rapport particulier à l’Oronte 15. Enfin, Épiphanie, l’actuelle Hama, est seule à être dite « ad Orontem » par Pline, dans une liste de communautés et de villes syriennes où certaines, comme Laodicée du Liban, Aréthuse et Émèse, sont pourtant riveraines du fleuve 16. De la même manière, au vie s. apr. J.-C., l’historien Évagre le Scholastique, originaire d’Épiphanie, désigne sa patrie comme « notre Épiphanie, qui a l’Oronte pour compagnon » 17.

5Cependant, force est de constater que nulle part l’identification du fleuve à la ville n’est aussi forte que dans la capitale syrienne. Ce phénomène, qui n’est pas antérieur à l’époque impériale, accompagne le succès grandissant de l’image de la statue d’Eutychidès à la même période.

Les « gens de l’Oronte »

  • 18 Seyrig 1933 (SEG 7, 341) ; Millar 1993, p. 1-23.
  • 19 Millar 1993, p. 6 et 15.
  • 20 Seyrig 1933, p. 68-70.

6Un petit autel de la première moitié du iiie s. apr. J.-C. en provenance du sanctuaire « des dieux palmyréniens » de Doura-Europos, cité des bords de l’Euphrate, porte une dédicace faite par Aurélius Diphilianus, un soldat de la legio IV Scythica Antoniniana (fig. 2). C’est un ex-voto au « dieu ancestral Zeus Bétylos de ceux qui sont sur l’Oronte », Θεῷ πατρῴῳ Διὶ Βετύλῳ τῶν πρὸς τῷ Ὀρόντῃ18. La formulation étrange de ce nom de divinité a particulièrement retenu l’attention de Fergus Millar qui, dans le prologue de son ouvrage sur le Proche-Orient romain, détaille longuement les significatons possibles de ce texte, en multipliant les interrogations et les hypothèses. Il écrit en particulier : « Making his dedication by the banks of the Euphrates, did [Aurelius Diphilianus] mean to distinguish ‘those by the Orontes’ from the community in which he now found himself? Or (as seems much more probable) did he intends to use the Orontes, which flows from the Bekaa Valley northwards behind a mountain-chain, and then turns west to Antioch and the Mediterranean, as the geographical symbol of the whole region? If the latter, he was indeed claiming an ancestral cult common to them all » ; et plus loin : « We might even suppose that [Aurelius Diphilianus] intended ‘those by the Orontes’ to refer to all the pagan inhabitants of the Syrian region » 19. Le premier éditeur, Henri Seyrig, qui traduisait le début du texte « To [his] national god Zeus Betylos, [god] of the dwellers along the Orontes », estimait, sans plus d’explication, que le dieu « national » de Diphilianus « is the god of the region about the Orontes », et que « Diphilianus seems to have understood that all the shapes taken by Zeus in the various towns on the Orontes were but shapes, that could not hide the unity of the god » 20. Toutes ces considérations me paraissent inexactes.

Figure 2.

Figure 2.

Une inscription de Doura-Europos (Seyrig 1933, pl. 15/1)

  • 21 C’est l’occasion de rappeler le célèbre vers de Juvénal, Satires, 3, 62, où « dorénavant l’Oronte s (...)

7Il ne me semble pas, en effet, qu’il faille envisager ici l’Oronte dans sa totalité ou du moins dans une caractérisation géographique large, à la façon du Nil, fréquemment assimilé à l’ensemble de l’Égypte. Les citations de Pausanias évoquées ci-dessus invitent plutôt à ne considérer le fleuve que comme l’attribut caractéristique d’Antioche. L’Oronte, dans l’inscription de Doura-Europos, servirait donc à désigner Antioche, de même qu’une évocation du Tibre a peu de chances de renvoyer à l’Italie centrale ou à Perusia-Pérouse, mais vise plutôt Rome 21. De cette manière, de nos jours, une allusion à la Seine peut être un procédé pour parler de Paris sans la nommer.

  • 22 Pour le Hauran, Sourdel 1952, p. 96-97 ; pour le Liban, Aliquot 2009, p. 138-139, 142, 178-179, etc
  • 23 IGLS XVII/1, 80, 81, 86 ? 120, 135, 223, 224, 263 et 306 ; voir les commentaires de 319 et 320 (J.- (...)

8On doit cependant se demander pour quelle raison le texte de l’inscription ne désigne pas le « dieu ancestral Zeus Bétylos » plus simplement comme celui des Antiochéens. Il y a, à mon avis, deux possibilités d’explication. La première serait que le terme οἱ πρὸς τῷ Ὀρόντῃ serait une formule abrégée pour signifier « les gens de la région d’Antioche et autres lieux environnants », c’est-à-dire ceux d’Antioche et de Séleucie, les deux villes voisines situées sur l’Oronte et réunies par une parenté mythique. La seconde, qui me semble préférable et qui serait légèrement plus restrictive, limitée aux Antiochéens de la ville et de son territoire, repose sur l’analyse du mot patrôos, « ancestral », épithète fréquemment portée par des dieux au Proche-Orient 22. On peut en effet hésiter entre deux définitions des « dieux ancestraux », qui ne seraient d’ailleurs pas exclusives entre elles. Il pourrait éventuellement s’agir de dieux dont le culte est considéré comme très ancien et donc antérieur à la venue des Grecs. Mais il est plutôt question de dieux qui sont traditionnellement vénérés par un groupe familial, une tribu, une communauté rurale ou un ensemble régional. Le cas de Palmyre, par exemple, semble intéressant. Les dieux dits « ancestraux » y sont relativement nombreux et certains pourraient être liés à des tribus alors que d’autres, comme Iarhibol et Hélios, le seraient à l’ensemble de la cité 23. En tout cas, c’est son culte ancien qui fait le dieu ancestral.

  • 24 Sur la signification du mot bétyle et du culte des bétyles, voir Aliquot 2010b.
  • 25 IGLS II, 569.
  • 26 IGLS II, 376 et 383 ; Gatier 1997, p. 763. Les dieux du sanctuaire, Seimos, Symbétylos et Léôn (Lio (...)
  • 27 En Antiochène, les dieux du sanctuaire du Cheikh Barakat, Zeus Madbachos et Sélamanès, sont eux aus (...)

9Il est clair que Zeus Bétylos est un dieu du bétyle, voire un dieu-bétyle 24, à l’image de Zeus Bômos, le Zeus-autel vénéré en Antiochène 25, même si Seyrig envisageait d’autres hypothèses, comme celle — peu plausible — qui ferait de Zeus Bétylos un dieu de Beth-El ou Bethel de Palestine. Dans l’inscription de Doura, ce dieu est « ancestral », mais cette qualité n’est pas universelle et elle ne vaut que par rapport à un groupe humain précis. Le dieu n’est pas ancestral partout et il ne l’est pas à Doura, où il n’est d’ailleurs attesté que par cette inscription isolée. C’est une divinité de la région d’Antioche, bien qu’il ne soit pas l’un des dieux honorés dans la ville elle-même et encore moins l’un des dieux civiques. En revanche, il est vénéré en Antiochène orientale, dans le sanctuaire de Qalaat Kalota, sous le nom de Symbétylos 26, et probablement en d’autres lieux. Toutefois, un dévot de Zeus Bétylos peut difficilement le définir comme un dieu ancestral d’Antioche, puisqu’il sait que la cité a été fondée par le Macédonien Séleucos Nicator et qu’elle a pour dieux protecteurs Apollon, Zeus Olympien, Calliope, Artémis et diverses autres divinités grecques, qui d’ailleurs ne sont jamais qualifiés d’ancestrales, à l’opposé de certains dieux des campagnes d’Antioche 27. L’Oronte multiséculaire l’emporte sur la fondation grecque récente qu’est Antioche.

  • 28 Speidel 2000, voir en particulier p. 330.
  • 29 IGLS III, 12421, 124220, à Séleucie de Piérie ; IGLS IV, 1298, à Baniyas ; IGLS V, 2331 bis, dans l (...)

10Le soldat Aurelius Diphilianus appartient à une légion qui est installée en Syrie, à Zeugma sur l’Euphrate, depuis 56/57 et qui a un détachement permanent à Doura-Europos pendant une bonne partie de la période où cette ville a été replacée sous l’autorité romaine, entre 165 apr. J.-C. et 256 ou 257. Des détachements de la IVe légion Scythique sont impliqués dans de nombreux travaux d’aménagement de l’Oronte et du port de Séleucie. Des militaires de cette troupe, géographiquement proche d’Antioche, participent également au bureau du gouverneur et le commandant de la IVe Scythique assure l’intérim en cas de vacance du poste de gouverneur 28. C’est assez dire que le soldat Diphilianus, vu les usages de recrutement des légions sur place, a toute chance d’être un « insider », pour reprendre le vocabulaire de Millar, un Syrien comme le pensait Seyrig, et très probablement un Antiochéen. La citoyenneté romaine a été acquise dans sa famille probablement par la constitutio Antoniana sous Caracalla et son cognomen, Diphilianus, est l’un des noms grecs latinisés par l’adjonction d’un suffixe –ianus, fréquents dans l’Orient romain. Les anthroponymes Diphilos et Diphila sont connus en Syrie en petite quantité, sans caractère régional précis, mais ils sont présents en Syrie du Nord 29. Au bout du compte, en traduisant « [his] …god », même si « ancestral » (en français) conviendrait mieux que « national » pour rendre l’adjectif πατρῷος, Seyrig rend compte du lien entre le fidèle et son dieu. Le dieu Bétylos peut donc être qualifié d’ancestral par Aurélius Diphilianus parce que ce dernier appartient à la communauté de ceux qui le considèrent comme ancestral et lui rendent depuis longtemps un culte, les gens d’Antioche et de sa chôra.

11En bref, le « dieu ancestral Zeus Bétylos de ceux qui sont sur l’Oronte » est une divinité syrienne d’Antiochène à laquelle un soldat antiochéen, originaire de la ville d’Antioche ou de sa chôra, a voulu rendre hommage à Doura-Europos en évoquant sa patrie. C’est le dieu ancestral des gens de l’Oronte dont Diphilianus fait partie. L’inscription grecque où Diphilianus a fait graver son ex-voto est un nouveau témoignage de l’identification du fleuve à la ville d’Antioche.

Les figures de l’Oronte

12Les représentations figurées du fleuve Oronte peuvent se ranger dans deux catégories. Il y a d’une part, très répandu, le jeune nageur associé à la personnification de la ville d’Antioche sur la statue dont il est question chez Pausanias. D’autre part, on connaît deux figures isolées d’un personnage adulte assis, dont l’identification reste hypothétique.

  • 30 Malalas, 11, 9, 44-45, est le témoignage le plus précis qui évoque la présence du fleuve dans le gr (...)
  • 31 Balty 1981b et 1986 ; Meyer 2006, Tabelle I, et Tf. 34 (monnaies 31-36).

13La statue de bronze dite « de la Tychè d’Antioche » était due à Eutychidès de Sicyone, à l’époque de Séleucos Ier ou d’Antiochos Ier. On peut reconstituer l’original disparu d’après de nombreuses figurines et représentations, dont certaines servaient de bibelot-souvenir, qui ont reproduit ou interprété jusqu’à l’époque byzantine cette image célèbre (fig. 3). Une femme coiffée d’une couronne murale est assise sur un rocher au pied duquel nage un jeune homme, partiellement immergé dans les flots, dont on ne distingue que la tête imberbe aux longs cheveux, les bras et le haut du corps nus. L’Oronte 30 représenté en nageur est ainsi dominé par la femme qui pose un pied sur son épaule, tout comme lui est soumis le rocher du Silpios sur lequel elle siège. Marion Meyer estime que la représentation pouvait se définir comme celle d’Antioche personnifiée et même divinisée, mais qu’elle n’était pas considérée comme la déesse Tychè avant l’époque d’Hadrien et le témoignage de Pausanias. On sait le succès durable que cette image a connu en servant de modèle à l’iconographie des fleuves et rivières de l’Orient hellénisé, et particulièrement sur les monnaies de la période romaine. En conséquence de ce succès, l’iconographie de l’Oronte lui-même est restée figée dans ce type. Parmi les cités riveraines de l’Oronte, on n’en trouve guère que trois qui, brièvement, copient cette image sur leurs monnaies en plaçant le même jeune nageur au pied de leur propre Tychè : Apamée sous Claude, Émèse sous Antonin le Pieux, Caracalla et Héliogabale, et Laodicée du Liban sous Caracalla 31. Peut-être qu’aux yeux des cités syriennes cet Oronte était trop antiochéen pour exprimer leurs traditions. Au total, le lien entre Antioche et l’Oronte a été durablement fixé par la statue d’Eutychidès, au détriment des autres cités.

Figure 3.

Figure 3.

Antioche et l’Oronte. Musées du Vatican (Meyer 2006, pl. 5/2)

  • 32 Meischner 2003, p. 305-308 et 354-355. Les premières publications accompagnées de photos sont dues (...)
  • 33 Voir maintenant Ostrowski 1991, p. 29-30. Parmi les exemples rares de fleuve personnifié assis se t (...)

14Il n’y a pas d’autre représentation certaine du fleuve Oronte, même si une statue provenant de Séleucie et une mosaïque des environs de Lattaquié, l’ancienne Laodicée-sur-Mer, pourraient être considérées comme deux variantes d’un type différent de personnification du fleuve syrien. Connue depuis le début du xxe s., la statue colossale de Séleucie est maintenant conservée au Musée d’Antakya 32 (fig. 4). Datable des environs de l’année 200 apr. J.-C., elle représente un personnage assis sur un rocher, qui est curieusement creusé de crevasses semblables à des alvéoles, d’un type qui se rencontre sur certaines des statuettes de « la Tychè d’Antioche ». Son corps, revêtu d’un manteau qui ne découvre que le torse et l’épaule droite, est bien préservé, malgré la disparition du bras droit. Une urne ou amphore est soutenue par sa main et son bras gauches. La tête est endommagée, mais conserve les restes d’une barbe et d’un ruban ou diadème qui retenait la chevelure. Victor Chapot a noté la rareté des représentations de dieux-fleuves assis 33 et l’originalité de la manière dont est rendu le rocher ou la montagne. Dernièrement, Jutta Meischner se contente de reconnaître, sans plus de précision, une divinité des eaux, ou d’une source ou encore d’un fleuve, et déjà Chapot, un siècle auparavant, hésitait entre l’Oronte et un dieu-fleuve indéterminé.

Figure 4.

Figure 4.

Statue de fleuve personnifié : photo prise à Séleucie de Piérie en 1904 par G. de Martimprey et H. Lammens

© Bibliothèque Orientale, Université Saint-Joseph, Beyrouth

  • 34 Balty 1977, p. 14-15 ; Klementa 1993, p. 122-124.
  • 35 Goette 1991 ; voir infra, n. 101-103.

15Un des panneaux carrés de mosaïque qui couvraient le sol d’une pièce dans un bâtiment de bains antiques fouillé à Ghallineh, dans les environs de Lattaquié, ancienne Laodicée-sur-Mer, est conservé au musée de Damas 34. Cette mosaïque, qui pourrait dater de l’époque sévérienne, représente elle aussi un personnage assis, barbu, et relativement âgé, qui ne peut être identifié avec certitude, en l’absence de toute inscription (fig. 5). Coiffé d’un calathos, il est vêtu d’un manteau qui lui couvre le bas du corps et se replie sur son bras gauche et non pas sur son épaule. Ses attributs, le roseau et la corne d’abondance, et ses compagnons, des putti nus considérés comme des karpoi ou fruits de la terre, en font un dieu-fleuve de l’abondance, proche du type du Nil. Janine Balty a proposé d’y reconnaître l’Oronte, en remarquant le caractère unique de la présence d’un calathos comme couvre-chef d’un dieu-fleuve et l’insistance sur le thème de la fertilité. L’hypothèse d’une image du Nil ou d’Okéanos a été avancée par Hans R. Goette, à cause de la représentation du fleuve en homme barbu, mais probablement aussi du fait de la présence de Thétys, épouse d’Okéanos, sur l’un des trois autres panneaux du même édifice qui ont pu être sauvés et qui sont conservés au Musée de Tartous 35. Toutefois aucun des attributs distinctifs du Nil ou d’Okéanos n’est représenté. En particulier, on ne retrouve pas les pinces de crustacé qui servent habituellement de cornes sur le front d’Okéanos. On ne voit non plus aucune des caractérisations typiques de l’Égypte que les Anciens plaçaient fréquemment à côté du Nil, canards, hippopotames ou nilomètre.

Figure 5.

Figure 5.

Un fleuve personnifié sur la mosaïque de Ghallineh (Balty 1977, p. 15)

16Ces deux représentations ne sont pas strictement identiques, mais elles ont beaucoup de points communs. Si l’on peut s’accorder pour y reconnaître des dieux-fleuves assis, ce qui est beaucoup plus rare que les images de dieux allongés ou semi-couchés, il serait utile d’avoir d’autres exemples pour être certain que ces adultes barbus figurent l’Oronte. On pourrait envisager qu’à Séleucie et à Laodicée l’iconographie de l’Oronte fût différente de celle d’Antioche. Si cette proposition était avérée, on constaterait cependant que ces deux images sont bien isolées : le jeune homme qui nage au pied de la cité d’Antioche personnifiée semble avoir éclipsé toute autre forme de représentation.

Les métamorphoses de l’Oronte

Les sources de l’Oronte

  • 36 Polybe, 5, 59, 10-11, ὃς τὴν ἀρχὴν τοῦ ῥεύματος λαμβάνων ἀπὸ τῶν κατὰ τὸν Λίβανον καὶ τὸν Ἀντιλίβαν (...)
  • 37 Pline, NH, 5, 18, 80 : amnis Orontes, natus inter Libanum et Antilibanum iuxta Heliopolim.
  • 38 Ptolémée, 5, 15,3.
  • 39 Strabon, 16, 2, 7.
  • 40 Strabon, 16, 2, 19, τοῦ Μασσύου πολλὴν μέχρι καὶ τῶν τοῦ Ὀρόντου πηγῶν, αἳ πλησίον τοῦ τε Λιβάνου κ (...)

17Les Anciens connaissaient les sources de l’Oronte, qui se trouvent dans l’actuelle Békaa libanaise. Polybe, en parlant de l’embouchure du fleuve sur la côte, non loin de Séleucie, en profite pour rappeler en quelques mots ses principaux caractères, bien entendu sans négliger son passage par Antioche. Il souligne ensuite que l’origine de l’Oronte se situe vers le Liban et l’Anti-Liban 36. Pline reprend strictement le même schéma, mais plus brièvement, en partant lui aussi d’abord de l’embouchure pour évoquer ensuite le fleuve « qui naît entre le Liban et l’Anti-Liban près d’Héliopolis » 37. De même, Ptolémée donne d’abord la position de l’embouchure, puis celle des sources de l’Oronte 38. Dans une description qui concerne Antioche, beaucoup plus développée et construite de manière assez différente, Strabon, après avoir présenté l’histoire et les traditions de la ville, en vient à Daphné puis à l’Oronte qui « a ses sources en Cœlè-Syrie » et qu’il décrit longuement 39. Plus loin, il est question de la fondation de la colonie de Bérytos, l’actuelle Beyrouth, par Agrippa sous Auguste, et de l’extension de son territoire dans la Békaa, avec « la plus grande partie du Massyas jusqu’aux sources de l’Oronte, qui sont près du Liban et de Paradeisos et du Mur Égyptien dans la région de la terre d’Apamée » 40.

  • 41 Dussaud 1927, p. 112-114 ; Balty 1982b ; Ghadban 1982 ; Rey-Coquais 1982.
  • 42 Balty 1982b, p. 42-44, considère que la « terre d’Apamée » de Strabon est le territoire de la satra (...)

18L’emplacement de Paradeisos et celui du Mur Égyptien ont été amplement discutés par les spécialistes et il n’est pas dans mon intention de reprendre ces débats 41. Le texte de Strabon offre l’intérêt de localiser dans la Békaa la frontière nord du territoire de Béryte, d’Auguste à Septime Sévère, empereur sous lequel Hélioupolis a été détachée du territoire de Béryte, la Békaa devenant la chôra de la nouvelle cité. Le texte présente aussi des difficultés d’interprétation, dont celles de placer cette démarcation en limite du territoire d’Apamée et de ne pas mentionner la cité de Laodicée du Liban qui est, au nord, la voisine immédiate de Béryte puis d’Hélioupolis. Là encore, on ne discutera pas des solutions proposées pour résoudre cette question 42. En revanche, l’emplacement des sources, qui constitue une importante frontière civique, mérite d’être précisé.

  • 43 Ghadban 1982, p. 158 (déjà Dussaud 1927, p. 112-113) : j’adapte la ponctuation du texte original.
  • 44 Weulersse 1940a, p. 15.
  • 45 Vaumas 1954, p. 246-248, donne pour « Aïn Zerqa » un débit moyen de 11 m3/s, à comparer avec celui (...)

19Pour certains, les sources de l’Oronte se répartissent en trois groupes : « celles de l’Anti-Liban, Labwé, Fiké, Ras Baalbek ; celles du Liban, les plus importantes, ʿAyn ez-Zarqa, Hermel, Chawaghir ; puis le groupe de la région de Joussié-Zarraʿa » 43. Weulersse faisait bien la différence entre d’une part les ravins desséchés d’un « oued de montagne », d’autre part « des sources-oasis… dont les eaux… absorbées par l’irrigation ne parviennent presque jamais au fleuve », telles les sources de Baalbek, Younine, Labwé, etc, et enfin la source véritable en amont de Hermel, à 5 km au sud de la ville 44. C’est clairement en ce lieu, à ʿAyn ez-Zarqa (Aïn Zerqa), que se trouve encore la source principale du fleuve, disposant du plus fort débit, évalué par Weulersse à 12 m3 à la seconde 45. ʿAyn ez-Zarqa, « la Fontaine Bleue », offre un site remarquable, qui regroupe en réalité sur près de 500 m une série d’énormes sources qui jaillissent dans le lit même du fleuve (fig. 6). Là, un grand étang ou un petit lac, toujours animé par les eaux impétueuses au milieu d’un bosquet de platanes, présente un paysage pittoresque encore préservé, à proximité de la falaise où l’ermitage chrétien dit « Deir Mar Maroun » a été creusé.

Figure 6.

Figure 6.

La source de ʿAyn ez-Zarqa, en 1974

© B. Geyer

  • 46 Ghadban 1982, p. 161.
  • 47 Entre autres, Sartre 2001, p. 646.
  • 48 IGLS VI, Paris, 1967, p. 36-37 (J.-P. Rey-Coquais) ; Rey-Coquais 1982, en particulier p. 170.

20Il n’y a aucune raison de penser que les Anciens situaient ailleurs l’origine de l’Oronte ou d’imaginer de très fortes différences de hiérarchie dans le débit des différentes sources depuis l’Antiquité, malgré l’ampleur des prélèvements de l’irrigation dans l’ensemble de la région depuis longtemps. On peut donc considérer que le territoire d’Hélioupolis à l’époque sévérienne, et auparavant celui de Béryte à l’époque d’Auguste, s’étendaient au moins jusqu’à ʿAyn ez-Zarqa. La logique territoriale me pousserait à y englober le secteur d’Hermel qui est totalement dans la continuité de cette zone. Je ne partage donc pas la théorie de C. Ghadban qui, en se fondant sur diverses inscriptions latines rupestres et sur des bornes milliaires inscrites, voudrait que la limite nord du territoire d’Hélioupolis, qu’il fixe à El-Bawabeh au nord de Hermel à partir de Trajan, ait été plus septentrionale que l’ancienne limite de Béryte, qu’il place plus au sud 46. En revanche, cette limite septentrionale d’El-Bawabeh conviendrait assez bien pour Béryte comme pour Hélioupolis, sans changement me semble-t-il pendant l’Antiquité. Remarquons aussi au passage que les milliaires de la route conduisant d’Hélioupolis-Baalbek à Émèse-Homs paraissent mentionner ces deux villes, mais jamais Laodicée-du-Liban qui se trouve pourtant sur cet itinéraire. À propos de ces diverses questions, les propositions de J.-P. Rey-Coquais qui, en particulier, faisait coexister et voisiner dans la Békaa à la même époque les territoires de Béryte et d’Hélioupolis, n’ont pas été suivies par d’autres savants 47. Par ailleurs, le même auteur retirait la région de Hermel du territoire de ces deux cités pour en faire un domaine impérial. Ce faisant, il fixait la limite nord des territoires civiques très au sud de ʿAyn ez-Zarqa48 et, implicitement, il limitait les sources de l’Oronte de Strabon à celles, secondaires, qui se trouvent dans le secteur de Laboué (Labwé) ou celui de Baalbek.

  • 49 Strabon, 16, 2, 18-19.
  • 50 Dussaud 1927, p. 398-402 ; Rey-Coquais 1982.

21En reprenant le texte de Strabon, il n’est pas nécessaire de distinguer les sources par groupes de trois et l’on peut admettre que les mêmes sources de ʿAyn ez-Zarqa puissent être à la fois « près du Liban et de Paradeisos et du Mur Égyptien » (fig. 7). Si l’on me suit, on en conclura que les Anciens situaient eux-aussi les sources de l’Oronte à ʿAyn ez-Zarqa et que la chôra de Béryte puis d’Hélioupolis s’étendait jusqu’à une limite, inchangée, qu’on peut situer non loin de là, au nord de Hermel. En revanche, on restera prudent sur le contour des possessions des deux villes voisines de cette limite que sont Laodicée-du-Liban et Émèse, l’une et l’autre situées sur l’Oronte. Strabon, comme nous l’avons vu, a défini le territoire ajouté par Auguste à Béryte, comme « la plus grande partie du Massyas » ; il situe l’Aulôn Basilikos au-dessus du Massyas et fait de Chalcis l’acropole du Massyas, tous lieux dont l’emplacement a été débattu 49. Dussaud limitait le Massyas à la Békaa nord jusqu’au secteur de Mejdel ʿAndjar et de ʿAndjar, où se trouvent les premières sources d’un autre cours d’eau, le Litani, mais Rey-Coquais l’étendait à l’ensemble de la Békaa, ce qui semble préférable 50. En effet, si selon Strabon Béryte a reçu « la plus grande partie du Massyas », c’est-à-dire le nord et le centre de la Békaa, la partie sud de la plaine appartient à Sidon.

Figure 7.

Figure 7.

L’Oronte dans la Békaa, un peu en aval de ʿAyn ez-Zarqa, en 1974

© B. Geyer

  • 51 Polybe, 5, 45. Voir Dussaud 1927, p. 399-400.
  • 52 Aristote, Traité des vents, 973a12-973b7 (Minor works, éd. W. S. Hett, Loeb, p. 452-455) : … οὗτος (...)
  • 53 Pline, NH, 5, 19, 81. Voir Dussaud 1927, p. 195-196 et 138-139. Selon Pline, NH, 5, 21, 86, un affl (...)
  • 54 On reconnaît dans les mythes de fondation de Damas, des récits voisins concernant Askos ou Damaskos (...)
  • 55 Chuvin 1991, p. 190-196. Étienne de Byzance, Ethnica, s. v. « Μαρσύα », mentionne « Marsya, ville d (...)

22Quoi qu’il en soit, quand il fait le récit de la première expédition menée par Antiochos III contre les possessions ptolémaïques en 221 av. J.-C., sorte de préliminaires à « la quatrième Guerre de Syrie », Polybe montre que le roi, parti d’Apamée puis de Laodicée (du Liban), envahit par le nord la Békaa que l’historien grec nomme Marsyas et non pas Massyas. Avec Dussaud, il me semble possible d’admettre l’exactitude de cette appellation 51. On peut ajouter qu’un ouvrage consacré aux vents, d’un auteur inconnu de tradition péripatéticienne dit « le Pseudo-Aristote », parle du vent d’Est qui est appelé Potameus (« Fluvial ») à Tripolis de Phénicie et qui provient d’une plaine qu’on peut identifier à la Békaa. Il est précisé que dans le golfe dit « Golfe Sacré », peut-être identifiable au secteur de côte compris entre Arados et Tripolis, ce vent est appelé Marseus, d’après le village de Marsos (ou Marsas ?) 52. Que cette étymologie soit exacte ou bien qu’il y ait une confusion avec le Marsyas, il me semble qu’on peut considérer que le Silène (ou Satyre) phrygien Marsyas a parfois été associé à l’Oronte. Le nom de Marsyas s’applique d’ailleurs à un cours d’eau syrien issu de la chaîne côtière et aboutissant dans la région d’Apamée qu’il séparait, selon Pline, de la tétrarchie des Nazerini ; cet affluent de l’Oronte coule loin au nord de la Békaa et, pour certains savants, son nom serait à l’origine de celui de la ville médiévale de Massyaf 53. On sait que Marsyas, inventeur de la flûte de roseau, avait été puni par Apollon qu’il avait défié en compétition musicale et que son corps avait été jeté dans une grotte qui avait donné naissance à un fleuve d’Asie Mineure, le Marsyas 54. Il semble donc que, au moins dès Polybe, l’Oronte ait pu, à partir d’étymologies plus ou moins fantaisistes, être assimilé au Marsyas. Pierre Chuvin a insisté sur les divers témoignages qui faisaient allusion au Silène Marsyas dans une région centrée sur le nord de la Békaa mais relativement large, englobant à la fois Botrys, actuelle Batroun sur la côte libanaise, et les sources du Jourdain 55.

L’Oronte, fleuve de Zeus et fleuve serpent

  • 56 Abel1933, p. 149-150.
  • 57 Rappelons que le nom propre Orontès/Orondès est attribué par les Grecs à divers personnages de l’An (...)
  • 58 Strabon, 16, 2, 7 ; Pausanias, 8, 29, 4 ; Nonnos, Dionysiaques, 17, 289 et 306-314 (Orontès retiré (...)
  • 59 C’est un thème constant du Pseudo-Plutarque, Libellus de fluviorum et montium nominibus et de iis q (...)
  • 60 Philostrate, Heroicus, 8, 5, Ἀρυάδην γάρ, ὃν οἱ μὲν Αἰθίοπα, οἱ δὲ Ἰνδὸν ἔφασαν, τριακοντάπηχυν ἐν (...)

23L’un des premiers, le R. P. Abel a mené l’enquête sur les différents noms de l’Oronte. Il a rappelé que le nom grec Orontès/Orentès n’est que la transcription du nom ancien A-ra-an-tu ou Arantu, connu au ixe s. par une inscription assyrienne, et qu’en égyptien ỉrnṯ apparaît dès le xve s. av. J.-C. 56. En Orient comme ailleurs, les Grecs ont expliqué les noms géographiques et surtout ceux des cours d’eau par des noms de personne 57, au moyen de récits qui illustrent le lien souvent tragique entre ces êtres mythologiques et les sites et phénomènes naturels. Ainsi Orontès, l’éponyme du fleuve, est pour Strabon celui qui le premier a construit un pont pour le franchir, pour Pausanias un géant indien dont on retrouve le corps dans un cercueil en aménageant le lit du cours d’eau, et pour Nonnos de Panopolis un géant indien défait par Dionysos, le général de Dériade qui se jette dans le fleuve après s’être transpercé de son épée 58. Ces trois récits sont tous situés près d’Antioche, que la ville soit nommée ou non. On y retrouve le thème commun du fleuve tombeau qui porte le nom d’un défunt, bien souvent suicidé ou mort d’une mort violente 59. Philostrate, dans son Heroicus, se fait l’écho d’une autre version de la même légende, dans laquelle le géant indien ou éthiopien dont le corps est découvert dans le lit de l’Oronte se nomme Aryadès 60.

  • 61 Eusèbe, Chron., 1, col. 261-262 (éd. Schoene) ; voir Flavius Josèphe, AJ, 13, 369.
  • 62 Libanios, Ep., 604 ; Or., 1 (Autobiographie), 126.
  • 63 Vie d’Athanase d’Alexandrie, dans Photius, Bibliothèque, cod. 258, 485a (trad. R. Henry). De même S (...)
  • 64 Malalas, 15, 6, 79-82 ; Théophane, Chronique, AM 5973 ; Michel le Syrien, 9, 6, p. 149. Voir Downey(...)
  • 65 Évagre, HE, 3, 32 ; Théophane, Chronique, AM 6003. Voir Downey 1961, p. 510.
  • 66 Avec des traditions confuses sur le lieu où se noient les saintes femmes. Eusèbe, HE, 8, 12, 3, sit (...)
  • 67 Procope, Bell., 2, 8, 35.

24En écho à ces traditions, les anecdotes sur des personnes jetées dans l’Oronte sont relativement nombreuses dans l’histoire d’Antioche. Le roi séleucide Antiochos XI Épiphane Philadelphe se serait pour sa part noyé accidentellement après sa défaite près d’Antioche, emporté par le courant du fleuve 61. Libanios évoque, dans une lettre, la possibilité pour un homme poussé par la pauvreté de se suicider dans le fleuve. Le même sophiste rapporte, dans un passage de son discours autobiographique, qu’au cours d’un procès où il plaidait l’un de ses adversaires lui rappela pour l’effrayer « que l’Oronte coulait à nos pieds » 62. Il n’est pas impossible que cette menace reflète l’ambiance de l’époque à Antioche, puisque plusieurs témoignages rapportent que l’empereur arien Valens se débarrassait des partisans de l’évêque orthodoxe Mélèce en les noyant : « le moyen le plus commode dont il usait pour faire mourir était le fleuve Oronte » 63. Des auteurs chrétiens, dont Malalas, racontent comment, sous l’empereur Zénon en 479, le patriarche Étienne qui s’était rendu à la fête des Quarante Martyrs, au sanctuaire de saint Barlaam à l’extérieur de la ville, fut assassiné puis jeté au fleuve 64. De même, vers 512, des moines monophysites qui attaquaient le patriarche chalcédonien Flavien d’Antioche subissent le même sort 65. On n’oubliera pas deux récits qui se répondent : celui du martyre de Domnina et de ses filles Bernice et Prosdoce, dont il existe plusieurs variantes, où les trois femmes se noient volontairement pour échapper à leurs poursuivants 66 ; et celui, par Procope, de la prise d’Antioche par les Perses en 540, où deux femmes se jettent dans le fleuve pour les mêmes raisons 67.

  • 68 Dussaud 1927, p. 115 ; Abel 1933, p. 150 ; Balty 1982a ; 1982b, p. 69-71.
  • 69 Pline, NH, 5, 19, 82 ; Ptolémée, 5, 15, 16, Σελεύκεια πρὸς Βήλῳ.
  • 70 Ps.-Oppien, Cynégétiques, 2, 152-153 (trad. L. L’Allier) ; Tzetzès, Scol. In Posthomerica, 345 (T.  (...)

25Au Proche-Orient, quatre ou cinq cours d’eau sont des fleuves de Baal ou de Bel, puis de Zeus, et sont désignés comme des Bélus/Bélos. Jean-Charles Balty l’a brillamment exposé en rangeant l’Oronte à leur nombre et en montrant que le « Massif Calcaire » de la Syrie du Nord ne pouvait aucunement être désigné comme le Bélus 68. La fondation séleucide de Séleucobélos ou Séleucie du Bélos est ainsi localisable non loin d’Apamée, au bord de l’Oronte, soit à Djisr es-Shogour soit à Sqalbiyé 69. L’épigramme d’un tombeau de Memnon au bord du fleuve Bélus ou Bélaios, connue par Tzetzès, confirme à la fois l’existence d’un Memnonion près d’Apamée 70 et l’identification de l’Oronte à un fleuve de Baal ou de Bel, ce qui n’a rien d’étonnant quand on se souvient de l’importance du sanctuaire de Zeus Bélos à Apamée.

  • 71 Malalas, 2, 12, 95 ; 5, 37, 64-65 ; 8, 9, 16-18 (καὶ τοῦ Δράκοντος ποταμοῦ τοῦ νυνὶ λεγομένου Ὀρόντ (...)
  • 72 Strabon, 16, 2, 7 (trad. Abel 1933, p. 152-153, modifiée), Τὸ δ’ ὄνομα τοῦ γεφυρώσαντος αὐτὸν Ὀρόντ (...)
  • 73 Strabon, 13, 4, 6. Eustathe, Commentaires sur l’Iliade, B vs. 783 (éd. Van der Valk, 1, p. 543), dé (...)

26L’Oronte est considéré comme un serpent, ce qui lui vaut, au témoignage de Malalas, les noms de « Dragon », Δράκων ; de « semblable au serpent », Ὀφίτης ; et de Typhon, Τύφων, le monstre anguipède 71. C’est bien évidemment, comme de nombreux savants l’ont remarqué, une évocation de l’affrontement du dieu Baal du Mont Sapon (plus tard Casius) contre le monstre de la mer de la mythologie ougaritique, modèle du combat de Zeus contre Typhon au mont Casius. C’est aussi une façon d’acclimater un mythe grec connu dès Homère. Je ne pense pas toutefois que l’Oronte soit tout le long de son cours un serpent, un dragon ou Typhon. Il me semble que les caractères ophidiens sont réservés au tiers nord du fleuve, dans la région située entre Apamée et la mer où se trouve le Mont Casius et où le fleuve zigzague et s’enfonce dans le plateau comme un serpent. Strabon, après avoir signalé que l’Oronte traversait le territoire d’Apamée, puis celui d’Antioche et aboutissait à la mer près de Séleucie, poursuit : « appelé auparavant Typhon, il changea son nom pour celui d’Orontès, qui avait construit un pont au-dessus de lui. D’après les mythographes, c’est là qu’aurait eu lieu ce qui concerne le foudroiement de Typhon et les Arimes dont nous avons parlé aussi plus haut. Typhon, à ce qu’on raconte, était un dragon qui, frappé par la foudre, fuyait à la recherche d’un abri souterrain ; il fendit le sol par ses reptations et creusa le lit du fleuve, faisant jaillir sur la terre la source qui s’y était enfoncée. C’est à lui que le fleuve devait son nom » 72. Ailleurs, le géographe a fait état du mythe de Typhon et du pays des Arimes, parfois considérés comme des Syriens 73, où Typhon tenait Zeus enfermé.

27En somme, si l’Oronte est un Bélus dans la seule région d’Apamée, il est un serpent ou un Typhon dans celle d’Antioche et de Séleucie, mais dans les deux cas il manifeste la puissance du Grand Dieu, Bel, Baal ou Zeus.

L’Oronte macédonien

  • 74 Welles 1938, 334 ; corrigé par R. Mouterde, MUSJ, 1939, p. 137 (Bull. ép., 1940, 190).
  • 75 Ps.-Oppien, Cynégétiques, 2, 100-157. Hollis 1994 ; Bernard 1995. Voir Balty 1986.

28Comme en témoigne, en pleine époque byzantine, une inscription de Gérasa, l’Oronte est aussi connu sous le nom d’Axios 74, que porte également un fleuve de Macédoine, l’actuel Vardar. Il suffira de renvoyer aux études d’A. S. Hollis et surtout de Paul Bernard sur les Cynégètiques du Pseudo-Oppien, ouvrage dédié à l’empereur Caracalla et composé peut-être dans les années 212-217 75. Le poète, un Apaméen de Syrie, dans une digression à propos des races de taureaux, rapporte des récits mythiques qui concernent sa patrie. Il y place un exploit d’Héraclès fendant les montagnes pour que l’Oronte qui, épris de la nymphe de la source Mélibée, restait enfermé dans la plaine que ses eaux noyaient, puisse s’échapper vers la mer d’une part et vers le lac d’autre part. Ainsi, le poète transpose en Syrie la légende du héros ouvrant en Thessalie la vallée de Tempè pour que le fleuve Pénée s’écoule jusqu’au golfe Thermaïque. Mais, si dans ce poème le cours d’eau syrien n’est jamais nommé autrement qu’Oronte, le récit est doublement inspiré des mythes macédoniens de l’Axios et thessaliens du Pénée. Devant la subtilité des réminiscences de la poésie hellénistique et l’érudition des allusions littéraires du passage des Cynégètiques concernant Apamée, A. S. Hollis a attribué à Euphorion de Chalcis, poète de l’entourage d’Antiochos III, la rédaction d’une œuvre aujourd’hui perdue qui aurait servi de modèle au Pseudo-Oppien.

  • 76 Houghton, Lorber & Hoover 2008, vol. 1, p. 74-75, nos 1427-1428 ; Sozomène, HE, 7, 15, 11, Ἀπαμείας (...)

29Certes, la première comparaison qui s’impose à la lecture du récit du Pseudo-Oppien est plus thessalienne que macédonienne. Cependant, quelques indications subtiles donnent une couleur macédonienne aux vers 100-157 du poème et justifient les analogies entre l’Oronte et l’Axios en particulier la mention de la nymphe Méliboia qui renverrait à Périboia, personnification d’une branche de l’Axios macédonien. De rares monnaies « quasi-municipales », de l’époque d’Antiochos IV, et un texte de Sozomène, au ve s. apr. J.-C., donnent à Apamée de Syrie le nom d’Apamée de l’Axios 76. À Apamée, qui s’était d’abord nommée Pella avant sa refondation sous son nom dynastique séleucide, et dans sa chôra, en particulier dans le bassin du Ghab que le Pseudo-Oppien nomme « la plaine d’Héraclès », l’Oronte était un Axios. L’interprétation mythologique macédonienne du paysage syrien repose partiellement sur des analogies réelles qu’a soulignées Paul Bernard. La ressemblance entre la région de la basse Macédoine, où Pella se trouve à proximité du lac Loudias, et la plaine d’Apamée-Pella (le Ghab) occupée par un lac est renforcée par la comparaison que tisse le poème. Il est clair que l’identification de l’Oronte à l’Axios remonte aux premiers colons macédoniens, mais on doit constater qu’elle ne dépassait pas les frontières de la grande cité syrienne, même si l’inscription de Gérasa s’en fait tardivement écho.

  • 77 Honigmann 1923, p. 166-167 ; Chuvin 1991, p. 171, n. 61, contra Abel 1933 ; Bernard 1995, p. 362. U (...)
  • 78 Relation du voyage de Nassiri Khosrau, trad. C. Schefer, Paris, 1881, p. 37-38.
  • 79 Ibn Jubayr, Relation des péripéties qui surviennent pendant les voyages (trad. P. Charles-Dominique (...)

30Aux yeux de certains, le principal nom arabe de l’Oronte, le Nahr el-ʿAssi, « le rebelle », doit être une adaptation phonétique du mot Axios, plutôt qu’un terme descriptif 77. Certes, les explications et les étymologies des géographes orientaux médiévaux ne sont pas convaincantes et peuvent apparaître comme fantaisistes. Par exemple, le caractère du fleuve est ainsi expliqué par le voyageur Nazir Khosrau (Nasir Khusraw) au milieu du xie s., dans son Safer Nameh rédigé en persan : « On lui a donné ce nom [le Rebelle] parce qu’il coule vers le pays de Roum ; il sort du pays de l’islamisme pour entrer dans celui des infidèles, et il fait ainsi acte de rébellion » 78. Ibn Jubayr, à la fin du xiie s., a une explication différente : « Il a pour nom al-ʿĀsī, ce qui signifie le Rebelle, parce qu’il a l’air de couler de bas en haut, alors que le cours va du sud au nord » 79. Cependant, la transmission du nom grec Axios — resté rare dans l’Antiquité, limité à des contextes savants et à la seule région de l’Apamène — est difficile à envisager. L’arabe n’a pas pu utiliser l’intermédiaire du syriaque, qui nomme le fleuve Auronta ou Aurontis, et l’on ne voit guère comment le mot aurait cheminé jusque dans le langage commun de l’époque médiévale. L’hypothèse d’une qualification descriptive semble donc la meilleure ; la même image se rencontrerait dans une autre appellation arabe du fleuve : Nahr el-Maqlūb, « le renversé sens dessus dessous » ou « le fleuve à rebours ».

  • 80 Théophane, Chronique, AM 6235 ; le récit se passe au milieu du viiie s., sous le dernier calife ome (...)

31Le chroniqueur Théophane donne le nom Litas, Λιτᾶς, à l’actuel Litani, fleuve qu’aucun autre document grec ne nomme, et il l’interprète comme signifiant « mauvais », ce qu’Abel comprenait comme une référence à λιτός, « vil, de peu de valeur ». Abel opposait fortement les deux fleuves issus de sources proches les unes des autres dans la Békaa, qui allaient dans deux directions contraires et dont l’un, l’Axios, était « excellent, précieux » (ἄξιος), et l’autre, le Litas était mauvais ou vil 80 ; le premier assurant la fertilité des campagnes et l’agrément des cités, l’autre restant inutile et éloigné des villes. Cette vision, bien que séduisante, ne repose que sur de très rares textes, puisque le Litani est totalement ignoré par la tradition antique, et elle paraît très artificielle. On peut douter fortement que les Anciens aient opposé formellement les deux fleuves ou qu’ils aient considéré que l’Oronte était un Axios ailleurs que dans le territoire d’Apamée. On remarquera également que les qualités de l’Oronte sont discutables et que ses caractères négatifs apparaissent aussi bien dans la tradition antique du serpent ennemi du grand dieu ou du méchant géant enseveli sous le fleuve que dans le nom arabe du Rebelle.

L’Oronte arcadien

32L’assimilation de l’Oronte syrien au fleuve Alphée qui coule dans le Péloponnèse, essentiellement en Arcadie puis en Élide, est l’un des aspects de la lecture du paysage syrien par les Grecs et de leur appropriation du pays conquis. La région d’Antioche regorge de mythes arcadiens ou du moins qui ont une tonalité arcadienne, parmi lesquels ceux de l’Alphée, mais l’Oronte est peut-être déjà un Alphée en amont d’Apamée.

  • 81 Palagia 1981 ; Nimmo Smith 2004. Le mythe a plusieurs versions.
  • 82 Pausanias, 8, 54, 1 (trad. M. Jost, CUF).
  • 83 Strabon, 6, 2, 9, καθάπερ Ὀρόντης ἐν τῇ Συρίᾳ, καταδὺς εἰς τὸ μεταξὺ χάσμα Ἀπαμείας καὶ Ἀντιοχείας, (...)

33La comparaison entre l’Alphée et l’Oronte s’organise d’abord autour du thème de la disparition puis de la réapparition du fleuve. On sait que l’Arcadien Alphée, fleuve fils de Téthys et d’Okéanos, poursuivait la nymphe Aréthuse ; celle-ci, pour le fuir, devint une source à Syracuse, mais les eaux de l’Alphée, après avoir traversé la mer, la rejoignirent à la fontaine Ortygie, reliant ainsi le Péloponnèse à la Sicile 81. L’Alphée disparaît aussi dans les terres. Selon Pausanias, « on constate que l’Alphée présente, par rapport aux autres fleuves, une particularité que voici : il aime à disparaître sous terre fréquemment pour reparaître ensuite » 82. Ainsi, Strabon, quand il décrit une caverne où coule une rivière sicilienne, la compare avec la perte des eaux de l’Oronte, « qui, après avoir disparu dans un gouffre nommé Charybde entre Apamée et Antioche, réapparaît à quarante stades de là » 83, puis il ne manque pas d’évoquer l’Alphée. On ne s’étonnera pas de constater que les disparitions de l’Oronte peuvent aussi bien évoquer la course du serpent sous terre, comme nous l’avons vu ci-dessus, que le mythe arcadien et sicilien de l’Alphée.

  • 84 Abel 1933, p. 148.
  • 85 Pline, NH, 2, 106, 224-225, … multorum milium transitu hospitali suas tantum nec largiores quam int (...)
  • 86 Au début du ive s., un évêque d’Apamée se nomme Ἀλφειός (nom à ne pas confondre avec Αλφιος de raci (...)

34Les deux zones de plateaux que traverse le cours de l’Oronte, l’une entre Homs-Émèse et Restan-Aréthuse, l’autre entre la sortie du bassin du Ghab au nord d’Apamée et Derkouch, sont propices à ces disparitions ou le fleuve s’enfonce dans des canyons profonds 84. Au sud d’Apamée, la ville d’Aréthuse, où le fleuve quitte le plateau pour s’engager dans une plaine, porte un nom qui rappelle la source sicilienne. L’un des deux lacs où passe l’Oronte, celui d’Émèse ou celui du Ghab près d’Apamée, me semble évoqué par Pline, quand ce dernier traite des eaux qui se rencontrent sans se mêler. Le naturaliste signale divers lacs traversés par des fleuves, qui y coulent sur une longue distance sans augmenter en volume, et il range l’Oronte parmi ces fleuves85. Puis, il aborde le cas de l’Alphée, qu’il compare indirectement à l’Oronte en décrivant son cours sous la mer. Le Pseudo-Oppien, quand il traite des exploits d’Héraclès dans la région d’Apamée, ne manque pas de rappeler la présence des fameux bœufs syriens, en faisant de ces animaux les descendants de ceux que le héros grec aurait conduits là, après les avoir enlevés des écuries d’Augias, qui, comme on le sait, avaient été nettoyées grâce au détournement de l’Alphée 86.

  • 87 Pausanias, 8, 29, 1-4. Voir supra, n. 58.
  • 88 En particulier Malalas, 8, 15, 10-17, passage qui se termine par la formule : ὡς δῆλον ὅτι οἱ Ἀντιο (...)
  • 89 Pausanias, 8, 29, 1 (avec, près de l’Alphée, le site de Trapezous et la fontaine Olympias). Sur la (...)
  • 90 Diod. Sic., 26, 19.
  • 91 Libanios, Or., 11, 68. Voir l’opinion différente d’Apollonios de Tyane, chez Philostrate, infra, n. (...)

35C’est cependant dans les environs d’Antioche que dominent les souvenirs arcadiens. Ainsi, le récit de Pausanias à propos de la découverte du corps du géant Orontès près d’Antioche figure dans sa description de l’Arcadie, à propos de l’Alphée et de la gigantomachie qui aurait eu lieu dans cette région 87. Les multiples mentions de Géants 88 dans la contrée autour d’Antioche confirment son caractère arcadien, de même que les toponymes communs aux deux régions 89. Par ailleurs, le scoliaste à Strabon qui cite plus ou moins fidèlement Diodore de Sicile indique que l’historien comparait Syracuse et Antioche, deux tétrapoles 90 ; il se pourrait que la comparaison ne portât pas seulement sur cet aspect et l’on peut envisager que la similitude entre l’Alphée et l’Oronte y était aussi signalée. Le passage du fleuve Alphée à Olympie en Élide, peu après sa confluence avec le Ladon, était répliqué à Daphné près d’Antioche, où se tenaient les jeux Olympiques de la cité. Un témoignage important est fourni par l’Antiochikos de Libanios, ce discours en l’honneur d’Antioche qui aurait été prononcé à l’occasion des jeux Olympiques de 356 à Daphné. Le sophiste y fait une subtile allusion à la tradition locale de l’Oronte, en expliquant l’hellénisme pur d’Antioche par le fait que la cité aurait préservé au milieu des terres barbares les mœurs d’une fondation grecque précédente, Iôné, à la manière de l’Alphée qui parvient en Sicile sans mélanger ses eaux douces à celles de la mer 91.

  • 92 Pausanias, 8, 20, 1-2. Voir supra, n. 12.
  • 93 Il existe un autre être mythique nommé Ladon, serpent ou dragon, un fils de Typhon tué par Héraclès (...)
  • 94 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, 1, 16 (trad. P. Grimal). Voir, supra, n. 91, ce qui peut ap (...)
  • 95 Jean Chrysostome, Sur Babylas, 68 (éd. Schatkin, Blanc & Grillet ; SC, 362).

36La présence d’une rivière qui se jette dans l’Oronte près de Daphné et qui se nomme Ladon, comme le principal affluent de l’Alphée, justifie particulièrement l’assimilation des deux fleuves, le grec et le syrien. D’ailleurs, Pausanias, quand il décrit la source du Ladon à Lykouria en Arcadie, ajoute : « Mais le Ladon est, de tous les fleuves de Grèce, celui qui offre l’eau la plus belle, et il est aussi renommé parmi les hommes à cause de Daphné et par les chants concernant Daphné. Quant à la légende de Daphné, je passe sur ce que les Syriens qui habitent au bord du fleuve Oronte en racontent ; mais voici la version des Arcadiens et des Éléens » 92. Ainsi, des récits différents, dans le Péloponnèse et en Syrie, concernent Daphné et le Ladon 93. Certains font du fleuve Ladon le père de la nymphe Daphné qui fut métamorphosée en laurier pour échapper aux assauts d’Apollon. Philostrate, dans sa Vie d’Apollonios de Tyane, raconte la visite du philosophe au sanctuaire d’Apollon à Daphné : « [Il] alla visiter le temple d’Apollon Daphnéen auquel les Assyriens rattachent la légende arcadienne ; ils assurent en effet que c’est là que fut métamorphosée Daphné, la fille du fleuve Ladon, et ils rendent un culte à un pied de laurier qui serait la jeune fille métamorphosée ». Là, Apollonios n’éprouva que déceptions devant la semi-barbarie des êtres et des lieux et, en constatant que le Ladon n’émettait pas le moindre gazouillement, il dit : « Ce n’est pas seulement ta fille qui a été métamorphosée ; toi aussi, apparemment, en devenant barbare, de Grec et d’Arcadien que tu étais » 94. Le mythe de Daphné est fréquemment évoqué par Libanios, mais il en est aussi question dans le Discours sur Babylas de Jean Chrysostome, où le prédicateur chrétien rappelle, à propos du faubourg de Daphné, la légende de la fille du fleuve Ladon 95.

  • 96 Dennert 2009.
  • 97 Vallerin 1994. Le génitif de l’anthroponyme est connu sous la forme Lada sur les estampilles latine (...)

37On peut par ailleurs envisager un lien entre le nom du Ladon, qui se disait également Ladas semble-t-il 96, et l’anthroponyme péloponnésien et syrien Ladas. Ce nom est connu par les estampilles Alexandri Lada apposées sur des bassins-mortiers en céramique (mortaria) fabriqués à la fin du iiie s. ou au début du ive sur la côte syrienne, à Ras el-Bassit 97, l’ancienne Posideion, à une vingtaine de kilomètres au sud de Séleucie.

  • 98 Aliquot 2009, p. 61-69.

38La vallée de l’Oronte, particulièrement dans le secteur d’Antioche, n’est pas l’unique Arcadie syrienne. Comme l’a montré Julien Aliquot, le Jourdain a lui aussi été comparé à l’Alphée. Panéas, centre du culte du dieu Pan, appartient à une seconde Arcadie syrienne qui englobe l’Hermon, l’Anti-Liban et la Damascène. C’est une région où les Géants sont nombreux, où l’on rencontre un site nommé Daphné dans le secteur du lac Houlé et où une légende fait de Damaskos, fils d’Hermès et d’une nymphe, le fondateur venu d’Arcadie de la ville de Damas 98. Pourtant, cette Arcadie syrienne du Sud, par opposition à celle du Nord et de l’Oronte, paraît plus floue, à l’exception de Panéas. On a l’impression qu’elle copie la Syrie septentrionale plus que la Grèce et que ses traditions arcadiennes sont d’abord le reflet de celles d’Antioche. On peut suggérer que le développement des cités grecques, lié à la conquête séleucide de la région vers 200 av. J.-C., a été l’élément moteur de ce mécanisme d’imitation. Néanmoins, le sanctuaire de Pan, dit « Panion », à Panéas aurait pu facilement fixer des traits arcadiens dès l’époque de la domination lagide. Les nouvelles cités et communautés grecques de la Syrie du Sud du iie s. auraient greffé sur ce culte de Pan des traditions et des légendes inspirées de celles des cités grecques de la Syrie du Nord, qui leur servaient de modèle et peut-être leur fournissaient des soldats ou des colons. La présence à Damas au ier s. av. J.-C. de rois ou de prétendants séleucides qui y ont installé leur capitale a pu stimuler ce processus d’imitation de la Séleucide et particulièrement d’Antioche.

  • 99 Levi 1949, p. 109-110 ; IGLS III, 1122 ; Palagia 1981 ; Cahn 1984 ; Huskinson 2005, p. 252-253.
  • 100 Levi 1949, p. 204-205 ; IGLS III, 1002 ; Balty 1992 et 1994a ; Klementa 1993, p. 118-119 ; Huskinso (...)

39Quelques mosaïques syriennes d’époque romaine illustrent la double identité de l’Alphée et du Ladon, grecs et syriens. Dans la « Maison des Portiques » de Séleucie de Piérie, des mosaïques voisines, d’époque sévérienne, représentent l’une Alphée et Aréthuse sous forme de bustes de personnages jeunes (fig. 8) et l’autre, de la même manière, Pyrame, fleuve cilicien, et Thisbé 99. Les deux fleuves et les deux sources, identifiés par des inscriptions, constituaient dans l’Antiquité des couples d’amants célèbres. Une seconde mosaïque, attribuée à la seconde moitié du iiie s., dans le triclinium de la « Maison de Ménandre » à Daphné, figure un dieu-fleuve âgé allongé, couronné de végétaux, tenant une corne d’abondance, vêtu d’un manteau qui lui laisse le torse découvert et dont le pan revient sur son épaule gauche, vis-à-vis d’une nymphe, une jeune femme qui tient un roseau à la main et qui est vêtue d’un manteau qui lui couvre le bas du corps et dont le pan recouvre le bras gauche. Des inscriptions désignent ces personnages comme Ladon et Psalis, Ψάλις (fig. 9), personnage inconnu par ailleurs. On a parfois identifié Psalis à l’Arcadienne Stymphalis, une épouse du Ladon chez divers auteurs, mais la plupart des hypothèses en font une Syrienne : soit la personnification de ψάλις, « la voûte » ou « la canalisation » qui conduisait les eaux de Daphné à Antioche, soit une source précise issue d’une grotte de Daphné, soit encore une chute d’eau tourbillonnante du même site 100.

Figure 8.

Figure 8.

Alphée et Aréthuse sur une mosaïque de Séleucie (Levi 1947, vol. 2, pl. 18a-b)

Figure 9.

Figure 9.

Ladon et Psalis sur une mosaïque de Daphné (Levi 1947, vol. 2, pl. 46c)

  • 101 Voir supra, n. 34-35.
  • 102 Goette 1991 (SEG 41, 1534).
  • 103 Pausanias, 8, 44, où les sources se divisent en deux groupes, avec d’une part un secteur commun de (...)

40Outre la représentation de fleuve abritée au Musée de Damas dont il a été question supra 101, trois autres panneaux de mosaïque conservés à Tartous proviennent des thermes de Ghallineh près de Lattaquié 102. L’un figure une déesse marine reconnue comme Thétys, l’épouse d’Okéanos et mère d’Alphée. Sur un second très endommagé on distingue un berger, accompagné par un troupeau, désigné comme tel par une inscription, ποίμνη, dans un paysage idéal qui conviendrait parfaitement à l’Arcadie. Enfin, le troisième panneau, également mutilé, représente un jeune dieu-fleuve assis sur un bloc taillé, tenant une corne d’abondance, torse nu, avec un manteau rabattu sur son épaule gauche. L’inscription Ἀλφειός l’identifie à l’Alphée. À ses côtés siège une femme entièrement vêtue d’une tunique et d’un manteau qui tient de sa main gauche une amphore posée sur un support (fig. 10). Hans R. Goette qui a publié ces panneaux restitue l’inscription très détruite qui la désigne, Π̣[ελοπόννησος], en repoussant la restitution qui semblerait naturelle, Π̣[ηγή], ou même Π̣[ηγαί], pour des raisons peu convaincantes d’occupation de l’espace. Pausanias souligne pourtant l’importance et l’intérêt des sources de l’Alphée 103. Plutôt que de voir, comme Hans R. Goette, dans les quelques éléments préservés des mosaïques des thermes de Ghallineh, des fragment d’une cycle de Télèphe reproduisant lointainement un programme iconographique royal attalide, on pourrait y reconnaître une partie d’un décor ordonné autour du thème de la mythologie des fleuves — arcadiens, syriens et peut-être autres — parfaitement approprié à des installations balnéaires.

Figure 10.

Figure 10.

Alphée sur la mosaïque de Ghallineh (Goette 1991, pl. 35a)

41Ces trois représentations échappent à la banalité dans la mesure où les images de l’Alphée et du Ladon sont très rares dans l’ensemble du monde méditerranéen. Le caractère régional de leur iconographie n’est pas manifeste, même dans le cas de la mosaïque du Ladon, mais elles participent à l’ancrage syrien des mythes arcadiens.

Les affluents de l’Oronte

  • 104 Honigmann 1924, p. 22-23 ; Honigmann 1932, col. 1555-1557 ; Downey 1961, p. 653-656.
  • 105 Voir supra, n. 53.
  • 106 Downey 1961, p. 653-656. Le point est discuté ; voir Honigmann 1939.

42Nous avons déjà rencontré le Marsyas proche d’Apamée et le Ladon qui coule à Daphné. Plusieurs autres affluents de l’Oronte sont connus dans les sources antiques qui s’intéressent surtout à la région d’Antioche 104, non seulement du fait de l’importance de la ville, mais encore parce que c’est là que se concentrent de nombreuses rivières en provenance des montagnes bien arrosées du nord de la Syrie, dont l’Amanus et le Taurus. Il n’empêche qu’hormis le Marsyas qui aboutit près d’Apamée 105, aucun affluent n’est identifié dans notre documentation avant la plaine d’Antioche, où deux puissants cours d’eau, l’Afrine, ancien Oinoparas, et le Kara Sou, ancien Labôtas, rejoignent le lac d’Antioche qui lui-même se déverse dans l’Oronte par l’intermédiaire de son émissaire, l’Arkeuthos dit aussi « Iaphta ». Le Parménios, identifié à l’Onopnyktès par Downey 106, et le Phyrminos sont deux ruisseaux qui coulent dans la ville d’Antioche. Au-delà, le Grand Mélas et le Petit Mélas sont des affluents qui rejoignent l’Oronte en rive droite, entre Antioche et Séleucie.

  • 107 Honigmann 1924, p. 23, d’après Ramsay.
  • 108 Nonnos, Dionysiaques, 17, 172-173, μηδέ τις ὑμείων πιέτω ξανθόχροον ὔδωρ,| μὴ γλυκερῆς δολόεντα μεμ (...)

43Comme le fait remarquer Honigmann 107, les noms grecs Oino-paras (Οἰνοπάρας), qui compare la rivière au vin, et Ono-pnyktès (Ὀνοπνίκτης), qui signifie « âne-buveur », paraissent renvoyer à des hydronymes sémitiques à partir de ʿayn, « la source ». Nonnos de Panopolis pourrait faire une allusion au caractère vineux ou à la couleur de ces affluents, et peut-être précisément au second, quand il met en scène la bataille du Taurus à l’issue de laquelle Orontès se suicide en amont de Daphné. Le général indien exhorte ses troupes avant le combat : « Et que nul d’entre vous ne boive une onde rougie, philtre insidieux d’une source trop douce qui provoque la folie » 108.

Conclusion

44Le fleuve Nahr el-ʿAssi, ou Oronte (Orontès/Orentès), est connu pendant l’Antiquité grecque, romaine et byzantine sous divers noms, dont Axios, Bélus, Dragon, Ophitès et Typhon. Il est également assimilé, de manière superficielle, au Marsyas phrygien et, plus profondément, à l’Alphée arcadien. Plusieurs de ces hydronymes renvoient à des êtres fabuleux dont les aventures servent à expliquer les particularités du fleuve et la géographie des régions où il coule. Mais la mythologie est aussi pour les Grecs une manière de rendre familiers les pays qu’ils ont conquis par la force, de lire leurs paysages et de les replacer dans le monde qu’ils connaissent. Dans le cas de l’Oronte, plusieurs niveaux d’appropriation peuvent se reconnaître. Parmi les différents noms de l’Oronte, Orontès/Orentès est une copie du nom ancien du fleuve et Bélus calque la mythologie syrienne, tout comme Dragon, Ophitès et Typhon. C’est une traduction des légendes locales avec des adaptations assez simples, de Baal vers Zeus et du monstre de la mer à Typhon. La forme la plus poussée de l’appropriation est le choix de noms grecs en usage dans la métropole, comme celui d’Axios. À un degré moindre, l’assimilation, comme dans le cas de l’Alphée, n’entraîne pas un changement de nom pour le fleuve, bien que dans le cas précis de l’Antiochène cette appropriation a lieu pour un affluent, le Ladon, et divers sites. Enfin, c’est de simple comparaison qu’il faut parler à propos du nom Marsyas dans la région des sources de l’Oronte.

  • 109 Dans d’autres domaines, Antioche se compare, s’apparente ou s’assimile à Delphes, à Argos, à la Crè (...)

45La démarche des colons grecs de l’époque hellénistique et des Gréco-Romains en général diffère selon les secteurs où coule le fleuve. S’il n’y a qu’un Oronte de la source à l’embouchure, ses particularités de serpent (Dragon, Ophitès et Typhon) apparaissent surtout au Nord d’Apamée ; si le fleuve s’apparente peut-être à l’Alphée dès le lac d’Homs-Émèse, il n’est véritablement arcadien qu’autour d’Antioche, avant sa confluence avec le Ladon ; enfin, si l’Oronte est identifié à l’Axios macédonien, c’est uniquement sur le territoire d’Apamée, qui est peut-être également la seule région où le nom Bélus s’applique au fleuve. Ainsi, quatre zones géographiques organisent les différentes mythologies du fleuve : celle des sources, celle des premiers plateaux, celle de la plaine et du lac d’Apamée, et celle des massifs et plaines de l’Antiochène jusqu’à l’embouchure du fleuve. Face à l’hégémonie d’Antioche, qui affiche son appartenance à la vieille Grèce traditionnelle bien représentée par l’Arcadie 109, Apamée a choisi d’insister sur son identité macédonienne et probablement aussi sur son sanctuaire d’un dieu oriental, Bel. Cependant, la prédominance d’Antioche entraîne, à partir de l’époque romaine, la diffusion large de l’image de la personnification de cette cité sous la forme d’une Tyché associée au fleuve Oronte. Désormais l’Oronte, dont Antioche s’est symboliquement emparé, est pour longtemps identifié à la grande cité syrienne.

Je remercie Bernard Geyer et Lévon Nordiguian, responsable de la photothèque de la Bibliothèque Orientale de l’Université Saint-Joseph à Beyrouth, qui m’ont amicalement fourni certaines des photos qui illustrent cet article.

Haut de page

Notes

1 Colloque de septembre 2003, Hama and Orontes. History and Culture, dont les Actes n’ont jamais été publiés.

2 Voir Weulersse 1940a, croquis du « profil en long », p. 15, depuis ʿAyn ez-Zarqa (Aïn Zerqa) jusqu’à la mer ; le même auteur, p. 5, dit que le fleuve dépasse 610 km, ce qui doit incorporer les premiers ruisseaux entre Baalbek et ʿAyn ez-Zarqa. On trouve çà et là, sous d’autres plumes, les chiffres les plus fantaisistes, inférieurs en général.

3 La forme Ὀρέντης est fréquente, sans rien avoir de fautif, comme l’a montré Honigmann 1924, p. 24, voir Honigmann & Schmidt 1939, col. 1163, avec par exemple, dans la Vie de Saint Syméon Stylite le Jeune, 238 (éd. P. Van den Ven), τοῦ Ὀρέντου ποταμοῦ. La plus ancienne mention de l’Oronte en grec, due à Polybe, 5, 59, 10-11, est relativement tardive. On trouve dans Abel 1933, Honigmann & Schmidt 1939 et Chuvin 1991, p. 170-173, des présentations des principales questions concernant la mythologie de l’Oronte.

4 Pausanias, 6, 2, 7 : ὁ δὲ Εὐτυχίδης οὗτος καὶ Σύροις τοῖς ἐπὶ Ὀρόντῃ Τύχης ἐποίησεν ἄγαλμα, μεγάλας παρὰ τῶν ἐπιχωρίων ἔχον τιμάς (trad. J. Pouilloux, CUF). Voir Meyer 2006, p. 67-71, sur ce passage, et p. 71-80, sur les témoignages de Malalas, 8, 12, 80-81 (éd. Thurn) et 11, 9, 43-47.

5 Meyer 2006. Voir infra, n. 31-32.

6 Voir infra, n. 12.

7 Habicht 1992 ; CIL IX, 41, Antiochensis Syriae ad Daphnem.

8 Downey 1961, p. 581-582. Voir entre autres, Strabon, 15, 1, 73 ; 16, 2, 4, Ἀντιόχεια ἡ ἐπὶ Δάφνῃ ; Tacite, Annales, 2, 83.

9 Diod. Sic., 26, 19 ; Ptolémée, 5, 15, 16 ; Agathias, Hist., Pro. 27 (éd. Keydell, p. 8).

10 I.Ephesos IV, 1308 (Merkelbach-Stauber, I, p. 307, 03/02/17).

11 Pline, NH, 5, 18, 79 ; Claudien, De raptu Proserpinae, 3, 370-373. Dans son Éloge funèbre de Procope de Gaza, au vie s., Choricius, Or., VIII, 11-15 (éd. Foerster, p. 113-114), nomme la capitale syrienne, ἡ παρὰ τὸν Ὀρόντην κειμένη πόλις, « la ville qui se trouve au bord de l’Oronte », et il ne l’identifie que par l’Oronte et par son voisinage avec Daphné.

12 Pausanias, 8, 33, 3, καὶ ἡ Σελεύκου παρὰ τῷ Ὀρόντῃ ; le contexte montre bien qu’il s’agit d’Antioche, une fondation de Séleucos, et non pas de Séleucie de Piérie. Pausanias, 8, 20, 2, Σύροις τοῖς οἰκοῦσιν ἐπὶ Ὀρόντῃ ποταμῷ ; 10, 20, 5, τῶν ἐπὶ Ὀρόντῃ Σύρων.

13 Libanios, Or., 15, 49 ; 16, 54 ; 18, 169 et 279. Ep., 367 ; 780 ; 897 ; 1259.

14 Strabon, 14, 5, 20, Σελεύκεια ἡ ἐν Πιερίᾳ, καὶ πλησίον Ὀρόντης ἐκδίδωσι ποταμός. Au ive s., l’Antiochéen Ammien Marcellin, dans sa description générale des provinces orientales, au livre 14, 8, 9, s’intéresse d’abord à Séleucie puis parle du « fleuve Oronte qui entoure ces provinces et qui coule au pied des sommets élevés du fameux Mont Casius » (trad. É. Galletier & J. Fontaine) : Has autem prouincias, quas Orontem ambiens amnis, imosque pedes Casii montis illius celsi praetermeans.

15 Voir infra. Denys le Périégète, 918-920, associe l’Oronte aux deux villes d’Antioche et d’Apamée ; d’où Avienus, Descriptio orbis terrae, 1092-1094, et Priscien, Périégèse, 859-861.

16 Pline, NH, 5, 19, 82 : Epiphanenses ad Orontem.

17 Évagre, HE, 3, 34 : … τὴν ἡμετέραν …Ἐπιφάνειαν ἣ τὸν Ὀρόντην σύνοικον ἔχει.

18 Seyrig 1933 (SEG 7, 341) ; Millar 1993, p. 1-23.

19 Millar 1993, p. 6 et 15.

20 Seyrig 1933, p. 68-70.

21 C’est l’occasion de rappeler le célèbre vers de Juvénal, Satires, 3, 62, où « dorénavant l’Oronte syrien se déverse dans le Tibre », iam pridem Syrus in Tiberim defluxit Orontes. Le contexte montre que le poète critique la contamination de Rome par les mœurs et la luxure, non pas de la Syrie en général, mais plus précisément de la ville d’Antioche, au début du iie s. apr. J.-C.

22 Pour le Hauran, Sourdel 1952, p. 96-97 ; pour le Liban, Aliquot 2009, p. 138-139, 142, 178-179, etc.

23 IGLS XVII/1, 80, 81, 86 ? 120, 135, 223, 224, 263 et 306 ; voir les commentaires de 319 et 320 (J.-B. Yon).

24 Sur la signification du mot bétyle et du culte des bétyles, voir Aliquot 2010b.

25 IGLS II, 569.

26 IGLS II, 376 et 383 ; Gatier 1997, p. 763. Les dieux du sanctuaire, Seimos, Symbétylos et Léôn (Lion), sont dits « ancestraux ».

27 En Antiochène, les dieux du sanctuaire du Cheikh Barakat, Zeus Madbachos et Sélamanès, sont eux aussi « ancestraux », IGLS II, 465-472.

28 Speidel 2000, voir en particulier p. 330.

29 IGLS III, 12421, 124220, à Séleucie de Piérie ; IGLS IV, 1298, à Baniyas ; IGLS V, 2331 bis, dans la région de Homs ; Welles 1938, 182. IGLS II, 352, en Antiochène, est douteux. La lecture Διφιλιανῶ[ν], IGLS IV, 1381, en Apamène, pose également problème.

30 Malalas, 11, 9, 44-45, est le témoignage le plus précis qui évoque la présence du fleuve dans le groupe sculpté : …καθημένην ἐπάνω τοῦ Ὀρόντου ποταμοῦ εἰς λόγον τύχης τῆς αὐτῆς πόλεως.

31 Balty 1981b et 1986 ; Meyer 2006, Tabelle I, et Tf. 34 (monnaies 31-36).

32 Meischner 2003, p. 305-308 et 354-355. Les premières publications accompagnées de photos sont dues à Chapot 1903 et, ensuite, à Henri Lammens et Gérard de Martimprey, jésuites en résidence à Beyrouth, qui devaient connaître la statue par l’intermédiaire du R. P. Alexandre Bourquenoud, autre jésuite. Ce dernier l’avait signalée dans son Mémoire sur les ruines de Séleucie de Piérie ou Séleucie de Syrie, Paris, 1860, p. 28-29, en y reconnaissant déjà « quelque dieu Fluvialis ». Sur le voyage de Lammens et Martimprey à Séleucie et Antioche, voir Gatier 2010.

33 Voir maintenant Ostrowski 1991, p. 29-30. Parmi les exemples rares de fleuve personnifié assis se trouve le Nil de la Tasse Farnèse.

34 Balty 1977, p. 14-15 ; Klementa 1993, p. 122-124.

35 Goette 1991 ; voir infra, n. 101-103.

36 Polybe, 5, 59, 10-11, ὃς τὴν ἀρχὴν τοῦ ῥεύματος λαμβάνων ἀπὸ τῶν κατὰ τὸν Λίβανον καὶ τὸν Ἀντιλίβανον τόπων.

37 Pline, NH, 5, 18, 80 : amnis Orontes, natus inter Libanum et Antilibanum iuxta Heliopolim.

38 Ptolémée, 5, 15,3.

39 Strabon, 16, 2, 7.

40 Strabon, 16, 2, 19, τοῦ Μασσύου πολλὴν μέχρι καὶ τῶν τοῦ Ὀρόντου πηγῶν, αἳ πλησίον τοῦ τε Λιβάνου καὶ τοῦ Παραδείσου καὶ τοῦ Αἰγυπτίου τείχους περὶ τὴν Ἀπαμέων γῆν εἰσι.

41 Dussaud 1927, p. 112-114 ; Balty 1982b ; Ghadban 1982 ; Rey-Coquais 1982.

42 Balty 1982b, p. 42-44, considère que la « terre d’Apamée » de Strabon est le territoire de la satrapie hellénistique d’Apamée, ce qui paraît la meilleure solution.

43 Ghadban 1982, p. 158 (déjà Dussaud 1927, p. 112-113) : j’adapte la ponctuation du texte original.

44 Weulersse 1940a, p. 15.

45 Vaumas 1954, p. 246-248, donne pour « Aïn Zerqa » un débit moyen de 11 m3/s, à comparer avec celui de 2 m3/s de la source de Labwé (Laboué), pour juger de l’importance relative de ces sources. Voir aussi Aliquot 2009, p. 61.

46 Ghadban 1982, p. 161.

47 Entre autres, Sartre 2001, p. 646.

48 IGLS VI, Paris, 1967, p. 36-37 (J.-P. Rey-Coquais) ; Rey-Coquais 1982, en particulier p. 170.

49 Strabon, 16, 2, 18-19.

50 Dussaud 1927, p. 398-402 ; Rey-Coquais 1982.

51 Polybe, 5, 45. Voir Dussaud 1927, p. 399-400.

52 Aristote, Traité des vents, 973a12-973b7 (Minor works, éd. W. S. Hett, Loeb, p. 452-455) : … οὗτος ἐν μὲν Τριπόλει τῆς Φοινίκης Ποταμεὺς καλεῖται, πνεῖ δὲ ἐκ πεδίου ὁμοίου ἅλωνι μεγάλῃ, περιεχομένου ὑπό τε τοῦ Λιβάνου καὶ τοῦ Βαπύρου ὄρους. παρὸ καὶ Ποταμεὺς καλεῖται. … ἐν δὲ τῷ Τριπολιτικῷ κόλπῳ Μαρσεύς, ἀπὸ Μάρσου κώμης. Le passage n’est pas dépourvu de confusions. Il me semble en particulier qu’alôn, « aire à battre », ἅλων, est une méprise pour aulôn, « plaine creuse, vallée », αὐλών, qui est le terme qui désigne la Békaa, mais aussi la portion du grand fossé d’effondrement syrien qui va de la vallée du Jourdain au Ghab (la plaine d’Apamée). Le mont Bapyros ou Bapyron, inconnu par ailleurs, paraît identifiable à l’Anti-Liban, à moins qu’il n’y ait, comme le pense Honigmann 1923, p. 169, une graphie différente ou une confusion pour Bargylus, qui désigne la montagne à l’est du Ghab connue par Pline, NH, 5, 17, 78. Il est en tout cas certain qu’aux yeux des Anciens le Liban est une montagne qui s’étend au Nord de ce que les Modernes nomment « la trouée de Homs », ensellement ou vallée est/ouest, mais aussi frontière entre les Lagides et les Séleucides et également rupture dans le paysage, dont on ne trouve aucune mention dans la littérature géographique antique. Voir infra, n. 55.

53 Pline, NH, 5, 19, 81. Voir Dussaud 1927, p. 195-196 et 138-139. Selon Pline, NH, 5, 21, 86, un affluent de l’Euphrate, entre Samosate et Zeugma, se nomme également Marsyas.

54 On reconnaît dans les mythes de fondation de Damas, des récits voisins concernant Askos ou Damaskos supplicié par Dionysos, voir Gatier 2008-2009. On ne s’étonnera pas des liens entre deux régions adjacentes, Békaa et Damascène. Par ailleurs, le thème d’une mort violente, suicide ou meurtre de l’éponyme, qui expliquerait le nom du fleuve, est récurrent dans les mythes antiques concernant les cours d’eau. Voir infra, n. 59.

55 Chuvin 1991, p. 190-196. Étienne de Byzance, Ethnica, s. v. « Μαρσύα », mentionne « Marsya, ville de Phénicie, selon Alexandre [Polyhistôr] et Philon [de Byblos], d’après Marsyas », Μαρσύα, πόλις Φοινίκης, ὡς Ἀλέξανδρος καὶ Φίλων, ἀπὸ Μαρσύου. Chuvin identifie ce Marsya au village dont il est question dans le Pseudo-Aristote ; voir supra, n. 52. Comme me le signale J. Aliquot : « il faut noter que ἀπὸ Μαρσύου résulte d’une correction de l’original, ἀπὸ Μάρσου ; la suite doit être prise en compte : τὸ ἐθνικὸν Μαρσηνὸς (var. Μαρσυηνὸς) τῷ τῆς Ἀσίας τύπῳ ; dans tout cela, l’association des termes Μαρσεύς, Μάρσου et Μαρσηνός amène à se demander s’il ne faut pas plutôt corriger l’entrée de la notice d’Étienne de Byzance en Μαρσά ».

56 Abel1933, p. 149-150.

57 Rappelons que le nom propre Orontès/Orondès est attribué par les Grecs à divers personnages de l’Antiquité, iraniens ou arméniens, dès le ive s. av. J.-C. ; c’est la transcription grecque de l’avestique aurwañḍ, « héros », Justi 1895, p. 234-235. Encore chez Virgile, on rencontre un Oriental nommé Orontès, un chef lycien compagnon d’Énée. Ainsi, l’adaptation grecque du nom du fleuve a pu s’appuyer sur un anthroponyme connu et jugé oriental.

58 Strabon, 16, 2, 7 ; Pausanias, 8, 29, 4 ; Nonnos, Dionysiaques, 17, 289 et 306-314 (Orontès retiré des eaux est inhumé à Daphné). Voir Abel1933, p. 150 ; Chuvin 1991, p. 170-173.

59 C’est un thème constant du Pseudo-Plutarque, Libellus de fluviorum et montium nominibus et de iis quae in illis inveniuntur, dans GGM 2, Paris, 1861 (C. Müller), p. 637-665. Il n’y est pas question cependant de l’Oronte. Voir supra, n. 54.

60 Philostrate, Heroicus, 8, 5, Ἀρυάδην γάρ, ὃν οἱ μὲν Αἰθίοπα, οἱ δὲ Ἰνδὸν ἔφασαν, τριακοντάπηχυν ἐν τῇ Ἀσσυρίων γῇ κείμενον οὐ πάλαι ἀνέφηνεν ἡ τοῦ Ὀρόντου ποταμοῦ ὄχθη σχισθεῖσα : « En effet, il y a peu, la section de la rive du fleuve Oronte révéla un cadavre de trente coudées de long dans la terre d’Assyrie, celui d’Aryadès que les uns disaient éthiopien et d’autres indien ». On remarquera la proximité entre les noms Aryadès et Dériade (Dériadès). Ce dernier est porté par le beau-père d’Orontès qui, comme son gendre, périt dans l’affrontement contre Dionysos ; voir Jones 2000, p. 480, n. 15.

61 Eusèbe, Chron., 1, col. 261-262 (éd. Schoene) ; voir Flavius Josèphe, AJ, 13, 369.

62 Libanios, Ep., 604 ; Or., 1 (Autobiographie), 126.

63 Vie d’Athanase d’Alexandrie, dans Photius, Bibliothèque, cod. 258, 485a (trad. R. Henry). De même Socrate, HE, 4, 2 et 4, 17 ; Théodoret, HE, 4, 13-15 ; Sozomène, HE, 6, 7 et 6, 18 ; Rufin, HE, 2, 5. Voir Downey 1961, p. 410-411.

64 Malalas, 15, 6, 79-82 ; Théophane, Chronique, AM 5973 ; Michel le Syrien, 9, 6, p. 149. Voir Downey 1961, p. 489.

65 Évagre, HE, 3, 32 ; Théophane, Chronique, AM 6003. Voir Downey 1961, p. 510.

66 Avec des traditions confuses sur le lieu où se noient les saintes femmes. Eusèbe, HE, 8, 12, 3, situe de manière imprécise l’affaire près d’Antioche, mais Jean Chrysostome, Hom. de SS. Bernice et Prosdoce (PG, 50, col. 629-640), place l’épisode à Hiérapolis ; en ce cas la noyade suicidaire aurait eu lieu dans l’Euphrate.

67 Procope, Bell., 2, 8, 35.

68 Dussaud 1927, p. 115 ; Abel 1933, p. 150 ; Balty 1982a ; 1982b, p. 69-71.

69 Pline, NH, 5, 19, 82 ; Ptolémée, 5, 15, 16, Σελεύκεια πρὸς Βήλῳ.

70 Ps.-Oppien, Cynégétiques, 2, 152-153 (trad. L. L’Allier) ; Tzetzès, Scol. In Posthomerica, 345 (T. Bergk, Poetae lyrici Graeci, II, 353).Voir Pley 1931, col. 643 et 647.

71 Malalas, 2, 12, 95 ; 5, 37, 64-65 ; 8, 9, 16-18 (καὶ τοῦ Δράκοντος ποταμοῦ τοῦ νυνὶ λεγομένου Ὀρόντου…, ὅστις Τυφῶν καὶ Ὀφίτης καλεῖται) ; 8, 10, 22 ; 8, 12, 71-72 ; 10, 10, 52-55. Eustathe, Commentaires sur Denys le Périégète, 919 (GGM 2, p. 380), en suivant Strabon. Voir Honigmann 1924, p. 24.

72 Strabon, 16, 2, 7 (trad. Abel 1933, p. 152-153, modifiée), Τὸ δ’ ὄνομα τοῦ γεφυρώσαντος αὐτὸν Ὀρόντου μετέλαβε, καλούμενος πρότερον Τυφών. μυθεύουσι δ’ ἐνταῦθά που τὰ περὶ τὴν κεραύνωσιν τοῦ Τυφῶνος καὶ τοὺς Ἀρίμους, περὶ ὧν εἴπομεν καὶ πρότερον. φασὶ δὲ τυπτόμενον τοῖς κεραυνοῖς (εἶναι δὲ δράκοντα) φεύγειν κατάδυσιν ζητοῦντα. τοῖς μὲν οὖν ὁλκοῖς ἐντεμεῖν τὴν γῆν καὶ ποιῆσαι τὸ ῥεῖθρον τοῦ ποταμοῦ, καταδύντα δ’ εἰς γῆν ἀναρρῆξαι τὴν πηγήν. ἐκ δὲ τούτου γενέσθαι τοὔνομα τῷ ποταμῷ.

73 Strabon, 13, 4, 6. Eustathe, Commentaires sur l’Iliade, B vs. 783 (éd. Van der Valk, 1, p. 543), décalque ce passage de Strabon et celui qui est cité supra, n. 72.

74 Welles 1938, 334 ; corrigé par R. Mouterde, MUSJ, 1939, p. 137 (Bull. ép., 1940, 190).

75 Ps.-Oppien, Cynégétiques, 2, 100-157. Hollis 1994 ; Bernard 1995. Voir Balty 1986.

76 Houghton, Lorber & Hoover 2008, vol. 1, p. 74-75, nos 1427-1428 ; Sozomène, HE, 7, 15, 11, Ἀπαμείας τῆς πρὸς τῶι Ἀξίωι ποταμῶι.

77 Honigmann 1923, p. 166-167 ; Chuvin 1991, p. 171, n. 61, contra Abel 1933 ; Bernard 1995, p. 362. Un autre nom, Urunṭ, proche du grec, serait réservé, selon Abel, à la région d’Antioche. Le chapitre « L’eau sur la terre » de Miquel 1980, p. 113-225, contient de nombreuses et fines remarques dispersées, en particulier sur la multiplicité des noms des fleuves et sur les caractères de l’Oronte, souvent comparé ou confondu avec le Jourdain (et non pas avec le Litani).

78 Relation du voyage de Nassiri Khosrau, trad. C. Schefer, Paris, 1881, p. 37-38.

79 Ibn Jubayr, Relation des péripéties qui surviennent pendant les voyages (trad. P. Charles-Dominique), p. 281.

80 Théophane, Chronique, AM 6235 ; le récit se passe au milieu du viiie s., sous le dernier calife omeyyade. Voir Abel 1933-1938, t. 1, p. 158. Une inscription de la nécropole de Tyr, I Tyr Nécropole 56, montre l’existence de l’anthroponyme Litas, dont le rapport avec le nom du fleuve me semble probable. L’embouchure du Litani est à 9 km au nord de Tyr.

81 Palagia 1981 ; Nimmo Smith 2004. Le mythe a plusieurs versions.

82 Pausanias, 8, 54, 1 (trad. M. Jost, CUF).

83 Strabon, 6, 2, 9, καθάπερ Ὀρόντης ἐν τῇ Συρίᾳ, καταδὺς εἰς τὸ μεταξὺ χάσμα Ἀπαμείας καὶ Ἀντιοχείας, ὃ καλοῦσι Χάρυβδιν, ἀνατέλλει πάλιν ἐν τετταράκοντα σταδίοις. Voir également Strabon, 16, 2, 7, où la disparition de l’Oronte paraît se faire en amont d’Apamée ou sur son territoire : …ὑπὸ γῆν ἐνεχθείς, ἀναδίδωσι πάλιν τὸ ρεῦμα, καὶ διὰ τῆς Ἀπαμέων εἰς τὴν Ἀντιόχειαν προελθών. Ces passages sont repris de près par Eustathe, Commentaires sur Denys le Périégète, 919 (GGM 2, p. 380). Sur la localisation de Charybde, à Larissa-Sheizar ou, de préférence, à Derkouch, voir Bernard 1995, p. 360, n. 14.

84 Abel 1933, p. 148.

85 Pline, NH, 2, 106, 224-225, … multorum milium transitu hospitali suas tantum nec largiores quam intulere aquas euehentes. Proditum hoc et in Oronte amne Syriae multisque aliis. Quidam uero odio maris ipsa subeuntuada, sicut Arethusa, fons Syracusanus, in quo redduntur iacta in Alpheum… : « [Ils] font en hôtes une traversée de plusieurs milles et n’emportent que leurs propres eaux sans augmentation de leur volume. On rapporte le même fait sur l’Oronte, cours d’eau de Syrie et sur bien d’autres. Certains encore, par haine de la mer, coulent sous son fond même, telle la fontaine Aréthuse à Syracuse, où se retrouvent les objets jetés dans l’Alphée… » (trad. J. Beaujeu).

86 Au début du ive s., un évêque d’Apamée se nomme Ἀλφειός (nom à ne pas confondre avec Αλφιος de racine sémitique) ; Eusèbe, Vie de Constantin, 116, 4.

87 Pausanias, 8, 29, 1-4. Voir supra, n. 58.

88 En particulier Malalas, 8, 15, 10-17, passage qui se termine par la formule : ὡς δῆλον ὅτι οἱ Ἀντιοχεῖς τῆς Συρίας ἐν τῇ γῇ οἰκοῦσι τῶν γιγάντων, « ainsi, il est évident que les Antiochéens vivent dans le pays des Géants ». Les lieux-dits Pagras et Les Géants témoigneraient de la présence ancienne des Géants à la proximité d’Antioche.

89 Pausanias, 8, 29, 1 (avec, près de l’Alphée, le site de Trapezous et la fontaine Olympias). Sur la fontaine Olympias d’Antioche, Downey 1961, p. 54 et 182 ; sur le Trapezôn syrien (le toponyme est légèrement différent et descriptif, donc moins significatif), Strabon, 16, 2, 8, voir Dussaud 1927, p. 439. Pan, dieu arcadien par excellence, a un temple à Antioche, Downey 1961, p. 180.

90 Diod. Sic., 26, 19.

91 Libanios, Or., 11, 68. Voir l’opinion différente d’Apollonios de Tyane, chez Philostrate, infra, n. 94. On possède dans les Progymnasmata de Libanios, 3, 30 et 17, deux exercices qui résument le mythe de l’Alphée et un autre celui de Daphné fille du Ladon. Dans l’Antiochikos (Or., 11, 266), le sophiste dit que le paysage et le climat délicieux d’Antioche en font une Arcadie, mais c’est une comparaison banale.

92 Pausanias, 8, 20, 1-2. Voir supra, n. 12.

93 Il existe un autre être mythique nommé Ladon, serpent ou dragon, un fils de Typhon tué par Héraclès, dont il est question, entre autres, dans Apollonios de Rhodes, Argonautiques, 4, 1396-1407 ; voir McPhee 1992. On mesure les parentés avec le mythe de l’Axios et d’Héraclès et surtout de Zeus et Typhon.

94 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, 1, 16 (trad. P. Grimal). Voir, supra, n. 91, ce qui peut apparaître comme une réponse de Libanios, à un siècle de distance, en défense de la pureté de l’hellénisme antiochéen.

95 Jean Chrysostome, Sur Babylas, 68 (éd. Schatkin, Blanc & Grillet ; SC, 362).

96 Dennert 2009.

97 Vallerin 1994. Le génitif de l’anthroponyme est connu sous la forme Lada sur les estampilles latines ; on rencontre également sur des estampilles grecques des mêmes productions, ΛΑΔΑΤΟΣ, un génitif différent, inscrit seul. Voir aussi IGLS I, 192, inscription funéraire conservée dans une collection alépine, où Λαδᾶ paraît être un anthroponyme au génitif. Les trois personnages historiques connus sous le nom de Ladas sont péloponnésiens, voir RE 12/1, col. 380-381 ; de plus, les trois exemples de Λάδας mentionnés dans le LGPN appartiennent tous sans surprise au volume III A (Oxford, 1997) du Péloponnèse, cf. p. 264. Cela confirme le lien entre le nom de personne et le cours d’eau.

98 Aliquot 2009, p. 61-69.

99 Levi 1949, p. 109-110 ; IGLS III, 1122 ; Palagia 1981 ; Cahn 1984 ; Huskinson 2005, p. 252-253.

100 Levi 1949, p. 204-205 ; IGLS III, 1002 ; Balty 1992 et 1994a ; Klementa 1993, p. 118-119 ; Huskinson 2005, p. 250-252. Un panneau qui représente Apollon poursuivant Daphné se trouve dans un corridor de la même maison, Levi 1949, p. 210-214.

101 Voir supra, n. 34-35.

102 Goette 1991 (SEG 41, 1534).

103 Pausanias, 8, 44, où les sources se divisent en deux groupes, avec d’une part un secteur commun de sources de l’Alphée et de l’Eurotas et d’autre part une résurgence de l’Alphée sur le territoire mégalopolitain au lieu-dit « Les Sources », Πηγαί.

104 Honigmann 1924, p. 22-23 ; Honigmann 1932, col. 1555-1557 ; Downey 1961, p. 653-656.

105 Voir supra, n. 53.

106 Downey 1961, p. 653-656. Le point est discuté ; voir Honigmann 1939.

107 Honigmann 1924, p. 23, d’après Ramsay.

108 Nonnos, Dionysiaques, 17, 172-173, μηδέ τις ὑμείων πιέτω ξανθόχροον ὔδωρ,| μὴ γλυκερῆς δολόεντα μεμηνότα φάρμακα πηγῆς (trad. B. Gerland).

109 Dans d’autres domaines, Antioche se compare, s’apparente ou s’assimile à Delphes, à Argos, à la Crète, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende La Syrie du Nord-Ouest et l’Oronte
Crédits © P.-L. Gatier, M. Sauvage, d’après Weulersse 1940a, p. 16, 21 et 24
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2.
Légende Une inscription de Doura-Europos (Seyrig 1933, pl. 15/1)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 3.
Légende Antioche et l’Oronte. Musées du Vatican (Meyer 2006, pl. 5/2)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Figure 4.
Légende Statue de fleuve personnifié : photo prise à Séleucie de Piérie en 1904 par G. de Martimprey et H. Lammens
Crédits © Bibliothèque Orientale, Université Saint-Joseph, Beyrouth
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 5.
Légende Un fleuve personnifié sur la mosaïque de Ghallineh (Balty 1977, p. 15)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 6.
Légende La source de ʿAyn ez-Zarqa, en 1974
Crédits © B. Geyer
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 7.
Légende L’Oronte dans la Békaa, un peu en aval de ʿAyn ez-Zarqa, en 1974
Crédits © B. Geyer
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 8.
Légende Alphée et Aréthuse sur une mosaïque de Séleucie (Levi 1947, vol. 2, pl. 18a-b)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Figure 9.
Légende Ladon et Psalis sur une mosaïque de Daphné (Levi 1947, vol. 2, pl. 46c)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 10.
Légende Alphée sur la mosaïque de Ghallineh (Goette 1991, pl. 35a)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5154/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Louis Gatier, « Géographie mythologique de l’Oronte dans l’Antiquité », Syria, IV | 2016, 249-269.

Référence électronique

Pierre-Louis Gatier, « Géographie mythologique de l’Oronte dans l’Antiquité », Syria [En ligne], IV | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/5154 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.5154

Haut de page

Auteur

Pierre-Louis Gatier

CNRS, UMR 5189 (HiSoMA), Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals