Navigation – Plan du site
Autres articles

Le Palais Nord d’Ougarit

Sébastien Rey
p. 203-220

Résumés

Le Palais Nord de Ras Shamra-Ougarit, découvert en 1968, a fait l’objet de plusieurs rapports préliminaires ; nous proposons ici un essai de synthèse monographique. Situé au nord de la « Forteresse Royale », cet édifice apparaît comme un ensemble architectural cohérent, constitué par un certain nombre de secteurs fonctionnels, organisés selon des modèles spécifiques, où se déroulaient, pensons-nous, les activités quotidiennes, publiques et privées, d’un système politique et économique de type palatial. Construit au xvie siècle av. J.-C., à la charnière entre le Bronze moyen et le Bronze récent, le Palais Nord est un monument atypique, quelque peu hybride. Les formules planimétriques et certains éléments structurels représentent autant d’innovations caractéristiques de l’architecture monumentale classique d’Ougarit  ; d’autres procédés de construction reflètent, au contraire, le poids des traditions syriennes archaïques de la première moitié du IIe millénaire av. J.-C.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Schaeffer 1970, p. 209.
  • 2 Ibid., p. 211. Sur les problèmes liés à la définition des palais de l’âge du Bronze, voir Margueron(...)
  • 3 La désignation des différentes phases du Bronze récent levantin ne fait pas, loin s’en faut, l’obje (...)

1Dans les « Nouvelles Archéologiques » de Syria, 47, 1970, Claude F. A. Schaeffer signalait la découverte d’un troisième palais situé « au nord de la rue dite du Palais qui longe la façade septentrionale du Grand Palais »1 et « présentant une architecture particulière, différente de celle des (grandes résidences), des temples et des nombreuses maisons d’habitation (...) de Ras Shamra »2. Ouvertes en 1968, lors de la 30e campagne, les fouilles, d’abord dirigées par Cl. Schaeffer, puis par J.-Cl. Courtois l’année suivante, se sont poursuivies sous la direction conjointe de É. et J. Lagarce jusqu’en 1972 avec une interruption en 1970. Ces quatre campagnes de terrain, complétées par une série de sondages à l’intérieur du palais, conduits par J. Mallet en 2000 et 2002, ont confirmé l’originalité architecturale d’un édifice qui se révélait d’autant plus intéressant qu’à la différence de la plupart des autres monuments fouillés jusqu’alors, il ne semblait pas avoir vécu dans la phase ultime de l’histoire du royaume, c’est-à-dire à la toute fin du Bronze récent II3.

  • 4 É. et J. Lagarce ont tenté, sans grand succès, nous le regrettons, de lui attribuer un nom plus exo (...)
  • 5 Deux rapports préliminaires : Lagarce & Lagarce 1972, p. 209-213 et Lagarce & Lagarce 1973, p. 297- (...)
  • 6 Les archives de É. et J. Lagarce, leurs carnets de fouilles, croquis et photographies de chantier d (...)
  • 7 Mémoire de maîtrise soutenu en 2004 à l’Université de Paris 1 sous la direction de S. Cleuziou et J (...)

2Le Palais Nord4 n’a cependant jamais fait l’objet d’une étude architecturale approfondie5. Nous tâcherons d’y remédier sans pour autant en proposer une reconstitution définitive. Ce travail doit être considéré comme la présentation raisonnée d’une documentation dispersée, publiée et inédite6. Nous n’avons pas cherché à présenter ici une lecture descriptive détaillée des vestiges architecturaux, nécessaire à l’élaboration d’une démarche interprétative progressive (fonctionnement du plan et analyse des circulations, matériaux et techniques de construction, aménagements fixes, etc.), mais en revanche à exposer d’emblée nos conclusions préliminaires (la fonction des secteurs), qui se fondent sur les observations et interprétations des fouilleurs et sur une étude comparative réalisée au préalable sur les palais syriens du IIe millénaire av. J.-C.7. L’objectif ainsi fixé est double : 1. dresser un état de la question ; 2. souligner au trait fort sous forme de notes monographiques les points d’interrogation.

I. Définition de l’unité palatiale

  • 8 Trois plans du Palais Nord ont été publiés dans les différents états successifs de son dégagement, (...)
  • 9 Cette hypothèse se fonde en partie sur la présence de deux habitations, très partiellement fouillée (...)

3D’emblée, deux problèmes ou difficultés, quoiqu’étroitement liés l’un à l’autre, se posent : celui d’abord de l’irrégularité du contour ; celle ensuite de l’incertitude des limites. Un premier survol du plan permet aussitôt de s’en rendre compte8 (fig. 1). Le contour, quadrangulaire, est rogné au nord-ouest, soit du fait de la présence de constructions plus anciennes, bordant à l’est la « rue du Palais Nord »9, soit strictement pour des raisons de parcellaire. Mais quelle que soit l’explication de cette irrégularité dans la conception du plan, il en résulte une recherche d’orthogonalité « contrariée » : le contour est presque carré, mais aucun des angles n’est droit ; pour les murs intérieurs, on distingue très clairement deux orientations principales, à peu près orthogonales, mais qui sont légèrement décalées par rapport à l’orientation de la façade méridionale.

Figure 1

Figure 1

Plan du Palais Nord. État en 1972 (Contenson et al. 1973, p. 139).

  • 10 Il s’agit précisément de la moitié orientale du bâtiment au trône de pierre, voir par exemple Yon 1 (...)
  • 11 Les vestiges correspondent aux murs de la maison nord-est, voir Yon 1997, p. 66 et Callot 1986, p.  (...)
  • 12 Bien que nous ne puissions naturellement prouver l’absence d’ouvertures extérieures, reconnaissons (...)
  • 13 La rue du Palais est contemporaine de l’utilisation de la Forteresse Royale, construite en plusieur (...)
  • 14 Voir Lagarce & Lagarce 1973, p. 304.
  • 15 Notons cependant que de la moitié nord, n’a été conservé que le parement intérieur en moellons ; do (...)

4Les limites extérieures sont connues à l’est, au sud et au nord-ouest ; elles ne le sont que partiellement au nord et au sud-ouest. Des constructions plus récentes recouvrent l’angle sud-ouest10 tandis qu’au nord, plusieurs tronçons d’un mur en très mauvais état de conservation et en partie détruit par des vestiges postérieurs, constituent la façade septentrionale11. Longue de 32 m, celle-ci délimitait au nord les pièces 5, 11, 12, 20 et 28. Aucune trace d’ouverture donnant sur l’extérieur de l’édifice n’a été repérée dans les portions conservées de ce mur12. À l’ouest, un long mur aveugle, repéré sur un peu plus de la moitié de sa longueur, soit 46 m, et contre ou sur lequel s’appuyaient ou reposaient des murs postérieurs, constituait la limite occidentale en délimitant à l’ouest les pièces 1, 2, 3, 4 et 5. Au sud, l’édifice est bordé sur 36 m par la rue du Palais, dont la datation est, précisons-le, postérieure, qui longe d’ouest en est les pièces 1, 6, 13, 14 et 2413. Le mur de façade, dépourvu d’ouverture, était revêtu d’orthostates le long de son parement extérieur oriental sur un peu plus du tiers de sa longueur. À l’est, la rue du Palais Nord, contemporaine celle-ci de l’utilisation de l’édifice14, courait le long du mur de façade sur 46 m, longeant ainsi du sud au nord les pièces 24, 25 qui ouvrait sur une entrée de type monumental, 26, 29, 27 et 28. Cette façade était renforcée d’orthostates sur la moitié de sa longueur, de part et d’autre de l’entrée15. Le mur présentait un léger décrochement vers l’ouest, de 80 cm environ, à partir de la limite méridionale de la pièce 29.

  • 16 Sur la définition du système palatial oriental au BR, voir Liverani 1974, p. 329-356.

5Ainsi et en dépit des nombreuses lacunes dues à la disparition ou au mauvais état de conservation de certains murs de façade mais aussi de la présence, naturellement gênante, de constructions plus récentes, principalement au nord-ouest et au sud-ouest, le Palais Nord se laisse assez facilement définir en tant qu’unité architecturale relativement homogène, de 1 500 m² environ, orienté presque exactement selon les points cardinaux et formant un bloc cohérent constitué de plusieurs secteurs fonctionnels différents ; des espaces, si l’on veut, où se déroulaient les activités quotidiennes, publiques et privées, d’un système politique et économique de type palatial16 (fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Schéma des circulations (d’après Contenson et al. 1973, p. 139).

II. Espace officiel et crapaudines

  • 17 Voir Matthiae 1990, p. 209-228.
  • 18 Voir par exemple les reconstitutions du fonctionnement des espaces officiels du Palais Royal d’Ouga (...)
  • 19 Voir Connan et al. 1991, p. 101-126.
  • 20 Schaeffer 1970, p. 212.
  • 21 Aucune des portes principales des palais syriens du IIe millénaire n’a, jusqu’à présent, livré des (...)

6Le secteur officiel était le lieu où se déroulaient les manifestations de prestige du propriétaire du palais17. Celles-ci étaient soigneusement orchestrées sous forme de mises en scènes, quasi théâtrales, et parfois d’une étonnante complexité, que seule une lecture minutieuse des vestiges architecturaux permet de reconstituer18. La porte, unique point de contact entre l’édifice et le monde extérieur, représentait naturellement le premier élément, souvent spectaculaire, de cette mise en scène du pouvoir. Celle du Palais Nord, monumentale de caractère, était constituée par un large perron de 8,50 m, à deux marches dont la première était un monolithe de 3 m de long ; la seconde, le seuil, un deuxième monolithe de 2 m de long sur 1 m de profondeur ne présentait aucun système de fermeture particulier ; les murs latéraux qui encadraient cette ouverture étaient revêtus d’orthostates, hauts de 1 m et revêtus d’un enduit bitumeux. Celui-ci servait de colle pour fixer un décor de placage19 qui participait, et de façon plus figurative, à cette mise en scène ostentatoire. L’absence de système d’obturation, dont s’étonnait quelque peu Cl. Schaeffer20, n’est en soi pas du tout problématique ; bien au contraire, elle témoigne précisément de la nature « publique » de la porte principale, largement ouverte sur l’extérieur, sur l’espace civique de la cité21.

  • 22 Voir Margueron 1982, p. 465-498.
  • 23 Schaeffer 1970, p. 212, et Lagarce & Lagarce 1973, p. 299.

7Pourtant, cet effet volontairement recherché et localisé, ne doit pas dissimuler une autre réalité, fondamentale dans l’étude du fonctionnement de ces édifices, mais bien souvent négligée faute d’indices archéologiques : le contrôle étroit des circulations à l’intérieur de l’unité palatiale22. Celui-ci, on le comprendra aisément, jouait un rôle primordial au sein de l’espace officiel du Palais Nord que l’on atteignait une fois franchie la porte principale et qui regroupait, dans son état final, les pièces 24, 25, 26, la cour 21 et la pièce 2223.

  • 24 Plus qu’une note, ouvrons ici une parenthèse méthodologique : la plupart des descriptions des murs, (...)

8Le vestibule 25, de petites dimensions, 5 m sur 6,20 m, flanqué de deux pièces latérales, 24 et 26, représentait le premier point de contrôle des déplacements. Il communiquait au nord avec la pièce 26 par deux accès relativement étroits, placés aux deux extrémités d’un mur, long de 2,60 m. Le parement sud n’est conservé que sur une seule assise de trois pierres de taille juxtaposées, hautes de 80 cm environ, alors que le parement nord, conservé sur deux ou trois assises, est fait entièrement de moellons à peine dégrossis mais disposés de façon plutôt régulière24. Cette différence de matériaux et le soin tout particulier apporté à la mise en œuvre des pierres taillées du parement sud donnent au mur un aspect hétérogène, semblable d’un point de vue structurel et fonctionnel à celui des façades blindées d’orthostates, et qui, comme celles-ci, n’avait pas, semble-t-il, une destination seulement architectonique mais surtout décorative. Elle représente un indice probable de hiérarchisation spatiale à deux niveaux : l’un public, le vestibule ; l’autre privé, la pièce 26.

  • 25 Schaeffer 1972, p. 28.
  • 26 Aurenche & Callot 1977, p. 66-67.
  • 27 Une seule a par exemple été retrouvée en place dans le Palais VII d’Alalakh, Woolley 1955, p. 90, d (...)
  • 28 Margueron 1995, p. 190.
  • 29 Ces empreintes de cadres en bois ont par exemple été repérées dans les deux palais ougaritains, le (...)
  • 30 Schaeffer 1972, p. 28.

9Dans l’état final du fonctionnement de l’espace officiel, la seule sortie de la pièce 26, une fois franchi l’un des deux passages depuis le vestibule, était vers la cour 21, à l’ouest, par une porte assez étroite de 70 cm. Celle-ci était pourvue d’un seuil en pierre munie à l’angle sud-ouest d’un trou de crapaudine circulaire de 22 cm de diamètre. Arrêtons-nous un instant : l’importance de ce type tout à fait original d’obturation de porte, que Cl. Schaeffer n’avait que très brièvement évoquée25, n’a pas été pleinement mesurée. Elle nous paraît cependant essentielle, mais avant de le démontrer, résumons ce que nous savons des systèmes de fermeture des palais syriens de l’âge du Bronze : en peu de mots, pas grand-chose, faute, répétons-le, de témoins matériels. Généralement, ce sont les crapaudines placées du côté du blocage de la porte qui permettent d’analyser son sens de fonctionnement ; « elles se présentent le plus souvent comme des cavités creusées dans des blocs de pierre »26 isolés, donc difficilement repérables en fouilles27. Plus rarement, le système, dépourvu de crapaudine, « faisait appel à un cadre en bois qui supportait, sans doute par des sortes de gonds, les vantaux »28 ; dans ce cas les seuls témoins sont « les traces d’incendie que portent encore les montants des portes ainsi que certaines lacunes apparentes des seuils en pierre », autant dire des témoins évanescents et plutôt exceptionnels29. Le système utilisé dans le Palais Nord est une variante sophistiquée du premier type : la cavité était creusée directement dans le seuil dans laquelle était enchâssée la crapaudine, en fait un simple galet sur lequel reposait le pivot du vantail30. Ce système original offre pour nous, par ses caractéristiques intrinsèques, un double avantage : il permet d’identifier avec certitude les portes et les passages, et d’analyser leur sens de fonctionnement, la commande d’ouverture, donc la maîtrise des circulations.

10Revenons à la pièce 26. Le battant de la porte située à l’ouest se rabattait vers l’intérieur ; la présence d’un trou rectangulaire dans le jambage sud, 4 cm sur 3,5 cm, profond de 7 cm, situé à 42 cm à l’aplomb du trou de crapaudine, qui servait sans doute de clenche, permettait de verrouiller la porte. Celle-ci était donc commandée depuis l’intérieur de la pièce. La sortie officielle du vestibule, placée dans l’axe de l’ouverture d’entrée, menait sur le long côté de la cour 21, en son centre. Le seuil — 2 m de long sur 1 m de profondeur — était pourvu de deux trous de crapaudine situés à proximité des angles nord-est et sud-est. La porte possédait ainsi deux vantaux qui se rabattaient vers l’ouest. L’opposition des commandes d’ouverture des deux portes représente l’élément décisif pour la compréhension du fonctionnement de l’espace officiel et conforte l’idée d’une hiérarchisation spatiale à deux niveaux : l’accès officiel à la cour 21 était contrôlé par la pièce 26 qui représentait le nœud du système ; la commande d’ouverture d’une porte discrète, 26/21, qui donne sur une extrémité de la cour et la présence de deux étroits passages vers le vestibule en font une sorte d’espace de coordination entre deux ensembles bien définis : porte d’entrée/vestibule 25 et cour 21/salle 22.

  • 31 Voir Margueron 1982, p. 499-523.
  • 32 Mallet 2002, p. 528, restitue « un jambage commun à deux portes jumelles », mais il nous paraît peu (...)

11La cour représentait donc l’aboutissement des circulations depuis la porte monumentale au sud-est. La cour, par nature, occupe une place à part dans l’architecture du bâti proche-oriental. Dans l’organisation des circulations, l’espace à ciel ouvert joue un rôle centralisateur et coordinateur entre les différents espaces fonctionnels du bâtiment31. Longue de 12 m, large de 7 m et munie d’au moins cinq ouvertures, la cour 21 distribuait de façon rayonnante les circulations vers les différents espaces du Palais Nord. Au moins cinq ouvertures, disions-nous, parce qu’il est possible qu’une porte supplémentaire ait existé dans le mur ouest, dont la portion nord fut entièrement arrachée jusqu’aux fondations. Une seule a été partiellement repérée — le jambage sud, large de 1,20 m et haut de 60 cm — située à peu près au milieu du mur et dans l’axe de la porte à deux battants donnant sur le vestibule32. La limite méridionale de cette cour est percée par un passage, large de 2,80 m, constitué par cinq dalles assemblées. L’axe principal des déplacements était dirigé vers le nord, la pièce 22.

  • 33 Lagarce & Lagarce 1973, p. 302.
  • 34 La salle du trône du Palais Nord de Ras Ibn Hani est pourvue d’une baie à colonnes similaire ; les (...)
  • 35 . Yon 1997, p. 72. La présence de cette baie ne confère-t-elle pas à la pièce 22 un caractère osten (...)

12Située dans l’axe longitudinal de la cour, cette pièce barlongue de 38 m², pourvue de deux sorties, au nord-ouest et au nord-est, était accessible par une baie monumentale de 5,50 m de largeur. Celle-ci était divisée en trois parties par deux colonnes circulaires en bois qui reposaient sur des bases de pierre. Seuls le passage central et la partie orientale sont conservés. L’une des bases est encore en place : cylindrique de 74,5 cm de diamètre, elle est taillée dans le même calcaire compact utilisé pour la plupart des seuils, des jambages de portes et des orthostates du palais. La dalle du passage central, large de 2 m,
épaisse de 6 cm, possédait à chacune de ses extrémités une échancrure semi-circulaire pour l’insertion des bases de colonnes. Dans la partie orientale, le seuil est constitué de deux dalles longues et étroites, large de 1,50 m, laissant entre elles une rainure de 15 cm de large ; le jambage à l’est et la base de colonne sont creusés, à leur partie inférieure, d’une cavité qui prolonge la rainure33. Il est très probable que ce dispositif se retrouvait aussi dans la partie occidentale. Le dispositif complexe de rainures ménagées dans les seuils et jambages servait d’encastrement pour une structure, sans doute en bois, qui fermait les deux parties latérales, peut-être des clôtures34. La formule, cour, baie à colonnes et salle barlongue, associée à un vestibule de petites dimensions et une entrée monumentale largement ouverte sur l’extérieur, représente « le schéma caractéristique de l’architecture d’apparat ougaritaine »35.

III. Espace central et « géométrie ougaritique »

13Le sous-titre est volontairement énigmatique : en quittant l’espace officiel vers l’ouest, depuis la cour 21 ou la pièce 22, on atteint le centre de l’édifice où la grande majorité des murs et autres installations fixes ont été complètement arrachés ou méthodiquement démontés de sorte qu’aucun indice de quelque importance ne nous autorise à en comprendre le fonctionnement et le rôle qu’il occupait réellement au sein du palais. Seuls son contour et le locus 3 feront l’objet d’une attention particulière.

  • 36 Cette association rappelle les montants de portes des palais ougaritains plus récents ; peut-être s (...)
  • 37 Le bitume du Palais Nord a été analysé par diffraction, voir Connan et al. 1991, p. 101-126. Il pro (...)
  • 38 Connan et al. 1991, p. 103.

14Le contour est assez facilement identifiable par son tracé rectangulaire de précision géométrique. L’espace, qui regroupe les loci 2, 3, 8, 9, 17 et 18, se démarque ainsi clairement dans l’organisation du plan par son orthogonalité stricte qui tranche avec le contour irrégulier du palais : les limites, mais aussi les différents tronçons de murs exceptionnellement conservés, sont rigoureusement perpendiculaires les uns aux autres et orientés nord-sud/est-ouest. Le locus 3 est un vaste espace rectangulaire,
14,50 m sur 8,30 m, délimité au nord par un puissant mur revêtu d’orthostates, à l’ouest par la façade du palais, au sud par un tronçon de mur de 2,50 m de longueur, et à l’est par un mur originellement pourvu d’orthostates, dont trois ont été retrouvés posés à plat, vraisemblablement tombés pendant l’opération de démontage. Le mur nord était percé de deux ouvertures, l’une au centre, large de 1,40 m, munie d’un seuil « monolithique’ » carré, flanquée de deux montants en pierres de taille avec dans chaque bloc supérieur un trou de goujon ; l’autre, à l’extrémité occidentale, large de 1,10 m, profonde de 1,40 m, pourvue d’un montant plutôt atypique : il est constitué par une association de matériaux différents, des moellons en pierre sur les deux tiers nord et une poutre en bois sur le tiers restant36. Entre les deux ouvertures, la portion du mur nord possédait un parement méridional fait de huit orthostates massifs, 0,55 m sur 0,45 m sur 1,20 m, taillés et appareillés avec soin et revêtus, comme ceux de l’entrée monumentale, d’un enduit bitumeux épais (2 à 4 cm) destiné à fixer un décor « de mosaïques incrustées ou de panneaux »37. Ce procédé est plutôt exceptionnel : « le bitume, fréquemment utilisé pour les sols de cour, soit en épaisse couche, soit pour sceller un pavement en carreaux de terre cuite, (…) était généralement appliqué sur des murs en briques, enduit abondamment sur les soubassements pour les protéger de l’humidité par capillarité. Plus rarement, le bitume était utilisé comme peinture étanche, conjuguant ainsi l’utile et l’esthétique »38. À l’est de l’ouverture centrale, le parement sud de la portion orientale du mur nord était revêtu de sept orthostates identiques.

  • 39 Schaeffer 1970, p. 212, Lagarce & Lagarce 1972, p. 302 et Yon 1997, p. 72.
  • 40 Mallet 2002, p. 529.
  • 41 Trois exemples : le revêtement de la cour II du Palais Nord de Ras Ibn Hani était constitué par une (...)

15La nature du locus 3, d’abord interprétée comme une cour39, a récemment été contestée par J. Mallet40. Son argument repose essentiellement sur deux constatations : le revêtement originel du sol était impropre à celui d’un espace à ciel ouvert et on note la présence d’une base de poteau destinée à supporter une couverture. La première remarque ne nous paraît pas vraiment convaincante : la nature des sols n’apporte en général aucune aide à l’interprétation des espaces. Et s’il est exact qu’un sol revêtu d’un mortier dur sur une couche de terre rouge perméable et rapportée ne constitue pas un revêtement idéal pour l’absorption des eaux de pluie, sa constitution très résistante en fait une caractéristique assez courante du type d’espace à ciel ouvert de l’architecture monumentale ougaritaine41. La présence, au centre de l’espace 3, d’un puisard circulaire assurait efficacement l’évacuation des eaux de pluie. La seconde remarque de J. Mallet ne nous semble pas plus concluante pour deux raisons : d’abord, une portée directe de 8,50 m n’étant pas un obstacle, la présence de poteaux supportant une couverture n’aurait pas eu de sens, sinon seulement décoratif ; ensuite, la localisation précise de la base, à égale distance des murs nord et sud du locus, à 2 m à l’ouest du mur oriental, témoignerait plus vraisemblablement d’une couverture légère de type auvent, installée sur la largeur de la cour sur 2 m de profondeur.

16Terminons l’analyse de cette partie du Palais Nord par quelques notions élémentaires de géométrie spatiale (fig. 3). Un coup d’œil un peu attentif sur la partie centrale de l’édifice permet de distinguer une ligne directrice orientée nord-ouest/sud-est et définie par les trois points alignés suivants : l’angle nord-ouest de la cour 3, l’angle nord-est du montant méridional de la porte 21/17 et l’angle nord-est du montant oriental du passage 21/14. La cour 3 et les ailes qui la bordent au sud et à l’est dessinent un ensemble rectangulaire de 19,50 m sur 15,50 m. En ajoutant à celui-ci les pièces 23, 22, la cour 21, les pièces 16, 15, 7 et 1, on obtient un second rectangle, 26,80 m sur 21,50 m, qui a exactement les mêmes proportions (le rapport des longueurs sur les largeurs est identique). Coïncidence ou non, il est certain que l’espace central du palais, ordonné par la cour 3, jouait dans l’élaboration du plan un rôle structurant et directeur. Un agrandissement géométrique est une opération simple à mettre en application avec des moyens peu sophistiqués et à grande échelle, une opération que connaissaient sûrement les bâtisseurs ougaritains.

Figure 3

Figure 3

Structuration de l’espace et étapes de construction (d’après Contenson et al. 1973, p. 139).

IV. Espace domestique et installations hydrauliques

  • 42 Lagarce & Lagarce 1973, p. 299.

17L’espace des services était l’endroit où se déroulaient les activités domestiques de la vie quotidienne. Nombreuses et variées, elles nécessitaient la présence d’un personnel important voué entièrement au fonctionnement du palais. Elles nécessitaient également une vaste superficie au sol et certains aménagements indispensables, notamment des installations en rapport avec l’eau. L’espace domestique occupait dans le Palais Nord toute la partie nord-est, soit l’ensemble des pièces 10, 11, 12, 19, 20, 27, 28 et 2942.

  • 43 Depuis l’intérieur du palais, précisons-nous, parce qu’il serait possible, nous l’avons déjà suggér (...)
  • 44 Lagarce & Lagarce 1973, p. 299-300.
  • 45 Ibid., p. 301-302.

18Dans l’état final de l’utilisation du palais, deux portes permettaient de l’atteindre depuis l’intérieur du bâtiment, l’une par la pièce 22, l’autre par la cour 343. La troisième, dans la pièce 23, avait été volontairement condamnée. Deux pièces isolées, situées aux deux extrémités du secteur, ont livré des installations hydrauliques. La pièce 29, au sud-est, était revêtue d’un sol en mortier dur soigneusement lissé qui se raccordait à l’enduit blanchâtre plus tendre qui couvrait la partie basse des murs. À moins de 50 cm en avant du mur oriental de la pièce, le sol dessinait une vasque semi-circulaire, profonde seulement de quelques centimètres. Au centre du demi-cercle, contre le mur, deux pierres posées de chant et revêtues du même enduit que le sol encadraient l’embouchure d’un canal d’évacuation en pierre qui se déversait, à l’extérieur, dans un puisard couvert de grandes dalles. La pièce était destinée à un usage ménager, celui de lavoir44. À l’extrémité nord-ouest de l’espace domestique, dans la pièce 11, la forte pente est-ouest du sol aboutissait dans l’angle nord-ouest, à un trou d’évacuation circulaire, par lequel l’eau se déversait, sous le mur occidental de la pièce, dans une fosse. La découverte, sur le dernier sol d’occupation, d’un support cylindrique ajouré, posé contre le mur méridional de la pièce, qui permettait de poser et sans doute de faire chauffer un récipient d’eau, suggère une fonction de salle de bains45. Outre ce type d’aménagements particuliers, ce sont naturellement les indices, nombreux, d’une certaine négligence dans la mise en œuvre architecturale, la médiocrité des réfections des sols, usés, gondolés et souvent partiellement rechargés de façon à amoindrir seulement certaines déclivités, qui témoignent d’une différence de caractère avec le reste du palais et s’accordent assez bien avec l’hypothèse d’une utilisation domestique de cette partie du palais.

V. Espace de stockage et éclairage

  • 46 Voir Liverani 1974, p. 329-356.
  • 47 Ibid., p. 329.

19La fonction de stockage est une composante indissociable du système palatial. Elle témoigne de la gestion centralisatrice de l’économie des royaumes syriens du Bronze récent46. Les propriétaires des palais — le roi, les membres de sa famille et les hauts fonctionnaires d’État — « n’étaient pas des producteurs directs de nourriture, mais des spécialistes de l’administration, du culte, de la guerre ou de l’échange »47. Le système économique reposait sur une dépendance volontaire ou servile d’une main-d’œuvre importante qui fournissait à l’institution palatiale un surplus de produits qui étaient stockés au sein même des palais. Dans le Palais Nord, nous pensons que cet espace était situé au sud-ouest et regroupait les pièces 1, 6, 7, 13, 14, 15 et 16. Notre interprétation se fonde sur trois arguments : l’organisation générale, les aménagements, l’éclairage.

  • 48 Si la forme, seule, n’est pas un critère suffisant d’identification d’un espace, sa généralisation (...)
  • 49 Mallet 2002, p. 528.

20Accessible depuis le centre du palais par au moins deux passages. L’un, sûr, situé au sud de la cour 21, l’autre, hypothétique, quelque part au sud-ouest de l’espace central, le secteur forme un ensemble cohérent de plan orthonormé. L’espace est divisé en sept pièces quadrangulaires de dimensions modestes, une vingtaine de mètres carrés en moyenne, disposées en enfilade sur deux rangées48. Les deux pièces 6 et 14, qui longent la façade méridionale de l’édifice, possédaient chacune une conduite en pierre à section en U qui se déversait, à travers l’épaisseur de la façade, dans la “rue du Palais”. Sous la pièce 14, une seconde conduite prenait depuis la cour 21 sous la dalle située le plus à l’ouest du seuil et se déversait dans la rue par un dégorgeoir incliné, aménagé dans l’appareil de la façade sud49. Inutile de préciser l’importance des aménagements destinés à l’évacuation des liquides dans les zones où étaient entreposées des jarres en grande quantité, contenant des denrées variées, liquides et solides : l’entretien de tels espaces requérait ce type d’installation.

  • 50 Précisons : l’éclairage naturel. Les lampes murales ou les torchères n’assuraient qu’un éclairage a (...)
  • 51 Margueron 1982, p. 523-530. L’éclairage n’était pas seulement soumis aux aléas du temps, il était é (...)
  • 52 Aucun signe de fenêtre n’apparaît dans la partie conservée des murs du bâtiment. Voir Callot 1994 e (...)

21Notre dernier argument se fonde sur l’analyse de la diffusion de l’éclairage à l’intérieur de l’édifice50. Un espace de stockage est par définition un espace peu éclairé : la plupart des denrées supportent très mal la lumière et se conservent mieux dans des pièces sombres et peu aérées. L’analyse de l’éclairage repose sur des principes théoriques de physique et sur quelques constatations empiriques. « La lumière se propage en ligne droite ; une partie seulement se réfléchit ce qui fournit, depuis une source unique, un éclairage atténué et diffus au restant de la pièce. Si une succession de pièces reçoit le jour à partir d’une seule ouverture, la lumière ne peut pénétrer loin dans l’édifice que dans la mesure où toutes les portes sont placées en enfilade. Mais, même dans ce cas, dès la troisième salle la pénombre est déjà prononcée dans les parties latérales de la pièce. Si les portes ne sont pas placées en enfilade, la lumière qui pénètre dans la seconde pièce est fortement réduite tandis que la troisième est pratiquement dans l’obscurité »51. Nous supposons l’absence de fenêtres au rez-de-chaussée52. La diffusion de l’éclairage à l’intérieur du Palais Nord se faisait soit à partir de l’entrée monumentale largement ouverte sur la rue, soit à partir des deux puits de lumière que constituaient les cours 21 et 3 (fig. 4). Le vestibule 25 et les deux pièces latérales 24 et 26 recevaient la lumière du jour depuis la rue. Les pièces 22 et 14, séparées chacune de la cour 21 par de larges passages, étaient éclairées, le jour, en permanence. Depuis la pièce 14, la lumière atteignait la pièce 13 par une diffusion en « axe coudé », donc considérablement atténuée. Les pièces 1, 6, 7, 15 et 16 étaient dans l’obscurité. Ouverte, la porte située au fond de la pièce 22, à l’est, dispensait la lumière à l’intérieur de la pièce 27. Sans être très forte, celle-ci devait être suffisante pour la pièce 28, située en troisième jour. Les deux passages nord et est de la cour 3 assuraient un éclairage de premier jour continu aux pièces 10 et 18. La luminosité des pièces 12 et 19, bien que situées en deuxième jour, était faible : les portes 10/12 et 10/19 étaient complètement décalées par rapport à l’axe de 3/10. La porte située à l’angle nord-ouest de la cour 3 dispensait la lumière à l’intérieur de la pièce 4 et de façon plus diffuse à la pièce 5.

Figure 4

Figure 4

Diffusion de l’éclairage (d’après Contenson et al. 1973, p. 139).

22En résumé, le quart sud-ouest était la partie la plus sombre du palais. Son organisation en petites pièces disposées en enfilade sur deux rangées et la présence de nombreuses conduites d’évacuation des liquides s’accordent assez bien avec une interprétation fonctionnelle destinée essentiellement au stockage des produits périssables de l’économie palatiale.

VI. Espace résidentiel et problème volumétrique

23Énonçons d’ores et déjà la nature du problème : le palais n’est pas un rez-de-chaussée ou un plan en deux dimensions mais bien un volume dont l’élévation a complètement disparu ou presque. Le rez-de-chaussée, bâti sur un réseau de fondations, est en quelque sorte la projection au sol des niveaux supérieurs, un ou deux étages et la terrasse. L’épaisseur des murs intérieurs et des murs de façade, entre 1 m et 1,50 m, la profondeur des fondations, environ 1,50 m, la présence de nombreux murs porteurs, élevés en pierres de taille et moellons, la présence d’escaliers, sont autant d’éléments qui justifient l’existence d’au moins un étage. Pour des raisons essentiellement architectoniques, le plan de celui-ci reproduisait très vraisemblablement celui du rez-de-chaussée. L’étage n’était pas un espace horizontal complètement indépendant du reste du palais. Il communiquait verticalement avec le rez-de-chaussée par le biais d’escaliers. Mais pas seulement. Certains espaces inférieurs — une ou plusieurs pièces — situés à proximité d’une cage d’escalier, n’avaient, seuls, aucune cohérence fonctionnelle ; ils étaient liés à l’organisation et à la fonction de l’étage.

  • 53 Lagarce & Lagarce 1973, p. 301.
  • 54 Mais l’étage était certainement accessible par d’autres endroits. Un seul escalier ne paraît pas vr (...)

24Complètement isolé du reste du Palais Nord, l’espace situé à l’angle nord-ouest, constitué par les pièces 4 et 5 et le locus 5bis, était caractérisé, en plan, par sa grande dépendance à l’égard de la cour 3. Une seule porte en autorise l’accès. Le petit locus 5bis avait été séparé de la pièce 5 par la construction d’une solide cloison en L, simplement posée sur le sol antérieur ; dans l’angle nord-est étaient établies des latrines faites de deux pierres posées de chant, sur lesquelles se continuait l’enduit d’un nouveau sol ; une descente verticale débouchait dans une fosse53. La pièce 4 était occupée par une cage d’escalier dont seules quatre marches en pierre ont été conservées. Le mur oriental de la pièce présentait au sud une rupture dans l’appareil plutôt régulier en moellons : deux pierres plates saillantes de grandes dimensions étaient destinées peut-être à soutenir la première volée de marches, orientée est-ouest. Aucun indice n’atteste un retour de l’escalier vers le nord, mais il se peut que la deuxième volée ait été supportée par une sorte de charpente qui ne reposait pas sur le sol. Les deux pièces, par leur isolement, la présence d’une circulation verticale, et par l’aménagement du locus 5bis, étaient étroitement liées, nous semble-t-il, à la fonction résidentielle que remplissait l’étage, les appartements du propriétaire du Palais Nord54.

VII. Stratigraphie et histoire du palais

Phase A : la construction

  • 55 Schaeffer 1970, p. 9.
  • 56 Voir Mallet 1997, p. 534, n. 6.
  • 57 Mallet 2000, p. 291, voir aussi Mallet 2002, p. 528 et 530.

25La date de construction du Palais Nord, fixée au Bronze moyen dès le début des fouilles, en 1970, par Cl. Schaeffer55 avait suscité d’emblée certaines controverses à l’intérieur de son équipe. Mais ni J.-Cl. Courtois, ni É. et J. Lagarce ne se sont prononcés formellement pour une révision vers le bas de cette datation56. Les trois sondages stratigraphiques conduits par J. Mallet en 2000 et 2002, dans le palais, ont permis de la préciser en apportant des données nouvelles sur les modalités de sa construction. Le sous-sol du palais — le réseau de fondations — a été aménagé dans les niveaux du Bronze moyen par des travaux de terrassements et des tranchées de fondations. « Le remblai, constitué essentiellement de terre de rapport, contenait des fragments d’objets en bronze, en os, en pierre, des ossements d’animaux, des coquilles et de nombreux tessons. La poterie est mélangée : BA III : décor peigné, engobe brun noir lustré, et du type Khirbet Kerak ; BM II : locale, chypriote et région de Karpas ; BR I (la plus abondante) : locale peinte avec décor brun et rouge dit bicolore, bouteille fusiforme dite syrienne et chypriote (White Slip I, monochrome, Base Ring) »57. Le Palais Nord a donc été construit au BR I.

Phase B : l’occupation

  • 58 Lagarce & Lagarce 1972, p. 18.

26La phase d’occupation correspond à la durée de vie de l’unité architecturale. L’interprétation des divers remaniements et réfections subis par le palais suggère une phase d’utilisation assez longue. La plupart des sols ont subi une réfection complète : « une nouvelle couche de calcaire pilé, puis une couche de mortier ont recouvert les premiers sols »58. Le seuil de la porte 10/12 a été surélevé en rajoutant une mince dalle par-dessus la précédente pour rattraper le niveau du second sol. Les bases de colonnes et les seuils de la baie monumentale reposaient sur trois dalles de calcaire plus tendre qui correspondaient à l’état originel du passage, contre lequel venait buter le sol inférieur de la pièce 22. Les deux portes 26/29 et 23/19 ont été soigneusement condamnées de façon à modifier sensiblement le fonctionnement du plan initial. Les cloisons et l’aménagement intérieur du locus 5bis ont été posés sur le sol antérieur de la pièce 5.

Phase C : l’abandon

  • 59 Voir Mallet 1997, p. 534, n. 6.
  • 60 Lagarce & Lagarce 1972, p. 19.
  • 61 Ibid., p. 19, Lagarce & Lagarce 1973, p. 300.

27Si la date de construction du palais est longtemps demeurée incertaine, celle de son abandon a plutôt fait l’objet, à l’intérieur de l’équipe de Cl. Schaeffer, d’un consensus. J.-Cl. Courtois, É. et J. Lagarce s’accordaient sur une date à la fin du BR I / début BR II, autour de 1450/1400 av. J.-C.59 : « La céramique fragmentaire recueillie sur le sol du palais date dans l’ensemble de la fin de l’Ougarit moyen et de l’Ougarit récent 1. (…) Dans la partie septentrionale du chantier, un ensemble de vases dont le dépôt est postérieur à la destruction du mur nord du palais donne une date limite pour l’abandon de ce monument ; il comprend des tasses et des cruches en céramique Base Ring II, mais aussi quelques éléments de Base Ring I et doit se placer au début du Bronze récent II »60. Hormis quelques tessons et fragments d’objets divers retrouvés sur les sols du palais, celui-ci paraît avoir été systématiquement vidé peu avant son abandon définitif61.

Phase D : la démolition

  • 62 Schaeffer 1970, p. 212.
  • 63 Lagarce & Lagarce 1972, p. 19-20.

28La phase de démolition du palais succède immédiatement à son abandon et paraît avoir duré un certain temps. Aucun indice ne témoigne d’une destruction violente. Le palais a été méthodiquement démantelé par étapes successives. La première opération de démolition quasi systématique a peut être fourni certains matériaux aux bâtisseurs du Palais Royal, dont la première étape de construction remonte au xve siècle62. Les ruines du Palais Nord sont devenues ensuite une sorte de carrière-dépotoir où les Ougaritains venaient jeter, et parfois enterrer, des ordures et récupérer des matériaux divers63.

Phase E : la réoccupation

  • 64 Lagarce & Lagarce 1973, p. 304.

29Au cours du xive siècle, peut-être quelques décennies après l’abandon du palais, au moins deux pièces du bâtiment originel sont réutilisées, ou plus exactement squattées. La pièce 13 a été séparée en trois loci par la construction de deux cloisons en pierre — 13a/13b et 13a/13c — appuyées contre les murs du palais. Les sols des trois loci étaient revêtus d’un mortier jaune orangé. À l’angle du mur de la façade méridionale et de la cloison 13a/13b a été aménagé dans le sol un coffre en pierre qui contenait, outre un tranchet en bronze, deux grands fragments de tasses en céramique White Slip II. Plusieurs indices attestent également d’une réutilisation des murs de la pièce 2664.

Phase F : l’ensevelissement

  • 65 Lagarce & Lagarce 1972, p. 20-21.
  • 66 Yon 1997, p. 73.

30La phase d’ensevelissement progressif du palais, entamée dès la phase de démolition, s’est sans doute poursuivie, dans une grande partie du palais, pendant la séquence assez courte où il fut squatté. Vers la fin du xive siècle/début xiiie siècle, l’extrémité septentrionale et l’angle sud-ouest de l’édifice ont été coupés par des tranchées de fondations de constructions : au sud-ouest, l’édifice au trône de pierre ; au nord, une installation munie de deux fours de potiers aux parois en mortier de terre. L’un de ces fours était « accompagné d’un dépôt de ratés de cuisson, lampes, coupelles et autres vases de l’Ougarit récent 3 (deuxième moitié du BR II), l’autre, par des tessons de céramique White Slip II tardif »65. Dans les derniers temps de l’existence de la cité, il est assez vraisemblable que la « petite place de la maison aux fours », identifiée au sud-est66, s’étendait plus à l’ouest, sur une partie au moins des ruines ensevelies du Palais Nord.

Conclusions

A. Un palais ougaritain archaïque

31Arrivés au terme de cette relecture architecturale, essentiellement bibliographique, un premier constat s’impose : le Palais Nord est un ouvrage extrêmement complexe, riche, dont les fouilles, les sondages et les études préliminaires ne permettent d’esquisser que les principaux traits. De nombreux problèmes persistent. En témoigne ici la longueur de nos notes. Plusieurs points d’interrogation — l’imprécision du relevé définitif, l’incertitude des limites nord et ouest, l’irrégularité du contour, l’état inachevé de la fouille dans la partie centrale — demeurent, que seuls de nouvelles observations de terrain, des opérations de nettoyage et de démantèlement de tronçons de murs postérieurs et surtout de nouveaux sondages stratigraphiques permettront d’élucider.

32Malgré ces lacunes et incertitudes, l’édifice présente une certaine homogénéité architectonique. Une recherche d’orthogonalité révèle, en dépit de certaines irrégularités, une rigueur architecturale. Le Palais Nord est un monument réalisé à partir d’un espace rectangulaire type qui joue un rôle ordonnateur entre des espaces fonctionnels plus ou moins indépendants et organisés selon des modèles différents. Certains procédés de construction (la mise en œuvre des murs en pierre et l’utilisation de chaînages horizontaux), les aménagements fixes (la morphologie des installations hydrauliques) et les formules planimétriques (l’organisation de l’espace officiel) sont caractéristiques de l’architecture ougaritaine du BR ; d’autres, notamment l’utilisation d’orthostates et de crapaudines, reflètent le poids des traditions syriennes archaïques de la première moitié du IIe millénaire. Une autre originalité du Palais Nord repose sur les différents états de son utilisation qui sont liés à l’histoire de la cité et plus précisément à l’évolution d’un micro-quartier au sein même de la zone royale sur près de quatre siècles.

B. Un palais royal d’Ougarit ?

  • 67 Schaeffer 1970, p 212.
  • 68 Freu 2006, p. 32.
  • 69 Ibid., p. 47.
  • 70 Ibid., p. 49.
  • 71 Schaeffer 1972, p 29.
  • 72 Bounni et al. 1998, p. 99.

33Cl. Schaeffer le suggérait avec conviction : « par la massivité de la construction et la précision de l’assemblage des grands blocs taillés avec un soin extrême, la construction de cet édifice est remarquable et d’une qualité supérieure à celle du grand palais voisin »67. Plus récemment, J. Freu a proposé de l’identifier au « vieux palais », celui d’Ammishtamru II, mentionné dans une lettre d’el-Amarna (EA 151), du prince de Tyr, Abimilki, destinée à Akhenaton68. La lettre décrit l’incendie du palais : « le feu a détruit le palais d’Ougarit ; une moitié a brûlé, (l’autre) moitié non »69. Selon J. Freu, cette lettre daterait de 1340 av. J.-C : « il est vraisemblable que le palais qui a subi l’atteinte des flammes à la fin du règne du prince Ammishtamru II était le “palais nord” ou “vieux palais”, dont les ruines ont été utilisées ensuite comme carrière, ce qui peut expliquer la disparition de la plus grande partie des archives des règnes précédents qui y étaient certainement entreposées »70. L’hypothèse est séduisante, mais elle ne colle malheureusement pas à la réalité du terrain : aucune trace d’incendie n’a été repérée dans les ruines conservées du Palais Nord ; celui-ci n’a pas été abandonné en 1340 av. J.-C. mais autour de 1450/1400 av. J.-C. Le « vieux palais », attesté dans EA 151, correspondrait plus vraisemblablement à un état ancien du Palais Royal. Concernant le Palais Nord, Cl. Schaeffer remarquait cependant que « dans des circonstances encore obscures, des événements survinrent, qui entraînèrent des modifications profondes dans l’aménagement du plan urbain. L’entrée du palais, orientée jusque-là vers l’est, c’est-à-dire vers la ville ancienne sur le sommet du tell primitif couronné par les temples de Dagan et de Baal (…) fut abandonnée. Dans le Grand Palais, construit par étapes entre le xve et le xiiie siècle, l’entrée principale donne à l’ouest, vers (la mer) »71. Non seulement, dès le xve siècle, la porte principale du Palais Royal tournait le dos au centre religieux de la cité, mais le palais, inséré progressivement dans un complexe fortifié indépendant, fut complètement isolé du reste de la ville. Cl. Schaeffer ignorait la raison d’une telle réorganisation du secteur royal. Nous proposons une interprétation, la séparation palais/ville a une double signification politique : d’abord, en cas de crise intérieure, il était souhaitable pour le roi de disposer d’un centre politique et économique isolé de la cité ; ensuite, la volonté de s’extraire de ses charges religieuses et de son assujettissement symbolique au pouvoir de Baal, a sans doute motivé la décision d’isoler le pouvoir royal. Une des nombreuses raisons qui ont pu décider le monarque d’Ougarit, Ammishtamru III, à édifier, au début du xiiie siècle, une série de résidences, pour lui-même et sa famille, en dehors de la capitale, était probablement de se détacher des contraintes rituelles qu’imposaient le voisinage divin, la présence du clergé et « les nécessités de l’étiquette » en général72. Entre le xve siècle et la fin de l’existence du royaume, au début du xiie siècle, on assisterait donc à une sorte de fuite progressive de l’autorité royale, loin de ses origines dynastiques, mais surtout de la protection divine jugée peut-être trop pesante, une fuite donc en deux temps : le premier, dans la seconde moitié du xve siècle, marqué par l’abandon du Palais Nord et le transfert du pouvoir vers la périphérie de la cité ; le second, dans la première moitié du xiiie siècle, marqué cette fois par la fondation d’un établissement royal secondaire provisoire, à quelques kilomètres de la capitale, sur le cap du Ras Ibn Hani.

Mes remerciements vont à Élisabeth et Jacques Lagarce (les inventeurs du Palais Nord), Olivier Callot, Jean-Claude Margueron et Bertrand Lafont qui, par leurs conseils et leurs remarques, ont permis d’affiner mes hypothèses et l’écriture de cet article.

Haut de page

Bibliographie

Akkermans (P.) & G. Schwartz 2003 The Archaeology of Syria. From Complex Hunter-Gatherers to Early Urban Societies (ca. 16 000-300 BC), Cambridge World Archaeology, Cambridge.

Aurenche (O.) & O. Callot 1977 Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche Orient ancien, Institut Français d’Archéologie de Beyrouth, Collection de la Maison de l’Orient Méditerranéen Ancien N° 3, Série Archéologique, 2, Lyon.

Bounni (A.) et al. 1998 Ras Ibn Hani I. Le Palais Nord du Bronze Récent, fouilles 1979-1995, synthèse préliminaire, (BAH 151), IFAPO, Beyrouth.

Callot (O.) 1986 «  La région nord du Palais Royal d’Ougarit », Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 735-755.

Callot (O.) 1994 La tranchée“ville sud” : études d’architecture domestique, RSO 10, ERC, Paris.

Callot (O.) & M. Yon 1995 «  Urbanisme et architecture », dans M. Yon et al. éd., Le pays d’Ougarit autour de 1200 av. J.-C., RSO 11, ERC, Paris, p. 155‑158.

Connan (J.) et al. 1991 «  Les bitumes archéologiques de Ras Shamra », RSO 6, ERC, Paris, p. 101-126.

Contenson (H. de) et al. 1973 «  Rapport préliminaire sur la 33e campagne de fouilles à Ras Shamra », Annales Archéologiques Arabes Syriennes, 23, p. 121-148.

Du Mesnil Du Buisson (R.) 1935 Le site archéologique de Mishrifé-Qatna, De Boccard, Paris.

Duru, R. 2003 A Forgotten Capital City : Tilmen. The story of a 5400 years old settlement in the Islahiye region – Southeast Anatolia, Tursab, Istanbul.

Freu (J.) 2006 Histoire politique du royaume d’Ugarit, collection Kubaba, L’Harmattan, Paris.

Lagarce (É.) & J. Lagarce 1972 «  Chantier du palais aux orthostates (Palais Nord) », dans H. de Contenson et al. «  Rapport préliminaire sur la 32e campagne de fouilles (1971) à Ras Shamra », Syria, 49, p. 15‑25.

Lagarce (É.) & J. Lagarce 1973 «  Chantier du Palais Nord », dans H. de Contenson et al. «  La 33e campagne de fouilles à Ras Shamra en 1972, rapport préliminaire », Syria 50, p. 297-308. 

Lagarce (É.) & J. Lagarce 1974 «  Le chantier de la maison aux albâtres », dans H. de Contenson et al. «  Rapport préliminaire sur la 34e campagne de fouilles (1973) à Ras Shamra », Syria 51, p. 5-24.

Liverani (M.) 1974 «  La royauté syrienne à l’âge du bronze récent », dans P. Garelli éd., Le palais et la royauté : archéologie et civilisation : 19Rencontre Assyriologique Internationale, Paris, p. 329‑356.

Mallet (J.) 1997 «  Ras Shamra-Ougarit (Syrie). La poterie du Bronze moyen (fin du IIIe millénaire av. J.-C. et 1ère moitié du second) », Ugarit-Forschungen, 29, Münster, p. 443-454.

Mallet (J.) 2000 «  Ras Shamra-Ougarit (Syrie), 60e campagne, 2000. L’exploration des niveaux du Bronze Moyen II sous le Palais Nord (1ère moitié du 2millénaire av. J.-C.) », Ugarit-Forschungen, 32, Münster, p. 289-295.

Mallet (J.) 2001 «  Les travaux de la 60e campagne en 2000 dans le palais nord : Ras Shamra-Ougarit, Syrie », Orient-Express 1, p. 5-9.

Mallet (J.) 2002 «  Ras Shamra-Ougarit (Syrie), 62e campagne, 2002. L’exploration des niveaux du Bronze Moyen II sous le Palais Nord (1ère moitié du 2millénaire av. J.-C.) », Ugarit-Forschungen, 34, Münster, p. 527-550.

Margueron (J.-Cl.) 1982 Recherches sur les palais mésopotamiens de l’âge du Bronze, P. Geuthner, Paris.

Mallet (J.) 1995 «  Le Palais Royal d’Ougarit. Premiers résultats d’une analyse systématique », dans M. Yon et al. éd., Le pays d’Ougarit autour de 1200 av. J.-C., RSO 11, ERC, Paris, p. 183-202.

Matthiae (P.) 1989 Ebla.Un impero ritrovato. Dai primi scavi alle ultime scoperte, Einaudi, Turin.

Matthiae (P.) 1990 «  The reception suites of the old Syrian palaces », dans O. Tunca éd., De la Babylonie à la Syrie en passant par Mari. Mélanges offerts à Monsieur J. R. Kupper à l’occasion de son 70e anniversaire, Liège, p. 209-228.

Schaeffer (Cl.) 1970 «  Découvertes d’un troisième palais. Rapport préliminaire des fouilles 1968-1969 (30e et 31e campagnes) », Syria, 47, p. 209-213.

Schaeffer (Cl.) 1972 «  Note additionnelle sur les fouilles dans le Palais Nord », Syria, 49, p. 27-33.

Woolley (L.) 1955 Alalakh : An Account of the Excavations at Tell Atchana in the Hatay, 1937-1949, Oxford.

Yon (M.) 1997 La cité d’Ougarit sur le Tell de Ras Shamra, ERC, Paris.

Haut de page

Notes

1 Schaeffer 1970, p. 209.

2 Ibid., p. 211. Sur les problèmes liés à la définition des palais de l’âge du Bronze, voir Margueron 1982, p. 3-9. Notons seulement qu’ici le terme de “palais” ne préjuge pas a priori de la fonction ou du statut du propriétaire : « le roi, un membre de sa famille ou un haut fonctionnaire d’état » ; voir Liverani 1974, p. 329-356.

3 La désignation des différentes phases du Bronze récent levantin ne fait pas, loin s’en faut, l’objet d’un consensus : certains font coïncider l’histoire du Levant avec celle de l’Égypte (18e dynastie, période amarnienne et 19e dynastie) ; d’autres se fondent sur les assemblages chronologiques des céramiques mycéniennes : voir Akkermans & Schwartz 2003, p. 331-333, pour un résumé complet et détaillé du problème. Nous adopterons ici la terminologie ougaritique consacrée (disons post Schaeffer) : une subdivision en deux phases notées BR I et BR II.

4 É. et J. Lagarce ont tenté, sans grand succès, nous le regrettons, de lui attribuer un nom plus exotique : “Palais aux Orthostates” ; Lagarce & Lagarce 1972, p. 15.

5 Deux rapports préliminaires : Lagarce & Lagarce 1972, p. 209-213 et Lagarce & Lagarce 1973, p. 297-308 ; deux notes ou commentaires de Schaeffer 1970, p. 209-213 et Schaeffer 1972, p. 15-25 et une courte présentation de Yon 1997, p. 70-73. Les deux articles de Mallet 2000, p. 289-295, et Mallet 2002, p. 527-550, s’ils apportent un complément d’informations non négligeable sur l’architecture du palais sont avant tout essentiellement destinés à préciser la chronologie du bâtiment, une délicate et fondamentale contribution mais pas une analyse architecturale.

6 Les archives de É. et J. Lagarce, leurs carnets de fouilles, croquis et photographies de chantier des 32e et 33e campagnes.

7 Mémoire de maîtrise soutenu en 2004 à l’Université de Paris 1 sous la direction de S. Cleuziou et J.-P. Thalmann.

8 Trois plans du Palais Nord ont été publiés dans les différents états successifs de son dégagement, en 1968, 1971 et 1972 : Schaeffer 1970, p. 210, Lagarce & Lagarce 1972, p. 16 et Lagarce & Lagarce 1973, p. 298. Nous regrettons que seul le premier état, le plus inachevé, présente des indications altimétriques. Un plan schématique a été publié par Yon 1997, p. 70. Seul un des trois sondages de Mallet 2000, p. 294, a donné lieu à la réalisation d’un relevé, précis mais naturellement localisé (notre pièce 24 ou 41 de J. Mallet ; nous avons conservé la numérotation des pièces et cours initialement attribuée en 1972 par J. Lagarce et reprise par M. Yon en 1997).

9 Cette hypothèse se fonde en partie sur la présence de deux habitations, très partiellement fouillées lors de la 33e campagne, situées aux abords immédiats du Palais Nord, le long de la portion nord de sa façade orientale. Voir Lagarce & Lagarce 1973, p. 304-306. Ces deux habitations, datées de la fin du xve s. ou début xive s., reposaient, selon les observations des fouilleurs, sur « des vestiges de murs antérieurs de même tracé », ibid., p. 304. Malheureusement, aucune relation stratigraphique claire n’a pu être établie entre ces vestiges, dont la datation est incertaine, et le Palais Nord.

10 Il s’agit précisément de la moitié orientale du bâtiment au trône de pierre, voir par exemple Yon 1997, p. 65.

11 Les vestiges correspondent aux murs de la maison nord-est, voir Yon 1997, p. 66 et Callot 1986, p. 735-755. Notons qu’un tronçon de mur a été repéré sous celle-ci, long d’un peu moins de 4 m, de même largeur que le mur nord du palais et lié, semble-t-il, au tronçon situé le plus à l’ouest de celui-ci. Ce premier n’est mentionné ni dans les rapports préliminaires, ni dans les carnets de fouilles, mais figure néanmoins sur chacun des trois plans publiés. Si l’architecte, P. Garczynski, n’a pas commis d’erreur lors de l’exécution du relevé en faisant clairement apparaître la connexion de ces deux murs, nous devrions alors restituer une excroissance du palais au nord-ouest ; une simple saillie, peut-être de la dimension d’une pièce, mais assurément pas une extension importante du palais, puisque au moins au-delà des deux tiers orientaux de la façade nord, les fouilleurs n’ont rencontré « qu’une simple couche de terre rougeâtre au lieu des sols enduits caractéristiques du palais », Lagarce & Lagarce 1972, p. 15. Cette petite annexe, qu’elle ait fait partie intégrante ou non du palais, n’affecte pratiquement pas le fonctionnement du plan tel que nous allons le proposer.

12 Bien que nous ne puissions naturellement prouver l’absence d’ouvertures extérieures, reconnaissons tout de même, après les fouilleurs, que « les vestiges du mur, tout misérables qu’ils sont, ne laissent pas de place pour une porte de ce côté », Lagarce & Lagarce 1973, p. 301. Ou alors une seule, bien petite, dans la pièce 20, nous y reviendrons.

13 La rue du Palais est contemporaine de l’utilisation de la Forteresse Royale, construite en plusieurs étapes à partir du milieu du xve siècle et jusqu’au xiiie siècle, voir par exemple Callot 1986, p. 735-755, et Margueron 1995, p. 183-202.

14 Voir Lagarce & Lagarce 1973, p. 304.

15 Notons cependant que de la moitié nord, n’a été conservé que le parement intérieur en moellons ; donc il serait possible, bien qu’assez invraisemblable selon les fouilleurs, et nous partageons cet avis, de restituer sur toute la longueur de la façade un parement extérieur pourvu d’orthostates : voir Lagarce & Lagarce 1973, p. 299.

16 Sur la définition du système palatial oriental au BR, voir Liverani 1974, p. 329-356.

17 Voir Matthiae 1990, p. 209-228.

18 Voir par exemple les reconstitutions du fonctionnement des espaces officiels du Palais Royal d’Ougarit et du Palais Nord de Ras Ibn Hani : Margueron 1995, p. 188-190 et Bounni et al. 1998, p. 12-13.

19 Voir Connan et al. 1991, p. 101-126.

20 Schaeffer 1970, p. 212.

21 Aucune des portes principales des palais syriens du IIe millénaire n’a, jusqu’à présent, livré des systèmes de fermeture : Palais Royal d’Ougarit, Yon 1997, p. 46-53, Palais Nord de Ras Ibn Hani, Bounni et al. 1998, p. 12, Palais VII et IV d’Alalakh, Woolley 1955, p. 90 et 113, Palais IIC de Tilmen Hüyük, Duru 2003, p. 22.

22 Voir Margueron 1982, p. 465-498.

23 Schaeffer 1970, p. 212, et Lagarce & Lagarce 1973, p. 299.

24 Plus qu’une note, ouvrons ici une parenthèse méthodologique : la plupart des descriptions des murs, des seuils et des sols sont tirées des carnets de fouilles de É. et J. Lagarce. Nous ne les mentionnerons bien entendu que si elles apportent des précisions particulières sur tels ou tels objets étudiés ou bien, comme dans le cas présent, si elles mettent en valeur des procédés de construction atypiques. Pour le reste, et parce que nous ne voudrions pas alourdir considérablement le texte par des répétitions inutiles, nous nous contenterons de la description générale suivante, authentique puisqu’elle est celle des fouilleurs eux-mêmes : « L’épaisseur des murs (intérieurs) est d’un mètre environ (…), celle des murs de façade de 1,50 m. L’appareil (de la plupart des murs) est fait soit de gros blocs non équarris de grès ou de calcaire plus compact, longs d’environ 30 cm, hauts de 15 à 20 cm et disposés en assises assez régulières, soit de plaques allongées de calcaire concrétionné à formes stalagmitiques, soit encore d’une combinaison des deux genres de pierres, alternant parfois d’une assise à l’autre. Les piédroits des portes sont constitués par une, deux ou trois assises de pierres de taille juxtaposées, hautes de 40 cm à plus de 50 cm. La plupart des sols des pièces sont revêtus d’un mortier contenant de petits graviers, sur un soubassement de calcaire pilé jaune orangé, très dur. Leur surface est lissée. Quand ils sont bien conservés ils ont tout à fait l’aspect de sols de ciment modernes, gris et légèrement luisants. Ils se relèvent contre la base des murs, sur lesquels ils sont prolongés par un enduit de composition différente, moins dur, rarement conservé. » Lagarce & Lagarce 1972, p. 16-18.

25 Schaeffer 1972, p. 28.

26 Aurenche & Callot 1977, p. 66-67.

27 Une seule a par exemple été retrouvée en place dans le Palais VII d’Alalakh, Woolley 1955, p. 90, deux dans celui de Qatna, Du Mesnil Du Buisson 1935, pl. 16, une crapaudine et deux contre-crapaudines en bronze dans le Palais IV d’Alalakh, Woolley 1955, p. 113.

28 Margueron 1995, p. 190.

29 Ces empreintes de cadres en bois ont par exemple été repérées dans les deux palais ougaritains, le Palais Royal, Margueron 1995, p. 190-191 et le Palais Nord de Ras Ibn Hani, Bounni et al. 1998, p. 22.

30 Schaeffer 1972, p. 28.

31 Voir Margueron 1982, p. 499-523.

32 Mallet 2002, p. 528, restitue « un jambage commun à deux portes jumelles », mais il nous paraît peu probable que la cour 21 ait communiqué avec la pièce 16. La portion sud du mur, bien qu’en partie arrachée, était conservée par endroits sur deux assises sans aucune trace d’ouverture.

33 Lagarce & Lagarce 1973, p. 302.

34 La salle du trône du Palais Nord de Ras Ibn Hani est pourvue d’une baie à colonnes similaire ; les traces laissées par l’incendie du palais permettent cependant d’en savoir un peu plus sur ce type de clôture en bois : « la structure ne devait s’élever que jusqu’à hauteur d’appui, peut-être jusqu’au niveau du chaînage qui, dans le jambage, court à un peu plus de 80 cm au-dessus du seuil et devait permettre de la fixer. On peut suggérer que ces clôtures latérales étaient à claire-voie et proposer de les restituer en s’inspirant des balustrades des ivoires à la “femme à la fenêtre” du Ier millénaire, une terminaison florale pour les balustres étant rendue plausible par le “chapiteau” (sommet du pied du guéridon) en ivoire de Grand Palais de Ras Shamra », voir Bounni et al. 1998, p. 22-23.

35 . Yon 1997, p. 72. La présence de cette baie ne confère-t-elle pas à la pièce 22 un caractère ostentatoire ? « Le passage à colonnes est un trait caractéristique ancien de l’architecture du Proche-Orient occidental. On le rencontre depuis l’âge du Bronze ancien. Il est réservé aux édifices les plus monumentaux et, dans ceux-ci, aux parties par lesquelles le maître d’œuvre entendait manifester sa grandeur », Bounni et al. 1998, p. 22. Ne pourrait-on pas y voir l’espace du pouvoir, le lieu où se déroulaient les audiences, le lieu où le propriétaire se présentait en position de majesté, où il exerçait ses prérogatives ? Dans les palais syriens, les salles du pouvoir sont généralement de forme barlongue, de superficie réduite, entre 5 à 10 m de largeur et 6 à 12 m de longueur, précédées d’un espace à ciel ouvert et séparées de celui-ci par un passage à colonnes. Dans le Palais Q d’Ebla, la salle du trône, 10 m sur 5 m, située au centre de l’espace officiel tripartite, était séparée d’une cour par un passage à deux colonnes, voir Matthiae 1989, p. 163. Celle du Palais VII d’Alalakh, 6 m sur 5 m, possédait une porte à quatre colonnes, voir Woolley 1955, p. 90. Dans celui du niveau IV, la salle du trône, 8 m sur 6 m, située au cœur d’un espace officiel tripartite, était munie d’une baie à une colonne, ibid., p. 113. Celle du Palais Nord de Ras Ibn Hani, 30 m² de superficie et précédée d’une cour, possédait, nous l’avons dit, un passage à deux colonnes, voir Bounni et al. 1998, p. 22-23. Notons que le nombre de colonnes, une, deux ou quatre, est certes important, mais ne modifie pas, nous semble-t-il, fondamentalement la base du système. La salle du trône du Palais Royal d’Ougarit (PRU) est un cas un peu différent : une sorte d’antichambre avec baie à deux colonnes la sépare de la cour, mais admettons, là aussi, que ceci ne modifie pas vraiment la formule générale : cour, passage à colonnes et salle du pouvoir en sont toujours les éléments de base, voir Margueron 1995, p. 189. Concernant le PRU, un problème se pose cependant : celui de la multiplicité de ce type de passage. Expliquons-nous : des palais syriens du IIe millénaire, le PRU est le seul à avoir livré plusieurs baies à colonnes. S’agit-il alors d’une exception ou devrait-on y voir un changement “culturel” dans l’utilisation de cette formule ? C’est naturellement l’unicité du passage à colonnes qui confère à tel ou tel espace un caractère véritablement officiel. Le nombre important de ces passages, mais aussi le fait d’en trouver dans certaines grandes résidences d’Ougarit, semble indiquer que cette formule, présente depuis le BA, ait perdu en quelque sorte à la fin du BR II, son rôle symbolique, officiel, au profit de celui strictement fonctionnel et purement décoratif.

36 Cette association rappelle les montants de portes des palais ougaritains plus récents ; peut-être s’agit-il d’un cas similaire, exceptionnel dans le Palais Nord, de vantail soutenu par un cadre en bois ? Il serait tentant d’y voir ici le premier exemple de ce type d’obturation de passage, un prototype isolé mais qui deviendra rapidement la règle dans l’architecture d’Ougarit de la seconde moitié du BR. Voir par exemple Callot 1994 et Margueron 1995, p. 190-191.

37 Le bitume du Palais Nord a été analysé par diffraction, voir Connan et al. 1991, p. 101-126. Il provenait du gisement de Kfarié, dans la vallée du Nahr el-Kebir, à une trentaine de kilomètres de Ras Shamra.

38 Connan et al. 1991, p. 103.

39 Schaeffer 1970, p. 212, Lagarce & Lagarce 1972, p. 302 et Yon 1997, p. 72.

40 Mallet 2002, p. 529.

41 Trois exemples : le revêtement de la cour II du Palais Nord de Ras Ibn Hani était constitué par une couche supérieure de mortier posée sur un dallage qui repose lui-même sur une couche de chaux blanche, voir Bounni et al. 1998, p. 20. Le sol de la cour I du PRU était revêtu d’un dallage régulier en pierre, voir par exemple Yon 1997, p. 50. Le sol de la rue du Palais Nord, qui borde l’entrée monumentale à l’est, était fait d’un mortier jaune orangé de gravier tassé, similaire au sol du locus 3, voir Lagarce & Lagarce 1973, p. 304.

42 Lagarce & Lagarce 1973, p. 299.

43 Depuis l’intérieur du palais, précisons-nous, parce qu’il serait possible, nous l’avons déjà suggéré, qu’une porte secondaire extérieure ait existé dans la pièce 20. De toute la façade nord, c’est le seul endroit où les lacunes sont assez larges pour en restituer une. Or celle-ci nous paraît hautement probable : on ne voit pas très bien comment le Palais Nord aurait pu fonctionner sans sortie secondaire. Voir Yon 1997, p. 72.

44 Lagarce & Lagarce 1973, p. 299-300.

45 Ibid., p. 301-302.

46 Voir Liverani 1974, p. 329-356.

47 Ibid., p. 329.

48 Si la forme, seule, n’est pas un critère suffisant d’identification d’un espace, sa généralisation témoigne soit d’une mode, soit d’une nécessité liée à une utilisation similaire. Or l’organisation des espaces de stockage des palais syriens du IIe millénaire est plutôt standardisée : ils sont généralement constitués de plusieurs pièces de dimensions réduites, le plus souvent disposées en enfilade sur une rangée (les Palais Q et P d’Ebla, voir Matthiae 1989, p. 162 et 172 et les palais VII et IV d’Alalakh, voir Woolley 1955, p. 90 et 113), parfois sur deux rangées (le PRU, voir Yon 1997, p. 53).

49 Mallet 2002, p. 528.

50 Précisons : l’éclairage naturel. Les lampes murales ou les torchères n’assuraient qu’un éclairage artificiel de très faible intensité, utilisé surtout pour faciliter les déplacements la nuit, mais aussi le jour dans certaines pièces sombres du palais, voir par exemple Lagarce & Lagarce 1974, p. 5-24.

51 Margueron 1982, p. 523-530. L’éclairage n’était pas seulement soumis aux aléas du temps, il était également contrôlé par l’homme qui avait la possibilité, en fermant complètement ou partiellement des portes, d’empêcher ou d’atténuer sa diffusion.

52 Aucun signe de fenêtre n’apparaît dans la partie conservée des murs du bâtiment. Voir Callot 1994 et Callot & Yon 1995, p. 155-168.

53 Lagarce & Lagarce 1973, p. 301.

54 Mais l’étage était certainement accessible par d’autres endroits. Un seul escalier ne paraît pas vraisemblable : le Palais IV d’Alalakh et le Palais Nord de Ras Ibn Hani, de superficie similaire, en possédaient respectivement trois et six, voir Woolley 1955, p. 113 et Bounni et al. 1998, p. 18-19. Les autres escaliers du Palais Nord ont probablement été démontés. Nous proposons donc d’en restituer deux en croisant les conclusions tirées de l’étude des circulations, les interprétations fonctionnelles des espaces et par comparaisons : le premier dans la pièce 24, le second dans la pièce 23. Les deux pièces sont des impasses plutôt isolées par rapport au fonctionnement général des circulations du rez-de-chaussée. Cette remarque est particulièrement vraie pour la pièce 23, accessible par un sas et située juste en arrière de la pièce 22, peut-être la salle du pouvoir. Or dans les palais orientaux, celle-ci est presque toujours associée à un escalier, voir Margueron 1995, p. 189. Le choix de la pièce 24 se défend également par comparaison : dans la structure du bâti ougaritain, l’entrée principale est, à de très rares exceptions près, toujours associée à un escalier, voir Yon 1997, p. 72.

55 Schaeffer 1970, p. 9.

56 Voir Mallet 1997, p. 534, n. 6.

57 Mallet 2000, p. 291, voir aussi Mallet 2002, p. 528 et 530.

58 Lagarce & Lagarce 1972, p. 18.

59 Voir Mallet 1997, p. 534, n. 6.

60 Lagarce & Lagarce 1972, p. 19.

61 Ibid., p. 19, Lagarce & Lagarce 1973, p. 300.

62 Schaeffer 1970, p. 212.

63 Lagarce & Lagarce 1972, p. 19-20.

64 Lagarce & Lagarce 1973, p. 304.

65 Lagarce & Lagarce 1972, p. 20-21.

66 Yon 1997, p. 73.

67 Schaeffer 1970, p 212.

68 Freu 2006, p. 32.

69 Ibid., p. 47.

70 Ibid., p. 49.

71 Schaeffer 1972, p 29.

72 Bounni et al. 1998, p. 99.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan du Palais Nord. État en 1972 (Contenson et al. 1973, p. 139).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/527/img-1.png
Fichier image/png, 518k
Titre Figure 2
Légende Schéma des circulations (d’après Contenson et al. 1973, p. 139).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/527/img-2.png
Fichier image/png, 425k
Titre Figure 3
Légende Structuration de l’espace et étapes de construction (d’après Contenson et al. 1973, p. 139).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/527/img-3.png
Fichier image/png, 408k
Titre Figure 4
Légende Diffusion de l’éclairage (d’après Contenson et al. 1973, p. 139).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/527/img-4.png
Fichier image/png, 418k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Rey, « Le Palais Nord d’Ougarit », Syria, 86 | 2009, 203-220.

Référence électronique

Sébastien Rey, « Le Palais Nord d’Ougarit », Syria [En ligne], 86 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 30 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/527 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.527

Haut de page

Auteur

Sébastien Rey

Doctorant à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Boursier à l’IFPO Damas

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals