Navigation – Plan du site

« Comme un enfant et un fou » :
Henri Seyrig dans la Grande Guerre

Matthieu René-Hubert
p. 11-31

Texte intégral

  • 1 Lettre à Daniel Schlumberger, 16/11/1928.
  • 2 Prost & Winter 2004, p. 133-136.
  • 3 Gran-Aymerich 2001, p. 637 ; Knoepfler 1996, p. 286 ; Le Rider 1973, p. 168 ; Pouillon 2008, p. 892 (...)

1Écrivant dix ans après la guerre, Henri Seyrig estimait qu’il l’avait vécue tel « un enfant et un fou », soulignant le manque de maturité ou de lucidité dont, selon lui, il avait fait preuve face aux événements historiques sans précédent auxquels, comme des millions d’autres, il avait été confronté 1. Comprendre ce qu’a pu représenter la Grande Guerre dans son existence revient à modifier quelque peu le sens de la relation fréquemment posée entre guerre et individu. Alors que depuis les années 1970, une tendance de l’historiographie a consisté à observer ce qui, dans un témoignage singulier, pouvait éclairer le premier conflit mondial et sa connaissance 2, il convient ici de comprendre ce que l’expérience de la guerre a pu représenter pour un individu, non seulement durant le conflit, mais aussi ultérieurement. Seyrig l’a-t-il réellement traversée « comme un enfant et un fou » ? La question mérite d’autant plus d’être posée qu’à considérer les articles biographiques le concernant, la Première Guerre mondiale y a constamment été présentée comme un moment déterminant, celui où sa vocation d’helléniste et d’antiquisant se révéla et s’imposa à lui 3.

  • 4 État des sources en annexe 1.
  • 5 Ces documents ont été constamment sollicités pour la trame événementielle résumée dans la chronolo (...)
  • 6 Lettres majoritairement adressées à sa mère et à son père, plus marginalement à ses grands-parents (...)
  • 7 Manuscrit inédit désigné dans ce texte par la mention Survol avec renvoi à la date évoquée.
  • 8 Quelques clichés sont conservés dans les archives privées Henri Seyrig. En complément, pour le fro (...)

2Afin de mesurer la part de cette période dans sa vie, il convient de revenir sur trois aspects différents. Le premier est d’établir, dans la mesure du possible, ce que Seyrig a réellement vu de la guerre. Le deuxième est de voir comment, dans ce contexte restitué, il a perçu et traversé les événements, au-delà de la formule lapidaire retenue en titre de cette contribution. La troisième est d’évaluer ce que sa carrière doit effectivement à la Grande Guerre. La documentation disponible est loin d’être négligeable 4. Elle s’appuie d’abord sur quelques documents proprement militaires, notamment le livret et la fiche matricules 5 ; ensuite sur une abondante documentation intime constituée des lettres qu’Henri Seyrig adressa à ses parents tout au long de la guerre 6, ainsi que sur une ébauche d’autobiographie 7 ; enfin sur une documentation photographique d’ampleur plus restreinte 8.

Au cœur du conflit

  • 9 Audoin-Rouzeau & Becker 2003, p. 53.

3Si « il y eut autant d’expériences du combat que de combattants » 9, celle de Seyrig est manifestement assez riche.

  • 10 Roth 1990, p. 638-679 ; Vogler 1994, p. 364-369 et 375-377.
  • 11 Sur le général de Lacroix : Géhin & Lucas 2007, t. 2, p. 45-46. Sur le Conseil supérieur de la gue (...)

4Seyrig est d’abord familialement traversé par certaines causes du conflit, liées au différend franco-allemand né de la défaite de 1870. Ses premières années se passent en effet à Mulhouse, au cœur même des provinces perdues, dont la nostalgie demeure vivace à cette époque dans certains milieux 10. À la nostalgie s’ajoute généralement la question de la revanche, présente en particulier parmi les militaires français. La famille d’Henri Seyrig s’y rattache puisque son grand-oncle maternel n’est autre qu’Henri de Lacroix qui, dans les années 1900, compte parmi les officiers généraux les plus importants de l’armée française : il dirige un temps l’École de guerre (1902-1904), siège au Conseil supérieur de la guerre à partir de 1906, et est même pressenti généralissime juste avant d’être versé dans la 2e section en 1909 11.

  • 12 Guinard, Devos & Nicot 1975, p. 205, annexe VII, 2 et Boulanger 2002, p. 11-14.
  • 13 Lettre à son père, 21/09/1914 ; Survol, 23/09/1914.
  • 14 Lettres à sa mère, 16 et 20/12/1914 ; Survol, 16/12/1914.
  • 15 Survol, 02/09/1919.
  • 16 Pédroncini 1997, p. 292-293.

5Seyrig a pu ressentir la durée du conflit, même si ce ne fut pas dans sa totalité. Lorsque l’ordre de mobilisation générale est donné le 2 août 1914, il n’est en effet pas concerné car il appartient à la classe 1915. Il fut mobilisé cependant peu après, avec 11 mois d’avance, par appel anticipé 12. Résidant alors à Fleurier, en Suisse, il passa devant le conseil de révision à l’Ambassade de France à Berne en compagnie de son ami Marcel Lauger, le 23 septembre 13, puis, classé apte au service armé par le bureau de recrutement de Vesoul, il fut incorporé à Besançon le 16 décembre 14. Il n’avait alors que 19 ans. La mise en congé de démobilisation intervint le 2 septembre 1919 15, selon une chronologie conforme à sa classe d’âge 16. C’est donc au total un peu plus de 4 ans et 9 mois qu’il passa aux armées.

  • 17 Lettre à son père, 15/11/1917.
  • 18 Lettre à sa mère, 19/03/1918.
  • 19 Lettres à son père, 13/08, 10 et 16/09/1917.
  • 20 Lettres à sa mère, 04, 06 et 14/08/1918 ; lettres à son père, 09 et 17/08/1918.

6La guerre de 14-18 n’est pas seulement caractérisée par son extension chronologique mais aussi géographique. Si la guerre a privé Seyrig de quatre années de jeunesse, elle lui a en revanche ouvert des horizons plus larges que ceux que la vie civile lui aurait sans doute permis. Il servit sur le front occidental (Vosges, Verdun), fit un passage en Algérie, connut le front d’Orient, ainsi que le front italien. Cette dimension planétaire n’est pas seulement due aux zones de combat, mais aussi aux nombreuses nations belligérantes. De fait, Seyrig eut l’occasion durant la guerre de côtoyer parmi les soldats de l’Entente des Britanniques et des troupes issues de l’Empire 17, des Italiens 18, des Russes 19 et des Américains 20.

  • 21 Boulanger 2002, p. 15-17, note que le renforcement du rôle de l’artillerie durant la guerre se tra (...)
  • 22 Sur l’organisation et le rôle de l’artillerie durant la guerre, voir par exemple : Guinard, Devos (...)
  • 23 Considérations sur la fonction de chef de pièce (6 hommes sous ses ordres) : lettres à son père, 1 (...)
  • 24 Considérations sur la fonction d’observateur : lettres à son père 16/03 et 20/04/1916 ; lettres à (...)
  • 25 L’effectif théorique d’une batterie d’artillerie de montagne (4 pièces de 65) est de 4 officiers, (...)

7Au plan militaire, le conflit fut marqué par la puissance du feu, d’un niveau inégalé jusqu’alors, en raison notamment du rôle de l’artillerie. Cela entraîne pour partie le basculement stratégique et tactique que représente l’enlisement dans une longue guerre de position autour d’une ligne de front. Ce poids du feu et cette affirmation de l’artillerie, Seyrig les connut aussi car, dès son incorporation, il fut versé dans cette arme, ce qui n’était pas statistiquement l’affectation la plus évidente pour sa classe 21. Il servit, excepté les périodes de formation (au dépôt, à l’école de Fontainebleau ou dans les écoles de tir près du front), au sein de batteries tout au long de la guerre, dans l’artillerie de campagne (2e et 4e RAC) et plus encore dans l’artillerie de montagne (1er et 2e RAM). Dans le cadre de ces affectations, il fut principalement en contact avec deux types de pièces, le canon de 75 pour l’artillerie de campagne et le canon de 65 pour celle de montagne 22. Sortant de l’école militaire d’application de Fontainebleau quelques mois après son incorporation avec le grade de maréchal des logis-élève officier de réserve, il assura d’abord un service au front comme chef de pièce 23 puis en tant qu’observateur 24. À l’issue d’une deuxième période de formation à Fontainebleau en 1916, il accéda à l’épaulette et, l’ancienneté aidant, commanda par la suite des groupes plus importants, allant jusqu’à une batterie complète en suppléance de supérieurs hiérarchiques absents 25.

  • 26 Présentation des opérations militaires : AFGG III, 1, p. 212-214 et 675-679 ; AFGG IV, 1, p. 515-5 (...)
  • 27 Lettre à son père, 26/10/1915.
  • 28 Lettre à sa mère, 10/02/1916.
  • 29 Présentation des opérations militaires : AFGG IV, 2, p. 307-324 ; Historique 1921, p. 23-25.
  • 30 Lettre à son père, 19/07/1916.
  • 31 Lettres à son père, 16/03/1916, 06/08/1917 ; lettres à sa mère, 11/07 et 10/10/1916.
  • 32 Lettres à sa mère le 11/10/1915, 18/02/1916 ; lettres à son père, 12/07/1916, 03/09/1917.
  • 33 Lettres à sa mère, 11/10/1915, 15/10/1916, 12/10/1917 ; lettre à son père, 31/12/1915.
  • 34 Lettres à sa mère, 11 et 14/01/1916 ; Survol, 11/01/1916.
  • 35 Survol, 06/12/1916 ; lettres à sa mère, 16/06/1916, 12/10/1917.
  • 36 Voir les remarques de Jauffret 1989 en particulier p. 245 et par exemple la description de la conf (...)
  • 37 Lettres à sa mère, 21 et 22/10/1915 ; lettre à son père, 25/10/1915 ; Survol, 25/09/1915.
  • 38 Lettres à sa mère, 20 et 28/06/1916 ; lettres à son père, 30/06 et 03/07/1916.

8À ces mutations de la guerre s’associent différentes réalités quotidiennes pour les combattants. Seyrig connut l’inaction par exemple lorsqu’il servit de septembre 1915 à mai 1916 autour de Ban-de-Sapt (région de Saint-Dié) 26. La faiblesse de l’activité de l’artillerie revient sans cesse dans les lettres. Fin octobre, il constate qu’il n’a tiré aucun coup de canon depuis le 19 septembre 27. Plus tard, en février, s’il peut annoncer avoir effectué 70 tirs, il ajoute avoir aussi pu faire de la luge 28. À l’inverse, le jeune homme vécut l’expérience du combat le plus acharné, du 16 juin au 22 juillet 1916, quand sa batterie fut déployée sur la côte Saint-Michel à Verdun 29. Les 27 courriers adressés pendant cette période montrent une activité frénétique, les canons de son unité sont tellement sollicités qu’après 40 jours, sur 12 pièces, une seule est encore en état de faire feu 30. Quelle que soit l’intensité des combats, les conditions de vie demeurèrent souvent précaires : la nourriture médiocre 31, la présence de rats 32 et de puces 33, la gale 34, le logement inconfortable 35, autant de difficultés subies même si les galons d’officier et la qualité d’artilleur en atténuèrent intensité, récurrence et durée comparativement à d’autres catégories de combattants 36. Seyrig enfin n’eut à connaître la blessure et la mort qu’indirectement par des proches comme son cousin, tué en Champagne le 25 septembre 1915 37, ou plus ponctuellement par la vision de blessés ou de cadavres, notamment à Verdun 38.

  • 39 Lettre à sa mère et Survol, 11/11/1918.
  • 40 Étapes de l’entrée en Alsace : Historique 1921, p. 47-48. Accueil des Alsaciens : Vogler 1994, p.  (...)
  • 41 Lettres à sa mère, 02 et 23/03, 09/05/1919 ; Survol, 02/03/1919.
  • 42 Lettres à son père 25 et 29/06/1919 ; lettres à sa mère 31/07 et 17/08/1919.

9L’armistice survint alors que, de retour sur le front des Vosges depuis avril 1918, il occupait une position très proche de celle de 1915 près de Saint-Dié. Le 11 novembre, à 11 heures moins cinq, il fit tirer 4 obus et conserva la dernière douille avant de se mêler à la foule à Saint-Dié 39. Il connut ensuite l’accueil chaleureux réservé par les Alsaciens aux combattants dans les jours suivant la victoire 40. Il demeura un temps en Alsace ; versé dans une section de munition en février 1919, il y participa à la destruction d’obus allemands 41. Enfin, avant de retrouver la vie civile, il resta en attente quelques longues semaines, durant l’été 1919, dans la région de Nice 42.

Lettres d’un soldat de 20 ans, la guerre vécue

10Les éléments fournis jusqu’ici n’esquissent qu’un cadre, le contexte dans lequel Henri Seyrig eut à évoluer. Sa correspondance permet de voir comment l’expérience fut intimement supportée. L’ensemble des lettres met en jeu trois thématiques dominantes : le fils, le patriote et l’artilleur.

  • 43 Quelques mentions de la censure : lettres à sa mère, 26/02, 21/09 et 20/10/1915 ; lettres à son pè (...)
  • 44 Lettre à sa mère, 20/12/1914.
  • 45 Lettre à sa mère, 28/08/1915.

11Henri ne fut pas le seul de sa famille à avoir été mobilisé, son père Abel le précéda aux armées dès le 2 août 1914, son frère André le suivit à un an d’intervalle et François, le plus jeune garçon de la fratrie, fut mobilisé à la fin du conflit. La séparation de ses parents imposée par la guerre explique qu’il entretint une correspondance régulière avec son père et avec sa mère. Seyrig chercha à décrire son quotidien autant que la censure pouvait le tolérer 43. Le compte-rendu de son incorporation donne le ton, il y détaille attentivement hommes et lieux et conclut qu’il est « tout ce qu’il y a de plus heureux » 44. Il s’efforça aussi de tranquilliser ses proches et par exemple, à la veille de partir pour la première fois au front, il promet à sa mère d’écrire autant que possible et souligne que, compte tenu de la lenteur du courrier, il ne faut pas s’inquiéter d’un silence ; il ajoute enfin : « Du reste, tu peux être sûre que je ne courrai pas grand danger ! » 45.

  • 46 Par exemple, à sa sœur, née le 23 août, voir lettres à Mizi, 25/08/1915 (promesse d’une bague réal (...)
  • 47 On ne saurait être exhaustif tant les mentions sont nombreuses. Pour les seules lettres à sa mère (...)
  • 48 Lettre à sa mère, 17/06/1917.

12Une grande affection unissait manifestement Henri Seyrig aux membres de sa famille, soulignée par de multiples attentions, comme les souhaits d’anniversaire, accompagnés parfois de cadeaux envoyés du front 46. Cette affection était réciproque et se traduisait en particulier par ce que lui adressaient ses parents pour faciliter son quotidien. Bien des lettres contiennent des remerciements pour l’envoi, parfois à la suite d’une demande de sa part, d’argent, de vêtements, de nourriture, de tabac, de livres et de journaux, d’objets comme du matériel photographique 47. Ces colis étaient extrêmement importants, lui permettant d’améliorer considérablement des conditions de vie relativement inconfortables. À la veille de partir pour l’Orient, il adresse des recommandations pour le contenu des envois afin de pallier les difficultés d’approvisionnement (employer les colis postaux de 10 kg comprenant conserves de légumes, beurre, confitures, thé de Chine mais ni bourriches de légumes, ni hors-d’œuvre, ni plats cuisinés) 48. Quelques semaines plus tard, une lettre exprime le bénéfice de ces recommandations :

  • 49 Lettre à sa mère, 27/10/1917.

« Comment te remercier d’abord de tous les paquets que j’ai reçus de toi ces derniers jours. Par un hasard heureux, leur arrivée a coïncidé, comme la dernière fois, avec nos déplacements. Plus d’une fois, nous n’avons pu être atteints par notre ravitaillement, et c’est en grande partie grâce à eux que notre popote a pu nous nourrir, mieux encore qu’à l’ordinaire. » 49

  • 50 Lettre à sa mère, 31/07/1914.
  • 51 Par exemple : indignation face à la démission de Delcassé et critique des parlementaires (lettre à (...)
  • 52 Commentaires parfois enthousiastes, comme face à une proclamation de Joffre annonçant le début d’o (...)
  • 53 Lettres à son père et à sa mère, 31/10/1916 ; lettre à son père, 30/11/1916.
  • 54 Sur la notion de consentement, voir Prost & Winter 2004, p. 140-142.

13Les sentiments perceptibles dans les échanges épistolaires ne sont pas uniquement de nature familiale ou filiale. Des sentiments patriotiques sont aussi exprimés dès le début des événements. Quelques jours avant que la guerre n’éclate, alors qu’il est chez sa marraine à Senlis, Seyrig exprimait déjà le souhait de s’engager dans la cavalerie, mais son père s’y opposa. Contrarié par la réaction paternelle, il écrivit à sa mère : « Si tous les gens de mon âge attendaient huit jours pour se décider, ce serait du joli. » 50 L’incorporation anticipée de la classe 1915 résolut ce différend. Ce patriotisme s’exprime à travers quelques notations politiques 51, des commentaires sur l’armée et le déroulement du conflit 52, mais aussi par la volonté répétée de demeurer au front, si possible dans une zone active et de ne surtout pas être un embusqué. C’est pour cette dernière raison qu’il refusa fin 1916 la proposition du colonel Schneider d’entrer dans son état-major comme chef du service téléphonique de campagne 53. Cette attitude sous-entend un consentement personnel sans faille à la guerre 54.

  • 55 Sur les préparatifs de cette dernière offensive (15 décembre 1916) : Historique 1921, p. 31 et 45  (...)
  • 56 Pour ces opérations en Algérie : Historique 1921, p. 45 ; Meynier 1981, p. 591-598 ; Frémeaux 2006 (...)
  • 57 Lettre à son père, 11/12/1916. Arrivé sur place, il se montre tout aussi critique à l’égard des op (...)
  • 58 Lettre à son père, 14/12/1917. Sur sa maladie voir infra n. 129.

14Deux épisodes traduisent bien l’idée que Seyrig se faisait de ses devoirs. Le premier se situe en décembre 1916. De retour à Verdun, son « front de prédilection », pour participer à l’ultime offensive sur la Côte-du-Poivre 55, dont les préparatifs étaient très avancés, il apprit son départ pour l’Algérie pour réprimer des troubles consécutifs à des opérations de recrutement 56. Furieux et désespéré de cette nouvelle affectation ne lui paraissant pas a priori conforme à la place qu’il devait occuper dans la guerre, il envisagea immédiatement de trouver un moyen d’en obtenir une lui convenant mieux 57. L’autre épisode illustrant nettement son adhésion au conflit se produisit pendant son hospitalisation à Salonique fin 1917. Il revint dans une lettre sur un moment de désespoir qui le saisit lorsque sa maladie du foie se déclara en novembre. Nonobstant la lassitude, il assura qu’il continuerait à jouer son rôle avec application, mais espérait néanmoins être rapatrié vers une affectation plus en rapport avec sa vision de la guerre 58. Ce souhait est à rapprocher de ce qu’il écrivit le même jour à sa mère, commentant la troisième citation obtenue par son frère André :

  • 59 Lettre à sa mère, 14/12/1917.

« Je me rends compte de tout ce que le front français doit avoir de dur aujourd’hui, surtout à côté de ce front-ci. Mais on a l’impression de n’y pas donner ses forces pour rien. » 59

  • 60 Sur Daudet : Jolly 1960-1977, t. 5, p. 1242-1246. Lettres à sa mère, 10 et 11/12/1915, 03/01/1916, (...)
  • 61 Sur Psichari : Audoin-Rouzeau & Becker 2003, p. 173-175. Lettre à sa mère, 26/02/1915.
  • 62 Cf. Survol, 13/10/1912 : découverte de Péguy et plaisir à la lecture de Colette Baudoche de Maurice (...)
  • 63 Lettre à son père, 21/08/1914.
  • 64 Lettres à son père, 01/01, 18/04, 22 et 31/12/1915 ; 13/04/1916 ; 12/04/1917 ; 10/04/1918. Voir au (...)

15Dans les documents consultés, on peut identifier deux causes importantes et potentiellement convergentes expliquant cette volonté de tenir sa place. La première serait la conscience politique de Seyrig à cette époque. Certaines de ses lectures, notamment au début de la guerre, témoignent d’une sensibilité plutôt favorable au conflit. Il lut ainsi « avec passion » plusieurs ouvrages de Léon Daudet qu’il qualifia de « remarquables » 60. Seyrig mentionna aussi L’appel des armes d’Ernest Psichari, ami de Charles Péguy, tué à l’ennemi en septembre 1914, et nota que l’ouvrage était intéressant quoique mal écrit 61. Cette littérature patriotique voire nationaliste l’intéressait déjà avant guerre62. Plus encore que ses lectures, son lien avec l’Alsace paraît avoir constitué un important facteur éclairant son engagement personnel. Devant l’avancée des forces françaises dans la région en août 1914, avant même d’avoir été mobilisé, il s’exclame : « J’aurais tant aimé être en Alsace ! Que ne suis-je né deux ans plus tôt ! » 63. Le retour de l’Alsace à la France devint dès lors un leitmotiv 64 et, début janvier 1919, il put souligner avec satisfaction :

  • 65 Lettre à son grand-père, 06/01/1919.

« J’ai vu maintenant notre arrivée en Alsace, et je n’ai plus rien à désirer ici, où le service de temps de paix commence à reprendre ses droits. » 65

  • 66 Pour des éléments descriptifs : formation de sous-officier à Besançon janvier-mai 1915, voir lettr (...)
  • 67 Lettre à sa mère, 06/02/1915.
  • 68 Il insiste par exemple sur son choix de l’artillerie de montagne et son attachement à celle-ci (le (...)
  • 69 Lettre à son père, 23/11/1917.

16La dernière facette, après le fils et le patriote, est celle de l’artilleur. L’artillerie est une arme technique, et si Seyrig devint militaire le jour de son incorporation, il dut cependant, pour devenir artilleur, acquérir des notions de tir théorique avec une base mathématique assez prononcée, des compétences en matière de topographie et une maîtrise pratique du maniement des bouches à feu. Il en apprit l’essentiel lors de ses deux stages à Fontainebleau et dans les écoles de tir proches du front 66. Face à tant de nouveautés auxquelles ses études secondaires ne l’avaient guère préparé, Seyrig douta qu’il n’ait « rien de ce qu’il faut pour faire un bon officier d’artillerie » 67, mais la progression hiérarchique et l’expérience du feu aidant, il prit confiance et revendiqua avec fierté l’arme à laquelle il appartenait 68. Il avait parfaitement saisi le rôle de l’artillerie dans la guerre, ce que traduit cette considération adressée à son père : « Cette guerre est une guerre de matériel et une guerre d’ingénieur. » 69

  • 70 Lettres à sa mère, 12/09, 09, 12, 18, 21 et 25/10/1916.

17Dans les faits aussi, certains documents personnels et remarques épistolaires démontrent qu’il devint réellement un officier d’artillerie capable d’exécuter efficacement son service en campagne. Les archives datant de sa période à la tête d’une pièce au Schnepfendried sur le front des Vosges le démontrent. Deux cartes et une vue panoramique (ill. 1) exécutées par ses soins, illustrent les capacités acquises en matière de lecture et de représentation du terrain. Son carnet personnel, datant de la même époque, anticipe les différents types de tir à effectuer à partir de la position occupée et comporte les réglages préétablis dans chaque circonstance. Ces documents s’accordent parfaitement avec les efforts intenses qu’il dit déployer alors 70.

Illustration 1.

Illustration 1.

Vue panoramique depuis la position de la cote 700 du Schnepfenried (région de Munster), automne 1916.

© Archives Seyrig

  • 71 Située en périphérie du village de Fleury à quelques kilomètres au nord de Verdun, c’était un maga (...)

18L’opération de la poudrière de Fleury 71 prouve d’une autre manière encore l’habileté de Seyrig comme artilleur ainsi que son engagement total au combat. L’opération est décrite en détail dans une longue lettre. Le début du courrier en indique les traits essentiels :

  • 72 Lettre à son père, 15/07/1916, voir aussi Survol, 15 et 16/07/1916.

« (…) j’ai reçu, au moment de me mettre à ma correspondance, une “mission spéciale” que j’ai accomplie cette nuit avec un autre lieutenant, et dont le récit t’intéressera sans doute. Il s’agissait, en vue de l’attaque de ce matin, d’aller prendre position avec une pièce en toute première ligne, et d’arriver à envoyer cinquante obus sur une poudrière qui était un centre de résistance boche. C’était assez scabreux, mais le coup a pleinement réussi. » 72

19Cette action remarquable lui vaut la croix de guerre avec une étoile d’argent et la citation suivante :

  • 73 Ordre général de la 8e DI no 33 du 29/07/1916. La batterie reçut elle aussi une citation (reprodui (...)

« Jeune officier très allant, plein de courage et d’énergie, a fait preuve en maintes circonstance d’un complet mépris du danger ; le 15 juillet en particulier, a, malgré un bombardement très intense de la position exécuté sur un ouvrage ennemi, un tir excessivement précis avec une pièce placée dans les tranchées de première ligne. » 73

20Derrière certaines formules stéréotypées propres aux citations, le caractère exceptionnel du tir réalisé est mis en valeur. Henri Seyrig nourrissait une grande fierté de cette action d’éclat puisqu’en 1919, il notait encore dans son autobiographie :

  • 74 Survol, 01/07/1919. Laillet est l’un des sous-officiers accompagnant Seyrig dans cette opération.

« On me rapporte un jugement flatteur de Laillet sur moi, disant que mon attitude dans l’affaire de Fleury avait donné courage à ses hommes et à lui. Je le note, ayant toujours eu sur ce sujet des opinions timides, et “me couche le plus heureux des hommes”. » 74

21Cette dernière remarque met en lumière un autre aspect du métier d’officier d’artillerie : le rapport aux hommes. Seyrig paraît ici avoir su, par son attitude, insuffler sa détermination à ses compagnons. De manière plus générale il semble avoir entretenu de bonnes relations avec les autres officiers. Un cliché conservé (ill. 2) montre sur le vif les rapports cordiaux qu’il a pu avoir avec ses pairs. Elle a été prise au cours d’un repas lors d’une visite à un autre observatoire que le sien sur le front d’Orient.

Illustration 2.

Illustration 2.

Entre officiers sur le front d’Orient (de gauche à droite, Bernier, Saint-Requier, Navarin, Seyrig), Lakul-Marc (Serbie), 1er septembre 1917.

© Archives Seyrig

22Une lettre à sa mère relate aussi la rencontre :

  • 75 Lettre à sa mère, 01/09/1917. Le carnet de l’officier d’artillerie Paul Bernier (à gauche sur, ill (...)

« Les officiers de la batterie qui est là-bas m’ont offert à déjeuner un lièvre de 12 livres, ce qui m’a paru immense. (...) J’ai rencontré là un lieutenant qui a été avec moi à Verdun, il y a un an, et j'ai eu du plaisir à en causer avec lui. » 75

  • 76 Lettre à sa mère, 15/03/1918 et Survol, 14/03/1918.
  • 77 Lettre à sa mère, 15/11/1918.

23Un autre exemple de ces bonnes relations est constitué par l’accueil très chaleureux que ses anciens camarades du 2e RAM lui réservèrent sur le front italien lors de sa réintégration après un an de séparation 76. Seyrig paraît aussi avoir été apprécié de ses subordonnés. L’armistice signé, pour preuve de leur attachement, ses hommes gravèrent à son insu sur un rocher le numéro de la batterie et le nom de Seyrig. En retour, il demanda que les noms des sous-officiers et des canonniers apparussent aussi 77.

  • 78 Sur la violence de guerre et la brutalisation : Audoin-Rouzeau & Becker 2003, p. 54-70 ; Prost & W (...)
  • 79 Lettre à son père, 15/07/1916.
  • 80 Lettre à sa mère, 01/09/1915.
  • 81 Lettre à sa mère, 15/09/1915.

24Corollaire de la guerre, l’artilleur Seyrig tua et infligea des souffrances à l’ennemi. Cette dimension ne semble pas l’ébranler, signe qu’il n’a pas échappé à une forme de brutalisation 78. Symptomatiquement, après avoir tiré sur la poudrière de Fleury et en avoir constaté les effets, le jeune homme resta sur sa position, malgré les risques réels, pour regarder les fantassins français progresser : il était à la guerre comme au spectacle 79. Les traces de cette évolution morale sont précoces. Arrivant à Saint-Dié le 1er septembre 1915 juste avant de monter pour la première fois au front, Seyrig déplora que les tombes allemandes ne fussent pas traitées à l’égal des tombes françaises, ajoutant : « C’est une comparaison qui, à mon sens, ne nous fait pas grand honneur » 80, exprimant de la compassion ou du moins une certaine idée du respect dû à l’ennemi. Quinze jours plus tard exactement, alors qu’il venait de participer à son premier tir efficace, Seyrig parlait pour la première fois des « Boches », terme qu’il emploiera pour le restant de la guerre 81. À quelques reprises, il apparaît manifeste que Seyrig n’éprouve plus grande émotion à envisager les conséquences d’un tir sur l’ennemi. Ainsi en Orient, il peut écrire :

  • 82 Lettre à son père, 10/09/1917.

« (…) je viens de faire un tir très réussi sur des travailleurs bulgares. Ils se montraient sans vergogne sur le parapet d’une tranchée qu’ils construisent, et en plein jour. Mais je les ai fait rentrer précipitamment, et peut-être même y a-t-il eu de la casse. Ces tirs-là sont plus intéressants que les éternels tirs sur des ouvrages où on ne fait guère de mal, mais qui sont le quotidien des secteurs comme le mien. » 82

25Autre manifestation d’un durcissement moral, quelques jours plus tard, apprenant que les maisons familiales à Mulhouse ont été l’objet de déprédations par des soldats allemands, Seyrig déclare :

  • 83 Lettre à sa mère, 27/10/1917.

« Au jour béni où je me trouverai chez l’ennemi, le souvenir de ça lèvera tous mes scrupules : je dévaliserai et je collectionnerai sans la moindre arrière pensée. » 83

Autour d’une vocation

26Qu’il s’agisse du fils, du patriote ou de l’artilleur, une évolution est sensible au fil de la guerre. Durant son passage aux armées, l’homme s’est affirmé, a mûri sous la contrainte du milieu et de la situation dans lesquels il était plongé. Cette affirmation se manifesta plus encore dans un choix lié à la guerre, déterminant largement la suite de son existence : sa vocation pour l’étude de l’Antiquité classique.

27Dans son ébauche d’autobiographie, Seyrig, à propos de son passage en Orient en 1917, conclut ainsi :

  • 84 Survol, décembre 1917.

« Vocation. (…) Évolution qui s’est faite en moi pendant la campagne d’Orient. Milo, Salonique me frappent si vivement, que je n’ai plus le désir de vivre ailleurs qu’en Grèce. » 84

  • 85 Lettre à sa mère, 24/10/1915.
  • 86 Lettres à son père, 28/11/1915, 25/12/1916, 13 et 30/03/1917 ; lettres à sa mère, 03/11/1916, 02/01 (...)

28La notation est étonnante car plus qu’une évolution, cela apparaît comme une véritable rupture. En effet, fin octobre 1915, évoquant les craintes éprouvées par sa marraine face au possible départ de son oncle vers la Macédoine, Seyrig ajoutait : « (…) je ne la comprends que trop. Il paraît que ce n’est pas le rêve. » 85 Le jeune homme répéta cette perception négative du front d’Orient à différentes reprises avant de partir malgré tout pour Salonique 86. On mesure mieux alors le chemin parcouru entre l’automne 1915 et l’hiver 1917-1918.

  • 87 Lettres à sa mère, 22/01, 14 et 18/02, 05/03/1917 ; lettres à son père, 23/12/1916, 01/01 et 14/02/ (...)
  • 88 Douceur du climat : lettres à son père, 23/12/1916 et 01/01/1917. Rigueurs hivernales, froid, grêle (...)
  • 89 Sur l’ampleur des fouilles et le dynamisme archéologique en Afrique du Nord : Gran-Aymerich 1998, p (...)

29Dans ce changement, l’étape algérienne du 22 octobre 1916 au 21 mars 1917 joua un rôle, jusque-là ignoré. Seyrig découvrit d’abord dans les Aurès des paysages superbes et exotiques : Batna, Constantine et leurs environs l’enchantèrent, de même que les gorges d’Al Kantara où il se rendit en excursion 87. Il apprécia le climat, en tout cas avant d’en subir les rigueurs 88. Plus que cet environnement, l’expérience la plus déterminante fut son premier contact réel avec l’archéologie. Le 31 décembre 1916, il visita les sites de Timgad et de Lambèse, déjà largement fouillés 89. Son jugement à l’issue de la visite reste ambigu, à propos de Timgad il note à chaud :

  • 90 Lettre à son père, 01/01/1917.

« Les ruines sont exactement telles que je me les représentais d’après les livres, et ne m’ont que médiocrement intéressé. Il faudrait connaître davantage l’histoire particulière de la ville, et le rôle qu’elle a joué. » 90

  • 91 Lettre à son père, 22/02/1918.

30Un an plus tard, il confessa cependant à son père que cette visite fut l’une des origines de sa vocation pour l’archéologie 91.

  • 92 Selon Carcopino 1922, p. 211-213, des fouilles sont notamment organisées par le Cdt Vidal à la tête (...)

31Le deuxième contact avec un site antique algérien fut plus concluant, alors que Seyrig était cantonné pendant un mois dans le voisinage immédiat de Lambiridi, à Victor-Duruy. La lettre du 13 mars 1917 (ill. 3) montre qu’il fit deux découvertes à cette occasion : la fouille, que d’autres militaires pratiquaient aussi sur le même site à la même époque 92, et la numismatique.

Illustration 3a.

Illustration 3a.

Récit de la première journée de fouilles à Lambiridi, lettre à son père, 13 mars 1917, 1re feuille, recto.

© Archives Seyrig

Illustration 3b.

Illustration 3b.

Récit de la première journée de fouilles à Lambiridi, lettre à son père, 13 mars 1917, 1re feuille, verso

© Archives Seyrig

Illustration 3c.

Illustration 3c.

Récit de la première journée de fouilles à Lambiridi, lettre à son père, 13 mars 1917, 2e feuille, recto

© Archives Seyrig

Illustration 3d.

Illustration 3d.

Récit de la première journée de fouilles à Lambiridi, lettre à son père, 13 mars 1917, 2e feuille, verso.

© Archives Seyrig

  • 93 Lettre à son père, 16/03/1917. Dans Survol, 05/03/1917, Seyrig résume : « De retour à Duruy. Inacti (...)
  • 94 Survol, 05/03/1917 ; lettres à son père, 13 et 16/03/1917 ; lettre à sa mère, 18/03/1917.

32Les vestiges observés ainsi que les objets exhumés étaient modestes, les monnaies illisibles, mais l’intérêt semble réel car les jours suivants, avant de quitter la région de Victor-Duruy, une seconde fouille l’enthousiasma encore davantage, car il mit au jour une mosaïque 93. C’est à ce moment-là que Seyrig commença une collection de monnaies 94.

  • 95 Gran-Aymerich 2001, p. 637 ; Knoepfler 1996, p. 286 ; Le Rider 1973, p. 168 ; Pouillon 2008, p. 892 (...)
  • 96 Will 1993, p. 386.
  • 97 Sur le Service archéologique de l’Armée d’Orient : René 2002.
  • 98 Knoepfler 1996, p. 286 et 303, n. 5.

33La deuxième étape dans sa vocation, relevée dans tous les écrits biographiques, fut le front d’Orient 95. Ernest Will en donna sans doute la description la plus détaillée : « Mobilisé dans une unité d’artillerie, H. Seyrig sera engagé à Verdun, dans les Vosges, en Italie, et, surtout, et de façon providentielle, en 1917, à Salonique. Ce fut l’émerveillement de la découverte d’un monde insoupçonné et enchanteur avec sa lumière, ses paysages, ses hommes, une découverte curieusement éclairée par ce qu’il connaissait de la littérature antique et qu’il chercha à rafraîchir. La conclusion fut caractéristique de l’homme : H. Seyrig se persuada qu’il ne pourrait vivre en dehors de la Grèce, et il découvrit aussitôt la porte d’entrée qui lui convenait : l’École d’Athènes. » 96 Denis Knoepfler y a ajouté une hypothèse complémentaire. Sachant qu’il existait un Service archéologique de l’Armée d’Orient 97, il a supposé que « H. S. entra certainement en relation, dès cette époque-là, avec l’un ou l’autre des savants qui dirigèrent successivement le Service archéologique de l’Armée d’Orient » 98. Les lettres et l’autobiographie confortent et complètent le résumé donné par Will, en revanche ni le Service archéologique de l’Armée d’Orient ni ses membres n’apparaissent. Il semble donc qu’il faille repousser la seconde hypothèse.

  • 99 Lettre à son père, 04/07/1917. Voir aussi les remarques dans Survol, 28/06-02/07/1917.
  • 100 Vues de la rade de Milo en mai 1916 depuis un transport militaire : Médiathèque de l’Architecture e (...)
  • 101 D’autres soldats ont ressenti un même émerveillement durant la traversée, cf. Saint-Ramond Roussann (...)
  • 102 Sur Salonique à cette époque, voir les contributions réunies dans Veinstein 1993. Dans la correspon (...)

34Will rappelle que ce qui impressionna le plus Seyrig en Orient était lié à la lumière, aux paysages et aux hommes. Des contours plus nets peuvent être donnés à cette formule impressionniste. Les premiers émerveillements exposés dans une lettre à son père sont d’abord maritimes 99. Embarqué le 27 juin 1917 à Tarente sur le transporteur de troupes Parana, il passa successivement au large de Paxos, où il contempla une « mer calme comme un miroir », puis dans la baie de Navarin fermée par l’île de Sphactérie où il pensait que se situait la grotte où Hermès cacha les bœufs d’Apollon, Milo au « cachet très particulier » 100, les Cyclades « absolument flamboyantes » au crépuscule, la mer devenue phosphorescente en raison de bancs de méduses entre Andros et l’Eubée, la rade de Skyros « déserte », l’Ossa, le Pélion et l’Olympe « étincelant de neige », Salonique enfin, où il admira « les pointes blanches d’une multitude de minarets » en y débarquant le 3 juillet 101. Il visita la ville à différentes reprises, avant et après l’incendie du 18 août 1917. Salonique et ses habitants lui firent forte impression, et il retira un immense plaisir de ses promenades 102.

  • 103 Pour une présentation des opérations militaires : Historique s. d., p. 34-35 et AFGG VIII, 2, p. 49 (...)
  • 104 Tout comme pour Salonique, la perception fut bien plus négative pour de nombreux soldats du front d (...)
  • 105 Survol, 22/07/1917. D’autres clichés : Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, no de série (...)
  • 106 La récurrence des notations et des remarques démontre l’intérêt de Seyrig pour les paysages. Lettre (...)
  • 107 Lettres à sa mère 08 et 12/10/1917 ; lettre à son père, 27/10/1917.

35Les régions traversées lors de la montée au front (entre Salonique et Florina) puis les différentes positions occupées (région du lac Prespa puis du lac d’Ochrida) 103 ne le séduisent pas moins 104. Les spectaculaires chutes d’eau de Vodena (Edessa) par exemple, fixées par un photographe militaire quatre mois avant son propre passage (ill. 4) lui font écrire dans son autobiographie : « Excursion à Vodena. Enchantement de la vue des cascades » 105. La sensibilité de Seyrig à l’environnement était très étendue. Il fit de très nombreuses et précises descriptions du relief, de l’hydrographie, de la végétation et de la faune 106. Si la nature l’attirait, il n’ignora cependant pas les habitants et leur cadre de vie 107, mais ce fut la luminosité sans pareille baignant ces paysages qui l’impressionna le plus. Ainsi, de retour à Salonique, il confia en décembre :

  • 108 Lettre à sa mère, 02/12/1917 (des notations analogues : lettre à sa mère, 19/11/1917 ; lettre à son (...)

« Je suis monté sur les hauteurs, et j’ai joui là de cet inoubliable spectacle de la rade, avec les gros navires de guerre, les chalutiers, les barques, etc., et les couchers de soleil flamboyants, si variés d’un jour à l’autre qu’il semble à chaque fois qu’on n’ait jamais rien vu de si beau. » 108

Illustration 4.

Illustration 4.

Les cascades de Vodena (Edesse), mars 1917

© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

  • 109 Lettre à son père, 15/07/1917
  • 110 Lettres à son père, 15 et 18/07/1917.
  • 111 Survol, 30-12-1917. Sa correspondance antérieure fait mention d’une traduction du manuel d’Epictète (...)
  • 112 Lettres à son père, 28/08, 26/11 et 14/12/1917 ; Survol, « Décembre » et 30/12/1917.
  • 113 Lettre à son père, 26/11/1917 ; Survol, « Décembre » et 30/12/1917.

36Durant son affectation sur le front d’Orient, l’accès direct à des sites ou des monuments antiques semble avoir été plus limité qu’en Algérie. Il n’évoque que les « tumulus encore vierges » qu’il regretta de ne pouvoir fouiller dans la plaine de basse-Macédoine 109 et le village d’Ala-Kilissé (Pella), dont la visite n’entraîna que dépit : « Des ruines romaines dont on m’a parlé, je n’ai rien vu. De quelque côté qu’on regarde, ce ne sont que des tumulus » 110. À défaut de sites, il orienta davantage ses lectures sur l’Antiquité. Il trouva une édition de Lucain chez un bouquiniste et renoua, « maladroitement » selon ses dires, avec le latin 111. Par ailleurs, la lecture de l’Orpheus de Salomon Reinach lui procura un sentiment mitigé 112 tandis que La religion romaine d’Auguste aux Antonins de Gaston Boissier le captiva 113.

  • 114 Lettres à son père, 08/07, 12 et 22/09, 14/12/1917 ; lettre à sa mère, 03/12/1917 ; lettre à Mizi, (...)
  • 115 Lettre à son père, 05/12/1917.
  • 116 Lettres à son père, 17/08, 16/09, 02 et 14/12/1917 ; lettre à sa mère, 06/12/1917.

37Autre passerelle vers l’Antiquité : la numismatique. Dès son arrivée à Salonique, il chercha à enrichir sa collection 114. Craignant les faux, il décida de ne plus acheter de monnaies d’argent et de se concentrer sur celles de bronze, expliquant : « Les bronzes ont en somme autant d’intérêt pour moi, et les risques sont à peu près nuls, d’autant qu’ils ne coûtent rien. » 115 Seyrig ne se contenta pas de collecter, il tenta aussi d’identifier et de classer 116. Quelques jours après avoir opté exclusivement pour le bronze, il pouvait écrire à ce sujet :

  • 117 Lettre à son père, 08/12/1917.

« Aujourd’hui, j’ai encore passé ma journée à essayer de déterminer des monnaies grecques. Comme la plupart sont en assez mauvais état, c’est un travail diabolique. Mais elles forment incontestablement, au point de vue artistique, la collection la plus intéressante. » 117

  • 118 Lettre à sa mère, 01/09 et 05/12/1917 ; lettre à son père, 03/09/1917.
  • 119 Lettre à sa mère, 03 et 05/12/1917.
  • 120 Lettres à son père, 08 et 16/09, 08/12/1917.

38Pour faire ses observations et mener ses études, il disposait de deux manuels adressés par son père, une édition du Nouveau manuel complet de numismatique moderne d’Anatole de Barthélémy 118, et un autre ouvrage dont on sait uniquement qu’il était en italien 119. Cela s’avérant insuffisant, Seyrig sollicita l’expertise d’Ernest Babelon, d’abord par une question adressée au Bulletin des armées, puis en envisageant de lui écrire directement à l’Institut 120.

39Il est malaisé de se représenter la collection que Seyrig constitua, les informations contenues dans les lettres sont trop allusives. Il commet en outre quelques erreurs, bien compréhensibles étant donné son inexpérience, l’état de conservation de ses monnaies et la littérature dont il disposait. Seuls quelques passages de la correspondance permettent de proposer un rapprochement ou une identification assez sûrs. La première description est ainsi rédigée :

  • 121 Lettre à son père, 17/08/1917.

« L’une d’elles en particulier, d’Étolie, représente une effigie d’homme coiffé du béret à pompon étolien classique, et au revers un loup avec ΑΙΤΩΛΩΝ. » 121

  • 122 Mørkholm 1991, no 518 ; SNG Cop. (Aetolia-Euboea), no 10-24.

40La légende au nom des Étoliens réduit le nombre de possibilités ; l’association visage portant un couvre-chef au droit et animal au revers renvoie au type monétaire présentant un profil féminin arborant la kausia, identifié comme Aitolia au droit, et une représentation du sanglier de Calydon au revers 122. La même lettre porte une autre description :

  • 123 Lettre à son père, 17/08/1917.

« (…) une petite monnaie en bas-argent de la 16e légion, qui porte d’un côté un perroquet sur un perchoir, entre deux aigles romaines, et LEG XVI, de l’autre une galère avec ANT AUG III VIR RPC. » 123

  • 124 Rébuffat 1997, p. 17-18.

41Même si le perroquet est en réalité une aigle , les informations ne laissent pas de doute et renvoient aux séries légionnaires frappées selon un type récurrent par Marc-Antoine au nom de différentes légions 124. Le dernier cas est le suivant :

  • 125 Lettre à son père, 16/09/1917.

« Ce doivent être des monnaies de Persée, roi de Macédoine, celui qui fut détrôné par Paul-Emile. L’une d’elle portait : Imageet Image , l’autre Image : , au milieu de boucliers macédoniens. Dans ces trois monogrammes, on trouve ΠΕΡΣ » 125

  • 126 Mørkholm 1991, no 175 ; SNG Cop. (Macedonia), no 1195.
  • 127 Mørkholm 1991, no 435 ; SNG Cop. (Macedonia), no 1224.

42Si relier les monnaies à la Macédoine est pertinent, au vu des monogrammes, il convient en réalité de les attribuer, la première non à Persée mais à Pyrrhus, comme il l’avait supposé initialement 126, et l’autre à Démétrios II 127.

  • 128 Voir les chiffres de Cochet 2010, p. 102-103.
  • 129 La jaunisse (ictère) intervint début novembre, Seyrig perdit l’appétit et 10 kg. Cf. Survol, 7-10/1 (...)
  • 130 Elle abrite aujourd’hui la préfecture de Thessalonique. Sur la villa Allatini : Dumont & Georgous 1 (...)
  • 131 D’autres clichés du même opérateur montrent la terrasse arrière, des chambres et une salle à manger (...)

43Comme nombre de Poilus d’Orient 128, et malgré ses précautions, Henri Seyrig tomba malade. Une jaunisse l’affaiblit considérablement et lui fit perdre du poids à un degré tel qu’il fut rapatrié du front à Salonique et séjourna à l’hôpital de la villa Allatini du 7 novembre au 23 décembre 1917 129. Ce séjour fut manifestement déterminant. Dans les éléments qui participèrent de la vocation de Seyrig se trouve la convalescence, lui offrant le temps de lire et de s’occuper attentivement de ses monnaies, mais aussi la villa Allatini. Construite à la fin du xixe s. par l’architecte Vitaliano Poselli pour une très riche famille de banquiers et d’industriels de Salonique, enserrée dans un vaste jardin, cette grande demeure servit entre 1909 et 1912 de lieu de détention pour le sultan Abdul-Hamid 130. Elle offrait de fait un cadre très différent de ce que l’on pourrait imaginer spontanément pour un hôpital de campagne, ainsi qu’en attestent les photographies des opérateurs militaires de cette époque (ill. 5131. Et c’est Seyrig qui résume mieux que quiconque l’effet que les lieux produisirent sur lui :

  • 132 Survol, 30/12/1917.

« (…) c’est à l’hôpital de la villa Allatini que tout se décida. J’allais m’établir avec ma chaise longue sur un petit belvédère ou mirador à l’angle du jardin, dominant la grand-route, et d’où l’on voyait les remparts grimper jusqu’à l’acropole, contenant la foule des maisonnettes de la ville, d’où s’élançaient les minarets blancs. Et dehors, devant le rempart, la campagne nue, sans une maison ; un espace plan où l’armée d’un assaillant aurait pu venir s’aligner pour l’assaut. Le changement des heures, les variations de la lumière sur cette vue merveilleuse, où semblait vivre d’une vie vraie toute la poésie d’une miniature, me conquirent définitivement » 132.

Illustration 5.

Illustration 5.

La façade de la villa Allatini, Salonique, 1918

© Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine

  • 133 Saint-Ramond Roussanne 1997-1998, t. 2, p. 596-597 ; Pédroncini 1997, p. 200-201.
  • 134 Survol, « printemps » et « septembre » 1908 (intérêt pour les insectes) ; « octobre » 1908 (premièr (...)
  • 135 On peut se reporter à la présentation de l’archéologie grecque à la veille de la guerre dans Brunea (...)
  • 136 Survol, 1910 et 30/12/1917. Apprenant que son frère François a abandonné le latin, il s’indigne et (...)

44Alors qu’un grand nombre de soldats ayant combattu en Macédoine n’éprouva que déception voire dégoût pour cette région 133, Seyrig connut une évolution exactement inverse. Il est vraisemblable que ses séjours en Algérie puis en Macédoine firent entrer en résonnance des aspects préexistants de sa personnalité. Adolescent, il semble avoir éprouvé un intérêt pour l’entomologie et la géologie 134, des sciences naturelles dans lesquelles l’érudition, l’observation, la description, l’indentification et le raisonnement sériel jouent un rôle considérable. Ce type de réflexion, pour lequel il avait manifestement des prédispositions, était aisément transposable à l’archéologie et à la numismatique 135. Par ailleurs, si l’élève Seyrig n’était pas, selon ses propres dires, particulièrement scolaire, il était néanmoins intéressé par le latin et l’Antiquité 136. Dans les conditions propices de l’hôpital Allatini, traits de caractères anciens et expériences nouvelles trouvèrent une possibilité logique de s’associer.

45De retour d’Orient, il fallait encore trouver les moyens de satisfaire ces nouvelles ambitions. En janvier-février 1918, avant d’être réaffecté dans une unité, Seyrig bénéficia d’une période de latence qu’il passa auprès de sa famille. C’est alors qu’il apprit visiblement l’existence de l’École française d’Athènes et ambitionna d’en devenir membre. Encore fallait-il obtenir le consentement paternel. Avant guerre, il avait entamé à Oxford des études de sciences politiques pour devenir diplomate. Il développe ses arguments dans une lettre : opposant les sciences politiques (« un pis-aller ») à l’archéologie (une « vocation » réfléchie), il fait valoir que s’il parvient à obtenir l’agrégation et à intégrer l’ÉfA, il sera assuré d’obtenir une place à l’Université et de participer à des missions archéologiques. Et Seyrig de conclure, pragmatique :

  • 137 Lettre à son père, 22/02/1918.

« C’est une situation fort honorable. Pas plus que dans la diplomatie, on n’y fait sa fortune. Je n’ignore pas non plus que les diplomates se marient plus brillamment que les archéologues. C’est là un avantage après lequel je ne courrai pas. J’aime le confort quand je le trouve ; l’expérience m’a montré que je m’en passais parfaitement quand il le fallait. Je ne crois pas que ces études soient plus coûteuses que celles qui mènent à la diplomatie, au contraire. De plus, je n’aurai pas à tenir le rang d’un diplomate, ce qui est considérable. » 137

  • 138 Lettre à son père, 24/08/1918 ; lettres à sa mère, 01/09/1918, 02/03/1919 ; lettre à son grand-père (...)
  • 139 Lettre à sa mère, 31/03/1918.
  • 140 Survol, 15/01/1918 (avec quelques problèmes de chronologie) ; lettre à sa mère, 18/05/1919 et lettr (...)
  • 141 Lettre à son père, 02/07/1919.
  • 142 Lettres à son père, 18/06, 11 et 28/09/1918 ; lettre à son grand-père, 06/09/1918.
  • 143 Lettres à sa mère 28/02, 07 et 10/03/1918 ; lettre à son père, 16/06/1918.
  • 144 Lettre à sa mère, 22/07/1919 et lettre à son père, 22/08/1919.

46Les arguments portèrent visiblement, Seyrig n’eut ensuite qu’à tenter de concilier ce projet avec la fin de la guerre. Il espéra à plusieurs reprises repartir vers le front d’Orient afin de développer encore ses connaissances, mais ses espoirs furent déçus 138, et le passage sur le front italien ne lui laissa même pas le temps de visiter la villa de Catulle à Sirmione 139. Il trouva néanmoins dans les longs mois le séparant de la démobilisation, lorsque son service d’officier ne l’accaparait pas, le temps de prendre des conseils pour déterminer une stratégie universitaire plus concrète. Par l’entremise de son oncle Lacroix, il reçut de Victor Bérard les encouragements nécessaires et la confirmation que son projet était réalisable 140. Attendant sa démobilisation à Nice, un professeur de rhétorique du lycée de la ville lui tint un discours analogue. Il le dissuada en outre, vu sa situation, de s’inscrire à une licence d’histoire et de tenter plutôt une licence d’allemand 141. Il poursuivit par ailleurs ses lectures (Mommsen, Renan et Jullian en particulier) 142 et continua de s’occuper de ses monnaies 143. Il reprit enfin sérieusement le latin, seul d’abord, puis à l’été 1919 avec l’aide de Georges Doublet, professeur au lycée de Nice et ancien membre de l’ÉfA 144. De retour à la vie civile, ces efforts lui permirent de passer presque instantanément de la défroque d’officier à celle d’étudiant.

Conclusion

  • 145 Lettre à Daniel Schlumberger, 16/11/1928.
  • 146 Will 1993, p. 391-392, Knoepfler 1996, p. 301.

47Au terme de cet exposé, nous pouvons revenir sur le contenu de la lettre adressée en 1928 à Daniel Schlumberger évoquée en introduction. Seyrig constate : « J’ai traversé cette période avec une légèreté inouïe, sans un sentiment d’horreur ni même peut-être de pitié, comme un enfant et un fou » et impute cette insensibilité à son service dans l’artillerie, faisant une guerre plus abstraite qu’un fantassin en première ligne. Il poursuit : « les paysages et les civilisations qu’elle m’a fait voir ont plus marqué sur moi que la vue des hécatombes de Verdun » 145. À bien y regarder, Seyrig n’a peut-être pas été fou et enfant uniquement pour les raisons qu’il invoque. Les hasards de la Grande Guerre mirent sur son chemin la Grèce et l’Antiquité. Avec la clairvoyance que l’on prête parfois aux fous et la détermination dont font souvent preuve les enfants, il eut la conviction dès 1917 qu’il y consacrerait presque entièrement sa vie. Comme bien des éléments d’une destinée se forgent dans « l’enfance », on peut constater que certaines caractéristiques de l’immense carrière d’Henri Seyrig, son intérêt pour la numismatique, son goût pour les religions et leur histoire en particulier 146, s’annoncent déjà pendant la guerre. L’expérience acquise sous les drapeaux eut peut-être même une utilité dans les postes qu’il occupa ultérieurement. Diriger des hommes et organiser le quotidien d’une unité au front le préparèrent sans doute à ses fonctions en Grèce et au Levant tandis que la connaissance des militaires et de leur société lui fut sans doute précieuse, dans le contexte des mandats, en tant que directeur général des Antiquités de Syrie et du Liban.

M. Duncan Youngerman, petit-fils d’Henri Seyrig, a eu l’extrême obligeance d’autoriser un accès complet à ses archives familiales et la gentillesse d’offrir un excellent accueil afin de pouvoir les consulter dans les meilleures conditions. Ce travail a bénéficié aussi de l’aide, des conseils et du soutien de Mme Frédérique Duyrat et de M. Olivier Picard. M. Recht, directeur des Archives départementales de la Haute-Saône, a bien voulu nous adresser copie de la fiche matricule d’Henri Seyrig. Qu’ils soient tous ici chaleureusement remerciés.

Haut de page

Bibliographie

AFGG État-major de l’armée, Service historique, Les armées françaises dans la Grande Guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1922-1939.

Audoin-Rouzeau (S.) & Becker (A.) 2003 14-18, retrouver la guerre (Folio Histoire 125), Paris, Gallimard.

Audoin-Rouzeau (S.) 2004 « Artillerie et mitrailleuses », S. Audoin-Rouzeau & J.-J. Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre. 1914-1918. Histoire et culture, Paris, Bayard, p. 255-260.

Boulanger (Ph.) 2002 « Les conscrits de 1914 : la contribution de la jeunesse française à la formation d’une armée de masse », Annales de démographie historique 103, p. 11-34.

Bruneau (Ph.) 1992 Georges Perrot. Maxime Collignon. Etudes d’archéologie grecque présentées par Philippe Bruneau, Paris, Picard.

Cagnat (R.) 1909 Carthage, Timgad, Tébessa et les villes antiques d’Afrique du Nord, Paris, Librairie Renouard.

Carcopino (J.) 1922 « Le tombeau de Lambiridi et l’hermétisme africain », RA 15, p. 211-301.

Cochet (F.) 2010 « L’Armée d’Orient, des expériences combattantes loin de Verdun », Cahiers de la Méditerranée 81, p. 91-103.

Dumont (P.) & Georgous (G.) 1993 « La Révolution commence à Salonique », Veinstein 1993, p. 228-246.

Frémeaux (J.) 2006 Les colonies dans la Grande Guerre. Combats et épreuves des peuples d’outre-mer, Paris, 14-18 éditions.

Géhin (G.) & Lucas (J.-P.) 2007 Dictionnaire des généraux et des amiraux français de la Grande Guerre. 1914-1918, Paris, Archives et culture.

Gran-Aymerich (E.) 1998 Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS éditions.

Gran-Aymerich (E.) 2001 Dictionnaire biographique d’archéologie. 1798-1945, Paris, CNRS éditions.

Guinard (P.), Devos (J.-C.) & Nicot (J.) 1975 Inventaire sommaire des archives de la Guerre. Série N 1872-1919. Introduction : organisation de l’armée française, guide des sources, bibliographie, Troyes, Imprimerie la Renaissance.

Historique 1920 Historique du 4e régiment d’artillerie de campagne. Guerre de 1914-1918, Besançon, imprimerie A. Faivre.

Historique 1921 Historique des corps de troupe. 2e régiment d’artillerie de montagne, Nice, Imprimerie idéale.

Historique s. d. Historique du 1er régiment d’artillerie de montagne pendant la guerre 1914-1918, Paris/Nancy, Berger-Levrault.

Jauffret (J.-C.) 1989 « L’officier français en 1914-1918 : la guerre vécue », G. Canini (éd.), Mémoire de la Grande Guerre. Témoins et témoignages, actes du colloque tenu à Verdun (12-14 juin 1986), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, p. 229-247.

Jolly (J.) dir. 1960-1977 Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, PUF.

Knoepfler (D.) 1996 « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière (1922-1929) », BCH 120, p. 285-308.

Le Rider (G.) 1973 « Henri Seyrig. 1895-1973 », RSN 52, p. 167-171.

Meynier (G.) 1981 L’Algérie révélée, la guerre de 14-18 et le premier quart du XXe s., Genève, Droz.

Mørkholm (O.) 1991 Early Hellenistic Coinage from the Accession of Alexander to the Peace of Apamaea (336-188 bc), Cambridge, CUP.

Pédroncini (G.) dir. 1997 Histoire militaire de la France 3. De 1871 à 1940 (Quadrige), Paris, PUF.

Pouillon (F.) dir. 2008 Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala.

Prost (A.) & Winter (J.) 2004 Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie (Points Histoire 336), Paris, Éditions du Seuil.

Rébuffat (F.) 1997 Les enseignes sur les monnaies d’Asie Mineure. Des origines à Sévère Alexandre (BCH Suppl. 31), Paris, De Boccard.

René (M.) 2002 « L’instruction sur la conservation et la recherche des antiquités : à propos d’une instruction originale de l’état-major de l’Armée d’Orient », Revue historique des armées 226, p. 71-80.

Roth (F.) 1990 La guerre de 1870, Paris, Fayard.

Rousseau (F.) 2010 « Entre découverte de l’altérité et définition de soi. L’ “Orient méditerranéen” de soldats français de la Grande Guerre (1915-1918) », Cahiers de la Méditerranée 81, p. 105-120.

Saint-Ramon Roussanne (F.) 1997-1998 La campagne d’Orient 1915-1918, Dardanelles-Macédoine, d’après les témoignages des combattants, thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne.

Siebert (G.) et al. 2001 « Portraits et silhouettes d’Alsace : Johann Michael Moscherosch, Henri Arnold Seyrig, la Belle Strasbourgeoise, Georges Frédéric Teutsch », Revue d’Alsace 127, p. 371-382.

Veinstein (G.) dir. 1993 Salonique 1850-1918 (Mémoires), Paris, Autrement.

Vogler (B.) 1994, Histoire culturelle de l’Alsace, Strasbourg, La nuée bleue.

Yerolimpos (A.) & Colonas (V.) 1993 « Un urbanisme cosmopolite », Veinstein 1993, p. 158-176.

Will (E.) (1973) « Henri Seyrig », Syria 50, p. 259-265.

Will (E.) (1993) « Notice sur la vie et les travaux d’Henri Seyrig, membre de l’Académie », CRAI 137, p. 384-394.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : État des sources

Archives départementales de la Haute-Saône

RM 182, no 1040

Archives Seyrig

Correspondance du 31/07/1914 au 02/09/1919 (environ 650 lettres)

Survol (ébauche d’autobiographie couvrant les années 1895-1951 mise en forme par Duncan Youngerman)

Livret matricule

Carnet de réglages de tirs (position de la cote 700 du Schnepfenried, région de Munster, septembre-octobre 1916)

Sauf-conduit et titre de transport pour un voyage Paris-Verrières en train datés du 10/08/1914

Extrait de l’ordre général no 33 de la 8e DI du 29/07/1916 portant citation à l’ordre de la division

Copie du décret de passage de l’armée active à la réserve de l’armée active du 15/03/1918 

Copie de l’ordre du régiment portant nomination au grade de lieutenant à titre temporaire du 19/07/1918

Copie du décret de nomination au grade de sous-lieutenant à titre définitif du 05/12/1918

Autorisations de permission (23/11/1918, 10/12/1918, 08/01/1919)

Panorama et deux cartes de la région de la cote 700 du Schnepfenried, région de Munster, septembre-octobre 1916

Panorama de la région de la Côte-du-Poivre, Verdun, décembre 1916

Panorama de la région du lac Prespa, croquis réalisé par le sous-lieutenant Boulay, daté du 10/06/1917

Annexe 2 : Chronologie indicative

1914

23/09 : Conseil de révision à l’ambassade de France à Berne

01/12 : Classé « service armé » (classe 1915) par le bureau de recrutement de Vesoul

16/12 : Arrivé au dépôt du 4e RAC (Besançon), incorporé comme 2e canonnier conducteur à la 71e batterie

1915

21/01 : Admis au peloton spécial des ÉOR (élève officier de réserve)

08/05 : Reçoit le certificat d’aptitude à l’emploi de chef de section

20/05 : Promu brigadier

21/05 : Promu maréchal des logis ÉOR

29/05 : Début d’une permission de 8 jours

09/06-31/07 : Cours des ÉOR à l’école militaire d’application de l’artillerie à Fontainebleau, classé 222e sur 231

01/08 : Début d’une permission de 8 jours

09-31/08 : Au dépôt du 4e RAC (Besançon)

01/09 : Affecté à la 4e batterie du 4e RAC en position aux Cinq-Maisons de Robache (région de Saint-Dié

17-31/12 : École de tir à Saint-Dié

1916

01/01-29/02 : En position aux Cinq-Maisons de Robache

29/02-22/04 : Observateur à la cote 878 sur la montagne d’Ormont (région de Saint-Dié)

25/04-03/06 : Cours de perfectionnement à l’école militaire d’application de l’artillerie de Fontainebleau, classé 80e sur 110

25/05 : Début d’une permission de 15 jours

10/06 : Promu sous-lieutenant à titre temporaire et affecté à la 6e batterie du 2e RAM.

16/06-22/07 : En position sur la côte Saint-Michel (région de Verdun)

23/07-22/08 : Cantonnement près de Saint-Dizier

29/07 : Citation à l’ordre de la 8e division d’infanterie

22-28/08 : Construction de position de batterie (région de Verdun)

10-19/09 : En position à la cote 700 du Schnepfenried (région de Munster)

19/09 : Début d’une permission de 8 jours

28/09-08/10 : Dispense des cours d’observation à des sous-officiers (Gérardmer)

09-31/10 : En position à la cote 700 du Schnepfenried

01-09/11 : École de tir à Saint-Dié

11/11-03/12 : En position au Gaschney (région de Munster)

6-11/12 : Construction d’une position à la Côte-du-Poivre (région de Verdun)

12/12 : Départ pour l’Algérie

22/12-08/01 : À Batna

1917

08-19/01 : En colonne dans les Aurès

22/01 : Départ en permission de 11 jours

12-20/02 : À Batna

20/02-21/03 : Opérations dans la région de Victor-Duruy (Aurès)

30/03 : Arrive à Grenoble, affecté à la 79e batterie du 1er RAM

01/14-09/06 : Formation des éléments de la 79e batterie (région de Grenoble)

09/06 : Départ pour Salonique

03/07 : Débarquement et installation de la batterie au camp de Zeitenlik (Stavroupoli)

15/07 : Mise en route en direction du front

01/08-26/09 : En position à la cote 2009 (région du lac Prespa)

19/09 : Départ pour une permission de 3 jours à Salonique

26/09-02/11 : Opérations dans la région du lac d’Ochrida et dans la vallée du Shkumbin

02/11 : Début de maux de ventre violents qui entraînent un départ du front le 7 novembre

10/11-23/12 : Séjour à la villa Allatini, hôpital militaire de Salonique

23/12 : Départ de Salonique

30/12 : Arrivée en France, séjour dans sa famille pendant plusieurs semaines

1918

07/02 : Affecté à la 90e batterie du 2e RA.

22/02 : Arrive au dépôt à Grenoble

02/03 : Affecté à la 12e batterie du 2e RAM

11/03 : Départ pour l’Italie

16-23/03 : Sur le plateau d’Asiago (Vénétie)

24/03-12/04 : École de tir à Caprino (Vénétie)

13/04 : Ordre de retour en France

22/04-16/11 : En position sur la montagne d’Ormont, roches du Chapeau et du Sapin-Sec (région de Saint-Dié)

10/06 : Promu lieutenant à titre temporaire

16/07 : Début d’une permission de 15 jours

16/10 : Début d’une permission de 15 jours

14/11 : Promu sous-lieutenant à titre définitif

17/11 : Entrée en Alsace

21/11 : Installation dans la région de Strasbourg

1919

10/02 : Affecté à la première section de munition du 1er RAM (Nord de l’Alsace)

24/06-02/09 : Cantonnement dans la région de Nice

02/09 : Mis en congé illimité de démobilisation

Haut de page

Notes

1 Lettre à Daniel Schlumberger, 16/11/1928.

2 Prost & Winter 2004, p. 133-136.

3 Gran-Aymerich 2001, p. 637 ; Knoepfler 1996, p. 286 ; Le Rider 1973, p. 168 ; Pouillon 2008, p. 892 ; Siebert 2001, p. 374 ; Will 1973, p. 260 ; Will 1993, p. 386.

4 État des sources en annexe 1.

5 Ces documents ont été constamment sollicités pour la trame événementielle résumée dans la chronologie donnée en annexe 2.

6 Lettres majoritairement adressées à sa mère et à son père, plus marginalement à ses grands-parents et à sa sœur Juliette (Mizi). Elles sont écrites le plus souvent sur du papier à lettre, d’une écriture régulière et lisible, elles excèdent toujours une page et peuvent aller jusqu’à quatorze (pour un exemple, voir la lettre à son père en date du 13/03/1917 présentée infra en illustration).

7 Manuscrit inédit désigné dans ce texte par la mention Survol avec renvoi à la date évoquée.

8 Quelques clichés sont conservés dans les archives privées Henri Seyrig. En complément, pour le front d’Orient, les ressources du fonds 14-18 conservées à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine ont été exploitées.

9 Audoin-Rouzeau & Becker 2003, p. 53.

10 Roth 1990, p. 638-679 ; Vogler 1994, p. 364-369 et 375-377.

11 Sur le général de Lacroix : Géhin & Lucas 2007, t. 2, p. 45-46. Sur le Conseil supérieur de la guerre et la question de la désignation du généralissime : Guinard, Devos & Nicot 1975, p. 11-18.

12 Guinard, Devos & Nicot 1975, p. 205, annexe VII, 2 et Boulanger 2002, p. 11-14.

13 Lettre à son père, 21/09/1914 ; Survol, 23/09/1914.

14 Lettres à sa mère, 16 et 20/12/1914 ; Survol, 16/12/1914.

15 Survol, 02/09/1919.

16 Pédroncini 1997, p. 292-293.

17 Lettre à son père, 15/11/1917.

18 Lettre à sa mère, 19/03/1918.

19 Lettres à son père, 13/08, 10 et 16/09/1917.

20 Lettres à sa mère, 04, 06 et 14/08/1918 ; lettres à son père, 09 et 17/08/1918.

21 Boulanger 2002, p. 15-17, note que le renforcement du rôle de l’artillerie durant la guerre se traduit par une absorption croissante de recrues. La remarque est vraie, à l’exception de la classe 1915. D’après les données indiquées dans le tableau 2, p. 17, seuls 2,5 % des appelés de la classe 1915 sont affectés dans cette arme.

22 Sur l’organisation et le rôle de l’artillerie durant la guerre, voir par exemple : Guinard, Devos & Nicot 1975, p. 40-41 et 143-159 ; Audoin-Rouzeau 2004.

23 Considérations sur la fonction de chef de pièce (6 hommes sous ses ordres) : lettres à son père, 14 et 19/09/1915, 14/02/1916 ; lettres à sa mère, 06/10/1915 et 07/02/1916 ; Survol, 01/10/1915 et « mi-février » 1916.

24 Considérations sur la fonction d’observateur : lettres à son père 16/03 et 20/04/1916 ; lettres à sa mère, 27/02, 19 et 26/03, 03/04/1916 ; Survol, 27/02/1916.

25 L’effectif théorique d’une batterie d’artillerie de montagne (4 pièces de 65) est de 4 officiers, 16 sous-officiers, 12 brigadiers et 182 canonniers. Seyrig eut temporairement la responsabilité de la formation d’une nouvelle batterie (79e batterie du 1er RAM) au printemps 1917 (cf. lettres à sa mère, 31/03 et 10/05/1917), puis commanda à une batterie en Orient en août-septembre 1917 (cf. lettres à son père 06/08 et 22/09/1917).

26 Présentation des opérations militaires : AFGG III, 1, p. 212-214 et 675-679 ; AFGG IV, 1, p. 515-516 ; Historique 1920, p. 4.

27 Lettre à son père, 26/10/1915.

28 Lettre à sa mère, 10/02/1916.

29 Présentation des opérations militaires : AFGG IV, 2, p. 307-324 ; Historique 1921, p. 23-25.

30 Lettre à son père, 19/07/1916.

31 Lettres à son père, 16/03/1916, 06/08/1917 ; lettres à sa mère, 11/07 et 10/10/1916.

32 Lettres à sa mère le 11/10/1915, 18/02/1916 ; lettres à son père, 12/07/1916, 03/09/1917.

33 Lettres à sa mère, 11/10/1915, 15/10/1916, 12/10/1917 ; lettre à son père, 31/12/1915.

34 Lettres à sa mère, 11 et 14/01/1916 ; Survol, 11/01/1916.

35 Survol, 06/12/1916 ; lettres à sa mère, 16/06/1916, 12/10/1917.

36 Voir les remarques de Jauffret 1989 en particulier p. 245 et par exemple la description de la confortable cagna occupée par Seyrig fin mai 1918 dans les Vosges (lettre à sa mère, 27/05/1918).

37 Lettres à sa mère, 21 et 22/10/1915 ; lettre à son père, 25/10/1915 ; Survol, 25/09/1915.

38 Lettres à sa mère, 20 et 28/06/1916 ; lettres à son père, 30/06 et 03/07/1916.

39 Lettre à sa mère et Survol, 11/11/1918.

40 Étapes de l’entrée en Alsace : Historique 1921, p. 47-48. Accueil des Alsaciens : Vogler 1994, p. 381-382. Survol, 17 et 18/11/1918 ; lettres à sa mère, 18 et 29/11/1918.

41 Lettres à sa mère, 02 et 23/03, 09/05/1919 ; Survol, 02/03/1919.

42 Lettres à son père 25 et 29/06/1919 ; lettres à sa mère 31/07 et 17/08/1919.

43 Quelques mentions de la censure : lettres à sa mère, 26/02, 21/09 et 20/10/1915 ; lettres à son père 01/10/1915 et 11/08/1916. Il la contourne par un jeu de mots alors qu’il est en position au Gaschney, le toponyme devient le « cache-nez » (lettres à son père et à Mizi, 14/11/1916).

44 Lettre à sa mère, 20/12/1914.

45 Lettre à sa mère, 28/08/1915.

46 Par exemple, à sa sœur, née le 23 août, voir lettres à Mizi, 25/08/1915 (promesse d’une bague réalisée à partir d’une fusée), 25/08/1916 (un coupe-papier à partir d’une ceinture récupérée à Verdun), 22/08/1917 (envoi de photos, promet une « turquerie » dès qu’il pourra se rendre à Salonique), 27/08/1919 (vœux pour son anniversaire).

47 On ne saurait être exhaustif tant les mentions sont nombreuses. Pour les seules lettres à sa mère du premier trimestre 1915, alors que Seyrig, fraîchement incorporé, n’est encore qu’à l’instruction : 31/01, il remercie pour des gants et demande du tabac ; 06/02, demande de l’argent ; 09/02, remercie pour le tabac ; 17/02, remercie pour l’argent ; 19/02, remercie pour les livres et le chocolat ; 26/02, a reçu des livres ; 14/03, a reçu chocolat, rillettes et tabac.

48 Lettre à sa mère, 17/06/1917.

49 Lettre à sa mère, 27/10/1917.

50 Lettre à sa mère, 31/07/1914.

51 Par exemple : indignation face à la démission de Delcassé et critique des parlementaires (lettre à sa mère, 15/10/1915) ; critique véhémente de Caillaux et perception de Clemenceau comme « l’homme de la situation » (lettre à son père, 14/12/1917).

52 Commentaires parfois enthousiastes, comme face à une proclamation de Joffre annonçant le début d’offensives en Champagne laissant croire à une possible victoire (lettres à son père et à sa mère, 25/09/1915) ; parfois plus critiques, en particulier à l’égard de certains officiers (par exemple lettres à son père 11/08 et 15/10/1916).

53 Lettres à son père et à sa mère, 31/10/1916 ; lettre à son père, 30/11/1916.

54 Sur la notion de consentement, voir Prost & Winter 2004, p. 140-142.

55 Sur les préparatifs de cette dernière offensive (15 décembre 1916) : Historique 1921, p. 31 et 45 ; AFGG IV, 3, p. 439-444 et 455-459.

56 Pour ces opérations en Algérie : Historique 1921, p. 45 ; Meynier 1981, p. 591-598 ; Frémeaux 2006, p. 251-252.

57 Lettre à son père, 11/12/1916. Arrivé sur place, il se montre tout aussi critique à l’égard des opérations auxquelles il participe (cf. lettres à son père, 25/12/1916 et 16/03/1917 ; lettre à sa mère, 13/01/1917) et essaie d’obtenir une nouvelle affectation avec l’aide de son oncle le général de Lacroix (lettre à sa mère, 18 et 22/02/1917).

58 Lettre à son père, 14/12/1917. Sur sa maladie voir infra n. 129.

59 Lettre à sa mère, 14/12/1917.

60 Sur Daudet : Jolly 1960-1977, t. 5, p. 1242-1246. Lettres à sa mère, 10 et 11/12/1915, 03/01/1916, 02/02/1916. Parmi les ouvrages reçus figure L’entre-deux-guerres. Autre mention de Daudet à propos de ses accusations à l’encontre de Caillaux, lesquelles convainquent Seyrig : lettre à son père, 14/12/1917.

61 Sur Psichari : Audoin-Rouzeau & Becker 2003, p. 173-175. Lettre à sa mère, 26/02/1915.

62 Cf. Survol, 13/10/1912 : découverte de Péguy et plaisir à la lecture de Colette Baudoche de Maurice Barrès.

63 Lettre à son père, 21/08/1914.

64 Lettres à son père, 01/01, 18/04, 22 et 31/12/1915 ; 13/04/1916 ; 12/04/1917 ; 10/04/1918. Voir aussi lettre à sa mère, 25/12/1916.

65 Lettre à son grand-père, 06/01/1919.

66 Pour des éléments descriptifs : formation de sous-officier à Besançon janvier-mai 1915, voir lettre à sa mère 09/03/1915 et lettres à son père 24/04 et 04/05/1915 ; élève officier de réserve à Fontainebleau, juin-juillet 1915, voir lettres à son père, 09/06, 09, 17 et 20/07/1915 ; école de tir à Saint-Dié, deuxième quinzaine de décembre 1915, voir lettres à son père, 17, 19, 22, 31/12/1915 et lettres à sa mère, 27 et 30/12/1915 ; école de tir à Caprino (Vénétie), fin mars-début avril 1918, voir lettres à sa mère, 26 et 28/03, 03 et 06/04/1918.

67 Lettre à sa mère, 06/02/1915.

68 Il insiste par exemple sur son choix de l’artillerie de montagne et son attachement à celle-ci (lettres à sa mère, 31/10/1916 et 31/03/1917 ; lettre à son père 28/05/1918). D’autres courriers critiquent l’incompréhension des fantassins face à l’usage de l’artillerie (lettres à son père, 15/10 et 31/11/1916).

69 Lettre à son père, 23/11/1917.

70 Lettres à sa mère, 12/09, 09, 12, 18, 21 et 25/10/1916.

71 Située en périphérie du village de Fleury à quelques kilomètres au nord de Verdun, c’était un magasin fortifié conquis par des troupes bavaroises le 11 juillet 1916. Elle fut l’un des premiers enjeux de la reconquête française ; sa possession entraîna d’âpres combats. Pour un plan du secteur, AFGG IV, 2, croquis no 9, p. 327 et cf. n. 29.

72 Lettre à son père, 15/07/1916, voir aussi Survol, 15 et 16/07/1916.

73 Ordre général de la 8e DI no 33 du 29/07/1916. La batterie reçut elle aussi une citation (reproduite dans Historique 1921, p. 54).

74 Survol, 01/07/1919. Laillet est l’un des sous-officiers accompagnant Seyrig dans cette opération.

75 Lettre à sa mère, 01/09/1917. Le carnet de l’officier d’artillerie Paul Bernier (à gauche sur, ill. 2), publié en ligne, fait aussi état de la rencontre : « Allé à Lakulmar voir la batterie 73/1, 3h1/2 de montée, cote 2300 environ. Déjeuné là-haut. Lieutenant Saint-Réquier, Navarin, Montès et Seyrig. » (http://chtimiste.com/carnets/bernier2.htm#_1917)

76 Lettre à sa mère, 15/03/1918 et Survol, 14/03/1918.

77 Lettre à sa mère, 15/11/1918.

78 Sur la violence de guerre et la brutalisation : Audoin-Rouzeau & Becker 2003, p. 54-70 ; Prost & Winter 2004, p. 136-140.

79 Lettre à son père, 15/07/1916.

80 Lettre à sa mère, 01/09/1915.

81 Lettre à sa mère, 15/09/1915.

82 Lettre à son père, 10/09/1917.

83 Lettre à sa mère, 27/10/1917.

84 Survol, décembre 1917.

85 Lettre à sa mère, 24/10/1915.

86 Lettres à son père, 28/11/1915, 25/12/1916, 13 et 30/03/1917 ; lettres à sa mère, 03/11/1916, 02/01/1917. Ce sentiment initial n’est pas partagé par l’ensemble des soldats en partance pour l’Orient, certains y voyant une échappatoire au front français et/ou un moyen de découvrir de nouveaux pays. Voir les remarques de Saint-Ramond Roussanne 1997-1998, t. 1, p. 71-77.

87 Lettres à sa mère, 22/01, 14 et 18/02, 05/03/1917 ; lettres à son père, 23/12/1916, 01/01 et 14/02/1917.

88 Douceur du climat : lettres à son père, 23/12/1916 et 01/01/1917. Rigueurs hivernales, froid, grêle, neige : lettres à sa mère, 13/01, 08/03/1917 ; lettres à son père, 14/01, 18/03/1917 ; Survol, 11 et 12/01/1917.

89 Sur l’ampleur des fouilles et le dynamisme archéologique en Afrique du Nord : Gran-Aymerich 1998, p. 325-329. Pour un aperçu de la physionomie des sites à l’époque de la visite de Seyrig : Cagnat 1909, p. 47-126.

90 Lettre à son père, 01/01/1917.

91 Lettre à son père, 22/02/1918.

92 Selon Carcopino 1922, p. 211-213, des fouilles sont notamment organisées par le Cdt Vidal à la tête d’une compagnie d’Alsaciens-Lorrains entre janvier et mars 1917.

93 Lettre à son père, 16/03/1917. Dans Survol, 05/03/1917, Seyrig résume : « De retour à Duruy. Inaction. Je remarque les ruines de Lambiridi, et y pratique une fouille très fâcheuse, où j’abîme une mosaïque pour en emporter un assez grand fragment. »

94 Survol, 05/03/1917 ; lettres à son père, 13 et 16/03/1917 ; lettre à sa mère, 18/03/1917.

95 Gran-Aymerich 2001, p. 637 ; Knoepfler 1996, p. 286 ; Le Rider 1973, p. 168 ; Pouillon 2008, p. 892 ; Siebert 2001, p. 374 ; Will 1973, p. 260 ; Will 1993, p. 386.

96 Will 1993, p. 386.

97 Sur le Service archéologique de l’Armée d’Orient : René 2002.

98 Knoepfler 1996, p. 286 et 303, n. 5.

99 Lettre à son père, 04/07/1917. Voir aussi les remarques dans Survol, 28/06-02/07/1917.

100 Vues de la rade de Milo en mai 1916 depuis un transport militaire : Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, no de série OR 853, no tirage OR 163613 et OR 163614.

101 D’autres soldats ont ressenti un même émerveillement durant la traversée, cf. Saint-Ramond Roussanne 1997-1998, t. 1, p. 101-102, 104-108 et 113-115. À rapprocher du panorama photographique daté de juin 1917, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, no de tirage 62T150391.

102 Sur Salonique à cette époque, voir les contributions réunies dans Veinstein 1993. Dans la correspondance, voir : lettres à son père, 08, 12/07, 28/08, 15/11/1917 ; lettres à sa mère, 25/08 et 03/12/1917. Voir aussi Survol, 03/07 et 20/09/1917. Rousseau 2010, p. 107-111 et Saint-Ramond Roussanne 1997-1998, t. 2, p. 418-466 soulignent que la perception de Salonique par les Poilus d’Orient fut loin d’être toujours aussi positive.

103 Pour une présentation des opérations militaires : Historique s. d., p. 34-35 et AFGG VIII, 2, p. 494-532.

104 Tout comme pour Salonique, la perception fut bien plus négative pour de nombreux soldats du front d’Orient : Saint-Ramond Roussanne 1997-1998, t. 1, p. 301-312.

105 Survol, 22/07/1917. D’autres clichés : Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, no de série OR 512, no de tirage OR 107426, OR 107420 et OR 134556.

106 La récurrence des notations et des remarques démontre l’intérêt de Seyrig pour les paysages. Lettres à son père : 19, 20, 25 et 30/07, 02, 06, 11, 13 et 17/08, 03 et 12/09, 10, 15, 27 et 31/10/1917 ; lettres à sa mère, 15 et 25/08, 12, 16 et 30/10/1917.

107 Lettres à sa mère 08 et 12/10/1917 ; lettre à son père, 27/10/1917.

108 Lettre à sa mère, 02/12/1917 (des notations analogues : lettre à sa mère, 19/11/1917 ; lettre à son père : 01/12/1917).

109 Lettre à son père, 15/07/1917

110 Lettres à son père, 15 et 18/07/1917.

111 Survol, 30-12-1917. Sa correspondance antérieure fait mention d’une traduction du manuel d’Epictète, lecture conseillée par son professeur de philosophie au collège des Roches M. Monod (lettres à sa mère, 06 et 27/03/1916) et de Tacite (Survol, 01/04/1917).

112 Lettres à son père, 28/08, 26/11 et 14/12/1917 ; Survol, « Décembre » et 30/12/1917.

113 Lettre à son père, 26/11/1917 ; Survol, « Décembre » et 30/12/1917.

114 Lettres à son père, 08/07, 12 et 22/09, 14/12/1917 ; lettre à sa mère, 03/12/1917 ; lettre à Mizi, 12/12/1917.

115 Lettre à son père, 05/12/1917.

116 Lettres à son père, 17/08, 16/09, 02 et 14/12/1917 ; lettre à sa mère, 06/12/1917.

117 Lettre à son père, 08/12/1917.

118 Lettre à sa mère, 01/09 et 05/12/1917 ; lettre à son père, 03/09/1917.

119 Lettre à sa mère, 03 et 05/12/1917.

120 Lettres à son père, 08 et 16/09, 08/12/1917.

121 Lettre à son père, 17/08/1917.

122 Mørkholm 1991, no 518 ; SNG Cop. (Aetolia-Euboea), no 10-24.

123 Lettre à son père, 17/08/1917.

124 Rébuffat 1997, p. 17-18.

125 Lettre à son père, 16/09/1917.

126 Mørkholm 1991, no 175 ; SNG Cop. (Macedonia), no 1195.

127 Mørkholm 1991, no 435 ; SNG Cop. (Macedonia), no 1224.

128 Voir les chiffres de Cochet 2010, p. 102-103.

129 La jaunisse (ictère) intervint début novembre, Seyrig perdit l’appétit et 10 kg. Cf. Survol, 7-10/11/1917. Sur les débuts de sa maladie, son rapatriement et les premiers jours à l’hôpital : lettres à sa mère, 03, 08 et 11/11/1917 ; lettres à son père, 05 et 12/11/1917.

130 Elle abrite aujourd’hui la préfecture de Thessalonique. Sur la villa Allatini : Dumont & Georgous 1993, p. 241-246 ; Yerolimpos & Colonas 1993, p. 165 et 173.

131 D’autres clichés du même opérateur montrent la terrasse arrière, des chambres et une salle à manger confortables, ainsi qu’une serre et un salon de lecture (Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, no de série OR 333, no de tirage OR 145978, OR 145979, OR 145981, OR 145982 et OR 145983).

132 Survol, 30/12/1917.

133 Saint-Ramond Roussanne 1997-1998, t. 2, p. 596-597 ; Pédroncini 1997, p. 200-201.

134 Survol, « printemps » et « septembre » 1908 (intérêt pour les insectes) ; « octobre » 1908 (première mention de la géologie) ; « été » 1911 (« grande passion pour la paléontologie ») ; 31/03 et 01/11/1912 (excursions géologiques de 2 et 3 jours) ; 11/05 et 25/08/1913 (excursions géologiques). L’intérêt pour l’entomologie et la géologie se lit dans la correspondance de guerre, en particulier dans ses descriptions de la Macédoine (cf. n. 106).

135 On peut se reporter à la présentation de l’archéologie grecque à la veille de la guerre dans Bruneau 1992, p. 12-35.

136 Survol, 1910 et 30/12/1917. Apprenant que son frère François a abandonné le latin, il s’indigne et conclut : « Je suis bien heureux d’en avoir fait moi-même. » (Lettre à sa mère, 28/11/1915).

137 Lettre à son père, 22/02/1918.

138 Lettre à son père, 24/08/1918 ; lettres à sa mère, 01/09/1918, 02/03/1919 ; lettre à son grand-père, 06/01/1919.

139 Lettre à sa mère, 31/03/1918.

140 Survol, 15/01/1918 (avec quelques problèmes de chronologie) ; lettre à sa mère, 18/05/1919 et lettre à son père 02/07/1919.

141 Lettre à son père, 02/07/1919.

142 Lettres à son père, 18/06, 11 et 28/09/1918 ; lettre à son grand-père, 06/09/1918.

143 Lettres à sa mère 28/02, 07 et 10/03/1918 ; lettre à son père, 16/06/1918.

144 Lettre à sa mère, 22/07/1919 et lettre à son père, 22/08/1919.

145 Lettre à Daniel Schlumberger, 16/11/1928.

146 Will 1993, p. 391-392, Knoepfler 1996, p. 301.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Vue panoramique depuis la position de la cote 700 du Schnepfenried (région de Munster), automne 1916.
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Illustration 2.
Légende Entre officiers sur le front d’Orient (de gauche à droite, Bernier, Saint-Requier, Navarin, Seyrig), Lakul-Marc (Serbie), 1er septembre 1917.
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Illustration 3a.
Légende Récit de la première journée de fouilles à Lambiridi, lettre à son père, 13 mars 1917, 1re feuille, recto.
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5277/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Illustration 3b.
Légende Récit de la première journée de fouilles à Lambiridi, lettre à son père, 13 mars 1917, 1re feuille, verso
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5277/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Illustration 3c.
Légende Récit de la première journée de fouilles à Lambiridi, lettre à son père, 13 mars 1917, 2e feuille, recto
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5277/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Illustration 3d.
Légende Récit de la première journée de fouilles à Lambiridi, lettre à son père, 13 mars 1917, 2e feuille, verso.
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5277/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Illustration 4.
Légende Les cascades de Vodena (Edesse), mars 1917
Crédits © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5277/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Titre Illustration 5.
Légende La façade de la villa Allatini, Salonique, 1918
Crédits © Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5277/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu René-Hubert, « « Comme un enfant et un fou » :
Henri Seyrig dans la Grande Guerre », Syria, III | 2016, 11-31.

Référence électronique

Matthieu René-Hubert, « « Comme un enfant et un fou » :
Henri Seyrig dans la Grande Guerre », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5277 ; DOI : 10.4000/syria.5277

Haut de page

Auteur

Matthieu René-Hubert

Enseignant, doctorant, Université d’Orléans

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals