Navigation – Plan du site

Les deux missions de Paul Perdrizet et Henri Seyrig en Syrie et leurs prolongements (1924-1928)

Samuel Provost
p. 33-47

Texte intégral

  • 1 Knoepfler 1996.

1En septembre-octobre 1924 et 1925, alors qu’il est membre de l’École française d’Athènes, Henri Seyrig effectue ses deux premiers séjours en Syrie en compagnie de Paul Perdrizet qui est chargé par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de faire des fouilles en Antiochène puis à Hiérapolis-Bambyke. Le caractère déterminant de ces deux missions pour la suite de la carrière d’Henri Seyrig est bien connu : très vite remarqué par René Dussaud à qui Perdrizet l’a présenté, Henri Seyrig peut dès 1928 retourner à son compte en Syrie et, l’année suivante, être chargé de la fouille du sanctuaire de Bêl à Palmyre avant de prendre la direction des Antiquités de Syrie. Malgré l’absence d’une publication d’ensemble de leurs résultats par les deux archéologues, l’inventaire des découvertes scientifiques, surtout épigraphiques, des deux missions Perdrizet-Seyrig est également bien établi, grâce à l’étude qu’a réalisée Denis Knoepfler des carnets scientifiques d’Henri Seyrig conservés à Neuchâtel 1. Le croisement systématique entre les notes des carnets et les publications éparses des inscriptions dans la série d’articles des Antiquités syriennes de Syria comme dans le corpus des IGLS lui a permis de montrer, dans le domaine épigraphique, toute la richesse de ces premiers travaux. Le déroulement précis de la mission, les modalités de son organisation comme ses suites et même les résultats des fouilles restaient cependant moins bien connus, faute de documents. La redécouverte des archives scientifiques et personnelles de Paul Perdrizet, celle des archives familiales d’Henri Seyrig, comme l’inventaire, aux archives de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, de la correspondance de ces savants, permettent désormais de reprendre la question de la chronologie, des résultats scientifiques et de l’influence de ces deux missions. Dans le cadre limité de cette étude, on se contentera cependant d’en reprendre les étapes principales, pour souligner quelques faits nouvellement établis ou en préciser d’autres déjà connus. La mission de 1924 fera l’objet d’un traitement privilégié car celle de 1925 en dépend et en reprend largement le schéma (ill. 1).

Illustration 1.

Illustration 1.

Carte de la Syrie mandataire avec les itinéraires des deux missions de 1924 et 1925

© S. Provost

Les archives des missions

2Les archives scientifiques de Paul Perdrizet ont été conservées par sa veuve, Lucile Gallé-Perdrizet, jusqu’à sa mort en 1981. Grâce à l’intervention auprès de ses héritiers d’une enseignante, Françoise-Thérèse Charpentier, elles ont alors été déposées au département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université de Nancy, où elles sont restées inexploitées. Elles contiennent la plus grande partie de la correspondance conservée relative aux missions de 1924-1925 et, à leurs suites, divers papiers administratifs, quelques cartes du service topographique de l’armée (Antioche, l’Antiochène, Membidj), une centaine de photographies et surtout deux carnets de notes correspondant chacun à une des deux missions, 1924 et 1925.

3Contrairement aux carnets de Seyrig conservés à Neuchâtel, ce sont véritablement des carnets de terrain : Perdrizet y consignait, dans un ordre chronologique approximatif, aussi bien ses observations et le relevé des inscriptions et autres monuments qu’il découvrait, que des informations variées, telles que les adresses de ses interlocuteurs, des anecdotes, ses comptes, les rudiments du vocabulaire local, etc. L’absence de date et l’écriture souvent difficile à déchiffrer rendent l’exploitation de ces carnets malaisée, d’autant plus que Perdrizet a continué à les enrichir de commentaires après les missions, ne prenant pas la peine, au contraire de Seyrig, de recopier ses notes au propre.

4La confrontation des carnets de Nancy avec ceux de Neuchâtel éclaire non seulement la chronologie de la mission mais permet de préciser la répartition des tâches entre les deux savants et montre la complémentarité de leur travail. Ils permettent également d’identifier la riche documentation iconographique conservée dans les archives scientifiques et familiales.

  • 2 « J’ai ici tant de documents dans des cartons, avec la mention Syrie. Ils seront pour vous je pens (...)

5Ce fonds ne constitue pas, à l’évidence, l’intégralité des archives scientifiques que Perdrizet avait dû constituer sur ses travaux de Syrie : une partie importante est manquante, soit qu’elle ait été détruite, soit qu’elle ait été prélevée après sa mort, le 4 juin 1938, peut-être par Seyrig lui-même, à l’invitation de Lucile Perdrizet 2.

  • 3 AAIBL, fonds Henri Seyrig, K 65, HS 818 à 906 (lettres de Paul Perdrizet) ; K 64, HS 1 à 340 et K  (...)
  • 4 Il s’agit surtout des lettres de Paul Perdrizet à son épouse Lucile et à ses belles-sœurs (ABGP) e (...)

6Les lacunes de ce fonds sont en partie compensées par le soin que Seyrig a mis à conserver sa correspondance scientifique 3 : l’essentiel des échanges épistolaires des protagonistes de ces missions, entre eux et avec leurs proches 4, subsiste à une notable exception près : Daniel Schlumberger n’y est presque pas représenté pour la période concernée. Son point de vue personnel sur le voyage de 1925 est donc le seul manquant pour reconstituer l’activité de la petite équipe de Perdrizet pendant ces deux séjours en Syrie du Nord.

Le projet de mission et le choix des participants

  • 5 Gelin 2001, p. 27 et 43-44.
  • 6 Lettre de Charles Virolleaud au conseiller financier du haut-commissariat, Beyrouth, 26 novembre 1 (...)
  • 7 Le procès-verbal de la séance correspondante de la commission ne paraît pas conservé dans les arch (...)
  • 8 On le sait par une lettre à Franz Cumont de Paul Perdrizet qui lui annonce le 8 mai 1923 (ABFC 723 (...)

7Le projet d’ouvrir l’exploration archéologique systématique d’Antioche n’est pas de Perdrizet lui-même. Il s’inscrit dans la politique archéologique du mandat français en Syrie, telle qu’elle est mise en œuvre par la Mission archéologique permanente et le Service des Antiquités dirigés par Charles Virolleaud, sous l’égide de la Commission de Syrie et de Palestine de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 5, où René Dussaud exerce une influence prépondérante. Après les difficiles premières années de la mise en place du Mandat et de la pacification du pays, il paraît opportun en 1922-1923 d’ouvrir de nouveaux chantiers archéologiques en Syrie : en 1922, débute ainsi l’exploration de Doura-Europos (Salihiyé) et de Byblos. L’année suivante, en novembre 1923, Virolleaud écrit que « le moment paraît venu d’organiser en conformité avec le vœu unanime du monde Savant, deux nouvelles expéditions ayant pour but les Villes les plus célèbres de la Syrie antique : Antioche et Palmyre 6 ». La lettre reflète la décision qui a été prise quelques mois auparavant par la Commission de Syrie et de Palestine de confier à Perdrizet le soin d’entreprendre des fouilles à Antioche 7. Ce choix est dû à l’initiative de Théophile Homolle qui en avait fait la proposition à Perdrizet dès la fin du mois d’avril 1923, avant de le soumettre à l’Académie 8. Homolle avait beaucoup apprécié le travail du jeune Perdrizet lors de la « Grande Fouille » de Delphes, au point de lui faire donner trois années supplémentaires comme membre hors cadre de l’École française d’Athènes (1897-1899) puis de le rappeler un an seulement après son retour en France (1901) — on notera au passage qu’un séjour prolongé à l’ÉfA est un point commun entre Perdrizet et Seyrig. Homolle était resté ensuite le principal soutien de Perdrizet. Celui-ci en avait d’autant plus besoin que sa plume acérée et ses jugements péremptoires lui valaient quelques inimitiés tenaces chez ses pairs.

  • 9 Perdrizet & Fossey 1897.
  • 10 Berger 1903. Le rapport rédigé à l’issue de cette mission, inédit car destiné à une commission dite (...)
  • 11 Il le remercie pour son aide dans plusieurs lettres de 1923 et 1924 (ABFC 7342 et 7587, du 14 et d (...)

8Ce n’était ni la première fois que Homolle envoyait Perdrizet en Syrie (il l’avait dépêché en 1896, relever Charles Fossey 9) ni même la première mission syrienne de celui-ci pour le compte de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres — en 1902, il avait été chargé d’enquêter sur l’authenticité des inscriptions du temple d’Eshmoun à Sidon 10. Perdrizet compte aussi parmi les Académiciens un autre soutien de poids en la personne de Franz Cumont qui vient de commencer les fouilles de Doura-Europos 11.

  • 12 Carte de Théophile Homolle à Paul Perdrizet de septembre 1923 (APP PP 401) ; lettre de Paul Perdri (...)

9La décision de l’Académie transmise au Service des Antiquités, l’autorisation de fouilles est notifiée par Virolleaud à Perdrizet le 20 septembre 1923. Estimant que la saison est trop avancée pour commencer immédiatement et ne disposant pas encore de budget propre, Perdrizet remet le début des fouilles à l’automne suivant, qu’il considère comme la meilleure période pour fouiller dans la région 12. Cette décision lui permet de surcroît de recruter un collaborateur scientifique en la personne d’Henri Seyrig.

10Une telle entreprise ne pouvait se mener seul, a fortiori pour Perdrizet qui a toujours privilégié les collaborations aux œuvres solitaires. Le choix de Seyrig, nommé membre de l’École d’Athènes en novembre 1922, s’explique en partie ainsi, mais il est surtout dicté par les réseaux alsaciens et francs-comtois communs des deux hommes. Seyrig est né en 1895 à Héricourt, village situé une dizaine de kilomètres seulement de Montbéliard, la ville natale de Perdrizet. La famille Seyrig s’est très tôt installée à Mulhouse, en 1898, mais les liens familiaux de Perdrizet avec Mulhouse sont presque aussi étroits. Perdrizet épouse en effet, en 1906, Lucile Gallé dont la mère, Henriette Grimm, appartient à une vieille famille de négociants mulhousiens. Parmi ces parents de Mulhouse figure d’ailleurs Daniel Schlumberger : sa grand-mère, Élisabeth Keller-Schœn, est une cousine d’Henriette Grimm-Gallé, ce qui explique que le jeune Daniel Schlumberger donne du « cher cousin(e) » à Paul et Lucile Perdrizet lorsqu’il leur écrit. Ce n’est donc pas simplement un de ses étudiants de l’Université de Strasbourg que Perdrizet convie à se joindre au deuxième voyage qu’il effectue en Syrie avec Seyrig en 1925, mais bien un cousin éloigné qu’il a pris sous sa protection.

  • 13 Ott 2004, p. 173.
  • 14 Ott 2004, p. 226.

11Ces attaches familiales de Perdrizet avec Mulhouse se doublent de relations professionnelles et sociales : il est membre correspondant de la Société industrielle de Mulhouse et invité chaque année à y donner des conférences 13. Or le grand-père maternel de Seyrig, Camille de Lacroix, un des piliers de l’industrie textile de Mulhouse, est un membre de premier plan de la Société industrielle qu’il préside après la Première Guerre mondiale jusqu’à sa mort en 1924 14. La famille Seyrig, au sens large, connaît donc assez bien Perdrizet en raison de ses fréquents séjours mulhousiens, de ses liens familiaux avec la haute bourgeoisie de la ville et de ses activités à la Société industrielle.

  • 15 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 19 avril 1923 et à Arnold Seyrig du 2 juillet 1 (...)
  • 16 « À propos de Perdrizet ; j’ai beaucoup utilisé ses travaux, ces temps derniers, tant ceux sur la (...)

12Il ne semble pas, pour autant, qu’Henri Seyrig ait tenté de tirer parti de cette relation durant ses études ou au début de son séjour athénien. Plusieurs allusions dans la correspondance à ces parents, où il leur demande expressément de ne pas parler de ses activités à Perdrizet, montrent au contraire qu’il souhaite éviter ce qui lui paraîtrait peut-être un patronage encombrant 15. Il découvre cependant à la même époque l’œuvre scientifique de Perdrizet sur la Macédoine, à l’occasion de ses lectures préparatoires pour les fouilles de Thasos. Il en conçoit déjà un grand respect pour le savant, à la réputation par ailleurs très controversée 16.

  • 17 Lettre d’Henri Seyrig à Paul Perdrizet du 24 décembre 1924 (APP PP 892) : « Je me suis rappelé plu (...)
  • 18 Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 22 septembre 1918 (APHS).

13En novembre 1923, la rencontre décisive entre les deux hommes est naturellement facilitée par Camille de Lacroix, ce que rappelle, après la mort de ce dernier un an plus tard, Seyrig lui-même dans sa réponse à la lettre de condoléances que lui envoie Perdrizet 17. Perdrizet propose donc à Seyrig, lors d’une entrevue à Strasbourg, de l’accompagner l’année suivante pour fouiller Antioche. Seyrig accepte immédiatement : il a perçu très tôt les opportunités archéologiques ouvertes par le mandat français en Syrie — il le mentionne dès septembre 1918 à son père 18 — et celle que lui offre Perdrizet est trop belle pour être ignorée.

La mission de l’automne 1924

  • 19 Henri Seyrig, qui a obtenu dès janvier 1924, la permission de Charles Picard, le directeur de l’Éc (...)
  • 20 Lettre de Théophile Homolle à Paul Perdrizet du 25 juin 1924 lui demandant de confirmer son départ (...)
  • 21 Une moitié provient de la Société française des fouilles archéologiques et l’autre est promise par (...)

14Bien qu’il ait donné puis renouvelé son accord pour participer à la mission, Seyrig n’est prévenu qu’au dernier moment des détails pratiques de son organisation 19. Et pour cause, la préparation en est à la fois sommaire et tardive : la question du financement du voyage et des fouilles, en particulier, n’est définitivement résolue qu’en juillet 20. Avec vingt mille francs au total, le budget dont dispose Perdrizet est assez modeste, mais il vise à couvrir pour l’essentiel les frais de voyage et de séjour des archéologues 21 : il est entendu que l’armée fournit la main-d’œuvre sur place de même que, de façon générale, le soutien logistique. L’archéologie sous le Mandat est fortement militarisée, surtout les premières années, et toutes les missions françaises ont recours à l’aide de l’armée, y compris le plus souvent à la main-d’œuvre militaire. Dans la mesure où il n’est question, pour une première campagne sur le terrain, que de prospections et de sondages limités, cette somme est jugée suffisante par les différents protagonistes.

15Seyrig n’émarge pas au budget de la mission : grâce à l’indépendance financière que lui procure son père, il voyage entièrement à ses frais. Mieux, il lui arrive de prêter de l’argent au directeur de la mission qui doit faire face sans cesse à des frais imprévus.

  • 22 AAIBL HS 818. Le même jour, Paul Perdrizet écrit à Charles Picard pour lui demander d’autoriser Se (...)

16En raison de ces incertitudes budgétaires, Perdrizet n’a donc arrêté la date de son départ et réservé son trajet que fin juillet. Il attend le 3 août pour donner ses instructions à Seyrig, dans une lettre qui contient l’exposé le plus clair de ses intentions, concernant à la fois ses objectifs sur place et le rôle qu’il réserve à son jeune collaborateur 22 :

« Cette première campagne consistera surtout, et peut-être entièrement, en sondages, dans Antioche même, et peut-être aussi à Daphné. Nous disposerons de la main-d’œuvre militaire, j’espère que nous aurons quelques bons sous-officiers français qui nous aideront dans la surveillance de nos nombreux petits chantiers simultanés. Vous voyez que votre présence ne sera pas inutile, et je compte bien que vous aiderez à notre chance (…) Je ne sais qu’augurer d’une telle entreprise. Mais il n’est pas exclu qu’elle devienne importante (…) Cette fouille sera, je crois, intéressante surtout pour ceux qui la continueront et la termineront. Je ne ferai que la commencer. Vous la continuerez, si vous y êtes associé dès le début ».

17Perdrizet cherche donc, plus qu’un collaborateur de circonstance, un véritable second et successeur, et il ne se conçoit pas comme directeur d’une fouille se poursuivant plusieurs années. Dans l’immédiat, Seyrig est chargé d’apporter « un bon dénéké » et « force papier à estampage » ainsi que des ouvrages de numismatique, ce qui démontre les compétences qui sont attendues de lui. Antioche est l’objectif prioritaire de cette première mission et il n’est pas encore question de Séleucie de Piérie à ce moment.

  • 23 Lucile Gallé-Perdrizet accompagne en effet son mari pour la mission de 1924 : l’expérience lui est (...)
  • 24 Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 16 septembre 1924 (APHS).

18Après s’être donné rendez-vous à Chypre, Seyrig et le couple Perdrizet 23 débarquent le 9 septembre à Beyrouth : le choix d’aborder la Syrie par la côte du Liban, plutôt que de se rendre directement à Alexandrette au plus près de la destination finale, répond à la nécessité pour Perdrizet de rencontrer les autorités civiles et militaires principales afin de régler les problèmes d’organisation et de financement. Ils sont donc reçus successivement par le général Weygand, haut-commissaire de la République en Syrie, le jour même de leur arrivée, puis le surlendemain, le 11 septembre, à Aïn Sofar, par Soubhi bey Barakat, président de la Fédération syrienne, qui doit contribuer à hauteur de la moitié du budget de la mission 24. Entretemps, Perdrizet et Seyrig font plusieurs visites, au musée de Beyrouth, chez les antiquaires et des négociants de la ville, que Perdrizet connaît depuis ses voyages précédents en Syrie. Tout au long des deux missions, les séjours sur le terrain alternent ainsi avec celles des musées, des antiquaires et des collections privées où les découvertes sont parfois aussi importantes.

  • 25 Voir en particulier Perdrizet 1901.
  • 26 Cette suggestion est faite pour la première fois par Paul Perdrizet à Henri Seyrig dans une lettre (...)

19Le voyage se poursuit le 12 septembre en voiture jusqu’à Baalbek, qu’ils atteignent dans la soirée : la journée du 13 est entièrement consacrée à l’étude du site, qui est donc le premier site archéologique visité par Seyrig lors de cette mission. Perdrizet avait certainement tenu à montrer le site à son jeune compagnon : il s’était intéressé au sanctuaire héliopolitain lors de ses premiers séjours syriens et considérait que l’étude en était à reprendre 25. Il suggère très tôt à Seyrig d’envisager cette étude et l’encourage par la suite, jusque dans les années 1930, à en faire son sujet de thèse 26.

  • 27 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 25 septembre 1924 (APHS) : « Tout cela est fort (...)
  • 28 Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 26 septembre 1924 (APHS).
  • 29 « Certains morceaux de sculpture décorative sont si parfaits qu’on n’en peut comparer l’exécution (...)

20Après une rapide étape à Alep, les deux archéologues arrivent à Antioche le 18 septembre et commencent à prospecter en ville et dans les environs immédiats mais ils sont déçus par les perspectives médiocres de fouilles avec leurs moyens limités (ill. 2). Les quelques sondages projetés exigent de longues négociations pour obtenir l’accès aux terrains. Ils s’en éloignent donc rapidement : une de leurs premières excursions est pour le site de Daphné 27 qui ne les satisfait pas davantage. Les 22 et 23 septembre, ils accompagnent ainsi le délégué adjoint du haut-commissaire, Pierre Durieux, pour une tournée officielle de deux jours dans le Djebel Moussa. Seyrig a laissé le récit détaillé dans une lettre à son père de leur itinéraire 28 : il les mène par la vallée de l’Oronte à Soueidié puis à Magharadjik, village alaouite construit sur le site du port de Séleucie de Piérie, avant une halte pour la nuit dans le village de Yoghonolouk, dans le Djebel Moussa. La petite troupe poursuit le lendemain la visite des villages arméniens de la montagne, avec Surutmé (Sourp Thomas), où Seyrig est particulièrement impressionné par les vestiges et la sculpture architecturale de l’église médiévale de Saint-Thomas 29, avant le retour à Antioche.

Illustration 2.

Illustration 2.

Paul et Lucile Perdrizet, Henri Seyrig, à Antioche (?), fin septembre ou début octobre 1924

© Archives Bourgogne-Gallé-Perdrizet

  • 30 Lettre de Paul Perdrizet à Claude Gallé du 3 octobre 1924 (APBGP) : « Nous reviendrons deux jours (...)

21Cette excursion est décisive pour la suite de la mission : le repérage rapide des ruines de Séleucie et de Saint-Thomas convainc Perdrizet et Seyrig qu’en attendant de désormais hypothétiques sondages à Antioche même, c’est sur la côte et dans le Djebel Moussa qu’ils peuvent faire les plus intéressantes découvertes 30.

  • 31 Il s’agit en fait d’une église géorgienne du xie s. fouillée quelques années plus tard par Jean Mé (...)
  • 32 Carnet de Perdrizet 1924, p. 18-19. Voir aussi Mécérian 1964, p. 30-31.

22Ils repartent donc d’Antioche le 27 septembre dans l’idée d’établir leur base à Magharadjik et, de là, d’explorer systématiquement le site de Séleucie et ses environs. Ils choisissent de revenir par la montagne de façon à pouvoir étudier plus à loisir les vestiges de l’église Saint-Thomas dans laquelle ils croient reconnaître un édifice arménien 31. La chance veut qu’ils y soient présents la veille et le jour de la fête de l’Invention de la Croix, ce qui leur permet d’assister au pèlerinage et à la veillée faits par la communauté arménienne locale dans l’église. Les deux archéologues sont particulièrement frappés par l’abattage rituel d’animaux, opéré dans les ruines mêmes du sanctuaire, en vue du repas suivant la liturgie, ce qui leur paraît représenter une lointaine survivance des sacrifices antiques. Perdrizet et Seyrig passent une journée et demie à étudier l’église : Perdrizet en dresse le plan dans son carnet de terrain, notant soigneusement toutes les dimensions qu’il peut prendre, dessinant rapidement même certains fragments architecturaux, prenant des clichés des blocs sculptés les plus remarquables et réalisant des estampages des inscriptions géorgiennes retrouvées. Les investigations se poursuivent dans le village voisin de Yoghonolouk, où ils ont passé la nuit, car l’église dédiée à la Vierge qui s’y trouve, datée du début du xviie s., incorpore de nombreuses spolia de Saint-Thomas 32. C’est sur l’un de ces clichés qu’on trouve le meilleur portrait de Seyrig pendant cette mission (ill. 3).

Illustration 3.

Illustration 3.

Henri Seyrig (à droite) et un paysan arménien (?) près de l’église Saint-Thomas dans le Djebel Moussa, le 28 septembre 1924

© Archives Paul Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)

23Cet épisode est intéressant parce qu’on y retrouve dès le début des caractéristiques de l’ensemble de leurs missions : Perdrizet et Seyrig ne s’intéressent pas qu’aux antiquités gréco-romaines mais leur champ d’investigation s’étend naturellement à toutes les époques. Ils montrent aussi un véritable intérêt ethnographique pour les populations qu’ils côtoient, leurs rites et coutumes — comme en témoignent à la fois leurs lettres, leurs carnets et les photographies qu’ils prennent.

  • 33 Carnet de Seyrig p. 24 (inscription) et 28 (croquis des fondations du temple). Cf. Knoepfler 1996, (...)
  • 34 Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet (restée à Antioche) du 6 octobre 1924 (APBGP) : « Cela (...)
  • 35 Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 7 octobre1924 (APHS).

24Prévu pour durer une semaine, leur séjour à Séleucie s’étire finalement sur dix-sept jours, jusqu’au 14 octobre. L’exploration de la ville haute et de l’acropole permet de localiser l’emplacement possible d’un temple et livre de nouvelles inscriptions, dont la dédicace d’un autel. La décision est alors prise d’y conduire un sondage exploratoire : le 2 octobre, Perdrizet confie à Seyrig l’ouverture d’une tranchée sur l’acropole pendant qu’il retourne brièvement informer Lucile restée à Antioche. C’est pendant son absence, le 3 octobre, que Seyrig met au jour des vestiges du « temple dorique en tuf » et un premier fragment d’inscription qui le conduit à attribuer l’édifice au culte de Zeus Kéraunios 33. À son retour, Perdrizet est enchanté de la découverte de son jeune collègue et décide d’entreprendre la fouille complète du monument, bien qu’il n’en reste guère que les fondations 34. Seyrig est dépêché à Antioche pour aller retirer et changer la somme de deux mille francs destinée à payer une douzaine d’ouvriers recrutés dans la population locale. C’est d’Antioche qu’il écrit à son père pour lui faire partager l’importance de la découverte qui paraît alors justifier le choix de concentrer leurs efforts sur le site de Séleucie : « Si la fouille ne donne rien, ce ne sera, du moins, pas notre faute, car nous aurons mis la main sur le lieu le plus important de la ville : ce que la barbarie des temps y a pu laisser ne dépend plus de nous », lui écrit-il, le 7 octobre 35.

  • 36 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 11 avril 1925 (AAIBL HS 825).

25La fouille du temple se poursuit jusqu’au 14 octobre et donne, du point de vue architectural, des résultats en apparence assez maigres, résumés par Seyrig dans son carnet (p. 27-28) : pour sommaires qu’ils puissent paraître, ces croquis constituent presque la seule documentation graphique conservée sur le sujet. Car si Perdrizet a utilisé son propre carnet comme journal de fouilles, il n’a pas dressé de plan général et ses notes comptent à peine huit pages discontinues. Les parties les plus soignées en sont les dessins de quelques fragments architecturaux (lions-gargouilles, triglyphes, mutules, chapiteau), qui furent prélevés et remis au Louvre. Il est certain qu’il n’y avait pas d’autre carnet de bord de la fouille, car lorsque Seyrig, qui prit en charge la rédaction de cette partie de leurs recherches, demanda à Perdrizet des mesures manquantes, c’est de ce carnet que ce dernier lui envoya une copie partielle 36.

  • 37 Carnet de Seyrig, p. 29.
  • 38 Carnet de Seyrig, p. 25-26.
  • 39 Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet du 8 octobre 1924 (APBGP).
  • 40 Carnet de Perdrizet 1924, p. 49.

26Pour le temple de tuf, comme pour d’autres monuments, les carnets des deux archéologues sont donc complémentaires, au point qu’on peut faire l’hypothèse qu’ils aient pris l’habitude de se partager les tâches sur le terrain, y compris peut-être dans la perspective de la publication à venir de leurs travaux. Les lettres comme la documentation photographique attestent que c’est le plus souvent ensemble qu’ils conduisent la fouille ou qu’ils prospectent : ils ne paraissent pas, sauf pour leurs deux courts retours respectifs à Antioche, se relayer pour la surveillance des travaux sur l’acropole. L’interruption du journal de fouille par des relevés d’inscriptions ou des notes sur d’autres monuments comme la chronologie du carnet de Seyrig montrent en revanche qu’ils n’hésitent pas à abandonner leurs ouvriers pour poursuivre leur prospection du site : le tunnel de Vespasien 37 et le tombeau rupestre de l’architecte, dit « Varvara » 38, sont étudiés pendant la fouille du temple. Le cas du tombeau rupestre, découvert le 8 octobre 39, est d’ailleurs exemplaire de la collaboration des deux archéologues : alors que Seyrig dresse un plan assez précis de la chambre funéraire, Perdrizet se contente d’un croquis sommaire, mais relève avec soin les détails de la façade et la photographie (ill. 4). L’inscription du linteau est un des quelques cas où la lecture de l’inscription diffère entre les deux carnets et le seul pour lequel Perdrizet note la lecture différente de son jeune collègue 40.

Illustration 4.

Illustration 4.

Henri Seyrig examinant une tombe rupestre de Séleucie, le 8 octobre 1924

© Archives Paul Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)

  • 41 Lettre de Paul Perdrizet à Franz Cumont du 17 novembre 1924 (ABFC 7641).
  • 42 Le document lui est envoyé dès le 24 octobre et prévoit, sous réserve de l’autorisation administra (...)

27Le départ de Perdrizet et Seyrig de Séleucie le 14 octobre marque la fin des opérations archéologiques proprement dites de la mission : ils renoncent à fouiller cette année-là à Antioche, tout en se ménageant la possibilité d’y revenir en 1925. Perdrizet négocie avec Mohamed Saffouat Bereket, le mufti du caza d’Antioche, la permission de faire des sondages aux abords immédiats de certaines mosquées de la ville et de fouiller sur ses terres dans la région 41. Il lui demande d’établir un projet de contrat de fouilles 42 : une nouvelle campagne est donc prévue.

  • 43 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 16 octobre 1924 (APHS).
  • 44 Lettre de Lucile et Paul Perdrizet à Claude Gallé du 26 octobre 1924 (ABGP) ; lettre d’Henri Seyri (...)
  • 45 Carnet de Perdrizet 1924, p. 77. Perdrizet tenait particulièrement à cette découverte à laquelle i (...)

28Le bilan que les deux archéologues tirent de cette partie principale de leur mission est inégal, comme l’explique Seyrig à sa mère 43 : « Nos fouilles à Séleucie sont terminées, et leurs résultats honnêtes ; pour moi, la Grèce ne m’en a jamais fourni de plus brillantes, mais M. Perdrizet, qui a travaillé à Delphes, trouve que ce pays est décevant. Nous rapportons néanmoins une bonne moisson d’inscriptions et d’observations, et je ne trouve pas que nous soyons à plaindre. » Cette déception de Perdrizet explique peut-être la fin du programme de la mission et surtout l’indécision dans laquelle il reste longtemps l’année suivante sur les suites à donner à ces travaux. Dans l’immédiat, les deux hommes souhaitent visiter le plus grand nombre possible de sites avant leur départ, prévu le 3 novembre à Beyrouth. Deux longues courses successives les emmènent à Membidj (Hiérapolis) le 23 octobre, puis à Djerablous le lendemain, pour voir les vestiges de Karkémish 44. La première de ces deux excursions est la plus fructueuse pour la suite, avec plusieurs découvertes épigraphiques et la découverte, dans une ferme tcherkesse, d’un relief acéphale représentant un grand prêtre de Hiérapolis 45, mais surtout la prise de renseignements sur les tells hittites et assyriens de la région qui font l’objet de prospection en 1925 et de projets de fouilles avortés en 1926.

  • 46 Lettre de Lucile Perdrizet à Claude Gallé du 21 octobre 1924 (APBGP) et surtout lettre d’Henri Sey (...)

29Un séjour d’une semaine à Alep, du 19 au 26 octobre, est surtout l’occasion de rendre visite aux deux grandes familles de collectionneurs alépins que sont les Poche et les Marcopoli : Seyrig et Lucile Perdrizet ont laissé dans leur correspondance, chacun à sa manière, de longues descriptions d’Alep et de ses demeures consulaires extraordinaires dans les khans 46. La prospection chez les collectionneurs se révèle plus fructueuse, ou presque, que les fouilles.

  • 47 « Notre excursion à Byblos est tombée à l’eau, comme celle de Palmyre, grâce à la lenteur de M. Pe (...)
  • 48 Lettre de Lucile et Paul Perdrizet à Claude Gallé du 26 octobre 1924 (ABGP) : « Nos plans changent (...)

30À la grande déception de Seyrig 47, mais aussi au soulagement de Lucile Perdrizet 48, le temps manque pour effectuer toutes les excursions prévues. La visite de Palmyre, celles de Homs et de Byblos sont tour à tour annulées, mais Seyrig obtient de faire celle de Damas juste avant le départ le 3 novembre.

La mission de 1925

31Les résultats de la mission de 1924 sont bien accueillis par les commanditaires de l’expédition, à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres comme à la Société française d’archéologie : malgré l’échec des fouilles d’Antioche, Perdrizet et Seyrig sont encouragés à poursuivre, en réorientant leurs investigations d’après les découvertes : Séleucie de Piérie et Hiérapolis sont le double objectif affiché pour la campagne de l’automne 1925.

32Le cadre de la mission est sensiblement le même que pour celle de 1924 : le budget est limité, la main-d’œuvre doit être fournie par l’autorité militaire, mais cette fois sous la forme de prisonniers de droit commun, et le programme scientifique de départ reste assez vague. La désignation de Hiérapolis comme nouvel objectif prioritaire oblige en effet Perdrizet et son équipe à de nouveaux sondages exploratoires, faute de pouvoir exploiter les résultats de la campagne précédente. Le changement principal vient de l’adjonction à l’équipe du jeune élève et cousin éloigné par alliance de Perdrizet, Daniel Schlumberger, tout juste âgé de 21 ans, tandis que Lucile Perdrizet préfère rester à Nancy.

33Comme en 1924, Perdrizet, accompagné de Schlumberger, choisit de passer par Beyrouth pour consulter les autorités, visite Baalbek et Hermel, avant d’aller attendre Seyrig à Alep. Ce dernier les rejoint finalement le 3 septembre, après avoir débarqué à Alexandrette.

34Du 5 au 12 septembre, les trois archéologues sont à Antioche et Séleucie. Les projets de fouille du cimetière des marins de la flotte sont rapidement abandonnés devant l’épaisseur de la stratigraphie, faute de moyens financiers et techniques suffisants. Les quatre jours passés sur le site de Séleucie sont donc consacrés à une prospection épigraphique et topographique fructueuse de l’arrière-pays, dans le Djebel Moussa.

  • 49 Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet du 21 septembre 1925 (APBGP).

35La mission prend ses quartiers à Membidj pour les fouilles proprement dites, qui durent dix jours, du 17 au 27 octobre (ill. 5). Rapidement, les membres de la mission réalisent que le terrain est peu propice à leurs travaux : « au total, ces fouilles sont décevantes. La ville a été dévastée et rebâtie tant de fois, les Byzantins, les Arabes, les Mongols, les Turcs, Tamerlan, les Bédouins, les Tcherkesses, c’est à désespérer », écrit ainsi Perdrizet à sa femme le 21 septembre 49.

Illustration 5.

Illustration 5.

Fouilles de Membidj effectuées par des prisonniers sous la garde de gendarmes, octobre 1925

© Archives Paul Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)

  • 50 Carnet de Perdrizet 1925, p. 71-72.
  • 51 Lettres d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 24 septembre 1925 et à Julia de Lacroix-Seyrig du 5 octo (...)

36Le carnet de Perdrizet, qui sert, semble-t-il, une nouvelle fois de carnet de fouille, ne contient que deux pages sur les sondages pratiqués à Membidj 50 : sur les trois tranchées exploratoires ouvertes successivement, une seule donne quelques résultats avec une mosquée, non datée. Espérant que cet édifice ait succédé à un autre plus ancien, Perdrizet fait pratiquer un sondage limité en avant du mihrab mais les prisonniers ouvriers descendent à 6,50 m de profondeur avant d’atteindre le sol vierge, sans rien trouver de significatif. Dubitatif déjà au début des fouilles, Seyrig considère l’entreprise comme sans espoir et approuve donc la décision de Perdrizet de chercher d’autres sites à fouiller 51. L’exploration archéologique de Hiérapolis est, malgré une moisson importante d’inscriptions funéraires, un échec.

  • 52 Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet du 1er octobre 1925 (APBGP) : « Je voudrais retourner (...)
  • 53 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 5 octobre 1925, et à Arnold Seyrig du 24 septem (...)
  • 54 Lettres de René Dussaud à Paul Perdrizet des 9 et 10 octobre 1925 (APP PP 231 et 232). Les courrie (...)

37L’excursion des 22 et 23 septembre en Mésopotamie est plus fructueuse : elle les mène d’abord à Djerablous (Karkémish), puis aux deux tells d’Arslan Tash, site assyrien aux impressionnants lions de basalte, et de Tell Ahmar. Perdrizet revient très satisfait de cette visite des deux sites, déterminé à les inclure dans le programme de recherche de la mission et à préparer de futures fouilles que pourrait diriger Seyrig 52. Ce dernier fait preuve de plus de réserves 53 quant à son rôle futur éventuel, même si les longues descriptions qu’il laisse des sites montrent son intérêt. Mais la tentative de Perdrizet pour organiser dès le mois d’octobre une fouille à Arslan Tash tourne court, pour des lenteurs administratives, malgré l’enthousiasme de René Dussaud qui suit de Paris la mission et lui accorde immédiatement un nouveau crédit 54.

  • 55 Henri Seyrig attend pourtant jusqu’en juillet la décision de Paul Perdrizet (lettre d’Henri Seyrig (...)
  • 56 Lettre d’Henri Seyrig à René Dussaud du 11 juillet 1926 (AAIBL RD 1010).
  • 57 Thureau-Dangin 1929.

38Les projets de fouilles à Tell Ahmar et Arslan Tash, remis d’abord à 1926, sont définitivement abandonnés lorsque Perdrizet, qui avait pourtant montré beaucoup d’enthousiasme à l’automne 1925, paraît s’en désintéresser 55. Seyrig, qui ne tenait pas à abandonner, même temporairement, les études classiques pour le domaine de l’assyriologie en est probablement soulagé. Il refuse la proposition que lui fait Dussaud de partir fouiller Tell Ahmar avec Virolleaud, alors directeur du Service des Antiquités de Syrie 56. C’est finalement Thureau-Dangin qui profite des prospections de la mission Perdrizet-Seyrig et fouille en 1929 le palais assyrien de Tell Ahmar 57.

  • 58 AAIBL RD 3389 : le texte du projet n’est pas daté mais son analyse et une lettre au contenu presqu (...)
  • 59 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 20 mai 1928 (AAIBL HS 846).
  • 60 Seule la dernière de ces lettres, datée du 19 mai 1928, est conservée dans les archives nancéienne (...)

39Un ultime projet de mission commune entre Perdrizet et Seyrig voit le jour au début de l’année 1928 : le troisième voyage de Seyrig en Syrie, du 2 avril au 21 mai, était en fait largement conçu comme une mission de reconnaissance en vue de l’organisation d’une fouille, systématique cette fois, de Séleucie de Piérie. C’est ce que révèlent le long projet de fouilles que Perdrizet envoie à Dussaud en février 1928 58, sa correspondance avec Seyrig et les rapports que ce dernier lui adresse depuis Antioche au printemps. Dans trois longues lettres, que Perdrizet appelait avec admiration ses « Antiochéennes » 59, Seyrig détaille ses prospections topographiques et épigraphiques et indique comment pourrait être entreprise une campagne de fouilles à l’automne 60. Mais Seyrig, qui a accepté après bien des incertitudes sa nomination au secrétariat général de l’École française d’Athènes, considère comme impossible de s’absenter aussi longtemps et Perdrizet, qui ne veut plus tenter l’aventure seul, renonce : l’élève est devenu indispensable au maître.

Les projets non réalisés de publication

  • 61 Lettre d’Henri Seyrig à Paul Perdrizet du 5 mai 1936 (APP PP 916).
  • 62 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 12 mai 1936 (AAIBL HS 885).

40Les deux hommes n’ont plus par la suite de projet de terrain commun : Perdrizet se consacre à ses travaux égyptiens, tandis que Seyrig est accaparé par ses nouvelles responsabilités en Syrie. La publication sans cesse différée de leurs découvertes de 1924 et 1925 est néanmoins l’occasion de relations scientifiques suivies. C’est un véritable feuilleton qui s’étend de 1925 à 1938 et n’est interrompu que par la mort de Perdrizet : il serait trop long d’en donner ici le détail qui fera l’objet d’une prochaine étude. Bien qu’agacé par l’incapacité de Perdrizet à terminer leur manuscrit, Seyrig reste d’une loyauté exemplaire à son égard, ne publiant quelques monuments qu’avec son autorisation expresse, se censurant dans l’attente de l’ouvrage à venir. Mieux, il protège jusqu’à la fin leurs intérêts scientifiques communs dans ses capacités de directeur des Antiquités. Ainsi, le permis qu’il accorde à l’expédition de Princeton et du Louvre pour les fouilles d’Antioche exclut-il expressément, à l’origine, le site de Séleucie et ses environs. En mai 1936, lorsque la demande lui est faite d’étendre l’autorisation à Séleucie, il prend soin de consulter son vieux maître avant de répondre positivement 61 : ni l’un ni l’autre n’ont plus de projet de fouilles sur le site et il revient donc aux Américains, avec leurs moyens financiers et techniques supérieurs, de mener à bien l’exploration qu’ils n’ont pu conduire en 1924-1925. Dans la réponse positive qu’il lui fait, Perdrizet se livre à un véritable et émouvant mea culpa : « Je puis d’autant moins m’opposer au projet des Américains que j’ai eu le tort, le très grand tort de ne pas publier jusqu’ici les documents que nous avons trouvés ensemble. Dans la mesure où j’ai différé cette publication, je vous ai fait, et j’aurais pu vous faire un tort dont je mesure l’étendue, et dont je m’excuse 62. »

Les relations entre Seyrig et Perdrizet

41Le problème de la publication n’eut apparemment pas de conséquence sur les relations entre Seyrig et Perdrizet. Pour Seyrig, les voyages en Syrie avec Perdrizet furent d’abord une opportunité de compléter sa formation sur le terrain avec un maître pour lequel il éprouve immédiatement une immense admiration qui ne se dément jamais par la suite et se double d’une grande affection. Il ne manque pas, chaque année ou presque, de faire un détour par Nancy pour aller lui rendre visite et la lettre de condoléances qu’il écrit à sa veuve le 14 juin 1938 confirme, malgré le caractère convenu de l’exercice, la profondeur de l’estime et des sentiments qu’il avait à son égard :

42Seyrig l’écrit très tôt à ses parents dans un des nombreux témoignages de ce type :

43Il l’écrit aussi à Perdrizet lui-même :

  • 66 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 22 décembre 1934 (AAIBL HS 881).

44Perdrizet de son côté apprécie tout aussi rapidement Seyrig pour ses qualités de scientifique, dont il juge qu’elles sont semblables aux siennes. En décembre 1934, ayant reçu le premier volume des Antiquités syriennes, il écrit à Seyrig : « Je m’empresse de vous en féliciter. C’est un émerveillement. La richesse des documents inédits, des remarques critiques sur des monuments déjà connus, des théories neuves est splendide. Et je suis personnellement fort sensible à la variété de votre érudition si précise : numismate, épigraphiste, archéologue, géographe, vous êtes un savant complet, comme je les aime. Aucun problème ne vous échappe. » 66

  • 67 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 23 juillet 1925 (AAIBL HS 828) ; du 8 juillet 1937 (AAI (...)
  • 68 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 12 février 1928 (AAIBL HS 841).

45Perdrizet éprouve une affection presque paternelle pour Seyrig comme pour Schlumberger. Il suit très tôt avec un grand intérêt la carrière de Seyrig : il lui propose à plusieurs reprises un poste à l’Université de Strasbourg, la première fois dès 1925 pour succéder à Pierre Roussel, la dernière fois en 1936, lorsque lui-même prend sa retraite 67. Il l’encourage à entreprendre une thèse, dont le sujet serait le sanctuaire de Baalbek et le culte héliopolitain et demande au printemps 1928 à Dussaud de confier à Seyrig de nouvelles fouilles là-bas 68.

  • 69 Lettre d’Henri Seyrig à Paul Perdrizet du 15 octobre 1928 (APP PP 911) et réponse de Paul Perdrize (...)
  • 70 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 2 avril 1928 (AAIBL HS 844).
  • 71 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 8 juillet 1937 (AAIBL HS 890).

46Lorsque Seyrig lui envoie, en octobre 1928, le texte dactylographié du compte rendu qu’il vient de rendre à la revue Litteris sur Baalbek, Perdrizet est enchanté de voir que son élève paraît suivre le conseil qu’il lui a donné peut-être dès leur visite commune du site en 1924 69. La fouille du temple de Bêl à Palmyre et la nomination à la direction des Antiquités de Syrie viennent ensuite contrecarrer ce projet. Mais Perdrizet soutient, dès qu’il en a connaissance, en avril 1928, le souhait de Seyrig de succéder à Virolleaud et il intervient à ce propos auprès de Dussaud — qui n’avait toutefois pas besoin d’être convaincu 70. Perdrizet approuve aussi les projets que Seyrig forme pour son ami Daniel Schlumberger et encourage ce dernier à les accepter. Il garde néanmoins jusqu’au bout l’idée que Seyrig doit se ménager un avenir à l’université et, en 1937 encore, il presse Seyrig de faire ses thèses : « Mettez maintenant les bouchées doubles, faites rapidement des thèses : on ne vous en demande pas de longues, on demande simplement qu’elles soient. Et vous, personnellement, avez le travail si rapide, la rédaction si aisée et si nette 71… » Mais Seyrig avait d’autres idées sur sa carrière qu’un retour en France pour une chaire universitaire.

47Si l’on revient pour terminer sur les missions de 1924-1925 elles-mêmes, on voit pourquoi on ne retient aujourd’hui que leur apport épigraphique. Perdrizet et Seyrig ont manqué de moyens financiers et techniques pour mener à bien l’exploration des sites qu’ils avaient découverts ou du moins dont ils avaient montré l’intérêt. Mais ils ont eu une œuvre d’éclaireurs ouvrant la voie à d’autres chercheurs : Thureau-Dangin à Tell Ahmar, l’équipe de Princeton à Antioche et Séleucie, Mécérian pour les églises du Djebel Moussa. Il est notable que dans chaque cas, Seyrig, devenu directeur des Antiquités, n’hésita pas à communiquer ses carnets aux chercheurs, reprenant ainsi le rôle d’ouvreur de voies qu’il admirait chez Perdrizet.

Je remercie D. Knoepfler de m’avoir facilité l’accès aux carnets scientifiques d’Henri Seyrig conservés à Neuchâtel. Je remercie aussi vivement Duncan Youngerman, le petit-fils d’Henri Seyrig, et Jacqueline Amphoux, la petite-nièce de Paul et Lucile Perdrizet, de m’avoir généreusement donné accès à leur fonds familial respectif et de m’avoir confié une partie de leur documentation photographique.

Haut de page

Bibliographie

Berger (P.) 1903 « Mission de M. Perdrizet à Sidon, étude du temple d’Echmoun », CRAI 47/3, p. 252-253.

Gelin (M.) 2001 L’archéologie en Syrie et au Liban à l’époque du mandat 1919-1946 : histoire et organisation, Paris, P. Geuthner.

Knoepfler (D.) 1996 « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière (1922-1929) », BCH 120/1, p. 285-309.

Mécérian (J.) 1964 Expédition archéologique dans l’Antiochène occidentale, Beyrouth, Impr. catholique.

Ott (F.) 2004 La société industrielle de Mulhouse au temps de l’empire allemand, 1871-1918, Mulhouse, Société Industrielle de Mulhouse.

Perdrizet (P.) & Fossey (D.) 1897 « Voyage dans la Syrie du Nord », BCH 21/1, p. 66-91, 165-166.

Perdrizet (P.) 1901 « Note sur une représentation symbolique de la triade d’Héliopolis », CRAI 45/2, p. 218-221.

Seyrig (H.) 1939 « Antiquités syriennes », Syria 20/3, p. 177-194.

Thureau-Dangin (F.) 1929 « Tell Ahmar », Syria 10/ 3, p. 185-205.

Haut de page

Notes

1 Knoepfler 1996.

2 « J’ai ici tant de documents dans des cartons, avec la mention Syrie. Ils seront pour vous je pense, s’ils peuvent vous servir. », lettre de Lucile Perdrizet à Henri Seyrig du 19 juin 1938 (AAIBL HS 904). Une autre lettre indique qu’Henri Seyrig avait prévu de lui rendre visite le 22 janvier 1939 (AAIBL HS 905).

3 AAIBL, fonds Henri Seyrig, K 65, HS 818 à 906 (lettres de Paul Perdrizet) ; K 64, HS 1 à 340 et K 65, HS 341 à 817, pour la période 1928-1957 (lettres de René Dussaud). Dans les mêmes archives, le fonds René Dussaud contient 350 lettres de Seyrig pour la période 1926-1941 (K 59, RD 1009-1359) et 52 de Paul Perdrizet (K 62, RD 3385 à 3436) mais beaucoup manquent malheureusement pour la période 1923-1925.

4 Il s’agit surtout des lettres de Paul Perdrizet à son épouse Lucile et à ses belles-sœurs (ABGP) et de celles d’Henri Seyrig à ses parents et à son grand-père (APHS).

5 Gelin 2001, p. 27 et 43-44.

6 Lettre de Charles Virolleaud au conseiller financier du haut-commissariat, Beyrouth, 26 novembre 1923, archives de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, citée par Gelin 2001, p. 46 et n. 143.

7 Le procès-verbal de la séance correspondante de la commission ne paraît pas conservé dans les archives correspondantes de l’Institut (AAIBL série 16G 1-6).

8 On le sait par une lettre à Franz Cumont de Paul Perdrizet qui lui annonce le 8 mai 1923 (ABFC 7235) la proposition de Homolle et son propre accord. Les circonstances du choix opéré par l’Académie sont rappelées par Franz Cumont à Paul Perdrizet dans une lettre du 11 janvier 1925 (APP PP 146).

9 Perdrizet & Fossey 1897.

10 Berger 1903. Le rapport rédigé à l’issue de cette mission, inédit car destiné à une commission dite « secrète » de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, est conservé dans les archives nancéiennes de Perdrizet (APP carton XVII).

11 Il le remercie pour son aide dans plusieurs lettres de 1923 et 1924 (ABFC 7342 et 7587, du 14 et du 24 août 1924).

12 Carte de Théophile Homolle à Paul Perdrizet de septembre 1923 (APP PP 401) ; lettre de Paul Perdrizet à René Dussaud du 14 décembre 1923 (AAIBL RD 3388).

13 Ott 2004, p. 173.

14 Ott 2004, p. 226.

15 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 19 avril 1923 et à Arnold Seyrig du 2 juillet 1923 (APHS).

16 « À propos de Perdrizet ; j’ai beaucoup utilisé ses travaux, ces temps derniers, tant ceux sur la numismatique que ceux sur la Macédoine en général. Et plus je vais, et plus je vois sa valeur comme archéologue. Tout ce qu’il fait est surtout extraordinairement intelligent (…). Mais ses articles sont si méchants pour ses adversaires, et pleins d’une ironie si terrible, que tout le monde le déteste et le craint. » (Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 19 avril 1923, APHS).

17 Lettre d’Henri Seyrig à Paul Perdrizet du 24 décembre 1924 (APP PP 892) : « Je me suis rappelé plusieurs fois, ces jours derniers, que je devais à mon grand-père de vous avoir connu. Il avait encore suivi avec beaucoup d’intérêt notre voyage en Syrie, et la dernière lettre qu’il m’ait écrite me disait encore combien il vous était reconnaissant de ce que vous aviez fait pour moi. » Dans sa propre lettre, Perdrizet rappelait la bienveillance que lui témoignait « depuis bien des années » Camille de Lacroix et dont il était fier : lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 4 décembre 1924 (AAIBL HS 819).

18 Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 22 septembre 1918 (APHS).

19 Henri Seyrig, qui a obtenu dès janvier 1924, la permission de Charles Picard, le directeur de l’École française d’Athènes, de se rendre en Syrie, se plaint du silence de Perdrizet sur ses projets dans une lettre à sa mère du 26 juin 1924, et de la difficulté qui en découle pour planifier son été, dans une lettre à son père, le 9 juillet 1924 (APHS).

20 Lettre de Théophile Homolle à Paul Perdrizet du 25 juin 1924 lui demandant de confirmer son départ et d’estimer le budget nécessaire à la mission (APP PP 402).

21 Une moitié provient de la Société française des fouilles archéologiques et l’autre est promise par le gouvernement des Alaouites en Syrie : lettre de Théophile Homolle à Paul Perdrizet du 18 juillet 1924 (APP PP 403).

22 AAIBL HS 818. Le même jour, Paul Perdrizet écrit à Charles Picard pour lui demander d’autoriser Seyrig à participer à la mission (Archives de l’ÉfA, correspondance administrative 1915-1930).

23 Lucile Gallé-Perdrizet accompagne en effet son mari pour la mission de 1924 : l’expérience lui est suffisamment éprouvante pour qu’elle décide de ne pas la renouveler en 1925.

24 Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 16 septembre 1924 (APHS).

25 Voir en particulier Perdrizet 1901.

26 Cette suggestion est faite pour la première fois par Paul Perdrizet à Henri Seyrig dans une lettre du 2 février 1928 (AAIBL HS 841), antérieurement, donc, aux premières publications héliopolitaines de Seyrig, comme le compte rendu pour la revue Litteris.

27 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 25 septembre 1924 (APHS) : « Tout cela est fort beau, mais il ne reste trace de rien ; plusieurs tremblements de terre, et les chrétiens de Syrie, plus fanatiques qu’ailleurs, ont tout détruit. »

28 Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 26 septembre 1924 (APHS).

29 « Certains morceaux de sculpture décorative sont si parfaits qu’on n’en peut comparer l’exécution qu’à celle de certains chefs-d’œuvre grecs. C’est un art tout à fait particulier, d’une richesse et d’une plénitude qui sont une joie pour les yeux. Quelles que soient la grâce et la beauté du dessin dans certaines œuvres byzantines, il est rare d’y trouver, dans l’exécution des motifs, cette plénitude, ce quelque chose d’organique et de charnu qu’on trouve dans l’art grec, mais qui a fait défaut aux Romains aussi. Au contraire ces sculptures arméniennes le possèdent (…) » : lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 26 septembre 1924 (APHS).

30 Lettre de Paul Perdrizet à Claude Gallé du 3 octobre 1924 (APBGP) : « Nous reviendrons deux jours après à Antioche, où nous ferons quelques recherches, si certaines indications se confirment. Je n’ai d’ailleurs pas grande confiance dans des fouilles à Antioche même, & Seyrig non plus. » Lucile Gallé est plus directe, dans une lettre à Mathilde Keller, du 7 octobre 1924 (APBGP) : « ici, à Antioche, il n’y a rien !!! Rien comme indication, pas un fragment de pierre taillée à l’antique, gravée, rien nulle part. On fera quelques sondages dans un jardinet parce qu’un petit bout de mur bâti à la façon romaine peut faire espérer une trouvaille, mais Paul n’y croit guère. »

31 Il s’agit en fait d’une église géorgienne du xie s. fouillée quelques années plus tard par Jean Mécérian, avec le soutien d’ailleurs de Seyrig, alors directeur des Antiquités de Syrie. La publication en intervint seulement en 1964 (Mécérian 1964).

32 Carnet de Perdrizet 1924, p. 18-19. Voir aussi Mécérian 1964, p. 30-31.

33 Carnet de Seyrig p. 24 (inscription) et 28 (croquis des fondations du temple). Cf. Knoepfler 1996, p. 296-297. La découverte fait l’objet d’un récit détaillé dans une lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 7 octobre 1924 (APHS).

34 Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet (restée à Antioche) du 6 octobre 1924 (APBGP) : « Cela ne m’a pas empêché de monter à l’acropole, et de voir la fouille splendidement commencée par M. Seyrig (…). C’est bien le temple de Zeus Kéraunios, de Jupiter Tonnant, dont nous tenons les substructions. Par malheur, nous venons trop tard, c’est une fouille qu’il aurait fallu faire il y a 100 ans. »

35 Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 7 octobre1924 (APHS).

36 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 11 avril 1925 (AAIBL HS 825).

37 Carnet de Seyrig, p. 29.

38 Carnet de Seyrig, p. 25-26.

39 Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet du 8 octobre 1924 (APBGP).

40 Carnet de Perdrizet 1924, p. 49.

41 Lettre de Paul Perdrizet à Franz Cumont du 17 novembre 1924 (ABFC 7641).

42 Le document lui est envoyé dès le 24 octobre et prévoit, sous réserve de l’autorisation administrative nécessaire, des fouilles dans les villages de Machoukié, Narlidja et Cavchite : lettre de Mohamed Saffouat Bereket à Paul Perdrizet du 24 octobre 1924 (APP PP 47).

43 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 16 octobre 1924 (APHS).

44 Lettre de Lucile et Paul Perdrizet à Claude Gallé du 26 octobre 1924 (ABGP) ; lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 29 octobre 1924 (APHS). Il n’y a pas de note sur cette excursion dans les carnets mais il en existe quelques photographies prises par Seyrig et Perdrizet.

45 Carnet de Perdrizet 1924, p. 77. Perdrizet tenait particulièrement à cette découverte à laquelle il réservait une place de choix dans la publication prévue des résultats de la mission. Le carnet de Seyrig ne contient aucune allusion à cette stèle anépigraphe, mais il la décrit assez précisément dans une lettre à sa mère (lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 29 octobre 1924). C’est finalement Seyrig qui la publiera, avec les principaux monuments inédits de leurs missions, après la mort de son maître : Seyrig 1939, p. 183-188. Voir aussi Knoepfler 1996, p. 297 et n. 94, p. 307, et, dans ce volume, la contribution de R. Stucky.

46 Lettre de Lucile Perdrizet à Claude Gallé du 21 octobre 1924 (APBGP) et surtout lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 25 octobre 1924 (APHS).

47 « Notre excursion à Byblos est tombée à l’eau, comme celle de Palmyre, grâce à la lenteur de M. Perdrizet et à son impuissance à décider. Je livre un combat héroïque pour qu’il en soit autrement de Damas. » Lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 30 octobre 1924 (APHS).

48 Lettre de Lucile et Paul Perdrizet à Claude Gallé du 26 octobre 1924 (ABGP) : « Nos plans changent à chaque instant et nous pensons maintenant partir demain pour Beyrouth, sans aller à Palmyre ; de Beyrouth nous irions en auto à Damas. J’aimerais mieux aller à Damas ; j’en ai un peu beaucoup des ruines, pierres gravées, antiquités, collections. »

49 Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet du 21 septembre 1925 (APBGP).

50 Carnet de Perdrizet 1925, p. 71-72.

51 Lettres d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 24 septembre 1925 et à Julia de Lacroix-Seyrig du 5 octobre 1925 (APHS) : « Nos fouilles d’Hiérapolis [ont] échoué : je crois qu’il ne reste aucun vestige de l’ancien sanctuaire, et s’il en reste, on ne les trouvera que par un déblaiement exhaustif, avec des crédits que les résultats ne rembourseront pas. »

52 Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet du 1er octobre 1925 (APBGP) : « Je voudrais retourner quelques jours là-bas (…) commencer une fouille, que Seyrig continuerait l’an prochain, s’il plaît à Dieu. Je tiens à prendre date et à prendre pied. Une fois le site connu, il ne manquera pas d’attirer les écornifleurs. »

53 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 5 octobre 1925, et à Arnold Seyrig du 24 septembre 1925 (APHS) : « On pourrait faire ici une importante fouille : il ne semble pas que le site ait jamais attiré l’attention ; les lions n’ont été vus qu’en passant. – Je préférerais, pour ma part, laisser la tâche à des assyriologues. »

54 Lettres de René Dussaud à Paul Perdrizet des 9 et 10 octobre 1925 (APP PP 231 et 232). Les courriers correspondants de Paul Perdrizet sont malheureusement absents du fonds Dussaud.

55 Henri Seyrig attend pourtant jusqu’en juillet la décision de Paul Perdrizet (lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 5 juillet 1926, AFHS) et c’est finalement René Dussaud qui l’informe que ce dernier a renoncé à se rendre en Syrie cette année-là (lettre de René Dussaud à Henri Seyrig du 2 juillet 1926, AAIBL HS 1).

56 Lettre d’Henri Seyrig à René Dussaud du 11 juillet 1926 (AAIBL RD 1010).

57 Thureau-Dangin 1929.

58 AAIBL RD 3389 : le texte du projet n’est pas daté mais son analyse et une lettre au contenu presque identique de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 12 février 1928 (AAIBL HS 841) conduisent à le dater de ce mois-là : le 11 février, Paul Perdrizet et Daniel Schlumberger avaient en effet rencontré René Dussaud au Louvre pour discuter des projets syriens de Seyrig et d’eux-mêmes à Antioche et Séleucie.

59 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 20 mai 1928 (AAIBL HS 846).

60 Seule la dernière de ces lettres, datée du 19 mai 1928, est conservée dans les archives nancéiennes (APP PP 908). Les deux premières ne sont connues que par les réponses que leur fit Paul Perdrizet, respectivement les 13 et 20 mai 1928 (AAIBL HS 845 et 846) : il les avait fait suivre à Daniel Schlumberger et René Dussaud (lettre de Paul Perdrizet à René Dussaud du 20 mai 1928, AAIBL RD 3403) et on ignore s’il les avait récupérées ensuite.

61 Lettre d’Henri Seyrig à Paul Perdrizet du 5 mai 1936 (APP PP 916).

62 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 12 mai 1936 (AAIBL HS 885).

63 Lettre d’Henri Seyrig à Lucile Perdrizet du 14 juin 1938 (APBGP).

64 Lettre d’Henri Seyrig à Julia de Lacroix-Seyrig du 4 septembre 1925 (APHS).

65 Lettre d’Henri Seyrig à Paul Perdrizet du 31 août 1926 (APP PP 900).

66 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 22 décembre 1934 (AAIBL HS 881).

67 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 23 juillet 1925 (AAIBL HS 828) ; du 8 juillet 1937 (AAIBL HS 890) ; lettre d’Henri Seyrig à Arnold Seyrig du 19 août 1925 (APHS).

68 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 12 février 1928 (AAIBL HS 841).

69 Lettre d’Henri Seyrig à Paul Perdrizet du 15 octobre 1928 (APP PP 911) et réponse de Paul Perdrizet du 3 novembre 1928 (AAIBL HS 849).

70 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 2 avril 1928 (AAIBL HS 844).

71 Lettre de Paul Perdrizet à Henri Seyrig du 8 juillet 1937 (AAIBL HS 890).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Carte de la Syrie mandataire avec les itinéraires des deux missions de 1924 et 1925
Crédits © S. Provost
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Illustration 2.
Légende Paul et Lucile Perdrizet, Henri Seyrig, à Antioche (?), fin septembre ou début octobre 1924
Crédits © Archives Bourgogne-Gallé-Perdrizet
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Illustration 3.
Légende Henri Seyrig (à droite) et un paysan arménien (?) près de l’église Saint-Thomas dans le Djebel Moussa, le 28 septembre 1924
Crédits © Archives Paul Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 4.
Légende Henri Seyrig examinant une tombe rupestre de Séleucie, le 8 octobre 1924
Crédits © Archives Paul Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 5.
Légende Fouilles de Membidj effectuées par des prisonniers sous la garde de gendarmes, octobre 1925
Crédits © Archives Paul Perdrizet, Université de Lorraine (Nancy)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5279/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Provost, « Les deux missions de Paul Perdrizet et Henri Seyrig en Syrie et leurs prolongements (1924-1928) », Syria, III | 2016, 33-47.

Référence électronique

Samuel Provost, « Les deux missions de Paul Perdrizet et Henri Seyrig en Syrie et leurs prolongements (1924-1928) », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5279 ; DOI : 10.4000/syria.5279

Haut de page

Auteur

Samuel Provost

Maître de conférences, Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals