Navigation – Plan du site

Henri Seyrig, un gaulliste dans la décolonisation

Jérôme Bocquet
p. 49-91

Texte intégral

  • 1 Journal d’Henri Seyrig 1895-1951, p. 135, archives privées Henri Seyrig.
  • 2 Voir Bocquet 2010.

1Sans doute trouve-t-on dans la Résistance les raisons de l’engagement de toute une vie et « sa vocation pour l’Orient », comme l’écrit Jacques d’Andurain 1. L’ouvrage d’André Mandouze (1916-2006), latiniste et historien engagé, demeuré en Algérie après l’indépendance, De Résistance en résistances, pourrait d’une certaine manière résumer la vie d’Henri Seyrig, parcours exceptionnel d’un de ces grands intellectuels entrés au service de la France libre. On trouvera ainsi au Proche-Orient d’autres grandes figures de la France du Levant qui ont choisi de rallier le général de Gaulle au nom de valeurs républicaines ou/et morales, comme Louis de Benoist, responsable de la concession du canal de Suez 2, ou le comte François Chandon de Briailles. Célèbre collectionneur et numismate, ce dernier est responsable de fouilles en Syrie, par ailleurs propriétaire des champagnes Moët & Chandon, résistant et déporté en 1944 et autre relation d’Henri Seyrig. Représentant une génération, Henri Seyrig est d’abord un intellectuel au service de la France coloniale. C’est une figure de la France mandataire au Liban liée à des personnalités aussi emblématiques du Mandat que Marga d’Andurain, célèbre aventurière, espionne supposée et propriétaire de l’hôtel Zénobie à Palmyre, mais c’est également un résistant et un gaulliste de la première heure, avant de devenir un artisan de la décolonisation. « Seyrig […], un de ces Français comme on n’en fait plus (Bounoure, Cyr, Nacache)… », écrivait en 1973 L’Orient Le Jour.

  • 3 Journal 1895-1951, avril 1937, p. 93.
  • 4 Lettre d’Henri Seyrig, Antioche, 7 octobre 1924. Archives privées H.S.
  • 5 Le Nouvel Observateur, 29 janvier 1973.

2Associé à toutes les autorités archéologiques, scientifiques et intellectuelles de la France au Levant, il accompagne par exemple les Dussaud avec André Parrot en avril 1937 dans un long périple en Syrie, de Baalbek à Mari, Alep, Antioche et au Krak des Chevaliers. C’est ainsi qu’il apprend à Deir ez-Zor que René Dussaud, dont il se reconnaît volontiers le disciple, devient le nouveau secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 3. Il est à la fois un intellectuel engagé marqué par l’épreuve de la Première Guerre mondiale, la « barbarie des temps » 4, et un archéologue au service d’une histoire multiple, à l’opposé d’un Maurice Dunand. En tout cas, il « ne vivait pas au temps des Grecs et des Romains » 5.

  • 6 Lettres d’Henri Seyrig, 3 octobre 1924, 17 février 1929, 14 mars 1930.
  • 7 Lewis Sperry Chafer (1871-1952), théologien protestant américain, membre fondateur du Christian Di (...)
  • 8 Journal 1895-1951, septembre 1936, p. 92.

3Ses références religieuses sont en revanche floues. Henri Seyrig est avant tout un protestant agnostique. Se pose cependant la question des emprunts au protestantisme dans la rigueur morale d’un Henri Seyrig dégagé de tout carcan communautaire. De son milieu protestant, il a hérité des valeurs comme la probité, l’honnêteté, le travail ou la loyauté mais Henri Seyrig montre parfois une tendance à l’anticléricalisme. Attaché néanmoins à l’idée de la double France, il cherche à s’entendre avec les catholiques, respectueux des croyants par principe. Il n’en est pas moins sévère avec l’Église catholique, pourfendant le « fanatisme religieux », les « superstitions » ou les « douteux personnage[s] » 6. S’il n’est plus pratiquant, il a l’habitude d’assister à plusieurs messes, en particulier lors des grandes occasions comme à Noël. Il assiste ainsi à une messe avec des Indiens près de Santa Fe en 1938 ou dîne en décembre 1945 à Boston avec le doyen de la faculté de théologie protestante, dirigeant d’une Église millénariste 7. De même, il va à Castel Gandolfo assister à une audience du pape Pie XI que pourtant « Miette déteste ». Cette dernière finit même par être expulsée du musée du Vatican 8.

4C’est enfin un orientaliste qui a concouru, plus que beaucoup d’autres, à la construction du Proche-Orient, participant depuis les années 1920 jusqu’aux années de l’indépendance arabe à l’élaboration d’une histoire nationale.

  • 9 Amin Maalouf, dans son discours à l’Académie française, 14 juin 2012.

« Henri Seyrig demeure dans la mémoire des Libanais — et même incidemment, dans celle de mes proches — comme l’archétype de ce qu’il y a de plus noble et de plus généreux en France. » 9

Un gaulliste de la première heure

« Ai dit que le rétablissement des institutions républicaines et l’élimination des impurs me semblaient une condition sine qua non ; que le général de Gaulle ne pouvait céder sur ces points sans trahir la Résistance française ; et que cette Résistance aujourd’hui, c’est la France elle-même, dont le général de Gaulle et ses hommes sont simplement les représentants hors de France. […] Dans un pays aussi écarté, ces choses sont bonnes à exprimer avec clarté, car beaucoup de gens sont tentés de regarder avec légèreté ce début comme une simple preuve de la légèreté des Français, incapables d’union au moment du danger ; alors qu’il s’agit de la question cruciale de la crise actuelle, pour le monde entier. » (Henri Seyrig, 27 février 1943).

Pourquoi un archéologue rallie la France libre ?

5En septembre 1941, Henri Seyrig annonce officiellement son ralliement à la France libre et décide d’interrompre son travail d’archéologue jusqu’à la fin de la guerre (ill. 1).

  • 10 Lettre d’Henri Seyrig, Istanbul, 6 septembre 1941, archives privées H.S. La Grèce a été envahie pa (...)

« J’ai décidé de cesser toutes mes recherches scientifiques jusqu’à la fin du conflit, écrit-il. Les temps ne sont plus à l’archéologie. […] Que ferais-je ? Je ne le sais pas encore, et cette ignorance fait à peu près la seule hésitation qui me reste, car je ne veux prendre qu’un poste que je sois capable de remplir, et la politique et la diplomatie outre l’aversion qu’elles m’inspirent, ne sont pas mon fort. On verra.
À Vichy, on va crier à la trahison, et j’y aurai donné lieu, en acceptant, pour le quitter aussitôt, ce poste que je ne dois qu’à la bienveillance personnelle de mon ministre, M. Carcopino. Mais, s’il est vrai que j’ai eu tort, je ne puis aussi m’arrêter à une considération de ce genre, maintenant que mes idées sont claires. Athènes aussi, ou je devais aller cet automne, me donne quelques regrets, non pour la vie qu’on y mène aujourd’hui, mais parce que j’y avais vraiment une œuvre à accomplir auprès de mes jeunes camarades, et parce que j’aurais aimé témoigner à mes amis grecs de tout ce que je pense. » 10

Illustration 1.

Illustration 1.

Passeport diplomatique d'Henri Seyrig émis par la France Libre

© Archives Seyrig

Henri Seyrig est d’abord un républicain

  • 11 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 22. Archives privées H.S.

6S’il n’est pas vraiment de gauche, c’est un républicain attaché à des principes, affirmant que « l’avenir était trop confus pour que l’on pût se décider sur autre chose que l’honneur et les principes » 11.

  • 13 Journal d’Amérique du Sud, 22 mars 1943, p. 86.
  • 14 Journal d’Amérique du Sud, 12 décembre 1942, p. 26.

7Au ministre des Affaires étrangères de Bolivie, qui lui exprime en mars 1943 son souhait de voir le général de Gaulle et le général Giraud se mettre d’accord et qui lui demande si la France ne peut pas passer avant la République, Henri Seyrig lui répond ainsi que « la France fasciste ne serait plus la France, et que notamment elle ne serait plus la France qu’aiment les républiques latines de l’Amérique, uniquement attachées à la France de 89 » 13. Quelques semaines avant, il se réjouissait à Montevideo, en décembre 1942, que son « garçon d’ascenseur s’appelle de son prénom Bastille. Immortels principes de 89 ! », écrit-il 14.

8Une discussion en avril 1943 avec Paul Rivet, l’ancien président du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes en 1934 et directeur du musée de l’Homme, parti rejoindre en 1941 la France libre, nous éclaire un peu mieux sur les opinions politiques d’Henri Seyrig sur les totalitarismes.

  • 16 Lettre d’Henri Seyrig à sa mère, Rome, 17 décembre 1922. Archives privées H.S.

9Amoureux de l’Italie, il ne s’est pas caché d’une certaine fascination pour le fascisme, initiée lors de ses premiers voyages en Italie dans les années vingt. Dans une lettre à sa mère, il se disait « comme médusé par le spectacle de Rome » 16. S’interrogeant sur la pertinence de ce régime politique, il en revient assez vite, comme il le raconte en novembre 1922, juste après la prise du pouvoir à Rome par Mussolini.

  • 17 Lettre d’Henri Seyrig à son père. Florence, 21 décembre 1922.

« Je trouve l’Italie dans un état assez différent de celui où je l’avais laissée il y a deux mois à peine. Le fascisme avait alors les avantages de l’opposition : aujourd’hui, il n’est plus qu’une organisation gouvernementale. Sans doute l’Italie avait un urgent besoin de cette secousse, et d’autre part il semble que le gouvernement s’efforce de mettre de l’ordre, de régler rapidement certaines situations, d’accorder des crédits à des institutions qui le méritent, tout en cherchant à faire des économies là où elles s’imposent. Autant qu’un étranger puisse en juger, il y a un grand effort de réorganisation, et de rénovation des organes rouillés, et c’est un pas décisif que l’on doit au fascisme. Mais on reste rêveur quand on voit M. Mussolini faire accorder au gouvernement par les chambres puis à soi-même par le gouvernement, des pouvoirs absolument discrétionnaires contre les “menées antigouvernementales”, quand on le voit présider des comités fascistes comme si vraiment le fascisme était devenu l’État, ce fascisme dont les luttes présentes montrent assez qu’il est encore un parti ; quand on le voit enfin organiser une milice fasciste qui sera à sa propre disposition. Il faudra beaucoup de tact pour que cela puisse durer. Et l’on parle déjà de divisions dans le fascisme, qui en tout cas se “réorganise” en excluant les impurs, et en menaçant d’afficher leurs noms (j’ai vu afficher cette menace à Sienne, et voila un genre de pilori qui n’a pas mes sympathies). En ce moment, l’opposition parait annihilée, ou du moins muselée, mais je suis très curieux de voir ce qui se passera ; car par son programme de réformes et par son esprit rigoureux, le fascisme me reste très sympathique. Mais je me demande s’il ne doit pas se borner à être un état de passage, au moins dans sa forme présente. – Il faut bien dire pourtant que ce qui frappe, dans la situation actuelle, c’est qu’il n’en est aucun qui se réclame de la liberté (car je laisse pour rien les ruines du parti libéral). Faut-il y voir le présage d’une nouvelle atmosphère politique ? Cela aussi rend l’expérience de l’Italie intéressante. » 17

  • 18 Journal 1895-1951, avril 1936, p. 92.

10Beaucoup plus tard, en septembre 1936, il a l’occasion de rencontrer Mussolini en marge d’un congrès d’archéologie. Il se montre presque déçu et sans complaisance pour un Duce qu’il décrit « plus petit que je ne m’étais figuré, et plus chenu, pas antipathique [qui] nous adresse des paroles banales ». En atteste la dérision de son épouse qui se moque de son collègue Henri Grégoire, historien et philologue spécialiste de la Grèce (1881-1964), « fasciné par le spectacle, dans une espèce d’extase » 18. Henri Seyrig témoigne même d’un certain mépris.

  • 19 Journal d’Amérique du Sud, p. 33.

« Son mari passe pour un fasciste, écrit-il en décembre 1942, il est italien, sûrement pas très malin » 19.

  • 20 Journal d’Amérique du Sud, Uruguay, décembre 1942-janvier 1943, p. 35, 41.
  • 21 Journal d’Amérique du Sud, 22 avril 1943, p. 107.

11Il se montre par ailleurs sans doute trop germaniste pour être tenté par le nazisme. Lors d’un voyage en Allemagne durant l’automne 1937, il se contente ainsi « d’employer les marks » en sa possession et de signaler les très belles excursions qu’il fait en Bavière sans aucun autre commentaire dans son journal sur les nazis ou le régime politique de l’Allemagne hitlérienne, alors qu’il ne manque pas dans d’autres pages de son cahier de mentionner son amour de l’Allemagne et de la culture allemande, y compris pendant l’occupation. Son amour de l’Allemagne le conduit à condamner les excès du patriotisme. Il se réjouit en 1943 tantôt d’entendre à la radio « Schlynes chanter des lieds » — « O grande Allemagne ! », s’exclame-t-il alors —, tantôt de trouver « plaisir à parler allemand » avec des réfugiés juifs lors d’un dîner à Montevideo 20. Il n’apprécie guère en revanche l’antigermanisme de beaucoup de gaullistes, trouvant « même intéressant et sympathique de la part de cette superpatriote » les propos d’une gaulliste de Montevideo racontant comment, en 1918, dans un village de la Marne, étant jeune fille, elle avait sauvé du lynchage un pilote allemand tombé non loin. Il en comprend les raisons sans les excuser, comme avec ce disciple de Paul Rivet, israélite, ancien collègue au Musée de l’Homme, « animé d’une haine inexpiable contre les Allemands — laquelle Rivet ne partage pas plus que moi, bien que nous la trouvions explicable » 21.

  • 22 Journal d’Amérique du Sud, 14 janvier 1943, p. 44.

12Pour autant, Henri Seyrig est certainement trop agnostique pour être communiste et n’a sans doute pas de religion politique. On saisit assez mal chez Henri Seyrig l’attrait du communisme qui lui semble d’une certaine manière inéluctable. À l’arrivée à Londres de Fernand Grenier, appelé à devenir le premier délégué du PCF auprès du général de Gaulle, Seyrig écrit ainsi qu’il « doute que le monde échappe au communisme, si bien qu[’il] voit cela avec philosophie, malgré [son] aversion pour tout système totalitaire » 22. Il se dit préoccupé, en mars 1943, que « le fossé se creuse entre les États-Unis et la Russie ».

  • 23 Journal d’Amérique du Sud, 27 novembre 1942, p. 16.

« M’a frappé en me disant que le niveau scientifique de la Russie rouge est plutôt inférieur, en dehors du progrès technique, à celui de la Russie tsariste, rapportant une conversation avec le grand médecin neurologiste brésilien Miguel Ozorio de Almeida en novembre 1942. Cela est évident dans le domaine de l’histoire ancienne, mais on me répète souvent le contraire pour les sciences. Je regarde Ozorio comme parfaitement objectif. » 23

  • 24 Journal d’Amérique du Sud, 16 février 1943, p. 62.

13En février 1943, après s’être rendu dans un cinéma communiste de Buenos Aires, Henri Seyrig semble pourtant définitif : « Films bien faits, mais idéologie de propagande, très basse, raconte-t-il. Belles vues du Caucase et des habitants dans un scénario politiquement absurde. Le communisme rouge me donne autant la nausée que le blanc et le noir » 24. Si Henri Seyrig pense qu’un « tel régime paraît inéluctable aujourd’hui, […] un régime où l’homme ne peut dire et discuter ce qui lui passe par la tête, abaisse le niveau de l’esprit dans tous les domaines », c’est sans doute par pessimisme.

  • 25 Journal d’Amérique du Sud, 22 décembre 1942, p. 33.

« Conversation agréable avec mon voisin Benvenuto. Son orientation nettement personnaliste, et par conséquent antitotalitaire, raconte-t-il. Lui ai parlé de mon impression, que l’Amérique latine serait inassimilable pour la technocratie dont on nous menace. M’a dit qu’il le croyait aussi, et nourrissait un espoir parallèle, que la France serait inassimilable pour le totalitarisme. Grand optimisme, qui ressemblait à mon pessimisme comme un frère. » 25

  • 26 Journal d’Amérique du Sud, 19 janvier 1943, p. 49.
  • 27 Journal d’Amérique du Sud, 24 avril 1943, p. 103.

14Citant un article « très sensé » d’un journal uruguayen « où il est parlé du totalitarisme et de sa seconde ligne de défense, personnifiée par Darlan etc., et de tous les dangers que comportent ces alliances pour la démocratie » 26, Henri Seyrig en dénonce toutes les facettes « dont cette guerre entre puissances n’est qu’un symptôme superficiel », Grenier à Londres, Peyrouton à Alger, Franco en Espagne. À Paul Rivet, qui dit regarder le communisme comme tout à fait insupportable et impossible pour lui et qui ne croit pas à son établissement en France, il répond qu’il n’est « pas si optimiste, ni peut-être si pessimiste », concluant tout de même qu’« assurément je regarde tout système totalitaire comme un symptôme de la décadence de l’esprit humain » 27. Au printemps 1945, il n’en prône pas moins la révolution à Paris.

  • 28 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947), archives privées H.S.

« La situation politique me déçoit et me déprime, explique-t-il en février 1945. Les réformes tant espérées sont reléguées parmi les vieilles lunes. Les communistes, en qui l’on attendrait à trouver un contrepoids à la réaction font cause commune avec elle : le “Front national”, où ils sont prépondérants, vient de se prononcer contre toute réforme de structure, de nationalisation. Ils obéissent aveuglement à un mot d’ordre d’union, apparemment dicté par Moscou qui ne veut pas de révolution en France. Les raisons tactiques que l’on peut découvrir pour excuser ça n’empêchent pas la profonde démoralisation qu’entraîne cet abandon. » 28

Henri Seyrig est d’autre part un patriote

  • 29 René Doynel de Saint-Quentin (1883-1961) est un diplomate français. Ambassadeur aux États-Unis jus (...)
  • 30 Journal d’Amérique du Sud, 13 décembre 1942, p. 27.

15Hostile à tous les fanatismes, Henri Seyrig n’est en revanche pas un nationaliste borné, au risque parfois d’apparaître tiède. « Conversation sur les Allemands, tellement sotte que je me tais, et passe peut-être pour manquer de patriotisme ! », raconte-t-il en novembre 1942. Même si l’inverse ne manque pas d’arriver, comme lors d’une discussion en novembre 1942 au sujet de René de Saint-Quentin, ambassadeur de Vichy au Brésil. « Conversation extraordinairement favorable à St-Quentin 29, relate-t-il, qui m’oblige à prendre le contrepied, et je passe ici pour tout aussi fanatique que je passe pour coupablement indulgent aux yeux de Ledoux et de Rendu [les responsables de la délégation de la France libre] ! ». Seyrig se montre en effet sévère envers les gaullistes qu’il juge « fanatiques », regrettant l’« intolérance assommante de ces braves filles. Parce qu’elles sont gaullistes du début, personne ne trouve grâce à leurs yeux. Elles traitent de collaborateur et de nazi quiconque n’est pas gaulliste, ou ne l’est pas assez à leurs yeux » 30. Ce fanatisme expliquerait la timidité des ralliements, un petit nombre d’exaltés jetant l’anathème sur la communauté française.

« Ensuite, pris le thé chez M. et Mme Goffre, rapporte-t-il le 7 décembre 1942, à la demande de Mlle Charron. Incroyable fanatisme gaulliste, qui pénètre tout, et transforme tout en questions de personne. Sorti de là abasourdi, bien qu’ayant recueilli quelques informations. »

16Henri Seyrig n’est pas un va-t-en-guerre. C’est un Alsacien élevé dans l’amour de la patrie dont la famille a déjà beaucoup souffert de l’occupation allemande. À la fin du mois d’août 1939, il parvient à voir son père à Mulhouse une dernière fois à la veille de la déclaration de guerre. En novembre 1940, l’Alsace et la Moselle sont annexées au Reich à la suite des accords d’armistice. Menacé d’expulsion par la police allemande munie d’une liste d’Alsaciens francophiles, comme les engagés volontaires en 1914-1918 ou certains fonctionnaires, son père, trop malade pour être transporté, décède quelques jours plus tard. Plus de 50 000 Mosellans francophiles ou francophones jugés « indésirables » sont ainsi expulsés vers la France entre 11 et le 21 novembre 1940. De retour en France en novembre 1944, malgré « les problèmes de couvre-feu » et la guerre qui n’est pas encore terminée, il souhaitera retourner à Mulhouse le plus rapidement possible. Il y parvient en février 1945 après les combats de la Libération. Il dénoncera pourtant les pillages de l’armée française dans « les maisons de tous nos amis » qui, si elles ont été épargnées par les bombes, ont été pillées par l’armée française alors que « les Allemands s’étaient bornés à réquisitionner les logements vides et y à mettre des officiers qui s’y sont en général bien conduits ».

  • 31 Paris, 8 mars 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947), archives privées H.S.

« On m’a raconté que Rotival (professeur d’urbanisme à Yale, actuellement mobilisable ici comme colonel d’aviation, c’est un Français) avait vu en Lorraine piller la maison d’un de ses amis et avait demandé audience au général Leclerc pour s’en plaindre. Mais il paraît que celui-ci lui a répondu : “D’abord, Mr, dans ma division on ne pille pas”. – Je sais bien comment ces récits peuvent se simplifier dans la transmission de bouche en bouche, mais ce son de cloche est trop constant, et il répond beaucoup à la mentalité traditionnelle où les militaires se complaisent, pour n’être pas vraisemblable. » 31

  • 32 Journal d’Amérique du Sud, p. 18, 23.

17Cela explique sans doute à la fois son solide patriotisme et quelques préventions envers les pacifistes. Il n’hésite pas à se montrer très sévère en ces temps de guerre pour cet anti-vichyste, ancien des mouvements de jeunesse socialistes, qui craint « d’être plutôt un mauvais soldat qu’un bon » et que Seyrig qualifie de « wahrscheinlich ein Furchtmann » (probablement un lâche) ou tel autre qui aurait été objecteur de conscience, socialiste chrétien de Lille, « pas gaulliste en vertu d’une espèce de neutralité » mais qu’il juge « de nature assez médiocre », concluant que « s’il est contre les nazis, à son âge, il devrait être sur un champ de bataille [et qu’] il est probablement à mettre dans la même classe que [le précédent] » 32. Il se garde pourtant de tout patriotisme caricatural, ce qu’expliquent peut-être les convictions pacifistes du protestant André Trocmé dont il est très proche depuis l’époque du collège des Roches. Dans l’immédiat après-guerre, Henri Seyrig n’hésite pas ainsi à renouer avec un ancien collègue, archéologue, prisonnier de guerre allemand interné à Montélimar. Bien plus tard, une discussion échangée avec Delphine Seyrig en 1959 au sujet du film de Resnais, Hiroshima mon amour, illustre ses sentiments au sujet de la guerre.

  • 33 Lettre d’Henri Seyrig à sa fille, Beyrouth, 12 décembre 1959. Archives privées H.S.

« Ce qui fait la grandeur de Hiroshima mon amour, ce n’est pas seulement sa beauté, c’est les deux profonds thèmes qui le parcourent : d’une part l’homme en présence d’Hiroshima ; d’autre part — et j’y suis presque plus sensible encore — la volonté qu’a eu Resnais de prendre pour héroïne une femme qui avait eu une liaison avec un soldat allemand pendant la guerre, une femme qui avait été tondue, et non seulement de la rendre acceptable au public, mais de rendre le public proprement amoureux d’elle, pas d’une façon charnelle, mais d’une façon dont on ne puisse ensuite oublier la trace. » 33

  • 34 Journal 1895-1951, septembre 1939, p. 98.
  • 35 Il s’agit d’Ernest Will, d’Henri Metzger, de Pierre Amandry et de Roland Martin restés des proches (...)

18Jusqu’à la fin du mois d’août 1939, Henri Seyrig ne se montre guère favorable à la guerre. Celle-ci « ne me paraît, à moi, pas encore nécessaire », écrit-il alors qu’il est parti visiter Bâle, la ville qu’il aime tant en Suisse, puis le Valais. Ce n’est que parce qu’il arrive dans un train bondé de militaires qui vont prendre leur poste dans les Alpes qu’il se rend compte de la situation. Réveillé par les tambours en pleine nuit à l’annonce de la mobilisation de l’armée suisse, il se contente le lendemain matin d’aller visiter une abbaye et son trésor. Il semble passer à travers la drôle de guerre. De retour à Marseille, il est obligé de rentrer à Beyrouth par bateau faute d’Orient-Express. Il n’a de cesse alors de dénoncer « l’incroyable sottise des militaires qui veulent tout régenter à bord et qui s’en montrent incapables » 34. C’est « très agréablement » qu’il passe ensuite la fin de l’année à Beyrouth avec quatre Athéniens dont Pierre Amandry tout juste affecté à Alep 35. Et c’est en voiture, en rentrant de Jérusalem, qu’il apprend l’invasion allemande le 10 mai 1940. Cela ne l’empêche pas d’emmener ensuite à la fin du mois le haut-commissaire Gabriel Puaux sur les ruines d’une des villes mortes près de Maʿarrat en-Numan au nord de la Syrie alors que les armées allemandes franchissent les lignes françaises en métropole. La seule mention dans son carnet à la défaite de 1940 concerne les événements de Mers el-Kebir. « Bustinavesque » (« cimetière des navires » en latin), consigne-t-il dans son journal après le bombardement de l’escadre française par la Royal Navy le 3 juillet.

19Henri Seyrig est encore le directeur des Antiquités au moment de l’affaire de Damas en 1941. Début juillet, après le déclenchement de l’opération Exporter, c’est-à-dire l'attaque menée en Syrie et au Liban à la suite de l’imbroglio irakien par les forces britanniques et les F. L, il est nommé « par surprise » directeur de l’Institut de Constantinople. « Très déçu par les gaullistes », il décide alors de quitter la Syrie. Bien qu’il se soit opposé de manière précoce à l’autorité de Vichy, il se montre en effet hostile à cette confrontation fratricide et meurtrière entre Français dans laquelle près d’un millier de soldats de Vichy trouvent la mort. Pour lui, toute idée de guerre civile porte atteinte à la légitimité de la France libre.

  • 36 Journal 1895-1951, juillet 1941, p. 103. Après la signature de l’armistice de Saint-Jean d’Acre le (...)

« Très déçu d’avoir vu les gaullistes entrer les armes à la main, écrit-il, et très mal impressionné par les rumeurs d’après lesquelles le général Legentilhomme, après avoir pris Damas, aurait donné le choix aux Français entre le retour vers Vichy (ce que je ne voulais à nul prix) et l’adhésion immédiate au gaullisme (ce que je n’admettais pas au milieu d’une guerre civile). » 36

20Henri Seyrig choisit de quitter Beyrouth juste avant la conclusion de l’armistice alors que les deux tiers des fonctionnaires choisissent de rallier la France. Daniel Schlumberger ne manque pas d’ailleurs de s’en étonner. Les combats cessant le 12 juillet, Seyrig franchit la frontière turque malgré quelques démêlés avec des officiers allemands qui tentent d’évacuer la Syrie. C’est en fin de compte d’Istanbul qu’il envoie à Vichy, en septembre 1941, sa lettre de démission. Il ne rentre à Beyrouth qu’à la fin du mois d’octobre. Cela ne l’empêche pas plus tard de se montrer cinglant envers les Français qui ont travaillé avec lui et ont fait un autre choix que de rallier la France libre.

  • 37 Journal d’Amérique du Sud, mars 1943, p. 105.

« Y ai revu beaucoup de monde. Revu aussi M. Léo qui est professeur de lettres au collège. J’avais remarqué l’autre jour, lors de mon inspection, le choix fin et intelligent des textes qu’il dicte à ses élèves, notamment certains textes peu connus du 15e et du 16e siècles. M’a dit aujourd’hui être l’ami de Guy Monod, qui était l’adjoint de Lavastre à Damas (il me semble que Mme Monod avait épousé en premières noces un M. Léo, fils d’un pasteur du Périgord, et dont elle a divorcé). Ne lui ai pas caché que j’avais trouvé Monod très faible lors des affaires de Syrie. » 37

Henri Seyrig est enfin un aventurier 

  • 38 Lettre d’Henri Seyrig, Athènes, 30 juillet 1929.
  • 39 Il raconte ainsi comment sur des routes dangereuses, deux de ses proches se sont tués d’un acciden (...)
  • 40 Lettre d’Henri Seyrig à son père, Athènes, 18 mars 1924.

21C’est ainsi qu’il refuse de « raisonner comme les gens qui pensent que la rente est le seul placement sûr » pour justifier son choix de partir en Syrie en 1929 38. Accoutumé à une vie dangereuse 39 et habitué à être armé depuis longtemps en Syrie — il priait ainsi en 1923 sa mère de lui amener un révolver « dont je puis avoir besoin cet été, puis en Syrie » 40 —, il en connaît les risques. Sa vie comme délégué de la France libre n’en est pas dépourvue, entre les milieux vichystes hostiles, les manœuvres d’agents allemands ou les voyages périlleux. Plusieurs de ses déplacements sont près de finir mal, comme celui, chaotique, qui doit lui permettre de rejoindre l’Amérique par l’Afrique centrale en 1942 ou celui, dans un bombardier canadien, au-dessus de l’Atlantique en novembre 1944, dans des conditions météorologiques exécrables. En avril 1946, c’est même dans un vieil avion allemand conduit par un équipage « pas sérieux et qui finit par prendre feu » qu’il rejoint, depuis Beyrouth, Tobrouk en Libye.

  • 41 Londres, 21 juillet 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« J’allais à Londres dans un gros avion stratosphérique, mais en rasant le sol, non sans secousses, raconte-t-il à son épouse en juillet 1942. Dans la traversée, nous n’avons même pas eu besoin de nos masques, nous avions de grosses fourrures d’aviateur, très confortables mais au reste je n’ai même pas senti le désir de mettre mes gants ou mon bonnet. Dix heures en tout de Terre-Neuve à l’Ecosse. Mes compagnons étaient des mécanos américains, très gentils. Leur première réflexion, en débarquant à Prestwick, a été de s’écrier : ‘‘Funny trees’’, car ils ont remarqué du premier coup d’œil la différence des essences. » 41

22Un problème d’avion au départ de Porto Rico, en novembre 1942, manque même de le conduire à Pointe-à-Pitre où il aurait été « mal accueilli sans doute », ne souhaitant pas du tout « aller dans les cachots » de l’amiral Robert, haut-commissaire en Guadeloupe pour le compte de Vichy. Plus tard, il séjourne à Londres en novembre 1944 alors que la ville est bombardée par les V1.

  • 42 Journal 1895-1951, mai 1943, p. 109.

23Sa santé demeure fragile. Se disant souffrir d’un œdème de l’œil, de troubles de l’urée comme de crise de dysenterie, il subit en fait de grandes fatigues. Une sociabilité exacerbée, une charge de travail considérable, des voyages incessants, « traité exactement comme un colis, pour le plus grand confort de la compagnie », une vie de noctambule, de grand buveur et de fumeur de cigare, expliquent sans doute ceci. N’est-il pas surnommé « le promeneur de Beyrouth », grand mangeur de falafels à quatre heures du matin ? Sa tournée en Amérique du Sud est éprouvante : plus de six mois, l’été, dans des conditions de voyage parfois rudimentaires et périlleuses. Il s’y plaît pourtant beaucoup, aime voyager, faire des rencontres, déambuler, ayant même le temps de faire un peu de tourisme comme ce « voyage chaud mais merveilleux » à Barranquilla en Colombie où il prend le temps de voir la forêt tropicale, les crocodiles, les perroquets, etc. 42.

  • 43 Journal d’Amérique du Sud, 2 janvier 1943, p. 37.

« Avant le dîner, apparition des Lancial dans ma chambre, où je travaillais en robe de chambre. Après un moment, les ai emmenés dîner dans une rôtisserie très populaire, d’un poulet à la broche et des rognons grillés. Réussi. Ils n’auraient jamais mis les pieds là tout seuls. Puis les ai menés au café Tupinamba, le vieux café espagnol de la ville, où le café est le meilleur, où les murs portent d’anciennes affiches des arènes de Cadix, de Saragosse, et d’Inca ; où se réunissent les aficionados ; où l’on trouve un peu d’atmosphère latine, au lieu de l’insipide internationalisme du Nogaro. Là non plus, n’étaient jamais allés. Se disent amusés, mais au fond ça leur est bien égal. Il ne s’agit pour eux que de “tromper les longueurs de la vie”, ce qu’Holleaux faisait en écrivant ses thèses. » 43

Ce n’est donc pas un choix de carrière

  • 44 Racine 2007.

24L’adhésion à la France libre n’est pas un choix de circonstance. Engagé aux premières heures, avant la guerre de Syrie en 1941, c’est un gaulliste de cœur et de raison. Il n’est pas carriériste. À la différence d’Henri Hoppenot ou de Paul Rivet, soucieux de rentrer hâtivement en France en octobre 1944 en vue de reprendre une carrière politique et de briguer un poste de député à l’Assemblée constituante 44, il ne fait pas le choix d’une carrière diplomatique ou politique.

  • 45 Voir le chapitre consacré à Saint-John Perse, p. 205-221, dans Mahlman 2004, sur son « vieil ami H (...)

25Henri Hoppenot, ami de longue date, est un diplomate très proche d’Alexis Léger, l’inamovible secrétaire général du Quai d’Orsay exilé aux États-Unis et poète sous le nom de Saint-John Perse, qui est resté très méfiant à l’égard du général de Gaulle durant toute la guerre. En 1940, Henri Hoppenot a été nommé ambassadeur de Vichy en Uruguay. Après de nombreuses tergiversations et de longues discussions avec Henri Seyrig, il finit par se rallier à la France libre en 1943, obtenant le poste de délégué à Washington 45.

« Hoppenot est dans une position très flottante, que l’incertitude actuelle des événements ne l’incite pas à modifier, écrit Henri Seyrig en décembre 1942. Ayant donné sa démission à Vichy trop tardivement, il y a un mois, après deux ans de confinement à Montevideo où il était presque tenu en quarantaine, et où il aurait pu se décider pour des raisons tout aussi bonnes que celles qui l’ont enfin décidé, il se trouve aujourd’hui dans l’imbroglio créé par les affaires d’Afrique. Il a écrit, en démissionnant, une lettre au général de Gaulle, lettre peu claire, et qui a dû être reçue froidement.
Il m’a demandé aujourd’hui si je lui conseillais de joindre le général de Gaulle. Je lui ai dit que je me contentais de lui voir quitter un poste scélérat ; qu’il décidât lui-même pour le reste. Il suppute certainement les postes qu’il pourrait avoir du général de Gaulle, et n’en trouve pas d’assez grand. Il m’a dit : “Est-ce la peine d’aller là-bas pour être nommé dans quelque Montevideo ? ”. Et comme je pense en effet qu’on ne lui offrira rien de brillant, je me suis gardé d’insister.

  • 46 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 21.

À d’autres moments, il se demande s’il doit joindre Darlan. Il croit le succès de Darlan assuré, pense que le général de Gaulle tombera progressivement dans l’insignifiance, ce qui me ferait croire que les coups d’œil qu’il jette parfois de son coté sont peu sincères, ou témoignent de son désarroi. Il lui a échappé de me dire que s’il se joignait à Darlan, il faudrait aussi n’y pas tarder, car enfin si toutes les places étaient déjà prises, il ne pourrait se consacrer aussi utilement au service de la France. Mais en même temps il ne sait comment s’y décider, et en fait, s’en remet à Léger d’en décider pour lui. » 46

26Pour Henri Seyrig, c’est d’abord une question de principes, même si l’amitié entre les deux hommes reste intacte. « Malgré nos différences sur des questions essentielles, explique-t-il, j’ai trouvé une profonde joie dans cette journée entièrement consacrée à l’amitié. »

  • 47 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 22.

« Je me suis borné à lui dire, écrit-il le 4 décembre 1942, que l’avenir était trop confus pour que l’on pût se décider sur autre chose que l’honneur et les principes, que Darlan était un malandrin, mais que surtout il était détesté par le peuple de France ; que Darlan essayait de se maintenir en Afrique pour pouvoir s’imposer à la France grâce à son armée ; que les américains, en le soutenant, préparaient à leur insu la guerre civile où Darlan jouerait le rôle de Franco. J’ai bien vu qu’il n’était absolument pas question pour lui de se décider sur des principes, et que les conseils de Léger, homme intelligent mais de peu de caractère, aurait le dessus. » 47

  • 48 Journal d’Amérique du Sud, 20 janvier 1943, p. 49.
  • 49 Journal d’Amérique du Sud, 12 décembre 1942, p. 26.

27Au travers du diplomate, on voit le prix qu’Henri Seyrig attache au ralliement à la France libre et les mauvaises raisons de s’en détourner. « Hoppenot n’avait qu’à se déclarer tout de suite pour de Gaulle, et aurait eu un traitement honnête. Il a donc tout de même eu d’autres raisons pour ne pas se joindre ; de mauvaises raisons à mon avis, mais des raisons », écrit-il même, rejetant les arguments purement pécuniaires 48. À une lettre de son ami qui le prévient que « si de Gaulle m’offrait un job où les responsabilités, les risques et l’utilité s’équilibrent, je n’hésiterais certainement pas à le rejoindre, mais je n’ai aucune envie d’exercer une représentation solitaire quelconque » et que « ce n’est qu’ensuite que les questions de politique intérieure reprendront le premier plan », Henri Seyrig ne peut que s’insurger : « C’est un homme qui nous serait utile s’il était avec nous, mais qui n’est pas assez grand pour être recherché à tout prix, conclut-il. Dommage, car je l’aime. » 49.

  • 50 Journal d’Amérique du Sud, 17 janvier 1943, p. 47.

« Vous allez vous mettre à leur disposition, et ils vous mettront sur le même chemin que cet homme [Peyrouton que les États-Unis envoient en Afrique]. Je sais bien que vous pensez justement que vous combattez l’influence des gens comme lui, mais le pensez-vous, et ne serez-vous pas entraîné malgré vous dans le schisme qui se prépare entre la vraie France et ces hommes ? Car ce sont les vrais enjeux de cette guerre qui commencent à ce dessiner, de cette guerre qui n’a jamais eu que l’apparence d’un conflit entre états. Or dans ce conflit réel, je crois que le département d’État et Giraud sont du mauvais côté. Vous allez trouver en Afrique une France où la République n’a pas été proclamée, ni dans son nom ni dans ses libertés, et vous y prendrez un poste responsable, même si vous agissez dans une hiérarchie américaine. Tout cela me tourmente et je me reproche sans cesse — pour moi-même, car je ne me flatte tout de même pas que vous eussiez suivi mes avis — de ne vous avoir pas conseillé et reconseillé de vous livrer encore quelques mois à ce que vous appelez des divertissements littéraires. Naturellement, ce que j’aurais préféré, c’était de vous voir à Londres. Mais comment vous le conseiller sans pouvoir vous assurer d’un emploi utile ? Je reconnais qu’il aurait fallu que vous y fussiez poussé par la foi. » 50

  • 51 Journal d’Amérique du Sud, 14 novembre 1942, p. 7.
  • 52 Journal d’Amérique du Sud, 30 novembre 1942, p. 18.

28On comprend ici le radicalisme de l’engagement d’Henri Seyrig. Ne s’interroge-t-il pas sur un « certain flottement, un certain manque de rigidité, que j’ai peine à comprendre » dans les circonstances présentes ? « Comment tous ces gens n’ont-ils pas été dès le premier jour avec la France libre ? », se demande-t-il 51. Il en vient à approuver ces notables brésiliens qui veulent répudier tout contact avec ceux qui pactisent avec Vichy, « notamment avec nos professeurs, dont ils n’excusent pas l’attitude. Au fond ils ont raison. » Seyrig regrette en effet leur attitude tiède. Reconnaissant être gaullistes de sentiment, mais d’une prudence extraordinaire, ils en viennent en effet à boycotter les réunions du comité local de la France libre de peur de perdre leur complément de traitement versé par le consul de Vichy à Rio 52.

  • 53 Journal d’Amérique du Sud, 13 janvier 1943, p. 44.

29Le protestantisme d’Henri Seyrig ne permet guère d’expliquer un tant soit peu cet engagement. Rendant visite à un pasteur, cousin de son épouse, et responsable d’une colonie vaudoise en Uruguay, il ressent pourtant « en le quittant quelque remords à l’idée que mes propos ne l’avaient détourné de penser à aucun moment que je fusse un excellent protestant » 53. Il se montre moins anticlérical que non-pratiquant.

  • 54 Journal d’Amérique du Sud, 29 novembre 1942, p. 17.

« L’église anglicane ayant fait savoir qu’il y avait un service de l’évêque de Rio en mémoire des commandants de l’escadre de Toulon, j’y suis allé. En réalité cet hommage s’est borné à 1⁄2 minute de silence, en échange de laquelle j’ai dû écouter un très long service, ce que j’ai trouvé un peu fort. Innombrables et interminables cantiques, qui distraient le public de la pauvreté des idées ; rhétorique futile de l’évêque ; choses vraiment inouïes que l’on entend dans les églises quand par une abstinence de quelques années elles ont cessé de vous paraître naturelles. » 54

  • 55 Journal d’Amérique du Sud, 6 mars 1943, p. 76.
  • 56 Journal d’Amérique du Sud, 30 mars 1943, p. 93.
  • 57 Journal d’Amérique du Sud, 13 avril 1943, p. 101.

30Il marque un intérêt certain pour les positivistes au Brésil mais n’enferme pas les chrétiens dans un camp ou un autre. À Mme Ledoux, épouse du délégué de la France libre au Brésil, « aussi excitée que son mari et, bien que catholique, aussi protestante que lui, au reste, comme lui, fort honnête et dévouée », répondent ainsi les ordres religieux « qui sont gaullistes dans la mesure où leur recrutement est plus populaire », tels Frères Maristes ou les Dames de Sion, et d’autres « en plus grande réserve », comme les Dames des Oiseaux ou les jésuites. C’est aussi cette dame qui « a dû attendre sans cesse que je lui fasse quelque profession de foi catholique, en me parlant de Maritain, de la France catholique » et finissant par lui avouer que « ce pauvre vieux maréchal, je pense bien souvent à lui, c’est vraiment un martyr » 55. C’est encore ce jeune prélat catholique rencontré au Pérou qui lui fait l’éloge du maréchal Pétain, de sa piété, de « Travail, famille, patrie ». Se prenant au jeu, Seyrig entre dans ses vues, tout en déplorant que le maréchal fût « mal marié », suscitant chez le jeune évêque de Cuzco « beaucoup de surprise et de tristesse » 56. Une dernière anecdote avec Paul Rivet au sujet de Mgr Baudrillard est assez révélatrice. « Quelques excuses pour le cardinal Baudrillard qui n’en sont pas, écrit Henri Seyrig en avril 1943. Le cardinal aurait d’abord montré quelque raideur aux Allemands, puis Vichy l’aurait fait chanter en le menaçant de publier les preuves de ce qu’il avait placé en Suisse, pour échapper aux impôts, ses fonds et ceux de l’Institut catholique ; cela me paraît hautement invraisemblable, non le placement, mais le chantage. » Plus loin, il rapporte un « incident mélodramatique » lors d’une perquisition de la Gestapo à l’Institut catholique. « L’officier, en partant, aurait tendu la main au cardinal qui lui aurait répondu : “Monsieur, je suis un prince et les princes tendent la main, on ne [la] leur tend pas”. Ces mots demandent à être vrais pour être beaux. Et d’ailleurs je suis un peu étonné qu’un homme comme Rivet les admire », écrit-il songeant à l’anticléricalisme de son ami 57.

Un intellectuel au service de la France libre

31Henri Seyrig est un savant autant qu’un humaniste plongé dans les horreurs de la guerre.

  • 58 Journal d’Amérique du Sud, 10 février 1943, p. 59.

« Eté ce soir dans un autre cinéma allemand, et trouvé un meilleur spectacle, raconte-t-il à Buenos Aires. Deux films scientifiques, l’un très bon sur les rayons de Roentgen, l’autre bon sur les formes comparées des oiseaux et avions, des poissons et bateaux ; un très beau film d’une grande revue de l’armée allemande devant Hitler, et un autre d’une grande revue de l’armée japonaise devant l’empereur ; un petit film italien sur la campagne de Cyrénaïque ; un film sur le bombardement de Sylt par les avions anglais. Très bonne qualité de l’ensemble : aussi y avait-il 80 ou 100 spectateurs. Mais quelles pouvaient être leurs pensées ? Les seuls films de guerre montraient...Tobrouk ; et où est aujourd’hui Tobrouk ?... et Sylt, en 1939 ou 1940 ; et qui s’apitoiera aujourd’hui sur quelques civils tués à Sylt, sur quelques enfants tués là alors que les Allemands en ont tué depuis lors des centaines et des milliers ? Quant aux deux revues, elles étaient du temps de paix, et où sont aujourd’hui ces deux armées ? Cette merveilleuse armée allemande sortira-t-elle des steppes de Russie ? Voilà, semble-t-il, ce que le public devrait se demander à ce spectacle. » 58

Un pionnier de la France libre

« J’ai prouvé mon gaullisme dès après l’armistice », 7 juillet 1941.

  • 59 Journal 1895-1951, avril 1942, p. 104.

32Comme on l’a vu, Henri Seyrig connaît au début quelques hésitations à rallier De Gaulle dans l’amertume de Mers el-Kebir puis de l’affaire de Syrie. Alors que Daniel Schlumberger a rallié en mars 1941 la France libre à Brazzaville, il ne sait pas encore quel poste De Gaulle entend lui proposer, en Afghanistan, aux États-Unis ou ailleurs. Le 1er avril, ce dernier lui offre en fin de compte la représentation à Mexico qu’il accepte. Avant de rejoindre son poste, il participe à la mise en œuvre difficile de l’administration gaulliste aux côtés du général de Larminat 59. L’absence de sources ne permet pas cependant d’éclairer la période entre 1940 et 1941.

33Pourquoi ce silence ? Ce qu’on sait, c’est qu’il rejoint De Gaulle à Londres en juillet 1942. En mai 1942, il a définitivement quitté Beyrouth et rejoint New York, via le Caire et Lagos, avant de recevoir l’ordre d’aller à Londres (ill. 2).

  • 60 Journal 1895-1951, 21 juillet 1942, p. 101.

« Le lendemain de mon arrivée, je suis allé au quartier général où le général de Gaulle m’a reçu sur-le-champ, avec beaucoup de cordialité, raconte-t-il à son épouse, m’a rappelé notre rencontre en Syrie, enfin m’a montré toute espèce de gentillesses. J’ai déjeuné mercredi chez lui, seul avec lui et Mme de Gaulle, et vous vous figurez comme j’ai été heureux de pouvoir causer ainsi avec lui tout le temps. Je me sens entièrement d’accord avec lui sur tout l’essentiel, j’ai pleine confiance en lui, et je me suis senti orienté dès le début de notre séjour. » 60

Illustration 2.

Illustration 2.

Henri Seyrig en juillet 1942 à Londres au moment de son entrevue avec le Général de Gaulle

© Archives Seyrig

  • 61 Journal 1895-1951, 12 juillet 1942, p. 106.

34C’est ici qu’on comprend l’importance et la valeur du ralliement d’Henri Seyrig. En 1942, peu de personnalités d’envergure ont encore rallié le général de Gaulle. C’est pourquoi ce dernier lui propose de le représenter au choix dans un des pays alliés ou neutres où la France libre compte être présente. Au poste de délégué de la France libre à Prétoria en Afrique du Sud, à Sydney en Australie ou à Santiago du Chili, Henri Seyrig choisit finalement le poste d’attaché culturel à New York, « ce qui me va mieux », écrit-il 61. Privilégiant une destination qu’il connaît et un poste plus dans ses compétences à un poste plus prestigieux, Henri Seyrig est chargé tout particulièrement de rallier les milieux intellectuels.

35Il fait alors le portrait de Londres, capitale du monde libre en guerre, y trouvant la justification de son engagement.

  • 62 Londres, 21 juillet 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Le quartier de S. Janus où je demeure a relativement peu souffert, raconte-t-il en juillet 1942, mais vous ne pouvez imaginer l’aspect de la Cité. Maintenant que les décombres sont enlevés, que les maisons ruinées ont été démolies, ce sont autour de S. Paul de vastes places, d’immenses terrains vagues, qui remplissent de stupeur. Dès l’arrivée en Angleterre, on sent, à travers la conversation du premier venu, un lien particulier, qui fait défaut en Amérique pour l’instant : c’est celui qui lie les peuples qui ont souffert. » 62

36Ceci ne l’empêche pas d’y rencontrer d’autres archéologues ralliés, en premier lieu Schaeffer, chef de la mission d’Ougarit qui enseigne à Oxford et chargé par de Gaulle de la sauvegarde du patrimoine archéologique.

  • 63 Journal 1895-1951, décembre 1942, p. 108.
  • 64 Le Brésil et le Mexique déclarent la guerre à l’Allemagne courant 1942, les autres pays, l’Équateu (...)
  • 65 Journal 1895-1951, mars 1943, p. 109.
  • 66 Journal 1895-1951, février 1943, p. 109.
  • 67 Journal d’Amérique du Sud, p. 5.

37La tâche d’Henri Seyrig se révèle néanmoins énorme et très difficile. Il se retrouve dans un monde hostile face à un personnel diplomatique de Vichy encore bien présent dans tous les pays d’Amérique latine et dont il n’a de cesse de dénoncer « la médiocrité » 63, mais également face à des régimes d’Amérique du Sud pour certains pronazis 64. Il en vient ainsi en novembre 1943 à dénoncer l’« attitude ignoble » du ministre de Vichy au Chili qui a menacé de quitter la salle d’un concert des Petits chanteurs à la Croix de Bois si une minute de silence était donnée en hommage aux premiers otages fusillés par les Allemands 65. L’attitude à son égard des autorités locales qui ne reconnaissent que l’État de Vichy est froide, souvent défavorable, parfois hostile. En Argentine, en février 1943, ne se vante-t-il pas de rencontrer « le seul membre libéral de ce gouvernement fasciste » 66 ? Peu avant, il déplorait que « ces privilèges [les avantages de la valise diplomatique], au Brésil, qui est en guerre, sont accordés aux collaborateurs de l’ennemi et refusés à ceux qui combattent » 67.

38Une rencontre est décisive, celle de Paul Rivet en Colombie en avril 1943 avec lequel il se trouve en conformité de vues.

  • 68 Journal d’Amérique du Sud, Colombie, Bogota, 13 avril 1943, p. 101.

« Je vois Vasse, notre délégué, à son bureau, et nous formons des premiers plans. Puis je rentre à l’hôtel. Je venais de dîner quand on m’appelle au téléphone. C’est Rivet qui demande à venir passer la soirée. Il reste jusqu’à 11h1⁄2, puis je le raccompagne chez lui, assez loin, et je m’assois encore. Je rentre et il est 1h1⁄2. Conversation très intéressante, principalement sur les 10 mois qu’il a passé à Paris après l’occupation, et pendant lesquels il a édité, dans son musée du Trocadéro, le journal clandestin Résistance. Description très peu flatteuse des milieux intellectuels pendant cette période. Peu de vrais collaborateurs sans doute, mais passivité et timidité générales. Jugement très sévère sur Carcopino. Détails curieux sur l’attitude de Langevin, inhibé par l’attitude de la Russie en ce temps-là. Admiration pour de Gaulle ; me dit néanmoins qu’il se sépare de Soustelle en ce que celui-ci a un dévouement personnel au général. Éloge inattendu de Chiappe, avec qui il siégeait au conseil municipal de Paris, et dont il a déploré la mort parce qu’il aurait prouvé son patriotisme en Syrie. Mépris pour Herriot et son attitude faible dans les premiers temps après la capitulation. Nécessité de l’entente avec l’Allemagne ; crainte que nous inspire l’attitude des États-Unis vis-à-vis de l’Europe, sa politique sud-américaine qui est une nouvelle menace d’isolationnisme, impossibilité de se figurer l’avenir sous une forme nationale. » 68

  • 69 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 22.
  • 70 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 22.

39Il n’en demeure pas moins qu’en 1941-1942, l’incertitude des lendemains est grande : la victoire de l’Axe est encore possible sinon plausible, le général de Gaulle est isolé, l’adhésion de la population à Vichy encore très large. Même après le débarquement en Afrique du Nord, Seyrig craint que « les Allemands continuent de renforcer à Bizerte, et, dit-on, menacent d’envahir le Proche-Orient par la Turquie ». Le pessimisme d’Henri Seyrig est notoire, renforcé par sa certitude dans le génie des généraux allemands. « Je n’ai pas du tout l’impression que la situation militaire soit liquidée, comme s’en flattent les optimistes. Les Allemands ne se sont pas jetés dans Tunis et Bizerte à la légère. […] Et malgré les discours triomphants des généraux anglais, Rommel échappe jusqu’ici à leur étreinte. Là aussi, il faut attendre », écrit-il fin novembre 1942. Il continue ainsi de regarder la « situation en Tunisie comme très inquiétante, l’attitude de l’Espagne comme douteuse, et par conséquent comme très dangereuse ; la Russie comme capable de gagner peut-être 200 km sur les Allemands cet hiver s’ils dégarnissent leur front : mais qu’est cela ? Je pense qu’il n’y a aucune raison de croire les généraux moins incapables que les Anglais. Et si inquiétante que me semble pour l’Allemagne la dispersion de ses efforts, le génie de ses généraux peut encore nous mettre dans de curieuses situations » 69. Il se montre en revanche très sévère envers Churchill qui, dit-il, « après avoir clamé que l’Afrique serait purgée en quelques jours, déclare aujourd’hui que la conquête de la Tunisie sera longue et difficile ! Se peut-il que les hommes d’État soient si sottement informés, alors que tout cela était visible pour un enfant dès le jour où les Allemands ont jugé utile de descendre à Bizerte. Et même s’ils étaient bien informés, quel besoin de faire les rodomonts ? » 70 En février 1943, malgré les grandes victoires alliées sur tous les fronts de la guerre, il ne se montre guère plus confiant. « La retraite des Allemands en Russie, où leur front va se trouver raccourci, et en Afrique, où ils n’auront plus qu’un seul front, sont évidemment la réponse stratégique au débarquement allié en Afrique » va-t-il jusqu’à écrire.

40C’est dans ce contexte qu’Henri Seyrig concourt à l’installation de la France libre sur le continent américain. Il doit faire face aussi bien à des rivalités de personnes, gérer par exemple le problème de l’ambassadeur personnel du général de Gaulle au Mexique, Garreau-Dombasle, ami du général de Gaulle, nommé sur le poste qui lui avait été proposé et en conflit avec Albert Ledoux, le délégué pour l’Uruguay. De même, il doit répondre à un manque criant de structures et de moyens comme aux défauts de Radio-Londres.

  • 71 Journal d’Amérique du Sud, 8 novembre 1942, p. 4.

« Ici comme à Port-au-Prince, on se plaint vivement que la radio française de Londres n’est plus entendue depuis qu’elle a changé sa longueur d’ondes, écrit-il. Résultats particulièrement fâcheux à Haïti, où la population ne comprend que le français, et se met à écouter les émissions françaises de l’Axe. » 71

  • 72 Journal 1895-1951, novembre 1942, p. 107.

41En Amérique du Sud, il est chargé de rencontrer les communautés françaises et libanaises afin de les rallier à la France combattante. Il juge d’ailleurs l’accueil et la sympathie des Libanais à l’égard de la cause de la Résistance souvent bien meilleurs. Les Français libres sont peu nombreux, quelques Français rattachés au gaullisme, se plaint-il en Uruguay en novembre 1942. Il doit donc redoubler d’« efforts pour la conversion de mes collègues français » dont il regrette « la mollesse » 72. C’est dans ce but qu’il rencontre tous les cadres de la France libre du Brésil au Chili. Il les estime pour la plupart « très dévoués », pour certains de « fortes personnalités », mais les juge souvent incompétents.

  • 73 Journal d’Amérique du Sud, novembre 1942, p. 16.

42Les dissensions au sein de la France libre sont en effet nombreuses, parfois anciennes. Henri Seyrig regrette les « difficultés causées au ralliement et à la coopération des professeurs par certaines incompatibilités personnelles avec le président de comité ; différences de mentalités, et aussi de spontanéité politique » 73. Le portrait que fait Seyrig des responsables de la France libre n’est guère indulgent.

  • 74 Albert Ledoux (1901-1988), secrétaire à la légation de France à Montevideo, ex-chargé d’affaires e (...)

« Ledoux. Raide, cassant, protestant, sans antennes, mais homme honnête, homme à principes. Que diable est-il allé faire dans la diplomatie ? […] Il se donne depuis deux ans à son travail avec acharnement, sans aucun collaborateur, sans contact suffisant avec Londres, sans résultats satisfaisants auprès des divers gouvernements, et je le sens à bout par moments. N’est pas jugé équitablement à Londres et s’en doute. Et voit son œuvre à Montevideo sabotée, dit-il, par Garreau-Dombasle, qui se serait taillé un succès facile en éliminant les difficultés par des concessions immorales. » 74.

  • 75 Journal d’Amérique du Sud, p. 9, 10, 16.

« Rendu est un président de comité très énergique et méritant, entièrement dévoué, dont les indignations contre ceux qui ne l’ont pas aidé sont bien excusables lors même qu’elles ne sont pas habiles. » 75

  • 76 Journal d’Amérique du Sud, Porto Rico, 9 novembre 1942, p. 3.

« Reçu la visite d’un M. Bloncourt, chef ou membre d’un groupe gaulliste rival de celui de M. Lavergne ! Faut-il vraiment de ces disputes à Porto Rico ? M. Grousset, qui doit venir de Cuba dans quelques jours, doit essayer de concilier les rivaux. » 76

  • 77 Étienne Raux, né à Montpellier en décembre 1900, attaché commercial à Lima, rallié en juillet 1940 (...)

43En témoigne l’« affaire Raux », du nom d’Étienne Raux, ancien attaché commercial au Pérou, second d’Albert Ledoux pour les questions économiques et financières, rallié dès l’été 1940 que Seyrig est contraint de devoir déplacer, « quelles que soient mes sympathies pour Raux » 77.

  • 78 Ministre de la Grande-Bretagne au Pérou.
  • 79 Journal d’Amérique du Sud, Pérou, 4 avril 1943, p. 96.

« Déjeuner chez les Forbes, y ai eu plaisir. Ensuite Forbes 78 me demande de venir à son bureau, et me dit que Raux devrait être remplacé. Lui-même apprécie Raux et son gaullisme de la première heure, mais trouve qu’il a une opposition trop irréductible devant lui pour être encore viable. Son anticléricalisme militant et son antiaméricanisme également militant ; son mariage avec une ancienne maîtresse, peu distinguée ; son échec à rassembler les Français, qui sont pourtant presque tous anti-vichystes ; son mauvais succès auprès des Péruviens, où il n’a pas l’accès de la bonne société ; son rang insuffisant pour le poste qu’il occupe ; tout cela rend son remplacement désirable. » 79

Henri Seyrig fait le choix de la Résistance et du général de Gaulle

  • 80 Journal d’Amérique du Sud, mars 1943, p. 70.

« Mon éternel raisonnement : opinion unanime des hommes qui quittent la France ; témoignage unanime de la presse clandestine, entièrement gaulliste ; enfin le fait caractéristique que tous les chefs de la Résistance qui sortent de France vont à Londres, non à Alger [Q.G. du général Giraud] : encore récemment Massigli, qui est pourtant un diplomate, habitué à peser. Et comme quoi notre seule préoccupation doit être de nous conformer à l’opinion et à l’action de cette seule vraie France. », Santiago du Chili, 1er mars 1943 80.

  • 81 Paul Rivet ira jusqu’à suggérer à Germaine Tillion la supériorité de la Résistance extérieure : Ra (...)

44Henri Seyrig choisit De Gaulle contre Giraud. C’est pour lui le choix de la Résistance intérieure. À la différence d’un Paul Rivet, marqué par le poids de la Résistance extérieure 81, il se soucie en effet de l’importance de la Résistance intérieure bien que cela puisse apparaître paradoxal pour un homme qui a fait toute sa carrière hors de France.

  • 82 Journal d’Amérique du Sud, 24 novembre 1942, p. 14.

« Pour moi, il n’y a qu’une loi, c’est d’épouser l’attitude de ceux qui résistent en France, écrit-il en novembre 1942, or je crois sans aucun doute, d’après ce que j’ai vu à Londres et ailleurs par ceux qui sortaient de France, que cette résistance est générale et ne veut pas de Darlan, pas plus que des autres traîtres. » 82

45Le choix de soutenir la Résistance est personnel autant qu’idéologique et rend seul possible ces années d’exil.

  • 83 Montevideo, 7 décembre 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Votre lettre m’a fait plaisir, moins par ce qu’elle me dit que par le sentiment de notre unanimité. Je vois tout cela avec beaucoup plus de calme que vous, mais je partage tous vos sentiments, répond-il à son épouse en décembre 1942. Notre premier devoir est un devoir de fidélité ; le second consiste à s’adapter exactement à la pensée de la France qui résiste à l’intérieur, sous peine de nous dégrader à la condition d’émigrés. L’un et l’autre de ces devoirs nous dictent très clairement notre attitude, et nous ne devons pas nous en écarter d’une ligne. » 83

  • 84 Seyrig 1943, p. 24.
  • 85 Journal d’Amérique du Sud, décembre 1942, p. 24.

46Dans ces années, Henri Seyrig devient donc un infatigable propagandiste de la France libre par ses tournées, ses publications, comme l’Affaire de Syrie parue en 1943. Concluant sur les « précautions serviles » que les hommes du général Dentz ont prises pour avoir « ce que l’on nomme à Vichy le respect du vainqueur », Henri Seyrig y affirme ainsi « combien ceux qui les ont prises craignent la saine réaction qu’eût produite chez leurs compatriotes la connaissance de leurs actes. Elles montrent assez de quel côté est la voie droite », terminait-il 84. Ce sont ces conférences sur la Résistance dans tout le continent sud-américain, par exemple dans cette salle du lycée franco-brésilien à Rio, sur ses impressions de Londres et sur les contacts avec la Résistance française ou cette autre conférence pour le comité France Forever, le comité américain de sympathisants de la France libre créé en août 1940. Il s’agit d’informer, de pallier le grand défaut d’informations venant de Londres, « cause de bien des hésitations », explique-t-il, de convaincre, de corriger, comme ce professeur de philosophie directeur d’une Alliance française, « socialiste, qui n’a pas adhéré au gaullisme par crainte des généraux » pour qui « le général de Gaulle avait choisi, le 14 juillet dernier, de déposer devant la statue de Foch à Londres une gerbe de lis, cette fleur de la royauté » 85.

  • 86 Journal d’Amérique du Sud, 24 avril 1943, P. Rivet, p. 109.

« Après-midi avec Rivet, qui m’a donné bien des détails sur la Résistance à ses débuts, dont j’avais besoin pour préparer ma conférence. » 86

47Homme de principes, Henri Seyrig refuse toute fioriture inutile sur la Résistance, « sujet trop grave pour les bavardages d’un avocat ».

  • 87 Journal d’Amérique du Sud, 13 novembre 1942, p. 7.

« A 5h, conférence de Maurice Blum, avocat parisien, sur le “rassemblement sous l’Arc de triomphe”. Sujet trop grave pour les bavardages d’un avocat. Oratoire sans éloquence. Détestable, me fait rougir, surtout quand je pense aux ambassadeurs de Pologne et de Belgique qui écoutent ce pathos. Mais le public exulte, applaudit chaque phrase. Mort au public. Ledoux très content aussi ! » 87

  • 88 Mouilleseaux 1946, p. 71.

48La très haute conception qu’a Henri Seyrig de la Résistance explique sans doute son intransigeance. L’intervention en novembre 1942 au Brésil de l’avocat Maurice Blum ne manque pourtant pas d’être célébrée après-guerre par les anciens de la France libre qui exaltent encore le souvenir de cette « conférence retentissante » intitulée « Rassemblement sous l’arc de Triomphe » 88.

49Une des missions d’Henri Seyrig en Amérique du Sud est de conforter les ralliements à la France libre. La tâche, comme on l’a vu, se révèle difficile : « Au reste nous ne devons pas être puristes, écrit-il en décembre 1942, et nous devons accepter tous ces ralliements, tout en gardant une petite tendresse à ceux de la première heure, et tout en sachant que nous aurons des défections parmi ces derniers venus en cas de difficultés » (ill. 3).

« Dîner chez Arbouse-Bastide avec mes camarades. Groupe sympathique. Ralliés au comité local depuis longtemps, mais de façon officieuse. Détournés, semble-t-il, d’une attitude plus franche, 1° par l’attitude hostile du gouvernement brésilien à notre égard jusqu’à son entrée en guerre, étant eux-mêmes fonctionnaires brésiliens ; 2° par la nécessité de recevoir de l’ambassade de Vichy le complément de traitement indispensable à les entretenir avec leurs familles ».

Illustration 3.

Illustration 3.

Henri Seyrig, décembre 1942, donnant un discours aux Libanais de Montevideo (Uruguay)

© Archives Seyrig

  • 89 Journal d’Amérique du Sud, 1er février 1943, p. 54.

50Faut-il le rappeler, la communauté française comme les diplomates installés en Amérique du Sud sont encore majoritairement vichystes. Plusieurs incidents résument l’ampleur du travail des délégués de la France libre. Henri Seyrig reçoit ainsi un jour la visite d’un M. Ronchon, citoyen français, lié à l’Armée du Salut et enseignant au Collège allemand Hindenburg à Montevideo, qui « se dit, et je le crois, antinazi, et pense “faire œuvre utile” » auquel il demande de faire cesser sa collaboration avec « les nazis » 89. C’est le consul de Vichy à Porto Alegre qui veut imposer en novembre 1942 à la colonie française d’assister à une messe pour les morts de la flotte de Toulon mais le refuse « pour les centaines d’otages qui ont été fusillés sous les yeux du gouvernement de Vichy ». Une autre fois, Henri Seyrig est confronté à des professeurs du lycée français de Montevideo dont certains avaient témoigné leur sympathie aux marins du cuirassé allemand Graf Spee qui s’était échoué au large de l’Uruguay en décembre 1939. Henri Seyrig doit ainsi résoudre en décembre 1942 un incident au lycée français le plus grand du continent, qu’il juge « caractéristique de l’excitation des esprits (…) due à l’atmosphère confinée de colonies, qui d’ailleurs ne reçoivent pas de Londres l’aliment nécessaire à leurs esprits ».

« Journée occupée par un incident local, caractéristique de l’excitation des esprits, excitation due à l’atmosphère confinée de colonies, qui d’ailleurs ne reçoivent pas de Londres l’aliment nécessaire à leurs esprits. Voici. Le lycée français (le plus grand de l’Amérique, avec 1 400 élèves) organise après-demain une séance de ballet au théâtre. Un de ces ballets a pour thème la France : 1° la France insouciante avant la guerre, air du ballet de Coppélia ; 2° la France captive et enchaînée, marche funèbre de Beethoven ; 3° la France victorieuse, air de la Marseillaise. Ce ballet a tout à coup choqué, ce matin, un groupe de professeurs, qui, sous prétexte que la marche funèbre est une insulte et la Marseillaise une profanation, se proposent de siffler.

  • 90 Journal d’Amérique du Sud, 30 novembre 1942, p. 20.

51Le proviseur, Larnandie, vient nous demander d’assister à une répétition, nous y allons. Je trouve ce ballet joli et très respectueux, je l’approuve, Lancial aussi. À ce moment-là, je m’avise que le ballet est trop anodin pour être autre chose qu’un prétexte, et je me rappelle que Larnandie, qui est un proviseur commerçant et opportuniste de la plus basse espèce, est en butte à toute sorte d’hostilités de la part de ses professeurs gaullistes, ce qui explique probablement toute l’histoire. » 90

  • 91 Londres, 21 juillet 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

52Pour Seyrig, l’amiral Darlan et les giraudistes, comme les hommes de Vichy, sont des traîtres, y compris ses proches. Il parle ainsi d’un de ses amis retrouvé en Angleterre durant l’été 1942 « entièrement infecté du virus vichyste » 91. Henri Seyrig refuse donc catégoriquement le régime de Vichy, aussi bien l’autorité du maréchal Pétain que l’idéologie véhiculée par l’État français.

  • 92 Journal d’Amérique du Sud, novembre 1942, p. 6.

« Je réponds que l’unité de la France existe, et que seuls les quelques hommes de Vichy en sont exclus ; que la collaboration avec l’ennemi et la législation antisémite constituaient chez ces hommes une tare morale impardonnable, qui devait les faire chasser de la communauté française. Ces hommes n’ont derrière eux aucun parti, aucune racine dans le peuple, et peuvent très facilement être éliminés. Question morale avant tout. » 92

  • 93 Le 27 novembre au soir, le général de Gaulle évoque au micro de la BBC le sabordage de « la flotte (...)

53Le sabordage de la flotte à Toulon en novembre 1942 n’est pas pour lui un acte d’héroïsme mais bien une traîtrise 93.

« La flotte de Toulon s’est sabordée, et les commandants des navires ont coulé avec eux. Dans cette tragédie, la conduite de ces commandants impose le respect. Mais la catastrophe est énorme et irréparable. Cette flotte s’est privée, quand elle s’est soumise aux ordres de Vichy, de toute participation à la victoire des Alliés et de la France, et cela par un manque égal de jugement et d’esprit démocratique. […]

  • 94 Journal d’Amérique du Sud, p. 15, 18.

54Ce matin à l’église l’ambassadeur d’Angleterre m’a surtout parlé du service que la flotte de Toulon avait rendu aux Alliés en se sabordant. Quelle que soit l’estime qu’il y a, peut-être, pour les commandants, c’est ce côté pratique qui ressortait le plus souvent de sa conversation. Cette flotte, en refusant de servir la France lors de l’armistice, a servi l’Allemagne, et s’est laissé contraindre à une solution où elle sert même cet égoïsme qu’elle reprochait si durement aux Anglais. » 94

  • 95 Dans son pamphlet La Trahison des clercs paru en 1927, Julien Benda dénonçait l’abandon par les él (...)

55On comprend alors mieux l’amertume d’Henri Seyrig devant le « lamentable exemple de la trahison des clercs » 95.

  • 96 Journal d’Amérique du Sud, 19 novembre 1942, p. 10.

« Déjeuner chez Michel Simon, professeur au lycée français, qui a connu Miette et est un ami de Odette Micheli. Esprit assez fin, lamentable exemple de la trahison des clercs. M’explique avec candeur “qu’il fallait vivre”, et que St Quentin le payait. Mais maintenant il reconnaît que la vérité est de notre côté. Et il est juif, et cela ne l’a pas du tout gêné ! Il va aller s’inscrire chez Ledoux. Naturellement, je n’ai pas d’illusions sur la valeur de ce genre de ralliement. Je pense néanmoins qu’il faut accepter tous ceux qui n’ont été coupables que de faiblesse et de médiocrité, pour qu’il y ait le moins de ressentiment possible le jour où la France s’appartiendra de nouveau. Et puis, comme dit Rousseau, si l’on ne voulait pas les mauvais livres, il faudrait brûler les bibliothèques. » 96

  • 97 Tous membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres comme René Dussaud. Arrêté à nouveau (...)

56C’est ainsi qu’il se montre assez sévère avec ses maîtres, membres de l’Institut, jusqu’à ce qu’il apprenne en juin 1942 la nouvelle de l’arrestation de Dussaud, de Thureau-Dangin et d’Henri Maspero 97.

  • 98 New York, 8 juin 1942 à Miette (à North Haven). Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Quatre autres membres de l’académie, dont on ne donne pas les noms, sont en prison avec eux. J’en ai été bien ému et me sens de nouveau à l’unisson avec ce pauvre Dussaud. Quelle peut être la raison de tout cela ? Dussaud avec son vichysme, Thureau-Dangin avec sa surdité qui le retire du monde, Maspero avec sa complète incapacité pratique, n’ont sûrement formé aucun complot. Il faut qu’on les ait arrêtés parce qu’ils symbolisent l’académie, et que celle-ci a donc refusé quelconque demande déshonorante, ou protesté en corps contre quelconque abus. Nous avons peut-être mal jugé Dussaud, et je me plais à retrouver là son vieil esprit radical et républicain. Tout cela me fait retrouver une unité spirituelle que je croyais presque perdue, et qui me lie forcément à ces maitres que j’admirais. » 98

57S’il « refuse de regarder comme des criminels », mais plutôt « comme des loques » toutes ces personnalités, intellectuels ou diplomates, qui n’ont pas fait le même choix que lui en 1940, il juge en revanche rudement les ralliements tardifs à la France libre.

  • 99 Journal d’Amérique du Sud, 25 février 1943, p. 67.

« Reçu à 9h la visite de Fayet, instituteur au collège. J’ai connu Fayet à Beyrouth il y a 9 ou 10 ans, quand il était détaché à l’Université américaine. Gentil garçon, campagnard de la Corrèze, que j’ai plaisir à voir. […] De tout cela je convaincs Fayet, un peu branlant, pris de gène et de scrupule lui aussi, et le fortifie : s’il veut s’engager, qu’il vienne à nos forces à nous. Mais lui non plus n’a vraiment l’intention de s’engager. Aucune envie de faire la guerre. Trouve la vie confortable ici. » 99

58Pour autant, partagé entre ses amitiés et ses engagements, Henri Seyrig garde l’« horreur de l’esprit de parti ».

  • 100 Journal d’Amérique du Sud, Rio de Janeiro, novembre 1942, p. 9-10.

« Dumaine m’a fait dire par deux personnes qu’il serait heureux de me voir. Mais que lui dire ? Il ne peut se rallier avec honneur aujourd’hui, et j’espère, ne le désire pas. Son ambassade a des chances de ne guère durer, il rentrera en France, ou ailleurs, avec Saint Quentin, qui aurait pu avoir un si beau rôle. Et ils verront se détacher d’eux le petit groupe des gens les plus riches de la colonie française, qui les ont suivis dans leur faiblesse, et vont maintenant donner une nouvelle preuve de faiblesse en se rapprochant de nous. J’aurais bien aimé que mes collègues se fussent détachés plus tôt. […]
On m’attaque sur Saint Quentin et Dumaine, que je regarde comme des loques, et que je refuse de regarder comme des criminels. […] Evidemment, je déteste l’idée de me séparer de ces deux hommes, que je ne déteste pas, par des idées politiques. Horreur de l’esprit de parti. » 100

59Il n’en voit pas moins dans les généraux et hauts-fonctionnaires qui ont rallié Darlan ou Giraud, comme « cette canaille de Peyrouton », des « malandrins » dont il n’a de cesse de dénoncer la collusion. Ancien résident général de Tunisie et du Maroc, Marcel Peyrouton est ministre de l’Intérieur du gouvernement Laval à partir de septembre 1940, responsable aussi bien de l’épuration de l’administration que de l’abrogation du décret Crémieux en Algérie. Renvoyé du gouvernement Darlan sur la pression des Allemands, il retrouve son poste d’ambassadeur en Argentine avant de rejoindre l’Afrique du Nord après novembre 1942. Nommé par le général Giraud gouverneur général de l’Algérie de janvier à juin 1943, il est en fin de compte arrêté à la fin de l’année. Libéré après quatre ans de prison, il est acquitté par la Haute Cour en 1948. Si les archives n’en disent rien, on peut imaginer la même colère d’Henri Seyrig à l’égard de Pierre Pucheu, secrétaire d’État à l’Intérieur du gouvernement de Vichy (1941-1942), débarqué à Alger au printemps 1943. Ce dernier est fusillé à Alger en mars 1944 malgré son ralliement au général Giraud.

  • 101 Journal d’Amérique du Sud, 17 février 1943, p. 63. Rudolf Rahn, ministre plénipotentiaire à l’amba (...)

« Curieuse lettre ouverte de Rahn au général Giraud, lui reprochant de s’être parjuré. Le ton de la lettre ne permet guère d’en mettre la substance en doute. Le serment, qui paraît avoir été prêté très librement, engageait le général à défendre l’Afrique contre les Anglo-Saxons, côte à côte avec les Allemands. De plus, position très nette de Giraud, estimant que l’ennemi, c’est le bolchevik. Plus je vais, plus Giraud me semble un médiocre esprit. À coté de cela de Gaulle : pas une paille. » 101

60Pour lui, l’entente entre les généraux Giraud et de Gaulle ne peut se faire, au risque de diviser la résistance française, sinon aux seules conditions du chef de la France libre.

  • 102 Journal d’Amérique du Sud, 31 décembre 1942, p. 37.

« L’association n’est possible que si l’on reconnaît : 1° que l’armée est au service de la République ; 2° que l’on renie donc Vichy ; 3° que l’exclusion des collaborateurs est indispensable.
Si ces conditions empêchent l’union, et prouvent ainsi le caractère antirépublicain des chefs de l’Afrique du Nord, on nous accusera de mettre au premier plan nos opinions de politique intérieure. Cette accusation n’aurait de valeur que si cette dissidence affaiblissait l’effort militaire. Or tel n’est pas le cas : nous sommes tous deux dans le camp des Alliés, et l’apport militaire de de Gaulle à Giraud serait d’ailleurs très faible. » 102

61Henri Seyrig se fait fort non seulement d’obtenir l’appui de la communauté française mais également celle des gouvernements locaux.

  • 103 Journal d’Amérique du Sud, 5 mars 1943, p. 74.

« Visite à M. Luis Rodriguez, ambassadeur du Mexique. Conversation très intéressante sur la France, où il a été ministre du Mexique jusqu’en juillet 1941. Regarde le général de Gaulle comme le seul chef des Français, estime que la révolution en France est inévitable et indispensable, et qu’il faut guillotiner toute la clique des collaborateurs et des ennemis de la démocratie. M’a dit tout cela avec une assurance et une crudité peu habituelles, et qui m’ont plu. Regarde le général Giraud comme un militaire honnête, mais estime que tout ce gouvernement d’Algérie est un scandale, et que le Mexique s’en tiendra à la reconnaissance du Comité de Londres. » 103

62Seyrig est tout particulièrement sévère à l’encontre de l’amiral Darlan dont il fait « une question de principe ». Il se montre ainsi convaincu que « les Américains, en le soutenant, préparaient à leur insu la guerre civile où Darlan jouerait le rôle de Franco ».

  • 104 Journal d’Amérique du Sud, 16 novembre 1942, p. 9.

« On me dit que peut-être Darlan, Giraud, Noguès et Juin forment un projet de constituer en Afrique une forte armée, en partie indigène, pour tenir la France sous le joug au jour du retour. Cela se peut. En tous cas le maintien de Darlan devrait signifier la révolution. » 104

63Aussi reçoit-il « avec joie » la nouvelle de l’assassinat de l’amiral Darlan en décembre 1942.

  • 105 Journal d’Amérique du Sud, 25 décembre 1942, p. 34.

« Dans la soirée on m’annonce l’assassinat de Darlan. J’en suis ravi jusqu’aux entrailles, et voudrais embrasser l’assassin. Au reste, les conséquences politiques sont probablement faibles. Mais c’est un assainissement public et un symptôme.
L’annonce de la mort de Darlan a troublé Roosevelt dans sa Christmas Party de la Maison Blanche, et il a fait des déclarations où perce la colère. L’assassin y est traité de lâche, alors que c’est nécessairement un homme très brave. En même temps il s’arroge le droit d’exprimer par anticipation l’indignation des chefs d’état alliés ! Staline ? et même Churchill ? » 105

  • 106 F. B. a été réhabilité en décembre 1945 par la Cour d’appel d’Alger pour avoir agi « dans l’intérê (...)

64Henri Seyrig montre de l’admiration pour Fernand Bonnier de la Chapelle 106, ancien condisciple de l’école des Roches, le prestigieux collège protestant de Verneuil.

« L’union entre Giraud et de Gaulle a l’air de se faire. Une fois de plus : brave assassin !, écrit-il le 26 décembre 1942. Le pauvre garçon a été fusillé ce matin, et je pense à lui sans cesse tristement. On ne veut même pas dire son nom. Est-ce un nom si distingué ? ou bien veut-on le priver de la célébrité d’Érostrate ? Et après Roosevelt, Hull continue de vomir sur lui les épithètes de méprisable et de lâche ! Salauds. C’est que c’est eux qu’il a condamnés par son acte. »

  • 107 Journal 1895-1951, 14 juillet 1943, p. 112.
  • 108 Journal 1895-1951, octobre 1943, p. 112.

65Henri Seyrig se montre ainsi un gaulliste très fidèle, hostile au rapprochement engagé par les États-Unis avec les partisans de Giraud. « Je redoute cette union », écrit-il en mai 1943 à la veille de la création du Comité français de Libération nationale (CFLN). De même, lors de la réception du général Giraud à New York à laquelle il assiste en juillet en tant qu’attaché culturel de la France libre, il trouve son « discours très bête » 107. Il ne faut pas s’étonner si, chargé à l’automne 1943 d’une tournée d’inspection des établissements en Guadeloupe et en Martinique tout juste ralliées, il soit « reçu froidement » par les autorités à Pointe-à-Pitre 108. Est-il alors en Amérique pour se rapprocher ou s’opposer aux États-Unis ? Il est vrai qu’il dénonce souvent l’attitude des autorités américaines. Celles-ci, pour rappel, n’ont pas encore fait le choix du général de Gaulle en 1942. En témoigne son récit du débarquement allié en Afrique du Nord.

  • 109 Journal d’Amérique du Sud, 7 novembre 1942, p. 3.

« Dans la soirée, on annonce que les Anglais et les Américains ont débarqué en Algérie, et que la poursuite en Libye continue. Grand enthousiasme. Le peu de détails, et trop d’amères désillusions dans le passé, m’empêchent dans mon fort intérieur de me laisser aller à la joie qui m’assiège. N’importe, nous voilà peut-être à la veille d’une affaire décisive pour la France.
La France libre ne semble pas participer à l’opération, ni d’autre part à l’occupation de Madagascar, qui vient de capituler. L’atmosphère de suspicion où se déroulaient les négociations de Londres n’a pas dû se dissiper. » 109

  • 110 Rencontre avec l’ambassadeur des États-Unis au Pérou. Journal 1895-1951, mars 1943, p. 110.

66Il se plaint régulièrement des formalités interminables des Américains pour son visa, regrette en novembre 1942 d’être mal reçu par la police brésilienne qui « suit l’exemple des États-Unis pour ce qui est des gaullistes », déplore le « manque de tact » des ambassadeurs américains en Amérique latine, rencontres « peu agréable » sinon ombrageuses 110. C’est toute la diplomatie américaine qu’il récuse. Les seuls diplomates qui trouvent grâce à ses yeux sont en réalité en disgrâce, en désaccord avec la ligne réaliste de Washington, comme cet ambassadeur au Chili, Charles R. Bowers, « très éclairé sur les affaires d’Europe et qui paraît être ici en semi-disgrâce pour avoir trop bien compris les affaires d’Espagne où il était ambassadeur pendant la guerre civile ».

« Déclaration étrange de l’ambassadeur des États-Unis à Madrid, raconte-t-il le 19 janvier 1943, où il dit que le gouvernement du général Franco n’aura rien à redouter ni des États-Unis ni des Espagnols de l’extérieur. Grosse émotion chez les réfugiés espagnols, qui comptaient sur la charte de l’Atlantique comme sur leurs propres efforts, et observent que cet ambassadeur, en tous cas, n’est pas chargé de parler pour eux. À quoi pense le département d’État ? Sans doute uniquement à flatter Franco, dont il a peur à cause des affaires d’Afrique. Mais à force de soutenir les Franco, les Darlan, les Peyrouton... »

67Seyrig ne manque pas de condamner très fermement la politique conduite par les États-Unis, même si il est conduit à penser qu’ils « avaient partie liée depuis longtemps avec les traîtres de Vichy, et que cela leur a facilité l’invasion de l’Afrique ». Préférant penser qu’il s’agit davantage d’une alliance militaire de circonstance qu’une alliance politique, il craint toutefois que « les Alliés, en refusant au général de Gaulle la reconnaissance légale, sapent son autorité aux yeux des Français, peuple extrêmement attaché à l’aspect légal du pouvoir, peuple où la révolution s’est faite légalement, et où les pronunciamentos ont toujours raté ».

  • 111 Journal d’Amérique du Sud, nov-décembre 1942, p. 14, 29.

« Roosevelt lui [André Philip] a dit que les États-Unis se proposaient de négocier avec les autorités de tous les pays où ils en trouvaient, de n’observer aucune unité, et de procéder de même quand ils débarqueraient en France, où ils installeraient des autorités américaines jusqu’au jour où ils jugeraient venu le moment des élections.
– Ce projet m’a l’air de nous couper les ailes, bien qu’il nous reste nos relations étroites avec la France résistante. Mais à vrai dire, est-ce les Américains qui délivreront la France ? La paix se produira dans des conditions que nul ne peut prévoir. Et les Russes ? »  111

68Ici, Henri Seyrig oppose la Grande-Bretagne de Winston Churchill aux États-Unis de Roosevelt.

« Hier, écrit-il le 26 novembre 1942, pour la première fois le porte-parole de la France libre n’a pas parlé à la radio de Londres, et un peu plus tard, dit-on, le commentateur militaire français de la BBC a interrompu son commentaire pour dire qu’il ne s’adressait plus à la France tant que Darlan serait en Afrique. Difficile à interpréter. De même Churchill a-t-il empêché le général de Gaulle de parler à la radio. Dans quelle triste dépendance nous sommes ! N’importe, je m’efforce de garder ma confiance en Churchill. Il faut attendre. »

69Un anti-américanisme conduit parfois son analyse de la politique de Washington. Il s’en prend ainsi « au procédé injurieux » dont usent les Américains envers De Gaulle avec Giraud ou à la « collusion » entretenue avec les autorités de Vichy. Seyrig laisse même entendre en novembre 1942 qu’à Pointe-à-Pitre, l’amiral Robert tient plusieurs centaines de gaullistes en prison et qu’il en « a même expédié à Cayenne, le tout sous l’œil bienveillant des représentants américains ».

  • 112 Journal d’Amérique du Sud, Montevideo, 11 janvier 1943, p. 42.

« Lu sur une maison de l’avenue Millian, écrit à la craie : La reconquista contro los yanquis (La reconquête contre les Yankees). Il est certain que l’ambassadeur des États-Unis est roi à Montevideo, .... et nous nous en apercevons à la froideur que le gouvernement uruguayen nous témoigne. Pourtant cette dépendance me paraît fragile, due aux circonstances économiques, qui peuvent changer. Je doute très fort que les élites, s’il s’en forme dans ces pays, puissent jamais être séduites par l’attitude de pensée des Anglo-Saxons. Je crois même que cette attitude leur reste proprement inintelligible. C’est un peu, à un degré supérieur, comme les rapports de l’Allemagne et de la Grèce. Pour peu que les circonstances économiques changent, on pourrait voir ici une terrible réaction. » 112

70Henri Seyrig est donc bien un libéral perdu dans la guerre mondiale, hostile aussi bien à Vichy, à son régime autoritaire et antisémite qu’à un monde en guerre. Durant ces années d’exil en Amérique, il montre une grande sympathie pour les anciens républicains espagnols qui ont du fuir les franquistes et la guerre d’Espagne. Il en vient ainsi à s’inquiéter du sort de Nicolau d’Olver, ami de la poétesse chilienne Gabriela Mistral qu’il a l’occasion de rencontrer au Brésil.

  • 113 Arrêté par la Gestapo, Luis Nicolau d’Olver (1888-1961), homme politique et écrivain catalan, parv (...)

« Le mécène des humanités en Catalogne vient d’être pris en France par les Allemands et livré à Franco, qui va le faire juger par un tribunal de guerre pour sa part dans le mouvement républicain, raconte-t-il en novembre 1942. Elle s’efforce de faire intervenir tous les pays d’Amérique latine pour le sauver. Elle l’a vu pour la dernière fois avant de quitter la France, où il vivait dans le Sud-Ouest, et lui a conseillé de partir. Il s’y est refusé, disant qu’après avoir passé sa vie à lire les Anciens, il ne voyait pas pourquoi il fuirait la mort, qu’il voulait être le plus près possible de sa Catalogne. » 113

Il est enfin un des piliers de la politique culturelle de la France libre comme délégué de la France libre, du Levant à l’Amérique

  • 114 Journal d’Amérique du Sud, 10 janvier 1943, p. 42.

71Il faut ici se demander pourquoi on a envoyé Henri Seyrig en Amérique latine. Le hasard, le manque de personnalités ralliées à de Gaulle, les liens que Seyrig entretient avec les États-Unis le justifient sans doute malgré sa méconnaissance de la langue, en premier lieu du portugais. « Mon espagnol n’est pas fameux » 114, écrit-il.

  • 115 Londres, 21 juillet 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

72De ses conversations à Londres en juillet 1942, « il ressort que trois postes sont libres : Sydney, Le Cap et Santiago du Chili (peut-être aussi Lima). L’Amérique du Sud me tenterait le plus, mais plus j’y réfléchis, plus je me sens éloigné de ces postes purement diplomatiques, où ne me dirigent ni mon tempérament ni ma compétence. Le général de Gaulle, à qui je l’ai dit, m’a répondu qu’en effet, je lui paraissais fait, soit pour l’Orient, soit pour les pays anglo-saxons, et c’est vers ces derniers que je vais m’efforcer de me diriger. On semble sérieux — enfin — de donner à notre représentation aux États-Unis une ossature plus sérieuse, et peut-être créera-t-on un poste d’attaché pour les affaires culturelles. Tout cela est encore vague, même dans mon esprit et je vous prie de n’en pas parler. » 115

73En mission pour le général de Gaulle dans sa tournée en Amérique du Sud, il est donc chargé de reconstruire un réseau culturel français au service de la France libre comme de l’après-guerre.

« Plaintes générales aussi sur la nonchalance et le manque de sérieux des consuls français de ces dernières années. Je ne le vois que trop. Or il ne s’agit pas de leurs dons naturels, mais de leur caractère et de leurs habitudes. », 8 novembre 1942.

  • 116 Journal 1895-1951, février 1943, p. 109.
  • 117 Lettre à son père, Athènes, 18 janvier 1929, archives privées H.S.

74Sa première mission est d’inspecter les établissements français d’Amérique afin de « sauver » les écoles françaises malgré la guerre : faire le tour de l’Amérique du Sud pour voir les établissements français, vérifier et renforcer le soutien encore très précaire des communautés françaises à la France libre, constater parfois « l’essor magnifique de nos œuvres scolaires sous [notre] impulsion » comme au Chili 116. Son souci est double, l’efficacité, la morale, refusant ainsi ceux qui « considèrent leur tâche comme purement intellectuelle en négligeant tout principe moraux » 117. Il doit cependant combattre l’influence allemande, forte en Amérique du Sud, autant qu’anglo-saxonne.

« J’avoue que la réalisation [de projets d’ouverture d’écoles] me remplit d’angoisse, raconte-t-il après une entrevue le 2 mars 1943 avec le ministre de l’Instruction publique. Peu de fonds, et surtout, aucun professeur capable. Le ministre ne m’a pas caché qu’il souhaitait ces fondations pour combattre l’influence allemande. Toute cette région, m’a-t-il dit, est peuplée de colons allemands qui étaient devenus d’excellents Chiliens ; puis tout à coup, lors du développement du nazisme, ils avaient cessé de l’être et s’étaient tournés vers Hitler, “comme un cheval de régiment dresse l’oreille lorsqu’il entend la trompette”. M. Claro parle français presque comme l’un de nous, et toute sa formation est parisienne. »

  • 118 Cohen 1946, p. 70.
  • 119 Voir Rolland 2000.
  • 120 Club culturel d’inspiration britannique, fondé en 1847 à New York, dont Seyrig fut membre à partir (...)
  • 121 Journal 1895-1951, 6-8 juin 1944, p. 114.
  • 122 Athènes, 18 janvier 1929, op. cit.
  • 123 Duval 2009.

75Henri Seyrig s’efforce alors d’entretenir son réseau, en Amérique du Sud comme à New York et se retrouve au cœur d’un réseau intellectuel parmi ces positivistes rencontrés au Brésil en novembre 1942, ces universitaires comme son camarade Roger Caillois, sociologue et surréaliste installé en Argentine, des poètes comme Cabrela Mistral ou Supervielle. Au Brésil, il concourt ainsi à « ranimer la flamme d’une amitié éternelle », comme se plaît à le rappeler la brochure éditée aux lendemains de la guerre par les anciens de la France libre 118. De même, il participe à convaincre en avril 1943 Louis Jouvet de rompre avec Vichy dont la tournée théâtrale en Amérique avait été initiée pour faire la promotion de la France de Pétain 119. Introduit dans les cercles culturels comme dans la bonne société américaine, il intègre des clubs comme le Harvard Club ou le Century Club à New York 120. Il en vient à repenser la diplomatie culturelle française, envisageant ainsi « l’éducation après la guerre » dans une conférence au Harvard Club en juin 1944 121. Très critique à l’égard du système éducatif français et envers « des professeurs qui vendent leur science comme de la soupe » 122, lui-même issu d’une filière particulière avec l’école des Roches 123, il se montre volontiers réformiste contre une éducation classique qu’il juge trop réservée aux élites. Déplorant que « les établissements religieux français du Chili ne l’aient dispensé qu’à la classe riche », il est impitoyable tantôt envers ce « détestable lycée franco-brésilien, propriété d’une société privée, qui l’exploite commercialement » ou « la carence des diplomates, des professeurs et des plus purs notables français a fait grand tort à la France ».

« Ici, écrit-il à Montevideo le 1er janvier 1943, du point de vue de l’instruction publique que je représente, deux tâches : protection et développement de l’enseignement du français, et protection des professeurs français détachés. Caetera fumus (Le reste est fumée.). »

76Sa mission dans un contexte parfois hostile reste difficile.

  • 124 Journal d’Amérique du Sud, 22 décembre 1942, p. 33.

« Les Affaires étrangères n’ont répondu ni aux demandes téléphoniques ni à la lettre de Lancial pour avoir une audience [en Uruguay] ; l’enseignement du français est systématiquement combattu ; les visas de passeports ne sont obtenus qu’avec la plus grande difficulté ; les Libanais, qui voudraient des passeports de nous, sont renvoyés par les Affaires étrangères à la légation de Vichy, avec laquelle ils ne veulent rien avoir à faire. » 124L’accueil de la France libre par les États d’Amérique latine n’est pas aussi agréable qu’à Haïti où « à la douane, on s’enquiert en français de qui je suis, et l’on ne visite pas mes bagages, et le douanier noir me dit : “nous aimons tous le général de Gaulle” ».

  • 125 Journal d’Amérique du Sud, 16 mars 1943, p. 83.

77Contraint d’obtenir un visa pour ses déplacements, il craint ainsi les « mauvaises dispositions des Argentins pour la croix de Lorraine » qui l’empêcheront de mener à bien son travail 125. Henri Seyrig s’efforce toutefois d’améliorer les relations diplomatiques avec la France libre.

  • 126 Journal d’Amérique du Sud, 22 mars 1943, p. 86.

« Je vais avec Bricourt poser ma carte aux Affaires étrangères [à La Paz en Bolivie]. Bien que je n’eusse pas demandé d’audience, le ministre me fait demander d’entrer chez lui, ce que je fais avec Bricourt. Accueil des plus aimables. Le ministre me questionne sur ma mission, que je lui explique comme purement culturelle. Il me dit alors que, malgré ce caractère non-politique, il souhaite de me préciser la position du gouvernement bolivien devant les questions françaises. Il déclare d’abord que la Bolivie, tout en ne souhaitant pas de faire une déclaration officielle, regarde comme caducs les pouvoirs de la légation de Vichy. Puis il ajoute que la Bolivie est prête à considérer toute situation de fait qui résulterait du groupement des forces françaises. Je remercie chaleureusement, bien qu’en somme le second point soit un peu vague pour mon goût. En vue d’amener plus de précision, je demande au ministre de reconnaître les passeports émis par nous, comme le fait à Washington le département d’État. Il me répond tout de suite : “Si les États-Unis en usent ainsi, nous n’y verrons aucun inconvénient non plus”. Bricourt et moi avons pris acte de cette concession avec beaucoup de plaisir. » 126

  • 127 Journal 1895-1951, p.163, Bulletin de la Société Française de Numismatique, février 1973.

78Conseiller culturel aux États-Unis à partir de 1943 dans les dernières années de guerre, il est enfin chargé de fédérer les intellectuels et les artistes français à New York autour de la France libre. Homme de culture anglo-saxonne, ses liens sont culturels comme familiaux. Lui-même a reçu une éducation anglo-saxonne à l’école des Roches puis à Oxford avant 1914. Sa fille Delphine se sentira ainsi déracinée à son départ de New York en 1947. Correspondant de la Société américaine de numismatique depuis 1938, invité pour une longue tournée de conférences à la fin de l’année 1938, il s’installe dès 1942 avec sa famille à New York pour toute la durée de la guerre avant d’y revenir fréquemment après son retour à Beyrouth en 1947. Effectivement en poste de mai 1943 à décembre 1945, il fut à New York « le conseiller culturel qui sut, de 1942 à 1946, nous gagner tant d’amitiés aux États-Unis », comme l’écrit Julien Guey 127.

  • 128 Journal 1895-1951, mai 1943, p. 111. W. Lippmann (1889-1974), écrivain, journaliste et commentateu (...)
  • 129 Seyrig est très proche des artistes contemporains. Il raconte dans son journal entre deux lignes u (...)
  • 130 Loyer 2005, p. 136.
  • 131 Lévi-Strauss est chargé de transformation de l’École en Mission universitaire française aux États- (...)
  • 132 Lettre de Paul Vignaud à Alexis Léger, 16 mai 1944.
  • 133 Loyer 2005, p. 236-237.
  • 134 Loyer 2005, p. 227.
  • 135 Alexandrie, 11 janvier 1946. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947). Claude Lévi-Strauss démi (...)

79Il rassemble au service de la France libre un grand réseau de personnalités du monde scientifique, artistique et culturel et enfin politique, soit un ensemble disparate de personnalités, certaines persécutées en Europe comme le biochimiste Rapkine, juif français d’origine russe, ou rencontrées grâce à ses relations personnelles et familiales, comme le grand psychanalyste Raymond de Saussure, le cousin de son épouse Hermine de Saussure, pourchassé par les nazis. Ce sont des personnalités françaises aussi bien qu’américaines, des archéologues comme Hopkins, avec qui il travaillait sur les fouilles de Doura Europos, des journalistes comme le célèbre Lippmann qui « me parle très intelligemment de la situation » 128, des artistes comme Calder dont il devient l’ami 129. C’est lui qui permet d’établir le lien avec les surréalistes réfugiés aux États-Unis mais peu enclins à rejoindre la France combattante, étrangers au ton nationaliste des gaullistes new-yorkais, en premier lieu André Breton et Fernand Léger. Henri Seyrig a pu servir d’intermédiaire et de facilitateur dans cet underground francophone 130. Nommé en juin 1942 professeur à l’École libre des hautes études de New York, tout juste fondée par Henri Focillon et Jacques Maritain, il n’aura de cesse de vouloir faire de l’établissement français le plus prestigieux des États-Unis un relais de la France libre auprès des milieux intellectuels américains. C’est ainsi qu’il fait venir le jeune anthropologue Claude Lévi-Strauss avant de le pousser à la fin de l’année 1945 à sa propre succession à New York dans la nouvelle fonction de conseiller culturel dans les services culturels détachés de l’ambassade de France à Washington 131. Henri Seyrig joue de même un rôle décisif dans la modification de l’ELHE lors de l’enregistrement de l’École comme « agent d’une puissance étrangère » sous le coup du Foreign Registration Act. Contre ceux que Vignaux appelle les « gaullistes intégraux » 132 qui préparent, selon lui, une subordination étroite de l’École au Comité d’Alger, « on trouve bien sûr l’archéologue Henri Seyrig », mais également Alexandre Koyré, secrétaire général de l’École, ou Claude Lévi-Strauss 133. Les partisans d’une pérennisation de l’ELHE après guerre refusent au contraire d’y voir « une création de guerre destinée à sauver des savants français et à les mobiliser contre l’oppression totalitaire qui, une fois celle-ci vaincue, n’avait plus d’autre mission à remplir et devait disparaître ». Partisan en 1943 d’une épuration de l’École et du départ des plus anti-vichystes 134, Henri Seyrig s’oppose aux tenants des libertés académiques, c’est-à-dire les professeurs belges et les antigaullistes avérés comme Paul Vignaud qui prônent l’exemption. Cette dernière impliquerait en effet le départ des professeurs liés institutionnellement à la France libre. La crise de l’ELHE, qui a déjà provoqué le départ de son directeur Jacques Maritain, aboutit en à un compromis en 1944 avec les fonctionnaires américains dont se satisfait Henri Seyrig. À l’en croire, son départ de New York se fait néanmoins dans d’assez mauvaises conditions. « Qu’allons-nous devenir entre un ambassadeur qui est une nouille et un conseiller culturel qui est un petit serpent ? », s’inquiète même en janvier 1946 sa secrétaire. « Le cynisme de Lévi-Straus effraie un peu » 135, conclut Henri Seyrig.

Henri Seyrig, un homme de la décolonisation

  • 136 Lettre à son père, Syrie, 18 octobre 1925, archives privées H.S.

80D’une guerre à l’autre, Henri Seyrig est-il cet ouvrier au service de la colonisation puis d’une décolonisation subie ? Il se montre en tout cas convaincu de la nécessité d’une tutelle, « ou alors, comme il l’écrit en 1925 au moment de la révolte de Syrie, il n’aurait jamais fallu y venir » 136.

Un homme de principes

81Henri Seyrig se considère d’une certaine manière apatride, citoyen de tous les pays qu’il visite. Il se sent appartenir plus certainement à la Grèce, sinon au Liban, davantage encore qu’à la France ou à la Suisse, patrie d’une large partie de sa famille comme de son épouse.

  • 137 Beyrouth, 21 janvier 1946. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Je suis bien heureux de tout ce que j’ai retrouvé, avoue-t-il en 1946 en rentrant au Liban, et ce pays auquel je préfère la Grèce, reste pourtant celui qui m’est le plus familier par longue et heureuse habitude, et le seul au monde où je me sente chez moi. Tout m’y parle et m’y intéresse. » 137

  • 138 Journal 1895-1951, octobre 1946, p. 123.

82Henri Seyrig se plaît au Liban, « une inexprimable beauté de la lumière » 138, connaissant, comme il l’écrit lui-même à son épouse, « toute une vie à Beyrouth ».

  • 139 Beyrouth, 11 février 1946. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Je suis consterné de penser que je vous aurai imposé “toute une vie à Beyrouth”, et vous supplie de prendre à cet égard toute la liberté dont vous aviez fait une condition de notre mariage. Vous devez pouvoir vous développer comme vs le souhaitez, et si vous désirez passer une partie de l’année à Paris, faites-le sans hésiter ; je vous y aiderai de mon mieux. Pour moi assurément, je ne souhaite pas plus de vivre en Europe que vous en Asie.
Ce que vous m’écrivez, que j’eusse senti le même enrichissement, et le même petit déchirement au départ de Paris que de New York, n’est pas absolument juste. Je déteste faire partie d’un groupement humain qui puisse m’imposer sa loi, et m’empêcher de les quitter. […] Je n’ai pour cela jamais aimé séjourner dans ma famille au temps où je dépendais d’elle, ni dans mon école : il en est de même pour mon pays. Cela dit, je ne méconnais aucune des qualités de Paris, de la vie française. Simplement, Paris et la vie française me sont aujourd’hui si intimement connus que je n’ai plus grand chose à en attendre, et, en fût-il autrement, je ne me sens libre que loin d’eux. » 139

  • 140 Lettre à son père, Athènes, 18 janvier 1929.
  • 141 Lettre à son père, Philippe, 4 mai 1923.
  • 142 Lettre à son père, Philippe, 9 juin 1923.
  • 143 Lettre à son père, Athènes, 27 juin 1925.
  • 144 Lettre à sa mère, Baalbek, 12 septembre 1924.

83Que représente alors pour lui, la France, « la nation la plus corrompue », comme il l’explique en 1928 140 ? Il tient très tôt des réflexions sur l’attitude déplorable des Français à l’étranger 141 : en dénonce l’arrogance 142, critique cette France qui « n’exporte que des généraux et des écrivains » 143. On voit ici les paradoxes d’un homme du Mandat. N’a-t-il pas été reçu par le général Weygand en personne, haut-commissaire en Syrie-Liban, à son arrivée en Syrie en 1924 144 ? Il ne faut sans doute pas oublier le choc de la Première Guerre mondiale et la rupture qu’elle a marquée pour lui avec l’Europe. En témoigne également la liberté de son union avec Hermine. En 1946, après la Seconde Guerre mondiale, il se sent même « un autre homme qu’en débarquant » aux États-Unis quatre ans plus tôt.

  • 145 Alexandrie, 11 janvier 1946. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Et voilà l’Amérique derrière moi. Je me sens un autre homme qu’en y débarquant, et y reste vivement attaché. Le musée d’art moderne, tout ce qui y regarde les Indiens et leur art, l’atelier de Calder, de Lipchitz où je suis souvent allé ces derniers temps, les galeries, les cénacles d’archéologues et d’historiens, tout ça me manque déjà, et m’a élargi et accru. Comme tous mes séjours à l’étranger, celui-là m’a libéré de mon groupe naturel, et augmenté par là mes possibilités de perception et m’a enrichi. J’ai peur que nos réflexions ne soient bien différentes, et je m’en accuse beaucoup, dans le sentiment que c’est vous qui aura été sacrifiée pendant ces trois ou quatre années, et aura souffert de mille difficultés qui ne pesaient pas sur moi. Et mon humeur y a encore ajouté. Je me suis beaucoup demandé ce qui vaudrait le mieux pour maintenant. » 145

  • 146 Journal d’Amérique du Sud, 23 décembre 1942, p. 33.

84Homme de principes, Henri Seyrig ne peut que s’opposer à la torture. Il raconte ainsi comment il est « resté confondu » devant l’histoire « monstrueuse » de la détention au Brésil d’un opposant 146. Il s’indigne devant les horreurs de la guerre, comme celles commises par les armées allemandes en 1940, cherchant ainsi à interroger lors de sa tournée en Amérique latine des vétérans de la campagne du printemps 1940 témoins d’exactions. Sa curiosité au sujet des crimes perpétrés par l’Allemagne durant la guerre redouble lors de son retour en France en 1945.

  • 147 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947), archives privées H.S.

« Été saluer Mme Hessel, la fille de Mirkine, dont le mari a été déporté pour des actions héroïques, et qui m’a été extrêmement sympathique, raconte-t-il en février 1945. Elle est occupée au recensement des crimes de guerre, et a été chargée notamment d’aller voir et étudier le camp d’extermination du Struthof à 50 km de Strasbourg, sur lequel elle m’a donné des détails incroyables. Je vais tâcher de me faire documenter exactement à ce sujet avant de rentrer. » 147

  • 148 Lettre, 18 octobre 1925, op. cit.

85Homme attaché au droit, il a une obsession, celle d’être correctement informé. Durant ces années, sa crainte est ainsi que l’éloignement, en Amérique latine durant la guerre ou à Beyrouth en 1958, ne le prive des informations pour agir. Il n’a de cesse aussi de dénoncer la censure, la « honte de la France et de notre époque » 148.

  • 149 Journal d’Amérique du Sud, 25 décembre 1942, p. 35.

« Écrit à Miette, sur tout cela, une lettre aussi diplomatique que possible. Quelle plaie que la censure ! » 149

  • 150 La révolte part en 1947 du Sud de l’île pour s’étendre au plateau.

86À la fin de la guerre, Henri Seyrig est confronté à un drame personnel et familial qui devient rapidement politique. Éclatant dans un contexte de violence coloniale, en Algérie en mai 1945, en Indochine puis à Madagascar en 1947 150, l’affaire qui touche son frère en janvier 1945 a des allures de nouvelle affaire Dreyfus. Henri Seyrig apprend en effet en février 1945 la mort de son frère en détention à Madagascar. Il n’a alors de cesse de vouloir divulguer le scandale qu’on appellera « l’affaire du sud ». Il va tout faire pour comprendre les raisons de son emprisonnement et de son décès puis obtenir sa réhabilitation et la punition des coupables, essentiellement des militaires, pour la plupart membres du 2e Bureau. Ces événements sont survenus alors que l’île est en état de guerre et se trouve être une base alliée stratégique : climat paranoïaque, vichystes contre gaullistes, peur des espions, arrestation d’étrangers supposés, Suisses, Alsaciens, comme André Seyrig, pourtant héros de la Première Guerre mondiale et notable de la colonie française du Sud de l’île

87Les mobiles d’Henri Seyrig sont multiples, ce n’est pas seulement la douleur d’avoir perdu son frère. Il est animé d’une grande indignation morale devant l’arbitraire des arrestations, la corruption des enquêteurs, l’usage de mauvais traitements et de la torture, comme d’une colère plus politique devant les abus de l’administration coloniale. Pour Henri Seyrig, « l’affaire du sud » a tout d’une affaire Dreyfus alliant l’arbitraire à l’indignité. Accusé à tort sur foi de renseignements obtenus sous la torture, André Seyrig est arrêté une première fois. Libéré, il est arrêté et détenu de manière arbitraire. Il est assassiné dans sa prison par un détenu jugé ultérieurement fou.

  • 151 Journal de prison d’André Seyrig 1944-1945, p. 16. Archives privées H.S.

« Un tel traitement [interrogatoires et des sévices] est un scandale qui fait honte à notre colonisation. Mais je n’ai pas envie de le cacher, écrit André Seyrig. Il faut au contraire parler de ces choses-là. Faire condamner un commissaire de police est probablement impossible, mais il faut que cela soit su, car de tels abus ne prendront fin que lorsque l’opinion publique s’en émeuvra. – Chez les Romains il était admis qu’on avait le droit de mettre à la torture les esclaves pour obtenir des renseignements sur les maîtres, mais que M. Diette [l’enquêteur] use de procédés de ce genre, c’est une honte qui rejaillit sur toute notre administration. – Car Mahalimy [Malgache à son service] n’était ni inculpé ni même suspecté du moindre délit.
J’ai demandé aux gens de Fort-Dauphin de me rassembler tous les renseignements certainement exacts qu’ils pourraient trouver sur des faits de ce genre. En effet, d’autres domestiques, chauffeurs et employés d’Européens plus ou moins mêlés à ces affaires, ont été traités comme Mahalimy. Il faudra que ces choses soient rendues publiques.
L’impression qui se dégage de tout cela est que la police est furieuse de ne rien trouver, et que cette fureur retombe à tort et à travers, de préférence sur des gens sans défense. S’il y avait des faits graves quelque part, on ne s’obstinerait pas avec cette rage dans des directions où il n’y a manifestement rien à trouver. » 151

88Henri Seyrig va tout faire pour mobiliser ses réseaux gaullistes et utiliser sa notoriété pour faire avancer le dossier judiciaire et rendre publique l’affaire. Il va jusqu’à rencontrer Bidault, veut porter l’affaire jusqu’au général de Gaulle. Il raconte avoir vu le ministre de la Guerre André Diethelm. « Impressionné », ce dernier lui promet de diligenter une enquête. Il publie ainsi à titre d’auteur, en tant que « directeur de l’Institut français de Beyrouth, maître de conférences à l’Université de Paris et correspondant de l’Institut », une histoire de L’affaire du sud de Madagascar en 1948 à partir du journal de détention ronéotypée d’André Seyrig. On y dresse une critique à peine voilée de l’armée alors même que la guerre n’est pas terminée. Henri Seyrig reprend ainsi les propos très critiques de son frère décrivant les « trois spécimens » du 2e Bureau comme des gens sans intelligence.

« Celui-là fait l’effet d’un parfait imbécile » [au sujet du principal adjoint du capitaine, le lieutenant Lafargue] […] Il est bien malheureux de voir le 2e bureau ainsi composé, non pas seulement parce que d’honnêtes gens, comme moi, ont à en souffrir, mais parce que c’est un service important au pt de vue national. On dit d’ailleurs que l’Intelligence Service anglais, qui a été tenu au courant de ces affaires de pseudo-espionnage, ne cache pas son opinion défavorable sur la manière dont notre 2e bureau s’est comporté. [se présente ainsi quand même comme un patriote].
– En sortant d’ici, il faudra que je raconte tout cela partout. Le dépistage des imbéciles dangereux quand ils occupent des fonctions importantes est un devoir ! Il faudra provoquer une offensive de l’opinion publique contre le 2e bureau, mais tant que je n’ai pas mon non-lieu, il vaut mieux de ne pas commettre de violences prématurées. » 

  • 153 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).
  • 154 Lettre à son père, Beyrouth, 28 juin 1930, archives privées H.S.
  • 155 Lettres à son père, Beyrouth, 16 février et 14 mars 1930, archives privées H.S.
  • 156 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).
  • 157 Lettre à son père, au large de Jaffa, 22 octobre 1929, archives privées H.S.
  • 158 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947). Dans une lettre du 12 février, (...)

89Convaincu d’avoir fait tout son possible, il n’en sort pas indemne. « Cette expérience m’a rempli de dégout », écrit-il 153. Sa défiance envers l’armée qu’il appelait déjà dans le passé « l’insolente corporation » 154 s’accroît d’autant que cela lui rappelle la mésaventure qui lui était arrivée quinze ans plus tôt. En février 1930, il est en effet « l’auteur, la victime ou l’occasion » d’un incident survenu à Alep. Chassé un jour du trottoir de la résidence du général Pichot-Duclos par un garde sénégalais, il lui donne un coup de poing pour s’en dégager. Malgré les excuses écrites de Seyrig et les assurances du général sur son bon droit, celui-ci veut le faire passer devant le conseil de guerre auquel il n’échappe que grâce à la médiation à Paris du haut-commissaire. « Voilà les insultes auxquelles, écrit-il alors, on est exposé dans un pays où l’armée se croit tout permis. » 155 En 1945, Henri Seyrig en vient à opposer le droit et la justice à l’armée, évoquant même « l’ignominie de l’armée » quand le général Lelong, commandant supérieur à Madagascar, ose déclarer que nul ne sait si le meurtrier est vraiment fou et s’il n’a pas plutôt agi pour la cinquième colonne afin de faire taire André Seyrig 156. Peut-on pour autant y voir resurgir le pacifisme du à son expérience de la Première Guerre mondiale ? Ne confiait-il pas en 1929 que l’ouvrage À l’ouest rien de nouveau de Remarque « devrait être lu par tout le monde » 157. Il ne manque pas de dénoncer « cette entreprise d’étouffer » l’affaire à Madagascar ou dans les bureaux du ministre des Colonies, et l’incurie du gouverneur général. L’affaire explique peut-être l’empressement d’Henri Seyrig à retrouver un poste au Liban. « Tous ces aspects me montrent autant de cloaques dégoûtants, dont il est trop aisé de tirer des conclusions quant à l’état de la nation, et qui me font désireux de quitter ce pays au plus vite » 158, conclut-il.

  • 159 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« La vérité est que l’on se moque absolument des droits des citoyens, et de leur liberté. Comme je viens de l’écurie de Pleven, je n’ai plus qu’un désir, celui de quitter la France : sentiment assez différent de ceux dans lesquels je suis arrivé il a trois mois. » 159

90On pourrait peut-être trouver dans l’attitude d’Henri Seyrig une tradition familiale, celle d’une famille maternelle alsacienne plutôt antidreyfusarde, mais proche de la famille Dreyfus.

  • 160 Lettre d’Henri Seyrig à Pierre Amandry. Beyrouth, 21 janvier 1949. Archives familiales Pierre Aman (...)

« Merci de la peine que vous avez prise de m’écrire si aimablement sur ma brochure, répond-il en 1949 à Pierre Amandry. J’ai lu avec intérêt particulier vos réflexions. Pourquoi je n’ai pas fait une seconde affaire Calas ? Mais premièrement parce que je ne suis hélas pas Voltaire. Mais en outre, les circonstances ne me paraissent pas les mêmes. Les incidents que j’ai décrits sont un symptôme de pourriture profonde, et la société est nécessiteuse d’une réforme absolument radicale, et qui viendra ; Lutter pour la correction d’un abus particulier, qui n’est en réalité qu’un symptôme plutôt qu’un phénomène en soi, serait je crois assez vain. » 160

  • 161 Journal d’Amérique du Sud, 4 mars 1943, p. 73. Auguste Mercier (1833-1921) a été ministre de la Gu (...)
  • 162 Journal d’Amérique du Sud, 12 novembre 1942, p. 6.
  • 163 Journal d’Amérique du Sud, 22 février 1943, p. 65. Le décret Crémieux n’est rétabli que tardivemen (...)

91La détestation de l’antisémitisme est à ce titre très forte chez Henri Seyrig. Rencontrant à Santiago du Chili en mars 1943 un médecin juif échappé de Paris en décembre 1941, comme beaucoup d’autres réfugiés juifs notamment alsaciens ou allemands, ils en viennent à conclure « qu’un élément essentiel de la psychologie du maréchal Pétain était d’avoir été l’officier d’ordonnance du général Mercier lors de l’affaire Dreyfus, et d’en avoir gardé une haine et une rancune jamais assouvies contre les Juifs, laquelle rancune se donnerait cours aujourd’hui » 161. Il n’a de cesse dans sa tournée américaine de condamner publiquement la législation antisémite qui, comme il le dit devant les universitaires réunis à Rio de Janeiro, constitue « chez ces hommes [les dirigeants de Vichy] une tare morale impardonnable qui devait les faire chasser de la communauté française » 162. Il évoque même le régime antisémite qu’a maintenu en Algérie le général Giraud, regrettant que des hommes incorporés dans des bataillons de travailleurs dans le Sud constantinois ne puissent porter les armes parce qu’ils sont juifs 163. Il s’indigne alors de la tiédeur gaulliste de certains Israélites. « Mais maintenant il reconnaît que la vérité est de notre côté. Et il est juif, et cela ne l’a pas du tout gêné ! », écrit-il en novembre 1942. En février 1943, il s’emporte même contre un ami rencontré au Liban, un industriel de Marseille, Lévy-Puget, mobilisé comme capitaine du train à Beyrouth au début de la guerre, qu’il a retrouvé à Buenos Aires.

Des amitiés anticolonialistes

  • 165 Militant communiste, anticolonialiste puis tiers-mondiste, membre des réseaux Jeanson pendant la g (...)

92Des rencontres avec des personnalités marquantes de l’anticolonialisme vont jouer un rôle essentiel, celle d’André Gide qu’il emmène à Baalbek en 1946 ou celle de l’archéologue Raoul Curiel, frère d’Henri Curiel, le militant, infatigable héraut de l’impérialisme 165, dont il connaissait évidemment le parcours. Issu d’une famille d’origine aussi diverse que la France, la Suisse ou l’Allemagne, Henri Seyrig « ne se sent pas vraiment français ». Par son grand-père paternel antillais, il se dit même de sang noir.

  • 166 Journal d’Amérique du Sud, 31 décembre 1942, p. 37.

« Découverte que les Lancial sont aussi amis de Victor et de Mary de Lacroix [Cousins guadeloupéens de Seyrig], ou du moins en disent du bien. Très frappés par le sang nègre de Victor. Leur ai donné la preuve du mien. » 166

  • 167 Journal 1895-1951, novembre 1943, p. 113.
  • 168 Journal 1895-1951, octobre 1943, p. 112.
  • 169 Véron 2013, p. 442.
  • 170 Lettre d’Henri Seyrig à Aimé Césaire, New York, 15 décembre 1943. Archives BnF, MS. NAF 19792.

93Il entretient par ailleurs d’excellents contacts avec les Haïtiens dont témoigne l’accueil très familier du président haïtien en novembre 1943 167. C’est ainsi qu’il rencontre l’écrivain Jean Price-Mars (1876-1969), écrivain anticolonialiste haïtien, qui dénonce les élites économiques et culturelles en Haïti et défend les valeurs de la religion vaudou. Lors de sa visite d’inspection en Martinique, il dénonce aussi bien les « élections troublées » que les « mesures arbitraire du gouverneur » 168. La rencontre décisive a sans doute été celle d’Aimé Césaire en 1943 dont il devient un familier avec son épouse Suzanne. C’est lui, en tant que conseiller culturel à New York qui, en 1944, facilite la nouvelle édition auprès d’André Breton du Cahier d’un retour au pays natal puis organise son séjour à Haïti, cherchant à promouvoir Césaire dans la république des lettres françaises 169. « Je pense que la France ne doit pas seulement être représentée là [à Haïti] par notre École libre de New York, mais par ses Antilles, écrit-il. […] Les Haïtiens se regardent à bon droit comme les représentants de la civilisation française dans leur région ; ils souhaitent que nous les soutenions dans ce rôle, non pas en créant chez eux des institutions françaises, mais en les aidant eux-mêmes. Cela me semble juste, et je m’y emploierai tant que je pourrai. » 170 Est-il pour autant un homme en avance sur son temps ? Ses positions sur le racisme restent ambigües. En témoigne une étonnante discussion avec Paul Rivet en avril 1943.

  • 171 Journal d’Amérique du Sud, avril 1943, p. 108.

« Parlé du racisme, sur lequel je trouve qu’il règne beaucoup de confusion. Regardant, pour ma part, toutes les qualités comme physiques, je pense que les qualités morales et intellectuelles font partie du patrimoine héréditaire des groupes humains tout aussi bien que la couleur de la peau. Or on peut bien admettre qu’une ethnie actuellement sauvage soit peut-être réservée à de grands destins quand elle sera plus évoluée ; il n’en reste pas moins qu’il me paraît dangereux de recommander ou de permettre la généralisation des mariages avec ladite ethnie dans son état présent, sous peine de progéniture déficiente.
Rivet n’est pas très net sur ces sujets. Il incline à penser que l’expérience n’a jamais été faite ; qu’il faudrait prendre par exemple, et en assez grand nombre, de petits arabes, et les élever dans un milieu entièrement européen. Il croit que ces enfants deviendraient de purs Européens. Moi je le mets en doute. » 171

  • 172 Lettre de M. Froté (Union des Micas) à Henri Seyrig, Ampandrandava, 12 mai 1948. Dossier André Sey (...)

94Quoi qu’il en soit, Henri Seyrig n’est pas un révolutionnaire anticolonialiste. Il reste un homme de son temps. Il partage des idées parfois anciennes sur la société coloniale, comme à Madagascar où avec François, son autre frère, il se rend en 1948. Il s’investit ainsi dans la gestion de la succession de la société créée en 1937 par son frère, l’Union des micas, dont il récupère une partie des dividendes, reversées au Liban en L.L. en 1948. Il s’oppose même à la veuve d’André de retour sur l’île trois ans après 172.

« Malheureusement les François, accompagnés de Renée, nous ont laissé ici cette dernière qui parait vouloir s’installer dans notre bled pour plusieurs années. Je n’ai pas caché à François ma stupéfaction d’un tel projet qui risque de mettre en danger l’équilibre moral de notre petite colonie européenne d’Ampandrandava, explique M. Froté, le fondé de pouvoir qui a repris la société. De voir vivre Renée, dont vous connaissez la nature, sur la tombe de son mari, pour n’évoquer que des souvenirs pénibles à nous tous, va être pour nous une épreuve que je m’étonne de nous voir imposer dans les conditions de climat et de vie de brousse ici, déjà bien assez pénibles à supporter, sans que le moral ni l’enthousiasme ne s’en ressentent. Que Renée vienne de temps en temps, quelques mois, en pèlerinage sur la tombe d’André me parait on ne peut plus naturel, mais qu’elle vienne s’y installer me parait vraiment une anomalie, car une femme seule n’est pas faite pour la vie en brousse. »

  • 173 Réponse d’Henri Seyrig, Beyrouth, 24 mai 1948.

95Sans agréer tous les arguments du colon, Henri Seyrig l’approuve globalement. « Quant à la question sentimentale dont vous m’entretenez, je partage entièrement votre avis », répond-il 173. On ne sait pas comment l’affaire se termine, Henri Seyrig laisse entendre qu’il « conna[ît] peu Renée, et [n’est] pas en correspondance avec elle », mais qu’il tentera de l’en dissuader. La réponse du colon français est sans ambiguïté.

  • 174 Réponse en date du 12 octobre à Henri Seyrig (pas de réponse de H.S. à cette lettre).

« Je ne vous cacherai pas que sa présence ici en pleine brousse crée un malaise parmi nos employés européens ainsi que des obligations que j’aurais préféré pouvoir éviter. Cet état de choses ne peut aller qu’en s’aggravant et je vis dans la crainte d’un éclat possible car cette brave Renée manque souvent de doigté et heurte sans le vouloir la susceptibilité des gens bien inutilement. Tout cela va à l’encontre du bon moral et de l’enthousiasme si nécessaire dans une exploitation comme la notre. » 174

96Au-delà de l’affaire d’espionnage (et politique) dans laquelle a été mêlé bien malgré lui André Seyrig, cette affaire nous en dit beaucoup sur la situation coloniale et un milieu européen libéral, loin cependant d’être anticolonial, dont Henri Seyrig semble partager les idées. En témoigne le récit qu’il reprend de la détention d’André.

  • 175 Journal de prison d’André Seyrig 1944-1945, p. 3-5, 8. Archives privées H.S.

« Me voici en prison à Tananarive. – Je n’en ai nulle honte, n’ayant rigoureusement aucun motif de m’y trouver, et comme je fais des expériences et des observations intéressantes, je me propose de les noter au fur et à mesure. J’en ai heureusement le temps. Je suis bien installé pour cela, et l’absence de toute crainte me laisse une grande liberté d’esprit. […]
Bâtiment des Asiatiques. « Ces gens ne savent chanter qu’en français ! Peut-être ne connaissent-ils même pas le pays de leurs ancêtres, et sont déjà “assimilés” par quelque côté à ce milieu colonial hétéroclite où les gens de races diverses perdent leur caractère original et se fondent pour donner nul ne sait encore quoi. » […]
Il y a un nombreux personnel de prisonniers malgaches qui vient balayer, faire les lits, laver la vaisselle et le linge quand on a besoin de lui. Ce sont des gens très serviables, heureux d’être employés ici plutôt qu’aux pauvres corvées habituelles. Ils sont relativement propres, vêtus de shorts et de chemises et d’un bonnet de police blanc.
[…] Les miliciens qui me servent d’anges gardiens sont mes seules relations, mais nous faisons très bon ménage ensemble. Ils n’ont aucune raison d’être méchants et moi non plus. Ils me rendent de petits services comme de me laver mon linge, de balayer, etc., et de mon côté, je leur laisse libéralement tout ce qu’il y a de trop dans les repas qu’on m’apporte : des tranches de viande, des fruits, du pain, qu’ils dévorent toujours avec le même appétit. Heureux ces primitifs en bonne santé, qui ont toujours de l’appétit lorsqu’une occasion se présente. » 175

97Pour autant, s’il ne mentionne pas la conférence de Brazzaville (janvier 1944), Henri Seyrig s’est montré très déçu de la tournure qu’a prise le paysage politique en métropole aux lendemains de la Libération. Il en est même venu à souhaiter avant les premières élections d’après-guerre, aux municipales d’avril 1945, « seule une révolution, en balayant tout cela ».

  • 176 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Comment vont tourner ces élections ? Je n’ai pu faire moi-même beaucoup de sondages, mais ce que j’entend me fait penser qu’elles iront assez à droite. Il y aura probablement un parti socialiste, un parti radical-socialiste et un parti conservateur (quelque nom qu’il ait). Je ne crois guère à l’avenir des chrétiens démocrates, qui me semblent occuper dans le ministère, grâce à la cohésion qu’ils ont montré dans la résistance, une place disproportionnée à leur nombre.
Quant aux communistes, je puis me tromper grossièrement, mais je ne les crois pas solides pour l’instant. Ils n’ont réussi depuis la Libération qu’à faire peur aux gens (et non pas seulement aux gros bourgeois). La lecture de leur Humanité est la plus décevante qui soit. On sent d’une part que les chefs manquent, parce que les uns ont été décimés par les exécutions et les déportations, et que les autres ont été désarticulés par la gymnastique moscovite, maintenant impossible à suivre sans dommage mental ; et l’on se demande d’autre part quelle est la valeur de leurs troupes, qu’ils disent être nombreux, mais dont nul ne sait au juste dans quelle proportion elles sont vraiment communistes, ou simplement venues là comme à un parti de résistance ou de mécontentement. Bref je serai très étonné qu’un parti de cette sorte puisse avoir un poids réel dans ce qui va se décider, et je pense que ns glissons rapidement vers un régime autoritaire de droite, ou, si vous voulez, du centre.
Tout cela me laisse extrêmement pessimiste, car je pense qu’il y avait de salut pour la France que pour une vraie révolution. Indépendamment de ce que peuvent être mes gouts personnels, l’incapacité où est le gouvernement de remettre les choses en train est très caractéristique. Certains accusent la bêtise ou l’incompétence des ministres. Mais ceux-ci ne sont ni plus bêtes ni plus incompétents que ceux qui se sont succédés depuis 40 ans, ils leur sont plutôt supérieurs à bien des égards. La vérité est simplement celle-ci, les problème devant lesquels se trouvent les ministres sont tellement complexes qu’ils ne peuvent plus être embrassés par une intelligence normale ; est pourquoi sont-ils si complexes ? C’est parce que la solution qu’on leur cherche est obligée de tenir compte de mille positions que l’on tient à sauvegarder, de droits acquis, de traditions de toute sorte. Seule une révolution, en balayant tout cela, remettrait les hommes devant des problèmes qui fussent à leur mesure — et à celle du bon sens. » 176

Un homme engagé

  • 177 Daniel Schlumberger (1904-1972) travaille sur les fouilles en Afghanistan avant de succéder à Henr (...)
  • 178 Lire Bocquet 2004.
  • 179 Fournié 2004.

98S’il est un homme du changement, il prône d’abord le choix de la coopération plutôt que celui de la violence. N’est-il pas lié au pasteur André Trocmé, un des dirigeants de la branche française du MIR (Mouvement international de réconciliation), défini comme un mouvement non-violent d’inspiration protestante et évangélique qui a contribué à étendre la théologie de la non-violence ? On peut ici faire un parallèle avec d’autres intellectuels français engagés au service de la France au Levant, fonctionnaires du Mandat, arabisants, dont la carrière longue s’est poursuivie après les indépendances et qui, pour la plupart, se sont ralliés à la France libre. Ce sont ainsi tous des amis d’Henri Seyrig, Michel Écochard, Gabriel Bounoure ou Daniel Schlumberger 177, dont il est très proche et qu’il tente de faire venir en Amérique durant la guerre. Ses tentatives en Uruguay en janvier 1943 restent vaines avec Gabriel Bounoure, principal responsable de l’Instruction publique du haut-commissariat et grande figure de la France libre, fondateur en 1945 de l’École supérieure des lettres de Beyrouth 178, le général Catroux refusant de s’en dessaisir 179.

Homme du Mandat, Henri Seyrig fait en 1945 le choix du Liban indépendant

99Il condamne explicitement les événements de Damas survenus en mai 1945. Il est lié, parfois ami des signataires de la pétition contre le bombardement français du Parlement de Damas, comme Gabriel Bounoure ou Maxime Rodinson qu’il voudra faire venir ensuite dans son nouvel institut de Beyrouth. Lors de ces événements, il est encore à New York, mais en tant que représentant du général de Gaulle, il n’en est pas moins sollicité par les médias d’un pays très hostile à la poursuite de l’entreprise coloniale française au Moyen-Orient.

100Dès l’hiver 1944-1945, il s’inquiétait de l’évolution de la diplomatie française.

101Il prône alors le changement et l’émancipation promise par Catroux et De Gaulle, regrettant le tournant pris en 1943 avec les maladresses du haut-commissaire Helleu.

  • 182 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« On nous parle de maintenir la France en Syrie pour des raisons de simple prestige (et d’un prestige nécessaire caduque en ces circonstances) ; on nous parle d’entretenir en Allemagne une vaste force d’occupation, de nouveau pour des raisons de prestige ou même de vengeance ; on fait des déclarations impériales dont je pense qu’aucun étranger perspicace ne peut être dupe. » 182

102Avant les événements dramatiques de Damas, il n’est pourtant pas encore convaincu de l’indépendance immédiate.

  • 183 Lisbonne, 14 mars 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Daniel (Schlumberger) m’a parlé longuement des affaires de Syrie, et a modifié quelque peu mon propre avis en me remontrant que si la France quittait le Levant, l’Angleterre aurait le champ libre pour construire un état arabe qui aurait des répercussions dans l’Afrique du Nord. Il y a sûrement là de la vérité. Pourtant notre présence, avec toutes les incapacités que nous avons montrées même dans un temps où notre faiblesse était moindre, empêchera-t-elle vraiment ces répercussions ? Je voudrais en être sûr. J’ai l’impression que les choses iront mal pour nous là-bas de toute manière. » 183

  • 184 Alfred Naccache (1887-1987), président de la République libanaise lors de l’indépendance en 1941.

103Pendant la guerre, loin de Beyrouth, il ne s’est pas désintéressé du Liban, rendant visite aux nombreuses communautés libanaises établies sur le continent américain, tantôt transmettant le salut dont M. Alfred Naccache 184 l’avait chargé, tantôt retrouvant des familiers de Bikfaya rencontrés chez les Chehadé. Il reste soucieux de l’évolution du statut juridique et politique du Liban encore sous mandat, mais non sans une certaine ambiguïté. En mars 1943, invité à parler du Liban, il s’offusque ainsi lors d’une soirée du Club libanais que son traducteur ait délibérément omis le mot « tutélaire » qui figurait bien dans la traduction espagnole.

  • 185 Portorico, 8 novembre 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« À Haïti comme ici, j’ai trouvé les Libanais — qui sont très nombreux — étroitement liés à nos comités, et contribuant avec la plus grande générosité à notre mouvement. C’est un trait que nous ne devrons pas oublier, et je me suis spécialement efforcé de leur témoigner comme j’en étais ému. Ici à Porto Rico, un des principaux marchands de nouveautés est le cousin de M. Bechara Khoury. Beaucoup d’entre eux sortent du collège d’Antoura, et m’ont parlé avec vénération du père Sarloutte, que j’avais justement rencontré la veille de quitter Beyrouth. A tous ces gens, de mon côté, j’ai parlé surtout de mes expériences de Londres, et du contact croissant avec les organisations de résistance françaises ; les détails que j’ai pu leur donner étaient tout nouveaux et m’ont valu beaucoup de questions. L’enthousiasme de ces petits groupes pour notre cause est touchant, comme leur unanimité. En revanche je n’ai pas été surpris d’entendre leurs plaintes unanimes aussi sur la médiocrité presque générale des consuls que nous leur avons envoyés depuis la dernière guerre. » 185

  • 186 Journal d’Amérique du Sud, avril 1943, p. 86.

104Il est pourtant sans beaucoup d’illusions. À des Libanais qui « cherchent à me mettre dans l’embarras en me questionnant sur certaines fautes passées — et indiscutables — de la France, en doutant de la sincérité de la déclaration d’indépendance », il arrive encore à convaincre son auditoire, mais retient son souffle. « Pourvu que la France tienne sa parole ! », espère-t-il 186.

  • 187 Michel Écochard (1905-1985), architecte du service des Antiquités de Syrie de 1932 à 1936 (réalise (...)
  • 188 Lettre d’Henri Seyrig à son père, Damas, 7 novembre 1924, archives privées H.S.

105C’est dans ce contexte qu’Henri Seyrig parvient à fonder l’Institut français d’archéologie de Beyrouth (IFAB) en 1945-1946. Il demeure un intellectuel libre lié à plusieurs réseaux, celui d’orientalistes et d’intellectuels autour de Gaëtan Picon, ancien directeur de l’École supérieure des lettres qui deviendra directeur général des Arts et des lettres auprès d’André Malraux, de J.-L. Gardin ou de Gaston Maugras, ancien ambassadeur de la France libre en Turquie. Infatigable voyageur, il court les conférences, les invitations de travail aux États-Unis, dans toute l’Europe ou au Moyen-Orient. Inséré dans des réseaux à la fois contestataires et totalement institutionnels qui lui offriront la direction de l’Institut à Beyrouth ou la reconnaissance de Malraux en 1960, il est de ces quelques personnalités françaises essentielles attachées à un Liban indépendant comme Gabriel Bounoure ou Michel Écochard. Ce dernier est le grand architecte en charge du plan des villes de Damas et de Beyrouth qu’il a l’occasion de rencontrer à New York durant son exil américain 187. Henri Seyrig est en effet demeuré soucieux de la modernité des villes arabes, frappé dès son arrivée au Moyen-Orient en 1924 de découvrir en Égypte des « villes aussi policées et riches que Paris » 188. Il n’en garde pas moins une certaine image de l’Orient marquée par un indéniable orientalisme. Son retour à Beyrouth en janvier 1946 par l’Égypte laisse la jeune Delphine Seyrig découvrir les merveilles de « l’Orient ».

  • 189 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Alexandrie, 11 janvier 1946. Archives privées H.S.

« Au Caire les abords luxueux de la légation, les cavas tout brodés, la pompe de la maison, l’ont subitement émoustillée. Elle ne pouvait retenir des cris d’admiration. Et par surcroît nous tombions dans un déjeuner donné par une princesse égyptienne, jolie, élégante, absolument parisienne, et somme toute banale. Mais Delphine en était interdite, et me demandait avec angoisse, en se lavant les mains, si moi du moins j’avais déjà assisté à des repas aussi impressionnants. Par la suite elle m’a exposé tous les avantages d’une telle maison, d’un aussi grand nombre de domestiques, de voitures et de jardiniers. » 189

106Henri Seyrig est familier enfin de très nombreuses personnalités arabes, rencontrées très tôt parfois, comme le cheikh Muhamed Kurd Ali, le fondateur de l’Académie de Damas en 1920 et ministre de l’Instruction publique de la République syrienne sous mandat, ou le poète Georges Chehadé à Bikfaya dans la montagne libanaise, lui-même assistant de Gabriel Bounoure.

  • 190 Journal 1895-1951, 4 février 1946, p.121.

107Il en vient donc à fonder l’Institut français d’archéologie avec l’appui à la fois du général Beynet et du président de la République libanaise Bechara Khoury avec qui il entretient des relations anciennes 190. En conflit avec les autorités françaises, Maurice Dunand, opposé à la création de l’institut, finit par s’en arranger.

  • 191 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 27 janvier 1946, archives privées H.S.

« Le général Beynet [le H.C. au Liban] qui a eu maille à partir avec Dunand, et le méprise beaucoup, écrit Henri Seyrig en janvier 1946, m’a dit néanmoins qu’il souhaitait me voir m’entendre avec lui, éviter un éclat, ce qui était naturellement dans mes intentions. Comme la fondation de mon institut lui semblait pourtant chose faite, je lui ai demandé comment Dunand pourrait s’en accommoder. Il m’a répondu qu’il connaissait les Savoyards, en étant lui-même, et que pour Dunand tout était question d’argent ; que si l’on pouvait lui offrir une compensation substantielle, il n’y aurait aucune difficulté. » 191

108La rencontre avec M. Dunand, qui lui explique qu’il « regardait mon installation comme un coup de force » ne manque pas d’acrimonie, mais clôt le succès d’Henri Seyrig.

  • 192 Henri Laugier est le directeur des Relations culturelles du ministère des Affaires étrangères (194 (...)

« Il exigerait “une situation pécuniaire et sociale” égale à la mienne. Qu’au reste il ne se proposait pas ensuite de résider à Beyrouth, mais plutôt à Jérusalem ou au Caire, et à se consacrer entièrement à ses fouilles, quand elles pourraient reprendre, et à ses publications. Il a ajouté qu’il voulait encore réfléchir et viendrait me parler avant d’aller voir le général Beynet. En somme, tout semble se passer comme celui-ci l’avait prévu. Mais je n’y croirais que lorsque tout sera réglé, et Dunand ne manquera certainement pas de me donner un croc-en-jambe s’il en a l’occasion. Bourbon-Bonnet, l’adjoint de Laugier, doit venir très prochainement, et j’en profiterai pour établir les points essentiels de l’accord. – Je souhaite certainement que Dunand soit ménagé, et reçoive les moyens de travailler, mais il ne mérite aucun ménagement pour ce qui est de rester ici. » 192

  • 193 Mirèse Akar, L’Orient Le Jour, 1967.

109Ayant reçu l’agrément du gouvernement libanais, il assume la direction de l’Institut de 1946 à 1967, devenu un des hauts lieux de Beyrouth d’après-guerre, « la maison la plus extraordinaire de Beyrouth » 193.

  • 194 Paris, 12 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Je ne sais pas du tout quand se réaliseront mes projets orientaux. Laugier est décidé à les réaliser, M. Bidault à qui j’en ai parlé ce matin, m’a dit être décidé à leur affecter des crédits dont ils auront besoin. Chauvel les avait beaucoup appuyés auprès de lui, et Meyrier qui est directeur d’Afrique et du Levant, m’a dit qu’il souhaitait que j’y allasse le plus tôt possible : il est pressé de voir nos institutions culturelles prendre forme là-bas, où elles risquent d’être bientôt seuls à nous représenter. Mais pour ma part, je connais trop bien les finances, et je ne partirai que lorsque les crédits seront accordés : je ne veux pas aller là-bas avec une mission squelettique, mais seulement avec une tâche qui me permette de réaliser quelque chose. » 194

  • 195 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 15 mai 1947, archives privées H.S.

110Le retour en Syrie est toutefois plus difficile alors que les Français ont été expulsés du pays à la suite des événements du printemps 1945 et de la proclamation effective de l’indépendance. Il a ainsi toutes les peines du monde à revenir sur le site de fouilles de Palmyre et à obtenir les autorisations. Ses relations lui permettent néanmoins de renouer les contacts avec l’émir Adil Arslan, ministre de l’Instruction publique, comme avec ses subordonnés : « J’avoue que j’ai cru tomber du ciel quand il m’a offert un article de lui pour Syria, sur des inscriptions arabes, s’étonne-t-il en mai 1947 au sujet d’un des responsables syriens. Je n’aurais pas cru qu’un personnage aussi officiel put se permettre une collaboration aussi ouverte ». De même se réjouit-il de revoir le mohafez d’Alep, « l’émir Mustapha Chehab, avec qui j’avais des relations agréables » quand il était ministre de l’Instruction publique. C’est grâce aux amitiés nouées avant guerre qu’Henri Seyrig obtient d’obtenir à nouveau des concessions en Syrie. « Il m’a dit en me quittant que mon institut appartenait justement au genre de fondations dont il espérait du fruit et qu’il en augurait du bien », confie-t-il ainsi au sujet de Mustapha Chehab 195. Il n’en est pas moins reçu avec froideur la première fois à Palmyre en mai 1947 alors qu’il est vraisemblablement le premier Français à y revenir depuis 1945.

  • 196 Voir Mizrahi 2003.
  • 197 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 28 mai 1947, archives H.S.

« Je suis allé à pied vers le temple. Abeid et Mjahed, me voyant approcher, ont couru au devant de moi et se sont jetés à mon cou, et nous ns sommes embrassés sur les deux joues et sur l’épaule gauche. Abeid parle aujourd’hui un français superbe, exprime tout ce qu’il veut. Je lui ai dit de ne pas trop se montrer avec moi, mais il s’est mis à rire et m’a dit qu’il s’en foutait ; que d’ailleurs il était là pour conduire les touristes, et que j’en étais un. […] Nous nous sommes promenés dans les ruines jusqu’au soir. Aziz [qui a accompagné Seyrig jusqu’à Alep et Palmyre], qui avait causé avec quelques personnes, m’a conseillé de ne pas faire de visites individuelles, car les gens craignaient d’être compromis. En effet, j’ai rencontré dans les ruines Mahmoud Saleh, et ce vieil ami, qui jamais ne manquait de m’inviter, était tout gêné, évidemment de ne pas oser le faire, et me regardait dans les yeux avec insistance, comme pour me le faire comprendre. Le lendemain j’ai fait une visite au moudir, un membre de la famille Atassi, qui m’a reçu avec beaucoup de courtoisie et de dignité, et je me suis rappelé avec honte l’humiliation et l’impuissance où vivaient ces fonctionnaires quand il y avait un officier français de renseignements, qui leur ôtait tout respect, et allait même, comme un jour le capitaine Alessandri, jusqu’à secouer le moudir par le nez devant ses administrés 196.
Quand je suis parti, impossible de payer ma note malgré tous mes efforts. J’ai évalué ma dépense, et l’ai distribuée ostensiblement aux domestiques, mais le propriétaire n’a jamais rien voulu accepter. Une fois partis, Aziz m’a dit de sa part [l’hôtelier] que les Palmyréniens n’avaient pas pu m’inviter chez eux comme ils l’auraient voulu ; qu’ils espéraient que j’en avais compris les circonstances ; mais qu’ils ne voulaient pas que j’eusse séjourné parmi eux autrement que comme leur hôte. N’est-ce pas gentil ? » 197

111Henri Seyrig va donc chercher à s’adapter au nationalisme arabe plus qu’il n’en est le champion.

  • 198 Extrait du journal syrien Ogaas (?), 28 janvier 1973, cité dans le journal Seyrig, p. 167, addenda(...)

112« On sait qu’il avait épousé avec exaltation la cause des Arabes. Jusqu’à ses derniers moments, il avait continué à encourager et à confirmer dans leur vocation les jeunes archéologues arabes », écrit ainsi un journal syrien aux lendemains de sa mort. Le journal al-Baas ne titre-t-il pas : « la plus haute autorité dans le monde de l’archéologie syrienne vient de s’éteindre » 198, alors même que les relations entre la France et le nouveau régime de Hafez al-Asad ne sont pas au mieux ?

  • 199 Lettres d’Henri Seyrig, Beyrouth, 26 novembre 1956, 29 juin 1957. Archives privées H.S.
  • 200 Lettres d’Henri Seyrig, Beyrouth, 9 juillet 1957. Archives privées H.S.
  • 201 Lettre d’Henri Seyrig, Beyrouth, 26 mai 1958. Archives privées H.S.

113L’évolution du Liban l’inquiète pourtant, les manœuvres politiques, les complots, une tentative de « coup d’Etat pour mettre les musulmans au pouvoir » avec l’aide de l’attaché militaire égyptien, ou les « fanatiques » au sein de la communauté chrétienne. « Aucun musulman n’a tiré sur un chrétien, aucun chrétien sur un druze, ni vice versa, explique-t-il en juin 1957. Il a fallu que les maronites s’exterminent entre eux », évoquant le massacre commis près de Zghorta dans l’église de Miziara entre les familles Frangié et Doueihy 199. Si on ne connaît pas l’exacte attitude d’Henri Seyrig au moment de la première guerre civile libanaise en 1958 suscitée par l’intervention de Suez puis la constitution la République arabe unie entre l’Égypte et la Syrie, il ne veut pas d’une intervention anglo-américaine, pense « la position pro-occidentale du gouvernement sans espoir » et se montre en revanche très critique face au « défaut total de perspective chez tous ces maronites qui n’osent pas regarder l’avenir » 200, celle des chefs de la communauté maronite comme du parti des Kataeb anxieux devant la progression des partis arabistes et nassériens au Liban et les remises en cause du Pacte libanais de 1943. Seul trouve grâce à ses yeux le patriarche des maronites, « si discrédité dans sa propre communauté » 201.

  • 202 Lettre d’Henri Seyrig à Jack Youngerman, Beyrouth, 20 mai 1958. Lettres 1950-1961, archives privée (...)

« Ici l’attention est accaparée par les événements locaux, naturellement obligé de s’aligner dans une certaine mesure sur le nouveau monde arabe, qui est une réalité indéniable écrit-il à son gendre Jack Youngerman. Les chrétiens montrent peu de gout pour cette adaptation, mais ne l’empêcheront pas, et il ne faut pas les y encourager. Le risque est plus grand de nier la réalité que de la mesurer à sa juste dimension. » 202

  • 203 Le Liban est pourtant marqué depuis le printemps 1958 par de nombreux attentats, manifestations de (...)

114Il évoque indirectement les suites de la crise qui se termine par le débarquement des Marines américains sur les plages de Beyrouth en juillet 1958 et l’élection du général Fouad Chehab, premier commandant en chef de l’armée libanaise, à la présidence de la République. Il y montre à la fois un Liban étonnement calme 203 et son refus de la guerre civile, sans doute marqué par son expérience de la Seconde Guerre mondiale.

« Quoi qu’il en soit, je viens de passer, malgré les tristes circonstances, un merveilleux été de travail, comme de santé physique et mentale. J’avais loué ma maison à Cornette Chahouân [dans la montagne au-dessus de Beyrouth] comme d’ordinaire, mais n’ai finalement pas pu m’absenter de mon institut à cause des troubles. […]

  • 204 Lettre d’Henri Seyrig à Jack Youngerman, Beyrouth, 24 août 1958. Lettres 1950-1961.

115Une guerre civile où le pays se meurt, et où ni l’une ni l’autre partie ne veut faire la moindre concession. Chacun veut vaincre en se servant de l’intervention étrangère, naturellement toujours prête à offrir ses services. Et pourtant la solution ne peut venir que des Libanais. » 204

  • 205 Lettre d’Henri Seyrig, Beyrouth, 31 octobre 1956. Archives privées H.S.
  • 206 Lettres d’Henri Seyrig, Beyrouth, 7 août 1956, 26 mai 1958. Archives privées H.S.

116Il se montre hostile, comme Gabriel Bounoure et beaucoup d’autres Français installés au Proche-Orient, à l’intervention française à Suez, « sombre, impure, pleine de légèreté » 205, qui remet en cause le principe de la présence française. Peu enclin à louer le personnage de Nasser « dans le même rôle d’intimidation que jadis Hitler sur les faibles », il n’en souligne pas moins l’importance pour le Liban de la République Arabe Unie (R.A.U.) 206. À la différence de son collègue et ami de l’École des lettres de Beyrouth, contraint de démissionner de son poste et de quitter le Liban pour l’Égypte après la parution inopinée d’un de ses textes dans la presse égyptienne, il ne rompt néanmoins pas avec la France.

  • 207 Lettres d’Henri Seyrig à son collègue suisse Denis van Berchem, Beyrouth, 9 décembre 1956. Archive (...)

« J’étais à Londres, raconte Henri Seyrig, lorsque la guerre d’Égypte a éclaté. Tout me consterne dans cette malheureuse affaire : la sottise des ministres, l’apathie du peuple français (au regard de l’admirable réaction à laquelle j’ai assisté à Londres). La chute définitive de notre position en Orient, l’absence de tout symptôme en France d’une intelligence véritable de la situation en Afrique du Nord. Je n’ai jamais été grand patriote ; je suis convaincu que les nations, en dépit de l’aveuglement des hommes, se fondent progressivement dans un ensemble plus grand. » 207

  • 208 Lettres d’Henri Seyrig, Salonique, 11 juin 1925 ; Smyrne, 29 août 1925. Archives privées H.S.

117Ses rapports avec l’islam et l’identité musulmane du monde arabe sont en revanche plus incertains. Peu de sources nous permettent d’éclairer ce point. Dans les années vingt, il regrette la disparition des minarets qui faisaient « le charme » de la ville de Thessalonique, mais garde le souvenir de l’incendie de Smyrne « brûlée » (1923). Il en vient à condamner le peuple turc, « toute occasion devrait être bonne pour les écarter », écrit-il même en 1925 de passage à Rhodes 208.

  • 209 Camille Aboussouan, Safa, Beyrouth, 25 janvier 1973.
  • 210 La campagne calomnieuse menée quelques années auparavant contre H. Seyrig, accusé de trafic d’anti (...)
  • 211 Témoignage de Dominique Chevallier, 2008, Journal 1895-1951, p. 165.

118C’est indéniablement un « ami du Liban » 209 comme en témoigne la lecture de la presse beyrouthine à l’annonce de sa mort en 1973 210. Il a sans doute gardé un certain détachement et même une certaine réserve, ceux de l’archéologue et de l’helléniste, envers les populations et sociétés arabes 211. Il a néanmoins concouru à la construction du Proche-Orient par l’archéologie et l’histoire. Tous les grands archéologues français de l’Orient passent par lui, d’Henri Laoust à Gilbert Picard.

« Pour le Liban, il a été plus qu’un ami, écrit Maurice Chehab lui-même dans L’Orient Le Jour, 26 janvier 1973. À l’époque du Mandat, que de fois j’ai trouvé auprès de lui l’encouragement et l’aide d’un homme qui, tout en étant un excellent patriote, a su comme son ami Gabriel Bounoure encourager toutes les activités à l’échelle nationale, et son comportement témoignait du grand humaniste qu’il a toujours été. »

  • 212 Henri Seyrig a initié dans l’entre-deux-guerres les grandes missions archéologiques françaises com (...)

119Si l’archéologie a pu être mise au service de la France mandataire, il a également été le promoteur d’une histoire nationale et a concouru à la construction identitaire des pays du Proche-Orient arabe (Liban, Syrie) 212. Ses fonctions officielles à Beyrouth le rendent aussi libanais que français. Lié aux nouvelles autorités archéologiques syriennes comme l’émir Djafar Abd el-Kader, le nouveau directeur du musée archéologique de Damas et des Antiquités après l’indépendance, proche de Maurice Chehab, il a aussi contribué à recevoir de jeunes savants comme Dominique Chevallier, à former de nombreux historiens, libanais et français, du Proche-Orient, selon Salah Stettié, « la raison même de sa vie ». C’est encore lui, à l’image de Gabriel Bounoure, qui a créé les instruments d’une coopération culturelle franco-arabe (Liban, Syrie) qui ancre dans la longue durée le partenariat avec l’Institut français.

La question israélo-palestinienne, évolution d’une préoccupation personnelle

  • 213 Sur les liens établis entre l’Algérie et la Palestine (années 1950-1960) pour l’engagement des int (...)

120Henri Seyrig ne se désintéresse pas du sionisme, d’Israël et de la question palestinienne 213. Les positions de l’ancien résistant comme ses réticences sont marquées par le poids de l’antisémitisme. En témoigne une discussion avec Delphine Seyrig au sujet du film Le chagrin et la pitié en 1971, de la mémoire de la guerre et de la fin du mythe résistancialiste.

  • 214 Lettre d’Henri Seyrig à Delphine Seyrig, Neuchâtel, 4 décembre 1971. Archives privées H.S.

« J’ai lu avec intérêt, sans surprise, l’article de L’Express, et j’ai réfléchi au Chagrin et la pitié — que je n’ai pas vu parce que je me crois, à tort ou à raison, déjà informé du sujet, et que j’en éprouve un peu de fatigue. Je suis convaincu que la masse de la population s’est montrée veule. Si tel est l’objet du film, tout est bien. Ce que j’ignore, c’est si il incite les gens à des généralisations abusives, comme parait en témoigner la lettre ci-joint d’un Anglais qui a visiblement trouvé l’image fausse.
L’article de L’Express invite à faire un peu de critique des textes. Sauf pour ce qui est de Gringoire, et si l’on veut de Je suis partout, les citations sont toutes empruntées à de petites feuilles dont il serait intéressant de connaitre le tirage et l’origine de leurs moyens. Ce sont peut-être des agents allemands ou des journaux des SS français. Il est tout de même remarquable qu’aucun de ces textes n’ait été découvert dans la grande presse, ce qui était le cas en Allemagne et en Italie. L’article de l’Express pour intéressant qu’il soit, est sans esprit critique ; aussi viens-je de commander le livre en question. » 214

  • 215 Daniel Trocmé (1912-1944) y enseigne encore la physique-chimie et les sciences naturelles.
  • 216 Fondé par le fils de son professeur au collège des Roches, le collège cévenol de Chambon-sur-Ligno (...)
  • 217 Lettre d’Henri Seyrig à son père, Beyrouth, 1er juillet 1930, archives privées H.S.

121Il est par ailleurs lié à Henri Trocmé, son professeur à l’école des Roches, auquel il rend visite encore régulièrement au début des années vingt 215 et dont le fils et le neveu reprennent le pensionnat de Chambon-sur-Lignon où est envoyée après guerre, en 1947, Delphine Seyrig 216. Il n’ignore donc pas la question palestinienne, comprise par lui avant 1947 dans le sens de la Palestine juive. Avant guerre, il avait ainsi l’habitude de fréquenter le consul général de France à Jérusalem, Amédée Outrey. Peu attiré par la ville chrétienne et la mystique de la Terre-Sainte, il décrit Nazareth « tout boursoufflé de couvents disgracieux », il se montre alors plus ému par le Mont Garizim des Samaritains 217. Il se révèle même certain de la force des dirigeants du Yishuv face à la faiblesse des États arabes.

  • 218 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 9 décembre 1947, archives privées H.S.

« Pour ce qui est des affaires de Palestine, je puis assurément me tromper, écrit-il à son épouse en décembre 1947, mais je ne les crois pas aussi menaçants qu’on le dit. La division des Arabes est claire, et il me semble qu’il faudra bien des années pour qu’ils y remédient. Le mufti de Jérusalem aimerait bien exterminer les Juifs, mais il sait très bien que si la situation s’envenimait en Palestine, ce serait au profit du roi de Transjordanie, qui n’y viendrait pas que pour occuper strictement les terres attribuées aux Arabes et le paralyse. Les États arabes déclarent à qui mieux qu’ils enverront des volontaires, mais j’ai la faiblesse de croire qu’il y a très peu de gens qui souhaitent vraiment mourir. Et les Juifs, dans leur position défensive, me paraissent assez inexpugnables, et les Arabes doivent le savoir mieux que moi. Bref, je ne crois pas à tout ce bruit des Arabes. » 218

  • 219 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 20 décembre 1947, archives privées H.S.

122Il en vient pourtant progressivement à s’intéresser au sort des Palestiniens, peut-être en raison des obstacles que la situation politique pose à ses projets de réouverture de fouilles en Syrie. Les autorités syriennes retardent ainsi la reprise des fouilles de Ras Shamra que Claude Schaeffer avait espérée, sous « prétexte », écrit Henri Seyrig, du vote de l’ONU sur le partage de la Palestine 219. Au printemps 1947, il avait en fait déjà rencontré le consul général de France à Jérusalem à Damas, avant donc le vote du plan de partage des Nations Unies (novembre 1947). Il s’en fait le relais alors que la naqba a débuté avec le déclenchement de la guerre israélo-palestinienne. Le consul s’inquiète en effet de l’expulsion de milliers de Palestiniens et de la destruction de villages arabes et tente d’en rendre compte au Quai d’Orsay alors que le gouvernement de Léon Blum se montre favorable au Yishuv. Henri Seyrig a cependant également l’occasion de rencontrer Marcel Abraham, enseignant, écrivain, résistant et sioniste. Jusqu’au bout, il ne croit pas à la guerre, certain de la supériorité des sionistes sur les Arabes.

  • 220 Ibid.

« Les rapports qu’on vous a fait sur la Palestine me semblent exagérés, écrit-il à son épouse. Je ne crois pas du tout que l’on soit à la veille d’une conflagration sérieuse. Le roi d’Arabie est enchainé par les millions des compagnies pétrolières ; celui de Transjordanie et le régent d’Irak cherchent surtout à ménager leurs projets dynastiques ; et le reste du monde arabe me parait animé d’aucun désir de se faire tuer, alors qu’il en est tout autrement des Juifs, bien armés et fanatisés comme les Maccabés. » 220

  • 221 Journal 1895-1951, décembre 1948, p. 130.

123Il séjourne à Jérusalem en décembre 1948, à la fin de la première guerre israélo-arabe, où il est logé dans l’école américaine, escorté par un soldat. Il peut alors visiter la vieille ville sous contrôle de la Transjordanie où il se rend après. « Pas d’eau, pas d’électricité, pas de chauffage », écrit-il 221. Il s’y trouve au moment de l’armistice. Il multipliera ensuite ses séjours à Jérusalem comme en novembre 1950.

  • 222 Lettre d’Henri Seyrig à son collègue suisse Denis van Berchem, mars 1956. Archives privées H.S.
  • 223 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 10 juin 1956. Archives privées H.S.
  • 224 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 27 septembre 1958. Archives privées H.S.
  • 225 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 2 juin 1967. Archives privées H.S.
  • 226 Lettre d’Henri Seyrig, Beyrouth, 8 juin 1967. Archives privées H.S.

124Les positions d’Henri Seyrig ne semblent pas encore établies. Dans une lettre à son collègue suisse Denis van Berchem, il explique ainsi après la fin de la deuxième guerre israélo-arabe que « la situation en Palestine est assez menaçante », mais qu’elle n’a jamais « empêché personne de s’y rendre ». Il regrette toutefois les abus d’une administration jordanienne tatillonne. « On exige un certificat de baptême, explique-t-il, je trouve que les puissances occidentales n’y répliquent pas aussitôt par des représailles » 222. Par la suite, il se montre pessimiste, « convaincu que les Juifs saisiront avec empressement la première occasion que les Arabes leur donneront pour faire figure d’être attaqués et pour ouvrir les hostilités » 223. Il est amené à regretter régulièrement l’étroitesse de vue des Arabes 224. En février 1967, il discute encore avec Paul Rivet des espoirs de paix au Proche-Orient. À la veille de la guerre en juin 1967, il ne doute pas que « les Israéliens soient acculés à une extrémité insupportable […] de force à entamer une guerre locale sur plusieurs fronts contre des adversaires qui, réduits à eux-mêmes, semblent bien médiocres » 225. Malgré son aversion pour Nasser, persuadé qu’il « a cru jouer au poker […] et qu’il a perdu », il se montre très inquiet devant les conséquences de la guerre au Liban avant de quitter son poste après la guerre des Six Jours 226.

Il se prononce enfin contre la guerre en Algérie

  • 227 Lettre d’Henri Seyrig à Delphine, Beyrouth, 19 septembre 1958.

125« Pour objet la politique, qui est, de tous, celui qui m’inspire le plus d’aversion », écrit-il. Il se montre sans doute moins engagé que sa famille, comme Delphine dans les milieux culturels ou même Miette qui « estimait encore utile de convaincre un érudit de cabinet » 227.

  • 228 Cf. nécrologie du Monde par Georges Le Rider, 1973, Journal 1895-1951.

126Alors qu’il se trouve à Beyrouth, Henri Seyrig prend position contre la guerre d’Algérie, d’autant plus que le Proche-Orient se trouve dans la tourmente dans ces années 1956-1962 avec la crise de 1958 au Liban et celle de la R.A.U. Il prend ouvertement parti sur des questions d’actualité comme l’Algérie et le Vietnam 228. Une lettre à son collègue archéologue suisse Denis van Berchem permet d’éclairer les opinions d’Henri Seyrig lors des événements dramatiques de l’année 1956, sur le communisme et la répression de l’insurrection de Budapest, la guerre d’Algérie ou la guerre israélo-arabe.

  • 229 Lettre d’Henri Seyrig à son collègue suisse Denis van Berchem, décembre 1956. Archives privées H.S

« Je vois par votre lettre que vos regards sont fixés surtout sur l’Europe centrale, écrit-il en décembre 1956 en pensant à Budapest. Les miens, non — bien que tous les soins de la presse conspirent à les y fixer. Quelles que soient les horreurs de Budapest (qui, au reste, ne doivent pas dépasser les hécatombes que nous faisons en Algérie), je vois en elle un épisode moins important, historiquement, que le sort des affaires d’Egypte. Hélas ! » 229

  • 230 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, entre Genève et Athènes, 7 mars 1958. Archives privé (...)
  • 231 Lettre d’Henri Seyrig à son père, sur le front en France, 11 décembre 1916. Archives privées H.S.
  • 232 Lettres d’Henri Seyrig à son père, Victor-Duruy (village près de Batna), 9, 13 et 16 mars 1917. Ar (...)
  • 233 Lettre d’Henri Seyrig à sa mère, Athènes, 22 octobre 1923.
  • 234 Lettre d’Henri Seyrig à sa mère, Batna, 8 février 1917. Archives privées H.S.
  • 235 Lettre d’Henri Seyrig à son père, 9 mars 1917.

127Il appartient à ces réseaux d’intellectuels comme d’autres historiens qui se sont engagés dans les conflits de la décolonisation. C’est ainsi qu’il signe plusieurs pétitions d’universitaires durant la guerre d’Algérie, est lié à nombre de signataires ou à des personnalités comme Jean Lassus, figure de l’archéologie française à Alger qui va demeurer en Algérie après l’indépendance. Henri Seyrig est amené, en octobre 1956, à signer la pétition en faveur de Maurice Audin, le mathématicien enlevé par les paras à Alger, bien qu’il doute de l’efficacité d’un texte signé par la moitié de la Sorbonne et du Collège de France. « Si la moitié de ces messieurs avait le courage de donner leur démission par un acte concerté, confie-t-il, je m’y joindrais, cela aurait un tout autre effet de retentissement. » 230 Lui-même connaît l’Algérie depuis qu’il y a été envoyé en 1916 faire du maintien de l’ordre et « y étouffer une révolte » dans les Aurès 231. Engagé dans ce qui lui ressemble « une promenade » militaire dans le bled, il ne trouve guère d’intérêt ni pour sa mission ni pour le pays, même si il évoque « un bivouac assez agréable […] dans un pays très pittoresque, les gorges d’Aïn-Touta ». Il se passionne toutefois pour l’archéologie, se livre à des fouilles sur des ruines romaines, trouve « quantité de monnaies », découvre même une mosaïque qu’il s’empresse de faire recouvrir, « car elle sera certainement ruinée par les Arabes qui font paître leurs chèvres sur les ruines. » 232. Il est donc familier des paysages algériens que lui rappellent en 1923 les paysages d’Italie qu’il traverse en train et garde un souvenir « agréable » des camps militaires en Algérie pendant la Première Guerre mondiale 233. Reste à savoir si Henri Seyrig était conscient de la situation coloniale de l’Algérie française. On peut le supposer à son souvenir horrifié de la misère des villageois et très amer de la répression lors de son passage en 1916-1917, « un pays vraiment désolant ». Membre d’une colonne en marche depuis Batna, il participe à la fouille de mechtas dont certaines avaient été brûlées par une précédente colonne contraignant les habitants à vivre dans des ruines sans toit. « Les Arabes sont complétement abasourdis et font vraiment pitié, écrit-il en mars 1917 en racontant la peur de femmes terrorisées par des soldats français très indisciplinés » 234. « C’était vraiment pitié de voir cela, conclut-il. Enfin, tout cela ne vaut pas ce vieux front français. » 235

  • 236 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 24 juillet 1958. Archives privées H.S.

128Durant la guerre d’Algérie, Henri Seyrig successivement s’enthousiasme pour le discours du général de Gaulle à Madagascar en août 1958 et l’espoir d’une « politique coloniale sincère » et d’une résolution des conflits ouverts dans l’empire français 236, condamne l’OAS, déplorant même un trop grande mansuétude à leur égard, et se réjouit en mai 1961 de l’échec du putsch des généraux. En mars 1958, il reconnaît même avoir envoyé de l’argent aux Algériens. Au moment de la crise du 13 mai 1958, qui voit le retour du général de Gaulle rappelé par l’insurrection d’Alger, il condamne alors autant le maintien de la guerre en Algérie que la chute de la République.

  • 237 Seyrig ne peut que penser le parallèle entre le rôle du général Fouad Chehab eu Liban et du généra (...)
  • 238 Lettre d’Henri Seyrig à Jack Youngerman, Beyrouth, 24  août 1958. Lettres 1950-1961.

« Ce spectacle, donc, me porte à réfléchir sur l’intransigeance analogue de beaucoup de Français. Ayant vécu jusqu’ici sous des constitutions mal faites, et qu’il a déjà fallu amender trois fois depuis la guerre, je me demande aujourd’hui si la constitution importe assez pour que l’on refuse un homme 237, malgré tout plus capable et plus sûr que ceux qui risquent de le remplacer. Voila tout le tableau de mon intime faiblesse. Je crois que si je voyais le général de Gaulle prendre en Afrique du Nord un chemin plus raisonnable que celui qu’il prend actuellement, j’y sacrifierais la constitution. » 238

  • 239 Il s’agit sans doute de l’imposante pétition initiée par Enseignement public, l’organe de la FEN, (...)

129Reste qu’Henri Seyrig s’engage davantage à la fin de la guerre. Il en vient même à signer une pétition à l’automne 1960 pour l’indépendance de l’Algérie malgré les risques de révocation après la décision du gouvernement Debré de licencier les signataires fonctionnaires de l’Éducation nationale 239. Il envisage alors de signer « par solidarité » le Manifeste des121, la déclaration sur le droit à l’insoumission publiée au moment du procès du réseau Jeanson.

  • 240 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 22 novembre 1961. Archives privées H.S

« Pour ce qui est de la Déclaration, il semble en effet que le gouvernement fasse le mort, à moins qu’il n’attende mon retour. Mais s’il fait le mort, quelle attitude devons-nous prendre ? Notre but est-il de forcer le gouvernement à nous révoquer ? Car, à supposer même que nous décidions, par solidarité et sans en partager les idées à signer le manifeste des 121, le gouvernement reste tout aussi libre de faire le mort, tout comme il le fait pour les signataires sauf Lacombe. Alors ? Tout ça demande à être bien réfléchi. Et les signataires non-poursuivis du manifeste des 121 n’ont, jusqu’ici jugé, bon de rien faire de plus. » 240

  • 241 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 20 décembre 1947, archives privées H.S.

130Henri Seyrig est-il un gaulliste ? On note à la fois la fidélité envers le chef de la France libre mais également des divergences politiques à l’égard de l’homme politique et du chef d’État. Aussi à ceux qui lui demandaient en 1947 si il avait profité de son séjour en France pour aller voir le général de Gaulle, Henri Seyrig de répondre « pour quoi faire ». Réagissant à ceux, à Beyrouth ou à Paris, qui lui rétorquaient qu’il « fallait, selon [eux], manifester une fidélité », il leur répondait « en tout cas, pas à un homme », doutant même de ses qualités d’un homme d’État 241. Pour Seyrig, il s’agit d’abord en 1958 de défendre la démocratie et la république.

  • 242 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

« Le discours du général de Gaulle devant l’assemblée constituante, avant-hier, m’a beaucoup déçu, expliquait-il en 1945. C’est la première fois que ce grand homme fait un discours insignifiant, et toute la France attendait qu’il fit au contraire toute la lumière sur ses intentions de réforme. Au lieu de ça, nous avons eu que des généralités assez vagues, et il parait que l’assemblée s’est montrée très froide. – Ou bien ne veut-il rien dire ni discuter avant que nous n’ayons un parlement véritable ? ceux qui espèrent cela me paraissent se cramponner à un espoir déçu. Si l’on n’entre pas dans la voie des réformes, on n’aura plus le choix qu’entre la tyrannie et la révolution. – Pour moi, j’ai trouvé jusqu’ici tant de sagesse dans les actes du général de Gaulle que je veux garder confiance… Ce que je crains, c’est qu’il n’ait pas, pour la politique intérieure, un programme défini. On verra. » 242

  • 243 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 18 septembre 1959. Archives privées H.S.
  • 244 Lettre d’Henri Seyrig à son collègue suisse Denis van Berchem, 1958. Archives privées H.S.
  • 245 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 31 mai 1958. Archives privées H.S.

131Henri Seyrig, gaulliste historique, en vient à expliquer pourquoi il s’oppose au référendum en faveur de la constitution de la Ve République en 1958. Les menaces contre la démocratie comme la question algérienne l’empêchent ainsi de voter pour le général de Gaulle, « un réactionnaire dans le sang » 243. Il n’y voit qu’une atteinte à la démocratie, un simple « plébiscite » 244. Pour lui, l’espoir de paix en Algérie qu’apporterait l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle et le départ de « la bande à Mollet » ne peut « excuser un risque de guerre civile » 245.

  • 246 Dans sa lettre à Delphine Seyrig, H. Seyrig y a jouté un bulletin de vote « OUI » au référendum du (...)

« Se peut-il que j’aie exprimé l’intention de voter pour la constitution ? Ma mémoire, à vrai dire défaillante, ne me le dit pas. Je ne me rappelle pas au juste ce que j’ai écrit à Jack. C’était une lettre, si l’on veut, sentimentale, où j’exprimais la perplexité d’un choix, de toute manière déplorable. Si je croyais qu’un non doive entrainer l’établissement du communisme, je le donnerais sans hésiter. Si je croyais qu’il doive entrainer un front populaire, je le donnerais encore sans hésitation, bien qu’avec craintes, fondées sur le passé. Mais comme me l’écrit Miette, le rejet de la constitution aura pour effet la prise du pouvoir par les parachutistes : sur qui, ajoute-t-elle, on peut espérer une union contre ce régime. Cette perspective justifie ma perplexité. Mais perplexité n’est pas indécision. Ta lettre me parvient au moment où j’ai mis à la poste mon bulletin de vote : je me permets de te dédier, ci-joint, le bulletin dont je n’ai pas fait usage. J’ai pensé que la question que l’on me pose ne concerne pas le sujet de mes doutes. Elle me demande si la constitution me plaît ou non. Or la constitution me déplait. Je dis non.
Si tu me demandes pourquoi elle me déplait, c’est parce qu’elle est faussée par la question de l’Algérie, par ce qu’elle donne le pas au réglementaire sur le législatif, et parce qu’elle ouvre la porte à l’interdiction du parti communiste.
Cette décision a été prise après avoir écouté en silence toute sorte d’avis, et même après en avoir sollicité par lettres sur des points dont je n’étais pas informé. Si bien que j’irai jusqu’à dire que ma décision n’est même pas très personnelle. Elle est automatique.
Tenant de ta mère toute la pétulance des Celtes, déjà décrite par Jules César, il te faudra quelque effort pour entrer dans cette espèce de résignation germanique où je suis. »  246

Conclusion

132Le départ et la mort d’Henri Seyrig marquent sans doute la fin d’un certain Liban, la « fin des belles années beyrouthines ».

« La Méditerranée que vous désirez est en train de changer beaucoup, et je ne sais si la vie continuera d’y être agréable. J’ai peur que non », écrit-il ainsi de façon prémonitoire en août 1958.

133On peut se demander ce qui reste d’Henri Seyrig au Liban. On en trouvera sans doute une trace dans le service archéologique, les sites de fouilles, les musées, ou la littérature historique et politique. Il demeure surtout un témoin du xxe s. « He was at home in the century », écrivait Georges Mils en 1974 dans le Century Year Book. Il a ainsi concouru à une histoire de la France en Méditerranée, de la France coloniale et de la France tout court, comme à une histoire du Proche-Orient. Évoluant d’une guerre à l’autre, il a incarné une certaine France, le poids de la résistance, comme celui de la démocratie et du totalitarisme, la question de la colonisation comme celle de la décolonisation. Il n’était sans doute pas un homme de gauche, se disant lui-même « conservateur », même s’il prônait la révolution. Il reste surtout un intellectuel libre et engagé.

134Sa carrière comme ses engagements évoqueront sans doute à l’historien d’aujourd’hui bien des questions, sur l’histoire des intellectuels du xxe s., les engagements politiques autour de la résistance, des idées de gauche, de l’anticolonialisme, sinon du pacifisme et du tiers-mondisme.

  • 247 Chevallier 2008, cité dans Journal 1895-1951, p. 165.

135Concluons avec Dominique Chevallier : « Il est mort le 21 janvier 1973. Il vit en chacun de ses amis. Mais que restera-t-il… » 247.

Haut de page

Bibliographie

Barbier (C.) 1999 Henri Hoppenot (25 octobre 1891-10 août 1977) diplomate, Paris, Direction des Archives, ministère des Affaires étrangères.

Bocquet (J.) 2004 « Gabriel Bounoure et les congrégations enseignantes (1923-1952) », Ghoury (G.) [éd.], Gabriel Bounoure. Vergers d’exil, Paris, P. Geuthner, p. 205-223.

Bocquet (J.) 2010 « Louis de Benoist », F. Broche & J.-F. Muracciole (éd.), Dictionnaire de la France libre, Paris, A. Laffont, p. 144-145.

Bocquet (J.) 2011 « Georges Montaron, Témoignage chrétien, les chrétiens, la Palestine et le monde arabe », A. Messaoudi & D. Avon (éd.), Mélanges d’Histoire du Maghreb et de l’Orient, p. 171-187.

Chevallier (D.) 2008 Vapeurs de sang, le Moyen-Orient martyr, Paris, Actes Sud.

Cohen (G.) 1946 « Centres et foyers de développement en Occident », Mouilleseaux 1946.

Duval (N.) 2009 L’école des Roches, Paris, Belin.

Dussaud (R.) 1944 « Notice sur la vie et les travaux de M. François Thureau-Dangin, membre de l’Académie », CRAI 4, p. 489.

Fournié (P.) « La carrière administrative de Gabriel Bounoure à Beyrouth, 1923-1952 », G. Khoury (éd.), Gabriel Bounoure. Vergers d’exil, Paris, P. Geuthner, p. 67-69.

Loyer (E.) 2005 Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil 1940-1947, Paris, Grasset.

Mahlman (J.) 2004 Emigrés à New York. Les intellectuels français à Manhattan 1940-1944, Paris, A. Michel.

Mizrahi (J.-D.) 2003 Genèse de l’État mandataire. Service des renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Paris, Publications de la Sorbonne.

Mouilleseaux (L.) 1946 La France et son empire dans la guerre. Œuvre commune de 150 récitants dédiée au général de Gaulle libérateur du territoire, Paris, Éditions littéraires de France.

Perrault (G.) 2006 (rééd.) Un homme à part, Paris, Fayard.

Racine (N.) 2007 « Paul Rivet, Vichy et la France libre 1940-1944 », Histoire@politique Politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, 1, http://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2007-1-page-8.htm.

Rolland (D.) 2000 Louis Jouvet et le théâtre de l’Athénée. « Promeneurs de rêves » en guerre de la France au Brésil, Paris, L’Harmattan.

Seyrig (H.) 1943 Les Allemands en Syrie sous le gouvernement de Vichy, Londres, Keliher Ltd.

Sirinelli (J.-F.) 1991 La Guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, Complexe.

Véron (K.) 2013 « Césaire at the Crossroads in Haiti: Correspondence with Henri Seyrig », Comparative Literature Studies 50/3, p. 430-444.

Haut de page

Notes

1 Journal d’Henri Seyrig 1895-1951, p. 135, archives privées Henri Seyrig.

2 Voir Bocquet 2010.

3 Journal 1895-1951, avril 1937, p. 93.

4 Lettre d’Henri Seyrig, Antioche, 7 octobre 1924. Archives privées H.S.

5 Le Nouvel Observateur, 29 janvier 1973.

6 Lettres d’Henri Seyrig, 3 octobre 1924, 17 février 1929, 14 mars 1930.

7 Lewis Sperry Chafer (1871-1952), théologien protestant américain, membre fondateur du Christian Dispensationalism, prédit un retour prochain du Christ sur terre et un régime théocratique fondé à Jérusalem.

8 Journal 1895-1951, septembre 1936, p. 92.

9 Amin Maalouf, dans son discours à l’Académie française, 14 juin 2012.

10 Lettre d’Henri Seyrig, Istanbul, 6 septembre 1941, archives privées H.S. La Grèce a été envahie par l’Allemagne en avril 1941.

11 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 22. Archives privées H.S.

12 Journal d’Amérique du Sud, 31 décembre 1942, p. 37.

13 Journal d’Amérique du Sud, 22 mars 1943, p. 86.

14 Journal d’Amérique du Sud, 12 décembre 1942, p. 26.

15 Journal d’Amérique du Sud, p. 103, 24 avril 1943.

16 Lettre d’Henri Seyrig à sa mère, Rome, 17 décembre 1922. Archives privées H.S.

17 Lettre d’Henri Seyrig à son père. Florence, 21 décembre 1922.

18 Journal 1895-1951, avril 1936, p. 92.

19 Journal d’Amérique du Sud, p. 33.

20 Journal d’Amérique du Sud, Uruguay, décembre 1942-janvier 1943, p. 35, 41.

21 Journal d’Amérique du Sud, 22 avril 1943, p. 107.

22 Journal d’Amérique du Sud, 14 janvier 1943, p. 44.

23 Journal d’Amérique du Sud, 27 novembre 1942, p. 16.

24 Journal d’Amérique du Sud, 16 février 1943, p. 62.

25 Journal d’Amérique du Sud, 22 décembre 1942, p. 33.

26 Journal d’Amérique du Sud, 19 janvier 1943, p. 49.

27 Journal d’Amérique du Sud, 24 avril 1943, p. 103.

28 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947), archives privées H.S.

29 René Doynel de Saint-Quentin (1883-1961) est un diplomate français. Ambassadeur aux États-Unis jusqu’en 1940, il est nommé par le gouvernement de Vichy à Rio au Brésil avant de rejoindre le général Giraud en 1943.

30 Journal d’Amérique du Sud, 13 décembre 1942, p. 27.

31 Paris, 8 mars 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947), archives privées H.S.

32 Journal d’Amérique du Sud, p. 18, 23.

33 Lettre d’Henri Seyrig à sa fille, Beyrouth, 12 décembre 1959. Archives privées H.S.

34 Journal 1895-1951, septembre 1939, p. 98.

35 Il s’agit d’Ernest Will, d’Henri Metzger, de Pierre Amandry et de Roland Martin restés des proches d’Henri Seyrig après guerre.

36 Journal 1895-1951, juillet 1941, p. 103. Après la signature de l’armistice de Saint-Jean d’Acre le 14 juillet, le représentant du général de Gaulle oblige les Français installés en Syrie à choisir entre le ralliement à la France libre et un rapatriement en métropole, sans autre choix possible. Une majorité des militaires et une partie des fonctionnaires du Haut-Commissariat rentrent ainsi en France. 37 000 militaires arrivent à Marseille jusqu’en septembre 1941.

37 Journal d’Amérique du Sud, mars 1943, p. 105.

38 Lettre d’Henri Seyrig, Athènes, 30 juillet 1929.

39 Il raconte ainsi comment sur des routes dangereuses, deux de ses proches se sont tués d’un accident de la route au printemps 1936. Journal 1895-1951, avril 1936, p. 92.

40 Lettre d’Henri Seyrig à son père, Athènes, 18 mars 1924.

41 Londres, 21 juillet 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

42 Journal 1895-1951, mai 1943, p. 109.

43 Journal d’Amérique du Sud, 2 janvier 1943, p. 37.

44 Racine 2007.

45 Voir le chapitre consacré à Saint-John Perse, p. 205-221, dans Mahlman 2004, sur son « vieil ami Hoppenot », p. 221. Ainsi, Henri Hoppenot connaît une carrière accidentée. Librettiste du compositeur Darius Milhaud dans les années 1920, il est émissaire de Vichy en Uruguay dans les premières années de la guerre, puis envoyé du général de Gaulle à Washington en 1943.

46 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 21.

47 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 22.

48 Journal d’Amérique du Sud, 20 janvier 1943, p. 49.

49 Journal d’Amérique du Sud, 12 décembre 1942, p. 26.

50 Journal d’Amérique du Sud, 17 janvier 1943, p. 47.

51 Journal d’Amérique du Sud, 14 novembre 1942, p. 7.

52 Journal d’Amérique du Sud, 30 novembre 1942, p. 18.

53 Journal d’Amérique du Sud, 13 janvier 1943, p. 44.

54 Journal d’Amérique du Sud, 29 novembre 1942, p. 17.

55 Journal d’Amérique du Sud, 6 mars 1943, p. 76.

56 Journal d’Amérique du Sud, 30 mars 1943, p. 93.

57 Journal d’Amérique du Sud, 13 avril 1943, p. 101.

58 Journal d’Amérique du Sud, 10 février 1943, p. 59.

59 Journal 1895-1951, avril 1942, p. 104.

60 Journal 1895-1951, 21 juillet 1942, p. 101.

61 Journal 1895-1951, 12 juillet 1942, p. 106.

62 Londres, 21 juillet 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

63 Journal 1895-1951, décembre 1942, p. 108.

64 Le Brésil et le Mexique déclarent la guerre à l’Allemagne courant 1942, les autres pays, l’Équateur, le Paraguay, le Pérou, le Chili, le Venezuela et l’Uruguay seulement au printemps 1945, l’Argentine officiellement le 27 mars 1945, cette dernière n’ayant rompu ses relations avec l’Allemagne et les autres pays de l’Axe qu’en janvier 1944.

65 Journal 1895-1951, mars 1943, p. 109.

66 Journal 1895-1951, février 1943, p. 109.

67 Journal d’Amérique du Sud, p. 5.

68 Journal d’Amérique du Sud, Colombie, Bogota, 13 avril 1943, p. 101.

69 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 22.

70 Journal d’Amérique du Sud, 4 décembre 1942, p. 22.

71 Journal d’Amérique du Sud, 8 novembre 1942, p. 4.

72 Journal 1895-1951, novembre 1942, p. 107.

73 Journal d’Amérique du Sud, novembre 1942, p. 16.

74 Albert Ledoux (1901-1988), secrétaire à la légation de France à Montevideo, ex-chargé d’affaires en Uruguay, est un des premiers diplomates français à se rallier au général de Gaulle et devient représentant de la France libre en Uruguay. Ce dernier le nomme en 1941 son représentant personnel pour l’ensemble des États de l’Amérique du Sud : Barbier 1999, p. 206.

75 Journal d’Amérique du Sud, p. 9, 10, 16.

76 Journal d’Amérique du Sud, Porto Rico, 9 novembre 1942, p. 3.

77 Étienne Raux, né à Montpellier en décembre 1900, attaché commercial à Lima, rallié en juillet 1940, démissionne officiellement en février 1941. Nommé adjoint d’A. Ledoux par décret no 22 portant nomination de délégués du Comité national Français à l’Étranger du J.O. en date du 30 juin 1942, www.francaislibres.net.

78 Ministre de la Grande-Bretagne au Pérou.

79 Journal d’Amérique du Sud, Pérou, 4 avril 1943, p. 96.

80 Journal d’Amérique du Sud, mars 1943, p. 70.

81 Paul Rivet ira jusqu’à suggérer à Germaine Tillion la supériorité de la Résistance extérieure : Racine 2007.

82 Journal d’Amérique du Sud, 24 novembre 1942, p. 14.

83 Montevideo, 7 décembre 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

84 Seyrig 1943, p. 24.

85 Journal d’Amérique du Sud, décembre 1942, p. 24.

86 Journal d’Amérique du Sud, 24 avril 1943, P. Rivet, p. 109.

87 Journal d’Amérique du Sud, 13 novembre 1942, p. 7.

88 Mouilleseaux 1946, p. 71.

89 Journal d’Amérique du Sud, 1er février 1943, p. 54.

90 Journal d’Amérique du Sud, 30 novembre 1942, p. 20.

91 Londres, 21 juillet 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

92 Journal d’Amérique du Sud, novembre 1942, p. 6.

93 Le 27 novembre au soir, le général de Gaulle évoque au micro de la BBC le sabordage de « la flotte de Toulon, cette flotte de la France, [qui] vient de disparaître » et salue le « réflexe national [qui] a joué dans les âmes des équipages ». Il stigmatise en revanche « le voile atroce que, depuis juin 1940, le mensonge tendait devant leurs yeux ». S’il évoque les prétendus combats d’une « ultime résistance » à Toulon, il regrette ce nouveau désastre, cet « aboutissement infâme », tout en espérant voir « ce malheur qui s’ajoute à tous ces malheurs » achever de rassembler les Français « dans la volonté unanime d’effacer, par la victoire, toutes les atroces conséquences du désastre et de l’abandon » acceptés par le régime de Vichy. ina.fr/de-gaulle/fiche-media/Gaulle00309/sabordage-de-la-flotte-francaise-a-toulon.html.

94 Journal d’Amérique du Sud, p. 15, 18.

95 Dans son pamphlet La Trahison des clercs paru en 1927, Julien Benda dénonçait l’abandon par les élites intellectuelles des valeurs humaines universelles au profit d’intérêts partisans.

96 Journal d’Amérique du Sud, 19 novembre 1942, p. 10.

97 Tous membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres comme René Dussaud. Arrêté à nouveau en juillet 1944 avec son épouse pour « suspicion d’activités terroristes » et ses liens supposés avec la Résistance (implication de son fils Jean), Henri Maspero est mort en déportation à Buchenwald en mars 1945. Voir Brooks, « Henri Maspero », http://www.umass.edu. Emprisonné brièvement à Fresnes sans raison vraiment apparente, François Thureau-Dangin meurt quant à lui en janvier 1944. Voir Dussaud 1944.

98 New York, 8 juin 1942 à Miette (à North Haven). Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

99 Journal d’Amérique du Sud, 25 février 1943, p. 67.

100 Journal d’Amérique du Sud, Rio de Janeiro, novembre 1942, p. 9-10.

101 Journal d’Amérique du Sud, 17 février 1943, p. 63. Rudolf Rahn, ministre plénipotentiaire à l’ambassade d’Allemagne en France. Participe aux discussions entre le général Giraud et Otto Abetz au printemps 1942

102 Journal d’Amérique du Sud, 31 décembre 1942, p. 37.

103 Journal d’Amérique du Sud, 5 mars 1943, p. 74.

104 Journal d’Amérique du Sud, 16 novembre 1942, p. 9.

105 Journal d’Amérique du Sud, 25 décembre 1942, p. 34.

106 F. B. a été réhabilité en décembre 1945 par la Cour d’appel d’Alger pour avoir agi « dans l’intérêt de la libération de la France ». Lié aux milieux gaullistes algérois et à Henri d’Astier de la Vigerie, c’est à leur instigation qu’il fut chargé de l’assassinat de Darlan.

107 Journal 1895-1951, 14 juillet 1943, p. 112.

108 Journal 1895-1951, octobre 1943, p. 112.

109 Journal d’Amérique du Sud, 7 novembre 1942, p. 3.

110 Rencontre avec l’ambassadeur des États-Unis au Pérou. Journal 1895-1951, mars 1943, p. 110.

111 Journal d’Amérique du Sud, nov-décembre 1942, p. 14, 29.

112 Journal d’Amérique du Sud, Montevideo, 11 janvier 1943, p. 42.

113 Arrêté par la Gestapo, Luis Nicolau d’Olver (1888-1961), homme politique et écrivain catalan, parvient à s’échapper en 1943 avant de gagner plus tard le Mexique.

114 Journal d’Amérique du Sud, 10 janvier 1943, p. 42.

115 Londres, 21 juillet 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

116 Journal 1895-1951, février 1943, p. 109.

117 Lettre à son père, Athènes, 18 janvier 1929, archives privées H.S.

118 Cohen 1946, p. 70.

119 Voir Rolland 2000.

120 Club culturel d’inspiration britannique, fondé en 1847 à New York, dont Seyrig fut membre à partir de novembre 1944.

121 Journal 1895-1951, 6-8 juin 1944, p. 114.

122 Athènes, 18 janvier 1929, op. cit.

123 Duval 2009.

124 Journal d’Amérique du Sud, 22 décembre 1942, p. 33.

125 Journal d’Amérique du Sud, 16 mars 1943, p. 83.

126 Journal d’Amérique du Sud, 22 mars 1943, p. 86.

127 Journal 1895-1951, p.163, Bulletin de la Société Française de Numismatique, février 1973.

128 Journal 1895-1951, mai 1943, p. 111. W. Lippmann (1889-1974), écrivain, journaliste et commentateur politique américain. Il introduira pour la première fois en 1947 la notion de « guerre froide ».

129 Seyrig est très proche des artistes contemporains. Il raconte dans son journal entre deux lignes une visite chez Picasso à Paris en 1945. « J’ai passé une matinée chez Picasso qui m’a raconté tout ce qu’il peint ces derniers temps. C’est une phase nouvelle, géométrique à nouveau, dans les tons noirs et souvent bitumineux, ça m’a beaucoup plu, et sa personnalité m’a intéressé. » Lisbonne, 14 mars 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

130 Loyer 2005, p. 136.

131 Lévi-Strauss est chargé de transformation de l’École en Mission universitaire française aux États-Unis : une convention est signée en janvier 1947 entre Lévi-Strauss, l’ambassadeur de France, Henri Bonnet, tous d’anciens de l’ELHE comme Laugier, nommé en 1945 à la tête de l’ancien service des Œuvres françaises à l’étranger devenu la Direction des relations culturelles internationales, et la New School for Social Research.

132 Lettre de Paul Vignaud à Alexis Léger, 16 mai 1944.

133 Loyer 2005, p. 236-237.

134 Loyer 2005, p. 227.

135 Alexandrie, 11 janvier 1946. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947). Claude Lévi-Strauss démissionne de son poste en 1948 pour rejoindre la France.

136 Lettre à son père, Syrie, 18 octobre 1925, archives privées H.S.

137 Beyrouth, 21 janvier 1946. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

138 Journal 1895-1951, octobre 1946, p. 123.

139 Beyrouth, 11 février 1946. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

140 Lettre à son père, Athènes, 18 janvier 1929.

141 Lettre à son père, Philippe, 4 mai 1923.

142 Lettre à son père, Philippe, 9 juin 1923.

143 Lettre à son père, Athènes, 27 juin 1925.

144 Lettre à sa mère, Baalbek, 12 septembre 1924.

145 Alexandrie, 11 janvier 1946. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

146 Journal d’Amérique du Sud, 23 décembre 1942, p. 33.

147 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947), archives privées H.S.

148 Lettre, 18 octobre 1925, op. cit.

149 Journal d’Amérique du Sud, 25 décembre 1942, p. 35.

150 La révolte part en 1947 du Sud de l’île pour s’étendre au plateau.

151 Journal de prison d’André Seyrig 1944-1945, p. 16. Archives privées H.S.

153 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

154 Lettre à son père, Beyrouth, 28 juin 1930, archives privées H.S.

155 Lettres à son père, Beyrouth, 16 février et 14 mars 1930, archives privées H.S.

156 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

157 Lettre à son père, au large de Jaffa, 22 octobre 1929, archives privées H.S.

158 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947). Dans une lettre du 12 février, il accuse le lieutenant Lafargue d’avoir gagné la direction de la sûreté à Beyrouth en 1941 avec le grade de capitaine puis d’avoir été cassé par le général Catroux « pour une affaire très malpropre » puis renvoyé à Brazzaville comme simple soldat, avant d’y être été renommé par le général Legentilhomme.

159 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

160 Lettre d’Henri Seyrig à Pierre Amandry. Beyrouth, 21 janvier 1949. Archives familiales Pierre Amandry, aimablement communiquées par Michel Amandry.

161 Journal d’Amérique du Sud, 4 mars 1943, p. 73. Auguste Mercier (1833-1921) a été ministre de la Guerre durant l’affaire Dreyfus et chef de file des antidreyfusards.

162 Journal d’Amérique du Sud, 12 novembre 1942, p. 6.

163 Journal d’Amérique du Sud, 22 février 1943, p. 65. Le décret Crémieux n’est rétabli que tardivement par le CFLN en octobre 1943 après que Marcel Peyrouton, gouverneur général de l’Algérie aux ordres de Giraud l’a abrogé en mars 1943. Ce dernier l’avait une première fois abrogé en octobre 1940 au profit du statut des juifs du régime de Vichy.

164 Journal d’Amérique du Sud, 11 février 1943, p. 59.

165 Militant communiste, anticolonialiste puis tiers-mondiste, membre des réseaux Jeanson pendant la guerre d’Algérie, Henri Curiel est assassiné à Paris en mai 1978. Perrault 2006.

166 Journal d’Amérique du Sud, 31 décembre 1942, p. 37.

167 Journal 1895-1951, novembre 1943, p. 113.

168 Journal 1895-1951, octobre 1943, p. 112.

169 Véron 2013, p. 442.

170 Lettre d’Henri Seyrig à Aimé Césaire, New York, 15 décembre 1943. Archives BnF, MS. NAF 19792.

171 Journal d’Amérique du Sud, avril 1943, p. 108.

172 Lettre de M. Froté (Union des Micas) à Henri Seyrig, Ampandrandava, 12 mai 1948. Dossier André Seyrig, archives privées H.S.

173 Réponse d’Henri Seyrig, Beyrouth, 24 mai 1948.

174 Réponse en date du 12 octobre à Henri Seyrig (pas de réponse de H.S. à cette lettre).

175 Journal de prison d’André Seyrig 1944-1945, p. 3-5, 8. Archives privées H.S.

176 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

177 Daniel Schlumberger (1904-1972) travaille sur les fouilles en Afghanistan avant de succéder à Henri Seyrig à Beyrouth en 1967.

178 Lire Bocquet 2004.

179 Fournié 2004.

180 Journal 1895-1951, 31 mai 1945, p. 116.

181 Paris, 5 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

182 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

183 Lisbonne, 14 mars 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

184 Alfred Naccache (1887-1987), président de la République libanaise lors de l’indépendance en 1941.

185 Portorico, 8 novembre 1942. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

186 Journal d’Amérique du Sud, avril 1943, p. 86.

187 Michel Écochard (1905-1985), architecte du service des Antiquités de Syrie de 1932 à 1936 (réalise les travaux du palais Azem pour l’Institut français, en charge du musée de Damas de 1935 à 1940), est également architecte-conseil du gouvernement syrien de 1932 à 1945, directeur du service de l’Urbanisme de Syrie de 1940 à 1944. Chargé du plan d’aménagement, partiellement réalisé, de la ville de Beyrouth (1943-1944). Remplit une mission d’études aux États-Unis avec Le Corbusier et Vladimir Bodianski en 1945. Cité de l’architecture et du patrimoine, notice biographique « Michel Écochard », Centre d’archives d’architecture du xxe siècle, archiwebture.citechaillot.fr.

188 Lettre d’Henri Seyrig à son père, Damas, 7 novembre 1924, archives privées H.S.

189 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Alexandrie, 11 janvier 1946. Archives privées H.S.

190 Journal 1895-1951, 4 février 1946, p.121.

191 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 27 janvier 1946, archives privées H.S.

192 Henri Laugier est le directeur des Relations culturelles du ministère des Affaires étrangères (1944-1946).

193 Mirèse Akar, L’Orient Le Jour, 1967.

194 Paris, 12 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

195 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 15 mai 1947, archives privées H.S.

196 Voir Mizrahi 2003.

197 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 28 mai 1947, archives H.S.

198 Extrait du journal syrien Ogaas (?), 28 janvier 1973, cité dans le journal Seyrig, p. 167, addenda, archives privées H.S.

199 Lettres d’Henri Seyrig, Beyrouth, 26 novembre 1956, 29 juin 1957. Archives privées H.S.

200 Lettres d’Henri Seyrig, Beyrouth, 9 juillet 1957. Archives privées H.S.

201 Lettre d’Henri Seyrig, Beyrouth, 26 mai 1958. Archives privées H.S.

202 Lettre d’Henri Seyrig à Jack Youngerman, Beyrouth, 20 mai 1958. Lettres 1950-1961, archives privées H.S.

203 Le Liban est pourtant marqué depuis le printemps 1958 par de nombreux attentats, manifestations de rue géantes et même l’apparition dans la montagne d’une guérilla.

204 Lettre d’Henri Seyrig à Jack Youngerman, Beyrouth, 24 août 1958. Lettres 1950-1961.

205 Lettre d’Henri Seyrig, Beyrouth, 31 octobre 1956. Archives privées H.S.

206 Lettres d’Henri Seyrig, Beyrouth, 7 août 1956, 26 mai 1958. Archives privées H.S.

207 Lettres d’Henri Seyrig à son collègue suisse Denis van Berchem, Beyrouth, 9 décembre 1956. Archives privées H.S.

208 Lettres d’Henri Seyrig, Salonique, 11 juin 1925 ; Smyrne, 29 août 1925. Archives privées H.S.

209 Camille Aboussouan, Safa, Beyrouth, 25 janvier 1973.

210 La campagne calomnieuse menée quelques années auparavant contre H. Seyrig, accusé de trafic d’antiquités, est alors bien oubliée.

211 Témoignage de Dominique Chevallier, 2008, Journal 1895-1951, p. 165.

212 Henri Seyrig a initié dans l’entre-deux-guerres les grandes missions archéologiques françaises comme celles de M. Dunand à Byblos, de C. F. Schaeffer à Ougarit, d’A. Parrot à Mari, de Daniel Schlumberger en Palmyrène, de G. Tchalenko en Syrie du Nord, ou étrangères, comme celles d’Antioche (Univ. Princeton) ou de Doura Europos (Univ. Yale).

213 Sur les liens établis entre l’Algérie et la Palestine (années 1950-1960) pour l’engagement des intellectuels, et les réseaux, voir Bocquet 2011.

214 Lettre d’Henri Seyrig à Delphine Seyrig, Neuchâtel, 4 décembre 1971. Archives privées H.S.

215 Daniel Trocmé (1912-1944) y enseigne encore la physique-chimie et les sciences naturelles.

216 Fondé par le fils de son professeur au collège des Roches, le collège cévenol de Chambon-sur-Lignon en Auvergne abrita pendant la Seconde Guerre mondiale des enfants de déportés. Daniel Trocmé et dix-huit des enfants cachés par lui furent arrêtés par la Gestapo et moururent en déportation. Henri Trocmé fut, la même année, écrasé par une Jeep de l’armée américaine.

217 Lettre d’Henri Seyrig à son père, Beyrouth, 1er juillet 1930, archives privées H.S.

218 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 9 décembre 1947, archives privées H.S.

219 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 20 décembre 1947, archives privées H.S.

220 Ibid.

221 Journal 1895-1951, décembre 1948, p. 130.

222 Lettre d’Henri Seyrig à son collègue suisse Denis van Berchem, mars 1956. Archives privées H.S.

223 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 10 juin 1956. Archives privées H.S.

224 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 27 septembre 1958. Archives privées H.S.

225 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 2 juin 1967. Archives privées H.S.

226 Lettre d’Henri Seyrig, Beyrouth, 8 juin 1967. Archives privées H.S.

227 Lettre d’Henri Seyrig à Delphine, Beyrouth, 19 septembre 1958.

228 Cf. nécrologie du Monde par Georges Le Rider, 1973, Journal 1895-1951.

229 Lettre d’Henri Seyrig à son collègue suisse Denis van Berchem, décembre 1956. Archives privées H.S.

230 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, entre Genève et Athènes, 7 mars 1958. Archives privées H.S.

231 Lettre d’Henri Seyrig à son père, sur le front en France, 11 décembre 1916. Archives privées H.S.

232 Lettres d’Henri Seyrig à son père, Victor-Duruy (village près de Batna), 9, 13 et 16 mars 1917. Archives privées H.S.

233 Lettre d’Henri Seyrig à sa mère, Athènes, 22 octobre 1923.

234 Lettre d’Henri Seyrig à sa mère, Batna, 8 février 1917. Archives privées H.S.

235 Lettre d’Henri Seyrig à son père, 9 mars 1917.

236 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 24 juillet 1958. Archives privées H.S.

237 Seyrig ne peut que penser le parallèle entre le rôle du général Fouad Chehab eu Liban et du général de Gaulle en France durant l’été 1958 dans un contexte de guerre civile.

238 Lettre d’Henri Seyrig à Jack Youngerman, Beyrouth, 24  août 1958. Lettres 1950-1961.

239 Il s’agit sans doute de l’imposante pétition initiée par Enseignement public, l’organe de la FEN, et signée par de très larges secteurs de la gauche française et de nombreux universitaires. Sirinelli 1991, p. 295-296.

240 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 22 novembre 1961. Archives privées H.S

241 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 20 décembre 1947, archives privées H.S.

242 Paris, 28 février 1945. Lettres d’Henri Seyrig à Miette (1942-1947).

243 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 18 septembre 1959. Archives privées H.S.

244 Lettre d’Henri Seyrig à son collègue suisse Denis van Berchem, 1958. Archives privées H.S.

245 Lettre d’Henri Seyrig à son épouse, Beyrouth, 31 mai 1958. Archives privées H.S.

246 Dans sa lettre à Delphine Seyrig, H. Seyrig y a jouté un bulletin de vote « OUI » au référendum du 28 septembre 1958. Question : « Approuvez-vous la Constitution qui vous est proposée par le Gouvernement de la République ? »

247 Chevallier 2008, cité dans Journal 1895-1951, p. 165.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Passeport diplomatique d'Henri Seyrig émis par la France Libre
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Illustration 2.
Légende Henri Seyrig en juillet 1942 à Londres au moment de son entrevue avec le Général de Gaulle
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Titre Illustration 3.
Légende Henri Seyrig, décembre 1942, donnant un discours aux Libanais de Montevideo (Uruguay)
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Bocquet, « Henri Seyrig, un gaulliste dans la décolonisation », Syria, III | 2016, 49-91.

Référence électronique

Jérôme Bocquet, « Henri Seyrig, un gaulliste dans la décolonisation », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5281 ; DOI : 10.4000/syria.5281

Haut de page

Auteur

Jérôme Bocquet

Maître de conférences à l’Université d'Orléans, UMR 7324 Citeres, équipe Monde arabe et Méditerranées, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals